Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique"

Transcription

1 S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation technologique, Vandoeuvre-Les-Nancy (2)

2 Etudier la reproductibilité des valeurs ADC en neuroradiologie avec une IRM 3T d utilisation clinique Participation de 5 volontaires sains, selon un protocole approuvé par un comité d éthique Mesures ADC au niveaux des noyaux lenticulaires droits et gauches, ainsi que la fraction d anisotropie

3 1. En théorie - La diffusion - IRM 3T 2. L étude - Matériel et méthode (sujets, acquisition, analyse des données) - Résultats - Discussion - Conclusion et ouverture 3. Bibliographie

4 Rappels Technique fondée sur l étude des micro mouvements des molécules d eau au sein d un tissu. - Déplacement aléatoire (brownien) des molécules d eau au sein d un voxel: reflète le mouvement de l eau extra cellulaire - Qui peuvent être modifiés par un processus pathologique ou non Applications cliniques nombreuses - En neuroradiologie en particulier en cas d accident vasculaire cérébral ischémique, depuis les années 1980

5 Séquence constituée d une pondération T2 EPI en écho de spin (imagerie rapide) - application de part et d autre du pulse de 180 de deux gradients de même amplitude mais de direction opposée - annulation des 2 gradients seulement pour les molécules immobiles - En cas de mobilité: changement de phase Hypersignal si mouvement augmenté Hyposignal si mouvement diminué

6 Impact du gradient b - La pondération en diffusion vs la pondération T2 de la séquence dépend de la performance de b Plus b sera élevé plus la séquence sera pondérée en diffusion plus le rapport signal sur bruit sera bas En pratique b = s/mm² ADC (coefficient de diffusion apparent): - reflet quantitatif de cette diffusion et donc de la cellularité tissulaire: plus il existe des cellules, moins, les mouvements d eau sont possibles: ADC faible - Nécessite 2 séquences avec l une b = 0 s/mm² (pondérée T2) et une b = s/mm²

7 Augmentation du RSB Permet de majorer b sans perte de signal Performance des gradients meilleure

8 Matériel et méthode (sujets, acquisition, analyse des données) -Sujets 5 volontaires sains, moyenne d âge 40 ans, répartis entre 20 et 64 ans, 4 femmes et 1 homme Informés du but de l étude, consentement écrit Accord d un comité d éthique -Acquisition i iti Afin de placer les ROI: séquences en axial puis sagital T2 Séquence de diffusion b = 1000 s/mm² avec 6 directions IRM clinique 3T (Signa HDxt, GE Waukesha, WI) Mesures sur une surface de 60 mm² couvrant les noyaux lenticulaires droits et gauches Après correction des distorsions dues à l EPI, les mesures du coefficient de diffusion et de la fraction d anisotropie Utilisation du logiciel constructeur advantage Windows

9 Choix des noyaux lenticulaires Dans la substance blanche: diffusion des molécules d eau le long des fibres: diffusion anisotrope Diffusion isotrope au sein des noyaux gris Analyse des données Moyennes des ADC à droite et à gauche des fraction d anisotropie

10 Volontaires ADC 10^-10 Déviation standard 10^- 10 Fraction d anisotropie 1 2 7,49 0,654 0,208 9,95 0,615 0, ,83 0,665 0, ,72 0,534 0,148 7,79 0,498 0,163

11 Volontaires ADC 10^-10 Déviation standard 10^- 10 Fraction d anisotropie 1 7,64 0,893 0, ,56 0,626 0,161

12 - Résultats Les coefficients de variation pour les mesures de la diffusion sont inférieurs à 1%. La valeur moyenne obtenue est d environ 8.10^(-10). Il existe une faible différence entre les valeurs à droite et à gauche (8,15.10^(-10) contre 7,93.10^(-10)) La fraction d anisotropie moyenne est d environ 0,18. - Discussion Il existe une faible différence entre les valeurs à droite et à gauche : 8,15.10^(-10) contre 7,93.10^(-10) La différence est non significative d après le test de Wilcoxon, sous réserve du faible échantillon étudié jusqu à présent.

13 Les mesures d ADC sont reproductibles en IRM 3T sur des noyaux gris centraux chez des volontaires sains Cette étude est préliminaire à une étude qui a pour but de comparer, chez des patients sains, la spectroscopie en IRM 3T et 1.5T, de manière quantitative: nous vous invitons à consulter les premiers résultats décrit sur le poster des JFR 2010 Comparaison de la spectroscopie cérébrale proton à 1.5 et 3T, par G. Hossu

14 Bammer R., Basic principles of diffusion-weighted imaging, European Journal of Neuroraiology, 2003, 45: Cihangiroglu M., High b-value diffusion-weighed MR imaging of normal brain at 3T, European Journal of Radiology, 2009, 69: Kremer S., Imagerie de diffusion: principes et applications cliniques, Journal de Radiologie,2007, 88: Seo H. S., High b-value Diffusion (b = 3000 s/mm²) MR Imaging in Cerebral Gliomas at 3T: Visual and Quantitative Comparisons with b = 1000 s/mm², AJNR Am J Neuroradiology, mars 2008, 29:458-63

Diffusion : Technique

Diffusion : Technique Diffusion : Technique 1. Connaître les principes 2. Comprendre l intérêt de la quantification 3. Reconnaître certains artéfacts Pr Catherine Oppenheim Département d Imagerie Morphologique et Fonctionnelle,

Plus en détail

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM:

a. Rappels généraux sur le cholestéatome en IRM: Calcul de l ADC: un nouvel outil dans le diagnostic de cholestéatome. S. THIRIAT, S. RIEHM, S. KREMER, F. VEILLON PLAN: 1. Introduction. 2. Protocole. 3. Résultats. 4. Discussion. 5. Conclusion. 6. Bibliographie.

Plus en détail

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr ARTICULATION RECHERCHE EN IMAGERIE NANCY Recherche Fondamentale Pr. Jacques Felblinger Recherche

Plus en détail

Neuroradiologie CHU BREST

Neuroradiologie CHU BREST Dr Douraied BEN SALEM Dr Douraied BEN SALEM Neuroradiologie CHU BREST Définition Principaux artéfacts Artéfacts de déplacement chimique Artéfacts de troncature (artéfact de Gibbs) Artéfacts de susceptibilité

Plus en détail

Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous. chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques

Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous. chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques Etude de la réserve vasculaire cérébrale par 3D pseudocontinuous Arterial Spin Labeling chez des patients porteurs de sténoses artérielles symptomatiques M Tisserand (1,3), S Foscolo (1,3), E Schmitt (1),

Plus en détail

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES ETUDE RETROSPECTIVE CHEZ 30 PATIENTS N. Hoarau, J. Gabrillargues, B. Claise, B. Jean,

Plus en détail

substance blanche dans le bilan préopératoire des lésions cérébrales neurochirurgicales

substance blanche dans le bilan préopératoire des lésions cérébrales neurochirurgicales Apport de la cartographie des fibres de substance blanche dans le bilan préopératoire des lésions cérébrales neurochirurgicales C Delmaire 1, S Lehéricy 1, A Carpentier 2, L Capelle 2, H Duffau 2, M Ducros

Plus en détail

Sclérose en Plaques (SEP)

Sclérose en Plaques (SEP) Sclérose en Plaques (SEP) La SEP est une affection inflammatoire et dégénérative du système nerveux central,d étiologie inconnue,touchant avec prédilection la substance blanche et se caractérisant par

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Ictus amnésique: l IRM au bon moment!

Ictus amnésique: l IRM au bon moment! Ictus amnésique: l IRM au bon moment! M. Lahutte-Auboin, E. Pons, B. Ba, L. Valbousquet, A. Frison-Roche, P. Calcina. Service de Radiologie H.I.A. du Val-de-Grâce PARIS INTRODUCTION Patient âgé de 57 ans

Plus en détail

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls»

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Journée d Automne de la société gérontologique de Normandie Vendredi 21 Octobre 2011 Amélie BREMARE (1), Dr VELE (2) (1) Interne Médecine Physique et

Plus en détail

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION J Baud, F Belloy, B Richter, G de la Gastine, M Jokic, M Hamon CHU Caen France Service de Neuroradiologie INTRODUCTION Le syndrome des

Plus en détail

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion REVUES GENERALES Neurologie D. CALVET 1, C. OPPENHEIM 2, J.L. MAS 1 1 Service de Neurologie, 2 Service de Neuroradiologie, Hôpital Sainte-Anne, PARIS. Infarctus cérébral et AIT: scanner ou IRM en première

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas

Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas S. Chanalet 1, C. Raffaelli 1, M. Borg 2, C. Wattine 1, B. Padovani 1 1: Service de Radiologie,

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

IRM DE FLUX EN CONTRASTE DE PHASE

IRM DE FLUX EN CONTRASTE DE PHASE IRM DE FLUX EN CONTRASTE DE PHASE Application au LCS G. GASCOU, E. LE BARS, Dr H. BRUNEL, Pr A. BONAFE Service de Neuroradiologie CHU Guy de Chauliac MONTPELLIER Intérêts Analyse qualitative et quantitative

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

Techniques IRM avancées en neuroradiologie

Techniques IRM avancées en neuroradiologie Techniques IRM avancées en neuroradiologie (Texte proche de celui de la Conférence du 17 Avril 2009) Professeur Jean Pierre PRUVO, Service de Neuroradiologie, CHU Lille, Faculté de médecine, Université

Plus en détail

place d un protocole jusqu à la réalisation d une image

place d un protocole jusqu à la réalisation d une image Neurocampus Baudot Comment fonctionne le plateau technique IRM? Neurocampus Baudot 1) Les possibilités techniques 2) En pratique: de la mise en place d un protocole jusqu à la réalisation d une image IRM

Plus en détail

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie.

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. P.Varlet. Hopital Sainte Anne et Inserm U752 Paris V. PLAN Structure spatiale

Plus en détail

Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par. Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA

Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par. Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA Lymphomes Cérébraux Primitifs: Intérêt de la Spectroscopie par Resonance Magnetique C H Besada; D Santa Cruz,; J A Funes; R García Mónaco Buenos Aires. ARGENTINA Objectifs Montrer l apport de la Spectroscopie

Plus en détail

Intérêts de l'irm corps entier avec

Intérêts de l'irm corps entier avec Intérêts de l'irm corps entier avec séquences de diffusion en Oncolgie JC JOUVET 1, V THOMSON 1, M YANES 1, C JOURNE 1, M BAKIR 1,M DURIEUX 1, F DURUPT 2, Y BERTHEZENE 1 1. Service de Radiologie, Hôpital

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

Clinical Spotlight. Arterial Spin Labelling (ASL) dans le suivi de l AVC. Approche non invasive pour le suivi d un AVC sans injection de Gadolinium

Clinical Spotlight. Arterial Spin Labelling (ASL) dans le suivi de l AVC. Approche non invasive pour le suivi d un AVC sans injection de Gadolinium Clinical Spotlight Arterial Spin Labelling (ASL) dans le suivi de l AVC J0 DWI b1000 J12 FLAIR T2 J12 Cerebral Blood Flow Approche non invasive pour le suivi d un AVC sans injection de Gadolinium Imagerie

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique

Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique A. Urbanik, J. Kozub, B. Sobiecka, I. Herman- Sucharska, M. Grzybek Département de Radiologie Collegium Medicum de

Plus en détail

Mécanismes de contraste, séquences de pulses et techniques spécifiques à

Mécanismes de contraste, séquences de pulses et techniques spécifiques à Mécanismes de contraste, séquences de pulses et techniques spécifiques à l'imagerie cardiaque 13-12-2012 Beaujon - Radiologie INSERM CRB3 (U773) Contraste en T 2 Short Echo-Time Long Echo-Time signal CSF

Plus en détail

Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé. Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris

Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé. Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris 1. Faut-il explorer une démence en imagerie? Imaging the brain in dementia : expensive

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

IRM de diffusion du parenchyme cérébral ischémique aigu

IRM de diffusion du parenchyme cérébral ischémique aigu * Département d imagerie morphologique et fonctionnelle, Pr Daniel Frédy, centre hospitalier Sainte-Anne, Paris. IRM de diffusion du parenchyme cérébral ischémique aigu C. Oppenheim*, J.-F. Méder* Les

Plus en détail

L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas)

L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas) L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas) N. Cherif Idrissi El Ganouni1, L. Akka1, H. Jaafari2, N. Kissani2, O. Essadki1, A.Ousehal1. (1) Service de radiologie, (2) service

Plus en détail

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate

Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate Apport du couple IRM - échographie de contraste avant biopsie de prostate X. Coutouly, V. Perot, G. Rigou, G. Robert, C. Calvet, N Grenier - hôpital Pellegrin CHU Bordeaux -FRANCE- BUT DE L ETUDE Déterminer

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique

Imagerie par résonance magnétique Imagerie par résonance magnétique Pierre Maurel (pierre.maurel@irisa.fr) Cours IM 32 / 88 Magnétisme nucléaire Spin : "Un petit aimant tournant sur lui-même" Pierre Maurel (pierre.maurel@irisa.fr) Cours

Plus en détail

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Spectroscopie par résonance magnétique Aspects théoriques et pratiques Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Objectifs - Comprendre les bases de la spectroscopie - Maitriser

Plus en détail

IRM colique. Valérie CROISE-LAURENT

IRM colique. Valérie CROISE-LAURENT IRM colique Valérie CROISE-LAURENT Avantages o Absence d irradiation o Excellent contraste o Indications n Sujets jeunes n Multiples contrôles d imagerie n MICI connue : Enjeu thérapeutique +++++ Objectifs

Plus en détail

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE G BIERRY, F JEHL, A NEUVILLE, P ROBERT, S KREMER, A GANGI, JL DIETEMANN Services de Radiologie, de Bactériologie,

Plus en détail

DEFICIT EN COMPLEXE V DE LA CHAINE RESPIRATOIRE: signes évocateurs en neuro-imagerie

DEFICIT EN COMPLEXE V DE LA CHAINE RESPIRATOIRE: signes évocateurs en neuro-imagerie DEFICIT EN COMPLEXE V DE LA CHAINE RESPIRATOIRE: signes évocateurs en neuro-imagerie M. Devaux-Bricout (1), A.S. Lèbre (3), D. Grévent (2), P De Lonlay(4), I Desguerre (4), D. Loisel (1), B. Delorme (1),

Plus en détail

Bruot olivier CHU Brabois Nancy

Bruot olivier CHU Brabois Nancy Bruot olivier CHU Brabois Nancy 1. Les principes l imagerie de diffusion 1. Principes physiques 2. Principes d interprétations 2. Protocole d acquisition 3. Réalisation et intérêts de la virtuel Pet MRI

Plus en détail

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France

G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale. Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, France 1 Sx Rectum, logiciel d'aide au diagnostic dédié au rectum : résultats préliminaires. G Abboud, N Colignon, C Dromain, N Hamrit, F Bidault, S Canale Département d Imagerie Médicale, Institut Gustave-Roussy,

Plus en détail

Imagerie du nerf facial intraparotidien en tenseur de diffusion

Imagerie du nerf facial intraparotidien en tenseur de diffusion Imagerie du nerf facial intraparotidien en tenseur de diffusion A.Attyé 1,2 -I.Troprès 2 -A.Karkas 3 -S.Grand 1 -L.Lamalle 2 -G.Bettega 4 -C.Righini 3 -A.Krainik 1,2 1-Clinique Universitaire de Neuroradiologie

Plus en détail

IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES

IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES 14 DÉCEMBRE 2015 IRM HÉPATIQUE LES SÉQUENCES INDISPENSABLES P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI Objectifs Définir un protocole pour

Plus en détail

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 1. Service d Imagerie Médicale, Clinique d Eich CHL Luxembourg 2. Service d Imagerie Guilloz (Pr.Blum),

Plus en détail

Imagerie par Résonance Magnétique : bases physiques

Imagerie par Résonance Magnétique : bases physiques Imagerie par Résonance Magnétique : bases physiques Pr I. Peretti service de biophysique et médecine nucléaire CHU Lariboisière Faculté de médecine Paris-Diderot P2 biophysique Généralités sur l IRM Un

Plus en détail

Compléments de Radiologie RDGN Topic 3: substance blanche cérébrale

Compléments de Radiologie RDGN Topic 3: substance blanche cérébrale Compléments de Radiologie RDGN 2130 Secteur de NEURORADIOLOGIE Topic 3: substance blanche cérébrale Dr. Thierry Duprez Professeur Clinique UCL-St-Luc Thierry.Duprez@uclouvain.be http://www.saintluc.be

Plus en détail

Ischémie Cérébrale. Quid des séquences classiques

Ischémie Cérébrale. Quid des séquences classiques Ischémie Cérébrale Quid des séquences classiques Séquences classiques Echo de Spin: T1, T2, FLAIR Echo de Gradient: EG T2 AngioMR TDV: Polygone de Willis + Gado: TSA Echo de Spin T1 Sagittal de repérage:

Plus en détail

Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes

Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes Comparaison IRM (diffusion)/ Morpho-TEP / Biopsie dans l atteinte ostéo-médullaire des lymphomes A. Fairise, O. Bruot, S. Bologna, P. Olivier, J. Mathias, C. Baumann, K. Montagne, V. Laurent, D. Régent

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique

Imagerie par résonance magnétique Imagerie par résonance magnétique Principes, techniques et contrôle de qualité Ir. Laurent Hermoye Unité de radiodiagnostic Nécessité Eviter une utilisation «presse bouton» de l IRM Optimisation des séquences

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM.

Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM. Intérêt de la séquence 3D haute résolution Cube dans la détection du neurinome en IRM. ETUDE DES ANGLES PONTO-CÉRÉBELLEUX : COMPARAISON ENTRE CUBE ET FIESTA C BROCHART, S BLANPAIN, F DEMUYNCK, P MONET,

Plus en détail

e-learning et imagerie :

e-learning et imagerie : e-learning et imagerie ostéo-articulaire : Cas cliniques interactifs en imagerie du pied et de la cheville M. Benisty, D. Hoa, C. Cyteval CHU Montpellier Objectifs 1. Présenter un module d enseignement

Plus en détail

B Dallaudière ¹, M Pouquet ¹, P Piver ², A Faury ¹, PM Preux ³, JP Rouanet 4, A Maubon ¹.

B Dallaudière ¹, M Pouquet ¹, P Piver ², A Faury ¹, PM Preux ³, JP Rouanet 4, A Maubon ¹. Existe t-il une association entre les contractions utérines et l infertilité féminine? Etude préliminaire en IRM. B Dallaudière ¹, M Pouquet ¹, P Piver ², A Faury ¹, PM Preux ³, JP Rouanet 4, A Maubon

Plus en détail

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin Licence de Psychologie (L3S6). 2015 Imagerie cérébrale Florence Perrin Integrative Biology of Neuroregeneration INSERM U1051 Institut des Neurosciences de Montpellier Université Montpellier Web site: http://www.ibn-lab.com/

Plus en détail

MALADIE DE MENIERE: INNOVATIONS DIAGNOSTIQUES EN IRM

MALADIE DE MENIERE: INNOVATIONS DIAGNOSTIQUES EN IRM MALADIE DE MENIERE: INNOVATIONS DIAGNOSTIQUES EN IRM Colloque médicale du jeudi Dr Arnaud ATTYE Clinique universitaire de Neuroradiologie et d IRM RAPPEL HISTORIQUE PROSPER MENIERE 1799-1862 3 CAIRNS AND

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Diffusion : outil important pour l interne de garde en neuro- radiologie

Diffusion : outil important pour l interne de garde en neuro- radiologie Diffusion : outil important pour l interne de garde en neuro- radiologie A. SIWANE, M. BELAMINE, l. BAHBAH, F. TAGHY, S. LEZAR, F. ESSODEGUI Service Central de Radiologie, CHU Ibn Rochd - Casablanca -

Plus en détail

Apprentissage pour l aide au diagnostic en imagerie multi-modalités du cancer

Apprentissage pour l aide au diagnostic en imagerie multi-modalités du cancer Apprentissage pour l aide au diagnostic en imagerie multi-modalités du cancer Carole Lartizien carole.lartizien@creatis.insa-lyon.fr CREATIS, Lyon, France 1 Plan Place de l imagerie médicale dans le diagnostic

Plus en détail

Utilisation de l IRM fonctionnelle pour l étude du fonctionnement du cerveau

Utilisation de l IRM fonctionnelle pour l étude du fonctionnement du cerveau Utilisation de l IRM fonctionnelle pour l étude du fonctionnement du cerveau Michel Dojat UM INSERM-UJF U594, Grenoble, France Une technique de Neuroimagerie Signal psychologie Processus mentaux neuroimagerie

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Physiopathologie de la syringomyélie post-traumatique

Physiopathologie de la syringomyélie post-traumatique Physiopathologie de la syringomyélie post-traumatique traumatique AS RIVIERRE (1), I LOIRET (2), S KREMER (1), C PINELLI (3), E SCHMITT (1), R ANXIONNAT (1), M BRAUN (1), S BRACARD (1) - CHU Nancy - (1)

Plus en détail

Projet d Initiative en Physiologie Humaine :

Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Caractérisation des modifications d'écoulement au niveau des anévrismes : application au traitement des anévrismes cérébraux par embolisation Par : BES Pierre,

Plus en détail

IMAGERIE DU CARTILAGE : Qu apporte le T2 mapping? Chattri.H, Kadi.R, Mathieu.J, Divano.L CHU Brugmann- Bruxelles

IMAGERIE DU CARTILAGE : Qu apporte le T2 mapping? Chattri.H, Kadi.R, Mathieu.J, Divano.L CHU Brugmann- Bruxelles IMAGERIE DU CARTILAGE : Qu apporte le T2 mapping? Chattri.H, Kadi.R, Mathieu.J, Divano.L CHU Brugmann- Bruxelles Cartilage hyalin: Matériel visco-élastique unique ayant une extraordinaire capacité de répartition

Plus en détail

IRM Angio-IRM Cas cliniques

IRM Angio-IRM Cas cliniques IRM Angio-IRM Cas cliniques Xavier Combaz Neuroradiologie diagnostique et Interventionnelle Hôpital de la Timone ! IRM Parenchyme Ischémie Pénombre Saignement Perfusion++ Bilan vasculaire ++ Agitation,

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN MODÈLE ANATOMIQUE COMPLEXE. Géraldine Giraudet

CONSTRUCTION D UN MODÈLE ANATOMIQUE COMPLEXE. Géraldine Giraudet CONSTRUCTION D UN MODÈLE ANATOMIQUE COMPLEXE Géraldine Giraudet POURQUOI POURQUOI MODÉLISER Construction d un modèle numérique 3D utile à l enseignement: Vidéos 3D Compréhension de l anatomie plus facile

Plus en détail

IRM et Imagerie du Tenseur de Diffusion dans la Neuro-Myélite Optique de Devic

IRM et Imagerie du Tenseur de Diffusion dans la Neuro-Myélite Optique de Devic IRM et Imagerie du Tenseur de Diffusion dans la Neuro-Myélite Optique de Devic X.Z. Lin, S. Kremer J. de Seze, J. Jeantroux, F. Blanc, L. Ballonzoli, C. Speeg, J.L. Dietemann Service de Radiologie 2 (X.Z.L.,

Plus en détail

CORRÉLATION IRM GENOU ET ARTHROSCOPIE (A PROPOS DE 120 MALADES)

CORRÉLATION IRM GENOU ET ARTHROSCOPIE (A PROPOS DE 120 MALADES) CORRÉLATION IRM GENOU ET ARTHROSCOPIE (A PROPOS DE 120 MALADES) M. OUALI IDRISSI (1), H. MRABTI (1), N.CHERIF IDRISSI GUANOUNI(1), O.ESSADKI(1), A. OUSEHAL(1), I.ABKARI (2),M. LATIFI(2), H.ESSAIDI (2),

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Les axones exposés sont ceux qui présentent une orientation parallèle et uniforme.

Les axones exposés sont ceux qui présentent une orientation parallèle et uniforme. Les lésions axonales diffuses (LAD) résultent de forces d accélération ou de rotation appliquées au cerveau ; le différentiel d inertie entre les différents constituants réalise le «cisaillement» axonal.

Plus en détail

ref : Feuillets et Journal de radiologie en partie.

ref : Feuillets et Journal de radiologie en partie. Molécules Observables 1. Créatine : reflet de l'homéostasie, valeur constante, sert dans les ratios 2. NAA : Viabilité neuronale 3. Choline : Marqueur membranaire 4. Lipides : débris membranaires 5. Lactates

Plus en détail

INTÉRÊT DE L IMAGERIE DE DIFFUSION DANS L ENCÉPHALOMYÉLITE AIGUE DISSÉMINÉE (ADEM) DE L ENFANT

INTÉRÊT DE L IMAGERIE DE DIFFUSION DANS L ENCÉPHALOMYÉLITE AIGUE DISSÉMINÉE (ADEM) DE L ENFANT INTÉRÊT DE L IMAGERIE DE DIFFUSION DANS L ENCÉPHALOMYÉLITE AIGUE DISSÉMINÉE (ADEM) DE L ENFANT S BEN AICHA,F EL OUNI,H MOULAHI,N ARIFA, S HADDAD, H JEMNI,K TLILI CHU SAHLOUL,SOUSSE,TUNISIE DEFINITION L

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire Problématique de l irradiation α suite à une contamination interne: calculs des doses à l échelle cellulaire M. Elbast 1, F. Petitot 2, A. Saudo 1, V. Holler 3, A. Desbrée 1 1 DRPH/ SDI/ LEDI BP 17-92262

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

Elastographie-IRM pour le diagnostic et la caractérisation des lésions du sein

Elastographie-IRM pour le diagnostic et la caractérisation des lésions du sein UNIVERSITE PARIS-SUD ÉCOLE DOCTORALE : STITS SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DES TELECOMMUNICATIONS ET DES SYSTEMES Laboratoire IR4M (Imagerie par Résonance Magnétique Médicale et Multi-modalités)

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

L Imagerie par Résonance Magnétique

L Imagerie par Résonance Magnétique L Imagerie par Résonance Magnétique Historique I. Résonance Magnétique Nucléaire II. Relaxation et signal RMN III. Formation de l image IV. Contraste et interprétation des images V. Applications de recherche

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH

Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH Comment je fais une entéro IRM? Séance 9 avril 2015 Dr N. COLIGNON - PH Pourquoi? Place de l entéroirm Non invasif, non irradiant Très bonne résolution en contraste Amélioration technique moins d artéfacts,

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir

IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir CHU Henri Mondor IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, R.Raymond, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI Objectifs Comprendre

Plus en détail

Traitements d Images pour la Neuroimagerie

Traitements d Images pour la Neuroimagerie Traitements d Images pour la Neuroimagerie I- Introduction P. Ramette, Cerveau réfléchissant, 2002 Michel DOJAT U836 Introduction Les Neurosciences Neurosciences : ensemble de sciences qui visent à la

Plus en détail

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort

L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort L élastographie ultrasonore dans le dépistage du syndrome des loges d'effort JB. Pialat (1), A. Martinon (1), A Ramain A. Ltaief-boudrigua (1), JF. Luciani (2) (1) Radiologie Ostéo-articulaire (2) Médecine

Plus en détail

IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE et E-LEARNING

IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE et E-LEARNING IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE et E-LEARNING CAS CLINIQUES INTERACTIFS EN NEURORADIOPÉDIATRIE --------- C.Langlois, D. Hoa, A. Roubertie, N. Leboucq, A. Bonafé CHU Montpellier-France IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE

Plus en détail

L échinococcose alvéolaire en France de 1982 à 2005

L échinococcose alvéolaire en France de 1982 à 2005 L échinococcose alvéolaire en France de 1982 à 2005 M Piarroux (1), R Piarroux (1), J Knapp (1), I Capek (2), S Bresson-Hadni (1) et le réseau FrancEchino. (1) FrancEchino, CHU de Besançon (2) InVS Echinococcose

Plus en détail

Pourquoi des IRM toujours plus longs?

Pourquoi des IRM toujours plus longs? brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Pr. Jean-Philippe Ranjeva Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale UMR CNRS 6612, Marseille 2010 Pourquoi des

Plus en détail

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle

Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle Evaluation d un outil de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle B. Lecourtois, J. Frandon, I. Bricault, G. Ferretti Clinique Universitaire de Radiologie et Imagerie Médicale CHU

Plus en détail