L ère numérique, un nouvel âge pour l humanité, Gilles Babinet, éditions Le Passeur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ère numérique, un nouvel âge pour l humanité, Gilles Babinet, éditions Le Passeur"

Transcription

1 L ère numérique, un nouvel âge pour l humanité, Gilles Babinet, éditions Le Passeur La révolution numérique pourrait compter parmi les trois grandes inflexions de l humanité, au même titre que l invention de l écriture par la civilisation sumérienne qui entraîna le développement des villes, routes et remises à grains et l invention de l imprimerie par Gutenberg qui rendit possible l émergence des Lumières. Certains d entre nous doutent de la réalité de cette révolution, parce qu il est difficile de s extraire du contexte économique actuel, lié principalement à de mauvaises régulations macro-économiques, pour percevoir les révolutions de fond, induites par le numérique. Ces facteurs sont perçus de façon beaucoup plus évidente dans le monde dit en voie de développement, qui non seulement bénéficie d une croissance remarquablement soutenue, mais au sein duquel les changements à commencer par la révolution mobile sont massivement emmenés par le numérique. La thèse défendue dans cet ouvrage est que la révolution digitale va représenter une rupture de paradigme majeure pour l ensemble de l humanité. La distribution très massive du savoir et des techniques de santé, l émergence de la robotique, le changement de dimension des États, sont quelques-unes des notions fondamentales qui seront appelées à changer le cours de l humanité. (...)Le phénomène est identique à l'égard de l'information aujourd hui ; jamais, dans aucune phase de l'histoire, l'information n'a pu être disponible pour un coût aussi marginal. En réalité, l'information à laquelle peut accéder un chercheur en physique quantique immergé dans le monde scientifique est pour ainsi dire semblable à celle à laquelle peut accéder un paysan au fond du Guatemala ; ce qui diffère, c'est la capacité de ce dernier à l'utiliser ; mais en soi, l'information est là. Pour l'instant et à bien des égards, l'humanité se comporte souvent vis-à-vis de cette surabondance comme une poule ayant trouvé un couteau ; nous ne savons comment en faire usage convenablement ; cela provoque quelques excès (réseaux et jeux vidéo addictifs, difficultés des élèves à faire des synthèses appropriées de ce qu'ils découvrent, etc.), mais plus généralement nous ne savons pas encore optimiser la distribution de cette information pour qu'elle soit appropriée aux besoins de chacun. (...)La question est en fait : Quelle est l échelle des changements induits par le numérique auxquels nous pouvons nous attendre, d'ici une trentaine d'année, par exemple?plus encore, il cherche à répondre à la question de savoir si nous sommes entrés dans une ère nouvelle, dont le numérique serait une pierre angulaire. (...) Pour ces raisons, il semble raisonnable de penser que, vue depuis un futur lointain, par exemple en ou en après J.-C., l histoire retiendra que c'est le développement des technologies de l'information qui aura été à l'origine de la révolution la plus radicale qu'ait connue l'humanité. On observera qu avec l ère digitale, l humanité connaît une révolution complète de la connaissance. Beaucoup pourraient objecter que sans révolution industrielle il n'aurait pu y avoir de révolution de la connaissance et qu il serait malhonnête d'essayer de réécrire l histoire en ne s attachant qu à exacerber le potentiel d une des nombreuses innovations de l époque moderne. Pourtant, même si cela n est pas encore une évidence, il est plus que probable que nous sommes au début d une période unique dans l'histoire de l'humanité, tant le savoir et l information, si largement distribués par les outils numériques, sont en train de devenir des facteurs d'émancipation des peuples et de transformation globale des sociétés humaines, plus encore que n ont pu l être la machine à vapeur et la mécanisation de l agriculture. (...)En ce qui concerne le début de l ère digitale, il est possible que les choses soient également plus complexes qu elles ne le semblent. Pourtant, plusieurs facteurs militent en faveur d une révolution plus rapide qu aucune autre. Chacun observe depuis son ordinateur ou son smartphone le flot d innovations désormais disponibles : applications de reconnaissance musicale, films, musique, vidéos, informations, réseaux sociaux, etc. Nous voyons tous que «le logiciel dévore le monde», comme le disait très justement l investisseur Marc Andreessen, que l informatique se trouve à présent partout : dans nos réfrigérateurs, nos voitures, nos trains, nos magasins et même dans nos brosses à dents ou nos fourchettes. Pour autant, il nous est difficile d apprécier le potentiel que tout cela pourra avoir sur les nations, ainsi que le développement social ou économique qui pourrait en découler.

2 (...)La question de fond pourrait finalement se résumer à ce que le mathématicien John von Neumann appela, au milieu des années cinquante, la «singularité technologique», l «instant singulier» où les machines sont devenues si puissantes qu elles agissent profondément sur le cours de l histoire humaine, sans retour possible. Pendant des années, ce concept restera cantonné à un principe de science-fiction jusqu à ce que, dans les années quatre-vingts, l entrepreneur et philosophe Ray Kurzweil fasse observer que si la loi de Moore, qui postule que les ordinateurs doublent de puissance de calcul tous les dix-huit mois, continuait à se révéler exacte, cela signifierait que cette puissance tend vers l infini, ouvrant ainsi une nouvelle ère pour l humanité. Il énonce l idée que la caractéristique exponentielle de cette loi est telle que le point de singularité ne devrait donc plus être très éloigné et que l humanité pourrait vivre une rupture de modèle forte, à brève échéance. Question centrale : Avons-nous passé cet instant singulier où les machines sont devenues si puissantes qu elles agissent profondément sur le cours de l histoire humaine, sans retour possible? C est l idée que nous allons développer et argumenter maintenant : chacune des heures que nous allons vivre pourrait bien appartenir à un temps sans comparaison possible avec aucun autre dans l histoire. (...) L éducation numérisée En 1993, lorsqu un jeune banquier ayant fait fortune à Wall Street, entreprit d installer un réseau de téléphonie mobile au Bangladesh, il fut accueilli avec scepticisme et considéré comme un utopiste. À l époque, l idée même d offrir des services de télécommunication à des populations qui vivent avec environ un dollar par jour était considérée comme parfaitement inconséquente par l ensemble des opérateurs occidentaux, ainsi que par la communauté financière spécialisée dans le financement des infrastructures de télécommunication. L optique de Quadir Iqbal était de créer un accès universel au mobile et d accroître ainsi les possibilités d'auto-emploi de la population rurale pauvre. Vingt ans plus tard, Grameenphone sera devenu le premier opérateur mobile au Bangladesh, avec 20 millions d'abonnés. Elle fournit l'accès au téléphone à plus de 100 millions de ruraux, vivant dans villages répartis sur tout le pays, et génère des revenus de plus d un milliard de dollars par an. «La connectivité, c'est la productivité» est devenue l expression favorite de Quadir, car, en plus de permettre aux populations munies de téléphones mobiles d accéder à l emploi, Quadir a été stupéfait de constater combien les télécommunications contribuaient à l'amélioration de l'efficacité économique et du bien-être de la population. (...) Enfin, il est vrai que les MOOCs ne peuvent pas, pour l instant, couvrir toutes les disciplines de façon virtuelle. Dans nombre d entre elles, la mécanique, la biologie, la médecine, par exemple, il est impératif que l étudiant soit in situ et puisse vivre au plus près les enseignements dispensés. Dans un délai raisonnable, cependant, il sera possible de réaliser ces enseignements à distance. La mécanique, par exemple, se prête particulièrement bien à la réalité virtuelle ou à la réalité augmentée : on peut entrer à l intérieur d un moteur et en comprendre beaucoup mieux le fonctionnement, observer le comportement des matériaux dans des conditions extrêmes, par simulation, etc. En médecine, plusieurs start-ups développent des patients virtuels, qui permettent de simuler les symptômes d un très grand nombre de maladies. Ceux-ci pourront être répartis dans de très nombreux endroits, démultipliant les lieux d enseignement. La question n est donc plus de savoir si les MOOCs ne sont qu une mode passagère ou une évolution de fond. Le fait qu au moins 3 millions d étudiants s y soient inscrits est en soit la démonstration éclatante qu ils font désormais partie du paysage éducatif. Pour autant, les MOOCs ont encore beaucoup de progrès à faire, le plus grand nombre d entre eux n étant rien d autre que des vidéos de cours magistraux, parfois mal filmées et peu enrichies. Il ne fait aucun doute qu à terme, en y introduisant du feed-back, on parviendra à intéresser plus d étudiants et à les rentre plus assidus. On pourrait faire en sorte que de petites marches plus difficiles à franchir pour certains puissent être aménagées. On pourrait adapter la vitesse d enseignement à la capacité de compréhension individuelle.

3 (...)Une santé renouvelée En 2011, on considérait que séquencer les parties les plus importantes du génome ne coûtait plus que dollars : pour 2013 on parle de moins de 200 dollars. Généralement, on perçoit mal ce que cela signifie, mais connaitre précisément le génome qui nous structure est une information d une très grande valeur pour le monde médical. On peut alors adapter, de manière individuelle, l ensemble des protocoles de soins, la chimie, les traitements en en augmentant très fortement l efficacité et en limitant les effets secondaires. Mais l on trouve également des opportunités d améliorer la médecine de masse dans l analyse statistique d un grand nombre de ces séquençages. Connaitre la diffraction des gènes dans la population, leur évolution, leurs effets revient à pouvoir améliorer considérablement le sort des individus et in fine à réduire le coût des traitements de façon drastique. (...)À partir de l instant où l ADN fera son entrée dans l arène médicale, il ne sera plus possible de continuer à maintenir la même organisation pour notre système de soins, la complexité et le nombre des paramètres en jeu imposeront de reconsidérer l ensemble. La coopération entre le médecin et l ordinateur deviendra systématique ; et la capacité à prendre l ensemble des facteurs liés à un patient en compte sera une clé dans l efficacité du système de soins. La quantité de données en jeu est si importante que le traitement de celles-ci ne pourra pas se faire localement, dans la tablette du médecin ou dans le smartphone de l aide-soignante, et les données devront nécessairement être stockées dans le Cloud. Cela permettra d effectuer de puissantes opérations algorithmiques et statistiques et de détecter les «marqueurs» de certaines pathologies. En faisant des traitement de masse sur des centaines de milliers d individus, on sera capable de découvrir que tel gène, associé à une forte consommation de sucre, fait croitre de façon considérable le risque de cancer, que certains profils d encéphalogrammes ont besoin de plus de protéines que d autres, que certains type d aliments favorisent ou réduisent telle ou telle maladie. Les opportunités de découvertes sont pratiquement illimitées dès lors que les données peuvent être facilement rapprochées et manipulées en masse. Cela suppose que nous acceptions de mettre en place une nouvelle organisation de la médecine. (...)Imaginons un instant un système de soins qui puisse produire de grandes quantités de données, qui intègre de facto l ADN comme un paramètre essentiel, qui privilégie une collaboration et une communication interne très ouverte et qui utilise des ordinateurs massivement sémantiques pour améliorer la qualité du diagnostic. On peut assez bien entrevoir l efficacité que pourrait avoir une telle organisation, comprenant des outils de diagnostic à très bas coût, connectés à des smartphones et manipulés par du personnel de santé n ayant pas nécessairement le statut de médecin, mais suffisamment qualifié pour pouvoir faire convenablement les analyses nécessaires. Sans même parler des données que nous-mêmes, qui ne sommes pas des experts, pouvons produire à chaque instant. Or, le potentiel d un tel dispositif n est pas perçu par les acteurs européens. Nombreuses sont les sociétés américaines qui se ruent sur les opportunités naissantes du séquençage génétique. En France, certains acteurs essayent de faire évoluer le débat à l égard des données de santé, y compris celles liées à la génétique, mais cela reste encore un combat peu médiatisé. Au-delà, peu d industriels, peu d acteurs institutionnels manifestent une réelle volonté de s emparer de ce sujet. Il est vrai que la régulation européenne et française reste particulièrement contraignante : les données personnelles sont couvertes par une réglementation qui ne permet de les utiliser qu avec le consentement explicite de leur propriétaire, même si celles-ci sont agrégées à des fins statistiques. Le séquençage génomique est interdit en France et les travaux à l égard de l algorithmie de masse des données de santé est rendu impossible par le blocage des institutions qui les possèdent. La France, qui a toujours porté une attention particulière à la qualité des soins qu elle offre à l ensemble de sa population ne peut pas rester longtemps au milieu du gué, ne serait-ce que parce les moyens vont commencer à manquer, avec le vieillissement inéluctable de la population française. Il est temps de s interroger non plus sur le fonctionnement de telle ou telle discipline médicale ou encore sur la liste des médicaments qui doivent être remboursés, mais bien sur l ensemble du processus médical, sur le fonctionnement de la médecine préventive, la gestion des données de santé,

4 l hospitalisation à domicile, le monitoring à grande échelle des données de santé, y compris de l ADN. C est en remodelant totalement le processus médical, en mettant le numérique en son cœur que notre pays pourrait parvenir à reprendre le contrôle de son système de soins, lui permettant d être à nouveau accessible à chacun, quelle que soient sa condition. Les médecins ont un grand rôle à jouer dans cette affaire : ils peuvent convaincre leurs patients des bienfaits de ces nouvelles technologies et, surtout, ils peuvent collaborer avec la machine. Car, comme le montrent les jeux d échecs où la collaboration homme-machine donne des résultats de loin meilleurs à ceux de l ordinateur le plus puissant, il est probable qu en médecine, à long terme, le couple ordinateur-médecin restera le plus performant. (...) Des révolutions dans l économie 2011 pourrait bien avoir été la première année de l ère des robots. Dans le monde, il s en est installé 30 % de plus que l année précédente et deux fois plus qu en 2009! Les trois pays les plus robotisés de la planète étant le Japon, la Corée du Sud et l Allemagne, on peut en déduire que les robots sont installés principalement dans de très grandes entreprises, et en premier lieu dans les domaines de l automobile, des biens d équipement et des produits de consommation électronique, des domaines qui caractérisent ces trois pays. Cependant, les choses changent rapidement. Les robots envahissent désormais les entreprises de taille moyenne, versées dans le textile, les biens d équipement domestique non technologique. Ils équipent en priorité le monde développé mais aussi certains pays en développement : Mexique, Turquie, Malaisie, Chine, par exemple. Ce qui démontre que leur coût de production permet de rembourser rapidement le prix qu il a fallu investir pour les acheter, mais aussi qu ils offrent désormais des niveaux de productivité supérieurs à ceux des salaires très compétitifs que l on trouve dans ces pays. En 2011, les entreprises chinoises ont dépensé 8 milliards de yuans (plus de huit milliards d euros) dans les robots industriels. Foxconn, l industriel qui fabrique la majorité des produits d Apple, va installer rien moins que un millions de robots dans ses unités de production dans les deux années qui viennent, pour un investissement estimé à de 20 milliards de dollars, soit plusieurs fois ce que dépense toute l Europe Occidentale, Allemagne comprise, dans ce type d équipements. On comprend que, dans ce dernier cas, l objectif est de pouvoir s affranchir de tous les problèmes sociaux heures supplémentaires, travail d enfants qui ont altéré la réputation du sous-traitant ces dernières années. Les robots, c est la possibilité d avoir un outil de production qui travaille 24 h sur 24, sans fatigue et avec une qualité de production inégalée. (...) La question que l on est en droit de se poser est : à partir de quand un robot va-t-il nous chiper notre propre travail? Quel sera l'impact de l automatisation the «Rise of the Robots» sur les salaires et l'emploi au cours des prochaines décennies? Cette question resurgit avec plus d acuité à chaque fois que le chômage augmente. (...) La question reste donc de savoir si, dans l absolu, les robots créent réellement des emplois. Nombreux ont été les travaux de chercheurs en économie sur ce sujet, tant l équation est complexe : d une part, l accroissement de productivité créé un surcroit de richesse qui finira bien par être redistribué, avec tous les effets vertueux que l on peut imaginer. Mais, de l autre, dans une vision radicale du monde, si les robots parvenaient à produire la totalité de nos besoins en produits industriels et en services il n y aurait plus d emploi. Il existe également des cas purement «schumpetériens» où l on constate une «destruction créatrice» liée à la robotique qui n est pas forcément à l avantage de l emploi. Ainsi, les caisses des supermarchés sont de plus en plus automatisées et, dans certains cas, les caissières ne sont plus nécessaires, soit parce que l on laisse le consommateur scanner lui-même les codes-barres, soit parce que ce sont des robots qui le font. Pour chaque supermarché, une trentaine de caissières sont remplacées par un seul employé, chargé de surveiller une rangée de caisses robotisées ou en libre-service. On voit difficilement où auraient pu être recréés des emplois qualifiés et les quelques informaticiens, techniciens en robotique et superviseurs des opérations de passage en caisse ne compensent évidemment pas les emplois perdus.

5 Il n est donc pas impossible de postuler que les robots font plus que déplacer des moyens de production. Non seulement ils suppriment des emplois dans les pays à bas coûts (on parle pudiquement de relocalisation), mais ils recréent moins d emplois dans les pays à fort niveau de qualification, ou même ils détruisent purement et simplement des emplois. Pour l instant, dans les pays développés, la robotique est une opportunité unique de préserver un niveau de qualification élevé, acquis au travers de nombreuses générations, comme le montrent sans ambiguïté plusieurs études. (...) C est également l approche de plusieurs sociétés occidentales. Lors d un déjeuner à Paris, Jeff Immlet, le patron de General Electric m a confié : «Nous voulons être débarrassés des coûts de production industrielle liés au travail humain. Nous apprécierions une ère où les coûts de production seraient à peu près les mêmes n importe où sur terre)» Des dirigeants comme Jeff Immlet, savent parfaitement bien que, dès aujourd hui, les robots leur permettent de fabriquer des produits de haute technologie, comme des surgénérateurs ou des batteries, avec un niveau de qualité impossible à atteindre avec des ouvriers, aussi bons soient-t-ils. Ils savent aussi que les robots travaillent 24 h sur 24, sans revendications syndicales ni accidents du travail. L évolution vers une usine sans ouvriers est donc déjà largement en route. (...) La perspective de la disparition du travail, d abord du travail peu qualifié, puis de nombreuses formes de travail qualifié, représente, nous l avons vu, des dynamiques qui sont fortement liées aux gains massifs de productivité que paraît procurer le numérique. Évidemment, cette dynamique peut sembler effrayante et, dans le modèle économique qui prévaut, pour la grande majorité elle l est. La disparition du travail serait pourtant l aboutissement d une longue évolution de l humanité, qui a longtemps recouru à l esclavage pour accroitre le bien-être d une minorité. Très lentement, les gains de productivité ont permis à une part grandissante de la société de pouvoir s affranchir du joug du travail. Les sociétés occidentales ont multiplié leur productivité par au moins 200, et non seulement les bienfaits de ces gains de productivité ont été largement répartis, mais ils ont permis un accroissement considérable de la qualité et de la durée de la vie. Pour autant, la disparition probable du travail n est pas nécessairement une calamité : d une part, parce que les gains de production vont avant tout libérer l humanité des tâches les plus répétitives, les plus taylorisés ou les plus pénibles ; d autre part, parce que si l on veille à ce que l accès aux moyens de production soient convenablement répartis, ils renforceront la possibilité de nombre d entre nous de bénéficier de cette création de richesses individuelles et collectives. L Etat remodelé (...) Outre-Atlantique, nombreux semblent être ceux qui pensent que l État, dépassé par l évolution du monde moderne, devrait voir ses prérogatives s amenuiser, pour laisser plus de place à des initiatives privées et au numérique. C est certainement plausible et, pour plusieurs de leurs missions, les administrations publiques font indiscutablement un travail moins efficace et plus coûteux que les acteurs privés. On l a vu, l INSEE l institut national de la statistique publique est bien moins performant qu un réseau social ou qu un grand moteur de recherche pour décrire finement les caractéristiques de la société française. L IGN (Institut géographique national) établit à coûts élevés des cartes du territoire national que la plateforme collaborative OpenStreetMap réalise gratuitement. Les progrès de cette plateforme sont, par ailleurs, si impressionnants qu elle parviendra probablement bientôt à un niveau de performance supérieur aux moyens de production traditionnels. En théorie, Wikipédia (détenue et financée par la fondation indépendante Wikimedia) rend obsolète la nécessité de financer télévisions et radios publiques, dans la mesure où ces dernières ont précisément été conçues pour offrir aux citoyens un canal d information indépendant des intérêts strictement privés. On pourrait trouver de nombreux autres exemples de ce type sans que pour autant on puisse parler de rupture de modèle. La rupture n a pas encore vraiment eu lieu : même si nombre d États parlent d utiliser massivement le numérique, la révolution n est encore perceptible qu au travers de quelques exemples emblématiques, comme la numérisation des services publics la Slovénie dispose déjà de

6 700 services publics en ligne, la mise en place d une politique d ouverture des données, l open data, ou la mise à disposition des citoyens de l ensemble des données détenues par les administrations. Pourtant, par sa nature systémique et par son champ d application extrêmement large, la révolution numérique pourrait bien bouleverser le fonctionnement des États. Pour remplir des missions essentielles, comme la sécurité intérieure ou extérieure, l émission de monnaie, la réduction des inégalités, l organisation du marché du travail, le fonctionnement du système de santé, la planification urbaine ou de nombreuses autres fonctions, les systèmes digitaux pourraient être incomparablement plus efficaces que ceux que nous connaissons, plus réactifs, plus personnalisés, plus préventifs et évidemment, plus économiques. Mais pour permettre l émergence de cette dynamique, c est la nature même des États qu il convient de changer. Par essence, l État n adopte que difficilement la culture d innovation, de rupture, propre au monde numérique. Cela n empêche pas le niveau d exigence des citoyens de croître sans cesse. Ceux-ci acceptent de plus en plus difficilement de disposer d un haut niveau de service de la part des entreprises, de pouvoir converser avec celles-ci, tout comme avec leurs amis ou avec des groupes sociaux, alors qu ils ne peuvent avoir le même type d interaction avec les institutions publiques. Bien sûr, il est possible de payer ses impôts sur Internet et d y effectuer quelques formalités administratives, mais ce n est certainement pas à la hauteur de l emprise qu ont sur nos vies États et institutions publiques. L Etat français, Etat cadenassé Dans un pays comme la France, qui est le deuxième au monde en termes de dépenses publiques et qui est loin d être le second dans le domaine de l éducation, quant à la qualité de sa justice, à l efficacité de sa police ou de son système de soins, il ne fait aucun doute qu accroitre la transparence et renforcer la participation citoyenne ne peut être qu une nécessité. Cela constituerait, en outre, une réponse appropriée au niveau de défiance inégalée des citoyens français à l égard des institutions. Que les débats, les décisions, l affectation des moyens et la mesure de l efficacité des politiques publiques puissent être transparents serait en soi une révolution, car l étape qui suit directement la transparence des politiques publiques est la participation démocratique. L open data n est d aucune utilité si elle est considérée comme une fin en tant que telle. Son potentiel est de faire en sorte que le citoyen ne soit plus face à l État, mais au cœur de l État. En plus d une bonne compréhension du fonctionnement des politiques publiques, le citoyen aurait la possibilité de participer à la définition de celles-ci. Pour l instant, il faut admettre qu il reste d importantes résistances. Les agents de la fonction publique français ne sont que 27 % à être favorables à l open data, alors que 70 % des fonctionnaires finlandais le sont. En 2012, j avais appelé à voter pour une pétition en faveur de la transparence des frais des parlementaires (près de euros, sans aucune justification, à l époque) sur le site Avaaz.org, recueillant plus de signatures, un record en France pour ce genre d exercice. Malgré des demandes répétées, je n ai jamais été reçu par Claude Bartolone, alors Président de l Assemblée. Ce refus m est apparu plus compréhensible lorsque j ai vu combien il s était battu contre la loi sur la transparence, pourtant voulue par le président de la République lui-même. (...)Si les logiciels nécessaires au fonctionnement des institutions publiques étaient accessibles depuis un Store d Apps, avec une licence relativement ouverte qui en permettrait la réadaptation aux besoins locaux, cela permettrait des économies fantastiques. Le logiciel de gestion de l open data développé par le conseil général de Saône-et-Loire pourrait être adapté et réutilisé par le département de la Corrèze et ainsi de suite. Notre pays accumule, de plus, un retard important : non seulement nous ne consacrons pas assez d argent à la détaylorisation de notre administration le budget informatique de la nation est de l ordre de 1,4 % du budget total de l État contre 2 % en moyenne dans l OCDE mais, par-dessus le marché, ces moyens ne sont pas employés efficacement, même si des efforts significatifs ont été entrepris récemment dans le sens de la virtualisation. Dans certains domaines, on tutoie le scandale numérique : dans un pays où le chômage est un mal chronique, il est surprenant que l on n ait pas essayé de moderniser l outil informatique de Pôle Emploi pour mieux synchroniser la demande d emploi et l offre. De même, on pourrait facilement définir, individu par individu, les besoins de formation optimaux pour permettre à chacun d améliorer son sort avec un minimum de formation. Mais la lourdeur endémique à certaines agences de l État ou aux institutions paritaires est telle que ces notions ne sont pas même jugées envisageables.

7 (...)Aujourd hui pourtant, la France interdit les expérimentations de recherche sur le gaz de schiste ainsi que la recherche sur les OGM. Les recherches sur les nanoparticules ont été fortement contestées. Nous nous inquiétons aussi de la nocivité des ondes radios, sans que, jusqu à ce jour, on ne parvienne à en prouver scientifiquement la dangerosité. De même, nous sommes l un des seuls pays au monde à avoir interdit aux individus l accès au séquençage de l ADN sous prétexte que des dérives pourraient en découler. Il ne s agit pas d affirmer que toutes ces technologies sont inoffensives, et qu elles peuvent être mises en œuvre à grande échelle sans risque. Mais simplement, de faire observer que la France, jadis si allante à l égard du progrès s en méfie aujourd hui grandement. (...)Il reviendra également aux États de superviser et d organiser l enjeu de la robotisation et de la disparition des emplois taylorisés, phénomène qui semble à la fois inéluctable et en voie d accélération. Ils devront s assurer que cela ne se fait pas au profit d une excessive concentration des capitaux. Si une seule entreprise (ou quelques entreprises) réussit à concentrer en un seul lieu l ensemble de la fabrication des processeurs de dernière génération, on conçoit qu il y a une distorsion aux principes de concurrence qui peut être préjudiciable aux consommateurs et aux citoyens. Ce type de situation peut être contrecarré par une localisation des moyens de production à proximité des consommateurs et par la détention de ces moyens par les consommateurs. Cependant, il n est pas garanti que ce scenario prévale dans tous les domaines, particulièrement dans ceux des microprocesseurs ou des écrans, qui nécessitent des investissements en équipement considérables. Les États devront également réfléchir à la forme que prendrait une société où le travail est devenu particulièrement rare : doit-on tous bénéficier d un revenu minimum? Le fait de pouvoir accéder aux outils de production deviendra-t-il un droit fondamental? Ces idées peuvent sembler scandaleuses ou farfelues mais elles sont au cœur de la réflexion des économistes et des roboticiens dans les universités américaines. Certes, on peut, un temps, augmenter la qualité de la formation et localiser de l emploi à forte valeur ajoutée (des programmeurs de machine plutôt que des opérateurs, comme évoqué dans le chapitre précédent), mais, au bout d un moment, il faudra bien repenser l ensemble de l organisation des sociétés issues de l ère industrielle. (...) La coopération est l une des composantes essentielles du monde de l Internet. Curieusement, c est dans l État et notamment dans de nombreux États démocratiques que celle-ci est la moins présente. Les entreprises utilisent massivement la conversation et la co-création ; les services Internet recourent au travail gratuit de millions de clients pour disposer de critiques des produits, voire pour développer des offres commerciales, entièrement réalisées par les utilisateurs. Pourquoi les États ne le feraient-tils pas? En réalité, la coopération est perçue comme une menace car elle nécessite un degré d ouverture sans compromission pour fonctionner ; cette ouverture remettrait en cause les fondements même de l organisation de l État tel qu il est généralement organisé et tel que nous le connaissons en France. Tôt ou tard, pourtant, et quelles que puissent être les résistances, les règles propres au monde de l Internet s y appliqueront également. (...)La difficulté qu éprouve l ensemble des acteurs politiques à accepter le numérique vient, en partie, du fait que celui-ci n appartient pas à une école idéologique. Il a besoin d un environnement très entrepreneurial libéral, donc mais tout autant de la régulation technologique de normes, par exemple et de l incitation à innover. L idée que les citoyens puissent, à terme, s approprier l outil de production qui appartient traditionnellement aux capitalistes ne peut qu embrouiller encore plus la lecture idéologique du numérique.

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle

Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle Fondation Charles Léopold Mayer Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle Yves de Bretagne Date de rédaction : 17/01/00 Mise à jour : Mots-clé : ENTREPRISE ; RESPONSABILITE

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur 1 Avant-propos Les données sont partout. Leur utilisation est au cœur des stratégies des grandes entreprises du numérique qui se déploient aujourd hui dans nombre de secteurs traditionnels. Elles sont

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile Avant-propos Le monde du transport automobile est prêt pour une révolution. Internet a transformé nos maisons et nos lieux de travail, mais il a eu un impact limité sur l élément qui les relie : nos moyens

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en ligne».

Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en ligne». Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en». 1 Contexte Dans tous les secteurs professionnels, la quantité d informations à traiter et la complexité des travaux

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays Joseph Bradley Jeff Loucks Andy Noronha James Macaulay Lauren Buckalew

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

étude de cas Intégration de la solution VMware VIEW CSSS de Charlevoix

étude de cas Intégration de la solution VMware VIEW CSSS de Charlevoix étude de cas Intégration de la solution VMware VIEW CSSS de Charlevoix Intégration de la solution VMware VIEW au CSSS de Charlevoix Mise en situation Comme beaucoup d établissements et d organismes du

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS Objectifs spécifiques... 2 1- Les fonctions économiques... 2 1.1- Production et répartition des biens et services : deux fonctions économiques classique des entreprises... 2 1.2-L innovation, une récente

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 MAI 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 MAI 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 MAI 2015 Dossier de presse réalisé avec le soutien d InnovaTech ASBL Premier réseau social réservé aux entreprises Le Syndicat des Indépendants (SDI) conclut un partenariat avec «biztonet»

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

PARCOURS THEMATIQUE REALITE VIRTUELLE - 3D - NEXT TV

PARCOURS THEMATIQUE REALITE VIRTUELLE - 3D - NEXT TV Chargez et consultez ce document sur votre SmartPhone pendant votre visite PARCOURS THEMATIQUE REALITE VIRTUELLE - 3D - NEXT TV Réalité virtuelle? Un terme qui a pu effrayer il y a quelques années, car

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS.

NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. SERVICES VOIX EASY PHONE NOUS VOUS AIDONS À NE PAS PERDRE LE CONTACT. VOTRE PARTENAIRE TOUT PRÈS DE CHEZ VOUS. Pour vous aussi, le téléphone de votre lieu de travail fait sans doute partie des moyens de

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E13 Service de location et lavage de gobelets - SMTD BASSIN EST Monographie complète SMTD Bassin Est (Pyrénées Atlantiques) Année 1 du

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

Agrandir son Entreprise d Applications Mobiles: Les Meilleures Pratiques. www.sponsormob.com

Agrandir son Entreprise d Applications Mobiles: Les Meilleures Pratiques. www.sponsormob.com Agrandir son Entreprise d Applications Mobiles: Les Meilleures Pratiques www.sponsormob.com Agrandir son business Avec plus d un demi-million d apps sur le marché et davantage à être lancées chaque jour,

Plus en détail

Économie Introduction du cours

Économie Introduction du cours Économie Introduction du cours Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Economie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http://cred.u-paris2.fr/node/69

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Comment gagner 5000 en 1 an, en plus de son salaire de prof?

Comment gagner 5000 en 1 an, en plus de son salaire de prof? Comment gagner 5000 en 1 an, en plus de son salaire de prof? Un mini-guide d Aurélien RIEU PLP Maths/sciences Lycée Jean Macé Vitry-sur-Seine Le problème de 99% des profs : Vous ne gagnez probablement

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES MISE EN CONTEXTE: Réalisée à la bibliothèque Marc-Favreau dans le cadre de la démarche stratégique du bureau de la ville intelligente et numérique (BVIN), la causerie citoyenne du 16 novembre 2014 visait

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

PEOPLENET: OPTIMISATION MAXIMALE

PEOPLENET: OPTIMISATION MAXIMALE PEOPLENET: The Standard Edition OPTIMISATION MAXIMALE Meta4 met à votre disposition une formule novatrice vous permettant de profiter du meilleur système de gestion de ressources humaines du marché à un

Plus en détail