Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties"

Transcription

1 Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Cmptabilité réglementaire Crédit Haute directin Institutins Opératins Pupitre de négciatin Le 13 mars 2014 Exigences de marge (cuverture prescrite) pur certaines cnventins d emprunt et de prêt d espèces et de titres Mdificatins apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres CONTEXTE ET HISTORIQUE Apprche générale de l OCRCVM pur l évaluatin des risques de crédit liés aux cntreparties Les règles de l OCRCVM en matière de capital et de marge nt pur but d assurer que les curtiers en placement dispsent d un capital suffisant pur faire face sur demande à leurs bligatins, y cmpris à leurs bligatins envers les clients. Ces règles prtent dnc sur les principaux risques auxquels les curtiers en placement se truvent cnfrntés : le risque de marché et le risque de cntrepartie u de crédit. Le risque de cntrepartie u de crédit a tujurs été minime dans le secteur des valeurs mbilières, car les pératins snt généralement effectuées sur une base de «valeur pur valeur» 1. Autrement dit, de l argent est échangé cntre des titres u inversement, et le curtier en placement cnserve en garantie de l argent u des titres de valeur égale. 1 Les pératins sur la base de «valeur pur valeur» désignent les pératins dans lesquelles la valeur marchande de l argent u des titres que reçit le curtier en placement est égale à la valeur marchande de l argent u des titres qu il livre.

2 Par cnséquent, les exigences en matière de capital mettent l accent sur le risque de marché et prévient les fluctuatins de la valeur marchande des titres. Exceptins à l apprche générale «valeur pur valeur» et exigences crrespndantes Dans certaines situatins, il n est tutefis pas pratique d avir recurs à l apprche «valeur pur valeur» : un curtier en placement dit puvir laisser de l argent en dépôt auprès de certaines institutins de dépôt sans btenir de garantie; un curtier en placement dit puvir détenir des titres dans un lieu de dépôt externe sans btenir de garantie; et un curtier en placement dit puvir furnir une garantie additinnelle mdeste à une cntrepartie, lrsqu il lui emprunte de l argent u des titres, pur éviter d avir à furnir une telle garantie additinnelle pendant la durée de la cnventin, en raisn des fluctuatins du marché. En cnséquence, les règles de l OCRCVM précisent que : des dépôts en espèces ne peuvent être détenus pur les curtiers membres que par une «institutin agréée»; 2 des titres ne peuvent être détenus pur les curtiers membres que dans un «lieu agréé de dépôt de valeurs», cnfrmément à une entente écrite précisant que les titres ne peuvent être utilisés u vendus sans le cnsentement préalable écrit du curtier membre, et que les titres peuvent être rapidement livrés au curtier membre à sa demande; et lrsqu il existe une cnventin d emprunt et de prêt d espèces et de titres entre un curtier membre et une cntrepartie qui est une «institutin agréée» u une «cntrepartie agréée», une garantie additinnelle mdeste peut être furnie à la cntrepartie sans que le curtier membre ait à cnstituer une marge. Exigences actuelles de marge pur les cnventins d emprunt et de prêt d espèces et de titres Cntexte des cnventins de prêt d espèces et de titres Un prêt d espèces u de titres est une cnventin entre un curtier membre et une autre entité (désignée par «cntrepartie»). Le prêt est régi par une cnventin de prêt qui blige l emprunteur à furnir au prêteur une garantie sus frme d espèces, de titres émis par l État u de lettre de 2 La catégrie «institutin agréée» est l une des quatre catégries de cntrepartie u client précisées dans les règles de l OCRCVM en matière de capital et de marge. Les quatre catégries de cntrepartie snt examinées à l Annexe C. apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 2

3 crédit d une banque de l annexe 1, d une valeur égale u supérieure à l argent u aux titres prêtés. Les rganismes de placement cllectif, les cmpagnies d assurance, les caisses de retraite et d autres grandes sciétés de placement snt les principaux prêteurs de titres. L emprunt de titres permet aux fnds spéculatifs u à d autres instruments de placement qui suivent une stratégie de «vente à décuvert» de faire face à leurs bligatins de règlement. Exigences actuelles de marge Les exigences actuelles de marge pur le prêt d espèces u de titres permettent aux curtiers membres de cnclure une cnventin de prêt : sans btenir de garantie, dans le cas d «institutins agréées» 3 ; sur la base d une garantie légèrement excédentaire 4, dans le cas de «cntreparties agréées» 5 ; sur une base de «valeur pur valeur», dans le cas d entités réglementées 6 ; et sur une base d équivalence de la valeur d emprunt 7, dans le cas des «autres» 8 cntreparties. Ces exigences de marge nt pur effet de limiter, dans le cas d une cnventin d emprunt de titres, le mntant de la garantie qui peut être furnie à la cntrepartie. Le tableau suivant illustre cmment les règles de l OCRCVM limitent le mntant de la garantie lrsque le curtier membre emprunte des titres d une valeur marchande de $ : L Annexe C décrit les «institutins agréées». les pératins caractérisées par une garantie légèrement excédentaire snt les pératins dans lesquelles la valeur marchande de l argent u des titres que le curtier en placement furnit en garantie du prêt dépasse légèrement la valeur marchande de l argent u des titres qu il reçit en vertu de la cnventin de prêt. Nrmalement, la garantie excédentaire est de 102 % lrsque le prêt est garanti par de l argent et de 105 % lrsque le prêt est garanti par des titres. L Annexe C décrit les «cntreparties agréées». L Annexe C décrit les «entités réglementées». Les pératins effectuées sur une base d «équivalence de la valeur d emprunt» snt les pératins dans lesquelles la valeur d emprunt de l argent u des titres (c est-à-dire la valeur marchande mins la marge) que le curtier en placement reçit est égale à la valeur d emprunt de l argent u des titres qu il livre. L Annexe C décrit les «autres» cntreparties. apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 3

4 Type de cntrepartie Valeur marchande des titres empruntés Valeur marchande de la garantie qui peut être furnie à la cntrepartie, sans que le curtier membre ait à cnstituer une marge Institutin agréée $ Les curtiers membres peuvent traiter avec les «institutins agréées» sans btenir de garantie. Pur l emprunt de titres, tutefis, la garantie devrait être de : $ [102 %] lrsque de l argent est dnné en garantie; et $ [105 %] lrsque des titres snt dnnés en garantie. Cntrepartie agréée $ $ [102 %] à $ [105 %], seln que de l argent u des titres snt dnnés en garantie. Entité réglementée $ «Valeur pur valeur» u $ [100 %] Autre cntrepartie $ «Équivalence de la valeur d emprunt», sit plus de $ lrsque le curtier membre emprunte à un client des titres d une qualité supérieure à celle des titres dnnés en garantie. mins de $ lrsque le curtier membre emprunte à un client des titres d une qualité inférieure à celle des titres dnnés en garantie. Préccupatins cncernant les exigences actuelles de marge Les exigences actuelles de marge causent deux préccupatins : 1. Les règles actuelles ne précisent pas les exigences de marge pur les cnventins d emprunt et de prêt d espèces et de titres cnclues à titre de mandataire (cnventins pur cmpte); et 2. Les règles actuelles ne cmprtent pas les mêmes exigences de marge pur les cnventins d emprunt et de prêt d espèces et de titres avec les «cntreparties agréées» et pur les cnventins avec les «entités réglementées». Cnventins de mandat Depuis un an, de mins en mins de curtiers membres cncluent une cnventin d emprunt et de prêt d espèces et de titres directement avec la cntrepartie. Ils semblent privilégier la cnventin de mandat. Seln cette frmule, le curtier membre cnclut une cnventin d emprunt et de prêt d espèces et de titres avec un dépsitaire qui représente la cntrepartie ultime. Les cnventins pur cmpte présentent les caractéristiques suivantes : Un dépsitaire admissible à titre d «institutin agréée» administre un prgramme de prêt pur le cmpte de ses clients; apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 4

5 Cnfrmément à la cnventin de mandat : Le dépsitaire détient la garantie du prêt que le curtier membre dit furnir seln la cnventin, sans puvir la remettre en nantissement; Le dépsitaire ne peut mettre la garantie du prêt à la dispsitin de la cntrepartie ultime que si le curtier membre manque à ses bligatins; La cnventin de mandat peut être cnsidérée cmme un «cntrat financier admissible» en vertu des lis du Canada sur la faillite, l inslvabilité et les drits des créanciers, si bien que le cntrat est maintenu en cas d inslvabilité de tute partie au cntrat. Cmpte tenu de ces caractéristiques, le persnnel de l OCRCVM a jugé que le risque n était pas plus grand pur le curtier membre, qu il cnclue une cnventin de mandat u qu il cnclue directement une cnventin équivalente avec la même cntrepartie ultime. Le risque purrait même être inférieur puisque le curtier membre : ne s expsera pas au gel de sa garantie si la cntrepartie ultime devient inslvable; et purra avir accès rapidement à sa garantie si le dépsitaire devient inslvable, parce que la cnventin de mandat est cnsidérée cmme un «cntrat financier admissible». Les Ntes et directives des Tableaux 1 et 7 du Frmulaire 1 des curtiers membres ne fnt pas mentin des cnventins de mandat et ne recnnaissent pas nn plus que le risque de ces cnventins est équivalent à celui des cnventins de cntrepartiste. Par cnséquent, les curtiers membres snt tenus, en vertu des règles actuelles de marge de l OCRCVM, de cnstituer pur les cnventins de mandat une marge additinnelle représentant jusqu à 3 % de la valeur marchande du prêt. Exigences de marge différentes pur les cnventins cnclues avec une «cntrepartie agréée» et pur celles cnclues avec une «entité réglementée» D une manière générale, les règles de l OCRCVM encuragent les curtiers membres à traiter avec les autres curtiers réglementés sur une base de «valeur pur valeur». Cela s applique actuellement à tutes les cnventins d emprunt et de prêt d espèces et de titres entre un curtier membre et : un autre curtier membre; et un autre curtier cnsidéré cmme une «entité réglementée», cmme un curtier membre de la FINRA. Il est maintenant curant d exiger des curtiers membres une garantie supérieure au mntant du prêt lrsqu ils cncluent une cnventin d emprunt et de prêt d espèces et de titres avec des curtiers étrangers, même si ces derniers snt cnsidérés cmme des entités réglementées seln les règles de marge de l OCRCVM. apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 5

6 Les règles actuelles de l OCRCVM qui s appliquent aux cnventins d emprunt et de prêt d espèces et de titres dans lesquelles la cntrepartie est une «cntrepartie agréée» permettent de furnir une garantie excédentaire représentant entre 102 % et 105 % du mntant du prêt sans avir à cnstituer une marge additinnelle. Cmme le risque de crédit pur les «cntreparties acceptables» et le risque de crédit pur les «entités réglementées» snt traités de la même façn dans tus les autres cas, il n y a pas de raisn, du pint de vue du risque, pur qu une garantie excédentaire mdique ne sit pas permise, sans la même dispense de marge, dans une cnventin d emprunt et de prêt d espèces et de titres, lrsque la cntrepartie est une «entité réglementée». Sans une telle dispense, les curtiers membres snt tenus, en vertu des règles actuelles de marge de l OCRCVM, de cnstituer pur ces cnventins une marge allant jusqu à 5 % de la valeur marchande du prêt lrsqu une garantie excédentaire mdique est demandée. DESCRIPTION DÉTAILLÉE DU PROJET DE MODIFICATION Objectif du prjet de mdificatin L bjectif du prjet de mdificatin est de permettre à un curtier membre de furnir une garantie excédentaire mdique à la cntrepartie (u à sn mandataire) sans avir à cnstituer une marge lrsqu il cnclut une cnventin d emprunt u de prêt d espèces et de titres avec une «cntrepartie agréée» u une «entité réglementée». La garantie excédentaire ne dit pas dépasser : 102 % du mntant du prêt lrsque celui-ci est garanti par de l argent; et 105 % du mntant du prêt lrsque celui-ci est garanti par des titres. Descriptin du prjet de mdificatin Dans ce but, il est prpsé de mdifier cmme suit les Ntes et directives des Tableaux 1 et 7 ainsi que du Tableau 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres : Mdifier la définitin de l «insuffisance pur l excédent de garantie» qui figure à la Nte 2 des Ntes et directives des Tableaux 1 et 7, pur que la marge ne s applique que si la garantie furnie dépasse : 102 % du mntant du prêt lrsque celui-ci est garanti par de l argent; et 105 % du mntant du prêt lrsque celui-ci est garanti par des titres. Ajuter une nte 5(b) aux Ntes et directives des Tableaux 1 et 7 pur préciser que l exigence de marge est la même pur certaines cnventins admissibles d emprunt et de prêt d espèces et de titres cnclues à titre de mandataire (cnventins de mandat) et la cnventin équivalente de cntrepartiste. Mdifier la nte 6(b) des Ntes et directives des Tableaux 1 et 7 pur fixer «l insuffisance de la valeur au curs du marché» cmme exigence de marge standard pur les cnventins de apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 6

7 revente et de rachat avec des «cntreparties agréées» et des «entités réglementées». Même si les règles actuelles permettent une garantie excédentaire pur certaines cnventins de revente et de rachat avec des «cntreparties agréées», le persnnel de l OCRCVM recmmande de revir cette exigence de marge pur que «l insuffisance de la valeur au curs du marché» remplace «l insuffisance pur l excédent de garantie» vu que : la furniture d une garantie excédentaire n est pas une pratique curante dans les cnventins de rachat et de revente; permettre la furniture d une garantie excédentaire dans les cnventins de rachat et de revente irait à l encntre de la prpsitin de la Banque du Canada de limiter à l avenir ses cnventins. Revir le Tableau 7a pur appliquer aux «cntreparties agréées» et aux «entités réglementées» les critères de cncentratin visant la garantie supplémentaire qui, actuellement, tuchent seulement les «cntreparties agréées». PROBLÈMES ET SOLUTIONS DE RECHANGE ENVISAGÉES Aucune slutin de rechange au prjet de mdificatin n a été envisagée. COMPARAISON AVEC DES DISPOSITIONS SEMBLABLES Canada Bureau du surintendant des institutins financières La Ligne directrice B-4 du BSIF stipule que les prêteurs devraient en tut temps détenir une garantie suffisante pur se prtéger cntre le risque asscié au prêt de titres. Lrsque la ligne directrice a été publiée en septembre 1996, elle stipulait que la garantie serait jugée suffisante si elle représentait au mins 105 % de la valeur marchande des titres prêtés. Ce purcentage a été changé pur 102 % en avril 2007, dans les cas ù la garantie est sus frme d argent. Autrités canadiennes en valeurs mbilières L article 2.12 du Règlement stipule que les rganismes de placement cllectif divent btenir une garantie représentant au mins 102 % de la valeur marchande des titres prêtés. Cette exigence est basée sur celle de la Ligne directrice B-4 du BSIF. États-Unis La règle 15c3-1(c) (2) (iv) (B)/09 de la li Securities Exchange Act de 1934 stipule que les déficits de plus de 5 % sur le prêt de titres (ce qui représente une garantie excédentaire de 105 %) divent être pris en cmpte dans le calcul du capital réglementaire net du curtier. Cette règle ne fait pas la distinctin entre le cas ù le curtier garantit le prêt au myen d argent et celui ù il garantit le prêt au myen de titres. apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 7

8 RÉPERCUSSIONS DU PROJET DE MODIFICATION SUR LA STRUCTURE DES MARCHÉS, LES COURTIERS MEMBRES, LES COURTIERS NON MEMBRES, LA CONCURRENCE ET LE COÛT DE LA CONFORMITÉ Le prjet de mdificatin aura pur effet de clarifier et de préciser les dispsitins de l Annexe et les calculs requis de cncentratin, au bénéfice des curtiers membres. Le prjet de mdificatin ne devrait avir aucun effet sur la structure des marchés financiers, la cncurrence en général, le cût de la cnfrmité et la cnfrmité aux autres règles. Il ne permet aucune discriminatin injuste vis-à-vis des clients, des émetteurs, des curtiers, des membres u d autres persnnes. Par ailleurs, il n impse en matière de cncurrence aucun fardeau réglementaire qui n est pas à la fis nécessaire u apprprié dans la pursuite des bjectifs cidessus. CLASSIFICATION DES RÈGLES ET MODIFICATIONS, ET DÉPÔT DANS D AUTRES TERRITOIRES L OCRCVM juge que le prjet de mdificatin est à sumettre à la cnsultatin publique. Il sera dnc publié en vue de cmmentaires. Le prjet de mdificatin sera dépsé auprès de chacune des autrités de recnnaissance de l OCRCVM, cnfrmément, à l article 3 du prtcle d examen cnjint des règles figurant dans l rdnnance de recnnaissance pertinente de l OCRCVM. APPEL À COMMENTAIRES AUPRÈS DU PUBLIC Des cmmentaires snt sllicités sur le prjet de mdificatin. Les cmmentaires devraient être frmulés par écrit. Deux exemplaires de chaque lettre de cmmentaires snt à remettre d ici le 11 juin 2014 (sit 90 jurs après la date de publicatin de cet avis). Un exemplaire devrait être adressé à l attentin de : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres Organisme canadien de réglementatin du cmmerce des valeurs mbilières 121, rue King Ouest, bureau 2000 Trnt (Ontari) M5H 3T9 Un deuxième exemplaire devrait être adressé à l attentin du : Chef du Service de la réglementatin des marchés Cmmissin des valeurs mbilières de l Ontari 19 e étage, C. P , rue Queen Ouest Trnt (Ontari) M5H 3S8 apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 8

9 Il est prté à l attentin des persnnes qui présentent des lettres de cmmentaires qu une cpie sera mise à la dispsitin du public sur le site Internet de l OCRCVM ( sus l nglet «Manuel de réglementatin de l OCRCVM Règles des curtiers membres Prpsitins en matière de plitiques». Annexes Annexe A - Annexe B - Annexe C - Prjet de mdificatin des Tableaux 1, 7 et 7A [et des Ntes et directives cnnexes] du Frmulaire 1 des curtiers membres Prjet de mdificatin des Tableaux 1, 7 et 7A [et des Ntes et directives cnnexes] du Frmulaire 1 des curtiers membres VERSION SOULIGNÉE Examen des quatre types de cntreparties définies dans les règles de marge et de capital de l OCRCVM apprtées aux Tableaux 1, 7 et 7A du Frmulaire 1 des curtiers membres 9

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnnes-ressurces : Jamie Bulnes Directeur de la plitique de réglementatin des membres 416 943-6928 jbulnes@iirc.ca Answerd Ramcharan

Plus en détail

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation.

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation. N Titre LCH.Clearnet SA Instructin V.4-1 COUVERTURES DES TRANSACTIONS DE PENSIONS LIVREES TRIPARTITES (Méthde de calcul des Cuvertures) CHAPITRE 1 CHAMP D APPLICATION Article 1 Dispsitins générales Dans

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021)

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021) Intrductin Ce plan pluriannuel expse les grandes lignes de la stratégie des Services à l enfance Grandir ensemble pur prévenir et éliminer les bstacles à l accessibilité afin de répndre aux exigences actuelles

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

5.2 Améliorations au processus de réexamen

5.2 Améliorations au processus de réexamen 5.2 Améliratins au prcessus de réexamen Intrductin Le CCWG-Respnsabilité prpse un certain nmbre de réfrmes clés au prcessus de demande de réexamen de l'icann, par lequel le Cnseil d'administratin de l'icann

Plus en détail

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre Règles des courtiers membres Personne-ressource : Answerd Ramcharan Chef de l information financière Politique de réglementation des membres 416

Plus en détail

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises Assurance vie Résumé chapitre 8 Assurance vie pur entreprises Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. Les entreprises

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS DE TOURNAGE

DEMANDE DE PERMIS DE TOURNAGE DEMANDE DE PERMIS DE TOURNAGE (MAISON DE PRODUCTION) (ADRESSE) Identifiée ci-après cmme Ici dûment représentée par (Nm en lettres mulées du respnsable de la demande) Cnvient et s engage

Plus en détail

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF 1 1. Principe a. Qu entend-n par directives cmmunales? b. Intérêt de la

Plus en détail

Fiche n 4 : La convention annuelle

Fiche n 4 : La convention annuelle Fiche n 4 : La cnventin annuelle Champ d applicatin 1. Opérateurs cncernés 2. Prduits cncernés 3. Durée de la cnventin annuelle 4. Date de cnclusin de la cnventin annuelle Cntenu de la cnventin annuelle

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

Checklist: e-commerce et protection du consommateur

Checklist: e-commerce et protection du consommateur Checklist: e-cmmerce et prtectin du cnsmmateur crsslaw s checklists Date : 1 er juin 2014 Versin 1.1 Tags : e-cmmerce, ICT Law Françis Cppens Françis est cllabrateur senir chez crsslaw. Il se spécialise

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 COMMUNICATION DES FAIBLESSES DU CONTRÔLE INTERNE AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET A LA DIRECTION Intrductin (Applicable aux audits d états financiers

Plus en détail

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs Plitique d investissement de la MRC de Caniapiscau Jeunes prmteurs Adptée le 15 septembre 2015 JEUNES PROMOTEURS Ce prgramme vise à aider les jeunes entrepreneurs (18-40 ans) à créer, à acquérir u à assurer

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017 COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT Syndicat des emplyés et emplyées de l Université Laval et Université Laval RÈGLES DE FONCTIONNEMENT 2016-2017 Date d entrée en vigueur : le 1 er mai 2016 MEMBRES DU COMITÉ Bénédicte

Plus en détail

NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR

NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR NOTE RELATIVE A LA QUESTION DU DECES DU PARTICULIER EMPLOYEUR Dans le cadre de la rupture d un cntrat de travail du fait du décès d un particulier emplyeur, un certain nmbre de frmalités snt à accmplir

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID CONDITIONS GENERALES RES PREPAID 1. Intrductin & définitins RES est un réseau d entreprises lcales, de PME, u de cmmerçants et persnnes qui exercent des prfessins libérales. Les particuliers snt encuragés

Plus en détail

Au plus tard le 15 décembre 2014

Au plus tard le 15 décembre 2014 Tableau synthèse de la Li favrisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestatins déterminées du secteur municipal (PL3) (en vigueur depuis le 5 décembre 2014) 15 décembre 2014

Plus en détail

Banque Scotia Charte Comité de direction et d'évaluation des risques

Banque Scotia Charte Comité de direction et d'évaluation des risques Banque Sctia Charte Cmité de directin et d'évaluatin des risques Attributins, bligatins et respnsabilités du Cmité de directin et d'évaluatin des risques du cnseil d'administratin («le cmité»). A. Mandat

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle Vers une Assemblée Natinale du XXIème siècle Le Plan d actin de l Assemblée Natinale pur le Partenariat pur un guvernement uvert Préface du Président de l Assemblée Natinale, Claude Bartlne Parallèlement

Plus en détail

La rupture conventionnelle du CDI

La rupture conventionnelle du CDI La rupture cnventinnelle du CDI Préambule La li du 25 juin 2008 prtant mdernisatin du marché du travail a instauré un nuveau mde de rupture du cntrat de travail à durée indéterminée (en plus de la démissin

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ)

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ) L Assciatin pur l exprtatin du livre canadien Prgramme d aide à la cmmercialisatin des drits à l étranger (PACDÉ) Lignes directrices 2010-2011 Date limite pur la réceptin des demandes : le jeudi 1 er avril

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

LES DEPRECIATIONS DES TITRES. Evaluation des dépréciations relatives aux titres selon leur catégorie. Notion de plus-value et de moins-value latente.

LES DEPRECIATIONS DES TITRES. Evaluation des dépréciations relatives aux titres selon leur catégorie. Notion de plus-value et de moins-value latente. LES DEPRECIATIONS DES TITRES Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Evaluatin des dépréciatins relatives aux titres seln leur catégrie. Ntin de plus-value et de mins-value latente. Ajustement des dépréciatins

Plus en détail

Règlement de la Bourse "Endoscopie au cours des MICI : Recherche chez l'homme et/ou chez l'animal" organisée en 2015 Par la SFED et MSD France

Règlement de la Bourse Endoscopie au cours des MICI : Recherche chez l'homme et/ou chez l'animal organisée en 2015 Par la SFED et MSD France Règlement de la Burse "Endscpie au curs des MICI : Recherche chez l'hmme et/u chez l'animal" rganisée en 2015 Par la SFED et MSD France 1. Cntexte La SFED et MSD France (MSD) décernent en 2015 une burse

Plus en détail

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires?

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires? Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1 Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1. Les irrégularités relevées par la banque Tut d abrd, le lecteur dit savir

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

RÈGLES PARTICULIÈRES 2015-2016 (Application de l article 154 et suivant de la convention collective)

RÈGLES PARTICULIÈRES 2015-2016 (Application de l article 154 et suivant de la convention collective) COMITÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE RÈGLES PARTICULIÈRES 2015-2016 (Applicatin de l article 154 et suivant de la cnventin cllective) Date d entrée en vigueur : le 1 er mai 2015 MEMBRES DU COMITÉ PARITAIRE

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Notice d utilisation du site Internet de l Académie d Agriculture pour les Membres Responsables de Section ou Responsables de Groupe de Réflexion.

Notice d utilisation du site Internet de l Académie d Agriculture pour les Membres Responsables de Section ou Responsables de Groupe de Réflexion. Ntice d utilisatin du site Internet de l Académie d Agriculture pur les Membres Respnsables de Sectin u Respnsables de Grupe de Réflexin. Cette ntice tient lieu de mément. A. Présentatin... 2 B. Premiers

Plus en détail

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés Mdule 9 : Résumé Intrductin aux instruments dérivés Ce mdule intrduit les instruments dérivés, qui snt des titres dnt la valeur dépend directement de la valeur d un actif sus-jacent. Il abrde certains

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS Les dns d œuvres d art à fins caritatives Les artistes snt suvent sllicités pur faire dn d une u de plusieurs de leurs œuvres. Ces demandes peuvent prvenir d rganismes caritatifs, muséaux u autres. Un

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

RÉFLEXION IDÉE D AFFAIRES

RÉFLEXION IDÉE D AFFAIRES RÉFLEXION IDÉE D AFFAIRES 700, bulevard Laure, bureau 231, Sept-Îles (Québec) G4R 1Y1 Tél. : 418 962-7677 Fax : 418 968-2084 desi@deseptiles.cm www.deseptiles.cm Ce dcument sert à vus présenter, vus ainsi

Plus en détail

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent;

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent; Mdule 9 : Résumé Explicatin des aspects de la cnnaissance des activités de l entité qui snt pertinents pur l audit des stcks et descriptin des méthdes d analyse à utiliser pur auditer les stcks L auditeur

Plus en détail

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion Article 74 du Cntrat de gestin : Transmissin du tableau de brd de gestin Pur permettre à la SISP et à la SLRB de suivre la réalisatin des missins du cntrat de gestin de niveau 2, la SISP cmplète et transmet

Plus en détail

Obligations du conseiller

Obligations du conseiller Page 1 de 8 CODE DE CONDUITE DU CONSEILLER COPOLOFF Les Agences d assurance Cplff Inc., Curtiers d assurance-vie Rate Watchers Ltée., Les Agences d assurance Shelly K. Cplff Inc. Le présent Cde de cnduite

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

Gouvernement du Québec et Caisse de dépôt et placement du Québec

Gouvernement du Québec et Caisse de dépôt et placement du Québec Guvernement du Québec et Caisse de dépôt et placement du Québec Entente en matière d infrastructure publique Principes directeurs 1. OBJET DE L ENTENTE La présente entente définit le cadre général et les

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

Réalisation du site Web de L Association pour une Solidarité Syndicale de l'école Polytechnique (ASSEP)

Réalisation du site Web de L Association pour une Solidarité Syndicale de l'école Polytechnique (ASSEP) Réalisatin du site Web de L Assciatin pur une Slidarité Syndicale de l'écle Plytechnique (ASSEP) Appel d ffres pur le chix d un furnisseur 9 décembre 2015 Tables des matières 1. Infrmatin préliminaire

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Addendum belge au prspectus d émissin ADDENDUM DE JUILLET 2010 AU PROSPECTUS D AVRIL 2010 ABERDEEN GLOBAL Sciété d investissement à capital variable de drit luxemburgeis à cmpartiments multiples cnfrme

Plus en détail

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualificatin juridique En applicatin de la directive eurpéenne 2002/92/CE du 9 décembre 2002 sur l intermédiatin en assurance (dite DIA), l article L. 511-1 I du Cde des

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

CONVENTION de HAUT-NIVEAU du joueur intégrant le Pôle Espoir Baseball de.

CONVENTION de HAUT-NIVEAU du joueur intégrant le Pôle Espoir Baseball de. CONVENTION de HAUT-NIVEAU du jueur intégrant le Pôle Espir Baseball de. Rédigée dans le respect des dispsitins du cde du sprt, ntamment ses articles L 231-3, L 231-6, D.221-17, R.221-26 et A. 231-3 à 231-8

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France Règlement de la Burse SNPHPU-MSD 2015 rganisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France 1. Cntexte Le SNPHPU et MSD France (MSD) décernent en 2015 une burse destinée à sutenir des prjets en France dans le dmaine

Plus en détail

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES OCTOBRE 2015 PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX (CFI) CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ

Plus en détail

Concours de bandes dessinées TELUS CyberFuté Crée ta propre bande dessinée et cours la chance de gagner.

Concours de bandes dessinées TELUS CyberFuté Crée ta propre bande dessinée et cours la chance de gagner. Cncurs de bandes dessinées TELUS CyberFuté Crée ta prpre bande dessinée et curs la chance de gagner. Le prgramme TELUS CyberFuté sensibilise les jeunes Canadiens âgés de 8 à 18 ans à la prtectin de leur

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail

Mise à jour le 19 juin 2015 Comité de perfectionnement du personnel de soutien

Mise à jour le 19 juin 2015 Comité de perfectionnement du personnel de soutien Cadre de gestin des activités de perfectinnement pur le persnnel de sutien Mise à jur le 19 juin 2015 Cmité de perfectinnement du persnnel de sutien Cadre de gestin des activités de perfectinnement du

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE et de LICENCE Révisin le 22 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES But... 2 Définitin... 2 Aperçu... 2 Particularités... 3 Crédits de licence... 4 Délai d exécutin

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique Mieux cnnaître le licenciement écnmique 1 ère partie : La ntin de licenciement pur mtif écnmique «Cnstitue un licenciement pur mtif écnmique le licenciement effectué par un emplyeur pur un u plusieurs

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

Appel d Offres ouvert sur offres de prix N 06/2009

Appel d Offres ouvert sur offres de prix N 06/2009 Appel d Offres uvert sur ffres de prix N 06/2009 REFONTE GRAPHIQUE ET FONCTIONNELLE DU SITE WEB INSTITUTIONNEL DU MINISTERE DE LA MODERNISATION DES SECTEURS PUBLICS REGLEMENT DE LA CONSULTATION MMSP/DSI/DSII

Plus en détail

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA.

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA. Winterthur, le 1.1.2010 Cnditins générales GEOBOX SA Technpark Winterthur Jägerstrasse 2 8406 Winterthur 1 Objet du cntrat GEOBOX SA furnit des prestatins à ses clients dans le but d assurer, autant pur

Plus en détail

POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES

POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES POLITIQUE DE GOLF CANADA CONCERNANT LE TRI DU PERSONNEL ET DES BÉNÉVOLES La présente plitique vise à s assurer que l Assciatin Ryale de Glf du Canada, active sus l appellatin de Glf Canada («Glf Canada»)

Plus en détail

Présentation du Médiateur de l'asf

Présentation du Médiateur de l'asf Présentatin du Médiateur de l'asf Interlcutrice attentive et assidue des rganisatins de cnsmmateurs, l'asf est parvenue à des améliratins cncrètes au bénéfice des cnsmmateurs dans le dmaine du crédit destiné

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES FORCES DE TRAVAIL 2009 Module spécial «Accès des jeunes au marché du travail»

ENQUÊTE SUR LES FORCES DE TRAVAIL 2009 Module spécial «Accès des jeunes au marché du travail» Directin générale Statistique et Infrmatin écnmique 44, rue de Luvain - 1000 Bruxelles Numér d entreprise : 0314.595.348 ENQUÊTE CONTINUE SUR LES FORCES DE TRAVAIL Mdule spécial «Accès des jeunes au marché

Plus en détail

PROCEDURE D URGENCE MARCHE SIMPLIFIE DE FOURNITURES ET DE SERVICES COURANTS

PROCEDURE D URGENCE MARCHE SIMPLIFIE DE FOURNITURES ET DE SERVICES COURANTS PROCEDURE D URGENCE MARCHE SIMPLIFIE DE FOURNITURES ET DE SERVICES COURANTS Chapitre I - IDENTIFIANTS A - LA COLLECTIVITE Puvir adjudicateur : LYCEE GEORGES BRASSENS 16 avenue Gerges Brassens CS 80505

Plus en détail

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 1. Type de prcédure Cette prcédure est un marché privé, passé en appel d ffres uvert à l issue de laquelle

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Effets des garanties et dérivés de crédit sur les fonds propres exigibles

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Effets des garanties et dérivés de crédit sur les fonds propres exigibles Circ.-CFB 03/2 Dérivés de crédit Page 1 Circulaire de la Cmmissin fédérale des banques : Effets des garanties et dérivés de crédit sur les fnds prpres exigibles (Dérivés de crédit) du 24 septembre 2003

Plus en détail

Achats de biens et de services

Achats de biens et de services Achats de biens et de services Plitique sur les achats de biens et de services Page 1 de 31 Directive administrative Plitique et prcédure ACHAT DE BIENS ET DE SERVICES Table des matières 1. 2. 3. 4. 5.

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail

Termes de références. Etude de faisabilité. Intégration de solutions de mobilité

Termes de références. Etude de faisabilité. Intégration de solutions de mobilité Termes de références Etude de faisabilité Intégratin de slutins de mbilité Date limite 07/06/2013 Pays : Tunisie Institutin : Secteur : Micrfinance Partenaire : Unin Eurpéenne Date d émissin : 22/05/2013

Plus en détail

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose?

>> Concrètement, qu est-ce que l Assurance Maladie Risques Professionnels vous propose? En France, les trubles muscul-squelettiques (TMS) snt la première cause de maladie prfessinnelle recnnue (plus de 87 %) et leur nmbre a augmenté de 60 % en 10 ans. Ces pathlgies tuchent tutes les entreprises

Plus en détail

MESURE INCITATIVE CANADA-ITALIE POUR LE CODÉVELOPPEMENT DE PROJETS DOCUMENTAIRES PRINCIPES DIRECTEURS 2015-2016

MESURE INCITATIVE CANADA-ITALIE POUR LE CODÉVELOPPEMENT DE PROJETS DOCUMENTAIRES PRINCIPES DIRECTEURS 2015-2016 MESURE INCITATIVE CANADA-ITALIE POUR LE CODÉVELOPPEMENT DE PROJETS DOCUMENTAIRES PRINCIPES DIRECTEURS 2015-2016 Mesure incitative Canada-Italie pur le cdévelppement de prjets dcumentaires La Mesure incitative

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

Projet de note d orientation concernant le contrôle diligent à suivre par les placeurs

Projet de note d orientation concernant le contrôle diligent à suivre par les placeurs Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Financement des entreprises Haute directin Persnne-ressurce

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Règlement de la Bourse HOPIPHARM MSD organisée en 2016 par le SYNPREFH et MSD France

Règlement de la Bourse HOPIPHARM MSD organisée en 2016 par le SYNPREFH et MSD France Règlement de la Burse HOPIPHARM MSD rganisée en 2016 par le SYNPREFH et MSD France 1. CONTEXTE Le SYNPREFH et MSD France (MSD) décernent en 2016 une burse destinée à sutenir des prjets en France dans le

Plus en détail

Déplacements. Table des matières

Déplacements. Table des matières Table des matières 1. Intrductin 2 2. Principes généraux 3 3. Smmaire des allcatins de déplacement 4 4. Services de vyages des députés 5 5. Vyageurs autrisés 6 6. Système de pints de déplacement 7 7. aériens

Plus en détail

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les Lignes directrices aux fins d ctryer une aide financière aux OBNL lcataires dans des immeubles nn résidentiels impsables œuvrant dans les dmaines de l art et de la culture, du dévelppement scial et cmmunautaire

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Monsieur RONZONI Philippe représentant de l Hôpital Dieudonné Collomp de Banon

CONTRAT DE SEJOUR. Monsieur RONZONI Philippe représentant de l Hôpital Dieudonné Collomp de Banon CONTRAT DE SEJOUR Cntrat de séjur entre les sussignés : Mnsieur RONZONI Philippe représentant de l Hôpital Dieudnné Cllmp de Bann D une part, et Madame Ou Mnsieur Et/pur Madame, Mademiselle, Mnsieur, En

Plus en détail

PÉTITIONS ÉLECTRONIQUES GUIDE POUR LA CRÉATION ET LA

PÉTITIONS ÉLECTRONIQUES GUIDE POUR LA CRÉATION ET LA PÉTITIONS ÉLECTRONIQUES GUIDE POUR LA CRÉATION ET LA SOUMISSION D UNE PÉTITION CHAMBRE DES COMMUNES CANADA Chaque pétitin cmmence par une idée et franchit différentes étapes avant d être signée et présentée

Plus en détail

Le maniement de deniers publics par les collaborateurs du régisseur

Le maniement de deniers publics par les collaborateurs du régisseur Le maniement de deniers publics par les cllabrateurs du régisseur La règle :. Tute autre persn cmptable public, manie directement u indirectement des fnds publics, sit en intervenant dans ualifié de gestinnaire

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES Entre : Le Département des Yvelines, représenté par M. Alain SCHMITZ, Président du Cnseil Général, agissant en cette qualité en vertu d une délibératin

Plus en détail

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3 3 Date de publicatin Objet Id du dcument Juillet 2013 Prescriptins de travail à l attentin des FST u des sciétés utilisatrices et de mandataires accrédités Prescriptins prtant sur les travaux dans les

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SOUSCRIPTION RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DES AVOCATS FIDUCIAIRES ET ASSURANCE AU PROFIT DE QUI IL APPARTIENDRA

QUESTIONNAIRE DE SOUSCRIPTION RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DES AVOCATS FIDUCIAIRES ET ASSURANCE AU PROFIT DE QUI IL APPARTIENDRA 1 QUESTIONNAIRE DE SOUSCRIPTION RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DES AVOCATS FIDUCIAIRES ET ASSURANCE AU PROFIT DE QUI IL APPARTIENDRA RA A. INFORMATIONS GENERALES SUR LES AVOCATS FIDUCIAIRES Nm du

Plus en détail