5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE"

Transcription

1 5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE Et après la prison quelles conditions pour réussir un traitement? Hugues WENGER IDE Coordinateur Equipe mobile hépatites 26/27 juin 2014

2 LES FACTEURS DE RUPTURE DES SOINS LORS DE LA SORTIE: Absence de couverture sociale, droits CMU non ouverts Manque motivation du patient Pas de projet de réinsertion Absence de prise en charge des addictions Peur réaction entourage une fois dehors Absence d ordonnance de renouvellement Sorties sèches 1 Manque de coordination interne entre acteurs de la justice/santé/social et externe avec services spécialisées

3 PRÉPARER LA SORTIE TOUT AU LONG DE LA DÉTENTION : UN PRÉALABLE NÉCESSAIRE Repérage, dépistage et diagnostic des pathologies et addictions dés l entrée par les services d US et SMPR Bilan de santé relatif à la consommation de produits stupéfiants ou d alcool dans les 48H suivant l entrée Recherche de toxiques ( non obligatoire) En cas de résultats positifs proposition d un rendez vous avec spécialiste en addiction Mise en place d un traitement de substitution 2 Mise en relation précoce avec CSAPA ou Programme méthadone Bas seuil, ou service d Addictologie

4 LA PLACE DE L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE VHC DANS LA CONTINUITÉ DES SOINS Education à la santé Aide à l établissement d un diagnostic social Permet d aborder des contenus tels que l apprentissage, les compétences, les comportements de santé Rendre le patient autonome et acteur de sa santé en prévision de leur libération Garantir la continuité de la prise en charge, et la qualité des soins Guérir le patient Eviter une recontamination 3

5 UN PROGRAMME D ETP EFFICACE Nécessité d une forte implication de toute l équipe pendant toute la durée du traitement du patient Prise en charge globale et personnalisée du patient, nécessite de s adapter aux spécificités du patient Relation de confiance dès le début de la prise en charge 4 Importance d avoir tissé un réseau de partenaires en amont: l interdisciplinarité qui nécessite des échanges soutenus et continus entre les acteurs

6 INFORMER LE PATIENT Réalisation d un bilan éducatif partagé à JO Repérer les obstacles favorisant une non observance ou un arrêt de traitement ( Absence de logement, de ressources, droits ouverts ) Anticiper les besoins de couverture sociale Connaitre le contexte de vie ( isolement social, entourage aidant ) Discuter des addictions Reprendre les informations données lors de l inclusion de traitement/ faire preuve de pédagogie Discuter de l après prison ( relais de prise en charge) 5 Informer le patient de la prise en charge identique dedans/dehors

7 RESPONSABILISER LE PATIENT Réalisation d une séance d ETP individuelle à S2 Donner la parole au patient Discuter de la gestion du traitement au quotidien( observance) TRAVAIL sur le rapport à la maladie : Peur de contaminer les proches Incompréhensions par rapport au mode de transmission Peur d être rejeté Reconquête de l estime de soi 6 Si sortie prochaine envisager le traitement avec des perspectives de réinsertion

8 UNE BONNE OBSERVANCE DEDANS, FACTEUR DE CONTINUITE DES SOINS : Acceptation de la maladie Soumission aux contraintes thérapeutiques Le problème n est pas de savoir si le patient a pris son traitement mais s il ne l a pas pris et pourquoi? Prise de conscience des risques de non observance Disponibilité des équipes et suivi régulier des spécialistes 7 Projet de sortie et de réinsertion

9 TISSER DES LIENS (1) Etablir une relation de confiance qui perdurera dehors Repérer l entourage aidant du patient Informer le médecin généraliste avec l accord du patient Discuter de la mise en place d un LHSS ou un ACT à la libération orientation vers CSAPA ou CAARUD 8 Se mettre en relation avec le SPIP dans le respect du secret médical avec l accord du patient (adresse, N de tel..)

10 TISSER DES LIENS (2) Identifier le schéma thérapeutique avec le patient lieu de bilans sang de contrôle, quel laboratoire? Lieu de consultation avec le spécialiste, quelle pharmacie pour récupérer le traitement? Programmer une séance d ETP à S1 de la libération au domicile ou sur le lieu de vie avec un IDE de l AEHV ou de l EMH ( Possibilité de réaliser une séance d ETP par téléphone) Construire un parcours de soins pluridisciplinaire entre services pénitentiaires, services médicaux, services CPAM, établissements médico-sociaux 9

11 CONCLUSION Un seul obstacle conduit parfois à l arrêt du traitement Préparation de la sortie tout au long de l incarcération S assurer d une bonne observance dedans Ouverture des droits sociaux Anticipation dans la mesure du possible de la libération Orientation pour prise en charge addiction 10 Maintenir le lien après la sortie et poursuivre l éducation thérapeutique

12 12 MERCI DE VOTRE ATTENTION

LA CASE. L'Unité Sortant de Prison. Vers une continuité des soins dedans-dehors ATHS 12. Veronique LATOUR. Mercredi 30 septembre 2015

LA CASE. L'Unité Sortant de Prison. Vers une continuité des soins dedans-dehors ATHS 12. Veronique LATOUR. Mercredi 30 septembre 2015 LA CASE Association fondée et soutenue par Médecins du Monde L'Unité Sortant de Prison Vers une continuité des soins dedans-dehors Veronique LATOUR ATHS 12 Mercredi 30 septembre 2015 3 La CASE 36-38 rue

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64.

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64. LIVRET D ACCUEIL Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie C.S.A.P.A L ASTROLABE 74, rue de Brest B.P. 97237 29 672 MORLAIX CEDEX Tel : 02.98.62.64.02 Fax : 02.98.62.64.77 Mail

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

ASP fondatrice documents administratifs - Parrainage LE PARRAINAGE

ASP fondatrice documents administratifs - Parrainage LE PARRAINAGE LE PARRAINAGE DEFINITION Le parrainage d'une durée de 10 à 12 semaines, est un temps de «compagnonnage» du nouveau bénévole dans ses premiers accompagnements. C est un temps d apprentissage de la pratique

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant.

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant. Liste de points à vérifier lors de l élaboration d une stratégie de gestion des approvisionnements dans le cadre d une proposition au Fonds mondial May 2008 Veuillez analyser les besoins suivants et envisager

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) FÉVRIER 2012 Définition et objectifs Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes

Plus en détail

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc...

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Comment intégrer une démarche d' Education Thérapeutique du Patient dans notre Unité

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE

LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE LIVRET D APPUI TECHNIQUE AU TUTEUR EN ENTREPRISE AFPA AUVERGNE V.04/06 Sommaire OBJECTIF du LIVRET D APPUI TECHNIQUE...2 LE TUTORAT DANS LA LOI...3 CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION DES TUTEURS EN ENTREPRISE...4

Plus en détail

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble invalidant de la santé à l'école primaire Article 4 Le directeur de l école coordonne, dans l école,

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

le télétravail chez econocom

le télétravail chez econocom le télétravail chez econocom avril 2013 Définition et contexte La loi définit le télétravail comme un travail à distance qui s effectue pour un employeur à l aide de l informatique et des télécommunications,

Plus en détail

Coordonnées du stagiaire : Nom Diplôme préparé Coordonnées du professeur référent : Nom Lycée. Tél.

Coordonnées du stagiaire : Nom Diplôme préparé Coordonnées du professeur référent : Nom Lycée. Tél. Coordonnées du stagiaire : Diplôme préparé Coordonnées du professeur référent : Lycée Dates de stage Coordonnées du tuteur entreprise : Entreprise CHARTE REGIONALE D ACCUEIL Une procédure d organisation

Plus en détail

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble une vision d avenir La société québécoise vit des changements démographiques importants. Le rythme accéléré

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

PROJET RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES 2012 ***************

PROJET RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES 2012 *************** PROJET RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES 2012 *************** Rue des Ecoles 41350 VINEUIL 06 77 48 65 03 ram.vineuil@vineuil41.fr Mairie de Vineuil Rue de la République 41350 Vineuil Tél. : 02 54 50 54 50

Plus en détail

DOCUMENTS et OUTILS PPRE

DOCUMENTS et OUTILS PPRE Académie de Besançon Commission académique PPRE Octobre 2008 DOCUMENTS et OUTILS PPRE TITRE : EXEMPLES DE PPRE PROPOSES EN COLLEGE OBJET- DESTINATION : EQUIPE PEDAGOGIQUE - ENSEIGNANTS GUIDE D UTILISATION:

Plus en détail

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Cécile Delesalle (Vérès Consultants) et Gérard Marquié (Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire).

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER OUI! ET C EST À CAUSE DE LA CERTIFICATION Je déclare avoir un lien d intérêt avec le sujet traité : Je suis expert-visiteur

Plus en détail

DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE

DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE Continuité et diversité des parcours EVALUER POUR QUOI? Le but : connaitre au mieux les forces, les faiblesses, mais surtout les besoins de la personne, afin de construire

Plus en détail

PROJETS APPEL À. «Lien social et autonomie des personnes vulnérables»

PROJETS APPEL À. «Lien social et autonomie des personnes vulnérables» APPEL À PROJETS 2016 «Lien social et autonomie des personnes vulnérables» Lancement : 19 février 2016 Clôture des candidatures : 1 er avril 2016 Communication des résultats : 27 mai 2016 LA FONDATION POUR

Plus en détail

handicap : mieux se connaitre

handicap : mieux se connaitre Les services d aide et d accompagnement à domicile pour adultes en situation de handicap : mieux se connaitre pour mieux travailler ensemble. Rachelle LE DUFF, Conseillère technique, CREAI de Bretagne

Plus en détail

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Expérimentation à partir du programme Fluppy Jenny Tremblay Doctorante en Administration et évaluation en éducation, Université

Plus en détail

Madame, Monsieur, Vous en remerciant par avance, nous vous prions d agréer nos salutations. distinguées. L équipe Les Sources

Madame, Monsieur, Vous en remerciant par avance, nous vous prions d agréer nos salutations. distinguées. L équipe Les Sources Centre Hospitalier Marguerite de Lorraine 9 Rue de Longny 61400 MORTAGNE AU PERCHE Service d addictologie Les Sources Tél : 02.33.83.42.77 Madame, Monsieur, Dans le souci d optimiser votre prise en charge

Plus en détail

Etats des lieux et perspectives des soins palliatifs à domicile

Etats des lieux et perspectives des soins palliatifs à domicile Etats des lieux et perspectives des soins palliatifs à domicile Maria MICHEL INFIRMIERE COORDINATRICE RESEAU EMERAUDE 58 14 ième journée régionale Midi-Pyrénées SOINS PALLIATIFS A DOMICILE Un droit pour

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

SAVS : Projet d établissement SAVS

SAVS : Projet d établissement SAVS SAVS : Projet d établissement Les autorisations Autorisation du 14 septembre 2001 : Ce service s adresse aux seules personnes fréquentant le centre Ad appro ; il est destiné au soutien pour une vie à domicile

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

ADDICTIONS ET TRAVAIL

ADDICTIONS ET TRAVAIL 2ème Journée de la Santé au Travail et de la Prévention ADDICTIONS ET TRAVAIL David DUBUISSON Avocat ALPHA CONSEILS Société d Avocats Le Belvédère 47510 FOULAYRONNES 05.53.779.778 Le 10 Juin 2010 Préambule

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Comment rédiger une proposition de financement

Comment rédiger une proposition de financement Comment rédiger une proposition de financement (Comment élaborer un projet qui sera une réussite) 19 avril 2010 Vous avez une idée de projet Tracez les grandes lignes du projet, clarifiez-le dans votre

Plus en détail

Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE

Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE DOSSIER D EVALUATION PAR CONTROLE EN COURS DE FORMATION Le dossier contient : Session 201_ OPTION A «A DOMICILE» - les situations d évaluation -

Plus en détail

Programme - Formation postgraduée au cabinet du praticien de premier recours (Assistanat au cabinet médical)

Programme - Formation postgraduée au cabinet du praticien de premier recours (Assistanat au cabinet médical) Programme - Formation postgraduée au cabinet du praticien de premier recours (Assistanat au cabinet médical) Cahier des charges du maître de stage Par la signature du contrat de travail, le maître de stage

Plus en détail

Illustration de compétences transversales

Illustration de compétences transversales Illustration de compétences transversales 1/ Prendre en charge un bilan de la 6 ème année Recueillir et analyser les données de l élève, de ses parents, de la PMI et des enseignants. Synthétiser les données

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier Maryse Grégoire, inf., B.Sc., M.A., conseillère cadre clinicienne, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Plus en détail

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Les missions de la CAPEB (régionale et départementale) Le positionnement de la fonction emploi-rh Le référentiel

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Animateur/Coordinateur de réseaux

Animateur/Coordinateur de réseaux CAHIER DES CHARGES Animateur/Coordinateur de réseaux Dossier suivi par : Annabelle Antal Adresses de retour de la proposition avant le vendredi 8 mars 2013 à 16 heures - Envoi par courrier : Centre INRA

Plus en détail

Soutenez notre projet pilote DIAVINA :

Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Survie des mères et nourrissons exposés au virus du sida Phase pilote en Guinée 2016-2018 Un projet soutenu par Le Saviez-vous? Aujourd hui en France, une femme enceinte

Plus en détail

Programme ludique et pédagogique de sensibilisation au tri et au recyclage pour les 6-11 ans, à destination des écoles et centres de loisirs.

Programme ludique et pédagogique de sensibilisation au tri et au recyclage pour les 6-11 ans, à destination des écoles et centres de loisirs. Programme ludique et pédagogique de sensibilisation au tri et au recyclage pour les 6-11 ans, à destination des écoles et centres de loisirs. Adressé gratuitement aux municipalités LE PROGRAMME TRI MASTER

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION Intitulé du Parcours métiers SE FORMER AUX METIERS DE L'AIDE A DOMICILE n de l offre de formation 2015 4969 0948 Nom de

Plus en détail

ACCORD DU 13 JUIN 2012

ACCORD DU 13 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3212 Accords nationaux ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Personnels intérimaires

Plus en détail

le dispositif d addictologie avec hébergement fin 2013

le dispositif d addictologie avec hébergement fin 2013 RAPPORT D'ÉTUDE suivi du schéma régional médico-social d addictologie aquitaine 2009-2014 le dispositif d addictologie avec hébergement fin 2013 Dans le cadre du suivi de son schéma régional médicosocial

Plus en détail

Plan Climat-Energie Territorial

Plan Climat-Energie Territorial Plan Climat-Energie Territorial Groupe de travail thématique : EPINAL, 16 Mai 2011 «Maîtrise de l énergie et valorisation des énergies renouvelables dans l habitat privé et social.» Plan Climat-Energie

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL SUR LE STRESS AU TRAVAIL 1. Introduction Le stress au travail est considéré sur le plan international, européen et national comme une préoccupation à la fois, des employeurs

Plus en détail

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Réunion des infirmiers(e) hygiéniste CCLIN Paris Nord 1 Certification V 2014 : Procédure d évaluation externe

Plus en détail

Rappel sur les dispositifs d ouverture de droits et cas concrets. Stéphane Montabone Equipe Mobile Hépatites Formation AEHV-LR Montpellier Mars2015

Rappel sur les dispositifs d ouverture de droits et cas concrets. Stéphane Montabone Equipe Mobile Hépatites Formation AEHV-LR Montpellier Mars2015 Rappel sur les dispositifs d ouverture de droits et cas concrets Stéphane Montabone Equipe Mobile Hépatites Formation AEHV-LR Montpellier Mars2015 Sécurité sociale : généralités et CMU -CMUC La

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

tique et Diabète de type 2

tique et Diabète de type 2 Diététique tique et Diabète de type 2 Démarche éducative au RSND41 DU Education pour la santé / Education thérapeutique SALHI Latifa Diététicienne Réseau Santé Nutrition Diabète 41 Réseau Santé Nutrition

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

Conduire avec méthodes vos projets pastoraux

Conduire avec méthodes vos projets pastoraux Conduire avec méthodes vos projets pastoraux La journée en pratique 08h45 09h00 Accueil Laudes Pause 12h00 12h30 13h30 Messe Déjeuner Reprise Pause 17h30 Clôture Objectifs de la journée Connaître les fondamentaux

Plus en détail

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés

PLAN D ACTION. en faveur de l emploi des salariés âgés PLAN D ACTION en faveur de l emploi des salariés âgés prévu par l article 87 de la loi 2008-1330 de financement de la sécurité sociale pour 2009 Pour la Direction de l AMAMB, Pour les salariés de l EHPAD

Plus en détail

FORMATIONS À LA CARTE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE

FORMATIONS À LA CARTE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE OUTILS & JEUX PÉDAGOGIQUES FORMATIONS À LA CARTE CLIMAT DE CLASSE CONFIANCE EN SOI RÉSILIENCE GESTION DU STRESS MOTIVATION

Plus en détail

Donner la priorité à vos priorités

Donner la priorité à vos priorités Donner la priorité à vos priorités Pour passer du temps subi au temps choisi Le 1 er mars 2016 Julie Vettori - VAKOM LA ROCHE SUR YON Programme Objectif: Echanger sur vos pratiques de gestion du temps

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante Édition 2015 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE EXONÉRANTE Votre médecin traitant a établi pour vous une demande de prise

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

Besoin de santé : Vieillissement de la population

Besoin de santé : Vieillissement de la population Besoin de santé : Vieillissement de la population Compétence : Prendre en charge une population vieillissante en tenant compte de son environnement et de ses besoins Savoir faire à développer - Repérer

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES N 04-2015

CAHIER DES CHARGES N 04-2015 CAHIER DES CHARGES N 04-2015 GROUPEMENT DE COMMANDES RELATIF A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES EN VUE DE FAIRE REALISER LES DIAGNOSTICS ET PLANS DE PREVENTION

Plus en détail

A12. La formation hors temps de travail S O M M A I R E. Z O O M P Se former pendant un arrêt maladie

A12. La formation hors temps de travail S O M M A I R E. Z O O M P Se former pendant un arrêt maladie 1 La formation hors Se former hors est une modalité particulière de formation qui nécessite un investissement personnel du salarié. Une formation peut se réaliser hors dans le cadre du plan de formation

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Janvier 2015 1/7

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Janvier 2015 1/7 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Janvier 2015 1/7 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE les LILAS Les Lilas est une structure d accueil de jour thérapeutique gérée par AgeOptimum s.a.r.l. qui veille à la prise en charge individuelle ou en groupe des personnes

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP Perspectives et protocole d accueil des enfants en situation de handicap dans les établissements de la petite enfance Document à enrichir par vos observations et

Plus en détail

Suivi individuel des salariés Visites médicales

Suivi individuel des salariés Visites médicales Définition Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail Décret n 2012-137 du 30 janvier 2012 relatif à l organisation et au fonctionnement des services de santé

Plus en détail

Rendez-vous des générations. Rapport des Cafés des âges Centre-du-Québec MRC Nicolet-Yamaska

Rendez-vous des générations. Rapport des Cafés des âges Centre-du-Québec MRC Nicolet-Yamaska Rendez-vous des générations Rapport des Cafés des âges Centre-du-Québec MRC Nicolet-Yamaska Mars 2010 RENDEZ-VOUS DES GÉNÉRATIONS DE L INSTITUT DU NOUVEAU MONDE RAPPORT DU CAFÉ DES ÂGES Compte tenu de

Plus en détail

Les métiers en évolution positive

Les métiers en évolution positive Annexe 1 Fiches Métiers Les métiers en évolution positive - 33 - Technicien études en télécommunication Technicien études en télécommunication De niveau Bac+2 à Ingénieur (double compétence voix et réseau).

Plus en détail

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants:

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants: MESURES QUI DOIVENT ETRE PRISES AU NIVEAU JURIDIQUE POUR ASSURER LE FINANCEMENT DES PROJETS D'INFRASTRUCTURE ET PAR CONSEQUENT LE SUCCES DU SYSTEME DE CONCESSION. Le premier point que je veux souligner

Plus en détail

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT L Ecole belge de Bujumbura (EBB) est une école (Asbl) privée située au centre de Bujumbura. Elle dispense un enseignement

Plus en détail

Profil de poste EAV : Aide aux soins à la personne âgée Septembre 2013

Profil de poste EAV : Aide aux soins à la personne âgée Septembre 2013 Profil de poste EAV : Aide aux soins à la personne âgée Septembre 2013 XX/XX/XX Intégré à une équipe de soignants, l aide aux soins à la personne âgée, assiste les aides soignants dans les soins quotidiens

Plus en détail

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION

ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT ET DEVELOPPER LES COMPETENCES DES COLLABORATEURS 14 H A-6A CONTEXTUALISATION PUBLIC Responsable(s) d agence(s) / secteur ou unité technique ACCOMPAGNER LE CONTEXTUALISATION OBJECTIFS GENERAUX Identifier les évolutions du secteur des voyages et de son entreprise et leurs impacts

Plus en détail

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir Comment être aidé lorsque l on aide? Besoin de répit? Certaines structures accueillent de façon temporaire les personnes dépendantes. Elles permettent

Plus en détail

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local

2013-2015. Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015. Plan d action local Table de concertation Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Domaine-du-Roy 2013-2015 2013-2015 Mandat : Avec la concertation des acteurs du territoire et des actions novatrices, répondre aux

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Présenté par : Diane Laroche, CSSS Ahuntsic- Montréal-Nord; Jean-Nicolas Ouellet, CAMÉÉ et ARUCI-SMC; Valérie Coulombe,

Plus en détail

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016

Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 Quel accompagnement pour les groupes de jeunes professionnels? Jeunes professionnels / jeunes actifs, Paris 2 avril 2016 1-Qu est ce que je retiens de cette journée? Qu est ce qui m a intéressé, éclairé.?

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Intervenants. Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014. Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014

Intervenants. Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014. Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014 Organisation de la cellule qualité Page : 1/5 Intervenants Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014 Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014 Approuvé et diffusé par GAQ : DUC Lorelei Le : 18/12/2014

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

Aide au sevrage tabagique

Aide au sevrage tabagique Capitole Stop Tabac RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Décembre 4 Référentiel d auto-évaluation des pratiques en médecine générale I. PROMOTEURS Agence nationale d accréditation

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

Bourgoin - Jailleu. Thierry VASSE IEN Enseignement Pré-élémentaire et Politiques Educatives Territoriales

Bourgoin - Jailleu. Thierry VASSE IEN Enseignement Pré-élémentaire et Politiques Educatives Territoriales Bourgoin - Jailleu Thierry VASSE IEN Enseignement Pré-élémentaire et Politiques Educatives Territoriales Spécificité historique d un partenariat à construire et à réguler en permanence Enseignants et non

Plus en détail

AIDE POUR L ENSEIGNANT NOUVELLEMENT AFFECTÉ en SEGPA

AIDE POUR L ENSEIGNANT NOUVELLEMENT AFFECTÉ en SEGPA AIDE POUR L ENSEIGNANT NOUVELLEMENT AFFECTÉ en SEGPA S E G P A Section d' Général et Professionnel Adapté I. LA DIMENSION INSTITUTIONNELLE 1.1 La SEGPA fait partie du collège La SEGPA fait partie intégrante

Plus en détail

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9 Résumé Lux-Development (LuxDev) est le bras opératif de l aide bilatérale de Luxembourg. En 2009, LuxDev a déboursé et géré plus de 70 millions dans les dix pays partenaires du Luxembourg pour l aide bilatéral.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Fiches de bonnes pratiques des entreprises ayant obtenu le Label égalité femmes / hommes La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Il est généralement considéré que

Plus en détail