NOTE D INFORMATION : LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE (ALUR)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE D INFORMATION : LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE (ALUR)"

Transcription

1 NOTE D INFORMATION : LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE (ALUR) - Document de synthèse L UNION DES MAIRES DE L OISE MAI 2014 Page 1 sur 20

2 Sommaire Avant propos... 3 I. Le renforcement du rôle des intercommunalités en matière de politique de l habitat et d aménagement du territoire La volonté législative de faire des EPCI les acteurs uniques en terme d aménagement du territoire Les EPCI référents en terme de politique d habitat... 6 a. Les transferts des pouvoirs de police spéciaux du Maire en matière de lutte contre l habitat indigne.. 6 b. Une information accrue en matière d offres de logements sociaux à destination des EPCI... 6 II. Une clarification importante dans la «hiérarchie des normes» des documents d urbanisme Le SCOT comme vecteur de la planification stratégique au niveau du territoire Une mise en conformité des autres documents d urbanisme : vecteur de cohérence sur le territoire La lutte contre l étalement urbain et la préservation de l environnement : des objectifs affichés dans la mouvance de la loi SRU et de la loi dite «Grenelle n 2»... 9 a. La préservation des espaces agricoles et naturelles : une nécessité réaffirmée dans le droit fil de la loi Grenelle b. La politique de densification urbaine au service de la lutte contre l étalement urbain III. Un retrait de l Etat confirmé par la loi ALUR en matière d autorisation et déclarations d urbanisme IV. Une rénovation en profondeur de certaines dispositions foncières Un rôle de l intercommunalité renforcé en terme de droit de préemption urbain Le renforcement du rôle des établissements publics fonciers a. Les Etablissements Publics Fonciers b. Les Etablissements Publics Fonciers Locaux V. Focus sur certaines dispositions de la loi à retenir Conclusion Annexe Avenir des dispositifs ATESAT et ADS Page 2 sur 20

3 Avant propos La loi n du 24 mars 2014 pour l Accès au logement et un urbanisme rénové dite loi ALUR ou loi DUFLOT, promulguée le 26 mars 2014 au Journal Officiel s inscrit dans l esprit des dernières réformes en vigueur et notamment la loi n portant Engagement National pour l Environnement dite loi Grenelle n 2. En effet, cette même loi a pour but de réguler les dysfonctionnements du marché, protéger les propriétaires, les locataires et permettre l accroissement de l offre de logements dans des conditions respectueuses des équilibres des territoires. Concernant le secteur local, la loi ALUR a des conséquences importantes sur le territoire sur lesquelles il conviendra de revenir et notamment le renforcement du rôle de l intercommunalité. Après de longs débats et de vives critiques des sénateurs ainsi que la réunion de la commission mixte paritaire, il a été inscrit dans le texte de loi que les EPCI se voient transférer, dans un délai de trois ans les compétences en matière de Plan Local d Urbanisme (PLU). En parallèle, cette loi vient harmoniser les documents en matière d urbanisme et clarifier la «hiérarchie des normes» dans ce domaine en faisant du SCOT le document de référence en matière de planification stratégique au niveau d un bassin de vie. Pour ce faire, il devient le document stratégique en matière d aménagement commercial et devra comprendre un document d orientation en matière économique et commerciale, en définissant les implantations les plus pertinentes des commerces et en maintenant le commerce de proximité. La loi ALUR revient sur quatre grandes thématiques : - L accès à tous à un logement digne et abordable - La lutte contre l habitat indigne et les copropriétés dégradées - La volonté d améliorer la lisibilité et l efficacité des politiques publiques du logement - La modernisation des documents de planification et d urbanisme. Elle vient donc réformer en profondeur le droit de l urbanisme. Il conviendra de revenir en détails sur les principales incidences de cette dernière sur les collectivités territoriales et leurs groupements. Dans ce sens, c est principalement la partie relative à la modernisation des documents de planification et d urbanisme qui sera évoquée dans cette même note d information. Cette dernière se veut simple et accessible et n a pas pour objet de rentrer dans l ensemble des détails techniques. Page 3 sur 20

4 I. Le renforcement du rôle des intercommunalités en matière de politique de l habitat et d aménagement du territoire 1. La volonté législative de faire des EPCI les acteurs uniques en terme d aménagement du territoire Les différentes étapes de la décentralisation française n ont cessé de renforcer le rôle et les compétences des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) à travers le temps. Mais c est sans nul doute la loi du 16 décembre qui est venue donner un rôle prépondérant à l intercommunalité dans le paysage institutionnel français. De fait et ce dans un souci de mutualisation des moyens et des compétences, cette loi avait pour objectif de rationnaliser la carte intercommunale et apporter de la cohérence sur le territoire. Après plusieurs mois de travail et de concertation entre les élus locaux, il n existe plus aujourd hui de communes isolées et donc non intégrées dans des groupements de communes. De fait, la loi ALUR s engage dans cette même démarche et souhaite quant à elle favoriser une gestion et un suivi de l aménagement du territoire au niveau intercommunal. A cet effet et ce dans un délai maximum de trois ans, toutes les communes et Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) vont devoir se pencher sur la question du transfert de la compétence PLU 2 après une discussion au sein du conseil communautaire. Pour ce faire, dès l année 2017, la compétence PLU devra être transférée. Le cas échéant, la compétence sera transférée de plein droit à l EPCI. Sauf : - S il existe une minorité de blocage d au moins 25% des conseils municipaux, représentant t au moins 20% de la population (article n 136 de la loi). Il est également possible d effectuer le transfert de la compétence dès la publication de la loi 3 si cela ne pose pas d opposition majeure au sein du conseil communautaire. Enfin, il est précisé que le président après le passage de ce délai de trois ans sans prise de décision pourra lancer un débat au sein du conseil communautaire. Les communes disposeront d un délai de trois mois de la même façon pour se prononcer pour ou contre le projet. 1 Loi n du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales, JORF n 0292 du 17 décembre 2010 page texte n 1. 2 Voir dans ce sens article n 136 de la loi ALUR. 3 Voir dans ce sens article du CGCT. Page 4 sur 20

5 En synthèse, cela signifie : Pour les communes : - En cas de transfert de la compétence, elles ne sont plus directement et unilatéralement décisionnaires dans le cadre du PLU. A titre d exemple, en cas de révision ou modification du PLU, c est l EPCI qui sera désormais compétent en collaboration 4 (et non plus concertation) avec l ensemble des communes membres ; - Les communes seront dorénavant associées à la réflexion en matière d urbanisme dans une conférence intercommunale des maires, prévue à cet effet. Ce travail de collaboration nécessitera donc un travail commun entre l ensemble des membres, représentés au sein de la conférence intercommunale des maires. Il ne s agira plus simplement d une prise d avis effectuée par l exécutif de l intercommunalité. Pour les EPCI : - Ils deviennent compétent dans l élaboration du PLU à l échelle du territoire de compétence. Dans ce sens, l objectif recherché est celui de mettre en place un document structurant à l échelle d un bassin de vie et non plus simplement d une commune. Cependant, il est important de préciser une nouvelle fois que l élaboration du PLUi devra se faire en étroite collaboration avec les communes membres. A retenir en cas d évolution du périmètre de l EPCI : - Dès lors que des procédures sont engagées à l échelle communale, le nouvel EPCI pourra les achever, dans un délai de deux ans, sur le périmètre initial si le débat sur le PADD a déjà eu lieu. - Lorsque des procédures sont engagées au moment de la fusion ou de l intégration et qu il est souhaité les étendre à tout le territoire, cela s avère possible si le débat sur le PADD n a pas eu lieu et ce dans un délai de deux ans. - Lorsqu il n y a pas de procédures en cours au moment de l évolution, l obligation de couvrir le territoire n est effective qu au moment de la révision des documents d urbanisme. - Dans tous les cas, le PLU doit être révisé dans un délai de 9 ans après son approbation ou sa révision. Si le PLU tient lieu de PLH, ce délai est réduit à six ans. Cette mesure est applicable de plein droit dès le 1 er juillet Voir dans ce sens, article n 137 de la loi ALUR. Page 5 sur 20

6 2. Les EPCI référents en terme de politique d habitat L intercommunalité devient référente en terme de politique de l habitat. Pour ce faire, deux éléments importants de la loi sont à mettre en exergue : a. Les transferts des pouvoirs de police spéciaux du Maire en matière de lutte contre l habitat indigne En matière de lutte contre l habitat indigne, l article n 65 de la loi précise que les maires des communes membres d un EPCI devront transférer au président d EPCI, dans un délai de six mois, leurs pouvoirs de police spéciaux afférents au péril et à la sécurité des équipements communs et des immeubles collectifs recevant du public. Cependant au même titre que les pouvoirs de police spéciaux assainissement, gestion des déchets, qui devaient être transférés suite à la loi du 16 décembre 2010 dite RCT, les maires disposeront, individuellement, d un délai de six mois pour s opposer à ce transfert s ils le souhaitent. En cas de nombreux refus, le président d EPCI pourra renoncer à l exercice des pouvoirs de police spéciaux relatifs au péril et à la sécurité des équipements communs et des immeubles collectifs recevant du public. L objectif étant à terme de faire du président d EPCI l autorité détenant l ensemble de la compétence en matière d habitat et d aménagement du territoire. b. Une information accrue en matière d offres de logements sociaux à destination des EPCI Une volonté importante, mise en avant à plusieurs reprises par la Ministre était celle d avoir une plus grande transparence et une plus grande lisibilité quant à l offre de logement sociaux sur le territoire. Loin des ambitions initiales du projet de loi, la loi en elle-même offre cependant un cadre nouveau dans lequel les communautés vont avoir un rôle à jouer : - La mise en place d un système national d enregistrement, permettant de centraliser toutes les demandes de logement social présentées par un demandeur. - La création d un système commun d instruction des dossiers de demande de logement social. Il s agira de mettre en œuvre une véritable coordination entre les services communaux et intercommunaux. - Par la même, il est précisé dans le corps de l article n 97 de la loi ALUR que : «Tout établissement public de coopération intercommunale doté d'un programme local de l'habitat approuvé peut créer une conférence intercommunale du logement qui Page 6 sur 20

7 rassemble, outre les maires des communes membres de l'établissement, le représentant de l'etat dans le département, des représentants des bailleurs sociaux présents dans le ressort territorial de l'établissement public de coopération intercommunale, des représentants du département, des représentants de tout organisme titulaire de droits de réservation, des représentants locaux des associations de locataires siégeant à la Commission nationale de concertation ( )» L objectif de cette conférence étant de recenser les besoins en matière de logements sociaux, répondre aux besoins et répertorier ces derniers sur le territoire. La loi s appuie donc sur les communautés et renforce leurs compétences dans le domaine de l habitat. Les principales mesures citées dans la loi sont notamment : - La création d observatoires locaux de loyers à l initiative des communautés et métropoles ; - Le rattachement des offices publics d habitat communaux aux communautés (à compter de 2017) et, dans un délai de quatre ans, à partir de la prise de la compétence habitat par la communauté. A défaut, le préfet prononcera automatiquement le rattachement ; - Les différentes dispositions donnant aux communautés des moyens d action renforcés dans le cadre du redressement des copropriétés en difficulté ; - La possibilité pour la communauté de délimiter des zones soumises à autorisation préalable de mise en location sur les territoires présentant une proportion importante de logements dégradés. L intercommunalité devient donc en lien avec la loi ALUR le référent en terme de politique de l habitat et le dépositaire dans les années à venir de la politique d aménagement du territoire. Page 7 sur 20

8 II. Une clarification importante dans la «hiérarchie des normes» des documents d urbanisme Un des autres objectifs importants de la loi est de limiter le nombre de documents d urbanisme et les rendre compatible au PLUi et SCOT. La cohérence apparait comme une volonté première au regard d une pluralité de documents d urbanisme présents sur le territoire. 1. Le SCOT comme vecteur de la planification stratégique au niveau du territoire. Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est donc réaffirmé dans le cadre de cette loi comme l outil de planification stratégique au niveau du bassin de vie. En effet, l objectif de la réforme est d avoir un outil permettant d organiser le territoire tant sur le point de vue de la valorisation du patrimoine, la gestion des espaces, la valorisation de la mixité sociale ou bien encore la lutte contre l étalement urbain. Crée par la loi SRU du 13 décembre 2000, avec comme objectif premier d harmoniser la politique d aménagement sur le territoire, il devient le seul document (à l exception du Plan Local de l Habitat et du Plan de Développement Urbain) opposable au PLU. Il est ainsi demandé de mettre en compatibilité, un PLU ou une carte communale au SCOT, dans un délai de trois ans 5, qui court à partir de la date à laquelle le SCOT doit subir une révision considérée comme nécessaire. Cette disposition entrera en vigueur au 1 er juillet Il est à noter qu une charte de Parc Naturel Régional (PNR) vaut SCOT dès lors qu elle comprend un chapitre individualisé comprenant un rapport de présentation, un PADD et une information sur les objectifs et orientations. La loi ALUR, afin de favoriser la généralisation du SCOT à l ensemble des territoires vient également limiter la constructibilité dans les zones qui ne disposeront pas de cet outil 6. Le but de la loi est d étendre le SCOT à plusieurs territoires intercommunaux et ne peut plus le circonscrire simplement au territoire d un seul EPCI. A compter du 1 er juillet 2014, il ne sera plus possible d arrêter un périmètre de SCOT à l échelle d un seul EPCI hormis volonté de mettre en œuvre un PLUi faisant office de SCOT. 5 Articles 131 et suivants de la loi ALUR. 6 Voir dans ce sens, article L du Code de l Urbanisme. Page 8 sur 20

9 2. Une mise en conformité des autres documents d urbanisme : vecteur de cohérence sur le territoire. Nombreux sont les documents d urbanisme qui subsistent depuis plusieurs années et continuent à jouer un rôle. La loi ALUR souhaite ainsi les supprimer ou les rendre rapidement compatibles aux documents cités que sont le PLU et le SCOT. Dans ce sens, plusieurs documents d urbanisme vont connaitre des évolutions comme suit : - Le Plan d Occupation des Sols ou POS,, créé par la loi n dite «d orientation foncière» (LOF) sera supprimé avant le 31 décembre Pour ce faire, une révision de ce dernier doit être entreprise dans chaque collectivité afin de les transformer en PLU. Au-delà du 31 décembre 2015, le POS sera considéré comme caduc et ce sont les dispositions du Règlement National d Urbanisme (RNU) qui deviendront applicables sur le territoire concerné. - La carte communale,, dont les premières ont vu le jour dans les années 1970 doivent quant à elles évoluer 8. Pour ce faire, les cartes communales qui sont modifiées dans le périmètre d un EPCI seront immédiatement de sa compétence. Elles feront par la même l objet d une évaluation environnementale dès lors qu elles pourraient avoir des incidences dans ce domaine. L objectif étant à terme de les faire disparaitre au profit du PLUi. 3. La lutte contre l étalement urbain et la préservation de l environnement : des objectifs affichés dans la mouvance de la loi SRU et de la loi dite «Grenelle n 2» Dans la lignée de la loi dite de Solidarité et de Renouvellement Urbains 9 ainsi que la loi dite Grenelle n 2 10, la loi ALUR vient lutter contre deux phénomènes importants. - La consommation de terres agricoles et naturelles ; - L étalement urbain. Il est important de préciser en amont de cette partie que c est également en modernisant les documents d urbanisme que la loi ALUR souhaite lutter contre ces deux problématiques majeurs. 7 Voir dans ce sens, article n 135 de la loi ALUR. 8 Voir dans ce sens, article n 133 de la loi ALUR. 9 Loi n du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains. 10 LOI n du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement. Page 9 sur 20

10 a. La préservation des espaces agricoles et naturels 11 : une nécessité réaffirmée dans le droit fil de la loi Grenelle 2 Plusieurs mesures sont adoptées afin de préserver l environnement et limiter la constructibilité sur les zones agricoles : - Encadrer davantage le «pastillage» : Cette technique consiste à rendre des zones de taille plus ou moins importantes constructibles dans des zones agricoles. A cet effet, la loi ALUR vient limiter le pastillage. Pour ce faire, ce dernier sera soumis à avis à la Commission Départementale de Consommation des Espaces Agricoles 12 (CDCEA) 13. Cet avis sera réputé favorable sans réponse dans les trois mois suivant la demande. Il est important de préciser que l avis du Préfet est supprimé. - Encadrer l évolution et la potentielle constructibilité des zones IIAU : Pour ce faire, dans un délai de neuf ans, prenant comme date de référence la promulgation de la loi ou aucun projet ou opération foncière significative n a été menée sur la zone concernée, une révision du document d urbanisme sera obligatoire pour rendre la zone IIAU constructible. - Encadrer les dérogations au principe de constructibilité limitée prévues dans le Règlement National d Urbanisme : Cette possibilité est très limitée pour ne pas dire infime dans la loi. Une fois de plus, ces dérogations pourront être soumises à la CDCEA pour avis. b. La politique de densification urbaine au service de la lutte contre l étalement urbain 14 C est sans nul doute dans le domaine de la densification urbaine que la loi ALUR vient apporter des éléments d évolution très importants. Auparavant, il était fréquent de trouver des règles très strictes dans les cahiers des charges des lotissements empêchant de construire et densifier les parcelles dudit lotissement. De fait, nombreux sont les lotissements où il est possible de constater des espaces vides importants et des déperditions importantes dans chaque parcelle, conséquence d un étalement urbain inévitable. La loi s est donc insurgée contre cette situation et a voulu mettre en place des préconisations lourdes de sens dans ce domaine : 11 Article n 139 de la loi ALUR. 12 Cette commission a été créée très récemment par la loi de modernisation de l agriculture du 27 juillet 2010 (LMAP). 13 Article n 140 de la loi ALUR. 14 Articles n 139 et 140 susnommés. Page 10 sur 20

11 - Tout d abord, il est maintenant demandé à ce que les documents d urbanisme contiennent des orientations précises en terme de densification et de mutation des espaces ; - Le PLU devra indiquer dans son rapport de présentation une analyse de la densification et de la mutation des espaces bâtis prenant en compte les formes architecturales et urbaines ainsi que la situation urbaine du territoire. Il devra impérativement mettre en exergue des objectifs de lutte contre l étalement urbain. - Le Coefficient d Occupation des Sols (COS) est supprimé 15. L article R du Code de l Urbanisme le définit comme l outil qui «détermine la densité de construction admise est le rapport exprimant le nombre de mètres carrés de surface de plancher ou le nombre de mètres cubes susceptibles d'être construits par mètre carré de sol.» Aujourd hui, il n y a donc plus de densité minimale admise pour une construction. - Les tailles minimales de parcelles sont également supprimées (article n 158 idem). - Enfin, sans rentrer dans les détails, le règlement du PLU va dans le sens d une plus grande clarté permettant de lutter contre l étalement du bâti, les zones de stationnement trop importante ( ). 15 Article n 158 de la loi ALUR. Page 11 sur 20

12 III. Un retrait de l Etat confirmé par la loi ALUR en matière d autorisation et déclarations d urbanisme. En lien avec un retrait de l Etat de plus en plus important depuis l avènement des premières lois de décentralisation, la question de l urbanisme n échappe pas à la règle. De fait, la loi ALUR vient confirmer le retrait des services de la Direction Départementale du Territoire (ex Direction Départementale de l Equipement) dans différents domaines. - Droit des sols ; - Déclarations et autorisations de construire ; L article n 134 de la loi ALUR vient donc consacrer ce retrait de l Etat. Cela signifie simplement que les maires des communes et présidents d EPCI, ayant élaboré une carte communale avant la date de publication de la loi ALUR se verront transférer la compétence dès le 1 er janvier Cette disposition marque un désengagement de l Etat de la compétence en matière d autorisations d urbanisme sans déterminer quels seront les moyens financiers mis à disposition des communes et EPCI pour faire face à cette nouvelle charge. Il est simplement précisé dans la loi ALUR que : «Un rapport du Gouvernement au Parlement sur les aides techniques de l'etat aux collectivités territoriales en matière d'urbanisme, de gestion du foncier et d'aménagement du territoire est remis au plus tard le 1er janvier 2015.» En parallèle, les conventions de mise à disposition des services de l Etat sont drastiquement réduites. Le seuil de moins habitants passe à moins de habitants. A ce titre, seules les communes de moins de habitants, membres d un EPCI de moins de habitants pourront bénéficier d une convention de mise à disposition ainsi que les communautés de moins de habitants. Un délai d un an supplémentaire sera accordé en cas de dépassement du seuil de habitants et ce en cas de création d un EPCI après le 1 er juillet Un rapport devra être adressé au Parlement sur la suite et la fin de ces conventions avant le 1 er janvier 2015 et sur l avenir des dispositifs ATESAT 16. Commentaires : On peut légitimement s inquiéter, d un tel bouleversement de la situation dans le domaine des conventions de mise à disposition devant s appliquer dans les mois à venir sans que les collectivités ne disposent du temps nécessaire mais aussi et surtout des moyens nécessaires pour faire face à ces nouvelles charges et compétences. 16 Assistance Technique fournie par l'état pour des raisons de Solidarité et d'aménagement du Territoire. Voir également annexe n 1 dans ce sens. Page 12 sur 20

13 Il est possible de penser que les communes membres des EPCI puissent se réunir collégialement afin d évoquer la mise en place de services spécialisés dans le conseil, l accompagnement et la mise en place des autorisations et déclarations d urbanisme afin d aider les collectivités à faire face à ce retrait de l Etat. Ces services pourraient être financés soit directement par les ressources propres de l EPCI ou de façon mixte par une participation des communes membres es et les ressources de l EPCI. Enfin, reste en suspens la question de la compensation financière du retrait des services de l Etat et de l exercice de cette compétence par les collectivités concernées. Cette question devrait être évoquée au début de l année Page 13 sur 20

14 IV. Une rénovation en profondeur de certaines dispositions foncières Dernier point important, la loi ALUR vient rénover quelques dispositions foncières préexistantes parmi lesquels nous reviendrons sur : - Le droit de préemption urbain ; - Les Etablissements Publics. Il convient de revenir sur ces derniers et mettre en avant les évolutions apportées. 1. Un rôle de l intercommunalité renforcé en terme de droit de préemption urbain 17 Crée par la loi «Galley 18», portant réforme de la politique foncière, le droit de préemption urbain a pour but de donner priorité à la puissance publique dans l acquisition d un bien foncier ou immobilier sur le point d être vendu. Il suffit pour la collectivité territoriale de s exprimer avant que la vente ne soit conclue. De fait, à titre d exemple, dans le cas de projets importants comme la création d un centre ville, la commune peut acquérir des bâtiments se situant dans le périmètre de création. Plusieurs évolutions sont à noter : - La loi ALUR affirme le rôle des intercommunalités en terme de droit de préemption. Dans ce sens, les EPCI à fiscalité propre deviennent compétents de plein droit en terme de Droit de Préemption Urbain (DPU) dès lors qu ils disposent de la compétence PLU. - De la même façon, les EPCI compétents en matière de DPU peuvent créer des zones d aménagements différés (ZAD) 19, après avis des communes incluses dans le périmètre de la ZAD. Il est important de préciser qu en cas de création de ZAD, l avis de la commune est systématiquement requis. - Le champ d application du droit de préemption est élargi. C est le cas de la cession de la majorité des parts d une SCI (autre que familiale) par exemple. Par la même, l exercice du DPU est facilité. Il est ainsi possible d utiliser le droit de préemption à 17 Article n 149 et suivants de la loi ALUR. 18 Loi n du 31 décembre 1975, portant réforme de la politique foncière. 19 Ce sont des secteurs où les collectivités locales, groupements ou Société d Economie Mixte y ayant vocation et titulaire d une convention d aménagement, dispose d un droit de préemption sur toutes les ventes et cessions à titre onéreux de biens immobiliers ou droits sociaux. Page 14 sur 20

15 d autres fins que celles mentionnées dans le code de l urbanisme, dès lors qu il est proposé d en faire la cession à l ancien propriétaire ou le propriétaire évincé. 2. Le renforcement du rôle des établissements publics fonciers a. Les Etablissements Publics Fonciers L article n 68 de la loi ALUR met en avant la volonté de créer plus facilement des Etablissements Publics Fonciers (EPF). Dans ce sens, la création d un EPF qui se superposerait à un autre EPF existant est simplement soumise à l accord des EPCI et des communes du périmètre non concerné. Toujours dans cet objectif de lutte contre l étalement urbain et la préservation des ressources naturelles et des terres agricoles, les établissements peuvent passer des conventions avec les SAFER 20. b. Les Etablissements Publics Fonciers Locaux Les établissements publics fonciers locaux voient également leurs rôles renforcés 21. Dans ce sens, ils sont amenés à mettre en place des stratégies foncières à même de mobiliser du foncier et lutter contre l étalement urbain. Enfin, ils peuvent intervenir dans des domaines initialement réservées aux communes et ce dans le cadre de l article L du Code de l Urbanisme. C est le cas de programme de réalisation de logements, constitution de réserves foncières. 20 Société d Aménagement Foncière et d Etablissement Rural. 21 Article n 69 de la loi ALUR. Page 15 sur 20

16 V. Focus sur certaines dispositions de la loi à retenir La loi revient également sur certains points importants qu il convient d évoquer de façon synthétique : L aménagement opérationnel La loi vient créer une Association Foncière Urbaine de Projet (AFUP), avec comme objectif d impliquer les propriétaires publics et privés dans la valorisation d unité foncière et dans un projet urbain plus important. Le Projet Urbain Participatif (PUP) L objet d un PUP est de permettre le développement d opérations privées nécessitant la réalisation d équipements publics en autorisant l opérateur privé à financer ses mêmes équipements. L initiative de l opération (aménagement ou construction) appartient toujours au constructeur ou à l aménageur. L initiative de la convention appartient aussi bien au propriétaire foncier, au constructeur ou à l aménageur, public ou privé. Les sociétés d économie mixte (SEM) ou les collectivités locales peuvent être également à l origine de cette convention. Le PUP ne peut être réalisé que dans les zones du territoire couvertes par un PLU/POS et plus particulièrement dans les zones urbaines ou à urbaniser. La loi ALUR précise en sus de ses dispositions que : «Lorsque des équipements publics ayant vocation à faire l'objet d'une première convention de projet urbain partenarial desservent des terrains autres que ceux mentionnés dans le projet de ladite convention, par décision de leur organe délibérant, la commune ou l'établissement lissement public compétent en matière de plan local d'urbanisme, ou le représentant de l'etat par arrêté, dans le cadre des opérations d'intérêt national, fixe les modalités de partage des coûts des équipements et délimite un périmètre à l'intérieur duquel les propriétaires fonciers, les aménageurs ou les constructeurs qui s'y livrent à des opérations d'aménagement ou de construction participent, dans le cadre de conventions, à la prise en charge de ces mêmes équipements publics, qu'ils soient encore à réaliser ou déjà réalisés, dès lors qu'ils répondent aux besoins des futurs habitants ou usagers de leurs opérations. Les conventions successivement établies peuvent viser des programmes d'équipements publics différents lorsque les opérations de construction attendues dans chaque périmètre de convention ne nécessitent pas les mêmes besoins en équipements.» Cela signifie simplement que le recours au PUP est facilité. Ce dernier peut faire l objet d une discussion en Conseil Municipal. Page 16 sur 20

17 Le Renforcement de la Participation au Public Les articles n 80 à 82 de la loi sont entièrement consacrés à la participation du public. Dans ce sens, plusieurs éléments importants sont mis en avant par la loi : - Tout d abord, dans toutes les communes non couverte par un document d urbanisme comme le PLU/POS, le SCOT ou une carte communale, les projets soumis à permis de construire ou d aménager et étude d impact font l objet d une mise à disposition du public. - Ensuite, le public doit être associé en cas de : Révision des directives territoriales d aménagement et de développement durable ; Enquête publique présentant un intérêt patrimonial ou paysager dans les communes soumises au RNU ou à une carte communale ; Les aménagements légers dans les zones dites littoral. - Enfin, le public peut être amené à participer en amont du dépôt des permis de construire. C est au Conseil Municipal ou au Préfet de décider des critères de soumission à cette concertation. Page 17 sur 20

18 Conclusion La loi ALUR, au regard de l ensemble des éléments mis en avant dans cette note s inscrit dans l esprit des réformes menées depuis plusieurs années et notamment depuis la réforme du 16 décembre 2010 qui vient renforcer le rôle de l intercommunalité dans le paysage institutionnel français. Dans ce sens, on retrouve de façon prégnante le rôle que la loi souhaite donner à l intercommunalité en terme d urbanisme et d aménagement du territoire. Un des articles les plus importants de la loi est sans doute le transfert de la compétence PLU vers l intercommunalité munalité dans un délai de trois ans, prenant naissance à la date de promulgation de la loi. On peut également noter un autre phénomène constant depuis plusieurs années, c est le retrait de l Etat de certains champs de compétence qui lui sont propres. En l espèce, ce dernier se retire de sa mission de conseil et d expertise auprès des collectivités et EPCI de moins de habitants sans donner les moyens humains et financiers, ainsi que le temps suffisant aux collectivités concernés pour faire face à cette charge. Cet aspect constituera un point important de discussion dans les mois à venir. La loi s avère cependant positive au regard d un objectif louable et affiché de lutter contre la multiplicité de documents d urbanisme sur le territoire et sa volonté de donner du sens à la planification mise en place sur le territoire. Enfin, dans un contexte financier contraint et une logique de mutualisation des moyens et des compétences, on peut penser que les années à venir seront consacrées à une collaboration approfondie entre les représentants des communes et les représentants des EPCI afin de donner naissance à une politique d aménagement du territoire concertée et porteuse de projets. Page 18 sur 20

19 Annexe Avenir des dispositifs ATESAT et ADS 14 ème législature Question écrite n de M. Jean-Claude Leroy (Pas-de-Calais - SOC) Publiée dans le JO Sénat du 31/01/ page 313 M. Jean-Claude Leroy attire l'attention de Mme la ministre de l'égalité des territoires et du logement sur l'avenir des dispositifs ATESAT (assistance technique fournie par l'état pour des raisons de solidarité et d'aménagement du territoire) et ADS (application du droit des sols). En effet, ces dispositifs permettent ent aux communes qui ne disposent pas de moyens budgétaires suffisants de bénéficier d'un appui des services de l'état dans des domaines comme l'aménagement de l'habitat ou la voirie. Cette ingénierie publique de solidarité, inscrite dans la loi dite MURCEF n du 11 décembre 2001, s'avère indispensable pour de nombreuses communes, et notamment les plus petites d'entre elles, devant faire face aux problématiques d'urbanisme, d'environnement, d'écologie et de prévention des risques. Or, le désengagement ement continu de l'état sur les missions de l'ads depuis plusieurs années et la diminution programmée du nombre de conventions ATESAT suscitent de nombreuses inquiétudes. La disparition de ces dispositifs laisserait une grande partie des collectivités sans moyens financiers et humains pour assurer ces compétences vitales pour l'aménagement de nos territoires. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer si elle entend prendre des mesures afin d'assurer la pérennité de cette assistance technique pour les collectivités. Réponse du Ministère de l'égalité des territoires et du logement Publiée dans le JO Sénat du 28/03/ page 1026 Le ministère de l'égalité des territoires et du logement a engagé une réforme des missions d'instruction des autorisations ons d'urbanisme et des missions d'ingénierie publique de l'état à destination des collectivités. Cette évolution concerne les missions «ADS» (application du droit des sols), dont bénéficient les collectivités de moins de habitants essentiellement pour l'instruction des autorisations d'urbanisme, ainsi que les missions «ATESAT» (assistance technique de l'état pour des raisons de solidarité et d'aménagement du territoire), qui englobent des prestations d'assistance et de conseil à la gestion des marchés, des travaux de voirie et d'aménagement, sur la base d'une convention entre l'état et la collectivité. Le renforcement des compétences des collectivités, la consolidation des intercommunalités, la structuration de dispositifs d'ingénierie technique et financière au, niveau intercommunal comme départemental ont modifié le partage des tâches entre l'état et les collectivités territoriales. La prise en compte de cette répartition nouvelle, conjuguée aux exigences de la modernisation de l'action publique imposent de repenser l'action de l'état dans les territoires. Le rôle de l'état demeure et demeurera central régulateur, conseiller et garant de l'équilibre des territoires, l'état concentrera désormais prioritairement son soutien aux collectivités en difficulté. iculté. Le ministère de l'égalité des territoires et du logement a donc décidé d'une part de recentrer l'ads sur des missions de solidarité vis-à-vis des communes fragiles du fait de leur Page 19 sur 20

20 petite taille, en proie à des réglementations complexes ou des contraintes normatives lourdes d'autre part, de faire évoluer l'atesat vers des missions de conseil et d'assistance à destination des collectivités qui doivent faire face à des servitudes, des risques, des situations d'urgence ou à la complexité particulière d'un projet. Une nouvelle ligne métier pour cette fonction d'appui renouvelée est en cours de constitution. Cette réforme s'articulera avec la création prochaine d'un établissement public regroupant les meilleurs experts du réseau scientifique et technique de l'état. Des dispositions législatives et réglementaires, actuellement en préparation, permettront, d'ici à la fin de l'année, de transcrire ces évolutions. Page 20 sur 20

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles La loi d accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) modifie l article L. 123-1-5 du code de l urbanisme et supprime le coefficient

Plus en détail

INSET MONTPELLIER 24 JUIN 2014 BIENVENUE

INSET MONTPELLIER 24 JUIN 2014 BIENVENUE INSET MONTPELLIER 24 JUIN 2014 BIENVENUE INSET MONTPELLIER Journée d actualité Loi ALUR : les principales dispositions en matière d urbanisme et d aménagement 2 SOMMAIRE : 1/ Contextualisation et enjeux

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers Direction Territoriale Normandie Centre Septembre 2014 Action Bimby 3.2 : Intégration de la démarche aux outils fonciers et procédures d aménagement Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 3 Février 2010 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados 1- ACTUALITÉ DES DÉCISIONS DU CONSEIL D'ÉTAT Décision du conseil d'etat (CE) n

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Diversités des outils et

Plus en détail

RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS

RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS Présentation de la Convention cadre proposée e aux EPCI et de l él étude de stratégie foncière 1 CONVENTION CADRE OBJECTIFS 2 OBJECTIFS 5 enjeux Impulser une

Plus en détail

Opérations d aménagement

Opérations d aménagement Opérations d aménagement Vendredi 31 mai 2013 Delphine LOUVRIER (CERF Rhône-Alpes) M Aldo SEVINO (Cabinet ASEA) 1 Présentation de l intervention Introduc,on Analyse compara,ve des ou,ls à disposi,on en

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Déroulement de la présentation

Déroulement de la présentation Déroulement de la présentation Panorama des principaux outils de l urbanisme opérationnel - Les outils opérationnels - Les outils de financement Le lotissement communal de la Pointe de Fromentières - Les

Plus en détail

Assurer la mise en œuvre des orientations

Assurer la mise en œuvre des orientations Assurer la mise en œuvre des orientations Pour être efficace, la dynamique générée par la rédaction de la charte doit se poursuivre, après sa signature, au travers de quatre actions : Diffuser la charte

Plus en détail

Les enjeux du mandat intercommunal et la mise en œuvre de la mutualisation des services

Les enjeux du mandat intercommunal et la mise en œuvre de la mutualisation des services Les enjeux du mandat intercommunal et la mise en œuvre de la mutualisation des services L intercommunalité s est généralisée et rationalisée suite à la loi de réforme des collectivités territoriales du

Plus en détail

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités Fiche B2 juin 2013 CETE Nord Picardie Connaître les acteurs du foncier Les établissements publics fonciers locaux (EPFL) Laurent Mignaux/METL-MEDDE Les EPFL sont des établissements publics dont la mission

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique

Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique 1 Réforme de la fiscalité de l aménagement Article 28 de la loi n 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010 (Loi

Plus en détail

UN URBANISME ET UN AMÉNAGEMENT RÉNOVÉS POUR RELANCER LA CONSTRUCTION

UN URBANISME ET UN AMÉNAGEMENT RÉNOVÉS POUR RELANCER LA CONSTRUCTION UN URBANISME ET UN AMÉNAGEMENT RÉNOVÉS POUR RELANCER LA CONSTRUCTION LOI POUR L ACCÈS AU LOGEMENT ET UN URBANISME RÉNOVÉ VOLET URBANISME-AMÉNAGEMENT Sommaire AVANT-PROPOS 4 INTERVIEW CROISÉE 5 01 02 03

Plus en détail

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement LOI ALUR Copropriétés prévention et traitement Ministère Copropriétés les principales dispositions de la loi Alur Prévention de l endettement et de la dégradation Traitement curatif Prévention de l endettement

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

Aucune observation n est formulée et le procès-verbal de la séance du 10 février 2015 est approuvé à l unanimité.

Aucune observation n est formulée et le procès-verbal de la séance du 10 février 2015 est approuvé à l unanimité. Jean Hugues PEYRE à Présents :, Maire, Delphine GREGORI, Véronique SCHUBNEL,,Jonathan Madame le Maire souhaite la bienvenue, remercie tous les membres de leur présence ainsi que les personnes de l assistance,

Plus en détail

Sommaire II- III- IV-

Sommaire II- III- IV- 1 Sommaire I- I-1. Lois encadrant les documents d urbanisme p. 4 I-2. Hiérarchie des normes p. 5 II- II-1. Les questions à aborder p. 8 II-2. Identifier le type de document adapté à la commune p. 9 1.

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Un an après, les avancées d une loi appliquée avec pragmatisme

Un an après, les avancées d une loi appliquée avec pragmatisme Un an après, les avancées d une loi appliquée avec pragmatisme Lundi 23 mars 2015 Contact presse Ministère du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne, 75007 Paris -

Plus en détail

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Compte-rendu La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Présentation par Gérard LERAS Vice-président de la région Rhône-Alpes délégué à la politique foncière Ambilly, 18 janvier 2012

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires Instruction du Gouvernement du 28 Mai 2014 relative au développement de la construction de logement par dérogation aux règles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme (Arrêté n 09-2013 en date du 22 mars 2013 de Monsieur le Maire de WANNEHAIN) CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Administratif

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

On distingue trois grandes périodes dans l'évolution des Agences :

On distingue trois grandes périodes dans l'évolution des Agences : LAgence L Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint Omer : évolution des missions i Colloque «Collectivités territoriales et processus d'urbanisation : Méthodes d'accompagnement et rôles

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Réunion d échanges relative à l organisation des missions d instruction des autorisations d urbanisme

Réunion d échanges relative à l organisation des missions d instruction des autorisations d urbanisme Direction Départementale des Territoires du Cher Réunion d échanges relative à l organisation des missions d instruction des autorisations d urbanisme Sommaire Organisation de l application du droit des

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

«Urbanisme de projet» - Fiche mesure 9 REFORME DE L APPLICATION DU DROIT DES SOLS

«Urbanisme de projet» - Fiche mesure 9 REFORME DE L APPLICATION DU DROIT DES SOLS «Urbanisme de projet» - Fiche mesure 9 REFORME DE L APPLICATION DU DROIT DES SOLS Présentation et description de la mesure Constat / Enjeux L article 25 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009

DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009 DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009 CHAPITRE I : mobilisation des acteurs Les conventions d utilité

Plus en détail

Territoires, compétences et gouvernance

Territoires, compétences et gouvernance Territoires, compétences et gouvernance État des connaissances sur la remise et les taxis Le 4 avril 2012 Agnès Parnaix Tél. : 01 77 49 76 94 agnes.parnaix@iau-idf.fr 1 Sommaire SDCI et périmètres intercommunaux

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Dossier de presse Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion 1 Chapitre premier : Mobilisation des acteurs 1. Qu y a t-il de nouveau?

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 29 septembre 2009 ----------------- Rapporteur : Mme DIOURON ----------------- N 10 CONVENTION DE

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE page 1/8 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PC1. : Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du mercredi 10 Décembre 2014 Après avoir approuvé le compte rendu de la réunion du 12 novembre 2014, le conseil municipal a examiné les dossiers et pris

Plus en détail

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI N 728 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au statut juridique des gens du voyage et à la sauvegarde de leur mode

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement

Réforme de la fiscalité de l aménagement Réforme de la fiscalité de l aménagement Architectes 8 juin 2012 Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme Présentation générale de la réforme Information aux Maires Introduction Une réforme à la fois technique et politique Une réforme, fruit

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS COMMENT PRÉPARER LES DEMANDES? QUELLES SONT LES RÈGLES A RESPECTER? MINISTÈRE DE LA CULTURE

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l'aménagement. Intervenant : Odile Arnau Sabadie Service : SAR/ADS Date : 19 juin 2012

Réforme de la fiscalité de l'aménagement. Intervenant : Odile Arnau Sabadie Service : SAR/ADS Date : 19 juin 2012 Réforme de la fiscalité de l'aménagement Intervenant : Odile Arnau Sabadie Service : SAR/ADS Date : 19 juin 2012 Réforme de la fiscalité de l aménagement Les dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété

Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété Juin 2014 N 18 Edito Numéro spécial loi ALUR La loi n 2014-366 pour l accès au logement et un urbanisme rénové, dite Loi ALUR,

Plus en détail

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire.

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire. Le lundi 28 octobre 2013 à 20h00, réunion du Conseil Municipal suivant convocation du 18 octobre 2013 remise ou envoyée aux conseillers municipaux et affichée ce même jour en mairie. Ordre du jour : -

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

AFFIRMATION DES METROPOLES ET GRAND PARIS

AFFIRMATION DES METROPOLES ET GRAND PARIS AFFIRMATION DES METROPOLES ET GRAND PARIS A PROPOS DE LA LOI DU 27 JANVIER 2014 DE MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE TERRITORIALE ET D AFFIRMATION DES METROPOLES DROIT PUBLIC IMMOBILIER Premier volet

Plus en détail

Fasc. 653-20 II. GESTION DE L'INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D'URBANISME : 1. 7. Délibération relative à l'instruction des autorisations d'urbanisme

Fasc. 653-20 II. GESTION DE L'INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D'URBANISME : 1. 7. Délibération relative à l'instruction des autorisations d'urbanisme Formulaire des Maires Fasc. 653-20 SOMMAIRE PRÉSENTATION GÉNÉRALE I. CERTIFICAT D'URBANISME : 1. 1. Certificat d'urbanisme 2. Certificat d'urbanisme d'information 3. Certificat d'urbanisme détaillé 4.

Plus en détail

3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION 3.2. APERÇU GENERAL DU DEROULEMENT DES TRAVAUX

3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION 3.2. APERÇU GENERAL DU DEROULEMENT DES TRAVAUX 41 3. POLITIQUE FONCIERE (THEME 4) 3.1. RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISSION Le programme de travail 2010-2011 (cf. rapport octobre 2010) comprenait sept points : 1. Comment appliquer une charge d urbanisme

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2013-2018

Programme Local de l Habitat 2013-2018 Programme Local de l Habitat 2013-2018 Fiche-action n 2 Axe 1 : «Assurer et soutenir financièrement une répartition équilibrée de la production sociale» REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES AU LOGEMENT LOGEMENTS

Plus en détail

PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER

PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER Orientations d'aménagement et de Programmation Rapport Agence Urbanités- agence DSM 1 Préambule Dans le cadre de la révision générale du PLU

Plus en détail

Fnasat-Gens du voyage

Fnasat-Gens du voyage Fnasat-Gens du voyage Fédération nationale des associations solidaires d action avec les Tsiganes et Gens du voyage Paris, le 11 mai 2015 59, rue de l Ourcq 75019 Paris Tél. 01 40 35 00 04 Fax 01 40 35

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer pour accélérer les projets de construction (n 1017) présenté par. Mme Annick Lepetit, rapporteure

Projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer pour accélérer les projets de construction (n 1017) présenté par. Mme Annick Lepetit, rapporteure AMENDEMENT N CE 7 Article 1 er A l alinéa 1 er, Substituer au mot : «ordonnance», Les mots : «voie d ordonnances». Amendement rédactionnel. AMENDEMENT N CE 5 A l alinéa 2, Après les mots : «projets d aménagement

Plus en détail

Le permis de construire

Le permis de construire Le permis de construire 2014, N 1 AGGLOMÉRATION D AGEN La demande de Permis de construire La demande de permis de construire doit être effectuée au moyen de l'un des formulaires suivants : Sommaire : La

Plus en détail

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de Mobilisation et valorisation du foncier public Fiche n 3 Sept. 2013 De la comparaison au bilan Méthodes d évaluation des terrains Certu La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du Puits 27950 SAINT PIERRE D AUTILS

MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du Puits 27950 SAINT PIERRE D AUTILS DÉPARTEMENT DE L'EURE - ARRONDISSEMENT D ÉVREUX - CANTON DE VERNON-NORD Tel : 02 32 52 22 17 Fax : 02 32 52 94 97 Email : mairie.saint-pierre.autils wanadoo.fr MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015

EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015 EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015 Le compte-rendu de la réunion précédente est lu et approuvé. Désignation des délégués à Evolis 23 Le Maire rappelle au Conseil Municipal que

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 JUILLET 2011

COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 JUILLET 2011 Tél : 05 49 59 40 44 Fax : 05 49 58 13 68 COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 JUILLET 2011 Le maire certifie avoir convoqué en session extraordinaire le 5 juillet 2011 les membres du conseil

Plus en détail

SYNTHÈSE DES ARTICLES ALUR/HABITATS LÉGERS: Article 59 :

SYNTHÈSE DES ARTICLES ALUR/HABITATS LÉGERS: Article 59 : SYNTHÈSE DES ARTICLES ALUR/HABITATS LÉGERS: Article 59 : Le PLU ou la carte communale doit tenir compte des besoins présents et futurs de l'ensemble des modes d'habitat. Analyses : Points forts : Disparition

Plus en détail

- réduire l émission des gaz à effets de serre

- réduire l émission des gaz à effets de serre ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME DES COMMUNES D AIGUILLON, BAZENS, LAGARRIGUE ET PORT-SAINTE-MARIE (47) REUNION DE PRESENTATION DU DIAGNOSTIC LE 11 JUILLET 2014 ETAIENT PRESENTS Confére feuille d

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REUNION PUBLIQUE DU 8 MARS 2012 Architecte/urbaniste Agence A. Garcia-Diaz Bureau d Etudes Techniques SERI SITUATION

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

Réformes de l urbanisme

Réformes de l urbanisme Réformes de l urbanisme Information des Architectes 8 juin 2012 JC BENOTEAU DDTM 85 1 Les évolutions réglementaires du droit de l urbanisme Nouvelle surface de plancher Modifications diverses de la réglementation

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE Direction départementale des territoires PRÉFET DES HAUTES-ALPES Service d'appui territorial Application du droit des sols LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE D'une manière générale, les zones naturelles

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE L expertise foncière au service de vos projets Mot du Président Alain LEBOEUF Président de l EPF de la Vendée Les données démographiques nous le rappellent chaque

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Mission d Information et d Evaluation sur la politique immobilière de la Collectivité parisienne

Mission d Information et d Evaluation sur la politique immobilière de la Collectivité parisienne SYNTHESE DU RAPPORT Créée par le Conseil de Paris lors de sa séance des 24 et 25 septembre 2012 et installée le 3 octobre 2012, la Mission d Information et d Evaluation (MIE) consacrée à «La politique

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal

Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal Département de Vaucluse Commune de Venasque Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal SEANCE DU VENDREDI 4 FEVRIER 2011 Nombre de membres : Afférents au Conseil Municipal 15 En exercice : 14 Qui

Plus en détail

Les Outils de. l Action Foncière

Les Outils de. l Action Foncière Les Outils de l Action Foncière Ce guide se positionne en complément des fiches techniques qui viennent éclairer les principales orientations du SCOT afin de décrypter leur transposition dans les documents

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail