Animation phénoménologique. --- une approche énactive ---

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Animation phénoménologique. --- une approche énactive ---"

Transcription

1 --- une approche énactive -- Animation phénoménologique de la mer Marc Parenthoën Centre Européen de Réalité Virtuelle (CERV), EA3883, UBO/ENIB 1/27

2 Phénomènes naturels et RV psychologie marin expérience écologique modélisation énactive réalité virtuelle informatique ordinateur physique océanographe simulation numérique 2/27

3 Objectifs Simulation d un plan d eau hétérogène Visualiser des phénomènes marins Respecter au mieux les phénomènes physiques Mers jeunes forcées par le vent Etats de mer modérés à forts Plan d eau de quelques km2 3/27

4 Construction de la mer virtuelle Positionnement La mer des infographistes Méthode de modélisation Modèle de mer IPAS Conclusions le point de vue informatique 4/27

5 La mer des infographistes animation d un maillage de la surface Navier-Stokes Analyse de Fourier particules spectres Approche particulaire Approche spectrale Modèles récents [Enright 02] [Max 81] [Perlin 85] [Peachey 86] [Kass 90] [Adabala 02] 5/27

6 La mer des infographistes Approche particulaire [Gerstner 1804, Biesel 52] point particule : mouvement d un bouchon posé sur l eau [Peachey 86] [Fournier 86] Bathymétrie : plan de vagues précalculé (1 ou 2 vecteurs d ondes) Déferlements : critère de Stokes, systèmes de particules [Ts o 87] [Lombardo 95] [Gareau 97] [Gonzato 00] [Jeschke 03] 6/27

7 La mer des infographistes Approche spectrale [Hasselmann 62, Pierson 64] point altitude : variation de la hauteur d eau au-dessus d un caillou filtre océanographique sur bruit blanc FFT inverse mer homogène [Mandelbrot 67] [Mastin 87] [Jensen 01] [Premože 01] [Tessendorf 01] 7/27

8 La mer des infographistes Modèles récents particulaire + spectral : bathymétrie + spectre large niveau de détail / point de vue spectral + Navier-Stokes local : sillages, bouées... notion de plan d eau hétérogène : VSK [Chen 95] [Gomez 00] [Thon 00] [Hinsinger 02] [Cieutat 03] [Loviscach 03] 8/27

9 Construction de la mer virtuelle Positionnement La mer des infographistes Méthode de modélisation Modèle de mer IPAS Conclusions regard épistémologique 9/27

10 n vérification in vivo, in vitro, in virtuo Action t alisa racto t i on ion tat o form in ab s Pré dic tio n Idées de phénomèn es ap Ad io ress t pet in Simulatio n imp Démarche modélisatrice Observatio n Expérime ntation 10/27 10/27

11 Hypothèse énactive La modélisation traduit une praxis humaine (action avec intention) mon intention Doter les modèles d une praxis Autonomiser les modèles Interactions entre modèles via un milieu structuré et façonné par les activités des modèles (énaction) 11/27 11/27

12 Modèle Enactif icti on d phéno mène a b sis the ais milie u struct uré a? a praxis a d milieu expéri menté a c b Topologie Où? Quand? b, c, d Topologie prévision Quoi? Action expérimentation Milieu c a n d d is b atio apt Pré d b Ad c ie s po Phénomènes Enaction : couplage structurel d une entité autonome avec le monde qu elle crée et façonne par ses propres activités.12/27 12/27

13 Méthode de modélisation Quels phénomènes? Affordance [Gibson 79] Phénomène Quelle action? expertise formelle du domaine praxis modèle de Gerstner position orbitale vitesse orbitale normale surface 13/27 13/27

14 Méthode de modélisation Quelle prédiction? expertise expérimentale du domaine aisthesis courants hauts-fonds vents déferlements groupes ~10s ~10s ~1mn ~1s ~1mn ion t p ce r e p ive t c a n +1m s s pra x is à +1 mn vois d in inage f de l luence a pr axis 14/27 14/27

15 Méthode de modélisation Quelle adaptation? lois phénoménologiques du domaine poiesis lois de conservation lois d évolution lois empiriques modification du vecteur d onde modification de la hauteur modification de la période création déferlement exécu tion d n o i t e p l e a n c p r axis per à -1m ive t c a faire vivre les modèles énactifs 15/27 15/27

16 Modèle Informatique Objets actifs d ARéVi 16/27 16/27

17 Spécification aux états de mer : IPAS Modèle Informatique Des objets actifs aux entités énactives 17/27 17/27

18 Construction de la mer virtuelle Positionnement La mer des infographistes Méthode de modélisation Modèle de mer IPAS Conclusions les entités d IPAS 18/27 18/27

19 Groupe de vagues crê te Identification des entités Déferlements Vents, Courants, Hauts-fonds Zodiac et Visualisateur interactions énactives 19/27 19/27

20 Identification des interactions B A s action on B s medium and B s adaptation or B s creation by A A zodiac resonant down shift (~10mn) dynamic down shift (~1s) meteo creation (~1s) surface position activity criterium orbital speed front propagation front merge (~1s) foam absorption hydrography zodiac creation (~1s) transport (~10s) + indirect effects surface position surface normal foam amount creation (~1mn) criterium tune (~5s) height growth indirect effects crest advance refraction (~10s) transport trough delay grid wind vector transport (~10s) current vector deepness transport 0/1 générations d états de mer 20/27 20/27

21 Cas du Varg (58 N, 2 E) 29 janvier 2000, vers 20 heures Front froid + 30 mn Hauteur HS : 11,7 m Mer de vent NW dir = 310 ± 10, P = 8-11s Mer de vent WNW dir = 295 ± 5, P = 15s Vent NW 20-22m/s Shetland 27-30m/s Houle WSW dir = 255, P = 16s un début de tour du monde en solitaire à la voile 21/27 21/27

22 Sur la route du Vendée Globe Alizées Nord (Atlantique 50ièmes hurlants, en mer detropical) Wallis 15m/s Vent d Est vent contre courant ~3m Hauteur HS Vent d Ouest Hauteur HS Houle Mer de vent Houle Mer de vent 25m/s ~8m d Est-Nord-Est 240m 70m d Est ± m d Ouest 90m d Ouest ± 10 mer dangereuse... 22/27 22/27

23 Sur la route du Vendée Globe 50ièmes hurlants, en mer de Wallis vent contre courant Vent d Ouest Hauteur HS 25m/s ~8m Houle Mer de vent 200m d Ouest 90m d Ouest ± 10 conclusions : bilan et perspectives. 23/27 23/27

24 Bilan : animation de la mer Animation Phénoménologique Interactive de la Mer (IPAS) Plan d eau hétérogène Phénomènes marins : groupes, déferlements, vents, courants, hauts-fonds Phénomènes physiques : stress du vent, conservation de l action, réfraction, transport Complexité des animations réalisées entités énactives, points 24/27 24/27

25 Bilan : hypothèse énactive La modélisation traduit une praxis humaine (action avec intention) Phénomènes Affordances Phénomènes naturels modélisés en tant qu entités autonomes Interactions entre entités via un milieu structuré et façonné par les activités des entités (énaction) 25/27 25/27

26 Bilan : modélisation énactive Démarche constructive des modèles Formalisation pragmatique Méthodologie + Instrumentation Simulation des systèmes complexes multi-modèles multi-échelles incluant l Homme dans la boucle perspectives 26/27 26/27

27 Perspectives : IPAS Environnement virtuel de formation Sécurité maritime Compétition en voile Validation océanographique Expériences in virtuo d évolution d états de mer Tester et enrichir avec d autres modèles 27/27 27/27

28 Perspectives : Méthode Maillage adaptatif phénoménologique Résolution numérique des EDP Phénomènes ondulatoires Électromagnétisme, acoustique Vers une méthodologie hydrologie, météorologie, sismologie, hématologie, allergologie, 28/27 28/27

29 --- une approche énactive --Marc Parenthoën Merci 29/27 29/27

30 La mer des marins Météorologie vents : synoptique, local e èn u a e g Océanographie o r té é h d n a l p vagues et déferlements Hydrographie reliefs, courants affordances maritimes [Moitessier 71] [Saury 97] [Iachkine 00] [Stoffrengen 01] 30/30 30/30 30/27 30/27

31 Complexité des Interactions Organisation temporelle des activités Structure temporelle des Prédictions «création» de milieu / pouvoir prédictif du modèle Organisation topologique des activités Structure spatiale des Actions action sur le milieu / localisation du phénomène Organisation des entités Regroupement d entités en entités du second ordre 31/27 31/27

32 Philosophies de Modélisation entité physique autonome comport.mnt observable phénomène physique dm 0 dt 0 hypothèse énactive système d équations différentielles interactions entre entités ordonnancement des activités résolution numérique itérations asynchrones chaotiques itérations synchrones entités (n), complexité (~n2) grille (n), complexité (~n4) simulation simulation énactive 32/27 32/27

33 Instruments de Mesures Virtuels Points, lignes, grilles (quoi, où, quand?) n importe quelle propriété, n importe où et n importe quand Deux exemples (flotter, regarder) un zodiac interactif simple & la visualisation interactive 33/27 33/27

34 Réalité virtuelle métaphore de Pinocchio fiction interactive autonomie virus informatique 1 applications de réalité virtuelle in virtuo théâtre virtuel jeu vidéo cinéma 3D 0 1 interaction présence 1 immersion simulateur de transport 34/27 34/27

35 Expérimentation in virtuo théories modèle formel in abstracto conception numérique formalisation programmes modèle numérique in virtuo maquettes prédictions numérisation analogie phénomène réel comportements in vivo similitudes impressions création numérique conception analogique perception modèle analogique in vitro création analogique modèle perceptif in petto imaginaires 35/27 35/27

36 Agent-réaction tn tn(1) tn(2) tn(3) tn(4) tn+1 tn+2 tn+3 temps cycle de simulation n n+1 r1 r2 r3 r4 r5 r4 asynchronisme des SMA n+2 r1 r5 r3 r2 r3 n+3 r5 r2 r1 r4 cycles permutations aléatoires Algorithme classique [C]n+1 = [C]n + hn Φf1+f2+ +fp(tn,[c]n,hn) Version multi-agents [C]n+1 = [C]n + hn Φfs(p)oΦfs(p-1)o oφfs(1)(tn,[c]n,hn), Pour une permutation s 36/27 36/27

37 Agent-réaction Théorème 1 A tout algorithme classique convergent d ordre supérieur ou égal à 3 correspond une version multi-agents à convergence quadratique. 37/27 37/27

38 Agent interaction transport + diffusion réacteur chimique milieu / t réacteur chimique interface / r milieu / t interface / r réacteur chimique milieu / t interface / r réacteur chimique milieu / t veine 38/27 38/27

La révolution numérique de la conception

La révolution numérique de la conception La révolution numérique de la conception Table Ronde Innovation Institut Telecom Pascal Daloz, EVP Strategy & Marketing 1 2 Agenda 1. L innovation intensive VIRTUAL REAL 2. La révolution numérique de la

Plus en détail

Laboratoire d Ingénierie Informatique

Laboratoire d Ingénierie Informatique Laboratoire d Ingénierie Informatique CERV Centre Européen de Réalité Virtuelle Frédéric Julliard Plan Laboratoire d Ingénierie Informatique Qui sommes-nous? Que faisons-nous? LI2 Réalité Virtuelle Intégrer

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Imagerie interférométrique avec des données bruitées

Imagerie interférométrique avec des données bruitées Imagerie interférométrique avec des données bruitées Josselin Garnier (Université Paris Diderot) But de l imagerie : sonder un milieu inconnu avec des ondes pour en extraire de l information. Une méthode

Plus en détail

Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie

Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie Modélisation de la circulation dans le golf de Lion : Application du modèle Romstools et comparaison avec le modèle Symphonie Université d Aix-Marseille II Centre d Océanologie de Marseille 7 mai, 2007

Plus en détail

Colloque bilan LEFE, mai 2009. Processus dynamiques en milieu littoral

Colloque bilan LEFE, mai 2009. Processus dynamiques en milieu littoral Colloque bilan LEFE, mai 2009 Processus dynamiques en milieu littoral Philippe Bonneton EPOC, Univ. Bordeaux I, CNRS Le littoral : pas seulement une zone d interface mais aussi un milieu spécifique Appel

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Pierre-Michel Guilcher, Olivier Payen, Aurélien Drouet, Erwan Jacquin Plan de l exposé Contexte général Définition

Plus en détail

Niveaux 1 2 3 4 Option spécifique - 2 2 3 Option complémentaire - - 2 2

Niveaux 1 2 3 4 Option spécifique - 2 2 3 Option complémentaire - - 2 2 Direction de l'instruction publique, de la culture et du sport Direktion für Erziehung, Kultur und Sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Amt für Unterricht der Sekundarstufe 2 CANTON

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I Introduction générale 1

TABLE DES MATIÈRES. I Introduction générale 1 TABLE DES MATIÈRES I Introduction générale 1 1 Introduction à la réalité virtuelle 3 1.1 Fondement de la réalité virtuelle...................... 3 1.1.1 Introduction................................ 3 1.1.2

Plus en détail

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile V.G. Chapin,, S. Jamme (ENSICA) B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Aérodynamique du voilier Analyser & optimiser les performances

Plus en détail

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines Les apports de l informatique Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il

Plus en détail

La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides

La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides La commande basée vision : une nouvelle approche pour la commande en boucle fermée des écoulements fluides Xuan Quy Dao Christophe Collewet EPC Fluminance Cemagref Rennes / INRIA Rennes Bretagne-Atlantique

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1 M1 fluides : turbulence 2 I- Définition

Plus en détail

Quelques éléments sur la conception et l ingénierie des EIAH

Quelques éléments sur la conception et l ingénierie des EIAH Quelques éléments sur la conception et l ingénierie des EIAH Lium Université du Maine Pierre.Tchounikine@lium.univ-lemans.fr EIAH : définition EIAH = Environnement Informatique pour l Apprentissage Humain

Plus en détail

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Thomas Devogele Université François Rabelais (Tours) thomas.devogele@univ-tours.fr Les déplacements L analyse des déplacements

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique

Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique Karen Gonzalez Benoîte de Saporta et François Dufour IMB, Université Bordeaux Neuvième Colloque Jeunes Probabilistes et Statisticiens

Plus en détail

Axe MSA Bilan scientifique et perspectives. ENSM.SE L. Carraro - 17 décembre 07

Axe MSA Bilan scientifique et perspectives. ENSM.SE L. Carraro - 17 décembre 07 Axe MSA Bilan scientifique et perspectives ENSM.SE L. Carraro - 17 décembre 07 17 décembre 07 2 Plan Compétences acquises domaines scientifiques compétences transverses Domaines ou activités accessibles

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

Mesures de propagation acoustique et vibratoire à grande distance sur ligne ferroviaire

Mesures de propagation acoustique et vibratoire à grande distance sur ligne ferroviaire Direction territoriale Est Mesures de propagation acoustique et vibratoire à grande distance sur ligne Patrick Demizieux, Franck Péridon, Philippe Glé, Guillaume Dutilleux, Nicolas Goze, Laurent Brendel,

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

SPATIALISATION ET ECRITURE (1) Emmanuel Rio CNAM-CCAM 2005

SPATIALISATION ET ECRITURE (1) Emmanuel Rio CNAM-CCAM 2005 SPATIALISATION ET ECRITURE (1) Emmanuel Rio CNAM-CCAM 2005 introduction rappels d acoustiques ce qui se passe physiquement et ce que nous en percevons espace capté, espace composé, espace restitué moteurs

Plus en détail

I n f r a s t r u c t u r e d i n f o r m a t i o n

I n f r a s t r u c t u r e d i n f o r m a t i o n L Observatoire global du Saint-Laurent I n f r a s t r u c t u r e d i n f o r m a t i o n accès intégré aux données scientifiques en soutien à la conservation de l environnement, au développement économique

Plus en détail

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Simulation SIMULATION AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Michel VISONNEAU et Emmanuel GUILMINEAU Laboratoire de Mécanique des Fluides CNRS UMR 6598, Ecole Centrale de Nantes Nantes, FRANCE

Plus en détail

TP Filtrage numérique

TP Filtrage numérique TP Filtrage numérique Capacités exigibles du programme : Analyse spectrale Mettre en évidence le phénomène de repliement du spectre provoqué par l échantillonnage avec un oscilloscope numérique ou une

Plus en détail

AXES DE RECHERCHE - DOMAINE D'INTERET MAJEUR LOGICIELS ET SYSTEMES COMPLEXES

AXES DE RECHERCHE - DOMAINE D'INTERET MAJEUR LOGICIELS ET SYSTEMES COMPLEXES 1 AXES DE RECHERCHE - DOMAINE D'INTERET MAJEUR LOGICIELS ET SYSTEMES COMPLEXES 2 Axes de recherche L activité du DIM LSC concerne la méthodologie de la conception et le développement de systèmes à forte

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

CALCUL ELMENTS FINIS ET OPTIMISATION DE FORME DANS LES STRUCTURES AEROSPATIALES. Pr. BOUDI El Mostapha Ecole Mohammadia d Ingénieurs Rabat

CALCUL ELMENTS FINIS ET OPTIMISATION DE FORME DANS LES STRUCTURES AEROSPATIALES. Pr. BOUDI El Mostapha Ecole Mohammadia d Ingénieurs Rabat CALCUL ELMENTS FINIS ET OPTIMISATION DE FORME DANS LES STRUCTURES AEROSPATIALES Pr. BOUDI El Mostapha Ecole Mohammadia d Ingénieurs Rabat En quelques mots Objectif : Contrôle des calculs par la Méthode

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Journées Valor-IG 07 «La donnée dans tous ses états»

Journées Valor-IG 07 «La donnée dans tous ses états» Journées Valor-IG 07 «La donnée dans tous ses états» 28 Mars 2007 Incertitudes de mesures bathymétriques, évaluation, validation et application sur les levés bathymétriques de la Seudre, de la Charente

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS Reconnaissance de la parole (suite): Paramétrisation Gaël RICHARD Février 2008 1 Reconnaissance de la parole Introduction Approches pour la reconnaissance vocale Paramétrisation Distances

Plus en détail

Les apports de. l'informatique. La filiation. Le statut de technologie ou de sous-discipline. Le statut de science à part entière est lorsqu il y a :

Les apports de. l'informatique. La filiation. Le statut de technologie ou de sous-discipline. Le statut de science à part entière est lorsqu il y a : Les apports de Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il y a : Rétro-action

Plus en détail

Analyse et mesure de performances du calcul distribué

Analyse et mesure de performances du calcul distribué Analyse et mesure de performances du calcul distribué Mohsine Eleuldj Département Génie Informatique, EMI eleuldj@emi.ac.ma CruCID Workshop, EMI, Rabat, 5 au 7 juillet 1999 Motivation Types d applications

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Nicolas Mordant Laboratoire de Physique Statistique 6 Novembre 2007 Compte-rendu de Luc Deike et Stéphanie Couvreur Introduction Les mouvements

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes

Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes CNES Paris - 22/05/2003 Atelier «Très Haute Résolution Spatiale» Outils pour la reconnaissance des formes Michel DHOME LASMEA UMR 6602CNRS/UBP Clermont-Ferrand Etat de l art (communauté vision artificielle)

Plus en détail

Partie I : Implantation d un réseau de neurones RBF sur des systèmes embarqués : la détection et la reconnaissance de visages en temps réel

Partie I : Implantation d un réseau de neurones RBF sur des systèmes embarqués : la détection et la reconnaissance de visages en temps réel 1 Partie I : Implantation d un réseau de neurones RBF sur des systèmes embarqués : la détection et la reconnaissance de visages en temps réel F.Yang M.Paindavoine GDR-ISIS 20 Janvier 2005 Paris 2 Plan

Plus en détail

Laboratoire 4: L analyse spectrale et le filtrage par transformée de Fourier

Laboratoire 4: L analyse spectrale et le filtrage par transformée de Fourier Université du Québec à Montréal Département d Informatique MIC4220 Traitement numérique des signaux Laboratoire 4: L analyse spectrale et le filtrage par transformée de Fourier But Familiarisation avec

Plus en détail

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique Les sections 6 et 7 du ComitéNational de la RechercheScientifique (CoNRS) Frédérique Bassino et Michèle Basseville Plan Le comité national Les missions des sections Les sections 6 et 7 Le comiténational

Plus en détail

CABAT CAlcul de Bruit Ambiant de Trafic

CABAT CAlcul de Bruit Ambiant de Trafic CABAT CAlcul de Bruit Ambiant de Trafic Présentation Division HOM (Hydrographie, Océanographie, Météorologie militaires) Centre de Fusion de Données Cellule Acoustique Sous-Marine : CELASM Mission de la

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Modélisation multi-agents - Agents réactifs

Modélisation multi-agents - Agents réactifs Modélisation multi-agents - Agents réactifs Syma cursus CSI / SCIA Julien Saunier - julien.saunier@ifsttar.fr Sources www-lih.univlehavre.fr/~olivier/enseignement/masterrecherche/cours/ support/algofourmis.pdf

Plus en détail

Délégation GPU des perceptions agents : application aux boids de Reynolds

Délégation GPU des perceptions agents : application aux boids de Reynolds Délégation GPU des perceptions agents : application aux boids de Reynolds JFSMA 2015 LIRMM - Université de Montpellier - CNRS Emmanuel Hermellin, Fabien Michel {hermellin, fmichel}@lirmm.fr Mercredi 1

Plus en détail

La Ville Numérique : un outil innovant pour faciliter la mise en débat

La Ville Numérique : un outil innovant pour faciliter la mise en débat La Ville Numérique : un outil innovant pour faciliter la mise en débat Souheil SOUBRA CSTB Responsable de la division MOD-EVE (Modélisation des phénomènes physiques & Environnements Virtuels Enrichis)

Plus en détail

Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des plate-formes et application aux incertitudes. 1. Présentation de l outil métier : Système Mascaret

Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des plate-formes et application aux incertitudes. 1. Présentation de l outil métier : Système Mascaret Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des platesformes et application aux incertitudes N.Goutal E. Demay EDF R&D Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des plate-formes et application

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Tony FEVRIER Aujourd hui! Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation

Plus en détail

LA REALITE VIRTUELLE ET LA REALITE AUGMENTEE POUR L APPRENTISSAGE DANS LE DOMAINE DU TRANSPORT

LA REALITE VIRTUELLE ET LA REALITE AUGMENTEE POUR L APPRENTISSAGE DANS LE DOMAINE DU TRANSPORT LA REALITE VIRTUELLE ET LA REALITE AUGMENTEE POUR L APPRENTISSAGE DANS LE DOMAINE DU TRANSPORT FINALITE DE LA REALITE VIRTUELLE permettre à une ou plusieurs personnes des activités sensori-motrices et

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Présentation du laboratoire Verimag Vérification et langages synchrones

Présentation du laboratoire Verimag Vérification et langages synchrones Présentation du laboratoire Verimag Vérification et langages synchrones Mathias Péron journée des doctorants de MSTII Le laboratoire Verimag domaine logiciels et systèmes temps réel critiques. tutelles

Plus en détail

Utilisation de l'outil GATeL pour l'évaluation des tests de logiciels critiques à l'irsn

Utilisation de l'outil GATeL pour l'évaluation des tests de logiciels critiques à l'irsn Journée SEE "Certification et méthodes formelles" Utilisation de l'outil GATeL pour l'évaluation des tests de logiciels critiques à l'irsn ONERA Toulouse, 3 février 2004 Jean Gassino (jean.gassino@irsn.fr).

Plus en détail

Reconnaissance d'activités en environnement intelligent. Dominique Vaufreydaz Équipe PRIMA Inria/Université Pierre Mendès-France

Reconnaissance d'activités en environnement intelligent. Dominique Vaufreydaz Équipe PRIMA Inria/Université Pierre Mendès-France Reconnaissance d'activités en environnement intelligent Dominique Vaufreydaz Équipe PRIMA Inria/Université Pierre Mendès-France Reconnaissance d'activités en environnement intelligent Dominique Vaufreydaz

Plus en détail

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Hasard cause fictive de ce qui arrive sans raison apparente ou explicable (Petit Robert). Ce

Plus en détail

Animation Phénoménologique de la Mer une approche énactive. Marc Parenthoën

Animation Phénoménologique de la Mer une approche énactive. Marc Parenthoën Université de Bretagne Occidentale Mémoire de thèse École Doctorale SMIS, spécialité : Informatique Animation Phénoménologique de la Mer une approche énactive Mots clés : modélisation, autonomisation,

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

L ACOUSTIQUE : L ÉTUDE DE LA PHYSIQUE DU SON

L ACOUSTIQUE : L ÉTUDE DE LA PHYSIQUE DU SON L ACOUSTIQUE : L ÉTUDE DE LA PHYSIQUE DU SON Société Française d Acoustique (SFA) Section Grand Nord Ouest (GNO) Salle Jean Noël Decarpigny Institut Supérieur de l Électronique et du Numérique (ISEN) Agenda

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire

Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire Construction d un Modèle Numérique de Terrain par stéréoscopie aérienne ou satellitaire UMR TETIS Cemagref-CIRAD-ENGREF PLAN 1. IMAGES AERIENNES ET SATELLLITALES a) Images sources pour les MNT b) Modes

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques IFT 6561 Simulation: aspects stochastiques DIRO Université de Montréal Automne 2013 Détails pratiques Professeur:, bureau 3367, Pav. A.-Aisenstadt. Courriel: bastin@iro.umontreal.ca Page web: http://www.iro.umontreal.ca/~bastin

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Campagne de mesure de houle/courant en Méditerranée Orientale Déroulement et résultats. Agnès Robin, Michel Paillard, Marc Prevosto

Campagne de mesure de houle/courant en Méditerranée Orientale Déroulement et résultats. Agnès Robin, Michel Paillard, Marc Prevosto Campagne de mesure de houle/courant en Méditerranée Orientale Déroulement et résultats. Agnès Robin, Michel Paillard, Marc Prevosto IFREMER Centre de Brest - DITI/GO/SOM Résumé Une instrumentation de mesure

Plus en détail

Télé-formation et films pédagogiques. numériques sur les technologies médicales

Télé-formation et films pédagogiques. numériques sur les technologies médicales Télé-formation et films pédagogiques numériques sur les technologies médicales Alain Donadey, Claire Imbaud, François Langevin Université de Technologie de Compiègne - France alain.donadey@utc.fr Journées

Plus en détail

DES ENJEUX POUR L ENSEMBLE DES ACTEURS MARITIMES

DES ENJEUX POUR L ENSEMBLE DES ACTEURS MARITIMES LES ENERGIES MARINES RENOUVELABLES DES ENJEUX POUR L ENSEMBLE DES ACTEURS MARITIMES Source : Vertiwind Source : Rotec Eng Source : Carnegie Source : DCNS Etat de l art du marché des EMR Antoine RABAIN

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA)

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA) Esterina Masiello Institut de Science Financière et d Assurances Université Lyon 1 Premières Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 En résumé... Modèle classique de la théorie de la ruine

Plus en détail

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18 SOMMAIRE CHAPITRE 1 INTRODUCTION I Définition du projet et de la gestion de projets. 7 I.1 Définition du projet. 7 I.2 Définition de la gestion des projets. 10 I.3 Interaction formulation - résolution

Plus en détail

Plan de cours. Approfondir les connaissances de l étudiante ou de l étudiant en infographie;

Plan de cours. Approfondir les connaissances de l étudiante ou de l étudiant en infographie; Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Plan de cours Diplôme de développement du jeu vidéo (2 ième cycle) Cours : INF 776 Synthèse d images et animation 3D Trimestre

Plus en détail

Génération aléatoire de structures ordonnées

Génération aléatoire de structures ordonnées Génération aléatoire de structures ordonnées Olivier Roussel Équipe APR Laboratoire d Informatique de Paris 6 Université Pierre et Marie Curie ALÉA 2011 7 mars 2011 Olivier Roussel (LIP6) Génération de

Plus en détail

APPLICATION DE LA RECHERCHE OPÉRATIONNELLE DANS DES APPLICATIONS OPÉRATIONNELLES FRANCIS SOURD SNCF INNOVATION & RECHERCHE

APPLICATION DE LA RECHERCHE OPÉRATIONNELLE DANS DES APPLICATIONS OPÉRATIONNELLES FRANCIS SOURD SNCF INNOVATION & RECHERCHE APPLICATION DE LA RECHERCHE OPÉRATIONNELLE DANS DES APPLICATIONS OPÉRATIONNELLES FRANCIS SOURD SNCF INNOVATION & RECHERCHE INAUGURATION DE L INSTITUT HENRI FAYOL 17/05/2013 DE L OPTIMISATION MATHEMATIQUE

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003 LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 00 ) LES PROGRAMMES a) Le cadre général L arrêté du 8 juin 00 comporte trois annexes, notamment l annexe donnant l intégralité des modules permettant

Plus en détail

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique Télécom ParisTech, 09 mai 2012 http://www.mathematiquesappliquees.polytechnique.edu/ accueil/programmes/cycle-polytechnicien/annee-1/

Plus en détail

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132 Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs ff p. 129 à 132 Fondamentaux Peut être organisé en intra-entreprise Introduction à la modélisation & la simulation des GMP & du contrôle 5 Jours

Plus en détail

SEMESTRE S1. Intitulé et descriptif des U.E. Coef Crédits Discipline A : Mathématiques Mathématiques Outils mathématiques Discipline B :

SEMESTRE S1. Intitulé et descriptif des U.E. Coef Crédits Discipline A : Mathématiques Mathématiques Outils mathématiques Discipline B : SEMESTRE S Intitulé et descriptif des U.E. Coef Crédits Discipline A : Mathématiques Mathématiques Discipline B : 0 0 Biologie Biologie Chimie Chimie Géologie Géologie Informatique Informatique Physique

Plus en détail

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur INFORMATIQUE

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur INFORMATIQUE Libellé long UE Crédits ECTS Semestre 5 INFO51 13 Initiation à l'informatique Introduction à la Programmation Logiciel de Base Mathématiques Algèbre Logique INFO52 12 Analyse Applications de l'algèbre

Plus en détail