S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA TP N 9 Composition et fabrication d'un béton

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S.T.S Bâtiment LABORATOIRE CESSA TP N 9 Composition et fabrication d'un béton"

Transcription

1 Composition et fabrication d'un béton Introduction L étude porte sur la réalisation d une opération immobilière de 308 logements, et 320 places de parking réparties en huit bâtiments. Les huit bâtiments ont une infrastructure commune. Celle-ci est composée de deux niveaux de sous sol. En tant que responsable de la production, vous êtes chargé d élaborer une composition de béton répondant au cahier des charges fixées par le C.C.T.P pour les poutres des planchers de reprise du premier sous sol. DESCRIPTIF SOMMAIRE : - Les porteurs verticaux sont fondés sur des semelles. - Le sol d assise se compose de sable jaunâtre légèrement argileux. - L infrastructure se compose : de voiles, de poutres et de dalles en béton armé. - La superstructure se compose de voiles et de dalles en béton armé. - Les façades seront recouvertes d un enduit monocouche d imperméabilisation. 1

2 Composition et fabrication d'un béton Principe A partir de la méthode de votre choix (DREUX GORISSE ou BARON OLIVIER), vous allez formuler dans un premier temps une composition de béton pour dans un deuxième temps réaliser une gâchée fidèle à votre composition. Intérêt en Génie Civil Les formulations de bétons hydrauliques ne sont qu approximatives : il est donc nécessaire d ajuster les quantités théoriques par des contrôles de maniabilité et de masse volumique (compacité) du béton frais et de résistance du béton durci. Ces essais sont les essais d étude et ils sont faits en laboratoire. L influence de la méthode et du temps de vibration du béton frais sur la résistance du béton durci est aussi un paramètre d une grande importance. Matériel nécessaire - malaxeur à béton. -1 chronomètre. - balance. - 2 éprouvettes graduées en plastique. - 1 cône d Abrams. - - pelles, truelles, brosses métalliques, pinceau. - 3 moules métalliques 16x32. + huile de décoffrage réchaud de chantier au gaz. - 1 aiguille vibrante. - poêles et spatules. Matériaux utilisés Tableau 1 Détails Masse Masse Coefficient volumique volumique d absorption absolue apparente A b % (Kg / m 3 ) (Kg / m 3 ) Ciment CPJ- CEM II /B32,5 Classe vraie : σ c = 38 PM(Z) MPa 3050 Sable (1) 0/5 2,20 Mf 2, ,2 Gravier 6/10 Granulat semi-concassé ,6 Gravier 8/20 Qualité bonne ,1 2

3 Extrait du cahier des charges - f c28 = 30 MPa - Béton plastique affaissement = 90mm - Sable + Gravier 6/10 Porosité des graviers 1% - Vibration normale - Environnement sec Documents à consulter et documents fournis - Norme NF P Bétons Essai d affaissement - Norme NF P Bétons Mise en place du béton par aiguille vibrante - Norme NF P Bétons Mise en place du béton par piquage - Norme NF P Norme NF P Bétons Béton prêt à l emploi - Caractéristiques des matériaux entrant dans la composition du béton : (voir annexe N 3) - Courbes granulométriques de ces deux granulats tracés sur une feuille normalisée NF EN (voir annexe N 3). Serrage du Béton _ Extrait de la norme Dimension D du granulat 16 mm 40 mm 80 mm Cylindre de : Aiguille de : Nombre de couches Vibration suivant l axe Durée de vibration de chaque couche Abaque N 1 Abaque N 2 Abaque N 3 Classe d affaissement La norme ENV 206 définit 4 classes de consistance, en fonction de l affaissement mesuré. Elles sont indiquées sur la figure Sur cette figure, les rectangles blancs représentent la variation possible d affaissement correspondant à la classe considérée. Les classes sont notées S1, S2, S3,S4, et appelée classes d affaissement. S rappelle ici l'initiale du nom de l essai en anglais: slump test. La norme NF P définit les mêmes classes d affaissement, mais les note F, P, TP et Fl ( Ferme, Plastique, Très Plastique et Fluide ). Fig : Classes de consistance mesurées au cône d Abrams 3

4 Travail demandé 1 / TRAVAIL EN SALLE Travail obligatoire avant de débuter le TP 1.1- Formuler une composition de béton pour réaliser les poutres du sous-sol à l aide de la méthode de DREUX GORISSE fournie en annexe 1, ou de la méthode BARON OLIVIER fournie en annexe Proposer un tableau récapitulatif de votre composition de béton et en déduire la masse volumique théorique du béton en calculant le poids total des constituants et la somme des volumes absolus (1m3) 2 / MANIPULATIONS 2.1- Déterminer la teneur en eau des différents matériaux et faire les corrections nécessaires sur les dosages pour 1 m 3 de béton frais en fonction de la teneur en eau, de l absorption, de la porosité 2.2- Vous allez réaliser l équivalent en volume de 4 éprouvettes 16x32 + prévoir les pertes :25% (le cône d Abrams + essai étalement): - Déterminer les quantités de chaque composant pour votre gâchée d étude (présentation sous forme d un tableau récapitulatif) Réalisation de la gâchée d étude : Mouillage de la cuve avant introduction des matériaux Mode opératoire pour la réalisation d'un béton 1. Préparation des éprouvettes. 2. Peser les différents matériaux. 3. L'eau sera mesurée à l'aide d'éprouvette graduée de 2 litres. 4. Malaxage du béton - Phase 1: (malaxage 2 minutes) Malaxage à sec du mélange : ordre d introductiongraviers, ciment et sable. - Phase 2 : (malaxage 3 minutes) Introduction de l'eau. - Phase 3 : Contrôle de la plasticité. 5. Réalisation des éprouvettes. 6. Calcul de la densité réelle du béton. 4

5 2.3- Mesurer la maniabilité du béton frais en respectant les indications de la norme (NF P ). Mesure de la maniabilité du béton frais : 1-Essai d affaissement SLUMP TEST En appliquant les indications de la norme NF EN Réaliser l essai d affaissement au cône d Abrams, mesurer la valeur de l affaissement A en cm. 1. M ise en place par piquage en 3 couches 2. Arasem ent 3. Soulèvem ent du m oule tronconique 4. M esure de l'a ffaissem e nt A - Concluez sur la classe S d affaissement, - l essai est il satisfaisant? - En fonction du résultat faut-il ajouter de l eau? Trop d eau? - Faut il vérifier l essai par un second Slump test? 2 Essai d étalement FLOW TEST ( En appliquant les indications de la norme NF EN ) - Réaliser l essai d étalement d un cône - Mesurer la valeur du diamètre d étalement du béton - Concluez sur la classe de consistance F en fonction du Ø d étalement - A partir de la courbe fuseau (voir annexe 1), comparer les 2 essais (cône Abrams et étalement), concluez. 5

6 Les valeurs d'étalement à la table 2.4- Confectionner 4 éprouvettes 16 x 32 en respectant les modes de remplissage et de vibration définis par les normes ou le tableau ci après 2.5- Déterminer la masse volumique réelle du béton fabriqué et la comparer à celle de la masse volumique théorique du béton. Conclusion. Mesure de la masse volumique du béton frais (Essais d étude NFP18 404) : 1- En fonction des résultats obtenus au cône d Abrams et en respectant les indications des normes Réaliser l éprouvette N 1 (16x32) mise en œuvre du béton (NF ou NF ) par piquage ou par aiguille vibrante, puis déterminer la masse vol. du béton de l éprouvette 1 2- Mettre en œuvre le béton dans les éprouvettes numérotées de 2 à 4, en respectant les modes de vibration suivants (remplissage du moule en 2 couches) Peser ces éprouvettes remplies et déterminer la masse volumique de béton frais mis en œuvre dans chaque essai Analyse de la masse volumique du béton frais : 3- Calculer la masse volumique du béton frais mis en œuvre dans l éprouvette N 1 en respectant les indications des normes, comparer avec la masse volumique théorique (composition) 4 - Puis calculer la M.vol du béton frais des éprouvette 2 à 4 et comparer avec la M. volumique. prévue lors de la composition, qu en pensez-vous? Préparer un tableau identique Mode de mise en œuvre Suivant la norme Piquage : 5 coups/couche Pervibration 2 x 15s Pervibration : 2 x 60s N essai Eprouvette 1 Eprouvette 2 Eprouvette 3 Eprouvette 4 Masse éprouvette Masse Vol béton frais 6

7 Annexe N 1 Formulaire (méthode de composition Dreux-Gorisse) Dosage en ciment : σ 28 = G.R c28.(c / E - 0,5) Avec : σ 28 : Résistance visée du béton à 28 jours en Mpa (f c28 majorée de 15%) R c28 : Classe vraie du ciment en MPa. G : Coefficient granulaire (voir tableau 1). C : Dosage en ciment en kg / m 3 (voir tableau 2). E : Dosage en eau en l / m 3 (voir tableau 3). Dosages minimums en ciment : La norme XP P préconise des dosages minimums de ciment en fonction de l environnement. Dosage en Granulats (courbe granulaire de référence) : La droite OAB est définie comme suit : Point O l origine : T = % du tamisat du sable au tamis de 0,08 mm. Point B l extrémité : T = 100% au tamis de dimension D. Point A le point de brisure défini comme suit : Abscisse : si D < 20 mm x = D/2 si D 20 mm x = milieu du segment limité par le tamis de 5 mm et le tamis correspondant à D. Ordonnée : y = 50 - D + K + K s + K p Tableau 1 Valeurs approximatives du coefficient granulaire G, ces valeurs supposent que le serrage du béton sera effectué dans de bonnes conditions (par vibrations). Dimension D des granulats Qualité des Fins Moyens Gros granulats D < 12,5 mm 16 D < 31,5 mm D > 50 mm Excellente 0,55 0,60 0,65 Bonne, courante 0,45 0,50 0,55 Passable 0,35 0,40 0,45 7

8 Annexe N 1 Annexe1 Courbe fuseau (cône / étalement) 8

9 Annexe N 1 9

10 Annexe N 1 10

11 Annexe N 2 11

12 Annexe N 2 12

13 Annexe N 3 13

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON CDC-EPB CAHIER DES CHARGES concernant la fabrication et la mise en oeuvre D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON TABLE DES MATIERES REMARQUE GENERALE--------------------------------------------------------------------------------------------------1

Plus en détail

ESSAIS SUR BETON FRAIS

ESSAIS SUR BETON FRAIS EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE INSTITUT DES MATERIAUX LABORATOIRE DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

TD : RESIDENCE U FONDATIONS SUPERFICIELLES

TD : RESIDENCE U FONDATIONS SUPERFICIELLES TD : RESIDENCE U FONDATIONS SUPERFICIELLES OBJECTIF Découvrir la technologie et les différentes phases de réalisation de semelles isolées et de semelles filantes. PRESENTATION Le présent dossier concerne

Plus en détail

METHODE C.E.S DREUX-GORISSE: DOSAGE EN GRANULATS DES BETONS

METHODE C.E.S DREUX-GORISSE: DOSAGE EN GRANULATS DES BETONS METHODE C.E.S DREUX-GORISSE: DOSAGE EN GRANULATS DES BETONS I- DOSAGE EN POURCENTAGE DES GRANULATS Dans quelle proportion mélanger le sable et Le gravier pour obtenir la meilleure compacité, c'est-à-dire

Plus en détail

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux.

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux. LES ENDUITS CHANVRE ET CHAUX UN PRODUIT RECENT EN ISOLATION L utilisation du chanvre pour la correction thermique des habitations est une chose relativement récente : c est vers 1985 que la Chanvrière

Plus en détail

VitrA Fix FLEX PORSELEN

VitrA Fix FLEX PORSELEN VitrA Fix FLEX PORSELEN COLLE ELASTIQUE POUR LES CARREAUX PORCELAINES COMPENSES DE FIBRE UTILISES SUR LES MURS ET LES SOLS DES ESPACES EXTERNES ET INTERNES PROPRIETES Elle colle parfaitement à toute sorte

Plus en détail

LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON

LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON Safi B. 1 I- METHODES DE COMPOSITION DES BETONS L étude de la composition d un béton, consiste à définir le mélange optimal des différents granulats dont on dispose

Plus en détail

Production du béton en pratique. On a discuté. Le pratique

Production du béton en pratique. On a discuté. Le pratique Production du béton en pratique On a discuté Composants du béton Le processus de durcissement L importance de l eau ajouté e/c Propritées à jeune âge Resistance mechanique Changement de dimension et fissuration

Plus en détail

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DE TECHNOLOGIE DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL Matériaux de Construction Responsable : Pr. GHOMARI Fouad Les méthodes de formulation du Béton Le béton est un mélange dont

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

Plan de continuité. Station de traitement et. de distribution de l'eau potable OPITCIWAN POUR ASSISTANCE APPELER. Éric Sioui (418) 882-8820

Plan de continuité. Station de traitement et. de distribution de l'eau potable OPITCIWAN POUR ASSISTANCE APPELER. Éric Sioui (418) 882-8820 Plan de continuité Station de traitement et de distribution de l'eau potable OPITCIWAN POUR ASSISTANCE APPELER Éric Sioui (418) 882-8820 Description des équipements et Plan de continuité En premier lieu,

Plus en détail

Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET.

Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET. Notice Produit Edition Novembre 2013 Numéro 348 Version n 2013-426 Mortier-colle amélioré, déformable, en neuf et en rénovation. Très faible émission de poussières. Classe C2S1-ET. Construction Présentation

Plus en détail

Cuves à gasoil. Cuves statiques 2500 L et 5000 L en PEHD. Cuve 420 L

Cuves à gasoil. Cuves statiques 2500 L et 5000 L en PEHD. Cuve 420 L Cuves à gasoil Cuves statiques 2500 L et 5000 L en PEHD Cuve 420 L CUVE POUR LE TRANSPORT DE GASOIL TYPE CITGAZPE 2351 Cuve avec son capot ouvert. Vue intérieure du capot (moto pompe, soupape, embout de

Plus en détail

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface Action du vent Cette fiche donne des indications de base pour déterminer la stabilité des parties d ouvrages en phases transitoires et des équipements de chantier sous l action du vent. Dans tous les cas,

Plus en détail

. Savoir utiliser le logiciel Google Earth. Savoir utiliser un logiciel de géométrie dynamique

. Savoir utiliser le logiciel Google Earth. Savoir utiliser un logiciel de géométrie dynamique Bénédicte MICHEL - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " THE PENTAGON " 3ème Testée avec trois classes de 3 ème sur une durée d une heure trente minutes Compétences du programme d'enseignement des Mathématiques

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPRTION DU BCCLURÉT MTHÉMTIQUES SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité 8 Janvier Durée de l épreuve : heures Coefficient : 5 ou 7 L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

RAPPORT D'ESSAIS N AC06-092 CONCERNANT UN CARRELAGE SUR SOUS-COUCHE

RAPPORT D'ESSAIS N AC06-092 CONCERNANT UN CARRELAGE SUR SOUS-COUCHE DÉPARTEMENT ACOUSTIQUE ET ÉCLAIRAGE Laboratoire d essais austiques RAPPORT D'ESSAIS N AC06-092 CONCERNANT UN CARRELAGE SUR SOUS-COUCHE L'accréditation de la section Laboratoires du COFRAC atteste de la

Plus en détail

CIMENTS CPJ - CEM II/B

CIMENTS CPJ - CEM II/B CIMENTS Classification et types de ciment Les ciments doivent être identifiés au moins par leur type et par unchiffre indiquant la classe de résistance. Si l'on doit indiquer que leciment a une résistance

Plus en détail

Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology)

Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology) Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology) Quelques définitions Un béton Granulats + colle = béton si > 8 mm mortier si < 8 mm Pâte de ciment = eau + ciment Mortier = eau + ciment + sable

Plus en détail

M Les longueurs (1) Pour mesurer une longueur, tu peux:

M Les longueurs (1) Pour mesurer une longueur, tu peux: M Les longueurs (1) Pour mesurer une longueur, tu peux: Reporter une bande unité 1 u : bande unité Utiliser des instruments gradués (double décimètre, triple décimètre, mètre, mètre ruban, double mètre,

Plus en détail

Humidité des matériaux

Humidité des matériaux Capteur d humidité des matériaux FHA 696 MF Capteur déterminant l humidité dans les matériaux minéraux de construction, les bois et cartons. Mesure indirecte de l humidité par détermination de la constante

Plus en détail

3. Structures et revêtements : les solutions béton

3. Structures et revêtements : les solutions béton 3. Structures et s : les solutions béton 3.1 - Structures et s pour les tramways sur rails La structure type d une plate-forme de tramway se compose généralement : d un corps de voirie ou de chaussée constitué

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins $$ de corriger en chantier plutôt qu une fois terminé

Plus en détail

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées

Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Etude expérimentale d un béton de sable de dune pour la fabrication des dalles et pré dalles armées et faiblement armées Laid BEDADI 1,* et Mohamed Tahar BENTEBBA 2,µ 1 Laboratoire de Travaux Public du

Plus en détail

Dalles en béton. 1. Vérifier et expliquer la commande du responsable. 2. Calculer le coût total des matériaux.

Dalles en béton. 1. Vérifier et expliquer la commande du responsable. 2. Calculer le coût total des matériaux. . Une entreprise de bâtiment doit construire des dalles de compression en béton dans une résidence contenant 20 villas. Chaque dalle doit avoir 10 cm de hauteur. Dans le jardin de chaque villa, on a ferraillé

Plus en détail

ADAPTATION DU CONDITIONNEMENT DU MIEL POUR LA MANUTENTION SUR PALETTE

ADAPTATION DU CONDITIONNEMENT DU MIEL POUR LA MANUTENTION SUR PALETTE ADAPTATION DU CONDITIONNEMENT DU MIEL POUR LA MANUTENTION SUR PALETTE Patrick Fortier, apiculteur et Jocelyn Marceau, ingénieur, ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation INTRODUCTION

Plus en détail

Travaux Pratiques de Matériaux

Travaux Pratiques de Matériaux Université d'artois MASTER 1 GC Année 2013-2014 Travaux Pratiques de Matériaux Responsables : E. WIRQUIN, J. PAN TP1 - Détermination des propriétés des mortiers frais 1. Objet. Une des caractéristiques

Plus en détail

Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine et de son outillage

Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine et de son outillage Brevet de Technicien Supérieur en Mise en Forme des Matériaux par Forgeage Session 2015 Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Construction d un ensemble immobilier de 20 logements

Construction d un ensemble immobilier de 20 logements RESIDENCE Le Clos des Campinois 88/90, rue de Verdun CHAMPIGNY SUR MARNE NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Construction d un ensemble immobilier de 20 logements 06-04-2011 1 NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE INFRASTRUCTURE

Plus en détail

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table Béton TD 1- Essai d'étalement sur table ou Flow-table test (Norme ISO 9812) Cet essai est particulièrement adapté au béton très fluide, fortement dosé en superplastifiant. Le diamètre du plus gros granulat

Plus en détail

ECE : Conversion d énergie électrique en énergie thermique

ECE : Conversion d énergie électrique en énergie thermique 1S Thème : Agir ECE : Conversion d énergie électrique en énergie thermique DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Compétences exigibles du B.O. Convertir l énergie et économiser les ressources Energie

Plus en détail

CAPTEUR DE PRESSION ET CINETIQUE CHIMIQUE

CAPTEUR DE PRESSION ET CINETIQUE CHIMIQUE CAPTEU DE PESSION ET CINETIQUE CHIMIQUE - Le capteur de pression Il s agit du capteur MPX 00 AP (Motorola) capteur piezorésistif qui mesure des pressions comprises entre 0 et.0 5 Pa. D après le constructeur

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

Rénovation d une grange en deux logements sociaux Et un bureau de poste

Rénovation d une grange en deux logements sociaux Et un bureau de poste Maître de l ouvrage : Commune de GRILLY Opération : Rénovation d une grange en deux logements sociaux Et un bureau de poste 34, chemin Jacques Belay 01 220 GRILLY Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

EFD Clapets coupe-feu certifiés EI 180 S EN 1366-2 marquage

EFD Clapets coupe-feu certifiés EI 180 S EN 1366-2 marquage Clapets coupe-feu certifiés EI 180 S EN 1366-2 marquage UNI EN15650. Conformité à la norme EN13501-3:2005 Supports normalisés EI 120 S EI 180 S Cloison en plaques de plâtre 150 mm (v e i o) 1500x1000 -

Plus en détail

PROCÉDÉS ET MISE EN FORME

PROCÉDÉS ET MISE EN FORME PROCÉDÉS ET MISE EN FORME DES MATÉRIAUX: BÉTONS TECHNOLOGIE DES BÉTONS Fait par: SAFI Brahim I.1. Définition: Le béton est un matériau composite aggloméré constitué ; squelette (granulats) et une colle

Plus en détail

PROCEDURE AUDIT QUALITE INTERNES, FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS

PROCEDURE AUDIT QUALITE INTERNES, FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS PROCEDURE AUDIT QUALITE INTERNES, FOURNISSEURS ET SOUS- TRAITANTS Procédure Audit qualité internes Révision : 0 N : PROC22 Page : 1/4 Responsables de fabrication Responsable du laboratoire et de la Qualité

Plus en détail

LOT n 1 Terrassement Maçonnerie

LOT n 1 Terrassement Maçonnerie DESCRIPTIF QUANTITATIF ESTIMATIF : LOT n 1 Terrassement Maçonnerie Adresse des travaux Centre Montée Technique du Docteur Municipal Odin ZI 42330 GavéSaint Galmier 42330Saint Galmier Réf.affaire : 004.12

Plus en détail

Lot n 02 FONDATIONS - GROS OEUVRE - ISOLATION EXTÉRIEURE - FAÇADE PIERRE

Lot n 02 FONDATIONS - GROS OEUVRE - ISOLATION EXTÉRIEURE - FAÇADE PIERRE Lot n 02 FONDATIONS - GROS OEUVRE - ISOLATION EXTÉRIEURE - FAÇADE PIERRE RECONSTRUCTION DU COLLÈGE DESCARTES Page 02 - A Sommaire du Lot 02 Page 1 DESCRIPTION DES OUVRAGES POUR ISOLATION EXTÉRIEURE - FACADE

Plus en détail

installation et configuration de systèmes TR ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS MESURE DU SIGNAL DE NUMEROTATION DTMF

installation et configuration de systèmes TR ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS MESURE DU SIGNAL DE NUMEROTATION DTMF LP CHATEAU BLANC 45 CHALETTE/LOING BAC PRO SEN TR THÈME : MESURE DE FREQUENCES ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOM : CI 11 : INSTALLATION ET CONFIGURATION DE SYSTEMES TR OBJECTIFS : CABLAGE DU SYSTEME DE MESURE

Plus en détail

G / Bail forma diag perf

G / Bail forma diag perf G / Bail forma diag perf Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d habitation proposés à la location en France métropolitaine

Plus en détail

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat LES MODES OPERATOIRES DU LABORATOIRE GENIE CIVIL GRANULATS TENEUR EN EAU D UN GRANULAT Selon NF... Niveau: PREMIERE et TERMINALE STI GC Plusieurs méthodes de laboratoire permettent la mesure de la teneur

Plus en détail

INTÉGRATION UNITÉ MOBILE DE PRODUCTION PHARMACEUTIQUE GUIDE DE L ÉLÈVE

INTÉGRATION UNITÉ MOBILE DE PRODUCTION PHARMACEUTIQUE GUIDE DE L ÉLÈVE INTÉGRATION UNITÉ MOBILE DE PRODUCTION PHARMACEUTIQUE GUIDE DE L ÉLÈVE Mise à jour Janvier 2016 Membres de l équipe : Nom (en lettres moulées) Initiale Signature Présentation des stations de l unité mobile

Plus en détail

des piliers et des portails en toute sécurité Je pose La pose des piliers 1 La prise des mesures AVEC LES CONSEILS

des piliers et des portails en toute sécurité Je pose La pose des piliers 1 La prise des mesures AVEC LES CONSEILS MA.7 MATÉRIAUX LES OUTILS ET LE MATÉRIEL NÉCESSAIRES À LA POSE DES PILIERS ET PORTAILS Je pose des piliers et des portails en toute sécurité Perceuse (et foret à béton dans le cas où le trou de scellement

Plus en détail

LE BETON PAR Abderrazek KALLEL 25/11/2008

LE BETON PAR Abderrazek KALLEL 25/11/2008 SEMINAIRE SUR LE BETON ARME ARMATURES & BETONS 2EME INTERVENTION LE BETON PAR Abderrazek KALLEL 25/11/2008 25/11/2008 Abderrazek KALLEL 1 SOMMAIRE INTRODUCTION LES CONSTITUANTS DU BETON LES CIMENTS LES

Plus en détail

SPECIFICATIONS TECHNIQUES MATIERES ET COMPOSANTS

SPECIFICATIONS TECHNIQUES MATIERES ET COMPOSANTS SPECIFICATIONS TECHNIQUES MATIERES ET COMPOSANTS STMC STT Huile Cuivre émaillé Papier et carton cellulosique isolant TUNISIE TRANSFORMATEURS OUED ELLIL 202 HUILE MINERALE On utilise l huile minérale de

Plus en détail

VALEUR DE LA TENEUR EN CASÉINE DU LAIT DE FROMAGERIE

VALEUR DE LA TENEUR EN CASÉINE DU LAIT DE FROMAGERIE ALP forum 2005, Nº. 27 f VALEUR DE LA TENEUR EN CASÉINE DU LAIT DE FROMAGERIE Groupe de discussions Gruyère Sommaire Résumé 4 Introduction 4 La caséine 5 Statistiques des contrôles laitiers 5 Résultats

Plus en détail

mono mur POSE À JOINTS MINCES Pose et mise à niveau des platines

mono mur POSE À JOINTS MINCES Pose et mise à niveau des platines POSE À JOINTS MINCES mono mur La pose du mono mur est facilitée par l utilisation d accessoires pour traiter tous les points singuliers. La rectification en usine des surfaces de pose du mono mur confère

Plus en détail

Dallage isolant à base de raffle de maïs (sous plancher chauffant)

Dallage isolant à base de raffle de maïs (sous plancher chauffant) Fiche éléments d ouvrage Maison Charmeau Fiche n 8 Dallage isolant à base de raffle de maïs (sous plancher chauffant) 1 Cadre Maître d'ouvrage Particulier Conception et Réalisation Autoconstructeur Noms

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_11.1.rtf

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_11.1.rtf PAGE 1 / 9 N 11.1 Compresseur à air INFORMATIONS GENERALES REVISION : 0 DU Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature

Plus en détail

Marché Public de Services Schéma d organisation et de suivi de l évacuation des déchets

Marché Public de Services Schéma d organisation et de suivi de l évacuation des déchets Marché Public de Services Schéma d organisation et de suivi de l évacuation des déchets Annexe n 1 au C.C.T.P. Personne Publique COMMUNE DE CHAMBLY Personne Responsable du Marché Monsieur le Député-Maire

Plus en détail

Examen GCI 110 GCI 120 Mai 2013 - durée 2 heures

Examen GCI 110 GCI 120 Mai 2013 - durée 2 heures Documents autorisés : 1 feuille A4 Recto verso manuscrite pour la partie thermique/ acoustique Les 2 parties (Mécanique & Thermique / Acoustique) doivent être rédigées sur des feuilles différentes Note

Plus en détail

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4

ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 ANNEXE II c : DÉFINITION DES ÉPREUVES ÉPREUVE E 1 : PRÉPARATION D UNE INTERVENTION U 1 coefficient 4 À partir du dossier de définition d une installation de production d énergie utilisant une énergie renouvelable,

Plus en détail

COMMUNE DE HERRLISHEIM-

COMMUNE DE HERRLISHEIM- COMMUNE DE HERRLISHEIM-PRES-COLMAR Cahier des Charges Techniques Particulières Description sommaire / Quantitatif Lot n 01: GROS-OEUVRE MAITRE D OUVRAGE MAITRE D OEUVRE COMMUNE DE HERRLISHEIM- HOFFERT

Plus en détail

LE POSTE DE BETONNAGE «BPE/BFC»

LE POSTE DE BETONNAGE «BPE/BFC» LE POSTE DE BETONNAGE «BPE/BFC» 1 INTRODUCTION Il existe deux modes de production des bétons : les Bétons Fabriqués sur Chantier (BFC) les Bétons Prêts à l Emploi (BPE) Les facteurs à prendre en compte

Plus en détail

Propriétés physiques complexes

Propriétés physiques complexes Propriétés physiques complexes Les propriétés physiques complexes (moins bien définies) sont les suivantes : rigidité résistance à la compression de la boîte résistance au déchirement résistance au choc

Plus en détail

La Communauté urbaine systématise sur les chantiers de voirie de sa compétence la pose d ouvrages de télécommunications.

La Communauté urbaine systématise sur les chantiers de voirie de sa compétence la pose d ouvrages de télécommunications. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D INFRASTRUCTURES POUR LE RESEAU DE TELECOMMUNICATIONS TRES HAUT DEBIT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX RD 1215 Germignan / Lycée Sud-Médoc ENTRE LES SOUSSIGNES Le

Plus en détail

LE COMPARTIMENT MOTEUR. Sommaire. Ventilation : Raison d être.. 3. Mise en situation moteur / compartiment. 4. Ventilation forcée par extracteur 5

LE COMPARTIMENT MOTEUR. Sommaire. Ventilation : Raison d être.. 3. Mise en situation moteur / compartiment. 4. Ventilation forcée par extracteur 5 1/7 2 / 7 Sommaire Page Ventilation : Raison d être.. 3 Mise en situation moteur / compartiment. 4 Ventilation forcée par extracteur 5 Ventilation : exigences minimales. 5 Section consommation d air du

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques Préparé Par : M. GHOMARI F. & Mme BENDI-OUIS A. ANNEE

Plus en détail

Programmation du calcul de la solution numérique de l équation de WINTER.

Programmation du calcul de la solution numérique de l équation de WINTER. Programmation du calcul de la solution numérique de l équation de WINTER. Bernard GAGEY [ bernard.gagey@gmail.com ] Annexe 5 Ce programme étant quasi linéaire ne nécessite pas de présentation sous forme

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

6 SOLS FINIS COULÉS EN PLACE

6 SOLS FINIS COULÉS EN PLACE 6 SOLS FINIS COULÉS EN PLACE Ces sols sont réalisés avec des bétons (dalles ou dallages) ou des mortiers (chapes) fabriqués, soit en centrale de béton prêt à l emploi, soit directement sur chantier. 6.1

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE BETON DE CHANVRE BANCHE

MISE EN ŒUVRE DE BETON DE CHANVRE BANCHE f1 MISE EN ŒUVRE DE BETON DE CHANVRE BANCHE Groupement des producteurs de chanvre en Luberon Important : L utilisation de la chaux nécessite de toujours prendre la précaution d utiliser des gants. Il est

Plus en détail

CONTROLE DE COMPACTAGE

CONTROLE DE COMPACTAGE CONTROLE DE COMPACTAGE Contrôle de compactage au Panda, vérification des objectifs de densification et détection d anomalies CORVISIER (SARL) 6 Rue du stade 19300 MONTAIGNAC St HIPPOLYTE Plateforme Technologique

Plus en détail

Guide de la rénovation thermique

Guide de la rénovation thermique Guide de la rénovation thermique et de la performance énergétique A B C D E F Dépensez moins Polluez moins Vivre mieux Les réponses aux questions que vous vous posez pour la rénovation de votre logement

Plus en détail

L artisan de sa maison maçonnerie

L artisan de sa maison maçonnerie L artisan de sa maison maçonnerie Michel & christophe Branchu Groupe Eyrolles, 2011 ISBN 978-2-212-13316-5 Sommaire 1 Béton 4 a. Gâcher du béton 4 b. Gâcher du mortier 9 Tableau de dosage du béton 8 Tableau

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques nà2

Devoir de Sciences Physiques nà2 Devoir de Sciences Physiques nà2 L épreuve dure 1h45. L usage d une calculatrice non programmable est autorisé. Exercice n 1 : le pur son de Lucien 1/ Lorsqu un récepteur mobile s éloigne d un émetteur

Plus en détail

INTRODUCTION - HYPOTHESES

INTRODUCTION - HYPOTHESES COURS DE RDM PAGE 1 SUR 12 INTRODUCTION - HYPOTHESES Gravure montrant l essai d une poutre en flexion COURS DE RDM PAGE 2 SUR 12 (Extrait de «Discorsi e dimostrazioni mathematiche» de Galilée) COURS DE

Plus en détail

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Basé sur les directives concernant l examen professionnel de courtière / courtier en immeubles

Plus en détail

I/ Un semi-conducteur «lumineux» : la LED

I/ Un semi-conducteur «lumineux» : la LED 1/7 Thème : Matériaux Domaine : Propriétés électriques des matériaux CHAP 10-ACT DOC/EXP semi-conducteurs-diodes-cellules photovoltaïques : comment expliquer leur fonctionnement? Mots clés : Semi-conducteurs-cellules

Plus en détail

La formation en Master MEEF mention 1 er degré

La formation en Master MEEF mention 1 er degré ÉSPÉ de l académie de Créteil La formation en Master MEEF mention 1 er degré Sigolène Couchot-Schiex, Responsable du Master MEEF Premier degré 1 Pour devenir PE Deux conditions : Vous devez être lauréat.e

Plus en détail

ÉTAT DE L INSTALLATION INTÉRIEURE D ÉLECTRICITÉ

ÉTAT DE L INSTALLATION INTÉRIEURE D ÉLECTRICITÉ V2 08/2011 ÉTAT DE L INSTALLATION INTÉRIEURE D ÉLECTRICITÉ Bien immobilier 58, rue Bacquenois 51100 REIMS N dossier : 150913200000004 Propriétaire Ville de REIMS 1-3 place Max Rousseaux 51100 REIMS Syndic

Plus en détail

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire.

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire. T ES/L DEVOIR SURVEILLE 6 24 MAI 2013 Durée : 3h Calculatrice autorisée NOM : Prénom : «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse,

Plus en détail

2

2 1 2 3 4 5 6 Selon la partie 5.2.4.3.2. «Ajout d eau sur le chantier» de la norme A23.1 5.2.4.3.2 Ajout d eau sur le chantier Lorsque l affaissement du béton est inférieur àla valeur prescrite, de l eau

Plus en détail

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie GROS CONSOMMATEURS NEUCHATELOIS Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie (Variante 3 des possibilités offertes) Version 1, 19 janvier 2006 Renseignements:

Plus en détail

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment KS-PLAN E La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment Les avantages et bénéfices que vous apporte le nouveau KS-PLAN E KS-PLAN E permet de réaliser des maçonneries

Plus en détail

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité

Procédés barrières adhérents pour sol sur support humide ou exposé à des reprises d humidité Commission chargée de formuler des Avis Techniques --------------------------------------------------------------- Groupe Spécialisé n 12 Revêtements de sol et produits connexes Procédés barrières adhérents

Plus en détail

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM.

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM. Notre nouveau nom est ThyssenKrupp Industrial Solutions www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com La presse à rouleaux POLYCOM Polysius 2 La presse à rouleaux POLYCOM La solution éprouvée pour les économies

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX COMMUNE DE TOUSSIEUX AMENAGEMENT TROTTOIR ROUTE DE REYRIEUX ET TRAVAUX CHEMIN DE GATEFER Bordereau des prix Page 1 sur 8 BP 01 Enlèvement haie et grillage Au forfait, l arrachage

Plus en détail

INTERVENTIONS SUR CHANTIER

INTERVENTIONS SUR CHANTIER LISTE DES PRESTATIONS INTERVENTIONS SUR CHANTIER Intervention sur chantier avec déplacement (< 80 km) et mise à disposition du matériel pour la réalisation d un carottage en diamètre 60 mm. Réalisation

Plus en détail

CarboQC. Appareil de mesure de CO 2 pour boissons. ::: Unique Density & Concentration Meters

CarboQC. Appareil de mesure de CO 2 pour boissons. ::: Unique Density & Concentration Meters CarboQC Appareil de mesure de CO 2 pour boissons ::: Unique Density & Concentration Meters CarboQC Mesure de CO 2 pour boissons Le goût des boissons alcoolisées et non alcoolisées est fortement influencé

Plus en détail

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable)

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) Géomatériaux TD 1 Granulats 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) But de l'essai L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages pondéraux respectifs des

Plus en détail

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»).

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»). Version 14 novembre 2014 Statuts 1 Art. 1 Dénomination et forme juridique 1 Sous la dénomination «esisuisse» est constituée une association au sens des articles 60 à 79 du Code civil suisse (CC) pour une

Plus en détail

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements CHAPITRE 3 Terrassements Blindage en palplanches légères 8 Boisage, blindage des parois 7 Conditions générales 2 Décapage de terre végétale 3 Difficultés et travaux accessoires 4 Excavations 2, 4 Fonds

Plus en détail

Préfa Béton International

Préfa Béton International Préfa Béton International Édition française Août 20144 NOUVELLE La sécurité qu offrent les dalles alvéolées en cas d incendie TECHNO LOGIE DU BETON Système de bétonnage sur semi-portique permettant une

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 06 01 25

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 06 01 25 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Division Protection Mécanique Laboratoire Mécanique Malveillance Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 63 82

Plus en détail

POSER DU GRILLAGE CONSEIL. Castorama

POSER DU GRILLAGE CONSEIL. Castorama 60.03 POSER DU GRILLAGE CONSEIL Castorama Memo page L implantation page 3 La mise en place des poteaux page 4 La pose des fils de tensions page 5 La pose du grillage page 6 La pose en terrains accidentes

Plus en détail

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES 2010 Sommaire -1- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 FONDATIONS SUPERFICIELLES... 3 1.1 Définitions... 3 1.1.1 Types de fondations superficielles... 3 1.1.2 Capacité

Plus en détail

MICRO-DSE MODE D EMPLOI

MICRO-DSE MODE D EMPLOI MICRO-DSE Gestion et protection des pompes monophasées 20 V - 6 A max - SANS SONDE - MODE D EMPLOI 1 2 5 1 2 5 allumé fixe = appareil en service Voyant lumineux d état : clignote = manque d eau, arrêt

Plus en détail

Mise en œuvre PV sur toiture Tuiles Plate (TP)

Mise en œuvre PV sur toiture Tuiles Plate (TP) Mise en œuvre PV sur toiture Tuiles Plate (TP) Sommaire 1. Sécurité & Préparation Chantier (voir Annexe A0)... 1 2. Principe de câblage (voir Annexe A1)... 1 3. Dimensions & Calepinage... 2 Hauteur du

Plus en détail

RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE

RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE Réaliser de façon simple et économique un mur coupe-feu qui répond également aux exigences thermiques actuelles, ainsi qu à toutes les exigences techniques des

Plus en détail

Préparation des tissus : information générale

Préparation des tissus : information générale Préparation des tissus : information générale Tissus inclus dans la paraffine Technique solidifiant les tissus et permettant de confectionner des coupes tissulaires minces (4 5µm). Applicable aux tissus

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. ENVELOPPE DU BÂTIMENT Façades Etanchéité

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. ENVELOPPE DU BÂTIMENT Façades Etanchéité BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ENVELOPPE DU BÂTIMENT Façades Etanchéité Sous épreuve U43 : Economie et Organisation Session 2011 Durée : 2 heures 40 Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle Leçon n 6 : l imputation rationnelle PLAN DE LA LEÇON : 1! L imputation rationnelle des charges fixes : principes et fondements... 1! 1.1! Fondements théoriques et techniques de l imputation rationnelle...

Plus en détail

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté.

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté. TOUR DE L ILE. Niveau et objectifs pédagogiques : classe de 5 ème (possible dès la 6 ème ) L élève extrait des informations de plusieurs documents, engage une démarche en plusieurs étapes, effectue des

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSION 2014 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques

Plus en détail

Le chanvre et la chaux

Le chanvre et la chaux Le chanvre et la chaux enduit, mortier & béton CHANVRIBAT granulat de chanvre TRADICAL 70 chaux aérienne pouzzolanique pour béton et mortier TRADICHANVRE liant chaux aérienne pour enduit chanvre les produits

Plus en détail