Le nouvel ordre globalitaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le nouvel ordre globalitaire"

Transcription

1 Le nouvel ordre globalitaire Par Jean-Luc Mélenchon - 47

2 ans la conception républicaine, le citoyen est l acteur central du système politique. Car c est à lui de formuler l intérêt général qui, seul, légitime l action publique. Dans cette approche il est demandé à chacun de dire non ce qui lui parait bon pour lui-même mais ce qui l est pour tous. Le discernement qui est ici requis commence donc par une prise de distance avec ses propres intérêts autant qu avec la foule des autres intérêts particuliers, les modes du moment et les préjugés de l époque. Cette capacité de discernement est donc politiquement essentielle. Elle est censée s acquérir dans les apprentissages intellectuels de l école laïque, par l exercice d un esprit critique, la pratique des vertus civiques et l expérience sociale,. entre autres choses. C est là davantage une ligne d horizon qu un mode d emploi établi une fois pour toute. Car, bien sur, sa mise en œuvre n est pas la même selon les époques et les conditions qu elles imposent. De plus, une telle exigence ne se présente pas de la même façon selon les appartenances sociales et culturelles. Mais surtout, l environnement général dans lequel elle se présente est déterminant. Or notre temps est celui d une déformation particulière de cet environnement où les conditions requises pour exercer ce discernement civique sont rendues incroyablement plus difficile qu à n importe laquelle des époques contemporaines. La dimension subjective Mon propos concerne la force nouvelle des mécanismes par lesquels les individus sont d ordinaire conduits à adopter spontanément les règles de comportement individuel profitables pour le système politique et économique dans lequel ils vivent. Je vise ici non seulement la façon dont ils sont conduits à consentir à ces règles mais aussi le processus par lequel ils en assimilent littéralement la grammaire qui les organise.sont concernées non seulement les occasions où ils le font en quelque sorte sans le savoir mais aussi les très nombreuses fois où il s agit d un consentement actif et enthousiaste qui se croit pourtant dénué de toute implication idéologique.

3 Il est utile, pour le comprendre, de se référer d abord à ce que nous apprend à ce sujet le savoir de notre temps. Bien sur il faut d abord admettre que l économie ne résume pas tout ce que l on peut comprendre des comportements humains Cela enjoint notamment d admettre qu un fait social ne se donne jamais à voir «à nu» comme tel aux yeux de ceux qu il implique.tout rapport au collectif humain se présente plutôt le plus souvent à travers les significations morales, culturelles et affectives qu il implique aux yeux de ses protagonistes. Dès lors, les enjeux sociaux eux-mêmes, lorsqu ils sont identifié comme tels par ceux qu ils concernent, sont évalués d après une large palette d éléments d appréciation où ces dimensions dites «idéologiques» vont peser très lourd. Pour en parler, il faut évidemment utiliser les outils ordinaires de diverses sciences, chacune pour la part qui la concerne, comme la sociologie, l économie, la psychologie, l ethnologie et quelques autres encore. Souvent je ne ferais donc que rappeler sans originalité ce qui est déjà bien banal dans ces disciplines. Cependant, il me semble utile d en passer par le rappel de ces nombreuses évidences dans la mesure où leur utilisation ne fait plus référence à gauche. Cette occultation de la dimension «subjective» des comportements humains est tout à fait étrange quand on sait combien, dans le même temps, les partis de gauche se montrent de plus en plus gourmands d onéreuses études dites qualitatives en vue de mieux connaître ce que sont censé souhaiter «les gens» sur les sujets les plus divers... On devrait s attendre à ce que les commanditaires de telles études finissent par se dire que la compréhension des processus mentaux à travers lesquels les êtres humains s impliquent intimement dans un système pour réaliser leur socialisation à une grande importance pratique dans l action pour la transformation de la société. Surtout si l on vise le changement de l ordre établi. Pourtant, il n en est rien. Cela tient sans doute au caractère plus faiblement alternatif au système dominant des programmes actuels de la gauche. Mais il s agit surtout d une habitude qui vient de loin. Il est vrai qu un économisme grossier domine toujours largement la pensée de gauche, prolongeant ainsi dans sa conversion lamentable à la société de marché la vulgate mécaniste grossière qui s imposait déjà fréquemment à l ère calamiteuse d un certain marxisme officiel. Sur ce point, libéraux et socialistes ont souvent porté la même vision simpliste de l identité humaine. Ils la résument à son insertion, supposée consciente, dans les mécanismes économiques de la production, la répartition et la consommation des richesses.pour les uns comme pour les autres,les êtres humains sont essentiellement déterminés par leur ventre. Et s ils ont une tête ce n est que pour faire des calculs de coûts comparés. Etendu aux faits historique majeurs, la méthode ne produit rien de bon pour comprendre ce qui se passe.

4 Exemple lointain pour ne vexer aucun de mes contemporains : voyons comment nous sommes parfaitement capables de montrer en quoi la guerre est radicalement sans intérêt pour les peuples en 1914, sans être capable d expliquer pourquoi les appelés y vont la fleur au fusil et endurent tant de souffrances et de morts avant de se révolter. Les connaisseurs apprécieront de se souvenir que «l idéalisme républicain» du socialiste Jean Jaurès le fait assassiner parce qu il s oppose à cette guerre tandis que l ouvriérisme du non moins socialiste Jules Guesde le conduit à participer au gouvernement d union nationale qui la conduit On doit donc constater que le mécanisme global du consentement à l autorité et sa déconstruction est de longue main un angle mort dans la gauche traditionnelle. Sa réduction aux aspects strictement économiques part du préjugé mécaniste d après lequel les idées sont sans autonomie dans tous les domaines et se limitent à de simples réfractions idéelles des rapports sociaux. Un bon révélateur de cet aveuglement est la méfiance à l égard de tous les courants libertaires, la condescendance à l égard des discussions sur le contenu culturel des doctrines politiques, et un mépris de fer pour les réformes dites «sociétales«qui n engagent pas directement les taux de redistribution de la richesse produite Global et globalitaire Le point de vue que j exprime ici se situe du côté de ceux pour qui le système économico-politique actuel n est pas seulement global au sens économique ni même politique du terme mais d une façon bien plus étendue. La nouvelle phase du capitalisme dominé par la sphère financière transnationale forme un univers «sans bord», sans zone extérieure à son emprise. De la sorte, aucune activité humaine ne peut s accomplir sans que les normes de ce système ne la reformule conformément à ses propres objectifs de conservation. Ce processus concerne naturellement les grands rouages macro-économiques. Mais il implique les micros mécanismes par lesquels les individus construisent leur insertion intime dans l univers social et culturel qui les entourent. Cette articulation entre les très grandes échelles de la réalités et les très petites de l ordre intime a été considérablement renforcée dans la période, de sorte qu un mécanisme effectif à toutes les époques est devenu à présent prégnant au point de s être rendu quasiment indétectable.

5 C est en cela que le système peut-être qualifié de «globalitaire». L expression est formée sur le modèle du mot «totalitaire» auquel il renvoie très explicitement. Comme un système totalitaire, l ordre «globalitaire» tend absolument à inclure dans son espace normatif l ensemble des éléments qui composent la vie en société. Le mot contient donc l idée d une tyrannie en cours d installation étendue à tous les aspects de la vie en société incluant également les comportements intimes réputés libres. Cette tyrannie consiste bien sûr dans le fait que le système de contrôle social qui le soutient s exerce en tous lieux, en tous points et à tout moment. Mais aussi en ceci qu elle organise la dissimulation des moyens et des finalités de cette prégnance. Sans oublier qu elle s est également dotée d un ensemble de moyens d intervention pour disqualifier systématiquement toute pensée d alternative. Enfin l expression «globalitaire» signale aussi une manière de fonctionner. Elle signale que le caractère global du système n est pas une simple résultante des mécanismes à l œuvre en son sein.au contraire. Il s agit d une de ses caractéristiques fondatrices. L expansion permanente vers de nouvelles zones géographiques, comme vers de nouveaux compartiments d activités humaines est, de bien des façons, une de ses conditions d existence. L inclusion globalitaire La façon dont se déploie une telle dynamique a été maintes fois décrite.ainsi les économistes s accordent généralement pour montrer que le système de production et d échange doit être analysé comme un tout à l échelle du monde. A la suite de ce constat, on sait ensuite bien décrire comment ses normes percolent vers les plus petites échelles, les ordonnent et les réorganisent. De la dimension monde à celle d un pays, d une région ou d une localité on peut montrer comment, invariantes d échelle, les mêmes règles d organisation entrent en action. Il faut d abord bien repérer, contrairement à ce que l intuition suggère, que la nature globale du système et les caractéristiques qui s y rattachent préexistent aux évènements du développement local et s imposent à eux.

6 Le local n est bel et bien possible qu à raison de son insertion et de sa compatibilité au global. Par exemple, les délocalisations d activités productives pourtant rentables ne résultent pas des avatars du développement local mais s imposent à lui en fonction des impératifs formulés par les normes du système global. Le rapport du local au global dans ce cas fonctionne comme un processus de sélection spontanée ou, en quelque sorte, seuls les organismes individuels adaptés à leur environnement global survivent.ainsi,le global n est pas le résultat du local, il le précède, le conditionne et le valide. Du coup ce dernier est bien la donnée déterminante à partir de laquelle se construisent les autres niveaux de la réalité... Dit autrement et plus radicalement, le local est une propriété émergente du global et non l inverse comme la perception immédiate conduit pourtant à le croire Ensuite, la courroie de transmission des normes du système économique vers l individu est elle aussi largement analysée. Les rapports de production et d échange étant des rapports sociaux, on montre donc facilement comment une norme se diffuse depuis le système global vers l individu. Il s agit en effet du même processus de mise en compatibilité. Car les individus ne peuvent réaliser leur socialisation en dehors des règles et des usages qui la mettent en œuvre dans la société qui les entoure. Ces règles et ces usages leur préexistent. Ils sont conformes aux besoins de la conservation du système et en expriment les exigences à l égard des individus lorsqu ils veulent prendre part à la vie sociale. C est là un fait assez bien établi pour qu il n y ait pas besoin d en faire de nouveau l exposé. Il me semble important de souligner que dans ce processus, une autre règle s impose aussi sans nuance à chacun d entre nous. Comme nous sommes des êtres sociaux nous sommes donc du même coup nécessairement des êtres moraux. Cela signifie que nous recevons du collectif humain qui nous entoure des indications permanentes multiformes qui nous disent si ce que nous faisons est bien ou mal. Avec ces signaux, nous recevons également dans chaque cas les gratifications ou les sanctions symboliques qui s y rattachent. Si je mentionne ces aspects du comportement, c est essentiellement parce que ce sont ceux que le système globalitaire met le plus directement à contribution dans son mode ordinaire de fonctionnement.

7 Dressage aux normes Or c est dans ce registre de la récompense et de la punition, au sens large, que nous faisons nos apprentissages élémentaires depuis les premiers jours de notre enfance. Nous sommes à notre tour, dans le même registre, transmetteurs de normes à l égard de nos enfants. Nous sommes donc tous près à admettre le rôle fondateur de ce dressage somme toute très frustre ou la récompense et la punition sont déterminants dans leur éducation pour qu ils apprennent les bonnes normes de comportement, distinguent ce qui est mal de ce qui est bien et se protègent ainsi des mises en danger. Nous sommes cependant moins disposés à admettre que le même mécanisme aussi trivialement binaire et souvent très physique soit à l œuvre à l arrière-plan de nos comportements d adultes Pourtant il est bien clair que nous y sommes soumis tout au long de notre vie dans tous les domaines. Car lorsque l action conforme à la norme procure un sentiment de contentement à celui qui agit, on ne peut plus croire de nos jours qu il s agit seulement d une pure satisfaction intellectuelle. En effet, les neuros-biologistes nous apprennent qu il y a une réalité physique et qu un véritable plaisir est ressenti du fait de la libération dans l organisme d une dose de substances chimiques qui vient récompenser les comportements positifs. A l inverse, les comportements hors normes sont spontanément anxiogènes et accompagnés d une façon assez déplaisante de claires décharges physiques d autres substances. Mon intention n est pas de réduire le sens de nos comportements ni même l origine de leurs mobiles à leur expression chimique! Je souhaite seulement souligner la force d emprise physique d une convention sociale. La force du système globalitaire est de parvenir a inscrire les comportements de base nécessaires à son bon fonctionnement non comme une norme sociale extérieure aux individus mais comme le pur prolongement de leurs aspirations les plus intimes quel qu en soit le contenu.

8 Dans le règne universel de la marchandise sous les auspice de la compétition, il est demandé a chacun non de dire ce qui lui parait désirable en général mais au cas très particulier de celui à qui la question est posée. Est juste et bon ce que je crois juste et bon pour moi. Je suis la source exclusive de la définition du bien et du mal. Mes tourments comme mes récompenses sont de l ordre de l immédiat plutôt que des lendemains qui chanteraient ou de quelque au-delà que ce soit. Tout est donc dans l immédiat, l abrogation de la distance à soi et aux autres. Dans l ordre des valeurs désirables, toute la puissance est au point zéro, celui de l immédiateté, où il n y a ni espace ni temps. Ce qui vaut dans la sphère financière où le temps et l espace nul de la transaction électronique domine tous les autres vaut, invariant d échelle, jusqu au cœur de l être humain. Là une émotion venant plus vite est préférée à un raisonnement et une pulsion sera préférée à une émotion parce qu elle est encore plus immédiate. Dès lors, le système globalitaire nous colle à nous-même dans ce que nous avons de plus frustre et élémentaire, précisément là où les mécanismes de contrôle spontané les plus violents sont à l œuvre. Par arborescence, des milliers de comportements induits nous lient comme par une force d évidence aveugle à cette source fondatrice de notre enchaînement au système. Sommes nous scotchés dans cet enchaînement primaire? Oui, très largement. Cela d autant plus vigoureusement que nous n en sommes pas conscients et que nous admettons ce qui va de soi sans nous demander pourquoi précisément cela va de soi. Comment s en arracher? Rompre la chaîne La prise de conscience est évidemment l acte clef. Cette expression signifie d elle-même un acte volontaire. Quel peut être le mécanisme qui l impose? D une façon générale, on voit bien que c est au moment où la norme dominante entre en contradiction avec la motivation personnelle singulière que l esprit est contraint de prononcer un arbitrage. Il est rare qu il soit sans implication concrète. C est pourquoi l action collective, la lutte étaient considérées à gauche comme l école de base pour la formation d une conscience critique effective à l égard du système dominant. L entrée en lutte implique de fait la rupture concrète des subordinations antérieures et la formation de solidarités choisies à la place des liens imposés.

9 Au total, il s agit bien d une déconstruction des mécanismes les plus fins du dressage social dominant. C est bien pourquoi la lutte sociale s est le plus souvent, spontanément, elle-même mise en scène, «donnée à voir» en image comme en musiques et en chants. Par ces moyens, elle se donne davantage de force en consolidant sa dimension spécifiquement humaine, c est-à-dire affective. Elle se valide en tant qu altruisme porté par le groupe au delà de chacun des individus qui le composent. La tradition française, née de l histoire concrète de la révolution de 1789, qui unit continuellement le sens particulier d un combat particulier contre une injustice particulière à une signification de principe universelle donne à la culture de lutte une véritable dimension de contre-modèle social global. C est pourquoi les carnets de chants et la mémoire populaire ont été si longtemps un patrimoine et un enjeu spécifique de l action politique elle même. En effet, dans la mesure où ils constituaient le premier outil d éducation populaire disponible ils validaient culturellement l esprit d insoumission sociale en tant que comportement individuel gratifiant. Ses adversaires ne l ont jamais perdu de vue et ont organisé leurs contre-feux sur le même terrain. A notre époque, les outils du dressage social ont considérablement étendu leur rayon d action. En fait le fonctionnement du système économique dominant a étendu son emprise à de très nombreux domaines qui demeuraient hier hors de sa sphère d intervention. L obligation de consommation marchande et l apprentissage des codes qui vont avec a gagné un terrain immense. Le système dominant est donc contraint, du point de vue de son propre fonctionnement, d opérer un brassage permanent des normes qu il met en vigueur pour assurer sa conservation. Quelques mots à ce sujet. La normalisation permanente Dans les sociétés traditionnelles (dites holistes) du passé l apprentissage des normes sociales dominantes se faisait une fois pour toutes à travers les rites et symboles de passage aux diverses étapes et situations du développement personnel tel que les prévoyait la société. On sait combien la nostalgie de ces rites de passages est forte de nos jours encore, sans doute parce qu ils répondent à un besoin très profond pour l identité humaine. Dans la mesure où les sociétés du passé ne changeaient pratiquement pas durant plusieurs générations, l acquisition des normes se stabilisait solidement. L apprentissage, parfois présenté comme initiatique, la tradition et le contrôle social quotidien des uns sur les autres pourvoyaient à cette stabilité. On suppose que ceci s opérait d autant plus facilement qu il s agissait de groupes humains restreints en nombre ou géographiquement bien délimités.

10 Cette description concerne 99% de l histoire effective de notre espèce. Pour les innombrables générations qui ont vécu ces âges quasi immobiles du temps profond, le lien entre la conservation des rôles sociaux et les comportements afférents se présentait comme le moyen même de survie des individus. Le système social qui les réunissait en collectivité pouvait sans difficulté se présenter sa conservation comme le moyen de la survie individuelle parce qu il l était réellement à maints égards. Evidemment, notre société en est rendue à un tout autre point. Elle est faite bien autrement. Elle est ouverte du fait même du nombre des êtres humains et de l intensité des communications établies entre eux. Et, surtout, de l extrême étendue de la division du travail découlant du haut niveau de développement technique impliqué par le mode de vie des pays du centre. Mais il y a une caractéristique essentielle à l œuvre dans notre contexte. Il s agit du modèle d accumulation qui l anime. Il invite de façon très contraignante chacun à des consommations changeantes pour garantir l expansion et la croissance du système productif. Il faut donc que fonctionne aussi très activement un système de production et d apprentissage permanent de normes de consommation et de comportement qui accompagnent ces changements. Il faut même que le changement deviennent en soi une demande sociale permanente quand bien même il n a souvent aucune utilité sociale particulière. Il est essentiel de bien comprendre que cette machine à remodeler les habitudes n est pas l effet d un excès du système mais la condition même de son existence. La machine à produire de la norme comportementale doit donc bénéficier d un puissant appareil de rebrassage des esprits, dont le contenu est actualisé en permanence notamment dans les injonctions de l industrie du spectacle et de l information. Elles permettent une normalisation mentale et comportementale bien aussi active et prégnante à notre époque que le furent dans le passé les grands appareils normatifs de la tradition et de la religion. Mais parce que les prescriptions changent sans cesse, nous sommes le plus souvent incapables de repérer ce qu elles affirment en permanence sous des habillages différents. Nous perdons de vue de la même manière l escalade d audace à laquelle il est procédé dans l injonction de normes les plus grossièrement typées.

11 Certes, chacun reçoit ses consignes de manière différente. Mais on repère assez facilement la place essentielle qu occupent, à l origine de tous les dispositifs de transmission, les grands appareils des industries du spectacle, de l information, de la publicité et de la mode. Dans de nombreuses occasions ils sont d ailleurs ostensiblement coordonnés quand ils ne se trouvent pas tout simplement fusionnés. Mais naturellement, ces appareils ne se contentent pas de fonctionner sur le mode de l injonction directe. Les prescriptions officielles sont ensuite implicitement déclinées comme autant d évidences de «bons«comportements dans de toutes autres situations, les plus diverses. Je pense par exemple au contenu implicite des questions d un journaliste, les attitudes des héros de sit-com, et par conséquent la foule des habitus distillés par tous les canaux de l imitation qu en font des millions d individus autour de chacun de nous.il est facile de reconnaître rapidement la part que prend dans la normalisation des individus leur imprégnation par des répétitions de ce type. Mais il importe de reconnaître cependant qu il ne s agit pas ici seulement d un vulgaire conditionnement «extérieur«. Il y a davantage, si l on tient compte de l appétit des individus pour ce qui est apprécié par leurs congénères comme je l ai mentionné en commençant mon propos. En fait, les individus se portent d eux mêmes au devant de ces normes. Ils veulent apprendre à les reconnaître pour s y conformer personnellement. En effet, c est à cette condition qu ils savent pouvoir réussir une socialisation valorisante et recevoir les gratifications symboliques qu ils attendent du regard des autres. Des milliers de règles comportementales, directement corrélées à la reproduction des conditions favorables à la protection et au développement de l emprise du système global sont ainsi diffusées et digérées sur ce mode. Elles sont mises en œuvre avec enthousiasme, méthode et application par des millions d individus. Ils ont le sentiment intime d agir ainsi librement et dans leur intérêt très personnel le mieux compris. La jouissance qu ils en tirent est assez intime pour les installer fermement dans le sentiment d agir indépendamment de toute contribution au maintien de quelque ordre extérieur à euxmêmes que ce soit.

12 La force silencieuse Je crois utile d insister sur la prégnance de tels mécanismes quand bien même ils sont parfaitement invisibles et reposent davantage sur des postures mentales que sur un quelconque code ou règlement ouvertement prescrit et contrôlé. La force inouïe d injonction que peut avoir dans une société une règle non-dite, même lorsqu elle n est jamais énoncée où que ce soit d une façon si peu que ce soit explicite, est magnifiquement mise en lumière par exemple dans une des superbes enquêtes de Jean-Paul Kauffman : celle concernant la pratique finalement ultra-codifiée des seins nus sur la plage. Les lieux autorisés, les conditions précises de la pratique en position couchée ou debout, et combien d autres normes très détaillées sont très strictement définies, connues de toutes et tous, formellement respectées sans avoir jamais été énoncées nulle part et par personne! Naturellement la transmission de ces normes ne tombe pas du ciel. Elle s opère de façon très concrète et d ailleurs très vigilante par le regard et les réactions, verbales ou non, des voisins de plage, familiers ou inconnus, femmes autant qu hommes, pratiquantes des seins nus ou non, jeunes ou vieux, conférant par là même une terrifiante force d évidence universelle à l injonction qu ils formulent tous ensemble. Au cas précis, le code ainsi véhiculé trouve bien sur son origine dans une large palette d autres conventions sociales. Et à leur tour, celles-ci s alimentent à de multiples sources. Naturellement, ce processus d arborescence ne se déploie pas d une manière aléatoire. Au contraire, nous voyons facilement comment la sélection des matériaux utilisés est elle-même socialement déterminée. Le maintien de l ordre intime Il est bien évident que la production de normes comportementales de tous ordre de rites et de symboles balisant de repères l espace de l activité humaine n est pas spécifique à notre époque. De bien des façons, on peut même dire qu il s agit de ce qu il y a sans doute de plus proprement et irréductiblement humain dans la manière d agir de notre espèce pour garantir la survie de ses membres à tous les points de vue. Que cela se fasse en relation étroite avec les exigences de conservation du système économique social et politique dominant n est pas non plus une nouveauté.

13 A chaque époque correspond donc un modèle particulier d inclusion globale des individus dans le système au sein duquel ils prennent leur place. Ce modèle peut et doit être interpellé du point de vue des valeurs qu il véhicule. Pour une pensée moderne, à la suite des Lumières, dans une conception laïque des rapports humains dans le système social, il importe aussi d apprécier dans quelle mesure ces rapports peuvent être considéré comme libres, c est-à-dire résultant d une adhésion volontaire raisonnée des individus qui s y intègrent. Car ce qui est en jeu dans cette appréciation c est la part d émancipation de la personne que le système politique et social rend possible. Dans le système globalitaire actuel, celui du nouvel âge du capitalisme, le dispositif d inclusion repose tout entier sur l idée qu il n existe pas en tant que système. Il se présente comme la réponse spontanée et naturelle aux besoins les plus intimes et les plus différenciés ressentis par chacun de nous, même quand nous sommes nous-mêmes incapables de les formuler clairement. Le système parvient à se rendre indétectable alors même qu il a lui-même entièrement suggéré la forme de ces besoins en les formatant avec un souci du détail sans équivalent dans les modes précédents de domination culturelle. Paradoxalement, en apparence, c est parce que cette normalisation ne se réclame d aucune transcendance ni d aucun principe d autorité, et que le plus souvent elle donne à voir comme une évidence, qu elle est si difficile à reconnaître en temps que norme arbitraire. En même temps, le système suggère qu il est un modèle libérateur de l individu puisqu il se dédit entièrement à la satisfaction de ses besoins strictement et intiment personnels. La conscience de soi qu il suggère alors, définie par la capacité à exprimer des goûts personnels différents dans tous les domaines, est bien une conscience enchaînée. Enchaînée dans la mesure où elle ne peut s exprimer qu en refusant toute prise de distance à soi, qui est pourtant le début de la conscience critique, de la capacité de discernement et du sens civique. La nouveauté est bien sûr dans la profondeur du champ humain impliqué. Le modèle libéral ne cache pas qu il a étendu ses prétentions normatives à des domaines où il n avait pas de place jusque là. Le nombre des secteurs d activité soumis à la marchandisation va croissant. La nature de ce qui est impliqué bouleverse l idée que l on se faisait d un nombre considérable de choses. Ainsi par exemple de la brevetabilité du vivant. Ou de la marchandisation du savoir. Chaque fois, les atavismes les plus profonds semblent pris à revers. Puis une force d évidence semble s imposer, comme le fait la réglementation muette concernant les seins nus sur la plage. Chaque étape se présente comme une arborescence des consentements implicites précédents. En le sachant on peut remonter à la source initiale.

14 Un front de lutte Si la nouveauté est seulement dans le mode opératoire de la domination, si prégnant qu il soit, comment se fait-il qu il faille se battre à gauche pour faire admettre l existence d un tel mécanisme? Pourquoi semble-t-il qu il faille reconquérir de haute lutte le droit d en analyser à la fois le contenu mais aussi les modes de conservation et de propagation? Pourquoi parait-il illégitime d en faire un objet de l action politique et pas seulement de la réflexion contemplative? C est pourtant le cas. S il en est ainsi c est que le mécanisme d aliénation des conscience s est assez perfectionné pour s être rendu très largement indétectable comme c est une exigence de performance pour lui. C est aussi qu il dispose de relais sociaux assez nombreux et motivés pour accomplir non seulement son œuvre effective de normalisation des consciences individuelles mais aussi le travail de dissimulation de son propre fonctionnement. Dés lors l émancipation appelée par l idéal socialiste exige que ce constat ouvre un champ de lutte littéralement culturel. La gauche républicaine doit le porter. Le républicanisme socialiste le premier doit se préoccuper en effet de la normalisation inacceptable que cet état de fait introduit dans les consciences alors même que tout son raisonnement repose sur le pouvoir des citoyens à formuler librement ce qu est l intérêt général. Pour le faire, il faut évidemment d abord intégrer l idée qu il s agit bien d un front de lutte, nécessitant à la fois volonté d engagement, capacité à nommer ses adversaires et à décider de ses moyens particuliers d intervention.

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS Le 10 décembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION...3 1. FONDEMENT LÉGAL Loi sur l Instruction publique...3 Loi sur

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

sommaire sommaire 11 introduction 13

sommaire sommaire 11 introduction 13 sommaire sommaire 11 introduction 13 première partie: théories du management des différences interculturelles le management et la culture 19 Qu est que la culture? 19 Management interculturel : un avantage

Plus en détail

Madagascar. Régime général des associations

Madagascar. Régime général des associations Régime général des associations Ordonnance n 60-133 du 3 octobre 1960 [NB - Ordonnance n 60-133 du 3 octobre 1960 portant régime général des associations Modifiée par l ordonnance n 75-017 du 13 août 1975]

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale Table des matières Table des matières... 2 Résumé... 3 Mots-clés... 3 Introduction... 4 Comment définir la famille?... 4 Histoire(s) de famille(s)... 5 La désaffection du mariage... 6 L union libre...

Plus en détail

Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF. Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE. Ecole Privée Hors Contrat

Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF. Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE. Ecole Privée Hors Contrat Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE Ecole Privée Hors Contrat 11, rue de la Comète - 75007 PARIS TEL : 09 52 53 30 12

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Le projet pédagogique de la FNP

Le projet pédagogique de la FNP Une association, un mouvement, n existe que parce qu il poursuit un objectif. Dans son souci d accompagner les jeunes vers son objectif, le Patro s est défini un projet pédagogique. Celuici présentera

Plus en détail

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES Patricia Bertaux L avenir est entre nos mains : à nous de lui donner la forme que nous voulons. 2 L EMILE présenté aux parents et

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur État de la question Ce que nous ont appris les recherches antérieures. Michel Vial UMR ADEF Aix-en-Provence 1/ Sur la VAE à l Université La question

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

SALESIEN PROJET POUR L INTERNAT. Introduction

SALESIEN PROJET POUR L INTERNAT. Introduction PROJET POUR L INTERNAT SALESIEN Introduction L e projet éducatif proposé dans l internat du réseau salésien s enracine sur le texte de référence «Pour un projet éducatif et pastoral salésien». Il repose

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

etre agent immobilier

etre agent immobilier etre agent immobilier sommaire 11 Une profession critiquée mais enviée 13 Les professionnels de l immobilier en France 13 Histoire et géographie de l immobilier français 22 Les agents immobiliers aujourd

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Objectifs : 1. Echanger en groupe autour de situations vécues de conflits 2. Eclairer les pratiques par des apports conceptuels et

Plus en détail

Éducation aux médias et littératie médiatique

Éducation aux médias et littératie médiatique L Éducation aux médias : Perspectives pour la formation Éducation aux médias et littératie médiatique J e suis chercheur en information et communication à l Université catholique de Louvain, et depuis

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Risques psychosociaux, des représentants du personnel sous tension!

Risques psychosociaux, des représentants du personnel sous tension! Risques psychosociaux, des représentants du personnel sous tension! Résultats de l enquête auprès des élus 2 octobre 2014 32, rue de Chabrol 75010 Paris Tél. 01 53 72 00 10 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales.

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. Un concept s acquiert à partir d exemples, de contre-exemples dont on dégage des

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE LE CHEMINEMENT SCOLAIRE DE L ÉLÈVE Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions 1) Comment se fait le partage des responsabilités en matière de

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde Mémoire Y. Morel http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde 1 A propos de l intelligence... 2 Quizz : Connaissez-vous votre mémoire? 3 Objectifs Exercice 1 - Dessin d enfant Exercice 2 - Liste de symboles Exercice

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005 Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du temps pur Défense orale du mémoire de fin d études Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

L HUMAIN. AVANT TOUT.

L HUMAIN. AVANT TOUT. L HUMAIN. AVANT TOUT. Mémoire de l Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec dans le cadre des consultations particulières portant sur le projet de loi 56 Loi modifiant

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique INFORMATION ET COMMUNICATION THEMES A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS Introduction : interaction individu/groupe

Plus en détail

Les jeunes des quartiers et l argent

Les jeunes des quartiers et l argent Les jeunes des quartiers et l argent 1 REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES La philosophie et l argent 2 Aristote : définit la monnaie comme un étalon qui rend possible l échange et régule les rapports entre les

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation Biographie Formation de base en sciences appliquées, biologie médicale et moléculaire, diplôme d ingénieure chimiste Expérience

Plus en détail

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Cycle 2. Cned - Académie en ligne

Cycle 2. Cned - Académie en ligne Cycle 2 Cycle 2 Manuel Auteur Emmanuelle Rodriguez Professeure des écoles Coordonnateur de l équipe rédactionnelle Pascal Lalanne Inspecteur de l éducation nationale Expert Martine Safra Inspectrice générale

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

L EDUCATION DES JEUNES GRIOTS - QUELQUES PRINCIPES EDUCATIFS

L EDUCATION DES JEUNES GRIOTS - QUELQUES PRINCIPES EDUCATIFS L EDUCATION DES JEUNES GRIOTS - QUELQUES PRINCIPES EDUCATIFS Simon Toulou Cette contribution tente de répondre aux questions que nous nous posons par rapport aux principes qui fondent la formation des

Plus en détail

Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012. Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012

Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012. Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012 Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012 Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012 1/ Texte intégral du dépouillement et de l analyse du questionnaire en vue d une communication

Plus en détail

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina Antonella Invernizzi, La vie quotidienne des enfants travailleurs : Stratégies de survie et socialisation dans les rues de Lima, L Harmattan 2001, Paris (extraits des chapitres 4&5) Plan de la présentation

Plus en détail

BTS Tertiaires, les référentiels de situations :

BTS Tertiaires, les référentiels de situations : «Les compétences et leur évaluation» Stage des 2 et 3 décembre 2009 Intervention de Didier Michel, IGEN 1 BTS Tertiaires, les référentiels de situations : Vers une nouvelle approche de la professionnalisation

Plus en détail

Les caractéristiques de l enfant intellectuellement précoce

Les caractéristiques de l enfant intellectuellement précoce Les caractéristiques de l enfant intellectuellement précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de l enfant et de l adolescent et en psychothérapie Définition QI supérieur à 130 (2 écarts-type

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES

REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES I- DES REFERENCES Institutionnelles Programmes 2008 : Agir et s exprimer avec son corps. S approprier le langage Historiques Domaine disciplinaire

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE Programme applicable à la rentrée 2006. Introduction. 1. Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues. Le CECRL a été publié en 2001 par le

Plus en détail

LES CAHIERS DU DESS MRH. Conduite, outils du changement et gestion des compétences

LES CAHIERS DU DESS MRH. Conduite, outils du changement et gestion des compétences LES CAHIERS DU DESS MRH Conduite, outils du changement et gestion des compétences 4 Introduction Si l enjeu de la compétence est de concrétiser la politique voulue par l organisation, alors toute la chaîne

Plus en détail

L école maternelle. Quelques repères historiques. Christian LAJUS-IEN Préélémentaire LANDES

L école maternelle. Quelques repères historiques. Christian LAJUS-IEN Préélémentaire LANDES L école maternelle Quelques repères historiques L histoire de l école maternelle: des repères Pour mieux cerner ses enjeux éducatifs, sociaux, culturels et professionnels. Pour mieux comprendre les ruptures

Plus en détail

Généralité sur la cryptographie

Généralité sur la cryptographie 1.1 Introduction L origine de la cryptologie mot réside dans la Grèce antique. La cryptologie est un mot composé de deux éléments : «cryptos», qui signifie caché et «logos» qui signifie mot. La cryptologie

Plus en détail

Comment les écoles de l enseignement secondaire soignent-elles leur image de marque?

Comment les écoles de l enseignement secondaire soignent-elles leur image de marque? Comment les écoles de l enseignement secondaire soignent-elles leur image de marque? La concurrence qui se joue entre les écoles secondaires ne se fait pas sur pied d égalité. Certaines se trouvent en

Plus en détail