UN NOUVEL ANESTHESIQUE LOCAL : LA LEVOBUPIVACAINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN NOUVEL ANESTHESIQUE LOCAL : LA LEVOBUPIVACAINE"

Transcription

1 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES 699 UN NOUVEL ANESTHESIQUE LOCAL : LA LEVOBUPIVACAINE J-X. Mazoit et L. Simon - Laboratoire d Anesthésie, Université Paris-Sud, Faculté de Médecine du Kremlin-Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre. INTRODUCTION Après la ropivacaïne, voici la lévobupivacaïne. Pourquoi de nouvelles molécules? On peut se demander si l arrivée de ces molécules est une réelle avancée thérapeutique, car la ropivacaïne n est qu un proche voisin de la bupivacaïne et la lévobupivacaïne est une des deux formes de la bupivacaïne. Nous allons tenter de répondre à cette question en nous concentrant sur la nouvelle venue, la lévobupivacaïne. Ces deux agents (ropivacaïne et lévobupivacaïne) sont des énantiomères purs S d une molécule d amide qui comporte deux formes chirales (Figure 1). Les énantiomères S sont globalement moins puissants que leurs homologues R au niveau des canaux sodiques impliqués dans la transmission des influx nerveux et dans la conduction cardiaque, mais nous verrons que, grâce à la cinétique locale qui gouverne la conduction décrémentielle et le bloc différentiel, cette moindre puissance au niveau cellulaire se traduit par une baisse de puissance anesthésique de 10 à 15 % seulement, alors que le gain en terme de toxicité cardiaque est nettement supérieur. 1. BASES PHYSIOLOGIQUES ETPHARMACOLOGIQUES 1.1. CHIRALITE Certaines molécules, bien que possédant la même formule chimique, peuvent se présenter sous plusieurs formes géométriques différentes, ce sont des stéréo-isomères. L isomérie optique est une des formes de stéréo-isomérie. Elle survient quand il existe deux images en miroir de la même molécule, une forme droite et une forme gauche (comme les deux mains droite et gauche d un individu). Cette isomérie est dite chirale et les deux formes en miroir sont appelées énantiomères. On les définit par l ordre dans lequel l atome de carbone responsable de l asymétrie est substitué. Il existe ainsi des formes S et des formes R. Lorsque l on effectue une synthèse chimique, les deux formes sont produites en quantité égale, on obtient un mélange dit racémique. Les êtres vivants sont parfaitement capables de reconnaître et de fabriquer des énantiomères purs, c est une des découvertes majeures de Pasteur au siècle dernier. Ces molécules sont capables de faire tourner la lumière polarisée dans un sens ou dans l autre. On parle d effet rotatoire et de molécules dextrogyres (qui font

2 700 MAPAR 0 tourner la lumière à droite, il s agit des formes d ou +) et de molécules lévogyres (qui font tourner la lumière à gauche, il s agit des formes l ou -). Attention, il ne faut pas confondre pouvoir rotatoire (+ ou -) et forme de la molécule (R ou S). C est cette dernière qui va conditionner les propriétés qui nous intéressent. En ce qui concerne les anesthésiques locaux amides, les formes S : S(-) bupivacaïne ou lévobupivacaïne, S(-) ropivacaïne et S(+) mépivacaïne sont moins toxiques que les formes R. Elles sont aussi moins puissantes au niveau cellulaire mais, par chance, ceci ne se traduit en clinique que par de très faibles différences de puissance anesthésique entre les deux énantiomères d une même molécule. Les organismes vivants étant capables de reconnaître les stéréo-isomères, de les synthétiser ou de les métaboliser de façon sélective, il convient avant tout de s assurer qu il n y a pas de transformation d un composé en l autre forme dans l organisme, comme cela se produit avec certains AINS. Fort heureusement, il n en est rien avec les deux agents que sont la ropivacaïne et la lévobupivacaïne. Carbone tétraédrique Figure 1 : Molécule de bupivacaïne. Après le cycle aromatique en haut, on voit la liaison amide, puis le carbone asymétriquement substitué (flèche) qui différencie S(-) et R(+) bupivacaïne. Le groupement amine tertiaire est juste après le carbone tétraédrique ANESTHESIQUES LOCAUX SE FIXANT FORTEMENT SUR LES PROTEINES DU SERUM ET DES TISSUS Les différents énantiomères d une même molécule ne diffèrent pas par leurs propriétés physico-chimiques. Ainsi, pour la lévobupivacaïne (la forme S(-) a-t-elle le même poids moléculaire, le même pka, le même coefficient de partage que son homologue R(+) ou que le mélange racémique. Par contre, des différences pharmacocinétiques peuvent s observer entre R(+) et S(-) bupivacaïne. Ces différences sont cependant faibles [1], ou ne s observent qu à des concentrations très élevées [2]. On connaît très mal la fixation nerveuse et périnerveuse des anesthésiques locaux, et c est précisément à

3 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES 701 ces concentrations très élevées, qui s observent au lieu d injection, que les différences de fixation ont le plus de chance de provoquer des différences de puissance et de durée d action [3]. Tout ce que l on peut dire, c est que les anesthésiques locaux sont largement fixés au niveau des tissus, et qu il est probable que des différences existent entre les énantiomères. Il est vraisemblable, si l on raisonne à partir de la cinétique du bloc observé chez l animal ou chez l homme, que la différence de cinétique entre les énantiomères est minime : la concentration efficace au contact du nerf semble à peu près équivalente pour les deux formes. C est, il nous semble, la raison principale qui fait que les deux types de molécules ont un profil clinique assez similaire ANESTHESIQUES LOCAUX BLOQUANT LES CANAUX IONIQUES DE FAÇON STEREOSPECIFIQUE Les anesthésiques locaux bloquent les canaux sodiques dépendants du voltage (c està-dire, ceux qui sont stimulés par une dépolarisation de la membrane cellulaire et qui initient le potentiel d action). Bien qu il existe de nombreux types de canaux sodiques, ayant tous une spécificité d organe et de fonction, la stéréospécificité de l action des anesthésiques locaux à ce niveau semble la règle. Les formes S sont moins puissantes que les formes R, aussi bien au niveau des canaux myocardiques que nerveux [4-8]. Nous verrons plus loin que la cinétique locale périnerveuse joue un rôle majeur qui contrebalance en partie cette différence de puissance. Cette différence est également atténuée par le fait que la stéréospécificité semble nettement moindre au niveau nerveux qu au niveau cardiaque [8]. Les anesthésiques locaux bloquent également les canaux potassiques, ou du moins ceux qui ont été étudiés [8-12]. En effet, le très grand nombre de canaux potassiques et leur diversité fonctionnelle font que l on ne peut en aucun cas parler des canaux potassiques comme d un groupe homogène. Ceux qui ont été étudiés en relation avec la stéréospécificité des anesthésiques locaux sont principalement les canaux qui sont impliqués dans les arythmies à type de tachycardie et/ou fibrillation ventriculaire. Aux doses élevées de bupivacaïne ou de ropivacaïne, doses qui sont observées lors d injections intravasculaires massives accidentelles, les formes S sont encore une fois moins puissantes, donc moins toxiques sur le cœur que les formes R (Figure 2) [11, 12]. Un effet sur les canaux calciques de type L a également été décrit, mais il semble n intervenir qu à des concentrations extrêmement fortes et sans qu une quelconque stéréospécificité ait été mise en évidence. Au total, les énantiomères S sont moins efficaces pour bloquer les canaux sodiques et potassiques que les formes R. Ceci se traduit par une toxicité cardiaque moindre dont nous parlerons plus loin. Ceci devrait se traduire aussi par une puissance et une durée d action également moindre. Fort heureusement, cette différence est minime en pratique CONDUCTION DECREMENTIELLE ET BLOC DIFFERENTIEL Ils semblent être les facteurs clés dans le mécanisme d action [13-15]. La sensibilité tactile et la proprioception sont conduites par les fibres Aα et surtout Aβ, qui véhiculent les influx à grande vitesse (de à 80- m.s -1 ). Ces grosses fibres sont fortement myélinisées et la distance entre deux nœuds de Ranvier est grande (1 à 3 mm). La douleur est conduite par des fibres Aδ qui véhiculent les influx à moyenne vitesse (de 5 à m.s -1 ) et par les fibres C qui véhiculent les influx à faible vitesse (de 0,5 à 5 m.s -1 ). Les fibres Aδ ont un petit diamètre et sont faiblement myélinisées. Elles ont une très faible distance entre deux nœuds de Ranvier (0,5 à 1 mm). Les fibres C ne sont pas myélinisées et conduisent donc l influx par continuité, à la différence des fibres myélinisées où la conduction est saltatoire, c est-à-dire saute un, deux, voire trois nœuds consécutifs.

4 702 MAPAR 0 1,0 R(+)Bupivacaine 0,8 K = 4.1 µm D Fractional block 0,6 0,4 0,2 S(-)Bupivacaine K = 27,3 µm D 0,0 0,001 0,01 0, Drug [µm] Figure 2 : Effet des deux énantiomères de la bupivacaïne sur un canal potassique impliqué dans les arythmies observées avec cet agent. Il s agit d une courbe dose-effet obtenue sur une préparation de patch clamp, qui montre bien que l énantiomère S (ronds pleins) est nettement moins toxique que l énantiomère R (ronds ouverts). Notez l échelle logarithmique. Tiré de Valenzuella et col, référence [11]. Les fibres non myélinisées et les fibres peu myélinisées sont plus sensibles à l action des anesthésiques locaux que les fibres plus fortement myélinisées. C est le bloc différentiel qui s explique par le fait que la concentration d anesthésique local au site ne permet en général pas de bloquer la conduction simplement par un phénomène de tout ou rien (Figure 3). En particulier les nœuds de Ranvier agissent comme des répétiteurs dans un câble électrique et la transmission peut réapparaître une fois la zone baignée franchie par l anesthésique local. Le bloc ne survient en fait que parce que les anesthésiques locaux, que nous utilisons, ont la propriété de renforcer leur pouvoir bloquant quand la fréquence de décharge du nerf augmente. C est le bloc dépendant de la fréquence ou bloc phasique. Ainsi, ce qui va compter dans la force du bloc, c est plus la cinétique locale de l agent qui de toute manière ne va agir que parce que les fibres nerveuses conduisent des paquets d information faits de stimulations répétitives à grande fréquence. Comme nous l avons dit plus haut, il semble que cette cinétique locale soit peu dépendante de l énantiomère, ce qui explique la faible différence observée en clinique entre la lévobupivacaïne et la bupivacaïne racémique.

5 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES 703 Stim. EXPOSURE LENGTH 40 MEMBRANE POTENTIAL (mv) 0 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 msec Spike 1 Spike 10 Figure 3 : Conduction décrémentielle. Il s agit d une simulation effectuée à partir de données expérimentales. Tout en haut est représentée une fibre nerveuse qui comporte 26 nœuds de Ranvier. La partie centrale (15 nœuds) est immergée dans une solution d anesthésiques locaux. La fibre est stimulée à la partie gauche de la fibre, les stimulations successives représentent un train de stimulation physiologique. Successivement de haut en bas sont représentés les potentiels observés au niveau des nœuds successifs au cours de la 1 e, 2 e 10 e et e stimulation. La conduction n est pas totalement éteinte par le bloc tonique au cours de la 1 ère stimulation. Cependant, les stimulations suivantes font entrer en jeu le bloc phasique (dépendant de la fréquence) ce qui a pour effet d arrêter totalement la conduction. Il convient de remarquer que les nœuds agissent comme des répétiteurs sur une ligne téléphonique et que le bloc est un phénomène de tout ou rien au niveau de chaque fibre, la modulation du bloc étant obtenue par la sommation des effets sur un grand nombre de fibres dont une proportion plus ou moins grande peut être bloquée. Tiré de Raymond SA & Strichartz GR [13] 1.5. EFFET SUR LA CONDUCTION INTRAVENTRICULAIRE ET LA FORCE CONTRACTILE DU MYOCARDE Les anesthésiques locaux dépriment la conduction intraventriculaire d une part, la force contractile du myocarde de l autre. Cet effet est dû principalement à leur effet sur les canaux sodiques [4, 6, 16-18]. Les anesthésiques locaux bloquent peu la conduction auriculo-ventriculaire qui est en fait gouvernée par les canaux calciques. Cependant, certains auteurs ont pu mettre en évidence une certaine participation haut située au bloc observé [19]. Nous avons pu montrer dans une série d expériences sur une préparation de Langendorff que les différents agents déprimaient la conduction intraventriculaire dans l ordre décroissant suivant : R(+)-bupivacaïne > bupivacaïne racémique > lévobupivacaïne > ropivacaïne [17, 18] (Figure 4). Tous les anesthésiques locaux dépriment également la contractilité myocardique, à commencer par la lidocaïne [-22]. Cet effet dépresseur semble principalement lié à la diminution de la durée du potentiel d action que crée le bloc des canaux sodiques et potassiques bien que de nombreuses interrogations puissent persister sur le sujet [6, 10]. Nous-mêmes avons personnellement trouvé une stéréospécificité à la baisse de

6 704 MAPAR 0 contractilité. Ainsi, la lévobupivacaïne déprime moins la force contractile que le mélange racémique. Ces considérations doivent être interprétées en fonction de la puissance relative des agents. A cet égard, il semble que la différence d effet sur le cœur entre lévobupivacaïne et ropivacaïne soit comparable à la différence de puissance des deux agents. A puissance anesthésique comparable, les énantiomères S sont moins cardiotoxiques que leurs homologues R. QRS duration (ms) QRS duration ( ms ) Time (minutes) Figure 4 : A gauche, effet de la bupivacaïne sur la durée du QRS dans une préparation de cœur de lapin isolé. Les cœurs sont perfusés à débit constant avec deux concentrations successives d bupivacaïne (8 µg.ml -1 de 0 à 5 minutes, puis 2 µg.ml -1 de 5 à minutes). La bupivacaïne est ensuite arrêtée. De bas en haut est représenté l effet de la bupivacaïne racémique (a), de la R(+)-bupivacaïne (b) et de la S(-)-bupivacaïne (c). Les valeurs individuelles sont représentées avec les moyennes ± écart-type en cartouche. Notez la différence d échelle. A droite, les valeurs obtenues avec la lidocaïne et la bupivacaïne racémique sur la même préparation sont représentées en courbe dose-effet. La concentration conduisant à la moitié de l effet maximum est la même pour les deux agents (13 à 16 µg.ml -1, concentration totalement libre étant donné l absence de protéines dans le perfusat), mais l activité intrinsèque de la bupivacaïne est 15 fois plus puissante que celle de la lidocaïne. La différence d activité entre lévobupivacaïne et bupivacaïne racémique est d environ 4,5 fois. Ceci est à rapprocher des différences de constante de liaison au canal sodique des différents agents. Tiré de Mazoit et col, référence 17 et Mazoit thèse d Université Paris V. c b a 0,01 0, Concentration ( µg.ml )

7 NOUVEAUTES THERAPEUTIQUES QU EN EST-T-IL SUR LE PLAN CLINIQUE? Sur le plan clinique, la lévobupivacaïne et la bupivacaïne racémique classique semblent avoir une puissance et une durée d action identiques. Toutes les études ayant comparé les deux agents n ont pas trouvé de différence d action entre les deux agents aussi bien au cours de l anesthésie pour hernie inguinale [23], que pour l anesthésie péridurale au cours de l accouchement [24] ou pour césarienne [25] par exemple. Il faut cependant nuancer cette assertion car la présentation est différente de celle de la bupivacaïne racémique. La bupivacaïne classique est présentée sous forme de sel. Il s agit du chlorhydrate de bupivacaïne. La lévobupivacaïne est sous forme de base pure, ce qui correspond à une quantité supérieure de 13 % de produit actif par rapport à la présentation classique. L utilisation au cours de la rachianesthésie semble encore prématurée d autant que la solution isobare actuellement utilisée peut conduire à un niveau imprévisible [26] et que la fréquence des symptômes radiculaires transitoires n est pas connue. En raison de considérations éthiques évidentes, aucune étude n a pu démontrer que la lévobupivacaïne est nettement moins cardiotoxique que le mélange racémique chez l homme. Néanmoins, toutes les études animales concluent à cette moindre toxicité. De même, un cas clinique d injection intravasculaire accidentelle a été rapporté, cas clinique au cours duquel, le patient a convulsé sans que des signes ECG ou hémodynamiques soient apparus [27]. La lévobupivacaïne semble donc nettement moins toxique que la bupivacaïne racémique. CONCLUSION Au total, il semble possible de proposer l utilisation de la lévobupivacaïne dans les indications suivantes : Injection de gros volumes dans des sites à résorption rapide (bloc cervical, bloc du plexus brachial, blocs intercostaux multiples), Réalisation de blocs multiples ou le volume injecté peut être un facteur limitant majeur, Perfusion périneurale continue en particulier chez les nourrissons qui sont plus sujets au risque de toxicité cardiaque que les enfants plus âgés ou que les adultes. Il faut néanmoins se souvenir que lorsque l on injecte de la lévobupivacaïne, on injecte 13 % de plus de composé actif que lorsque l on injecte de la bupivacaïne traditionnelle. Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier Hervé Bouaziz, Dominique Fletcher et Marc Gentilli pour les discussions fructueuses qu ils ont généré au sein du laboratoire. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Groen K, Mantel M, Zeijlmans PW, Zeppenfeldt B, Olieman W, Stienstra R, van Kleef JW, Burm AG. Pharmacokinetics of the enantiomers of bupivacaine and mepivacaine after epidural administration of the racemates. Anesth Analg 1998;86:361-6 [2] Mazoit JX, Cao LS, Samii K. Binding of bupivacaine to serum proteins, isolated albumin and isolated alpha1-acid glycoprotein. Differences between the two enantiomers are partly due to cooperativity. J Pharmacol Exp Ther 1996;256:

8 706 MAPAR 0 [3] Popitz-Bergez FA, Leeson S, Strichartz GR, Thalhammer JG. Relation between functional deficit and intraneural local anesthetic during peripheral nerve block. A study in the rat sciatic nerve. Anesthesiology 1995;83: [4] Clarkson CW. Stereoselective block of cardiac sodium channels by RAC109 in single guinea pig ventricular myocytes. Circ Res 1989;65: [5] Lee-Son S, Wang GK, Concus A, Crill E, Strichartz GR. Stereoselective inhibition of neuronal sodium channels by local anesthetics. Evidence for two sites of action? Anesthesiology 1992;77: [6] Vanhoute F, Vereecke J, Verbeke N, Carmeliet E. Stereoselective effects of the enantiomers of bupivacaine on the electrophysiological properties of the guinea-pig papillary muscle. Br J Pharmacol 1991;163: [7] Valenzuela C, Snyders DJ, Bennett PB, Tamargo J, Hondeghem LM. Stereoselective block of cardiac sodium channels by bupivacaine in guinea pig ventricular myocytes. Circulation 1995;92: [8] Nau C, Vogel W, Hempelmann G, Brau ME. Stereoselectivity of bupivacaine in local anestheticsensitive ion channels of peripheral nerve. Anesthesiology 1999;91: [9] Courtney KR, Kendig JJ. Bupivacaine is an effective potassium channel blocker in heart. Biochim Biophys Acta 1988;939: [10] Castle NA. Bupivacaine inhibits the transcient outward K + current but not the inward rectifier in rat ventricular myocytes. J Pharmacol Exp Ther 1990;256: [11] Valenzuella C, Delpon E, Tamkun MM, Tarmago J, Snyders DJ. Stereoselective block of a human cardiac potassium channel (Kv1.5) by bupivacaine enantiomers. Biophys J 1995;69: [12] Valenzuella C, Delpon E, Franqueza L, Gay P, Snyders DJ, Tamargo J. Effects of Ropivacaine on a Potassium Chanel (hkv1.5) Cloned from Human Ventricle. Anesthesiology 1997;86: [13] Raymond SA, Strichartz GR. The long and short of differential block (Editorial). Anesthesiology 1989;70:725-8 [14] Fink BR. Mechanisms of differential axial blockade in epidural and subarachnoid anesthesia. Anesthesiology 1989;70:851-8 [15] Raymond SA, Steffensen SC, Gugino LD, Strichartz GR. The role of length of nerve exposed to local anesthetics in impulse blocking action. Anesth Analg 1989;68: [16] de La Coussaye J, Brugada J, Allessie MA. Electrophysiologic and arrhythmogenic effects of bupivacaine. A study with high-resolution ventricular epicardial mapping in rabbit hearts. Anesthesiology 1992;77:32-41 [17] Mazoit JX, Boïco O, Samii K. Myocardial uptake of bupivacaine: II. Pharmacokinetics and pharmacodynamics of bupivacaine enantiomers in the isolated perfused rabbit heart. Anesth Analg 1993;77: [18] Mazoit JX, Decaux A, Bouaziz H, Edouard A. Comparative effect of racemic bupivacaine, levo bupivacaine and ropivacaine on the isolated rabbit heart. Soumis. [19] Graf BM, Martin E, Bosnjak ZJ, Stowe DF. Stereospecific effect of bupivacaine isomers on atrioventricular conduction in the isolated perfused guinea pig heart. Anesthesiology 1997;86:410-9 [] Lynch C III. Depression of myocardial contractility in vitro by bupivacaine, etidocaine, and lidocaine. Anesth Analg 1986;65:551-9 [21] Pu Q, Mazoit JX, Cao LS, Mao W, Samii K. Effect of Lignocaine in Myocardial Contusion: an Experiment on Rabbit isolated Heart. Br J Pharmacol 1996;118: [22] Pitkanen M, Feldman HS, Arthur GR, Covino BG. Chronotropic and inotropic effects of ropivacaine, bupivacaine, and lidocaine in the spontaneously beating and electrically paced isolated perfused rabbit heart. Reg Anesth 1992;17: [23] Bay-Nielsen M, Klarskov B, Bech K, Andersen J, Kehlet H. Levobupivacaine vs bupivacaine as infiltration anaesthesia in inguinal herniorrhaphy. Br J Anaesth 1999;82:280-2 [24] Lyons G, Columb M, Wilson RC, Johnson RV. Epidural pain relief in labour: potencies of levobupivacaine and racemic bupivacaine. Br J Anaesth 1998;81: [25] Bader AM, Tsen LC, Camann WR, Nephew E, Datta S. Clinical effects and maternal and fetal plasma concentrations of 0.5% epidural levobupivacaine versus bupivacaine for cesarean delivery. Anesthesiology 1999;90: [26] Burke D, Kennedy S, Bannister J. Spinal anesthesia with 0.5% S(-)bupivacaine for elective lower limb surgery. Reg Anesth Pain Med 1999;24: [27] Kopacz DJ, Allen HW. Accidental intravenous levobupivacaine. Anesth Analg 1999;89:1027-9

Qu'apportent les nouveaux anesthésiques siques locaux

Qu'apportent les nouveaux anesthésiques siques locaux Qu'apportent les nouveaux anesthésiques siques locaux Jean Xavier Mazoit Département et laboratoire d'anesthésie UPRES EA 3540 Hôpital et Faculté de Médecine du Kremlin-Bicêtre JX Mazoit Bicêtre Qu'apportent

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Pharmacologie des anesthésiques locaux chez l enfant

Pharmacologie des anesthésiques locaux chez l enfant Pharmacologie des anesthésiques locaux chez l enfant Frédéric LACROIX DAR Pédiatrique, pôle Anesthésie Réanimation CHU Timone, Marseille frederic.lacroix@ap-hm.fr Fixation sur les protéines plasmatiques

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE

NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE Nouveaux anesthésiques locaux en France - D. Bedague, Y. Pichot NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE D. BEDAGUE, Y. PICHOT DAR 1, CHU Michallon, GRENOBLE En 1997 la famille des amino-amides s agrandit,

Plus en détail

La transmission de l influx nerveux

La transmission de l influx nerveux La transmission de l influx nerveux 1 1. Découverte de l activité éléctrique des neurones 2 Luigi Galvani (1737 / 1798) Montre qu un courant électrique appliqué à un nerf provoque la contraction des muscles

Plus en détail

Physiologie Cardio Vx

Physiologie Cardio Vx Physiologie Cardio Vx Anatomie du Coeur 3 Circulation pulmonaire Circulation systémique 5 ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Auteur : Dr.M.K.Bourahli Faculté de Médecine Constantine Université Mentouri 3 Service

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain October 2011 Vol. 113 N 4 Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain Contexte : 1970 description Winnie : Bloc plexus brachial = au moins 40ml d AL Winnie AP. Interscalene brachial plexus block. Anesth

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Éléments de chimie organique Résumé

Éléments de chimie organique Résumé Éléments de chimie organique Résumé Note : e résumé indique quelques éléments qui ont été étudiés en classe. Il est largement insuffisant pour compléter votre étude. Il vous permettra de mieux structurer

Plus en détail

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

TOXICITÉ DES ANESTHÉSIQUES LOCAUX

TOXICITÉ DES ANESTHÉSIQUES LOCAUX TOXICITÉ DES ANESTHÉSIQUES LOCAUX NOURI JIBRIL DR CHOQUET OLIVIER DR CHIONO JULIEN STAFF DAR-A 03/10/2012 Rappels pharmacologiques Généralités Bupivacaine Ropivacaine Mépivacaine Toxicité des anesthésiques

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2 Pr atem BEN ROMDANE LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPILES EN SÉRIE ALIPATIQUE S N 1 ET S N 2 3 - LE MÉCANISME S N 2 a - Constatations expérimentales Cinétique : l'étude des réactions de substitution nucléophile

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Principes généraux de la biochimie

Principes généraux de la biochimie Principes généraux de la biochimie «La biochimie a pour but de décrire, expliquer et exploiter les structures et le comportement des molécules biologiques en se servant de la chimie, de la physique et

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Mettre au point un protocole Respecter les règles de sécurité Analyser un résultat expérimental

Mettre au point un protocole Respecter les règles de sécurité Analyser un résultat expérimental Compétences travaillées : Extraire une information utile Mettre au point un protocole Respecter les règles de sécurité Analyser un résultat expérimental E1. Construire le modèle moléculaire de la molécule

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8 Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8 A Le cisplatine.... 8 A.I Découverte de l activité anti-tumorale du cisplatine... 8 A.II Activité

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique Strasbourg 13-15 Octobre 2009 Infiltration cicatricielle continue Chirurgie gynécologique 9CD502-Oct 2009 1/39 Agenda Historique Principes Bénéfices Cas particulier de la chirurgie gynécologique Césarienne

Plus en détail

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identifie les organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail

Alain Delbos, Olivier Rontes Service d anesthésie Réanimation, Médipole Garonne, 45 rue Girondis, Toulouse

Alain Delbos, Olivier Rontes Service d anesthésie Réanimation, Médipole Garonne, 45 rue Girondis, Toulouse DEXAMÉTHASONE ET ALR Alain Delbos, Olivier Rontes Service d anesthésie Réanimation, Médipole Garonne, 45 rue Girondis, 31000 Toulouse INTRODUCTION Afin de prolonger l analgésie postopératoire au-delà des

Plus en détail

L Intoxication par les anesthésiques locaux.

L Intoxication par les anesthésiques locaux. L Intoxication par les anesthésiques locaux. D.MEZZANE, IADE & J.X. MAZOIT, MAR. C.H.U - Bicêtre. Département d anesthésie-réanimation, 78, rue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France. Les

Plus en détail

Réactions de Substitution Nuclé

Réactions de Substitution Nuclé Réactions de Substitution clé ucléophile I. INTRODUTION La substitution nucléophile résulte de l attaque nucléophile sur un substrat par une espèce riche en électrons (molécule neutre ou anion) et du départ

Plus en détail

Syndrome de Brugada. définition et implications en anesthésie. Jean Reuter DES Anesthésie-Réanimation CHIPS juillet 2014

Syndrome de Brugada. définition et implications en anesthésie. Jean Reuter DES Anesthésie-Réanimation CHIPS juillet 2014 Syndrome de Brugada définition et implications en anesthésie Jean Reuter DES Anesthésie-Réanimation CHIPS juillet 2014 Définition Définition Association d un aspect particulier de susdécalage du segment

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle

LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle LE MOUVEMENT ( mécanisme ) A. Le muscle 1. Définition : C est l organe effecteur du mouvement. a. fonction Il a 2 fonctions essentielles : - Production de force : énergie chimique transformée en énergie

Plus en détail

Analgésie par infiltration d anesthésiques locaux

Analgésie par infiltration d anesthésiques locaux Analgésie par infiltration d anesthésiques locaux Pr M Beaussier Département Anesthésie-Réanimation - CHU St-Antoine - Paris Définition de l infiltrationl Administration d un agent analgésique dans un

Plus en détail

Toxicité des Anesthésiques Locaux : quoi de neuf?

Toxicité des Anesthésiques Locaux : quoi de neuf? Toxicité des Anesthésiques Locaux : quoi de neuf? Jean-Xavier Mazoit, Hélène Beloeil Département d Anesthésie Réanimation, CHU de Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, 94275 Le Kremin-Bicêtre Cedex Introduction

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

STÉRÉOISOMÉRIE CONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE COMPOSÉS OPTIQUEMENT ACTIFS À UN SEUL CARBONE ASYMÉTRIQUE

STÉRÉOISOMÉRIE CONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE COMPOSÉS OPTIQUEMENT ACTIFS À UN SEUL CARBONE ASYMÉTRIQUE Pr atem BEN ROMDANE Structures des Molécules Organiques Stéréoisomérie optique Faculté des Sciences de Tunis et Stéréochimie composés à * STÉRÉOISOMÉRIE ONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE OMPOSÉS

Plus en détail

Plan du cours 17/12/2014. Physiologie du neurone. Département de médecine Dr.FERHI. 1ere Année des études médicales 2012/13 1

Plan du cours 17/12/2014. Physiologie du neurone. Département de médecine Dr.FERHI. 1ere Année des études médicales 2012/13 1 Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine Physiologie du neurone 1ere Partie Année universitaire 2014-1515 Présentation Dr. S. FERHI 1 Plan du cours I. Introduction II. Classification des neurones

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

PHARMACOLOGIE DES ANESTHÉSIQUES SIQUES LOCAUX

PHARMACOLOGIE DES ANESTHÉSIQUES SIQUES LOCAUX PHARMACOLOGIE DES ANESTHÉSIQUES SIQUES LOCAUX Dr Brigitte Poulin Anesthésiologiste siologiste Septembre 2006 PHARMACOLOGIE DES ANESTHÉSIQUES SIQUES LOCAUX HISTORIQUE PLAN PROPRIÉTÉS PHYSICO-CHIMIQUES MODE

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 Concours PACES 2012-2013 Séance préparée par les tuteurs stagiaires QCM n 1 : L'amphétamine (masse molaire égale à 135 g.mol -1

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt 1 Position de la séquence Thème n 1: les systèmes vivants présentent une organisation particulière de la matière. 1.5 Les molécules des organismes vivants

Plus en détail

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1).

membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1). SURVEILLANCE CLINIQUE DES ANTIARYTHMIQUES EN SOINS CRITIQUES Jean-Luc Beaumont, infirmier clinicien spécialisé en soins infirmiers cardiovasculaires et respiratoires Les antiarythmiques constituent, en

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

La couleur dans vos créations Chapitre 1 La couleur

La couleur dans vos créations Chapitre 1 La couleur La couleur dans vos créations Chapitre 1 La couleur Théorie Introduction Ce cours est le premier d une série de trois visant à guider le novice dans l utilisation de la couleur dans ses créations. Pour

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions qui peuvent être posées. Bien sûr, la première question est : quels

Plus en détail

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle La posture, ou position de notre corps dans l espace, est

Plus en détail

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1 Approches théorique et expérimentale en CEM des implants médicaux actifs dans la bande de fréquences 10 50 khz: cas des défibrillateurs cardiaques implantables Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

PCA Principe. PCA : pourquoi?! PCA : pourquoi?! P ATIENT C ONTROLLED A NALGESIA TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES

PCA Principe. PCA : pourquoi?! PCA : pourquoi?! P ATIENT C ONTROLLED A NALGESIA TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES TECHNIQUES INTERTIONNELLES TECHNIQUES INTERVENTIONNELLES FORMATION DOULEUR IRR MAI 2009 e.cuignet royer@chu nancy.fr 1. PCA :Analgésie Contrôlée par le PaNent 1. ALR : Anesthésie LocoRégionale AL : Anesthésiques

Plus en détail

IV. Membranes et différence de potentiel électrique. Un bon matériel d étude : l axone géant de Calmar

IV. Membranes et différence de potentiel électrique. Un bon matériel d étude : l axone géant de Calmar IV. Membranes et différence de potentiel électrique Un bon matériel d étude : l axone géant de Calmar Enregistrement du potentiel de repos dans une fibre nerveuse Concentrations extracellulaire et intracellulaire

Plus en détail

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation.

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation. Introduction : La voiture solaire est un thème qui s inscrit dans une problématique et un contexte qui sont devenus récurrents ces dernières années, celle du développement durable. C est une voiture qui

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Références Bayes de Luna A., Clinical Electrocardiography : A Textbook. New York: Futura Publishing,

Plus en détail

LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique

LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique A. Connaissance du risque électrique Le courant peut agir alors sur le corps de trois façons différentes : Par blocage des muscles, que ce soient ceux des membres

Plus en détail

PARTIE II : COMPRENDRE. Chapitre 10

PARTIE II : COMPRENDRE. Chapitre 10 PARTIE II : MPRENDRE Reconnaître des espèces chirales à partir de leur représentation. Utiliser la représentation de ram. Identifier les atomes de carbone asymétrique d une molécule donnée. Reconnaître

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Analyse d une bande de rythme 1 1. Décrire la dépolarisation. Activation du potentiel électrique d

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR?

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR? LA DOULEUR DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE Miancheng ZHU Professeur de médecine traditionnelle chinoise, faculté de médecine, université Paris 13, Bobigny Aujourd hui, 21 janvier 2004, est le

Plus en détail

Réponses : les glucides

Réponses : les glucides Réponses : les glucides es réponses ne sont pas des corrigés types : elles sont des indications pour formuler des réponses correctes. Enoncé - Quelles sont les significations de la lettre D et du signe

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE

CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE Introduction La transmission du message nociceptif peut être modulée par des molécules endogènes telles que les

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

La gestion de la liquidité dans TARGET2

La gestion de la liquidité dans TARGET2 La gestion de la liquidité dans TARGET2 INTRODUCTION Dans un RTGS (Real-Time Gross Settlement system), les transactions sont réglées en monnaie centrale, de façon continue, sur une base brute. Ce type

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1. Principe général du fonctionnement cérébral 2. Notions de base en physiologie

Plus en détail

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie

Epreuves d'hyperglycémie combinées aux drogues hypo. Epreuves d'hypoglycémie Chapitre premier Introduction Historique des hypoglycémiants oraux Cycle du glucose : courants métaboliques, contrôle hormonal, causes d'hypoglycémie Conceptions actuelles des mécanismes d'action des drogues

Plus en détail

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur Electrophysiologie cardiaque I. Eléments d anatomie et d histologie II. III. Electrophysiologie

Plus en détail

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 Lycée Privé Alfarabi SFAX Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 2011 / 2012 Section : Sciences de l informatiques Coefficient : 3 EPREUVE : SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures M. Abdmouleh Nabil Le devoir

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (1998) les Dioxines Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les dioxines sont principalement libérées par les activités humaines telles que l'incinération

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Le Listryo contre le VIH

Le Listryo contre le VIH Le Listryo contre le VIH «La Vie contre la mort» en langage bactérien Yoann DÉSIR Le Listryo contre le VIH W-X-R-T Trp-Ola-Arg-Thr à cycliser dans l'organisme en un cyclopeptide de 4 acides aminés dextrogyres

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC THERAPIE PAR ONDES DE CHOC sales@btlnet.com www.btlnet.com Tous les droits sont réservés. Toutes les précautions pour offrir des informations précises et pour suivre les mises à jour ont été prises, nous

Plus en détail