RESUME MOTS CLES: culture protégée, tomate, salade, stimulateurs, fertilisants foliaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME MOTS CLES: culture protégée, tomate, salade, stimulateurs, fertilisants foliaires"

Transcription

1 ,, L EFFET DE CERTAINS TRAITEMENTS AVEC DES SEBSTANCES STIMULATRICES ET DES FERTILISANTS FOLIAIRES SUR LES TOMATES ET LA SALADE CULTIVÉES DANS DES SOLARIUMS MOTS CLES: culture protégée, tomate, salade, stimulateurs, fertilisants foliaires RESUME La croissance de la population sur le globe a intensifié la préoccupation à établir les voies à augmenter la production agricole et la consolidation des efforts de valorisation supérieure des terrains cultivés avec des légumes. Au cadre du secteur maraîcher les conditions offertes par les espaces protégés ont démontré l importance pratique économique particulière de ce système, parmi les avantages duquel on peut énumérer l obtention de productions précoces et extra précoces l obtention de grandes production par unité de surface la posibilité à prolonger la période de végétation des plantes durant l automne d autres. L obtention des productions supérieures autant du point de vue quantitatif tout comme qualitatif qui puissent résister à la compétition sur le marché européen et mondial, est possible seulement par la modernisation de certaines mesures et méthodes qui peuvent déterminer la croissance et son amélioration, en ayant les conditions nécessaires à assurer l efficience économique. En tenant compte de toutes ces exigences le bat de la thèse a été d établie certaines mesures technologique pratique, économiques et faciles à appliquer qui puissent mener a faire augmenter la productivité et la rentabilité des cultures de tomates et de salade dans des solariums. L orientation des recherches vers ces cultures est ressortie de leur importance au cadre de la culture maraîchère. Ainsi les tomates représentent l une des cultures les plus pratiquées dans des solariums et la salade est une plante qui a une courte période de végétation et des exigences réduites par rapport à la température, étant recommandée dans les cultures associes et successives en vue d assurer un bon échelonnement de l approvisionnement avec des légumes frais durant les périodes déficitaires et des revenus supplémentaires aux producteurs.

2 Au cadre des technologies modernes la stimulation de la croissance et de la fructification des plantes tout comme la fertilisation rationnelle, représentent des séquences très modernes qui contribuent à l obtention de grandes productions de qualité avec efficience économique élevée. Par l ensemble des problèmes abordes dans cette thèse on a pour suis à établir certaines caractéristique à appliquer à certains produits de stimulation et de fertilisation foliaire dans la culture des tomates et de la salade dans les solariums, ayant pour bat à améliorer la croissance des plantes, de la production obtenue et de sa qualité. Les recherches effectuées en vue d élaborer la thèse de doctorat intitulée,, Effet de certaines traitements avec des substances stimulatrices et des fertilisants foliaires sur le tomates et sur le salade cultivées dans des solariums" ont été faites dans des solariums de type haut tunnel dans une ferme familiale du village Poiana du département Ialomiţa, dans les conditions pédoclimatiques spécifiques de la zone du sud du pays. L objectif principal de la thèse a été l étude de l influence de certains traitements avec de substances stimulatrices et des fertilisants foliaires sur le tomates et la salade cultivées dans des solariums, en vue de les recommander comme, des mesures technologiques de croissance des productions et de la rentabilité de ces cultures. Au cadre du programme de recherches on a établi les objectifs secondaires suivants : - l étude des particularités phénologiques, morphologiques, de croissance et de développement des plantes de tomates et de salade, sous l influence des traitements expérimentaux; - préciser l effet de différentes produits sur le contenu biochimique des fruits de tomates et des feuilles de salade; - la détermination du potentiel productif spécifique de certains cultivars de tomates et de salade dans le conditions de l application des traitements avec de biostimulateurs et des fertilisants foliaires; - la détermination de l efficiences économique des cultures des tomates et de salade sous l influence de l application des traitements. Le but final des recherches entreprises a été d établir des variantes optimales de stimulation et de fertilisation foliaire pour les deux espèces cultivées dans des solariums, en vue d obtenir de plus grandes productions de qualité supérieure et rentables en vue de recommander leur introduction dans le flux technologique des traitements avec certains bio-stimulateurs écologiques et des fertilisants foliaires, la culture des tomates et de la salade dans des solariums dans la plaine de Sud de Roumanie. Dans les essais effectués au cadre la thèse de doctorat on a pris en étude: - deux cultivars de tomates variété Ghittia et le hybride Balkan F 1 ; - trois variétés de salades May King, Great Lakes 118 et Lollo Rossa;

3 - trois types de traitements avec des substances stimulatrices et des fertilisants foliaires (P&R, Folimax et Agriphyte). Le choix des cultivars et des types d engrais foliaires et stimulateur utilisés dans les essais a été fait ayant pour base les informations bibliographiques étudiées. Au cadre du thème étudié et dans le but d atteindre les objectifs ont été organisés les essais suivants : 1. L influence des traitements avec des substances stimulatrices et des fertilisants sur la culture des tomates dans le solarium. Dans cet essai monofactoriel effectué en 2011 on a cultivé le hybride Balkan F 1 et on a étudié les trois produits de traitement qui ont été compares avec le témoin non-traité en résultant ainsi 4 variantes. 2. L influence du cultivar et des traitements avec des substances stimulatrices et fertilisants sur la culture des tomates dans le solarium. L essai fait en 2012 a été de type bifactoriel c est à dire le facteur A cultivar avec 2 graduations (a 1 - Ghittia ; a 2 - Balkan F 1 ) et le facteur B avec 4 graduations représentant le témoin et les 3 produits de traitement. De la combinaison des facteurs expérimentés ont résulté 8 variantes. 3. L influence du cultivar et des traitements avec des substances stimulatrices et des fertilisants sur la culture d automne de la salade dans le solarium. Dans cet essai bifactoriel en 2011 ont été étudies deux facteurs d essais de la combinaison desquels en ont résulté 8 variantes. Le facteur A cultivar avec 2 graduations (a 1 May King ; a 2 Great Lakes 118) et le facteur B avec 4 graduations (le témoin et les 3 produit de traitement). 4. L influence du cultivar et des traitements avec des substances stimulatrices et des fertilisants sur la culture d automne de la salade dans le solarium. En 2012 dans cet essai ont été aussi étudié les deux facteurs expérimentaux, mais au cadre du facteur A on a ajouté une graduation en résultant aussi 12 variantes. Ainsi le facteur A le cultivar avec 3 graduations (a 1 May King, a 2 Great Lakes 118 ; a 3 Lollo Rossa) et le facteur B avec 4 graduation (le témoin et les 3 produits de traitement). La thèse de doctorat a un volume total de 223 pages, inclue 65tables, 85 figures 42 photos originales et 163 titres bibliographiques. L ouvrage a sept chapitres étant structurée en deux parties. La première partie est formée de trois chapitres d information générale concernant l étude des recherches dans le domaine de la thématique de la thèse de doctorat. Ces chapitres ont été rédigés ayant pour base certaines études documentaires ayant pour sources des livres divers, manuels et traités de spécialité, articles scientifiques thèses de doctorat du domaine de la culture maraîchère, revues et publications mais aussi des informations web récentes prises des sites FAO, Le Bureau de Statistique Eurostat, le Ministère de l Agriculture etc.

4 Dans le premier chapitre on présente l importance et la place de la culture maraîchère dans la production agricole sur le plan mondial et national et l évolution des cultures protégées. Dans le deuxième chapitre son présentées d une manière synthétique des études et des recherches concernant l utilisation des substances stimulatrices et des fertilisants foliaires dans la culture des plantes maraîchère. Le troisième chapitre inclue la caractérisation biologique et technologique des espèces de tomates et de la salade dans des solariums. La deuxième partie de la thèse représente la contribution personnelle de l auteur en vue de résoudre l ensemble des problèmes de la recherche abordée a un poids de 73 %, du volume total et est constituée de 4 chapitres. Le chapitre 4 comprend le programme de recherche et les conditions d essais les objectifs poursuivis, l organisation des essais, matériel et méthodes. Le chapitre 5 présente les résultats obtenus dans le propres recherches entreprises par la thésarde durant les deux années l influence (2011 et 2012) concernant l influence de certains traitements aves des substances stimulatrices et fertilisants foliaires sur le tomates cultives des solariums. Les résultats obtenus et les discutions qui sont ressorties de leur interprétation ont été présentés pour chaque année d essai dans des sous chapitres séparés et un sou chapitre incluse les conclusions partielles concernant cette culture. Le chapitre 6 de l ouvrage incluse les recherches faites dans des solariums durant les deux années d étude concernant l influence de certains traitements avec des substances stimulatrices et des fertilisants foliaires sur la salade cultivée en automne, en succession structure aussi en sous chapitres est ou on présente les résultats obtenus chaque année et les conclusions partielles. Dans ces deux chapitres, l ensemble des problèmes complexes des recherches et pour l étude des différents cultivars appartenant à certaines espèces de différentes familles botaniques (tomates et salade) demandant la structuration dans des sous chapitres où on présente d une manière détaillée des aspects comme par exemple la phéneologie et la croissance des plantes, la fructification, la production réalisée, la qualité nutritive des parties comestible et l efficience économique des cultures dans des solariums. Le chapitre 7 est réservé aux conclusions générales résultées du traitement des données expérimentales et leur interprétation à ces deux cultures expérimentales durant les années 2011 et 2012 tout comme les récommandations faites ayant pour base ces conclusions. De ces conclusions générales on peut mentionner comme étant importantes les suivantes. En ce qui concerne la culture des tomates

5 Les traitements avec des stimulateurs et des fertilisants foliaires ont influencé la durée de parcours des phénophases, en déterminant la réduction de la période de végétation des plantes avec 14 jours de plus par rapport au témoin (151 jours pour l hybride Balkan F 1 ) dans le cas du produit P&R et de 8-11 jours pour l Agriphyte et Folimax. En 2012 une année excessivement chaleureuse la période de végétation a été de 141 jours pour l hybride Balkan F1 et 144 jours pour la variété Ghittia les différences par rapport aux témoins ont été moindres et l hybride Balkan F 1 a réagi plus faiblement aux traitements appliqués. La croissance en hauteur des plantes a été influencée d une manière très significative par le stimulateur P&R et par le fertilisant Agriphyte. Les fertilisants foliaires ont fait augmenter le nombre de fruits de 25-26% (Balkan F 1 ) et de 17-19% (Ghittia) et le stimulateur P&R a déterminé la croissance de la masse moyenne des fruits de 7-19% par rapport aux témoins. Le stimulateur P&R a influencé la précocité des récoltes qui ont commencé dans le cas de l hybride Balkan F1 avec 14 jours avant le témoin jusqu à la fin du mois de juillet en 2011 étant récoltées 55,5% de la production totale par rapport au témoin qui a été de 23,4%. Le hybride Balkan F 1 a donné des productions significativement plus grandes que la variété Ghittia (63,6 t/hectare par rapport à 59,8 t/hectare) et le fertilisant Agriphyte a augmenté très significativement les productions (de 37 % pour la variété Ghittia et de 27 pour l hybride Balkan F 1 ). L application des traitements avec des fertilisants foliaires et des stimulateurs a influencé la qualité des fruits de tomates par la croissance du contenu en vitamine C (P&R) et bicopène (Agriphyte). Les traitements foliaires ont eu un effet favorable sur l efficience économique de la culture des tomates au solarium. Le taux de la rentabilité pour les deux cultivars les gagnés/ les investis d une manière supplémentaire) a été maximal pour la fertilisation avec Agriphyte ( lei) en ordre chez Folimax ( lei) et moindre chez P&R (63 67 lei). En ce qui concerne la culture de la salade Chez toutes les variétés les traitements foliaires ont réduit la période de végétation par rapport aux témoins avec les meilleurs résultats pour l Agriphyte (avec des différences de 5-6 jours en 2011 et de 1-3 jours en 2012) et les plus faibles chez P&R. La masse moyenne des rosettes a augmente d une manière significative quand utilise Agriphite pour la variété May King ( % ) et de Folimax pour les variétés Great Lakes 118 (4 11 %) et Lollo Rossa (12 %). Les traitements foliaires ont favorisé la production réalisée chez toutes les variétés avec des gains par rapport au témoin très significatives dans le cas des fertilisants foliaires

6 Folimax et Agriphyte (8 10 %) et distinctement significatifs lorsqu on fait le traitement avec le stimulateur P&R (6 %). Le contenu nutritif de la salade spécifique aux variétés étudiées a été influencé par l application des traitements foliaires P&R a déterminé la croissance du contenu en glucides, acidité, vitamine C et phosphate; Agriphyte a augmente l acidité et le contenu en vitamine C, Folimax s est remarque par la quantité la plus réduite des nitrates, dans les quantités plus proches par rapport au témoin non-traite. Sur la première place sous l aspect de l influence sur l efficience économique de la culture se situe le fertilisant Agriphyte lequel a déterminé la plus grande croissance du taux de la rentabilité valeur on la retrouve chez la variété Lollo Rossa ( lei gagnés les investissements). Ayant pour base ces conclusions on fait des recommandations utiles aux cultivateurs de tomates et de salade dans des solariums comme el suit. Effectuation de certains investissements supplémentaires en utilisant certain cultivars performants et l application des traitements avec des fertilisants foliaires et des substances stimulatrices lesquels même s ils impliquent des plus grandes dépenses de production sont justifiées par l obtention de profit supérieurs a ceux obtenus pour le cultures non-traitées. - L utilisation d une manière prioritaire du fertilisant Agriphyte (0,3 %). - La cultivation avec des meilleurs résultats de l hybride Balkan F 1 pour la culture précoce des tomates et de la variété Lollo Rossa pour la culture de la salade dans la culture d automne dans des solariums. On considère que à cote de la valeur pratique les résultats des recherches entreprises dans la thèse de doctorat représentent aussi une modeste contribution théorique parce qu elles complètent les informations bibliographique concernant l utilisation dans la culture maraîchère de certains substances stimulatrices et des fertilisant foliaires.

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA THÈSE DE DOCTORAT

RÉSUMÉ DE LA THÈSE DE DOCTORAT UNIVERSITÉ DE SCIENCES AGRICOLES ET DE MÉDECINE VÉTÉRINAIRE,,ION IONESCU DE LA BRAD DE IAŞI FACULTÉ D AGRICULTURE DOMAINE DE DOCTORAT: AGRONOMIE SPÉCIALISATION: MANAGEMENT ET MERCATIQUE EN AGRICULTURE

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

Janvier 2015. Version 2.1. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC

Janvier 2015. Version 2.1. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Division Efficacité énergétique et énergies renouvelables Janvier 2015

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

Présentation des terres collectives Définition Importance

Présentation des terres collectives Définition Importance Ministère de l Intérieur Secrétariat Général Direction des Affaires Rurales Division des Systèmes d Information et de la Communication Service de l Information Géographique FIG 2011 Ahmed JKAOUA Présentation

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

les risques d investissements touristiques

les risques d investissements touristiques les risques d investissements touristiques Introduction Plan Première partie: Définitions d investissement Les intervenants au niveau des investissements touristiques au Maroc. La charte d investissement.

Plus en détail

L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE RÉSUMÉ

L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE RÉSUMÉ L'IMPACT DES TECHNOLOGIES MODERNES APPLIQUÉES À LA CULTURE DE MAÏS SUR LA FERTILITÉ DU PRELUVOSOL ROUGEÂTRE Mots Clés: travaux du sol, production de maïs, fertilité du sol, maïs, engrais chimiques avec

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Chapitre 14 Page 1 de 5

Chapitre 14 Page 1 de 5 PROBLÈME 14.1 Un bricoleur du dimanche qui fabrique des jouets pour les enfants a connu tellement de succès qu il considère la possibilité d ouvrir un atelier pour la fabrication en série. Il estime qu

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 9.11.2015 C(2015) 7674 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 9.11.2015 relative au programme d action annuel 2015 en faveur de la Tanzanie, à financer sur les ressources

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

(communication du Departement de la Statistique, Le Caire, RAU)

(communication du Departement de la Statistique, Le Caire, RAU) mmmmmmmmmmmmmm / i CAS/2. WP/3 CCMMISSION ECONOMISE POUR L'AFRIQUE CONFERENCE DES STATISTICIENS AFRICAINS DEUXIEME CONFERENCE JUIN TUNIS, TUNISIE Point 5 a) de lfordre du jour provisoire REPUBLIQUE ARABE

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES Bilan synthèse : Pays GABON Plan : Introduction I- Situation du pays II- Nouvelles orientations III-

Plus en détail

Fonctionnement du comité. «gestion des surfaces de recherche» (GSR) de la Faculté de Biologie et de Médecine

Fonctionnement du comité. «gestion des surfaces de recherche» (GSR) de la Faculté de Biologie et de Médecine Département de la santé et de l action sociale Hospices cantonaux FACULTE DE BIOLOGIE ET DE MEDECINE ETAT DE VAUD Fonctionnement du comité «gestion des surfaces de recherche» (GSR) de la Faculté de Biologie

Plus en détail

I 1 PRESENTATION DE L OFFRE DE FORMATION ET DES POSSIBILITES DE PARTICIPATION A UN

I 1 PRESENTATION DE L OFFRE DE FORMATION ET DES POSSIBILITES DE PARTICIPATION A UN A propos de l organisation de la structure que l université Panthéon Assas met à la disposition des programmes de mobilité (Erasmus, doubles diplômes, formations intégrées etc.) : Le bureau des programmes

Plus en détail

Inventaire des Zones Humides

Inventaire des Zones Humides Inventaire des Zones Humides 1-Aspects réglementaires et Sage 2-Bilan sur le bassin Loire Bretagne 3-Perspectives méthodologiques 4-Conclusions 1 1- Aspects réglementaires Définition d une ZH Loi sur l

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

La Commission des Titres d Ingénieur a adopté la présente décision :

La Commission des Titres d Ingénieur a adopté la présente décision : Décision n 2015/06-06 relative à l accréditation de l École catholique d arts et métiers de Lyon (ECAM Lyon) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Dossier A : renouvellement, à compter du 1er

Plus en détail

Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA

Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA Résumé de la position d hotelleriesuisse hotelleriesuisse demande d ancrer définitivement dans la loi le taux

Plus en détail

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS Le savoir pour nourrir le monde 1 0 0 1, r u e S h e r b

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015»

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Juillet 2015 SOMMAIRE Contenu Introduction et méthodologie... 3 Evaluation de la saison en cours... 4 Eléments influençant les

Plus en détail

Langue, littérature et civilisation arabes. Plan d études. Baccalauréat universitaire (Bachelor of Arts, BA)

Langue, littérature et civilisation arabes. Plan d études. Baccalauréat universitaire (Bachelor of Arts, BA) Section des langues et des littératures vivantes Département des langues et des littératures méditerranéennes, slaves et orientales Langue, littérature et civilisation arabes Plan d études Baccalauréat

Plus en détail

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire?

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Octobre - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Portefeuilles confortables Portefeuille confortable TD revenu équilibré (anciennement le Portefeuille confortable TD conservateur) Portefeuille confortable TD équilibré (anciennement

Plus en détail

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide!

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide permet de réduire de 35 % la fréquence de tonte Un gazon toujours

Plus en détail

Informations, bibliographies, documents de travail disponibles sur la page WEB http://www.unige.ch/fapse/pegec/

Informations, bibliographies, documents de travail disponibles sur la page WEB http://www.unige.ch/fapse/pegec/ Année universitaire 2007-08 Présentation du séminaire 7524AJ Séminaire de recherche Méthodes d analyse Enseignants co-responsables : Siegfried Hanhart et Djily Diagne Assistante : Adriana Gorga Informations,

Plus en détail

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ Table des matières COÛT DE LOCATION DES TERRES AGRICOLES EN ESTRIE 2015... 3 MÉTHODOLOGIE...3 STATISTIQUES SUR LES RÉPONDANTS ET LES LOCATIONS...4 COÛTS DE LOCATION FAITS SAILLANTS...5 PRÉSENTATION DES

Plus en détail

NN Life Opti Choice. Fiche Info Financière. Type d assurance vie. Garanties et prestations. Public cible. Fonds. Fiche Info Financière

NN Life Opti Choice. Fiche Info Financière. Type d assurance vie. Garanties et prestations. Public cible. Fonds. Fiche Info Financière NN Life Opti Choice Fiche Info Financière Cette fiche info financière décrit les modalités du produit au 1 er avril 2015. Type d assurance vie Assurance-vie de branche 23 dont le rendement est lié à un/des

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1997

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1997 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1997 Le mouvement de baisse des taux d intérêt des crédits au logement s est poursuivi au cours de l année écoulée, ce mouvement étant plus accentué au

Plus en détail

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : Formation dispensée en : Sciences Humaines et Sociales Education et Formation Conseiller, Consultant, Responsable Formation

Plus en détail

Étude de satisfaction à l égard du système SAFIRH et de certains des services du Centre de services communs de l Université du Québec (CSCUQ)

Étude de satisfaction à l égard du système SAFIRH et de certains des services du Centre de services communs de l Université du Québec (CSCUQ) Étude de satisfaction à l égard du système SAFIRH et de certains des services du Centre de services communs de l Université du Québec (CSCUQ) Synthèse des résultats Mai 2014 1 1. Mise en Contexte SAFIRH

Plus en détail

MÉMOIRE déposé par. Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans. Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré. Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier

MÉMOIRE déposé par. Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans. Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré. Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier MÉMOIRE déposé par Le syndicat de l UPA de l Île d Orléans Le syndicat de l UPA de la Côte-de-Beaupré Le syndicat de l UPA Québec, Jacques-Cartier Dans le cadre de la Consultation publique sur le Projet

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de procédé de fabrication» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

Hypothèques. Directives pour l octroi de prêts garantis par gages immobiliers. Valable au 1er juillet 2015

Hypothèques. Directives pour l octroi de prêts garantis par gages immobiliers. Valable au 1er juillet 2015 Hypothèques Directives pour l octroi de prêts garantis par gages immobiliers Valable au 1er juillet 2015 Fondation de prévoyance ASMAC Kollerweg 32 Case postale 389 CH-3006 Berne N Téléphone: +41 31 350

Plus en détail

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9 Résumé Lux-Development (LuxDev) est le bras opératif de l aide bilatérale de Luxembourg. En 2009, LuxDev a déboursé et géré plus de 70 millions dans les dix pays partenaires du Luxembourg pour l aide bilatéral.

Plus en détail

Optimisation de l exécution des commandes

Optimisation de l exécution des commandes Optimisation de l exécution des commandes Quand abandonner votre système de prélèvement des commandes sur support papier L automatisation 1 Optimisation à de son l exécution meilleur des commandes Optimisation

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

Marque déposée de Visa International Service Association, Visa Canada est un usager licencié. Marque déposée de Visa Canada.

Marque déposée de Visa International Service Association, Visa Canada est un usager licencié. Marque déposée de Visa Canada. Pour obtenir plus de renseignements sur les pratiques exemplaires Visa en matière de processus de l acquisition au paiement ou un exemplaire de l étude intégrale sur les pratiques exemplaires, y compris

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES. Etudiant : Elie PARACHINI. Superviseur : Dr Anne TURNER

RAPPORT D ACTIVITES. Etudiant : Elie PARACHINI. Superviseur : Dr Anne TURNER RAPPORT D ACTIVITES Etudiant : Elie PARACHINI Superviseur : Dr Anne TURNER Placement avec N2Africa et IITA Malawi du 01/10/2011 au 28/02/2012 ` 1 Introduction Mon placement avec N2Africa au Malawi prend

Plus en détail

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE AVOIR LA TÊTE À L EMPLOI 32 E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE RÉSOLUTIONS - THÉMATIQUE NATIONALE 2014 La tête à l emploi pour un système d éducation plus performant Gouvernement du Québec s emploie

Plus en détail

portant sur les conditions d application et de mise en œuvre de l essai de reproductibilité économique

portant sur les conditions d application et de mise en œuvre de l essai de reproductibilité économique Projet de RÈGLEMENT 14/XXX/ILR DU XX 2014 portant sur les conditions d application et de mise en œuvre de l essai de reproductibilité économique Secteur Communications électroniques La Direction de l Institut

Plus en détail

ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES

ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES I. Problématique : Qu'il s'agisse de centres culturels français (CCF) ou d'alliances françaises (AF) tous les établissements culturels à l'étranger doivent

Plus en détail

LE CACAO DE MADAGASCAR. RSCE2 Abidjan Mme. Razanakoto - Madagascar

LE CACAO DE MADAGASCAR. RSCE2 Abidjan Mme. Razanakoto - Madagascar LE CACAO DE MADAGASCAR INTRODUCTION Le cacao malgache = petite production de 6 000T/ an. Culture localisée dans les régions DIANA et SAVA, au Nord Ouest de l Île, et particulièrement à Sambirano, dont

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.22/2006/7 16 février 2006 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Rapport biennal de la Commission Nationale d Évaluation des Politiques de l État Outre-mer Dossier de presse du 14 octobre 2014

Rapport biennal de la Commission Nationale d Évaluation des Politiques de l État Outre-mer Dossier de presse du 14 octobre 2014 Rapport biennal de la Commission Nationale d Évaluation des Politiques de l État Outre-mer Dossier de presse du 14 octobre 2014 Contact presse : mompresse@outre-mer.gouv.fr LA CNÉPÉOM Instituée par l article

Plus en détail

Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes?

Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes? Microgrids : quelle segmentation et quels projets pilotes? Jeudi 28 octobre de 9h30 à 10h30 Réunion en webconférence. Type de réseau faisant l objet de plus en plus d expérimentations, le microgrid se

Plus en détail

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences :

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences : Conseils de Semis En grandes cultures, il y a des facteurs importants que vous ne pouvez pas contrôler, comme le climat par exemple. Cependant, plusieurs autres facteurs restent largement sous notre contrôle.

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Tout chef d entreprise responsable se doit d établir et d assurer un plan de prévoyance

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION

SYNTHESE DE L EVALUATION SYNTHESE DE L EVALUATION I. Contexte de l action II. III. La Guilde avait initié, dans les années 80, des dotations aux actions des petites ONG qui venaient présenter leurs actions dans le cadre du Forum

Plus en détail

Chili. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Chili. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Chili Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Circulaire du 2 novembre 2010

Circulaire du 2 novembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTSF1024195C Circulaire du 2 novembre 2010 Relative aux modalités d accueil des élèves de l enseignement secondaire

Plus en détail

Taux de Rendement Interne (TRI)

Taux de Rendement Interne (TRI) PRINCIPAUX CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROJETS 4 Principes fondamentaux Définition Il s agit du taux d actualisation qui rend nulle la VAN de base (voir calculs pages 145 et 146), ou par extension, la VANR.

Plus en détail

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président PARTENARIAT EUROMED DOC. DE SÉANCE N : 203/08 [FR] EN DATE DU : 03.07.2008 ORIGINE : GSC 7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008 Conclusions du Président La 7ème

Plus en détail

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»).

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»). Version 14 novembre 2014 Statuts 1 Art. 1 Dénomination et forme juridique 1 Sous la dénomination «esisuisse» est constituée une association au sens des articles 60 à 79 du Code civil suisse (CC) pour une

Plus en détail

Message du Conseil communal au Conseil général du 1 er février 2016

Message du Conseil communal au Conseil général du 1 er février 2016 Tél. 026 664 80 00 Fax 026 664 80 09 Case postale 1470 Estavayer-le-Lac commune@estavayer-le-lac.ch Message du Conseil communal au Conseil général du 1 er février 2016 Conseiller communal en charge du

Plus en détail

INVESTIR DANS LE STOCK

INVESTIR DANS LE STOCK INVESTIR DANS LE STOCK Il est une cause entendue par tous les décideurs formés au politiquement correct de la gestion, qu il vaut mieux détenir de la trésorerie que des stocks. Le bon sens commun fait

Plus en détail

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne Productivité et prospérité à l âge de l information Kaïs Dachraoui, Tarek M. Harchaoui et Faouzi Tarkhani ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne a connu une performance remarquable. Après 1995, la

Plus en détail

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Avec l aimable autorisation de la revue Environnement & Technique : www.pro-environnement.com

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL

SEMINAIRE INTERNATIONAL SOUS LE HAUT PATRONAGE DU MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE LA PROTECTION DE LA NATURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE DU CAMEROUN (MINEPDED) SEMINAIRE INTERNATIONAL THEME «Évolution des systèmes d évaluation

Plus en détail

Les Fonds incorporés L importance de la fiscalité

Les Fonds incorporés L importance de la fiscalité Les Fonds incorporés L importance de la fiscalité 1 Ordre du jour Que sont les Fonds incorporés Pourquoi l aspect fiscal est il important? Définition d une corporation de fonds communs (Fonds inc.) Études

Plus en détail

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA FORMATION A L audit Qualité interne PARTIE I: Introduction à l audit Qualité 1- évolutions des normes pour l audit 2-Concepts et Définitions

Plus en détail

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE Préambule Visant à améliorer tant qualitativement que quantitativement le fonctionnement de la bibliothèque ainsi que le service rendu à l usager, l informatisation est une

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

Le budget facile pour les managers

Le budget facile pour les managers PHILIPPE HONORAT Le budget facile pour les managers Démarche, indicateurs, tableaux de bord 2 e édition revue et corrigé, 2005, 2009 ISBN : 978-2-212-54242-4 Chapitre 2 La finance, mère de la gestion Résumé

Plus en détail

Analyse économique de la rente de monopole : l exemple de Canal +

Analyse économique de la rente de monopole : l exemple de Canal + Analyse économique de la rente de monopole : l exemple de Canal + Professeur Bertrand Quélin Groupe HEC quelin@hecfr 1 La démarche adoptée Canal + concession accordée en 1983 par les Pouvoirs publics à

Plus en détail

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1 GRECE Les dépenses de protection sociale en Grèce représentent 24,5% du PIB. Le système grec est de logique bismarckienne, mais évolue depuis 1980 avec la mise en place d un service national de santé,

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

Les activités seront calibrées en tenant compte des ressources à mobiliser et de l impact escompté.

Les activités seront calibrées en tenant compte des ressources à mobiliser et de l impact escompté. TERMES DE REFERENCE Recrutement d un(e) consultant national(e) pour la l assistance de la Cour des Comptes dans la finalisation et la mise en œuvre de sa stratégie de 1- Informations générales: Type de

Plus en détail

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de consommation. La distribution couvre l ensemble

Plus en détail

EPARGNER OU INVESTIR CHEZ P&V Assurez-vous d un rendement attrayant

EPARGNER OU INVESTIR CHEZ P&V Assurez-vous d un rendement attrayant EPARGNER OU INVESTIR CHEZ P&V Assurez-vous d un rendement attrayant Pour vous aider à choisir la formule d investissement la mieux adaptée à vos objectifs, contactez votre conseiller P&V. Il vous aidera

Plus en détail

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ Introduction Cette étude a pour but de dresser un premier bilan de la situation de l entreprenariat féminin à la suite de l obtention

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 1- Le Marché 27/09/2014 Année scolaire 2014-2015 Mr Larbi TAMNINE Important: Pour les remarques

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

Service Clients de P&V 078/15 90 90

Service Clients de P&V 078/15 90 90 EPARGNER OU CHEZ P&V Assurez-vous d un rendement attrayant Pour vous aider à choisir la formule d investissement la mieux adaptée à vos objectifs, contactez votre conseiller P&V. Il vous aidera à faire

Plus en détail

paragraphe 49 (juillet 2011), accessible [en anglais seulement] à l adresse http://www.fatfgafi.org/dataoecd/40/13/48426561.pdf.

paragraphe 49 (juillet 2011), accessible [en anglais seulement] à l adresse http://www.fatfgafi.org/dataoecd/40/13/48426561.pdf. Mémorandum d Alger sur les bonnes pratiques en matière de prévention des enlèvements contre rançon par des terroristes et d élimination des avantages qui en découlent Introduction Le recours aux enlèvements

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR 6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l ambition,

Plus en détail

Préavis pour le crédit d étude de l aménagement urbain

Préavis pour le crédit d étude de l aménagement urbain Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 10/2015 Préavis pour le crédit d étude de l aménagement urbain Lavey, le 29 juillet 2015 Au Conseil communal de Lavey-Morcles,

Plus en détail

INVESTIR DANS LA JEUNESSE CANADIENNE POUR FAVORISER L INNOVATION

INVESTIR DANS LA JEUNESSE CANADIENNE POUR FAVORISER L INNOVATION INVESTIR DANS LA JEUNESSE CANADIENNE POUR FAVORISER L INNOVATION Consultations prébudgétaires fédérales 2015-2016 La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) est une organisation qui regroupe

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des entreprises d investissement

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des entreprises d investissement Contrôle prudentiel des entreprises d investissement Bruxelles, le 14 novembre 2002 CIRCULAIRE D1/EB/2002/6 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT SUR LE CONTROLE INTERNE AINSI QUE SUR LA FONCTION D AUDIT INTERNE

Plus en détail

une rationalisation d ampleur inédite

une rationalisation d ampleur inédite Conférence de presse 20 octobre 2015 Dossier de presse Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : une rationalisation d ampleur inédite Didier Gosuin Ministre bruxellois de l Economie

Plus en détail

Chapitre 6 : Les limites à l efficacité des politiques économiques. A. Quels sont les couts liés au financement de la politique budgétaire?

Chapitre 6 : Les limites à l efficacité des politiques économiques. A. Quels sont les couts liés au financement de la politique budgétaire? Chapitre 6 : Les limites à l efficacité des politiques économiques. I) Les limites de la politique budgétaire. A. Quels sont les couts liés au financement de la politique budgétaire? 1. L emprunt source

Plus en détail

La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux

La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux Davies Ward Phillips & Vineberg S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le 21 mars 2014 La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux Le 20 mars 2014, la Commission des valeurs mobilières de l Ontario

Plus en détail