TECHNIQUES DE COLLECTE ET TRAITEMENT DE L INFORMATION Guide didactique à l intention des producteurs des radios communautaires de la RDC (Sud Kivu)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TECHNIQUES DE COLLECTE ET TRAITEMENT DE L INFORMATION Guide didactique à l intention des producteurs des radios communautaires de la RDC (Sud Kivu)"

Transcription

1 ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE TECHNIQUES DE COLLECTE ET TRAITEMENT DE L INFORMATION Guide didactique à l intention des producteurs des radios communautaires de la RDC (Sud Kivu) Préparé par Jean-Pierre ILBOUDO, Ph.D. Spécialiste de la Communication pour le Développement Service de la Vulgarisation de l Education et la Communication (SDRE) Rome, Février 2006

2 TABLE DES MATIERES - 1. LES NOTIONS DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DE L INFORMATION LES GENRES REDACTIONNELS L INFORMATION LES ASPECTS ORAUX ET ECRITS DE L INFORMATION LE JOURNALISME D AGENCE GESTION ET ANIMATION D UNE PUBLICATION BIBLIOGRAPHIE... 50

3 1. LES NOTIONS DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DE L INFORMATION La fonction sociale de la presse qui consiste, de concert avec d autres institutions sociales mais d une manière originale, à assurer la communication à l intérieur d une société, cette fonction sociale se résume d un point de vue étymologique à mettre en forme"; c est-à-dire à informer; et si l on subdivise 1 activité journalistique en deux (2) temps, à savoir se renseigner et informer, deux (2) concepts se dégagent des lors: la recherche; et le traitement de l information. Ces deux aspects de l activité journalistique supposent la connaissance: des moyens de communication ou supports utilisés (radio, presse écrite, TV, nouveaux moyens de communication; des genres journalistiques (avant - papier, interview, reportage...); des sources d information. Elles sont généralement de deux (2) types: - les agences d information ou agences de presse, mais aussi et de plus en plus, les sites WEB; - la scène socio - administrative et technique nationale. A) LES SOURCES D INFORMATION Les agences Elles assurent la collecte de l information et sa livraison; le traitement étant l apanage du journaliste; d où la nécessité impérieuse pour le journaliste de réécrire la dépoche en restituant 1 information dans son contexte, en faisant ressortir les implications dans le présent et en lui donnant enfin un prolongement. La réécriture de la dépêche d agence doit permettre de lui donner un style simple, sympathique, accessible. Les agences les plus connues sont: la PANA, L AFP, REUTER, UPI, AP, TASS. Elles sont connues également sous l acceptation d agences télégraphiques même si aujourd hui elles utilisent essentiellement l outil informatique. Aujourd hui, l on trouve sur Internet des organisations comme Inter Press Service qui récoltent des faits nouveaux auprès des correspondants locaux dans les pays en développement et les diffusent aux agences internationales telles que Associated Press. Par ailleurs, la FAQ, a travers son centre mondial d information agricole (WAICENT) met a disposition sur INTERNET, une mine d informations sur 1 Agriculture, 1 élevage, 1 environnement, les pêches, les forêts, la nutrition, le développement durable, la gestion des ressources naturelles, la sécurité alimentaire etc. B) LA SCENE SOCIO - ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE NATIONALE

4 Les institutions répertoriées (organismes officiels publics ou privés) Dans le cadre du système d information sur la sécurité alimentaire et l alerte rapide, il existe plusieurs structures pourvoyeuses d information: Les différents directions techniques des ministres. Autres (partenaires au développement, associations et groupements féminins, organisations paysannes, ONG nationales et internationales). Le terrain C est le matériau journalistique par excellence; c est là que le correspondant acquiert ses lettres de noblesse, souvent par opposition au journaliste assis qui se nourrit des seuls dossiers livrés à la rédaction. Le terrain est le lieu du rapport aux gens et aux choses. Interview, reportages constituent les instruments de base du bon correspondant. A ce titre, il tisse son réseau de relations, nourrit son carnet d adresses. Le correspondant doit s alimenter au système médiatique environnant: journaux, radios, télévision. Correspondants et autres informateurs. La documentation: la meilleure et la pire des choses pour le correspondant et le journaliste; indispensable en tant que base de données, elle ne vaut que par sa qualité (mise à jour permanente des dossiers) et sa facilité d utilisation. Faute de quoi ses inconvénients sont redoutables: elle peut contribuer a perpétuer des erreurs, coûte trop de temps en consultation et accapare trop de correspondants au détriment du travail de terrain. C) LES TECHNIQUES DE COLLECTE DE L INFORMATION Collecter l information revient à se renseigner et a recueillir les nouvelles qui seront nécessaires a confectionner l information. Les techniques généralement utilisées sont aussi les genres journalistiques qui servent à forger l information; elles sont au nombre de (4) quatre: l interview; le reportage; le compte rendu; l enquête. En ce qui concerne l interview qui est la technique de collecte la plus utilisée, plusieurs situations de terrain induisent le type d interview. Trois genres de situations se présentent: l exploration; la vérification; l approfondissement.

5 2. LES GENRES REDACTIONNELS Le terme genre rédactionnel est connu également par un autre synonyme appelé genre journalistique. On entend par genre journalistique, l outil dont dispose le journaliste ou le correspondant pour forger l information: reportage, interview, compte rendu, enquête, avant-papier, brève, filet, billet... Le choix est large et permet au correspondant d aborder son sujet. A) LES SIX QUESTIONS DE REFERENCE Traiter l information dans le cadre d un bulletin, c est la mettre en forme après l avoir collectée. Mettre en forme revient a répondre aux questions de Quintilien ou encore aux questions de référence; elles sont au nombre de six (6): QUI? QUOI? OÙ? QUAND? COMMENT? POURQUOI? Répondre aces six questions, c est livrer le message essentiel; c est ce que tout lecteur (et tout correspondant) est amener à se poser, à propos d un fait, d un événement, en français (QQQOCP, ou en anglais 5W+H; en d autres termes et 1 ordre est strict: qui? quoi? quand? où? comment? pourquoi? ou who? what? when? where? why and how?). B) LA BREVE C est une information courte, sans commentaires, répondant aux six questions de référence. On dit parfois qu elle constitue la molécule de l information: sa plus petite partie organisée. Ici, pas de fioritures, pas de style; on répond aux six questions dans le moins de lignes possibles. Facile a lire le lecteur en raffole mais non a rédiger. C est un redoutable exercice pour débutant (et même pour les plus avertis).

6 MESSAGE ESSENTIEL QUI? QUOI? OU? QUAND? COMMENT? POURQUOI? CHUTE

7 LES VALEURS DE L INFORMATION VALEUR DE PERTINENCE Loi de la proximité (valeur de pertinence) Tout être humain veut être informé d abord sur son environnement le plus proche et par cercles concentriques s intéressera a ce qui se passe dans sa famille, son quartier, son village, son pays, jusqu a l univers en passant par son continent. Aussi est-il nécessaire de tenir compte de cet état de choses dans le choix et la sélection des nouvelles. VALEUR PROBABILISTE L être humain aime a ramener information a son vécu personnel, à son entendement. Aussi si l information diffusée, livrée, dépasse ce vécu, cet entendement, si la probabilité qu elle apparaisse était très faible, alors information peut créer des doutes, des désordres sociaux. Il faut donc réfléchir avant de livrer un certain type d information dont l improbabilité d apparition est manifestée, en fait, il s agit de savoir bien l introduire et bien la présenter. VALEUR D ENJEU Toute l information contient des enjeux et ceux-ci doivent ressortir lorsque nous voulant cibler, intéresser, capter l attention de groupes d auditeurs.

8 C) LE REPORTAGE Genre majeur, il est l instrument-roi du correspondant parlons alors du reporter, mot anglais emprunté au français rapporteur (certains puristes vont jusqu à écrire reporteur ). Il s agit bien de rapporter ce qui a été capté, vu, entendu, et pourquoi pas senti, touché et goûté. Les cinq sens sont en effet requis pour tenter de cerner la complexité des choses, des gens, des situations. La cerner et puis surtout la rendre, la rapporter au lecteur/ auditeur pour lui permettre de l appréhender à son tour, en ayant même parfois l impression d avoir accompagné le correspondant (le journaliste sur le terrain), d avoir été là. Un reportage se prépare, en se documentant sur le sujet (lorsqu il est annoncé a l avance), en se renseignant avec des acteurs ou témoins qui y ont été déjà associés. Autrement, lorsqu il s agit d un événement qui survient à l improviste, accidentellement, le correspondant doit veiller a la prise de notes pendant qu il couvre 1 événement. Ses feuilles de prise de notes doivent être compartimentées, divisées en plusieurs zones: celle de 1 essentiel de 1 information (questions de référence), celle des compliments, rajouts, questions a poser, celle des notes proprement dites, celle de notations et enfin celle des idées hors sujet. (voir tableau page suivante) D) L INTERVIEW C est le genre rédactionnel par excellence, l outil premier et celui qu on pratique sans (toujours) le savoir. En effet, du matin au soir, le journaliste se doit de questionner: Qu est ce qui s est passé? Quand cela est-il arrivé? Comment le feu a-t-il pris? Comment l inondation est-elle survenue? Qui a appelé les secours? Combien de personnes sont sinistrées, sont sans abri? Pourquoi y avait-il un bidon a essence dans la pièce? On retrouve là les fameuses questions de référence. La pertinence des questions détermine la qualité de 1 information. C est encore plus vrai avec l interview qui est uniquement basée sur le jeu questions-réponses. Il faut bien faire la distinction entre 1 interview comme moyen de recueillir de l information, qui est donc nécessaire a l élaboration de la quasi totalité des articles (reportages, enquêtes...) et l interview comme article. Dans ce dernier cas, en matière de presse écrite, il se traduit sous la forme de questions et de réponses entre la personne interviewée et le journaliste ou correspondant. E) L INTERNET Lie à l événement et à l attitude du public. L intérêt est direct, objectif. Il faut donc connaître son public.

9 Qui Quoi Où Quand Zone disponible pour les compléments, rajouts, questions à poser N de page NOTES PROPREMENT DITES NOTATIONS: les lieux, les gens, les attitudes et détails significatifs, n de téléphone, etc. IDEES HORS SUJET à ne pas laisser échapper

10 A chaque situation de terrain correspond un type d entretien. L entretien ou interview revêt des types différents lorsqu en milieu rural, l on se trouve devant des situations de terrain spécifiques. Par exemple, face à un thème, un sujet que l on ne connaît pas, que l on ne maîtrise par, l on préférera devant cette situation d exploration, choisir d utiliser l entretien non directif ; il consiste à expliquer à 1 interlocuteur 1 objet de la visite, les attentes que l on a vis-à-vis de lui qui connaît le sujet, l histoire des cycles de la famine depuis le début du 20ème siècle, ou la chronologie des calamités naturelles; le correspondant doit bien poser son sujet et surtout expliquer clairement ce qu il attend de 1 interlocuteur. La qualité première dans cet exercice, c est de suivre avec une attention soutenue ce que l interlocuteur dit; ce dernier doit sentir qu il est soutenu par le correspondant, que ce qu il dit l intéresse: le regard, le gestuel qui acquiesce, met l interlocuteur en confiance; il peut (en tant que personne avisée, en tant que personne-ressource) parler pendant 20 à 30 minutes, de l historique du village, de l histoire des calamités naturelles... Le correspondant posera seulement des questions à l interlocuteur s il s éloigne du thème, du sujet; là, il ramène l interlocuteur sur le sujet de 1 entretien. L important dans l entretien non directif, c est de bien introduire le sujet, les objectifs de l entretien. L entretien directif L entretien directif est un ensemble de questions ouvertes standardisées et posées dans un ordre immuable à son interlocuteur. Ces questions supposent de sa part des réponses relativement courtes et précises à des questions non ambiguës. Le correspondant journaliste doit être muni d un guide ou canevas d entretien appelé communément mais abusivement questionnaire (Ce dernier étant un outil méthodologique à la fois statistique et psychologique utilisé pour les enquêtes en sciences sociales et humaines ou dans les études socio-économiques). L entretien directif supposera donc qu on limite 1 objectif de 1 interview à vérifier un problème dans son ensemble ou en partie, soit a contrôler un point ou 1 autre d un problème traité ailleurs; les dimensions que 1 on veut connaître (que ce soit des attitudes, des perceptions,...) sont connues et nettement précisées sous forme d une série de questions dans le guide ou canevas. d entretien. L entretien semi-directif Il intervient à mi-chemin entre une connaissance parfaite et antérieure de la situation et une non connaissance de cette même situation par le correspondant et le journaliste; ce qui renvoie à l entretien directif ou au canevas/guide d entretien (questionnaire). On peut se demander d ailleurs s il existe vraiment une limite entre ces deux méthodes et une absence de connaissances qui renvoie à l entretien non directif. Dans le semi-directif, l on relance l interlocuteur en partant de ses propres réponses et ce, dans le souci d approfondir un thème, une idée. Pour cela, le correspondant/journaliste doit avoir la première qualité du communicateur; l écoute. Etre liés attentif, savoir bien écouter l interlocuteur pour identifier les réponses qui ont besoin d être approfondies, précisées.

11 Cette trichotomie (non-directif, directif et semi-directif) répond a des besoins pédagogiques; car dans la réalité, nous faisons une combinaison du non-directif et du directif pour aboutir à du semi-directif qui reste la forme d entretien que nous utilisons quotidiennement dans la vie courante. Situations de Types d entretien terrain Non-directif Directif Semi-directif Exploration x Vérification x Contrôle x Approfondissement x Précision x Détail x E) LE COMPTE-RENDU C est le genre de base; souvent passe-partout. Le compte-rendu peut tout, le meilleur comme le pire: remplir une fonction du service public, allier humilité et absence d originalité, utilité et banalité. Le compte-rendu est sans aucun doute nécessaire dans son obligation de neutralité au service du sujet traité. Il se prête assez peu à une écriture vivante, d autant moins qu il colle souvent par mimétisme, aux institutions et à leurs rituels. Le compte-rendu a pleinement sa place dans un journal ou une radio, le problème provenant du fait que le plus souvent il occupe toute la place. Quand dans une radio ou dans un journal ou bulletin, on ne dénombre que des comptes-rendus c est que la part faite à l information conventionnelle, voire officielle, est trop belle. Place au reportage, à l interview, à la brève. F) L AVANT-PAPIER Article précédant un événement et le réactualisant. Destine à sensibiliser le lecteur, à lui permettre de brancher à nouveau, de comprendre. L avant-papier annonce un événement important et a pour fonction d attirer l attention du lecteur, de l intéresser pour qu il se prépare à suivre le développement de l événement. L avant-papier doit être accrocheur. C) L ENQUETE Article ou série d articles destinés à faire le point sur un thème, un fait, un personnage etc... Fait appel à la plupart des genres journalistiques (reportages, interviews, synthèse). L article Un bon article est celui qui n a rien à cacher et même au contraire, c est 1 article qui révèle tout ce qu il sait des les premiers contacts du lecteur. Ecrire un article, c est d abord se documenter, collecter les matériaux liés au thème, à l événement; la phase de la préparation est capitale.

12 Puis l on construit son article d une manière claire; les moyens de cette construction ou encore les différents éléments constitutifs de cette construction sont; a. L attaque: les premiers mots ou la première phrase de l article lui-même. Le plus déterminant dans la décision de lecture ou de l écoute; car en radio, on pane de chapeau en lieu et place de l attaque. b. L accroche: texte en gros caractère place sous le titre. Comme son nom l indique, il est censé accrocher le lecteur; par l information qu il annonce en complément du titre autant que par sa qualité d écriture. Certaines rédactions emploient le mot titraille dans ce sens (différent de la définition que nous donnons plus loin); d autres parlent encore de sous-titre, ou de sous-titre développé. L objet de notre démarche est de définir les mots par leur contenu pratique, éviter les malentendus, viser la rigueur et la qualité professionnelles. En ce sens, le terme accroche serait à recommander car il semble le mieux correspondre à l intention journalistique qu il sous-tend. En radio, on parlera de lancement: les deux ou trois phrases qui précédent un sujet pour en donner l essentiel ou en préciser le contexte, et mettre l auditeur en position d écoute. c. L angle: (angle d attaque) Point de vue a partir duquel le rédacteur correspondant se place pour traiter une information ou tout au moins pour l attaquer. Par exemple, un article sur une cantine scolaire peut être traité sous l angle de l alimentation (mais plus précisément selon l actualité: qualité des repas, variété diététique; choix des menus; fournisseurs, contrôles sanitaires...), ou bien sous l angle des écoliers consommateurs (leurs points de vues) ou celui des conditions matérielles (l aménagement des lieux, insonorisation. mobilier) ou encore sous l angle économique (coût pour les familles, prix de revient, gestion du personnel); l angle des conditions de travail, etc.. Ces différents angles constituent autant de hors texte possibles ou d autre sujets d articles à traiter ultérieurement, selon la propre programmation rédactionnel. d. Le hors texte: élément d information détaché et mis en évidence par des cadres (filets qui entourent un texte, lequel devient alors un encadré). L article principal, de faire ressortir un éclairage et ainsi constituer une entrée de plus dans l information. Suppose que la cellule de la CASPAR (la rédaction) soit attentive aux ëangles de traitement des sujets. e. La titraille: ensemble de surtitre, du litre, du sous-titre et/ou de l accroche. f. Le titre: élément mis en tête d un article (ou seul, en une ), dans un corps (hauteur d un caractère d imprimerie; exp. un corps de force 10 ou 12 pour ce guide didactique) toutefois, à la longueur du papier, contenant l essentiel de l information de cet article. g. Le sous-titre, sous-titre développé: lignes accompagnant le titre, destinées à accrocher le lecteur (lui préférer alors accroche ) ou à lui livrer 1 essentiel de l information (chapeau). h. Le surtitre: éléments d information précisant le titre (par exemple, la localisation géographique) ou rappelant le sujet dont on traite (inondations dans le Walo) afin de laisser toute la charge de l information dans le titre lui-même (le gouverneur livre les noms des victimes). Le corps de l article (texte) comprendra les éléments complémentaires mais intéressants ou étonnants et surtout des éléments d explication. Ecrire concret, simple, éviter les redondances; vérifier l orthographe, la grammaire et la ponctuation (cf. les aspects écrits de 1 information, chap. VII). Se baser sur des faits et les écrire, décrire et/ou expliquer d une manière compréhensible; vérifier ses sources, hiérarchiser les faits et les matériaux rassemblés. Le corps de l article doit suivre un plan rigoureux qui comprendra un texte concis, précis avec des paragraphes de 10 a 15 lignes (plus ou moins 50 mots).

13 EXEMPLES DE TITRES... A EVITER L AGRICULTURE A LA CROISEE DES CHEMINS LE SECRET D UNE REUSSITE L ECOLE ENTRE TRADITION ET MODERNITE LE CHEF DU BUREAU DES DOUANES: Il s agit de clichés, non de titres. Pour détecter ce genre de travers, passez vos idées à la question: est-ce que ce titre pourra resservir pour un autre article? Si oui, cherchez vite autre chose! Alors ce bon titre, comment le trouver? Le plus sûr moyen est d aller le pêcher dans l article même en le relisant exprès; il doit se trouver dedans. S il n y est pas et que, par conséquent on n arrive pas à titrer, il faut alors se demander pourquoi. Plusieurs causes probables: l article n est pas informatif; le sujet est trop vaste, 1 angle pas assez resserré; la construction est floue; l écriture manque de chair : les mots sont abstraits et longs, les phrases kilométriques, la langue est de bois. On peut aussi, lors d une relecture, piquer les mots-clés de l article, c est-à-dire ceux autour desquels s articule le message essentiel. Puis les rassembler... pour ensuite les assembler.

14 LES TITRES A EVITER CONSOLIDER L EFFORT DE REDRESSEMENT DU SECTEUR RURAL ENCOURAGER LES ONG A ASSAINIR DAVANTAGE ET A REBOISER PRIVILEGIER LE DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES ROUTIES!!"#!$#%!# &'()!!#

15 EXEMPLES DE TITRES... A EVITER Laissons parler les exemples: JEUX OLYMPIQUES: JOUR J -14 LA DELEGATION NATIONALE EST PARTIE MARDI POUR ATLANTA Les sept athlètes représentant notre pays n ont malheureusement pas pu bénéficier d une préparation sérieuse pour affronter cet événement sportif planétaire. Le départ des athlètes ne présente pas un grand intérêt, même pour les proches, puisqu ils sont au courant. L information intéressante - «Dans queues conditions se trouvent-ils pour affronter les épreuves?» - se voit reléguée dans l accroche. Pour améliorer ce titre, il ne s agit pas de mettre en avant ce qui ne va pas mais d abord de dire ce qui est. Proposition: «NOUS AVONS ETE ABANDONNES A NOUS-MEMES» Faute d une préparation sérieuse, nos sept athlètes se sont envolés mardi sans grande conviction. La citation indique d emblée (grâce aux guillemets et a 1 emploi du nous ) qu il s agit d une déclaration d un sportif, ce qui est plus intéressant. Moins redondante, l accroche a été raccourcie de moitié. L ensemble est bien plus riche, le lecteur étant interpellé sur plusieurs thèmes: «les J.O., ça doit se préparer; les athlètes méritent d être mieux considérés: pas étonnant que les nôtres n aient pas le moral; adieu les médailles...». Conclusion inconsciente du lecteur: «j en ai assez» ou bien «Voyons de plus prés ce qu il en est...» Et d attaquer alors la lecture du papier. L habillage du texte devra suivre le contour d une image (photo, dessin, lettrine, etc...). Les programmes informatiques (cas de la CASPAR) de mise en page peuvent habiller une illustration de manière automatique... j. L Infographie: Selon l étymologie, c est l information par le dessin. Il s agit en fait de dessin traité à l aide d un ordinateur. Le but est de visualiser au sens propre, en créant une image, des données informatives chiffrées ou abstraites (tableaux, graphiques). Dans certains journaux, ce travail est confié à un infographiste; à ne pas confondre avec le dessinateur de presse. k. La chute: La fin, les derniers mots d un article, comme réponse à l attaque, demande autant de soin, sinon plus; car ce n est pas une simple conclusion.

16 !!! "#$% & ' () )#$ )!! * $)' %% +$ ($ & ($ ($ %!($ )' ',)$! -. )/. ) / $!/ 0/ 1 ),) / & ' $2 (!!$ ($!2! %2$

17 ULTIMES VERIFICATIONS AVANT DE PUBLIER UN ARTICLE a. Tout d abord Qui est mon lecteur; Quel message vais-je lui transmettre? Sous quelle forme? L information que je veux lui transmettre est-elle pratique, intéressante, alléchante? Est-il concerné? Démarre-t-on dans le vif du sujet? Est-ce que ça attaque? Est-on informatif? Répond-on aux questions de référence? b. Le texte La longueur est-t-elle adaptée à l importance du sujet? N est-it pas trop long? Les paragraphes dépassent-ils 10, 15 lignes (50 mots)? Y-a-t-il des phrases de plus de 15 a 20 mats? Y a-t-il des mots de plus de quatre syllabes? A t-on employé le présent plutôt que le passé? Donne t-on la priorité au concret sur l abstrait, au proche sur le lointain, à l affectif sur l intellectuel, au sensible sur le rationnel, au vu et au vécu sur l analyse? Emploie-t-on des exemples, des formules des images? Les données chiffrées sont-elles indispensables? Ne peut-on préférer des ordres de grandeur? Ne peuvent-elle être traitées graphiquement? En encadré? Y a-t-il des redondances? S est-on assure de l orthographe et de la ponctuation (relecture)? c. Construction Le message essentiel est-il dans les premières lignes? Les informations les plus importantes sont-elles dans les trois premiers paragraphes (et dans la titraille)? Les infos complémentaires sont-elles bien hiérarchisées? Ne peut-on créer deux articles, des encadrés? L angle est-il bien défini, étroit, précis, évident? Quel type de plan a-t-on choix (gare au chronologique!) d. Le traitement A-t-on choisi le genre journalistique adapté: reportage, interview, portrait, compte rendu, enquête, écho, billet? L info-services est-elle bien valorisée: pratique, intéressante, alléchante. A-t-on illustré et comment? L illustration est-elle informative? Les légendes sont-elles informatives et attractives? Constituent-elles des entrées dans le texte? Les différents niveaux de lecture sont-ils indépendants (voir habillage ci-dessous? e. L habillage Les entrées dans le texte sont-elles multiples? A savoir:

18 1. le titre - Informatif et/ou incitatif, indique-t-il bien le sujet et/ou l angle, répond-il aux questions de référence? - Est-il spécifique? (qu il ne puisse pas resservir à d autres articles)? - Est-il juste, fidèle au texte? - Fait-il jouer la proximité? - Est-il repris dans le texte? - Est-il adapté au texte par sa longueur et sa tonalité? 2. L accroche - Informative, répond-elle aux questions de référence? - lnciative, contient-elle des mots-repères et des effets-surprises? - N est-elle pas redondante avec le titre? - Ne contient-elle pas de redondances? - Sa longueur est-elle adaptée? - Est-elle fidèle au texte (non survendeuse, c est-à-dire annonçant davantage d informations que l article n en donne réellement)? 3. Le chapeau - Mêmes critères que pour l accroche 4. Les intertitres - Y en a-t-il assez? - Sont-ils précis, adaptés, concrets, représentatifs, spécifiques, courts? - Sont-ils repris dans le texte qui suit? - Sont-ils bien places? 5. L attaque et la chute - Sont-elles incisives, courtes, attractives? - Démarre-t-on dans le vif du sujet? - Termine-t-on sur du non-creux? 6. Enfin - Sur quelle impression laisse-t-on le lecteur?

19 ASPECTS REDACTIONNELS Qui? Quoi? Où? Quand? Comment? Pourquoi? Précision Clarté Concision Style: simple et direct Privilégier l élément informatif Faire les articles en fonction du type d organe (presse écrite ou Radio) Temps de conjugaison: présent, passé-compose Choix du sujet (éviter les nouvelles vite périssables) Sélection: tri (intérêt - importance - sensibilité) Documentation Objectivité (authenticité) Vérifier 1 authenticité de 1 information (rewriting) Choix sélectif des informations à partir de réseaux fiables Travailler vite et bien Elaborer un plan de travail rigoureux Chapeau + développement + chute ASPECTS REDACTIONNELS Six questions: Qui? Quoi? Où? Quand? Comment? Pourquoi? Choix du sujet et tri sélectif Intérêt personnel et collectif Objectivité (authenticité): véracité Signification Crédibilité Diversification des sources d information Clarté dans la rédaction Précision Concision Style (tenir compte du type d organe; radio ou presse écrite) Simplicité Temps de conjugaison: par excellence passé-compose et présent Méthode de travail rigoureuse Travailler vite et bien Documentation Chapeau + développement + chute Privilégier l élément informatif

20 BIEN MESURER PAPIERS ECRITS ET RADIO Taux de mémorisation d une phrase selon sa longueur Taux de mémorisation en % Totalité de la 1 ère moitié de la phrase phrase Longueur de la phrase (en mots 2 ème moitié de la phrase BIEN MESURER PAPIERS ECRITS ET RADIO La base de comptage d un article est le signe, c est-à-dire tout caractère, y compris l espace. La ligne-journal standard comprend environ quarante signes. 150 lignes équivalent a environ 6000 signes. On mesure également en feuillets de 25 lignes de 60 signes, soit signes. Autrement dit: 150 lignes = ± signes = 4 feuillets. En radio on compte en minutes, chacune représentant environ signes, soit ± 2/3 de feuillet.

21 3 L INFORMATION A) CRITERES DE CHOIX DE LA SELECTION DES NOUVELLES L actualité Quoi de neuf? Scoop/exclusivité La signification L événement mérite-t-il d être publié? Quelle importance convient-il de lui attribuer? Répercussions de l événement dans le temps et dans l espace? Pour mesurer la signification d un événement, il vous faut: Une bonne culture; Des connaissances et l esprit critique; En plus la rapidité de jugement. L intérêt Lié à l événement et à l attitude du public. L intérêt est direct, objectif. Ili faut donc connaître son public. Valeur de pertinence Loi de proximité (valeur de pertinence): Tout être humain veut être informé d abord sur son environnement le plus proche et par cercle concentrique s intéressera à ce qui se passe dans sa famille, son quartier, son village, son pays, jusqu à l univers en passant par son continent. Aussi est-il nécessaire de tenir compte de cet état de choses dans le choix et la sélection des nouvelles. Valeur probabiliste: L être humain aime à ramener l information à son vécu personnel, à son entendement. Aussi, si l information diffusée, livrée, dépasse ce vécu, cet entendement, si la probabilité qu elle apparaisse était très faible, alors l information peut créer des doutes, des désordres sociaux. Il faut donc réfléchir avant de livrer un certain type d information dont 1 improbabilité d apparition est manifesté. Valeur d enjeu: Toute l information contient des enjeux et ceux-ci doivent ressortir lorsque nous voulons cibler, intéresser, capter l attention de groupes d auditeurs.

22 Le style de l information CORRESPONDANT Témoin: actif ou sélectif Actif Chercher les éléments d information qui ne se présenteront pas à lui d eux-mêmes. Sélectif Il ne relatera que ce qui peut intéresser son public. Pour traduire en mots le plus fidèlement possible la réalité de l événement, une règle d or est la série de questions dites de quintilien: Qui? Quoi? Où? Quand? Comment? Pourquoi? Une nouvelle, une information C est la réponse aux six questions. B) LA STRUCTURE D UNE DEPECHE Structure de la pyramide inversée: 1. Eléments les plus importants: premier paragraphe 2. Les détails 3. Développement: les autres feuillets Pour être crédible, une bonne dépêche d agence doit être: basée sur des faits rapide concise exacte complète intéressante Le lead doit: introduire l article susciter l intérêt résumer les faits pour donner au lecteur une idée plus ou moins complète de l événement. Pour avoir un lead qui accroche, il faut; utiliser des mots simples et précis; faire en sorte qu il occupe environ 4 lignes; il faut éviter de commencer un lead par les mots suivants: au cours de la réunion, dans un discours, d après, selon, il a été, il y a, il y aura, la nuit dernière, hier, aujourd hui, récemment, le week-end dernier. Le corps de la dépêche C est tout ce qui suit le lead. Il comprend des paragraphes. Ces paragraphes contiennent les détails de l événement décrits par ordre d importance. En mentionner brièvement les sources. C) LA REDACTION JOURNALISTIQUE, L IN FORMATION ET LE STYLE JOURNALISTIQUE EN PRESSE ECRITE

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

Réaliser un journal scolaire

Réaliser un journal scolaire Réaliser un journal scolaire 1/ Connaître le journal et ses contenus Pour que les élèves puissent à leur tour devenir producteurs, il faut absolument qu ils apprennent à connaître le journal et ses contenus.

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile.

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile. fiche D AUTOCORRECTION 3.4 Les accords sont corrects dans chaque groupe du nom. On met souvent sur le dos de l inattention les erreurs d orthographe grammaticale. Bien accorder les mots exige de l observation

Plus en détail

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s)

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s) GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUELQUE HOMOPHONES QUELQUE(S) QUEL(S) QUE/QUELLE(S) QUE QUEL(S)/QUELLE(S) QU ELLE(S) 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes quelque quelque(s) quel(s)

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS En bref Les conjonctions de coordination relient des unités qui ont la même fonction. Les conjonctions de subordination relient une proposition subordonnée à une proposition

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

EXERCICE 2. Pourquoi :

EXERCICE 2. Pourquoi : EXERCICE 2 1. cours : Verbe C est une action. On peut le conjuguer verbe courir (Tu cours pour aller à mon cours, Il court, Je courais, etc.) On peut le remplacer par d autres verbes tels que : Je marche

Plus en détail

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT

DISCOURS DIRECT ET INDIRECT DISCOURS DIRECT ET INDIRECT Si vous voulez rapporter les paroles de quelqu un, vous pouvez utiliser le discours direct ou le discours indirect (nous n aborderons pas ici le style indirect libre, qui relève

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Utilisation des auxiliaires avoir et être

Utilisation des auxiliaires avoir et être AVOIR MATÉRIEL ET ÊTRE POUR ALLOPHONES 1 Groupe verbal Utilisation des auxiliaires avoir et être 1 DIFFÉRENTS CONTEXTES D EMPLOI DU VERBE AVOIR Être dans un certain état physique, moral ou intellectuel.

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

mes m est mets/met mais mets

mes m est mets/met mais mets GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES MES HOMOPHONES M EST METS/MET MAIS METS 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes mes m est mets/met mais mets mes : déterminant possessif pluriel, féminin

Plus en détail

ces ses c est s est sais / sait

ces ses c est s est sais / sait GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES CES HOMOPHONES SES C EST S EST SAIS / SAIT 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes ces ses c est s est sais / sait ces : déterminant démonstratif pluriel

Plus en détail

Homophones grammaticaux de catégories différentes. s y si ci

Homophones grammaticaux de catégories différentes. s y si ci GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES S Y HOMOPHONES SI CI 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes s y si ci s y : pronom personnel se (e élidé devant une voyelle) à la troisième personne

Plus en détail

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Considérations générales L enseignement des langues vivantes au gymnase donne accès aux cultures et littératures des régions ou pays des langues étudiées.

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce Orthographe Majuscules/minuscules Un Américain, un Français Le gouvernement américain, le gouvernement français La langue française, le français Sa/ça Se/ce Emploi des prépositions Avec les noms de lieu

Plus en détail

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1 Niveau du Cadre européen commun de référence pour les langues F1 ou F2 - Initiation à la langue française préparation au DELF 224 heures de formation réparties comme suit Module de langue, F1 ou F2 (15h

Plus en détail

ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE

ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE FRANÇAIS 12 e année Date: mars-juin 2015 Course Code: FRA 4U Enseignante: Mme L. Campagna et Mme Ducatel NOM DE L ÉLÈVE : Projet : Projet autonome Durée de l unité

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

Preliminary Syllabus

Preliminary Syllabus Français 22 Tufts University, Talloires 2015 le lundi de 8h45 à 11h15, le jeudi de 16h à 17h30, et le vendredi de midi à 14h30 Professeur: Anne Taieb Anne.Taieb@tufts.edu Preliminary Syllabus Objectifs

Plus en détail

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus

Ecrire pour le web. Rédiger : simple, concis, structuré. Faire (plus) court. L essentiel d abord. Alléger le style. Varier les types de contenus Ecrire pour le web Un texte web de lecture aisée pour l internaute, l est aussi pour les moteurs de recherche ; l écriture peut ainsi être mise au service du référencement naturel. De façon complémentaire,

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

LE DISCOURS RAPPORTÉ

LE DISCOURS RAPPORTÉ LE DISCOURS RAPPORTÉ Le discours rapporté Le discours rapporté direct et indirect On parle de discours rapporté quand une personne rapporte les paroles d une autre personne ou bien ses propres paroles.

Plus en détail

Distinction des questions et des consignes

Distinction des questions et des consignes ET ŒIL DES CONSIGNES (OUTILS D EXPLORATION ET D INTÉGRATION DE LA LECTURE) 1 Questions et consignes Distinction des questions et des consignes Théorie Comment différencier les questions et les consignes

Plus en détail

Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web?

Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web? Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web? Mémo TRAME D'UN ARTICLE : pour vous aider, vous pouvez utiliser le canevas de page web standard TITRE : informatif et accrocheur, avec

Plus en détail

Tableau des contenus

Tableau des contenus Tableau des contenus Dossier 1 L image dans les relations amicales, sociales, professionnelles et amoureuses Dossier 2 Présenter quelqu un Je séduis. Parler de son rapport à l image. Caractériser des personnes

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Atelier rédactionnel

Atelier rédactionnel Baccalauréat professionnel Gestion - Administration Atelier rédactionnel Exemples de séances réalisées en première et au début de l année de terminale Joëlle PERRETIER & Patrice VIRIEUX Lycée professionnel

Plus en détail

Lot 2 - Anglais professionnel, niveau 2 Blended (présentiel/classe virtuelle)

Lot 2 - Anglais professionnel, niveau 2 Blended (présentiel/classe virtuelle) ORGANISME FORMMAN FRANCE 11, rue de Malte 75011 PARIS Tél : 01 47 39 02 02 Contact : Manouchka SEBASTIEN m.sebastien@formmanfrance.com PUBLICS CONCERNÉS Tout salarié de la Branche PRÉ-REQUIS Niveau intermédiaire

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF)

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Activités clés NIVEAU : PS/MS Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Compétences Construire les premiers nombres dans leur aspect cardinal Construire des collections équipotentes Situation

Plus en détail

CONSTRUCTION DE L'INFORMATION

CONSTRUCTION DE L'INFORMATION CONSTRUCTION DE L'INFORMATION «Quand l information devient fiction» DEMARCHE DE CONCEPTION DE LA SEQUENCE 1. Compétences, objet d'étude, questions, choix de l œuvre, problématique de la séquence. J ai

Plus en détail

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité)

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité) L INTERROGATION DIRECTE 1) L interrogation totale. Elle porte sur l ensemble du contenu propositionnel de la phrase. Elle porte sur l action ou l état et elle appelle une réponse globale : oui, si ou non.

Plus en détail

Règles générales et syntaxe

Règles générales et syntaxe Règles générales et syntaxe 1 ère version ( définitive?): le 17 juin 2006 + petite retouche du 4 juillet 2006 Introduction Je commençai à inventer cette langue il y a 6 ans environ, c'est-à-dire vers l'âge

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

TECHNIQUES DE SURVIE ÉCRITURE Leçon de littératie 2.6

TECHNIQUES DE SURVIE ÉCRITURE Leçon de littératie 2.6 Clair et net! Comprendre, structurer et expliquer un concept. Apprentissage critique Comprendre et apprécier l importance de fournir des consignes claires. Tenir compte du point de vue de l auditoire et

Plus en détail

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QU EN HOMOPHONES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes qu en quant quand qu en : que (e élidé devant une voyelle) suivie de en, pronom qui

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

leur(s) leur LES EXERCICES DE FRANÇAIS DU CCDMD www.ccdmd.qc.ca Homophones grammaticaux de catégories différentes

leur(s) leur LES EXERCICES DE FRANÇAIS DU CCDMD www.ccdmd.qc.ca Homophones grammaticaux de catégories différentes GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES LEUR(S) HOMOPHONES LEUR 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes leur(s) leur leur(s) : déterminant possessif. Il fait partie d un GN dont le noyau est

Plus en détail

BUTS : Découvrir ce qu est un mythe et comment cela se forme. Trouver une explication scientifique confirmant ou infirmant un énoncé.

BUTS : Découvrir ce qu est un mythe et comment cela se forme. Trouver une explication scientifique confirmant ou infirmant un énoncé. Fiche pédagogique Magazine Les Débrouillards Conception: MarieClaire Daneault Septembre 2014 Titre : Mythes ou réalités? Que dit la science de ces croyances? Rubrique : Dossier Pages : 6 à 9 Thème : Croyances

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE?

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? Christiaens Sébastien Université de Liège Département PROMETHEE Institut de Mécanique et de Génie Civil, Bât. B52 Chemin des Chevreuils, 1 B-4000 Liège, Belgique Janvier

Plus en détail

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier.

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier. 3. Références Marie Durand Institut des Langues 145 rue Xavier Cigalon 30000 NICE Tel: 0402030405 Courriel : durand@aol.fr 1. Coordonnées de l expéditeur M. Michel Fabre Directeur Fabre associés 24 avenue

Plus en détail

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL CATALOGUE FORMATION EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL NOS FORMATIONS 1. COMMUNICATION ECRITE-PRISE DE NOTE COMPTE RENDU DE REUNION 2. SECRETARIAT ADMINISTRATIF 3. SECRETARIAT COMMERCIAL 4. CREER

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Accompagnement personnalisé 6e

Accompagnement personnalisé 6e éduscol Accompagnement personnalisé 6e Accompagnement personnalisé en 6ème Problème pédagogique : l élève fait des erreurs dans la conjugaison du présent de l indicatif. Compétence 1 : Conjuguer les verbes,

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Carnet de stage. en vue de l obtention du certificat de culture générale. Domaine socio-éducatif. Nom :... Prénom :... Classe : 3...

Carnet de stage. en vue de l obtention du certificat de culture générale. Domaine socio-éducatif. Nom :... Prénom :... Classe : 3... Ecole de culture générale Fribourg ECGF Fachmittelschule Freiburg FMSF Avenue du Moléson 17, 1700 Fribourg T +41 26 305 65 65, F +41 26 305 65 70 www.ecgffr.ch Carnet de stage en vue de l obtention du

Plus en détail

N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes. ni n y ou où

N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes. ni n y ou où GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES NI HOMOPHONES N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes ni n y ou où NI N Y ni : conjonction de coordination. ni est le pendant négatif de ou

Plus en détail

Écoutez une première fois et répondez en fonction de ce que vous entendez. b) Comment identifie-t-on le chroniqueur?.

Écoutez une première fois et répondez en fonction de ce que vous entendez. b) Comment identifie-t-on le chroniqueur?. Feuille d'activités : Le concours Lépine à la foire de Paris Activité 1 Repérage sonore Écoutez une première fois et répondez en fonction de ce que vous entendez 1) Les sons a) Quels bruits entend-on?

Plus en détail

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser»

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» Séquence «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» CADRE PREALABLE : - Présentation du projet au CESC du collège en juin 2014. - Présentation du projet à Mme la Principale en septembre

Plus en détail

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Rédiger pour le web Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Sommaire 1. Rédiger des contenus... 2 Lire à l écran : une lecture contraignante... 2 Ecrire des phrases

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Compréhension de l oral

Compréhension de l oral 1 DOCUMENT RÉSERVÉ AUX CORRECTEURS CORRIGÉ ET BARÈME Compréhension de l oral 25 points Vous allez entendre trois documents sonores, correspondant à des situations différentes. Pour le premier et le deuxième

Plus en détail

Conjugaison et production d'écrits au CP-CE1

Conjugaison et production d'écrits au CP-CE1 Conjugaison et production d'écrits au CP-CE1 Formation pédagogique du 8 février 2012 Martine Lafontaine CPC Besançon 7 Plan de la matinée Les difficultés Définitions et remarques Constats (films) Comment

Plus en détail

LES PRONOMS INTERROGATIFS

LES PRONOMS INTERROGATIFS LES PRONOMS INTERROGATIFS 1) Le pronom interrogatif permet de questionner. Qui a le droit de vote dans cette assemblée? Il y a du camembert et du brie, lequel veux-tu? 2) Il y a deux catégories de pronoms

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps Fiche pédagogique

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Club langue française Quiz. Par Julien COUDERC et Maxence CORDIEZ

Club langue française Quiz. Par Julien COUDERC et Maxence CORDIEZ Club langue française Quiz Par Julien COUDERC et Maxence CORDIEZ Question 1 Quelle est l'orthographe correcte? 1. J'ai vécu des amours passionnés. 2. J'ai vécu des amoures passionés. 3. J'ai vécu des amours

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

Tableau mettant en relation les niveaux du CECRL et les programmes IFALPES par compétences.

Tableau mettant en relation les niveaux du CECRL et les programmes IFALPES par compétences. Tableau mettant en relation les niveaux du CCRL et les programmes IFALPS par compétences. A1 CCRL CONTNU DU PROGRAMM A1 IFALPS Compréhension orale. C Des formules de politesse et de salutation O Je peux

Plus en détail

Les mots des cinq sens

Les mots des cinq sens Activité annuelle n 3 Les mots des cinq sens Créer des phrases, un texte, et découvrir les sens qui sont mis en œuvre à travers les mots. Buts Prendre conscience du lien entre les mots et le sens Développer

Plus en détail

Pour connaître mes collègues journalistes. Références

Pour connaître mes collègues journalistes. Références Bonjour! Je m appelle Jasmine Journeault. Je suis reporter pigiste. Le journalisme, c est mon gagne-pain. Je reçois des informations et je les fais circuler en les faisant parvenir au(x) média(s) de mon

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Réussir son entrée en grammaire au CE1

Réussir son entrée en grammaire au CE1 CE1 Réussir son entrée en grammaire au CE1 Françoise Bellanger Aurélie Raoul-Bellanger ISBN : 978-2-7256-3249-0 Retz, 2013 pour la présente édition Direction éditoriale : Sylvie Cuchin Édition : Charlotte

Plus en détail