Directeur d exploitation : François FILIPPI : Sécurité : Laetitia DARENNE Communication : Alexa BADIN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Directeur d exploitation : François FILIPPI : Sécurité : Laetitia DARENNE Communication : Alexa BADIN"

Transcription

1 Directeur d exploitation : François FILIPPI : Sécurité : Laetitia DARENNE Communication : Alexa BADIN

2 Sommaire Les accidents sur le centre de tri Atrion... p 3 Les actions mises en œuvre par la collectivité... p 4 Les risques en cas de contact... p 5 La situation des déchets piquants et/ou coupants... p 6 Ce que doivent savoir les personnes utilisatrices... p 7 Les boîtes jaunes et vertes dans les pharmacies à côté de chez nous... p 8 Un éco-organisme : DASTRI... p 9 La réglementation sur les déchets de soins... p 10 Enquête nationale (article : O. GUICHARDAZ)... p 11 CALITOM, service public des déchets... p 16 GrandAngoulême... p 17 2

3 Les déchets de soins piquants, coupants ou tranchants (aiguilles, seringues, scalpels ) sont des déchets qui présentent un risque infectieux pour leurs utilisateurs et toutes les personnes à leur contact. Ils font donc l objet d une filière de collecte et de traitement spécifique afin de ne pas être collectés en mélange avec les ordures ménagères ou les emballages ménagers recyclables. Ce sont les DASRI : Déchets d Activité de Soins à Risques Infectieux, et il existe un réseau de collecte et de traitement simple accessible en pharmacie. Pourtant, dans la pratique, il demeure une méconnaissance du dispositif et de la responsabilité de chacun. De nombreux objets de cette nature sont régulièrement trouvés sur les tapis du centre de tri de Mornac et causent la blessure et l inquiétude des opérateurs de tri en activité sur la chaîne. 8 accidents : 7 personnes concernées en 5 mois d activité un taux supérieur à la moyenne observée sur les autres centres de tri (2 à 3 par an) 3

4 Les accidents sur le centre de tri Atrion Tous les mois des accidents avec des déchets piquants sont signalés sur le centre de tri de Mornac, un fait fréquemment observé sur ce type d équipement mais rarement dans cette proportion. Car malgré la technologie, aucune machine n est capable de détecter et retirer les seringues et aiguilles. Le poids et le format de ces objets les conduisent donc directement sur les tapis, entre les mains des opérateurs de tri. Mélangés entre les papiers et le carton, ils piquent souvent par surprise les agents qui ne peuvent les distinguer dans le flot des emballages (11 tonnes/heure). En dehors des accidents, les opérateurs en voient également passer un grand nombre sur les chaînes de tri très régulièrement. 4

5 Les actions mises en œuvre par la collectivité. Procédure en place - isoler la source de contamination, - nettoyer la plaie au savon et rincer abondamment la plaie, - désinfecter avec un produit antiseptique durant 5 minutes, - prise en charge par l hôpital de Girac dans le cadre d un circuit particulier avec le médecin référent AES (Accidents d Exposition au Sang).. Intervention et travail avec la médecine du travail - réunion d information sur les risques encourus, - sensibilisation aux premiers soins à réaliser, - suivi de l accident du travail.. Essais de différents gants anti-perforation - besoin d allier sécurité et souplesse d utilisation, - plusieurs recherches faites, pour le moment infructueuses, car les gants sont souvent très rigides et rendent le travail des opérateurs difficiles, - poursuite des recherches et de test.. Plan de sensibilisation et d action en cours d élaboration - identification de tous les métiers de santé relais d information (pharmaciens, infirmiers, médecins, vétérinaires ) ; - identification des associations ou réseaux de personnes utilisatrices (automédication, toxicomanes ) ; - plan de communication (articles dans les bulletins, rencontres, plaquettes et affiches d information ). 5

6 Les risques en cas de contact Risques de blessures ou de piqûres, transmission de germes, bactéries ou virus... les déchets de soins et assimilés sont sources de danger pour les personnes ainsi que l environnement. Ces déchets contiennent des micro-organismes viables ou leurs toxines, dont on sait ou dont on a de bonnes raisons de croire qu en raison de leur nature, de leur quantité ou de leur métabolisme, ils peuvent causer la maladie chez l homme ou chez d autres organismes vivants. 3 virus lourds : SIDA hépatite B hépatite C Mais aussi : tétanos En jetant les déchets médicaux dans les sacs jaunes ou les sacs noirs d ordures ménagères, les agents de collecte et de tri qui interviennent manuellement sur les déchets sont exposés à des risques de blessures ou d infections. Les conséquences sont lourdes pour ces agents : analyse, suivi médical régulier pendant plusieurs semaines, stress et angoisse. 6

7 La situation des déchets piquants et/ou coupants Il existe de nombreuses personnes utilisatrices de déchets dits de soin. > Des professionnels : hôpitaux, médecins, infirmiers libéraux, vétérinaires, Attention : Médecin, chirurgien-dentiste, infirmier, sage-femme, pédicure, podologue, kinésithérapeute, vétérinaire professions exerçant en libéral sont responsables de l élimination des déchets produits dans leur cabinet ou au domicile des patients. Ils n ont pas à confier ses déchets au patient. > Des personnes en automédication Ce sont des patients qui s administrent par leurs propres moyens un traitement médical et/ou réalisent de l auto-surveillance hors structure de soins ou intervention d un professionnel de santé. Ces pathologies sont précisément définies par l arrêté du 23 août > Exemple de maladies traitées en automédication : diabète, hépatites virales, hémophilie sévère A et B, infection à VIH, infertilité ovarienne, insuffisance rénale chronique, insuffisance surrénale aiguë, maladie de Parkinson, maladies autoimmunes, retard de croissance de l enfant et déficit en hormone de croissance > Et les personnes toxicomanes 7

8 Ce que doivent savoir les personnes utilisatrices Les personnes qui procèdent à des soins à domicile ou administrent des soins (à leurs proches, à des animaux) ne doivent pas jeter les aiguilles, seringues, lancettes... dans les sacs jaunes ni dans les sacs noirs. Des boîtes hermétiques spécifiques et gratuites sont disponibles dans les pharmacies partenaires DASTRI (la majorité des pharmacies le sont). Deux formats sont disponibles : 1 litre ou 2 litres. Ces boîtes jaunes et vertes permettent de collecter ce type de déchets en toute sécurité. Puis, il suffit de la rapporter en pharmacie une fois pleine. > Déchets collectés en boîtes hermétiques DASTRI : seringues, lancettes, embouts de stylo injecteur, scalpels, lames, seringues d insuline ou de glucagon, cathéters prémontés avec aiguille pour les porteurs de pompe... Les déchets dits «mous» (pansements...) peuvent, quant à eux, être jetés dans le sac noir. 8

9 Les boîtes jaunes et vertes dans les pharmacies à côté de chez nous 109 points de collecte en Charente géolocalisés sur le site officiel DASTRI Une carte interactive facilite l identification des pharmacies partenaires : 9

10 Un éco-organisme : DASTRI DASTRI est l éco-organisme agréé par les pouvoirs publics depuis décembre 2012 dans le cadre d une filière à Responsabilité Elargie des Producteurs (REP) concernant les Déchets d Activités de Soins à Risques infectieux (DASRI). Il prend en charge l obligation réglementaire des producteurs de médicaments et de dispositifs médicaux de mettre en place et de financer la reprise des produits mis sur le marché une fois arrivés en fin de vie. Cette obligation ne concerne que les produits piquants, coupants, tranchants (PCT), produits par les patients en auto traitement (PAT). Cette organisation s appuie sur un réseau de pharmacies partenaires : un système sûr, efficace, adapté et proche du patient, sans coût pour ce dernier. Les missions L activité de l éco-organisme DASTRI consiste à : 1. mettre à disposition gratuite de contenants spécifiques appelés «boîtes à aiguilles» dans l ensemble des pharmacies d officine et des pharmacies à usage intérieur des établissements de santé ; 2. collecter et éliminer les contenants retournés selon les réglementations environnementales spécifiques aux déchets de soins ; 3. Informer et sensibiliser l ensemble des acteurs de la filière. 10

11 La réglementation sur les déchets de soins Les Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) doivent être suivis tout au long de la filière de traitement, depuis leur production jusqu à leur destruction finale (incinérés sur sites autorisés). Filière de responsabilité élargie du producteur (REP) L'article R du code de la santé publique prévoit que les producteurs (exploitants de médicaments, fabricants de dispositifs médicaux, fabricants de dispositifs de diagnostic in vitro, etc.) mettent gratuitement à disposition des officines de pharmacie et des pharmacies à usage intérieur des collecteurs de déchets d une quantité correspondante à celle des matériels piquants ou coupants mis sur le marché. L article R prévoit que les officines de pharmacie et les pharmacies à usage intérieur (PUI) remettent gratuitement aux patients (dont l'autotraitement comporte l'usage de perforants) ces collecteurs fournis par les producteurs. Déchets d'activité de soins à domicile des professionnels de santé Les professionnels de santé (infirmières, médecins...), même en intervention à domicile chez leur patient pour un acte de soin, ne peuvent utiliser les collecteurs des patients. Ils ont une obligation légale de gérer eux-mêmes leurs propres déchets. Cadre légal et réglementation DASRI L utilisation de conteneurs spécifiques est obligatoire depuis un arrêté de L article R du code de la santé publique rappelle l obligation de séparer les DASRI des autres déchets. A titre individuel et dans le cadre de l auto-traitement, les personnes diabétiques sont juridiquement responsables de leurs déchets piquants et coupants. Leur responsabilité, civile ou pénale peut être engagée s ils causent à autrui un dommage. 11

12 CALITOM, service public des déchets Calitom est une collectivité publique ayant pour compétence la collecte (sauf pour la Ville de Cognac, la CDC du Rouillacais, le SMICTOM de Champniers et Grand Angoulême) et le traitement des déchets ménagers de Charente ( tonnes par an). Territoire traitement: 388 communes ( habitants) Territoire collecte : 356 communes ( habitants) Président : Jean REVEREAULT Vice-Président «Collecte et Traitement» : Michel COQ Vice-Président «Ressources et Territoires» : Daniel ROUSSEAU Directeur d exploitation : François FILIPPI : Contact sécurité : Laetitia DARENNE Budget 2014 de la collectivité :. 46,3 millions de fonctionnement. 33,4 millions d investissement Calitom a en charge 30 déchèteries, 1 plateforme de compostage, 1 unité de prétraitement mécano-biologique des ordures ménagères à Ste-Sévère, le centre de ttri des sacs jaunes à Mornac. Parallèlement à ces missions, Calitom développe également un programme de prévention et de réduction des déchets afin de diminuer le volume mais aussi la nocivité des déchets produits. 12

13 Grand Angoulême Le GrandAngoulême est un établissement public de coopération intercommunale. Il couvre un territoire de 16 communes qui regroupe une population totale de habitants (Angoulême, La Couronne, Fléac, Linars, Nersac, Magnac sur Touvre, Ruelle sur Touvre, Puymoyen, l Isle d Espagnac, Gond Pontouvre, Saint-Michel, Saint-Yrieix, Soyaux, Touvre, Saint-Saturnin, Mornac). Ses principaux domaines d intervention sont le développement économique, l environnement et le cadre de vie, l aménagement du territoire, le transport, les politiques solidaires et les déchets ménagers. Président : Jean-François DAURE 8 ème Vice-Président en charge de la politique de valorisation des déchets : Yannick PERONNET Directeur Général des services : Patrick ADVENIER Directeur du service déchets ménagers : Jean-Pierre MERIC Directeur exploitation du service déchets ménagers : Franck MOUGEL Budget déchets ménagers 2013 :. 14,8 millions de fonctionnement / 3,6 millions d investissement Budget compostage des déchets végétaux 2013 : de fonctionnement / d investissement Les activités de collecte sont majoritairement exercées en régie directe et majoritairement en prestations de service pour les opérations de traitement. Le service déchets du GrandAngoulême a en charge le Centre Technique des Déchets Ménagers, une plate-forme de pré-collecte et de broyage de déchets végétaux, 4 déchèteries, un centre de transfert des emballages ménagers, une usine d incinération des ordures ménagères. Parallèlement, un programme de prévention et de réduction des déchets est aussi développé pour diminuer le volume et la nocivité des déchets produits. / 13

Définition : les DASRI, qu est-ce que c est? Sommaire. Mise à jour 30/08/2012

Définition : les DASRI, qu est-ce que c est? Sommaire. Mise à jour 30/08/2012 DASRI : TRIER ET ELIMINER SES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUE INFECTIEUX L AFD vous guide sur la collecte des DASRI. Quelques conseils pratiques pour trier, jeter, éliminer et recycler vos déchets

Plus en détail

CALITOM, service public des déchets... p 14 GrandAngoulême... p 15 Ville de Cognac... p 16

CALITOM, service public des déchets... p 14 GrandAngoulême... p 15 Ville de Cognac... p 16 1 Sommaire Le PLUS des nouvelles consignes...p 3 Et toujours dans le sac jaune...p 4 Le recyclage : un enjeu fort...p 5 L évolution et les chiffres de l emballage...p 6 Pourquoi pas plus tôt?...p 7 Test

Plus en détail

LES DÉCHETS D ACTIVITÉ DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT

LES DÉCHETS D ACTIVITÉ DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT Juin 2017 LES DÉCHETS D ACTIVITÉ DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT DONNÉES FRANCILIENNES 2015 avec le soutien de XI.LA FILIÈRE DÉCHETS D ACTIVITÉ DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX

Plus en détail

LES DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT

LES DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT LES DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT DONNÉES FRANCILIENNES 2014 Extrait de la publication sur les «Filières à Responsabilité Élargie du Producteur en Île-de-France»

Plus en détail

Les DASRI en laboratoire d enseignement

Les DASRI en laboratoire d enseignement Séminaire des nouveaux formateurs 2RB Les DASRI en laboratoire d enseignement A. AFONSO Paris, 29 et 30 juin 2015 Les DASRI ou Déchets d Activité de Soins à Risque Infectieux 1. Définition 2. Gestion des

Plus en détail

Les déchets d activité de soins

Les déchets d activité de soins Les déchets d activité de soins Compétence 3 UE 2.10 1 B.Allain- cadre de santé formatrice Finalité La gestion des déchets est liée à la gestion des piquants, tranchants et coupants avec le caractère évitable

Plus en détail

Gestion des déchets de soins en pratique.

Gestion des déchets de soins en pratique. Gestion des déchets de soins en pratique. Denis Thillard (ARLIN HN) 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Questions Choisir la bonne filière

Plus en détail

Réglementation Organisation Marché Perspectives

Réglementation Organisation Marché Perspectives Réglementation Organisation Marché Perspectives Données 2010 1 ère Édition Activités de soins à risques infectieux des patients en autotraitement (DASRI) Collection Repères À la différence de la grande

Plus en détail

LES DECHETS. Définition: Définitions des déchets hospitaliers

LES DECHETS. Définition: Définitions des déchets hospitaliers LES DECHETS Définition: «Tout résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation, toute substance,matériau, produit ou plus généralement, tout bien meuble abandonné ou que son détenteur

Plus en détail

Déchets et développement durable : peut-on réduire la quantité de DASRI? Retour d expériences Pistes de réflexions

Déchets et développement durable : peut-on réduire la quantité de DASRI? Retour d expériences Pistes de réflexions Déchets et développement durable : peut-on réduire la quantité de DASRI? Retour d expériences Pistes de réflexions Aurélie Boucherat Biohygiéniste, Référente Déchets CHRU Besançon 03.81.66.90.51 aboucherat@chu-besancon.fr

Plus en détail

CIRCUIT D ELIMINATION DES DECHETS ISSUS DES ACTIVITES DE SOINS

CIRCUIT D ELIMINATION DES DECHETS ISSUS DES ACTIVITES DE SOINS PR SPI 12 Indice de révision 02 CIRCUIT D ELIMINATION DES DECHETS ISSUS DES ACTIVITES DE SOINS Date d application : 24/07/2009 Objet de la procédure Structures concernées Fonctions impliquées Documents

Plus en détail

GESTION DES DECHETS ET DU LINGE. Véronique Pelaud

GESTION DES DECHETS ET DU LINGE. Véronique Pelaud GESTION DES DECHETS ET DU LINGE Véronique Pelaud GESTION DES DECHETS ET DU LINGE En imagerie médicale m non interventionnelle, il n existe pas de circuits différenti rentiés s pour le propre et le sale.

Plus en détail

ÇA COMPOSTE E N C H A R E N T E. Inauguration du 11 juin à 18h30 Résidence «La Croix Chadenne» à Châteauneuf-sur-Charente

ÇA COMPOSTE E N C H A R E N T E. Inauguration du 11 juin à 18h30 Résidence «La Croix Chadenne» à Châteauneuf-sur-Charente ÇA COMPOSTE E N C H A R E N T E 16 éme opération de compostage de quartier Inauguration du 11 juin à 18h30 Résidence «La Croix Chadenne» à Châteauneuf-sur-Charente Contact : Alexa BADIN Responsable communication

Plus en détail

AIDE À DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX PROFESSIONNELS, VOUS ÊTES RESPONSABLES DE VOS DÉCHETS DASRI DASRI

AIDE À DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX PROFESSIONNELS, VOUS ÊTES RESPONSABLES DE VOS DÉCHETS DASRI DASRI AIDE À DASRI DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX PROFESSIONNELS, VOUS ÊTES RESPONSABLES DE VOS DÉCHETS DASRI Infirmier, médecin généraliste, médecin spécialiste, chirurgien-dentiste, pédicure-podologue,

Plus en détail

Risque d AES lié aux perforants contenus dans les autotests

Risque d AES lié aux perforants contenus dans les autotests Risque d AES lié aux perforants contenus dans les autotests Demande d information du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) au GERES, septembre 2015 1 Contexte de la demande du HCSP HCSP : mission de

Plus en détail

Activités de soins à risques infectieux des patients en autotraitement

Activités de soins à risques infectieux des patients en autotraitement Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives européenne Données 2014 Activités de soins à risques infectieux des patients en autotraitement Collection Repères Ce qu il

Plus en détail

Sommaire. CALITOM, service public des déchets... p 24 GRANDANGOULÊME... p.25

Sommaire. CALITOM, service public des déchets... p 24 GRANDANGOULÊME... p.25 1 Sommaire Le poids des déchets en Charente... p 3 Le choix d un centre de tri départemental au bénéfice des charentais... p 4 Calitom et GrandAngoulême : une entente intercommunale... p 5 Mornac, commune

Plus en détail

COSMOLYS PRESENTATION GENERALE. COSMOLYS présentation 1

COSMOLYS PRESENTATION GENERALE. COSMOLYS présentation 1 COSMOLYS PRESENTATION GENERALE COSMOLYS présentation 1 Présentation générale de COSMOLYS : Qui est Cosmolys? Le contexte réglementaire Les prestations de Cosmolys Les «plus» de Cosmolys COSMOLYS présentation

Plus en détail

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux DASRI Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 LE TRI 7 1. Déchets Assimilables aux Ordures Ménagères - DAOM 7 2. Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux - DASRI

Plus en détail

Sommaire. Calitom... p 13

Sommaire. Calitom... p 13 Sommaire Une démarche politique forte pour une fiscalité juste... p 3 Agir en Charente, premier pas d une initiative nationale... p 4 Pétition : le sens de l action collective... p 5 Deux évolutions fiscales

Plus en détail

Commission HAD circuit du médicament PROTOCOLE

Commission HAD circuit du médicament PROTOCOLE Commission HAD circuit du médicament Page 1/6 1. DEFINITION : L élimination des déchets solides dans les soins consiste en : un tri, une collecte, un stockage intermédiaire (container voiture), un transport

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 04 avril 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 04 avril 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 04 avril 2007 CONCLUSIONS Nom : Kit collecteur de déchets de soins associé aux aiguilles BD Micro-Fine pour stylos injecteurs Modèles

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène A)Cadre législatif B)Les généralités C)Les objectifs du tri D)Définition E)Classification des déchets L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS 1)Les déchets de

Plus en détail

Elimination des déchets issus des activités de soins

Elimination des déchets issus des activités de soins Elimination des déchets issus des activités de soins D après un support EOH G HUMBERT Présentation 2014 Corinne Mignot IDE hygiéniste Définition «Déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et

Plus en détail

GESTION DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS EN ACTIVITE LIBERALE

GESTION DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS EN ACTIVITE LIBERALE GESTION DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS EN ACTIVITE LIBERALE En France, de nombreux textes réglementent la gestion des déchets. La Loi n 75-633 du 15 juillet 1975 modifiée par les lois du 13 juillet 1992

Plus en détail

Accident d exposition au sang

Accident d exposition au sang Accident d exposition au sang 1. Définition : On définit comme accident avec exposition au sang tout contact percutané (piqûre, coupure) ou muqueux (œil, bouche) ou sur peau lésée (eczéma, plaie) avec

Plus en détail

AVIS N du 29 avril relatif au projet de PREDAS. présenté au nom de la Commission de la Santé, de la Solidarité et des Affaires Sociales

AVIS N du 29 avril relatif au projet de PREDAS. présenté au nom de la Commission de la Santé, de la Solidarité et des Affaires Sociales AVIS N 2009-06 du 29 avril 2009 relatif au projet de PREDAS (Plan Régional d Elimination des Déchets d Activités de Soins à risques infectieux) présenté au nom de la Commission de la Santé, de la Solidarité

Plus en détail

Glossaire. & lexique

Glossaire. & lexique Glossaire & lexique Déchets d actvités de soins à risques - Comment les éliminer Glossaire B Boîte pour déchets perforants : emballage portatif à usage unique conçu pour la collecte de déchets perforants,

Plus en détail

Dossier de presse. Le tri avance, la collecte s adapte. 14 septembre Contact presse : Alexa BADIN

Dossier de presse. Le tri avance, la collecte s adapte. 14 septembre Contact presse : Alexa BADIN Dossier de presse Le tri avance, la collecte s adapte 14 septembre 2016 Contact presse : Alexa BADIN 05 45 65 22 52 abadin@calitom.com 1 Sommaire Moins d ordures ménagères... p 3 Une évolution autorisée

Plus en détail

Les nouvelles filières REP en 2013

Les nouvelles filières REP en 2013 Mardi 6 Mai 2014 Les nouvelles filières REP en 2013 DASRI des PAT TLC DDS DEEE PRO DEA PRO 1ères Rencontres 1 DASRI des PAT Produits concernés: Ce sont les DASRI perforants (piquants, coupants, tranchants)

Plus en détail

DASRI et assimilés. Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux

DASRI et assimilés. Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux DASRI et assimilés Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux Définition : Tous déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif,

Plus en détail

DASRI : état des lieux PACA

DASRI : état des lieux PACA DASRI : état des lieux PACA 10 Octobre 2014 XX/XX/XX 2 Rappel : DASRI???????????? Déchets d Activité de Soins à Risques Infectieux Déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif,

Plus en détail

Etes-vous certain d éliminer vos DASRI (Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux) dans une filière sécurisée?

Etes-vous certain d éliminer vos DASRI (Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux) dans une filière sécurisée? Béatrice BRESSON - 1er décembre 2015 Etes-vous certain d éliminer vos DASRI (Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux) dans une filière sécurisée? L Agence régionale de santé Midi-Pyrénées en

Plus en détail

SEM de La Braconne. Dossier de presse - Mars 2015. Contact presse Alexa Badin, responsable communication Calitom : 05 45 65 22 52 - abadin@calitom.

SEM de La Braconne. Dossier de presse - Mars 2015. Contact presse Alexa Badin, responsable communication Calitom : 05 45 65 22 52 - abadin@calitom. SEM de La Braconne Dossier de presse - Mars 2015 Contact presse Alexa Badin, responsable communication Calitom : 05 45 65 22 52 - abadin@calitom.com 1 2 Sommaire Mornac, commune d accueil... p 5 Les études

Plus en détail

Le département de la Charente

Le département de la Charente Le département de la Charente Rencontre Régionale "Prévention et gestion des déchets" Poitiers Jeudi 1er décembre 2011 Planification Les acteurs publics sur les déchets en Charente 5 EPCI Collecte 2 EPCI

Plus en détail

Gestion en France des déchets d activités de soins à risques : dispositions actuelles et perspectives

Gestion en France des déchets d activités de soins à risques : dispositions actuelles et perspectives Gestion en France des déchets d activités de soins à risques : dispositions actuelles et perspectives Jean-Marc DI GUARDIA Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative Direction

Plus en détail

QUELLES PRIORITÉS EN TERMES DE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ POUR LES SOIGNANTS EN AFRIQUE

QUELLES PRIORITÉS EN TERMES DE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ POUR LES SOIGNANTS EN AFRIQUE QUELLES PRIORITÉS EN TERMES DE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ POUR LES SOIGNANTS EN AFRIQUE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ EN AFRIQUE : ÉTAT DES LIEUX DES POLITIQUES NATIONALES ET EXPÉRIENCES DE TERRAIN DANS LES PED Dr

Plus en détail

Gestion des déchets d une unité de prise en charge des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola Ines Dakhli, DHMPE Tunis, 10 Septembre2014

Gestion des déchets d une unité de prise en charge des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola Ines Dakhli, DHMPE Tunis, 10 Septembre2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE Gestion des déchets d une unité de prise en charge des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola Ines Dakhli, DHMPE Tunis, 10 Septembre2014 1 Introduction Les

Plus en détail

11èmes Journées de prévention des infections associées aux soins de Guadeloupe 11 et 12 décembre 2014 Les DASRI en Guadeloupe

11èmes Journées de prévention des infections associées aux soins de Guadeloupe 11 et 12 décembre 2014 Les DASRI en Guadeloupe 11èmes Journées de prévention des infections associées aux soins de Guadeloupe 11 et 12 décembre 2014 Les DASRI en Guadeloupe Claire LIETARD Pôle Veille et sécurité sanitaire 2 Introduction Compétences

Plus en détail

Déchets d Activité de Soins à Risques Infectieux

Déchets d Activité de Soins à Risques Infectieux Déchets d Activité de Soins à Risques Infectieux Tri et conditionnement Aspects réglementaires Directive européenne 2008/98/CE du PARLEMENT EUROPÉEN et du CONSEIL du 19 /11/ 2008 Article 17 Contrôle des

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES

IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES Pascale MARTIN-TANIS Infirmière de santé au travail OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES Code du travail: Obligations de l employeur Art L4121 Assurer

Plus en détail

Les déchets d activités de soins:

Les déchets d activités de soins: Les déchets d activités de soins: Expérience du CHU F. Bourguiba de Monastir M.S. Haddad Service d Hygiène Hospitalière Introduction L'HOPITAL Projet de développement social, économique Diverses communautés

Plus en détail

Et si vous passiez au verre?

Et si vous passiez au verre? Attention, les sacs noirs contenant du verre ne sont plus collectés! Contact : Alexa BADIN - Responsable communication 05.45.05.22.52 / abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82

Plus en détail

Le tri des déchets dans les établissements de santé

Le tri des déchets dans les établissements de santé Le tri des déchets dans les établissements de santé Définition : Déchets d activité de soins Décret N 97-1048 du 6 novembre 1997 Ce sont les déchets issus des activités de diagnostic, de suivi, et de traitement

Plus en détail

H. BOULESTREAU Médecin Hygiéniste CHU de Bordeaux Patrick Binder ARS

H. BOULESTREAU Médecin Hygiéniste CHU de Bordeaux Patrick Binder ARS 1 -1-2 Guide Ministère 2009 3 Guide Ministère 2009 4 Réglementation applicable aux déchets d activités de soins à risques infectieux et assimilés et aux pièces anatomiques Décret du 6 novembre 1997 relatif

Plus en détail

Les caractéristiques de l établissement

Les caractéristiques de l établissement Étude sur la collecte et le traitement de la méthadone et des médicaments non utilisés dans les centres de soins, d accompagnement et de prévention en addictologie Ce questionnaire est destiné à réaliser

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.15/AC.1/2005/52 22 juin 2005 Original: FRANCAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail

Plus en détail

Généralités. A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg. Augmentation des coûts d élimination

Généralités. A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg. Augmentation des coûts d élimination Gestion des déchets Généralités A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg Augmentation des coûts d élimination Véritable problème de santé publique Définitions DECHET : Tout

Plus en détail

Les mesures d hygiène et la prévention du risque infectieux

Les mesures d hygiène et la prévention du risque infectieux Les mesures d hygiène et la prévention du risque infectieux Initiatives et expériences en pratique de médecine libérale Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de Bretagne L hygiène d un lieu de soins,

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la gestion des déchets produits par les autotests et les dispositifs médicaux contenant un perforant protégé et éventuellement un dispositif électronique et des piles 17 novembre 2015 Par

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Les précautions standard Septembre 2004

Plus en détail

Dossier de presse. La collecte se réorganise sur le département. 29 mars Contact presse : Alexa BADIN

Dossier de presse. La collecte se réorganise sur le département. 29 mars Contact presse : Alexa BADIN Dossier de presse La collecte se réorganise sur le département 29 mars 2017 Contact presse : Alexa BADIN 05 45 65 22 52 abadin@calitom.com 1 Sommaire La collecte à la carte... p 3 La collecte tous les

Plus en détail

SERVICE DE COLLECTE A L'ATTENTION DES PRODUCTEURS DE DECHETS DANGEREUX B2 ET TOXIQUES DES SECTEURS MEDICAL, VETERINAIRE ET AGRICOLE

SERVICE DE COLLECTE A L'ATTENTION DES PRODUCTEURS DE DECHETS DANGEREUX B2 ET TOXIQUES DES SECTEURS MEDICAL, VETERINAIRE ET AGRICOLE SERVICE DE COLLECTE A L'ATTENTION DES PRODUCTEURS DE DECHETS DANGEREUX B2 ET TOXIQUES DES SECTEURS MEDICAL, VETERINAIRE ET AGRICOLE TABLE DES MATIERES 1. Définition du service... 3 2. Les objectifs du

Plus en détail

ÇA COMPOSTE E N C H A R E N T E

ÇA COMPOSTE E N C H A R E N T E ÇA COMPOSTE E N C H A R E N T E 1 ère opération de compostage de quartier Inauguration du 4 mai 2011 à Barbezieux Contact presse : Alexa BADIN Responsable communication Calitom - tél 05 45 65 82 50 1 Comment

Plus en détail

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste L 'hygiène peut être définie comme un ensemble de méthodes visant à assurer le bien-être physique

Plus en détail

Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie A Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Domaines d'intervention / Déchets / A chaque déchet des solutions / Déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI) A chaque déchet

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

«1,4 million de patients en auto-traitement : Quelles sont leurs pratiques?»

«1,4 million de patients en auto-traitement : Quelles sont leurs pratiques?» Octobre 2014 «1,4 million de patients en auto-traitement : Quelles sont leurs pratiques?» Enquêtes sur les pratiques des patients en auto-traitement et des pharmaciens en matière de DASRI Sondages Ifop

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SUR LA FILIÈRE ET LE TRI DES DÉCHETS À L HÔPITAL LOCAL DE SOULTZ

RAPPORT D AUDIT SUR LA FILIÈRE ET LE TRI DES DÉCHETS À L HÔPITAL LOCAL DE SOULTZ RAPPORT D AUDIT SUR LA FILIÈRE ET LE TRI DES DÉCHETS À L HÔPITAL LOCAL DE SOULTZ Date de l audit : jeudi 23 août 2007 Audit et rapport réalisés par : Christelle KOCH Estelle ESCHBACH Service audité : Unité

Plus en détail

Situation de la gestion des déchets charentais et perspectives

Situation de la gestion des déchets charentais et perspectives Situation de la gestion des déchets charentais et perspectives Contexte réglementaire : Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte Titre IV Lutter contre les gaspillages et promouvoir

Plus en détail

Systèmes de collecte et traitement des déchets d activités de soins à risques infectieux

Systèmes de collecte et traitement des déchets d activités de soins à risques infectieux Systèmes de collecte et traitement des déchets d activités de soins à risques infectieux Jean-Marc DI GUARDIA Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative Direction Générale

Plus en détail

Gestion des déchets en imagerie médicale. Dr Hervé LECLET, Martine MADOUX Santopta

Gestion des déchets en imagerie médicale. Dr Hervé LECLET, Martine MADOUX Santopta Gestion des déchets en imagerie médicale Dr Hervé LECLET, Martine MADOUX Santopta Le référentiel de labellisation des cabinets et services d'imagerie médicale (Version 2.3 de juin 2009) impose au cabinet/service

Plus en détail

Journée régionale ADEME. Améliorer la valorisation des déchets organiques

Journée régionale ADEME. Améliorer la valorisation des déchets organiques Journée régionale ADEME Améliorer la valorisation des déchets organiques Châteauneuf sur Loire le 5 mai 2011 ORDRE DU JOUR CONTEXTE 1 PROPOSITIONS DE L ETUDE REALISATIONS BILAN 2 3 4 CONTEXTE Dreux agglomération

Plus en détail

II.Les différents modes de traitements des déchets

II.Les différents modes de traitements des déchets Semaine : n 30 (du 22/05/17 au 26/05/17) Date : 22/05/2017 La gestion des déchets en pharmacie UE IX :Cycle de vie du médicament Circuit produits de santé Pas de diaporama Heure : de 14h00 à 15h00 Professeur

Plus en détail

Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques

Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques Dr Régine CORA Pharmacien hygiéniste Clinique CJAO D après les documents de l EIDLIN Drôme Ardèche,du CCLIN sud-est. Nombreuses diapositive du

Plus en détail

EOH. juillet-septembre CSSR Alexis Léaud, Saint Jean d Aulps Hôpital Camille Blanc, Evian

EOH. juillet-septembre CSSR Alexis Léaud, Saint Jean d Aulps Hôpital Camille Blanc, Evian + EOH Équipe Opérationnelle Hygiène AUDIT TRI DES DÉCHETS juillet-septembre 2012 CSSR Alexis Léaud, Saint Jean d Aulps Hôpital Camille Blanc, Evian + Objectifs 2 Évaluer si le personnel soignant et logistique

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Septembre 2015 Les précautions standard

Plus en détail

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 22 avril 2013 PLU approuvé le : Vu pour être annexé à la délibération du

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 22 avril 2013 PLU approuvé le : Vu pour être annexé à la délibération du PLU arrêté le: 22 avril 2013 PLU approuvé le : Vu pour être annexé à la délibération du 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES PLU V i l l e d e V i l l e j u i f P l a n L o c a l d U r b a n i s m e D É P A

Plus en détail

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 22 avril 2013 PLU approuvé le : 12 décembre 2013

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 22 avril 2013 PLU approuvé le : 12 décembre 2013 PLU arrêté le: 22 avril 2013 PLU approuvé le : 12 décembre 2013 Vu pour être annexé à la délibération du 12 décembre 2013 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES PLU V i l l e d e V i l l e j u i f P l a n L o

Plus en détail

LES DECHETS. UE 2.10 S1 Promotion 2015-2018 24/09/2015 1

LES DECHETS. UE 2.10 S1 Promotion 2015-2018 24/09/2015 1 LES DECHETS UE 2.10 S1 Promotion 2015-2018 24/09/2015 1 REGLEMENTATION Loi du 15 juillet 1975 «définit le DECHET comme étant un résidu de processus de production, de transformation ou d élimination» Décret

Plus en détail

Le déconditionnement des déchets alimentaires, nouvelle solution pour le traitement des de déchets organiques en Gironde : «Désemballez-moi!

Le déconditionnement des déchets alimentaires, nouvelle solution pour le traitement des de déchets organiques en Gironde : «Désemballez-moi! DOSSIER DE PRESSE LE 16 AVRIL 2013 Le déconditionnement des déchets alimentaires, nouvelle solution pour le traitement des de déchets organiques en Gironde : «Désemballez-moi!» Transformées, conditionnées

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

Décret exécutif n du 15 Chaoual 1424 correspondant au 9 décembre 2003 définissant les modalités de gestion des déchets d'activités de soins

Décret exécutif n du 15 Chaoual 1424 correspondant au 9 décembre 2003 définissant les modalités de gestion des déchets d'activités de soins Décret exécutif n 2003-478 du 15 Chaoual 1424 correspondant au 9 décembre 2003 définissant les modalités de gestion des déchets d'activités de soins Le Chef du Gouvernement, Sur le rapport du ministre

Plus en détail

Désinfection d un chariot de soins

Désinfection d un chariot de soins Désinfection d un chariot de soins UE 4.1 S.1 SOINS DE CONFORT ET DE BIEN ETRE IFSI DE ST DENIS PROMOTION 2011-2014 1 1 Généralités PLAN Définition Les différents types de chariots Le chariot le plus simple

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

La recyclerie de calitom

La recyclerie de calitom La recyclerie de calitom Une première en charente Inauguration du 24 mai 2011 à Poullignac Contact presse : Alexa BADIN Responsable communication Calitom - tél 05 45 65 82 50 1 Sommaire La priorité du

Plus en détail

Création et gestion d'un réseau national de collecte et de traitement des Déchets des Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI)

Création et gestion d'un réseau national de collecte et de traitement des Déchets des Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) Création et gestion d'un réseau national de collecte et de traitement des Déchets des Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) organisme libanais à but non lucratif créé en 1985, avec et pour toute

Plus en détail

Gestion des déchets Cadre Réglementaire et filières

Gestion des déchets Cadre Réglementaire et filières Gestion des déchets Cadre Réglementaire et filières Unité Risques Chroniques et Déchets 20/11/2014 Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr Sommaire

Plus en détail

L ÉLIMINATION des DÉCHETS SOLIDES

L ÉLIMINATION des DÉCHETS SOLIDES DOCUMENT INFORMATIF L ÉLIMINATION des DÉCHETS SOLIDES Émetteur : Direction des Soins./CESF 0092-DOC- HYG-ENV- 003-001 Processus : Hygiène - Environnement Rubrique de classement : Environnement P : 1/27

Plus en détail

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie.

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie. Réalisation d un pansement Référence N 124 Date d application Version Nombre d annexes 20/12/2011 01 2 Date Nom Fonction Rédaction 26/05/2011 Groupe de travail FAQ n 65 / Annexe n 1 Vérification 21/07/2011

Plus en détail

La gestion des DASRI dans les centres de tri des emballages ménagers

La gestion des DASRI dans les centres de tri des emballages ménagers La gestion des DASRI dans les centres de tri des emballages ménagers Sondage Ifop pour DASTRI Juin 2016 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour DASTRI Echantillon Consultation menée auprès de l

Plus en détail

Élimination des déchets médicaux Guide de consultation rapide

Élimination des déchets médicaux Guide de consultation rapide Élimination des déchets médicaux Guide de consultation rapide En tant que client recevant des soins à domicile, vous et votre famille (ou soignant) avez la responsabilité d éliminer les déchets médicaux

Plus en détail

SYTEVOM Un territoire en actions!

SYTEVOM Un territoire en actions! SYTEVOM Un territoire en actions! L engagement d un territoire français vers la réduction des déchets résiduels et la valorisation matière par Franck Tisserand, Président du SYTEVOM Sherbrooke, le 27 Octobre

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Règles d hygiène Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques Objectifs du soin Appliquer les bonnes pratiques afin de réduire le risque infectieux

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 LES PRECAUTIONS STANDARD Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 1 UN PEU D HISTOIRE.. En 1985, découverte VIH = virus responsable du SIDA Protection des patients et du personnel Précautions Universelles

Plus en détail

Contact : Alexa BADIN - Responsable communication - Tél :

Contact : Alexa BADIN - Responsable communication - Tél : Dossier de presse Contact : Alexa BADIN - Responsable communication - Tél : 05 45 05 22 52 - abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82 50 / Fax 05 45 65 82 55 / Numéro vert : 0

Plus en détail

Rapport annuel 2014 sur la qualité et le prix du service public d élimination des déchets

Rapport annuel 2014 sur la qualité et le prix du service public d élimination des déchets Rapport annuel 2014 sur la qualité et le prix du service public d élimination des déchets La redevance incitative en 2014 Ø 1 er janvier 2014 : 3 ème facturation de la redevance incitative (partie fixe

Plus en détail

Comment injecter. Le patient ne doit pas faire l injection de CIMZIA s il n est pas sûr d avoir compris la méthode de préparation et d injection.

Comment injecter. Le patient ne doit pas faire l injection de CIMZIA s il n est pas sûr d avoir compris la méthode de préparation et d injection. Comment injecter CIMZIA s administre par injection sous-cutanée qui peut être réalisée par un(e) infirmièr(e) libéral(e) ou, après une formation appropriée, par le patient lui-même ou une personne de son

Plus en détail

HYGIENE DES SOLS, DES SURFACES ET DES MAINS TRI DES DECHETS ET STERILISATION

HYGIENE DES SOLS, DES SURFACES ET DES MAINS TRI DES DECHETS ET STERILISATION UC 3 HYGIENE MODULE 3.2. ET 3.3. HYGIENE DES SOLS, DES SURFACES ET DES MAINS TRI DES DECHETS ET STERILISATION EVALUATION FORMATIVE A Nom Prénom : PROMOTION : 1. Cochez dans la liste ci-dessous les 2 pièces

Plus en détail

Prévention du risque AES en service de psychiatrie

Prévention du risque AES en service de psychiatrie Prévention du risque AES en service de psychiatrie Journée d information de l Antenne Régionale du CCLIN 27 Mai 2010 Séverine AZALOT, IDE service hygiène Franck VANHOVE, Faisant Fonction cadre de santé

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS NON UTILISÉS

LES MÉDICAMENTS NON UTILISÉS LES MÉDICAMENTS NON UTILISÉS DONNÉES FRANCILIENNES 2015 Extrait de la publication sur les «Filières à Responsabilité Élargie du Producteur en Île-de-France en 2015» qui comprend l étude de13 filières.

Plus en détail

Filières à Responsabilité Elargie des Producteurs : Quelle actualité? Toulouse, 14 février 2013

Filières à Responsabilité Elargie des Producteurs : Quelle actualité? Toulouse, 14 février 2013 Filières à Responsabilité Elargie des Producteurs : Quelle actualité? Toulouse, 14 février 2013 LA RESPONSABILITE ELARGIE DES PRODUCTEURS DEUX OBJECTIFS PRINCIPAUX TRANSFERER LA CHARGE DES COLLECTIVITES

Plus en détail

Tri et Gestion des déchets en EHPAD

Tri et Gestion des déchets en EHPAD Tri et Gestion des déchets en EHPAD Réponses attendues et commentées du questionnaire d évaluation des connaissances Dominique MARTIN - 2016 IDE Hygiéniste en EHPAD fédérés Responsabilités du personnel

Plus en détail

«Grenelle de l Environnement, source de valeur pour l entreprise» Passer du déchet à la matière

«Grenelle de l Environnement, source de valeur pour l entreprise» Passer du déchet à la matière «Grenelle de l Environnement, source de valeur pour l entreprise» Passer du déchet à la matière PARTIE 1 PARTIE 2 Le nouveau cadre règlementaire des Grenelle 1 et 2 Les déchets des entreprises en France

Plus en détail

Assemblée Générale de l Association des Diabétiques de Nord Lorraine. Thionville, le 15 mars 2014

Assemblée Générale de l Association des Diabétiques de Nord Lorraine. Thionville, le 15 mars 2014 Assemblée Générale de l Association des Diabétiques de Nord Lorraine Thionville, le 15 mars 2014 Sommaire Qui sommes-nous? Où trouver des informations? Quel calendrier de mise en œuvre? Comment va fonctionner

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION EXTRAIT. Chrystel GARY Port : :

CATALOGUE FORMATION EXTRAIT. Chrystel GARY Port : : EXTRAIT 2017 CATALOGUE DE FORMATION 2 P a g e SOMMAIRE Audit Interne ISO 13485... 3 Management Intégré QSE... 4 Migration D un Système De Management De La Qualité Selon La Norme Iso 9001 Version 2015...

Plus en détail

REFECTION DES PANSEMENTS

REFECTION DES PANSEMENTS REFECTION DES PANSEMENTS Annie BRENET & Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Objectifs Matériel Technique Recommandations MAI 2013 2 Objectifs Réaliser un pansement est un acte de soin qui consiste à appliquer

Plus en détail

Les principaux textes applicables aux déchets d activités de soins

Les principaux textes applicables aux déchets d activités de soins 6 La réglementation Les principaux textes applicables aux déchets d activités de soins L ensemble des textes est disponible sur le site internet Légifrance (www.legifrance.gouv.fr) à l exception des circulaires

Plus en détail