UN NOUVEL ANESTHESIQUE LOCAL : LA LEVOBUPIVACAINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN NOUVEL ANESTHESIQUE LOCAL : LA LEVOBUPIVACAINE"

Transcription

1 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES 699 UN NOUVEL ANESTHESIQUE LOCAL : LA LEVOBUPIVACAINE J-X. Mazoit et L. Simon - Laboratoire d Anesthésie, Université Paris-Sud, Faculté de Médecine du Kremlin-Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre. INTRODUCTION Après la ropivacaïne, voici la lévobupivacaïne. Pourquoi de nouvelles molécules? On peut se demander si l arrivée de ces molécules est une réelle avancée thérapeutique, car la ropivacaïne n est qu un proche voisin de la bupivacaïne et la lévobupivacaïne est une des deux formes de la bupivacaïne. Nous allons tenter de répondre à cette question en nous concentrant sur la nouvelle venue, la lévobupivacaïne. Ces deux agents (ropivacaïne et lévobupivacaïne) sont des énantiomères purs S d une molécule d amide qui comporte deux formes chirales (Figure 1). Les énantiomères S sont globalement moins puissants que leurs homologues R au niveau des canaux sodiques impliqués dans la transmission des influx nerveux et dans la conduction cardiaque, mais nous verrons que, grâce à la cinétique locale qui gouverne la conduction décrémentielle et le bloc différentiel, cette moindre puissance au niveau cellulaire se traduit par une baisse de puissance anesthésique de 10 à 15 % seulement, alors que le gain en terme de toxicité cardiaque est nettement supérieur. 1. BASES PHYSIOLOGIQUES ETPHARMACOLOGIQUES 1.1. CHIRALITE Certaines molécules, bien que possédant la même formule chimique, peuvent se présenter sous plusieurs formes géométriques différentes, ce sont des stéréo-isomères. L isomérie optique est une des formes de stéréo-isomérie. Elle survient quand il existe deux images en miroir de la même molécule, une forme droite et une forme gauche (comme les deux mains droite et gauche d un individu). Cette isomérie est dite chirale et les deux formes en miroir sont appelées énantiomères. On les définit par l ordre dans lequel l atome de carbone responsable de l asymétrie est substitué. Il existe ainsi des formes S et des formes R. Lorsque l on effectue une synthèse chimique, les deux formes sont produites en quantité égale, on obtient un mélange dit racémique. Les êtres vivants sont parfaitement capables de reconnaître et de fabriquer des énantiomères purs, c est une des découvertes majeures de Pasteur au siècle dernier. Ces molécules sont capables de faire tourner la lumière polarisée dans un sens ou dans l autre. On parle d effet rotatoire et de molécules dextrogyres (qui font

2 700 MAPAR 0 tourner la lumière à droite, il s agit des formes d ou +) et de molécules lévogyres (qui font tourner la lumière à gauche, il s agit des formes l ou -). Attention, il ne faut pas confondre pouvoir rotatoire (+ ou -) et forme de la molécule (R ou S). C est cette dernière qui va conditionner les propriétés qui nous intéressent. En ce qui concerne les anesthésiques locaux amides, les formes S : S(-) bupivacaïne ou lévobupivacaïne, S(-) ropivacaïne et S(+) mépivacaïne sont moins toxiques que les formes R. Elles sont aussi moins puissantes au niveau cellulaire mais, par chance, ceci ne se traduit en clinique que par de très faibles différences de puissance anesthésique entre les deux énantiomères d une même molécule. Les organismes vivants étant capables de reconnaître les stéréo-isomères, de les synthétiser ou de les métaboliser de façon sélective, il convient avant tout de s assurer qu il n y a pas de transformation d un composé en l autre forme dans l organisme, comme cela se produit avec certains AINS. Fort heureusement, il n en est rien avec les deux agents que sont la ropivacaïne et la lévobupivacaïne. Carbone tétraédrique Figure 1 : Molécule de bupivacaïne. Après le cycle aromatique en haut, on voit la liaison amide, puis le carbone asymétriquement substitué (flèche) qui différencie S(-) et R(+) bupivacaïne. Le groupement amine tertiaire est juste après le carbone tétraédrique ANESTHESIQUES LOCAUX SE FIXANT FORTEMENT SUR LES PROTEINES DU SERUM ET DES TISSUS Les différents énantiomères d une même molécule ne diffèrent pas par leurs propriétés physico-chimiques. Ainsi, pour la lévobupivacaïne (la forme S(-) a-t-elle le même poids moléculaire, le même pka, le même coefficient de partage que son homologue R(+) ou que le mélange racémique. Par contre, des différences pharmacocinétiques peuvent s observer entre R(+) et S(-) bupivacaïne. Ces différences sont cependant faibles [1], ou ne s observent qu à des concentrations très élevées [2]. On connaît très mal la fixation nerveuse et périnerveuse des anesthésiques locaux, et c est précisément à

3 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES 701 ces concentrations très élevées, qui s observent au lieu d injection, que les différences de fixation ont le plus de chance de provoquer des différences de puissance et de durée d action [3]. Tout ce que l on peut dire, c est que les anesthésiques locaux sont largement fixés au niveau des tissus, et qu il est probable que des différences existent entre les énantiomères. Il est vraisemblable, si l on raisonne à partir de la cinétique du bloc observé chez l animal ou chez l homme, que la différence de cinétique entre les énantiomères est minime : la concentration efficace au contact du nerf semble à peu près équivalente pour les deux formes. C est, il nous semble, la raison principale qui fait que les deux types de molécules ont un profil clinique assez similaire ANESTHESIQUES LOCAUX BLOQUANT LES CANAUX IONIQUES DE FAÇON STEREOSPECIFIQUE Les anesthésiques locaux bloquent les canaux sodiques dépendants du voltage (c està-dire, ceux qui sont stimulés par une dépolarisation de la membrane cellulaire et qui initient le potentiel d action). Bien qu il existe de nombreux types de canaux sodiques, ayant tous une spécificité d organe et de fonction, la stéréospécificité de l action des anesthésiques locaux à ce niveau semble la règle. Les formes S sont moins puissantes que les formes R, aussi bien au niveau des canaux myocardiques que nerveux [4-8]. Nous verrons plus loin que la cinétique locale périnerveuse joue un rôle majeur qui contrebalance en partie cette différence de puissance. Cette différence est également atténuée par le fait que la stéréospécificité semble nettement moindre au niveau nerveux qu au niveau cardiaque [8]. Les anesthésiques locaux bloquent également les canaux potassiques, ou du moins ceux qui ont été étudiés [8-12]. En effet, le très grand nombre de canaux potassiques et leur diversité fonctionnelle font que l on ne peut en aucun cas parler des canaux potassiques comme d un groupe homogène. Ceux qui ont été étudiés en relation avec la stéréospécificité des anesthésiques locaux sont principalement les canaux qui sont impliqués dans les arythmies à type de tachycardie et/ou fibrillation ventriculaire. Aux doses élevées de bupivacaïne ou de ropivacaïne, doses qui sont observées lors d injections intravasculaires massives accidentelles, les formes S sont encore une fois moins puissantes, donc moins toxiques sur le cœur que les formes R (Figure 2) [11, 12]. Un effet sur les canaux calciques de type L a également été décrit, mais il semble n intervenir qu à des concentrations extrêmement fortes et sans qu une quelconque stéréospécificité ait été mise en évidence. Au total, les énantiomères S sont moins efficaces pour bloquer les canaux sodiques et potassiques que les formes R. Ceci se traduit par une toxicité cardiaque moindre dont nous parlerons plus loin. Ceci devrait se traduire aussi par une puissance et une durée d action également moindre. Fort heureusement, cette différence est minime en pratique CONDUCTION DECREMENTIELLE ET BLOC DIFFERENTIEL Ils semblent être les facteurs clés dans le mécanisme d action [13-15]. La sensibilité tactile et la proprioception sont conduites par les fibres Aα et surtout Aβ, qui véhiculent les influx à grande vitesse (de à 80- m.s -1 ). Ces grosses fibres sont fortement myélinisées et la distance entre deux nœuds de Ranvier est grande (1 à 3 mm). La douleur est conduite par des fibres Aδ qui véhiculent les influx à moyenne vitesse (de 5 à m.s -1 ) et par les fibres C qui véhiculent les influx à faible vitesse (de 0,5 à 5 m.s -1 ). Les fibres Aδ ont un petit diamètre et sont faiblement myélinisées. Elles ont une très faible distance entre deux nœuds de Ranvier (0,5 à 1 mm). Les fibres C ne sont pas myélinisées et conduisent donc l influx par continuité, à la différence des fibres myélinisées où la conduction est saltatoire, c est-à-dire saute un, deux, voire trois nœuds consécutifs.

4 702 MAPAR 0 1,0 R(+)Bupivacaine 0,8 K = 4.1 µm D Fractional block 0,6 0,4 0,2 S(-)Bupivacaine K = 27,3 µm D 0,0 0,001 0,01 0, Drug [µm] Figure 2 : Effet des deux énantiomères de la bupivacaïne sur un canal potassique impliqué dans les arythmies observées avec cet agent. Il s agit d une courbe dose-effet obtenue sur une préparation de patch clamp, qui montre bien que l énantiomère S (ronds pleins) est nettement moins toxique que l énantiomère R (ronds ouverts). Notez l échelle logarithmique. Tiré de Valenzuella et col, référence [11]. Les fibres non myélinisées et les fibres peu myélinisées sont plus sensibles à l action des anesthésiques locaux que les fibres plus fortement myélinisées. C est le bloc différentiel qui s explique par le fait que la concentration d anesthésique local au site ne permet en général pas de bloquer la conduction simplement par un phénomène de tout ou rien (Figure 3). En particulier les nœuds de Ranvier agissent comme des répétiteurs dans un câble électrique et la transmission peut réapparaître une fois la zone baignée franchie par l anesthésique local. Le bloc ne survient en fait que parce que les anesthésiques locaux, que nous utilisons, ont la propriété de renforcer leur pouvoir bloquant quand la fréquence de décharge du nerf augmente. C est le bloc dépendant de la fréquence ou bloc phasique. Ainsi, ce qui va compter dans la force du bloc, c est plus la cinétique locale de l agent qui de toute manière ne va agir que parce que les fibres nerveuses conduisent des paquets d information faits de stimulations répétitives à grande fréquence. Comme nous l avons dit plus haut, il semble que cette cinétique locale soit peu dépendante de l énantiomère, ce qui explique la faible différence observée en clinique entre la lévobupivacaïne et la bupivacaïne racémique.

5 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES 703 Stim. EXPOSURE LENGTH 40 MEMBRANE POTENTIAL (mv) 0 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 msec Spike 1 Spike 10 Figure 3 : Conduction décrémentielle. Il s agit d une simulation effectuée à partir de données expérimentales. Tout en haut est représentée une fibre nerveuse qui comporte 26 nœuds de Ranvier. La partie centrale (15 nœuds) est immergée dans une solution d anesthésiques locaux. La fibre est stimulée à la partie gauche de la fibre, les stimulations successives représentent un train de stimulation physiologique. Successivement de haut en bas sont représentés les potentiels observés au niveau des nœuds successifs au cours de la 1 e, 2 e 10 e et e stimulation. La conduction n est pas totalement éteinte par le bloc tonique au cours de la 1 ère stimulation. Cependant, les stimulations suivantes font entrer en jeu le bloc phasique (dépendant de la fréquence) ce qui a pour effet d arrêter totalement la conduction. Il convient de remarquer que les nœuds agissent comme des répétiteurs sur une ligne téléphonique et que le bloc est un phénomène de tout ou rien au niveau de chaque fibre, la modulation du bloc étant obtenue par la sommation des effets sur un grand nombre de fibres dont une proportion plus ou moins grande peut être bloquée. Tiré de Raymond SA & Strichartz GR [13] 1.5. EFFET SUR LA CONDUCTION INTRAVENTRICULAIRE ET LA FORCE CONTRACTILE DU MYOCARDE Les anesthésiques locaux dépriment la conduction intraventriculaire d une part, la force contractile du myocarde de l autre. Cet effet est dû principalement à leur effet sur les canaux sodiques [4, 6, 16-18]. Les anesthésiques locaux bloquent peu la conduction auriculo-ventriculaire qui est en fait gouvernée par les canaux calciques. Cependant, certains auteurs ont pu mettre en évidence une certaine participation haut située au bloc observé [19]. Nous avons pu montrer dans une série d expériences sur une préparation de Langendorff que les différents agents déprimaient la conduction intraventriculaire dans l ordre décroissant suivant : R(+)-bupivacaïne > bupivacaïne racémique > lévobupivacaïne > ropivacaïne [17, 18] (Figure 4). Tous les anesthésiques locaux dépriment également la contractilité myocardique, à commencer par la lidocaïne [-22]. Cet effet dépresseur semble principalement lié à la diminution de la durée du potentiel d action que crée le bloc des canaux sodiques et potassiques bien que de nombreuses interrogations puissent persister sur le sujet [6, 10]. Nous-mêmes avons personnellement trouvé une stéréospécificité à la baisse de

6 704 MAPAR 0 contractilité. Ainsi, la lévobupivacaïne déprime moins la force contractile que le mélange racémique. Ces considérations doivent être interprétées en fonction de la puissance relative des agents. A cet égard, il semble que la différence d effet sur le cœur entre lévobupivacaïne et ropivacaïne soit comparable à la différence de puissance des deux agents. A puissance anesthésique comparable, les énantiomères S sont moins cardiotoxiques que leurs homologues R. QRS duration (ms) QRS duration ( ms ) Time (minutes) Figure 4 : A gauche, effet de la bupivacaïne sur la durée du QRS dans une préparation de cœur de lapin isolé. Les cœurs sont perfusés à débit constant avec deux concentrations successives d bupivacaïne (8 µg.ml -1 de 0 à 5 minutes, puis 2 µg.ml -1 de 5 à minutes). La bupivacaïne est ensuite arrêtée. De bas en haut est représenté l effet de la bupivacaïne racémique (a), de la R(+)-bupivacaïne (b) et de la S(-)-bupivacaïne (c). Les valeurs individuelles sont représentées avec les moyennes ± écart-type en cartouche. Notez la différence d échelle. A droite, les valeurs obtenues avec la lidocaïne et la bupivacaïne racémique sur la même préparation sont représentées en courbe dose-effet. La concentration conduisant à la moitié de l effet maximum est la même pour les deux agents (13 à 16 µg.ml -1, concentration totalement libre étant donné l absence de protéines dans le perfusat), mais l activité intrinsèque de la bupivacaïne est 15 fois plus puissante que celle de la lidocaïne. La différence d activité entre lévobupivacaïne et bupivacaïne racémique est d environ 4,5 fois. Ceci est à rapprocher des différences de constante de liaison au canal sodique des différents agents. Tiré de Mazoit et col, référence 17 et Mazoit thèse d Université Paris V. c b a 0,01 0, Concentration ( µg.ml )

7 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES QU EN EST-T-IL SUR LE PLAN CLINIQUE? Sur le plan clinique, la lévobupivacaïne et la bupivacaïne racémique classique semblent avoir une puissance et une durée d action identiques. Toutes les études ayant comparé les deux agents n ont pas trouvé de différence d action entre les deux agents aussi bien au cours de l anesthésie pour hernie inguinale [23], que pour l anesthésie péridurale au cours de l accouchement [24] ou pour césarienne [25] par exemple. Il faut cependant nuancer cette assertion car la présentation est différente de celle de la bupivacaïne racémique. La bupivacaïne classique est présentée sous forme de sel. Il s agit du chlorhydrate de bupivacaïne. La lévobupivacaïne est sous forme de base pure, ce qui correspond à une quantité supérieure de 13 % de produit actif par rapport à la présentation classique. L utilisation au cours de la rachianesthésie semble encore prématurée d autant que la solution isobare actuellement utilisée peut conduire à un niveau imprévisible [26] et que la fréquence des symptômes radiculaires transitoires n est pas connue. En raison de considérations éthiques évidentes, aucune étude n a pu démontrer que la lévobupivacaïne est nettement moins cardiotoxique que le mélange racémique chez l homme. Néanmoins, toutes les études animales concluent à cette moindre toxicité. De même, un cas clinique d injection intravasculaire accidentelle a été rapporté, cas clinique au cours duquel, le patient a convulsé sans que des signes ECG ou hémodynamiques soient apparus [27]. La lévobupivacaïne semble donc nettement moins toxique que la bupivacaïne racémique. CONCLUSION Au total, il semble possible de proposer l utilisation de la lévobupivacaïne dans les indications suivantes : Injection de gros volumes dans des sites à résorption rapide (bloc cervical, bloc du plexus brachial, blocs intercostaux multiples), Réalisation de blocs multiples ou le volume injecté peut être un facteur limitant majeur, Perfusion périneurale continue en particulier chez les nourrissons qui sont plus sujets au risque de toxicité cardiaque que les enfants plus âgés ou que les adultes. Il faut néanmoins se souvenir que lorsque l on injecte de la lévobupivacaïne, on injecte 13 % de plus de composé actif que lorsque l on injecte de la bupivacaïne traditionnelle. Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier Hervé Bouaziz, Dominique Fletcher et Marc Gentilli pour les discussions fructueuses qu ils ont généré au sein du laboratoire. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Groen K, Mantel M, Zeijlmans PW, Zeppenfeldt B, Olieman W, Stienstra R, van Kleef JW, Burm AG. Pharmacokinetics of the enantiomers of bupivacaine and mepivacaine after epidural administration of the racemates. Anesth Analg 1998;86:361-6 [2] Mazoit JX, Cao LS, Samii K. Binding of bupivacaine to serum proteins, isolated albumin and isolated alpha1-acid glycoprotein. Differences between the two enantiomers are partly due to cooperativity. J Pharmacol Exp Ther 1996;256:

8 706 MAPAR 0 [3] Popitz-Bergez FA, Leeson S, Strichartz GR, Thalhammer JG. Relation between functional deficit and intraneural local anesthetic during peripheral nerve block. A study in the rat sciatic nerve. Anesthesiology 1995;83: [4] Clarkson CW. Stereoselective block of cardiac sodium channels by RAC109 in single guinea pig ventricular myocytes. Circ Res 1989;65: [5] Lee-Son S, Wang GK, Concus A, Crill E, Strichartz GR. Stereoselective inhibition of neuronal sodium channels by local anesthetics. Evidence for two sites of action? Anesthesiology 1992;77: [6] Vanhoute F, Vereecke J, Verbeke N, Carmeliet E. Stereoselective effects of the enantiomers of bupivacaine on the electrophysiological properties of the guinea-pig papillary muscle. Br J Pharmacol 1991;163: [7] Valenzuela C, Snyders DJ, Bennett PB, Tamargo J, Hondeghem LM. Stereoselective block of cardiac sodium channels by bupivacaine in guinea pig ventricular myocytes. Circulation 1995;92: [8] Nau C, Vogel W, Hempelmann G, Brau ME. Stereoselectivity of bupivacaine in local anestheticsensitive ion channels of peripheral nerve. Anesthesiology 1999;91: [9] Courtney KR, Kendig JJ. Bupivacaine is an effective potassium channel blocker in heart. Biochim Biophys Acta 1988;939: [10] Castle NA. Bupivacaine inhibits the transcient outward K + current but not the inward rectifier in rat ventricular myocytes. J Pharmacol Exp Ther 1990;256: [11] Valenzuella C, Delpon E, Tamkun MM, Tarmago J, Snyders DJ. Stereoselective block of a human cardiac potassium channel (Kv1.5) by bupivacaine enantiomers. Biophys J 1995;69: [12] Valenzuella C, Delpon E, Franqueza L, Gay P, Snyders DJ, Tamargo J. Effects of Ropivacaine on a Potassium Chanel (hkv1.5) Cloned from Human Ventricle. Anesthesiology 1997;86: [13] Raymond SA, Strichartz GR. The long and short of differential block (Editorial). Anesthesiology 1989;70:725-8 [14] Fink BR. Mechanisms of differential axial blockade in epidural and subarachnoid anesthesia. Anesthesiology 1989;70:851-8 [15] Raymond SA, Steffensen SC, Gugino LD, Strichartz GR. The role of length of nerve exposed to local anesthetics in impulse blocking action. Anesth Analg 1989;68: [16] de La Coussaye J, Brugada J, Allessie MA. Electrophysiologic and arrhythmogenic effects of bupivacaine. A study with high-resolution ventricular epicardial mapping in rabbit hearts. Anesthesiology 1992;77:32-41 [17] Mazoit JX, Boïco O, Samii K. Myocardial uptake of bupivacaine: II. Pharmacokinetics and pharmacodynamics of bupivacaine enantiomers in the isolated perfused rabbit heart. Anesth Analg 1993;77: [18] Mazoit JX, Decaux A, Bouaziz H, Edouard A. Comparative effect of racemic bupivacaine, levo bupivacaine and ropivacaine on the isolated rabbit heart. Soumis. [19] Graf BM, Martin E, Bosnjak ZJ, Stowe DF. Stereospecific effect of bupivacaine isomers on atrioventricular conduction in the isolated perfused guinea pig heart. Anesthesiology 1997;86:410-9 [] Lynch C III. Depression of myocardial contractility in vitro by bupivacaine, etidocaine, and lidocaine. Anesth Analg 1986;65:551-9 [21] Pu Q, Mazoit JX, Cao LS, Mao W, Samii K. Effect of Lignocaine in Myocardial Contusion: an Experiment on Rabbit isolated Heart. Br J Pharmacol 1996;118: [22] Pitkanen M, Feldman HS, Arthur GR, Covino BG. Chronotropic and inotropic effects of ropivacaine, bupivacaine, and lidocaine in the spontaneously beating and electrically paced isolated perfused rabbit heart. Reg Anesth 1992;17: [23] Bay-Nielsen M, Klarskov B, Bech K, Andersen J, Kehlet H. Levobupivacaine vs bupivacaine as infiltration anaesthesia in inguinal herniorrhaphy. Br J Anaesth 1999;82:280-2 [24] Lyons G, Columb M, Wilson RC, Johnson RV. Epidural pain relief in labour: potencies of levobupivacaine and racemic bupivacaine. Br J Anaesth 1998;81: [25] Bader AM, Tsen LC, Camann WR, Nephew E, Datta S. Clinical effects and maternal and fetal plasma concentrations of 0.5% epidural levobupivacaine versus bupivacaine for cesarean delivery. Anesthesiology 1999;90: [26] Burke D, Kennedy S, Bannister J. Spinal anesthesia with 0.5% S(-)bupivacaine for elective lower limb surgery. Reg Anesth Pain Med 1999;24: [27] Kopacz DJ, Allen HW. Accidental intravenous levobupivacaine. Anesth Analg 1999;89:1027-9

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

PCA Principe. PCA : pourquoi?! PCA : pourquoi?! P ATIENT C ONTROLLED A NALGESIA TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES

PCA Principe. PCA : pourquoi?! PCA : pourquoi?! P ATIENT C ONTROLLED A NALGESIA TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES FORMATION DOULEUR IRR MAI 2009 e.cuignet royer@chu nancy.fr 1. PCA :Analgésie Contrôlée par le PaNent 1. ALR : Anesthésie LocoRégionale AL : Anesthésiques

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

Marine PEUCHMAUR. Chapitre 4 : Isomérie. Chimie Chimie Organique

Marine PEUCHMAUR. Chapitre 4 : Isomérie. Chimie Chimie Organique himie himie Organique hapitre 4 : Isomérie Marine PEUMAUR Année universitaire 200/20 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. . Isomérie plane 2. Stéréoisomérie de configuration (chiralité)

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

STÉRÉOISOMÉRIE CONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE COMPOSÉS OPTIQUEMENT ACTIFS À UN SEUL CARBONE ASYMÉTRIQUE

STÉRÉOISOMÉRIE CONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE COMPOSÉS OPTIQUEMENT ACTIFS À UN SEUL CARBONE ASYMÉTRIQUE Pr atem BEN ROMDANE Structures des Molécules Organiques Stéréoisomérie optique Faculté des Sciences de Tunis et Stéréochimie composés à * STÉRÉOISOMÉRIE ONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE OMPOSÉS

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH)

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH) CEPHALEES POST-BRECHE DURALE Post Dural Puncture Headache (PDPH) G. Buzançais Dr E. Morau 6 Mars 2013 Plan Introduction Physiopathologie Traitements Conclusion Définitions Brèche durale Ponction de dure-mère

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2 Pr atem BEN ROMDANE LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPILES EN SÉRIE ALIPATIQUE S N 1 ET S N 2 3 - LE MÉCANISME S N 2 a - Constatations expérimentales Cinétique : l'étude des réactions de substitution nucléophile

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie Chapitre premier Introduction Historique des hypoglycémiants oraux Cycle du glucose : courants métaboliques, contrôle hormonal, causes d'hypoglycémie Conceptions actuelles des mécanismes d'action des drogues

Plus en détail

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Dr Aline Albi-Feldzer Département d anesthésie Hôpital René Huguenin Institut Curie Saint-Cloud Journée CLCC,22/05/2015 Plan 1. Les profils de douleurs

Plus en détail

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Le nouveau visage d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Les unites dentaires p SOREDEX est un des premiers producteurs d équipement pour imagerie dentaire au monde.

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE Analgésie postopératoire 265 ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE F. Singelyn. Service d Anesthésiologie, Cliniques Universitaires St Luc Avenue Hippocrate 10/1821 1200

Plus en détail

EPST-Tlemcen 2012/2013 STEREOCHIMIE

EPST-Tlemcen 2012/2013 STEREOCHIMIE M me M.BENYAROUhapitre 2 EPST-Tlemcen 2012/2013 Département de chimie himie 4 : cours STEREOIMIE I - lassification des isomères : Les isomères sont des espèces chimiques de même formule brute qui différent

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery. Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com

P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery. Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com Groupe Pantec: 19 ans de tradition en ingénierie avec spécialisation en mécatronique

Plus en détail

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix?

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Pendant que vous vous préparez à la naissance de votre bébé, ce livret répondra à plusieurs questions que vous vous

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche N. ROSENCHER, L. BELLAMY Toutes les recommandations sur l association de l anesthésie médullaire avec les anticoagulants reposent actuellement

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Les cellules vivantes sont les briques élémentaires du. Mécano-sensibilité cellulaire : adaptation physique à la rigidité

Les cellules vivantes sont les briques élémentaires du. Mécano-sensibilité cellulaire : adaptation physique à la rigidité Mécano-sensibilité cellulaire : adaptation physique à la rigidité La rigidité des tissus joue un rôle important dans de nombreux processus physiologiques comme la migration cellulaire ou la différentiation

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 6 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Folia veterinaria Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Les principaux traitements à instaurer chez le chien insuffisant cardiaque sont passés en revue en insistant sur les critères de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS Justification : Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne qui effectue l euthanasie de poissons dans le cadre d études sur le terrain

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

Comment évaluer. la fonction contractile?

Comment évaluer. la fonction contractile? Comment évaluer la fonction contractile? Pr Xavier MONNET Service de réanimation médicale Hôpital de Bicêtre Assistance publique Hôpitaux de Paris Conflit d intérêt Pulsion Medical Systems CAP PiCCO Echocardiographie

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Audition. Plan du cours

Audition. Plan du cours Plan du cours Cochlée :...2 rappel anatomo-fonctionnel... 2 Rôle des cellules ciliées internes (CCI) : les "vraies" cellules sensorielles... 4 Rôle des cellules ciliées externes (CCE)... 5 Synthèse du

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

IVème journée normande d'anesthésie-réanimation

IVème journée normande d'anesthésie-réanimation Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU IVème journée normande d'anesthésie-réanimation PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN STIMULATEUR CARDIAQUE OU D'UN D'UN DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE

Plus en détail

Place des infiltrations en peropératoires

Place des infiltrations en peropératoires 1 Le Congrès Médecins. Conférence d Actualisation 2014 Sfar. Tous droits réservés. Place des infiltrations en peropératoires Injection unique vs cathéters vs systèmes à libérations prolongées Marc Beaussier,

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive C Decoene PH CHRU Lille objectif Le taux d hémoglobine intervient dans : Le transport d O2 L hémostase L équilibre

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION d annales Semaine du

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION d annales Semaine du TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION d annales Semaine du Concours PACES 2013-2014 Semaine du 27/04/2015 QCM n 1 : B, D, E A. Faux. Le monde animal et minéral a

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

1985, 169, n 7, 1071-1075,séancedu 22 octobre1985. ALBARÈDE et Jean-Claude DARRAS

1985, 169, n 7, 1071-1075,séancedu 22 octobre1985. ALBARÈDE et Jean-Claude DARRAS Bull. Acad.NatleMéd., 1985, 169, n 7, 1071-1075,séancedu 22 octobre1985 Etude des méridiens d'acupuncture Par les traceurs radioactifs Pierre de VERNEJOUL *, Pierre ALBARÈDE et Jean-Claude DARRAS On sait

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Défibrillateur Cardiaque Automatisé

Défibrillateur Cardiaque Automatisé Défibrillateur Cardiaque Automatisé Décret n 2007-705 du 4 mai 2007 : autorise toute personne, même non médecin, à utiliser un défibrillateur pour sauver des vies. Def-i Accessible au grand public, ce

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

Insulinothérapie et diabète de type 1

Insulinothérapie et diabète de type 1 Insulinothérapie et diabète de type 1 Introduction: la molécule d insuline L instauration de l insulinothérapie Dispositif d administration de l insuline Les propriétés de l insuline Insuline et schémas

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

La chiralité : quelques rappels

La chiralité : quelques rappels "L univers est dissymétrique Louis Pasteur (1893) Chiralité et Médicaments Différentes approches de synthèse C 3 C 3 C 2 3 C (S)-(+)-ibuprofène esomeprazole S Prof. Pierre van de Weghe e-mail : pierre.van-de-weghe@univ-rennes1.fr

Plus en détail

RADIO SOLAIRE ET DYNAMO Lynx AM/FM

RADIO SOLAIRE ET DYNAMO Lynx AM/FM RADIO SOLAIRE ET DYNAMO Lynx AM/FM La radio LYNX utilise un panneau solaire et une dynamo pour recharger la batterie NIMH interne de 300 mah 3,6V. La radio LYNX peut également être rechargée par un câble

Plus en détail

Poly-Prépas Centre de préparation aux concours des carrières médicales, paramédicales et sociales. Guide de la rentrée PAES0 2010-2011

Poly-Prépas Centre de préparation aux concours des carrières médicales, paramédicales et sociales. Guide de la rentrée PAES0 2010-2011 Poly-Prépas Centre de préparation aux concours des carrières médicales, paramédicales et sociales Guide de la rentrée PAES0 2010-2011 Chers étudiants Ce guide a pour but de mieux vous faire connaître l

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!!

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!! S.G.A.P de LILLE Direction des ressources humaines Bureau du recrutement MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD Concours déconcentré d Agent Spécialisé de Police

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

L'amélioration de la vitesse et de l'explosivité : illustration en basket :

L'amélioration de la vitesse et de l'explosivité : illustration en basket : L'amélioration de la vitesse et de l'explosivité : illustration en basket : Gilles Cometti maître de conférences UFR STAPS Dijon BP 27877, 21078 Dijon Cedex, France. Cet article est un passage de l ouvrage

Plus en détail