Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le developpement et la compréhension mutuelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le developpement et la compréhension mutuelle"

Transcription

1 Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le developpement et la compréhension mutuelle Arguments en faveur d un engagement fort pour la diversité culturelle et le dialogue interculturel

2 Publié en 2011 par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture (UNESCO) 7 place de Fontenoy, Paris 07 SP France UNESCO 2011 Tous droits réservés Pour de plus amples informations : Composé et imprimé dans les ateliers de l UNESCO Imprim Vert Votre imprimeur agit pour l environnement CLT-2011/WS/15 CLD

3 Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle Arguments en faveur d un engagement fort pour la diversité culturelle et le dialogue interculturel Une version abrégée sous forme d aide-mémoire accompagne cette brochure.

4 Remerciements Ce document s appuie sur les conclusions de la réunion d experts «Vers un nouveau cadre pour les politiques culturelles : orientations conceptuelles et opérationnelles en vue de la prise en compte des principes de la diversité culturelle et du dialogue interculturel» (liste des documents et des auteurs en Annexe II) et bénéficie des textes récents du professeur Arjun Appadurai. Il a été édité par Katérina Stenou, directrice de la Division des politiques culturelles et du dialogue interculturel (jusqu en avril 2011 et depuis directrice de la plateforme intersectorielle sur la culture de la paix et la non-violence) avec la contribution substantielle de sa collègue Susanne Schnuttgen. Merci à toutes les personnes qui ont contribué à cette publication.

5 Table des matières Introduction : pourquoi la culture est plus importante que jamais 4 Contexte mondial : un paysage culturel en transformation 8 De nouveaux tissus socioculturels 8 Tendances à la standardisation des modèles culturels à l échelle mondiale et à la diversification culturelle à l échelle locale 9 Lier la diversité culturelle au dialogue interculturel : un cercle vertueux 10 Pourquoi la diversité culturelle et le dialogue interculturel sont des atouts décisifs en temps de crise 10 Comment établir une relation entre diversité culturelle et bonne gouvernance, à l heure où les systèmes témoignent d une capacité limitée à composer avec la diversité culturelle 11 Comment créer un cercle vertueux entre diversité culturelle et dialogue interculturel, dans un contexte de transformation sociale rapide et de xénophobie 12 Repenser la politique culturelle 15 Principaux objectifs et stratégies 16 Une double approche des politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 16 Nouveaux processus et exigences opérationnels 20 Annexe I : Définitions opérationnelles 22 Annexe II : Documents de référence 24

6 Le pouvoir de la culture -dans tout sa diversité- en tant que condition préalable à la paix, source de bien-être intellectuel, émotionnel et spirituel, et ressource pour un développement socio-économique dans la durabilité environnementale, devient plus important que jamais. Introduction : pourquoi la culture est plus importante que jamais Le monde actuel se caractérise par des crises multiples et une mobilité humaine accrue, accélérée par les politiques du libre marché, le réchauffement climatique et des moyens de communication plus rapides. Les transformations culturelles et sociales surviennent à un rythme de plus en plus effréné, pouvant entraîner des répercussions profondes pour les sociétés qui tentent de s y adapter. La prise de conscience croissante de la vulnérabilité de l humanité ainsi que l incertitude et la peur quant au futur constituent un terreau fertile pour le racisme, la xénophobie, l intolérance, les atteintes aux droits de l homme et, parfois même, pour les conflits caractérisés. En parallèle, comme le démontrent les récents événements politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, les peuples continuent de lutter pour leur dignité dans l espoir d avenir meilleur. Dans ce paysage culturel et politique en changement constant, où la diversité culturelle est présente à la fois à l «intérieur» et à l «extérieur» de chaque société, un nouveau débat a émergé sur la manière dont la diversité culturelle doit irriguer les politiques publiques. En effet, le pouvoir de la culture dans tout sa diversité en tant que condition préalable à la paix, source de bien-être intellectuel, émotionnel et spirituel, et ressource pour un développement socio-économique dans la durabilité environnementale, devient plus important que jamais (voir encadré). La Déclaration résultant du récent Sommet du Millénaire des chefs d État (New York, septembre 2010) a reconnu la valeur de la diversité culturelle pour l enrichissement de l humanité et l importance de la culture pour le développement, mentionnant en particulier sa contribution à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. 4 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

7 Pourquoi la culture devient incontournable dans le débat politique La culture est faite de nos façons de vivre, de connaître et de se lier aux autres : c est à travers la culture que nous donnons un sens à nos vies et développons notre identité. En tant que force motrice des valeurs, la culture garantie une vie intellectuelle, émotionnelle, morale et spirituelle plus satisfaisante. En ce sens, toutes les cultures jouissent d une égale dignité et valeur ; toutefois, nul ne peut invoquer la diversité culturelle pour porter atteinte aux droits de l homme garantis par le droit international ou en limiter la portée. La culture est dynamique et se transforme constamment à travers le dialogue et l interaction, c est une ouverture vers de nouveaux horizons, créant des conditions d autoréflexion, de convivialité 1, d intégration créative et d anticipation. La culture est garante des valeurs d intégrité, d équité, de responsabilité et de transparence. Elle détermine la vie publique et fournit le dénominateur commun pour instaurer la confiance entre les citoyens et les institutions. C est pourquoi elle est un facteur intimement lié à la bonne gouvernance et à la démocratie. La culture est une source d identité, d appartenance, de citoyenneté, d équité et de participation. Elle peut constituer une dimension essentielle du renforcement de la cohésion sociale ou, au contraire, servir de prétexte à la justification de l exclusion sociale et de la xénophobie. Pour ces raisons, la culture est une composante clé pour répondre aux préoccupations sociales dans des domaines tels que la santé, l éducation, l urbanisme La culture influence nos points de vue sur les questions de genre et des rôles respectifs des hommes et des femmes. A travers le dialogue interculturel, elle peut faire fructifier le débat sur ce sujet, en distinguant les pratiques sociales des pratiques culturelles, et en contribuant à répondre aux tensions réelles ou perçues autour des notions de culture et de droits de l homme. La culture joue par conséquent un rôle déterminant pour identifier des voies durables menant à la justice et à l égalité des sexes. La culture modèle les relations entre l Homme et la nature, et constitue un immense réservoir de systèmes de savoirs et d expériences sensibles à mettre à profit pour la gestion des ressources naturelles. Elle est un atout majeur pour la durabilité environnementale. Le patrimoine culturel sous toutes ses formes est un témoignage inestimable des expériences et des aspirations des sociétés qui continue à enrichir notre vie quotidienne. Il accroît ainsi la valeur du bien-être humain, et mérite en conséquence d être sauvegardé, valorisé et transmis aux générations futures. La culture est la matrice de la créativité, de l imagination et de l innovation. Elle constitue une force génératrice de nouvelles conceptions durables de la vie et un atout pour le développement économique. Par conséquent, les biens et services culturels, en tant que vecteurs d identité, de valeurs et de sens, ne doivent pas être traités comme de simples marchandises en dépit de l évolution économique et technologique actuelle considérable. 1 1 Voir note de bas de page, page 12. Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 5

8 Défis émergeants des politiques culturelles d aujourd hui De nouveaux «lieux d appartenance» sont nécessaires afin de faire face aux peurs et de répondre aux espérances suscitées par l évolution des paysages culturels à l ère de la globalisation. Cela implique de repenser les politiques relatives à l identité (linguistiques, religieuses, autochtones, etc.) et ce, dans le respect des droits de l homme. La nécessité de s éloigner des politiques essentialistes concernant les cultures, les civilisations, les religions car elles constituent le carburant des peurs, des stéréotypes, et mènent aux tensions, à la violence, au conflit, au sein des sociétés et entre elles. Le besoin de repenser des politiques qui, trop souvent, limitent la culture à ses expressions du passé, pour également considérer la capacité de la culture de se régénérer constamment par le biais de formes nouvelles et infinies d innovation et de créativité. La place grandissante occupée par la «culture numérique», et tout ce qu elle apporte de nouveau en termes de contenu culturel, de publics, d identités virtuelles, et de nouveaux réseaux sociaux. Alors que les technologies de l information et de la communication (TIC) jouent aujourd hui un rôle central dans la création, la production, la distribution, l accessibilité des contenus culturels, elles peuvent servir davantage la standardisation de ces contenus que leur diversification. Les nouvelles formes d expression culturelle qui ont émergé notamment auprès des jeunes en milieu urbain aux côtés des nouveaux médias (livres électroniques, arts visuels, mangas, bandes dessinées, art urbain, nouvelles musiques). La reconnaissance croissante du lien entre diversité culturelle et diversité biologique, qui doit être pris en compte dans les politiques pour le développement et la compréhension mutuelle. Le besoin de promouvoir l innovation dans la recherche et l enseignement relatifs aux liens entre la diversité culturelle et le dialogue interculturel, le développement et la paix : passer des approches par domaine spécialisé à la recherche interdisciplinaire et à l identification de compétences transférables. La culture, dans toute sa diversité, s entend comme une source de régénération permanente pour éviter la stagnation et le déclin de l humanité. Elle constitue un bien public pour l innovation créative, le développement durable, le dialogue et le bien-être. A cet égard, le secteur culturel en tant que tel est essentiel pour la sauvegarde du patrimoine, la promotion des expressions culturelles et des industries créatives. En parallèle, la culture doit faire partie intégrante de toutes les politiques publiques, incluant l éducation, l environnement, les médias, l économie et la santé. Seule une telle double approche, plaçant la culture au cœur même du politique, est à même de relever les défis d aujourd hui et de demain. 6 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

9 À la lumière de ces nouveaux défis, la politique culturelle est appelée à favoriser les idéaux et les capacités culturelles requises pour bien façonner, à tous les niveaux, un avenir commun pour l humanité. Dans ce processus, le potentiel créatif de tout un chacun doit être mobilisé en vue du bien-être, de l innovation et du pluralisme. Il est nécessaire de formuler une nouvelle éthique reprenant et conjuguant des valeurs et des idéaux essentiels fondamentaux de différentes cosmologies et matrices philosophiques. Ces visions du monde gagneraient à être diffusées et confrontées aux conceptions des nouveaux mouvements sociaux et éthiques afin de créer des synergies positives. Au nombre de ces idéaux figurent entre autres la compassion, la convivialité, l hospitalité, la fraternité ou la solidarité spontanée. L engagement de l UNESCO en faveur de la diversité culturelle, du dialogue interculturel et du développement durable, ainsi que les vastes liens entre la culture, les droits de l homme et la démocratie, ont été exprimés avec vigueur dans divers documents et conventions remontant aux prémices du système des Nations Unies, tout en s intensifiant au cours de la dernière décennie. À cet égard, la Déclaration universelle de l UNESCO sur la diversité culturelle, adoptée en 2001, a marqué un tournant. Nous sommes maintenant dans la deuxième décennie du XXI e siècle et plus de dix ans se sont écoulés depuis la dernière réunion intergouvernementale mondiale consacrée à l élaboration des politiques en matière de culture et de développement 2. Le moment est donc opportun de prendre la mesure des changements qui ont façonné le monde durant la dernière décennie et, ce faisant, de se demander quelles adaptations créatives l UNESCO pourrait apporter à sa politique culturelle 3. Les deux questions qui se posent sont les suivantes : premièrement, à l ère de la mondialisation, quels sont les nouveaux arguments en faveur d un engagement fort des États en matière de culture, de développement et de compréhension mutuelle sous l angle de la diversité culturelle et du dialogue interculturel? Et deuxièmement, quels sont les nouveaux choix et stratégies nécessaires en matière de politiques publiques? Ainsi, le présent document (i) décrit succinctement le contexte mondial et son impact sur l évolution du paysage culturel, (ii) explique, dans ce nouveau contexte, l émergence des notions de diversité culturelle et de dialogue interculturel en tant qu éléments essentiels pour le développement durable et la compréhension mutuelle, et (iii) propose une nouvelle conception «générique» de la politique culturelle. 2 Conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles pour le développement (1998). 3 Voir notamment ces publications de l UNESCO : Notre diversité créatrice, Rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement, 1995 ; les rapports mondiaux de l UNESCO sur la culture (Culture, créativité et marchés, 1998 ; Diversité culturelle, conflits et pluralisme, 2000) et le Rapport mondial de l UNESCO : Investir dans la diversité culturelle et le dialogue interculturel, Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 7

10 1 Le nouveau paradigme culturel est celui du passage de la «féconde diversité des cultures», qui était considérée comme correspondant aux frontières nationales, à celui de la «diversité culturelle», résultat de processus continus de transformation et d échanges entre peuples, idées et créativité, nourris par le dialogue interculturel. Le contexte mondial : un paysage culturel en transformation La culture prend une nouvelle signification dans le contexte actuel de crise mondiale, de changement climatique et de nouvelles révolutions de l information et de la communication. La mobilité croissante des populations se traduit par une accélération du rythme de la transformation sociale et une interconnexion des activités économiques, sociales, culturelles et politiques d une ampleur sans précédent dans l histoire de l humanité. Les interdépendances ainsi créées sont de plus en plus nombreuses, fortes et complexes. De nouveaux tissus socioculturels Les sociétés peinent à s adapter au rythme de ces transformations. À tous les niveaux croissent actuellement un sentiment d incertitude face à l avenir et une conscience de la vulnérabilité des individus. Le réseau de relations autrefois solidement attaché à l identité sociale, locale et culturelle d un groupe, s est étendu, délocalisé et stratifié. L idée de culture comme espace de vie stable et commun auquel contribuent tous les membres du groupe sans distinction, qui le transmettent à la génération suivante, correspond de moins en moins à la réalité, dans laquelle les communautés sont en relation par-delà les frontières locales et nationales. À l échelle locale, un nombre croissant d individus et de groupes se retrouvent dans des situations où ils partagent un même espace de vie avec des personnes de différents horizons culturels, en particulier dans les villes mondialisées en pleine 8 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

11 expansion. Les identités de groupe sont chaque jour plus délocalisées, alors que les contacts par l intermédiaire des médias et la mobilité mondiale rendent possibles de nouveaux assemblages culturels, modifiant également les notions de temps et d espace. Les individus s identifient davantage à plus d un groupe et développent un sentiment d appartenance plurielle. En même temps, on constate une forte affirmation des spécificités identitaires collectives, pas seulement de la part de peuples autochtones ou de minorités qui, souvent, affrontent la dure réalité de l injustice historique associée à une discrimination persistante ; d autres groupes revendiquent également leur identité, fondée sur des liens primordiaux communs comme le genre, l ethnie, la langue et la religion, ou sur des convictions acquises, comme la défense des droits de l homme ou la protection de l environnement. Tendances à la standardisation des modèles culturels à l échelle mondiale et à la diversification culturelle à l échelle locale Dans ce nouveau paysage culturel, nous observons deux tendances : la standardisation de certains modèles culturels à l échelle mondiale et la diversification culturelle à l échelle locale. Ces deux tendances trouvent leur source dans l impressionnant volume de biens et services culturels circulant à travers la planète par l intermédiaire d industries culturelles transnationales, d entreprises internationales et de la coopération pour le développement. Des images universelles, une culture populaire uniformisée et des biens de consommation similaires sont introduits jusque dans les lieux les plus reculés du globe. Cependant, ce processus ne se résume pas à la disparition de la culture locale au profit d une culture globalisante. Pour que des concepts mondiaux soient adoptés dans le discours culturel d une société, il est primordial que ces éléments extérieurs trouvent un ancrage à l échelle locale. Ce faisant, ils sont transformés et réinterprétés. La culture mondiale n est donc pas un creuset de cultures ; il faut plutôt l envisager comme un système de référence mondial, un réservoir de nombreuses modalités d acceptation, de rejet ou de réinterprétation, un espace de discussion pour débattre des différences ou identifier des points communs. En conséquence, le changement de paradigme actuel de la culture à la diversité culturelle est plus complexe que l idée de «mosaïque de cultures» ou de «mosaïque culturelle mondiale». Les cultures ne sont plus considérées comme des cadres figés, arrêtés et immuables, mais comme des créations transfrontalières véhiculées à travers le monde, notamment via les médias et Internet. C est la raison pour laquelle les cultures doivent être plutôt perçues comme des processus plutôt que des produits finis et ce, pour mieux prendre conscience que toutes les cultures sont dialogiques de par leur nature même. La diversité culturelle est donc une expression intrinsèque de la créativité humaine, et inversement : la diversité culturelle devient une plate-forme d échanges et de dialogues perpétuels entre les cultures, de l échelle locale jusqu à l échelle transnationale. Par conséquent, elle s apparente à une source inépuisable de créativité humaine et à d infinies possibilités d innover et d inventer, fondamentales pour le développement durable et la compréhension mutuelle. Les cultures sont les forces créatrices d un ensemble de signifiants des espaces de compréhension de soi, de contestation ou d acceptation des différences. Ainsi, elles n englobent pas seulement l art et la littérature, mais également les modes de vie, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. La protection et la promotion de leur riche diversité présente un double défi : d une part, défendre une capacité créatrice, à travers la multiplicité des formes matérielles et immatérielles des cultures, et d autre part, assurer un vivre ensemble harmonieux entre individus et groupes venant d horizons culturels variés et qui vivent au sein d un même espace, en garantissant un environnement propice à leur participation à la vie culturelle de leur choix. Autrement dit, le nouveau paradigme culturel est celui du passage de la «féconde diversité des cultures» (Acte constitutif de l UNESCO), qui était considérée comme correspondant aux frontières nationales, à celui de la «diversité culturelle», résultat de processus continus de transformation et d échanges entre peuples, idées et créativité, nourris par le dialogue interculturel (voir Annexe I pour les définitions opérationnelles). Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 9

12 2 La prise en compte de considérations culturelles indépendantes sur les questions normatives essentielles que posent la richesse, la productivité, le travail, la protection sociale et le commerce, est une nécessité vitale dans l identification de nouvelles approches pour le développement durable de demain. Lier la diversité culturelle au dialogue interculturel : un cercle vertueux Il convient à ce stade de réexaminer les principaux arguments en faveur de la diversité culturelle et du dialogue interculturel. Le constat suivant est capital à cet égard : les bienfaits de la diversité culturelle ne sont pas automatiques, ce qui a des conséquences pour la conception des politiques publiques, lesquelles doivent se donner pour objectif primordial de répondre aux défis de notre époque. Pourquoi la diversité culturelle et le dialogue interculturel sont des atouts décisifs en temps de crise mondiale? Il existe deux raisons majeures d approfondir la relation entre diversité culturelle et développement, qui n ont pas encore été pleinement exposées. La première se rapporte à l innovation. Il existe deux grandes visions de l innovation dans l économie actuelle, centrée, plus qu elle ne l a jamais été dans l histoire de l humanité, sur le savoir, l information et l éducation. Selon l une d elles, l innovation serait endogène à l économie, induite par la concurrence de marché, le savoir technique et l évolution de la technologie. L autre vision insiste sur les sources exogènes des grandes innovations qui entraînent une évolution technologique et une plus grande efficacité. Les tenants de la seconde vision soulignent le rôle des idées, valeurs, croyances et symboles à l origine du 10 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

13 changement économique. Il est inutile de choisir entre ces deux visions tant qu une place est laissée à la seconde, qui privilégie la culture comme source et moteur de grandes mutations technologiques et économiques. Si l on accorde quelque crédit à cette seconde vision, il s ensuit que la diversité culturelle est un laboratoire permanent de création de précieuses innovations, en particulier dans les domaines où le renouvellement des idées est essentiel. Les technologies vertes, les énergies propres et la réduction de l empreinte carbone humaine découlant du progrès technologique en font partie. Sur ce point clé, il ne suffira pas d inventer de nouveaux outils et de nouvelles techniques. Ce dont nous avons besoin, c est d une conception entièrement renouvelée de la relation entre machines, milieux et humanité, ce qui exige de la créativité, de l imagination et l intuition de nouveaux modes de vie. L économie seule ne fera jamais naître de tels desseins puisqu elle est, en fin de compte, affaire de moyens, et non de fins. Pour repenser la relation entre moyens et fins, la diversité culturelle est un atout décisif. Le deuxième argument en faveur du renforcement des liens entre diversité culturelle et développement durable concerne la gestion de la croissance économique. La croissance semble constituer une fin satisfaisante et allant de soi, que toute économie et l économie mondiale dans son ensemble ont intérêt à poursuivre. L économie néoclassique, de même que l économie néolibérale dans sa version la plus récente, tendent à considérer que la croissance est une vertu incontestée, mesurée par des indicateurs standard tels que le Produit intérieur brut (PIB) et le Produit national brut (PNB), les mises en chantier de logements, la hausse de la consommation, etc. Toute discussion sur les limites de la croissance ou la baisse de la croissance est souvent perçue comme le signe d une pensée antimarché, anticapitaliste, voire antimoderniste. Pourtant, nombre des dernières grandes catastrophes, telles que la récente crise financière et l accélération du réchauffement climatique, sont directement liées à une consommation effrénée, elle-même encouragée par le surendettement des consommateurs, la levée irresponsable de la régulation des banques et des marchés financiers par les pouvoirs publics, et un culte grandissant de la «croissance» comme unique idéal de ce monde. Une grande partie de la réflexion sur le développement économique est également dominée par ce culte inconditionnel de la croissance, peu d attention étant accordée à l équité, la participation, le développement durable et la santé publique. Le fait de se pencher à nouveau sur la valeur «diversité culturelle» pourrait attirer l attention sur la nécessité d un vrai débat et de l établissement, par une source indépendante, de normes concernant la nature, l ampleur et les limites de la croissance économique. On ne saurait s attendre à ce que ce débat normatif ait lieu dans le milieu de l économie mondiale, au sein des institutions du marché mondial, ou même dans le cadre des institutions internationales (telles que l Organisation mondiale du commerce), où prévalent les considérations économiques. La prise en compte de considérations culturelles indépendantes sur les questions normatives essentielles que posent la richesse, la productivité, le travail, la protection sociale et le commerce, est une nécessité vitale dans l identification de nouvelles approches pour le développement durable de demain. Comment établir une relation entre diversité culturelle et bonne gouvernance, à l heure où les systèmes témoignent d une capacité limitée à composer avec la diversité culturelle? Le nouveau tissu socioculturel de nos sociétés combiné à l interdépendance mondiale appelle de nouveaux systèmes de gouvernance. Nous sommes aujourd hui confrontés à une crise de certains idéaux, parmi lesquels la liberté, la transparence ou la responsabilité. Ces idéaux promettaient d assurer l égalité et la solidarité (ou fraternité) grâce à la victoire de la raison. En cette ère de mondialisation, le marché a créé des formes de transactions symboliques spécialisées qui déjouent la responsabilité et empêchent la transparence. L évolution de la technologie, notamment dans le domaine du numérique, semble plus souvent engendrer une ségrégation économique et politique que favoriser la participation et la collaboration. Pour ne pas céder à cette tendance, et pour que la culture et la démocratie redeviennent de véritables alliées, nous devons encourager et soutenir les revendications culturelles qui élargissent, plutôt qu elles ne restreignent, l espace Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 11

14 de la démocratie. La tendance a été jusqu ici d agir de manière défensive à cet égard, en rejetant les revendications culturelles allant dans le sens de l intolérance, de l exclusion, du racisme ou d autres formes de discrimination dommageables. Il est maintenant important de passer à l étape suivante, qui consiste à promouvoir effectivement les formes de diversité et de différenciation culturelles susceptibles d élargir le cercle de la participation politique au-delà des élites technocratiques, politiques et financières. Une telle action, dans le contexte du XXI e siècle, nécessite de repenser les médias, l éducation et la gouvernance. Ces réflexions conduisent à quelques observations sur la diversité culturelle, dans son rapport à la gouvernance mondiale. Quels que soient nos diagnostics sur la relation émergente entre les Étatsnations traditionnels, les regroupements régionaux (comme l Union européenne [UE] et l Association des Nations du Sud-est Asiatique [ASEAN]) et les organisations mondiales (comme l Organisation mondiale du commerce [OMC], la Cour pénale internationale [CPI], le Fonds monétaire international [FMI], etc.), la frontière entre les questions d ordre interne et externe, national et international, local et mondial, est souvent floue, insaisissable. Dans une configuration mondiale où les guerres civiles sont souvent des chevaux de Troie au service de luttes de pouvoir mondiales et où, inversement, les stratégies mondiales se réduisent fréquemment à des jeux de pouvoir locaux, il existe un besoin de justice, de transparence et de paix qui ne soient ni furieusement particularistes, ni hypocritement universelles. Le domaine couvert par la culture, ou plus précisément, par la diversité culturelle, promet d offrir un champ intermédiaire de possibilités pour la paix, la diplomatie et la coexistence, fondé sur le respect de la diversité culturelle, sur l esprit de dialogue et sur le désir de développement. Le domaine couvert par la culture, ou plus précisément, par la diversité culturelle, promet d offrir un champ intermédiaire de possibilités pour la paix, la diplomatie et la coexistence, fondé sur le respect de la diversité culturelle, sur l esprit de dialogue et sur le désir de développement. Comment créer un cercle vertueux entre diversité culturelle et dialogue interculturel, dans un contexte de transformation sociale rapide et de xénophobie? Les valeurs de la diversité, du développement et de la démocratie sont plus que jamais indispensables à la «convivialité» 4. L égalité et la liberté sont des idéaux complexes, pouvant, dans certaines circonstances, s exclure l un l autre. La communauté internationale les a faits siens et les États intensifient leurs efforts pour les mettre en œuvre, mais il semble parfois que l égalité et la liberté 4 La notion de «convivialité» telle qu elle est utilisée ici a été forgée par Ivan Illich. Elle se réfère au rapport autonome et créatif entre les personnes, et au rapport des personnes avec leur environnement [...] par contraste avec la réponse conditionnée des personnes aux exigences des autres et d un environnement façonné par l Homme [ ]. Dans toute société, en deçà d un certain niveau de convivialité, aucune quantité de production industrielle n est à même de satisfaire les besoins qu elle crée parmi ses membres (Outils pour la convivialité, 1973). (de certains) menacent de détruire la convivialité du plus grand nombre. Au final, la culture est une source de convivialité au sein du foyer, du village, de la nation, du monde. La convivialité n est pas une question d identité mais de solidarité dans la diversité, nourrie par le dialogue interculturel. Une question se pose néanmoins : quelles relations ces deux notions entretiennent-elles? Comment peuvent-elles se renforcer mutuellement? Dans une perspective pessimiste, nous pourrions soutenir que certaines formes d identité culturelle expriment le morcellement, la frustration et le narcissisme du monde actuel. Des formes d identification culturelle xénophobes, exclusivistes et «nativistes» sont apparues dans des contextes où les forces de la mondialisation ont engendré 12 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

15 une insécurité au niveau national, l érosion des anciennes formes de protection sociale et une instabilité économique accrue. En outre, les flux médiatiques mondiaux ont alimenté les clichés négatifs, tandis que la peur des marginaux et des étrangers a donné un retentissement excessif aux soulèvements sociaux. Qui plus est, la revendication croissante de droits culturels par des immigrés clandestins et des réfugiés dans des sociétés offrant davantage d opportunités a suscité, en Europe notamment, des prises de position explosives contre les immigrés et l immigration. Ces exemples montrent bien que les nouvelles formes d identification culturelle ne mènent pas toujours à la tolérance et au pluralisme. La question demeure la suivante : quelles formes de diversité culturelle sont effectivement propices au dialogue interculturel? Pour y répondre, il faut identifier et encourager les formes de diversité culturelle qui favorisent la réflexion sur soi, l aptitude à la convivialité et l élan créatif et ce, pour faire bouger les lignes d horizons culturels existantes en accompagnant le changement. Sans ces propriétés, le dialogue interculturel sera soit infructueux, soit hypocrite. La suite de la présente section examine chacune de ces propriétés de la diversité. Pour favoriser la réflexion sur soi, la diversité culturelle doit intégrer un certain degré de multiplicité de points de vue épistémologiques, c est-à-dire la reconnaissance du fait qu il existe des visions du monde légitimes autres que la sienne. Certaines formes de diversité et d attachement culturels rejettent à l inverse cette concession relativiste. Il est donc important d encourager activement cette conscience culturelle qui amène tous les êtres humains à reconnaître que, selon le fameux aphorisme de Clifford Geertz, «être humain, c est être javanais». Par là, Geertz voulait dire que les humains se différencient des autres animaux en ce qu ils adoptent au cours de leur vie une vision du monde particulière, différente de celle des peuples appartenant à d autres cultures. Si tous les hommes reconnaissaient que leur humanité est indissociablement liée à leur spécificité culturelle, l intolérance serait désamorcée à sa source. L UNESCO se doit donc d encourager les formes de diversification culturelle reconnaissant explicitement le droit de chacun à être culturellement différent. La diversité culturelle et le dialogue interculturel sont intimement liés : aucune de ces deux notions ne peut s épanouir sans l autre. Il en est de même de l aptitude à la convivialité. Cette aptitude ne va pas de soi. Elle doit être consciemment reconnue, encouragée et cultivée. Pour faire preuve de convivialité et s épanouir dans un monde où il nous faut vivre avec des personnes qui ne partagent pas les mêmes attaches culturelles, il faut être capable de faire la distinction entre la valeur des relations sociales et les avantages de l unité culturelle. Autrement dit, s entendre avec une autre personne ou un autre groupe n implique pas toujours la pleine adhésion à sa vision du monde. C est en fait un signe de fondamentalisme culturel que de ne pas faire la distinction entre comportements et convictions, et d exiger de l Autre qu il nous rejoigne entièrement dans ces deux domaines. Pour beaucoup de gens, le monde d aujourd hui est caractérisé par une multitude d attaches temporaires, d associations éphémères et de relations pragmatiques. C est le monde du migrant, du touriste, du visiteur, du voyageur et du marginal; la facette humaine de la mondialisation. Dans ces conditions, il est irréaliste et même dangereux d exiger une conformité culturelle de ceux à qui nous sommes provisoirement associés. C est le signe d une forme de religiosité qui n a pas sa place dans notre monde actuel, d une confusion entre croyances communes et solidarité sociale. L aptitude à la convivialité se mesure à la disposition à construire des univers sociaux partiellement communs ceux du travail, de la politique, du loisir et de l information avec ceux qui ne partagent peut-être pas les mêmes présupposés culturels qui nous tiennent à cœur. Il s agit là d une condition élémentaire du pluralisme culturel dans la pratique et au quotidien. Enfin, le fait d être disposé à changer d horizon culturel, pour favoriser l adaptation créative et l anticipation ne sont pas à prendre pour argent comptant. L avalanche de nouvelles formes d informations numériques, l omniprésence quotidienne des médias et l évolution rapide de ce qu adultes et enfants connaissent sont des traits caractéristiques de la mondialisation. Mais le résultat n est pas forcément une plus grande ouverture au changement. Souvent, face à l explosion médiatique, nous nous fermons, nous nous coupons du monde et devenons culturellement rigides, parfois pour avoir perdu notre identité. Cependant, l adaptation créative peut et doit également être reconnue comme une capacité culturelle. A ce titre, Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 13

16 elle mérite d être encouragée et développée par tous les moyens. Ces remarques esquissent une voie à suivre pour créer délibérément un cercle vertueux entre la diversité culturelle et le dialogue interculturel. Une plus grande réflexion sur soi est l alliée naturelle du dialogue interculturel, dans la mesure où elle ouvre un espace pour discerner les failles ou déficits éventuels de son propre système culturel. De même, l aptitude à la convivialité incite au dialogue interculturel en invitant à la conversation. Enfin, lorsqu il y a ouverture au changement créatif au sein d un système culturel, le dialogue interculturel est toujours le bienvenu, puisqu il offre des possibilités de nouveaux styles de vie. Plus important encore, la relation entre la diversité culturelle et le dialogue interculturel est à double sens. Le dialogue interculturel peut offrir de nouvelles raisons d approfondir la réflexion sur soi ; il peut renforcer l aptitude à la convivialité, et présenter des opportunités inédites en termes de renouvellement des biens culturels et d adaptation des constructions culturelles. En cette ère de mondialisation, la nécessité est donc plus grande encore pour l UNESCO de rechercher, d identifier et de nourrir ces formes de diversité culturelle et de dialogue interculturel, qui ne peuvent que se renforcer mutuellement. Il s agit là d une distinction importante, porteuse de conséquences pour les politiques publiques, que la simple ratification du statu quo ne permet pas d appréhender. En résumé, la diversité culturelle et le dialogue interculturel sont intimement liés : aucune de ces deux notions ne peut s épanouir sans l autre. 14 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

17 3 La reconnaissance du rôle de la culture comme moteur du développement durable et de la compréhension mutuelle. Repenser la politique culturelle Les arguments exposés ci-dessus ont des incidences sur les politiques relatives aux nouvelles technologies, aux industries culturelles, à la science et à l éducation, ainsi qu à l histoire, au patrimoine, à la paix et au dialogue, qui sont autant d éléments forts de la politique culturelle de l UNESCO. Cette partie du document présente en conséquence un certain nombre de principes, d objectifs, de stratégies et de questions relatives à la culture. Ceux-ci font l objet d un intérêt public croissant, non seulement de la part du secteur culturel en tant que tel, mais aussi de tous les secteurs appelés à définir une politique publique, partant de la reconnaissance du rôle de la culture comme moteur du développement durable et de la compréhension mutuelle 5. 5 Dans la perspective des politiques publiques, il est important de considérer que la culture comporte une double facette : la culture est à la fois une fin en soi, et un moyen vers d autres fins. En tant que fin en soi, la culture est un réservoir dynamique constitué de signifiants, de symboles et de styles précieux et distinctifs d une société. La culture comme moyen est ce même réservoir vu comme un catalyseur, un carburant ou une incitation en vue du bien-être de l humain dans toutes les sphères, y compris l économie, la politique et la responsabilité environnementale. Ces deux côtés de la culture sont en fait les facettes d une même pièce, et la connexion entre ces facettes est la raison même de l indivisibilité entre la culture en elle-même et la culture pour elle-même. Cette idée mériterait d être plus amplement développée dans les débats autour des politiques culturelles. Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 15

18 Principaux objectifs et stratégies Les principaux objectifs et stratégies suggérés cidessous devraient constituer des préoccupations centrales des politiques pour le développement et la compréhension mutuelle. Néanmoins, ils ne constituent nullement une liste exhaustive, mais pourront être revus et complétés en fonction de contextes spécifiques. Certains sont peutêtre plus pertinents pour un pays que pour un autre, et appellent des réponses institutionnelles imaginatives et flexibles. Ils peuvent correspondre aux champs d action du secteur culturel en tant que tel, d un secteur spécifique des politiques du développement, ou requérir de nouvelles formes de coopération entre les ministères, les acteurs de la culture et la société civile : culturels et en garantissant le droit de chacun à participer à la vie culturelle de son choix. Encourager la pensée créative et la recherche novatrice visant à étudier les liens entre la culture et la crise mondiale, entre diversité culturelle, développement et coexistence harmonieuse. Soutenir les politiques de développement locales, régionales et mondiales en vue du bien-être culturel, social, économique et environnemental (approche des quatre piliers du développement, politiques intersectorielles et programmes de développement régional). Encourager des politiques novatrices prônant les formes de diversité culturelle favorables au dialogue interculturel, à la convivialité, au développement durable, et bénéfiques à tous les membres d une société donnée. Élargir l espace démocratique pour y inclure la diversité et l interdépendance dans la construction de la citoyenneté aux niveaux national et international, ainsi que dans l espace virtuel, en s intéressant particulièrement aux jeunes femmes et hommes de tous horizons Renforcer la coopération internationale pour la politique culturelle en aidant les pays en développement à consolider leurs institutions culturelles et à former des professionnels de la culture ; en encourageant la participation de la société civile, des professionnels et des réseaux ; en multipliant les consultations et en renforçant la coordination entre les ministères de la culture et les autres ministères concernés aux niveaux régional et international ; en produisant des données statistiques et en mettant au point des indicateurs, etc. Une double approche des politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle a. Repenser le secteur culturel en tant que tel Le secteur culturel en tant que tel renvoie aux champs d action relatifs à la culture. Cela couvre un large éventail de domaines englobant d une part le patrimoine, qu il soit naturel ou culturel, matériel ou immatériel, et d autre part la grande diversité des expressions culturelles (voir définitions opérationnelles en Annexe I). C est un secteur en perpétuelle transformation où le rôle des nouvelles technologies de la communication dans la création culturelle, la production, la distribution, la consommation devient prépondérant et contribue à l épanouissement individuel et collectif. En outre, la dématérialisation de la culture et sa délocalisation ont fait émerger de nouveaux marchés de l art, de nouveaux acteurs culturels tant au niveau local que mondial et avec eux, des formes de participation innovantes. Pour répondre de manière adaptée aux besoins d aujourd hui, la recherche sur la culture et les politiques culturelle doit trouver sa place et prendre des formes novatrices. Les objectifs et stratégies des politiques dans ces domaines doivent en effet être revus à la lumière de l évolution du paysage culturel et des défis du développement évoqués plus haut. Les orientations formulées ci-dessous, portées par les cadres juridiques internationaux développés par l UNESCO, abordent 16 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

19 quelques-unes des grandes problématiques liées à la créativité, telle qu elle s est cristallisée dans le passé ou réinventée au présent. PATRIMOINE : soutenir la sauvegarde, la mise en valeur et la transmission du patrimoine sous toutes ses formes (patrimoine naturel et culturel, matériel, mobilier, et immatériel), de sorte que la capacité des générations futures d y accéder ne soit pas compromise. Cela implique la reconnaissance d une série de composantes du patrimoine, comprenant les différents systèmes de savoirs, les pratiques culturelles, les paysages culturels et naturels, le patrimoine industriel, le tourisme culturel, etc. Les problématiques se posent notamment en ces termes : que sauvegarder, valoriser, transmettre, et comment? Comment intégrer les politiques du patrimoine dans des stratégies plus larges de développement local durable et de cohésion sociale? Dans quelle mesure le patrimoine reflète-t-il l échange et le dialogue interculturels? Il existe un nombre important de conventions pour protéger et promouvoir le patrimoine, telle la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé (1954, le second protocole en 1999) ; la Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l importation, l exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels (1970) ; la Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel (1972) ; la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique (2001) ; et la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003). EXPRESSIONS ARTISTIQUES ET CONTENUS CULTURELS : assurer la circulation et l accessibilité de contenus culturels diversifiés, en s appuyant également sur les TIC, de façon à ce que les individus jouissent de la plus grande variété possible de biens et services culturels. Les problématiques se posent notamment en ces termes : comment les politiques peuventelles assurer la complémentarité des aspects économiques et culturels du développement et de la cohésion sociale? Comment faciliter au mieux la diffusion de produits culturels endogènes et l accès des pays aux ressources numériques pédagogiques, culturelles et scientifiques disponibles dans le monde? À cette fin, il faut accompagner l apparition ou la consolidation d industries culturelles, en particulier dans les pays en développement. Dans ce but, collaborer au développement des infrastructures et compétences nécessaires, améliorer la reconnaissance, les droits et la mobilité des artistes et des créateurs, développer des programmes et des partenariats internationaux en matière de recherche, en favorisant ainsi l émergence de marchés locaux viables et en facilitant l accès des produits culturels des pays en développement au marché mondial et aux réseaux de distribution internationaux, permet aux individus de faire des choix éclairés. La Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005) est un outil précieux sur ce terrain-là. b. Intégrer la culture dans tous les domaines de politique publique La culture, dans sa riche diversité, est à la fois une source d inspiration et une ressource pour le développement. Elle constitue la quatrième «dimension» ou «pilier» du développement, aux côtés des considérations sociales, économiques et environnementales dont il a été question au «Sommet de la Terre» (Johannesburg, 2002). Elle reste toutefois la dimension la plus négligée jusqu à présent dans les stratégies visant à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement. Or les actions en faveur du développement ne seront La culture, dans sa riche diversité, est à la fois une source d inspiration et une ressource pour le développement. Elle constitue la quatrième «dimension» ou «pilier» du développement, aux côtés des considérations sociales, économiques et environnementales. Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle 17

20 significatives et efficaces qu à la condition que la culture fasse partie intégrante de l ensemble des politiques publiques, notamment dans les domaines de l éducation, des sciences humaines et sociales, de la santé, de l économie, de l environnement et des médias. La liste des domaines d action et des orientations stratégiques proposée ci-dessous n est pas exhaustive, et devra être revue et complétée pour chaque pays/région spécifique. ÉDUCATION : promouvoir l éducation interculturelle et aux droits de l homme, l éducation artistique et au patrimoine ; encourager la diversité linguistique et l enseignement en langue maternelle ; faciliter l enseignement d une histoire mondiale depuis une multiplicité de perspectives ; encourager la reconnaissance et la valorisation du savoir et des pédagogies locales/ autochtones dans l éducation à tous les niveaux (éducation formelle et non formelle, des jeunes comme des adultes) ; promouvoir les échanges internationaux et l éducation au développement durable, en tirant également parti des TIC au sein d une économie du savoir diversifiée et répondant aux problématiques émergentes telles que le concept de «citoyenneté culturelle/interculturelle», de compétences interculturelles et d alphabétisation médiatique. SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES : promouvoir la recherche sur les droits de l homme en tant que garants de la diversité culturelle, en abordant les questions de la confiance, de l inclusion, de la participation culturelle, de la liberté d expression et du respect des religions et des croyances. Etudier comment les modes de gouvernance peuvent intégrer les principes de la diversité culturelle. Explorer comment les programmes et politiques culturelles peuvent faciliter les transformations sociales et les changements progressifs et pacifiques dans des sociétés multiculturelles. SANTÉ : promouvoir des services de santé culturellement adaptés, prenant en compte les perceptions culturelles particulières de la maladie et du bien-être, et reconnaissant les médecines locales, autochtones et alternatives, dans le plein respect des droits de l homme - et la contribution des organisations confessionnelles. A cette fin, renforcer les synergies entre les différents systèmes, ministères et acteurs de la santé, notamment en ce qui concerne la recherche de solutions aux défis urgents, tels que la prévention et le traitement du VIH/SIDA, la mortalité infantile et maternelle, le paludisme, la santé génésique, la violence domestique et autres pratiques souvent justifiées au nom de la tradition et de la diversité. ÉCONOMIE : reconnaître et encourager la contribution des ressources culturelles, telles que le patrimoine et la création, ainsi que la contribution des industries culturelles à l économie locale, nationale et mondiale, incluant l «économie de l intelligence» dans le respect des droits de propriété intellectuelle et de la notion de bien public ; favoriser le pluralisme, y compris la reconnaissance des modes de subsistance locaux/autochtones comme source de revenus et d emplois. Susciter le débat et la réflexion sur les normes et les valeurs régénératives en matière de richesse, de productivité, de bien-être, en introduisant des visions et des perspectives économiques alternatives. SCIENCES NATURELLES ET ENVIRONNEMENTALES : renforcer les synergies avec les savoirs locaux/autochtones en vue de la protection de l environnement, de l utilisation durable des ressources naturelles, de l adaptation et de l atténuation du changement climatique. Encourager une réflexion critique sur l impact des traditions et des pratiques sur les hommes et l environnement. Revisiter les philosophies et cosmologies anciennes, les valeurs portant sur l inter-connectivité des formes de vie, telles que l harmonie, afin de trouver de nouvelles façons de préserver les diversités biologique et culturelle. Formuler de nouvelles pédagogies portant sur la relation homme-nature-culture et sur la préservation de la Terre dans une approche holistique. COMMUNICATION/MÉDIAS : promouvoir la diversification culturelle et linguistique des contenus en vue des sociétés du savoir : en renforçant pluralisme des médias, en 18 Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le développement et la compréhension mutuelle

Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le developpement et la compréhension mutuelle

Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le developpement et la compréhension mutuelle Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Un nouvel agenda de politiques culturelles pour le developpement et la compréhension mutuelle Arguments en faveur d un engagement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO Paris, 2 novembre 2001 DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

Thèmes du programme. 1. L archivage à l ère du numérique

Thèmes du programme. 1. L archivage à l ère du numérique Conférence quadriennale du Conseil international des Archives Séoul, Corée du Sud, 5-10 septembre 2016 Archives, Harmonie et Amitié : gages de sensibilisation culturelle, de justice et de collaboration

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Prise de position sur les Objectifs globaux de développement durable (ODD)

Prise de position sur les Objectifs globaux de développement durable (ODD) Prise de position sur les Objectifs globaux de développement durable (ODD) En 2015, les Nations Unies vont adopter un programme global de développement durable qui marquera de son empreinte la politique

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Conseil suisse des religions Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Prise de position du Conseil suisse des religions concernant l initiative populaire «Contre la construction de minarets»

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

PROJET CONFERENCE CONJOINTE CHEFS DE DELEGATIONS DU G77 ET DU MOUVEMENT DES NON-ALIGNES DURANT LA 37EME SESSION DE LA CONFERENCE GENERALE DE L UNESCO

PROJET CONFERENCE CONJOINTE CHEFS DE DELEGATIONS DU G77 ET DU MOUVEMENT DES NON-ALIGNES DURANT LA 37EME SESSION DE LA CONFERENCE GENERALE DE L UNESCO PROJET CONFERENCE CONJOINTE CHEFS DE DELEGATIONS DU G77 ET DU MOUVEMENT DES NON-ALIGNES DURANT LA 37EME SESSION DE LA CONFERENCE GENERALE DE L UNESCO Nous, Chefs de Délégations des États membres du Groupe

Plus en détail

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal HEC Montréal Politique de développement durable Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal Adoptée au Conseil pédagogique, le 27 mars 2013 1 HEC MONTRÉAL Politique de développement

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 2CO/F/6.1 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 1. Le Congrès exprime sa plus vive préoccupation face

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Annexe : les orientations proposées

Annexe : les orientations proposées Annexe : les orientations proposées Les propositions 10 à 13 créent des champs d action et proposent les orientations qui doivent baliser l action de la Fédération dans ces champs. Au congrès, les champs

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

9 e Conférence latino-américaine de Culture. Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE

9 e Conférence latino-américaine de Culture. Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE 9 e Conférence latino-américaine de Culture Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE 1 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE PRÉAMBULE Les chefs d état et de gouvernement

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques Loïza Rauzduel, Chargée de projet Caribbean Natural Resources Institute (CANARI) Conférence ICFC, Espace Régional

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

INSTITUT EUROPÉeN DE RECHERCHE SUR. www.medea.be

INSTITUT EUROPÉeN DE RECHERCHE SUR. www.medea.be INSTITUT EUROPÉeN DE RECHERCHE SUR la coopération méditerranéenne et euro-arabe www.medea.be P r é s e n t a t i o n La coopération avec ses voisins les plus directs, les pays arabes et méditerranéens,

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

BUREAU DE L UNESCO POUR L ALGÉRIE, LA MAURITANIE, LE MAROC ET LA TUNISIE STRATÉGIE OPÉRATIONNELLE

BUREAU DE L UNESCO POUR L ALGÉRIE, LA MAURITANIE, LE MAROC ET LA TUNISIE STRATÉGIE OPÉRATIONNELLE 1 BUREAU DE L UNESCO POUR L ALGÉRIE, LA MAURITANIE, LE MAROC ET LA TUNISIE STRATÉGIE OPÉRATIONNELLE 2014-2017 2 3 L UNESCO SES MISSIONS Organisation des Nations Unies pour l Education, la Science et la

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Principes fondamentaux du PQD de la Côte-Nord Des énoncés exploratoires relatifs à la vision se dégagent des principes fondamentaux qui transcendent

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE. du groupe Generali

Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE. du groupe Generali Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE du groupe Generali Assicurazioni Generali S.p.A. Piazza Ducca degli Abruzzi, 2 34132 Trieste Italie Approuvé par le Conseil d Administration Milan, le 12 mai 2010

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Nouvelle stratégie. et Plan d action du Conseil de l Europe. pour la cohésion sociale

Nouvelle stratégie. et Plan d action du Conseil de l Europe. pour la cohésion sociale Nouvelle stratégie et Plan d action du Conseil de l Europe pour la cohésion sociale approuvés par le Comité des Ministres du Conseil de l Europe le 7 Juillet 2010 2 NOUVELLE STRATEGIE POUR LA COHESION

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN 2 Introduction Internet a connu un développement et une évolution spectaculaires grâce à l innovation et à la créativité incontestable

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003 Charte de l aide publique au développement du Japon Le 29 Août 2003 Révision de la Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon La Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon,

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail