Cours de terminale S Suites numériques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de terminale S Suites numériques"

Transcription

1 0 - - de terminale S Suites s LPO de Chirongui 20 mai 2016

2 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la somme des entiers naturels de 1 à n est égale à n(n + 1) 2 On peut vérifier l exactitude de ce résultat pour n = 2, n = 3, etc : Pour n = 2 : Pour n = 3 :

3 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la somme des entiers naturels de 1 à n est égale à n(n + 1) 2 On peut vérifier l exactitude de ce résultat pour n = 2, n = 3, etc : Pour n = 2 : Pour n = 3 :

4 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la somme des entiers naturels de 1 à n est égale à n(n + 1) 2 On peut vérifier l exactitude de ce résultat pour n = 2, n = 3, etc : Pour n = 2 : = 3 et 2(2 + 1) 2 = 3 Pour n = 3 :

5 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la somme des entiers naturels de 1 à n est égale à n(n + 1) 2 On peut vérifier l exactitude de ce résultat pour n = 2, n = 3, etc : Pour n = 2 : = 3 et 2(2 + 1) 2 = 3 Pour n = 3 :

6 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la somme des entiers naturels de 1 à n est égale à n(n + 1) 2 On peut vérifier l exactitude de ce résultat pour n = 2, n = 3, etc : Pour n = 2 : = 3 et 2(2 + 1) 2 = 3 Pour n = 3 : = 6 et 3(3 + 1) 2 = 6

7 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple Même si on le vérifie jusqu à n = 100, cela ne démontre pas que ce résultat est vrai pour tout n. Pour effectuer cette démonstration, on dispose d un outil particulier : le raisonnement. Idée : le raisonnement "est un instrument qui permet de passer du fini à l infini" (Poincaré). Le principe est le suivant : si on peut se placer d abord sur un barreau d une échelle, et si on peut en passer d un barreau quelconque à son suivant, alors on peut gravir tous les barreaux de cette échelle.

8 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple Même si on le vérifie jusqu à n = 100, cela ne démontre pas que ce résultat est vrai pour tout n. Pour effectuer cette démonstration, on dispose d un outil particulier : le raisonnement. Idée : le raisonnement "est un instrument qui permet de passer du fini à l infini" (Poincaré). Le principe est le suivant : si on peut se placer d abord sur un barreau d une échelle, et si on peut en passer d un barreau quelconque à son suivant, alors on peut gravir tous les barreaux de cette échelle.

9 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple Même si on le vérifie jusqu à n = 100, cela ne démontre pas que ce résultat est vrai pour tout n. Pour effectuer cette démonstration, on dispose d un outil particulier : le raisonnement. Idée : le raisonnement "est un instrument qui permet de passer du fini à l infini" (Poincaré). Le principe est le suivant : si on peut se placer d abord sur un barreau d une échelle, et si on peut en passer d un barreau quelconque à son suivant, alors on peut gravir tous les barreaux de cette échelle.

10 1 - Principe de récurrence- Introduction Principe de récurrence Exemple Pour démontrer qu une proposition P n est vraie pour tout entier naturel n n 0, (n 0 un entier naturel quelconque, en général 0 ou 1), on procède en trois étapes : Initialisation : on vérifie que P n0 est vraie, c est-à-dire que P n est vraie pour n = n 0. C est le premier barreau de l échelle. Hérédité : On suppose que pour un entier k quelconque, la proposition P k est vraie. Sous cette hypothèse, on démontre que la proposition P k+1 est vraie. C est le passage d un barreau quelconque au suivant. Conclusion : P n est vraie pour tout entier n ou pour tout entier n n 0.

11 1 - Principe de récurrence- Introduction Principe de récurrence Exemple Pour démontrer qu une proposition P n est vraie pour tout entier naturel n n 0, (n 0 un entier naturel quelconque, en général 0 ou 1), on procède en trois étapes : Initialisation : on vérifie que P n0 est vraie, c est-à-dire que P n est vraie pour n = n 0. C est le premier barreau de l échelle. Hérédité : On suppose que pour un entier k quelconque, la proposition P k est vraie. Sous cette hypothèse, on démontre que la proposition P k+1 est vraie. C est le passage d un barreau quelconque au suivant. Conclusion : P n est vraie pour tout entier n ou pour tout entier n n 0.

12 1 - Principe de récurrence- Introduction Principe de récurrence Exemple Pour démontrer qu une proposition P n est vraie pour tout entier naturel n n 0, (n 0 un entier naturel quelconque, en général 0 ou 1), on procède en trois étapes : Initialisation : on vérifie que P n0 est vraie, c est-à-dire que P n est vraie pour n = n 0. C est le premier barreau de l échelle. Hérédité : On suppose que pour un entier k quelconque, la proposition P k est vraie. Sous cette hypothèse, on démontre que la proposition P k+1 est vraie. C est le passage d un barreau quelconque au suivant. Conclusion : P n est vraie pour tout entier n ou pour tout entier n n 0.

13 1 - Principe de récurrence- Introduction Principe de récurrence Exemple Pour démontrer qu une proposition P n est vraie pour tout entier naturel n n 0, (n 0 un entier naturel quelconque, en général 0 ou 1), on procède en trois étapes : Initialisation : on vérifie que P n0 est vraie, c est-à-dire que P n est vraie pour n = n 0. C est le premier barreau de l échelle. Hérédité : On suppose que pour un entier k quelconque, la proposition P k est vraie. Sous cette hypothèse, on démontre que la proposition P k+1 est vraie. C est le passage d un barreau quelconque au suivant. Conclusion : P n est vraie pour tout entier n ou pour tout entier n n 0.

14 1 - Exemple- Exemple Introduction Principe de récurrence Exemple Montrons que n q = n = q=1 On note cette proposition P n. n(n + 1). 2 Initialisation :

15 1 - Exemple- Exemple Introduction Principe de récurrence Exemple Montrons que n q = n = q=1 On note cette proposition P n. n(n + 1). 2 Initialisation :

16 1 - Exemple- Exemple Introduction Principe de récurrence Exemple Montrons que n q = n = q=1 On note cette proposition P n. n(n + 1). 2 Initialisation : Montrons que P n est vraie au rang 1, c est-à-dire que P 1 est vraie : 1(1 + 1) = 1 ; c est vérifié. 2

17 1 - Exemple- Introduction Principe de récurrence Exemple Hérédité : Conclusion :

18 1 - Exemple- Introduction Principe de récurrence Exemple Hérédité : Supposons que, pour un certain rang k, P k est k(k + 1) vraie, c est-à-dire que : k =. 2 Montrons alors que P k+1 est vraie : c est-à-dire que : (k + 1)(k + 2) (k + 1) =. 2 k(k + 1) Or (k + 1) = + (k + 1) = ( ) 2 k (k + 1) (k + 1)(k + 2) =. cqfd 2 Conclusion :

19 1 - Exemple- Introduction Principe de récurrence Exemple Hérédité : Supposons que, pour un certain rang k, P k est k(k + 1) vraie, c est-à-dire que : k =. 2 Montrons alors que P k+1 est vraie : c est-à-dire que : (k + 1)(k + 2) (k + 1) =. 2 k(k + 1) Or (k + 1) = + (k + 1) = ( ) 2 k (k + 1) (k + 1)(k + 2) =. cqfd 2 Conclusion :

20 1 - Exemple- Introduction Principe de récurrence Exemple Hérédité : Supposons que, pour un certain rang k, P k est k(k + 1) vraie, c est-à-dire que : k =. 2 Montrons alors que P k+1 est vraie : c est-à-dire que : (k + 1)(k + 2) (k + 1) =. 2 k(k + 1) Or (k + 1) = + (k + 1) = ( ) 2 k (k + 1) (k + 1)(k + 2) =. cqfd 2 Conclusion : La propriété P n est vraie pour tout n 1, n(n + 1) c est-à-dire : n =. 2

21 1 - - Introduction Principe de récurrence Exemple Livre Indice BORDAS - Page 13 Exercice 42, 43 et 44 page 24

22 2 - - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Par "étudier le comportement de la (u n )", on sous-entend étudier les propriétés du nombre u n lorsque l entier n devient de plus en plus grand (variations, encadrement, comportement à l infini... ).

23 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soient M et m deux nombres réels. On dit que la (u n ) est : majorée par M si minorée par m si bornée si

24 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soient M et m deux nombres réels. On dit que la (u n ) est : majorée par M si minorée par m si bornée si

25 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soient M et m deux nombres réels. On dit que la (u n ) est : majorée par M si pour tout n N, u n M. minorée par m si bornée si

26 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soient M et m deux nombres réels. On dit que la (u n ) est : majorée par M si pour tout n N, u n M. minorée par m si bornée si

27 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soient M et m deux nombres réels. On dit que la (u n ) est : majorée par M si pour tout n N, u n M. minorée par m si pour tout n N, u n m. bornée si

28 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soient M et m deux nombres réels. On dit que la (u n ) est : majorée par M si pour tout n N, u n M. minorée par m si pour tout n N, u n m. bornée si

29 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soient M et m deux nombres réels. On dit que la (u n ) est : majorée par M si pour tout n N, u n M. minorée par m si pour tout n N, u n m. bornée si pour tout n N, m u n M.

30 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Exemples Soit la ( 1 n ) n 1 = {1/1; 1/2; 1/3;...} ; Soit la (n 2 ) n 0 = {0; 1; 4;...} ;

31 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Exemples Soit la ( 1 n ) n 1 = {1/1; 1/2; 1/3;...} ; Soit la (n 2 ) n 0 = {0; 1; 4;...} ;

32 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Exemples Soit la ( 1 n ) n 1 = {1/1; 1/2; 1/3;...} ; pour tout n N, 1 n > 0. Cette est donc minorée par 0, mais aussi par tout réel négatif : un minorant n est donc pas unique. Soit la (n 2 ) n 0 = {0; 1; 4;...} ;

33 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Exemples Soit la ( 1 n ) n 1 = {1/1; 1/2; 1/3;...} ; pour tout n N, 1 n > 0. Cette est donc minorée par 0, mais aussi par tout réel négatif : un minorant n est donc pas unique. Soit la (n 2 ) n 0 = {0; 1; 4;...} ;

34 2 - Suites majorées, minorées, bornées - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Exemples Soit la ( 1 n ) n 1 = {1/1; 1/2; 1/3;...} ; pour tout n N, 1 n > 0. Cette est donc minorée par 0, mais aussi par tout réel négatif : un minorant n est donc pas unique. Soit la (n 2 ) n 0 = {0; 1; 4;...} ; pour tout n N, n 2 0. Cette est aussi minorée par 0 et par tout réel négatif ; en plus ici, 0 est le minimum de la atteint au rang 0.

35 2 - Limite finie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Définitions La (u n ) admet pour ite le réel l si tout intervalle ouvert contenant l contient Limites des usuelles On écrit alors :

36 2 - Limite finie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Définitions La (u n ) admet pour ite le réel l si tout intervalle ouvert contenant l contient toutes les valeurs de u n à partir d un certain rang. Limites des usuelles On écrit alors :

37 2 - Limite finie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Définitions La (u n ) admet pour ite le réel l si tout intervalle ouvert contenant l contient toutes les valeurs de u n à partir d un certain rang. Limites des usuelles On écrit alors :

38 2 - Limite finie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Définitions La (u n ) admet pour ite le réel l si tout intervalle ouvert contenant l contient toutes les valeurs de u n à partir d un certain rang. Limites des usuelles On écrit alors :. u n = l n

39 2 - Limite finie - Interprétation graphique Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles u n b u p l a p n

40 2 - Limite infinie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Définitions Soit A R. La (u n ) admet pour ite + (resp. ) si tout intervalle de la forme ]A; + [ (resp. ] ; A[) contient Limites des usuelles On écrit alors :

41 2 - Limite infinie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soit A R. La (u n ) admet pour ite + (resp. ) si tout intervalle de la forme ]A; + [ (resp. ] ; A[) contient toutes les valeurs de u n à partir d un certain rang. On écrit alors :

42 2 - Limite infinie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soit A R. La (u n ) admet pour ite + (resp. ) si tout intervalle de la forme ]A; + [ (resp. ] ; A[) contient toutes les valeurs de u n à partir d un certain rang. On écrit alors :

43 2 - Limite infinie - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Définitions Soit A R. La (u n ) admet pour ite + (resp. ) si tout intervalle de la forme ]A; + [ (resp. ] ; A[) contient toutes les valeurs de u n à partir d un certain rang. On écrit alors :. u n = + (resp. ) n

44 2 - Limite infinie - Interprétation graphique Suites majorées, minorées, bornées u n Limite finie d une u p A Limite infinie d une Limites des usuelles p n

45 2 - - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Livre Indice BORDAS - Page 269 Exercice 55 et 56 page 276 Limites des usuelles

46 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n =... 1 n =... Pour tout entier k 1 : n2 =... 1 n 2 =... nk =... n =... 1 =... n 1 n k =...

47 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n =... Pour tout entier k 1 : n2 =... 1 n 2 =... nk =... n =... 1 =... n 1 n k =...

48 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n =... Pour tout entier k 1 : n2 =... 1 n 2 =... nk =... n =... 1 =... n 1 n k =...

49 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n =... Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 =... nk =... n =... 1 =... n 1 n k =...

50 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n =... Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 =... nk =... n =... 1 =... n 1 n k =...

51 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n =... Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 =... nk =... n = + 1 =... n 1 n k =...

52 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n =... Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 =... nk =... n = + 1 =... n 1 n k =...

53 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 =... nk =... n = + 1 =... n 1 n k =...

54 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 =... nk =... n = + 1 =... n 1 n k =...

55 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 = 0 nk =... n = + 1 =... n 1 n k =...

56 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 = 0 nk =... n = + 1 =... n 1 n k =...

57 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 = 0 nk =... n = + 1 = 0 n 1 n k =...

58 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 = 0 nk =... n = + 1 = 0 n 1 n k =...

59 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 = 0 nk = + n = + 1 = 0 n 1 n k =...

60 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 = 0 nk = + n = + 1 = 0 n 1 n k =...

61 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Théorèmes n = + 1 n = 0 Pour tout entier k 1 : n2 = + 1 n 2 = 0 nk = + n = + 1 = 0 n 1 n k = 0

62 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Preuve de n2 = + : Limites des usuelles

63 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Preuve de n2 = + : soit A un réel quelconque. Si A 0 alors n 2 > A pour tout n 1 ; on choisit donc N = 1. Si A > 0, pour tout entier n > A, on a n 2 > A, car la fonction carrée est strictement croissante sur ]0; + [. Soit N le plus petit entier tel que N > A ; alors n N on a n 2 > A. Donc n2 = +

64 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Preuve de n2 = + : soit A un réel quelconque. Si A 0 alors n 2 > A pour tout n 1 ; on choisit donc N = 1. Si A > 0, pour tout entier n > A, on a n 2 > A, car la fonction carrée est strictement croissante sur ]0; + [. Soit N le plus petit entier tel que N > A ; alors n N on a n 2 > A. Donc n2 = +

65 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Preuve de n2 = + : soit A un réel quelconque. Si A 0 alors n 2 > A pour tout n 1 ; on choisit donc N = 1. Si A > 0, pour tout entier n > A, on a n 2 > A, car la fonction carrée est strictement croissante sur ]0; + [. Soit N le plus petit entier tel que N > A ; alors n N on a n 2 > A. Donc n2 = +

66 2 - Limites des usuelles - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Preuve de n2 = + : soit A un réel quelconque. Si A 0 alors n 2 > A pour tout n 1 ; on choisit donc N = 1. Si A > 0, pour tout entier n > A, on a n 2 > A, car la fonction carrée est strictement croissante sur ]0; + [. Soit N le plus petit entier tel que N > A ; alors n N on a n 2 > A. Donc n2 = +

67 2 - - Suites majorées, minorées, bornées Limite finie d une Limite infinie d une Limites des usuelles Notion de ite Notion de seuil Livre Indice BORDAS - Page 15 Exercice 54, 55 et 60 page 25

68 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

69 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

70 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

71 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

72 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

73 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

74 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

75 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

76 3 - Somme de deux - Somme de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l l + + v n l + + u n + v n l + l + + F. I. F. I. = forme indéterminée ; on ne connaît pas à priori la réponse. Formes indéterminées

77 3 - Produit de deux - Produit de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l 0 0 ou ± v n l ± ± u n v n l l ± avec R. S. F. I. R. S. = règle des signes. Formes indéterminées

78 3 - Produit de deux - Produit de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l 0 0 ou ± v n l ± ± u n v n l l ± avec R. S. F. I. R. S. = règle des signes. Formes indéterminées

79 3 - Produit de deux - Produit de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l 0 0 ou ± v n l ± ± u n v n l l ± avec R. S. F. I. R. S. = règle des signes. Formes indéterminées

80 3 - Produit de deux - Produit de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l 0 0 ou ± v n l ± ± u n v n l l ± avec R. S. F. I. R. S. = règle des signes. Formes indéterminées

81 3 - Produit de deux - Produit de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l 0 0 ou ± v n l ± ± u n v n l l ± avec R. S. F. I. R. S. = règle des signes. Formes indéterminées

82 3 - Produit de deux - Produit de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple u n l l 0 0 ou ± v n l ± ± u n v n l l ± avec R. S. F. I. R. S. = règle des signes. Formes indéterminées

83 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

84 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

85 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

86 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

87 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

88 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

89 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

90 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

91 3 - Quotient de deux - Quotient de deux Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées u n l l 0 l 0 ± ± v n l 0 ± 0 0 l ± u n l v n l 0 F. I. ± (R. S.) ± (R. S.) F. I.

92 3 - Exemple- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Etudier la ite de la (u n ) définie sur N par : u n = et 2 = 2 (3n + 5) = + 2 3n + 5 Exemple Formes indéterminées Donc par quotient : 2 3n + 5 = 0

93 3 - Exemple- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Etudier la ite de la (u n ) définie sur N par : u n = et 2 = 2 (3n + 5) = + 2 3n + 5 Exemple Formes indéterminées Donc par quotient : 2 3n + 5 = 0

94 3 - Exemple- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Etudier la ite de la (u n ) définie sur N par : u n = et 2 = 2 (3n + 5) = + 2 3n + 5 Exemple Formes indéterminées Donc par quotient : 2 3n + 5 = 0

95 3 - Exemple- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Etudier la ite de la (u n ) définie sur N par : u n = et 2 = 2 (3n + 5) = + 2 3n + 5 Exemple Formes indéterminées Donc par quotient : 2 3n + 5 = 0

96 3 - - Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Livre Indice BORDAS - Page 17 Exercice 67 et 68 page 26 Formes indéterminées

97 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Les cas des formes indéterminées nécessitent une étude particulière chaque fois qu ils se présentent. Pour les mémoriser, on les note mais ces écritures ne doivent jamais être utilisées dans une rédaction. Le principe est toujours le même pour "lever" une indétermination : il faut changer l écriture de la.

98 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Les cas des formes indéterminées nécessitent une étude particulière chaque fois qu ils se présentent. Pour les mémoriser, on les note " ", "0 ", " 0 0 ", " " mais ces écritures ne doivent jamais être utilisées dans une rédaction. Le principe est toujours le même pour "lever" une indétermination : il faut changer l écriture de la.

99 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Les cas des formes indéterminées nécessitent une étude particulière chaque fois qu ils se présentent. Pour les mémoriser, on les note " ", "0 ", " 0 0 ", " " mais ces écritures ne doivent jamais être utilisées dans une rédaction. Le principe est toujours le même pour "lever" une indétermination : il faut changer l écriture de la.

100 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Les cas des formes indéterminées nécessitent une étude particulière chaque fois qu ils se présentent. Pour les mémoriser, on les note " ", "0 ", " 0 0 ", " " mais ces écritures ne doivent jamais être utilisées dans une rédaction. Le principe est toujours le même pour "lever" une indétermination : il faut changer l écriture de la.

101 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

102 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

103 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

104 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

105 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

106 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

107 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

108 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple 1 : u n = 3n 2 n 5 3n 2 = + et ( n 5) =, donc 3n 2 n 5 = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n 2 (3 1 n 5 ) n 2 Exemple Formes indéterminées n 2 = + et (3 1 n 5 n 2 ) = 3 Donc par produit u n = +

109 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

110 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

111 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

112 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

113 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

114 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

115 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

116 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 2 : u n = 3n + 5 2n + 7 (3n + 5) = + et ( 2n + 7) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n(3+ 5 n ) = 3+ 5 n( 2+ 7 n, (n 0) n ) 2+ 7 n (3 + 5 n ) = 3 et ( n ) = 2 Donc par quotient u n = 3 2

117 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

118 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

119 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

120 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

121 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

122 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

123 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

124 3 - Formes indéterminées- Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Formes indéterminées Exemple 3 : u n = n n n = + et ( n) =, donc u n = F. I. (" "). Changement d écriture : u n = n n = n(1 n n ) = n(1 1 n ) n = + et (1 1 n ) = 1 Donc par produit u n = +

125 3 - - Somme de deux Produit de deux Quotient de deux Exemple Lever une indétermination Livre Indice BORDAS - Page 17 Exercice 69 et 70 page 26 Formes indéterminées

126 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorèmes Soient deux (u n ) et (v n ) et un entier naturel N tels que pour tout entier n N, u n v n. Minoration : si u n = +, alors Majoration : si v n =, alors

127 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorèmes Soient deux (u n ) et (v n ) et un entier naturel N tels que pour tout entier n N, u n v n. Minoration : si u n = +, alors Majoration : si v n = + v n =, alors

128 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorèmes Soient deux (u n ) et (v n ) et un entier naturel N tels que pour tout entier n N, u n v n. Minoration : si u n = +, alors Majoration : si v n = + v n =, alors

129 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorèmes Soient deux (u n ) et (v n ) et un entier naturel N tels que pour tout entier n N, u n v n. Minoration : si u n = +, alors v n = + Majoration : si v n =, alors u n =

130 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Démonstration du théorème de minoration (ROC) : On suppose que u n = + Il s agit de démontrer que tout intervalle de la forme ]A; + [ contient toutes les valeurs de v n à partir d un certain rang. Soit A un réel. Comme u n = +, l intervalle ]A; + [ contient tous les u n à partir d un rang p : n p, u n > A. Alors pour tout n p, on a v n u n > A, donc v n ]A; + [. On en déduit que v n = + La démonstration est analogue pour le théorème de majoration.

131 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Démonstration du théorème de minoration (ROC) : On suppose que u n = + Il s agit de démontrer que tout intervalle de la forme ]A; + [ contient toutes les valeurs de v n à partir d un certain rang. Soit A un réel. Comme u n = +, l intervalle ]A; + [ contient tous les u n à partir d un rang p : n p, u n > A. Alors pour tout n p, on a v n u n > A, donc v n ]A; + [. On en déduit que v n = + La démonstration est analogue pour le théorème de majoration.

132 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Démonstration du théorème de minoration (ROC) : On suppose que u n = + Il s agit de démontrer que tout intervalle de la forme ]A; + [ contient toutes les valeurs de v n à partir d un certain rang. Soit A un réel. Comme u n = +, l intervalle ]A; + [ contient tous les u n à partir d un rang p : n p, u n > A. Alors pour tout n p, on a v n u n > A, donc v n ]A; + [. On en déduit que v n = + La démonstration est analogue pour le théorème de majoration.

133 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Démonstration du théorème de minoration (ROC) : On suppose que u n = + Il s agit de démontrer que tout intervalle de la forme ]A; + [ contient toutes les valeurs de v n à partir d un certain rang. Soit A un réel. Comme u n = +, l intervalle ]A; + [ contient tous les u n à partir d un rang p : n p, u n > A. Alors pour tout n p, on a v n u n > A, donc v n ]A; + [. On en déduit que v n = + La démonstration est analogue pour le théorème de majoration.

134 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Démonstration du théorème de minoration (ROC) : On suppose que u n = + Il s agit de démontrer que tout intervalle de la forme ]A; + [ contient toutes les valeurs de v n à partir d un certain rang. Soit A un réel. Comme u n = +, l intervalle ]A; + [ contient tous les u n à partir d un rang p : n p, u n > A. Alors pour tout n p, on a v n u n > A, donc v n ]A; + [. On en déduit que v n = + La démonstration est analogue pour le théorème de majoration.

135 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Démonstration du théorème de minoration (ROC) : On suppose que u n = + Il s agit de démontrer que tout intervalle de la forme ]A; + [ contient toutes les valeurs de v n à partir d un certain rang. Soit A un réel. Comme u n = +, l intervalle ]A; + [ contient tous les u n à partir d un rang p : n p, u n > A. Alors pour tout n p, on a v n u n > A, donc v n ]A; + [. On en déduit que v n = + La démonstration est analogue pour le théorème de majoration.

136 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Démonstration du théorème de minoration (ROC) : On suppose que u n = + Il s agit de démontrer que tout intervalle de la forme ]A; + [ contient toutes les valeurs de v n à partir d un certain rang. Soit A un réel. Comme u n = +, l intervalle ]A; + [ contient tous les u n à partir d un rang p : n p, u n > A. Alors pour tout n p, on a v n u n > A, donc v n ]A; + [. On en déduit que v n = + La démonstration est analogue pour le théorème de majoration.

137 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorème "des gendarmes" (admis) On considère trois (u n ), (v n ) et (w n ). Soit un entier N et un réel l. On suppose que pour tout entier n N, on a u n v n w n. Si les (u n ) et (w n ) convergent vers la même ite l, alors la (v n )

138 4 - Comparaison - Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorème "des gendarmes" (admis) On considère trois (u n ), (v n ) et (w n ). Soit un entier N et un réel l. On suppose que pour tout entier n N, on a u n v n w n. Si les (u n ) et (w n ) convergent vers la même ite l, alors la (v n ) converge également vers l

139 4 - - Comparaison Cas des monotones et convergentes Limite par Livre Indice BORDAS - Page 19 Exercice 71 et 72 page 26

140 4 - Cas des monotones et convergentes- Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorème Soit une (u n ) convergeant vers un réel l. Si la (u n ) est croissante, alors elle est c est-à-dire que pour tout entier naturel n,......

141 4 - Cas des monotones et convergentes- Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorème Soit une (u n ) convergeant vers un réel l. Si la (u n ) est croissante, alors elle est majorée par l. c est-à-dire que pour tout entier naturel n,......

142 4 - Cas des monotones et convergentes- Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorème Soit une (u n ) convergeant vers un réel l. Si la (u n ) est croissante, alors elle est majorée par l. c est-à-dire que pour tout entier naturel n,......

143 4 - Cas des monotones et convergentes- Comparaison Cas des monotones et convergentes Théorème Soit une (u n ) convergeant vers un réel l. Si la (u n ) est croissante, alors elle est majorée par l. c est-à-dire que pour tout entier naturel n, u n l.

144 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Théorèmes Si (u n ) est une croissante et majorée, alors elle Si (u n ) est une décroissante et minorée, alors elle Attention : Ce théorème ne donne pas la valeur de la ite de la, mais seulement son existence et un majorant, ou un minorant, de la.

145 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Théorèmes Si (u n ) est une croissante et majorée, alors elle converge. Si (u n ) est une décroissante et minorée, alors elle Attention : Ce théorème ne donne pas la valeur de la ite de la, mais seulement son existence et un majorant, ou un minorant, de la.

146 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Théorèmes Si (u n ) est une croissante et majorée, alors elle converge. Si (u n ) est une décroissante et minorée, alors elle Attention : Ce théorème ne donne pas la valeur de la ite de la, mais seulement son existence et un majorant, ou un minorant, de la.

147 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Théorèmes Si (u n ) est une croissante et majorée, alors elle converge. Si (u n ) est une décroissante et minorée, alors elle converge. Attention : Ce théorème ne donne pas la valeur de la ite de la, mais seulement son existence et un majorant, ou un minorant, de la.

148 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Théorèmes Si (u n ) est une croissante et majorée, alors elle converge. Si (u n ) est une décroissante et minorée, alors elle converge. Attention : Ce théorème ne donne pas la valeur de la ite de la, mais seulement son existence et un majorant, ou un minorant, de la.

149 5 - s monotones- s monotones Corollaire : une croissante non majorée Preuve (ROC) : Limite géométrique

150 5 - s monotones- s monotones Corollaire : une croissante non majorée a pour ite +. Preuve (ROC) : Limite géométrique

151 5 - s monotones- s monotones Corollaire : une croissante non majorée a pour ite +. Preuve (ROC) : Limite géométrique

152 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Corollaire : une croissante non majorée a pour ite +. Preuve (ROC) : Soit (u n ) une croissante non majorée et soit A R. Comme (u n ) n est pas majorée, il existe au moins un entier p tel que u p > A. Comme (u n ) est croissante, on a n p, u n u p d où n p, u n > A. Donc à partir du rang p, tous les termes de la appartiennent à ]A; + [. Conclusion : u n = +.

153 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Corollaire : une croissante non majorée a pour ite +. Preuve (ROC) : Soit (u n ) une croissante non majorée et soit A R. Comme (u n ) n est pas majorée, il existe au moins un entier p tel que u p > A. Comme (u n ) est croissante, on a n p, u n u p d où n p, u n > A. Donc à partir du rang p, tous les termes de la appartiennent à ]A; + [. Conclusion : u n = +.

154 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Corollaire : une croissante non majorée a pour ite +. Preuve (ROC) : Soit (u n ) une croissante non majorée et soit A R. Comme (u n ) n est pas majorée, il existe au moins un entier p tel que u p > A. Comme (u n ) est croissante, on a n p, u n u p d où n p, u n > A. Donc à partir du rang p, tous les termes de la appartiennent à ]A; + [. Conclusion : u n = +.

155 5 - s monotones- s monotones Limite géométrique Corollaire : une croissante non majorée a pour ite +. Preuve (ROC) : Soit (u n ) une croissante non majorée et soit A R. Comme (u n ) n est pas majorée, il existe au moins un entier p tel que u p > A. Comme (u n ) est croissante, on a n p, u n u p d où n p, u n > A. Donc à partir du rang p, tous les termes de la appartiennent à ]A; + [. Conclusion : u n = +.

156 5 - - s monotones Limite géométrique Suites majorées ou minorées s croissantes Livre Indice BORDAS - Page 19 Exercice 81,82, 91 et 92 page 27

157 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Théorème Soit q un réel. Si q > 1, alors la (q n ) Si 1 < q < 1, alors la (q n ) Si q 1, alors la (q n )

158 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Théorème Soit q un réel. Si q > 1, alors la (q n ) diverge vers + : qn = + Si 1 < q < 1, alors la (q n ) Si q 1, alors la (q n )

159 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Théorème Soit q un réel. Si q > 1, alors la (q n ) diverge vers + : qn = + Si 1 < q < 1, alors la (q n ) Si q 1, alors la (q n )

160 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Théorème Soit q un réel. Si q > 1, alors la (q n ) diverge vers + : qn = + Si 1 < q < 1, alors la (q n ) converge vers 0 : qn = 0 Si q 1, alors la (q n )

161 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Théorème Soit q un réel. Si q > 1, alors la (q n ) diverge vers + : qn = + Si 1 < q < 1, alors la (q n ) converge vers 0 : qn = 0 Si q 1, alors la (q n )

162 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Théorème Soit q un réel. Si q > 1, alors la (q n ) diverge vers + : qn = + Si 1 < q < 1, alors la (q n ) converge vers 0 : qn = 0 Si q 1, alors la (q n ) diverge et n admet pas de ite.

163 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Preuve pour q > 1 (ROC) : montrons d abord la propriété P n : pour tout n N, avec a réel positif, (1 + a) n 1 + na. Initialisation : pour n = 0, (1 + a) 0 = 1 et a = 1 ; donc P 0 est vraie. Hérédité : supposons que pour un certain entier k, P k est vraie, soit (1 + a) k 1 + ka et montrons alors que P k+1 est vraie, c est-à-dire (1 + a) k (k + 1)a ; (1 + a) k+1 = (1 + a) k (1 + a) et (1 + a) k 1 + ka d après l hypothèse de récurrence. On en déduit que (1 + a) k+1 (1 + ka)(1 + a) car 1 + a > 0. Ainsi : (1 + a) k ka + a + ka (k + 1)a car ka 2 > 0, et P k+1 est vraie.

164 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Preuve pour q > 1 (ROC) : montrons d abord la propriété P n : pour tout n N, avec a réel positif, (1 + a) n 1 + na. Initialisation : pour n = 0, (1 + a) 0 = 1 et a = 1 ; donc P 0 est vraie. Hérédité : supposons que pour un certain entier k, P k est vraie, soit (1 + a) k 1 + ka et montrons alors que P k+1 est vraie, c est-à-dire (1 + a) k (k + 1)a ; (1 + a) k+1 = (1 + a) k (1 + a) et (1 + a) k 1 + ka d après l hypothèse de récurrence. On en déduit que (1 + a) k+1 (1 + ka)(1 + a) car 1 + a > 0. Ainsi : (1 + a) k ka + a + ka (k + 1)a car ka 2 > 0, et P k+1 est vraie.

165 5 - Limite géométrique- s monotones Limite géométrique Preuve pour q > 1 (ROC) : montrons d abord la propriété P n : pour tout n N, avec a réel positif, (1 + a) n 1 + na. Initialisation : pour n = 0, (1 + a) 0 = 1 et a = 1 ; donc P 0 est vraie. Hérédité : supposons que pour un certain entier k, P k est vraie, soit (1 + a) k 1 + ka et montrons alors que P k+1 est vraie, c est-à-dire (1 + a) k (k + 1)a ; (1 + a) k+1 = (1 + a) k (1 + a) et (1 + a) k 1 + ka d après l hypothèse de récurrence. On en déduit que (1 + a) k+1 (1 + ka)(1 + a) car 1 + a > 0. Ainsi : (1 + a) k ka + a + ka (k + 1)a car ka 2 > 0, et P k+1 est vraie.

Terminale S Suites numériques

Terminale S Suites numériques Terminale S Suites numériques Raisonnement par récurrence. Introduction En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la n(n + ) somme des entiers naturels

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Suites : récurrence, limites

Suites : récurrence, limites TS : Suites : récurrence, ites page 1 Suites : récurrence, ites I. Rappels sur les suites (A) Mode de génération d une suite Définition 1 Une suite numérique u ou ( ) n N est une fonction définie sur N

Plus en détail

Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites. Extrait du programme :

Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites. Extrait du programme : Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites Extrait du programme : 1 I Rappels sur les suites Il existe deux façons de définir une suite : 1 Formule explicite Il existe une fonction

Plus en détail

Limites de suites. Révisions

Limites de suites. Révisions Limites de suites Révisions Soit ( ) une suite définie pour tout n N par = n 2 + n Exprimer en fonction de n : a b + c + 2 La suite ( ) est-elle arithmétique? 3 Quel est le sens de variation de ( )? 2

Plus en détail

Chapitre I : LES SUITES

Chapitre I : LES SUITES Chapitre I : LES SUITES I- Généralités sur les suites 1) Définition et notations Définition 1 : 1) Définir une suite par une formule explicite, c est donner une relation entre le terme et l entier, pour

Plus en détail

Limite de suites. I Introduction 1. II Définitions 1 1 Limite finie Limite infinie III Limites usuelles 2

Limite de suites. I Introduction 1. II Définitions 1 1 Limite finie Limite infinie III Limites usuelles 2 Limite de suites Table des matières I Introduction II s Limite finie............................................ 2 Limite infinie.......................................... III Limites usuelles 2 IV Opérations

Plus en détail

Résumé du cours sur les suites.

Résumé du cours sur les suites. Résumé du cours sur les suites. 1 Suites numériques réelles et principe de récurrence 1.1 Les deux façons de définir une suite numérique réelle Définition. On note n 0 un entier naturel (en général n 0

Plus en détail

Suites numériques Limites et raisonnement par récurrence

Suites numériques Limites et raisonnement par récurrence Suites numériques Limites et raisonnement par récurrence 1] Limite d une suite a) Limite infinie Définition : Dire qu une suite a pour limite quand tend vers signifie que tout intervalle de la forme avec,

Plus en détail

Suites. 1.1 Définition Variations Représentation graphique d une suite Suite arithmétiques et géométriques...

Suites. 1.1 Définition Variations Représentation graphique d une suite Suite arithmétiques et géométriques... Lycée Paul Doumer 3-4 TS- Cours Suites Contents Généralités. Définition........................................ Variations........................................3 Représentation graphique d une suite.........................4

Plus en détail

Etude de limites de suites monotones

Etude de limites de suites monotones Etude de ites de suites monotones I) Définition On dit que la suite ( ) est majorée lorsqu il existe un nombre réel M tel que, pour tout entier naturel n, M. On dit que M est un majorant de la suite (

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions 1 Les suites numériques (rappel de première)... 4 1.1 Généralités... 4 1.2 Plusieurs méthodes pour générer une suite... 4 2 Exemples d algorithmes

Plus en détail

Chapitre 3. Suites récurrentes

Chapitre 3. Suites récurrentes Chapitre 3 Suites récurrentes 3.1 Suites numériques Définition 3.1 On appelle suite de terme général u n et on note (u n ) n 0 ou plus simplement u la liste ordonnée des nombres u 0, u 1, u 2, u 3,....

Plus en détail

Table des matières chapitre 3-Suites et limites Limite finie d une suite I Limite finie d une suite II Limites infinies d une suite

Table des matières chapitre 3-Suites et limites Limite finie d une suite I Limite finie d une suite II Limites infinies d une suite Table des matières chapitre 3-Suites et limites I Limite finie d une suite 1 I.1 s et propriétés........................ 1 I.2 Un exemple............................... 1 II Limites infinies d une suite

Plus en détail

Cours de terminale S - Généralités sur les fonctions

Cours de terminale S - Généralités sur les fonctions les fonctions LPO de Chirongui - Exercices : Savoir Faire (livre)- Déterminer une ite Interprétation graphique Livre Indice BORDAS - Page 45 Exercice 34, 35, 36 et 37 page 56 - Limite finie à l infini

Plus en détail

TS Limites de suites Cours. Exemples : Ex 3 page 45 ; suite (2n²)+algo dépassement. I. Définitions 1. Limite infinie. 2. Limite finie.

TS Limites de suites Cours. Exemples : Ex 3 page 45 ; suite (2n²)+algo dépassement. I. Définitions 1. Limite infinie. 2. Limite finie. TS Limites de suites Cours I. Définitions 1. Limite infinie Définition Dire qu une suite (u n ) a pour limite + signifie que tout intervalle ouvert de la forme [A ; + [ contient tous les termes de la suite

Plus en détail

Suites - Récurrence 10X. 2 quiselit:sommedes 2 pouriallantde1à10vaut:

Suites - Récurrence 10X. 2 quiselit:sommedes 2 pouriallantde1à10vaut: Suites - Récurrence 1. Définitions - Rappels 1.1.Modes de définition d une suite La suite 0 =0 1 = =4 3 =6 peut être définiededeuxmanières: Définition explicite : ½ = Définition récurrente : 0 =0 +1 =

Plus en détail

Les suites - Partie II : Les limites

Les suites - Partie II : Les limites Terminale S Les suites - Partie II : Les limites 1.0 OLIVIER LECLUSE Juillet 2013 Table des matières 3 Limites et comparaison I - Limites et comparaison 5 A. Théorème d'encadrement dit "des gendarmes"...5

Plus en détail

SUITE. Il existe deux grands moyens de dénir une suite : 2. Représentation graphique,variation, suite majorée, minorée

SUITE. Il existe deux grands moyens de dénir une suite : 2. Représentation graphique,variation, suite majorée, minorée SUITE I ) Rappels et dénition 1. N est l'ensemble des entiers naturels : 0,1,2... Une suite numérique est une fonction de N (ou une partie de N) dans R u : N R n u n Exemple : suite de Fibonnacci : 1,

Plus en détail

Giuseppe Peano ( )

Giuseppe Peano ( ) Giuseppe Peano (1858-1932) Mathématicien et philosophe italien, il est l'un des premiers à avoir compris l'importance de fonder les mathématiques sur quelques axiomes précis, et d'en déduire ensuite théorèmes...

Plus en détail

RAISONNEMENT PAR RECURRENCE

RAISONNEMENT PAR RECURRENCE Exemple: RAISONNEMENT PAR RECURRENCE Montrons par récurrence que pour tout n N *, P (n) : i=n i = 1 + + 3 +...+ ( n -1) + n = n n1 n n1 Initialisation : pour n = 1 i =1 et = 111 =1 donc P(1) est vraie.

Plus en détail

exercices types sur limite de suites

exercices types sur limite de suites exercices types sur ite de suites 1. Utiliser la définition de la ite finie d une suite : a. Démonter que la suite définie par a pour ite 0. On doit démontrer que tout intervalle ouvert contenant 0 contient

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de u n et v n Déterminer si possible,

Plus en détail

TS Rappels sur les suites Cours. Une suite est une fonction définie sur l ensemble des entiers naturels ou sur privé des premiers entiers 0, 1, 2,, m

TS Rappels sur les suites Cours. Une suite est une fonction définie sur l ensemble des entiers naturels ou sur privé des premiers entiers 0, 1, 2,, m 1 TS Rappels sur les suites Cours I. Définitions Une suite est une fonction définie sur l ensemble des entiers naturels ou sur privé des premiers entiers 0, 1, 2,, m L image u(n) de l entier n est notée

Plus en détail

Chapitre 2 : Limites de suites

Chapitre 2 : Limites de suites Chapitre 2 : Limites de suites I Suite convergente, suite divergente I.1 Suite ayant pour limite un réel l Définition Soient (u n ) une suite numérique et l un nombre réel. On dit que (u n ) admet pour

Plus en détail

Compléments sur les suites

Compléments sur les suites Compléments sur les suites Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 215/216 Table des matières 1 Limites par comparaison 2 1.1 Théorèmes de comparaison....................................... 2 1.2 Application

Plus en détail

Interprétation graphique ] [ + tous les termes de la suite à partir d un certain rang appartiennent à cet intervalle ]a;b[ b) Limite infinie

Interprétation graphique ] [ + tous les termes de la suite à partir d un certain rang appartiennent à cet intervalle ]a;b[ b) Limite infinie SUITES NUMERIQUES 2 ème partie I- Limite d une suite a) Limite finie Définition Soit (U n ) une suite de nombres réels. On dit que la suite (U n ) admet pour limite, si tout intervalle ]a ;b[ contenant

Plus en détail

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS

LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS LIMITES DE SUITES ET DE FONCTIONS I. Définitions des ites en l infini. - Limite infinie. a) Limite de suites. Définition : On dit que la suite (U n ) tend vers + lorsque pour tout réel A, l intervalle

Plus en détail

Exercice 5 Démontrer que pour tout entier naturel n, le nombre 3n² + 3n + 6 est un multiple de 6.

Exercice 5 Démontrer que pour tout entier naturel n, le nombre 3n² + 3n + 6 est un multiple de 6. Exercice 1 : Dire en justifiant si les suites (u n ) définies ci-dessous sont arithmétiques, géométriques ou ni l'un ni l'autre. Dans le cas où elles sont arithmétiques ou géométriques, préciser le premier

Plus en détail

Chapitre 2 : Limites de suites

Chapitre 2 : Limites de suites Chapitre 2 : Limites de suites I Suite convergeant un réel l Définition Soient (u n ) une suite numérique et l un nombre réel. On dit que (u n ) admet pour limite l (ou converge vers l) lorsque tout intervalle

Plus en détail

Limites de suites et de fonctions

Limites de suites et de fonctions TS - Chap2 1 Limites de suites et de fonctions 1 Limite d une suite u est une suite notée aussi (u n ) ; u n est son terme général ou terme d indice n. 1.1 Limite finie Soit l un nombre réel. Dire que

Plus en détail

SUITES NUMERIQUES. Suites numériques. Chapitre 1

SUITES NUMERIQUES. Suites numériques. Chapitre 1 SUITES NUMERIQUES Chapitre 1 Suites numériques Ce cours contient à la fois tous les rappels de première et TOUT ce qu il y a à savoir en terminale sur les suites. I. DEFINITION 1. Définition d une suite

Plus en détail

TERMINALE S Chapitre 1 : Les suites

TERMINALE S Chapitre 1 : Les suites Généralités 1. Mode de génération ( ) ( ) La La ( ) définie par ( ) définie par 2. Monotonie REMARQUE5 Si une suite ( ) est définie de maniére explicite telle que ( ) suivent celles de f =f(n) pour tout

Plus en détail

Limites de suites. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2013/2014

Limites de suites. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2013/2014 Limites de suites Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2013/2014 Table des matières 1 Limite d une suite 2 1.1 Limite finie................................................ 2 1.2 Limite infinie...............................................

Plus en détail

Chapitre 2 - Suites et récurrence

Chapitre 2 - Suites et récurrence Lycée Jaufré RUDEL - BLAYE 14 septembre 016 Les suites, c'est quoi déjà? Suites arithmétiques Suites géométriques Suites arithmétiques Dénition Terme général Somme de N termes consécutifs Sommes Suite

Plus en détail

Convergence des suites monotones

Convergence des suites monotones Convergence des suites monotones Suites majorée, minorée, bornée Définition Une suite (u # ) est majorée par un nombre réel M si pour tout n N, u # M Une suite (u # ) est minorée par un nombre réel m si

Plus en détail

Les suites numériques

Les suites numériques Les suites numériques chapitre 4 I Premier regard Définition : suite numérique Une suite numérique est une liste de nombres réels, numérotés généralement par des indices, entiers naturels consécutifs 0,

Plus en détail

Cours de mathématiques (Terminale S)

Cours de mathématiques (Terminale S) Terminale Scientifique (S) : Cours de mathématiques (Terminale S) I. Chapitre 01 : Les suites 1. Etude globale d une suite A. Les suites majorées, minorées, bornées La suite ( ) est majorée si et seulement

Plus en détail

SUITES ET RÉCURRENCE

SUITES ET RÉCURRENCE SUITES ET RÉCURRENCE En première : une suite ( ) est une fonction particulière : son ensemble de définition est constitué d'entiers, on peut donc parler (contrairement aux fonctions en général) de l'image

Plus en détail

3 Limites de suites. Manuel Repères p.12.

3 Limites de suites. Manuel Repères p.12. 3 Limites de suites Manuel Repères p.12. Objectifs : Comprendre les notions de suites divergentes, convergentes Savoir déterminer un rang à partir duquel les termes d une suite dépassent un certain seuil

Plus en détail

Principe d une démonstration par récurrence :

Principe d une démonstration par récurrence : Chapitre Suites 1 Démonstration par récurrence Exemples introductif : Imaginons que des ouvriers construisant un immeuble aient toutes les instructions nécessaires pour construire un étage d immeuble sur

Plus en détail

(exercice : calculer u 2 puis u 5 )

(exercice : calculer u 2 puis u 5 ) Suites Prérequis : Division euclidienne Soient a et b deux entiers avec b 0. Il existe un unique couple (q, r) Z N tel que a = q b + r et 0 r < b. q s appelle le quotient de la division enclidienne de

Plus en détail

Lycée la Folie Saint James. Fiche de cours : Généralités sur les suites

Lycée la Folie Saint James. Fiche de cours : Généralités sur les suites Lycée la Folie Saint James T ale S Fiche de cours : Généralités sur les suites Notion de suite. Définitions Une suite numérique réelle est une fonction u définie sur l ensemble N ou sur une partie de N

Plus en détail

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A.

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A. 16 Proposition : La somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q 1 est : n 1 u 0 q k 1 q n = u 0 1 q k=0 Il suffit de calculer (1 q) n 1 k=0 qk = n 1 k=0 qk n 1 k=0 qk+1 = n 1 k=0 qk

Plus en détail

N K, n 0 < n 1 < n 2 <

N K, n 0 < n 1 < n 2 < Chapitre 1 Suites réelles et complexes Dans ce chapitre, K désigne le corps R des nombres réels, ou le corps C des nombres complexes. Pour x K, nous noterons x le module de x (égal à la valeur absolue

Plus en détail

RAISONNEMENT PAR RECURRENCE

RAISONNEMENT PAR RECURRENCE Exemple: Montrons par récurrence que pour tout n Initialisation : pour n = 1 RAISONNEMENT PAR RECURRENCE i=1 i =1 et i=1 N i=n *, P (n) : i = 1 + + 3 +...+ ( n -1) + n = n n 1 i=1 n n 1 Hérédité : supposons

Plus en détail

Suites. Chapitre 2. 1 Généralités sur les suites. Sommaire. 1.1 Définition d une suite. 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques

Suites. Chapitre 2. 1 Généralités sur les suites. Sommaire. 1.1 Définition d une suite. 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques Chapitre 2 Suites Sommaire 1 Généralités sur les suites....................................... 1.1 Définition d une suite...................................... 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques..........................

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

Convergence des suites

Convergence des suites Convergence des suites Cours maths Terminale S Dans ce module consacré à l étude de la convergence d une suite, on commence par redéfinir rigoureusement la notion de limite finie d une suite. Ensuite,

Plus en détail

Suites Réelles. Aptitudes à développer :

Suites Réelles. Aptitudes à développer : Suites Réelles Aptitudes à développer : Suites * Reconnaître qu un réel est un majorant ou un minorant d une suite du programme. * Etudier les variations d une suite du programme. * Représenter graphiquement

Plus en détail

Suites récurrentes du type u n+1 = f(u n )

Suites récurrentes du type u n+1 = f(u n ) Suites récurrentes du type u n+ = f(u n ) Exemple : Soit la suite définie par la relation de récurrence : n N u n+ = u n u 2 n. En posant f la fonction définie sur R par x x x 2, on obtient que pour tout

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Florent Girod 1 Année scolaire 2016 / 2017 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières I Le Cours 3 1 Suites numériques 4 1) Raisonnement par récurrence..........................

Plus en détail

SUITES : LIMITES. IV.1 Croissance/convergence et majoration... 7 IV.2 Théorème de la convergence monotone... 8 IV.3 Suites monotones non bornées...

SUITES : LIMITES. IV.1 Croissance/convergence et majoration... 7 IV.2 Théorème de la convergence monotone... 8 IV.3 Suites monotones non bornées... SUITES : LIMITES I. Limite d'une suite... 2 I.1 Limite finie (convergence) et divergence... 2 I.2 Limite infinie... 4 I.3 Alors c'est quoi la divergence?... 4 II. Opérations sur les limites... 5 II.1 Limite

Plus en détail

Limites à l infini d une fonction

Limites à l infini d une fonction 9 Limites à l infini d une fonction On garde les notations du chapitre précédent en supposant ici que a = ou a = + est adhérent à l ensemble I, ce qui signifie que : ou : m R, ], m[ I M R, ]M, + [ I ce

Plus en détail

Suites et récurrence

Suites et récurrence Suites et récurrence 1 Suites arithmétiques et géométriques 1.1 Définitions * On dit que la suite (u n ) est arithmétique s il existe un réel r appelé raison tel que, pour tout n dans N, on ait : u n+1

Plus en détail

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Introduction à R Suites numériques Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Université Lyon 1 Institut Camille Jordan CNRS UMR 5208 FRANCE Automne 2014 - Licence L1 Introduction à R Suites numériques

Plus en détail

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5 I Rappels de vocabulaire Suites réelles Définition 1 Une suite réelle u est une application de I R où I est une partie de N. Au lieu de noter u(n), pour les suites on note u n l image de n par l application

Plus en détail

LEÇON N 54 : Suites divergentes. Cas des suites admettant une limite infinie : comparaison, opérations algébriques, composition par une application.

LEÇON N 54 : Suites divergentes. Cas des suites admettant une limite infinie : comparaison, opérations algébriques, composition par une application. LEÇON N 54 : Suites divergentes. Cas des suites admettant une limite infinie : comparaison, opérations algébriques, composition par une application. Pré-requis : Suites : définition, bornées, convergentes,

Plus en détail

La continuité. signifie lim x a

La continuité. signifie lim x a La continuité I Définitions et exemples. 1 Continuité en a D f Définition La fonction f est continue en a D f signifie x a f x = f a D'après la définition de la ite en TS, il ne peut y avoir que deux cas,

Plus en détail

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003 MPSI : DL 03 pour le décembre 003 Problème L objet du problème est de calculer eplicitement la limite de la suite des moyennes arithmétiques-géométriques pour certaines valeurs initiales. On considère

Plus en détail

Chapitre II : Limites de fonctions et continuité

Chapitre II : Limites de fonctions et continuité Chapitre II : Limites de fonctions et continuité Cité Scolaire Gambetta Année scolaire 0-03 I Limite à l infini : ) Limite finie en Définition : Dire qu une fonction f a pour limite le réel l en signifie

Plus en détail

9 6 - x. On définit la suite (u n ) par u 0 = -3 et pour tout entier naturel n, u n+1 = f(u n ).

9 6 - x. On définit la suite (u n ) par u 0 = -3 et pour tout entier naturel n, u n+1 = f(u n ). Exercice 75 p 55 exercices sur les suites Symbole Belin 0 On s intéresse aux suites définies sur V et vérifiant la relation de récurrence u n+ = + u n². Une telle suite sera déterminée par son premier

Plus en détail

SUITES - RECURRENCE - SOMMES

SUITES - RECURRENCE - SOMMES SUITES - RECURRENCE - SOMMES Chapitre 1 I Généralités sur les suites Définition I.1 Une suite réelle est une fonction d une partie A de N dans R. u : A R n u(n) := u n l intervalle de définition peut donc

Plus en détail

Chapitre 8. Suites numériques. 8.1 Généralités sur les suites numériques. 8.2 Comparaison de suites Définition et notation

Chapitre 8. Suites numériques. 8.1 Généralités sur les suites numériques. 8.2 Comparaison de suites Définition et notation Chapitre 8 Suites numériques La notion de suite numérique a été déjà introduite en classe de Première. On rappelle ici la définition d une suite numérique et complète les connaissances déjà acquises. On

Plus en détail

Suites Raisonnement par récurrence Exercices corrigés

Suites Raisonnement par récurrence Exercices corrigés Suites Raisonnement par récurrence Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : expression du terme général d une suite Exercice 2 : majoration

Plus en détail

Chapitre 6 Comportement asymptotique et limites de fonctions Limites de suites

Chapitre 6 Comportement asymptotique et limites de fonctions Limites de suites Chapitre 6 Comportement asymptotique et ites de fonctions Limites de suites 1. Limite d une fonction en ou en. 1.1 Limite infinie d une fonction en ou en Cadre : Soit I=]a ; [, où a est un réel fixé (NB

Plus en détail

1 Raisonnement par récurrence. 2 Suites arithmétiques, géométriques. ISEL - Année 1. Mathématiques. Suites - Rappel

1 Raisonnement par récurrence. 2 Suites arithmétiques, géométriques. ISEL - Année 1. Mathématiques. Suites - Rappel ISEL - Année Mathématiques Suites - Rappel Raisonnement par récurrence Soit une propriété P (n) dépendant d'un entier naturel n. Pour montrer que cette propriété est vraie à partie de l'entier n 0 :. on

Plus en détail

Suites 4 : Raisonnement par récurrence

Suites 4 : Raisonnement par récurrence Suites 4 : Raisonnement par récurrence C' est au mathématicien italien Giuseppe Peano (1858 ; 193) que l'on attribue le principe du raisonnement par récurrence. Par contre, le nom de récurrence a vraisemblablement

Plus en détail

Exercices type bac sur les suites.

Exercices type bac sur les suites. Exercices type bac sur les suites Corrigés NB : On ne donne dans ce document que des indices, la preuve complète reste à faire Exercice D après sujet du baccalauréat Centres étrangers, juin 003 On définit,

Plus en détail

Généralités sur les suites : Ce module revient sur le programme de première : les différents types de suites,

Généralités sur les suites : Ce module revient sur le programme de première : les différents types de suites, Généralités sur les suites Cours maths Terminale S Généralités sur les suites : Ce module revient sur le programme de première : les différents types de suites, la monotonie, la convergence des suites,

Plus en détail

Généralités sur les fonctions

Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Limite d une fonction à l infini. Limite finie à l infini Définition : Dire qu une fonction f a pour ite le nombre réel l en + signifie que tout intervalle ouvert contenant

Plus en détail

Raisonnement par récurrence. Limite d une suite

Raisonnement par récurrence. Limite d une suite Exercices 2 octobre 2014 Raisonnement par récurrence. Limite d une suite Raisonnement par récurrence Exercice 1 Prouver que pour tout entier n, 4 n + 5 est un multiple de 3. Exercice 2 Prouver que pour

Plus en détail

Suites numériques. Exemples élémentaires de suites

Suites numériques. Exemples élémentaires de suites MTA - ch5 Page 1/12 Suites numériques Notion de suite : Une suite numérique est une application de N (ou parfois de N ) à valeurs dans R ou dans C. La suite u : N C est notée de plusieurs façons : n u(n)

Plus en détail

Convergence des suites monotones et applications.

Convergence des suites monotones et applications. Université Paris Est Marne-la-Vallée L Sciences Physiques 20-202 Compléments en Analyse Convergence des suites monotones et applications.. Quelques définitions Ce chapitre est consacré à la convergence

Plus en détail

Suites numériques Raisonnement par récurrence

Suites numériques Raisonnement par récurrence Chapitre Suites numériques Raisonnement par récurrence I. Suites numériques : rappels et coméments 1. Modes de génération d une suite Soit n 0 un entier naturel. Une suite numérique u une fonction qui

Plus en détail

Mathématiques 11ème Sciences Production de Mathematikos Votre Ticket pour l Excellence en Maths. Exemple. Exemple

Mathématiques 11ème Sciences Production de Mathematikos Votre Ticket pour l Excellence en Maths. Exemple. Exemple Classe : 11 ème Sciences CHAPITRE 5 SUITES NUMÉRIQUES Domaine : Sciences, Mathématiques et Technologies Compétences : Résoudre une situation problème Composantes : Diagnostiquer la situation problème,

Plus en détail

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 CPUS I. Les suites numériques I.1. Premières définitions. Définition. Une suite réelle est une fonction dont l ensemble de départ est une partie de N du

Plus en détail

Terminale SSI 1 Chapitre 3 : Suites numériques 1. L image d un entier naturel n par une suite u n est en général pas noté «u(n)» mais plutôt :

Terminale SSI 1 Chapitre 3 : Suites numériques 1. L image d un entier naturel n par une suite u n est en général pas noté «u(n)» mais plutôt : Terminale SSI 1 Chapitre 3 : Suites numériques 1 1 Introduction 1.1 s On rappelle que IN est On appelle suite numérique une fonction définie sur L image d un entier naturel n par une suite u n est en général

Plus en détail

Chapitre 1 : Les suites

Chapitre 1 : Les suites Chapitre : Les suites I. Exercices supplémentaires Partie A : Récurrence Exercice La suite est définie par et +2+ pour tout entier naturel. Démontrer par récurrence que pour tout. La suite est définie

Plus en détail

Suites de nombres réels

Suites de nombres réels Suites de nombres réels I Généralités 1.1 propriété vraie à partir d un certain rang Définition 1.1 On dit qu une propriété P (n) est vraie à partir d un certain rang N N si et seulement s il existe un

Plus en détail

Université MONTPELLIER 3 UFR 4. Notes de Cours. Mathématiques M1 MRHDS Laurent Piccinini. version du 5 octobre 2011.

Université MONTPELLIER 3 UFR 4. Notes de Cours. Mathématiques M1 MRHDS Laurent Piccinini. version du 5 octobre 2011. Université MONTPELLIER 3 UFR 4 Notes de Cours Mathématiques M1 MRHDS 2011-2012 Laurent Piccinini version du 5 octobre 2011. M1 MRHDS 1 Table des matières I Les suites numériques 2 I.1 Généralités..............................................

Plus en détail

TS Limites de fonctions Cours

TS Limites de fonctions Cours TS Limites de fonctions Cours I. Limites à l infini. Limite infinie en + ( 3 ) Définition Une fonction f a pour limite + en + si pour toute valeur réelle A, on a f() > A pour assez grand c est à dire pour

Plus en détail

Convergence de suites. Suites récurrentes

Convergence de suites. Suites récurrentes Convergence de suites Les suites dont on donne ci-dessous le terme général sont-elles convergentes? cos n + 3n a) ln n + 2n g) sin n n b) 4n 2 + 5n + 6 2n c) en n h) 2 n ( 1) n n 2 d) sin n e n e) n 1

Plus en détail

RAPPELS CHAPITRE 4 : SUITES ARITHMÉTIQUES ET SUITES GÉOMÉTRIQUES.

RAPPELS CHAPITRE 4 : SUITES ARITHMÉTIQUES ET SUITES GÉOMÉTRIQUES. 1 : SUITES ARITHMÉTIQUES ET SUITES GÉOMÉTRIQUES. I) RAPPELS DE COURS : Caractérisation par une relation de récurrence Caractérisation par une formule explicite Représentation graphique sur un axe Suites

Plus en détail

LIMITES DE FONCTIONS

LIMITES DE FONCTIONS T ale S LIMITES DE FONCTIONS Analyse - Chapitre 6 Table des matières I Limite d une fonction à l infini 2 I Limite finie à l infini........................................ 2 I a..........................................

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

Suites numériques. Introduction. Exercice 1 1 er terme. 2 ième terme 1 ère série ième série ième série

Suites numériques. Introduction. Exercice 1 1 er terme. 2 ième terme 1 ère série ième série ième série Introduction Exercice 1 1 er terme 2 ième terme 1 ère série 3 4 5 6 2 ième série 2-4 8 32 Formule de récurrence Formule explicite 3 ième série 0 1 3 6 15 4 ième série 0 1 4 9 5 ième série 4 0-2 -6 6 ième

Plus en détail

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon.

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon. CHAPITRE 3 SUITES RÉELLES 1 Compléments sur les réels 1.1 Rappels 1.1.a Définition 3.1 Valeur absolue Soient x et y deux réels. On note x max(x, y) = y si x y sinon x et min(x, y) = y si x y sinon On étend

Plus en détail

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths Chapitre 3 Suites numériques p. 2 Remarque importante. Ce cours n est pas indépendant du cours de Mathématiques pour tous. Ce document

Plus en détail

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction I. Continuité Définition : Continuité d une fonction Dire que f est continue en a signifie que f a une limite finie en a ; cette limite est alors

Plus en détail

Enseignement obligatoire

Enseignement obligatoire Wallis et Futuna Cours de MATHÉMATIQUES Fabien PUCCI Classe de Terminale S Enseignement obligatoire Année 05 Table des matières Suites - Raisonnement par récurrence 7 I Démonstration par récurrence..................................

Plus en détail

Chapitre II : Limite de fonctions

Chapitre II : Limite de fonctions Chapitre II : Limite de fonctions Etrait du programme : I Limite d une fonction en l infini Limite finie en + Définition f () = L si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les valeurs f ()

Plus en détail

Chapitre 11. (Étude élémentaire des) Séries numériques

Chapitre 11. (Étude élémentaire des) Séries numériques ECE - Année 206-207 Lycée français de Vienne Mathématiques - F. Gaunard http://frederic.gaunard.com Chapitre. (Étude élémentaire des) Séries numériques Ce chapitre présente la notion de série numérique

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

SUITES NUMERIQUES. Rem : Comme pour les fonctions, on omet souvent de préciser l ensemble de définition attention.

SUITES NUMERIQUES. Rem : Comme pour les fonctions, on omet souvent de préciser l ensemble de définition attention. ) GENERALITES A ) DEFINITION et NOTATIONS SUITES NUMERIQUES On appelle suite numérique toute application de IN dans IR. Une suite se note u, ( ) n IN, ( ) n 0 ou ( ), qui est la notation la plus utilisée.

Plus en détail

Partie A : Limites de fonctions

Partie A : Limites de fonctions Chapitre 2 I Limite d une fonction en ou en A) Limite finie en ou en 1) Activité 1 Partie A : Limites de fonctions On considère la fonction définie pour tout par de courbe représentative a) A l aide d

Plus en détail

MT90/91-Fonctions d une variable réelle

MT90/91-Fonctions d une variable réelle MT90/91-Fonctions d une variable réelle Chapitre 3 : Suites numériques Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Juillet 2014 suivant Chapitre 3 Suites numériques 3.1 Définition, convergence, propriétés......................

Plus en détail

LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre.

LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre. LEÇON N 53 : Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue. Limites et relation d ordre. Pré-requis : Corps R construit : opérations, ordre total, axiome de la borne

Plus en détail

Pour remettre un peu d ordre dans R

Pour remettre un peu d ordre dans R Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 016-017 1 1 Relation d ordre sur R 1.1 Vocabulaire Pour remettre un peu d ordre dans R Sur R, on dispose de la relation de comparaison. On dit que c est une

Plus en détail

lim n + Kholle B2 Programme 1 25 septembre 2012 Sujet 1

lim n + Kholle B2 Programme 1 25 septembre 2012 Sujet 1 Kholle B Programme 5 septembre 0 Sujet Exercice de cours : Montrer que si (u n ) et (v n ) sont deux suites réelles à termes strictement positifs, équivalentes et ayant une ite différente de, alors ln(u

Plus en détail