L HYPNOSE, UN NOUVEL OUTIL EN RADIOLOGIE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L HYPNOSE, UN NOUVEL OUTIL EN RADIOLOGIE?"

Transcription

1 INSTITUT DE FORMATION DE MANIPULATEURS EN ELECTRORADIOLOGIE MEDICALE CHRU DE MONTPELLIER Directeur : Monsieur Georges BOURROUNET L HYPNOSE, UN NOUVEL OUTIL EN RADIOLOGIE? Mr. Mickaël AMARGER Mr. Adrien JACCOUD Mr. Julien MACKOWIAK Promotion

2 INSTITUT DE FORMATION DE MANIPULATEURS EN ELECTRORADIOLOGIE MEDICALE CHRU DE MONTPELLIER Directeur : Monsieur Georges BOURROUNET L HYPNOSE, UN NOUVEL OUTIL EN RADIOLOGIE? Mr. Mickaël AMARGER Mr. Adrien JACCOUD Mr. Julien MACKOWIAK Promotion

3 REMERCIEMENTS Nous souhaitons remercier pour leur participation toutes les personnes qui nous ont permis de mener à bien notre travail d Intérêt Professionnel et en particulier: - Monsieur Bourrounet, le directeur de l école de manipulateur en électroradiologie médicale du CHRU de Montpellier pour son enseignement de la méthodologie; - Monsieur Rubio, formateur à l école de manipulateur en électroradiologie médicale du CHRU de Montpellier pour son suivi dans l élaboration de ce travail d intérêt professionnel; - Madame Palanque, cadre de santé infirmière anesthésiste au bloc opératoire digestif de St Eloi au CHRU de Montpellier, pour son suivi dans l élaboration de ce travail d intérêt professionnel et ses nombreux renseignements; - Madame Huguet, médecin anesthésiste au bloc digestif de St Eloi du CHRU de Montpellier, pour sa documentation sur l hypnose; - Mademoiselle Villas Hélène, infirmière anesthésiste au bloc opératoire digestif du CHRU de Montpellier, pour sa disponibilité et ses conseils. Nous remercions tous les manipulateurs en électroradiologie médicales ainsi que les médecins radiologues interrogés au sujet de l hypnose. 3

4 TABLE DES MATIERES Table des Matières...4 Introduction...7 Constat de Départ Anxiété et douleur...11 A La douleur...11 B L anxiété Les appréhensions du patient face à l examen en radiologie Le manipulateur d électroradiologie L hypnose comme solution? Problématique...14 I Description de l hypnose Historique et évolution de l hypnose...15 A Origines lointaines...15 B Magnétisme animal...15 C L hypnose...16 D L hypnose en France...16 E Hypnose et psychanalyse...17 F L hypnose moderne Définitions...19 A Par l Association Française pour l Etude de l Hypnose Médicale...19 B Par la commission de la British Medical Association...19 C Selon Milton H. Erickson...20 D Par le dictionnaire Petit Larousse illustré Quelques rappels et explications sur la technique de l hypnose...21 A Conscient et inconscient...21 B Hypnose et transe...22 C Les canaux sensoriels...23 D Le langage du praticien...23 E La méthode du praticien

5 4 Les étapes de l état hypnotique...25 A La veille ordinaire...25 B L induction...25 C La dissociation...25 D La perception...26 E Réveil et entretient post-hypnotique L hypnose comme réponse à la douleur...27 II Techniques hypnotiques Hypnosédation et hypnoanalgésie...29 A Hypnosédation...29 B Hypnoanalgésie...30 C Intérêts...30 D Avantages...31 E Inconvénients...31 F Indications...31 G Contre-indications...32 H Déroulement d un acte chirurgical sous hypnosédation...32 I Réflexions Hypnose conversationnelle...34 A La communication...34 B Technique de l hypnose conversationnelle...36 III Cadre légal...39 A Loi du 4 mars B Le plan de lutte contre la douleur C Chartre du patient hospitalisé...41 D Compétences du Manipulateur Radio...42 E Modalités de formation...44 IV Méthodologie de l investigation Choix des outils...45 A Les outils...45 B Choix de la population C Modalités

6 2 Questionnaire Résultats Analyse des résultats...50 V Réflexions Théories sur la communication patient-soignant Propositions d action...55 Conclusion Lexique et liste des abréviations Bibliographie Annexes

7 Introduction 7

8 INTRODUCTION La base de notre mémoire repose sur l hypnose et son éventuelle application dans un service de radiologie comme réponse à l anxiété ou à la douleur ressenti par le patient. Dans notre métier de manipulateur en électroradiologie, nous devons chaque jour faire face à la prise en charge de patients. Cette prise en charge est un problème récurrent pour tout professionnel qui se doit de la réaliser le mieux possible afin d obtenir un examen de qualité. Comment rassurer un patient? Comment ne pas l impressionner? Comment lui faire oublier le côté négatif, désagréable et même parfois douloureux de l examen? Notre objectif n est pas de trouver une solution «miracle» à ce problème mais simplement d y apporter des informations supplémentaires voire des techniques nouvelles pour un confort optimal du patient. Ce sont nos stages professionnels dans les divers hôpitaux et cliniques qui nous ont permis d observer chez certains patients une anxiété importante due à des examens angoissants voire douloureux. La notion d hypnose a été proposée par l un d entre nous suite à un stage effectué au sein d un établissement où la pratique de cette technique est présente et permet une prise en charge non-médicamenteuse du patient. Notre démarche commence par une description de l hypnose. Pour mieux comprendre le phénomène nous avons décidé de faire un historique succinct et de dévoiler les différentes définitions qui lui sont attribuées. 8

9 Nous étudierons ensuite deux méthodes hypnotiques et le cadre légal qui entoure cette technique, notamment par rapport à son application et les différents types de personnel concernés. Enfin nous verrons le lien que l on peut faire avec la radiologie. Nous avons réalisé une enquête ayant permis de caractériser la place de cet outil chez le manipulateur et les professionnels de radiologie. Est-elle connue? Est-elle applicable dans tous types de service d imagerie? L étude des résultats permettra d apporter une réflexion finale sur toute notre démarche. 9

10 Constat de départ 10

11 CONSTAT DE DEPART Ce texte présente le point de départ de notre mémoire. Il permet la mise en place de notre problématique et établit les objectifs de réponse que nous nous sommes fixés. Notre réflexion porte sur la prise en charge du patient anxieux et algique pour des examens radiologiques dont nous sommes les acteurs. 1 - Anxiété et douleur A) La douleur Le mot douleur vient du latin "dolor" qui signifie souffrance. Définitions: Par le dictionnaire Larousse illustré édition 2007: Sensation pénible ressentie dans une partie du corps, résultant d'une impression produite avec trop d'intensité. Par l'association Internationale de l'etude de la Douleur (1979): C'est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire existante ou partielle. Cette définition est toujours valable. Elle intègre plusieurs dimensions: - des composantes sensorielles et physiques ; - des composantes affectives, émotionnelles cognitives et intellectuelles ; - des composantes comportementales, culturelles, ethniques, religieuses. 11

12 Deux catégories de douleurs: On distingue deux catégories de douleur : la douleur physique et la douleur psychique. - La douleur physique est en relation avec une lésion somatique. Prenons pour exemple le traumatisme d'un membre ou le disfonctionnement d'un organe. - La douleur psychique est une souffrance personnelle. C'est le cas dans les dépressions qu'on qualifie de douleurs morales. Cela mène à classifier la douleur en deux catégories: - Les douleurs chroniques : de type rebelle, installées depuis 3 à 6 mois. Elles sont peu ou pas soulagées. - Les douleurs aiguës: correspondent à une lésion tissulaire ; c'est souvent un symptôme qui joue un rôle d'alarme. Physiologie de la douleur: La douleur est la conséquence de la stimulation d'un ou plusieurs récepteurs sensoriels spécifiques. Le message douloureux provoqué par exemple par une blessure est transmis par les nocicepteurs de la moelle épinière par l'intermédiaire de fibres nerveuses. La douleur provoque des modifications physiologiques telles que les troubles de la fonction respiratoire, une variation du rythme cardiaque. Ces manifestations s'accompagnent d'attributs caractéristiques comme la recherche de positions antalgiques. La douleur aiguë peut diminuer les facultés de discrimination et de raisonnement d'un patient. Elle peut aussi limiter le comportement de ce dernier au seul contexte du phénomène douloureux. 12

13 B) L anxiété C est un «trouble émotionnel se traduisant par un sentiment indéfinissable d insécurité»(larousse). Lors d examens radiologiques, ce trouble a des causes diverses. L examen en lui-même peut être source de perturbations pour le patient. Le contexte hospitalier, la qualité de l accueil, la raison de la présence du patient, l attente du résultat sont également des facteurs stressants pour le patient qui arrive dans un milieu parfois inconnu. Nous avons estimé intéressant de décrire ces deux états afin de comprendre leurs mécanismes et d y trouver plus facilement une solution. 2 - Les appréhensions du patient face à l examen radiologique Différentes sortes d appréhensions sont à mettre en évidence en radiologie en fonction du type d examen. Nous avons pris conscience de toutes ces appréhensions au cours des stages. Ainsi, on distingue : - le patient phobique, anxieux par rapport à son examen : la peur des piqûres au scanner, la claustrophobie en IRM, l attente du résultat (peur de déceler une maladie grave ou en mammographie par exemple, l attente d un dépistage pour un cancer du sein, peuvent provoquer des comportements très anxiogènes sur certains patients) ; - le patient algique pour un acte radiologique invasif : cystographie, arthrographie, artériographie, les ponctions/biopsies. 13

14 3 - Le manipulateur d électroradiologie médicale face aux appréhensions du patient Les comportements du patient influent sur la qualité de l examen en lui-même et vont même parfois jusqu à une incapacité totale de sa réalisation. Il est donc de notre devoir en tant que manipulateur de prévenir et de réduire ces risques. Pour faire face au stress du patient, le soignant ne dispose pas véritablement d armes mise à part certains médicaments ou traitement, sa compétence personnelle, son tact et sa qualité d orateur. Ces aptitudes n étant pas présentes chez tout individu, elles ne le sont donc pas chez tous les manipulateurs. Notre interrogation a donc porté sur une seule et même technique capable de contrer à la fois l anxiété et la douleur sans prise de médicaments ou en diminuant la posologie. L hypnose apparaitrait comme une solution à ces problèmes. 4 - L hypnose comme solution? L hypnose comporte une multitude de techniques, chacune présentant des applications plus ou moins complexes. Nous n allons pas toutes les détailler mais il serait cependant intéressant de se concentrer sur celles qui seraient applicables et praticables en radiologie. C est aussi un phénomène méconnu et qui suscite parfois des réactions plutôt négatives, songeuses voire farfelues. A nous de corriger ces aprioris. 5 - Problématique Suite à cette première réflexion, nous dégageons la problématique suivante : Pour une prise en charge non-médicamenteuse de la douleur et de l'anxiété du patient, l'hypnose médicale semble applicable en service d'imagerie. 14

15 I DESCRIPTION DE L HYPNOSE Afin de bien placer l hypnose dans un contexte médical et bel et bien concret nous avons estimé nécessaire d établir un historique de la technique. Il permettra, d une part, de faire quelques rappels sur son histoire et, d autre part, il mettra déjà en évidence quelques explications sur ce phénomène qui fut, et est encore, bien trop souvent décrit comme mystérieux et incompréhensible. Nous définirons ensuite le terme. Enfin, nous expliquerons la technique, ses étapes et son principe d action. 1 - Historique et évolution de l hypnose A) Origines lointaines Les phénomènes hypnotiques en tant que tels ont toujours existé. Les plus anciennes traces remontent à l Antiquité, où les Grecs pratiquaient une médecine par les songes dans le sanctuaire d Epidaure. Cependant, les mécanismes qui régissent le phénomène sont restés longtemps incompris. B) Le magnétisme animal Il est généralement admis que l histoire de l hypnose commence au 18 ème siècle avec le médecin allemand Franz Anton MESMER. Ce dernier permit d isoler le phénomène hypnotique du contexte magique et théologique en donnant une interprétation rationnelle de l hypnose. Sa théorie se base sur l existence d un fluide magnétique présent dans tout être et dont on peut faire une utilisation thérapeutique : c est le «magnétisme animal», terme qu il utilise à partir de Cette théorie sera assez vite écartée pour laisser place à des théories plus modernes qui rejetteront la notion de fluide et concluront que l imagination est la véritable cause des effets attribués au magnétisme. 15

16 C) L hypnose Le terme ««hypnose» lui-même n est apparu qu en 1843, année où James BRAID, chirurgien écossais, entreprend d établir les bases scientifiques de la compréhension du phénomène. Il reprend les travaux de MESMER mais propose une définition plus moderne. Pour lui, il s agit d une modification de la conscience, un «état de sommeil nerveux». Il découvre que l hypnose est produite par une concentration sur une cause physique. Durant ses expériences, il utilise d ailleurs la fixation d un point lumineux comme technique d induction. Il décide alors d utiliser cette méthode pour anesthésier des patients lors d interventions chirurgicales. Le mérite de BRAID est également d avoir compris que l hypnose relevait plus d un savoir scientifique, psychologique et de savoir-faire que d un pouvoir. L hypnotiseur ne fait que remplir le rôle qui lui est assigné par le sujet en demande d hypnose. D) L hypnose en France En France, c est vers 1880 que l hypnose arrive en force grâce à deux professeurs d université célèbres. Il s agit du neurologue Jean-Martin CHARCOT à la Salpêtrière et du Docteur Hippolyte BERNHEIM de la clinique médicale de Nancy. Ces deux scientifiques défendent chacun des positions extrêmes concernant l hypnose, ce qui divisa le monde médical et provoqua la naissance de deux écoles. BERNHEIM définit l hypnose comme un simple sommeil produit par la «suggestion» et susceptible d applications thérapeutiques. L influence provoquée par une idée suggérée est acceptée par le cerveau. 16

17 Une suggestion peut inhiber une sensation comme la douleur ou aussi produire une émotion agréable permettant de supprimer ainsi des émotions comme l angoisse, la tristesse ou la colère. La méthode est appelée psychothérapie. Cette reconnaissance de l hypnose par le professeur BERNHEIM permit aux médecins de pratiquer ouvertement la technique. Par opposition, l étude menée par CHARCOT tente de démontrer que l état hypnotique est un état hystérique. Pour CHARCOT, l hypnose est donc un état physiopathologique, ce qui est faux bien sûr, mais cela donnera une mauvaise réputation à l hypnose. Plus tard, les concepts de CHARCOT furent donc rejetés, notamment grâce au triomphe de l école de Nancy de BERNHEIM qui a pu démontrer que la capacité à être traité par l hypnose était une capacité naturelle. E) Hypnose et psychanalyse En 1885, Sigmund FREUD effectue un stage chez CHARCOT où il découvre l hypnose. Il utilise alors cette technique dans ses recherches durant neuf années et établit alors le concept d inconscient. Il décide d appliquer une méthode qui parvient à guérir des malades de leurs symptômes en retrouvant, sous hypnose, divers souvenirs traumatiques de leur enfance ou des souvenirs oubliés. Mais il abandonne progressivement cette technique considérant que la «suggestion» et l hypnose ne fonctionnent pas suffisamment pour fonder un traitement. En 1917, il déclare lors d une conférence sur l introduction de la psychanalyse : «je suis en droit de dire que la psychanalyse proprement dite ne date que du jour où l on a renoncé à avoir recours à l hypnose». Mais certaines personnes affirment que FREUD aurait obtenu beaucoup plus de réussites thérapeutiques avec l hypnose qu avec la psychanalyse qu il a développée ensuite. 17

18 F) L hypnose moderne Une forme moderne de l hypnose est issue des travaux de Milton Hyland ERICKSON ( ), psychiatre américain, qui a passé une partie de sa vie à étudier l hypnose et son utilisation en psychothérapie. Ses découvertes ont révolutionné la vision moderne de l hypnose qui est très éloignée de ce que l on croyait au début du 20 ème siècle. L hypnose ericksonienne réhabilite l hypnose abandonnée par Freud et permet des recherches scientifiques, notamment avec l aide des récentes évolutions en imagerie médicale (IRM, Pet Scan) qui a pu montrer que l hypnose est bien un état spécifique. Le Dr Milton ERICKSON comprend assez vite que si une grande proportion de la population n est soi-disant pas hypnotisable, cela est dû à la pauvreté des techniques de communication utilisées. En effet, les techniques d'induction utilisées sont très directives et souvent autoritaires. Les suggestions adressées au sujet sont en quelque sorte des ordres auxquels il est logique qu'il ait envie de s y opposer. Il prouve ainsi que pratiquement tout le monde est hypnotisable. Il suffit de parler le langage du patient et d abandonner l autorité et les suggestions directes pour privilégier la permissivité et les suggestions indirectes. Erickson aime parler par analogies et raconter des histoires avec ou sans processus hypnotique. Ce sont en quelque sorte des métaphores thérapeutiques. C est un excellent conteur et sa technique s'adapte aussi bien aux patients souffrant de problèmes médicaux, psychosomatiques, psychologiques ou psychiatriques. Il obtient ainsi un nombre de réussites thérapeutiques étonnant. 18

19 Depuis plusieurs années de nombreuses écoles en France proposent des formations à l'hypnose thérapeutique ou médicale, notamment différents instituts Milton Erickson. Des psychologues, des médecins, des psychothérapeutes se forment à l'hypnose qui fait ainsi petit à petit son entrée dans les hôpitaux. Au CHU de Liège (Belgique), l'hypnose est utilisée pour faire des opérations de chirurgie sans recours à une anesthésie générale. Cependant, cette pratique, comme d'autres techniques thérapeutiques, n'est encadrée d'aucune législation véritable. 2 - Définitions On trouve de nombreuses définitions de l'hypnose. Nous en avons extraites quatre principales afin d avoir une idée globale du phénomène. A) Par l AFEHM (Association Française pour l Etude de l Hypnose Médicale) L hypnose est définie comme «un processus relationnel accompagné par une succession de phénomènes physiologiques, tels qu une modification du tonus musculaire, une réduction de la perception sensorielle (dissociation), une focalisation de l attention, dans le but de mettre en relation un individu avec la totalité de son existence et d en obtenir des changements physiologiques, des changements de comportement et de pensée». B) Par la commission de la British Medical Association En 1955, l hypnose est définie comme «un état passager d attention modifié chez le sujet, état qui peut être produit par une personne et dans lequel divers phénomènes peuvent apparaître spontanément ou en réponse à des stimuli verbaux ou autres. Ces phénomènes comprennent un changement dans la conscience et la mémoire, une susceptibilité accrue à la suggestion et l apparition chez le sujet de réponses et d idées qui lui sont familières dans son état d esprit habituel. En outre, des phénomènes comme l anesthésie, la paralysie, la rigidité musculaire et des modifications vasomotrices peuvent être dans l état hypnotique produits ou supprimées.» 19

20 C) Selon Milton H. Erickson Qui écrira : «L état d hypnose est essentiellement un état de concentration mentale, durant lequel les facultés de l esprit du patient sont tellement accaparées par une seule idée ou par un train de pensées que, pour le moment, il devient mort ou indifférent à toute considération ou influence.» C est «comme un état de conscience particulier qui privilégie le fonctionnement inconscient par rapport au fonctionnement conscient». Et qui dira également que : «L hypnose est un état de conscience dans lequel vous proposez de communiquer au patient des connaissances et des idées et ensuite vous le laisser utiliser ces connaissances et ces idées en fonction de son propre répertoire unique d apprentissages corporels, ses apprentissages physiologiques». D) Par le dictionnaire Petit Larousse illustré 2007 Hypnose: n.f. (du grec hupnoûn, endormir) Etat de conscience particulier entre réveil et le sommeil provoquer par la suggestion. On ressort de ces quatre définitions une idée globale qui veut que l hypnose soit un état dans lequel une personne se perd dans ses pensées et quitte momentanément l espace dans lequel elle est pour se concentrer sur autre chose. Elle est fixée sur cette nouvelle pensée et oublie la précédente. C est cette notion qui nous a plus particulièrement intéressées dans l approche du sujet. Une technique qui permette d éloigner l attention du patient de la raison pour laquelle il est là. 20

21 3 - Quelques rappels et explications sur la technique de l hypnose A) Conscient et inconscient Tout homme a en lui les ressources dont il a besoin, mais il n y a pas accès, ou mal (de manière parcellaire). L hypnose est un pont, faisant la liaison entre le conscient et l'inconscient. Le conscient, c est la conscience du moi ici et maintenant, c est-à-dire les quelques choses que vous êtes en train de faire, les quelques choses auxquelles vous portez attention. L inconscient, c est tout le reste, «ce qui n est pas conscient», conception ericksonienne très large. Ainsi, consciemment, on peut faire 4 ou 5 choses en même temps, au grand maximum. Alors que l inconscient gère l activité des sens, la physiologie, les connaissances L hypnose établit un lien vers cette richesse intérieure. En hypnose, on s adresse à l inconscient, on le questionne et il nous répond. Schéma 1 : Conscient/Inconscient (par J.Boutillier) 21

22 B) Hypnose et transe - L hypnose: l hypnose ericksonienne est composée d un ensemble de techniques, avec ou sans transe, qui visent à permettre au sujet d utiliser toutes ses ressources, conscientes et inconscientes dans le cadre d une problématique donnée ou d une évolution souhaitée. - La transe: de transir (passer, s en aller ) représente l état de conscience modifié (entre veille et sommeil) dans lequel le sujet se trouve pendant la séance d hypnose. Il s agit d entrer dans un état d attention intermédiaire, un état d absorption naturel que nous traversons tous, tous les jours (par exemple l'élève assis en classe qui regarde par la fenêtre, son corps est présent mais l'esprit est ailleurs). En hypnose ericksonienne, cette absorption du sujet sera tournée vers luimême, ce que l on nomme focalisation interne. Cette focalisation interne naît d un recul, celui du conscient. Le sujet s occupe moins de l extérieur, se tourne donc vers l intérieur. Les stimuli externes perdent de leur importance. Sorti de ce cadre conscient, le sujet change son orientation à la réalité, s ouvre à de nouvelles ressources, possibilités d évolutions jusque là, inconscientes. Des compétences personnelles se développent : créativité, imagination, ressources de changement, accès à des savoirs, connaissances mais aussi et pourquoi pas une confiance accrue en vue d un examen radiologique dérangeant. 22

23 C) Les canaux sensoriels Les exercices pour induire l hypnose ont un seul objectif : changer de sensorialité. Le sujet quitte la relation ordinaire que nous avons au quotidien avec les choses et les êtres. Il quitte le contrôle, la raison, la logique, l analyse, la critique. Il y parvient par la confusion induite par des suggestions. Il trouve une ouverture au corps et une présence intuitive à ce qui l entoure. Avec quelques variantes, une séance d hypnose se déroule toujours suivant la même progression : un entretien préalable permet d instaurer une relation de confiance en faisant le point sur les motifs de consultation, et d entrer en contact avec l autre afin de découvrir sa lecture de la réalité. Il s agit en fait d identifier les canaux de perception sensoriels (vue, ouïe, odorat, toucher, goût) de la personne, car chacun à un mode de représentation préférentiel, et de se donner, ainsi, les moyens d'une communication adaptée, efficace, permettant de modifier avec lui ce qui dysfonctionne. Ainsi, par exemple, se rappelant un épisode de ski dans les alpes, certains vont construire la représentation de manière visuelle (genre carte postale), d autres de manière auditive (bruit du vent, de la neige ) et d autres enfin, de manière kinesthésique (sentir la chaleur du soleil, la fraîcheur de l air sur le visage, les chutes ) Cette utilisation différente selon l'individu construit le filtre entre lui et la réalité. D) Le langage du praticien Un langage simple, avec des phrases courtes, est toujours plus efficace. Un langage simple est un langage compris par tous, même par les non-initiés. Une phrase courte est une phrase d environ douze mots. Elle a un sujet, un verbe et un complément. 23

24 E) La méthode du praticien - Le repérage : le praticien détermine quel est le canal sensoriel dominant chez le patient. - La synchronisation : elle permet d opter pour le même canal sensoriel que le patient, de s adapter à son expression non verbale, et d harmoniser le choix des mots à ceux du patient, ainsi que leur rythme sur celui de la respiration. - L ancrage : nous avons tous des références et nos évènements positifs ou négatifs sont «ancrés» en nous par des mots, des images, des gestes, des phrases. Ce sont les «ancres» qui facilitent une «reprogrammation» 24

25 4 - Les étapes de l état hypnotique L hypnose est un processus qui comprend trois étapes qui succèdent à la veille ordinaire : l induction, la dissociation, et la perception ou veille paradoxale. A) La veille ordinaire Cet état de vigilance correspond aux activités du quotidien. Il est caractérisé par l exercice de la logique, de la raison, de l intellect et se nourrit également des informations transmises par les sens (la vue, l ouïe ). On parle de contrôle. B) L induction La première phase est l induction qui permet de quitter l attention habituelle et d accéder à un état de rêverie ou d entrer dans l imaginaire. En pratique, il est demandé au patient de faire abstraction du monde environnant et de se concentrer sur un élément (sa respiration, ou la fixation d'un point par exemple). En fixant longuement un point situé devant lui le patient va peut à peu ressentir de la fatigue, des troubles de la vue, un flou visuel Il lui est impossible de regarder longuement un point en gardant une vision claire et définie. En quittant la netteté visuelle, il arrive que le patient passe dans un état bizarre où il semble «absent», avec l impression d être ailleurs : l'hypnose débute. C) La dissociation Le patient ressent son corps s engourdir, il se dissocie progressivement de ses perceptions sensorielles : il entend moins, il voit moins, il ressent moins, il perd la notion du temps et de l espace. L exercice de la dissociation le défait de la perception de son corps mais également de ses croyances, et même de ses peurs. 25

26 D) La perception Autant la dissociation est la phase d absence où le patient n est nulle part, autant la perception, ou veille paradoxale est la phase où il est partout. Il n y a plus de limitations causées par la logique et la raison. La personne est libre d entrer en relation avec tout son corps et pas seulement l organe qui souffre par exemple. Cette perception totale, acquise uniquement à l état hypnotique, permet au patient d accéder à toutes les possibilités et capacités qu il n a plus dans la réalité. E) Réveil et entretien post hypnotique Le réveil doit être progressif afin que le sujet puisse se sentir tout à fait bien et qu il ait le temps de «remonter» sans inconfort. Il se fait en général par décomptage de 10 à 1, au cours duquel on donne des suggestions de détente, de repos et de bien-être. Les patients apprécient généralement ce moment : ils semblent revenir d un ailleurs, où ils seraient volontiers resté. Il arrive, rarement il est vrai, que chez certains sujets (sans causes apparentes), lors de «des-hypnotisations» brusques, surgissent des sensations de malaises avec nausées, céphalées, anxiété et vertiges. Il faut alors procéder à une nouvelle induction afin de faire disparaître ces symptômes et de réveiller progressivement le patient dans des conditions optimales. On insiste alors sur la disparition des malaises rapportés et on suggère une sensation de grand bien-être après la séance. L entretien post hypnotique qui suit est important. En effet, le récit que fera le patient de son vécu de la transe permettra au thérapeute de mieux s adapter à sa demande en rectifiant ce qui a pu le gêner pendant la séance. 26

27 5 - L hypnose comme réponse à la douleur Les premières observations de l efficacité de l hypnose sur la douleur ont été largement attribuées à la mise en jeu de mécanismes psychologiques de contrôle. Cet élément paraissait évident tant l impact psychologique de la douleur, qu elle soit aiguë, chronique, cancéreuse ou non, est important. Sur la base d une évaluation comparative, il est montré, par exemple, que l hypnose a la même efficacité qu une thérapie comportementale. Lorsque les critères d application sont objectifs, en particulier lors d interventions chirurgicales, l effet analgésique propre de l hypnose s avère supérieur. Ainsi, sans nier les conséquences psychologiques de la douleur, qui ne peuvent être remises en question, il serait réducteur de limiter l action de l hypnose. Ce phénomène est actuellement l un des plus étudiés au monde : chez des sujets volontaires, on observe des modifications des seuils de sensibilité et une action sur les Contrôles Inhibiteurs Descendants de la Nociception (CIDN), c est-à-dire les contrôleurs de la douleur. Depuis une quinzaine d années, le site cérébral de l action de l hypnose est activement recherché. Une étude a permis d orienter les recherches vers le cortex cingulaire (voir schéma ci-dessous). L action de l hypnose sur cette zone cérébrale a été confirmée par le PET SCAN et a permis de la différencier de la relaxation, qui ne modifie pas le fonctionnement de la même région. Il a été également montré que le fonctionnement de cette même zone du cerveau était modifié par la douleur, mettant en évidence que l hypnose agit au même endroit que la douleur. Plus récemment, l action sur la partie moyenne du gyrus cingulaire antérieur a été montrée. 27

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Hypnose Clinique DU STRESS ANXIETE Lille 2010

Hypnose Clinique DU STRESS ANXIETE Lille 2010 Hypnose Clinique DU STRESS ANXIETE Lille 2010! Dr Pierre LELONG! Chargé de Cours Hypnose clinique! Chargé de Cours Universitaires Paris XI Lille II! Vice Président de l Afhyp! pelelong@nordnet.fr! Tel

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences

Hypnose et Douleurs Aiguës. Dr Claude VIROT - depuis 1994 PROGRAMME 2015 PARIS. !Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences PROGRAMME 2015 PARIS Programme détaillé formation HDAA 2015 PARIS - Emergences 1 1. OBJECTIFS" 1. Savoir" 1. Acquérir un savoir validé sur la relation thérapeutique, l hypnose médicale appliquée à la douleur

Plus en détail

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises.

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises. Créé en 2005, l Institut Mots pour Maux est une association d accompagnement et d aide à la personne. Son objectif est de favoriser et de développer l amélioration de la condition de l être humain et son

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

L HYPNOSE MÉDICALE sa pratique, ses objectifs

L HYPNOSE MÉDICALE sa pratique, ses objectifs L HYPNOSE MÉDICALE sa pratique, ses objectifs Dr Jean Marc BENHAIEM Responsable du Diplôme Universitaire d Hypnose Médicale Paris Pitié Salpêtrière Centre d'evaluation et de Traitement de la Douleur Hôpital

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

SOIREE INTERVISION Rencontre entre professionnels de la santé hypnopraticiens PROGRAMME 2015 Objectifs : Perfectionnement des pratiques fondé sur le partage de cas cliniques, les échanges d expériences,

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Divorcer ou conduire, il faut choisir Le risque de subir un accident de voiture est multiplié par quatre pendant les périodes de divorce

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

«LA PLEINE CONSCIENCE»

«LA PLEINE CONSCIENCE» «LA PLEINE CONSCIENCE» Dominique Lanctôt PhD Psychologue Colloque de la 3ième journée de formation des 3L La survivance Vendredi 25septembre 2015 MONTRÉAL Plan de présentation 1-Définition de la pleine

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des "douleurs particulières", qui doivent donc être traitées en

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille FORMATION A LA METHODE VITTOZ Centre Culturel CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille Tel 04 91 25 88 89 Mail : centre.culturel.cccm@free.fr Site : http://centre.culturel.cccm.free.fr http://vittoz-akouo-formation-marseille.com

Plus en détail

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress Formation Développement personnel M2S formation La confiance en soi Gestion du stress Gestion du temps et gestion du stress Gestion des tensions et des conflits Gestion des conflits et de l agressivité

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

Journal de la migraine

Journal de la migraine Sandoz Pharmaceuticals SA Hinterbergstrasse 24 6330 Cham 2 Tél. 041 748 85 85 Fax 041 748 85 86 www.generiques.ch a Novartis company 50001252/mars 2008 Journal de la migraine avec le questionnaire sur

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

L HYPNOSE AU BLOC OPERATOIRE : LE POINT DE VUE DES IADE

L HYPNOSE AU BLOC OPERATOIRE : LE POINT DE VUE DES IADE L HYPNOSE AU BLOC OPERATOIRE : LE POINT DE VUE DES IADE Copin-Eliat Catherine, Languenan Natacha, Pôle Anesthésie-Réanimation CHU de Rennes, hôpital Anne de Bretagne, 16, boulevard de Bulgarie, BP 90347,

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

COMME OUTIL THERAPEUTIQUE ORIENTE SOLUTION

COMME OUTIL THERAPEUTIQUE ORIENTE SOLUTION LE MODÈLE DE L OBJECTIF COMME OUTIL THERAPEUTIQUE ORIENTE SOLUTION EN PNL HUMANISTE Congrès de Marseille EANLPt-/ FFPtNL Le samedi 3 Novembre 2012 Par ANGELIQUE GIMENEZ PSYCHOPRATICIEN EN PNL HUMANISTE

Plus en détail

FORMATIONS COACHING EVOLUTIF - PNL - HYPNOSE - NON VERBAL - COMMUNICATION EFFICACE

FORMATIONS COACHING EVOLUTIF - PNL - HYPNOSE - NON VERBAL - COMMUNICATION EFFICACE FORMATIONS COACHING EVOLUTIF - PNL - HYPNOSE - NON VERBAL - COMMUNICATION EFFICACE Ecole de Coaching. Vous préparer à réaliser vos potentiels... Pour vous initier au coaching, développer vos connaissances,

Plus en détail

Région Nord-Pas de Calais

Région Nord-Pas de Calais Psychothérapeute - Formatrice - Spécialiste de l enfant CYCLE DE FORMATION SPÉCIALISÉE SÉMINAIRES DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL SUPERVISIONS DE PRATIQUE FORMATIONS SUR MESURE Région Nord-Pas de Calais Béthune

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

FACE A LA DOULEUR QUI PERSISTE

FACE A LA DOULEUR QUI PERSISTE FACE A LA DOULEUR QUI PERSISTE AVANT-PROPOS Cette brochure est destinée aux patients souffrant de douleurs persistantes, mal soulagées par les méthodes habituelles de traitement. Son but est de les aider

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Formation PNL ICS PNL

Formation PNL ICS PNL Formation PNL ICS PNL Christel SOLER ICS PNL 2015/2016 www.ics-pnl.com PNL Programmation Neuro Linguistique La PNL à été fondée dans les années 1970 par Richard BANDLER et John GRINDER. Née de plusieurs

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE

FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE La P.N.L, Programmation Neuro Linguistique est apparue dans les années 70 aux USA. Ses fondateurs John GRINDER et Richard BANDLER ont élaboré

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

La douleur est une mauvaise habitude.

La douleur est une mauvaise habitude. La douleur est une mauvaise habitude. Vous pourriez avoir envie de dire : "non, c'est impossible! Je ne peux pas me faire du mal à moi-même!" et vous auriez en partie raison. Comme exemple de douleurs

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Béatrice Darot, révélatrice de potentiel

Béatrice Darot, révélatrice de potentiel 1/7 À propos Béatrice Darot est thérapeute en PNL 1 et en hypnose ericksonienne 2. En septembre 2014, elle lance de nouvelles activités de coaching individuel et d animation de conférences. En public ou

Plus en détail

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 5 LA COMMUNICATION 1 5. 1 ANALYSE de la COMMUNICATION 2 LE DIT ANALYSE DE LA COMMUNICATION La formulation ( clarté, objectivité maximale ou manipulation ) L écoute (concentration et acceptation de l Autre

Plus en détail

COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates

COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates Avec le support de Bernard Baert, Senior Consultant, A-Th. & Associates Et André Thioux, Fondateur A-Th & Associates

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Libérez-vous et changez de vie avec l hypnose!

Libérez-vous et changez de vie avec l hypnose! LIBÉREZ-VOUS DE VOS PROBLÈMES Frédéric LANGOURIEUX HypnoThérapeute, hypnocoach, formateur en hypnose, conférencier et auteur. Libérez-vous et changez de vie avec l hypnose SUCCES SANTE REUSSITE CONFIANCE

Plus en détail

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 DIPLOME UNIVERSITAIRE PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE Option A: Psychosomatique, thérapies de relaxation. Option B: Psychosomatique et psychothérapies

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

La douleur chronique : témoignage de patiente

La douleur chronique : témoignage de patiente La douleur chronique : témoignage de patiente A lire sur place Jocelyne PADERI Jocelyne PADERI La complexité de la douleur chronique 14èmes rencontres du Réseau Régional Douleur en Basse Normandie CAEN

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail