Maintenir la qualité des grains récoltés la ventilation, un atout! Nicolas St Pierre, agr.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maintenir la qualité des grains récoltés la ventilation, un atout! Nicolas St Pierre, agr."

Transcription

1 Maintenir la qualité des grains récoltés la ventilation, un atout!

2 Source : Carl Bérubé Source : Maxim Lavoie Source : canola council of Canada

3 Pertes économiques Déclassement de grade commercial ($$$) Coût de séchage supplémentaire ($$$/t) Diminution ou perte de prime pour la production de semence Diminution ou perte de prime pour les marchés niches

4

5 Source : Arvalis

6 Pour se conserver, un grain doit être Propre Entier Sec À la bonne température Dans un environnement sain et étanche

7 Taux d humidité recommandés Type de grain Avoine Blé Orge Récolte Entreposage % % Canola 10 13% 8 10 % Maïs % 12,5 15 % Soya < 18% 13,2 14 % Si récolté trop sec Si récolté trop humide + de pertes au champ + difficulté manutention potentiel de conservation

8 Forme un angle naturel 27 Retrouve + de grains cassés 1 X 1,5 X 1,8 X Conséquence : + 3 à 5 C Fan Fan Fan Type de grain Angle naturel ( ) Avoine Orge Blé Maïs grain Soya 25 Canola Lin Source : Extension, Université du Tennessee PB1724

9

10 L Activité vitale d un grain la respiration La réaction de la respiration: C 6 H 12 O 6 + O 2 CO 2 + H 2 + O Chaleur Amidon oxygène Gaz carbonique Eau 674 Kcal Facteurs affectants la respiration : Température (T ) chaleur produite tend à la T du grain l intensité de la réaction 2x pour 5 C Chaleur = perte de m.s. = perte Activité = altération m.s. = perte Teneur en eau du grain (TEE) ou humidité du grain l intensité de la réaction 2x par 2 pts de la TEE Le phénomène de la respiration est normal. L objectif de la conservation est de limiter cette réaction

11 L Activité vitale d un grain la germination Facteurs déclenchant la germination : Température (T ) Humidité Oxygène La chaleur et l humidité Ennemis de la viabilité et de la vigueur des semences Le phénomène de la germination est normal. Source : CCG L objectif de la conservation est d amener la semence à un stade latent

12 Facteurs bio physico chimiques du grain La conductibilité thermique du grain très faible, considéré comme étant un bon isolant La porosité d une masse de grain (forme du grain) la forme des grains rend possible la ventilation de cette forme découle le degré de porosité via les espaces interstitiels + le grain est petit, - il laisse d espace interstitiel petits grains ; représentent 30% du volume d espace libre gros grains ; représentent % du volume d espace libre

13 Humidité relative de l air (%) Courbe à l équilibre air - grain du blé Teneur en eau du grain (%) Source : ASAE Data D245,4

14 COURBE À ÉQUILIBRE AIR-GRAIN DU BLÉ (base humide) Humidité relative (%) Source : ASAE Data D245,4

15 Mode de ventilation Ventilation de refroidissement Ventilation de correction Ventilation périodique ou de maintien

16 Mouvement du front de ventilation (cycle de ventilation) Chaud Froid Zone de refroidissement Mesure de la T à la sortie Zone de refroidissement Froid Chaud Fan Fan Pression positive Pression négative

17 Si une masse d air chaud touche un solide froid, il se produit un phénomène qui peut générer de la condensation. Source Agriculture Canada

18 Ventilation de refroidissement Surtout en automne Sert à refroidir et uniformiser (T et Hum) la masse de grains Débute immédiatement au remplissage du silo, en continue 24/24 Se réalise en 3 ou 4 cycles (paliers) de ventilation pour amener la masse de grains entre 0 C et 5 C S assurer de bien compléter chacun des cycles Faire circuler de l air plus froid que la masse de grains. La nuit offre cette possibilité. Attention! Si l écart de T entre l intérieur et l extérieur est trop grand (supérieur de 5 à 8 C), il se produira de la condensation. T trop base favorise la condensation au printemps

19 Ventilation de refroidissement T des grains Palier ou cycle de ventilation T 5 à 8 C septembre octobre novembre Source : La conservation des grains, MAPAQ

20 Ventilation de correction Utilisée peu importe la période (aut/print/été/hiver) Sert à corriger une anomalie dans la masse de grains Si T tend dans le silo ventiler lorsque la T extérieure est + basse que celle de la masse de grain Si point chaud : ventiler pour stabiliser. Vider au besoin Anomalies difficiles à déceler ventiler si odeurs de moisissure Si vous ventilez, assurez-vous de compléter le cycle entamé

21 Ventilation périodique ou de maintien Utilisée peu importe la période (aut/print/été/hiver) Ne vise qu à maintenir la masse de grains Effectuée régulièrement (+/- 2 semaines) Ventiler quelques heures avec de l air sec et à une T similaire à celle de la masse de grains Permet de contrer l effet de la convection créé par l écart entre la T intérieure et extérieure selon la saison

22 Débit d air pour la ventilation 30.0 Minimum pour séchage à l air chaud Débit d air (L/sec*m 3 ) ,0 Ventilation pour le séchage à basse température (natural air drying) Ventilation refroidissement (mise en silo) 2.0 1,0 Ventilation périodique ou de maintien (grain sec)

23 Choix d un système de ventilation Pour se faire, il faut considérer : Le débit d air total de ventilation On multiplie le volume de grains (m 3 ) par le débit d air (L/sec*m 3 ) La pression statique d opération du silo Tient compte de plusieurs facteurs : Effet de l espèce (petit grain = + de friction) (blé vs maïs = 1-2x pression) (canola vs blé = 2-3x pression) Effet du débit air unitaire (2x le débit 2,3x pression) Effet de l épaisseur du grain (2x épaisseur 4x pression)

24 Le choix d un système de ventilation Le type de plancher perforé Une pleine grandeur est préférable Transition du ventilateur à la cellule T de l air de 0,5 à 2 C max 4 C 1 C / 3,3 CE ou 85 mm CE Sortie d air Représente 0,20 m 2 /1000 l/sec de débit d air ou 1 pi 2 /1000 CFM Toujours calculé en fct du débit le + élevé

25 En résumé Porter une attention particulière à la récolte et à la mise en silo Ne pas considérer le grain entreposé comme étant statique Ventiler à des périodes statégiques pour éviter l effet «yo-yo» Adapter les équipements au besoin d entreposage Mais surtout INSPECTER ET OBSERVER!

26

CEROM Centre de recherche sur les grains inc,

CEROM Centre de recherche sur les grains inc, CEROM Centre de recherche sur les grains inc, Pour la recherche d intérêt public en production des grains BULLETIN TECHNIQUE Séchage et entreposage Ventilateurs et systèmes de ventilation pour les grains

Plus en détail

Entreposage des céréales à la ferme

Entreposage des céréales à la ferme Entreposage des céréales à la ferme Présentation de 1 Plan de présentation Identification du problème Causes Conséquences Pistes de solutions 2 Identification du problème 1. Humidité élevée des grains

Plus en détail

CEROM BULLETIN TECHNIQUE. Système mixte de séchage-conservation par le froid pour le maïs-grain. No 5.01

CEROM BULLETIN TECHNIQUE. Système mixte de séchage-conservation par le froid pour le maïs-grain. No 5.01 CEROM Centre de recherche sur les grains inc. Pour la recherche d intérêt public en production de grains BULLETIN TECHNIQUE Séchage et entreposage No 5.01 Système mixte de séchage-conservation par le froid

Plus en détail

La conservation du grain à la ferme : Quelques règles simples et du savoir-faire

La conservation du grain à la ferme : Quelques règles simples et du savoir-faire La conservation du grain à la ferme : Quelques règles simples et du savoir-faire Jean-Yves MOREAU Pôle stockage et conservation des grains ARVALIS Institut du végétal Jy.moreau@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

Efficacité énergétique dans le séchage des fourrages

Efficacité énergétique dans le séchage des fourrages Efficacité énergétique dans le séchage des fourrages Colloque Agri-Énergie 25 octobre 2012, Shawinigan René Morissette Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures Agriculture

Plus en détail

Mini-conférence Sommet de l Elevage 1,2 et 3 Octobre Les bonnes pratiques pour récolter et conserver son maïs grain humide

Mini-conférence Sommet de l Elevage 1,2 et 3 Octobre Les bonnes pratiques pour récolter et conserver son maïs grain humide Mini-conférence Sommet de l Elevage 1,2 et 3 Octobre 2014 Les bonnes pratiques pour récolter et conserver son maïs grain humide Maïs grain humide Organiser «du semis à la récolte» Avril Sept. Oct. Avril

Plus en détail

Stratégies de commercialisation des grains: tirez profits de votre boîte à outils!

Stratégies de commercialisation des grains: tirez profits de votre boîte à outils! Stratégies de commercialisation des grains: tirez profits de votre boîte à outils! Réjean Prince, agroéconomiste Conseiller en économie et gestion MAPAQ, Montérégie-Est Six outils 1) L information (l

Plus en détail

THERMOCHIMIE Objectifs :

THERMOCHIMIE Objectifs : THERMOCHIMIE Objectifs : Évaluer la variation de température ou la chaleur échangée lors d un chauffage ou d un refroidissement à pression constante (atmosphérique) avec ou sans changement de phase; attribuer

Plus en détail

Silo couloir pour l herbe et le maïs

Silo couloir pour l herbe et le maïs Silo couloir pour l herbe et le maïs par Philippe Savoie, agr., ing., Ph.D. Centre de recherche de Québec Forum technologique Novalait 12 mai 2008 Projet Novalait (2004-2007) Chercheur principal, Univ.

Plus en détail

Projet CASDAR EcoprotectGrain

Projet CASDAR EcoprotectGrain Projet CASDAR EcoprotectGrain 2010-2012 Amélioration des performances de la ventilation de refroidissement des stocks de grains par la mise au point d un outil d autodiagnostic intégrant situation géographique

Plus en détail

Énergie Régénération Ventilation. Sur la liste PEB. Une ventilation double flux efficiente avec échangeur de chaleur et d humidité ERV

Énergie Régénération Ventilation. Sur la liste PEB. Une ventilation double flux efficiente avec échangeur de chaleur et d humidité ERV Énergie Régénération Ventilation Sur la liste PEB Une ventilation double flux efficiente avec échangeur de et d humidité ERV ERV: Une ventilation énergétiquement efficiente pour un air intérieur sain Le

Plus en détail

Filière SMPC - Semestre 2 COURS DE THERMODYNAMIQUE CHIMIQUE. Pr. EL HAMMIOUI Mustapha

Filière SMPC - Semestre 2 COURS DE THERMODYNAMIQUE CHIMIQUE. Pr. EL HAMMIOUI Mustapha Filière SMPC - Semestre 2 COURS DE THERMODYNAMIQUE CHIMIQUE Pr. EL HAMMIOUI Mustapha Première Partie : La thermochimie Deuxième Partie : Les équilibres ioniques Première Partie : La thermochimie Chapitre

Plus en détail

VERGNE Morgan EXERCICE ET STRESS PHYSIQUE

VERGNE Morgan EXERCICE ET STRESS PHYSIQUE EXERCICE ET STRESS PHYSIQUE Généralités Homme : T C normale = 37 C Variation au cours de la journée Centre thermorégulateur se situe dans l hypothalamus, Rôle : analyse en permanence de la température

Plus en détail

Ventilation: Prenez le contrôle! André Roy, M.Sc., agr.; La COOP fédérée David Blanchette; Ventec Yvan Blanchette; Secco Patrick Guillemette; IEL

Ventilation: Prenez le contrôle! André Roy, M.Sc., agr.; La COOP fédérée David Blanchette; Ventec Yvan Blanchette; Secco Patrick Guillemette; IEL Ventilation: Prenez le contrôle! André Roy, M.Sc., agr.; La COOP fédérée David Blanchette; Ventec Yvan Blanchette; Secco Patrick Guillemette; IEL Ventilation parfaite? Ventiler pourquoi? Remplacement de

Plus en détail

Environnement pour le confort et la performance du veau de grain. Suzelle Barrington, ing., agr., Ph.D., FIC

Environnement pour le confort et la performance du veau de grain. Suzelle Barrington, ing., agr., Ph.D., FIC Environnement pour le confort et la performance du veau de grain Suzelle Barrington, ing., agr., Ph.D., FIC Environnement pour le confort du veau Investissements et décisions financières 1. Logement; 2.

Plus en détail

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaitre les différentes modes de propagation de la chaleur Connaître la différence entre la chaleur et température 1- La chaleur et température 1-1 La

Plus en détail

SECHAGE DES SOLIDES DIVISES

SECHAGE DES SOLIDES DIVISES SECHAGE DES SOLIDES DIVISES Introduction Opération consistant à retirer par VAPORISATION une partie (jamais à 100%) du solvant présent dans un matériau solide. Dans une poudre, il y a toujours de l eau

Plus en détail

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J

On mesure la quantité de cette chaleur (noté Q) en Joules (J). Multiple : le kilojoule (kj) ; 1 kj = J Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaitre les différentes modes de propagation de la chaleur Connaître la différence entre la chaleur et température 1- La chaleur et température 1-1 La

Plus en détail

Les plastiques dans la conservation des ensilages. Carleton-sur-Mer, 31 janvier Claude Lavoie Conseiller agricole & acéricole La Coop fédérée

Les plastiques dans la conservation des ensilages. Carleton-sur-Mer, 31 janvier Claude Lavoie Conseiller agricole & acéricole La Coop fédérée Les plastiques dans la conservation des ensilages Carleton-sur-Mer, 31 janvier 2013 Claude Lavoie Conseiller agricole & acéricole La Coop fédérée Carré d as de la réussite d un bon fourrage Fertilisation

Plus en détail

Les qualités recherchées par les industriels AGIR À LA RÉCOLTE. pour préserver la qualité MAÏS GRAIN LES INDISPENSABLES

Les qualités recherchées par les industriels AGIR À LA RÉCOLTE. pour préserver la qualité MAÏS GRAIN LES INDISPENSABLES MAÏS GRAIN À LA RÉCOLTE pour préserver la qualité Un réglage adapté de la moissonneuse garantit moins de grains brisés ou fissurés. La valeur marchande du maïs grain est influencée par le moment choisi

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Comprendre le séchage en grange des fourrages en vrac

Comprendre le séchage en grange des fourrages en vrac Comprendre le séchage en grange des fourrages en vrac Intervention technique du 4 février 2015 à GRANGENEUVE (Suisse) Yann CHARRIER-SGF Conseil Pré Grand -Rte D ALAYRAC12 500 ESPALION. Tél. : + 33 (0)

Plus en détail

Le Maïs Fourrage, une sécurité pour les stocks fourragers

Le Maïs Fourrage, une sécurité pour les stocks fourragers Mini-conférence Sommet de l Elevage Octobre 2012 Le Maïs Fourrage, une sécurité pour les stocks fourragers 1 Le Maïs : une plante, trois utilisations semis levée 3-4 f. 5-6 f. 10-12 f. floraison laiteux-pâteux

Plus en détail

Rendements 2006 des GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES de Haute-Normandie : des résultats un peu décevants malgré un fort potentiel

Rendements 2006 des GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES de Haute-Normandie : des résultats un peu décevants malgré un fort potentiel GRAB HN Groupement Régional des Agriculteurs Biologiques de Haute-Normandie 9, rue de la Petite Cité - BP 882-8 EVREUX CEDEX Tél : 2 32 78 8 46 - Fax : 2 32 38 79 49 e-mail : grabhn@libertysurf.fr Rendements

Plus en détail

Conception hygrothermique des murs extérieurs

Conception hygrothermique des murs extérieurs Conception hygrothermique des murs extérieurs Labo «Hygrothermie» Conception hygrothermique des parois PARTIE 2 23 mars 2017 Conception hygrothermique des murs extérieurs 23/02/2017 1 de 16 Conception

Plus en détail

GAVAGE AU MAÏS HUMIDE INERTE

GAVAGE AU MAÏS HUMIDE INERTE GAVAGE AU MAÏS HUMIDE INERTE Qu est ce que le maïs humide inerté? Maïs récolté entre 26 et 38% d humidité puis stocké entier, en silo souple étanche à l air conservation en anaérobiose Avantages et inconvénients

Plus en détail

Prévention des maladies dans l ail : les éléments clés. Mario Leblanc, M.Sc., agronome MAPAQ - Montérégie

Prévention des maladies dans l ail : les éléments clés. Mario Leblanc, M.Sc., agronome MAPAQ - Montérégie Prévention des maladies dans l ail : les éléments clés Mario Leblanc, M.Sc., agronome MAPAQ - Montérégie Introduction Maladies = problème qui occasionne le plus de pertes dans l ail But de la présentation:

Plus en détail

Pourquoi le Sahara est-il un désert?

Pourquoi le Sahara est-il un désert? Pourquoi le Sahara est-il un désert? TP réalisé par Sonia GARIN, Nour BASMA et Manon BARBE. Quelques notions sur le Sahara et les déserts en général : Un désert désigne aujourd hui une zone stérile, ou

Plus en détail

Exercices de Physique du Bâtiment I

Exercices de Physique du Bâtiment I Silvia Coccolo & Nikos Zarkadis Physique du bâtiment I Série 5 d exercices 1 Exercices de Physique du Bâtiment I Série 5 - Complément de corrigé : I. Diagramme psychrométrique (Mollier): «Mode d'emploi»

Plus en détail

RECHERCHE, par SIMULATION HYGROTHERMIQUE, des RISQUES DE CONDENSATION et de DEVELOPPEMENT FONGIQUE dans les PROCEDES de TOITURE HYBRIS

RECHERCHE, par SIMULATION HYGROTHERMIQUE, des RISQUES DE CONDENSATION et de DEVELOPPEMENT FONGIQUE dans les PROCEDES de TOITURE HYBRIS ENERGIE ENVIRONNEMENT Enveloppe et Matériaux Innovants Tél. : +33 (0)4 76 76 25 11 Fax : +33 (0)1 64 68 89 38 Affaire N 16. 000134.01.01 Rapport N EMI 16-26062319 Grenoble, le 29 mars 2016 RECHERCHE, par

Plus en détail

1 Machine frigorifique au dioxyde de carbone (CO 2 ) :

1 Machine frigorifique au dioxyde de carbone (CO 2 ) : IUT de Saint Denis Module THERM3 Correction du Contrôle de thermodynamique G.I.M. 2 Vendredi 13 novembre 215 1 Machine frigorifique au dioxyde de carbone (CO 2 ) : 1. Le point D correspond à l entrée du

Plus en détail

Importateur exclusif de la

Importateur exclusif de la Importateur exclusif de la marque Depuis 1968 Aujourd hui indépendant, HS France est le partenaire privilégié du groupe BAXI en France, Suisse, Belgique et Luxembourg pour la commercialisation de nombreux

Plus en détail

2e Rendez-vous à valeur. «meubles et. d apparence en résineux»

2e Rendez-vous à valeur. «meubles et. d apparence en résineux» 2e Rendez-vous à valeur ajoutée «meubles et bois d apparence en résineux» 16 février 2006 1 Plan de la présentation 1. Notions de base 2. Descriptions de quelques essences 3. Problématiques reliées au

Plus en détail

Energie thermique - Transfert thermique Situation déclenchante

Energie thermique - Transfert thermique Situation déclenchante Energie thermique - Transfert thermique Situation déclenchante Bilan I- Transfert thermique 1- Définition Un transfert thermique est un échange d'énergie thermique irréversible qui a lieu d'une source

Plus en détail

Gaby BERGOT. Les détendeurs

Gaby BERGOT. Les détendeurs Les détendeurs Le givrage des détendeurs 1/20 Le givrage des détendeurs 1) Notions d échanges thermiques g Température g Transferts de chaleur g Le phénomène de givrage 2) Le mécanisme du givrage g Blocage

Plus en détail

LA NEIGE AU SOL, LES METAMORPHOSES

LA NEIGE AU SOL, LES METAMORPHOSES LA NIVOLOGIE I Composition de l atmosphère L air atmosphérique est composé d air sec, de vapeur d eau et d impuretés. 90% de la masse atmosphérique se trouve dans les 16 premiers km au dessus du sol. La

Plus en détail

L endurcissement des transplants de légumes

L endurcissement des transplants de légumes L endurcissement des transplants de légumes par Mario Leblanc, agr. Afin de réduire au minimum le temps de production en serre, les transplants de légumes sont généralement produits sous des conditions

Plus en détail

Essai original de mesure des caractéristiques thermiques du béton

Essai original de mesure des caractéristiques thermiques du béton Essai original de mesure des caractéristiques thermiques du béton Jean-David GRANDGEORGE, Sandrine BRAYMAND, Christophe FOND, Violaine TINARD IUT Robert Schuman, Université de Strasbourg «Construction

Plus en détail

Fonctionnement d un système de séchage avec déshumidification

Fonctionnement d un système de séchage avec déshumidification Fonctionnement d un système de séchage avec déshumidification René Morissette, ing. M.Sc. Journée INPACQ Séchage des fourrages Victoriaville, 5 mars 2014 Contenu Facteurs de design et systèmes de séchage

Plus en détail

1 - Principes de base :

1 - Principes de base : Bioénergétique 1 - Principes de base : Définition : études des échanges et des transformations d NRJ chez l Homme. Echanges notamment d NRJ chimique, thermique et mécanique. Loi de la thermodynamique :

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace Confédération de la Construction 6 novembre 2008 Pourquoi isoler?

Plus en détail

Qualité des haricots ronds blancs de l Ouest canadien 2009

Qualité des haricots ronds blancs de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des haricots ronds blancs de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire

Plus en détail

LE REFROIDISSEMENT DE CONFORT

LE REFROIDISSEMENT DE CONFORT ---------------------------------------------------------------------- L excès de chaleur qui doit être évacué du bâtiment afin de maintenir la température intérieure à un niveau inférieur à la température

Plus en détail

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons Marie-Alix VIALLE Partenaires financiers L ASDER Association Savoyarde pour le Développement des Énergies Renouvelables Association

Plus en détail

Céréales et produits boulangers Le pain et les pâtisseries 5

Céréales et produits boulangers Le pain et les pâtisseries 5 Céréales et produits boulangers Le pain et les pâtisseries 5 27 Problème Raisons possibles Solutions possibles au problème Explications Le four est trop chaud Régler la température correcte Les températures

Plus en détail

La déshumidification couplée à un capteur solaire : une solution efficace pour augmenter et sécuriser le fonctionnement d une installation de

La déshumidification couplée à un capteur solaire : une solution efficace pour augmenter et sécuriser le fonctionnement d une installation de La déshumidification couplée à un capteur solaire : une solution efficace pour augmenter et sécuriser le fonctionnement d une installation de séchage! Pour échauffer 1 m 3 d air de 1 C, on a besoin de

Plus en détail

Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins

Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Récolte plante entière «Fourrage» Récolte «Epis» «Grain Humide» Récolte «Grain

Plus en détail

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»).

Illustrons cette conjonction à partir du diagramme de l air humide (ou «diagramme psychrométrique»). 2-1.2. Problèmes particuliers posés par l humidité de l air Les conditions dominantes des zones d altitude sont celles d un air frais et humide. S il n y a aucun risque lié à une climatisation qui n a

Plus en détail

Conception de la nurserie

Conception de la nurserie Conception de la nurserie Journée e GénissesG Rudelle,, le 18 février f 2013 Pourquoi concevoir une nurserie adaptée aux besoins climatiques et de logement des animaux Aspects sanitaires : Principales

Plus en détail

Séchage & entreposage. Peter Johnson Spécialiste céréales, MAAARO peter.johnson@ontario.ca @WheatPete on twitter

Séchage & entreposage. Peter Johnson Spécialiste céréales, MAAARO peter.johnson@ontario.ca @WheatPete on twitter Séchage & entreposage Peter Johnson Spécialiste céréales, MAAARO peter.johnson@ontario.ca @WheatPete on twitter Collaborateurs : Helmut Spieser, ingénieur agricole Greg Stewart, spécialiste maïs Dr Gilles

Plus en détail

La Culture Du Pois Chiche

La Culture Du Pois Chiche La Culture Du Pois Chiche Généralités Le pois chiche est une légumineuse rustique très bien adaptée à la culture en sols superficiels de la bordure méditerranéenne. Le pois chiche s adapte bien aux terres

Plus en détail

MESURES IN SITU DES PERFORMANCES DES APPAREILS DE PRODUCTION THERMODYNAMIQUE

MESURES IN SITU DES PERFORMANCES DES APPAREILS DE PRODUCTION THERMODYNAMIQUE MESURES IN SITU DES PERFORMANCES DES APPAREILS DE PRODUCTION THERMODYNAMIQUE Cédric TEUILLIÈRES (*), Odile CAURET (*), Dominique MARCHIO (**), Philippe RIVIERE (**) (*) EDF R&D, Département ENERBAT (**)

Plus en détail

Principes de la combustion du bois

Principes de la combustion du bois Colloque 12 juin 2008 (Caen) Le bois-énergie dans les agglomérations Principes de la combustion du bois Christophe HUON Préambule... La combustion est un phénomène complexe qui implique la transformation

Plus en détail

PIERRE-LUC HARVEY & GUILLAUME LAVOIE. Enveloppe 2 e niveau. Étude toiture de la résidence Harvey

PIERRE-LUC HARVEY & GUILLAUME LAVOIE. Enveloppe 2 e niveau. Étude toiture de la résidence Harvey PIERRE-LUC HARVEY & GUILLAUME LAVOIE Enveloppe 2 e niveau Étude toiture de la résidence Harvey Travail présenté à M. Denis Bergeron CEGEP de Chicoutimi Le 8 septembre 2011 1. MISE EN SITUATION Identification

Plus en détail

Abaisser la température des lots LUTTER PAR LE FROID. contre les insectes STOCKAGE DES CÉRÉALES LES INDISPENSABLES

Abaisser la température des lots LUTTER PAR LE FROID. contre les insectes STOCKAGE DES CÉRÉALES LES INDISPENSABLES LES INDISPENSABLES AGIR STOCKAGE DES CÉRÉALES LUTTER PAR LE FROID contre les insectes L évaluation des risques de prolifération des insectes, en vue de l adaptation de la ventilation, passe par l identification

Plus en détail

L a c h a l e u r d u s o l e i l. d a n s v o t r e m a i s o n. w w w. i n f r a s w i s s. c o m

L a c h a l e u r d u s o l e i l. d a n s v o t r e m a i s o n. w w w. i n f r a s w i s s. c o m L a c h a l e u r d u s o l e i l d a n s v o t r e m a i s o n w w w. i n f r a s w i s s. c o m Une chaleur saine qui est source de bien- être nous vient, depuis tou jours, d une énergie bienfaisante

Plus en détail

LE SYSTEME D ALLUMAGE allumage 1/7

LE SYSTEME D ALLUMAGE allumage 1/7 LE SYSTEME D ALLUMAGE allumage 1/7 I Fonction Infos : : Mémoires : : Régime Position Pression Cartographies moteur " ω " moteur collecteur Energie électrique Transformer l'énergie électrique en énergie

Plus en détail

Vincent Lavoie, ing. f., M.Sc. Chercheur, Séchage et énergie - FPInnovations 22 avril 2016

Vincent Lavoie, ing. f., M.Sc. Chercheur, Séchage et énergie - FPInnovations 22 avril 2016 Séchage hybride conventionnel et par haute fréquence en continu du bois d épinette noire destiné aux produits à valeur ajoutée Ateliers-conférences sur le séchage du bois CIFQ Vincent Lavoie, ing. f.,

Plus en détail

Propriétaire et Fabricant de la marque française SÉCHOIRS CONTINUS

Propriétaire et Fabricant de la marque française SÉCHOIRS CONTINUS Propriétaire et Fabricant de la marque française SÉCHOIRS CONTINUS propriétaire des marques : C.F.C.A.I SAS Route de Montgérain BP 4 60420 TRICOT (France) Tél. : + 33 (0)3 44 51 53 50 Fax : + 33 (0)3 44

Plus en détail

Journée régionale pommes de terre Rivière-du-Loup 28 février 2013 Luc Bérubé, agr

Journée régionale pommes de terre Rivière-du-Loup 28 février 2013 Luc Bérubé, agr Journée régionale pommes de terre Rivière-du-Loup 28 février 2013 Luc Bérubé, agr Notions de sol Bilan humique Cultures et matière organique Approche globale 1 hectare moyen sur 17 cm pèse ± 2 244 tm.

Plus en détail

Le comportement du système peut être séparé en deux phases principales : le régime hivernal (ascendant) et estival (descendant).

Le comportement du système peut être séparé en deux phases principales : le régime hivernal (ascendant) et estival (descendant). Fiche 3.5.2 Page 1 sur 6 3.5.2 Mécanismes de circulation d air : l effet de cheminée Lorsqu une formation poreuse possède plusieurs entrées dénivelées, une advection et une convection forcée d air dont

Plus en détail

La framboise: un fruit très s appréci encore plus lorsqu il est de qualité!

La framboise: un fruit très s appréci encore plus lorsqu il est de qualité! La framboise: un fruit très s appréci cié encore plus lorsqu il est de qualité! Par: ANDRÉ CARRIER, agronome, M. Sc. Conseiller régional r en horticulture Direction régionale r de la Chaudière re-appalaches

Plus en détail

Variateurs de vitesse

Variateurs de vitesse et d installation Altivar Variateurs UL Type /IP Précautions de montage Selon les conditions d utilisation du variateur, sa mise en œuvre nécessite certaines précautions d installation ainsi que l emploi

Plus en détail

LE BROUILLARD - PROCESSUS DE FORMATION - LES DIFFERENTS TYPES DE BROUILLARD - LES STATISTIQUES

LE BROUILLARD - PROCESSUS DE FORMATION - LES DIFFERENTS TYPES DE BROUILLARD - LES STATISTIQUES LE BROUILLARD LE BROUILLARD - PROCESSUS DE FORMATION - LES DIFFERENTS TYPES DE BROUILLARD - LES STATISTIQUES LE BROUILLARD Définition: Suspension de gouttelettes d eau dans l atmosphère, qui réduit la

Plus en détail

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE Réf. S.1.3 EB S1.3. LA THERMIQUE DU BATIMENT La Thermique 1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE 1973 Choc pétrolier : le prix du pétrole augmente. Objectif national : limiter les dépenses énergétiques,

Plus en détail

SERVICES. Vous avez un projet? France Air vous conseille : contactez nos équipes au :

SERVICES. Vous avez un projet? France Air vous conseille : contactez nos équipes au : RÉCUPÉRATION D ÉNERGIE / CTA Centrale double flux avec PAC intégrée TYPES DE BÂTIMENTS Locaux tertaires Vestiaire Magasin Salle de fitness MISE EN SERVICE P. 1 111 AIDE À LA SAISIE RT Tarifs p. 1 25 ACCÈS

Plus en détail

PROGRAMMES DE SPECIALISATION LICENCE ACADEMIQUE ENERGETIQUE

PROGRAMMES DE SPECIALISATION LICENCE ACADEMIQUE ENERGETIQUE PROGRAMMES DE SPECIALISATION LICENCE ACADEMIQUE ENERGETIQUE Semestre Unité d enseignement Type VHT Crédits UE1 : Moteurs à combustion interne F 63h 6 UE2 : Transferts thermiques I F 63h 6 UE3: Chauffage,

Plus en détail

Qui veut un beau poulet? Scott Black Spécialiste des poulets de chair Amérique du Nord

Qui veut un beau poulet? Scott Black Spécialiste des poulets de chair Amérique du Nord Qui veut un beau poulet? Scott Black Spécialiste des poulets de chair Amérique du Nord Gestion de la chaleur Les poulets de chair et les reproducteurs sont en constants changements dus aux effets de la

Plus en détail

Pompe à chaleur (PAC). Éléments de correction.

Pompe à chaleur (PAC). Éléments de correction. ompe à chaleur (AC). Éléments de correction.. Le R134a (ou HFC-134a ou 1,1,1,,tétrafluoroéthane) est le fluide caloporteur (ou fluide frigorigène). 3. Une fois le régime stationnaire atteint, on obtient

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LE RENDEMENT DES CÉRÉALES

COMMENT OPTIMISER LE RENDEMENT DES CÉRÉALES Ermin Menkovic agr. MAPAQ Jean Goulet, B.Sc.A. et Sélectionneur de plantes chez Semican Journée phyto 11 juillet 2017 COMMENT OPTIMISER LE RENDEMENT DES CÉRÉALES Plan de la présentation Première partie

Plus en détail

SAS Pierre BERNARD. 179 Route de TREVOUX SAINT ANDRE DE CORCY. Site du «BLANCHET» SAINT TRIVIER SUR MOIGNANS

SAS Pierre BERNARD. 179 Route de TREVOUX SAINT ANDRE DE CORCY. Site du «BLANCHET» SAINT TRIVIER SUR MOIGNANS SAS Pierre BERNARD 179 Route de TREVOUX SAINT ANDRE DE CORCY. Site du «BLANCHET» 01990 SAINT TRIVIER SUR MOIGNANS 1 1. PRESENTATION DE L ENTREPRISE. IDENTITE. Raison sociale : S.A.S Etablissements Pierre

Plus en détail

Les changements physiques

Les changements physiques 1 Les changements physiques Pages 9 à 11 Un changement physique est une transformation qui ne change ni la nature ni les propriétés caractéristiques de la matière. Aucune nouvelle substance n est produite.

Plus en détail

Rapport de projet Sommaire. Prévision de l énergie de germination de l orge brassicole durant un entreposage à long terme

Rapport de projet Sommaire. Prévision de l énergie de germination de l orge brassicole durant un entreposage à long terme Rapport de projet Sommaire Prévision de l énergie de germination de l orge brassicole durant un entreposage à long terme par Marta S. Izydorczyk Laboratoire de recherches sur les grains, 1404 303 Main

Plus en détail

Ballons en epoxy pour préparation d'eau chaude Série BLE 1500L-2000L-3000L-4000L

Ballons en epoxy pour préparation d'eau chaude Série BLE 1500L-2000L-3000L-4000L Ballons en epoxy pour préparation d'eau chaude Série BLE 1500L-2000L-3000L-4000L Ballon en epoxy pour préparation d'eau chaude Série BLE-1500L Matériel du réservoir interne : Acier à faible teneur au carbone

Plus en détail

Systèmes et réacteurs

Systèmes et réacteurs Systèmes et réacteurs 1 1. Intégration dans système Sous vide/atmosphérique Ouvert/fermé 2. Différents types de réacteurs 3. Système de transfert entre stock matière première et réacteurs 2 1. Intégration

Plus en détail

Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires

Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires Test de gras aux pâturages = stratégies alimentaires Mario Gauthier agr. Conseiller stratégique Valacta Plan de la conférence Les composantes La qualité du pâturage Le stress thermique La fibre efficace

Plus en détail

Conduite isolée d amenée d air provenant du puits canadien

Conduite isolée d amenée d air provenant du puits canadien Conduite isolée d amenée d air provenant du puits canadien Aménagement Ventilateur axial 400 mm 160 w 600 L/s @ 100 Pa Aménagement Sortie d air 1 palier variable + 1 ON-OFF Contrôle Résultats Température

Plus en détail

mettre de l isolation et ne pas obturer les petites fentes? une veste qui ne ferme pas, ça n a pas de sens non plus..

mettre de l isolation et ne pas obturer les petites fentes? une veste qui ne ferme pas, ça n a pas de sens non plus.. mettre de l isolation et ne pas obturer les petites fentes? une veste qui ne ferme pas, ça n a pas de sens non plus.. Humidité du logement et condensation en surface L être humain génère lui-même sans

Plus en détail

2 JOINTS TORIQUES 2-1 INTRODUCTION DESCRIPTION

2 JOINTS TORIQUES 2-1 INTRODUCTION DESCRIPTION 2-1 INTRODUCTION 2-1-1 DESCRIPTION Le joint torique est une garniture d étanchéité homogène en forme de tore à section circulaire. Ses dimensions sont définies par son diamètre intérieur (d1) et sa section

Plus en détail

Les différents états de l eau Evaporation et condensation Ebullition Enthalpie de changement d état

Les différents états de l eau Evaporation et condensation Ebullition Enthalpie de changement d état Les différents états de l eau Evaporation et condensation Ebullition Enthalpie de changement d état Etude de la bioclimatisation Les états de l eau animation : C:\Users\LEYNAUD\Documents\T STI2D\HABITAT

Plus en détail

Avec le «panic», peut-on remplacer la paille céréalière dans les fraisières?

Avec le «panic», peut-on remplacer la paille céréalière dans les fraisières? Avec le «panic», peut-on remplacer la paille céréalière dans les fraisières? André Pettigrew, agronome MAPAQ, Direction régionale de l Estrie 16 février 2013 Photo : André Pettigrew Description de l exposé

Plus en détail

Physique - Chimie - CPGE TSI - Établissement Saint Joseph - LaSalle

Physique - Chimie - CPGE TSI - Établissement Saint Joseph - LaSalle Énoncé Devoir Maisonn o 3 1 Exercice 1 : L air humide : Climatisation et brouillards L air qui nous entoure est humide : c est un mélange d air sec et de vapeur d eau. Les caractéristiques de l air humide

Plus en détail

Traitement thermique

Traitement thermique Traitement thermique Conditionneurs thermiques CTID/CTIS Le conditionneur thermique STOLZ permet d assurer la qualité sanitaire, d améliorer l écoulement des farines, la digestibilité de l amidon, et augmente

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Climatologie du séchoir: propriétés de l air humide et outils de mesure ou de calcul

Climatologie du séchoir: propriétés de l air humide et outils de mesure ou de calcul Climatologie du séchoir: propriétés de l air humide et outils de mesure ou de calcul Ateliers-conférences sur le séchage du bois, C.I.F.Q, 17 e édition 12 et 13 mai 2011, Hôtel PLAZA, Québec Yves Fortin

Plus en détail

Ls mouvements verticaux dans l atmosphère. CO1 Climatologie et hydrologie

Ls mouvements verticaux dans l atmosphère. CO1 Climatologie et hydrologie Ls mouvements verticaux dans l atmosphère CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD!! Les mouvements de l air!! Les règles physiques!! L évolution thermique verticale!! L instabilité!! Les différentes

Plus en détail

Conférence du 14 janvier 2016 Présenté par Marc-André Turgeon, agr.

Conférence du 14 janvier 2016 Présenté par Marc-André Turgeon, agr. Conférence du 14 janvier 2016 Présenté par Marc-André Turgeon, agr. Mise en contexte Différents types de traitement Comparaison des systèmes Investissements Avantages et inconvénients Résultats financiers

Plus en détail

Chaleur. La chaleur peut avoir une autre origine : récupération de chaleur : associé au système de ventilation ; chauffage solaire ; cheminée à bois

Chaleur. La chaleur peut avoir une autre origine : récupération de chaleur : associé au système de ventilation ; chauffage solaire ; cheminée à bois LE CHAUFFAGE DES LOCAUX Introduction : Le chauffage est en hôtellerie un élément de confort ; il joue un rôle sur la santé du personnel et des clients. Il a également un rôle vis à vis de l entretien des

Plus en détail

Contexte scientifique

Contexte scientifique Contexte scientifique Ces paramètres dépendent : Traité d architecture et d urbanisme bioclimatiques -De la constitution de l enveloppe du bâtiment (matériaux porteurs, isolants, parements ) -Des systèmes

Plus en détail

Se débarrasser une fois pour toutes des problèmes d'humidité et de moisissure

Se débarrasser une fois pour toutes des problèmes d'humidité et de moisissure Se débarrasser une fois pour toutes des problèmes d'humidité et de moisissure Pourquoi SkamoWall? SkamoWall constitue la réponse pour ceux qui sont confrontés au défi récurrent que constituent le froid

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Définition: Principe de la condensation la condensation définie le passage d un fluide de l état gazeux à l état liquide. Ce changement d état s effectue avec échange de chaleur

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28.

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28. CHARGE MAXIMALE (LOCAL ISOLÉ) Local Ensemble de locaux 6 (Séjour T3) Logement collectif Conditions de projet Internes Externes Température intérieure = 26.0 C Température extérieure = 29.3 C Humidité relative

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 5

Thermodynamique Chapitre 5 hermodynamique SI I. Généralités ocabulaire et hypothèses d études orps pur : système thermodynamique constitué d une seule espèce chimique. Exemple : l eau, contre exemple : l air. hase homogène (ou uniforme)

Plus en détail

Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN Système pour construction sèche. Type:

Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN Système pour construction sèche. Type: Fiche de planification Pour la réalisation d un chauffage par le sol SCHÜTZ selon DIN EN 1264-4 A) B) Système SCHÜTZ souhaité Système à agrafage Système à plots Système pour construction sèche Système

Plus en détail

Edition N 12. Résidentiel. Tertiaire. Industriel

Edition N 12. Résidentiel. Tertiaire. Industriel Edition N 12 Résidentiel Tertiaire Industriel 1 3 4 5 5 sommaire THT80 11kW 45kW Monobloc Eau chaude sanitaire et chauffage trés haute température 80 C THT80I 11kW 45kW Monobloc intérieur gainable Eau

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Le blé. La culture du blé

Le blé. La culture du blé Le blé La culture du blé Le blé est cultivé depuis des millénaires. Cette céréale était déjà cultivée dans l ancienne Egypte. Puis elle s est répandue en Asie, puis en Europe. Ce sont les Espagnols qui

Plus en détail

EPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE

EPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE EPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE (Coefficient : 5 - Durée : 3 heures) Epreuve scientifique Matériel autorisé : calculatrice Rappel : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée pour réaliser des

Plus en détail