Murs de soutènement Mécanique des sols appliquée - Murs de soutènement - Janvier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Murs de soutènement Mécanique des sols appliquée - Murs de soutènement - Janvier"

Transcription

1 Murs de soutènement 1

2 Plan du cours 1. Présentation des principaux types d ouvrages et choix d une solution 2. Modélisation et dimensionnement des ouvrages 3. Rappels Poussée-butée 4. Exemple d application 2

3 1.Principaux types d ouvrages Définition : Eurocode 7 : les ouvrages de soutènements sont ceux qui retiennent des terrains (sols, roches ou remblais) et de l'eau. Le matériau est retenu par l'ouvrage s'il est maintenu à une pente plus raide que celle qu'il adopterait éventuellement si aucun ouvrage n'était présent. Les ouvrages de soutènement comprennent tous les types de murs et de systèmes d'appui dans lesquels des éléments de structure subissent des forces imposées par le matériau soutenu. 3

4 1.Principaux types d ouvrages Classification selon : Mode de fonctionnement Méthode de construction Matériaux constitutifs Domaine d emploi 4

5 1.Principaux types d ouvrages Mur poids Eurocode 7 : murs en pierre, en béton ou en béton armé, ayant une semelle à leur base avec ou sans talon, épaulement ou contrefort. Le poids du mur lui-même, qui inclut parfois une masse stabilisatrice de sol, rocher ou remblai, joue un rôle important dans le soutènement du matériau retenu. On peut citer commme exemples de tels murs, les murs poids en béton d épaisseur constante ou variable, les murs en béton armé à semelle, les murs à contreforts 5

6 1.Principaux types d ouvrages Murs poids 6

7 1.Principaux types d ouvrages Murs poids 7

8 1.Principaux types d ouvrages Murs poids 8

9 1.Principaux types d ouvrages Murs en béton armé 9

10

11

12

13 Mécanique des sols appliquée - Murs de soutènement - Janvier

14 1.Principaux types d ouvrages Murs en terre armée 14

15

16

17 1.Principaux types d ouvrages Ecrans de soutènement Eurocode 7 : ouvrages de soutènement relativement minces en acier, en béton armé ou en bois, supportés par des ancrages, des butons et/ou la butée des terres. La résistance à la flexion de ces ouvrages joue un rôle important dans le soutènement du matériau retenu alors que leur poids a un rôle insignifiant. On peut citer comme exemples de tels ouvrages de soutènement les rideaux de palplanches autostables (murs cantilever en palplanches métalliques), les rideaux de palplanches ancrés ou butonnés en acier ou en béton, et les parois moulées. 17

18 1.Principaux types d ouvrages Ecrans de soutènement Rideau de palplanches 18

19

20

21

22 1.Principaux types d ouvrages Ecrans de soutènement Paroi moulée 22

23

24

25

26 1.Principaux types d ouvrages Ecrans de soutènement Paroi de pieux 26

27

28

29 1.Principaux types d ouvrages Choix d une solution Mode de réalisation (déblai, remblai) Données géométriques (dénivellation à créer) Site (urbanisé, aquatique, emprises, ) Sol et hydrogéologie (portance, présence de nappes, ) Exigences architecturales 29

30 Choix d une solution Nécessite une bonne connaissance du sol et donc une étude géotechnique et hydrogéologique. Implantation et emprise (site fortement urbanisé) Eléments constitutifs : résistance et durabilité Drainage et étanchéité : rôle de l eau. Esthétique de l ouvrage 30

31 2.Modélisation des ouvrages Murs poids Ouvrage «rigide». La stabilité est assurée par le poids de l ouvrage. 31

32 2.Dimensionnement des ouvrages Forces qui agissent sur mur Poids propre du mur Poids des terres surmontant la fondation Poussée des terres (dûe au remblai, à la charge d exploitation) Butée du terrain devant le mur Réaction du sol sous la base 32

33 2.Modélisation des ouvrages Murs en béton armé Notion de «coin mort» qui participe à la stabilité. 33

34 2.Modélisation des ouvrages Murs en terre armée 34

35 2.Dimensionnement des ouvrages Vérifications à effectuer : Stabilité interne : propre à chaque type d ouvrage 35

36 2.Dimensionnement des ouvrages Vérifications à effectuer : Stabilité interne : propre à chaque type d ouvrage Stabilité externe : dispositions communes Instabilité d ensemble (stabilité des pentes) 36

37 2.Dimensionnement des ouvrages Vérifications à effectuer : Stabilité externe : dispositions communes Instabilité d ensemble (stabilité des pentes) Poinçonnement (calcul de fondations) Calcul de la contrainte de référence 37

38 2.Dimensionnement des ouvrages Vérifications à effectuer : Stabilité externe : dispositions communes Instabilité d ensemble (stabilité des pentes) Poinçonnement (calcul de fondations) Glissement 38

39 2.Dimensionnement des ouvrages Vérifications à effectuer : Stabilité externe : dispositions communes Instabilité d ensemble (stabilité des pentes) Poinçonnement (calcul de fondations) Glissement Renversement 39

40 3. Poussée -butée Expérience fondamentale La notion de poussée ou de butée doit tenir compte de l amplitude et de la direction du mouvement relatif de l ouvrage par rapport au sol 40

41 3. Poussée -butée Rappels de mécanique des sols Contraintes dans les sols (calcul des contraintes ; contraintes totales et effectives) Résistance au cisaillement (courbe intrinsèque ; sol fin / grenu ; court terme / long terme) 41

42 3. Poussée -butée Expérience fondamentale 42

43 3. Poussée -butée Calcul des forces Les outils de calcul des murs de soutènement ont été développés dès le 18ème siècle (Coulomb) et au 19ème siècle (Rankine). Méthode de coulomb Méthode de Rankine Méthode de Boussinesq (tables de Caquot-Kerisel) 43

44 3. Poussée -butée Calcul des forces Les outils de calcul des murs de soutènement ont été développés dès le 18ème siècle (Coulomb) et au 19ème siècle (Rankine). Méthode de coulomb (1773) Surface de rupture plane passant par le pied de l écran, sol homogène, isotrope «Coin de glissement» rigide Considérations d équilibre statique 44

45 3. Poussée -butée Méthode de coulomb (1773) Ne permet pas de déterminer le point d application de F 45

46 3. Poussée -butée Rankine (théorie de l équilibre plastique) La poussée est homogène à une contrainte Tout le massif est en équilibre plastique La présence d un écran ne modifie pas l état des contraintes dans le sol (impose la direction des contraintes) 46

47 3. Poussée -butée Rankine (théorie de l équilibre plastique) 3 origines des efforts Poids propre Surcharge Cohésion Principe de superposition Théorème des états correspondants 47

48 3. Poussée -butée Illustration dans quelques cas simples : Massif pulvérulent horizontal, écran vertical Massif pulvérulent horizontal, écran vertical, massif saturé d eau Massif pulvérulent horizontal, écran vertical, présence d une nappe Massif cohérent horizontal, écran vertical, sol fin saturé, court terme Massif cohérent horizontal, écran vertical 48

49 3. Poussée -butée Equilibre de Boussinesq Influence de la rugosité de l écran L angle de frottement entre le sol et le parement arrière du mur dépend : de la rugosité du parement de l angle de frottement interne du sol du tassement relatif entre le sol et le mur de l inclinaison de la surface En première approximation on peut retenir les valeurs suivantes : surfaces très lisses ou lubrifiées : δ = 0 surfaces rugueuse (béton, béton projeté, maçonnerie, acier) : δ = 2/3 ϕ parement fictif (murs cantilever) : δ = ϕ 49

50 3. Poussée -butée Equilibre de Boussinesq Prise en compte des conditions au limites 50

51 3. Poussée -butée Equilibre de Boussinesq Solutions données sous formes de tables et abaques (Cacquot Kerisel) 51

52 4.Exemple d application Influence de l eau rôle du drainage Calcul d un mur poids Calcul d un mur en béton armé 52

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES 2010 Sommaire -1- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 FONDATIONS SUPERFICIELLES... 3 1.1 Définitions... 3 1.1.1 Types de fondations superficielles... 3 1.1.2 Capacité

Plus en détail

Typologie des ouvrages de soutènement Liste II

Typologie des ouvrages de soutènement Liste II Typologie des ouvrages de soutènement Liste II 1 Tableau de typologie N type Type Nom de la technique ou du procédé Mode de fonctionnement 1 Mur en maçonnerie de pierres sèches 2 Mur en maçonnerie jointoyée

Plus en détail

1 ) Fonctions des fondations :

1 ) Fonctions des fondations : On appelle fondation, la partie d'un ouvrage reposant sur un terrain d'assise auquel sont transmises toutes les charges permanentes et variables supportées par cet ouvrage. 1 ) Fonctions des fondations

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles Essais in situ et capacité portance des fondations superficielles p. 1 / 13 ENTPE année scolaire 005-006 Cours de Mécanique des Sols II Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

Plus en détail

INTRODUCTION - HYPOTHESES

INTRODUCTION - HYPOTHESES COURS DE RDM PAGE 1 SUR 12 INTRODUCTION - HYPOTHESES Gravure montrant l essai d une poutre en flexion COURS DE RDM PAGE 2 SUR 12 (Extrait de «Discorsi e dimostrazioni mathematiche» de Galilée) COURS DE

Plus en détail

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements CHAPITRE 3 Terrassements Blindage en palplanches légères 8 Boisage, blindage des parois 7 Conditions générales 2 Décapage de terre végétale 3 Difficultés et travaux accessoires 4 Excavations 2, 4 Fonds

Plus en détail

Propriétés physiques complexes

Propriétés physiques complexes Propriétés physiques complexes Les propriétés physiques complexes (moins bien définies) sont les suivantes : rigidité résistance à la compression de la boîte résistance au déchirement résistance au choc

Plus en détail

Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation

Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation Réparation et renforcement des fondations Florian POUGET Cerema DTer Est DOA NANCY, 24 septembre 2015 1 Réparation des fondations des ponts voûtes

Plus en détail

CHAPITRE 2 : FONDATIONS

CHAPITRE 2 : FONDATIONS 1 CHAPITRE 2 : FONDATIONS Plan du chapitre 1. ROLES DES FONDATIONS 2. FONCTIONNEMENT DES FONDATIONS 3. TYPES DE FONDATIONS 4. FONDATIONS SUPERFICIELLES (isolés et continues) 5. RADIERS 6. FONDATIONS PROFONDES

Plus en détail

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES MA1 COURS DE CHARPENTES METAIQUES ANAYSE DES STRUCTURES EN ACIER (2) INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur Analyse des struct. acier (2) - Deh 2009 30 4. Classification des ossatures es structures

Plus en détail

CASSETTE SP Guide de mise en œuvre

CASSETTE SP Guide de mise en œuvre -1- CASSETTE SP Guide de mise en œuvre Edition du 21 Août 2007 PMA by Arval ZA du Pays de Podensac 33720 CERONS - France Tel. +33 (0)5.57.98.14.50 Fax. +33 (0)5.57.98.14.60 commercial@pma.fr www.pma.fr

Plus en détail

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface Action du vent Cette fiche donne des indications de base pour déterminer la stabilité des parties d ouvrages en phases transitoires et des équipements de chantier sous l action du vent. Dans tous les cas,

Plus en détail

COMMUNE DE ROUGIERS. 83 170 -Var. Novembre 2010 1

COMMUNE DE ROUGIERS. 83 170 -Var. Novembre 2010 1 COMMUNE DE ROUGIERS 83 170 -Var Novembre 2010 1 Diagnostic d accessibilité des bâtiments communaux recevant du public à Rougiers N BATIMENTS ADRESSES 1 Mairie 15 Avenue de Brignoles 2 Eglise Avenue de

Plus en détail

Document complémentaire au PPN du DUT Génie civil construction durable (GC-CD)

Document complémentaire au PPN du DUT Génie civil construction durable (GC-CD) CPN GC-CD Document complémentaire au PPN du DUT Génie civil construction durable (GC-CD) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude S'appuyant sur l'arrêté du août

Plus en détail

Amélioration des sols - Fondations spéciales

Amélioration des sols - Fondations spéciales Amélioration des sols - Fondations spéciales Fondez vos projets sur des bases solides Des solutions sur-mesure Pour des bases solides Technicité Expérience Ingéniosité Innovation Réactivité Spécialiste

Plus en détail

!! Les document 3 et 4 sont à rendre avec votre copie!!

!! Les document 3 et 4 sont à rendre avec votre copie!! EXAMEN GMP 120 Session de Mai 2015 Durée 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Documents fournis : Présentation du support d étude (p.1&2) Travail à réaliser (p.3&4) Nomenclature partielle

Plus en détail

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux ANNEXES COMMUNE DE LAUTREC Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux Paysagiste d.p.l.g - 39 Rue de la Négrouillère - 81000 ALBI Tél : 05 63 47 60 06 Fax : 05 63 47 60 19 Email : labarthepaysagiste@wanadoo.fr

Plus en détail

Origine des eaux souterraines

Origine des eaux souterraines Origine des eaux souterraines Les eaux souterraines proviennent essentiellement de l'infiltration dans un terrain des eaux de l atmosphère et de l hydrosphère : précipitations, eau des lacs, des océans

Plus en détail

Contrôle vision et laser des produits métallurgiques J-Pierre CHAMBARD HOLO3

Contrôle vision et laser des produits métallurgiques J-Pierre CHAMBARD HOLO3 Contrôle vision et laser des produits métallurgiques J-Pierre CHAMBARD HOLO3 Nous reprenons dans cet article un des thèmes présentés lors de la journée organisée par l ATTT (Association technique du traitement

Plus en détail

APPLICATION AUX POUTRES

APPLICATION AUX POUTRES APPLICATION AU POUTRE 1 Cinématique 1.1 Géométrie Une poutre est un solide engendré par une aire plane qui est déplacée dans l espace de manière que durant son mouvement, le centre de gravité G de la section

Plus en détail

Trafic combiné. Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges

Trafic combiné. Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges Trafic combiné Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges - 1 - Table des matières 1. Rappel : sollicitations auxquelles sont soumises

Plus en détail

MODE OPERATOIRE: COLLAGE ET ETANCHEITE DU VERRE MINERAL RESERVE AUX PROFESSIONNELS 07-2015 / VERSION 4/ SIKA FRANCE SAS/ DAI

MODE OPERATOIRE: COLLAGE ET ETANCHEITE DU VERRE MINERAL RESERVE AUX PROFESSIONNELS 07-2015 / VERSION 4/ SIKA FRANCE SAS/ DAI MODE OPERATOIRE: COLLAGE ET ETANCHEITE DU VERRE MINERAL RESERVE AUX PROFESSIONNELS 07-2015 / VERSION 4/ SIKA FRANCE SAS/ DAI SOMMAIRE 1. Description de l application 1-1 Description..... 3 1-2 Dimensionnement

Plus en détail

3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : 3.3.3 Découpe de l isolant :

3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : 3.3.3 Découpe de l isolant : 3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : Pare vapeur de permeance inférieure ou égale à : 0,015 g/h.m2.mmhg en zone très froide 0,05 g/h.m2.mmhg hors zone très froide. Les descriptions de pose

Plus en détail

Table des matières. 17.1 champ d application

Table des matières. 17.1 champ d application Dispositions particulières aux usages industriels Table des matières 17.1 champ d application 17.2 bande tampon 17.2.1 obligation 17.2.2 largeur de la bande tampon 17.2.3 aménagement de la bande tampon

Plus en détail

DIRECTIVES D APPLICATION Façade ventilée Isolation

DIRECTIVES D APPLICATION Façade ventilée Isolation Façade ventilée Isolation 1. Généralités Le revêtement de façade et l isolation de façade sont normalement fournis par des producteurs différents. Les deux matériaux ont des fonctionnalités clairement

Plus en détail

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc. Eléments de structure et détails de construction ti Partie 3: Les planchers L. Firket CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu 1. Isolation thermique 2. Nœuds constructifs 4. Conclusions 2

Plus en détail

Introduction Domaines d application du guide Contexte de l opération Conception, dimensionnement Classes d exécution

Introduction Domaines d application du guide Contexte de l opération Conception, dimensionnement Classes d exécution SOMMAIRE 7 Introduction 9 Domaines d application du guide 11 Contexte de l opération 11 1. Intervenants 11 2. Types d opération 12 3. Phasage de l opération 13 4. Interfaces 15 Conception, dimensionnement

Plus en détail

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3.

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3. Epaisseur appliquée (mm) Epaisseur utile après tassement de 20% (mm) Résistance thermique R (m²k/w) Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3 (kg/m2) Nombre minimal

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau»

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES «le Pré Bourdeau» 55 b rue Gaston Boulet 76380 Bapeaume les Rouen TEL : 02.32.82.36.81 FAX : 02.35.76.96.50 contact@infraservices.fr

Plus en détail

TILUX-LINE TILUX. Évacuation en ligne. Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7. Tilux 8-10

TILUX-LINE TILUX. Évacuation en ligne. Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7. Tilux 8-10 F TILUX-LINE TILUX Évacuation en ligne Eléments pour douche à l'italienne Évacuation classique Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7 Tilux 8-10 informations produits 11 Tilux-Line Évacuation en ligne Panneaux de

Plus en détail

E.N.P.C. module B.A.E.P.1

E.N.P.C. module B.A.E.P.1 Béton armé et précontraint I FLEXION COMPOSEE DIAGRAMME INTERACTION Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 4 1 ENPC Module BAEP1 Séance 4 2 12. FLEXION COMPOSEE -

Plus en détail

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON

CDC-EPB CAHIER DES CHARGES D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON CDC-EPB CAHIER DES CHARGES concernant la fabrication et la mise en oeuvre D'ELEMENTS PREFABRIQUES EN BETON TABLE DES MATIERES REMARQUE GENERALE--------------------------------------------------------------------------------------------------1

Plus en détail

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM.

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM. Notre nouveau nom est ThyssenKrupp Industrial Solutions www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com La presse à rouleaux POLYCOM Polysius 2 La presse à rouleaux POLYCOM La solution éprouvée pour les économies

Plus en détail

Arrêté Préfectoral du 4 Juillet 1977

Arrêté Préfectoral du 4 Juillet 1977 Arrêté Préfectoral du 4 Juillet 1977 LE PREFET DES HAUTS DE SEINE - Chevalier de la Légion d Honneur Vu les articles L 183-1, L 183-2 et L 181-13 du Code des Communes, Vu l ordonnance n 69.15090 du 17

Plus en détail

L administration apporte des précisions sur la notion de remplacement pour le bénéfice de la majoration du crédit d impôt.

L administration apporte des précisions sur la notion de remplacement pour le bénéfice de la majoration du crédit d impôt. Crédit d impôt Développement durable Précisions de l administration fiscale L administration fiscale, commente dans une instruction publiée au BOI, les aménagements apportés au crédit d impôt «Développement

Plus en détail

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES PPB-2007-7-CPB-1 2 Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers Table des matières 0. Base légale et énumération des principes TABLE DES MATIÈRES 1. Responsabilité

Plus en détail

CHAPITRE 19 NORMES DE CONSTRUCTION

CHAPITRE 19 NORMES DE CONSTRUCTION 19.1 Généralités... 367 19.1.1 Administration du règlement de construction... 367 19.2 Normes relatives à la construction de bâtiments... 367 19.2.1 Fondation... 367 19.2.2 Matériaux de fondation... 368

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins $$ de corriger en chantier plutôt qu une fois terminé

Plus en détail

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment KS-PLAN E La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment Les avantages et bénéfices que vous apporte le nouveau KS-PLAN E KS-PLAN E permet de réaliser des maçonneries

Plus en détail

Présentation de l entreprise. Méthodologie de construction des ouvrages coulés en place avec terrassement par havage. Moyens humain.

Présentation de l entreprise. Méthodologie de construction des ouvrages coulés en place avec terrassement par havage. Moyens humain. Présentation de l entreprise. des ouvrages coulés en place avec terrassement par havage. Moyens humain. Moyen en matériel. Outils informatiques. Photos diverses. Présentation de l entreprise L entreprise

Plus en détail

KORBO. Consoles de support pour maçonnerie. www.plakabeton.com

KORBO. Consoles de support pour maçonnerie. www.plakabeton.com KORBO 3.1 Consoles de support pour maçonnerie www.plakabeton.com Système de consoles et cornières de support de maçonnerie Dans les ouvrages de maçonnerie en parement de façade, une reprise est nécessaire

Plus en détail

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X MECANIQUE DU VOL 1 Equilibre de l avion autour du centre de gravité (Avion de conception classique) 11 Stabilité en tangage Le contrôle longitudinal de l avion consiste à contrôler ses évolutions autour

Plus en détail

Chapitre III: Les fondations

Chapitre III: Les fondations Chapitre III: Les fondations 1. Introduction Les fondations sont des ouvrages qui assurent la stabilité d'une construction, ainsi que la bonne transmission des sollicitations (charges) et leur diffusion

Plus en détail

Mur massif «Alpha mur» en béton 10cm

Mur massif «Alpha mur» en béton 10cm 1. Description Elément préfabriqué en béton de type d un voile en béton de 10 cm d épaisseur pour mur intérieurs non porteurs. Les armatures principales nécessaires à la stabilité du voile en béton sont

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IVe Mathématiques 4e classique Nombre de leçons: 4.0 Nombre minimal de devoirs: 3/3/3 Langue véhiculaire: Français I. Compétences à développer au cours de mathématiques

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. REPUBLIQUE FRANCAISE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 13 septembre 2011 N/Réf. : CODEP-CAE-2011-049391 Monsieur le Directeur de l Aménagement de Flamanville 3 BP 28 50340 FLAMANVILLE OBJET :

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * D I R E C T I V E S S U R L E C O N C E P T G É N É R A L D A F F I C H A G E

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * D I R E C T I V E S S U R L E C O N C E P T G É N É R A L D A F F I C H A G E C O M M U N E D E P R I L L Y * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * D I R E C T I V E S S U R L E C O N C E P T G É N É R A L D A F F I C H A G E But Le concept général d affichage

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

Instructions d'installation des accessoires pour conduits GOLD/SILVERC/COMPACT

Instructions d'installation des accessoires pour conduits GOLD/SILVERC/COMPACT Instructions d'installation des accessoires pour conduits GOL/SILVERC/COMPACT 1. Installation, accessoires pour conduits 1.1 Généralités Ces instructions concernent l'installation d'accessoires dans les

Plus en détail

STATIQUE - EXERCICES

STATIQUE - EXERCICES STATIQUE - EXERCICES 1 Projection d'une force sur un axe On demande de calculer la projection F a de la force (1) F a = + 40 cos 50 = 25,71 kn NB : signe + puisque la force est orientée dans le sens de

Plus en détail

Technique de mesure innovante pour de vrais professionnels.

Technique de mesure innovante pour de vrais professionnels. Nouveau : laser lignes croisées LAX 200, télémètre laser 300 + Technique de mesure innovante pour de vrais professionnels. PRÉCIS. ROBUSTE. FIABLE. UTILISATION FACILE. LAX 200/ 300/ Trois nouveaux Idéal

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

Les A.T.B.E. Ateliers Technique du Bois et de l écoconstruction

Les A.T.B.E. Ateliers Technique du Bois et de l écoconstruction Les A.T.B.E. Ateliers Technique du Bois et de l écoconstruction Préambule Efficacité énergétique du bâtiment, éco-construction et construction durable font l objet aujourd hui de batailles commerciales

Plus en détail

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 ISO 9001:2008 donne à l'organisme une grande flexibilité quant à la façon de documenter son Système de Management de la Qualité (SMQ). Il convient de souligner

Plus en détail

SYCOPLAN PLANCHERS MétALLiquES

SYCOPLAN PLANCHERS MétALLiquES SYCOPLAN PLANCHERS Métalliques Solutions constructives adaptées à vos besoins Créée en 2009 par trois industriels, SyCoMo développe, produit et commercialise une offre complète de systèmes constructifs

Plus en détail

RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE

RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE RESISTANCE AU FEU ET ISOLATION THERMIQUE Réaliser de façon simple et économique un mur coupe-feu qui répond également aux exigences thermiques actuelles, ainsi qu à toutes les exigences techniques des

Plus en détail

Notice d utilisation

Notice d utilisation Assureur descendeur auto- freinant pour corde à simple Notice d utilisation Tout utilisateur doit prendre connaissance de la notice et en respecter les consignes. Assureur descendeur auto- freinant pour

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive x C.A. C.E. C.G. Direction générale Résolution 06-318-5.05 Direction x Nouveau document Amende

Plus en détail

Centreurs en acier à roulettes et à patins PSI et supports de tubes

Centreurs en acier à roulettes et à patins PSI et supports de tubes Solutions de problèmes pour applications particulières Centreurs en acier à roulettes et à patins PSI et supports de tubes Accessoires de tuyauterie FtA8_Autres colliers de centrage - Page 1/7 Solutions

Plus en détail

Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS

Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS Ecrans de soutènement Le projet de norme sur le calcul des écrans LES ECRANS DISCONTINUS Olivier MADEC Jeudi 3 mai 2007 Les ouvrages visés sont : Les parois de pieux forés sécants ou jointifs Les rideaux

Plus en détail

des piliers et des portails en toute sécurité Je pose La pose des piliers 1 La prise des mesures AVEC LES CONSEILS

des piliers et des portails en toute sécurité Je pose La pose des piliers 1 La prise des mesures AVEC LES CONSEILS MA.7 MATÉRIAUX LES OUTILS ET LE MATÉRIEL NÉCESSAIRES À LA POSE DES PILIERS ET PORTAILS Je pose des piliers et des portails en toute sécurité Perceuse (et foret à béton dans le cas où le trou de scellement

Plus en détail

Arc Express débat public sur le métro de rocade

Arc Express débat public sur le métro de rocade Arc Express débat public sur le métro de rocade DOSSIER DES ÉTUDES étude Insertion de tracés, impact sommaire et rédaction du DOCP (SETEC TPI /XELIS / INGEROP) AVERTISSEMENT Les études préalables, dont

Plus en détail

Le paysage dans l aménagement local explications destinées aux spécialistes

Le paysage dans l aménagement local explications destinées aux spécialistes Le paysage dans l aménagement local explications destinées aux spécialistes Le guide intitulé «Exigences en matière d aménagement du paysage au niveau communal» (OACOT, guide n 11.1) explique quelles sont

Plus en détail

Isolation pour bâtiments agricoles et de stockage

Isolation pour bâtiments agricoles et de stockage Isolation 3 ème édition Avril 2015 Isolation pour bâtiments agricoles et de stockage ISOLATION DURABLE POUR BÂTIMENTS AGRICOLES ET DE STOCKAGE Mousse rigide PIR à haut rendement, valeur lambda à partir

Plus en détail

COMPARAISON DES COÛTS D EXÉCUTION DE MURS AVANTAGES DE LA BRIQUE DE PAREMENT. Finition optimale en termes de beauté, de qualité et de résistance.

COMPARAISON DES COÛTS D EXÉCUTION DE MURS AVANTAGES DE LA BRIQUE DE PAREMENT. Finition optimale en termes de beauté, de qualité et de résistance. Briques de Parement AVANTAGES DE LA BRIQUE DE PAREMENT Finition optimale en termes de beauté, de qualité et de résistance. La grande variété de finitions et de couleurs offre de nombreuses possibilités

Plus en détail

REGLEMENTATION de la ZONE DE PUBLICITE RESTREINTE N 3

REGLEMENTATION de la ZONE DE PUBLICITE RESTREINTE N 3 REGLEMENTATION de la ZONE DE PUBLICITE RESTREINTE N 3 33 IX. REGLEMENTATION de la ZONE de PUBLICITE ELARGIE Article 30 : Situation géographique Son périmètre s'inscrit en agglomération (hors ZPR1, ZPR2

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME Pour tous renseignements

Plus en détail

UTILISATION D UNE CHUTE POUR SERRER LES LAMES ENTRE ELLES

UTILISATION D UNE CHUTE POUR SERRER LES LAMES ENTRE ELLES POSE PRÉCONISATIONS DE (LAMBRIS, HABILLAGES INTÉRIEURSLAMES DE PAREMENT) 1. Retirer les lames de leur emballage. Les lames de lambris/parement seront soigneusement empilées à plat sur des cales d aération

Plus en détail

GUIDE DE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITE EXTERIEURE

GUIDE DE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITE EXTERIEURE GUIDE DE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITE EXTERIEURE La commune de Lisses a instauré la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) par délibération du 23 juin 2015 pour les dispositifs présents sur

Plus en détail

Demande d'autorisation d'enseigne (s)

Demande d'autorisation d'enseigne (s) Ville de L Haÿ-les-Roses Direction de l Aménagement urbain Demande d'autorisation d'enseigne (s) Dossier à fournir en 3 exemplaires I - Déclarant Nom :... Prénom :... Dénomination :... Adresse :... Téléphone

Plus en détail

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes Direction Départementale des Territoires de la Savoie Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes ( Loi du 12 juillet 2010 - Décret du 30 janvier 2012 ) Ce résumé des

Plus en détail

LE SYSTÈME POUR VOIE SANS BALLAST RÉPONDANT AUX EXIGENCES DE DEMAIN LOW VIBRATION TRACK (LVT)

LE SYSTÈME POUR VOIE SANS BALLAST RÉPONDANT AUX EXIGENCES DE DEMAIN LOW VIBRATION TRACK (LVT) LE SYSTÈME POUR VOIE SANS BALLAST RÉPONDANT AUX EXIGENCES DE DEMAIN LOW VIBRATION TRACK (LVT) LOW VIBRATION TRACK (LVT) LE SYSTÈME POUR VOIE SANS BALLAST RÉPONDANT AUX EXIGENCES DE DEMAIN BLS Netz AG LVT,

Plus en détail

Attestation d essais CER.F.F. d un modèle de cloison

Attestation d essais CER.F.F. d un modèle de cloison Attestation d essais d un modèle de cloison CLOISONS AMOVIBLES CLOISONS DÉMONTABLES Cahier des charges Version 1.3 15 décembre 2008 SOMMAIRE 1 REFERENCES NORMATIVES... 2 2 TERMINOLOGIE DÉFINITIONS... 2

Plus en détail

«PRIX WALLON DE LA QUALITÉ»

«PRIX WALLON DE LA QUALITÉ» 2011 «PRIX WALLON DE LA QUALITÉ» 2011 Règlement ARTICLE 1 PRÉSENTATION Toujours plus soucieux de «faire de la Wallonie une terre de Qualité totale» le Ministre-Président apporte son soutien au «Prix Wallon

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR 1 2 FONCTIONNEMENT DE LA MACHINE AVEC UN CYCLE CLASSIQUE : La charge est déplacée sur le convoyeur par l opérateur. Avec une levier l opérateur bloque les 6 rouleaux centrales. Une cellule de sécurité

Plus en détail

Fissures et regard collecteur EU

Fissures et regard collecteur EU Scope of Work Cette visite technique a eu lieu le 04 Juin 2015 et concerne la zone base vie des travailleurs du site de Tasiast. Ce rapport fait suite à un constat d affaissement partiel des dalles supports

Plus en détail

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications PROTECTION FEU PASSIVE TM ULTIMATE Protect La formule pour une isolation efficace des conduits de ventilation et de désenfumage Manuel d'installation et de spécifications Le Leader Mondial de l'isolation

Plus en détail

Agrément Technique Européen ATE- 06/0179

Agrément Technique Européen ATE- 06/0179 ATE- 06/0179 (Traduction en langue française par Hilti Version originale en allemand) Nom commercial Trade name Cheville à frappe Hilti DBZ Hilti wedge anchor DBZ Titulaire de l agrément Holder of approval

Plus en détail

Agenda d Accessibilité Programmée

Agenda d Accessibilité Programmée Agenda d Accessibilité Programmée Réglementation applicable aux ERP existants Sonia Pignal Sonia.Pignal@cerema.fr Application au cadre bâti Hiérarchie des textes La loi fixe les grands principes, l esprit

Plus en détail

Principe de la thermographie infrarouge

Principe de la thermographie infrarouge 1 Préambule L enduit de plâtre est très apprécié par les professionnels de la construction pour le parachèvement des surfaces intérieures (murs, plafonds..). C est un revêtement esthétique ( 5 mm d épaisseur)

Plus en détail

Linteau Stalton Linteau composite en béton précontraint

Linteau Stalton Linteau composite en béton précontraint Linteau composite en béton précontraint DESCRIPTION Le linteau Stalton est un linteau préfabriqué, en béton précontraint, enrobé de terre cuite. Le linteau Stalton est disponible en 3 largeurs, dans tous

Plus en détail

Le béton armé Transmission des charges

Le béton armé Transmission des charges Le béton armé Transmission des charges 1/ DECOUPAGE DES SURFACES DE PLANCHERS Selon le nombre d appuis des planchers, les dalles sont considérées comme appuyées sur 4, 3, 2 de leurs côtés avec ou sans

Plus en détail

Engrenages. 1- Généralités

Engrenages. 1- Généralités 1.1- Principe Engrenages 1- Généralités La fonction d un engrenage est de transmettre une puissance entre deux arbres. Ces deux arbres peuvent être parallèles, concourants ou quelconques. // Concourants

Plus en détail

Polyboard 6 ATELIER. les nouvelles commandes et fonctions. bois

Polyboard 6 ATELIER. les nouvelles commandes et fonctions. bois Polyboard 6 les nouvelles commandes et fonctions ATELIER bois Limitation de la responsabilité ATTENTION Ce livre électronique est édité par la société: Wood Designer Ltd Responsabilité pour les contenus

Plus en détail

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 5: Application - Forces Centrales SMPC Chapitre 5 : Application - Forces Centrales I Force Centrale I.)- Définition Un point matériel est soumis à une force

Plus en détail

Programmes de formation des Diplômes d Etudes Universitaires Appliquées (D.E.U.A.) en Génie Civil

Programmes de formation des Diplômes d Etudes Universitaires Appliquées (D.E.U.A.) en Génie Civil MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DIRECTION DES ENSEIGNEMENTS Université Mouloud MAMMERI Tizi-Ouzou Faculté du génie de la construction Programmes de formation des Diplômes

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture réhabilitation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/8 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION N 9 SUR L APPLICATION DE LA DIRECTIVE RELATIVE À LA SÉCURITÉ DES JOUETS LIVRES

DOCUMENT D ORIENTATION N 9 SUR L APPLICATION DE LA DIRECTIVE RELATIVE À LA SÉCURITÉ DES JOUETS LIVRES COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES ET INDUSTRIE Marché unique des biens Le marché intérieur et sa dimension internationale Dernière mise à jour le: 10/12/2013 DOCUMENT D ORIENTATION N

Plus en détail

PROJET «BUREAU D ETUDE»

PROJET «BUREAU D ETUDE» ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D INGENIEUR DE BRETAGNE SUD Spécialité : INGENIEUR MECATRONIQUE PROJET «BUREAU D ETUDE» Etude d un lève-vitre Encadré par M. Stéphane BOCHARD & M. Christophe CELLARD Présenté

Plus en détail

DRAFT. TVA n : BE 407.695.057 Page: 1/18 DEMANDEUR : BLYWEERT ALUMINIUM FACTURATION :BLYWEERT ALUMINIUM ZWAARVELD 44 ZWAARVELD 44

DRAFT. TVA n : BE 407.695.057 Page: 1/18 DEMANDEUR : BLYWEERT ALUMINIUM FACTURATION :BLYWEERT ALUMINIUM ZWAARVELD 44 ZWAARVELD 44 CSTC WTCB CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION ETABLISSEMENT RECONNU PAR APPLICATION DE L'ARRÊTÉ-LOI DU 30 JANVIER 1947 - Station expérimentale : B-1342 Limelette, avenue P. Holoffe, 21

Plus en détail

DESCENTE DE CHARGES ET FONDATIONS

DESCENTE DE CHARGES ET FONDATIONS DESCENTE DE CHARGES ET FONDATIONS Sommaire I - Définition et rôle des fondations 1 - Définition 2 - Rôle des fondations II - Principe de fonctionnement d'une fondation 1 - Action d'une fondation sur le

Plus en détail

Lettre n 7 du 18 octobre 2008. Estimation du coût de la rocade Nord du conseil général de l Isère (CGI)

Lettre n 7 du 18 octobre 2008. Estimation du coût de la rocade Nord du conseil général de l Isère (CGI) Observatoire des Finances et des Politiques Publiques - OFiPoPu Boutique Citoyenne 12, rue Voltaire 38000 GRENOBLE Site internet : www.ofipopu.fr mel : boutique.citoyenne@orange.fr Lettre n 7 du 18 octobre

Plus en détail

guide de mise en œuvre L-Ments

guide de mise en œuvre L-Ments guide de mise en œuvre L-Ments 1 Table des matières Généralités 3 Sécurité 3 Domaine d application 3 Stockage 3 Mise en oeuvre 4 Manipulation 4 Pose 4 - Appuis 5 - Portées entre appuis 5 Fixation 6 Fixation

Plus en détail

Feuille d exercices n 19 : Mouvements de rotation et théorème du moment cinétique

Feuille d exercices n 19 : Mouvements de rotation et théorème du moment cinétique Feuille d exercices n 19 : Mouvements de rotation et théorème du moment cinétique Exercice 1 : Chute d un arbre : On assimile un arbre à une tige longue et homogène de longueur L et de masse m. On le scie

Plus en détail