Maintenir la qualité des grains récoltés la ventilation, un atout! Nicolas St Pierre, agr.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maintenir la qualité des grains récoltés la ventilation, un atout! Nicolas St Pierre, agr."

Transcription

1 Maintenir la qualité des grains récoltés la ventilation, un atout!

2 Source : Carl Bérubé Source : Maxim Lavoie Source : canola council of Canada

3 Pertes économiques Déclassement de grade commercial ($$$) Coût de séchage supplémentaire ($$$/t) Diminution ou perte de prime pour la production de semence Diminution ou perte de prime pour les marchés niches

4

5 Source : Arvalis

6 Pour se conserver, un grain doit être Propre Entier Sec À la bonne température Dans un environnement sain et étanche

7 Taux d humidité recommandés Type de grain Avoine Blé Orge Récolte Entreposage % % Canola 10 13% 8 10 % Maïs % 12,5 15 % Soya < 18% 13,2 14 % Si récolté trop sec Si récolté trop humide + de pertes au champ + difficulté manutention potentiel de conservation

8 Forme un angle naturel 27 Retrouve + de grains cassés 1 X 1,5 X 1,8 X Conséquence : + 3 à 5 C Fan Fan Fan Type de grain Angle naturel ( ) Avoine Orge Blé Maïs grain Soya 25 Canola Lin Source : Extension, Université du Tennessee PB1724

9

10 L Activité vitale d un grain la respiration La réaction de la respiration: C 6 H 12 O 6 + O 2 CO 2 + H 2 + O Chaleur Amidon oxygène Gaz carbonique Eau 674 Kcal Facteurs affectants la respiration : Température (T ) chaleur produite tend à la T du grain l intensité de la réaction 2x pour 5 C Chaleur = perte de m.s. = perte Activité = altération m.s. = perte Teneur en eau du grain (TEE) ou humidité du grain l intensité de la réaction 2x par 2 pts de la TEE Le phénomène de la respiration est normal. L objectif de la conservation est de limiter cette réaction

11 L Activité vitale d un grain la germination Facteurs déclenchant la germination : Température (T ) Humidité Oxygène La chaleur et l humidité Ennemis de la viabilité et de la vigueur des semences Le phénomène de la germination est normal. Source : CCG L objectif de la conservation est d amener la semence à un stade latent

12 Facteurs bio physico chimiques du grain La conductibilité thermique du grain très faible, considéré comme étant un bon isolant La porosité d une masse de grain (forme du grain) la forme des grains rend possible la ventilation de cette forme découle le degré de porosité via les espaces interstitiels + le grain est petit, - il laisse d espace interstitiel petits grains ; représentent 30% du volume d espace libre gros grains ; représentent % du volume d espace libre

13 Humidité relative de l air (%) Courbe à l équilibre air - grain du blé Teneur en eau du grain (%) Source : ASAE Data D245,4

14 COURBE À ÉQUILIBRE AIR-GRAIN DU BLÉ (base humide) Humidité relative (%) Source : ASAE Data D245,4

15 Mode de ventilation Ventilation de refroidissement Ventilation de correction Ventilation périodique ou de maintien

16 Mouvement du front de ventilation (cycle de ventilation) Chaud Froid Zone de refroidissement Mesure de la T à la sortie Zone de refroidissement Froid Chaud Fan Fan Pression positive Pression négative

17 Si une masse d air chaud touche un solide froid, il se produit un phénomène qui peut générer de la condensation. Source Agriculture Canada

18 Ventilation de refroidissement Surtout en automne Sert à refroidir et uniformiser (T et Hum) la masse de grains Débute immédiatement au remplissage du silo, en continue 24/24 Se réalise en 3 ou 4 cycles (paliers) de ventilation pour amener la masse de grains entre 0 C et 5 C S assurer de bien compléter chacun des cycles Faire circuler de l air plus froid que la masse de grains. La nuit offre cette possibilité. Attention! Si l écart de T entre l intérieur et l extérieur est trop grand (supérieur de 5 à 8 C), il se produira de la condensation. T trop base favorise la condensation au printemps

19 Ventilation de refroidissement T des grains Palier ou cycle de ventilation T 5 à 8 C septembre octobre novembre Source : La conservation des grains, MAPAQ

20 Ventilation de correction Utilisée peu importe la période (aut/print/été/hiver) Sert à corriger une anomalie dans la masse de grains Si T tend dans le silo ventiler lorsque la T extérieure est + basse que celle de la masse de grain Si point chaud : ventiler pour stabiliser. Vider au besoin Anomalies difficiles à déceler ventiler si odeurs de moisissure Si vous ventilez, assurez-vous de compléter le cycle entamé

21 Ventilation périodique ou de maintien Utilisée peu importe la période (aut/print/été/hiver) Ne vise qu à maintenir la masse de grains Effectuée régulièrement (+/- 2 semaines) Ventiler quelques heures avec de l air sec et à une T similaire à celle de la masse de grains Permet de contrer l effet de la convection créé par l écart entre la T intérieure et extérieure selon la saison

22 Débit d air pour la ventilation 30.0 Minimum pour séchage à l air chaud Débit d air (L/sec*m 3 ) ,0 Ventilation pour le séchage à basse température (natural air drying) Ventilation refroidissement (mise en silo) 2.0 1,0 Ventilation périodique ou de maintien (grain sec)

23 Choix d un système de ventilation Pour se faire, il faut considérer : Le débit d air total de ventilation On multiplie le volume de grains (m 3 ) par le débit d air (L/sec*m 3 ) La pression statique d opération du silo Tient compte de plusieurs facteurs : Effet de l espèce (petit grain = + de friction) (blé vs maïs = 1-2x pression) (canola vs blé = 2-3x pression) Effet du débit air unitaire (2x le débit 2,3x pression) Effet de l épaisseur du grain (2x épaisseur 4x pression)

24 Le choix d un système de ventilation Le type de plancher perforé Une pleine grandeur est préférable Transition du ventilateur à la cellule T de l air de 0,5 à 2 C max 4 C 1 C / 3,3 CE ou 85 mm CE Sortie d air Représente 0,20 m 2 /1000 l/sec de débit d air ou 1 pi 2 /1000 CFM Toujours calculé en fct du débit le + élevé

25 En résumé Porter une attention particulière à la récolte et à la mise en silo Ne pas considérer le grain entreposé comme étant statique Ventiler à des périodes statégiques pour éviter l effet «yo-yo» Adapter les équipements au besoin d entreposage Mais surtout INSPECTER ET OBSERVER!

26

CEROM Centre de recherche sur les grains inc,

CEROM Centre de recherche sur les grains inc, CEROM Centre de recherche sur les grains inc, Pour la recherche d intérêt public en production des grains BULLETIN TECHNIQUE Séchage et entreposage Ventilateurs et systèmes de ventilation pour les grains

Plus en détail

La conservation du grain à la ferme : Quelques règles simples et du savoir-faire

La conservation du grain à la ferme : Quelques règles simples et du savoir-faire La conservation du grain à la ferme : Quelques règles simples et du savoir-faire Jean-Yves MOREAU Pôle stockage et conservation des grains ARVALIS Institut du végétal Jy.moreau@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

Environnement pour le confort et la performance du veau de grain. Suzelle Barrington, ing., agr., Ph.D., FIC

Environnement pour le confort et la performance du veau de grain. Suzelle Barrington, ing., agr., Ph.D., FIC Environnement pour le confort et la performance du veau de grain Suzelle Barrington, ing., agr., Ph.D., FIC Environnement pour le confort du veau Investissements et décisions financières 1. Logement; 2.

Plus en détail

Stratégies de commercialisation des grains: tirez profits de votre boîte à outils!

Stratégies de commercialisation des grains: tirez profits de votre boîte à outils! Stratégies de commercialisation des grains: tirez profits de votre boîte à outils! Réjean Prince, agroéconomiste Conseiller en économie et gestion MAPAQ, Montérégie-Est Six outils 1) L information (l

Plus en détail

VERGNE Morgan EXERCICE ET STRESS PHYSIQUE

VERGNE Morgan EXERCICE ET STRESS PHYSIQUE EXERCICE ET STRESS PHYSIQUE Généralités Homme : T C normale = 37 C Variation au cours de la journée Centre thermorégulateur se situe dans l hypothalamus, Rôle : analyse en permanence de la température

Plus en détail

Ventilation: Prenez le contrôle! André Roy, M.Sc., agr.; La COOP fédérée David Blanchette; Ventec Yvan Blanchette; Secco Patrick Guillemette; IEL

Ventilation: Prenez le contrôle! André Roy, M.Sc., agr.; La COOP fédérée David Blanchette; Ventec Yvan Blanchette; Secco Patrick Guillemette; IEL Ventilation: Prenez le contrôle! André Roy, M.Sc., agr.; La COOP fédérée David Blanchette; Ventec Yvan Blanchette; Secco Patrick Guillemette; IEL Ventilation parfaite? Ventiler pourquoi? Remplacement de

Plus en détail

Mini-conférence Sommet de l Elevage 1,2 et 3 Octobre Les bonnes pratiques pour récolter et conserver son maïs grain humide

Mini-conférence Sommet de l Elevage 1,2 et 3 Octobre Les bonnes pratiques pour récolter et conserver son maïs grain humide Mini-conférence Sommet de l Elevage 1,2 et 3 Octobre 2014 Les bonnes pratiques pour récolter et conserver son maïs grain humide Maïs grain humide Organiser «du semis à la récolte» Avril Sept. Oct. Avril

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Projet CASDAR EcoprotectGrain

Projet CASDAR EcoprotectGrain Projet CASDAR EcoprotectGrain 2010-2012 Amélioration des performances de la ventilation de refroidissement des stocks de grains par la mise au point d un outil d autodiagnostic intégrant situation géographique

Plus en détail

Les plastiques dans la conservation des ensilages. Carleton-sur-Mer, 31 janvier Claude Lavoie Conseiller agricole & acéricole La Coop fédérée

Les plastiques dans la conservation des ensilages. Carleton-sur-Mer, 31 janvier Claude Lavoie Conseiller agricole & acéricole La Coop fédérée Les plastiques dans la conservation des ensilages Carleton-sur-Mer, 31 janvier 2013 Claude Lavoie Conseiller agricole & acéricole La Coop fédérée Carré d as de la réussite d un bon fourrage Fertilisation

Plus en détail

Comprendre le séchage en grange des fourrages en vrac

Comprendre le séchage en grange des fourrages en vrac Comprendre le séchage en grange des fourrages en vrac Intervention technique du 4 février 2015 à GRANGENEUVE (Suisse) Yann CHARRIER-SGF Conseil Pré Grand -Rte D ALAYRAC12 500 ESPALION. Tél. : + 33 (0)

Plus en détail

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaitre les différentes modes de propagation de la chaleur Connaître la différence entre la chaleur et température 1- La chaleur et température 1-1 La

Plus en détail

Les qualités recherchées par les industriels AGIR À LA RÉCOLTE. pour préserver la qualité MAÏS GRAIN LES INDISPENSABLES

Les qualités recherchées par les industriels AGIR À LA RÉCOLTE. pour préserver la qualité MAÏS GRAIN LES INDISPENSABLES MAÏS GRAIN À LA RÉCOLTE pour préserver la qualité Un réglage adapté de la moissonneuse garantit moins de grains brisés ou fissurés. La valeur marchande du maïs grain est influencée par le moment choisi

Plus en détail

LE REFROIDISSEMENT DE CONFORT

LE REFROIDISSEMENT DE CONFORT ---------------------------------------------------------------------- L excès de chaleur qui doit être évacué du bâtiment afin de maintenir la température intérieure à un niveau inférieur à la température

Plus en détail

Exercices de Physique du Bâtiment I

Exercices de Physique du Bâtiment I Silvia Coccolo & Nikos Zarkadis Physique du bâtiment I Série 5 d exercices 1 Exercices de Physique du Bâtiment I Série 5 - Complément de corrigé : I. Diagramme psychrométrique (Mollier): «Mode d'emploi»

Plus en détail

Essai original de mesure des caractéristiques thermiques du béton

Essai original de mesure des caractéristiques thermiques du béton Essai original de mesure des caractéristiques thermiques du béton Jean-David GRANDGEORGE, Sandrine BRAYMAND, Christophe FOND, Violaine TINARD IUT Robert Schuman, Université de Strasbourg «Construction

Plus en détail

La déshumidification couplée à un capteur solaire : une solution efficace pour augmenter et sécuriser le fonctionnement d une installation de

La déshumidification couplée à un capteur solaire : une solution efficace pour augmenter et sécuriser le fonctionnement d une installation de La déshumidification couplée à un capteur solaire : une solution efficace pour augmenter et sécuriser le fonctionnement d une installation de séchage! Pour échauffer 1 m 3 d air de 1 C, on a besoin de

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

1 Machine frigorifique au dioxyde de carbone (CO 2 ) :

1 Machine frigorifique au dioxyde de carbone (CO 2 ) : IUT de Saint Denis Module THERM3 Correction du Contrôle de thermodynamique G.I.M. 2 Vendredi 13 novembre 215 1 Machine frigorifique au dioxyde de carbone (CO 2 ) : 1. Le point D correspond à l entrée du

Plus en détail

La Culture Du Pois Chiche

La Culture Du Pois Chiche La Culture Du Pois Chiche Généralités Le pois chiche est une légumineuse rustique très bien adaptée à la culture en sols superficiels de la bordure méditerranéenne. Le pois chiche s adapte bien aux terres

Plus en détail

Céréales et produits boulangers Le pain et les pâtisseries 5

Céréales et produits boulangers Le pain et les pâtisseries 5 Céréales et produits boulangers Le pain et les pâtisseries 5 27 Problème Raisons possibles Solutions possibles au problème Explications Le four est trop chaud Régler la température correcte Les températures

Plus en détail

Le Maïs Fourrage, une sécurité pour les stocks fourragers

Le Maïs Fourrage, une sécurité pour les stocks fourragers Mini-conférence Sommet de l Elevage Octobre 2012 Le Maïs Fourrage, une sécurité pour les stocks fourragers 1 Le Maïs : une plante, trois utilisations semis levée 3-4 f. 5-6 f. 10-12 f. floraison laiteux-pâteux

Plus en détail

Importateur exclusif de la

Importateur exclusif de la Importateur exclusif de la marque Depuis 1968 Aujourd hui indépendant, HS France est le partenaire privilégié du groupe BAXI en France, Suisse, Belgique et Luxembourg pour la commercialisation de nombreux

Plus en détail

La framboise: un fruit très s appréci encore plus lorsqu il est de qualité!

La framboise: un fruit très s appréci encore plus lorsqu il est de qualité! La framboise: un fruit très s appréci cié encore plus lorsqu il est de qualité! Par: ANDRÉ CARRIER, agronome, M. Sc. Conseiller régional r en horticulture Direction régionale r de la Chaudière re-appalaches

Plus en détail

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28.

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28. CHARGE MAXIMALE (LOCAL ISOLÉ) Local Ensemble de locaux 6 (Séjour T3) Logement collectif Conditions de projet Internes Externes Température intérieure = 26.0 C Température extérieure = 29.3 C Humidité relative

Plus en détail

Pourquoi le Sahara est-il un désert?

Pourquoi le Sahara est-il un désert? Pourquoi le Sahara est-il un désert? TP réalisé par Sonia GARIN, Nour BASMA et Manon BARBE. Quelques notions sur le Sahara et les déserts en général : Un désert désigne aujourd hui une zone stérile, ou

Plus en détail

Journée régionale pommes de terre Rivière-du-Loup 28 février 2013 Luc Bérubé, agr

Journée régionale pommes de terre Rivière-du-Loup 28 février 2013 Luc Bérubé, agr Journée régionale pommes de terre Rivière-du-Loup 28 février 2013 Luc Bérubé, agr Notions de sol Bilan humique Cultures et matière organique Approche globale 1 hectare moyen sur 17 cm pèse ± 2 244 tm.

Plus en détail

L a c h a l e u r d u s o l e i l. d a n s v o t r e m a i s o n. w w w. i n f r a s w i s s. c o m

L a c h a l e u r d u s o l e i l. d a n s v o t r e m a i s o n. w w w. i n f r a s w i s s. c o m L a c h a l e u r d u s o l e i l d a n s v o t r e m a i s o n w w w. i n f r a s w i s s. c o m Une chaleur saine qui est source de bien- être nous vient, depuis tou jours, d une énergie bienfaisante

Plus en détail

Conception des séchoirs en grange. Sylvain Boéchat Grangeneuve,

Conception des séchoirs en grange. Sylvain Boéchat Grangeneuve, Conception des séchoirs en grange Sylvain Boéchat Grangeneuve, 04.02.2015 Contenu Rappel: fonctions et objectifs du séchage en grange Eléments de la conception d un séchoir: Formes du tas et dimensions

Plus en détail

2 JOINTS TORIQUES 2-1 INTRODUCTION DESCRIPTION

2 JOINTS TORIQUES 2-1 INTRODUCTION DESCRIPTION 2-1 INTRODUCTION 2-1-1 DESCRIPTION Le joint torique est une garniture d étanchéité homogène en forme de tore à section circulaire. Ses dimensions sont définies par son diamètre intérieur (d1) et sa section

Plus en détail

1 - Principes de base :

1 - Principes de base : Bioénergétique 1 - Principes de base : Définition : études des échanges et des transformations d NRJ chez l Homme. Echanges notamment d NRJ chimique, thermique et mécanique. Loi de la thermodynamique :

Plus en détail

Le comportement du système peut être séparé en deux phases principales : le régime hivernal (ascendant) et estival (descendant).

Le comportement du système peut être séparé en deux phases principales : le régime hivernal (ascendant) et estival (descendant). Fiche 3.5.2 Page 1 sur 6 3.5.2 Mécanismes de circulation d air : l effet de cheminée Lorsqu une formation poreuse possède plusieurs entrées dénivelées, une advection et une convection forcée d air dont

Plus en détail

Isolation thermique par l extérieur

Isolation thermique par l extérieur Isolation thermique par l extérieur 8 Diathonite Evolution est un enduit idéal pour réaliser une isolation thermique par l extérieur sur tous les types de maçonnerie. 1 2 3 4 1. Diathonite Finition / Plasterpaint

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

SAS Pierre BERNARD. 179 Route de TREVOUX SAINT ANDRE DE CORCY. Site du «BLANCHET» SAINT TRIVIER SUR MOIGNANS

SAS Pierre BERNARD. 179 Route de TREVOUX SAINT ANDRE DE CORCY. Site du «BLANCHET» SAINT TRIVIER SUR MOIGNANS SAS Pierre BERNARD 179 Route de TREVOUX SAINT ANDRE DE CORCY. Site du «BLANCHET» 01990 SAINT TRIVIER SUR MOIGNANS 1 1. PRESENTATION DE L ENTREPRISE. IDENTITE. Raison sociale : S.A.S Etablissements Pierre

Plus en détail

Propriétaire et Fabricant de la marque française SÉCHOIRS CONTINUS

Propriétaire et Fabricant de la marque française SÉCHOIRS CONTINUS Propriétaire et Fabricant de la marque française SÉCHOIRS CONTINUS propriétaire des marques : C.F.C.A.I SAS Route de Montgérain BP 4 60420 TRICOT (France) Tél. : + 33 (0)3 44 51 53 50 Fax : + 33 (0)3 44

Plus en détail

MESURES IN SITU DES PERFORMANCES DES APPAREILS DE PRODUCTION THERMODYNAMIQUE

MESURES IN SITU DES PERFORMANCES DES APPAREILS DE PRODUCTION THERMODYNAMIQUE MESURES IN SITU DES PERFORMANCES DES APPAREILS DE PRODUCTION THERMODYNAMIQUE Cédric TEUILLIÈRES (*), Odile CAURET (*), Dominique MARCHIO (**), Philippe RIVIERE (**) (*) EDF R&D, Département ENERBAT (**)

Plus en détail

Qualité du soja canadien non comestible 2013

Qualité du soja canadien non comestible 2013 20/03/2014 ISSN 1705-9453 Qualité du soja canadien non comestible 2013 Ann S. Puvirajah Chimiste, Services liés aux oléagineux Personne-ressource : Ann S. Puvirajah Chimiste, Services liés aux oléagineux

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

42JW Ventilo-convecteurs horizontaux

42JW Ventilo-convecteurs horizontaux Ventilo-convecteurs horizontaux Puissance frigorifique nominale 3-16 kw Puissance calorifique nominale 7-31 kw Quality Management System Approval Les ventilo-convecteurs Carrier offrent un chauffage et

Plus en détail

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»).

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»). 2-1.2. Problèmes particuliers posés par l humidité de l air Les conditions dominantes des zones d altitude sont celles d un air frais et humide. S il n y a aucun risque lié à une climatisation qui n a

Plus en détail

LA NEIGE AU SOL, LES METAMORPHOSES

LA NEIGE AU SOL, LES METAMORPHOSES LA NIVOLOGIE I Composition de l atmosphère L air atmosphérique est composé d air sec, de vapeur d eau et d impuretés. 90% de la masse atmosphérique se trouve dans les 16 premiers km au dessus du sol. La

Plus en détail

GUIDE DE POSE PAVAFLOC

GUIDE DE POSE PAVAFLOC GUIDE DE POSE PAVAFLOC Sommaire : Procédés de mise en œuvre et domaine d emploi Référentiels Hygiène et sécurité Prévention incendie Mise en œuvre : SOUFFLAGE / INSUFFLATION / PROJECTION Résumé des performances

Plus en détail

Séchage & entreposage. Peter Johnson Spécialiste céréales, MAAARO peter.johnson@ontario.ca @WheatPete on twitter

Séchage & entreposage. Peter Johnson Spécialiste céréales, MAAARO peter.johnson@ontario.ca @WheatPete on twitter Séchage & entreposage Peter Johnson Spécialiste céréales, MAAARO peter.johnson@ontario.ca @WheatPete on twitter Collaborateurs : Helmut Spieser, ingénieur agricole Greg Stewart, spécialiste maïs Dr Gilles

Plus en détail

DEFI «FENETRE» Le défi à relever est de comprendre les sources de consommation, et si possible, de les supprimer!

DEFI «FENETRE» Le défi à relever est de comprendre les sources de consommation, et si possible, de les supprimer! DEFI «FENETRE» La fenêtre constitue le point faible de la façade Le défi à relever est de comprendre les sources de consommation, et si possible, de les supprimer! 1. Enquête : quelle est la température

Plus en détail

Projet DEMETHER : Développement d un panneau issu de sous-produit de l agriculture pour l isolation thermique des bâtiments existants

Projet DEMETHER : Développement d un panneau issu de sous-produit de l agriculture pour l isolation thermique des bâtiments existants Projet DEMETHER : Développement d un panneau issu de sous-produit de l agriculture pour l isolation thermique des bâtiments existants TÂCHE 4 : Applications pour l isolation de bâtiments existants J.-P.

Plus en détail

Les méthodes de taille et greffage et leur influt sur l olive et l environnement

Les méthodes de taille et greffage et leur influt sur l olive et l environnement 756 Institut Libanais de Développement Economique et Social Les méthodes de taille et greffage et leur influt sur l olive et l environnement La taille est les différents travaux de couper qui s exécute

Plus en détail

Cours MTR2000 Matériaux Métalliques Examen final Automne 2006

Cours MTR2000 Matériaux Métalliques Examen final Automne 2006 QUESTION N 0 1 (2 points) 1) De quels alliages sont faites les aubes de turbine dans les parties les plus chaudes (T 1000 0 C) des moteurs d avion? Alliages réfractaires à base de Ni ou Co (résistance

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace Confédération de la Construction 6 novembre 2008 Pourquoi isoler?

Plus en détail

Le chauffage uniquement. par le plafond

Le chauffage uniquement. par le plafond Le chauffage uniquement par le plafond Pourquoi utiliser les diffuseurs haute induction pour chauffer par les plafonds? Mélange et déstratification Boucle de circulation de l air dans le local complète

Plus en détail

Qualité des haricots ronds blancs de l Ouest canadien 2011

Qualité des haricots ronds blancs de l Ouest canadien 2011 ISSN 1920-9096 Qualité des haricots ronds blancs de l Ouest canadien 2011 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personne-ressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire

Plus en détail

Le Froid. Cours Niveau 4 Février 2012

Le Froid. Cours Niveau 4 Février 2012 Le Froid Cours Niveau 4 Février 2012 Plan I. Objectif II. Introduction III. Mécanismes de perte de chaleur IV. Mécanismes de défense V. Cas particulier VI. Comportement du guide de palanquée I. Objectif

Plus en détail

Chaleur. La chaleur peut avoir une autre origine : récupération de chaleur : associé au système de ventilation ; chauffage solaire ; cheminée à bois

Chaleur. La chaleur peut avoir une autre origine : récupération de chaleur : associé au système de ventilation ; chauffage solaire ; cheminée à bois LE CHAUFFAGE DES LOCAUX Introduction : Le chauffage est en hôtellerie un élément de confort ; il joue un rôle sur la santé du personnel et des clients. Il a également un rôle vis à vis de l entretien des

Plus en détail

COOL VEST Fiche Commerciale

COOL VEST Fiche Commerciale COOL VEST Fiche Commerciale REFROIDISSEMENT ACTIF PAR EVAPORATION D EAU DIMINUE LA TEMPERATURE DE LA PEAU DE 5 A 20 DEGRES ACTIF ENTRE 24H ET 3 JOURS (suivant le taux d humidité atmosphérique) Page 1 sur

Plus en détail

Chapitre 1 - Nature et mesure des différentes formes d énergie

Chapitre 1 - Nature et mesure des différentes formes d énergie Chapitre 1 - Nature et mesure des différentes formes d énergie Avant d aborder l étude de la bioénergétique, il convient de préciser clairement la finalité et la spécificité de cette science qui est trop

Plus en détail

Les différents états de l eau Evaporation et condensation Ebullition Enthalpie de changement d état

Les différents états de l eau Evaporation et condensation Ebullition Enthalpie de changement d état Les différents états de l eau Evaporation et condensation Ebullition Enthalpie de changement d état Etude de la bioclimatisation Les états de l eau animation : C:\Users\LEYNAUD\Documents\T STI2D\HABITAT

Plus en détail

Les cultures de couverture

Les cultures de couverture Les cultures de couverture Diane Lyse Benoit, Ph.D. Centre de recherche et développement en horticulture Les cultures de couverture (CC): un outil en lutte intégrée pour les cultures maraîchères Contrôle

Plus en détail

BALADE THERMOGRAPHIQUE

BALADE THERMOGRAPHIQUE BALADE THERMOGRAPHIQUE SEPTÈMES-LES-VALLONS QUARTIER DES GENÊTS Samedi 28 février 2015 Animée par l Espace Info-Energie SOMMAIRE 1. L ALEC, une Agence pour la transition énergétique du territoire 2. Retour

Plus en détail

ASSÈCHEMENT DE CONSTRUCTIONS par BELFOR DRYING SOLUTIONS

ASSÈCHEMENT DE CONSTRUCTIONS par BELFOR DRYING SOLUTIONS ASSÈCHEMENT DE CONSTRUCTIONS par BELFOR DRYING SOLUTIONS In critical situations you should know exactly where to put your fingers first 00:00:00 00:01:00 00:02:00 00:03:00 00:04:00 Impact Emergency Aid

Plus en détail

Climatologie du séchoir: propriétés de l air humide et outils de mesure ou de calcul

Climatologie du séchoir: propriétés de l air humide et outils de mesure ou de calcul Climatologie du séchoir: propriétés de l air humide et outils de mesure ou de calcul Ateliers-conférences sur le séchage du bois, C.I.F.Q, 17 e édition 12 et 13 mai 2011, Hôtel PLAZA, Québec Yves Fortin

Plus en détail

Le compostage en sac. Observer la force de la décomposition et comment l utiliser pour faire pousser tes plantes.

Le compostage en sac. Observer la force de la décomposition et comment l utiliser pour faire pousser tes plantes. activité# 1 Le compostage en sac Observer la force de la décomposition et comment l utiliser pour faire pousser tes plantes. - un sac en plastique zippé ; - de la matière verte (1 portion, riche en nitrogène)

Plus en détail

Objectifs P A Y S D E L A L O I R E. Prévenir les risques sanitaires

Objectifs P A Y S D E L A L O I R E. Prévenir les risques sanitaires P A Y S D E L A L O I R E Objectifs Prévenir les risques sanitaires Une vache en production dégage de la chaleur et de l eau (environ 25 litres par jour) sous forme de vapeur. Dans un bâtiment mal ventilé,

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Définition: Principe de la condensation la condensation définie le passage d un fluide de l état gazeux à l état liquide. Ce changement d état s effectue avec échange de chaleur

Plus en détail

A. DESCRIPTION DE L EMPLOI 1) Titre d emploi. B. CARACTÉRISTIQUES DE L ENTREPRISE 6) Type d entreprise

A. DESCRIPTION DE L EMPLOI 1) Titre d emploi. B. CARACTÉRISTIQUES DE L ENTREPRISE 6) Type d entreprise A. DESCRIPTION DE L EMPLOI 1) Titre d emploi 2) Description de l emploi (selon la fiche signalétique de l employeur) 3) Horaire de travail (ex: nombre d heures par jour, heures/semaine, temps complet,

Plus en détail

1. Aperçu climatologique pour les années culturales

1. Aperçu climatologique pour les années culturales 1. Aperçu climatologique pour les années culturales 26-27 (récolte 27) et 27-28 (en cours) V. Planchon et R. Oger 1 Bilan de la saison...2 1. Les températures... 2 2. L insolation... 6 3. Les précipitations...

Plus en détail

Principes de la combustion du bois

Principes de la combustion du bois Colloque 12 juin 2008 (Caen) Le bois-énergie dans les agglomérations Principes de la combustion du bois Christophe HUON Préambule... La combustion est un phénomène complexe qui implique la transformation

Plus en détail

Chap.2 Diffusion thermique

Chap.2 Diffusion thermique Chap.2 Diffusion thermique 1. Description de la diffusion thermique 1.1. Les trois types de transferts thermiques 1.2. Flux thermique (ou Puissance thermique) Vecteur densité de courant 1.3. Analogies

Plus en détail

3,5% DE GRAS C EST BIEN MAIS 4,0% C EST MIEUX! Par Caroline Brunelle, agr. Conseillère provinciale en production laitière

3,5% DE GRAS C EST BIEN MAIS 4,0% C EST MIEUX! Par Caroline Brunelle, agr. Conseillère provinciale en production laitière 3,5% DE GRAS C EST BIEN MAIS 4,0% C EST MIEUX! Par Caroline Brunelle, agr. Conseillère provinciale en production laitière caprine, R&D, Valacta PLAN DE PRÉSENTATION Introduction Importance des composantes

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Le blé. La culture du blé

Le blé. La culture du blé Le blé La culture du blé Le blé est cultivé depuis des millénaires. Cette céréale était déjà cultivée dans l ancienne Egypte. Puis elle s est répandue en Asie, puis en Europe. Ce sont les Espagnols qui

Plus en détail

LE BROUILLARD - PROCESSUS DE FORMATION - LES DIFFERENTS TYPES DE BROUILLARD - LES STATISTIQUES

LE BROUILLARD - PROCESSUS DE FORMATION - LES DIFFERENTS TYPES DE BROUILLARD - LES STATISTIQUES LE BROUILLARD LE BROUILLARD - PROCESSUS DE FORMATION - LES DIFFERENTS TYPES DE BROUILLARD - LES STATISTIQUES LE BROUILLARD Définition: Suspension de gouttelettes d eau dans l atmosphère, qui réduit la

Plus en détail

S2.1.1 LA MOUTURE DU GRAIN DE BLÉ

S2.1.1 LA MOUTURE DU GRAIN DE BLÉ S2.1.1 LA MOUTURE DU GRAIN DE BLÉ Définition La farine, sans autre appellation, est le produit obtenu par mouture du grain de blé (nettoyé et industriellement pur). Les étapes de la mouture du grain de

Plus en détail

La méthanisation sous l angle de l ingénierie

La méthanisation sous l angle de l ingénierie La méthanisation sous l angle de l ingénierie Steve Boivin, ingénieur Michel Morin, ingénieur Bio-Terre Systems Inc. Introduction La méthanisation à la ferme Matières disponibles à la ferme Sources et

Plus en détail

L endurcissement des transplants de légumes

L endurcissement des transplants de légumes L endurcissement des transplants de légumes par Mario Leblanc, agr. Afin de réduire au minimum le temps de production en serre, les transplants de légumes sont généralement produits sous des conditions

Plus en détail

CETAC. Paris, le 08 janvier Sensibilité à la germination sur pied et aux bas temps de chute de Hagberg chez le Blé tendre

CETAC. Paris, le 08 janvier Sensibilité à la germination sur pied et aux bas temps de chute de Hagberg chez le Blé tendre Paris, le 8 janvier 28 Sensibilité à la germination sur pied et aux bas temps de chute de Hagberg chez le Blé tendre Déterminants, enjeux et évaluation variétale Collaboration : ARVALIS- Institut du Végétal

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 5

Thermodynamique Chapitre 5 hermodynamique SI I. Généralités ocabulaire et hypothèses d études orps pur : système thermodynamique constitué d une seule espèce chimique. Exemple : l eau, contre exemple : l air. hase homogène (ou uniforme)

Plus en détail

Les conditions environnementales. M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci)

Les conditions environnementales. M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci) Les conditions environnementales La thermorégulation et ses limites à l exercice physique M1 EOPS : U.E. Facteurs influençant la performance sportive (P Mucci) I Les mécanismes Facteurs de l équilibre

Plus en détail

Propreté des grains exportés Réunion Nutrition Animale du 5 juillet 2012

Propreté des grains exportés Réunion Nutrition Animale du 5 juillet 2012 Propreté des grains exportés Réunion Nutrition Animale du 5 juillet 2012 Contexte Les exportateurs interpellent les collecteurs sur des problématiques de qualité liées aux impuretés contenues dans les

Plus en détail

Pompe à chaleur (PAC). Éléments de correction.

Pompe à chaleur (PAC). Éléments de correction. ompe à chaleur (AC). Éléments de correction.. Le R134a (ou HFC-134a ou 1,1,1,,tétrafluoroéthane) est le fluide caloporteur (ou fluide frigorigène). 3. Une fois le régime stationnaire atteint, on obtient

Plus en détail

Désordres post-récolte de la Honeycrisp

Désordres post-récolte de la Honeycrisp Désordres post-récolte de la Honeycrisp Dominique Plouffe, B. Sc. (Bioclimatologie et modélisation) AAC, Centre de recherche et de développement, Saint-Jean-sur-Richelieu, QC Avec la contribution de: Jennifer

Plus en détail

FERMACELL Powerpanel H 2 O Cloisons non porteuses - Parement simple

FERMACELL Powerpanel H 2 O Cloisons non porteuses - Parement simple Cloisons non porteuses - Parement simple La solution recommandée en locaux fréquemment et fortement humides Descriptif : Les cloisons simple peau FERMACELL Powerpanel H 2 O sont des cloisons distributives

Plus en détail

Qui veut un beau poulet? Scott Black Spécialiste des poulets de chair Amérique du Nord

Qui veut un beau poulet? Scott Black Spécialiste des poulets de chair Amérique du Nord Qui veut un beau poulet? Scott Black Spécialiste des poulets de chair Amérique du Nord Gestion de la chaleur Les poulets de chair et les reproducteurs sont en constants changements dus aux effets de la

Plus en détail

Jonathan Primeau. Alexandre Camiré INTRODUCTION

Jonathan Primeau. Alexandre Camiré INTRODUCTION INTRODUCTION Fondée en septembre 2013 par Jonathan Primeau, CellArt se spécialise dans la conception, la fabrication et l installation de caves à vin sur mesure. Véritable guichet unique, CellArt réalise

Plus en détail

GENIE CHIMIQUE Fabrication industrielle de l'acide acétique

GENIE CHIMIQUE Fabrication industrielle de l'acide acétique PARTIE C GENIE CHIMIQUE Fabrication industrielle de l'acide acétique 1. Présentation générale du procédé L acide acétique est obtenu par carbonylation du méthanol selon la réaction dont l équation est

Plus en détail

Batteries plomb-acide étanches (type AGM, sans entretien)

Batteries plomb-acide étanches (type AGM, sans entretien) Batteries plomb-acide étanches (type AGM, sans entretien) Manuel utilisateur Rev01-09/2015 2 Table des matières Consignes de sécurité... 2 Précautions à prendre avant une intervention... 2 Contrôle à réception...

Plus en détail

Cours 6 : Changement de phase des corps purs

Cours 6 : Changement de phase des corps purs Cours 6 : Changement de phase des corps purs 6.1 Coefficient de compressibilité 6.2 Changement de phase 6.3 Diagrammes d état 6.4 Cas particulier de l eau 6.1 Les gaz réels : coefficient de compressibilité

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 02/02/15 2.1 Thermodynamique & Chgt de phase Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + Propriétés d un système

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 1.

Plus en détail

NORME POUR LES FRUITS DE LA PASSION CODEX STAN

NORME POUR LES FRUITS DE LA PASSION CODEX STAN NORME POUR LES FRUITS DE LA PASSION CODEX STAN 316-2014 CODEX STAN 316-2014 2 1. DÉFINITION DU PRODUIT La présente norme vise les variétés commerciales de fruits de la passion des espèces grenadille /

Plus en détail

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) Schweizerische Geomorphologische Gesellschaft Fiches Géomorphologie de la montagne Août 2009

Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) Schweizerische Geomorphologische Gesellschaft Fiches Géomorphologie de la montagne Août 2009 Fiche 3.5.3 Page 1 sur 5 3.5.3 Les glacières (ou grottes glacées) Les glacières sont des grottes renfermant de la glace pendant toute l'année. Elles sont relativement fréquentes dans le Jura (et dans une

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

G.P. DNS07 Novembre 2012

G.P. DNS07 Novembre 2012 DNS Sujet Isolation thermique d'un tube vaporisateur...1 I.Transfert thermique dans un milieu homogène...1 II.Transferts thermiques pour un tube...2 A.Conduction ou diffusion...2 B.Conducto-convection...3

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES PIMENTS FORTS (CODEX STAN )

NORME CODEX POUR LES PIMENTS FORTS (CODEX STAN ) CODEX STAN 307 Page 1 de 5 1. DÉFINITION DU PRODUIT NORME CODEX POUR LES PIMENTS FORTS (CODEX STAN 307-2011) La présente norme vise les variétés commerciales de piments 1 (piments forts) issues du Capsicum

Plus en détail

Les associations céréalesprotéagineux

Les associations céréalesprotéagineux Produire des protéagineux en bio en Alsace Septembre 2005 Les associations céréalesprotéagineux Leurs atouts : Cultures plus résistantes (aux adventices, maladies et ravageurs) et plus productives que

Plus en détail

Nouvelle approche de l incendie dans les installations nucléaires

Nouvelle approche de l incendie dans les installations nucléaires Nouvelle approche de l incendie dans les installations nucléaires Nos besoins en travaux de recherche 1 Historique Depuis l origine, la sûreté incendie dans le domaine nucléaire est établie par des documents

Plus en détail

Echangeurs thermiques

Echangeurs thermiques Echangeurs thermiques Principe de fonctionnement du récupérateur Le but principal du récupérateur est l élimination de l air consommé et l'alimentation en air frais en respectant les paramètres convenables

Plus en détail

Système ERV VRC Echangeur à flux croisé. Ventilation avec une perte minimale d'énergie

Système ERV VRC Echangeur à flux croisé. Ventilation avec une perte minimale d'énergie Système ERV VRC Echangeur à flux croisé Ventilation avec une perte minimale d'énergie En toutes saisons L'unité ERV n'est pas seulement efficace pendant la saison de chauffage hivernale. En été, lorsque

Plus en détail

Chauffage céréales:grains et paille combustibles

Chauffage céréales:grains et paille combustibles Chauffage céréales:grains et paille combustibles Gaëlle Warnant Tournai, 16 décembre 2005 1 VALBIOM asbl valorisation de la biomasse Regroupe les filières des matières premières renouvelables et de la

Plus en détail

L essentiel pour maîtriser et optimiser sa combustion en industrie

L essentiel pour maîtriser et optimiser sa combustion en industrie #bluewebinar Bienvenue L essentiel pour maîtriser et optimiser sa combustion en industrie 30 minutes avec Thierry Beaussé Ingénieur Energéticien et Expert métier blu.e sénior 1 AU PROGRAMME Introduction

Plus en détail

< Quelques recommandations préalables à l installation d un séchoir

< Quelques recommandations préalables à l installation d un séchoir < Quelques recommandations préalables à l installation d un séchoir Le séchoir est un élément clé qui doit s intégrer au sein de la chaîne post-récolte. Il doit être bien dimensionné, abrité du froid pour

Plus en détail