Planification stratégique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Planification stratégique"

Transcription

1 Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage LEÇON 3 Planification stratégique Objectif: Présenter la logique de la segmentation du marché et expliquer de quelle façon la décision relative au marketing-mix qui convient à une IMF et la détermination de son positionnement marketing procèdent de la planification stratégique et opérationnelle. 1. LA SEGMENTATION DU MARCHÉ La segmentation du marché consiste à subdiviser le marché en groupes cibles distincts partageant des caractéristiques spécifiques. La détermination des segments cibles du marché aide une IMF à repérer les possibilités d amélioration et d expansion de ses produits et services existants. Pour déterminer les segments de marché à cibler, les IMF doivent réunir trois conditions: i. Les caractéristiques retenues pour décrire les segments dans lesquels la clientèle se classe doivent être mesurables, et les données décrivant ces caractéristiques doivent être disponibles. Par exemple, l âge et le lieu de résidence des clients. ii. Chaque segment ciblé doit avoir une taille suffisante pour être rentable. iii. Chaque segment doit être facilement accessible. Par exemple, certaines publications donnent des informations sur leurs lecteurs. Ces informations permettent à une IMF d insérer des annonces publicitaires dans les journaux ou les magazines lus par leurs groupes cibles. Du point de vue du service client, la méthode idéale de segmentation d un marché se fonde sur les souhaits exprimés par les différents groupes de clientèle. Le recours à la demande du client pour segmenter un marché concorde avec l idée qu une entreprise doit offrir et commercialiser les avantages et non pas seulement les attributs de base de leurs produits et services. La KPOSB (Kenya) cible plusieurs segments de marché avec ses produits d épargne, notamment les personnes ayant un revenu bas à moyen, les salariés et les travailleurs indépendants, et les titulaires de revenus moyens à élevés. Pour répondre à la demande diversifiée de ces groupes cibles, le dépôt minimal pour ouvrir et conserver un compte va de 2,86 à 142,90 $EU et les taux d intérêt s échelonnent de zéro à 10 pour cent, selon le solde du compte et la durée du dépôt. Une telle variété de conditions permet à la KPOSB de satisfaire les besoins particuliers de chacun de ses segments de marché. La clientèle effective et potentielle peut aussi être segmentée selon le style de vie ou la situation de famille. Il est ainsi plus facile de l atteindre grâce à des messages publicitaires spécifiques. Les familles jeunes, par exemple, choisissent souvent des instruments d épargne à court terme pour répondre au besoin de financer la scolarité des enfants. Les 1

2 produits d épargne à long terme offrant un rendement plus élevé peuvent paraître moins intéressant à ce groupe cible. La segmentation du marché est axée sur la clientèle et doit donc être cohérente avec la stratégie de marketing générale de l IMF. L IMF doit tout d abord déterminer les besoins de la clientèle d un sous-segment donné du marché avant de décider s il convient d élaborer un marketing-mix pour satisfaire ces besoins. En ce qui concerne les services financiers généraux, il convient de distinguer la clientèle des entreprises de celle des consommateurs. En plus de sa clientèle de consommateurs, la Construction & Business Bank (CBB) d Éthiopie a identifié deux segments sur le marché professionnel et s est employée à répondre à leurs besoins spécifiques: Les grands investisseurs institutionnels, qui détenaient plus de 95 pour cent des 3,1 millions de $EU de dépôts à terme de la CBB à la fin de 1999; Les 'Edirs', qui sont des associations traditionnelles ayant pour vocation de pourvoir aux obsèques et autres cérémonies. La CBB a déclaré qu à la fin de 1999, la plupart des dirigeants d 'Edir' avaient coutume de déposer en banque les fonds de leur association. Dans le cas du financement des microentreprises, toutefois, la ligne de partage entre l entreprise et le consommateur est ténue voire inexistante car beaucoup de clients ne font pas clairement la distinction entre l économie de leur entreprise et celle de leur ménage. Les caractéristiques suivantes de la clientèle sont généralement retenues pour distinguer les segments de marché: la répartition géographique; la démographie; les variables d ordre comportemental; la taille de l entreprise/du ménage; le cycle de vie. a. La répartition géographique. Pour découper les marchés en segments géographiques, il est nécessaire de connaître les frontières naturelles acceptées par les intéressés. Par exemple si les habitants d un village ne s entendent pas avec ceux d un village voisin, les deux villages ne peuvent pas être réunis dans le même segment. L Ithala Development Finance Corporation (Afrique du Sud) a constaté que son marché cible, à savoir les personnes hors système bancaire était composé principalement d habitants à bas revenu des zones rurales et périurbaines. La répartition géographique de son marché cible l a conduite à ouvrir 40 agences dans la province de KwaZulu-Natal de façon que sa clientèle ait plus facilement accès à son réseau. La répartition géographique a ainsi influé sur les décisions d Ithala concernant l implantation de ses agences aussi bien que le marketing. b. La démographie. La segmentation démographique utilise des critères tels que l âge, le nombre d individus composant le ménage, le niveau d études et l habitat pour déterminer les segments de marché. c. Les variables d ordre comportemental. Les marchés peuvent être découpés en fonction de l attitude vis-à-vis du produit, par exemple, les avantages attendus du produit ou la fréquence d utilisation du produit. En ce qui concerne les institutions financières, une variable largement utilisée et mesurable est le «cross-selling rate» (coefficient de ventes croisées). Quand un client dispose d un emprunt, de deux comptes d épargne, d un compte courant et d une carte de crédit auprès d une institution financière, le «cross-selling rate» est de cinq. En Europe et aux États-Unis, le «cross-selling rate» est fréquemment utilisé pour différencier les clients. 2

3 d. Taille de l entreprise/du ménage. La taille de l entreprise et du ménage est un important facteur déterminant de la segmentation du marché. Pour obtenir le revenu individuel, on divise normalement le revenu du ménage par le nombre de personnes qu il comprend. Il peut exister à cet égard des différences d ordre culturel. e. Le cycle de vie. Les besoins financiers changent au cours du cycle de vie d un client. En conséquence, les stades du cycle de vie sont un bon critère pour déterminer la segmentation du marché. En Europe et aux États-Unis, Les segments retenus sont généralement ceux qui sont indiqués dans l encadré ci-dessous. D importantes adaptations pourraient se révéler nécessaires selon le contexte national. «célibataires»: personnes jeunes et célibataires «jeunes mariés»: couples sans enfants «nids pleins I»: jeunes couples avec enfants «foyers monoparentaux»: personnes jeunes et seules avec enfants à charge «personnes divorcées et seules»: personnes divorcées sans enfants à charge «ménages d âge mûr»: couples d âge mûr mariés et sans enfants «nids pleins II»: couples d âge mûr avec enfants à charge «nids vides»: couples âgés sans enfants «personnes âgées et seules»: personnes âgées encore en activité ou en retraite. 2. PLANIFICATION STRATÉGIQUE Une bonne planification doit commencer par la fixation d un ensemble d objectifs à atteindre. Les objectifs de la planification stratégique doivent être: clairs et spécifiques; énoncés par écrit; ambitieux, mais réalistes; cohérents entre eux; si possible quantitativement mesurables; assortis d un délai donné. Un plan stratégique est un plan d action général mis en œuvre par une IMF pour atteindre ses objectifs. La planification opérationnelle précise les moyens à mettre en œuvre pour réaliser le plan stratégique. Les plans opérationnels sont des plans d action détaillés et spécifiques, généralement de durée plus courte que les plans stratégiques. Le plan opérationnel le plus courant est le plan annuel, dont la description figure à la section 3 de la présente leçon. Deux IMF peuvent avoir des plans stratégiques identiques mais des plans opérationnels complètement différents. Par exemple, deux IMF peuvent avoir pour plan stratégique une augmentation de 10 pour cent de leur part du marché financier formel dans un délai de cinq ans. En revanche, pour atteindre cet objectif, l une va élargir son réseau d agences aux zones rurales, tandis que l autre va compléter sa gamme de produits en y ajoutant des produits liés aux salaires à l intention des employés des institutions publiques. La planification peut avoir un horizon plus ou moins éloigné. La planification stratégique est habituellement une planification à long terme, portant sur trois, cinq ou même 10 ans et exigeant la participation de la direction générale. La participation du personnel est 3

4 souvent sollicitée aussi pour renforcer sa motivation à exécuter le plan. La planification à long terme porte sur des questions engageant l ensemble de l institution, par exemple, les méthodes de distribution et l expansion des marchés desservis ou des produits offerts, voire leur remplacement par d autres. La planification à court terme a généralement une durée d un an ou moins et elle est parfois déléguée aux cadres moyens et subalternes. Elle est axée sur des questions telles que la détermination des marchés cibles qui bénéficieront d une attention particulière et le marketing-mix qui sera utilisé, notamment: la définition de la mission de l organisation; l analyse de l environnement opérationnel; la fixation des objectifs de l organisation; le choix des stratégies à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés; le contrôle des résultats obtenus au moyen des stratégies retenues. Après avoir établi le plan stratégique global de l IMF, la direction doit élaborer des plans stratégiques pour chaque grand domaine fonctionnel, par exemple, marketing, service client et ressources humaines i. Le processus d établissement des plans stratégiques spécifiques peut aussi être subdivisé en cinq étapes. La section suivante décrira ces étapes de façon détaillée pour le plan de marketing stratégique. Ces étapes sont les suivantes: exécution d une analyse de situation; élaboration des objectifs de marketing; détermination du positionnement et de l avantage différenciateur; sélection des marchés cibles; conception d un marketing-mix stratégique. a. L analyse de situation L analyse de situation consiste à examiner le programme de marketing en cours, à déterminer son degré d efficacité et à projeter son évolution souhaitable. Elle comprend normalement l analyse des facteurs de l environnement externe qui agissent sur le marché et des facteurs internes non commerciaux tels que les ressources humaines et financières qui conditionnent le programme de marketing. Une analyse de situation prend aussi en considération le groupe de clients desservis par l IMF et les stratégies employées pour satisfaire leurs exigences. De nombreuses IMF procèdent à une analyse SWOT dans le cadre de leur analyse de situation. À cette fin, l IMF doit recenser et évaluer ses plus importantes forces, faiblesses, opportunités et menaces. Ces variables sont normalement analysées au cours d un atelier organisé avec la direction. Sur la base des résultats obtenus, les participants proposent de renforcer le positionnement marketing de l IMF. L analyse SWOT combinée au modèle des 7 S (élaboré par Peters et Waterman) peut aider une IMF à analyser son positionnement marketing avec d excellents résultats. La matrice de cet outil d analyses combinées est représentée ci-dessous: 4

5 Forces faiblesses Opportunités Menaces Alternatives S1: Structure S2: Stratégies de l entreprise S3: Systèmes: processus de gestion, logiciels S4: Compétences: savoirfaire et connaissances S5: Style: leadership et culture institutionnelle S6: Personnel: formation, motivation, travail en équipe S7: Valeurs partagées, Objectifs secondaires b. Les objectifs de marketing L étape suivante de l élaboration du plan de marketing stratégique consiste à déterminer les objectifs de marketing. Ces objectifs doivent être étroitement liés aux stratégies et aux objectifs d ensemble de l entreprise. En fait, la stratégie institutionnelle se décline souvent directement en objectifs de marketing. Par exemple, pour atteindre l objectif énoncé dans le plan stratégique, soit conquérir une part de 10 pour cent du marché global des dépôts sur le marché financier, une IMF pourrait définir les objectifs de marketing suivants: Atteindre clients nouveaux. Au cours des 12 prochains mois. Avec un volume de dépôt moyen de 500 $EU. La KPOSB (Kenya) a pour objectif stratégique d accroître en 2000 le volume de ses ventes en fidélisant ses clients et en encourageant les soldes élevés. Pour atteindre cet objectif, elle a établi des objectifs de marketing détaillés et fixé des objectifs de vente pour chaque produit. Elle vise aussi les objectifs suivants: Mettre l accent sur la qualité du service client. Pratiquer une publicité dynamique. Recourir au sponsoring ou parrainage. Participer à des foires commerciales. Accroître les ventes personnelles. c. Le positionnement marketing et les avantages différenciateurs La troisième étape du plan de marketing stratégique consiste à déterminer le positionnement et l avantage différenciateur. À cet égard, deux décisions doivent être prises à un double niveau: comment positionner l IMF et ses produits sur les marchés et comment l IMF et ses produits peuvent-ils se distinguer de la concurrence. Il faut convaincre les utilisateurs ou les acheteurs potentiels des avantages attachés à une certaine institution et à ses produits. L IMF doit répondre à la question: «Pour quelles 5

6 raisons un client choisirait-il notre service ou notre produit plutôt que celui d un concurrent?» La Sonapost (Burkina Faso) a indiqué qu elle bénéficiait de plusieurs avantages différenciateurs par rapport à ses concurrents. Le plus important est son réseau géographiquement très étendu, comptant 70 points de vente dans tout le pays. Par comparaison, les institutions financières concurrentes sont implantées seulement dans les grands centres urbains. Entreprise d État, la Sonapost offre en outre à ses clients des dépôts garantis par l État et l exonération d impôt sur les intérêts. Elle met en avant avec succès ces avantages afin d accroître le nombre de ses déposants. Les bouleversements économiques et financiers entraînés par la crise financière en Asie ont provoqué d importants troubles politiques et sociaux en Indonésie. La fermeture de plusieurs banques commerciales a déclenché une grave crise de confiance parmi les déposants qui s est manifestée par des retraits massifs au détriment des banques privées et au profit des banques d État ou des banques étrangères. Malgré cette tempête, la BRI a été en mesure de tirer un grand profit de son positionnement sur le marché et d exploiter ses avantages différenciateurs. Le nombre des dépôts en monnaie locale et leur volume ont continué à croître de façon remarquable. En décembre 1996, la BRI UDES avait 16,1 millions de comptes de dépôt d un montant global de 2,7 milliards de dollars EU. En décembre 1999, le nombre de comptes de dépôt était passé à 24,2 millions, et leur volume en rupiah avait plus que doublé ii. Ces chiffres démontrent clairement que la BRI a su exploiter avec succès ses avantages différenciateurs pour conserver la confiance des micro et petits déposants. Depuis 1984, la mobilisation de l épargne fait partie intégrante de la culture et de la stratégie institutionnelles de la BRI UDES. Seule grande banque à opérer en milieu rural depuis des décennies, la BRI est bien connue dans les villages. La fidélité des clients a prouvé qu elle bénéficie d une image extrêmement positive dans la population indonésienne, qui lui a permis d être considérée par les déposants comme un refuge sûr pendant cette période d instabilité sans précédent, démontrant par la même occasion les avantages que procure le fait d être une banque d État rentable et bien gérée. La KPOSB (Kenya) s est positionnée sur le marché en se distinguant de ses concurrents par sa concentration sur l offre de services abordables. Elle valorise en outre les avantages que présentent son réseau très étendu et son expérience supérieure à celle de ses concurrents dans la mobilisation de l épargne. La KPOSB a aussi décidé en 2000 de proposer à ses clients détenteurs de livrets d épargne une carte de débit «SafeSave» afin de ne pas se laisser distancer par ses concurrents qui offrent des services hautement automatisés. Elle espère ainsi positionner encore mieux ses produits sur ce marché très concurrentiel. d. Les marchés cibles Selon la définition donnée précédemment, un marché est constitué d individus ou d organisations ayant des besoins à satisfaire, de l argent à dépenser et la volonté de le dépenser. Il est pratiquement impossible de satisfaire les besoins de tous les segments du marché. L étape suivante de l élaboration du plan de marketing stratégique consiste donc à sélectionner un ou plusieurs segments de marché. Les méthodes de segmentation du marché ont été exposées dans la première section de la présente leçon. Certains professionnels affirment que les IMF ne devraient se concentrer que sur un segment de marché et laisser les autres segments à la concurrence. Mais chaque IMF doit décider elle-même l approche qui lui convient le mieux compte tenu de ses objectifs, de son positionnement marketing et de ses avantages différenciateurs. 6

7 e. Le marketing-mix La dernière étape du processus de planification stratégique est la définition d un marketing-mix. Le marketing-mix combine: la détermination des produits à offrir; leur prix; leur mode de distribution; leur promotion. Ces quatre éléments doivent tous satisfaire les goûts du/des segment(s) de marché ciblé(s) par l IMF tout en lui permettant d atteindre ses objectifs de marketing. Les quatre éléments du marketing-mix sont étroitement liés entre eux. Les décisions prises concernant l un d entre eux auront souvent des répercussions sur les autres. Si une IMF mise sur les prix comme principal outil concurrentiel, les autres éléments doivent être conçus de telle sorte qu ils soutiennent une politique de prix percutante. Par exemple, la promotion peut être construite autour du thème de l extrême faiblesse des prix ou, dans le cas de l épargne, de l attractivité des taux d intérêt. En l absence de concurrence sur les prix, cependant, les stratégies relatives au produit, à la distribution et à la promotion deviennent plus importantes. Les leçons suivantes exposeront de façon plus détaillée les différents éléments du marketing-mix. 3. LA PLANIFICATION ANNUELLE DU MARKETING En sus de la planification stratégique à long terme du marketing, une planification à court terme plus spécifique est aussi essentielle. La planification stratégique d une MFI soit donc comprendre la formulation d un plan marketing annuel. Le plan marketing annuel est le plan-cadre des activités marketing d une IMF. C est un document écrit qui est fréquemment utilisé pendant toute la période planifiée pour la mise en œuvre des opérations. Un plan marketing annuel a pour objet: De récapituler les stratégies de marketing qui seront mise en œuvre pour atteindre des objectifs spécifiques au cours de l année suivante. C est un document explicatif qui guide les dirigeants et le personnel participant au marketing. D indiquer ce qu il faut faire dans d autres secteurs du processus de gestion, notamment la mise en œuvre et l évaluation du programme de marketing. De préciser aussi qui est le responsable de chaque activité, quand les activités doivent être exécutées, et combien de temps et d argent peuvent-être consacrés à chaque activité. La préparation d un plan marketing annuel peut commencer six mois ou plus avant le début de la période couverte par le plan. Les premiers travaux concernent les études et la collecte de l information. Le dernier stade est celui de l examen et de l approbation du plan par la direction générale. La version finale ou les parties pertinentes du plan doit être communiquée à tous les employés participant à sa mise en œuvre. Il ne doit pas être 7

8 diffusé trop largement car un plan marketing annuel contient des informations confidentielles qui ne doivent pas venir à la connaissance de la concurrence. Plusieurs des IMF enquêtées ont communiqué quelques informations sur leur plan marketing annuel pour Voici quelques exemples d objectifs de marketing spécifiques et des plans établis pour les réaliser: La Sonapost (Burkina Faso) prévoit d augmenter le nombre des déposants et le volume des dépôts par des campagnes de marketing ciblées sur les entreprises locales et les organismes du secteur public, ainsi que par une campagne de publicité à la radio locale et dans la presse. La Construction & Business Bank (Éthiopie) prévoit d accroître le rendement de ses actifs, qui passerait de 1,33 pour cent en 1999 à 1,41 pour cent en Elle prévoit en outre d informatiser et de mettre en réseau ses cinq agences en ville et de lancer un nouveau produit d épargne contractuelle. La CERUDEB (Ouganda) projette d augmenter ses dépôts de 25 pour cent grâce à l augmentation du nombre de caissiers dans les agences existantes, à l ouverture de trois nouvelles agences dans le nord du pays et au lancement d une campagne nationale de publicité. La FUCAC (Uruguay) prévoit d accroître ses dépôts de 20 pour cent en 2000, en poursuivant la diffusion de spots publicitaires réussis à la télévision, et en organisant des campagnes de marketing dans les écoles publiques et privées. i ii Pour une introduction excellente et pratique à la planification du marketing (mais qui ne traite pas spécifiquement de la microfinance), voir Hatton (2000). Au taux de change constant de Rp/$EU, en vigueur avant la crise, le volume des dépôts est passé de 2,7 milliards de $EU à la fin de 1996 à 7,1 milliards de $EU à la fin de Au taux de change actuel de 7425 Rp/$EU, toutefois ce volume n était plus que de 2,3 milliards de $EU à la fin de

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 1 : Présentation de votre projet 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

Marketing opérationnel 4: La politique de promotion

Marketing opérationnel 4: La politique de promotion Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage LEÇON 7 Marketing opérationnel 4: La politique de promotion Objectif: Après avoir défini ses politiques de produit, de prix et de distribution,

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Table des matières. Comment utiliser efficacement cet ouvrage pour en obtenir les meilleurs résultats?... 5

Table des matières. Comment utiliser efficacement cet ouvrage pour en obtenir les meilleurs résultats?... 5 Table des matières Sommaire.................................................................. v Avant-propos et remerciements............................................. 1 Note du traducteur.....................................................

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Cours de Marketing. Focaliser l attention sur les besoins du client. Consumer marketing Business to business (B2B)

Cours de Marketing. Focaliser l attention sur les besoins du client. Consumer marketing Business to business (B2B) Cours de Marketing -> L étude du marché, stratégies pour l entrée du produit sur le marché, pour balancer la demande et l offre, étude qualitative (ex : interroger un public ciblé) et quantitative (calculer

Plus en détail

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Chapitre 4 La planification : le marketing opérationnel ou marketing-mix Le marché cible est défini,

Plus en détail

Table des matières ETAPE 1 FAIRE LE POINT AVANT DE SE LANCER19

Table des matières ETAPE 1 FAIRE LE POINT AVANT DE SE LANCER19 Table des matières ETAPE 1 FAIRE LE POINT AVANT DE SE LANCER19 CHAPITRE 1 ÉTUDIER LA CLIENTÈLE. 21 1.1 Une phase indispensable...24 1.2 Comment s y prendre?...26 1.3 Exploitez vos résultats....32 CHAPITRE

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT Institut National des Sciences de Gestion Département de Marketing Marketing et Stratégies Commerciales ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT MARKETING DIRECT Rédigé

Plus en détail

Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime?

Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime? Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime? Logiciel libre-service NCR APTRA La première plateforme logicielle libre-service financière au monde. Experience a new world of interaction

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Programme de prêts REER

Programme de prêts REER Brochure Programme de prêts REER Réservé aux conseillers à titre d information Page 1 de 10 À propos de B2B Banque Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE Par Laura Muñoz Conception, test pilote et commercialisation à grande échelle d un produit destiné aux jeunes Cet article présente les principales réalisations et difficultés rencontrées par PEACE (partenaire

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

Unité D : Placements. Demi-cours VI

Unité D : Placements. Demi-cours VI Unité D : Placements Demi-cours VI DEMI-COURS VI Unité D : Durée : Placements 12 heures Résultat d apprentissage général : Apprendre à connaître et à différencier les différents types de placements financiers

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Sélection du Reader s Digest ajoute un nouveau chapitre au marketing direct personnalisé à l aide du Lab 1:1 de Xerox

Sélection du Reader s Digest ajoute un nouveau chapitre au marketing direct personnalisé à l aide du Lab 1:1 de Xerox Étude de cas Sélection du Reader s Digest ajoute un nouveau chapitre au marketing direct personnalisé à l aide du Lab 1:1 de Xerox Mathieu Péloquin, Vice-président marketing lignes de produits, Sélection

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Programme d épargne-retraite collectif. Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices

Programme d épargne-retraite collectif. Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices Programme d épargne-retraite collectif Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices Étape vers l avenir MD est une solution d épargneretraite collective novatrice,

Plus en détail

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence?

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? MFTRANSPARENCY FONDAMENTAUX DE LA FIXATION DES PRIX Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? Le taux d intérêt est l une des composantes principales du coût d un crédit. Ce concept

Plus en détail

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 Stratégies marketing Augmenter sa créativité en période de changement Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 La présentation Marketing en temps de crise Quelques principes

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 9: Gestion de trésorerie et taux de change multiples Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: définir les besoins

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Brochure. Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS. Réservé aux conseillers à titre d information

Brochure. Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS. Réservé aux conseillers à titre d information Brochure Réservé aux conseillers à titre d information Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS Prêt REE C est un concept simple : le plutôt vous commencez à épargner, plus vos placements

Plus en détail

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage Services bancaires Introduction Les institutions financières, notamment les banques, les sociétés de fiducie, les coopératives de crédit et les caisses populaires, sont des entités essentielles à la gestion

Plus en détail

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect DES SOLUTIONS DE PLACEMENT Portefeuilles NEI Sélect Des solutions de placement sophistiquées. Une décision de placement simple. CHEZ PLACEMENTS NEI, NOUS VIVONS DANS LE MONDE RÉEL Nous définissons le

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant 1 Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices RBC Votre employeur a

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum FIP / FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ 123CAPITAL PME Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum QUI EST 123VENTURE?

Plus en détail

Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina)

Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) Programme d Appui au Financement adapté à l agriculture familiale (AgriFinance-Burkina) APPEL POUR LA SELECTION DE PRESTATAIRES DE SERVICES TECHNIQUES AGRICOLES (AS-001/AGRIFIN/2015) Date limite de dépôt

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

D assurance-vie avec participation

D assurance-vie avec participation D assurance-vie avec participation Le Réalisateur Patrimoine et Le Réalisateur Succession Michel Poulin,Pl,fin. Expert-conseil Régional De Commercialisation Ordre du jour Aperçu de l assurance-vie avec

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique dossier de presse 24 novembre 2011 Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique Conférence de presse «Orange Money» - 24 novembre 2011-1 Partie 1 L Afrique, un enjeu

Plus en détail

Suite NCR APTRA. La première plateforme logicielle libre-service financière au monde.

Suite NCR APTRA. La première plateforme logicielle libre-service financière au monde. Suite NCR APTRA La première plateforme logicielle libre-service financière au monde. UN PAS EN AVANT POUR L EXPERIENCE DES CLIENTS. Le secteur bancaire nous dit que la qualité de l expérience consommateur

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Les milieux Sinus au Credit Suisse

Les milieux Sinus au Credit Suisse Les milieux Sinus au Credit Suisse Dr.Marion Schäfer Table des matières: Introduction Segmentation dans le secteur financier Les milieux Sinus dans le secteur bancaire Critères de détermination des groupes-cibles

Plus en détail

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez Toute action marketing a pour objectif nécessairement de vous permettre de maîtriser votre marché, ses contraintes et ses acteurs pour développer une offre, en adéquation parfaite, avec les attentes de

Plus en détail

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH)

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER

MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER MARKETING SOCIAL ET EXAMEN FINANCIER Un project du Groupe consultatif d assistance aux pauvres (CGAP) Documenter et analyser l utilisation du marketing social pour renforcer le bien-être financier QUELQUES

Plus en détail

DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES

DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES DÉFINIR LES BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES NOTE TECHNIQUE AU DOCUMENT BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir

Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir 01 Le compte bancaire qui vous convient Ce que vous devez savoir Vous disposez d un vaste choix : il existe plus de cent forfaits bancaires offerts par plus de vingt banques au Canada. Vous pouvez comparer

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

NESPRESSO ÉTUDE DE CAS

NESPRESSO ÉTUDE DE CAS NESPRESSO ÉTUDE DE CAS PROBLÉMATIQUE «Comment transformer un produit usuel, le café, en un produit haut de gamme?» PLAN Introduction I Nespresso, une filiale de NESTLÉ au concept novateur II NESPRESSO,

Plus en détail

UNE ÉTAPE À LA FOIS GUIDE D AHÉSION

UNE ÉTAPE À LA FOIS GUIDE D AHÉSION Votre rôle Votre bien-être Notre Société Votre croissance Votre acquis UNE ÉTAPE À LA FOIS GUIDE D AHÉSION épargne CT CTYourWealth.ca/Savings GUIDE D ADHÉSION UNE ÉTAPE À LA FOIS En tant qu employés de

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA 1. Objectif de FATCA En mars 2010, le Sénat américain a adopté la loi "Foreign Account Tax Compliance Act" aux termes de laquelle les établissements financiers et les fonds étrangers sont appelés à collaborer

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank BIM n 114-3 avril 2001 Karin BARLET Le crédit-bail ou leasing est une opération simple, pratiquée depuis longtemps dans de nombreux pays. Aujourd hui

Plus en détail

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt Introduction des comptes d épargne libre d impôt Comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt ont été introduits par le gouvernement fédéral dans le

Plus en détail

FIP : un nouvel outil patrimonial. FIP : le complément logique du FCPI. Des avantages fiscaux importants. Un cadre fiscal particulièrement attractif

FIP : un nouvel outil patrimonial. FIP : le complément logique du FCPI. Des avantages fiscaux importants. Un cadre fiscal particulièrement attractif Créé en 2003 pour permettre aux particuliers de profiter des opportunités financières liées au développement et à la transmission des PME non cotées, le FIP (Fonds d Investissement de Proximité) est un

Plus en détail

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014 La commandite Comment créer des conditions gagnantes 30 avril 2014 Qu est-ce que la commandite? Qu est-ce que la commandite? Une relation de partenariat dans laquelle le commanditaire investit pour accéder

Plus en détail

Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires aux É.-U.

Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires aux É.-U. Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires aux É.-U. Des services bancaires commodes conçus spécialement pour les Canadiens qui sont aux É.-U. Accès USA RBC facilite l accès aux services bancaires

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE SMART SAVINGS : PROTECTION DES DANS LA PROCEDURE D EPARGNE Une vue d ensemble de l intégration des pratiques de protection du client par les institutions de microfinance dans la procédure d épargne. 1

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?»

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» «COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» Sommaire 1. Introduction : les clients, les Médias et la Publicité 2. Construire une Stratégie de Communication

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était.

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. Vous avez des projets d épargne? L assurance-vie est la solution qui s adapte à tous vos besoins L ASSURANCE-VIE

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence?

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? SOLUTIONS D AGENCE NCR Pour une expérience d agence financière plus moderne, intelligente et efficace. Experience a new world

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail