Infections cutanées à pyogènes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections cutanées à pyogènes"

Transcription

1 Infections cutanées à pyogènes

2 Un peu de sémantique Les pathologies dites d inoculation Les exanthèmes infectieux Les infections cutanées à pyogènes Primaires Secondaires

3 Pathologies d inoculation : Pasteurellose (morsure chien), Tularémie (lièvre, rongeur, tique), Rouget du porc, Bartonellose, Rickettsioses (tiques), Borelliose (tiques et poux), Zoonoses transmises par piqûre d arthropodes

4 Exanthèmes infectieux : Varicelle, zona, ROR, Toxoplasmose, VIH, toxine staphylococcique ou streptococcique..arboviroses

5 - Infections cutanées à pyogènes = bactéries «productrices de pus» Dues essentiellement à Staphylococcus Aureus et Streptocoque pyogène ( A et C surtout) On distingue: Les infections cutanées primaires : qui surviennent sur peu saine ou apparamment indemne (impétigo, furonculose, folliculite). Les infections cutanées secondaires : = surinfection d une peau lésée (traumatisme, geste nosocomial, dermatose, brulure)

6 LA PEAU EST BARRIERE ELLE EST AUSSI COLONISEE PAR DE NOMBREUSES BACTERIES

7 FLORE NORMALE Peau et muqueuses normales colonisées par flore : couches superficielles de l épiderme annexes pilaires 2 types : résidente permanente : nombreuses bactéries gram + (staph epidermidis) et -, anaérobies, candida. transitoire = contaminante : staph doré et strepto A responsables de la majorité des infections cutanées, germes contagieux et non immunogènes.

8 Flore varie selon : Qualité de la peau : plaie et contamination Interaction entre germes Environnement : chaleur + humidité favorise la contamination (plis, narines) ( couches ) Hôte : Déficits immunitaires, diabète, dénutrition

9 Gites : Staph doré : fosses nasales, intestin, peau et annexes glandulaires (aisselles, périnée), transmission directe par lésion ou indirecte par voie aérienne ou objets ou manuportée. Strepto A : pharynx, transmission aérienne, favorisée par contact étroit.

10 INFECTIONS CUTANEE PRIMAIRES 1. L impétigo

11 Infection cutanée superficielle à strepto A ou /et staph doré Touche la couche cornée de l épiderme +++ Enfant Contagieux, petites épidémies => éviction scolaire Lésion élémentaire : bulles superficielles très fragiles, avec des érosions, se couvrent de croûtes jaunâtres «méllicériques», souvent péri-oriciciel. Pas de fièvre

12

13 IMPETIGO BULLEUX STAPHYLOCOCCIQUE

14 Traitement Antiseptiques Pas de corticoïdes! Hygiène Antibiotiques locaux? Antibiotiques par voie générale : si forme étendues avec lésions multiples. Pénicilline M, Amoxicilline +ac Clavulanique Macrolides Céphalosporines de première et seconde génération Eviction scolaire Si récidive : traiter les gites

15 2. FOLLICULITES Infection du follicule pilosébacé. Fréquent au niveau des zones pileuses : visage (sycosis à staph de la barbe favorisé par le rasage), cuir chevelu, thorax, cuisses, paupières (orgelet) Traitement: local, ATS, hygiène, suppression des irritations, frottement, rasoirs jetables dans les formes sévères: ATB per os.

16

17 3.FURONCLE Folliculite profonde et nécrosante à staph doré. Induration chaude et douloureuse centrée sur 1 poil: suppuration : nécrose avec élimination du follicule pileux (bourbillon jaune) : cratère rouge => cicatrice +++ cuisses, fesses Favorisé par gîtes à staph, manque d hygiène, obésité, frottements F. particulières : ANTHRAX = agglomération de furoncles FURONCULOSE = répétition recherche d un gîte ou d un facteur favorisant

18

19 Staphylococcie maligne de la face Manipulation d un furoncle centro-facial Risque de thrombophlébite septique pouvant atteindre le sinus caverneux.

20 4. Abcès 5. Lymphangite 6.Thrombophlébite : inflammation puis thrombose veineuse puis infection et embols septiques à distance 7. Onyxis, périonyxis et panaris

21 8. L Erysipèle Dermohypodermite aigüe non nécrosante

22 Infection cutanée aiguë à streptocoque (hémolytique du groupe A, pfs G ou C) atteignant le derme et l hypoderme (dermohypodermite) le plus souvent chez l adulte après 40 ans. membres inférieurs (insuffisance veineuse et lymphatique). Egalement visage et membres supérieurs (lymphangite après curage ganglionnaire et radiothérapie)

23 Clinique : Début souvent brutal, avec fièvre aigüe et frissons + signes locaux : placard inflammatoire, rouge chaud, douloureux, sans intervalle de peau saine, avec œdème. Lymphangite associée, adénopathie satellite Porte d entrée

24

25

26

27

28 Examens complémentaires : Rien : clinique Biologie avec syndrome inflammatoire Hémocultures Echo-doppler si suspicion de phlébite associée Prélèvement de la porte d entrée

29 Prise en charge : Hospitalisation si signes de gravité, isolement Antalgiques et antipyrétiques Anticoagulation iso Traitement antiseptique ou antifungique de la porte d entrée Pansements gras, non compressif Antibiothérapie : pénicilline G ou Amoxicilline ou pristinamycine

30 9. La dermohypodermite bactérienne nécrosante : Fasciite Redoutable : 30 % de décès. Atteinte avec nécrose de tout l hypoderme allant jusqu à l aponévrose. Le streptocoque A est l agent le plus fréquent. Forme pelvienne poly-microbienne = gangrène de fournier. Favoriser par ID et anti-inflammatoire

31 Début similaire à l érysipèle Puis signes généraux +++, choc Localement : hyperalgique, nécrose, taches cyaniques, hypoesthésie Placards nécrotiques en cartes de géographie

32

33

34

35

36

37 Prise en charge : Urgence médico-chirurgicale. Réanimation. Excision totale de tous les tissus nécrosés. Secondairement chirurgie plastique Antibiothérapie IV large 1 à 2 heures de pansements par jours Antalgiques ++++

38 INFECTIONS CUTANEES SECONDAIRES

39 Tout plaie ou toute dermatose peut se surinfecter Mais aussi.: tout abord chirurgical ou tout traitement ou dispositif transcutanée! Les alertes : la fièvre, la douleur, l inflammation, la présence de pus, une lymphangite, une adénopathie. Prévention : surveillance des plaies.

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

Pathologies chirurgicales IFCS

Pathologies chirurgicales IFCS C est une folliculite profonde, nécrosante due au staphylocoque doré. La folliculite est l infection de l appareil pulo-cébacés. II) - Clinique : 1)- Signes locaux : Le début est marqué par une saille

Plus en détail

Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de

Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de Type de flore présente à la surface de l épiderme : Antibiothérapie ET

Plus en détail

I. chroniques I. aiguës Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal

I. chroniques I. aiguës Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE des INFECTIONS CUTANÉES M. Revol www.hopitalsaintlouis.org pilus : poil nidus : nid sinus : cavité Kyste (ou «sinus») pilonidal (ou «sacrococcygien») : granulome sous-cutané

Plus en détail

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Suppurations- Plaies Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Flore de la peau saine Flore résidente: - stable - 10 3 bact/cm 2 de peau (10 6-7

Plus en détail

Infection des parties molles. S.Touchais

Infection des parties molles. S.Touchais Infection des parties molles S.Touchais Flore Principales bactéries en causes dans les infections cutanées : - Sta. aureus - Streptococcus pyogenes (streptocoques du groupe A). 2 Streptocoques Ne sont

Plus en détail

Item n 87 : Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques

Item n 87 : Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques Item n 87 : Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter un impétigo, une folliculite, un furoncle, un érysipèle II. Diagnostiquer et traiter une

Plus en détail

Infections cutanées bactériennes

Infections cutanées bactériennes Infections cutanées bactériennes Plan du cours I. Introduction :... 1 II. Mécanismes de contrôle de l infection de la peau... 1 III. Facteurs favorisant l'infection cutanée:... 2 IV. Impétigo :... 2 V.

Plus en détail

peau : je sais comment réagir

peau : je sais comment réagir Infections bactériennes de la peau : je sais comment réagir Les infections de la peau sont fréquentes et s aggravent souvent car elles sont négligées au départ. L application de règles simples d hygiène

Plus en détail

Infections bactériennes de la peau : je sais comment réagir

Infections bactériennes de la peau : je sais comment réagir Infections bactériennes de la peau : je sais comment réagir Le site du Docteur Pascal HANRION Adresse du site : www.docvadis.fr/pascal-hanrion Validé par le Comité Scientifique Dermatologie - vénérologie

Plus en détail

Infections cutanées bactériennes. Pr Eric Caumes, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hopital Pitié Salpêtrière Paris, France

Infections cutanées bactériennes. Pr Eric Caumes, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hopital Pitié Salpêtrière Paris, France Infections cutanées bactériennes Pr Eric Caumes, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hopital Pitié Salpêtrière Paris, France Définition des infections cutanées bactériennes = Infections de

Plus en détail

Principales Infections Bactériennes

Principales Infections Bactériennes Principales Infections Bactériennes Module soins infirmiers aux personnes atteintes de maladies infectieuses Dr Jérémy SEBAG Interne des Hôpitaux de Paris INFECTION à STREPTOCOQUE Agent causal - Cocci

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 87 page 1 Copyright CMIT. ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition Item 87 page 1 Copyright CMIT. ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 87 page 1 ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter un impétigo, une folliculite, un furoncle, un

Plus en détail

FENÊTRE III INFECTIONS À PYOGÈNES DE LA PEAU ET DE SES ANNEXES

FENÊTRE III INFECTIONS À PYOGÈNES DE LA PEAU ET DE SES ANNEXES FENÊTRE III INFECTIONS À PYOGÈNES DE LA PEAU ET DE SES ANNEXES Abcès Acné banale Érysipèle Fistule cutanée Folliculite banale Furoncle Hidrosadénite axillaire Impétigo Mastite Ongle incarné Panaris Paronychie

Plus en détail

INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) (service des maladies infectieuses CHU St Etienne)

INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) (service des maladies infectieuses CHU St Etienne) INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) Dr Céline C CAZORLA (service des maladies infectieuses CHU St Etienne) STREPTOCOQUE Cocci Gram + En chaînette Plusieurs sérotypes streptococcus pyogenes

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un homme, 47 ans, diabétique sous ADO, se présente aux urgences pour fièvre et douleur de la jambe droite et vomissements évoluant depuis 48 heures. A l examen : T = 39 C Placard rouge chaud

Plus en détail

Extrait gratuit : testez-vous!

Extrait gratuit : testez-vous! Extrait gratuit : testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Erysipèle Un homme de 55 ans, diabétique de type 2, est hospitalisé dans votre service pour un érysipèle de la jambe droite.

Plus en détail

Prise en charge de l infection locale d une plaie

Prise en charge de l infection locale d une plaie Prise en charge de l infection locale d une plaie Dr JF Cuny Dermatologie CHU Nancy 26/05/09 1 Généralités Sujet difficile, controversée Plaie: Aiguë, traumatique (nettoyage, parage) Morsure Brûlure Plaie

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 87 version 01 du page 1 Copyright CMIT. ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES

Module 7 - Edition Item 87 version 01 du page 1 Copyright CMIT. ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES Module 7 - Edition 2004 - Item 87 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter un impétigo, une folliculite,

Plus en détail

Infections cutanées à pyogènes

Infections cutanées à pyogènes Infections cutanées Infections cutanées à pyogènes S. auréus et Streptococcus pyogenes Atteinte épiderme, derme et hypoderme suite à une brèche cutanée Infection primaire ou secondaire (sur peau Infection

Plus en détail

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 I- Infections fongiques II- Infections virales III- Infections bactériennes 2 I- Infections fongiques 3 Plan : Infections fongiques

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E

Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E EPIDEMIOLOGIE Agent causal staphylocoque cocci gram positif

Plus en détail

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Plaies chroniques Prélèvements, interprétation Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Quelques définitions Plaie: rupture de la continuité de l enveloppe corporelle généralement associée

Plus en détail

Généralités. Responsables d un très grand nombre d infections chez l homme (S. aureus ++) et l animal

Généralités. Responsables d un très grand nombre d infections chez l homme (S. aureus ++) et l animal Staphylocoques Généralités Cocci Gram + Responsables d un très grand nombre d infections chez l homme (S. aureus ++) et l animal Résistance aux conditions hostiles de l environnement bactéries survivent

Plus en détail

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires IFSI 21/10/2014 G. Bellaud PLAN Introduction Arthrite aigue Ostéomyélite aigue Spondylodiscite Infection sur prothèse ostéoarticulaire

Plus en détail

Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale. Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir

Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale. Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir Un homme de 45 ans, berger, vient consulter 1 heure après avoir été mordu

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

COMMENSALISME ET INFECTION

COMMENSALISME ET INFECTION COMMENSALISME ET INFECTION I -Les réservoirs bactériens L environnement Bactéries saprophytes L homme, les animaux Bactéries commensales 1 - Flore environnementale Réservoir de micro-organisme : Eau Surface

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections ORL ab11 Infections ORL 06-12-17.doc Table des matières Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 Mastoïdite... 2 Otite externe maligne... 2 Thrombophlébite

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Examen clinique et Investigations paracliniques

Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Examen clinique et Investigations paracliniques Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Données microbiologiques, Examen clinique et Investigations paracliniques Des algorithmes décisionnels appliqués

Plus en détail

BIENVENUE AU CONGRES SCIENTIFIQUE DE L AFISO 2017

BIENVENUE AU CONGRES SCIENTIFIQUE DE L AFISO 2017 BIENVENUE AU CONGRES SCIENTIFIQUE DE L AFISO 2017 Prévention des infections du site opératoire : UNE TECHNIQUE D APPROCHE PLAN Définition de quelques concepts Anatomie pathologie des IN du SO Facteurs

Plus en détail

Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA. Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN

Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA. Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN 1 Introduction Augmentation des soins sur des plaies en EHPAD Vieillissement des résidents

Plus en détail

PANSEMENTS. Mme Martine POUILLON (IDE) Dr Marie THEVENON (urgences) CH du Forez (Montbrison) REULIAN 15 avril 2014

PANSEMENTS. Mme Martine POUILLON (IDE) Dr Marie THEVENON (urgences) CH du Forez (Montbrison) REULIAN 15 avril 2014 PANSEMENTS Mme Martine POUILLON (IDE) Dr Marie THEVENON (urgences) CH du Forez (Montbrison) REULIAN 15 avril 2014 Introduction - Plaies : 13% des motifs d admission aux urgences - Multiplicité des dispositifs

Plus en détail

Emilie Hope-Rapp. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 06/05/11 LIPCOM-RM) Année Universitaire

Emilie Hope-Rapp. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 06/05/11 LIPCOM-RM) Année Universitaire Objectifs Pathologies d inoculation Item n 101 Identifier les situations à risques de pathologie d inoculation Diagnostiquer et argumenter les principes du traitement d une maladie de Lyme, d un érysipèle

Plus en détail

Poux, gale, teigne et autres pathologies dermato à problème! Carole Schirvel - Cellule de surveillance des maladies infectieuses

Poux, gale, teigne et autres pathologies dermato à problème! Carole Schirvel - Cellule de surveillance des maladies infectieuses Poux, gale, teigne et autres pathologies dermato à problème! Carole Schirvel - Cellule de surveillance des maladies infectieuses Introduction Quelles pathologies dermato pourraient poser problème en collectivité?

Plus en détail

Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. II. Expliquer

Plus en détail

Eruption prurigineuse

Eruption prurigineuse Eruption prurigineuse Cette éruption est prurigineuse, symétrique et bilatérale, à quoi vous pensez? Conduite pratique (solution) Conduite pratique (solution) Dermite de contact allergique. Dans ce cas

Plus en détail

Infection digestive à Clostridium difficile

Infection digestive à Clostridium difficile Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail

Exanthème et énanthème

Exanthème et énanthème Exanthème et énanthème Ce jeune homme se plaignait de douleur buccale, énanthéme, associée à une fièvre qui ont précédé de quelques jours cet exanthème. à quoi vous pensez? Conduite pratique( solution)

Plus en détail

Infections bactériennes des muqueuses et de la peau

Infections bactériennes des muqueuses et de la peau Diagnostic et suivi des infections des muqueuses, de la peau et des phanères, de la gale et des pédiculoses : le bon usage des examens biologiques Objectifs E.N.C. 79 Ectoparasitoses cutanées : gale et

Plus en détail

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Désormais toutes les équipes d onco-hématologies utilisent des voies veineuses de longue durée (DIVLD) pour l administration

Plus en détail

TISSUS MOUS. Tx initial avant résultat de culture Adulte Enfant Prophylaxie : Amoxicilline / a. clavulanique 50 mg/kg/jour div TID X 5 jours

TISSUS MOUS. Tx initial avant résultat de culture Adulte Enfant Prophylaxie : Amoxicilline / a. clavulanique 50 mg/kg/jour div TID X 5 jours TISSUS MOUS Morsure Syndrome Humaine Chien Chat Agents habituels Staph. aureus, Streptococcus, Eikenella corrodens, Pasteurella multocida, Anaérobies, Entérobactéries Bilan Culture de surface si éclement,

Plus en détail

Brûlures. Antoine Lucas. Chirurgien vasculaire Andrée-Alice Allain. IDE. DU Plaies et cicatrisation. Mars 2OO5

Brûlures. Antoine Lucas. Chirurgien vasculaire Andrée-Alice Allain. IDE. DU Plaies et cicatrisation. Mars 2OO5 Brûlures Antoine Lucas. Chirurgien vasculaire Andrée-Alice Allain. IDE. DU Plaies et cicatrisation Mars 2OO5 Généralités 500 000 cas de brûlures/an en France nécessitant des soins médicaux Brûlures graves

Plus en détail

Pied d athlète et autres maux chez le sportif avec lymphœdème

Pied d athlète et autres maux chez le sportif avec lymphœdème Pied d athlète et autres maux chez le sportif avec lymphœdème Loïc VAILLANT Université François-Rabelais de TOURS Unité de Lymphologie et Service de Dermatologie CHRU Trousseau - TOURS SPORTS ET DERMATOSES

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE STREPTOCOQUE 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 3 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 3 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Brûlures. Urgences Adultes Pellegrin CHU Bordeaux

Brûlures. Urgences Adultes Pellegrin CHU Bordeaux Brûlures Dr Valdenaire Guillaume Urgences Adultes Pellegrin CHU Bordeaux Brulures Généralités Brûlure : c est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous jacents, par un agent vulnérant

Plus en détail

ETUDE CYTOBACTERIOLOGIQUE DU PUS. 1- Généralités sur la genèse d un pus principales localisations Les germes en cause

ETUDE CYTOBACTERIOLOGIQUE DU PUS. 1- Généralités sur la genèse d un pus principales localisations Les germes en cause ETUDE CYTOBACTERIOLOGIQUE DU PUS 1- Généralités sur la genèse d un pus principales localisations Les germes en cause La formation d un pus est un des signes les plus caractéristiques d une infection. Le

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS DANS LA PRISE EN CHARGE DES GREFFES CUTANEES SUITE AU TRAITEMENT CHIRURGICAL DES BRULURES

SOINS INFIRMIERS DANS LA PRISE EN CHARGE DES GREFFES CUTANEES SUITE AU TRAITEMENT CHIRURGICAL DES BRULURES SOINS INFIRMIERS DANS LA PRISE EN CHARGE DES GREFFES CUTANEES SUITE AU TRAITEMENT CHIRURGICAL DES BRULURES Magalie Rallier. Formatrice IFSI Charles Foix INTRODUCTION BRÛLURE: Destruction de la peau et

Plus en détail

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3 DÉFINITIONS Bactériémie : présence de bactéries viables dans le sang Systemic Inflammatory Response Syndrome (SIRS) Réponse inflammatoire de l organisme à une agression clinique,quelle qu en soit la cause

Plus en détail

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Epiderme Derme

Plus en détail

PIED DIABETIQUE. Dr S. Nguyen, CH Tourcoing. COL BVH 21 juin 2013

PIED DIABETIQUE. Dr S. Nguyen, CH Tourcoing. COL BVH 21 juin 2013 PIED DIABETIQUE Dr S. Nguyen, CH Tourcoing COL BVH 21 juin 2013 Textes de référence SPILF, 2006: «Recommandations pour la pratique clinique: Prise en charge du pied diabétique infecté» Médecine et maladies

Plus en détail

Cas clinique n Quels sont les grands principes de traitement d une plaie?

Cas clinique n Quels sont les grands principes de traitement d une plaie? Cas clinique n 1 Mr F, 73 ans, consulte dans les suites d une morsure de chien survenue quelques heures plus tôt au niveau d un bras. Il décrit une douleur très intense et invalidante augmentant progressivement

Plus en détail

Staphylococcus aureus (staphylocoques)

Staphylococcus aureus (staphylocoques) Staphylococcus aureus (staphylocoques) Les staphylocoques sont des bactéries ubiquitaires qui peuvent se retrouver partout, dans l air, les sols, les eaux, ceux sont des bactéries commensales de la peau

Plus en détail

LA PREPARATION CUTANEE DE L OPERE. OBJECTIF: gestion du risque infectieux DEFINITION LES RECOMMANDATIONS

LA PREPARATION CUTANEE DE L OPERE. OBJECTIF: gestion du risque infectieux DEFINITION LES RECOMMANDATIONS LA PREPARATION CUTANEE DE L OPERE LES RECOMMANDATIONS OBJECTIF: gestion du risque infectieux Réduire le nombre de micro-organismes présents sur la peau en agissant le plus largement possible sur les flores

Plus en détail

Flore normale COMPLICATIONS INFECTIEUSES DES PLAIES. Flore normale (2) Rôle des bactéries. Attraction des GB

Flore normale COMPLICATIONS INFECTIEUSES DES PLAIES. Flore normale (2) Rôle des bactéries. Attraction des GB Flore normale COMPLICATIONS INFECTIEUSES DES PLAIES Hélène GARDET Vincent PINSOLLE Philippe PELISSIER Dominique MARTIN Peau normale et muqueuses Staphylocoques, Streptocoques, Entérocoques, E.Coli, Klebsiella

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2018 est disponible en

Plus en détail

DOULEURS SCROTALES AIGUËS

DOULEURS SCROTALES AIGUËS DOULEURS SCROTALES AIGUËS causes fréquentes de consultation en urgence origines les plus fréquentes (en dehors du traumatisme) : Épididymite aiguë (EA) Torsion testiculaire aiguë (TTA) examen clinique

Plus en détail

COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES

COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES FLUOROQUINOLONES, CÉPHALOSPORINES ET AMOXICILLINE/ACIDE CLAVULANIQUE S JAFFUEL SMIT CHRU de Brest 4 ème journée régionale Antibiotiques en

Plus en détail

IFSI Quimper-Cornouaille Promotion Lundi 20 février 2006 Année Durée : 3 h 1 ère Année

IFSI Quimper-Cornouaille Promotion Lundi 20 février 2006 Année Durée : 3 h 1 ère Année IFSI Quimper-Cornouaille Promotion 2005-2008 Lundi 20 février 2006 Année 2005-2006 Durée : 3 h 1 ère Année EVALUATION CONTINUE DES CONNAISSANCES THEORIQUES ET APTITUDES CORRIGE DE L EVALUATION N 1 Notation

Plus en détail

Mise en garde OR/6.5.04

Mise en garde OR/6.5.04 Mise en garde Ces diapositives ont été réalisées dans le cadre d un cours de formation continue post graduée pour ambulanciers entrant dans le cadre d une formation interne à l entreprise et dispensée

Plus en détail

Michèle Aggoune / Danièle Landriu

Michèle Aggoune / Danièle Landriu Cas groupés d infections cutanées à Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM Co) souche SA 300 au sein d une Maison d Accueil Spécialisée (MAS) Michèle Aggoune / Danièle Landriu Hygiène et

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

INFECTIONS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS. 26/11/ : infections de la peau et des tissus mous 1

INFECTIONS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS. 26/11/ : infections de la peau et des tissus mous 1 INFECTIONS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS 26/11/2009 10: infections de la peau et des tissus mous 1 Structure de la peau 26/11/2009 10: infections de la peau et des tissus mous 2 Physiopathologie des infections

Plus en détail

8/ Atteintes cutanées par brûlures

8/ Atteintes cutanées par brûlures SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 8/ Atteintes cutanées par brûlures Définition Atteinte de l'intégrité de la peau, des muqueuses et/ou des tissus sous-jacents par

Plus en détail

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Facteurs généraux et choix de l ATB Facteurs associés

Plus en détail

Infections de la main Pr. Philippe PELISSIER

Infections de la main Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Infection des parties molles / panaris Infection profonde des gaines des fléchisseurs Ténosynovite

Plus en détail

Prélèvements bactériologiques

Prélèvements bactériologiques Prélèvements bactériologiques Diagnostique direct : on recherche la bactérie responsable de l infection. Le prélèvement peut se faire soit au niveau du foyer infectieux soit à distance. Importance de :

Plus en détail

CAT devant une infection respiratoire basse

CAT devant une infection respiratoire basse CAT devant une infection respiratoire basse Les différents niveaux : Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation des bronchioles terminales Pneumonie

Plus en détail

La sphère ORL: Rappels anatomiques

La sphère ORL: Rappels anatomiques Les infections ORL La sphère ORL: Rappels anatomiques Cas clinique C est le petit Louis, 6 ans, qui a de la fièvre depuis 2 jours et qui se plaint d avoir mal à la gorge Voyons cette gorge Et cette gorge

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

DERMATOLOGIE COURANTE AU CABINET DU MEDECIN GENERALISTE

DERMATOLOGIE COURANTE AU CABINET DU MEDECIN GENERALISTE DERMATOLOGIE COURANTE AU CABINET DU MEDECIN GENERALISTE DR Anne CRIQUET HAYOT Avril 2010 QU EST CE? DR Anne CRIQUET HAYOT Avril 2010 Brûlure cutanée Provoquée par le citron(acide citrique) plus exposition

Plus en détail

Activité dermatologique aux urgences. Anne-Claire Fougerousse Daniel Vinciguerra HIA Sainte Anne Toulon

Activité dermatologique aux urgences. Anne-Claire Fougerousse Daniel Vinciguerra HIA Sainte Anne Toulon Activité dermatologique aux urgences Anne-Claire Fougerousse Daniel Vinciguerra HIA Sainte Anne Toulon Plan de la présentation n Résultats d une étude prospective sur l activité dermatologique aux urgences

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail

L homme est un animal

L homme est un animal La cicatrisation animale L homme est un animal Données épidémiologiques Originalités de la peau animale et de sa cicatrisation Quelques lieux communs à éviter Pr. P. MOISSONNIER, DMV, PhD, dipl. ECVS Service

Plus en détail

Panaris (207b) Professeur François MOUTET Décembre 2002

Panaris (207b) Professeur François MOUTET Décembre 2002 Panaris (207b) Professeur François MOUTET Décembre 2002 Pré-Requis : Lecture Corpus Cours FIHU, plaies de la main Résumé : Infection lancinante, pulsatile, insomniante de la pulpe digitale, le panaris

Plus en détail

Sommaire. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Quelques définitions. Bulle : vésicule de grande taille, phlyctène

Sommaire. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Quelques définitions. Bulle : vésicule de grande taille, phlyctène Sommaire I. Principales lésions rencontrées MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives II. Quelques définitions et mesures de santé publique III. Caractéristiques des principales maladies éruptives

Plus en détail

Les brûlures. Pr Marc Chaouat, Service du Pr Mimoun, Hôpital Saint Louis. Chirurgien plasticien Chirurgie des brûlés

Les brûlures. Pr Marc Chaouat, Service du Pr Mimoun, Hôpital Saint Louis. Chirurgien plasticien Chirurgie des brûlés Les brûlures Pr Marc Chaouat, Chirurgien plasticien Chirurgie des brûlés Service du Pr Mimoun, Hôpital Saint Louis Epidémiologie année 2005 400 000 brûlures en France chaque année 3700 hospitalisations

Plus en détail

Journée du CRIOA Lyon, Domaine Rockefeller, 4 mars 2015

Journée du CRIOA Lyon, Domaine Rockefeller, 4 mars 2015 Journée du CRIOA Lyon, Domaine Rockefeller, 4 mars 2015 Pr Cédric BARREY, MD, PhD, Service de Neurochirurgie C et Chirurgie du Rachis Centre Interrégional de Référence des IOA Complexes Hôpital Neurologique

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Plaies et infection Sommaire La peau saine Le risque infectieux Les différentes plaies Les complications infectieuses Comment établir le diagnostic d infection? Traitement

Plus en détail

Alexandra Dubois IDE DU «plaies et cicatrisation» Consultations de dermatologie au CHU de Reims

Alexandra Dubois IDE DU «plaies et cicatrisation» Consultations de dermatologie au CHU de Reims PRISE EN CHARGE D UNE PLAIE CHRONIQUE: EXEMPLE DE L ESCARRE Journée régionale de prévention du risque infectieux destinée aux Etablissement Médico-Sociaux Alexandra Dubois IDE DU «plaies et cicatrisation»

Plus en détail

Des germes et des hommes...

Des germes et des hommes... Des germes et des hommes... Infection / Colonisation / Transmission INFECTION 1. Pénétration et développement dans un être vivant de microorganisme qui peuvent provoquer des lésions en se multipliant,

Plus en détail

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses Julien Rousset 16/09/09 Limoges Généralités Infection des tissus mous Gravité fonction de la profondeur de l atteinte anatomique 50% des DHBNN prises

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Epidémie de charbon chez les usagers de drogue en Europe : à propos d un cas français

Epidémie de charbon chez les usagers de drogue en Europe : à propos d un cas français Epidémie de charbon chez les usagers de drogue en Europe : à propos d un cas français O.ROGEAUX 1, A.MAILLES 2, M.LEVAST 1, E.BEAUDOUIN 1, FO MALLAVAL 1,M JAUFFRET- ROUSTIDE 2, F THIBAULT 3,J.M.THOURET

Plus en détail