Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique"

Transcription

1 S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation technologique, Vandoeuvre-Les-Nancy (2)

2 Etudier la reproductibilité des valeurs ADC en neuroradiologie avec une IRM 3T d utilisation clinique Participation de 5 volontaires sains, selon un protocole approuvé par un comité d éthique Mesures ADC au niveaux des noyaux lenticulaires droits et gauches, ainsi que la fraction d anisotropie

3 1. En théorie - La diffusion - IRM 3T 2. L étude - Matériel et méthode (sujets, acquisition, analyse des données) - Résultats - Discussion - Conclusion et ouverture 3. Bibliographie

4 Rappels Technique fondée sur l étude des micro mouvements des molécules d eau au sein d un tissu. - Déplacement aléatoire (brownien) des molécules d eau au sein d un voxel: reflète le mouvement de l eau extra cellulaire - Qui peuvent être modifiés par un processus pathologique ou non Applications cliniques nombreuses - En neuroradiologie en particulier en cas d accident vasculaire cérébral ischémique, depuis les années 1980

5 Séquence constituée d une pondération T2 EPI en écho de spin (imagerie rapide) - application de part et d autre du pulse de 180 de deux gradients de même amplitude mais de direction opposée - annulation des 2 gradients seulement pour les molécules immobiles - En cas de mobilité: changement de phase Hypersignal si mouvement augmenté Hyposignal si mouvement diminué

6 Impact du gradient b - La pondération en diffusion vs la pondération T2 de la séquence dépend de la performance de b Plus b sera élevé plus la séquence sera pondérée en diffusion plus le rapport signal sur bruit sera bas En pratique b = s/mm² ADC (coefficient de diffusion apparent): - reflet quantitatif de cette diffusion et donc de la cellularité tissulaire: plus il existe des cellules, moins, les mouvements d eau sont possibles: ADC faible - Nécessite 2 séquences avec l une b = 0 s/mm² (pondérée T2) et une b = s/mm²

7 Augmentation du RSB Permet de majorer b sans perte de signal Performance des gradients meilleure

8 Matériel et méthode (sujets, acquisition, analyse des données) -Sujets 5 volontaires sains, moyenne d âge 40 ans, répartis entre 20 et 64 ans, 4 femmes et 1 homme Informés du but de l étude, consentement écrit Accord d un comité d éthique -Acquisition i iti Afin de placer les ROI: séquences en axial puis sagital T2 Séquence de diffusion b = 1000 s/mm² avec 6 directions IRM clinique 3T (Signa HDxt, GE Waukesha, WI) Mesures sur une surface de 60 mm² couvrant les noyaux lenticulaires droits et gauches Après correction des distorsions dues à l EPI, les mesures du coefficient de diffusion et de la fraction d anisotropie Utilisation du logiciel constructeur advantage Windows

9 Choix des noyaux lenticulaires Dans la substance blanche: diffusion des molécules d eau le long des fibres: diffusion anisotrope Diffusion isotrope au sein des noyaux gris Analyse des données Moyennes des ADC à droite et à gauche des fraction d anisotropie

10 Volontaires ADC 10^-10 Déviation standard 10^- 10 Fraction d anisotropie 1 2 7,49 0,654 0,208 9,95 0,615 0, ,83 0,665 0, ,72 0,534 0,148 7,79 0,498 0,163

11 Volontaires ADC 10^-10 Déviation standard 10^- 10 Fraction d anisotropie 1 7,64 0,893 0, ,56 0,626 0,161

12 - Résultats Les coefficients de variation pour les mesures de la diffusion sont inférieurs à 1%. La valeur moyenne obtenue est d environ 8.10^(-10). Il existe une faible différence entre les valeurs à droite et à gauche (8,15.10^(-10) contre 7,93.10^(-10)) La fraction d anisotropie moyenne est d environ 0,18. - Discussion Il existe une faible différence entre les valeurs à droite et à gauche : 8,15.10^(-10) contre 7,93.10^(-10) La différence est non significative d après le test de Wilcoxon, sous réserve du faible échantillon étudié jusqu à présent.

13 Les mesures d ADC sont reproductibles en IRM 3T sur des noyaux gris centraux chez des volontaires sains Cette étude est préliminaire à une étude qui a pour but de comparer, chez des patients sains, la spectroscopie en IRM 3T et 1.5T, de manière quantitative: nous vous invitons à consulter les premiers résultats décrit sur le poster des JFR 2010 Comparaison de la spectroscopie cérébrale proton à 1.5 et 3T, par G. Hossu

14 Bammer R., Basic principles of diffusion-weighted imaging, European Journal of Neuroraiology, 2003, 45: Cihangiroglu M., High b-value diffusion-weighed MR imaging of normal brain at 3T, European Journal of Radiology, 2009, 69: Kremer S., Imagerie de diffusion: principes et applications cliniques, Journal de Radiologie,2007, 88: Seo H. S., High b-value Diffusion (b = 3000 s/mm²) MR Imaging in Cerebral Gliomas at 3T: Visual and Quantitative Comparisons with b = 1000 s/mm², AJNR Am J Neuroradiology, mars 2008, 29:458-63

Diffusion : Technique

Diffusion : Technique Diffusion : Technique 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim Département d Imagerie Morphologique et Fonctionnelle,

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM:

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM: Calcul de l ADC: un nouvel outil dans le diagnostic de cholestéatome. S. THIRIAT, S. RIEHM, S. KREMER, F. VEILLON PLAN: 1. Introduction. 2. Protocole. 3. Résultats. 4. Discussion. 5. Conclusion. 6. Bibliographie.

Plus en détail

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr ARTICULATION RECHERCHE EN IMAGERIE NANCY Recherche Fondamentale Pr. Jacques Felblinger Recherche

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France 1 Sx Rectum, logiciel d'aide au diagnostic dédié au rectum : résultats préliminaires. G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy,

Plus en détail

Intérêts de l'irm corps entier avec

Intérêts de l'irm corps entier avec Intérêts de l'irm corps entier avec séquences de diffusion en Oncolgie JC JOUVET 1, V THOMSON 1, M YANES 1, C JOURNE 1, M BAKIR 1,M DURIEUX 1, F DURUPT 2, Y BERTHEZENE 1 1. Service de Radiologie, Hôpital

Plus en détail

Diffusion : Applications au cerveau

Diffusion : Applications au cerveau Diffusion : Applications au cerveau 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim c.oppenheim@ch-sainte-anne.fr Département

Plus en détail

Neuroradiologie CHU BREST

Neuroradiologie CHU BREST Dr Douraied BEN SALEM Dr Douraied BEN SALEM Neuroradiologie CHU BREST Définition Principaux artéfacts Artéfacts de déplacement chimique Artéfacts de troncature (artéfact de Gibbs) Artéfacts de susceptibilité

Plus en détail

ENCOD/USB2 : Guide d installation et d utilisation

ENCOD/USB2 : Guide d installation et d utilisation ENCOD/USB2 : Guide d installation et d utilisation 18 rue Séjourné 94 000 Créteil cedex FRANCE Tel. (+33) 1 43 53 97 97 Fax (+33) 1 43 53 97 87 www.comelit.fr Création : Décembre 2003 Modification : Août

Plus en détail

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION J Baud, F Belloy, B Richter, G de la Gastine, M Jokic, M Hamon CHU Caen France Service de Neuroradiologie INTRODUCTION Le syndrome des

Plus en détail

Diffusion : Applications au cerveau

Diffusion : Applications au cerveau Diffusion : Applications au cerveau 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim c.oppenheim@ch-sainte-anne.fr Département

Plus en détail

place d un protocole jusqu à la réalisation d une image

place d un protocole jusqu à la réalisation d une image Neurocampus Baudot Comment fonctionne le plateau technique IRM? Neurocampus Baudot 1) Les possibilités techniques 2) En pratique: de la mise en place d un protocole jusqu à la réalisation d une image IRM

Plus en détail

Diffusion : Applications au cerveau

Diffusion : Applications au cerveau Diffusion : Applications au cerveau 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim c.oppenheim@ch-sainte-anne.fr Département

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE G BIERRY, F JEHL, A NEUVILLE, P ROBERT, S KREMER, A GANGI, JL DIETEMANN Services de Radiologie, de Bactériologie,

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique

Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique A. Urbanik, J. Kozub, B. Sobiecka, I. Herman- Sucharska, M. Grzybek Département de Radiologie Collegium Medicum de

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Ictus amnésique: l IRM au bon moment!

Ictus amnésique: l IRM au bon moment! Ictus amnésique: l IRM au bon moment! M. Lahutte-Auboin, E. Pons, B. Ba, L. Valbousquet, A. Frison-Roche, P. Calcina. Service de Radiologie H.I.A. du Val-de-Grâce PARIS INTRODUCTION Patient âgé de 57 ans

Plus en détail

TP 2 Organisation structurale de la rétine

TP 2 Organisation structurale de la rétine TP 2 Organisation structurale de la rétine Problème : Quelles sont les caractéristiques des différentes régions de la rétine? Activité 1 : Observation microscopique d une coupe de rétine 1- A partir du

Plus en détail

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle Evaluation d un outil de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle B. Lecourtois, J. Frandon, I. Bricault, G. Ferretti Clinique Universitaire de Radiologie et Imagerie Médicale CHU

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES

CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES Méthode de sélection: les dispositions qui suivent s appliquent lorsqu elles ne sont pas contraires à celles préconisées dans les

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM

Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM www.siemens.fr/medical Formation utilisateurs Cette formation doit permettre aux utilisateurs d utiliser le matériel conformément aux

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Résonance Acoustique BF Spectroscopie US

Résonance Acoustique BF Spectroscopie US Résonance Acoustique BF Spectroscopie US Eric Auguste CRESCENZO Théorie de la résonance acoustique BF Sous l effet d un choc, une pièce se met à vibrer selon plusieurs modes de vibrations et de façon indépendante

Plus en détail

Offre de stage Suivi dans des séquences d images : applications au rehaussement

Offre de stage Suivi dans des séquences d images : applications au rehaussement Suivi dans des séquences d images : applications au rehaussement La cardiologie interventionnelle traite de manière minimalement invasive des pathologies cardiaques. Le geste médical est entièrement guidé

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Gestion des doubles numéros de lot dans CHIMIO

Gestion des doubles numéros de lot dans CHIMIO Gestion des doubles numéros de lot dans Page 1 sur 14 REFERENCE Créée le : Par Visa TCG089 06/12/2011 TTTH VERSION Revue le Par Visa 1.0 VALIDATION Le Par Visa Suivi des modifications Version Date Par

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE 1 GAMME COLLECTIVE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

Diffusion : Applications au cerveau

Diffusion : Applications au cerveau Diffusion : Applications au cerveau 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim c.oppenheim@ch-sainte-anne.fr Département

Plus en détail

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES ETUDE RETROSPECTIVE CHEZ 30 PATIENTS N. Hoarau, J. Gabrillargues, B. Claise, B. Jean,

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE -ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE Michel ZANCA, CHU Montpellier Signification de la résonance et relation de Larmor ω eff = 2 π ν eff = γ B eff La RMN détecte très précisément la fréquence ν

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique

Imagerie par résonance magnétique Imagerie par résonance magnétique Principes, techniques et contrôle de qualité Ir. Laurent Hermoye Unité de radiodiagnostic Nécessité Eviter une utilisation «presse bouton» de l IRM Optimisation des séquences

Plus en détail

Guide des sessions interactives. Orateurs / Modérateurs

Guide des sessions interactives. Orateurs / Modérateurs Guide des sessions interactives Orateurs / Modérateurs Madame, Monsieur, Chère collègue, cher collègue, Cette année, un système de vote automatisé est mis en place pour les sessions interactives. Celui-ci

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban,

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, (2) Hôtel-Dieu de Paris, Paris - France La caractérisation d une

Plus en détail

Le mode Normal affiche chaque feuille sous forme de grille continue, plus grande que la fenêtre d affichage, et que vous pouvez faire défiler :

Le mode Normal affiche chaque feuille sous forme de grille continue, plus grande que la fenêtre d affichage, et que vous pouvez faire défiler : Module 9 : Affichage 9.0 Introduction Ce module explique comment travailler plus facilement avec les feuilles de calcul grâce à la fonction Affichage qui commande la manière dont elles apparaissent dans

Plus en détail

Mode d emploi simplifié de CBL 2 et du logiciel d acquisition DataMin2

Mode d emploi simplifié de CBL 2 et du logiciel d acquisition DataMin2 Mode d emploi simplifié de CBL 2 et du logiciel d acquisition DataMin2 1. Connecter la calculatrice au CBL2 et un capteur de mesure CH1 Capteur de tension Interface d acquisition CBL 2 Câble de liaison

Plus en détail

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Suggestion hypnotique dans l étude de l activation douloureuse en IRMf A. Urbanik, J. Aleksandrowicz*, B. Sobiecka, J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Département de Radiologie et Psychiatrie*

Plus en détail

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

http://mondomaine.com/dossier : seul le dossier dossier sera cherché, tous les sousdomaines

http://mondomaine.com/dossier : seul le dossier dossier sera cherché, tous les sousdomaines Principales fonctionnalités de l outil Le coeur du service suivre les variations de position d un mot-clé associé à une URL sur un moteur de recherche (Google - Bing - Yahoo) dans une locale (association

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE 1 GAMME INDIVIDUELLE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

La Fonction SI. Il affichera : PROMU. Séparateurs

La Fonction SI. Il affichera : PROMU. Séparateurs La Fonction SI Renvoie une valeur si le résultat du TEST LOGIQUE que vous spécifiez est VRAI et une autre valeur si le résultat du test logique est FAUX. Structure et exemple : SI (TEST LOGIQUE ; VALEUR

Plus en détail

Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données

Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données Catherine Raux (interne Santé Publique) et Benoît Lepage (AHU), Service d Epidémiologie du CHU de Toulouse Version 1.1 Avril 2012

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

«Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012

«Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012 «Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 OpinionWay pour LJ CORP Dépendance

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR DM4 Page 北 航 中 法 工 程 师 学 院 ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR Année académique 24-25 Devoir à la maison n 4 À rendre le vendredi 2 juin 25 Numéro d étudiant à 8 chiffres :

Plus en détail

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical

Biograph mmr. Hôpital La Pitié Salpêtrière. www.siemens.fr/medical Biograph mmr Hôpital La Pitié Salpêtrière www.siemens.fr/medical Deux en un : le Biograph mmr En 2011, Siemens a introduit le premier système IRM et TEP totalement intégré. Il permet de réaliser des examens

Plus en détail

Travaux Pratiques d'hyperfréquence

Travaux Pratiques d'hyperfréquence Travaux Pratiques d'hyperfréquence GLEE604 Sommaire : 1 Ligne en régime impulsionnel 2 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de la fréquence 3 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de

Plus en détail

Princeps, copies, génériques : quelles différences?

Princeps, copies, génériques : quelles différences? Princeps, copies, génériques : quelles différences? Pr Odile CHAMBIN UFR Pharmacie Dijon 1 Introduction 1 ère définition des génériques en 1996. Développement des génériques depuis 1998 avec le droit de

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

Mesure de température par radiométrie photothermique

Mesure de température par radiométrie photothermique Mesure de température par radiométrie photothermique Mesurexpo 17 octobre 2006 Jean-Charles CANDORE Jean-Luc BODNAR Laboratoire d Énergétique et d Optique, UFR sciences REIMS Sommaire I Présentation de

Plus en détail

Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux.

Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux. - Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux. Vous allez pouvoir apprendre ou réviser toutes les notions de calcul abordées

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée M-A Gomez, M Nasser-Eddin, M Defontaine, B Giraudeau, F Jacquot, F Patat INTRODUCTION L ostéoporose

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

Imagerie de diffusion appliquée à l abdomen : limites, contraintes & perspectives

Imagerie de diffusion appliquée à l abdomen : limites, contraintes & perspectives Imagerie de diffusion appliquée à l abdomen : limites, contraintes & perspectives Boris Guiu Département de Radiologie Diagnostique & Interventionnelle - CHU Dijon Unité Digestif, Thoracique et Cancérologique

Plus en détail

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation?

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation? thermiques d une habitation? E1-1/6 Le confort 1 Définissez en trois points le confort thermique : 2-1 Sur brouillon ou sur votre cahier d expérience, émettez vos hypothèses sur la maison de demain. Comment

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous. chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques

Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous. chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous Arterial Spin Labeling chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques M Tisserand (1,3), S Foscolo (1,3), E Schmitt (1),

Plus en détail

Chap. 4 : La consolidation

Chap. 4 : La consolidation 1 / 8 Chap. 4 : La consolidation Le code de commerce impose aux sociétés commerciales d établir et de publier des comptes consolidés (bilan et compte de résultat consolidés ainsi qu une annexe) dès lors

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

LES AVANTAGES EN NATURE

LES AVANTAGES EN NATURE LES AVANTAGES EN NATURE QU EST CE QUE L AVANTAGE EN NATURE? QUE SONT LES AVANTAGES EN NATURE? Lorsque les dirigeants ou les collaborateurs d une entreprise disposent d une «voiture de fonction» il est

Plus en détail

Introduction aux modèles financiers

Introduction aux modèles financiers Notes pour le module spécifique Introduction aux modèles financiers Ecole Centrale de Lyon Option Mathématiques 1 2 Introduction Quelques références Pour comprendre les marchés financiers, avoir un apreçu

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

EUROPEAN LABORATORY FOR PARTICLE PHYSICS LABORATOIRE EUROPEEN POUR LA PHYSIQUE DES PARTICULES

EUROPEAN LABORATORY FOR PARTICLE PHYSICS LABORATOIRE EUROPEEN POUR LA PHYSIQUE DES PARTICULES EUROPEAN LABORATORY FOR PARTICLE PHYSICS LABORATOIRE EUROPEEN POUR LA PHYSIQUE DES PARTICULES CERN-ST-99-018 February, 1999 COSWIN LOGICIEL DE MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE LEVAGE B. Langer, J-P. Granchelli

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Références à une cellule dans EXCEL

Références à une cellule dans EXCEL Références à une cellule dans EXCEL Il existe, dans une formule, trois façons de faire référence à des cellules. Références relatives Lancez le logiciel Excel et choisissez la notation des coordonnées

Plus en détail

Plus de détails Fils certifiés

Plus de détails Fils certifiés Choisissez votre fil en fonction de vos besoins. Plus de détails Plus de vitesse Plus abordable Rayon mini à usiner (Ø fil) Etat de surface final Priorité d usinage Plus de qualité Plus de productivité

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Enjeux Opérationnels du Parcours de soins L évaluation médico-économique L Exemple de l AVC

Enjeux Opérationnels du Parcours de soins L évaluation médico-économique L Exemple de l AVC Association des Pharmaciens de l Industrie : Rencontre avec les Directeurs d ARS Paris, 13 Avril 2013 Enjeux Opérationnels du Parcours de soins L évaluation médico-économique L Exemple de l AVC Prof. Robert

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

PREVISIONS DE TRESORERIE

PREVISIONS DE TRESORERIE PREVISIONS DE TRESORERIE SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. Création d une prévision... 3 2.1. Onglet Modèles... 3 2.2. Onglet Prévisions... 3 2.3. Création d une nouvelle prévision... 4 3. Le tableau de

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

Les variables indépendantes catégorielles

Les variables indépendantes catégorielles Les variables indépendantes catégorielles Jean-François Bickel Statistique II SP08 Jusqu à maintenant, nous avons considéré comme variables indépendantes uniquement des variables intervalles (âge) ou traitées

Plus en détail

Dell Software International Limited City Gate Park Mahon Cork Ireland

Dell Software International Limited City Gate Park Mahon Cork Ireland Formation Big Data Analytics Séminaire de Méthodologie en Data Science Transformez Vos Données en Actions 2 jours : Mardi 8 et Mercredi 9 Décembre 2015 + 1 jour en option : «Mains sur le Clavier» Lieu

Plus en détail

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Toulouse le 08 Octobre 2014 Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Travail réalisé par RAZAGUI Abdelhak sous la direction de Joël STEIN Période du 13 septembre au 11 Octobre

Plus en détail

Radioprotection des patients

Radioprotection des patients Radioprotection des patients Radioprotection des patients - Santé du patient = Objectif du médecin - Plusieurs acteurs au sein d un service : Acteurs Rôles Médecin PSRPM Personnel hospitalier - Prescripteur

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

IMPORTS DE PAIEMENTS

IMPORTS DE PAIEMENTS IMPORTS DE PAIEMENTS Sommaire Introduction... 2 Importation d'un fichier... 4 Validation technique... 4 Suppression d'imports... 5 Signature d'imports... 6 Statuts possibles de l import... 8 Consultation

Plus en détail

Nous avons augmenté de manière significative notre productivité avec le même effectif

Nous avons augmenté de manière significative notre productivité avec le même effectif Nous avons augmenté de manière significative notre productivité avec le même effectif SMART Automation, optimiser la productivité SMART Automation, optimiser la productivité Introduction Depuis plus de

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

TP Exploitation des empreintes digitales

TP Exploitation des empreintes digitales TP Exploitation des empreintes digitales Sur la scène de crime, de nombreuses empreintes digitales ont pu être relevées. Elles ont été laissées là par les individus qui ont fréquenté ce lieu. On se propose

Plus en détail

Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008

Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008 Comptabilité d entreprise et comptabilité de l Etat : convergences et spécificités Séminaire des 18 et 19 septembre 2008 2003 - DRB [Minéfi] La comptabilité des marchands et la comptabilité des princes

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail