Prévention et dépistage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévention et dépistage"

Transcription

1 Prévention et dépistage Groupe de travail «risques sanitaires» 17 novembre 2010 M Mounier

2 Dépister Découvrir ce qui n est pas apparent Déceler, Détecter, Mettre en évidence Antoine Laurent Lavoisier ( ) proposait le dépistage systématique des maladies infectieuses dès l admission des malades

3 Dépistage Danger exposition Dommage asymptomatique symptomatique «découvrir ce qui n est pas apparent» Risque : exposition à un danger avec probabilité de dommages

4 Prévention(s) la prévention primaire qui consiste à diminuer ou à supprimer un risque en agissant en amont, avant l émergence de tout problème (les risques étant en termes de conduites individuelles à risque d environnement ou de risque sociétal) ex : les vaccinations pour les maladies infectieuses, l interdiction du tabac pour le cancer du fumeur. la prévention secondaire qui recherche un dysfonctionnement ou une maladie à son tout premier stade, pour en freiner ou stopper l évolution défavorable : ceci correspond au dépistage (cancer du sein, maladies génétiques...). la prévention tertiaire qui débute après l accident ou la maladie et vise à en minimiser les séquelles et à en prévenir les rechutes : c est le champ de la réadaptation médicale ou sociale

5 Dépistage Danger exposition asymptomatique symptomatique Prévention primaire Détection/ contrôles Prévention secondaire dépistage

6 Exemple de détection en prévention primaire Aérosol légionellose inhalation incubation legionelles EAU Détection/ contrôles

7 Prévention secondaire : le dépistage d après l OMS, le dépistage consiste à identifier de manière présomptive, à l aide de tests appliqués de façon systématique et standardisée, les sujets atteints d une maladie ou d une anomalie passée jusque-là inaperçue.

8 Dépistage : les objectifs (OMS) Les tests de dépistage doivent permettre de faire le partage entre les personnes apparemment en bonne santé mais qui sont probablement atteintes d une maladie ou d une anomalie donnée et celles qui en sont probablement exemptes. La sous-population avec une probabilité plus élevée d être atteinte, une fois identifiée, fera l objet d investigations à visée diagnostique, puis d une intervention. On entend par le mot «intervention» un traitement, une mesure préventive, ou une information jugée importante pour la personne malade.

9 Dépistage : diagramme de base Population «éligible» Filtre Test positif Dépistage Test négatif diagnostic négatif TRI Signes Diagnostic Intervention Intervention = traitement, mesure préventive, ou information jugée importante pour la personne malade.

10 Différents types de dépistage (1) systématique dit «de masse» population non sélectionnée.

11 Différents types de dépistage (2) Sélectif ou ciblé population sélectionnée sur des critères préalablement définis (facteurs de risque mis en évidence par des études contrôlées) ; Exemples Dépistage BMR en fonction de facteurs de risques Superbactérie rie : la France envisage des dépistages ciblés (TF1 News, 2010) Tous les patients faisant l'objet d'un transfert inter hospitalier, d'un établissement à l'étranger vers un établissement français, feront bientôt l'objet de tests de dépistage de résistance bactérienne.

12 Différents types de dépistage (3) organisé ou communautaire dépistage proposé dans le cadre de campagnes de dépistage; s appuie sur la participation volontaire des sujets opportuniste : dépistage lors d un recours aux soins : hospitalisation, visite médicale, centre de santé ou de dépistage, médecine du travail

13 Les incontournables d une politique de dépistage Maladie fréquente Un test existe (validité : spécificité, sensibilité) Facile Bénéfice individuel vs bénéfice collectif Un traitement est disponible (TT précoce > tardif) Pas cher : rapport coût/efficacité

14 Dépistage : mesures d impact Participation au programme «risque attribuable» : nombre de cas de maladies dans la population évités grâce au dépistage Comparaison de l impact chez les personnes exposées au dépistage à l impact chez les personnes non exposées au dépistage

15 Mesure d impact : exemple (1) Guadeloupe Martinique Guyane Programme de dépistage du cancer du sein Taux de participation Insee par région Année 2008 Réunion

16 Mesure d impact : exemple (1bis) Guadeloupe Martinique Guyane Programme de dépistage du cancer du sein Réunion Taux de participation Insee par département Année 2008

17 Mesure d impact : exemple (2) Intérêt pour répondre à la question : Faut-il dépister les Staphylococcus aureus et/ou les SARM? Infection Détecter ce qui ne se voit pas? Colonisation

18 S aureus et S aureus résistant à la méticilline (SARM) Staphylococcus aureus Réservoir : Endogène Exogène homme, animal, environnement Exposition Colonisation Portage Infection dépistage

19 «SARM» : fréquence (données EARSS)

20 Les SARM en Limousin Médiane des taux de SARM en 2007 par région sur les ES < 0,4 0,4-0,5 0,5-0,6 0,6-0,7 >0,7 Médiane nationale : 0,43 Données Ministère de la santé

21 Dépistage du SA : limites? Techniques : écouvillonnage nasal # 80 % (20 % de faux négatifs) délai : 48 h (PCR plus rapide mais plus cher) Acquisition SARM en cours de séjour Choix de la population éligible (facteurs de risques, spécialités, cas contacts ) Mesures d impact?

22 Impact du dépistage : diminution des infections?

23

24 Différences significatives Oui mais

25 Impact du dépistage SA sur la diminution des infections oui mais aussi :

26

27 Différences significatives

28 Le dépistage en bref : Probabilité Filtre (attention aux faux négatifs) Moment du dépistage Variabilité individuelles

29 Roselyne Bachelot, Plan SIDA «Il s agit tout d abord de développer une action audacieuse en direction de l ensemble de sa population afin de lutter contre la diffusion de l épidémie. En effet, traiter, c est d abord dépister. Il faut dorénavant banaliser le dépistage en direction de la population générale, pour que chacun prenne conscience qu il peut être concerné. Dans ce cadre, la recommandation d un dépistage proposé à l ensemble de la population hors notion d exposition à un risque, et plus régulièrement pour certaines populations ou dans certaines circonstances (telles que la grossesse), sera mise en œuvre.»

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Question 1 En préopératoire, quels dépistages systématiques et quelles stratégies

Plus en détail

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_-

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- Réflexion sur les indicateurs du projet de tableau de bord: intérêts et difficultés E Martin, CHI Elbeuf-Louviers/Val de Reuil

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS Direction des Affaires Médicales, de la Recherche, des Usagers et de la Qualité USAGERS ET QUALITÉ RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE

Plus en détail

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque Ph Meurin Les Grands Prés Septembre 2014 Je ne déclare pas de conflit d intérêt à propos de cette présentation Enquête Hygiène GERS Etat des lieux Les CRC accueillent

Plus en détail

Exemple de compte-rendu des résultats :

Exemple de compte-rendu des résultats : Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries multi-résistantes* dans les établissements de santé. * Staphylococcus aureus résistants à la méticilline, Enterobacteries productrice de béta-lactamase

Plus en détail

Journéede prévention durisque infectieuxenems

Journéede prévention durisque infectieuxenems Journéede prévention durisque infectieuxenems Reims, le14 avril2016 Faut-il se préoccuper du portage de BMR par le personnel soignant? Dr Th. LAVIGNE Equipe Opérationnelle d Hygiène Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Actualités épidémiologiques sur le VIH et le sida

Actualités épidémiologiques sur le VIH et le sida Actualités épidémiologiques sur le VIH et le sida Unité VIH-IST-Hépatites B-C, Département des maladies infectieuses, InVS Françoise Cazein, Florence Lot, Josiane Pillonel, Yann Le Strat, Roselyne Pinget,

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE F. Séguret Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier DFGSM 3 UE Méthodologie appliquée à la LCA 2012-2013

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2013 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives

Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives S. Chalmin, R. Goursaud, E. d Ortenzio Institut Pasteur de Nouvelle Calédonie Journée Médicale Calédonienne 22 juin

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins : prévention et réglementation

Les Infections Associées aux Soins : prévention et réglementation Les Infections Associées aux Soins : prévention et réglementation Bulletin d information [Septembre 2009] Introduction Les Infections Associées aux Soins (IAS) sont les infections contractées par les patients

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR

MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR Dr Mélanie COLOMB-COTINAT Direction des Maladies Infectieuses Sante publique

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 BMR et BHRe Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 Rappel : mise en évidence bactéries Prélèvements : hémocultures, LBA, LCR, prélèvements

Plus en détail

Enjeu sanitaire ou sociétal? vers une approche globale de la prevention du RAA à travers l exemple de Fidji

Enjeu sanitaire ou sociétal? vers une approche globale de la prevention du RAA à travers l exemple de Fidji Enjeu sanitaire ou sociétal? vers une approche globale de la prevention du RAA à travers l exemple de Fidji Contexte régional les séquelles cardiovasculaires, suite aux infections à streptocoque du groupe

Plus en détail

BMR = Bactéries Multi-Résistantes aux antibiotiques BHRe = Bactéries Hautement Résistantes (émergentes) aux antibiotiques

BMR = Bactéries Multi-Résistantes aux antibiotiques BHRe = Bactéries Hautement Résistantes (émergentes) aux antibiotiques Définition BHRe Journée de formation du printemps de perfectionnement des Correspondants en Hygiène Hospitalière 13 avril 2017 Dr Agathe MATTEI V. JOUANADE BMR = Bactéries Multi-Résistantes aux antibiotiques

Plus en détail

Maîtriser la résistance aux antibiotiques: quels moyens pour le futur proche?

Maîtriser la résistance aux antibiotiques: quels moyens pour le futur proche? Maîtriser la résistance aux antibiotiques: quels moyens pour le futur proche? Bruno Fantin Médecine Interne, Hôpital Beaujon, AP-HP EA3964 «Emergence de la résistance bactérienne» Université Denis Diderot,

Plus en détail

Bactéries hautement résistantes émergentes et hygiène. -

Bactéries hautement résistantes émergentes et hygiène. - Bactéries hautement résistantes émergentes et hygiène. - Dr O. BELLON (Centre Hospitalier de Brignoles) et A. LORY (Marseille ARLIN PACA) Marseille Novembre 2014 Aucun conflit d intérêt avec l industrie

Plus en détail

Dispositif : 11A Module ; Code PAF 126W80

Dispositif : 11A Module ; Code PAF 126W80 Dispositif : 11A0250927 BAC PRO ASSP : hygiène hospitalière Module 29870 ; Code PAF 126W80 BOULOGNE BILLANCOURT 11 avril 2012 9h30-16h30 Animateurs : Ahmed Maazouzi : surveillant général de la Clinique

Plus en détail

Sida : 30 ans d idées reçues

Sida : 30 ans d idées reçues Sida : 30 ans d idées reçues Bruno Spire Graciela Cattaneo Issues de la tradition ou de l air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. Les auteurs les prennent

Plus en détail

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS INFECTION ASSOCIÉE AUX SOINS (IAS) Infection qui survient : au cours ou au décours d une prise en charge diagnostique, thérapeutique, palliative,

Plus en détail

Santé publique. Déterminants de la santé et Prévention. I. Les Déterminants de la Santé. 1. Déterminants biologiques

Santé publique. Déterminants de la santé et Prévention. I. Les Déterminants de la Santé. 1. Déterminants biologiques Santé publique Déterminants de la santé et Prévention I. Les Déterminants de la Santé Les déterminants de la santé : caractéristiques individuelles ou collectives susceptibles d influer directement ou

Plus en détail

Incidence et mortalité en France à 3000 cas nouveau estimé en décès 2 ème cancer de la femme de 15 à 44 ans

Incidence et mortalité en France à 3000 cas nouveau estimé en décès 2 ème cancer de la femme de 15 à 44 ans BETHESDA 2014 Incidence et mortalité en France 2800 à 3000 cas nouveau estimé en 2005 1000 décès 2 ème cancer de la femme de 15 à 44 ans Incidence et mortalité en France Evolution de l incidence Incidence

Plus en détail

Quelle place pour l éducation pour la. santé à l École?

Quelle place pour l éducation pour la. santé à l École? Déroulé de la journée 8h- 8h15 : Installation 8h15-9h00 : Accueil 9h00-9h20 : Intervention n 1 : Quelle place pour l éducation pour la santé à l école? 9h20-9h40 : Intervention n 2 : État de santé des

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

CLINIQUE GERIATRIQUE CHATEAU GOMBERT

CLINIQUE GERIATRIQUE CHATEAU GOMBERT ATIVITE(S) : Soins de Suite et de Réadaptation () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 et indicateur

Plus en détail

Un peu de méthode. Un outil d EPP : l analyse de scénario. «Histoires» le plus souvent issues de cas cliniques réels 09/12/2013

Un peu de méthode. Un outil d EPP : l analyse de scénario. «Histoires» le plus souvent issues de cas cliniques réels 09/12/2013 JOURNEE de PREVENTION des RISQUES INFECTIEUX en RHONE-ALPES Mardi 19 novembre 2013, Novotel Bron (69) Un outil d EPP : l analyse de scénario Dr P. Michel Directeur Organisation, Qualité, Risques et Usagers

Plus en détail

«Actualités» relatives à la maîtrise du risque infectieux en EHPAD. Dr Vincent STOECKEL PH coordonnateur ARLIN

«Actualités» relatives à la maîtrise du risque infectieux en EHPAD. Dr Vincent STOECKEL PH coordonnateur ARLIN «Actualités» relatives à la maîtrise du risque infectieux en EHPAD Dr Vincent STOECKEL PH coordonnateur ARLIN Journée Régionale de Formation et d Information ARLIN Champagne Ardenne Vendredi 18 Avril 2014

Plus en détail

Article 2 : Prenez connaissance de l article intitulé «Echographie de série en deux points couplée

Article 2 : Prenez connaissance de l article intitulé «Echographie de série en deux points couplée Article 2 : Prenez connaissance de l article intitulé «Echographie de série en deux points couplée aux D-dimères versus échographie doppler couleur de la jambe entière pour le diagnostic d une thrombose

Plus en détail

Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées. Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est

Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées. Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est Ses objectifs : Le signalement Détecter et signaler pour agir et prévenir

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015 La légionellose Agent infectieux, épidémiologie Coclinor 16 juin 2015 1 LA LEGIONELLOSE Historique 1976 Philadelphie réunion de 4 500 anciens combattants 149 participants et 72 spectateurs du défilé atteints

Plus en détail

Les indicateurs de lutte contre les infections nosocomiales

Les indicateurs de lutte contre les infections nosocomiales Le CH de Saint Jean d Angély vous informe. Le Ministère de la Santé et la Haute Autorité de Santé sont engagés depuis 2008 dans la généralisation d indicateurs de qualité. Ces indicateurs répondent à l

Plus en détail

Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique

Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique Stéphane Le Vu, Caroline Semaille Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice Séminaire de recherche de l ANRS, Paris - 6 mai 2011

Plus en détail

MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR

MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR Dr Mélanie COLOMB-COTINAT Direction des Maladies Infectieuses Sante publique

Plus en détail

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS.

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS. Dépistage Organisé ou individuel Dr Mariam ARVIS www.ccmsa.msanet Dépistage Le dépistage est une démarche qui vise à détecter, au plus tôt, en l absence de symptôme, des signes d'une maladie avant qu'elle

Plus en détail

TRAJECTOIRE DE SERVICES POUR LA CLIENTÈLE ATTEINTE DE MALADIES PULMONAIRES OBSTRUCTIVES CHRONIQUES (MPOC)

TRAJECTOIRE DE SERVICES POUR LA CLIENTÈLE ATTEINTE DE MALADIES PULMONAIRES OBSTRUCTIVES CHRONIQUES (MPOC) TRAJECTOIRE DE SERVICES POUR LA CLIENTÈLE ATTEINTE DE MALADIES PULMONAIRES OBSTRUCTIVES CHRONIQUES (MPOC) Présentation SoQibs 25 avril 2007 Johanne Roy, M.Sc. Inf. Chargée de projet Agence de la santé

Plus en détail

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl

Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl Concept en Santé Publique et Médecine préventive. IFMT-Philaysak-SantéPubl.2006 1 Éléments essentiels en santé publique. 1. Responsabilité collective. 2. Rôle primordial de l état : protection et promotion

Plus en détail

Gestion des alertes BMR en ESSR. Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _

Gestion des alertes BMR en ESSR. Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _ Gestion des alertes BMR en ESSR Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _ Le Centre de réadaptation de COUBERT Réadaptation Gérontologique Réadaptation Professionnelle

Plus en détail

BMR un jour BMR toujours : Est-ce vrai aussi en SSR?

BMR un jour BMR toujours : Est-ce vrai aussi en SSR? BMR un jour BMR toujours : Est-ce vrai aussi en SSR? M. Lepainteur, A. Tackin, L. Jannet-Durand, M. Bellec, E. Geets, L. Léon, F. Pichard, L. Turpin, C. Rech, A. Schnitzler, JL. Herrmann, C. Lawrence CHU

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE DÉPISTAGE, ISOLEMENT ET SUIVI DES BACTÉRIES MULTIRÉSISTANTES OC-D-6 Date d entrée en vigueur Date de révision 6 avril 2010 25 mars 2014 Référence aux protocoles Prévention et de contrôle

Plus en détail

L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE

L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE Ligue Luxembourgeoise de Prévention et d Action médico-sociales L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE La Tuberculose est une maladie contagieuse qui n a pas disparu de notre pays. Toute personne peut être atteinte

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail

Santé publique. Sources d information et indicateurs de santé

Santé publique. Sources d information et indicateurs de santé Santé publique Sources d information et indicateurs de santé Les indicateurs de santé = Variables statistiques mesurables qui décrivent, de manière synthétique, l état de santé d une population Surveillance

Plus en détail

Evolution des BMR en France et en Europe. Place des EPC et ERV en France en 2014

Evolution des BMR en France et en Europe. Place des EPC et ERV en France en 2014 Evolution des BMR en France et en Europe. Place des EPC et ERV en France en 2014 14 e journée du RRH-ARLIN de Basse-Normandie 25 septembre 2014 Marguerite Fines Laboratoire de microbiologie CHU de 1 Réseaux

Plus en détail

L offre de dépistage et la place des CeGIDD et autres dispositifs pour aller vers la fin du sida en 2030

L offre de dépistage et la place des CeGIDD et autres dispositifs pour aller vers la fin du sida en 2030 L offre de dépistage et la place des CeGIDD et autres dispositifs pour aller vers la fin du sida en 2030 Le nombre annuel de découvertes ne diminue pas chez les HSH 3000 En 2015 : Découvertes de séropositivité

Plus en détail

6/ Prévention et promotion de la santé

6/ Prévention et promotion de la santé SEMESTRE 2 UE 1.2.S2 Santé publique et économie de la santé I. Introduction 6/ Prévention et promotion de la santé Buts de la prévention, l'éducation pour la santé et la promotion de la santé Anticiper

Plus en détail

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi?

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Réévaluation des prescriptions antibiotiques BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES CHEZ LES PATIENTS DIALYSÉS 1 Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Contexte mondial En 2050, estimation de décès

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Education thérapeutique et troubles bipolaires un outil de prévention?

Education thérapeutique et troubles bipolaires un outil de prévention? Education thérapeutique et troubles bipolaires un outil de prévention? Dr Diane LEVY CHAVAGNAT Psychiatre Poitiers CH Laborit Mendes France 30/03/2017 1 3 èmes Journées mondiales des troubles bipolaires

Plus en détail

Qu est ce que la santé publique? Professeur M.Mrabet UPR santé publique Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat

Qu est ce que la santé publique? Professeur M.Mrabet UPR santé publique Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat Qu est ce que la santé publique? Professeur M.Mrabet UPR santé publique Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat Cours santé publique 5AM/AU 2017-2018 1 Objectifs 1. Situer la place de la médecine

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe) Rencontre régionale des correspondants en hygiène du Limousin 28

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Définir le rôle du clinicien en prévention Expliquer les liens entre l histoire naturelle d une maladie et les niveaux de prévention

Plus en détail

BHRe = suivi des patients contacts

BHRe = suivi des patients contacts BHRe = suivi des patients contacts V. GRANJON - Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 13 Avril 2017 BHRe Emergence de nouvelles souches de Bactéries Hautement

Plus en détail

A propos des deux alertes liées aux entérocoques résistant aux glycopeptides à Lyon

A propos des deux alertes liées aux entérocoques résistant aux glycopeptides à Lyon A propos des deux alertes liées aux entérocoques résistant aux glycopeptides à Lyon Pr Philippe Vanhems Pôle d activité médicale Santé, Recherche, Risques et Vigilances (S2RV) Hospices Civils de Lyon Bactéries

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2012 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire 32èmes Journées d Etude et de Perfectionnement de l UNAIBODE, Lyon, mai 2015 Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc

Plus en détail

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Dr Zoher KADI Responsable ARLIN Picardie Définitions Contamination Colonisation Infection Infection Associée aux Soins Formation des Référents

Plus en détail

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations LE DEPISTAGE du VIH en 2010 Enjeux et recommandations Les enjeux: une activité de dépistage élevée: 5 millions de tests /an.et pourtant Une incidence de l infection VIH élevée et désespérément stable :

Plus en détail

ou les différentes façons d intervenir dans le cadre de la santé publique

ou les différentes façons d intervenir dans le cadre de la santé publique ou les différentes façons d intervenir dans le cadre de la santé publique A/ Veille et sécurité sanitaire B/ Prévention, éducation pour la santé, promotion de la santé C/ Restauration de la santé Définir

Plus en détail

Tests rapides d'orientation diagnostique grippe en dehors du laboratoire : quelle utilisation en pratique?

Tests rapides d'orientation diagnostique grippe en dehors du laboratoire : quelle utilisation en pratique? Tests rapides d'orientation diagnostique grippe en dehors du laboratoire : quelle utilisation en pratique? Anne Mosnier Coordination nationale du Réseau des GROG & Open Rome Jeudi 3 avril 2014 26 èmes

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS

RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS RÉSULTATS DES INDICATEURS DE QUALITÉ ET DE SECURITE DES SOINS 1. INDICATEURS DU TABLEAU DE BORD DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Le ministère de la santé met à disposition un tableau de bord

Plus en détail

N. Floret DUHH 9 février EPC et prévention de la transmission croisée : les mesures complémentaires d hygiène.

N. Floret DUHH 9 février EPC et prévention de la transmission croisée : les mesures complémentaires d hygiène. N. Floret DUHH 9 février 2012 EPC et prévention de la transmission croisée : les mesures complémentaires d hygiène. Un problème de santé publique... Souches importées de l étranger où la prévalence du

Plus en détail

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter Animé par Le «Le groupe projet tient à remercier plus particulièrement le Docteur Didier Armaingaud, Directeur médical et qualité du Groupe Médica, ainsi que Madame Valérie Margueritte, Directrice de l'ehpad

Plus en détail

Infections associées aux soins. Année 2015

Infections associées aux soins. Année 2015 Source : BilanLin Infections associées aux soins nnée 2015 Hygiène des mains Indicateur de consommation de produits hydro alcooliques (ICSH.2) Cet indicateur est un marqueur indirect de la mise en œuvre

Plus en détail

J ai un glaucome, qu est-ce que c est?

J ai un glaucome, qu est-ce que c est? Glaucome : ce que je dois savoir Le glaucome est une maladie courante dont la fréquence augmente avec l âge : 10 % des personnes de plus de 70 ans en sont atteintes. Il progresse pendant des années, sans

Plus en détail

Indicateur n 3-3 : Indicateur relatif à la prévention des infections nosocomiales des établissements de santé

Indicateur n 3-3 : Indicateur relatif à la prévention des infections nosocomiales des établissements de santé 110 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Améliorer la qualité de la prise en charge par le système de soins Indicateur n 3-3 : Indicateur relatif à la prévention des infections nosocomiales des

Plus en détail

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France

Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Opportunités manquées de dépistage du VIH chez des patients nouvellement diagnostiqués en France Etude ANRS - Opportunités Karen Champenois*, Anthony Cousien, Lise Cuzin, Stéphane Le Vu, Sylvie Deuffic-Burban,

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE A. SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE 09/06/09 Mme Roustan Sté publique I. Définition de la santé II. Concepts et définitions A. Santé : une évolution dans les définitions 1. Une définition négative

Plus en détail

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique.

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique. Fiche D.1 B. Grippe au virus A/H5N1. Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre

Plus en détail

Le Dépistage du VIH en France: CHANGER DE PARADIGME. Pr Willy Rozenbaum Président du CNS JNI 2008

Le Dépistage du VIH en France: CHANGER DE PARADIGME. Pr Willy Rozenbaum Président du CNS JNI 2008 Le Dépistage du VIH en France: CHANGER DE PARADIGME Pr Willy Rozenbaum Président du CNS JNI 2008 Dépistage du VIH en 2006 5.3 12 000 Sérologies (millions) 5.1 11 500 4.9 11 000 4.7 4.5 10 500 4.3 10 000

Plus en détail

Dr L. SIMON PH Coordonnateur- Responsable-adjoint CCLIN EST- Hôpitaux de Brabois - Vandoeuvre-les-Nancy

Dr L. SIMON PH Coordonnateur- Responsable-adjoint CCLIN EST- Hôpitaux de Brabois - Vandoeuvre-les-Nancy Journée Régionale de Formation et d Information ARLIN Champagne Ardenne Reims le 14 avril 2016 Dr L. SIMON PH Coordonnateur- Responsable-adjoint CCLIN EST- Hôpitaux de Brabois - Vandoeuvre-les-Nancy Selon

Plus en détail

Surveillance de Staphylococcus aureus résistant à la Méticilline (MRSA) dans les hôpitaux chroniques belges :

Surveillance de Staphylococcus aureus résistant à la Méticilline (MRSA) dans les hôpitaux chroniques belges : Surveillance de Staphylococcus aureus résistant à la Méticilline (MRSA) dans les hôpitaux chroniques belges : année 2008 B. Jans, Prof. M. Struelens & BICS IPH/EPI REPORTS Nr. 2009 49 Numéro de dépôt :

Plus en détail

L infection. Ecole d infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux Octobre Qu es ce qu une infection nosocomiale? (1)

L infection. Ecole d infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux Octobre Qu es ce qu une infection nosocomiale? (1) L infection Ecole d infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux Octobre 2011 Qu es ce qu une infection nosocomiale? (1) Toute maladie contractée à l hôpital, due à des micro-organismes,cliniquement ou

Plus en détail

Pourquoi l hygiène en imagerie médicale

Pourquoi l hygiène en imagerie médicale Pourquoi l hygiène en imagerie médicale Forcomed Dr Florence Lair La découverte de l asepsie au XIXème siècle Philippe Ignace Semmelweis (1818-1865) Médecin dans le service d obstétrique de l hôpital général

Plus en détail

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé Accueil > Assurance Maladie /> Prenez soin de votre santé /> Le dépistage / www.cprpsncf.fr Le dépistage Le dépistage : une démarche préventive capitale Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer

Plus en détail

A. Chalfine, MD. Kitzis, B. Misset, JM. Baldor, A. Ben Ali, Y Bezie, J. Carlet Hôpital Saint Joseph, Paris

A. Chalfine, MD. Kitzis, B. Misset, JM. Baldor, A. Ben Ali, Y Bezie, J. Carlet Hôpital Saint Joseph, Paris Impact d un d programme combinant le contrôle de la transmission des bactéries multirésistantes ET de la prescription antibiotique sur les taux de bactériémies nosocomiales à Staphylococcus aureus résistant

Plus en détail

ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.)

ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.) ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.) CCLIN Est CONTEXTE 1986 : Première souche de Enteroccocus faecium ayant acquis une résistance plasmadique à la vancomycine (USA) Dans les années suivantes

Plus en détail

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers Sandrine FAIVRE/Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpitaux Bichat-Beaujon, Saint-Louis Université Paris 7 1 Epidémiologie

Plus en détail

Dépister les séropositifs qui s ignorent et empêcher de nouvelles contaminations

Dépister les séropositifs qui s ignorent et empêcher de nouvelles contaminations Dépister les séropositifs qui s ignorent et empêcher de nouvelles contaminations Evaluation de la faisabilité et de l intérêt de Test d orientation et de Diagnostic (TROD) pour l infection à VIH et VHC

Plus en détail

COMMENT VALORISER EN PMSI?

COMMENT VALORISER EN PMSI? HYGIENE ET MPR COMMENT VALORISER EN PMSI? - Cas cliniques 27 Novembre 2015 Fatiha SEFSOUF, Médecin DIM, CRRF St Gobain 02410 INTRODUCTION La T2A La Valorisation du codage médical Le dossier médical! 2

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA,

DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA, DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA, 2003-2016 Unité VIH/sida - Hépatites B et C - IST, Direction des maladies infectieuses, Santé publique France CNR du VIH, CHRU

Plus en détail

Mise à jour : 28 Avril 2009

Mise à jour : 28 Avril 2009 Fiche D.1 A. - Grippe au virus émergent A/H1N1 - Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Mise à jour : 28 Avril 2009 Cette

Plus en détail

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Périodes et 2 (24-25) Du er avril 24 au 3 mai 24 Périodes et 2 (du er avril 24 au 3 mai 24) 2 INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES TABLEAU : SURVEILLANCE PROVINCIALE

Plus en détail

Emergence des infections nosocomiales à entérocoque résistant à la vancomycine en France?

Emergence des infections nosocomiales à entérocoque résistant à la vancomycine en France? Emergence des infections nosocomiales à entérocoque résistant à la vancomycine en France? Roland Leclercq, CNR résistance aux antibiotiques: laboratoire associé CHU de Caen Emergence des entérocoques résistants

Plus en détail

Présentation du RPIB (Repérage Précoce et Intervention Brève) Succès et limites du RPIB Recommandations adaptées à la pratique médicale de ville à La

Présentation du RPIB (Repérage Précoce et Intervention Brève) Succès et limites du RPIB Recommandations adaptées à la pratique médicale de ville à La Même pas peur!! Dr Corry PAYET, médecin généraliste, formatrice au RPIB Dr Sami SCERRA, médecin coordinateur du Réseau Régional d Addictologie SAOME, consultant en CSAPA (ANPAA, Réseau Oté) Présentation

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Glaucome : ce que je dois savoir

Glaucome : ce que je dois savoir Glaucome : ce que je dois savoir Le site du Docteur J. DA SILVA TAVARES Adresse du site : www.docvadis.fr/docteur.da.silva.tavares Validé par le Comité Scientifique Ophtalmologie Le glaucome est une maladie

Plus en détail

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Soirée thématique Risque infectieux environnemental PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Dr Pol BRULLIARD Pharmacien hygiéniste Hôpitaux Du Pays du Mont

Plus en détail

Actualités épidémiologiques

Actualités épidémiologiques Actualités épidémiologiques D.Lacoste SFLS 12 décembre 2011 1 Nombre estimé d adultes et d enfants vivant avec le VIH 2010 Amérique du Nord 1,3 million [1,0 million 1,9 million] Caraïbes 200 000 [170 000

Plus en détail

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Pr. Jacques Fabry Lyon contre les Infections Nosocomiales Sud-Est 1 Rôle du portage dans les infections Pas de portage acquises

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Faculté de Médecine de Constantine Département de Pharmacie EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr LAKEHAL Abdelhak Maître

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire, coordonnée

Plus en détail

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 Dr Geneviève BECK-WIRTH Centre Hospitalier de Mulhouse Novembre 2012 1 ÉPIDÉMIOLOGIE 2012 2 3 4 5 6 7 8 9 DES RECOMMANDATIONS 10 11 DES ENJEUX

Plus en détail

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane CIE 802 Inserm / DGOS Fiche de synthèse d un projet de recherche Nom du rédacteur : Antoine Adenis Date de création du document

Plus en détail

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori 130 RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection à Helicobacter pylori Pertinence et populations concernées Avril 2010-1 - Ces recommandations en santé publique sont téléchargeables sur www.has-sante.fr

Plus en détail