COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS"

Transcription

1 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 50265/99 présentée par Alicia REBUFFEL contre la France La Cour européenne des Droits de l Homme (deuxième section), siégeant le 8 juillet 2003 en une chambre composée de MM. A.B. BAKA, président, J.-P. COSTA, Gaukur JÖRUNDSSON, L. LOUCAIDES, C. BIRSAN, M. UGREKHELIDZE, M me A. MULARONI, juges, et de M me S. DOLLE, greffière de section, Vu la requête susmentionnée introduite le 5 juillet 1999, Vu la décision de la Cour du 19 février 2002 de communiquer au gouvernement français («le Gouvernement») le grief tiré de la durée de la procédure, et de se prévaloir des dispositions de l article 29 3 de la Convention afin d examiner en même temps la recevabilité et le fond de l affaire, Vu les observations soumises par le gouvernement défendeur et celles présentées en réponse par la requérante, Après en avoir délibéré, rend la décision suivante :

2 2 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE EN FAIT La requérante, Alicia Rebuffel, est une ressortissante française, née en 1965 et résidant à Saint-Raphaël. Les faits de la cause, tels qu ils ont été exposés par les parties, peuvent se résumer comme suit. Des relations entre la requérante et son ancien compagnon naquit, à Fortde-France (Martinique), une fille en Les parents se séparèrent en février 1998, se rejetant mutuellement la responsabilité de cette rupture. En février 1998, alors que le père et l enfant était en vacances en Martinique, la requérante fut informée de ce que son compagnon avait l intention de s y établir avec sa fille et de ne pas revenir en métropole où se situait jusqu alors le domicile familial. Le 26 mars 1998, se prévalant de l urgence de la situation, le père de l enfant saisit le juge aux affaires familiales (JAF) du tribunal de grande instance de Fort-de-France, statuant en référé, pour que soit fixée chez lui la résidence habituelle de sa fille. Parallèlement, le 9 avril 1998, la requérante fit délivrer à son ancien compagnon une assignation à comparaître devant le juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance de Draguignan. Le 18 juin 1998, le juge aux affaires familiales rendit une ordonnance de référé par laquelle il rejeta l exception d incompétence territoriale soulevée par la requérante, au motif que le domicile familial ne se trouvait plus à Draguignan. Il ordonna une mesure d enquête sociale à la fois en Martinique et à Draguignan pour rencontrer les parents et l enfant, recueillir des informations sur la situation matérielle et morale de l enfant et évaluer les garanties éducatives offertes par chacun des parents. Il fixa provisoirement la résidence de l enfant chez le père et accorda provisoirement à la mère un droit de visite et d hébergement pendant la durée de toutes les grandes vacances d été L affaire fut renvoyée à une audience ultérieure dont la date devait être fixée après le dépôt des rapports (à produire dans un délai de trois mois). Le rapport d enquête concernant la requérante fut transmis au tribunal de grande instance de Fort-de-France le 24 août Celui concernant l ancien compagnon de la requérante fut daté du 30 août Une audience se tint le 19 novembre 1998, à l issue de laquelle il fut décidé que la requérante bénéficierait d un droit de visite et d hébergement exceptionnel sur sa fille pour les vacances de Noël 1998.

3 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE 3 Le 2 février 1999, la requérante déposa ses conclusions au fond tendant à ce que la résidence de l enfant soit fixée chez elle. L ancien compagnon de la requérante déposa quelques jours plus tard ses conclusions au fond tendant à ce que le juge fixe la résidence de l enfant chez lui et à ce que soit accordé à la requérante un droit d hébergement pendant les vacances. Entre-temps, la requérante demanda au JAF de pouvoir bénéficier d un droit de visite et d hébergement pour les vacances de février. Cette demande fut rejetée le 8 février Une audience se tint le 11 février A la demande des parties, l affaire fut successivement renvoyée au 10 juin 1999, puis au 16 septembre Le 16 septembre 1999, alors que l audience devait porter sur le droit de visite et d hébergement et sur la résidence de l enfant, l ancien compagnon de la requérante formula une demande nouvelle tendant au versement à son profit d une pension alimentaire. Il fut décidé d enregistrer cette demande comme nouvelle affaire et de la renvoyer au 21 octobre L affaire portant sur le droit de visite et d hébergement et la résidence de l enfant fut mise au délibéré au 14 octobre Par ordonnance du 14 octobre 1999, le JAF de Fort-de-France fixa la résidence habituelle de l enfant chez son père à Fort-de-France, et accorda à la mère un droit de visite et d hébergement couvrant toutes les vacances scolaires. Il ajouta que les frais de billet d avion seraient partagés entre les parents et qu en cas de maladie de l enfant constatée médicalement et l empêchant de voyager, le droit de visite serait automatiquement repoussé aux vacances suivantes. Le 25 octobre 1999, la requérante fit appel de cette décision. Le 8 novembre 1999, le conseiller de la mise en état avertit le conseil de la requérante qu il aurait à communiquer les pièces qu il comptait produire ainsi que ses conclusions au plus tard le 25 janvier Le 15 novembre 1999, l ancien compagnon de la requérante déposa une demande d aide juridictionnelle. Le 17 décembre 1999, le bureau d aide juridictionnelle accueillit cette demande. Le 19 janvier 2000, le conseil de la requérante demanda une prorogation de deux mois du délai de dépôt de ses conclusions au motif que la requérante avait fait une demande d aide juridictionnelle. Le 24 janvier 2000, une demande d aide juridictionnelle concernant la procédure d appel de l ordonnance du 14 octobre 1999 fut déposée par la requérante. Le 27 janvier 2000, le conseil de la requérante déposa ses conclusions. Le 28 janvier, la prorogation demandée par la requérante le 19 janvier fut accordée, et le conseiller de la mise en état fixa une nouvelle date pour la communication des pièces et le dépôt des conclusions, soit le 1 er avril Par ordonnance contradictoire du 10 février 2000, le JAF débouta le père de l enfant de sa demande de pension alimentaire. Ce dernier forma un appel contre cette ordonnance le 1 er mars 2000.

4 4 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE Le 11 mai 2000, le conseil de l ancien compagnon de la requérante déposa ses conclusions. Le même jour, il fut enjoint au conseil de la requérante de conclure pour le 22 juin Il ne déposa ses conclusions que le 29 septembre 2000, et ne procéda à la communication des pièces que le 23 novembre Le juge de la mise en état rendit une ordonnance de clôture le 5 septembre 2000 dans la procédure concernant la pension alimentaire, en fixant l audience au 29 septembre Le 14 septembre 2000, il fut enjoint au conseil de l ancien compagnon de la requérante de conclure en réplique pour le 23 novembre 2000 dans l affaire relative au domicile de la fille. A cette date, son conseil déposa des conclusions en réplique. Le conseiller de la mise en état accorda un délai de grâce d un mois pour d éventuelles répliques de la requérante, afin que soit respecté le contradictoire. Par arrêt du 13 octobre 2000, la cour d appel de Fort-de-France rendit un arrêt de réouverture de débats et de jonction des procédures relatives respectivement à la résidence de l enfant et à la pension alimentaire de l ancien compagnon de la requérante, dans l intérêt d une bonne administration de la justice. Le 23 novembre 2000, il fut enjoint au conseil de la requérante de conclure en réplique pour le 25 janvier Il ne déposa ses conclusions que le 29 janvier Un nouveau délai de grâce d un mois fut accordé, cette fois à l ancien compagnon de la requérante. Le 8 mars 2001, la procédure fut close et l audience de plaidoiries fut fixée au 30 mars Le 8 juin 2001, la cour d appel de Fort-de-France rendit son arrêt. Elle fixa la résidence habituelle de l enfant auprès de son père et accorda un droit de visite et d hébergement à la mère. Aucun pourvoi en cassation ne fut formé contre cet arrêt. GRIEFS 1. Invoquant l article 6 1 de la Convention, la requérante se plaint de ce que la procédure n a pas été menée dans un délai raisonnable. 2. Invoquant la même disposition, la requérante se plaint de ce que le procès n a pas été équitable dans la mesure où le père de l enfant aurait trompé le tribunal en invoquant qu il était obligé de rester en Martinique, ce qui aurait eu pour conséquence un changement de compétence territoriale des tribunaux.

5 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE 5 EN DROIT 1. La requérante allègue que la durée de la procédure a méconnu le principe du «délai raisonnable» tel que prévu par l article 6 1 de la Convention aux termes duquel : «Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement (...) dans un délai raisonnable, par un tribunal (...), qui décidera (...) des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil (...)» Le Gouvernement soutient à titre principal que la requérante n a pas épuisé les voies de recours internes au sens de l article 35 1 de la Convention. Il souligne à cet égard que la requérante avait la possibilité de soumettre son grief tiré de la durée de la procédure aux juridictions françaises dans le cadre d une action en responsabilité fondée sur l article L du code de l organisation judiciaire. Une récente évolution de la jurisprudence interne démontrerait le caractère «effectif» d un tel recours. A titre subsidiaire, le Gouvernement relève que la procédure a commencé le 26 mars 1998 avec la saisine du JAF statuant comme juge des référés et s est achevée par l arrêt de la cour d appel de Fort-de-France du 8 juin Il rappelle qu un contentieux relatif à la garde d un enfant et au droit de visite et d hébergement des parents a déjà été considéré par la Cour comme présentant un enjeu important pour les intéressés. Toutefois, en l espèce, toutes les mesures provisoires pour aménager la garde de l enfant en attendant la décision définitive auraient été prises dans des délais très brefs. Le Gouvernement affirme que l affaire présentait une certaine complexité en raison, d une part, des conséquences importantes de la décision finale pour un enfant mineur et, d autre part, de raisons pratiques liées à l éloignement géographique des résidences des parents. Par ailleurs, le Gouvernement relève que les parties ont demandé deux reports d audience devant le tribunal de grande instance, qui ont été à l origine d un délai supplémentaire de sept mois devant cette instance. Selon lui, la requérante n apporterait pas la preuve de ses allégations selon lesquelles la responsabilité de ces reports incomberait à la partie adverse, et ne fournirait pas de pièces attestant que son conseil aurait, le cas échéant, fait valoir des objections quant à ces demandes de reports. Devant la cour d appel, la requérante serait à l origine de l allongement des délais : elle aurait bénéficié d un report de deux mois pour déposer ses conclusions, et aurait fait un large usage des délais impartis pour déposer ses conclusions en allant jusqu à les dépasser à deux reprises. Elle aurait ainsi rallongé la procédure de dix mois. Le Gouvernement note à cet égard que le conseiller de la mise en état a usé de ses pouvoirs pour accélérer la procédure en délivrant trois

6 6 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE injonctions de conclure, dont deux visant la requérante. Le Gouvernement conclut que la procédure a été menée dans un délai raisonnable. La requérante affirme en premier lieu que l argument du Gouvernement tiré du non-épuisement des voies de recours internes est inopérant. En second lieu, la requérante estime que l enjeu du litige exigeait une célérité particulière des juridictions. Selon elle, la complexité de l affaire liée à la nécessité de faire procéder à des enquêtes sociales et à l éloignement géographique des parties ne saurait donc servir de justification à l allongement des délais. La requérante affirme par ailleurs avoir accompli les tâches qui lui incombaient dans les délais requis et avoir sollicité des juridictions qu elles passent outre les carences de la partie adverse. Selon elle, si le juge de la mise en état a bien donné des injonctions de conclure aux parties, il n a en revanche pas fait preuve d une réelle diligence pour assurer le bon déroulement de la procédure. Elle estime que les délais devant les juridictions ont été excessifs ; le juge n aurait pas veillé au bon déroulement de l instance. Elle conteste être à l origine de l allongement des délais, et met en cause le comportement de ses avocats. La Cour rappelle d abord qu aux termes de l article 35 1 de la Convention, elle ne peut être saisie qu après l épuisement des voies de recours internes et qu elle a déjà eu à se prononcer sur l article L du code de l organisation judiciaire au regard de cette exigence. Au vu de l évolution jurisprudentielle dont fait état le Gouvernement, la Cour a jugé que le recours fondé sur l article L du code de l organisation judiciaire permet de remédier à une violation alléguée du droit de voir sa cause entendue dans un «délai raisonnable» au sens de l article 6 1 de la Convention (Giummarra et autres c. France (déc.), n o 61166/00, 12 juin 2001), quel que soit l état de la procédure au plan interne (Mifsud c. France [GC] (déc.), n o 57220/00, 11 septembre 2002). Elle a précisé que ce recours avait acquis, à la date du 20 septembre 1999, le degré de certitude juridique requis pour pouvoir et devoir être utilisé aux fins de l article 35 1 de la Convention, parvenant en conséquence à la conclusion que tout grief tiré de la durée d une procédure judiciaire, introduit devant elle après le 20 septembre 1999 sans avoir préalablement été soumis aux juridictions internes dans le cadre d un recours fondé sur l article L du code de l organisation judiciaire, est en principe irrecevable, quel que soit l état de la procédure au plan interne. En l espèce, la requérante a saisi la Cour le 5 juillet 1999 et n était donc pas tenue d exercer ce recours préalablement. Il y a donc lieu de rejeter l exception. Il appartient ensuite à la Cour de déterminer la période à considérer pour apprécier la durée de la procédure. La Cour rappelle que l article 6 1 de la Convention ne s applique qu aux procédures dans lesquelles il est «décidé» d une contestation sur des droits et obligations de caractère civil. L article 6 ne s applique pas, en principe, aux procédures dans lesquelles ne peuvent être prises que des mesures préliminaires ou provisoires qui

7 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE 7 n affectent pas le fond de l affaire ou dans lesquelles une «contestation» n est pas tranchée (voir, notamment, APIS a.s. c. Slovaquie (déc.), n o 39754/98, 10 janvier 2000 et Jaffredou c. France (déc.), n o 39843/98, 15 décembre 1998). Toutefois, à supposer que l article 6 1 de la Convention s applique à la procédure litigieuse dans son ensemble, la Cour constate que celle-ci n a duré que trois ans, deux mois et treize jours pour trois degrés d instance. La Cour rappelle que le caractère raisonnable de la durée d une procédure s apprécie suivant les circonstances de la cause et eu égard aux critères consacrés par sa jurisprudence, en particulier la complexité de l affaire, le comportement du requérant et celui des autorités compétentes ainsi que l enjeu du litige pour les intéressés (voir, parmi beaucoup d autres, Frydlender c. France [GC], n o 30979/96, 43, CEDH 2000-VII). La Cour considère que la procédure présentait une certaine complexité. S agissant du comportement des autorités judiciaires, la Cour rappelle que l article 2 du nouveau code de procédure civile laisse l initiative aux parties : il leur incombe «d accomplir les actes de la procédure dans les formes et délais requis», de sorte que leur comportement a une influence particulière sur le déroulement de la procédure. Cela ne dispense pourtant pas les tribunaux de veiller à ce que le procès se déroule dans un délai raisonnable ; l article 3 du même code prescrit d ailleurs au juge de veiller au bon déroulement de l instance et l investit du «pouvoir d impartir les délais et d ordonner les mesures nécessaires». La Cour réaffirme qu il incombe aux Etats contractants d organiser leur système judiciaire de telle sorte que leurs juridictions puissent garantir à chacun le droit d obtenir une décision définitive sur les contestations relatives à ses droits et obligations de caractère civil dans un délai raisonnable (Vocaturo c. Italie, arrêt du 24 mai 1991, série A n o 206-C, p. 32, 17). Tel est d autant plus le cas s agissant de procédures en matière de garde d enfant qui, portant sur des points qui sont d une importance capitale pour la situation d un enfant mineur, doivent être résolues avec une célérité toute particulière (voir, E.P. c. Italie (déc.), n o 31127/96, CEDH, 16 novembre 1999, non publiée). Il s agit en l espèce d une procédure par laquelle les juridictions étaient appelées à déterminer la résidence habituelle d un enfant mineur et les droits de visite et d hébergement à son égard, et l enjeu du litige exigeait donc une célérité des juridictions internes. La Cour estime que les juridictions appelées à statuer sur le fond du litige ont rendu leurs décisions dans des délais qui, en soi, ne sauraient être considérés comme excessifs : le JAF a statué sur le fond du litige en moins d un an et deux mois ; la cour d appel a, quant à elle, rendu son arrêt en un an, sept mois et quatorze jours. La Cour relève de surcroît que, devant la cour d appel, le conseiller de la mise en état a fixé des délais aux parties pour conclure et, lorsqu ils n étaient pas respectés, leur a délivré des

8 8 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE injonctions de conclure (deux injonctions ont été délivrées à l égard de la requérante, une à l égard de la partie adverse). S agissant du comportement de la requérante, la Cour estime qu on ne saurait lui reprocher d avoir fait usage des diverses possibilités procédurales que lui ouvrait le droit interne. Toutefois, le comportement de la requérante constitue un élément objectif, non imputable à l Etat défendeur et qui entre en ligne de compte pour déterminer s il y a eu ou non dépassement du délai raisonnable de l article 6 1 (Wiesinger c. Autriche, arrêt du 30 octobre 1991, série A n o 213, 57 ; Erkner et Hofauer c. Autriche, arrêt du 23 avril 1987, série A n o 117, 68). La Cour estime devoir tenir compte en premier lieu de ce que les renvois d audience sollicités devant le JAF par les parties sont à l origine d un délai de plus de sept mois. A plusieurs reprises, la requérante elle-même ou par l intermédiaire de ses conseils n a pas respecté les délais qui avaient été fixés par le conseiller de la mise en état de la cour d appel, obligeant ce dernier à délivrer à son égard deux injonctions de conclure. Ainsi par exemple, après la prorogation de délai de deux mois (jusqu au 1 er avril 2000) accordée par le conseiller de la mise en état à la requérante pour le dépôt de ses conclusions, il a fallu attendre près de six mois pour que la requérante, après une injonction de conclure, dépose enfin ses conclusions, puis encore presque deux mois avant qu elle communique ses pièces. La Cour déduit de ce qui précède que la durée de la procédure litigieuse n est sans aucun doute pas imputable aux autorités judiciaires. Partant, il convient de mettre fin à l application de l article 29 3 de la Convention et de rejeter ce grief comme manifestement mal fondé en application de l article 35 3 et 4 de la Convention. 2. La requérante se plaint par ailleurs de l iniquité de la procédure sur le fondement de l article 6 1 de la Convention. Toutefois, la Cour n est pas appelée à se prononcer sur le point de savoir si les faits présentés par la requérante révèlent l apparence d une violation de la Convention. Elle rappelle qu aux termes de l article 35 1 de la Convention, elle ne peut être saisie qu après l épuisement des voies de recours internes. En l espèce, la Cour relève que la requérante ne s est pas pourvue en cassation contre l arrêt rendu par la cour d appel de Fort-de-France le 8 juin 2001.

9 DÉCISION REBUFFEL c. FRANCE 9 Il s ensuit que ce grief doit être rejeté pour non-épuisement des voies de recours internes, en application de l article 35 1 et 4 de la Convention. Par ces motifs, la Cour, à l unanimité, Déclare la requête irrecevable. S. DOLLE A.B. BAKA Greffière Président

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42400/98 présentée par Paul

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. AFFAIRE MAVRAKIS c. GRÈCE. (Requête n o 21591/13)

PREMIÈRE SECTION. AFFAIRE MAVRAKIS c. GRÈCE. (Requête n o 21591/13) PREMIÈRE SECTION AFFAIRE MAVRAKIS c. GRÈCE (Requête n o 21591/13) ARRÊT STRASBOURG 7 septembre 2017 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT MAVRAKIS c. GRÈCE 1 En l affaire

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête N 36054/97 présentée par Jean-Paul VERILLI contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête N 36054/97 présentée par Jean-Paul VERILLI contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête N 36054/97 présentée par Jean-Paul VERILLI contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Deuxième Chambre), siégeant en chambre du conseil le 16 avril

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 1814/02 présentée par

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE MAILLARD BOUS c. PORTUGAL (Requête n 41288/98) ARRÊT STRASBOURG 28 juin

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL. (Requête n 39297/98)

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL. (Requête n 39297/98) CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE PINTO DE OLIVEIRA c. PORTUGAL (Requête n 39297/98) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 10226/02 présentée par Mustafa CELIK contre la France La

Plus en détail

DÉFINITIF 27/08/2003

DÉFINITIF 27/08/2003 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION AFFAIRE KORNBLUM c. FRANCE (Requête n o 50267/99) ARRÊT STRASBOURG 27 mai 2003

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CINQUIÈME SECTION AFFAIRE KRASTEV c. BULGARIE (Requête n o 29802/02) ARRÊT STRASBOURG 24 juillet

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 51431/99 présentée

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE NASCIMENTO c. PORTUGAL (Requête n 42918/98) ARRÊT STRASBOURG 27 septembre

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 37257/97 présentée par Lucie

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 56616/00 présentée par

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 46693/99 présentée par Patrick

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. AFFAIRE COSTACURTA c. LUXEMBOURG. (Requête n o 51848/07) ARRÊT STRASBOURG. 9 décembre 2010 DÉFINITIF 09/03/2011

PREMIÈRE SECTION. AFFAIRE COSTACURTA c. LUXEMBOURG. (Requête n o 51848/07) ARRÊT STRASBOURG. 9 décembre 2010 DÉFINITIF 09/03/2011 PREMIÈRE SECTION AFFAIRE COSTACURTA c. LUXEMBOURG (Requête n o 51848/07) ARRÊT STRASBOURG 9 décembre 2010 DÉFINITIF 09/03/2011 Cet arrêt est devenu définitif en vertu de l'article 44 2 de la Convention.

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. E.D. S. B. Mme Danièle Paquet Juge des référés. Ordonnance du 4 août 2017

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. E.D. S. B. Mme Danièle Paquet Juge des référés. Ordonnance du 4 août 2017 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N 1704488 M. E.D. S. B. Mme Danièle Paquet Juge des référés Ordonnance du 4 août 2017 C Aide juridictionnelle provisoire RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Le juge des référés Vu la

Plus en détail

DÉFINITIF 09/07/2007

DÉFINITIF 09/07/2007 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION AFFAIRE OYMAN c. TURQUIE (Requête n o 39856/02) ARRÊT STRASBOURG 20 février 2007

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 7856/02 présentée par Sergio Gaspare

Plus en détail

Année TRAVAUX DIRIGES. Procédure civile. MATY DIAKHATE MCF-HDR droit privé

Année TRAVAUX DIRIGES. Procédure civile. MATY DIAKHATE MCF-HDR droit privé Année 2016-2017 TRAVAUX DIRIGES Procédure civile MATY DIAKHATE MCF-HDR droit privé 1 LUNDI 10/10 MARDI 11 /10 SEANCE 3 ----------------- La compétence juridictionnelle 1 Compétence territoriale I / DOCUMENTS

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 77239/01 présentée par

Plus en détail

ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016

ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET DUCEAU C. FRANCE (req. n 29151/11), le 30 juin 2016 http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-164204 ARTICLE 6 1 Droit à un procès

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 28584/03 présentée par Roger René

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 36378/97 par Remi BERTUZZI contre

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS COUR (CHAMBRE) AFFAIRE ISTITUTO DI VIGILANZA c. ITALIE (Requête n o 13567/88) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête N 32591/96 présentée par H. G. contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête N 32591/96 présentée par H. G. contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête N 32591/96 présentée par H. G. contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Deuxième Chambre), siégeant en chambre du conseil le 10 septembre 1997

Plus en détail

Ordonnance du juge de la mise en état Tribunal de grande instance de Paris, 5 mars ème chambre, 2ème section,

Ordonnance du juge de la mise en état Tribunal de grande instance de Paris, 5 mars ème chambre, 2ème section, Ordonnance du juge de la mise en état Tribunal de grande instance de Paris, 5 mars 2015 4ème chambre, 2ème section, Frédéric X. / Facebook Inc. DEBATS A l audience du 22 janvier 2015, avis a été donné

Plus en détail

COUR D APPEL DE MONTPELLIER arrêt du 15 septembre SÉANCE du 9 janvier 2017 à 10h45

COUR D APPEL DE MONTPELLIER arrêt du 15 septembre SÉANCE du 9 janvier 2017 à 10h45 DEMANDE D AVIS N E 16-70011 (Art. L. 441-1 à L 441-4 et R 441-1 du code de l organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale)

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 35686/02 présentée par

Plus en détail

QUATRIÈME SECTION. Requête n o 25560/13 Gabriela CEGOLEA contre la Roumanie introduite le 8 avril 2013 EXPOSÉ DES FAITS

QUATRIÈME SECTION. Requête n o 25560/13 Gabriela CEGOLEA contre la Roumanie introduite le 8 avril 2013 EXPOSÉ DES FAITS QUATRIÈME SECTION Requête n o 25560/13 Gabriela CEGOLEA contre la Roumanie introduite le 8 avril 2013 Communiquée le 8 février 2016 EXPOSÉ DES FAITS La requérante, M me Gabriela Cegolea, est une ressortissante

Plus en détail

Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement»

Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement» Conseil d Etat de Grèce Contribution au séminaire organisé sur le thème «Comment réduire les délais de jugement» I. L accélération du procès par les délais de procédure 1. 3. Le procès administratif est

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION AFFAIRE HADJIKOSTOVA c. BULGARIE (N o 2) (Requête n o 44987/98) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 28556/11 présentée par Habibe KUM et Mustafa Yasir KUM contre la Turquie La Cour européenne des droits de l homme (deuxième section), siégeant

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 4 juin 2014, présentée pour M. Adjete Didier M, demeurant, par Me Danset-Vergoten ; M. M demande au Tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 4 juin 2014, présentée pour M. Adjete Didier M, demeurant, par Me Danset-Vergoten ; M. M demande au Tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1403560 M. Adjete Didier M Mme Villette Rapporteur M. Caille Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lille (2ème

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 49531/99 présentée par

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Recours 08/43 R CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Dans l affaire enregistrée le 4 septembre 2008 au greffe de la Chambre de recours sous le n 08/43 R,

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 7 septembre 2005 Audience publique du 26 janvier 2006 JUGEMENT

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 7 septembre 2005 Audience publique du 26 janvier 2006 JUGEMENT Tribunal administratif N 20363 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 7 septembre 2005 Audience publique du 26 janvier 2006 Recours formé par Monsieur...,, contre une décision du directeur de

Plus en détail

3 - d enjoindre aux autorités compétentes du Conseil économique, social et environnemental de déclarer recevable ladite pétition ;

3 - d enjoindre aux autorités compétentes du Conseil économique, social et environnemental de déclarer recevable ladite pétition ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N o 1305796/6 M. Philippe BRILLAULT M. Rohmer Rapporteur Mme Baratin Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris,

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 26496/95 présentée par la Société FRUEHAUF FRANCE contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 26496/95 présentée par la Société FRUEHAUF FRANCE contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête No 26496/95 présentée par la Société FRUEHAUF FRANCE contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Deuxième Chambre), siégeant en chambre du conseil

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête N 26086/94 présentée par Fabienne FRAICHE contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête N 26086/94 présentée par Fabienne FRAICHE contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête N 26086/94 présentée par Fabienne FRAICHE contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Deuxième Chambre), siégeant en chambre du conseil le 29 février

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 41173/98 présentée par Jacques-Philippe

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE FERREIRA ALVES c. PORTUGAL (N o 2) (Requête n o 56345/00) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

N 07/00031 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00031 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00031 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme FONTAINE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats: Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 7 Mai 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

L an deux mil douze Et le vingt cinq octobre

L an deux mil douze Et le vingt cinq octobre MINISTERE DE LA JUSTICE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- --------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN Union - Discipline - Travail -------------------- --------------------- TRIBUNAL DE

Plus en détail

112 e session Jugement n o 3065

112 e session Jugement n o 3065 Organisation internationale du Travail Tribunal administratif International Labour Organization Administrative Tribunal 112 e session Jugement n o 3065 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF, Vu la quatrième requête

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 NOVEMBRE 2014 C.14.0050.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0050.F C. L., demandeur en cassation, représenté par Maître François T Kint, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Requête n o 3189/07 Olga Grigoryevna NAZARENKO contre la Russie introduite le 20 novembre 2006 EXPOSÉ DES FAITS

PREMIÈRE SECTION. Requête n o 3189/07 Olga Grigoryevna NAZARENKO contre la Russie introduite le 20 novembre 2006 EXPOSÉ DES FAITS PREMIÈRE SECTION Requête n o 3189/07 Olga Grigoryevna NAZARENKO contre la Russie introduite le 20 novembre 2006 EXPOSÉ DES FAITS La requérante, M me Olga Grigoryevna Nazarenko, est une ressortissante russe

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 15610/03 présentée par Patrick

Plus en détail

DEUXIÈME SECTION DÉCISION

DEUXIÈME SECTION DÉCISION DEUXIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 36325/09 BİFA YEM SAN. VE TİC. A.Ş. contre la Turquie La Cour européenne des droits de l homme (deuxième section), siégeant le 13 novembre 2012 en un comité composé

Plus en détail

DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 36754/97 présentée par Antoine François DONSIMONI

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 19 novembre 2013 N de pourvoi: 12-26702 ECLI:FR:CCASS:2013:CO01093 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Espel (président), président

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un janvier deux mille dix.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un janvier deux mille dix. N 3 / 10. du 21.1.2010. Numéro 2699 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un janvier deux mille dix. Composition: Léa MOUSEL, conseillère

Plus en détail

Commentaire. Décision n QPC du 21 novembre M. Jean-Louis M.

Commentaire. Décision n QPC du 21 novembre M. Jean-Louis M. Commentaire Décision n 2014-440 QPC du 21 novembre 2014 M. Jean-Louis M. (Demandes tendant à la saisine directe du Conseil constitutionnel d une question prioritaire de constitutionnalité) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA POLYNESIE FRANCAISE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. H. X AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA POLYNESIE FRANCAISE N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. H. X AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA POLYNESIE FRANCAISE N 1600010 M. H. X M. Tallec Président Audience du 2 février 2016 Ordonnance du 2 février 2016 54-035-02 C Vu la procédure suivante : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITE de la requête n o 70387/01 présentée par

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MME Z... ET AUTRES AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Ruiz Rapporteure

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MME Z... ET AUTRES AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Ruiz Rapporteure TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1400323 MME Z... ET AUTRES Mme Ruiz Rapporteure M. Rhée Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (9ème chambre)

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 46854/99 présentée par Valide

Plus en détail

Par une requête, enregistrée le 30 octobre 2015, la commune d Eguilles, représentée par MeB..., demande au juge des référés :

Par une requête, enregistrée le 30 octobre 2015, la commune d Eguilles, représentée par MeB..., demande au juge des référés : N 1508734 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE COMMUNE D EGUILLES M. Reinhorn Vice-président délégué Ordonnance du 6 novembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le président de la 1 ère

Plus en détail

la copie de la citation signifiée par exploit de Me H. loco Me L., huissier de justice de résidence à 1050 Ixelles, le 25 septembre 2002; * * * * * *

la copie de la citation signifiée par exploit de Me H. loco Me L., huissier de justice de résidence à 1050 Ixelles, le 25 septembre 2002; * * * * * * Dans cette cause, il est conclu et plaidé en français à l'audience publique du 10 décembre 2002. Après délibéré le président du tribunal de première instance rend l'ordonnance suivante : Vu : la copie

Plus en détail

DEUXIÈME SECTION. AFFAIRE BIFULCO ET AUTRES c. ITALIE ARRÊT STRASBOURG. 22 juillet 2014

DEUXIÈME SECTION. AFFAIRE BIFULCO ET AUTRES c. ITALIE ARRÊT STRASBOURG. 22 juillet 2014 DEUXIÈME SECTION AFFAIRE BIFULCO ET AUTRES c. ITALIE (Requêtes n os 14625/03, 14628/03 et 15007/03) ARRÊT STRASBOURG 22 juillet 2014 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. 1 ARRÊT

Plus en détail

Par une requête enregistrée le 26 mai 2014, M. Olusola Paul Owagoke, représenté par Me Paquet, demande au tribunal :

Par une requête enregistrée le 26 mai 2014, M. Olusola Paul Owagoke, représenté par Me Paquet, demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1403868 M. Olusola Paul OWAGOKE Mme Monteiro Rapporteur M. Gros Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Lyon (2ème

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 55504/00 présentée par Eva Birgitta

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat une somme de 1500 euros au titre de l article L du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat une somme de 1500 euros au titre de l article L du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N 1500251 M. Franck Latreille Mme Emmanuelle Latreille-Bouet Mme Malet Juge des référés Ordonnance du 21 janvier 2015 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE KONOVSKI c. BULGARIE. (Requête n o 33231/04) ARRÊT STRASBOURG. 2 septembre 2010

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE KONOVSKI c. BULGARIE. (Requête n o 33231/04) ARRÊT STRASBOURG. 2 septembre 2010 CINQUIÈME SECTION AFFAIRE KONOVSKI c. BULGARIE (Requête n o 33231/04) ARRÊT STRASBOURG 2 septembre 2010 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention. Il

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme H... AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Didier Artus Président-rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme H... AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Didier Artus Président-rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS nc N 1700094 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme H... M. Didier Artus Président-rapporteur M. Olivier Guiard Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de euros au titre de l article L du code de justice administrative.

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de euros au titre de l article L du code de justice administrative. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1422407/2-1 Mme A. et M. B. Mme Troalen Rapporteure M. Le Garzic Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris (2ème

Plus en détail

Chapitre VII : Discipline

Chapitre VII : Discipline Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature. Chapitre VII : Discipline Section I : Dispositions générales. Article 43 Modifié par LOI organique

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 26619/07 Joao Carlos MACEDO DA COSTA contre le Luxembourg La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 5 juin 2012 en une chambre composée

Plus en détail

L urgence devant le juge des référés en droit des étrangers

L urgence devant le juge des référés en droit des étrangers L urgence devant le juge des référés en droit des étrangers Si le code de justice administrative soumet la saisine en référé du juge administratif à la nécessité de l urgence et à l existence d un doute

Plus en détail

SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 01/12/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 4 novembre 2014 N de pourvoi: 13-16755 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00990 Publié au bulletin Cassation sans renvoi Mme Mouillard (président),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331950 Publié au recueil Lebon Juge des référés M. Daël, président M. Serge Daël, rapporteur BALAT, avocat(s) lecture du jeudi 17 septembre 2009 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

2 ) d'annuler, pour excès de pouvoir, cette décision ;

2 ) d'annuler, pour excès de pouvoir, cette décision ; COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE NANTES N 14NT00702 ---- Mme Annette Bouvier Mme Piltant Rapporteur Mme Grenier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La cour administrative d appel

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE MALET c. FRANCE. (Requête n o 24997/07) ARRÊT STRASBOURG. 11 février 2010 DÉFINITIF 11/05/2010

CINQUIÈME SECTION. AFFAIRE MALET c. FRANCE. (Requête n o 24997/07) ARRÊT STRASBOURG. 11 février 2010 DÉFINITIF 11/05/2010 CINQUIÈME SECTION AFFAIRE MALET c. FRANCE (Requête n o 24997/07) ARRÊT Cette version a été rectifiée conformément à l article 81 du règlement de la Cour le 20 avril 2010. STRASBOURG 11 février 2010 DÉFINITIF

Plus en détail

SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 07/07/2017 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 15 juin 2017 N de pourvoi: 16-18769 ECLI:FR:CCASS:2017:C100749 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Boré,

Plus en détail

D.-E. (n o 3) c. Eurocontrol

D.-E. (n o 3) c. Eurocontrol Organisation internationale du Travail Tribunal administratif International Labour Organization Administrative Tribunal D.-E. (n o 3) c. Eurocontrol 120 e session Jugement n o 3494 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF,

Plus en détail

Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers

Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers Les recours judiciaires contre les mesures de détention des étrangers Les recours devant les juridictions d instruction Charlotte Morjane 1 INTRODUCTION 2 Arrêts de la Cour Européenne des Droits de l Homme

Plus en détail

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives

L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives COUR SUPREME DU TCHAD L accélération du procès par des délais de procédure devant les juridictions administratives L exemple des juridictions statuant en matière de contentieux administratif au Tchad 1

Plus en détail

EN FAIT. CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS

EN FAIT. CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS CINQUIÈME SECTION Requête n o 43353/07 présentée par Amar ABDELALI contre la France introduite le 27 septembre 2007 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Le requérant, M. Amar Abdelali, est un ressortissant français,

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CINQUIÈME SECTION AFFAIRE TZVYATKOV c. BULGARIE (Requête n o 20594/02) ARRÊT STRASBOURG 12 juin

Plus en détail

1 ) de leur accorder le bénéfice de l aide juridictionnelle provisoire ;

1 ) de leur accorder le bénéfice de l aide juridictionnelle provisoire ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN N 1501348 M. et Mme Zurab X M. Mathieu Lauranson Juge des référés Ordonnance du 23 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Danet Juge des référés. Le juge des référés

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Danet Juge des référés. Le juge des référés TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 155974 M. B M. Danet Juge des référés RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Ordonnance du 31 juillet 2015 Vu la procédure suivante : Par

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 21 janvier N de pourvoi: ECLI:FR:CCASS:2016:C Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 21 janvier N de pourvoi: ECLI:FR:CCASS:2016:C Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 21 janvier 2016 N de pourvoi: 14-28.985 ECLI:FR:CCASS:2016:C200113 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Bénabent et Jéhannin,

Plus en détail

Par une requête, enregistrée le 23 septembre 2017, M. Nabil, représenté par Me Simond, demande au juge des référés :

Par une requête, enregistrée le 23 septembre 2017, M. Nabil, représenté par Me Simond, demande au juge des référés : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1714670/9 M. Hamisha Gul NABIL Mme Perfettini Juge des référés RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Ordonnance du 9 octobre 2017 54-035-02

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY JUGEMENT COMMERCIAL N 97 du 14/12/2016 CONTRADICTOIRE AFFAIRE : B H, SARL, AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 DECEMBRE 2016 Le Tribunal

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 23 décembre e chambre Audience publique du 15 décembre 2015

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 23 décembre e chambre Audience publique du 15 décembre 2015 Tribunal administratif N 35637 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 23 décembre 2014 3 e chambre Audience publique du 15 décembre 2015 Recours formé par Madame...,, contre une décision du directeur

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION. AFFAIRE KANOUN c. LA FRANCE. (Requête n 35589/97) ARRÊT

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION. AFFAIRE KANOUN c. LA FRANCE. (Requête n 35589/97) ARRÊT CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE KANOUN c. LA FRANCE (Requête n 35589/97) ARRÊT STRASBOURG 3 octobre

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE

TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39523/98 présentée par Lucien

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 18 AOÛT 2017

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 18 AOÛT 2017 REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY JUGEMENT COMMERCIAL N 92 du 18/08/2017 CONTRADICTOIRE AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 18 AOÛT 2017 Le Tribunal de Commerce de Niamey

Plus en détail

Par une requête enregistrée le 30 octobre 2015, Mme Amel C...épouse B..., représentée par Me Dieudonné, demande au tribunal :

Par une requête enregistrée le 30 octobre 2015, Mme Amel C...épouse B..., représentée par Me Dieudonné, demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1509279 Mme Amel C... épouse B... Mme Burnichon Rapporteur M. Stillmunkes Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE DRAGALINA c. ROUMANIE. (Requête n o 17268/03) ARRÊT (Satisfaction équitable) STRASBOURG. 3 juin 2014 DÉFINITIF 17/11/2014

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE DRAGALINA c. ROUMANIE. (Requête n o 17268/03) ARRÊT (Satisfaction équitable) STRASBOURG. 3 juin 2014 DÉFINITIF 17/11/2014 TROISIÈME SECTION AFFAIRE DRAGALINA c. ROUMANIE (Requête n o 17268/03) ARRÊT (Satisfaction équitable) STRASBOURG 3 juin 2014 DÉFINITIF 17/11/2014 Cet arrêt est devenu définitif en vertu de l article 44

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 38908/08 Philippe MUNIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 14 février 2012 en une chambre composée de : Dean

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Par une requête, enregistrée le 28 septembre 2016 sous le n , M. P. H. T. demande au juge des référés:

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Par une requête, enregistrée le 28 septembre 2016 sous le n , M. P. H. T. demande au juge des référés: TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1616633/9 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. P. H. T. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Mendras Juge des référés Le juge des référés Ordonnance du 29 septembre 2016 54-035-03 C Vu la

Plus en détail

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 16 janvier 2004 Audience publique du 26 janvier 2004

du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 16 janvier 2004 Audience publique du 26 janvier 2004 Tribunal administratif N 17475 du rôle du Grand-Duché de Luxembourg Inscrit le 16 janvier 2004 Audience publique du 26 janvier 2004 Recours formé par Monsieur... contre une décision du Procureur d Etat

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 61164/00 présentée par

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION. AFFAIRE LAINE c. FRANCE. (Requête n 41476/98) ARRÊT STRASBOURG

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION. AFFAIRE LAINE c. FRANCE. (Requête n 41476/98) ARRÊT STRASBOURG CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION AFFAIRE LAINE c. FRANCE (Requête n 41476/98) ARRÊT STRASBOURG 17 janvier 2002

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CLUB DE TIR SPORTIF DU MAINE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Robert-Nutte Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CLUB DE TIR SPORTIF DU MAINE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Robert-Nutte Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1507792 CLUB DE TIR SPORTIF DU MAINE Mme Robert-Nutte Rapporteur M. Gave Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

V. c. OPS. 121 e session Jugement n o 3589 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF,

V. c. OPS. 121 e session Jugement n o 3589 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF, Organisation internationale du Travail Tribunal administratif International Labour Organization Administrative Tribunal Traduction du Greffe, seul le texte anglais fait foi. V. c. OPS 121 e session Jugement

Plus en détail

2 ) d enjoindre au préfet de l Hérault de lui délivrer un titre de séjour mention «vie privée et familiale»;

2 ) d enjoindre au préfet de l Hérault de lui délivrer un titre de séjour mention «vie privée et familiale»; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 0701656 REPUBLIQUE FRANÇAISE Mme R X veuve Y AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Levasseur Magistrat désigné Le Tribunal administratif de Montpellier, Jugement du 18 avril

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 37626/02 présentée

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES ee

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES ee TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES ee N 1603627 Mme Martine THIERRY M. Pilczer Juge des référés Ordonnance du 24 mai 2016 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Versailles

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY

REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY REPUBLIQUE DU NIGER COUR D APPEL DE NIAMEY TRIBUNAL DE COMMERCE DE NIAMEY JUGEMENT COMMERCIAL N 004 du 13/01/2017 CONTRADICTOIRE AFFAIRE : Monsieur OUMAROU HAMADOU DJIBRILLA MAIGA, C/ 1. LA SOCIETE ACEP-

Plus en détail