Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003"

Transcription

1 Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Anatomie, vascularisation et drainage lymphatique du recto-colon Anatomie du pelvis Adénome du colon Anatomo-pathologie du cancer colo-rectal Génétique des cancers colo-rectaux Notions générales de préventions et de dépistage des cancers Oncologie génétique. Résumé : Avec près de nouveaux cas par an en france, il s'agit avec le cancer du sein, du cancer le plus fréquent en occident. Le diagnostic doit être le plus précoce possible mais les signes cliniques sont souvent tardifs. Le pronostic s'est amélioré avec les progrès de la chirurgie, de la chimiothérapie adjuvante et palliative ainsi que de la radiothérapie dans les cancers du rectum. Le stade métastatique est encore parfois accessible à une thérapeutique curative. La polypectomie des adénomes diminue la prévalence et incidence. La prévention et le dépistage de masse sont possibles : la plus grande attention doit être accordée aux cas familiaux. Mots-clés : Cancer du colon, cancer du rectum, adénocarcinomes du colon, prévention et dépistage des cancers colo-rectaux. 1. Introduction Les cancers colo-rectaux (CCR) se placent au premier rang de la pathologie cancéreuse dans notre pays pour les deux sexes confondus. On estime qu il y a chaque année à nouveaux cas et qu un français sur 20 à 25 sera atteint de ce cancer dans sa vie (60% de cancer du côlon 40% de cancer du rectum). La mortalité est de morts par an. Le cancer colo-rectal est donc non seulement un cancer fréquent mais un cancer grave ; le taux de survie à 5 ans atteint 50%, tous stades confondus au moment du diagnostic. 2. Le cancer du colon 2.1. Circonstances de découverte Symptomatologie digestive troubles du transit récents douleurs abdominales surtout avec crise colique (sémiologie) hémorragies digestives de faible abondance (rectorragies) 1/6

2 Parfois Anémie ferriprive ++ isolée baisse de l état général température isolée : état sub-fébrile Une complication Occlusion +++, abcédation, perforation (+ rarement révélatrice) Des métastases hépatiques (ou pulmonaires) notamment Examen clinique : la tumeur est rarement palpable Dépistage individuel ou dépistage de masse en palpation des sujets à risque Dépistage de masse en population (test Hemocult ) 2.2. Diagnostic La coloscopie permet de découvrir la tumeur et de la biopser. On doit rechercher en même temps l existence de polypes ou d autres cancers sur le reste du recto-côlon (néoplasies synchrones). La tumeur peut être végétante, infiltrante ou ulcérée. Le plus souvent elle est végétante. Histologiquement, il s agit dans plus de 80 % des cas d adénocarcinomes Lieberkhuniens typiques différenciés ou indifférenciés ; dans 10 à 20% des cas de carcinomes colloïdes ou de carcinomes anaplasiques. En cas de sténose infranchissable, la coloscopie sera refaite en postopératoire sur le côlon restant après exérèse segmentaire Bilan d extension Le bilan d extension ne comporte qu une radio-pulmonaire, une échographie hépatique (très performante pour la recherche des métastases) et d un TDM abdominale L extension et la classification ne seront précises qu après l intervention chirurgicale de la pièce opératoire comportant en particulier une étude précise de tous les ganglions, facteurs de pronostic essentiels. La classification TNM doit être utilisée. 2/6

3 2.4. Le traitement Schéma : classification TNM (J. Fournet) Le traitement curatif Il est essentiellement chirurgical (hémicolectomie droite ou gauche ou résection) : l importance de la résection est fonction de la vascularisation colique ; le drainage ganglionnaire du territoire s effectue le long de la vascularisation. Le rôle bénéfique sur la survie de la chimiothérapie adjuvante a été démontrée (5 FU- acide folinique) au stade N1 ou N2. Le bénéfice n est pas clairement démontré dans les stades N0. La surveillance doit être stricte : coloscopie 3 ans après intervention puis tous les 5 ans afin de détecter un cancer métachrone ou des polypes adénomateux (risque individuel). L échographie hépatique tous les trois mois surtout les 3 premières années, tous les six mois ensuite pendant 5 ans. L apparition de métastases hépatiques, quel que soit le moment de l évolution (syndrome ou métachrone) peut permettre un traitement curatif dans la mesure où les métastases sont limitées ; elles peuvent bénéficier d un traitement chirurgical curateur (discussion multidisciplinaire indispensable) précédé et/ou suivi de chimiothérapie Le traitement palliatif Exérèse palliative de la tumeur ; traitement par prothèse intra-luminale en cas de contre indication chirurgicale - laser ou plasma d argon pour destruction locale en cas de sténose. La chimiothérapie : 5 FU-acide folinique : ce traitement en association avec de nouvelles drogues Irinotekan ou Oxaliplatine augmente la survie et améliore la qualité de vie de façon nette. Elle permet parfois un traitement chirurgical des métastases après régression partielle. 3/6

4 3. Le cancer du rectum Les différences suivantes doivent être notées avec le cancer du côlon : 3.1. Circonstances de découverte Elles peuvent être identiques mais le plus souvent sont : la rectorragies (signes nécessitant une endoscopie) le syndrome rectal avec faux besoins, sensation de plénitude rectale, émissions de glaires, ténesme. Le toucher rectal permet souvent d évoquer fortement le diagnostic Le diagnostic L endoscopie : c est le moyen diagnostique : la rectoscopie au tube rigide est nécessaire mais ne dispense pas de la fibroscopie colique totale. La rectoscopie permet de calculer la distance précise à la marge anale pour poser l indication thérapeutique. La coloscopie permet de dépister un cancer ou un polype synchrone Le bilan d extension Il doit comporter, outre les explorations effectuées pour le côlon, un scanner abdominopelvien ou une IRM pelvienne et une écho-endoscopie endo-rectale permet d examiner l extension intra-pariétale, l extension aux organes de voisinage et aux ganglions périrectaux (l écho-endoscopie est surtout utile pour étudier l extension des tumeurs de petite taille). Ce bilan permet de juger de la nécessité ou non d une radiothérapie néo-adjuvante (tumeur T3 ou tout T N+) Traitement Le traitement curatif Ce traitement est chirurgical : résection large, résection également du mésorectum. Le type de traitement dépend du siège de la tumeur dans le rectum : les cancers situés à moins de 5 cm de la marge de l anus : le traitement relève souvent de l amputation abdomino-périnéale avec anus iliaque définitif. La chirurgie peut entraîner des troubles génitaux (impuissance, dyspareunie). Les possibilités de l anastomose colo-anale doivent conduire à un avis chirurgical spécialisé pour reculer au maximum la limite des possibilités de résection avec anastomose colo-anale. Les cancers situés entre 5 et 15 cm de la marge anale : l exérèse est possible avec rétablissement de la continuité digestive (résection antérieure) avec anastomose colorectale basse. 4/6

5 Le traitement néo-adjuvant Il comporte la radiothérapie pré-opératoire potentialisée par le 5-FU pour les tumeurs T3 ou tout T N+. La finalité de ce traitement est de diminuer la fréquence des récidives locorégionales invalidantes et d augmenter la survie, ce qui est maintenant démontré. L association radiothérapie + chimiothérapie chez des patients à risque élevé de récidives est en cours d étude. Pour l instant, le traitement adjuvant n a pas de bénéfice démontré Le traitement palliatif Comme dans le cancer du côlon, il peut bénéficier à des patients ne pouvant être traités de façon curative : dérivation chirurgicale avec colostomie (éviter l occlusion), radiothérapie externe, traitement laser selon les cas particuliers. La chimiothérapie est identique à celle du cancer du côlon. 4. Prévention facteurs de risque sujets à risque - dépistage 4.1. Rôle des facteurs alimentaires et du mode de vie reconnus comme facteurs favorisant Une insuffisance de consommation en végétaux et fruits, l excès calorique global augmentent le risque de cancer ou d adénome. Le manque d exercice physique, l alcoolisme favorise ce cancer. Des conseils de prévention peuvent être donnés par correction de ces facteurs Séquence adénome cancer (lésions pré-cancéreuses) On admet aujourd hui que plus de 80 % des cancers colorectaux se développent à partir d adénomes pré-existants (adénomes tubuleux et tumeurs villeuses) ; les autres se développent à partir d adénomes plans. Les polypes sont traités par polypectomie endoscopique lorsqu ils sont découverts. Les polypes à haut risque de dégénérescence ont une taille supérieure ou égale à 1 cm et ont souvent une composante partielle ou subtotale villeuse. La plupart de ces polypes sont asymptomatiques ou révélés par une rectorragie Définition des sujets à risque pour le cancer colo-rectaux (CCR) Sujets à risque très élevé (pas plus de 5% des CCR) : membre d une famille d un patient porteur d une polypose rectocolique familiale ou d un syndrome du cancer héréditiare du côlon sans polypose (syndrome de lynch) où une personne sur deux fera un CCR (autosomique dominant). Ces cas de prédisposition justifient une surveillance coloscopique systématique et régulière annuelle. Le dépistage génétique est aujourd hui possible : mutation sur le gène APC pour la polypose 5/6

6 principalement les gènes hsmh2 et hmlh1 muté pour les personnes appartenant au syndrome de Lynch ; dans ce syndrome il peut exister des cancers multiples notamment de l endomètre associé aux cancers du côlon Sujets à risque élevé Tels sont les sujets ayant en ligne directe (apparentés au premier degré) un antécédent de CCR. Un sujet apparenté où le cancer est survenu avant l âge de 60 ans ou deux sujets apparentés quelque soit l âge de survenue (coloscopie tous les 5 ans après 45 ans). Les sujets déjà traités pour un adénome ou un cancer colo-rectal qui ont un risque augmenté (coloscopie à 3 ans puis tous les 5 ans en cas de normalité). Les sujets porteurs d une colite inflammatoire (Crohn, colique et surtout RCH) où le risque est augmenté après 15 ans d évolution d une pancolite (coloscopie bi-annuelle après 15 ans d évolution) Sujets à risque moyen ou standard Ce sont les plus nombreux (formes sporadiques). Le risque n apparaît réellement dans les deux sexes qu à partir de ans, (le pourcentage de CCR survenant avant cet âge, ne dépassant pas 3 %). L âge moyen de survenue se situe entre 65 et 70 ans. Cette population à risque standard représente plusieurs millions d individus en bonne santé apparente. Des protocoles de dépistage de masse par test Hémocult ont démontré qu il était possible de diminuer la mortalité du CCR (dépistage de polypes adénomateux ou villeux ou de cancer à un stade précoce de développement). La logistique de ces campagnes de dépistage organisées est lourde. 6/6

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Cancer du rectum : traitement préopératoire

Cancer du rectum : traitement préopératoire SAHGEED Cancer du rectum : traitement préopératoire Cours Intensif de Cancérologie Digestive FFCD - SAHGEED 16 &17 Septembre 2016 Palais de la Culture MOUFDI Zakaria Pr. Nicolas Magné, MD, PhD nicolas.magne@icloire.fr

Plus en détail

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Épidemiologie Formes génétique Polypose adénomateuse familiale (PAF) : Maladie autosomique dominante, lié à une perte dʼhétérozygotie dʼun gène suppresseur de

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Le C ancer C olorectal

Le C ancer C olorectal Le Cancer Colorectal Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Epidémiologie EPIDEMIOLOGIE Incidence Estimée

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM - 1/6- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM I/ INTRODUCTION : En France le cancer colorectal est le premier des cancers

Plus en détail

Dépistage du cancer colo-rectal

Dépistage du cancer colo-rectal Dossier 1 Dépistage du cancer colo-rectal Énoncé Vous suivez en gastro-entérologie Mme C. depuis ses 21 ans, dans le cadre d'une maladie de Crohn. Elle a actuellement 34 ans. Elle vous interroge sur le

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

Dépistage et surveillance endoscopique des tumeurs colorectales

Dépistage et surveillance endoscopique des tumeurs colorectales Dépistage et surveillance des tumeurs colorectales Introduction En 2003, 950 000 coloscopies totales ont été réalisées en France dont 14 % (133 000) pour surveillance après polypectomie et 21 % (200 000)

Plus en détail

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le D une importance vitale! Gilles Jobin, MD, FRCPC, MSc Mise àj our Présenté dans le cadre de la conférence : Les 15 e Journées annuelles du Département de médecine, Université de Montréal, novembre 2006

Plus en détail

Cancer du rectum avec métastases synchrones

Cancer du rectum avec métastases synchrones Cancer du rectum avec métastases synchrones Jean-Baptiste Bachet Philippe Rougier Fédération des Spécialités Digestives Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France Épidémiologie 36 000 cancer colorectaux /

Plus en détail

148. Tumeurs du colon et du rectum

148. Tumeurs du colon et du rectum Sommaire 148. Tumeurs du colon et du rectum diagnostic, attitude thérapeutique et suivi tumeurs coliques (adénocarcinome) Lavement baryté (après préparation colique) Peu d indication depuis le développement

Plus en détail

Cancer du colon: Quoi de neuf en 2016? Dr Amine Bouayed Centre Hospitalier de Salon de Provence

Cancer du colon: Quoi de neuf en 2016? Dr Amine Bouayed Centre Hospitalier de Salon de Provence Cancer du colon: Quoi de neuf en 2016? Dr Amine Bouayed Centre Hospitalier de Salon de Provence INCIDENCE Un problème de santé publique! 3ème cancer chez l homme, 2ème cancer chez la femme. Incidence annuelle

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre

Cliquez pour modifier le style du titre Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Cliquez pour modifier le style du titre PROJET D EVALUATION DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS COLORECTAUX EN AQUITAINE ET MIDI-PYRENEES (EVACCOR):

Plus en détail

12/09/2011. Objectifs pédagogiques. Définition - anatomie. Définition ADÉNOCARCINOMES (ADK) Savoir évoquer le diagnostic de cancer colo-rectal

12/09/2011. Objectifs pédagogiques. Définition - anatomie. Définition ADÉNOCARCINOMES (ADK) Savoir évoquer le diagnostic de cancer colo-rectal Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Cancer colo-rectal (CCR) Plan du cours Définition Épidémiologie Étiologie Clinique Bilan d extension Bilan pré-thérapeutique Principes

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM : POLYPES ET CANCERS

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM : POLYPES ET CANCERS TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM : POLYPES ET CANCERS Mis à jour le lundi 19 novembre 2012 Dr Marcelo Salmeron Cette notice d information est destinée aux patients. Elle a pour but d expliquer le plus simplement

Plus en détail

Fiche mémo cancer colorectal (CCR)

Fiche mémo cancer colorectal (CCR) Fiche mémo Cancer colorectal : modalités de dépistage et de prévention chez les sujets à risque élevé et très élevé Mai 2017 Le cancer colorectal (CCR) est une tumeur maligne du côlon ou du rectum. Il

Plus en détail

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP )

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) 12/09/2007 Résumé Patients atteints de Polypose Adénomateuse Familiale (FAP) classique 1. Suivi endoscopique après

Plus en détail

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin franck.chauvin@icloire.fr LA DÉMOGRAPHIE Croissance de la population française 2007-2050 par groupe d âge 10 000 8 000 2015 2030

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques vers l adénocarcinome. Identifier

Plus en détail

Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal

Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal Mesure 19 soins et vie des malades Mars 2011 recommandations professionnelles Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations

Plus en détail

Cancer de l estomac. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l estomac. Pr M.B.BENKADA Cancer de l estomac Pr M.B.BENKADA INTRODUCTION Cancer très fréquent dans le monde CARACTERES parfois endemique(asie) Cancer distale diminue/proximal augmente RAPPEL ANATOMIQUE Etiopathogénie Environnement

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS

LA CHIRURGIE DES CANCERS Item 141 LA CHIRURGIE DES CANCERS Professeur B.Saint-Aubert 1 Principale arme thérapeutique en cancérologie, de plus en plus souvent associée aux autres types de traitement (radiothérapie - chimiothérapie).

Plus en détail

Cancer Colorectal.

Cancer Colorectal. www.gefluc-paris.fr Cancer colorectal : points clés En France, le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent et meurtrier tous sexes confondus. Il se développe dans sa grande majorité chez

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DIGESTIVES

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DIGESTIVES REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DIGESTIVES Validé le 15 juin 2007 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - Jean Bernard niveau -2 BP 577-86021 POITIERS cedex Tel : 05.49.44.37.70

Plus en détail

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC Octobre 2015 Dr Michel CHERUBIN Service de chirurgie viscérale CHBT 1 CANCER DE L ESTOMAC bases du traitement: épidémiologiques: 5 cancer le + fréquent incidence diminue

Plus en détail

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Definition : prédisposition au cancer colorectal, Endomètre, ovaire, voies urinaires, estomac, grêle, dermatologique, biliaire, SNC Mutation

Plus en détail

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque?

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? Avez-vous été opéré(e) d un cancer ou d un gros polype du côlon ou du rectum? OUI NON Avez-vous un ou des parents proches (frères,

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 1 Epidemiologie Le cancer colorectal est fréquent et de mauvais pronostic: 2 e cancer chez la femme 3 e cancer chez l homme

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

Surveillance du Cancer Colorectal Opéré à Visée Curative. Savoir dépister utilement une récidive post-thérapeutique colorectal

Surveillance du Cancer Colorectal Opéré à Visée Curative. Savoir dépister utilement une récidive post-thérapeutique colorectal Surveillance du Cancer Colorectal Opéré à Visée Curative Savoir dépister utilement une récidive post-thérapeutique colorectal Introduction TRT à visée curatrice = 75% des CCR Les récidives à 5 ans : 30%

Plus en détail

Enquête prospective «Une Semaine d Endoscopie en France» Edition 2012 : résultats préliminaires

Enquête prospective «Une Semaine d Endoscopie en France» Edition 2012 : résultats préliminaires Enquête prospective «Une Semaine d Endoscopie en France» Edition 2012 : résultats préliminaires Christian BOUSTIERE, Christophe CELLIER et l ensemble du Conseil d Administration de la Société Française

Plus en détail

LA MOSELLE DEPARTEMENT PILOTE. Rappel bref des généralités :

LA MOSELLE DEPARTEMENT PILOTE. Rappel bref des généralités : LE DEPISTAGE DU CANCER COLO RECTAL (DCCR) LA MOSELLE DEPARTEMENT PILOTE Rappel bref des généralités : L information privilégiera l aspect pratique de la relation MG - Patient Consultation de Prévention

Plus en détail

Cancer colo-rectal de la prévention au traitement. E Vaillant (Lille)

Cancer colo-rectal de la prévention au traitement. E Vaillant (Lille) Cancer colo-rectal de la prévention au traitement E Vaillant (Lille) plan La cancérologie digestive en pratique La formation nécessaire En pratique Quelle configuration idéale La prévention du cancer colo-rectal

Plus en détail

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION XXVIIIemes Journées Nationales D Hépatolo-gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION K. Boukrouh, N.Baazizi, A,Chenibet,H.Boumahdi,N.Sididriss. D.Ouaret, K.Hail, A.Tertag,L.

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008 Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM IRM DES TUMEURS RECTALES 15 000 nouveaux cas/an en France Amélioration du pronostic Evolutions

Plus en détail

Prise en charge initiale du cancer colorectal en Aquitaine

Prise en charge initiale du cancer colorectal en Aquitaine Prise en charge initiale du cancer colorectal en Aquitaine Résultats de l étude 17 mars 2006 version finale 1 Introduction Un des objectifs du RCA est de contribuer à l amélioration de la qualité des soins,

Plus en détail

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA Cancer de l oesophage Pr M.B.BENKADA Introduction 5 000 nouveaux cas/an (France) Prédominance masculine Age moyen est de 55 et 69 ans Le traitement curateur est la chirurgie Radiochimiothérapie est périopératoire

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM Épidémiologie Fréquent ++++ 3 ème K chez H ; 2 ème chez F Survie à 5 ans tous stades confondus = 50% Adénocarcinome liberkhünien FDR de CCR moyen élevé très élevé Pop générale

Plus en détail

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations Diapositive 1 : Ecran de démarrage Diapositive 2 : Accueil Voyons maintenant l exemple d un cas de cancer colique, l un des quatre cancers les plus diagnostiqués en France. Diapositive 3 : Objectifs de

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 9 : Item 148 Tumeurs du côlon et du rectum I. Tumeurs benignes du côlon et du rectum II. Cancers du côlon et du rectum OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une tumeur du côlon et une tumeur du

Plus en détail

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS Jean-Pierre BAIL (CHU de Brest) PRESENTATION EPIDEMIOLOGIE AGE MOYEN : 65 ans. CANCER 60% des cas COLOSTOMIES : 75%; ILEOSTOMIES :17% TEMPORAIRES

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LES CANCERS DIGESTIFS I - CANCER DE L'ŒSOPHAGE A - EPIDEMIOLOGIE 1,5% des cancers. 7% des cancers digestifs. Taux moyen en France : 15/100 000 habitants. Incidence plus élevée en

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 CAS CLINIQUE Mr B., 65 ans, douleurs abdominales depuis quelques mois, rectorragies intermittentes Excellent EG, P=75kg,T=1,80m(IMC=23)

Plus en détail

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales Nom : Nom de jeune fille : Code postal domicile : Prénom : Né(e) le : / / Code postal commune de naissance : Nom établissement

Plus en détail

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Diane Goéré Département Chirurgie Viscérale diane.goere@gustaveroussy.fr Critères d opérabilité et de résécablité Opérablité : liée au patient : consultation

Plus en détail

Les aspects épidémiologiques des cancers colorectaux (A propos de 116 cas) Année Liste des figures

Les aspects épidémiologiques des cancers colorectaux (A propos de 116 cas) Année Liste des figures Liste des figures Figure 1 : Répartition des cas de cancer colorectal hospitalisés au service de gastroentérologie de Fès selon les années Figure 2 : Répartition des cancers colorectaux au service de gastro-entérologie

Plus en détail

MODULE 10 - DOSSIER CLINIQUE PASCAL SEVE

MODULE 10 - DOSSIER CLINIQUE PASCAL SEVE MODULE 10 - DOSSIER CLINIQUE PASCAL SEVE Madame C, 72 ans est adressée dans votre service pour un bilan d altération de l état général. Dans ses antécédents on note : une prothèse totale de hanche gauche

Plus en détail

Cancer de l'anus : je m'informe

Cancer de l'anus : je m'informe Cancer de l'anus : je m'informe Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer de l anus est un cancer rare qui

Plus en détail

Cancer de l'anus : je m'informe

Cancer de l'anus : je m'informe Cancer de l'anus : je m'informe Le site du Docteur Pascal HANRION Adresse du site : www.docvadis.fr/pascal-hanrion Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer de l anus est un cancer rare qui

Plus en détail

Tumeurs du côlon et du rectum

Tumeurs du côlon et du rectum Tumeurs du côlon et du rectum I. Tumeurs bénignes du côlon et du rectum II. Cancers du côlon et du rectum OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une tumeur du côlon et une tumeur du rectum. Planifier le

Plus en détail

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL?

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL? Un geste simple, qui peut vous sauver la vie POURQUOI LE DÉPISTAGE? Dr Tu Le Trung RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France - 2012 - INCa) Pourquoi dépister? 42 152 nouveaux cas par an (incidence ) 17 722 décès

Plus en détail

RESULTATS DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DU CANCER DU COLON

RESULTATS DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DU CANCER DU COLON RESULTATS DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DU CANCER DU COLON S. BENAMR, E. MOHAMMADINE, R. NIAMANE, A. ABBASSI, A. ESSADEL, RÉSUMÉ Les auteurs rapportent une série de 127 cancers coliques opérés entre 1975 et1994.

Plus en détail

Prise en charge des métastastases pulmonaires des CCR en chirurgie thoracique

Prise en charge des métastastases pulmonaires des CCR en chirurgie thoracique Prise en charge des métastastases pulmonaires des CCR en chirurgie thoracique Rabinel Pierre Charot F Renaud C, Berjaud J, Dahan M, Brouchet L Service de chirurgie thoracique CHU Larrey Toulouse Vendredi

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie des métastases hépatiques des cancers colorectaux Pr Belkouchi - Pr Chihab - Pr Zentar - Pr Benkabbou 1. Introduction La présence

Plus en détail

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version 0.0.207 Ce document présente les principales interventions chirurgicales sur le côlon et le rectum. Il sert

Plus en détail

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique De l évaluation la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique Jean-Marc BEREDER, Nadia ARAB, Jean-François QUARANTA 1 CHOIX DE LA PATHOLOGIE Le cancer du colon est au premier rang s cancers

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON

EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON EPIDEMIOLOGIE ET FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU COLON Séminaire de DES du 08/02/2008 Anne BOURRIER CC DANS LE MONDE Elevé Moyen Bas Données Insuffisantes FIGURE 7 Age-standardized Incidence Rates for

Plus en détail

CANCER COLO RECTAL : cancers du colon et du rectum chirurgie 1

CANCER COLO RECTAL : cancers du colon et du rectum chirurgie 1 CANCER COLO RECTAL : cancers du colon et du rectum chirurgie Avec plus de 42000 nouveaux cas par an, le cancer colo rectal est un des plus fréquents en France (le 3 e plus fréquent tout sexe confondus).

Plus en détail

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot Soins infirmiers en Onco-gynécologie J. Rousset 2013/2014 - IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot 1. Le cancer du col de l utérus 1. Le cancer du col de l utérus 1.1. EPIDEMIOLOGIE 11ème des cancers

Plus en détail

IRM du cancer du rectum

IRM du cancer du rectum IRM du cancer du rectum Dr Guillaume LOUIS Cours intensif de cancérologie digestive - FFCD Jeudi 28 avril 2016 Marseille Introduction Tumeur de mauvais pronostic Taux élevé de récidive locale Fréquence

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

Casclinique cancer colorectal

Casclinique cancer colorectal Casclinique cancer colorectal IFSI, CHU Dijon, 28 septembre 2016 M.Boulin Pharmacie Dr Gagnaire-Champiot- HGE cancérologue digestif D.Burignat IDE coordination cancéro HGE C. BARROT Stomathérapie CHU Dijon

Plus en détail

Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux

Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux Dr Philippe KOSYDAR- chirurgie Digestive SEL des Drs BRIEZ et KOSYDAR Polyclinique du Bois Oncomel Introduction Foie

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période 2008-2009 V e Congrès International d Epidémiologie ADELF/EPITER, 12-14 septembre 2012, Bruxelles K Leuraud, D Jezewski-Serra, E Salines

Plus en détail

Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 %

Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 % Adénocarcinome du rectum: prise en charge Caecum 14 % Colon ascendant 10 % colon transverse 12 % colon Descendant 7 % Sigmoide 25 % Rectosigmoide 9 % Rectum 23 % Séminaire de formation IRFC/Oncolie Christophe

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

Cancer colo-rectal: quoi de neuf?

Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Cancer colique ou rectal: des différences d approche Dépistage, diagnostic et bilan d extension du cancer colique: TDM Bilan d extension

Plus en détail

Ampullome. Clinique : ictère cholestatique (prurit) continu progressif, amaigrissement récent, antécédents

Ampullome. Clinique : ictère cholestatique (prurit) continu progressif, amaigrissement récent, antécédents Ampullome Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Stade I pt1-t2-n0. Stade II pt3-t4-n0. Stade III pt-n1-n2. Discussion RCP Folfox ou Xeloda? Standard Chirurgie seule. Chirurgie + FOLFOX 4 (12 cures)

Stade I pt1-t2-n0. Stade II pt3-t4-n0. Stade III pt-n1-n2. Discussion RCP Folfox ou Xeloda? Standard Chirurgie seule. Chirurgie + FOLFOX 4 (12 cures) Référentiel en Oncologie Digestive Réseau ONCO LR (mise à jour : 2007) Cancer du côlon non métastatique Stade I pt1-t2-n0 Stade II pt3-t4-n0 Stade III pt-n1-n2 Bon pronostic Mauvais pronostic Occlusion,

Plus en détail

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon Patho Chir Court 3 Pathologie du colon Colopathie fonctionnelle Colon irritable ou colon spasmodique Clinique trois symptômes majeurs: 1. les douleurs abdominales, 2. la constipation 3. la diarrhée Chronique

Plus en détail

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques.

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques. De OncologiK. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

LE CANCER DU COL UTERIN

LE CANCER DU COL UTERIN LE CANCER DU COL UTERIN Tout cancer infiltrant du col utérin diagnostiqué doit passer en RCP pré-thérapeutique. 1. BILAN INITIAL Examen gynécologique et examen clinique général A partir du stade IB le

Plus en détail

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq Séminome extra-gonadique (à propos d un cas) Henriot C., Palascak P., Sachova J., Chabod P., Khamlu A., Petitjean A., Bouchareb M., Nader N., Sauvain J.L., CHI Vesoul Définition Incidence et Etiologie

Plus en détail

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Gestion du péri opératoire en onco gériatrie Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Plan Série Rétrospective du service Techniques chirurgicales

Plus en détail

Tumeurs du colon et du rectum (148) J.F. Seitz, G. Houvenaeghel, L. Dahan Juin 2005 (mise à jour 2006-2007)

Tumeurs du colon et du rectum (148) J.F. Seitz, G. Houvenaeghel, L. Dahan Juin 2005 (mise à jour 2006-2007) Tumeurs du colon et du rectum (148) J.F. Seitz, G. Houvenaeghel, L. Dahan Juin 2005 (mise à jour 2006-2007) Objectifs : Diagnostiquer une tumeur du colon et une tumeur du rectum Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010

XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010 XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010 Données épidémiologiques Dans le monde : Incidence : 945 000 nouveaux cas/an Décès par CCR : 490 000/an En Europe: Incidence : 360 000 Décès par CCR : 200

Plus en détail

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP-FDG et cancer colorectal F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Glucose 6 phosphatase FDG FDG FDG 6 phosphate hexokinase Glucose

Plus en détail

CANCER DU COLON ET DU RECTUM PRISE EN CHARGE DES PATIENTS : SYNTHESE

CANCER DU COLON ET DU RECTUM PRISE EN CHARGE DES PATIENTS : SYNTHESE 1 CANCER DU COLON ET DU RECTUM PRISE EN CHARGE DES PATIENTS : SYNTHESE Pr Philippe ROUGIER, Dr Emmanuel MITRY ; Hop Ambroise PARE - 92100 BOULOGNE tel 0149095325 ; télécopie 0149095329 Les cancers colorectaux

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Cancer des voies biliaires: le thésaurus Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Introduction Dernière mise à jour: 11/07/2007 Cancer rare: 3% des cancers digestifs 2000 nouveaux cas

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles L objectif du dépistage du cancer colorectal est de réduire la mortalité par ce cancer et d en diminuer l incidence. L annexe

Plus en détail

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Spécificité de la chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Chirurgie colorectale du sujet âgé Faut-il opérer? Espérance de vie Risque de la chirurgie Balance bénéfice risque Quel type de chirurgie réaliser?

Plus en détail

Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE

Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE Un petit cancer du rectum! Emilie Duchalais Cas cliniques - Chirurgie colorectale 4 ème JNCDE Take home message Le traitement du cancer du rectum évolue vers une approche moins invasive pour lésions débutantes

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

Radioanatomie du Rectum. Pigneur F., Djabbari M., Tran Van Nhieu J., Brunetti F., Luciani Alain

Radioanatomie du Rectum. Pigneur F., Djabbari M., Tran Van Nhieu J., Brunetti F., Luciani Alain Radioanatomie du Rectum Pigneur F., Djabbari M., Tran Van Nhieu J., Brunetti F., Luciani Alain Apport de l IRM dans le bilan d extension initial locorégional du cancer du rectum Pigneur F., Djabbari M.,

Plus en détail

Imagerie des coloproctectomies totales avec anastomose iléoanale

Imagerie des coloproctectomies totales avec anastomose iléoanale Imagerie des coloproctectomies totales avec anastomose iléoanale MD. Crema, D. Richarme, L. Azizi, C. Hoeffel, JM. Tubiana, L. Arrivé Hôpital Saint-Antoine, Paris Introduction La coloproctectomie est indiquée

Plus en détail

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Expérience du service Pr.S.Ghomari-Bezzar Dr.H.Aris Introduction : Le cancer

Plus en détail

CANCER COLORECTAL Généralités. Dr David Malka Département de Médecine Oncologique Gustave Roussy Université Paris Saclay Villejuif

CANCER COLORECTAL Généralités. Dr David Malka Département de Médecine Oncologique Gustave Roussy Université Paris Saclay Villejuif CANCER COLORECTAL Généralités Dr David Malka Département de Médecine Oncologique Gustave Roussy Université Paris Saclay Villejuif Définition Côlon = en amont de la jonction recto-sigmoïdienne > 15 cm de

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail