Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO. Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable"

Transcription

1 Recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO Mise à jour Thème : Traitement pharmacologique à l état stable

2 Que peut-on attendre du traitement pharmacologique dans la BPCO? (1) Le débat sur l efficacité des traitements existants sur le déclin à long terme de la fonction respiratoire, efficacité qui n avait pas été démontrée, vient d être récemment relancé pour le salmétérol et la fluticasone (étude TORCH) (Niveau de preuve faible). Le tiotropium pourrait réduire le déclin à long terme de la fonction respiratoire chez les patients GOLD stade II et chez les patients sans traitement de fond associant un β2- agoniste de longue durée d action et un corticoïde inhalé (étude UPLIFT) (Niveau de preuve faible). La réduction de la mortalité sous traitement pharmacologique reste controversée. Ces deux grandes études confirment l efficacité symptomatique des bronchodilatateurs et des associations CSI+LABA sur la qualité de vie et la fréquence des exacerbations (Niveau de preuve élevé).

3 Que peut-on attendre du traitement pharmacologique dans la BPCO? (2) Points clés : La prise en charge pharmacologique de la BPCO à l état stable - améliore les symptômes et la qualité de vie - et réduit la fréquence des exacerbations. Pour les formes inhalées, il est essentiel de s assurer que la technique d inhalation est correcte à chaque consultation (G2+)

4 Bronchodilatateurs Si une réponse symptomatique satisfaisante n'est pas obtenue avec une classe de bronchodilatateurs, - cela ne préjuge pas de la réponse à l'autre classe de bronchodilatateurs inhalés ; - il peut-être justifié de changer de classe thérapeutique (recommandations SPLF 2003).(G2+) Le traitement de fond par β2 agoniste de longue durée d action ou par anticholinergiques de courte ou longue durée d action - améliore la qualité de vie - et réduit le taux d exacerbations de la BPCO (niveau de preuve élevé) (G1+).

5 Bronchodilatateurs L association des deux classes de bronchodilatateurs - peut améliorer la réponse fonctionnelle (niveau de preuve modéré) - sans pour autant avoir démontré de bénéfice sur la symptomatologie ou les exacerbations. La qualité de vie était significativement améliorée sans atteindre le seuil de pertinence clinique avec l association salmétérol-tiotropium par rapport au tiotropium utilisé seul. - Des évaluations plus détaillées de cette association n ont pas encore été effectuées.

6 Bronchodilatateurs Points clés Les bronchodilatateurs représentent le principal traitement symptomatique de la BPCO (G1+). - Ils sont donnés en traitement de fond ou en traitement d appoint pour réduire les symptômes et les exacerbations. Les principaux traitements bronchodilatateurs sont les β2 mimétiques et les anticholinergiques utilisés seuls (G1+). - Leur association est indiquée si elle apporte un bénéfice symptomatique supplémentaire par rapport à l administration d un seul bronchodilatateur. Le traitement de fond par bronchodilatateurs de longue durée d action est plus pratique qu un traitement par bronchodilatateurs de courte durée d action (G2+)

7 Corticoides inhalés Aucun corticoïde inhalé pris isolément n'a obtenu d'amm en France pour le traitement de la BPCO. Chez les patients modérés à sévères, - la corticothérapie inhalée peut ralentir le déclin du VEMS - mais dans une proportion similaire à celle observée avec les bronchodilatateurs de longue durée d action - sans effet additif avec ces derniers (Niveau de preuve modéré) La corticothérapie inhalée permettrait d obtenir une réduction d environ 25 % du risque relatif d exacerbation - définie sur des critères hétérogènes en fonction d études et de méthodologies statistiques différentes (Niveau de preuve faible). Par ailleurs, l arrêt d une corticothérapie inhalée est associé à une augmentation du risque d exacerbation (Niveau de preuve modérée). Il n'y a pas de relation entre la réponse à une corticothérapie orale de courte durée et la réponse à long terme à la corticothérapie inhalée.

8 Combinaison fixes corticoïdes/2 agonistes de longue durée d action inhalés Chez les patients atteints d une BPCO avec VEMS pré-bronchodilatateur <50% de la théorique (<60% pour l association salmeterol-fluticasone), - l association d un corticoïde et d un β2 agoniste de longue durée d action inhalés est plus efficace qu un seul de ces traitements - dans la réduction des exacerbations et l amélioration de la qualité de vie - avec une amplitude de bénéfice modeste par rapport au bronchodilatateur seul (niveau de preuve élevé). Le traitement combiné augmente la probabilité de pneumonie - un essai clinique prospectif large n a pas pu démontrer un effet statistiquement significatif sur la mortalité (niveau de preuve modéré).

9 Traitement pharmacologique en fonction de la sévérité de la maladie (1) Pour les patients qui ne sont pas quotidiennement gênés par une dyspnée, - l utilisation à la demande de bronchodilatateurs inhalés de courte durée d action est suffisante (BPCO légère stade I). Chez les patients du stade II (BPCO modérée) au stade IV (BPCO très sévère) dont la dyspnée gêne les activités quotidiennes, - l utilisation d un traitement de fond par bronchodilatateur de longue durée d action est proposée (G2+). Chez certains patients dont les symptômes ne sont pas suffisamment soulagés par le traitement de fond par bronchodilatateurs inhalés, - l ajout de théophylline peut apporter des effets bénéfiques supplémentaires modestes malgré une marge thérapeutique étroite.

10 Traitement pharmacologique en fonction de la sévérité de la maladie (2) Il manque des preuves scientifiques claires pour justifier un traitement de fond avec de fortes doses de bronchodilatateurs en nébulisation. - En général, les aérosols ne sont pas appropriés (G2-) - à moins que ce traitement ait montré, chez un patient sévère en état stable mal contrôlé, une meilleure efficacité clinique que le traitement conventionnel. Chez les patients avec un VEMS post bronchodilatateur < 50% de la théorique (stade III au stade IV) (< à 60% de la théorique pour l association Salmeterol/fluticasone) et des antécédents d exacerbations répétées, - un traitement de fond par une association fixe d un corticostéroide et d un β2-agoniste de longue durée d action inhalés peut réduire la fréquence des exacerbations et améliorer la qualité de vie (niveau de preuve élevé G1+).

11

12 Vaccination grippale et pneumococcique La vaccination grippale est recommandée chez les patients présentant une BPCO (G1+). Il faut probablement (G2+) vacciner les patients ayant une BPCO par le vaccin polysaccharidique pneumococcique. Agents mucolytiques Il ne faut probablement pas (G2-) utiliser les agents mucolytiques chez les patients porteurs d une BPCO. Les antitussifs Il est recommandé de ne pas prescrire d antitussifs dans la BPCO (G1-).

13 Statines A ce stade il est impossible d élaborer des recommandations concernant les statines pour les patients présentant une BPCO. Support médicamenteux nutritionnel Il ne faut probablement pas utiliser (G2-) un support nutritionnel et les stéroïdes anabolisants chez les patients ayant une BPCO à l état stable, en dehors d un programme de réhabilitation respiratoire. Psychotropes et opiacés Ces traitements ne sont pas indiqués.

14 Le traitement substitutif par alpha 1 antitrypsine est-il justifié chez les sujets déficitaires? fin de l année EXACTLE (3 ans) : tendance nette mais NS Y a t-il une place pour une antibiothérapie dans le traitement de la BPCO en dehors des exacerbations? Il n y a pas d indication à un suivi bactériologique ou biologique (marqueurs d une infection) dans la BPCO à l état stable (G1-). Il n y a probablement pas d indication à une antibiothérapie prophylactique dans la BPCO en état stable (G2-).

15 L oxygénothérapie : dans quelles circonstances et pour quels patients? Oxygénothérapie de longue durée (OLD) - Indications et précisions de prescription : pas de changement

16 Oxygénothérapie de déambulation Désaturation en oxygène isolée à l exercice avec une PaO2 de repos > 60mmHg, - l oxygénothérapie de déambulation a un effet modeste et sans incidence sur la clinique, la survie, la qualité de vie ou la tolérance à l effort (Niveau de preuve modéré) L oxygénothérapie à l exercice est indiquée chez le patient atteint de BPCO bénéficiant d une OLD lorsque existe une désaturation significative à l effort. - Le débit d oxygène nécessaire est titré au cours d une épreuve de marche de 6 minutes, dans l objectif d obtenir une SpO2 > 90% pendant l exercice. l oxygénothérapie d exercice est également indiquée chez le BPCO, indépendamment de sa PaO2 de base, dans un programme de réhabilitation à l effort. - Dans ce cadre spécifique, l amélioration de la sensation de dyspnée se fait plus volontiers à haut débit d oxygène (3-4l/mn). (G2+)

17 L oxygénothérapie : dans quelles circonstances et pour quels patients? Oxygénothérapie nocturne - Il n y a pas d indication à une oxygénothérapie nocturne en dehors du cadre de l OLD (G2-). - En cas d hypoxémie principalement nocturne, une recherche de syndrome d apnées du sommeil est indiquée selon les éléments cliniques. Oxygénothérapie et tabagisme - Des accidents mortels sont rapportés dans la littérature chez le patient BPCO qui fume sous oxygène nasal. Cependant la fréquence de ces accidents reste rare, évaluée à 3,8/10 millions - 20 à 38% des BPCO sous oxygène à domicile continuent à fumer.

18 L oxygénothérapie : dans quelles circonstances et pour quels patients? Oxygénothérapie chez le sujet agé - La prescription d un oxygénothérpaie longue durée chez le patient âgé se fera au cas par cas en fonction o du rapport bénéfice risque o et des contraintes o en tenant compte du souhait du patient o et de son acceptation du traitement, o de la compréhension du maniement du matériel, o de la capacité à respecter les règles d hygiène et de sécurité, o de l état général et neuropsychologique o et du degré de dépendance.

19 L oxygénothérapie : dans quelles circonstances et pour quels patients? Surveillance de l oxygénothérapie à domicile - Mise en place du matériel : prestataire de service o surveillance à domicile environ 2 fois par an. - Prestataire de service et médecin s assurent de la qualité de l observance et de la tolérance, - Prescription d oxygène à la sortie d hospitalisation pour épisode aigu o systématiquement réévaluée par un Pneumologue dans un délai de 3 mois. - Contrôle pneumologique de l état de santé du patient, des données fonctionnelles et gazométriques o tous les 3 à 6 mois ou selon l état de gravité du patient. o Réévaluation de la prescription et notamment des débits d oxygène selon l état respiratoire du patient.

20 L oxygénothérapie : dans quelles circonstances et pour quels patients? Points clés : L oxygénothérapie de longue durée (plus de 15h/jour) augmente la survie des patients au stade d insuffisance respiratoire chronique grave (G1+). Il n y a pas d indication à une oxygénothérapie nocturne en dehors du cadre de l OLD (G2-) L oxygénothérapie à l exercice est indiquée - chez le BPCO bénéficiant d une OLD - lorsqu existe une désaturation associée significative à l effort (G2+) - et peut trouver une indication dans un programme de réentrainement à l exercice.

21 Prise en charge des comorbidités et des pathologies associées? Usage des béta bloquants - Les béta bloquants cardiosélectifs peuvent être utilisés sans risque dans les BPCO légères et modérées, même chez les sujets âgés. o Ils réduisent la mortalité chez les patients porteurs des 2 pathologies associées (Niveau de preuve modéré). Traitement d un syndrome dépressif - La dépression est une comorbidité très fréquemment retrouvée dans la BPCO. o Sa prise en charge ne diffère guère de celle de la dépression isolée, o mais son traitement améliore la qualité de vie du BPCO. - La réhabilitation améliore de façon significative la dépression associée à la BPCO (Niveau de preuve faible) Traitement d une ostéoporose - L ostéoporose est fréquente dans la BPCO, surtout dans les formes les plus sévères, et lors de l utilisation de corticoïdes inhalés. o Sa prise en charge ne semble pas différer de celle de l ostéoporose habituelle.

Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Place de l EFR dans le traitement de l asthme et de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE-LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Préambule Démarche médicale Poser le diagnostic Établir et adapter

Plus en détail

Traitement de l asthme

Traitement de l asthme Traitement de l asthme Dr. Samy Kammoun SFAX L obstruction bronchique secondaire à plusieurs composantes Bronchoconstriction Œdème de la paroi bronchique Hypersécrétion bronchique 2 Site web de l Am. Academy

Plus en détail

BPCO. EPU du 15/09/2004

BPCO. EPU du 15/09/2004 La BPCO EPU du 15/09/2004 Définition La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se définit comme une maladie chronique qui est lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti BRONCHITE CHRONIQUE BPCO EMPHYSEME BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminution peu ou pas réversible

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant

Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant Prise en charge thérapeutique de l asthme grave de l enfant Rola Abou Taam Pneumologie et Allergologie Pédiatriques Hôpital Necker-Enfants Malades Paris 4ème Congrès Francophone Pédiatrique de Pneumologie

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

BPOC : Nouvelle classification, nouveaux traitements. Dr Hanquet Olivier CHU Charleroi SBP le 2 décembre 2016

BPOC : Nouvelle classification, nouveaux traitements. Dr Hanquet Olivier CHU Charleroi SBP le 2 décembre 2016 BPOC : Nouvelle classification, nouveaux traitements Dr Hanquet Olivier CHU Charleroi SBP le 2 décembre 2016 DEFINITION Définition : précisions BPCO : Définition fonctionnelle respiratoire : obstruction

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2013 Ce document est téléchargeable

Plus en détail

Séminaire BPCO. Infos à donner au patient. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé

Séminaire BPCO. Infos à donner au patient. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé Séminaire BPCO Infos à donner au patient Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect,

Plus en détail

Effet de la réhabilitation respiratoire chez les patients porteur de BPCO

Effet de la réhabilitation respiratoire chez les patients porteur de BPCO Effet de la réhabilitation respiratoire chez les patients porteur de BPCO Journée nationale de rééducation fonctionnelle Tlemcen le 22-23/09/2012 Faculté de médecine Tlemcen Pr M. Benmansour BPCO «Broncho

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive FÉVRIER

Plus en détail

Broncho-pneumopathies chroniques obstructives

Broncho-pneumopathies chroniques obstructives Broncho-pneumopathies chroniques obstructives Définitions Définie comme «une obstruction chronique des voies aériennes, non complètement réversible, habituellement progressive, associée à une réaction

Plus en détail

AMICALE CANEUM. Séance du jeudi mardi 15 mai Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive. Avec la participation du Professeur Thierry CHINET,

AMICALE CANEUM. Séance du jeudi mardi 15 mai Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive. Avec la participation du Professeur Thierry CHINET, AMICALE CANEUM Séance du jeudi mardi 15 mai 2012 Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive Avec la participation du Professeur Thierry CHINET, Chef de service de pneumologie, hôpital Ambroise Paré 1 -

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique. Cas clinique 2.

Insuffisance respiratoire chronique. Cas clinique 2. Insuffisance respiratoire chronique Cas clinique 2. Monsieur D, 60 ans, vous est adressé pour dyspnée se majorant depuis 1 an. L interrogatoire retrouve un tabagisme actif évalué à 30 paquets année, une

Plus en détail

DEFINITION. Chronicité, Variabilité, Réversibilité

DEFINITION. Chronicité, Variabilité, Réversibilité ASTHME DEFINITION CLINIQUE : Crise de dyspnée, paroxystique, sifflante, volontiers nocturne, récidivante, réversible spontanément ou sous l effet du traitement. Chronicité, Variabilité, Réversibilité DEFINITION

Plus en détail

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive Figure 1 Orientation devant une symptomatologie de bronchite chronique Figure 2 : le rapport VEMS/CVF post-bd est mesuré à 50% (< 70%) en pré-bd et est

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie obstructive LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie obstructive Actualisation Mars 2011 Ce document est téléchargeable

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 SYMBICORT TURBUHALER 200/6 mg par dose, poudre pour inhalation Inhalateur de 120 doses SYMBICORT TURBUHALER 400/12

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS (novembre 2014) L accompagnement du patient atteint de BPCO

DOSSIER DU MOIS (novembre 2014) L accompagnement du patient atteint de BPCO DOSSIER DU MOIS (novembre 2014) L accompagnement du patient atteint de BPCO On dénombre 16 000 décès chaque année des suites de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), affection qui touche

Plus en détail

Oxygénothérapie. Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée)

Oxygénothérapie. Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée) Traitement Oxygénothérapie Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée) Une OLD est indiquée chez les patients BPCO lorsque: à distance d un épisode

Plus en détail

Le MPOC. Rafid Haidar Gatineau 2008

Le MPOC. Rafid Haidar Gatineau 2008 Le MPOC Rafid Haidar Gatineau 2008 Sommaire Definitions et Epidimiologie Facteurs de Risque Diagnostique Spirometrie Traitement de MPOC chronique Traitement d exacerbation MPOC Oxygene Achete pas un PC

Plus en détail

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Evaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise en place d une démarche d accompagnement à l arrêt du tabac auprès

Plus en détail

Traitements de l asthme de l adulte

Traitements de l asthme de l adulte Traitements de l asthme de l adulte Pierre-Régis Burgel Service de Pneumologie, Hôpital Cochin Epidémiologie: prévalence de l asthme en France Population adulte : 5,8% en 2000 Plus élevée chez l enfant

Plus en détail

«Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008

«Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008 «Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008 Flenley 1985 Association d une BPCO et d un syndrome d apnées obstructives du sommeil Plan BPCO définition Hypoxémie nocturne et BPCO Overlap syndrome: population

Plus en détail

BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE : dépistage, diagnostic et prise en charge par le médecin généraliste.

BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE : dépistage, diagnostic et prise en charge par le médecin généraliste. BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE : dépistage, diagnostic et prise en charge par le médecin généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 QVAR AUTOHALER 100 microgrammes/dose, solution pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 200 doses (CIP : 351 606-9) TEVA SANTE béclométasone Liste

Plus en détail

Référentiel ECN du collège des enseignants de pneumologie

Référentiel ECN du collège des enseignants de pneumologie http://www.splf.org/s/spip.php?article1445 Référentiel ECN du collège des enseignants de pneumologie Mr X, 55 ans Tabagisme à 40 paquet-années, encore actif, et HTA Symptomatologie de bronchite chronique

Plus en détail

ALD 14 INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE À UNE BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE GUIDE MÉDECIN

ALD 14 INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE À UNE BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE GUIDE MÉDECIN ALD 14 INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE À UNE BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE GUIDE MÉDECIN - 1 - SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...3 GUIDE MÉDECIN DE L ALD 14, BPCO...4

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 26 avril 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 26 avril 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 26 avril 2006 BECLOSPIN 400 microgrammes/1 ml, suspension pour inhalation par nébuliseur en récipient unidose Boîte de 20 récipients unidoses (CIP : 369 634-4) BECLOSPIN

Plus en détail

Les urgences de l enfant asthmatique

Les urgences de l enfant asthmatique Les urgences de l enfant asthmatique Neuvièmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud- Ouest. Décembre 2008 Stéphane DEBELLEIX Pneumopédiatre Centre de Référence R des Maladies Neuromusculaires Définitions

Plus en détail

Traitement substitutif du Déficit primitif en alpha-1-antitrypsine (emphysème pulmonaire)

Traitement substitutif du Déficit primitif en alpha-1-antitrypsine (emphysème pulmonaire) Traitement substitutif du Déficit primitif en alpha-1-antitrypsine (emphysème pulmonaire) ACOPHRA Chambéry, 4 Octobre 2012 Stéphanie HEDOUX 1 Traitements non spécifiques de l emphysème pulmonaire Arrêt

Plus en détail

Traitement de fond d un asthme

Traitement de fond d un asthme Traitement de fond d un asthme Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com OBJECTIF : A l'état stable, contrôle de l'asthme : mener une vie normale, c'està-dire - Peu ou pas de symptômes

Plus en détail

Introduction. Nos outils Notre expérience Conclusion Témoignages.

Introduction. Nos outils Notre expérience Conclusion Témoignages. EDUCATION THERAPEUTIQUE Introduction L Equipe d éducation Nos outils Notre expérience Conclusion Témoignages Education therapeutique A L AR RAIRLOR Un Médecin Une Infirmière L EQUIPE Une Kiné-Psychologue

Plus en détail

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand DEPISTAGE DE LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE EN MEDECINE GENERALE PAR MINI-SPIROMETRIE ELECTRONIQUE ETUDE DE PREVALENCE parmi des patients à risque

Plus en détail

ENSEMBLE POUR LA PRÉVENTION ET LA GESTION DE LA MPOC

ENSEMBLE POUR LA PRÉVENTION ET LA GESTION DE LA MPOC Rep é r a g e C o n f i r m a t i o n d i a g n o s t i c ENSEMBLE POUR LA PRÉVENTION ET LA GESTION DE LA MPOC Progra mme Visite 1 1 2 3 4 6 9 12 15 18 24 M é d e c i n d e f a m i ll e I n h a lo t h

Plus en détail

Module 11 - Edition Item 227 page 1 Copyright CMIT ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 11 - Edition Item 227 page 1 Copyright CMIT ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX Module 11 - Edition 2008 - Item 227 page 1 ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une bronchopneumopathie chronique obstructive II. Identifier les situations

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive G U I D E A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Octobre 2006 Ce guide médecin est

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 avril 2012 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 06 juillet 2007 (JO du 29 avril 2009) KETEK 400 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 18 avril 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE Asthme aigu grave Dr Céline CHARASSE PLAN Épidémiologie Définition Facteurs de risque Aspects cliniques Aspects gazométriques Traitement 9 % enfants France 2002-2010 : Epidémiologie 35 000 séjours hospitaliers

Plus en détail

ASTHME : Plan du cours

ASTHME : Plan du cours ASTHME : Plan du cours Définitions : GINA, anatomique, fonctionnelle Epidémiologie L asthme au quotidien La crise d asthme: signes et traitement Facteurs déclenchants et/ou aggravants L asthme en état

Plus en détail

DYSKINESIE CILIAIRE PRIMITIVE A L AGE L ADULTE: ATTEINTE RESPIRATOIRE

DYSKINESIE CILIAIRE PRIMITIVE A L AGE L ADULTE: ATTEINTE RESPIRATOIRE DYSKINESIE CILIAIRE PRIMITIVE A L AGE L ADULTE: ATTEINTE RESPIRATOIRE Dr Romain LAZOR Centre de référence des maladies orphelines pulmonaires, Hôpital Louis Pradel, Hospices Civils de Lyon, et Service

Plus en détail

Sommaire! BPCO! Spirométrie miniaturisée PiKo-6!

Sommaire! BPCO! Spirométrie miniaturisée PiKo-6! BPCO! Définition! Chiffres! Évolution! Diagnostic! Mesure du souffle! Prévention, prise en charge! Dépistage! Sommaire! Spirométrie miniaturisée PiKo-6! BPCO! Définition! Maladie chronique, lentement progressive!

Plus en détail

Infection des voies respiratoires basses : évaluation initiale et orientation des patients

Infection des voies respiratoires basses : évaluation initiale et orientation des patients Question 2 Infection des voies respiratoires basses : évaluation initiale et orientation des patients Pneumonies aiguës communautaires (PAC) 1 PAC Évaluation de sa gravité Gravité systématiquement appréciée

Plus en détail

Actualités BPCO. Définition, physiopathologie Fréquence Dépistage Prévention

Actualités BPCO. Définition, physiopathologie Fréquence Dépistage Prévention Actualités BPCO Définition, physiopathologie Fréquence Dépistage Prévention AMMPPU Faulquemont le 25 09 2009 Docteur Etienne ROYER Pneumologue - Hospitalor - 57500 Saint-Avold Mes liens d intérêt Spécialiste

Plus en détail

Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007

Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Quelques nouveautés dans le traitement de l asthme faisons le point Catherine Lemière, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007

Plus en détail

L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier. Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie

L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier. Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie Place de l Asthme dans le paysage médical français L Asthme c est Environ

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive FÉVRIER 2012 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de

Plus en détail

TRAJECTOIRE DE SERVICES POUR LA CLIENTÈLE ATTEINTE DE MALADIES PULMONAIRES OBSTRUCTIVES CHRONIQUES (MPOC)

TRAJECTOIRE DE SERVICES POUR LA CLIENTÈLE ATTEINTE DE MALADIES PULMONAIRES OBSTRUCTIVES CHRONIQUES (MPOC) TRAJECTOIRE DE SERVICES POUR LA CLIENTÈLE ATTEINTE DE MALADIES PULMONAIRES OBSTRUCTIVES CHRONIQUES (MPOC) Présentation SoQibs 25 avril 2007 Johanne Roy, M.Sc. Inf. Chargée de projet Agence de la santé

Plus en détail

Recommandations de la SPLF sur la réhabilitation du malade atteint de BPCO. Conférence d experts

Recommandations de la SPLF sur la réhabilitation du malade atteint de BPCO. Conférence d experts sur la réhabilitation du malade atteint de BPCO 2005 Groupes de travail avec revue exhaustive de la littérature Propositions de recommandations sur vote Tout à fait d accord (> 85%) Pas tout à fait d accord

Plus en détail

Les insuffisances respiratoires. Ce chapitre regroupe les insuffisances Respiratoires aigues et chroniques.

Les insuffisances respiratoires. Ce chapitre regroupe les insuffisances Respiratoires aigues et chroniques. Les insuffisances respiratoires Ce chapitre regroupe les insuffisances Respiratoires aigues et chroniques. A- Insuffisance respiratoire chronique (IRC) : 1. Définition : Stade ultime d une affection respiratoire

Plus en détail

Actualisation des recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO*

Actualisation des recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO* **PNEUMO 3/2003 25/06/03 9:31 Page 130 Actualisation des recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO* Points essentiels L a Société de pneumologie de langue française (SPLF) publiait

Plus en détail

FARM 2129: Pharmacologie spéciale. Bronchite aiguë. Bronchite chronique. Bronchite aiguë et chronique

FARM 2129: Pharmacologie spéciale. Bronchite aiguë. Bronchite chronique. Bronchite aiguë et chronique 1 FARM 2129: Pharmacologie spéciale Bronchite aiguë Bronchite chronique 2 BRONCHITE AIGUE Affection fréquente chez tout type de patient. Présentation clinique: toux aiguë chez un patient sans antécédants

Plus en détail

ASPECT PNEUMOLOGIQUE DU CAS CLINIQUE

ASPECT PNEUMOLOGIQUE DU CAS CLINIQUE ASPECT PNEUMOLOGIQUE DU CAS CLINIQUE Bronchopneumonie BPCO sévère Traitements symptomatiques Traitement causal Oxygénothérapie Fluidifiants Kiné respiratoire +++ Broncho-aspiration? VNI? Revoir mode d

Plus en détail

Module 11 - Edition Item 227 page 1 ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX POUR MIEUX COMPRENDRE

Module 11 - Edition Item 227 page 1 ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX POUR MIEUX COMPRENDRE Module 11 - Edition 2006 - Item 227 page 1 ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une bronchopneumopathie chronique obstructive II. Identifier les situations

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pour qui? Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine Anne GUILLAUMOT 26 Septembre 2009 L Education Thérapeutique du Patient atteint

Plus en détail

Etait une curiosité (rareté) au moment de sa description il y a 50 ans ( ) par Auchinloss et al, Sieker et al, Weil et al,

Etait une curiosité (rareté) au moment de sa description il y a 50 ans ( ) par Auchinloss et al, Sieker et al, Weil et al, Le syndrome obésité hypoventilation (SOH) Etait une curiosité (rareté) au moment de sa description il y a 50 ans (1955-1956) par Auchinloss et al, Sieker et al, Weil et al, Burwell et al. Est considéré

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2001 INOmax 400ppm mole/mole, gaz pour inhalation Bouteille de 10litres

Plus en détail

RÉENTRAÎNEMENT À L EFFORT DANS LA BPCO DR FANNY VOISIN 01/12/2015- SAINT BRIEUC

RÉENTRAÎNEMENT À L EFFORT DANS LA BPCO DR FANNY VOISIN 01/12/2015- SAINT BRIEUC RÉENTRAÎNEMENT À L EFFORT DANS LA BPCO DR FANNY VOISIN 01/12/2015- SAINT BRIEUC ORGANISATION DU COURS Définitions, rappels BPCO Réhabilitation respiratoire Bases physiopathologiques du réentraînement à

Plus en détail

Dr Larrousse Cabinet de Pneumologie 23 Bd de Strasbourg Toulon

Dr Larrousse Cabinet de Pneumologie 23 Bd de Strasbourg Toulon BPCO Dr Larrousse Cabinet de Pneumologie 23 Bd de Strasbourg Toulon BPCO: où en êtes-vous? l Définition? l Epidemio? l Diagnostic? l Traitement? Définition* Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive Maladie

Plus en détail

Séminaire de DES de pneumologie du 6 décembre MALRIN Roxane

Séminaire de DES de pneumologie du 6 décembre MALRIN Roxane Séminaire de DES de pneumologie du 6 décembre 2013 MALRIN Roxane Introduction: Contexte: BPCO (Broncho pneumopathie chronique obstructive) est caractérisée par une limitation fonctionnelle respiratoire,

Plus en détail

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation Jean-Pierre LAABAN Hôtel-Dieu, Paris Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Syndrome obésité-hypoventilation (SOH) Défini par l existence d une

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

BPCO Définition. Rev Mal Respir 2003; 20: 4S10-4S13

BPCO Définition. Rev Mal Respir 2003; 20: 4S10-4S13 BPCO Définition Maladie chronique, lentement progressive Touchant bronches et poumons Entraînant une diminution non (ou peu) réversible des débits expiratoires Essentiellement liée au tabac Composante

Plus en détail

Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé

Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé Actualités en pneumologie pédiatrique : Omalizumab Traitement de l asthme sévère allergique, non contrôlé Dr Stéphane DEBELLEIX PH Pneumologie Pédiatrique CHU Bordeaux Médecin co-investigateur Accelence

Plus en détail

Aspects pratiques de l Oxygénothérapie au cours des efforts.

Aspects pratiques de l Oxygénothérapie au cours des efforts. 21-22 Septembre, Lyon Aspects pratiques de l Oxygénothérapie au cours des efforts. Jean-Christian Borel, Grenoble j.borel@agiradom.com Quels sont les marqueurs d efficacité de l O 2 à l effort? Quelle(s)

Plus en détail

COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION?

COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? COMMENT PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? Pr Christophe ARBUS CHU de Toulouse Pôle de Psychiatrie Gérontopôle POURQUOI PORTER UN DIAGNOSTIC DE DÉPRESSION? Selon les critères du DSM-IV-TR, dans la population

Plus en détail

Contrôler l asthme, c est possible!!

Contrôler l asthme, c est possible!! Contrôler l asthme, c est possible!! Dr Camille Taillé Service de Pneumologie, Hôpital Bichat, Paris. Tous droits réservés - C.Taillé Liens d intérêt J ai actuellement, ou j ai eu au cours des 3 dernières

Plus en détail

FARM 2227 : Pharmacologie spéciale. Bronchite aiguë BRONCHITE AIGUE

FARM 2227 : Pharmacologie spéciale. Bronchite aiguë BRONCHITE AIGUE FARM 2227 : Pharmacologie spéciale Bronchite aiguë 1 BRONCHITE AIGUE Affection fréquent chez tous les patients. Présentation clinique: toux aiguë chez un patient sans antécédants pulmonai res et sans signes

Plus en détail

COMMENT JE TRAITE l asthme aujourd hui et demain

COMMENT JE TRAITE l asthme aujourd hui et demain COMMENT JE TRAITE l asthme aujourd hui et demain Cindy Barnig Pôle de Pathologie Thoracique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg cindy.barnig@chru-strasbourg.fr Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG

Plus en détail

Asthme chez l'adulte

Asthme chez l'adulte 22/10/14 DE WAARD Aurianne L3 CR : BAUMIER Vincent Appareil respiratoire Pr. CHARPIN 8 pages Asthme chez l'adulte Plan : Cas clinique A. Quel est votre diagnostic à l'admission aux urgences? B. Comment

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Asthme persistant sévère ALD 14 Insuffisance respiratoire chronique grave

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Asthme persistant sévère ALD 14 Insuffisance respiratoire chronique grave ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Asthme persistant sévère ALD 14 Insuffisance respiratoire chronique grave Janvier 2016 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

FARM 2227 : Pharmacologie spéciale. Bronchite aiguë

FARM 2227 : Pharmacologie spéciale. Bronchite aiguë FARM 2227 : Pharmacologie spéciale Bronchite aiguë 1 BRONCHITE AIGUE Affection fréquent chez tous les patients. Présentation clinique: toux aiguë chez un patient sans antécédants pulmonai res et sans signes

Plus en détail

Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur la réhabilitation du malade atteint de BPCO

Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur la réhabilitation du malade atteint de BPCO Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur la réhabilitation du malade atteint de BPCO Conférence d experts Question 1 : Quelles sont les définitions de la réhabilitation respiratoire

Plus en détail

QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères. Cocher les réponses justes

QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères. Cocher les réponses justes QCM DIUFRAL 2014 Module 4 : Pneumologie Module 5 : Hyménoptères Cocher les réponses justes 1. Concernant la pathologie asthmatique, quelles sont les propositions exactes? A. L asthme est une maladie inflammatoire

Plus en détail

Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque

Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque Francis MARTIN Unité des pathologies du sommeil Centre Hospitalier de Compiègne France Congrès de pathologie thoracique Dalat Vietnam

Plus en détail

Actualisation des recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO

Actualisation des recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO Textes officiels Actualisation des recommandations de la SPLF pour la prise en charge de la BPCO Points essentiels La Société de Pneumologie de Langue Française publiait en 1997 des recommandations pour

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

Asthme aigu aux urgences Expérience française ASUR Sergio Salmeron Hôpital Saint Joseph, Paris

Asthme aigu aux urgences Expérience française ASUR Sergio Salmeron Hôpital Saint Joseph, Paris Asthme aigu aux urgences Expérience française Sergio Salmeron Hôpital Saint Joseph, Paris Asthme en France Prévalence cumulée de l asthme 8% population générale = 5 millions Prévalence actuelle 5% population

Plus en détail

Prise en charge globale de la BPCO : identifier et gérer les co morbidités

Prise en charge globale de la BPCO : identifier et gérer les co morbidités Prise en charge globale de la BPCO : identifier et gérer les co morbidités Pierre Régis BURGEL Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Vendredi 30 janvier 2009 Co morbidité: définition Autre pathologie

Plus en détail

Asthme. Dr Thibault Vieira Chef de clinique assistant Hôpital Tenon

Asthme. Dr Thibault Vieira Chef de clinique assistant Hôpital Tenon Asthme Dr Thibault Vieira thibault.vieira@aphp.fr Chef de clinique assistant Hôpital Tenon Définition Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes une obstruction bronchique diffuse et variable,

Plus en détail

SAOS et Hypoventilation

SAOS et Hypoventilation SAOS et Hypoventilation Symposium Philips JPRS Septembre 2011 Thibaut Gentina Laboratoire du sommeil Pneumologie Clinique de la Louvière - Lille SAOS et Hypoventilation 1- Hypoventilation : Définition

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 ÉVALUATION DE LA PERSONNE SOUFFRANT D UN DÉSORDRE RESPIRATOIRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 ÉVALUATION DE LA PERSONNE SOUFFRANT D UN DÉSORDRE RESPIRATOIRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 ÉVALUATION DE LA PERSONNE SOUFFRANT D UN DÉSORDRE RESPIRATOIRE Introduction........................................................................ 2 1.1 RAISONNEMENT CLINIQUE.................................................

Plus en détail

PATHOLOGIES RESPIRATOIRES ET OBESITE

PATHOLOGIES RESPIRATOIRES ET OBESITE PATHOLOGIES RESPIRATOIRES ET OBESITE L obésité: un nouveau facteur de risque de l asthme? Le syndrome obésité-hypoventilation ou le syndrome de Pickwick revisté Le syndrome d apnée du sommeil et obésité

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

Phénotypage des patients BPCO

Phénotypage des patients BPCO Phénotypage des patients BPCO Pierre-Régis BURGEL Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Définition de la sévérité de la BPCO Classification GOLD I : LÉGER II: MODÉRÉ III: SÉVÈRE IV: TRÈS SÉVÈRE

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 octobre 2002 KREDEX 6,25mg, comprimés pelliculés sécables Boîte de 14 et de 28 KREDEX 12,5mg, comprimés pelliculés sécables Boîte

Plus en détail

Bronchite aiguë. Bronchite chronique

Bronchite aiguë. Bronchite chronique FARM 2129: Pharmacologie spéciale Bronchite aiguë Bronchite chronique 1 BRNCHITE AIGUE Affection fréquente chez tout type de patient. Présentation clinique: toux aiguë chez un patient sans antécédants

Plus en détail

Coupler la spirométrie au TM6. Malade BPCO

Coupler la spirométrie au TM6. Malade BPCO Coupler la spirométrie au TM6 Malade BPCO BPCO Mécanismes - Obstruction bronchique - BPCO Exemple: Robinet - EAU - Tuyau Débit Eau Tuyau (limitation du débit) Obstruction bronchique intrinsèque

Plus en détail

Bronchite aiguë BRONCHITE AIGUE

Bronchite aiguë BRONCHITE AIGUE Bronchite aiguë 1 BRONCHITE AIGUE Affection fréquente chez tous les patients. Présentation clinique: toux aiguë chez un patient sans antécédants pulmonai res et sans signes de pharyngite, sinusite ou pneumonie

Plus en détail

LA BPCO. Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic

LA BPCO. Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic LA BPCO Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic BPCO : définition Maladie «soignable» et que l on peut prévenir Limitation des débits bronchiques non complètement réversible

Plus en détail

de BPCO diminution de débit est dûe à la réduction du diamètre des bronches.

de BPCO diminution de débit est dûe à la réduction du diamètre des bronches. de BPCO Dr VOISIN F. 01/12/2015 F.voisin@chbretagnesud.fr I Définitions, rappels a ce que la BPCO? La BPCO ou bronchopneumopathie chronique obstructive est une maladie respiratoire principalement liée

Plus en détail

Les symptômes respiratoires en fin de vie

Les symptômes respiratoires en fin de vie Les symptômes respiratoires en fin de vie Autour d un cas Elodie DUGARET, médecin généraliste Centre médical Annie Enia Cambo les Bains Stephane MARTIN, masseur kinésithérapeute ostéopathe Capbreton Démarche

Plus en détail

E. L amélioration des symptômes d asthme est souvent spontanée ou facilitée par les bronchodilatateurs?

E. L amélioration des symptômes d asthme est souvent spontanée ou facilitée par les bronchodilatateurs? QCM Pneumo Allergologie, 11/2014 Pr Gilles Devouassoux Service de Pneumologie, Hôpital de la Croix Rousse, Lyon 1. Concernant la pathologie asthmatique, quelles sont les propositions exactes? A. L asthme

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES MEDICALES AVIS DE LA COMMISSION. 17 avril 2012

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES MEDICALES AVIS DE LA COMMISSION. 17 avril 2012 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES MEDICALES AVIS DE LA COMMISSION 17 avril 2012 Dispositifs et prestations associées : Dispositifs médicaux et prestations associées

Plus en détail

BPCO DEPISTAGE ET ATTITUDE PRATIQUE

BPCO DEPISTAGE ET ATTITUDE PRATIQUE BPCO DEPISTAGE ET ATTITUDE PRATIQUE 20 MAI 2006 Château d Esclimont CORINNE DELAISEMENTS POL CMCO EVRY Broncho-pneumopathie chronique obstructive La BPCO est une maladie chronique, lentement progressive,

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 mai 2008 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 mai 2008 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 mai 2008 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant: Demandeur : Données disponibles : Service Rendu (SR) : Indications

Plus en détail

Dossier Progressif. Maturation - Vulnérabilité - Santé mentale - Conduites addictives 77. Addiction au tabac

Dossier Progressif. Maturation - Vulnérabilité - Santé mentale - Conduites addictives 77. Addiction au tabac Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail