concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY"

Transcription

1 Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY au cours des exercices 1990 et suivants. En l'absence de réponse de votre part, et comme je vous le précisais dans ma lettre, ces observations revêtent désormais un caractère définitif. Elles portent sur les points suivants : la situation financière et les relations avec la SAGLAT Elles font l'objet du document ci-joint. En application des dispositions de l'article L du Code des Juridictions Financières, ces observations définitives devront être communiquées à votre assemblée délibérante dès sa plus proche réunion. Elles devront notamment faire l'objet d'une inscription à son ordre du jour et être jointes à la convocation adressée à chacun de ses membres. Le texte de ces observations devenant communicable à toute personne qui

2 en ferait la demande, la chambre vous serait obligée de bien vouloir lui indiquer à quelle date et selon quelles modalités aura été effectuée cette communication. Je précise, en outre, qu'en application des dispositions de l'article 127 du décret no du 23 août 1995, une copie de ces observations est transmise au Préfet et au Trésorier-payeur général de la SAVOIE. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma considération la plus distinguée. Christian DESCHEEMAEKER, Conseiller-maître à la Cour des comptes RELEVE D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SIVOM DE SAINT-FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY (Savoie) I - SITUATION FINANCIERE La situation financière du syndicat est préoccupante. L'endettement, qui représente plus de trois fois les recettes ordinaires annuelles, est la cause de difficultés récurrentes. Ainsi le syndicat a du, pour faire suite à l'avis de la Chambre du 23 septembre 1992, consolider sa ligne de trésorerie et, par trois fois, en 1992 et en 1996, dans l'impossibilité de faire face à une échéance, actionner sa caution. Le remboursement de la dette obère toute marge de manoeuvre : l'annuité et les frais de personnel font ensemble plus des 2/3 des recettes ordinaires annuelles.

3 Le Syndicat doit rechercher un équilibre de financement plus stable, ses recettes propres représentant à peine plus du tiers de ses recettes totales. Une pause dans le financement par l'emprunt est nécessaire. II - RELATION AVEC LA SOCIETE SAGLAT La Société SAGLAT (Société Anonyme pour le Grand Longchamp et Aménagements Touristiques) a été et demeure l'exploitante du domaine skiable dont elle est concessionnaire. Les collectivités et la Société, animées d'un objectif commun, ont toujours entretenu des relations très étroites à la mesure de l'enjeu économique. La station située principalement sur les territoires de SAINT-FRANCOIS LONGCHAMP et MONTGELLAFREY et secondairement sur ceux de MONTAIMONT et de LA LECHERE, est à une altitude comprise entre et m. Elle possède 5600 lits, 65 km de pistes, 4 télésièges et 13 téléskis. La liaison avec VALMOREL accroît le domaine skiable en le portant à 165 km de pistes. La relation du Syndicat avec la SAGLAT a évolué dans le temps : actionnaire à 40 % en 1986, il s'est désengagé en La SEM a été définitivement rendue au secteur privé en LE COUT 1-1. les apports en capital Ils ont été de 9,6 MF en 1986 pour acquérir 40 % du capital, de 3,7 MF en 1990 pour abandonner cette participation. Le coût

4 financier de ces apports, le Syndicat les ayant financés par l'emprunt, représente les intérêts suivants, payables sur la durée des emprunts, soit une quinzaine d'années : 7,1 MF d'intérêts cumulés pour l'apport de ,1 MF d'intérêts cumulés pour l'apport de Ces sommes, en francs courants, correspondent à l'effort financier supporté par le SIVOM pour une participation au capital pendant 4 ans seulement. La participation du SIVOM à la société SAGLAT est un actif financier identifié sous le libellé "titres de participation" au bilan tenu par le comptable public. Au 31 décembre 1995, terme de la période de contrôle juridictionnel, cet actif figure pour 13,264 MF, alors que les titres n'appartiennent plus à la collectivité depuis 5 ans. L'ordonnateur devait fournir toute information utile au comptable public, afin que ce dernier puisse constater en comptabilité, année après année, la dépréciation des titres, puis leur sortie de l'actif. Le Syndicat, normalement destinataire des comptes annuels de la Société en qualité d'actionnaire, avait le moyen d'assurer le suivi de son investissement financier puis sa disparition pure et simple et ainsi de présenter un bilan économique fidèle engagements résiduels Alors que le Syndicat n'est plus actionnaire depuis 1990, il doit

5 néanmoins respecter ses engagements antérieurs, soit : - deux emprunts pour un total de 6 MF en capital restant à rembourser au 1er janvier 1998, jusqu'au terme de 2002 ; - deux dettes envers des collectivités qui, cautions du Syndicat, se sont substituées à lui pour des échéances en Le total restant à rembourser, du 1er janvier 1998 jusqu'au terme de 2004, est de 1,4 MF, soit 1 MF au Département, et 0,4 MF à la commune de SAINT-FRANCOIS LONGCHAMP ; - il demeure une créance résiduelle de 1,4 MF sur la SAGLAT, dont le syndicat doit poursuivre le recouvrement. Ce n'est pas une charge à proprement parler mais le syndicat doit faire diligence sous peine de perdre sa créance. La chambre observe à ce propos que cette créance résulte du protocole d'accord du 14 avril 1995 qui a fait masse de plusieurs créances et en a aménagé le règlement sur une période de 6 ans s'achevant en l'an Parmi ces créances figuraient des taxes sur les remontées mécaniques, de nature fiscale, dont le régime de recouvrement est réglementaire. donc impossible à aménager contractuellement. Le cahier des charges du 8 mars 1996, élaboré avec la Trésorerie générale, la Sous-préfecture et le Service d'etudes et d'aménagement Touristique de la Montagne, stipule que la commune (par le relais du SIVOM éventuellement) doit mettre son domaine skiable à disposition de

6 la société exploitante. Cet engagement va de soi mais encore faut-il que le délégataire ait été régulièrement désigné, en application de la loi Sapin du 29 janvier 1993, après publicité et appel d'offre, ce qui n'a pas été le cas pour la SAGLAT Dépenses diverses La Chambre relève, parmi celles-ci, que des frais d'affranchissement, de l'ordre de F par an, ont été payés directement à la SEM, équipée d'une machine à affranchir. Cette pratique présente un caractère utile puisque, faute d'équipement propre, le SIVOM serait contraint de faire affranchir son courrier au bureau de poste distant d'une quinzaine de kilomètres. Néanmoins, une convention est obligatoire. Il a été relevé également que les anciens actionnaires vendant leurs actions à la collectivité, avaient consenti un délai de 5 ans, pour le paiement de 1,2 MF, soit le 8ème du prix de leurs actions, en contrepartie d'intérêts payables en nature sous forme de cartes forfait-ski (60 par an). Cet accord a fait l'objet d' une délibération et de conventions individuelles passées entre le SIVOM et chaque cédant. Cependant, cette modalité de paiement, même si le coût de l'intérêt se situe au niveau d'un taux acceptable de 5,8 % environ, représente pour les

7 bénéficiaires un avantage dans la mesure où le coût de revient de la carte pour le SIVOM, environ F, constitue pour l'usager un prix particulièrement intéressant. De plus, l'opération consistant à acquérir des cartes, puis à les distribuer, est une gestion de valeurs inactives qui requiert à tout le moins l'intervention et le contrôle du comptable public. Enfin cette dépense, soit approximativement F par an pendant 5 ans, doit s'analyser comme un coût financier supplémentaire de l'apport en capital de LES RETOMBEES Les fruits de la station de ski se partagent entre, d'une part, les communes sous forme d'activité économique et de fiscalité induites et, d'autre part, le SIVOM qui perçoit les redevances du domaine skiable, la taxe sur les remontées mécaniques et la taxe de séjour. Ces ressources se partagent comme suit : - redevance du domaine skiable : F ; elle n'a pas été perçue pendant deux années, 1995 et 1996, afin d'aider temporairement la société exploitante ; - taxes sur les remontées mécaniques : F ; - taxe de séjour : F. La Chambre constate que la sortie du capital de la SAGLAT en 1990 a allégé le risque financier encouru par le syndicat mais il reste une

8 période transitoire d'apurement des engagements antérieurs. Les ressources, quoique assez stables, ne compensent pas l'effort financier consenti.

Monsieur Gérard BETTANT. Président du District de Belley. 34 Grande rue 01 300 BELLEY. Monsieur le Président,

Monsieur Gérard BETTANT. Président du District de Belley. 34 Grande rue 01 300 BELLEY. Monsieur le Président, Monsieur Gérard BETTANT Président du District de Belley 34 Grande rue 01 300 BELLEY Monsieur le Président, Par lettre citée en référence, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur la gestion de la mutuelle de retraite

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

Vous trouverez, ci-joint, un nouvel exemplaire du rapport d'observations auquel est jointe la copie de votre réponse.

Vous trouverez, ci-joint, un nouvel exemplaire du rapport d'observations auquel est jointe la copie de votre réponse. Monsieur le Proviseur, Par courrier du 17 janvier 2003, je vous ai adressé le rapport d'observations relatif à la gestion du Lycée " Pierre-Simon de Laplace " pour les exercices 1995 et suivants que la

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission. Par lettre du 2 mars 2001, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion des exercices 1994 et suivants de votre établissement, conformément

Plus en détail

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a Monsieur PERRACHON Liquidateur de la Société d'aménagement du Morbihan 10, rue Saint-Tropez Boite postale 55 56002 VANNES CEDEX Par lettre du 17 septembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

GARANTIE D EMPRUNTS DES ETABLISSEMENTS DE FORMATION SANITAIRE ET SOCIALE PRIVÉS

GARANTIE D EMPRUNTS DES ETABLISSEMENTS DE FORMATION SANITAIRE ET SOCIALE PRIVÉS CONSEIL REGIONAL RHONE-ALPES Délibération n 15.12.272 DELIBERATION DE LA COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL REGIONAL GARANTIE D EMPRUNTS DES ETABLISSEMENTS DE FORMATION SANITAIRE ET SOCIALE PRIVÉS La commission

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

CALIA Conseil 24 rue Michal 75013 PARIS SARL au capital de 47 500 - RCS Paris 493 418 610 SIRET 493 418 610 0003 Tel: 01.76.74.80.

CALIA Conseil 24 rue Michal 75013 PARIS SARL au capital de 47 500 - RCS Paris 493 418 610 SIRET 493 418 610 0003 Tel: 01.76.74.80. CALIA Conseil 24 rue Michal 75013 PARIS SARL au capital de 47 500 - RCS Paris 493 418 610 SIRET 493 418 610 0003 Tel: 01.76.74.80.20 / Fax: 01.76.74.80.23 http://www.caliaconseil.fr - contact@caliaconseil.fr

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements

Plus en détail

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre à Monsieur Philippe VITU Directeur de la maison de retraite de Villeloin-Coulange " Les Baraquins " 36, rue des Loges 37450 VILLELOIN-COULANGE

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements se font

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

D'AGGLOMERATION DE CHALONS-EN-CHAMPAGNE --- 2005-164 SEANCE PUBLIQUE DU 17 NOVEMBRE 2005 09/ EFFORT REMOIS DEMANDE DE GARANTIE D'EMPRUNT

D'AGGLOMERATION DE CHALONS-EN-CHAMPAGNE --- 2005-164 SEANCE PUBLIQUE DU 17 NOVEMBRE 2005 09/ EFFORT REMOIS DEMANDE DE GARANTIE D'EMPRUNT FONCIER / HABITAT CONSEIL DE LA COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DE CHALONS-EN-CHAMPAGNE --- 2005-164 SEANCE PUBLIQUE DU 17 NOVEMBRE 2005 09/ EFFORT REMOIS DEMANDE DE GARANTIE D'EMPRUNT Rapporteur : M. HUET

Plus en détail

Fiscalité des comptes courants d'associés

Fiscalité des comptes courants d'associés Fiscalité des comptes courants d'associés Article juridique publié le 08/06/2015, vu 610 fois, Auteur : Innocent KOUAKOU Lorsqu une société est confrontée à des besoins en financement de sa trésorerie,

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES ***

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** DEFINITION D UNE POLITIQUE DE RECOUVREMENT 1 Entre la Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY

CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY 28/08/2014 La cession Dailly est un mécanisme par lequel un créancier, «le cédant», transmet à un établissement de crédit, «le cessionnaire», la propriété de créances

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

Mise à jour 2006 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas

Mise à jour 2006 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas Mise à jour 2006 1 QEPC/maj 2006 MGLBD Page 325 Remplacer l exercice E1, no. 5. par le suivant. E1. Choix multiples 5. Lors de la restructuration d une dette à long terme au moyen de la remise d éléments

Plus en détail

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008

Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Réforme de la M4 au 1 er janvier 2008 Comme l instruction M14 en 2006, l instruction M4 fait à son tour l objet d une réforme. La M4 s applique aux services publics locaux industriels et commerciaux (SPIC).

Plus en détail

Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON

Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON n 62 1 Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON Protocole de clôture de concession d aménagement entre Le Mans Métropole et CENOVIA. PREAMBULE Par convention publique d aménagement notifiée le 17/07/1987

Plus en détail

3 Cession par voie de location vente (hors M4)

3 Cession par voie de location vente (hors M4) 3 Cession par voie de location vente (hors M4) Quels textes de référence? Instruction M14 Tome 1 annexe 42 Instruction M52 Tome 1 annexe 37 et 38 Instruction M71 Tome 1 annexe 34 et 35 Article D 1617-19

Plus en détail

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS Annexe 2 Entre : Le Département de la Vienne, dont le siège social est situé : place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers cedex, représenté par le Président du Conseil

Plus en détail

Exemplaire "type" de Convention de coexploitation

Exemplaire type de Convention de coexploitation Exemplaire "type" de Convention de coexploitation Entre: 1. 2. 3. est conclu un contrat de société en vue de la coexploitation d'une exploitation agricole sous les conditions suivantes: Article 1: Les

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. C20 G/DP Le Président NOISIEL, le 29 DEC. 2006 N /G/80/06-1674 E N 06-0683 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

Dans ce cadre, la délibération suivante est proposée au conseil de communauté urbaine.

Dans ce cadre, la délibération suivante est proposée au conseil de communauté urbaine. DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RAPPORTEUR : M. LINCHENEAU DÉLIBÉRATION D_2015_175 SÉANCE DU 12 OCTOBRE 2015 PRESQU ILE HABITAT - ACQUISITION EN VEFA DE 23 LOGEMENTS 29 RUE INGÉNIEUR CACHIN CHERBOURG-OCTEVILLE

Plus en détail

Le contrat de sous-traitance

Le contrat de sous-traitance Le contrat de sous-traitance Billet du blog publié le 19/06/2015, vu 529 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code Civil Loi du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance Loi du 10 juin 1994 relative à

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002 La Présidente PP/PC à Monsieur le Président du Syndicat Intercommunal du collège de La Monnerie-le-Montel Hôtel de ville 63650

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DECLAREE. Proposé par le CICOS

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DECLAREE. Proposé par le CICOS MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DECLAREE Proposé par le CICOS Les statuts sont rédigés librement par les fondateurs ou l assemblée constitutive, et doivent tenir compte de la spécificité et du fonctionnement

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE. Le Président. AG/JF/BBA - n 02LOD023. Dijon, le 4 juillet 2002. P.J. : 1 annexe. Madame la principale,

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE. Le Président. AG/JF/BBA - n 02LOD023. Dijon, le 4 juillet 2002. P.J. : 1 annexe. Madame la principale, CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE Le Président AG/JF/BBA - n 02LOD023 Dijon, le 4 juillet 2002 P.J. : 1 annexe Madame la principale, Par lettre du 6 mai 2002, j'ai porté à votre connaissance,

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2012 DELIBERATION N CR-12/20.710 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DU CONTROLE DE GESTION Stratégie régionale de vérification (contrôle) des principaux bénéficiaires

Plus en détail

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7)

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7) Chapitre 2. Le bilan 1. Présentation générale du bilan 1.1. Définition C'est une représentation à une date donnée (à la clôture de l'exercice en général) du patrimoine de l'entreprise c'est-à-dire de tout

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail

IL EST EXPOSE CE QUI SUIT :

IL EST EXPOSE CE QUI SUIT : CONVENTION POUR PORTAGE FONCIER ENTRE : L Etablissement Public Foncier du Bas-Rhin (SIRET 507 679 033 00013), Représenté par son Directeur, M. Benoît GAUGLER, dûment habilité à cet effet par délibération

Plus en détail

Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving)

Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving) Comité national de fiabilité des comptes locaux Les emprunts assortis d une ligne de trésorerie (crédits revolving) Écritures budgétaires et comptables Caractéristiques des crédits revolving Ils sont connus

Plus en détail

Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur le Contrôle Interne à l Assemblée Générale Ordinaire du 12 décembre 2007

Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur le Contrôle Interne à l Assemblée Générale Ordinaire du 12 décembre 2007 . Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 19.000.000 euros Siège social : 17 Rue Beffroy 92 200 Neuilly Sur Seine RCS Nanterre B 393 430 608 Rapport du Président du Conseil

Plus en détail

Commissaire aux comptes

Commissaire aux comptes Fédération Internationale des Ligues des Droits de l Homme F.I.D.H. ASSOCIATION RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE 17, passage de la Main d Or 75011 PARIS Rapports du Exercice clos le 31 décembre 2005 18 rue

Plus en détail

Région Franche-Comté - Mobilité internationale des jeunes Règlement du programme DYNASTAGE APPRENTIS

Région Franche-Comté - Mobilité internationale des jeunes Règlement du programme DYNASTAGE APPRENTIS Région Franche-Comté - Mobilité internationale des jeunes Règlement du programme DYNASTAGE APPRENTIS Départs 2016 Délibération des 18 et 19 décembre 2014 Dans l attente des orientations qui seront fixées

Plus en détail

Le prix de revient prévisionnel de cette opération est estimé à : 456.512

Le prix de revient prévisionnel de cette opération est estimé à : 456.512 GARANTIE D'EMPRUNT CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE CHALONS-EN-CHAMPAGNE --- SEANCE PUBLIQUE DU 25 MARS 2004 N 2004-66 21/ S.E.M.CHA DEMANDE DE GARANTIE D'EMPRUNT POUR LA PHASE 1 DE LA CASERNE CHANZY-FORGEOT

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MM les Directeurs 23/11/81 des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR Réf. : DGR

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE Le plan CO.RAIL (Contrat de Reprise d Activité et d Initiative Locale) a été initié fin mars 2009 par le Secrétariat d Etat chargé de l Outre-mer (SEOM),

Plus en détail

Pays de Fontenay-le-Comte Sud-Vendée TAXE DE SÉJOUR 2015. Mode d emploi AUX HÉBERGEURS DU TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE. Beaux Esprits

Pays de Fontenay-le-Comte Sud-Vendée TAXE DE SÉJOUR 2015. Mode d emploi AUX HÉBERGEURS DU TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE. Beaux Esprits Pays de Fontenay-le-Comte Sud-Vendée TAXE DE SÉJOUR 2015 Mode d emploi AUX HÉBERGEURS DU TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE Beaux Esprits Le Rabelais AUX ORIGINES DE LA TAXE DE SÉJOUR La taxe de séjour a été instituée

Plus en détail

Chapitre 11 : Démarrer son activité

Chapitre 11 : Démarrer son activité Chapitre 11 : Démarrer son activité Lorsque l on démarre une entreprise, les premiers mois sont très chargés : il faut lancer son activité, attaquer la partie commerciale (lorsqu elle n a pas débuté en

Plus en détail

Rapport spécial des Commissaires aux Comptes

Rapport spécial des Commissaires aux Comptes Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions et engagements réglementés Société Anonyme à Conseil d administration au capital de 10 137 813 49, boulevard du Général Martial Valin 75015

Plus en détail

Perception des créances

Perception des créances Code : 1517-04-14-01 POLITIQUE DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE x Perception des créances Date d approbation : 15 avril 2014 Service dispensateur : Ressources financières Date d entrée en vigueur : 16 avril

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES QUATRIEME CHAMBRE PREMIERE SECTION ----- Arrêt n 50244 COMMUNE DE STAINS (SEINE-SAINT-DENIS) Appel d un jugement de la chambre régionale des comptes d Île-de-France Rapport n 2007-721-0

Plus en détail

Titre. Objet. Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME :

Titre. Objet. Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME : Titre Objet Origine Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME : Direction des Affaires Juridiques Paris, le PLAN 1/ EN CAS DE REDRESSEMENT OU LIQUIDATION JUDICIAIRE DE L'EMPLOYEUR BENEFICIAIRE

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE Le présent cahier des charges fixe, conformément aux

Plus en détail

Décision de caractère général n 65-05

Décision de caractère général n 65-05 Décision de caractère général n 65-05 Le Conseil National du Crédit Vu la loi du 13 juin 1941 relative à la réglementation et à l'organisation de la profession bancaire, et notamment ses articles 32, 33,

Plus en détail

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ Madame le Maire de DOUARNENEZ Mairie 29100 DOUARNENEZ Par lettre du 24 février 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre

Plus en détail

ASSURANCE-VIE: RACHETER OU DEMANDER UNE AVANCE?

ASSURANCE-VIE: RACHETER OU DEMANDER UNE AVANCE? ASSURANCE-VIE: RACHETER OU DEMANDER UNE AVANCE? Article juridique publié le 07/09/2012, vu 3556 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Le souscripteur, maître de son contrat d assurance vie peut opérer unilatéralement

Plus en détail

LICENCE 3. En application du règlement de réutilisation du 16 juin 2011

LICENCE 3. En application du règlement de réutilisation du 16 juin 2011 LICENCE 3 LICENCE PAYANTE DE REUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LE SERVICE DEPARTEMENTAL D ARCHIVES DE LA MOSELLE A DES FINS COMMERCIALES AVEC DIFFUSION PUBLIQUE D'IMAGES OU COMMUNICATION

Plus en détail

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas Mise à jour 2008 1 QEPC/MAJ 2008 MGLBD Page 325 Remplacer l exercice E1, no. 5. par le suivant. E1. Choix multiples 5. Lors de la restructuration d une dette à long terme au moyen de la remise d éléments

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE ARTICLE 1 : CHAMP D'APPLICATION - DÉFINITION Les présentes Conditions Générales de Vente s'appliquent à toutes les prestations de services conclues

Plus en détail

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions L'an, Le, Par-devant M e, notaire à, A reçu le présent acte authentique de cession de créance à la requête des personnes

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015 POINT LOGEMENT 25/39 bis rue Marcel Lamant Construction de 15 logements PSLA en VEFA par la SCI IVRY Lamant Coutant Garantie communale (emprunt Crédit Coopératif

Plus en détail

Règlement sur la procédure de conciliation et d'arbitrage des comptes des membres de l'ordre des comptables agréés du Québec

Règlement sur la procédure de conciliation et d'arbitrage des comptes des membres de l'ordre des comptables agréés du Québec http://www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicsearch/telechar ge.php?type=3&file=/c_48/c48r10_2.htm Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. c. C-48, r.10.2 Dernière version

Plus en détail

Mise en place des contrats (document joint)

Mise en place des contrats (document joint) CONTRATS DE PRETS PERSONNES MORALES CONDITIONS SPECIFIQUES ET MODIFICATIONS 2013 Conditions de mise en œuvre I - ETABLISSEMENT DES CONTRATS DE PRETS A TAUX VARIABLE Mise en place des contrats (document

Plus en détail

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement 1. Les besoins de financement 2. Le cycle d'exploitation II Les moyens de financement A. Le financement des investissements A1. Les capitaux

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

B.O.I. N 2 DU 11 JANVIER 2011 [BOI 13L-13-10]

B.O.I. N 2 DU 11 JANVIER 2011 [BOI 13L-13-10] B.O.I. N 2 DU 11 JANVIER 2011 [BOI 13L-13-10] Références du document 13L-13-10 Date du document 11/01/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 13 L-13-10 N 2 DU 11 JANVIER 2011 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2010 AVIS

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Adjointe au Maire, en vertu d un

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS

REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS Article 1 - Parts de copropriété Les droits des copropriétaires sont exprimés en parts, chaque part correspondant à une même fraction

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 2 359 562,40 Siège social : 45, quai de Seine, 75019 Paris RCS de PARIS : 352 335 962

Société Anonyme au capital de 2 359 562,40 Siège social : 45, quai de Seine, 75019 Paris RCS de PARIS : 352 335 962 Société Anonyme au capital de 2 359 562,40 Siège social : 45, quai de Seine, 75019 Paris RCS de PARIS : 352 335 962 NOTE COMPLEMENTAIRE EN DATE DU 22 septembre 2009 AU PROSPECTUS N 09-243 DU 28 août 2009

Plus en détail

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION Du RÈGLEMENT N 2016-02 du 11 MARS 2016 Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation I - Eléments de contexte Le

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE TRANSPORTS DU SUD ESSONNE ACTE D ENGAGEMENT ACTE D ENGAGEMENT

SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE TRANSPORTS DU SUD ESSONNE ACTE D ENGAGEMENT ACTE D ENGAGEMENT Pouvoir adjudicateur : Syndicat Intercommunal de Transports du Sud Essonne Objet du Marché : Exécution de services de transports publics de voyageurs à la demande Date limite de remise des offres : 15

Plus en détail

C.R.I.L.S. conditions générales de vente

C.R.I.L.S. conditions générales de vente conditions générales de vente Généralités 1 - Les présentes conditions générales de vente règlent l'ensemble des relations entre et ses clients, sauf dérogation expresse et acceptée par écrit par. Par

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

Wholesale et FTTH. Manuel Décompte 1/5. Date de publication 01.05.2015 Remplace la version du 2-0f. Swisscom (Schweiz) AG CH-3050 Bern

Wholesale et FTTH. Manuel Décompte 1/5. Date de publication 01.05.2015 Remplace la version du 2-0f. Swisscom (Schweiz) AG CH-3050 Bern Date de publication 005.2015 Remplace la version du 2-0f Valable à partir du 005.2015 Valable à partir du 005.2015 1/5 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Facturation... 3 3 Factures... 3 4 Paiements... 4 5

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE

Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE Objectifs : Réaliser un travail de synthèse à la fin du module 711-Introduction à la Gestion Comptable. Mettre en œuvre le principe de double détermination

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Une autorisation doit être donnée au syndic pour vous transmettre les notifications par lettre recommandée électronique

Une autorisation doit être donnée au syndic pour vous transmettre les notifications par lettre recommandée électronique DEMATERIALISATION? Soyons clair ou bien essayons de l être. Depuis le dernier trimestre 2015, le syndic a effectivement la possibilité d envoyer aux copropriétaires les convocations, procès-verbaux d assemblées

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité!

Ce rêve est devenu réalité! Vous venez de trouver une règle mise en ligne par un collectionneur qui, depuis 1998, partage sa collection de jeux de société et sa passion sur Internet. Imaginez que vous puissiez accéder, jour et nuit,

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

Le financement des services mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des services mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des services mandataires s à la protection des majeurs I- Une nouvelle règle de répartition des financements publics entre financeurs publics La répartition du financement public entre financeurs

Plus en détail

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE Le plan CO.RAIL (Contrat de reprise d activité et d initiative locale) a été initié fin mars 2009 par Yves Jégo, secrétaire d Etat chargé de l Outre-mer

Plus en détail

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT. Paris, le 18 janvier 2012

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT. Paris, le 18 janvier 2012 MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Paris, le 18 janvier 2012 Le ministre de la fonction publique La ministre du budget, des comptes publics

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL FMFF 2011

RAPPORT ANNUEL FMFF 2011 RAPPORT ANNUEL FMFF 2011 Fonds de la mairie de Fort-de-France Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail

Les validations et régularisations avec facture CNRACL

Les validations et régularisations avec facture CNRACL Les validations et régularisations avec facture CNRACL 1. Validations de services... 2 1.1. Définition... 2 1.2. Le versement de cotisations à compter du 1er janvier 2011... 2 1.3. La déclaration de cotisations...

Plus en détail

3. Quelle est, fiscalement, la formule de crédit la plus intéressante?

3. Quelle est, fiscalement, la formule de crédit la plus intéressante? 3. Quelle est, fiscalement, la formule de crédit la plus intéressante? À cette question, il n y a malheureusement pas de réponse très claire et précise étant donné que les divers types de crédit sont fondamentalement

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit Les conditions de fond de l opération de crédit Article juridique publié le 08/12/2012, vu 1538 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Les conditions de fond de l opération de crédit La loi n 84-46 du 24 janvier

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 21 Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 Conclusion d'une convention de mécénat pour le musée Tomi Ungerer avec ES Energies Strasbourg. La société ES Energies Strasbourg développe de

Plus en détail