1 Introduction sur les suites numériques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Introduction sur les suites numériques"

Transcription

1 ISEL - Année Mathématiques SUITES NUMERIQUES Introduction sur les suites numériques. Dénition Dénition On appelle suite réelle toute application U d'une partie A de IN dans IR. A IR U : avec A IN. L'image de n par la suite U est noté U n U n. n Exemple: La suite U qui à chaque entier n associe n, U : n n, est une suite réelle. Sa représentation graphique est Dénition La suite U est notée (U n ) n A ou (U n ) et U n est un terme de la suite. On dit que la suite (U n ) a pour terme général U n pour n A. Exemples: Soit la suite précédente: U 0 = 0 = est le er terme, U k = k est le (k + ) e terme (ou terme de rang k + ). Soit la suite (V n ) n ayant pour terme général V n = n. Son er terme est alors V = et V k = k est le k e terme (ou terme de rang k).. Variation d'une suite Dénition 3 On dit que la suite numérique (U n ) est : croissante lorsque pour tout n A, U n+ U n ; strictement croissante lorsque pour tout n A, U n+ > U n ; décroissante lorsque pour tout n A, U n+ U n ; strictement décroissante lorsque pour tout n A, U n+ < U n ; monotone lorsque (U n ) est croissante ou décroissante; strictement monotone lorsque (U n ) est strictement croissante ou strictement décroissante; constante lorsque pour tout n A, U n+ = U n ; stationnaire lorsque n 0 A, n A, n n 0 U n = U n0.

2 Exemples: ( n ) est croissante, ( 5 n ) strictement décroissante, (E[4 + n+ ]) stationnaire 5 (en-eet: U 0 = 9, U = 6, U = U 3 = U 4 = 5 et si n 5, n+ < 5 6 < donc n 5, U n = E[4+ 5 n+ ] = 4). Méthodes pour étudier le sens de variation: Etude du signe de (U n+ U n ). Exemples: ( n ) n>0 est strictement décroissante car n+ n = n (n+) n(n+) = n(n+) < 0 n, (n + n) est strictement croissante car ((n + ) + (n + )) (n + n) = n + n + + n + n n = n + = (n + ) > 0 n 0 Si (U n ) est à termes strictement positifs, comparaison de Un+ U n à. Exemples: ( n ) est strictement croissante car n 0, n > 0 et n+ ( n n! ) n IN est décroissante car n, n n! > 0 et n+ (n+)! n = >, n! = n n+ car n + Si (U n ) est une suite du type U n = f(n) où f est une application réelle monotone, alors (U n ) a les mêmes variations que la fonction f. Exemple: (n ln n) n Posons f(x) = x ln x pour x [, + [. f est dérivable sur [, + [ et f (x) = x 0 car x 0 < x donc f croissante sur [, + [ donc (n ln n) n est croissante. Remarque: ne pas confondre avec une suite dénie par U n+ = f(u n ) où (U n ) et f peuvent avoir des variations contraires. Remarque: f peut être non monotone et (U n ) monotone. Exemple: U n = f(n) avec f(x) = sin(πx) pour x IR +. f est non monotone mais n IN, U n = sin(πn) = 0 donc (U n ) est constante. Utilisation du principe de récurrence. { Un+ = U Exemple: Soit (U n ) dénie par n +, n U 0 = 3 Notre hypothèse de récurrence est: (H n ) U n+ U n 0 n Initialisation: U U 0 = = donc (H 0 ) vraie. On montre que (U n ) est décroissante. Hérédité: U n+ U n+ = U n+ + U n + = ( U n+ + U n + ) Un+++ U n+ Un+++ U n+ 0 car Hn vraie {}}{ = (Un++) (Un+) = ( U n+ U n ) Un+++ U n+ Un donc (H n+ ) vraie. U n + }{{} 0 Conclusion: d'après le principe de récurrence, (H n ) vraie pour tout entier n, d'où (U n ) décroissante..3 Suites minorées, majorées, bornées Dénition 4 La suite (U n ) est dite: majorée si et seulement si M IR, n A, U n M ; minorée si et seulement si m IR, n A, U n m; bornée si et seulement si M IR +, n A, U n M (ssi elle est majorée et minorée).

3 Exemples: On peut montrer que (sin n) est bornée, en-eet n IN, sin n ; (n( ) n ) n'est ni majorée, ni minorée. Montrons par l'absurde que (n( ) n ) n'est pas majorée. Supposons que la suite est majorée, donc M IR, n IN, n( ) n M En particulier, c'est vrai pour les n pairs, n = k avec k IN, donc: (k)( ) k = k M. Absurde d'après la propriété d'archimède, donc la suite n'est pas majorée. On applique la même démarche pour montrer que la suite n'est pas minorée (on prend les n impairs). ( ln n n ) n>0 est bornée. Prenons la fonction f : x ln x x f est dérivable sur [, + [ et f (x) = dénie sur [, + [). /x x ln x x = ln x x. On a f (x) 0 ln x e x, et f() = 0, f(e) e, x + ln x x = 0 d'où le tableau de variation: x f (x) f(x) e e 0 0 donc x [, + [, 0 f(x) e donc n IN, 0 f(n) e d'où ( ln n n ) n>0 bornée. { Un+ = U (U n ) dénie par n + 35, n est bornée. U 0 = 0 Montrons par récurrence que 0 U n 7 n (notre hypothèse (H n )). Initialisation: U 0 = 3 [0, 7] donc (H 0 ) vraie. Hérédité: U n+ = U n + 35, or U n 0 donc U n donc U n+ est bien déni et positif. or U n 7 U n U n+ 49 U n+ 7 donc (H n+ ) vraie. Conclusion: d'après le principe de récurrence, (H n ) vraie pour tout entier n, d'où (U n ) bornée..4 Opérations sur les suites Dénition 5 Deux suites sont égales si et seulement si tous les termes sont égaux. On appelle somme, resp. produit, de deux suites (U n ) et (V n ) la suite de terme général U n + V n, resp. U n V n. Exemple: U n = n, V n = n + et W n = ln(ch n + sh n). Alors U n + V n = 3n +, U n V n = n(n + ) et U n = W n. 3

4 Convergence d'une suite réelle. Généralités Dénition 6 Une suite (U n ) est convergente s'il existe l IR tel que: ε > 0, N IN, n > N : U n l < ε On dit que (U n ) converge vers l et on écrit U n = l ou U n l. n Une suite non convergente est dite divergente. l + ε l l ε N Exemples: ( n ) converge vers 0, En-eet: ε > 0, N ε IN, n > N ε, n < ε n > ε Il sut de prendre N ε = E( ε ) + > ε (( ) n ) diverge. Par l'absurde, (( ) n ) converge vers l ssi ε > 0, N IN, n > N, ( ) n l < ε. Prenons ε = et n pair, donc on a: ( )n l = l < et ( )n+ l = l <. Ainsi pour n > N, = ( ) = ( l) ( l) l + l < Absurde! Théorème Soit (U n ) une suite convergente, alors sa ite est unique. Preuve: Supposons que U n = a et U n = b. Montrons que a = b ε > 0, a b < ε n n Soit ε > 0, U n = a N IN, n > N : U n a < ε n U n = b N IN, n > N : U n b < ε n Prenons N = max(n, N ) donc n > N : a b = (a U n ) + (U n b) a U n + U n b < ε Proposition Soient deux suites réelles (U n ) et (V n ) convergentes telles qu'à partir d'un certain rang U n V n, alors U n V n. n n Exemple: Soient U n = sin n n 0 et V n = n +. On a n IN, U n V n et n U n n V n. Remarque: "à partir d'un certain rang" on a la propriété P (n) s'écrit mathématiquement: N IN, n > N : P (n) La nature d'une suite n'est pas modiée en modiant un nombre ni de termes. Remarque: il est faux de dire que si à partir d'un certain rang U n < V n alors En revanche, U n < V n n U n n V n. Exemple: Soient U n = 0 et V n = n. On a n IN, U n < V n mais U n < V n n n U n = V n = 0. n n 4

5 Remarque: En prenant (U n ) ou (V n ) stationnaire, on obtient: U n M n U n M V n m n V n m Preuve: N, n > N, U n V n, n U n = a ε > 0, N IN, n > N, U n a < ε donc U n > a ε, n V n = b ε > 0, N 3 IN, n > N 3, V n b < ε donc V n < b + ε. Montrons que a b ε > 0, a < b + ε Soit ε > 0, posons N = max(n, N, N 3 ), alors n > N, a < U n + ε V n + ε < b + ε Proposition Toute suite convergente est bornée. Exemple: ( n ) converge vers 0, n, n donc ( n ) est bornée. Remarque: la réciproque est fausse. Contre-exemple: (( ) n )) est bornée mais non convergente. Preuve: U n = l ε > 0, N IN, n > N, U n l < ε. n Prenons ε =, donc n > N, U n l <. Or U n = U n l + l U n l + l donc n > N, U n < + l Posons M = max{u 0, U,, U N, + l }, alors n IN, U n M donc (U n ) bornée.. Théorèmes de convergence Théorème des gendarmes Soient trois suites (U n ), (V n ) et (W n ) telles qu'à partir d'un certain rang U n V n W n. Si (U n ) et (W n ) convergent vers la même ite l alors (V n ) converge vers cette même ite. Exemple: Soit (V n ) telle que n, 3 + n V n 3 n+ n, alors d'après le thm des gendarmes, V n = 3. Preuve: N, n > N, U n V n W n, U n = l ε > 0, N IN, n > N, U n l < ε donc U n > l ε, n W n = l ε > 0, N 3 IN, n > N 3, W n l < ε donc W n < l + ε. n Montrons que V n = l ε > 0, N IN, n > N, l ε < V n < l + ε Soit ε > 0, posons N = max(n, N, N 3 ), alors n > N, l ε < U n V n W n < l + ε Conséquence: Si V n U n et U n = 0 alors V n = 0. Exemple: ( sin n n ) converge vers 0 car n IN, sin n n n et n 0. Théorème 3 de la ite monotone Si la suite (U n ) est croissante et majorée (resp. décroissante et minorée) alors (U n ) est convergente et U n = sup{u n, n IN} (resp. inf{u n, n IN}). 5

6 Exemples: On pose U = 0., U = 0., U 3 = 0.3,... U n s'écrit 0. suivi de la juxtaposition des entiers,,, n. On a (U n ) croissante et (U n ) majorée par, donc (U n ) convergente (sa ite est appelé le nombre de Champernowne). Soit (U n ) une suite décroissante telle que n IN, n U n + n. On a donc (U n ) décroissante et minorée par 0 (car n, U n n 0) donc (U n) converge vers une ite l qui vérie n l + n l Soit (U n ) dénie pour n par U n = n k= k!. On a: U n+ U n = (n+)! > 0 donc (U n) est strictement croissante. k! = 3 k k d'où k! k U n n k= k On retrouve la somme d'une suite géométrique de raison et de premier terme, n donc = (/)n k / = ( ( k= )n ) }{{} donc (U n ) est majorée par. Par conséquent, (U n ) converge vers une ite l qui vérie l. Preuve: Soit A = {U n, n IN}, A est une partie de IR non { vide (car U 0 A) et majorée (car (U n ) n IN, Un l () majorée), donc A admet une borne supérieur, sup A = l ε > 0, n 0 IN, U n0 > l ε () D'après (), U n l < l + ε pour tout ε > 0. Comme (U n ) est croissante, c'est à dire n > n 0 U n U n0, on a d'après (), n > n 0, U n > l ε Ainsi ε > 0, n 0 IN, n > n 0, l ε < U n < l + ε, d'où U n = l Dénition 7 On dit qu'une suite (U n ) est une suite de Cauchy si elle vérie la propriété suivante, appelée critère de Cauchy : ε > 0, N IN, (p, q) IN, p N et q N U p U q < ε Remarque: la condition U p U q < ε doit être réalisée pour tout couple (p, q) avec p, q N (ou p q N). Exemples: La suite géométrique (k n ), pour 0 < k <, est une suite de Cauchy. En eet, on a, pour p > q > 0, k p k q = k q k p q < k q. Soit ε > 0, en prenant N = E[ ln ε ln ε ln k ] + on a p > q N q > ln k kq < ε, d'où k p k q < ε. La suite (ln n) n IN n'est pas une suite de Cauchy. En-eet, pour p > q > 0, on a: ln p ln q = ln p q > 0, donc si p = q on a ln p ln q = ln. Donc, ε > 0(ε = ln ), N IN, (p, q) IN, p, q N(p = q) et lnp lnq = ε. 6

7 En revanche, ln(n+) ln n = ln(+ n ) 0 ce qui prouve bien que la condition U n+ U n = 0 n'entraîne pas que la suite est de Cauchy. Théorème 4 Une suite de réels est convergente dans IR si et seulement si c'est une suite de Cauchy. Exemples: (k n ) avec 0 < k < converge vers 0 et (ln n) n IN diverge. Preuve: Condition nécessaire Toute suite convergente est de Cauchy. n U n = l ε > 0, N IN, n > N, U n l < ε. Soit (p, q) IN avec p, q N, alors U p l < ε et U q l < ε donc U p U q = (U p l) (U q l) U p l + U q l < ε. Condition susante Dans IR toute suite de Cauchy est convergente. Idée: on montre que (U n ) est bornée, puis on construit deux suites adjacentes (a n ) et (b n ) telles que a n U n b n (en se basant sur le thm de la borne supérieure et en utilisant le critère de Cauchy). On en déduit donc d'après le thm des Gendarmes que (U n ) converge. Remarque: Le critère de Cauchy est utilisé pour montrer qu'une suite (U n ) est convergente (resp. divergente) dans les cas où l'on peut obtenir facilement une majoration (resp minoration) de U p U q pour p et q assez grands. Exemples: { Un+ = U Soit (U n ) n + la suite dénie par n U n, n On montre que la suite (U U 0 = n ) est de Cauchy. D'abord on peut montrer par récurrence que n, U n puis remarquer que: U n+ U n = n U n 0 donc (U n ) est croissante. Soit p, q IN tels que p > q (donc U p U q et on peut enlever la valeur absolue) p U p U q = (U p U p ) + (U p U p ) + + (U q+ U q ) = (U k+ U k ) = Or k, U k donc 0 p k=q k U k p k=q k On retrouve la somme d'une suite géométrique de raison et de premier terme q p donc = (/) p q k q / = ( ( q )p q ) car ( q )p q < car p q > 0 donc Or k=q q + p > q, 0 U p U q q q = 0 ε > 0, N IN, q > N, ε < q < ε D'où ε > 0, N IN, p, q IN, p > q > N : 0 U p U q < ε, donc (U n ) est de Cauchy. On en déduit donc que (U n ) converge. On pose, pour tout n, S n = n k= k et on montre que la suite (S n) n'est pas de Cauchy. c'est à dire montrons que ε > 0, N IN, (p, q) IN tel que p, q > N et S p S q ε k=q p k=q k U k 7

8 En eet pour p > q, S p S q = p k=q+ k > 0. Prenons par exemple p = q, dans la somme on a donc q termes et le plus petit terme est q donc S p S q q q S p S q Posons ε =, on a montré que: N IN, q IN tel que q > N et S q S q Donc (S n ) n'est pas de Cauchy. On en déduit donc que (S n ) diverge. 3 Limite d'une suite dans IR {± } 3. Limites innies Dénition 8 La suite (U n ) tend vers +, U n + ou M > 0, N IN, n > N : U n > M U n = +, si et seulement si: M N Remarque: (U n ) est divergente, non majorée mais minorée. Exemple: n = + En-eet M > 0, N IN, n > N : n > M e n ln > e ln M n > ln M ln = log M. On pose N = E(log M) + IN, alors n > N > log M, on a n > M. Dénition 9 U n = si et seulement si ( U n) = +, c'est-à-dire: M < 0, N IN, n > N : U n < M Remarque: (U n ) est majorée mais non minorée. Théorème 5 Si à partir d'un certain rang U n V n et V n = + (resp. U n = ). Exemple: n + ( ) n sin n n et U n = + (resp. n = + donc n + ( )n sin n = + V n = ), alors 8

9 Conséquence: Si U n = a n + b n avec a n = + et (b n ) bornée alors U n = + En-eet m, M IR, n, m b n M, donc n, m + a n U n M + a n et thm de comp. Preuve: N, n > N, U n V n, U n = + M > 0, N IN, n > N : U n > M, n Montrons que V n = + M > 0, N IN, n > N : V n > M Soit M > 0, posons N = max(n, N ), alors n > N: V n U n > M 3. Opérations sur les ites Somme U n l + V n l + + U n + V n l + l + +? F.I. exemple: Soient U n = n +, V n = n et W n = n n, alors U n + V n et U n + W n Produit par un scalaire : U n l + λ IR IR + IR {0} λu n λl + 0 Produit : U n l l > 0 l < 0 l = 0 + V n l + + ± + U n V n ll + +? + + Inverse : F.I. exemple: Soient V n = n + et W n = n +. Soit U n = n 0 alors U nv n et U n W n +. Soit U n = n 0, alors U n V n 0. Soit U n = ( )n n Dénition 0 On dit que 0, alors (U n V n ) diverge et n'a pas de ite innie. U n = 0 + (resp. 0 ) si U n = 0 et n U n > 0 (resp. < 0 ). U n l 0 l = 0 + l = 0 l = 0, 0 +, 0 + U n l +? F.I. exemple: Quotient : ( ) n n = 0 mais (( ) n n) ne converge pas et n'a pas de ite innie. U n V n = U n V n, on peut déduire la ite en utilisant les deux cas précédents. F.I.: " 0 0 " et " ", exemple: n +, n + mais n n = n 0, n n = n + 9

10 Composition par une fonction : Proposition 3 Soit a, b IR {± } et I un intervalle contenant a. Si f est une fonction dénie sur I et si (U n ) est une suite d'éléments de I, alors: U n = a et f(x) = b x a f(u n) = b Exemple: Soit V n = n sin( n ) = f(u n) avec U n = n 0 et f(x) = sin x x 4 Suites adjacentes 4. Dénition et théorème Dénition Deux suites (U n ) et (V n ) sont adjacentes si (i) (U n ) est croissante et (V n ) est décroissante (ou inversement) (ii) V n U n = 0 x 0 donc V n = Proposition 4 Si (U n ) et (V n ) sont adjacentes alors n, U n V n. Preuve: montrons par l'absurde que n, U n V n. Supposons que: p IN, U p > V p. Soit la suite de terme général W n = U n V n, donc: W p = U p V p > 0, W n+ W n = (U n+ U n ) (V n+ V n ) 0 donc (W n ) croissante, W n = 0. Par conséquent n > p, W n W p > 0, donc (W n ) ne peut pas converger vers 0. Absurde! Théorème 6 Deux suites adjacentes sont convergentes et ont même ite. Exemples: Soient les suites dénies par U n = n k= k! et V n = U n + n! pour tout entier n IN (i) U n+ U n = (n+)! 0 donc (U n) est croissante. V n+ V n = (n+)! n! = (n+) (n+)! = n (n+)! 0 donc (V n) est décroissante. (ii) V n U n = n! 0 D'où (U n ) et (V n ) sont adjacentes, elles convergent donc vers la même ite l et n, U n < l < V n Pour tout n, on désigne par d n et e n les approximations à n décimales du nombre π, respectivement par défaut et par excès. Puisque π = 3, , il en résulte d = (3, ; 3, 4; 3, 4; ), e = (3, ; 3, 5; 3, 4; ),. Il est clair que: (i) (d n ) est croissante et (e n ) décroissante 0

11 (ii) e n d n = 0 n 0 D'où (d n ) et (e n ) sont adjacentes, elles convergent donc vers la même ite l et n, d n < l < e n (π est un majorant de (d n ) et un minorant de (e n )) Remarque: Vérier toutes les hypothèses. Exemple: Prenons les suites de terme général U n = cos n et V n = U n + n. Alors (U n ) et (V n ) ne convergent pas (leur monotonie n'a pas été étudiée). Remarque: Réciproque fausse. Contre-exemple: Preuve: n = n = 0 mais ( n ) et ( n ) ne sont pas adjacentes. (U n ) croissante et n, U n V n V 0, ainsi (U n ) est majorée, donc (U n ) converge. (V n ) décroissante et n, V n U n U 0, ainsi (V n ) est minotée, donc (V n ) converge. U n V n = 0 mais montrons que U n = V n U n = a ε > 0, N IN, n > N, U n a < ε, n U n = b ε > 0, N IN, n > N, V n b < ε, n V n U n = 0 ε > 0, N 3 IN, n > N 3, V n U n < ε. n Soit ε > 0, posons N = max(n, N, N 3 ), alors n > N, a b = a U n + U n V n + V n b U n a + V n U n + V n b < 3ε 4. Application: preuve du théorème de la borne supérieure Théorème 7 Toute partie non vide et majorée (resp. minorée) de IR admet une borne supérieure (resp. inférieure). Preuve: hypothèse: Soit A IR non vide (donc a IR, a A) et majorée (donc M IR, a A, a M). but: on veut montrer que sup A existe, c'est-à-dire sup A est le plus petit des majorants de A). Pour cela, on va construire deux suites adjacentes en utilisant le principe dichotomique: l'une décroissante de majorants de A et l'autre croissante de non majorants de A. Ces deux suites vont donc vers la même ite l qui sera le plus petit des majorants. 5 Suites extraites 5. Dénition Dénition Soit (U n ) une suite réelle. Soit (n k ) une suite strictement croissante dans IN. On appelle (U nk ) une sous-suite (ou suite extraite) de (U n ). Exemple: Soit la suite réelle (U n ) dénie par U n = n( ) n pour tout n IN. Soit la suite (n k ) dénie par n k = k IN strictement croissante. Alors (U nk ) est une sous-suite de (U n ) et U nk = U k = (k)( ) k = k pour tout k IN.

12 (U k ) (U k+ ) 5. Théorèmes Théorème 8 Si (U n ) converge, alors toute sous-suite (U nk ) de (U n ) converge et Exemple: Soit (U n ) dénie par U n = sin n n. (U n) converge vers 0. (U 3n ) dénie par U 3n = sin(3n) 3n est une sous-suite de (U n ) donc (U 3n ) converge vers 0. Remarque: la réciproque est fausse. U n = U n k. k + Contre-exemple: Soit (U n ) dénie par U n = ( ) n. (U k ) converge vers mais (U n ) diverge. Remarque: la contraposée est utilisée pour montrer qu'une suite diverge. Exemple: Soit (U n ) dénie par U n = ( ) n. U k U k+ donc (U n ) diverge. k + k + Preuve: Soit ε > 0, U n = a donc N IN, n > N : U n a < ε (n k ) strictement croissante, donc k IN, n k+ > n k De plus n k IN d'où n k = + donc k 0 IN tel que n k0 > N k + Or si k > k 0 alors n k > n k0 > N d'où U nk a < ε On a ε > 0, k 0 IN, k > k 0, U nk a < ε d'où U n k = a k + Théorème 9 de Bolzano-Weierstrass De toute suite réelle bornée, on peut extraire une suite convergente. Exemple: Soit (U n ) dénie par U n = ( ) n. (U n ) diverge mais (U n ) est bornée (par ), on peut donc extraire une sous-suite convergente. En-eet: (U k ) converge vers. Théorème 0 Soit (U n ) une suite telle que (U k ) et (U k+ ) sont convergentes avec la même ite l, alors (U n ) converge et sa ite est l.

13 Remarque: la réciproque est vraie d'après le er théorème. Exemple: Soit (U n ) dénie par U n = U k = ( )n n+cos(πn). ( )k k+cos(kπ) = k+ 0 et U ( ) k+ = k+ k++cos((k+)π) = k 0 donc (U n) converge vers 0. Preuve: U k = l ε > 0, N IN, k > N : U k l < ε k + U k+ = l ε > 0, N IN, k > N : U k+ l < ε k + Soit ε > 0, posons N = max(n, N + ), soit p > n, si p pair, alors p = k > N implique U p l = U k l < ε et si p impair, alors p = k + > N + implique U p l = U k+ l < ε d'où ε > 0, N IN, p > N : U p l < ε U p = l p + 6 Etude de suites à connaître 6. Suites arithmétiques Dénition 3 Une suite (U n ) est arithmétique s'il existe un réel r tel que pour tout entier naturel n, U n+ = U n + r. r est appelé raison de la suite. On a alors: Pour tout n IN, U n = U 0 + nr, par conséquent: si r = 0, alors (U n ) est constante; si r > 0, alors (U n ) strictement croissante de ite + ; si r < 0, alors (U n ) strictement décroissante de ite. U 0 + U + + U n = n+ (U 0 + U n ). 6. Suites géométriques Dénition 4 Une suite (U n ) est géométrique s'il existe un réel q tel que pour tout entier naturel n, U n+ = qu n. q est appelé raison de la suite. On a alors: Pour tout n IN, U n = U 0 q n, par conséquent: si q = 0 ou U 0 = 0 alors (U n ) est la suite nulle; si q = alors (U n ) est constante; si q > et U 0 > 0 (respectivement U 0 < 0) alors (U n ) est strictement croissante (resp. décroissante) de ite + (resp. ); si 0 < q < et U 0 > 0 (respectivement U 0 < 0) alors (U n ) est strictement décroissante (resp. croissante) de ite 0; 3

14 si < q < 0 alors (U n ) n'est pas monotone mais converge vers 0; si q alors (U n ) n'est pas monotone, ne converge pas et n'a pas de ite innie. { q U n+ U 0 + U + + U n = 0 q si q. (n + )U 0 sinon 6.3 Suites arithmético-géométriques Dénition 5 Une suite (U n ) est arithmético-géométrique s'il existe deux réels a et b tels que pour tout entier naturel n, U n+ = au n + b. Remarque: on suppose a (sinon (U n ) est une suite arithmétique) et b 0 (sinon (U n ) est une suite géométrique). Proposition 5 Si a < alors (U n ) converge vers l = b a. Preuve: Si la ite l existe, alors elle vérie l = al + b donc l = b a (a ). = Un+ l = (aun+b) (al+b) Posons la suite de terme général V n = U n l, alors Vn+ V n U n l donc (V n ) est une suite géométrique de raison a et converge vers 0 si a <, or U n = V n + l d'où (U n ) converge vers l si a <. U n l = a(un l) U n l = a 6.4 Suites récurrentes linéaires d'ordre Dénition 6 La suite (U n ) dénie par la donnée de ses deux premiers termes et par la relation de récurrence pour tout entier naturel n U n+ = au n+ + bu n avec a, b réels vérie alors une relation de récurrence linéaire d'ordre. Théorème Soit l'équation caractéristique (E) : r ar b = 0. Les solutions de cette équation (E) sont les raisons des suites géométriques vériant U n+ = au n+ + bu n. Preuve: Soit (U n ) une suite géométrique de raison q, alors U n = U 0 q n, d'où: U n+ = au n+ + bu n U 0 q n+ = au 0 q n+ + bu 0 q n q = aq + b d'où q est bien solution de (E). Théorème (admis) Soit (U n ) une suite récurrente linéaire d'ordre et (E) : r ar b = 0 son équation caractéristique associée: si > 0 alors (E) possède deux racines réelles r et r et le terme général de (U n ) est U n = Ar n + Br n avec A, B constantes réelles. Supposons r > r, (U n ) a la même convergence que la suite géométrique de raison r. si = 0 alors (E) possède une racine réelle r 0 et le terme général de (U n ) est U n = Ar n 0 + Bnr n 0 avec A, B constantes réelles. Si r 0 <, (U n ) convergence vers 0, sinon elle diverge (la ite est innie ou n'existe pas). 4

15 si < 0 alors (E) possède deux racines complexes r = re iθ et r = re iθ (r > 0) et le terme général de (U n ) est U n = r n (A cos(nθ) + B sin(nθ)) avec A, B constantes réelles. Si r <, (U n ) convergence vers 0, sinon elle diverge. Exemples: { Etude des suites dénies par: Un+ = 5U n+ 6U n, n U 0 = et U = 3 (U n ) est une suite récurrente linéaire d'ordre, son équation caractéristique associée est : r 5r + 6 = 0 = ( 5) 4 6 = > 0, on a donc deux racines réelles: r = 5+ = 3 et r = 5 = donc (U n ) a pour terme général: { { U0 = A + B = A + B = Or U = 3A + B = 3 A = Ainsi U n = A 3 n + B n avec A, B IR n, U n = 3 n + 3. n = { B = 3 A = 3 n }{{} + ( ) n ( + 3 ) 3 }{{} { Un+ = (U n+ U n ), n U 0 = et U = (U n ) est une suite récurrente linéaire d'ordre, son équation caractéristique associée est : r r + = 0 = ( ) 4 = 4 < 0, on a donc deux racines complexes: r = +i = + i = ( + i ) = e i π 4 et r = r = e i π 4 donc (U n ) a pour terme général: U n = ( ( nπ ) n (A cos 4 ) ( nπ + B sin 4 ) ) avec A, B IR { U0 = A = Or U = ( A + B ) = A + B = Ainsi { A = B = n, U n = ( ( nπ ) n (cos 4 ) ( nπ + sin 4 En utilisant des suites extraites (par exemple (U 8n+4 ) et (U 8n )), on peut montrer que (U n ) diverge et n'a pas de ite innie. { Un+ = 6U n+ 9U n, n U 0 = 5 et U = 6 (U n ) est une suite récurrente linéaire d'ordre, son équation caractéristique associée est : r 6r + 9 = 0 = ( 6) 4 9 = 0, on a donc une racine réelle: r 0 = 6 = 3 donc (U n ) a pour terme général: U n = A 3 n + B n 3 n avec A, B IR ) ) 5

16 { { U0 = A = 5 A = 5 Or U = 3(A + B) = 6 B = 3 Ainsi n, U n = 3 n }{{} Suites dénies par U n+ = f(u n ) (5 3n) }{{} Soient I un intervalle de IR et f : I IR une fonction continue telle que f(i) I. Soit (U n ) la suite dénie par U n+ = f(u n ) et U 0 I. Remarque: comme f(i) I (I stable par f), alors U n I n. Proposition 6 Si (U n ) est convergente vers l élément de I alors f(l) = l (l est un point xe). Remarque: La contraposée nous dit que si f n'a pas de point xe, alors f diverge. Preuve: (U n ) converge vers l, donc (U n+ ) aussi et U n+ = l. Comme U n+ = f(u n ) et f continue sur I, on a : U n+ = f(u n) = f( U n) = f(l). Par unicité de la ite, on obtient l = f(l) Proposition 7 Si f(x) x garde un signe constant sur I, alors (U n ) est monotone. Preuve: Supposons que x I, f(x) x 0, comme n, U n I, on a n, f(u n ) U n = U n+ U n 0, donc (U n ) est croissante. Proposition 8 Si f est croissante alors (U n ) est monotone. De plus, si I est borné alors (U n ) est convergente. Preuve: cas où U U 0 ; montrons par récurrence que (U n ) est décroissante. L'hypothèse est vrai au rang, supposons la jusqu'au rang n, ie U n U n. Au rang n + : U n+ = f(u n ) f(u n ) car f est croissante. Or U n = f(u n ), on a donc U n+ U n et (U n ) décroissante. De plus, si I = [a, b], alors (U n ) est minorée par a (car U n I n), donc (U n ) converge. cas où U U 0 ; on montre par récurrence que (U n ) est croissante. De plus, si I = [a, b], alors (U n ) est majorée par b, donc (U n ) converge. Proposition 9 Si f est décroissante alors (U n ) n et (U n+ ) n sont monotones. De plus, si I est borné alors ces suites sont convergentes. Preuve: f = fof est croissante sur I. En eet, si x I, x I tel que x x, alors comme f est décroissante, f(x ) f(x ) et f (x ) f (x ). U n = f(u n ) = f(f(u n )) D'après la première partie, (U n ) est monotone; plus précisément si U 0 < U, alors elle est croissante, sinon elle est décroissante; et convergente si I borné. U n+ = f(u n ) = f(f(u n )) 6

17 D'après la première partie, (U n+ ) est monotone; plus précisément si U 0 < U, alors elle est décroissante, sinon elle est croissante; et convergente si I borné. Exemples: Etude { des suites dénies par: U n+ = +U n U n, n U 0 > Soit la fonction f dénie sur IR par f(x) = +x x, alors U n+ = f(u n ) Cherchons I tel que f continue sur I et U 0 I. f est dérivable sur IR + (comme U 0 > 0, on peut se iter aux valeurs positives) et f (x) = (x)(x) (+x ) (x) = x 4x = x x = (x )(x+) x x f (x) f(x) + + On a f([, + [) = [, + [ et U 0 [, + [ donc prenons I = [, + [. Comme pour tout n IN, U n I, on a (U n ) minorée (par ). Points xe de f appartenant à I f(l) = l +l l = l + l = l l = l = I ou l = / I donc si (U n ) converge, sa ite est. Monotonie de (U n ) <0 {}}{ f est croissante sur I donc (U n ) est monotone et U U 0 = +U 0 U U 0 U 0 = 0 U < 0 (car U 0 > ) }{{} 0 >0 donc (U n ) est décroissante. Conclusion: (U n ) est décroissante et minorée donc (U n ) converge vers le point xe. U U U 0 7

18 { U n+ = +U n, n U 0 IR Soit la fonction f dénie sur IR par f(x) = +x, alors U n+ = f(u n ) Cherchons I tel que f continue sur I et U 0 I. f est continue sur IR, f(ir) IR et U 0 IR donc I = IR. Faisons quand même l'étude de f, on aura peut-être besoin de restreindre I par la suite. f est dérivable sur IR et f (x) = x x 0 + f(x) + + On a f(ir) = [, + [ et comme pour tout n IN, U n f(ir), on a (U n ) minorée (par min{u 0, }). Remarque: sur le tableau de variation, on a ajouté le point xe trouvé à l'étape suivante. Points xe de f appartenant à I f(l) = l +l = l l l + = 0 (l ) = 0 l = donc si (U n ) converge, sa ite est. Monotonie de (U n ) f est non monotone, étudions de signe de f(x) x pour tout x réel. f(x) x = +x x = x x+ = (x ) 0 donc (U n ) est croissante. Conclusion: si U 0 =, alors (U n ) est constante et vaut. si U 0 >, alors f([, + [) = [, + [ donc n, U n, or (U n ) croissante et le point xe vaut, donc (U n ) diverge et tend vers +. si 0 U 0 <, alors f([0, ]) = [, ] donc (U n) bornée, or (U n ) croissante donc (U n ) converge, or le point xe [0, ], donc (U n ) converge vers le point xe. si U 0 < 0, on a U = +U 0 > 0 et on applique ce qui précède à U. si U > alors (U n ) diverge et tend vers +, or U > + U 0 > U 0 > or U 0 < 0 donc U 0 <. si 0 U 0, alors (U n ) converge vers le point xe or 0 U U 0 0 U 0 or U 0 < 0 donc U 0 < 0. Finalement (U n ) converge vers si et seulement si U 0 [, ]. 8

19 U 0 U... U 0 U U 9

SUITE. Il existe deux grands moyens de dénir une suite : 2. Représentation graphique,variation, suite majorée, minorée

SUITE. Il existe deux grands moyens de dénir une suite : 2. Représentation graphique,variation, suite majorée, minorée SUITE I ) Rappels et dénition 1. N est l'ensemble des entiers naturels : 0,1,2... Une suite numérique est une fonction de N (ou une partie de N) dans R u : N R n u n Exemple : suite de Fibonnacci : 1,

Plus en détail

LES SUITES. 1 Dénitions générales

LES SUITES. 1 Dénitions générales LES SUITES Objectifs Connaître les dénitions générales. Savoir calculer une limite. Connaître les théorèmes généraux de convergence. Connaître les notions de suites négligeables et de suites équivalentes.

Plus en détail

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 CPUS I. Les suites numériques I.1. Premières définitions. Définition. Une suite réelle est une fonction dont l ensemble de départ est une partie de N du

Plus en détail

Suites numériques. Exemples élémentaires de suites

Suites numériques. Exemples élémentaires de suites MTA - ch5 Page 1/12 Suites numériques Notion de suite : Une suite numérique est une application de N (ou parfois de N ) à valeurs dans R ou dans C. La suite u : N C est notée de plusieurs façons : n u(n)

Plus en détail

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Notations. K désigne R ou C. S (K désigne l'ensemble des suites d'éléments de K et u, v des éléments de S (K. I, J désignent des

Plus en détail

Chapitre 7 Suites de nombres réels et complexes

Chapitre 7 Suites de nombres réels et complexes Chapitre 7 Suites de nombres réels et complexes I - Généralités sur les suites réelles I.1 - Dénition et Structure Définition 1 (Suite). Une suite réelle u est une application de N dans R. Pour tout n

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions 1 Les suites numériques (rappel de première)... 4 1.1 Généralités... 4 1.2 Plusieurs méthodes pour générer une suite... 4 2 Exemples d algorithmes

Plus en détail

1 Raisonnement par récurrence. 2 Suites arithmétiques, géométriques. ISEL - Année 1. Mathématiques. Suites - Rappel

1 Raisonnement par récurrence. 2 Suites arithmétiques, géométriques. ISEL - Année 1. Mathématiques. Suites - Rappel ISEL - Année Mathématiques Suites - Rappel Raisonnement par récurrence Soit une propriété P (n) dépendant d'un entier naturel n. Pour montrer que cette propriété est vraie à partie de l'entier n 0 :. on

Plus en détail

Convergence de suites. Suites récurrentes

Convergence de suites. Suites récurrentes Convergence de suites Les suites dont on donne ci-dessous le terme général sont-elles convergentes? cos n + 3n a) ln n + 2n g) sin n n b) 4n 2 + 5n + 6 2n c) en n h) 2 n ( 1) n n 2 d) sin n e n e) n 1

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Limites à l infini d une fonction

Limites à l infini d une fonction 9 Limites à l infini d une fonction On garde les notations du chapitre précédent en supposant ici que a = ou a = + est adhérent à l ensemble I, ce qui signifie que : ou : m R, ], m[ I M R, ]M, + [ I ce

Plus en détail

Exercice 5 Démontrer que pour tout entier naturel n, le nombre 3n² + 3n + 6 est un multiple de 6.

Exercice 5 Démontrer que pour tout entier naturel n, le nombre 3n² + 3n + 6 est un multiple de 6. Exercice 1 : Dire en justifiant si les suites (u n ) définies ci-dessous sont arithmétiques, géométriques ou ni l'un ni l'autre. Dans le cas où elles sont arithmétiques ou géométriques, préciser le premier

Plus en détail

SUITES NUMÉRIQUES. 1 Généralités. 1.1 Définition. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. Définition 1.1

SUITES NUMÉRIQUES. 1 Généralités. 1.1 Définition. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. Définition 1.1 SUITES NUMÉRIQUES 1 Généralités 1.1 Définition Définition 1.1 On appelle suite réelle toute famille d éléments de R indexée sur N ou, de manière équivalente, toute application de N dans R. L ensemble des

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre V : Suites numériques 1 Un peu de topologie de R On a vu dans le chapitre

Plus en détail

Chapitre 2. Séries Numériques. Université Mohammed I Ecole Nationale des Sciences Appliquées Oujda

Chapitre 2. Séries Numériques. Université Mohammed I Ecole Nationale des Sciences Appliquées Oujda Université Mohammed I Ecole Nationale des Sciences Appliquées Oujda Année 2007-2008 ENSA - Analyse II Enseignant : I.Elmahi Chapitre 2 Séries Numériques Table des matières Généralités. Dénition d'une série...................................2

Plus en détail

3.1 Suites mal dénies 3.2 Exercices se ramenant au cas où f est croissante 1.3 Cas où f est décroissante. 1 Résultats principaux du cours

3.1 Suites mal dénies 3.2 Exercices se ramenant au cas où f est croissante 1.3 Cas où f est décroissante. 1 Résultats principaux du cours Application des critères de convergence des suites monotones à l'étude des suites récurrentes du type u n+1 = f(u n ) Plan de ce chapitre 1 Résultats principaux du cours 11 Conditions susantes assurant

Plus en détail

Etude de limites de suites monotones

Etude de limites de suites monotones Etude de ites de suites monotones I) Définition On dit que la suite ( ) est majorée lorsqu il existe un nombre réel M tel que, pour tout entier naturel n, M. On dit que M est un majorant de la suite (

Plus en détail

Résumé du cours sur les suites.

Résumé du cours sur les suites. Résumé du cours sur les suites. 1 Suites numériques réelles et principe de récurrence 1.1 Les deux façons de définir une suite numérique réelle Définition. On note n 0 un entier naturel (en général n 0

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

UFR Mathématiques Année CAPES. Suites numériques

UFR Mathématiques Année CAPES. Suites numériques Université de Rennes 1 Ronan Quarez UFR Mathématiques Année 2008-2009 CAPES 1 Critère de Cauchy 1.1 QCM Suites numériques a) Toute suite de Cauchy, d entiers relatifs, converge dans Z? b) Toute suite de

Plus en détail

Terminale S Suites numériques

Terminale S Suites numériques Terminale S Suites numériques Raisonnement par récurrence. Introduction En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la n(n + ) somme des entiers naturels

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques 0 - - de terminale S Suites s LPO de Chirongui 20 mai 2016 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel

Plus en détail

Fiche de cours 2 - Suites de réels.

Fiche de cours 2 - Suites de réels. Licence de Sciences et Technologies EM1 - Analyse Fiche de cours - Suites de réels. Généralités sur les suites. Définition : Une suite est une fonction u : N R, définie à partir dun certain rang au moins.

Plus en détail

Chapitre 3. Suites récurrentes

Chapitre 3. Suites récurrentes Chapitre 3 Suites récurrentes 3.1 Suites numériques Définition 3.1 On appelle suite de terme général u n et on note (u n ) n 0 ou plus simplement u la liste ordonnée des nombres u 0, u 1, u 2, u 3,....

Plus en détail

Continuité des fonctions réelles

Continuité des fonctions réelles Chapitre 2 Continuité des fonctions réelles 2.1 Généralités Définition 2.1.1. Une fonction réelle f est une application d une partie D de R dans R. La partie D est appelée ensemble (ou domaine) de définition

Plus en détail

N K, n 0 < n 1 < n 2 <

N K, n 0 < n 1 < n 2 < Chapitre 1 Suites réelles et complexes Dans ce chapitre, K désigne le corps R des nombres réels, ou le corps C des nombres complexes. Pour x K, nous noterons x le module de x (égal à la valeur absolue

Plus en détail

Convergence des suites monotones et applications.

Convergence des suites monotones et applications. Université Paris Est Marne-la-Vallée L Sciences Physiques 20-202 Compléments en Analyse Convergence des suites monotones et applications.. Quelques définitions Ce chapitre est consacré à la convergence

Plus en détail

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003 MPSI : DL 03 pour le décembre 003 Problème L objet du problème est de calculer eplicitement la limite de la suite des moyennes arithmétiques-géométriques pour certaines valeurs initiales. On considère

Plus en détail

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Denis Vekemans Ordre total compatible En algèbre générale, un groupe ordonné est la donnée d une ensemble G, muni d une loi de composition interne

Plus en détail

TERMINALE S Chapitre 1 : Les suites

TERMINALE S Chapitre 1 : Les suites Généralités 1. Mode de génération ( ) ( ) La La ( ) définie par ( ) définie par 2. Monotonie REMARQUE5 Si une suite ( ) est définie de maniére explicite telle que ( ) suivent celles de f =f(n) pour tout

Plus en détail

Les suites. Introduction. 1. Définitions Définition d une suite

Les suites. Introduction. 1. Définitions Définition d une suite Les suites Vidéo partie Premières définitions Vidéo partie Limite Vidéo partie 3 Exemples remarquables Vidéo partie 4 Théorèmes de convergence Vidéo partie 5 Suites récurrentes Fiche d'exercices Suites

Plus en détail

Suites numériques, deuxième partie. 1 Rappel des dénitions et des théorèmes principaux

Suites numériques, deuxième partie. 1 Rappel des dénitions et des théorèmes principaux ESPE de Paris Université Paris Diderot Université Pierre et Marie Curie 014-015 Master MEEF première année Fabrice Vandebrouck, vandebro@univ-paris-diderotfr Francoise Hérault, francoiseherault@espe-parisfr

Plus en détail

Université Denis Diderot - Paris 7 Année L2 CPEI - Mathématiques Chapitre 1 Auteur : Mostafa Sabri. Suites numériques

Université Denis Diderot - Paris 7 Année L2 CPEI - Mathématiques Chapitre 1 Auteur : Mostafa Sabri. Suites numériques Université Denis Diderot - Paris 7 Année 2013-2014 L2 CPEI - Mathématiques Chapitre 1 Auteur : Mostafa Sabri Suites numériques 1. Limites de suites complexes Définition 1. Une suite complexe est une application

Plus en détail

Fonctions Numériques :

Fonctions Numériques : Fonctions Numériques : Limites et continuité. 1. Notion de limites Dénitions, opérations et Exemples. 2. Fonctions monotones. (a) Dénitions. (b) Limites des fonctions monotones. 3. Fonctions continues.

Plus en détail

SUITES - RECURRENCE - SOMMES

SUITES - RECURRENCE - SOMMES SUITES - RECURRENCE - SOMMES Chapitre 1 I Généralités sur les suites Définition I.1 Une suite réelle est une fonction d une partie A de N dans R. u : A R n u(n) := u n l intervalle de définition peut donc

Plus en détail

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R, x 0 R, f est une fonction définie sur son domaine de définition D f à valeurs réelles. C f désigne

Plus en détail

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Introduction à R Suites numériques Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Université Lyon 1 Institut Camille Jordan CNRS UMR 5208 FRANCE Automne 2014 - Licence L1 Introduction à R Suites numériques

Plus en détail

Chapitre 4 : Suites usuelles

Chapitre 4 : Suites usuelles Chapitre 4 : Suites usuelles Dans ce chapitre, on s'intéresse aux suites réelles, c'est à dire aux suites à valeur dans R. Ce chapitre est le prolongement de l'étude des suites qui a été initiée au lycée.

Plus en détail

LEÇON N 56 : 56.1 Monotonie de la suite

LEÇON N 56 : 56.1 Monotonie de la suite LEÇON N 56 : Étude de suites de nombres réels définies par une relation de récurrence u n+1 = f(u n ) et une condition initiale. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l utilisation

Plus en détail

LEÇON N 54 : Suites divergentes. Cas des suites admettant une limite infinie : comparaison, opérations algébriques, composition par une application.

LEÇON N 54 : Suites divergentes. Cas des suites admettant une limite infinie : comparaison, opérations algébriques, composition par une application. LEÇON N 54 : Suites divergentes. Cas des suites admettant une limite infinie : comparaison, opérations algébriques, composition par une application. Pré-requis : Suites : définition, bornées, convergentes,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE PARIS 8. Département de Mathématiques et Informatique. Cours d analyse

UNIVERSITÉ DE PARIS 8. Département de Mathématiques et Informatique. Cours d analyse UNIVERSITÉ DE PARIS 8 Département de Mathématiques et Informatique Cours d analyse Pierre-Louis CAYREL inspiré par les documents de : Guy Laffaille, Christian Pauly et Arnaud Bodin Cours Intensif 009-010

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths Chapitre 3 Suites numériques p. 2 Remarque importante. Ce cours n est pas indépendant du cours de Mathématiques pour tous. Ce document

Plus en détail

Suites numériques. Z, auctore. 4 octobre u n+1 = u n + r. (1) u n = u 0 + n r (2) u 0 + u 1 + u u n = (n + 1) u 0 + u n 2

Suites numériques. Z, auctore. 4 octobre u n+1 = u n + r. (1) u n = u 0 + n r (2) u 0 + u 1 + u u n = (n + 1) u 0 + u n 2 Suites numériques Z, auctore 4 octobre 005 1 Suites arithmétiques Définition. Une suite de nombres (u n ) n N est arithmétique lorsqu il existe un nombre r tel que pour tout entier n on ait Ce nombre r

Plus en détail

Suites - Récurrence 10X. 2 quiselit:sommedes 2 pouriallantde1à10vaut:

Suites - Récurrence 10X. 2 quiselit:sommedes 2 pouriallantde1à10vaut: Suites - Récurrence 1. Définitions - Rappels 1.1.Modes de définition d une suite La suite 0 =0 1 = =4 3 =6 peut être définiededeuxmanières: Définition explicite : ½ = Définition récurrente : 0 =0 +1 =

Plus en détail

Rappels de cours M1 Enseignement, Analyse M71. Rachid Regbaoui

Rappels de cours M1 Enseignement, Analyse M71. Rachid Regbaoui Rappels de cours M1 Enseignement, Analyse M71 Rachid Regbaoui 2 Chapitre 1 Rappels sur les suites et séries numériques 1.1 Suites numériques 1.1.1 Généralités Dans la suite K désignera le corps des réels

Plus en détail

LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence.

LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence. LEÇON N 46 : Suites de nombres réels définies par une relation de récurrence. Pré-requis : Suites numériques : monotonie, convergence, divergence ; Théorème des valeurs intermédiaires ; R est complet :

Plus en détail

Une condition nécessaire de convergence Considérons une série de terme général. Supposons cette série convergente. Soit sa somme.

Une condition nécessaire de convergence Considérons une série de terme général. Supposons cette série convergente. Soit sa somme. Séries numériques I) Définitions - Notions essentielles.) Séries numériques Définition Soit une suite numérique. On appelle série de terme général la suite dont les termes successifs sont : ₀ ₀ ₁ ₀ ₁ ₂

Plus en détail

Convergence des suites

Convergence des suites Convergence des suites Cours maths Terminale S Dans ce module consacré à l étude de la convergence d une suite, on commence par redéfinir rigoureusement la notion de limite finie d une suite. Ensuite,

Plus en détail

Exercices type bac sur les suites.

Exercices type bac sur les suites. Exercices type bac sur les suites Corrigés NB : On ne donne dans ce document que des indices, la preuve complète reste à faire Exercice D après sujet du baccalauréat Centres étrangers, juin 003 On définit,

Plus en détail

Limites de suites, cours, terminale S

Limites de suites, cours, terminale S F.Gaudon 6 octobre 206 Table des matières Convergence de suites 2 2 Convergence de suites de référence 3 3 Divergence de suites 3 4 Opérations sur les limites de suites 4 5 Inégalités et limites de suites

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

Introduction. 1 Rappel sur les suites de Cauchy. Arthur LANNUZEL http ://mathutbmal.free.fr

Introduction. 1 Rappel sur les suites de Cauchy. Arthur LANNUZEL http ://mathutbmal.free.fr 1 le 30 Septembre 2010 UTBM MT26 Arthur LANNUZEL http ://mathutbmal.free.fr Séries numériques Introduction. Une série est la somme des termes d une suite. Mais la théorie des séries n est pas qu une simple

Plus en détail

EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES

EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES Terminales S - S2 N. Chiffot S. Coursaget J. Giovendo Durée : 4 heures. Nombre de pages : 7. L utilisation de la calculatrice est autorisée. Corrigé TS - TS2

Plus en détail

RAISONNEMENT PAR RECURRENCE

RAISONNEMENT PAR RECURRENCE Exemple: RAISONNEMENT PAR RECURRENCE Montrons par récurrence que pour tout n N *, P (n) : i=n i = 1 + + 3 +...+ ( n -1) + n = n n1 n n1 Initialisation : pour n = 1 i =1 et = 111 =1 donc P(1) est vraie.

Plus en détail

Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay

Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay 2015 2016 Notes de cours de José Montesinos préparées à partir du précédent Polycopié de Math 104 de Thierry Ramond Table des matières 1 La

Plus en détail

Cours de mathématiques (Terminale S)

Cours de mathématiques (Terminale S) Terminale Scientifique (S) : Cours de mathématiques (Terminale S) I. Chapitre 01 : Les suites 1. Etude globale d une suite A. Les suites majorées, minorées, bornées La suite ( ) est majorée si et seulement

Plus en détail

Logique et raisonnement mathématique

Logique et raisonnement mathématique CHAPITRE 1 Logique et raisonnement mathématique 1.1 Un peu de logique mathématique 1.1.1 Dénitions, propriétés, propositions, théorèmes,... Dénition 1 Donner une dénition, c'est nommer un objet ou un type

Plus en détail

Suites remarquables. ECE3 Lycée Carnot. 29 septembre 2010

Suites remarquables. ECE3 Lycée Carnot. 29 septembre 2010 Suites remarquables ECE3 Lycée Carnot 9 septembre 010 Le premier grand thème à notre programme cette année, ce sont les suites. Pour ce premier chapitre qui leur sera consacré (il y en aura seulement deux),

Plus en détail

Des outils pour les suites

Des outils pour les suites Des outils pour les suites Suites arithmético-géométriques Définition : ppelle suite arithmético-géométrique toute suite récurrente de la forme : où a et b sont des nombres réels. Quelques cas particuliers

Plus en détail

Chapitre 4. Suites réelles

Chapitre 4. Suites réelles Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 4 Suites réelles Emmanuel Royer emmanuel.royer@math.univ-bpclermont.fr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé

Plus en détail

Les Suites réelles. MPSI Prytanée National Militaire. Pascal Delahaye - D après le cours d Alain Soyeur 17 novembre 2015

Les Suites réelles. MPSI Prytanée National Militaire. Pascal Delahaye - D après le cours d Alain Soyeur 17 novembre 2015 Les Suites réelles MPSI Prytanée National Militaire Pascal Delahaye - D après le cours d Alain Soyeur 7 novembre 205 Premières définitions Définition : Suite Une suite réelle est une application u : N

Plus en détail

1 Inégalité des accroissements nis. Chantal Menini 18 mai Résultat.

1 Inégalité des accroissements nis. Chantal Menini 18 mai Résultat. Inégalité des accroissements nis. Exemples d'applications à l'étude de suites et de fonctions. L'exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l'utilisation d'une calculatrice. Chantal

Plus en détail

12. SUITES NUMÉRIQUES

12. SUITES NUMÉRIQUES 12 SUITES NUMÉRIQUES 1 Plan d'étude 1 1 Formules explicites On sait qu'une suite numérique peut ^etre considérée comme une application de N dans R Si cette application est donnée par une formule u n =

Plus en détail

Cours PCSI( ) Limites et continuité d'une fonction réelle Lycée Baimbridge

Cours PCSI( ) Limites et continuité d'une fonction réelle Lycée Baimbridge Table des matières Introduction...2 I- Limite d'une fonction en un point...3 1- s...3 a- Limite réelle...3 b- Limite infinie...4 c- a est égal à plus ou moins l'infini...4 d- Limites à gauche, limites

Plus en détail

Fonction puissance entière. Fonction puissance négative. Fonction racines. Fonction logarithme ln. Quelques rappels. ECS Fonctions usuelles 1/5

Fonction puissance entière. Fonction puissance négative. Fonction racines. Fonction logarithme ln. Quelques rappels. ECS Fonctions usuelles 1/5 ECS-0 Fonctions usuelles /5 Fonction puissance entière (x x n ), pour n N : bijection de R + dans R + si n pair, bijection de R dans R si n impair, croît vers l'inni d'autant plus vite que n est grand

Plus en détail

Epsilon. Analyse 1. 8 novembre 2013

Epsilon. Analyse 1. 8 novembre 2013 Epsilon Analyse 1 8 novembre 2013 En bref But du jeu : voir les raisonnements les plus simples avec ε (epsilon) Justification de quelques propriétés des limites de suites en utilisant ces raisonnements

Plus en détail

Les suites numériques

Les suites numériques Les suites numériques chapitre 4 I Premier regard Définition : suite numérique Une suite numérique est une liste de nombres réels, numérotés généralement par des indices, entiers naturels consécutifs 0,

Plus en détail

3.1. Le corps des nombres réels Borne supérieure, borne inférieure Généralités sur les suites

3.1. Le corps des nombres réels Borne supérieure, borne inférieure Généralités sur les suites 3. Nombres réels, suites numériques 3.1. Le corps des nombres réels 3.1.1. Le groupe (IR, +) 3.1.2. L anneau (IR, +, ) 3.1.3. Le corps (IR, +, ) 3.1.4. Nombres rationnels ou irrationnels 3.1.5. Relation

Plus en détail

Suites. Chapitre 2. 1 Généralités sur les suites. Sommaire. 1.1 Définition d une suite. 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques

Suites. Chapitre 2. 1 Généralités sur les suites. Sommaire. 1.1 Définition d une suite. 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques Chapitre 2 Suites Sommaire 1 Généralités sur les suites....................................... 1.1 Définition d une suite...................................... 1.2 Suites arithmétiques et suites géométriques..........................

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de u n et v n Déterminer si possible,

Plus en détail

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle 7 Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle Pour ce chapitre I désigne un intervalle réel et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. 7. Continuité en un point,

Plus en détail

Chapitre 1 : Les suites

Chapitre 1 : Les suites Chapitre : Les suites I. Exercices supplémentaires Partie A : Récurrence Exercice La suite est définie par et +2+ pour tout entier naturel. Démontrer par récurrence que pour tout. La suite est définie

Plus en détail

Analyse I : suites, limites et continuité

Analyse I : suites, limites et continuité Analyse I : suites, limites et continuité Maxime Legrand ENS - 7 décembre 2013 http ://matholympia.blogspot.fr/ 1 Petits rappels sur les quantificateurs Définition 1. On introduit (ou rappelle) les quantificateurs

Plus en détail

Principe d une démonstration par récurrence :

Principe d une démonstration par récurrence : Chapitre Suites 1 Démonstration par récurrence Exemples introductif : Imaginons que des ouvriers construisant un immeuble aient toutes les instructions nécessaires pour construire un étage d immeuble sur

Plus en détail

SUITES ET RÉCURRENCE

SUITES ET RÉCURRENCE SUITES ET RÉCURRENCE En première : une suite ( ) est une fonction particulière : son ensemble de définition est constitué d'entiers, on peut donc parler (contrairement aux fonctions en général) de l'image

Plus en détail

ETUDE des SUITES RECURRENTES. 1 Intervalle stable par f - Existence et encadrement des termes de (u n ) n N

ETUDE des SUITES RECURRENTES. 1 Intervalle stable par f - Existence et encadrement des termes de (u n ) n N Lycée Dominique Villars ECE COURS ETUDE des SUITES RECURRENTES On appelle suite récurrente toute suite (u n ) n N telle qu il existe une fonction réelle f : I R telle que : n N, u n+ = f(u n ) On va voir

Plus en détail

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie Finance et Gestion L1-S1 : MATH101 : Pratique des Fonctions numériques Notes de cours : Chapitre II : Limites Notations

Plus en détail

TS Rappels sur les suites Cours. Une suite est une fonction définie sur l ensemble des entiers naturels ou sur privé des premiers entiers 0, 1, 2,, m

TS Rappels sur les suites Cours. Une suite est une fonction définie sur l ensemble des entiers naturels ou sur privé des premiers entiers 0, 1, 2,, m 1 TS Rappels sur les suites Cours I. Définitions Une suite est une fonction définie sur l ensemble des entiers naturels ou sur privé des premiers entiers 0, 1, 2,, m L image u(n) de l entier n est notée

Plus en détail

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5 Séries entières I Généralités I.A Définition........................................... I.B Lemme d Abel........................................ 2 I.C Rayon de convergence d une série entière..........................

Plus en détail

Sommaire. Prérequis. Généralités sur les fonctions

Sommaire. Prérequis. Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Stépane PASQUET, 4 octobre 06 C Sommaire Limites aux infinis....................................... Limite en un nombre fini, ite à droite, ite à gauce d un nombre fini........

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot NOMBRES RÉELS 1 Approximations d un réel 1.1 Ensembles de nombres Notation 1.1 On note R l ensemble des nombres réels. On note Q l ensemble des nombres rationnels i.e. l ensemble des nombres de la forme

Plus en détail

démonstrations exigibles au baccalauréat

démonstrations exigibles au baccalauréat démonstrations exigibles au baccalauréat fonction exponentielle (1/2) propriété : Il existe une unique fonction dérivable sur telle que ' = et (0) = 1 1 L'existence de la fonction est admise conformément

Plus en détail

Chapitre 2 - Suites et récurrence

Chapitre 2 - Suites et récurrence Lycée Jaufré RUDEL - BLAYE 14 septembre 016 Les suites, c'est quoi déjà? Suites arithmétiques Suites géométriques Suites arithmétiques Dénition Terme général Somme de N termes consécutifs Sommes Suite

Plus en détail

9 6 - x. On définit la suite (u n ) par u 0 = -3 et pour tout entier naturel n, u n+1 = f(u n ).

9 6 - x. On définit la suite (u n ) par u 0 = -3 et pour tout entier naturel n, u n+1 = f(u n ). Exercice 75 p 55 exercices sur les suites Symbole Belin 0 On s intéresse aux suites définies sur V et vérifiant la relation de récurrence u n+ = + u n². Une telle suite sera déterminée par son premier

Plus en détail

Pour remettre un peu d ordre dans R

Pour remettre un peu d ordre dans R Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 016-017 1 1 Relation d ordre sur R 1.1 Vocabulaire Pour remettre un peu d ordre dans R Sur R, on dispose de la relation de comparaison. On dit que c est une

Plus en détail

Cours de mathématiques 2A S2

Cours de mathématiques 2A S2 Cours de mathématiques 2A S2 2010 2011 Cours de mathématiques du 2nd semestre de 2ème année Esstin. Professeur : Valein Julie. Amélie Caissial Quentin Grandemange Si vous trouvez des erreurs dans ce cours,

Plus en détail

Fonction d une variable réelle

Fonction d une variable réelle Fonction d une variable réelle 1 Fonction d une variable réelle : généralités Définitions Fonctions et opérations Fonctions et ordre Propriétés particulières Monotonie Limites Limites et opérations Limites

Plus en détail

Suites. =3v n pour = 5.

Suites. =3v n pour = 5. Suites 1 Généralités 11 Définition Définition : On appelle suite une fonction sur N ou sur une partie de N dans R Exemples: Les fonctions: u : n n+1 ; v : n n sont des suites Notation Vocabulaire : Soit

Plus en détail

Chapitre 6 Comportement asymptotique et limites de fonctions Limites de suites

Chapitre 6 Comportement asymptotique et limites de fonctions Limites de suites Chapitre 6 Comportement asymptotique et ites de fonctions Limites de suites 1. Limite d une fonction en ou en. 1.1 Limite infinie d une fonction en ou en Cadre : Soit I=]a ; [, où a est un réel fixé (NB

Plus en détail

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A.

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A. 16 Proposition : La somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q 1 est : n 1 u 0 q k 1 q n = u 0 1 q k=0 Il suffit de calculer (1 q) n 1 k=0 qk = n 1 k=0 qk n 1 k=0 qk+1 = n 1 k=0 qk

Plus en détail

Suites et séries numériques.

Suites et séries numériques. Licence MIEE, Module AN2 Suites et séries numériques. L - 200-20 - S2/S4 Résumé de cours Chapitre Premières propriétés des nombres réels.. Introduction Vous avez déjà rencontré des ensembles de nombres

Plus en détail

Limites et continuité de fonctions

Limites et continuité de fonctions Chapitre 12 Limites et continuité de fonctions Mathématiques PTSI Lycée Déodat de Séverac Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Limites et continuité de fonctions 1 / 53 Notations : On note, sauf

Plus en détail

Suites réelles. 1 Introduction, généralités Définitions fondamentales, vocabulaire Structure Premières définitions...

Suites réelles. 1 Introduction, généralités Définitions fondamentales, vocabulaire Structure Premières définitions... Suites réelles Mickaël Péchaud 2008 Table des matières 1 Introduction, généralités 4 1.1 Définitions fondamentales, vocabulaire.......................... 4 1.2 Structure..........................................

Plus en détail

1 RECURRENCE - SUITES BORNEES

1 RECURRENCE - SUITES BORNEES I - Rappels - Généralités 1. Définitions 1 RECURRENCE - SUITES BORNEES Une suite est une application de IN dans IR qui associe à tout entier n un unique réel. On note (u n ) la suite et u n le terme de

Plus en détail

Continuité Compléments de dérivation

Continuité Compléments de dérivation Continuité Compléments de dérivation Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 015/016 Table des matières 1 Notion de continuité 1.1 Limite finie en un réel a......................................... 1. Définitions

Plus en détail

Chapitre 8 : Suites. PTSI B Lycée Eiffel. 10 janvier 2014

Chapitre 8 : Suites. PTSI B Lycée Eiffel. 10 janvier 2014 Chapitre 8 : Suites PTSI B Lycée Eiffel janvier 4 Toute la suite des hommes doit être considérée comme un même homme. Blaise Pascal. Deux suites adjacentes décident d aller s éclater dans une soirée «no

Plus en détail

valeurs dans un espace normé de dimension finie

valeurs dans un espace normé de dimension finie Séries numériques, ou séries à valeurs dans un espace normé de dimension finie Définitions. Dans ce chapitre K représente indifférement le corps des réels R, ou le corps des complexes C. Le symbole E représente

Plus en détail

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit f : R R dénie par. 1 x arccos x. Montrer que f est totalement discontinue. dénie sur R +.

Exercice 8 [ ] [Correction] Soit f : R R dénie par. 1 x arccos x. Montrer que f est totalement discontinue. dénie sur R +. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 avril 017 Enoncés 1 Limite et continuité Généralités sur les fonctions Eercice 1 [ 00501 ] [Correction] Soit f une fonction croissante de [0 ; 1] dans [0 ; 1].

Plus en détail

Suite récurrente définie par une fonction

Suite récurrente définie par une fonction Suite récurrente définie par une fonction Rédigé par un enseignant et un élève de l Ecole Polytechnique (Vincent Langlet). Niveau : Approfondir la Terminale S ou Première Année post bac Difficulté : Exercice

Plus en détail