Panorama des lois fiscales pour 2014 (Déc.2013)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Panorama des lois fiscales pour 2014 (Déc.2013)"

Transcription

1 12 janvier 2014 Panorama des lois fiscales pour 2014 (Déc.2013) 31 rue des Poissonniers Neuilly-sur-Seine +33 (0) (0)

2 Préambule 2 Nous vous proposons un aperçu des principales dispositions fiscales instituées par les lois de finances votées en décembre 2013: Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2014 n du 23 déc : JO, 24 déc. Loi de finances pour 2014 n du 29 déc : JO, 30 déc. Loi de finances rectificative pour 2013 n du 29 déc : JO, 30 déc. Ces textes redéfinissent le paysage fiscal à compter de cette année 2014, non sans avoir été partiellement censurés par le Conseil Constitutionnel: Décision du Conseil constitutionnel du 19 déc. 2013, n DC Décision du Conseil constitutionnel du 29 déc. 2013, n DC Décision du Conseil constitutionnel du 29 déc. 2013, n DC CE, 20 déc. 2013, n , , Référence document 28/01/2013

3 IR Barème, aménagement 3

4 Impôt sur le revenu 4 Après deux ans de gel, indexation sur l inflation du barème de l'impôt sur le revenu de l'année 2014 (LF 2014, Art.2). Abaissement de à par demi-part du plafond de l'avantage procuré par le quotient familial pour les revenus de 2013 (LF 2014, Art.3). Le dispositif de réduction d'impôt sur le revenu au titre des investissements forestiers est prorogé jusqu'au 31 décembre Il est également profondément réaménagé. Les acquisitions de terrains boisés ou à boiser ne seront désormais prises en compte que si elles permettent l'agrandissement d'une unité de gestion. Par ailleurs, la réduction d'impôt est transformée en crédit d'impôt pour les dépenses de travaux forestiers et les rémunérations versées dans le cadre d'un contrat de gestion (art. 32, II-C et D). Instauration d'une taxe exceptionnelle de solidarité sur les hautes rémunérations versées par les entreprises en 2013 et 2014 (LF 2014, Art.15). La contribution exceptionnelle sera assise sur toutes les rémunérations brutes perçues par les salariés et dirigeants pour la fraction des rémunérations supérieure à un million d'euros par an a taux de 50%.

5 IR Gains de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux 5

6 Gains de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux (LF 2014, Art. 17) 1/3 6 Refonte de l abattement général pour durée de détention : l abattement général est fixé à 50% du montant des gains nets ou des distributions lorsque les actions, parts, droits ou titres sont détenus entre 2 et 8 ans et à 65 % pour les titres détenus depuis au moins 8 ans. N.B. : Compte tenu des aménagements prévus par la loi de finances pour 2014 et en l absence de précisions contraires, les taux institués par la loi de finances pour 2013 qui devaient entrer en vigueur à compter de 2013 ne devraient donc jamais s'appliquer. Application de l'abattement général aux OPCVM, à condition que leurs actifs comportent au moins 75% de parts ou actions de sociétés. Institution d'un abattement pour durée de détention renforcé applicable aux cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013 de titres de PME* nouvelles (créées depuis moins de 10 ans sans être issue d'une concentration, d'une restructuration, d'une extension ou d'une reprise d'activités préexistantes) exerçant une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole (ainsi qu aux cessions de titres de holdings animant des groupes constitués de ces sociétés). Le taux de l'abattement renforcé est fixé à : 50 % pour une durée de détention de 1 an à moins de 4 ans, 65 % pour une durée de détention de 4 ans à moins de 8 ans, 85 % pour une durée de détention au moins égale à 8 ans. * CGI, art D, 1 quater, B, 1 créé par L. fin. 2014, art. 17, I, 2.

7 Gains de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux (LF 2014, Art. 17) 2/3 7 Cet abattement ne se cumule pas avec le nouvel abattement de droit commun pour durée de détention. Il est institué en contrepartie de la suppression de certains régimes incitatifs : cet abattement renforcé se substitue notamment à l'imposition forfaitaire au taux de 19% actuellement applicable aux plus-values réalisées par certains dirigeants et salariés (CGI, ancien art. 200 A, 2 bis) ; il remplace également l'abattement spécifique applicable aux plus-values réalisées par certains dirigeants à l'occasion de leur départ en retraite* (CGI, ancien art D ter), l'exonération des plus-values réalisées à l'occasion de la cession de titres de Jeunes entreprises innovantes (JEI) (CGI, ancien art A, III, 7), l'exonération des plus-values réalisées lors de cessions de participations substantielles, au sein du groupe familial, de participations excédant 25 %** (CGI, ancien art A, I, 3) et le report d'imposition sous condition de réemploi dans des parts de PME (CGI, ancien art D bis). N.B. : L'option pour l'imposition forfaitaire accordée à certains entrepreneurs est supprimée pour les plus-values réalisées à compter du 1 er janvier Les autres dispositifs sont abrogés pour les plus-values réalisées à compter du 1 er janvier En revanche, l'abattement majoré ne s'applique pas aux plus-values réalisées au titre de cessions ou de rachats de parts d'opcvm ou de titres de placement collectif, ni aux plus-values réalisées et distribuées par des OPCVM. * CGI, art D, 1 quater, B, 2 créé par L. fin. 2014, art. 17, I, 2. ** CGI, art D, 1 quater, B, 3 créé par L. fin. 2014, art. 17, I, 2.

8 Gains de cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux (LF 2014, Art. 17) 3/3 Institution d un abattement spécifique de pour les plus-values réalisées par les dirigeants partant à la retraite. L'abattement majoré pour durée de détention s'applique, le cas échéant, au surplus éventuel. 8 Tableau synoptique Année de réalisation des titres Détention PFL ou TMI Abattement sur l'assiette Taux d'imposition maximum (PS de 15,5% et CEHR de 4% inclus) Taux final après déduction CSG (5,1% ) LF 2014, art.17 Régime de droit commun Régime incitatif cessions de titres de PME créées il y a moins de 10 ans, pour départs à la retraite des dirigeants, au sein d'une même famille ou des jeunes entreprises innovantes < 2 ans entre 2 et 8 ans > 8 ans < 1 ans entre 1 et 4 ans entre 4 et 8 ans > 8 ans 45% 64,5% 62,00% 45% 50% 42,0% 39,50% 45% 65% 35,3% 32,75% 45% 64,5% 62,00% 45% 50% 42,0% 39,50% 45% 65% 35,3% 32,75% 45% 85% 26,3% 23,75%

9 IR Plus-values immobilières 9

10 Plus-values immobilières (LF 2014, Art. 27 & 28) 1/3 10 Allègement du régime d'imposition des plus-values immobilières en cas de cession de biens ou droits immobiliers (ou de titres de sociétés à prépondérance immobilière) autres que des terrains à bâtir (donnant une base légale aux règles qui s'appliquent depuis le 1 er septembre 2013 par décision ministérielle du 18 juillet 2013*). Le délai pour bénéficier d'une exonération totale au titre de l'impôt sur le revenu est ramené de 30 à 22 ans ; tandis que l'exonération au titre des prélèvements sociaux (CGS, CRDS, et autres prélèvements d un taux global de 15,5%) interviendra désormais de manière progressive chaque année et ne sera acquise qu à compter de 30 ans. Abattements pour durée de détention au 1 er septembre 2013 Impôt sur le revenu 6 % pour chaque année de détention au-delà de la 5 ème 4 % pour la 22ème année Exonération totale à compter de 22 ans de détention Prélèvements sociaux 1,65% pour chaque année de détention au-delà de la 5 ème et jusqu à la 21 ème 1,6% pour la 22 ème année 9% de la 23 ème à la 30 ème année Exonération totale à compter de 30 ans de détention * BOI-RFPI-PVI et BOI-RFPI-PVINR-20-10, 9 août 2013 ; v. Bull. n 462.

11 Plus-values immobilières (LF 2014, Art. 27 & 28) 2/3 11 Application d un abattement exceptionnel de 25%, aux cessions d immeubles intervenant entre le 1er septembre 2013 et le 31 août 2014* par des personnes physiques, des sociétés de personnes et des contribuables non domiciliés fiscalement en France assujettis à l impôt sur le revenu. Cet abattement s applique sur la base imposable calculée après prise en compte des abattements pour durée de détention. Il vient, en outre, réduire la base imposable à l'impôt sur la plus-value, aux prélèvements sociaux et à la taxe additionnelle sur les plus-values supérieures à Les cessions de terrains à bâtir et de parts de SCI non assujetties à l impôt sur les sociétés sont toutefois exclues de l abattement de 25 %. Maintien des anciens abattements pour les cessions de terrains à bâtir (exonération d impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux au bout de 30 ans de détention**). N.B. : La suppression de tout abattement pour le calcul des plus-values sur cession de terrains à bâtir prévue initialement par la loi de finances a été censurée par le Conseil Constitutionnel en ce qu elle portait atteinte au principe d'égalité devant les charges publiques dès lors qu'aucune prise en compte de l'érosion monétaire n'était prévue en contrepartie. * L'application de cet abattement est prolongée, sous certaines conditions, pour les cessions d'immeubles bâtis acquis en vue d'être démolis pour reconstruire des locaux destinés à l'habitation. ** L administration fiscale vient de préciser dans le cadre d une mise à jour de sa base BOFIP-Impôt (BOI-RFPI-PVI , n 154) les modalités de détermination des plus-values de cession de terrains à bâtir à compter du 1er janvier 2014 : le montant imposable des plus-values réalisées depuis le 1er janvier 2014 reste calculé, comme pour celles réalisées depuis le 1er février 2012, en appliquant à la plus-value brute, déterminée conformément à l article 150 V du CGI, un abattement pour durée de détention progressif fixé à 2 % pour chaque année de détention au-delà de la cinquième, puis 4 % pour chaque année de détention au-delà de la dix-septième et enfin 8 % pour chaque année de détention au-delà de la vingtquatrième, conduisant à l exonération totale des plus-values à l issue d un délai de détention de 30 ans.

12 Plus-values immobilières (LF 2014, Art. 27 & 28) 3/3 12 Limitation de l'exonération en faveur des non-résidents ressortissants européens pour les cessions réalisées à partir du 1 er janvier L'exonération de la plus-value réalisée par un non-résident européen s'applique désormais dans une limite de de plus-value nette imposable et pour les cessions réalisées au plus tard le 31 décembre de la 5 ème année suivant celle du transfert par le cédant de son domicile fiscal hors de France ou sans condition de délai, lorsque le cédant à la libre disposition du bien au moins depuis le 1 er janvier de l'année précédant celle de la cession

13 IR PEA 13

14 PEA (LF 2014, Art. 70 & LFR 2013, Art. 13) 1/2 14 Aménagement du régime du PEA «classique» Le plafond du PEA «classique» est relevé à * (vs jusqu au 1 er janvier 2014). Les bons et droits de souscriptions d'actions et les actions de préférence ne peuvent plus figurer sur un PEA à compter du 1 er janvier 2014 (les titres régulièrement inscrits au 31 décembre 2013 restent éligibles).. Par ailleurs, à compter du 1 er janvier 2014, les systèmes multilatéraux de négociation (Alternext Paris, le Marché libre et Alternativa) sont assimilés, pour le fonctionnement du PEA, à des marchés réglementés. Les produits des placements négociés sur de tels systèmes ne sont donc plus concernés par la clause «anti-abus» selon laquelle l'exonération dont bénéficient les produits des placements en titres non cotés détenus dans un PEA est plafonnée à 10 % du montant de ces placements. * C. mon. fin., art. L

15 PEA (LF 2014, Art. 70 & LFR 2013, Art. 13) 2/2 Création d'un «PEA-PME» dédié aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) et plafonné à * Tout contribuable résidant fiscalement en France peut ouvrir un PEA-PME, en plus du PEA «classique». N.B. : Le régime du PEA-PME reprend, pour l'essentiel, les règles de fonctionnement du PEA «classique». Les investissements exclus, les conséquences d'un retrait, ainsi que les avantages fiscaux sont notamment identiques. 15 Les actifs éligibles à ce nouveau PEA-PME sont les actions et autres titres donnant accès au capital des PME et ETI** européennes, cotées ou non cotées (actions à l exclusion des actions de préférence, certificats d'investissement, certificats coopératifs d'investissement, parts de SARL, etc.). Les sommes versées peuvent également être employées dans la souscription de parts de fonds communs de placements risques (FCPR) ouverts à des investisseurs non professionnels, des fonds communs de placements dans l'innovation (FCPI), des fonds d'investissement de proximité (FIP), d'actions de SICAV, de parts de FCP, d'actions ou de parts d'opcvm «européens»*** investis à hauteur de 75 % en titres de PME ou ETI éligibles (dont 2/3 au moins d'actions ou autres titres donnant accès au capital actions, le tiers restant pouvant être investi dans des titres représentatifs de dette, notamment des obligations). N.B. : Les FCPR, lesfcpi et lesfip n'ont pas à respecter le quota de 75 %. * C. mon. fin., art. L , al. 4 créé par L. fin. 2014, art. 70, I, D. ** L'entreprise doit occuper moins de personnes et avoir un chiffre d'affaires annuel n'excédant pas 1,5 milliard d'euros ou un total de bilan n'excédant pas 2 milliards d'euros. Les conditions dans lesquelles sont appréciés le nombre de salariés, le chiffre d'affaires et le total de bilan seront fixées par décret (C. mon. fin., art. L , 2 créé par L. fin. 2014, art. 70, I, D). *** i.e. établis dans un autre État membre de l'union européenne ou dans un autre État partie à l'accord sur l'espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales et bénéficier de la procédure de reconnaissance mutuelle des agréments prévue par la directive 2009/65/CE.

16 IR - DMTG Assurance-vie 16

17 Assurance-vie 1/7 Le régime fiscal de l'assurance-vie se trouve fortement réformée à compter du 1 er janvier 2014 en vue de favoriser la réorientation de l épargne des assurés vers l'investissement en actions. 17 Création de nouveaux contrats : Les contrats «euro-croissance» et «vie-génération», investis en tout ou partie en parts ou actions (LFR 2013, Art.9) Le contrat «euro-croissance» Les primes sont versées sur un fonds diversifié, permettant des investissements plus risqués, tout en garantissant le capital investi à une échéance fixée par le contrat. Le transfert - total ou partiel - des sommes des contrats existants investis en fonds euros vers ces nouveaux supports est encouragé dans la mesure où le régime fiscal du contrat est alors conservé et les conséquences fiscales d'un dénouement sont écartées* (conservation de l antériorité fiscale). Il convient toutefois de remplir trois conditions dans cette hypothèse : 1. la transformation doit donner lieu à la conversion d'au moins 10% des engagements en euros ou devises, 2. si, dans les 6 mois qui précèdent cette conversion vers un fonds euro-croissance, un transfert a eu lieu en faveur de droits exprimés en unités de compte ou donnant lieu à la constitution d'une provision de diversification, seuls les engagements en euros ou devises restant peuvent faire l'objet de la conversion, 3. la transformation doit avoir lieu entre le 1 er janvier 2014 et le 1 er janvier En outre, l'article L du code de la sécurité sociale prévoit désormais un nouveau fait générateur d'imposition aux prélèvements sociaux : les produits constatés sur ces contrats sont désormais imposés au moment de l'atteinte de la garantie prévue contractuellement. L'assiette de la contribution est égale à la différence entre la valeur de rachat de ces engagements à l'atteinte de la garantie et la somme des primes versées affectées à ces engagements, nettes des primes comprises, le cas échéant, dans les rachats partiels. * CGI, art A, I, 2 mod. par L. fin. rect n , 29 déc. 2013, art. 9, I **.CSS,art.L.136-7,II,3,bmod.parL.fin.rect.2013n ,29déc.2013,art.2013,art.9,II.

18 Assurance-vie 2/7 18 Le contrat «vie-génération» Le respect d'un quota d'investissements plus risqués donne droit à un allégement des droits à acquitter lors de la transmission des capitaux-décès*. Précisément, l'unité de compte est constituée de parts ou titres de sociétés et fonds d'investissement s'engageant, à investir dans certains secteurs, les petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI), le logement intermédiaire et social et les entreprises de l'économie sociale et solidaire (ESS). En contrepartie de ces risques, les sommes investies au moins à hauteur de 33% dans les contrats «vie-génération» bénéficient d'un abattement d'assiette de 20 %, avant application de l'abattement de , pour la taxation des capitaux-décès. A l instar des contrats «euro-croissance», la loi prévoit la possibilité de transformer totalement ou partiellement les contrats actuels sans perte d'antériorité fiscale jusqu'au 1 er janvier 2016**. N.B. : L'article 9 de la loi de finances rectificative pour 2013 prévoit un prélèvement ad hoc pour compenser le coût en trésorerie de la transformation en contrats ou supports «euro-croissance» pour les assureurs, les mutuelles et les organismes de prévoyance. Cette taxe de 0,32% est prélevée sur les sommes transférées au moment de leur transfert vers les contrats ou supports pour lesquels le paiement des prélèvements sociaux ne sera plus effectué «au fil de l'eau» mais lors du rachat du contrat ou de l'atteinte de la garantie. Elle est exigible le premier jour du mois suivant chaque trimestre civil, au titre des primes réaffectées au cours dudit trimestre, déclarée et liquidée sur une déclaration dont le modèle est à fixer***. * CGI, art. 990, I mod. par L. fin. rect n 1279, 29 déc. 2013, art. 9, I, B. ** CGI, art. 990, I bis mod. par L. fin. rect. n , 29 déc. 2013, art. 9, I, B, 2. *** L. fin. rect n , 29 déc. 2013, art. 9, IV.

19 Assurance-vie 3/7 Durcissement partiel de la fiscalité en cas de décès (LFR 2013, Art. 9) La fiscalité applicable aux contrats soumis à l'article 990 I du CGI* et qui ne sont pas des contrats «viegénération» est alourdie. La taxation forfaitaire applicable à la fraction de la part taxable de chaque bénéficiaire supérieure à (vs auparavant) est portée de 25 à 31,25 %**. En deçà de cette fraction, le taux forfaitaire demeure à 20%. N.B. : Cette modification du barème d'imposition n'interviendra toutefois qu'à compter du 1 er juillet 2014***. 19 Prenons l exemple d un capital décès de euros versé à un bénéficiaire unique. * Applicable aux contrats souscrits depuis le 13 octobre 1998 et les primes versées à compter de cette date sur les contrats en cours : les capitaux versés par l assureur en cas de décès sont exonérés des droits de mutation en deçà de l abattement de par bénéficiaire autre que le conjoint ou le partenaire. Au delà de cet abattement, l article 990 I du CGI assujettit les capitaux à une taxe forfaitaire de 20%. ** CGI, art. 990 I, I mod. par L. fin. rect n , 29 déc. 2013, art. 9, I, B, 1. *** L. fin. rect. n , 29 déc. 2013, art. 9, VI, A.

20 Assurance-vie 4/7 Au 1 er janvier 2014, la fiscalité des contrats d'assurance-vie, globalement préservée, est donc la suivante : 20 Fiscalité sur les revenus et gains Fiscalité sur les rachats Fiscalité ISF Sans changement Exonération des produits (revenus, plus-values, etc.) qui sont capitalisés au sein du contrat. Taxation aux prélèvements sociaux lors de l inscription annuelle des produits attachés au fonds euros, au prorata de l épargne investie sur ce fonds au cours de l année. Sans changement En cas de rachat, selon la durée du contrat à compter de sa souscription, les produits sont taxés à l impôt sur le revenu (barème progressif) ou, sur option, au prélèvement forfaitaire libératoire dont les taux sont les suivants : - 35% de 0 à 4 ans (hors prélèvements sociaux) ; - 15% de 4 à 8 ans (hors prélèvements sociaux) ; - 7,5% au-dessus de (pour un couple) et (pour une personne seule), dès la 9 ème année, 0% en deçà (hors prélèvements sociaux). Sans changement Valeur de rachat Fiscalité des capitaux-décès Modification Dans le cadre de l'article 990 I du CGI (primes versées avant 70 ans) : après abattement de , taxation forfaitaire de 20% jusqu'à , 31,25% au-delà (25% jusqu'au 30 juin 2014). Les contrats «vie-génération»bénéficient d un abattement d'assiette supplémentaire de 20% avant application de l abattement de Sans changement Dans le cadre de l'article 757 B du CGI (primes effectuées après que l assuré ait atteint l âge de 70 ans): droits de mutation à titre gratuit après application d un abattement exceptionnel de à se répartir entre les bénéficiaires. Depuis le 1 er janvier 2010, les produits afférents au contrat, constatés lors du dénouement par décès, sont soumis aux prélèvements sociaux au taux de 15,5%, dès lors qu ils ne l ont pas été auparavant. N.B. : L article 14 de la loi de finances rectificative pour 2013 prévoit la remise d'un rapport du gouvernement au Parlement avant le 30 juin 2014 sur les dispositifs prévus aux articles 990 I et 757 B du CGI

21 Assurance-vie 5/7 Suppression du principe des taux historiques des prélèvements sociaux pour certains contrats d'assurance-vie (LFSS 2014, Art. 8) 21 Les règles relatives aux prélèvements sociaux sur les produits des contrats d'assurance-vie perçus à compter du 1 er janvier 1997 qui sont exonérés d'impôt sur le revenu et pour lesquels ces prélèvements sont acquittés lors du dénouement ou du décès de l'assuré sont modifiées*. La loi met ainsi fin au régime des «taux historiques», c'est-à-dire à l'application à chaque fraction de gain correspondant aux différentes années au cours desquelles il a été constitué des taux en vigueur au moment où ce gain a été acquis. Désormais, ces produits doivent être taxés au taux en vigueur (15,5% à date) lors du dénouement du contrat ou du décès de l'assuré. En pratique sont visés : 1. les produits des primes versées avant le 26 septembre 1997 sur les unités de compte des contrats multisupports ; 2. les intérêts inscrits avant le 1 er juillet 2011 sur les fonds euros des contrats multisupports relatifs à des primes versées avant le 26 septembre N.B. : Suite à une décision du Conseil Constitutionnel**, ne sont pas visés les produits acquis ou constatés au cours des 8 premières années suivant l'ouverture d'un contrat d'assurance-vie souscrit entre le 1 er janvier 1990 et le 25 septembre Cette exclusion résulte d'une réserve d'interprétation (considérant n 19) émise par le Conseil Constitutionnel qui a considéré qu'il serait porté atteinte au principe de non-rétroactivité des lois si, en particulier, ces produits acquis ou constatés pendant la durée légale nécessaire pour bénéficier du régime particulier d'imposition les concernant étaient visés. Ces seuls produits continueront donc à se voir appliquer le principe des taux historiques. * LFSS pour 2014 n , 23 déc. 2013, article 8, IV. ** Cons. const., déc., 19 déc. 2013, n DC.

22 Assurance-vie 6/7 22 Ces nouvelles dispositions sont applicables aux faits générateurs intervenus depuis le 26 septembre 2013*. Une période transitoire est toutefois prévue pour les faits générateurs intervenant entre le 26 septembre 2013 et le 30 avril 2014, lesquels continueront d'être traités selon le droit antérieur mais avec une obligation de régularisation ultérieure. Ainsi, les établissements payeurs devront procéder à titre provisoire à la liquidation, au précompte et à la déclaration des prélèvements sociaux dus selon les règles et sous les conditions applicables avant l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions. La différence entre le montant dû et le montant calculé à titre provisoire donnera lieu à une régularisation en 2015 lors de la déclaration d impôt sur le revenu afférente aux revenus de 2014 : les établissements payeurs devront informer les personnes physiques assujetties du caractère provisoire de la liquidation et des modalités de régularisation, ce avant le 31 mai Ils indiqueront également sur l'ifu déposé en 2015, pour les faits générateurs intervenus, d'une part, entre le 26 septembre 2013 et le 31 décembre 2013 et, d'autre part, entre le 1 er janvier 2014 et le 30 avril 2014, l'assiette définitive, le montant des prélèvements sociaux déjà précomptés ou, le cas échéant, restitués à titre provisoire. * LFSS pour 2014 n , 23 déc. 2013, art. 8, V, B.

23 Assurance-vie 7/7 23 Déclaration des contrats d'assurance-vie (LFR, Art.10) A compter du 1 er janvier 2016*, de nouvelles obligations déclaratives sont imposées aux organismes d'assurance (et aux souscripteurs pour les contrats souscrits hors de France) en matière de contrats de capitalisation et d'assurance-vie** avec la création d un fichier national. L'objectif est d'accroître les moyens dont dispose l'administration fiscale pour vérifier les informations transmises par les contribuables et d'améliorer les contrôles en cas de suspicion de fraude. N.B. : le Conseil Constitutionnel a déclaré cette disposition conforme à la constitution. Le Conseil a jugé que ce fichier ne portait pas une atteinte disproportionnée au respect de la vie privée, au regard de l'objectif d'intérêt général poursuivi. En pratique, devront être déclarés : 1. toute souscription et tout dénouement d'un contrat de capitalisation ou d'assurance-vie, 2. chaque année, pour les contrats souscrits depuis le 20 novembre 1991 : le montant cumulé des primes versées entre le 70 ème anniversaire du souscripteur et le 1 er janvier de l'année de déclaration lorsque ce montant est supérieur ou égal à 7 500, 3. chaque année, pour les autres contrats, quelle que soit leur date de souscription : le montant cumulé des primes versées au 1 er janvier de l'année de déclaration, leur encours au 1 er janvier de l'année de déclaration et la valeur de rachat ou le montant du capital garanti y compris sous forme de rente à cette même date, lorsque ce montant ou cette valeur est supérieure à Un décret en Conseil d'etat doit encore fixer les conditions et délais de ces déclarations. * Les contrats souscrits antérieurement à cette date et non dénoués devront être déclarés au plus tard le 15 juin ** CGI, art ter rétabli par L. fin. rect n , 29 déc. 2013, art. 10, I, 2.

24 ISF Assurance-vie 24

25 Assurance-vie et ISF 1/2 25 Plafonnement de l ISF (BOI-PAT-ISF, 8 janv. 2014) Bien que récemment annulée par le Conseil d Etat*, l article 13 du projet de loi de finances pour 2014 amendé par les députés prévoyait de légaliser la doctrine administrative selon laquelle les produits des fonds en euros des bons ou contrats de capitalisation et des placements de même nature, notamment des contrats d'assurance-vie, qui sont soumis annuellement aux prélèvements sociaux devaient être pris en compte pour le calcul du plafonnement de l ISF. Cette mesure a finalement été déclarée contraire à la Constitution** par le Conseil Constitutionnel au motif qu il s agit de revenus «latents» non encore réalisés ou non disponibles. Après avoir précisé que ces dispositions étaient presque identiques à celles qu il avait déjà écartées dans sa décision n DC du 29 décembre 2012 sur la loi de finances pour 2013, il a donc censuré cet article qui selon lui méconnait l autorité de la chose jugée. Suite à cette décision, l'administration a mis à jour sa doctrine et admet (enfin!) que ces produits doivent être pris en compte pour le plafonnement de l'isf au dénouement ou au rachat total ou partiel du bon ou du placement uniquement (BOI-PAT-ISF-40-60, 180). N.B. : cette prise en compte des produits des contrats d assurance-vie dans les revenus du contribuable bénéficiant du plafonnement de l ISF avait été réintégrée dans la doctrine fiscale en juin 2013 (BOI-PAT- ISF-40-60, 180 et 200) puis reprise dans une réponse ministérielle (Rép. min. n : JOAN Q 29 oct. 2013, p ). * CE, 20 déc. 2013, n s , et : à la suite d'une requête d'un assureur, le Conseil d'etat a estimé que les paragraphes litigieux ne se bornent pas à interpréter l'article 885 V bis du CGI mais comportent des dispositions qu'il n'appartenait qu'au législateur de prévoir, commandant donc leur annulation. ** Cons. const., déc. n DC, 29 déc

26 Assurance-vie et ISF 2/2 26 Contrats d'assurance-vie comportant une clause de non-rachat temporaire (LFR 2013, Art.11) L article 885 F du CGI précise désormais que la créance que le souscripteur détient sur l'assureur au titre des contrats d assurance-vie comportant une clause de non-rachat ou d'indisponibilité temporaire doit être incluse dans le patrimoine taxable à l'isf du souscripteur.

27 IR - DMTG Exit-tax 27

28 Exit tax (LFR 2013, Art.42) 1/3 28 Prise en compte de la réforme des plus-values sur valeurs mobilières Pour les transferts de domicile fiscal hors de France intervenus à compter du 1 er janvier 2014, les plusvalues latentes soumises à l'exit tax sont désormais calculées après application des nouveaux abattements pour durée de détention de droit commun ou majoré et de l'abattement de *. Lorsque le contribuable a transféré son domicile fiscal hors de France en 2013, les plus-values et les créances taxables peuvent être, sur option du contribuable, imposées au taux forfaitaire de 19 % accordé à certains entrepreneurs pourtant supprimé par la loi de finances pour 2014 à compter du 1 er janvier Modifications des seuils de déclenchement du dispositif A compter du 1 er janvier 2014, les contribuables sont imposables lors de leur transfert de domicile au titre des plus-values latentes sur les droits sociaux, valeurs, titres ou droits qu'ils détiennent à la date de ce transfert, lorsque les membres de leur foyer détiennent**: 1. soit une participation représentant au moins 50 % des bénéfices sociaux d'une société (vs 1% auparavant), 2. soit un patrimoine de droits sociaux, de valeurs, titres ou droits dont la valeur excède (vs 1,3 million d ). * CGI, art. 167 bis, I, 2 bis et 3 mod. par L. fin. rect. 2013, art. 42. ** CGI, art. 167 bis, 1 mod. par L. fin. rect. 2013, art. 42, I, A, 1.

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

DÉCLARATION DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE (ARTICLE 10 DE LA LOI)

DÉCLARATION DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE (ARTICLE 10 DE LA LOI) DÉCLARATION DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE (ARTICLE 10 DE LA LOI) - La loi insère un article 1649 ter dans le CGI disposant : dans son I, d une obligation des organismes établis en France de déclaration

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Newsletter Corporate

Newsletter Corporate Newsletter Corporate PRESENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 Nous présentons ci-après les principales mesures de la loi

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 23 Décembre 2013 ACTUALITES FISCALES ACTUALITES FISCALES Adoption définitive du Projet de Loi de Finances pour 2014 Le Parlement a adopté définitivement jeudi par un

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

1. IMPOT SUR LE REVENU

1. IMPOT SUR LE REVENU FLASH FISCAL janvier 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 et LOI DE FINANCES 2014 La loi de finances rectificative pour 2013 et la loi de finances pour 2014 ont été publiées au Journal Officiel du 30

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS L année 2011 aura été particulièrement chargée en matière d actualité fiscale : en effet, la loi de finances pour 2011 a été modifiée par pas moins de quatre lois de finances rectificatives; et à peine

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

PREMIER CABINET D AVOCATS D AFFAIRES EN FRANCE

PREMIER CABINET D AVOCATS D AFFAIRES EN FRANCE 1 PREMIER CABINET D AVOCATS D AFFAIRES EN FRANCE Cabinet créé en 1922 1 200 avocats Toutes les disciplines du droit des affaires Cabinet totalement indépendant Nos clients: de la PME au grand groupe, dans

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 09 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2014 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire www.gestionprivee.banquepopulaire.fr BPCE Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 - Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France - 75201 Paris Cedex 13 R.C.S

Plus en détail

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE

Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Cabinet d Avocat Patrick DUPIRE Avocat au Barreau DIPLOME DE L INSTITUT DE DROIT DES AFFAIRES D.E.S.S. DE FISCALITE DES ENTREPRISES DIPLOME JURISTE CONSEIL D ENTREPRISE LE CHOIX D UN PACTE D ASSOCIES DANS

Plus en détail

Actualité fiscale 2014

Actualité fiscale 2014 Actualité fiscale 2014 LF 2014 & LFR 2013 Hôtel de Sèze 24 janvier 2014 Plan d intervention Fiscalité des particuliers & des dirigeants Fiscalité des entreprises DELCADE - Tous droits réservés - Reproduction

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

Impôt sur le revenu - CHARGES DÉDUCTIBLES DU REVENU GLOBAL >>

Impôt sur le revenu - CHARGES DÉDUCTIBLES DU REVENU GLOBAL >> Impôt sur le revenu - CALCUL DE L'IMPÔT Indexation des tranches du barème d'imposition des revenus de 2013 et revalorisation exceptionnelle de la décote Pour l'imposition des revenus de 2013, les tranches

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS

CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS DISPOSITIONS RELATIVES AU PEA / PEA-PME V. 01-2014 SOMMAIRE CONVENTION DE COMPTE D'INSTRUMENTS FINANCIERS DISPOSITIONS RELATIVES AU PEA ET AU PEA-PME...2 I

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air?

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Programme de la soirée Loi de finances rectificative 2013 Loi de finances 2014 et cocktail! Loi de finances 2014 et loi de finances

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP SPI Proximité 2014» (le «Fonds»)

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME :

L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : RIOUX, ANTOINE, PAPONNAUD, DEVINNE Mars 2008 L éligibilité des investissements intermédiés dans le capital des PME : à la réduction d impôt sur la fortune prévue par l article 885-O V Bis du Code Général

Plus en détail

Fiscalité de l épargne. Eric Vacher Conseiller pour les affaires fiscales

Fiscalité de l épargne. Eric Vacher Conseiller pour les affaires fiscales Fiscalité de l épargne Eric Vacher Conseiller pour les affaires fiscales Mercredi 9 Janvier 2013 Un engagement électoral Proposition 14 de François HOLLANDE «La contribution de chacun sera rendue plus

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-60-20130614 DGFIP ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Positionnement

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

«LES RENDEZ-VOUS D ACTUALITÉS»

«LES RENDEZ-VOUS D ACTUALITÉS» «LES RENDEZ-VOUS D ACTUALITÉS» ACTUALITÉ FISCALE La loi de Finances pour 2014 JEUDI 16 JANVIER 2014 CHEUVREUX Notaires Le devoir de conseil, la force du droit et la loyauté au service de ses clients, la

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

PLUS-VALUES ET GAINS DIVERS

PLUS-VALUES ET GAINS DIVERS PLUS-VALUES ET GAINS DIVERS Déclaration n 2042 3 PLUS-VALUES ET GAINS DIVERS TAXABLES À 16 % Gains de cessions de valeurs mobilières, de droits sociaux et assimilés taxables à 16 %................................

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Réduction ISF 2015 - Note fiscale

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Réduction ISF 2015 - Note fiscale FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Réduction ISF 2015 - Note fiscale La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Investir dans une PME

Investir dans une PME ISF 2009 Investir dans une PME Réunion d information Jeudi 26 Mars 2009 1 Les intervenants Valérie Pruvost Gestion de Patrimoine Conseil en Investissements Financiers 06 86 37 78 79 -conseil-finance@orange.fr

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page).

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page). Déclaration annuelle des revenus : déduction des intérêts d emprunt I. Dates de déclaration des revenus La date limite de dépôt de la déclaration papier est fixée au lundi 27 mai 2013 à minuit. Les usagers

Plus en détail

LFR2013. 1 er janvier. conclus à compter du 1 er janvier 2014

LFR2013. 1 er janvier. conclus à compter du 1 er janvier 2014 MESURES TEXTES ENTREE EN VIGUEUR FISCALITE DES ENTREPRISES TVA au taux réduit et TVA sur les travaux : Dans les logements, maintien du taux 7 % au-là du 1 er janvier Le taux TVA 7 % est maintenu au-là

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE L essentiel

LOI DE FINANCES POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE L essentiel Le 14 mars 2014 LOI DE FINANCES POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE L essentiel FISCALITE DES ENTREPRISES... 3 Hausse du taux effectif de l IS des grandes entreprises

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail