Sur «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» de Thomas d Aquin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sur «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» de Thomas d Aquin"

Transcription

1 Université Libre de Bruxelles Faculté de Philosophie et Lettres Lecture approfondie de textes philosophiques II : Moyen Âge Sur «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» de Thomas d Aquin De : Guillaume Hayot Dans le cadre du cours de : Christian Brouwer Décembre 2014

2 Introduction Nous avons choisi d analyser un article de la Somme théologique 1 de Thomas d Aquin. Afin de parvenir à choisir un texte à analyser parmi les 119 Questions qui constituent la Première partie de l ouvrage cette Prima pars concernant Dieu et la création, nous nous sommes plongé dans le chapitre intitulé L homme afin d en tirer un sujet en rapport avec une théorie de la connaissance. Notre lecture nous a logiquement mené à la section concernant La pensée humaine, où à l évidence nous pouvions y trouver une déclinaison dans le domaine des réalités corporelles. «La pensée humaine s exerce d abord dans l état terrestre où l âme est unie au corps» 2, écrit le commentateur Marie- Joseph Nicolas : c est dans cet état matériel et corporel que nous voulons chercher ce qui à trait à une théorie de la connaissance chez Thomas. La section La pensée humaine s ouvre par l exposé de Thomas : après avoir investigué les questions essentielles de l âme prise pour elle-même ou prise dans un corps, puis discuté des diverses puissances de celle-ci, Thomas en vient à considérer les actes de l âme dans les facultés intellectuelles. C est à ce moment que Thomas, empreint de réalisme emprunté à Aristote, pose une question fondamentale selon nous pour une théorie de la connaissance : partant «de l origine expérimentale de toutes nos connaissances» 3, comment s articulent l intelligence immatérielle et la réalité sensible. «Il est logique de considérer maintenant les actes et les habitus de l âme dans les facultés intellectuelles, et dans les facultés appétitives, les autres puissances ne relevant pas directement de l étude théologique. D autre par, les actes appétitifs relèvent de la science morale : aussi en sera-t-il traité dans la Partie de cet ouvrage réservée à cette science. On étudiera donc d abord les actes, puis les habitus intellectuels. Par rapport aux actes, voici quelle sera la suite des questions : On se demandera comment l âme exerce son activité intellectuelle, d abord quand elle est unie au corps (Q ), puis lorsqu elle en est séparée (Q. 89). Dans le premier cas, trois problèmes : 1 Comment l âme connaît-elle les corps qui sont d une nature inférieure à la sienne? (Q ). 2 Comment l âme se connaît-elle elle-même et connaît-elle ce qui est en elle? (Q.87). 3 Comment connaît-elle les substances immatérielles qui lui sont supérieures? (Q. 88). Il y aura trois parties dans l étude des réalités corporelles : 1. Par quel moyen l âme les connaît-elle? (Q. 84). 2. Comment et dans quel ordre? (Q. 85). 3. Que connaît-elle de ces réalités? (Q. 86).» 4 1. Thomas d Aquin, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, Marie-Joseph Nicolas, «Introduction», in Thomas d Aquin, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, p Ibid. 4. d Aquin, op. cit., p

3 La recherche de Thomas prend une structure bien nette : 1 comment l âme connaîtelle ce qui lui est inférieur? ; 2 comment l âme connaît-elle ce qui lui est intérieur? ; 3 comment l âme connaît-elle ce qui lui est supérieur? En partant de «ce qu est la réalité sensible» 5, Thomas s attache à décrire le cas de l âme quand elle est unie au corps, cas qui nous intéresse plus que quand elle en est séparée. C est dans cette partie de la section que se trouve la Question 85 qui retient notre attention : «Comment et dans quel ordre opère l intelligence?» 6. Cette Question se subdivise en huit Articles : «1. Notre intellect opère-t-il en abstrayant des images les espèces intelligibles? 2. Les espèces intelligibles abstraites des images sont-elles ce que notre intelligence connaît, ou ce par quoi elle connaît? 3. Est-il naturel à notre intellect de connaître d abord le plus universel? 4. Peut-il connaître plusieurs choses à la fois? 5. Connaît-il par composition et division? 6. Peut-il se tromper? 7. Quelqu un peut-il connaître une même chose plus qu un autre? 8. Notre intellect connaît-il l indivisible avant le divisible?» 7 Parmi ces Articles, nous décidons d analyser l Article 7 : «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» 8, qui suit l Article où il est question de l erreur : «L intellect peut-il se tromper?» 9. Il y est recherché si l on peut connaître une chose mieux qu une autre personne qui connaît cette même chose. Soulignons le mot chose pour mettre en évidence le sens que prend ce mot dans l exposé de Thomas : «chose = res = réalité» 10 résume le commentateur. Si Thomas pose la question d une meilleure (donc d une moins bonne) connaissance des choses, nous devons entendre ces chose dans leur sens le plus fort : la chose est la réalité. Pour ce travail, notre analyse réordonne quelque peu la structure de la question disputée déjà aménagée par Thomas : nous regroupons en une seule et première partie à la fois les objections et les solutions à ces objections qu il se formule à lui-même. Ensuite, nous suivrons le fil de son exposé : nous aborderons l argument en sens contraire desdites objections juste après, pour nous réserver la réponse de Thomas à la fin de notre commentaire. Nous reviendrons enfin sur le caractère objectant des premières au regard de la réponse et des solutions de Thomas. 5. Nicolas, «Introduction», op. cit. 6. d Aquin, op. cit., pp Ibid., p Ibid., p Ibid., pp «Chose», in Marie-Joseph Nicolas, «Vocabulaire de la Somme théologique, tome I», in Thomas d Aquin, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, p

4 1 Objections et solutions Augustin d Hippone est mobilisé en premier dans les objections : il est impossible que quelqu un connaissance une même chose mieux qu un autre, comme cela est dit dans la citation que Thomas fait de lui : «Si quelqu un comprend une réalité autrement qu elle n est, il ne la comprend pas... Il n est donc pas douteux qu il y a une compréhension si parfaite qu on ne peut en concevoir qui lui serait supérieure. On ne peut donc aller à l infini dans la connaissance d une réalité, et il n est pas possible que l un la connaisse d avantage.» 11 On retrouve cette référence dans les LXXXIII Quaestiones 12 d Augustin, qui abordent les questions de l Écriture sainte, de la vie chrétienne, de la théologie et de la philosophie. Comparons déjà la traduction faite dans la Bibliothèque augustinienne : «Quiconque entend une chose autrement qu elle n est, se trompe ; et quiconque se trompe n entend point ce en quoi il se trompe. Ainsi, quiconque entend quelque chose autrement qu elle n est, ne la conçoit pas : donc on ne peut concevoir une chose que telle qu elle est. Pour nous autres, concevoir une chose autrement qu elle n est, c est ne pas la comprendre du tout, puisqu on ne la conçoit pas telle qu elle est. Il n est donc pas douteux qu il y ait une compréhension parfaite, qu on ne saurait dépasser ; et par suite, qu on ne progresse pas indéfiniment dans l intelligence d une question, et qu on ne peut pas la comprendre mieux qu un autre.» 13 La comparaison des deux traductions ne révèle pas de différence évidente : Thomas ellipse un court passage où selon Augustin qui se trompe ne peut savoir en quoi il se trompe 14, et évacue ce qui semblerait être une répétition de l auteur alors que cela étend son propos 15. Cependant, la comparaison ne se borne pas à jauger les traductions entre elles : il nous faut également réintégrer l extrait dans la pensée de son auteur et dans la relation qu entretient Thomas avec ce dernier. suit : Dans les Révisions 16, Augustin introduit les quatre-ving-trois questions diverses comme 11. d Aquin, op. cit., p «Quatre-vingt-trois questions différentes», in Augustin, Mélanges doctrinaux, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Jérôme-André Beckaert et Joseph Boutet, Bibliothèque Augustinienne 10, Paris : Desclée De Brouwer et Cie., 1952, pp «32. Comprend-on une question plus ou moins, et de la sorte, la compréhension d une question donnée peut-elle progresser indéfiniment?», in ibid., p «[...] et quiconque se trompe n entend point ce en quoi il se trompe», in ibid., p «Concevoir une chose autrement qu elle n est, c est se tromper, c est ne pas la concevoir du tout.», in ibid., p. 96, note. 16. Augustin, Les révisions, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Bibliothèque Augustinienne 12, Paris : Desclée De Brouwer et Cie.,

5 «Parmi les livres que nous avons écrits, figure encore un ouvrage étendu, qui pourtant est regardé comme faisant un seul livre. [...] Ces questions se trouvaient dispersées sur un grand nombre de feuillets, parce que, dès les premiers temps qui suivirent ma conversion et mon retour en Afrique, mes frères m interrogeaient lorsqu ils me voyaient libre de souci et que mes réponses furent ainsi dictées, sans qu aucun ordre fût gardé. Lorsque je fus devenu évêque, j ordonnai de les réunir et d en former un livre, en les numérotant de manière à permettre au lecteur de trouver facilement ce qu il désirait.» 17 Pour reprendre le commentateur des Révisions, Gustave Bardy : c est «un ouvrage sans aucune unité. Il est fait de pièces et de morceaux [...]» 18. Il nous est impossible de dire si les feuillets ont été ordonnés selon un ordre réfléchi, d après leur date ou leur sujet, ou au contraire laissés à une agrégation pèle-mêle et numérotés afin d imposer un ordre numérique à l ensemble. Il est donc peu aisé de comprendre la pensée dans laquelle s insère l extrait repris par Thomas. De plus, en attestent les Révisions, la pensée d Augustin a évolué sur ces questions, le menant à égrener les questions et corriger longuement son texte. Si la voie est clause pour le contexte général de cette question, nous pouvons néanmoins soulever que Thomas mobilise Augustin en objection et que cela n a rien d anodin. Figure patrologique par excellence, Augustin est l auteur envers lequel il doit le plus se garder d hérésie. Qu à cela ne tienne, la solution à cet argument se trouverait dans la réponse développée par Thomas : «La première objection est résolue par ce qu on vient de dire», écrit-il : comme nous l avons annoncé, nous y reviendrons lorsque nous analyserons cette partie de l Article. En deuxième objection à la thèse toujours à définir dans le fil du texte de Thomas, «l intelligence, dans son opération, est vraie» 19. La vérité est ici comprise comme l égalité de l intelligence et du réel. Il s agit d une vérité comme adéquation : adéquation de l intelligence et de la chose du réel, nous l avons vu en introduction. De la sorte, la vérité n est pas susceptible de plus ou de moins : une chose n est pas plus ou moins vraie selon le réel, mais une chose est soit vraie soit fausse en adéquation avec le réel. Dire le contraire signifierait que l intelligence est plus ou moins égale au réel, ce qui est logiquement aberrant. Au plus près du texte, nous pouvons soulever que la première phrase asserte la vérité de l opération de l intelligence, puis l objection reprend le prédicat de vérité sur l opéra- 17. «De quatre-vingt-trois questions diverses, un livre.», in ibid., pp Ibid., p. 574, note compl d Aquin, op. cit., p

6 tion de l intelligence pour en faire l un des termes de l égalité en l intelligence elle-même et le réel. Thomas répond à ce qui ressemble à une pétition de principe que «la vérité de l intelligence consiste en ce qu elle comprend le réel tel qu il est» 20 : on retrouve ici le sens le plus fort de la chose tel que nous l avons vu en introduction. La troisième objection se concentre sur la part formelle de l intelligence. «L intelligence est ce qu il y a de plus formel dans l homme. Or une différence de forme cause une différence d espèce. Donc si un homme comprend mieux qu un autre, c est qu ils n appartiennent pas à la même espèce.» 21 La forme est ce qui détermine l espèce : l aspect formel d un humain est sa détermination essentielle, le déterminant à être ce qu il est. La spécificité de l humain étant d avoir l intellect, on serait plus ou moins humain si on comprenait plus ou moins les choses, puisque cette compréhension est l attribut substantiel de l homme. Ainsi, si quelqu un peut connaître une même chose mieux qu un autre, c est que son intelligence est supérieure, donc que ce qu il y a de plus formel dans cette humain-ci diffère de ce qu il y a de plus formel dans cet humain-là. Dès lors, si la détermination essentielle d un humain diverge de celle d un autre, ne sont-ils pas de la même espèce, et ceux qui comprennent mieux sont d une espèce certainement supérieure à ceux qui comprennent moins bien, cela fût-il possible. Cependant, répond Thomas, la «différence de forme [...] provient d une disposition différente de la matière» 22. Il réplique par la disposition : la différence en connaissance d une même chose n est pas une question de nature, ce qui nous ferait dire que tel humain qui comprend mieux qu un autre n appartient pas à la même espèce que ce dernier, mais de disposition de la matière. Le fait d avoir des dispositions différentes au sein d une même espèce, «n entraîne pas une différence spécifique, mais seulement une diversité numérique» 23. Ce n est pas parce qu il y a une différence de pénétration entre deux humains qu ils sont d espèces différentes. Il reprend : «il y a en effet pour les individus divers des formes diverses, dont la diversité provient de la matière» 24. Cette diversité de la matière correspond à tout ce qui prépare l humain «à recevoir ou à faire quelque chose» 25. Ainsi, en devançant notre analyse de la réponse, Thomas dit-il que «mieux le corps est organisé, plus est élevée l âme qui lui est attribuée» Ibid., p Ibid., p Ibid., p Ibid., p Ibid., p «Disposition», in Nicolas, «Vocabulaire de la Somme théologique, tome I», op. cit., p d Aquin, op. cit., p

7 La différence spécifique provient de la matière, or l intellect est immatériel : la modification est accidentelle, il ne se peut donc pas qu il y ait une différence essentielle entre deux humains divergeant par leur pénétration. 2 En sens contraire Thomas n évoque pas de figure patrologique en réponse aux objections, mais il mobilise un argument aristotélicien à peine voilé et on ne peut plus évident. «On voit par l expérience que certains comprennent plus profondément que d autres. Ainsi celui qui peut ramener une conclusion aux premiers principes et aux causes premières, comprend plus profondément que celui qui la ramène seulement aux causes propres les plus proches.» 27 Thomas fait appel au constat de l expérience : l expérience nous montre que certains humains ont une compréhension plus profonde d une même chose que d autres. «Ramener une conclusion aux premiers principes aux causes premières» 28, voilà la profondeur constatée : d expérience, nous pouvons dire que certains ramènent une conclusion aux premiers principes et aux causes premières, alors que d autres «ramènent seulement aux causes propres les plus proches» 29. L argument est aristotélicien en ce que ce dernier a définit l objet propre à la science recherchée la métaphysique comme les premiers principes et les premières causes. Le critère de discrimination ici mobilisé obéit donc à la supériorité de ces objets de savoir sur les objets d autres sciences qui supposent toujours ce qu ils sont et ne s interrogent jamais sur ce que c est que ce qu ils sont. Il n est peut-être pas d énoncé plus clair qu un exemple de recherche de ceux-ci, nous semble-t-il, que dans les cinq preuves de l existence de Dieu que dresse Thomas, et avant tout dans la preuve par la cause efficiente. «Il est évident, nos sens nous l attestent, que dans ce monde certaines choses se meuvent. Or, tout ce qui se meut est mû par un autre. En effet, rien ne se meut qu autant qu il est en puissance par rapport au terme de son mouvement, tandis qu au contraire, ce qui meut le fait pour autant qu il est en acte ; car mouvoir, c est faire passer de la puissance à l acte, et rien ne peut être amené à l acte autrement que par un être en acte [...]. Or il n est pas possible que le même être, envisagé sous le même rapport, soit à la fois en acte et en puissance ; il ne le peut que sous des rapports divers [...]. Il est donc impossible que sous le même rapport et de la même 27. Ibid., p Ibid., p Ibid., p

8 manière quelque chose soit à la fois mouvant et mû, c est-à-dire qu il se meuve luimême. Il faut donc que tout ce qui se meut soit mû par un autre. Donc, si la chose qui meut est mue elle-même, il faut qu elle aussi soit mue par une autre, et celleci par une autre encore. Or, on ne peut ainsi continuer à l infini, car dans ce cas il n y aurait pas de moteur premier, et il s ensuivrait qu il n y aurait pas non plus d autres moteurs, car les moteurs seconds ne meuvent que selon qu ils sont mûs par le moteur premier [...]. Donc il est nécessaire de parvenir à un moteur premier qui ne soit lui-même mû par aucun autre [...].» 30 Ainsi, par expérience, nous voyons que des humains d une part comprennent mieux que d autres, et cela est d autant plus flagrant par l exemple de la science suprême qui montre, par analogie, que certains recherchent les premiers principes et les premières causes quand d autres font œuvre de moins de pénétration dans la recherche des principes. La plus grande pénétration des métaphysiciens tient à la supériorité de l objet de la métaphysique, si l on suit cet argument, ainsi donc quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre. Cependant, une telle argumentation n admet pas nécessairement que l inégalité constatée soit native : elle permet même de penser à l amélioration et à l éducation de l intellect par la façon dont on en use, éduqué qu il serait à remonter aux choses premières plus qu aux choses prochaines. Il n est pas déduit que certains humains naissent métaphysiciens Réponse La réponse que Thomas offre à la question de l article que nous analysons est en deux parties : d une part, il s agit d une clarification de l énoncé et de la richesse de son sens, et d autre part de discerner les deux conditions de la supériorité de l intelligence. «Il y a deux manières de considérer ce problème.» 32 D abord, lorsque «mieux comprendre» s applique à la chose comprise. Il s agit du sens révélé par la citation d Augustin en objection : rien ne peut être compris que comme il est. Si quelqu un comprend un chose moins comme elle est qu un autre, c est à dire comprendre une réalité autrement qu en vérité, alors «il y aurait erreur, et non compréhension». 30. «Dieu existe-t-il?», in ibid., p Nous pouvons cependant réfléchir à l expérience des cycles de questions posées par un humain en bas âge et qui cessent pour certains un fois qu une partie de leur éducation s est faite. L expérience nous rapporte que certains de ceux-là ne recherchent non plus jamais de causes premières. 32. d Aquin, op. cit., p

9 En ce sens, Thomas concède l argument construit sur la pensée d Augustin de la première objection : il est impossible que quelqu un connaisse une même chose mieux qu un autre si cette compréhension s applique à la chose comprise. Cette chose, nous l avons dit, est le réel, et la vérité est comprise comme adéquation de l intellect avec cette chose : une chose ne peut donc pas être moins elle-même. Enfin, lorsque «mieux comprendre» s applique à celui qui comprend. Il s agit ici d un recours à la capacité intellectuelle, Thomas utilisant l analogie avec la vue : si quelqu un voit mieux quelque chose, «avec les yeux» précise-t-il 33, ce n est pas parce que ce quelque chose possède le prédicat propre d être plus visible, mais tout simplement parce que ce quelqu un a une meilleure vue. L argument est ici réaliste, usant d une analogie avec la sensibilité. Ce qu il a de plus frappant, nous l avions annoncé, c est la manière dont Thomas se démarque d Augustin tout en ne le condamnant pas. Augustin a énoncé que la différence en connaissance était impossible, Thomas le suit en cette voie, mais à une seule condition : que ce à quoi cela répond ne soit pas le seul sens de la question posée. De cette façon, Thomas peut clarifier l énoncé et malgré tout faire retourner la pensée d Augustin au sein de sa propre pensée. Restent les deux conditions de la supériorité de l intelligence. Nous remarquons tout de suite qu il est curieux que Thomas annonce que «cette supériorité de l intelligence tient à deux conditions» 34 : il ne semble pas avoir évoqué une telle supériorité auparavant. Ce serait nous tromper dans l interprétation de la formulation en nous basant sur un compréhension abusive de l article démonstratif, qui laisserait entendre la supériorité universelle de l intelligence sur toutes choses et autres qui ne sont pas mentionnées, alors qu il s agit bien d une supériorité relative d une intelligence avec l article indéfini à une autre. Ainsi, «mieux le corps est organisé, plus élevée est l âme qui lui est attribuée, ce qui se constate clairement chez les êtres d espèces diverses». Thomas fait une analogie avec les différentes entre espèces : du fait que le corps de l espèce humaine est mieux organisé que celui d une autre espèce, l âme qui est attribuée à l humain est plus élevée que celle qui est attribuée à une autre espèce l humain seul a une âme intellective. «La raison est que l acte et la forme sont reçus dans la matière selon la capacité de celle-ci.» 35 La matière étant possibilité entre les contraires, la matière du corps de l espèce humaine en a de plus nombreuses ou de plus grandes. «Et puisque, même parmi les hommes, il en est dont le corps est mieux organisé, il leur échoit une âme dont l intelligence est plus vigoureuse : c est pourquoi 33. La vue sensorielle n est pas la seule vue, il en est une qui est intellectuelle, par exemple. 34. d Aquin, op. cit., p. 751, nous soulignons. 35. Ibid., p

10 Aristote dit que ceux dont la chair est délicate ont l esprit bien doué.» 36 Par analogie avec la différence entre les espèces selon les capacités de la matière à accueillir une âme plus ou moins élevée, il en va de même parmi les humains : l intelligence des uns est plus vigoureuse que celle des autres en ce que les premiers ont un corps mieux organisé 37. La citation d Aristote doit être analysé selon les mêmes modalités que l analyse de celle d Augustin : d abord comparer la traduction du texte de Thomas à une autre édition, ensuite la réintégrer dans la pensée de son auteur et dans la relation que Thomas entretient avec lui. Nous prenons deux traductions, récentes : «En effet, les individus à la chair dure sont mal doués quant à la réflexion, tandis que ceux qui ont la chair tendre sont bien mieux doués.» 38 «Ceux dont la chair est dure, en effet, ne sont pas doués intellectuellement, tandis que ceux qui ont la chair tendre le sont.» 39 Le sens des deux dernières citations est similaire au sens de celle reprise dans le texte de Thomas : nous n en referons pas une paraphrase supplémentaire et inutile. Cette analyse se retrouve dans la traité De l âme d Aristote : au chapitre 9, ce dernier constate que l homme est inférieur à certains égards aux animaux. Cependant, cette infériorité à certains égards n amoindrit aucunement la supériorité de l homme sur les autres animaux : il possède le langage grâce à l intelligence dont il est le seul doué et il se tient debout. Selon Aristote, toute l activité de l âme est liée au corps. En l occurrence, les différences entre les hommes sont recherchés dans des critères corporels permettant de l expliquer. Ainsi y a-t-il corrélation entre la tendresse de la chair et l intelligence : les mouvements sensoriels vont plus rapidement au cœur, donc à l âme, chez ceux dont la chair est tendre. Ce qui est mou ou tendre, pense Aristote, transmet mieux le mouvement et les plus fines variations de celui-ci. Aristote distingue au sein du vivant trois niveaux principaux qui sont caractérisés par trois degrés distincts de complexité de l âme. Les êtres vivants inférieurs possèdent une âme végétative qui assure les fonctions vitales de base ; les êtres intermédiaires, le commun des animaux, possèdent une âme sensitive qui leur donne le pouvoir inférieur de connaître : la connaissance sensible. Cette connaissance passe par les sens et par l imagination qui est la faculté de réception et d estimation des images des sens. 36. Ibid., p Cela semble clore la possibilité ouverte par l argument en sens contraire quant à la possibilité de l éducation de l intelligence à la recherche des premiers principes, à moins que le corps puisse être mieux organisé et donc que l âme qui lui échoit ait son intelligence vigorée. 38. Aristote, De l âme, éd. établie, trad. et annot. par Pierre Thillet, Paris : Gallimard, 2005, p Aristote, De l âme, trad. et annot. par Richard Bodéüs, Paris : Flammarion, 1993, p

11 Seul à l homme échoit le degré de complexité le plus haut de l âme : l intelligence, pouvoir supérieur de connaître, connaissance des intelligibles. L âme humaine, qui est l âme intellective, inclut également l âme sensitive et l âme végétative : chaque niveau supérieur inclut les niveaux inférieurs, qui caractérisent le vivant dont il est question. Les êtres vivants qui possèdent une âme sensitive auront une organisation corporelle adéquate à celle-ci, à savoir d avoir des organes sensoriels. L intellect, par contre, requiert pour pouvoir agir, une haute complexification des organes du corps puisqu il doit pouvoir capter le sensible qui est abstrait, mais il ne requiert aucun organe spécifique. Il nous reste à analyser la deuxième condition de la supériorité de l intelligence, la première venant d être vue. Après cette incursion dans la physiologie aristotélicienne, Thomas revient à analyser les facultés inférieures de l intelligence qui en découle directement. «La seconde condition de la supériorité de l intelligence tient aux facultés inférieures dont l intelligence a besoin pour agir ; ceux dont l imagination, la cogitative, la mémoire sont meilleurs sont aussi les mieux doués sous le rapport de l intelligence.» 40 L intelligence a besoin des sens internes pour fonctionner 41, à l image de ce qui a été vu ci-dessus. Ainsi, si ces sens sont meilleurs chez un humain que chez un autre, puisqu ils fournissent à l intellect ce sur quoi il va baser son acte, le résultat en sera que ceux dont ces sens sont plus efficaces seront mieux doués en intelligence. Il faut bien garder à notre esprit, en guise de sobre conclusion, que la question qui était posée par Thomas était celle de l inégalité des intelligences humaines. Il l a traitée selon les principes les plus généraux et les plus essentiels : tout est dans la correspondance nécessaire entre l esprit et la matière dont il est la forme. En partant de principes généraux de l intelligence, Thomas a voulu montrer ici que oui, du point de vue de celui qui comprend, ce dernier peut connaître une même chose mieux qu un autre : l intellect semble pouvoir être travaillé, aiguisé d une part, mais il fait également les frais d une disposition entravante du corps qui, a fortiori, ne peut être surmontée par tous. D un côté nous avons une inégalité dans la connaissance des choses, mais cela ne signifie pas nécessairement qu il en va de même dans les intellects. On le comprend pour le corps : il a besoin de conditions dans lesquelles il peut s exercer mieux. Dans l intellectmême, pour lui-même, étant immatériel, il ne peut pourtant pas y avoir d inégalité. 40. d Aquin, op. cit., p «Les sens internes», in ibid., pp

12 En effet, du point de vue de la chose comprise, celle-ci est connue dans sa totalité en tant que telle, ou bien elle n est pas connue : il est impossible qu il y ait un entre-deux d adéquation, d égalité. Comme le disait Augustin auquel Thomas concède l argument, il est impossible de mieux comprendre une même chose mieux qu un autre, si «mieux comprendre» s applique à cette chose qui est comprise. 11

13 Références Aristote, De l âme, trad. et annot. par Richard Bodéüs, Paris : Flammarion, De l âme, éd. établie, trad. et annot. par Pierre Thillet, Paris : Gallimard, Augustin, Les révisions, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Bibliothèque Augustinienne 12, Paris : Desclée De Brouwer et Cie., Mélanges doctrinaux, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Jérôme-André Beckaert et Joseph Boutet, Bibliothèque Augustinienne 10, Paris : Desclée De Brouwer et Cie., d Aquin, Thomas, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, Nicolas, Marie-Joseph, «Introduction», in d Aquin, Thomas, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, p «Vocabulaire de la Somme théologique, tome I», in d Aquin, Thomas, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, pp

DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE

DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE OPUSCULE 30 (1254-1256) DE SAINT THOMAS D'AQUIN Editions Louis Vivès, 1857 Édition numérique, http://docteurangelique.free.fr, Les œuvres complètes de saint Thomas

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

PHI-1004 Aristote (Formation à distance)

PHI-1004 Aristote (Formation à distance) PHI-1004 Aristote (Formation à distance) Professeur : Bernard Collette I BUT DU COURS La philosophie d Aristote, disciple critique fameux de Platon, est riche et exigeante. De la logique à la physique

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2012 Les principes décrits valent pour tous, que vous soyez : un candidat-assuré qui souhaite conclure une assurance ; un assuré désirant

Plus en détail

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Module E10 Avril 2015 Anouche Haroutunian Sara Karlen Natacha Petrocchi Laura Hernandez Seco Tableau synoptique La CESASC, Animation socioculturelle

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE.

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. AVIS SUR HONORAIRES Extrait du procès-verbal de la séance du conseil

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 mai 2013 N de pourvoi: 12-17651 ECLI:FR:CCASS:2013:CO00514 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE?

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? Christiaens Sébastien Université de Liège Département PROMETHEE Institut de Mécanique et de Génie Civil, Bât. B52 Chemin des Chevreuils, 1 B-4000 Liège, Belgique Janvier

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

Aristote, de l Âme, III, 2, 426b 8-22

Aristote, de l Âme, III, 2, 426b 8-22 La perception Aristote, de l Âme, III, 2, 426b 8-22 Michel Nodé-Langlois Philopsis : Revue numérique http://www.philopsis.fr Les articles publiés sur Philopsis sont protégés par le droit d'auteur. Toute

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité»

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Avant-Propos Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Isabelle de Lamberterie Directrice de recherche émérite La protection de la vie privée

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Le cas pratique *** La lecture et la relecture du sujet

Le cas pratique *** La lecture et la relecture du sujet Le cas pratique Présentation. Le cas pratique vous demande de résoudre un problème posé par une situation de fait. Deux règles préalables : première règle préalable : l essentiel est moins la solution

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier?

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? DIVERS Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? Alors que l industrie pharmaceutique connaît un mouvement important de concentration et une évolution sensible marquée par

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes «L éclair par exemple se distingue du ciel noir, mais doit le traîner avec lui, comme s il se distinguait de ce qui ne se distingue pas.» Gilles Deleuze, Différence et répétition Introduction Individus

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

On parle beaucoup aujourd hui de

On parle beaucoup aujourd hui de Couverture Noël: une reconnaissante dépendance du Christ Le message de Sa Grâce Rowan Williams, archevêque de Canterbury, pour les lecteurs de 30Jours On parle beaucoup aujourd hui de ceux qui préfèrent

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

Édition du manuscrit 2009-05 L infra-humanisation culturelle en lien avec la clarté de l identité dans les contextes de domination culturelle

Édition du manuscrit 2009-05 L infra-humanisation culturelle en lien avec la clarté de l identité dans les contextes de domination culturelle Édition du manuscrit 2009-05 L infra-humanisation culturelle en lien avec la clarté de l identité dans les contextes de domination culturelle Suite à la lecture de votre manuscrit ainsi que des commentaires

Plus en détail

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4741 Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 69, 3, des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique»

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» (1) Les deux premiers paragraphes sont largement inspirés par la page internet de B. Planque wwwusers.imaginet. fr/~bplanque/ II.2.1 Introduction (1) Docteur ès-lettres,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers

Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers Consultation sur les projets de «Ligne directrice sur la conformité» «Ligne directrice sur les risques liés à l impartition» «Ligne directrice sur la gouvernance» «Ligne directrice sur la gestion intégrée

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52.

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. La météo ou le climat? «Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent

Plus en détail

La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation

La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation TREVES IV La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation Introduction Rappel des textes L existence des organismes d indemnisation découle directement de la 4 ème directive sur l assurance

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Lydia Curtet To cite this version: Lydia Curtet. Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II.

Plus en détail

Environnement de programmation

Environnement de programmation Environnement de programmation 1.La programmation Les ordinateurs sont stupides! à un point dont on n'a pas idée. Ils ne réagissent ni ne répondent qu'à des situations ou à des données anticipées par le

Plus en détail

Techniques pour prendre des notes vite et bien

Techniques pour prendre des notes vite et bien Patricia RICHARD-POSTAL Techniques pour prendre des notes vite et bien Éditions d Organisation, 2006 ISBN : 2-7081-3428-0 Avant Propos Test : comment prenez-vous vos notes? Le test suivant vous permet

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance Le présent document a été élaboré et approuvé par le

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Séminaire technique sur les droits d'auteur, la propriété intellectuelle et les outils d'aide à la traduction Barcelone, le 13 octobre 2007

Séminaire technique sur les droits d'auteur, la propriété intellectuelle et les outils d'aide à la traduction Barcelone, le 13 octobre 2007 Séminaire technique sur les droits d'auteur, la propriété intellectuelle et les outils d'aide à la traduction Barcelone, le 13 octobre 2007 Enquête sur la rémunération et la propriété des travaux de traduction

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Guide de rédaction d'un rapport scientifique

Guide de rédaction d'un rapport scientifique Guide de rédaction d'un rapport scientifique Les objectifs des stages et TFE sont bien évidemment différents ; néanmoins, l'écriture d'un rapport scientifique répond à certaines règles qu'il est utile

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

1. Mise en contexte. 2. Place du cours dans le programme

1. Mise en contexte. 2. Place du cours dans le programme Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Cours : INF 737 Conception orientée objets avancée Trimestre : Automne 2015 Enseignant : Patrice Roy 1. Mise en contexte Ce cours

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Rendez-vous avec un nez!

Rendez-vous avec un nez! Rendez-vous avec un nez! Dans de nombreux esprits, le monde du parfum est une spécialité française. Mais qui sont donc les magiciens qui créent ces élixirs qui nous enivrent? Cette fiche dresse le portrait

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 9 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 266 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question de révision N o 14 Exercices 11. La comptabilisation des créances 19. La

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES 18 questions réponses Jacques BOUCHER Psychopédagogue Enseignant en psychologie du développement DEFINIR LES MISSIONS DE L ECOLE 1 - Quelles devraient être les valeurs de l école en N-C Les valeurs de

Plus en détail

Programme de bourses d études Le commerce de détail en tant que choix de carrière 2015 Directives relatives aux demandes d inscription

Programme de bourses d études Le commerce de détail en tant que choix de carrière 2015 Directives relatives aux demandes d inscription Processus de demande d une bourse d études Qui est admissible? Les candidats doivent répondre aux critères suivants pour que leur demande soit évaluée : - Être inscrit dans une université ou un collège

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Les textes logiques de C. S. Peirce du Dictionnaire de J. M. Baldwin CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Introduction générale Au cours des années quatre-vingt Gérard Deledalle a conçu l idée de mettre à la disposition

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre

Plus en détail

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I- OBJECTIFS, PRINCIPES ET CONTENU...

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

Table des matières. Aller à la page suivante

Table des matières. Aller à la page suivante CHAPITRE 1. INTRODUCTION Chapitre 1 Introduction 1.1 Un peu d informatique? 1.1.1 Dans un ordinateur, on peut recenser grossièrement trois types de mémoires : la mémoire morte, la mémoire vive et la mémoire

Plus en détail

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble?

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? par Pauline Lalangue - 5 février 2015 publié sur www.guide-du-chien.com En tant qu amis des animaux, nous cherchons

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DE L AUDITEUR EN VERTU DES NORMES GÉNÉRALEMENT RECONNUES AUX ÉTATS-UNIS

RESPONSABILITÉS DE L AUDITEUR EN VERTU DES NORMES GÉNÉRALEMENT RECONNUES AUX ÉTATS-UNIS Crowe Horwath LLP Independent Member Crowe Horwath International Comité d audit Western Climate Initiative, inc. Sacramento, Californie Nous sommes tenus, en vertu des normes d exercice professionnel,

Plus en détail

Association Lire avec Léo et Léa

Association Lire avec Léo et Léa 1 L association Lire avec Léo et Léa L association Lire avec Léo et Léa a pour objet de luter contre l iletrisme par la recherche d apprentissages structurants. Les membres de l association sont des orthophonistes,

Plus en détail

U N I D R O I T COMITE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX CHARGE D ELABORER UNE LOI MODELE SUR LA DIVULGATION DES INFORMATIONS EN MATIERE DE FRANCHISE

U N I D R O I T COMITE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX CHARGE D ELABORER UNE LOI MODELE SUR LA DIVULGATION DES INFORMATIONS EN MATIERE DE FRANCHISE UNIDROIT 2002 Etude LXVIII Doc. 39 (Original: français) U N I D R O I T INSTITUT INTERNATIONAL POUR L UNIFICATION DU DROIT PRIVE =========================================================== COMITE D EXPERTS

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Normes Communes de Gestion (NCG)

Normes Communes de Gestion (NCG) Normes Communes de Gestion (NCG) Introduction Caritas est une expression de la Mission de l Église catholique, opérant dans le cadre établi par le droit canon et la législation nationale des pays où sont

Plus en détail

Piloter un Curriculum:

Piloter un Curriculum: G U I D E T E C H N I Q U E D E X E C U T I O N N 3, I - T E C H Piloter un Curriculum: Evaluer l Efficacité d une Nouvelle Formation Les Guides Techniques d Exécution d I-TECH consistent en une série

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Introduction. Chapitre 1. 1.1 Introduction. 1.1.1 Bibliothèques. 1.1.2 Programmation de Haute Qualité

Introduction. Chapitre 1. 1.1 Introduction. 1.1.1 Bibliothèques. 1.1.2 Programmation de Haute Qualité Chapitre 1 Introduction Buts du chapitre : Motivation pour l étude des types abstraits de données ; Syntaxe de base pour l écriture de spécifications. 1.1 Introduction 1.1.1 Bibliothèques 1. L3, déjà une

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Déclaration du promoteur de régime

Déclaration du promoteur de régime Déclaration du promoteur de régime mande de prestations d invalidité de longue durée mande d exonération des primes des garanties suivantes : Assurance vie de base ou facultative Décès et mutilation accidentels

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

Guide de Développement d un Rapport de Stage

Guide de Développement d un Rapport de Stage Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Guide de Développement d un Rapport de Stage GUIDE DE DEVELOPPEMENT D UN RAPPORT DE STAGE Année universitaire : 2011 2O12 1 INTRODUCTION GENERALE

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail