Sur «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» de Thomas d Aquin

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sur «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» de Thomas d Aquin"

Transcription

1 Université Libre de Bruxelles Faculté de Philosophie et Lettres Lecture approfondie de textes philosophiques II : Moyen Âge Sur «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» de Thomas d Aquin De : Guillaume Hayot Dans le cadre du cours de : Christian Brouwer Décembre 2014

2 Introduction Nous avons choisi d analyser un article de la Somme théologique 1 de Thomas d Aquin. Afin de parvenir à choisir un texte à analyser parmi les 119 Questions qui constituent la Première partie de l ouvrage cette Prima pars concernant Dieu et la création, nous nous sommes plongé dans le chapitre intitulé L homme afin d en tirer un sujet en rapport avec une théorie de la connaissance. Notre lecture nous a logiquement mené à la section concernant La pensée humaine, où à l évidence nous pouvions y trouver une déclinaison dans le domaine des réalités corporelles. «La pensée humaine s exerce d abord dans l état terrestre où l âme est unie au corps» 2, écrit le commentateur Marie- Joseph Nicolas : c est dans cet état matériel et corporel que nous voulons chercher ce qui à trait à une théorie de la connaissance chez Thomas. La section La pensée humaine s ouvre par l exposé de Thomas : après avoir investigué les questions essentielles de l âme prise pour elle-même ou prise dans un corps, puis discuté des diverses puissances de celle-ci, Thomas en vient à considérer les actes de l âme dans les facultés intellectuelles. C est à ce moment que Thomas, empreint de réalisme emprunté à Aristote, pose une question fondamentale selon nous pour une théorie de la connaissance : partant «de l origine expérimentale de toutes nos connaissances» 3, comment s articulent l intelligence immatérielle et la réalité sensible. «Il est logique de considérer maintenant les actes et les habitus de l âme dans les facultés intellectuelles, et dans les facultés appétitives, les autres puissances ne relevant pas directement de l étude théologique. D autre par, les actes appétitifs relèvent de la science morale : aussi en sera-t-il traité dans la Partie de cet ouvrage réservée à cette science. On étudiera donc d abord les actes, puis les habitus intellectuels. Par rapport aux actes, voici quelle sera la suite des questions : On se demandera comment l âme exerce son activité intellectuelle, d abord quand elle est unie au corps (Q ), puis lorsqu elle en est séparée (Q. 89). Dans le premier cas, trois problèmes : 1 Comment l âme connaît-elle les corps qui sont d une nature inférieure à la sienne? (Q ). 2 Comment l âme se connaît-elle elle-même et connaît-elle ce qui est en elle? (Q.87). 3 Comment connaît-elle les substances immatérielles qui lui sont supérieures? (Q. 88). Il y aura trois parties dans l étude des réalités corporelles : 1. Par quel moyen l âme les connaît-elle? (Q. 84). 2. Comment et dans quel ordre? (Q. 85). 3. Que connaît-elle de ces réalités? (Q. 86).» 4 1. Thomas d Aquin, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, Marie-Joseph Nicolas, «Introduction», in Thomas d Aquin, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, p Ibid. 4. d Aquin, op. cit., p

3 La recherche de Thomas prend une structure bien nette : 1 comment l âme connaîtelle ce qui lui est inférieur? ; 2 comment l âme connaît-elle ce qui lui est intérieur? ; 3 comment l âme connaît-elle ce qui lui est supérieur? En partant de «ce qu est la réalité sensible» 5, Thomas s attache à décrire le cas de l âme quand elle est unie au corps, cas qui nous intéresse plus que quand elle en est séparée. C est dans cette partie de la section que se trouve la Question 85 qui retient notre attention : «Comment et dans quel ordre opère l intelligence?» 6. Cette Question se subdivise en huit Articles : «1. Notre intellect opère-t-il en abstrayant des images les espèces intelligibles? 2. Les espèces intelligibles abstraites des images sont-elles ce que notre intelligence connaît, ou ce par quoi elle connaît? 3. Est-il naturel à notre intellect de connaître d abord le plus universel? 4. Peut-il connaître plusieurs choses à la fois? 5. Connaît-il par composition et division? 6. Peut-il se tromper? 7. Quelqu un peut-il connaître une même chose plus qu un autre? 8. Notre intellect connaît-il l indivisible avant le divisible?» 7 Parmi ces Articles, nous décidons d analyser l Article 7 : «Quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre?» 8, qui suit l Article où il est question de l erreur : «L intellect peut-il se tromper?» 9. Il y est recherché si l on peut connaître une chose mieux qu une autre personne qui connaît cette même chose. Soulignons le mot chose pour mettre en évidence le sens que prend ce mot dans l exposé de Thomas : «chose = res = réalité» 10 résume le commentateur. Si Thomas pose la question d une meilleure (donc d une moins bonne) connaissance des choses, nous devons entendre ces chose dans leur sens le plus fort : la chose est la réalité. Pour ce travail, notre analyse réordonne quelque peu la structure de la question disputée déjà aménagée par Thomas : nous regroupons en une seule et première partie à la fois les objections et les solutions à ces objections qu il se formule à lui-même. Ensuite, nous suivrons le fil de son exposé : nous aborderons l argument en sens contraire desdites objections juste après, pour nous réserver la réponse de Thomas à la fin de notre commentaire. Nous reviendrons enfin sur le caractère objectant des premières au regard de la réponse et des solutions de Thomas. 5. Nicolas, «Introduction», op. cit. 6. d Aquin, op. cit., pp Ibid., p Ibid., p Ibid., pp «Chose», in Marie-Joseph Nicolas, «Vocabulaire de la Somme théologique, tome I», in Thomas d Aquin, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, p

4 1 Objections et solutions Augustin d Hippone est mobilisé en premier dans les objections : il est impossible que quelqu un connaissance une même chose mieux qu un autre, comme cela est dit dans la citation que Thomas fait de lui : «Si quelqu un comprend une réalité autrement qu elle n est, il ne la comprend pas... Il n est donc pas douteux qu il y a une compréhension si parfaite qu on ne peut en concevoir qui lui serait supérieure. On ne peut donc aller à l infini dans la connaissance d une réalité, et il n est pas possible que l un la connaisse d avantage.» 11 On retrouve cette référence dans les LXXXIII Quaestiones 12 d Augustin, qui abordent les questions de l Écriture sainte, de la vie chrétienne, de la théologie et de la philosophie. Comparons déjà la traduction faite dans la Bibliothèque augustinienne : «Quiconque entend une chose autrement qu elle n est, se trompe ; et quiconque se trompe n entend point ce en quoi il se trompe. Ainsi, quiconque entend quelque chose autrement qu elle n est, ne la conçoit pas : donc on ne peut concevoir une chose que telle qu elle est. Pour nous autres, concevoir une chose autrement qu elle n est, c est ne pas la comprendre du tout, puisqu on ne la conçoit pas telle qu elle est. Il n est donc pas douteux qu il y ait une compréhension parfaite, qu on ne saurait dépasser ; et par suite, qu on ne progresse pas indéfiniment dans l intelligence d une question, et qu on ne peut pas la comprendre mieux qu un autre.» 13 La comparaison des deux traductions ne révèle pas de différence évidente : Thomas ellipse un court passage où selon Augustin qui se trompe ne peut savoir en quoi il se trompe 14, et évacue ce qui semblerait être une répétition de l auteur alors que cela étend son propos 15. Cependant, la comparaison ne se borne pas à jauger les traductions entre elles : il nous faut également réintégrer l extrait dans la pensée de son auteur et dans la relation qu entretient Thomas avec ce dernier. suit : Dans les Révisions 16, Augustin introduit les quatre-ving-trois questions diverses comme 11. d Aquin, op. cit., p «Quatre-vingt-trois questions différentes», in Augustin, Mélanges doctrinaux, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Jérôme-André Beckaert et Joseph Boutet, Bibliothèque Augustinienne 10, Paris : Desclée De Brouwer et Cie., 1952, pp «32. Comprend-on une question plus ou moins, et de la sorte, la compréhension d une question donnée peut-elle progresser indéfiniment?», in ibid., p «[...] et quiconque se trompe n entend point ce en quoi il se trompe», in ibid., p «Concevoir une chose autrement qu elle n est, c est se tromper, c est ne pas la concevoir du tout.», in ibid., p. 96, note. 16. Augustin, Les révisions, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Bibliothèque Augustinienne 12, Paris : Desclée De Brouwer et Cie.,

5 «Parmi les livres que nous avons écrits, figure encore un ouvrage étendu, qui pourtant est regardé comme faisant un seul livre. [...] Ces questions se trouvaient dispersées sur un grand nombre de feuillets, parce que, dès les premiers temps qui suivirent ma conversion et mon retour en Afrique, mes frères m interrogeaient lorsqu ils me voyaient libre de souci et que mes réponses furent ainsi dictées, sans qu aucun ordre fût gardé. Lorsque je fus devenu évêque, j ordonnai de les réunir et d en former un livre, en les numérotant de manière à permettre au lecteur de trouver facilement ce qu il désirait.» 17 Pour reprendre le commentateur des Révisions, Gustave Bardy : c est «un ouvrage sans aucune unité. Il est fait de pièces et de morceaux [...]» 18. Il nous est impossible de dire si les feuillets ont été ordonnés selon un ordre réfléchi, d après leur date ou leur sujet, ou au contraire laissés à une agrégation pèle-mêle et numérotés afin d imposer un ordre numérique à l ensemble. Il est donc peu aisé de comprendre la pensée dans laquelle s insère l extrait repris par Thomas. De plus, en attestent les Révisions, la pensée d Augustin a évolué sur ces questions, le menant à égrener les questions et corriger longuement son texte. Si la voie est clause pour le contexte général de cette question, nous pouvons néanmoins soulever que Thomas mobilise Augustin en objection et que cela n a rien d anodin. Figure patrologique par excellence, Augustin est l auteur envers lequel il doit le plus se garder d hérésie. Qu à cela ne tienne, la solution à cet argument se trouverait dans la réponse développée par Thomas : «La première objection est résolue par ce qu on vient de dire», écrit-il : comme nous l avons annoncé, nous y reviendrons lorsque nous analyserons cette partie de l Article. En deuxième objection à la thèse toujours à définir dans le fil du texte de Thomas, «l intelligence, dans son opération, est vraie» 19. La vérité est ici comprise comme l égalité de l intelligence et du réel. Il s agit d une vérité comme adéquation : adéquation de l intelligence et de la chose du réel, nous l avons vu en introduction. De la sorte, la vérité n est pas susceptible de plus ou de moins : une chose n est pas plus ou moins vraie selon le réel, mais une chose est soit vraie soit fausse en adéquation avec le réel. Dire le contraire signifierait que l intelligence est plus ou moins égale au réel, ce qui est logiquement aberrant. Au plus près du texte, nous pouvons soulever que la première phrase asserte la vérité de l opération de l intelligence, puis l objection reprend le prédicat de vérité sur l opéra- 17. «De quatre-vingt-trois questions diverses, un livre.», in ibid., pp Ibid., p. 574, note compl d Aquin, op. cit., p

6 tion de l intelligence pour en faire l un des termes de l égalité en l intelligence elle-même et le réel. Thomas répond à ce qui ressemble à une pétition de principe que «la vérité de l intelligence consiste en ce qu elle comprend le réel tel qu il est» 20 : on retrouve ici le sens le plus fort de la chose tel que nous l avons vu en introduction. La troisième objection se concentre sur la part formelle de l intelligence. «L intelligence est ce qu il y a de plus formel dans l homme. Or une différence de forme cause une différence d espèce. Donc si un homme comprend mieux qu un autre, c est qu ils n appartiennent pas à la même espèce.» 21 La forme est ce qui détermine l espèce : l aspect formel d un humain est sa détermination essentielle, le déterminant à être ce qu il est. La spécificité de l humain étant d avoir l intellect, on serait plus ou moins humain si on comprenait plus ou moins les choses, puisque cette compréhension est l attribut substantiel de l homme. Ainsi, si quelqu un peut connaître une même chose mieux qu un autre, c est que son intelligence est supérieure, donc que ce qu il y a de plus formel dans cette humain-ci diffère de ce qu il y a de plus formel dans cet humain-là. Dès lors, si la détermination essentielle d un humain diverge de celle d un autre, ne sont-ils pas de la même espèce, et ceux qui comprennent mieux sont d une espèce certainement supérieure à ceux qui comprennent moins bien, cela fût-il possible. Cependant, répond Thomas, la «différence de forme [...] provient d une disposition différente de la matière» 22. Il réplique par la disposition : la différence en connaissance d une même chose n est pas une question de nature, ce qui nous ferait dire que tel humain qui comprend mieux qu un autre n appartient pas à la même espèce que ce dernier, mais de disposition de la matière. Le fait d avoir des dispositions différentes au sein d une même espèce, «n entraîne pas une différence spécifique, mais seulement une diversité numérique» 23. Ce n est pas parce qu il y a une différence de pénétration entre deux humains qu ils sont d espèces différentes. Il reprend : «il y a en effet pour les individus divers des formes diverses, dont la diversité provient de la matière» 24. Cette diversité de la matière correspond à tout ce qui prépare l humain «à recevoir ou à faire quelque chose» 25. Ainsi, en devançant notre analyse de la réponse, Thomas dit-il que «mieux le corps est organisé, plus est élevée l âme qui lui est attribuée» Ibid., p Ibid., p Ibid., p Ibid., p Ibid., p «Disposition», in Nicolas, «Vocabulaire de la Somme théologique, tome I», op. cit., p d Aquin, op. cit., p

7 La différence spécifique provient de la matière, or l intellect est immatériel : la modification est accidentelle, il ne se peut donc pas qu il y ait une différence essentielle entre deux humains divergeant par leur pénétration. 2 En sens contraire Thomas n évoque pas de figure patrologique en réponse aux objections, mais il mobilise un argument aristotélicien à peine voilé et on ne peut plus évident. «On voit par l expérience que certains comprennent plus profondément que d autres. Ainsi celui qui peut ramener une conclusion aux premiers principes et aux causes premières, comprend plus profondément que celui qui la ramène seulement aux causes propres les plus proches.» 27 Thomas fait appel au constat de l expérience : l expérience nous montre que certains humains ont une compréhension plus profonde d une même chose que d autres. «Ramener une conclusion aux premiers principes aux causes premières» 28, voilà la profondeur constatée : d expérience, nous pouvons dire que certains ramènent une conclusion aux premiers principes et aux causes premières, alors que d autres «ramènent seulement aux causes propres les plus proches» 29. L argument est aristotélicien en ce que ce dernier a définit l objet propre à la science recherchée la métaphysique comme les premiers principes et les premières causes. Le critère de discrimination ici mobilisé obéit donc à la supériorité de ces objets de savoir sur les objets d autres sciences qui supposent toujours ce qu ils sont et ne s interrogent jamais sur ce que c est que ce qu ils sont. Il n est peut-être pas d énoncé plus clair qu un exemple de recherche de ceux-ci, nous semble-t-il, que dans les cinq preuves de l existence de Dieu que dresse Thomas, et avant tout dans la preuve par la cause efficiente. «Il est évident, nos sens nous l attestent, que dans ce monde certaines choses se meuvent. Or, tout ce qui se meut est mû par un autre. En effet, rien ne se meut qu autant qu il est en puissance par rapport au terme de son mouvement, tandis qu au contraire, ce qui meut le fait pour autant qu il est en acte ; car mouvoir, c est faire passer de la puissance à l acte, et rien ne peut être amené à l acte autrement que par un être en acte [...]. Or il n est pas possible que le même être, envisagé sous le même rapport, soit à la fois en acte et en puissance ; il ne le peut que sous des rapports divers [...]. Il est donc impossible que sous le même rapport et de la même 27. Ibid., p Ibid., p Ibid., p

8 manière quelque chose soit à la fois mouvant et mû, c est-à-dire qu il se meuve luimême. Il faut donc que tout ce qui se meut soit mû par un autre. Donc, si la chose qui meut est mue elle-même, il faut qu elle aussi soit mue par une autre, et celleci par une autre encore. Or, on ne peut ainsi continuer à l infini, car dans ce cas il n y aurait pas de moteur premier, et il s ensuivrait qu il n y aurait pas non plus d autres moteurs, car les moteurs seconds ne meuvent que selon qu ils sont mûs par le moteur premier [...]. Donc il est nécessaire de parvenir à un moteur premier qui ne soit lui-même mû par aucun autre [...].» 30 Ainsi, par expérience, nous voyons que des humains d une part comprennent mieux que d autres, et cela est d autant plus flagrant par l exemple de la science suprême qui montre, par analogie, que certains recherchent les premiers principes et les premières causes quand d autres font œuvre de moins de pénétration dans la recherche des principes. La plus grande pénétration des métaphysiciens tient à la supériorité de l objet de la métaphysique, si l on suit cet argument, ainsi donc quelqu un peut-il connaître une même chose mieux qu un autre. Cependant, une telle argumentation n admet pas nécessairement que l inégalité constatée soit native : elle permet même de penser à l amélioration et à l éducation de l intellect par la façon dont on en use, éduqué qu il serait à remonter aux choses premières plus qu aux choses prochaines. Il n est pas déduit que certains humains naissent métaphysiciens Réponse La réponse que Thomas offre à la question de l article que nous analysons est en deux parties : d une part, il s agit d une clarification de l énoncé et de la richesse de son sens, et d autre part de discerner les deux conditions de la supériorité de l intelligence. «Il y a deux manières de considérer ce problème.» 32 D abord, lorsque «mieux comprendre» s applique à la chose comprise. Il s agit du sens révélé par la citation d Augustin en objection : rien ne peut être compris que comme il est. Si quelqu un comprend un chose moins comme elle est qu un autre, c est à dire comprendre une réalité autrement qu en vérité, alors «il y aurait erreur, et non compréhension». 30. «Dieu existe-t-il?», in ibid., p Nous pouvons cependant réfléchir à l expérience des cycles de questions posées par un humain en bas âge et qui cessent pour certains un fois qu une partie de leur éducation s est faite. L expérience nous rapporte que certains de ceux-là ne recherchent non plus jamais de causes premières. 32. d Aquin, op. cit., p

9 En ce sens, Thomas concède l argument construit sur la pensée d Augustin de la première objection : il est impossible que quelqu un connaisse une même chose mieux qu un autre si cette compréhension s applique à la chose comprise. Cette chose, nous l avons dit, est le réel, et la vérité est comprise comme adéquation de l intellect avec cette chose : une chose ne peut donc pas être moins elle-même. Enfin, lorsque «mieux comprendre» s applique à celui qui comprend. Il s agit ici d un recours à la capacité intellectuelle, Thomas utilisant l analogie avec la vue : si quelqu un voit mieux quelque chose, «avec les yeux» précise-t-il 33, ce n est pas parce que ce quelque chose possède le prédicat propre d être plus visible, mais tout simplement parce que ce quelqu un a une meilleure vue. L argument est ici réaliste, usant d une analogie avec la sensibilité. Ce qu il a de plus frappant, nous l avions annoncé, c est la manière dont Thomas se démarque d Augustin tout en ne le condamnant pas. Augustin a énoncé que la différence en connaissance était impossible, Thomas le suit en cette voie, mais à une seule condition : que ce à quoi cela répond ne soit pas le seul sens de la question posée. De cette façon, Thomas peut clarifier l énoncé et malgré tout faire retourner la pensée d Augustin au sein de sa propre pensée. Restent les deux conditions de la supériorité de l intelligence. Nous remarquons tout de suite qu il est curieux que Thomas annonce que «cette supériorité de l intelligence tient à deux conditions» 34 : il ne semble pas avoir évoqué une telle supériorité auparavant. Ce serait nous tromper dans l interprétation de la formulation en nous basant sur un compréhension abusive de l article démonstratif, qui laisserait entendre la supériorité universelle de l intelligence sur toutes choses et autres qui ne sont pas mentionnées, alors qu il s agit bien d une supériorité relative d une intelligence avec l article indéfini à une autre. Ainsi, «mieux le corps est organisé, plus élevée est l âme qui lui est attribuée, ce qui se constate clairement chez les êtres d espèces diverses». Thomas fait une analogie avec les différentes entre espèces : du fait que le corps de l espèce humaine est mieux organisé que celui d une autre espèce, l âme qui est attribuée à l humain est plus élevée que celle qui est attribuée à une autre espèce l humain seul a une âme intellective. «La raison est que l acte et la forme sont reçus dans la matière selon la capacité de celle-ci.» 35 La matière étant possibilité entre les contraires, la matière du corps de l espèce humaine en a de plus nombreuses ou de plus grandes. «Et puisque, même parmi les hommes, il en est dont le corps est mieux organisé, il leur échoit une âme dont l intelligence est plus vigoureuse : c est pourquoi 33. La vue sensorielle n est pas la seule vue, il en est une qui est intellectuelle, par exemple. 34. d Aquin, op. cit., p. 751, nous soulignons. 35. Ibid., p

10 Aristote dit que ceux dont la chair est délicate ont l esprit bien doué.» 36 Par analogie avec la différence entre les espèces selon les capacités de la matière à accueillir une âme plus ou moins élevée, il en va de même parmi les humains : l intelligence des uns est plus vigoureuse que celle des autres en ce que les premiers ont un corps mieux organisé 37. La citation d Aristote doit être analysé selon les mêmes modalités que l analyse de celle d Augustin : d abord comparer la traduction du texte de Thomas à une autre édition, ensuite la réintégrer dans la pensée de son auteur et dans la relation que Thomas entretient avec lui. Nous prenons deux traductions, récentes : «En effet, les individus à la chair dure sont mal doués quant à la réflexion, tandis que ceux qui ont la chair tendre sont bien mieux doués.» 38 «Ceux dont la chair est dure, en effet, ne sont pas doués intellectuellement, tandis que ceux qui ont la chair tendre le sont.» 39 Le sens des deux dernières citations est similaire au sens de celle reprise dans le texte de Thomas : nous n en referons pas une paraphrase supplémentaire et inutile. Cette analyse se retrouve dans la traité De l âme d Aristote : au chapitre 9, ce dernier constate que l homme est inférieur à certains égards aux animaux. Cependant, cette infériorité à certains égards n amoindrit aucunement la supériorité de l homme sur les autres animaux : il possède le langage grâce à l intelligence dont il est le seul doué et il se tient debout. Selon Aristote, toute l activité de l âme est liée au corps. En l occurrence, les différences entre les hommes sont recherchés dans des critères corporels permettant de l expliquer. Ainsi y a-t-il corrélation entre la tendresse de la chair et l intelligence : les mouvements sensoriels vont plus rapidement au cœur, donc à l âme, chez ceux dont la chair est tendre. Ce qui est mou ou tendre, pense Aristote, transmet mieux le mouvement et les plus fines variations de celui-ci. Aristote distingue au sein du vivant trois niveaux principaux qui sont caractérisés par trois degrés distincts de complexité de l âme. Les êtres vivants inférieurs possèdent une âme végétative qui assure les fonctions vitales de base ; les êtres intermédiaires, le commun des animaux, possèdent une âme sensitive qui leur donne le pouvoir inférieur de connaître : la connaissance sensible. Cette connaissance passe par les sens et par l imagination qui est la faculté de réception et d estimation des images des sens. 36. Ibid., p Cela semble clore la possibilité ouverte par l argument en sens contraire quant à la possibilité de l éducation de l intelligence à la recherche des premiers principes, à moins que le corps puisse être mieux organisé et donc que l âme qui lui échoit ait son intelligence vigorée. 38. Aristote, De l âme, éd. établie, trad. et annot. par Pierre Thillet, Paris : Gallimard, 2005, p Aristote, De l âme, trad. et annot. par Richard Bodéüs, Paris : Flammarion, 1993, p

11 Seul à l homme échoit le degré de complexité le plus haut de l âme : l intelligence, pouvoir supérieur de connaître, connaissance des intelligibles. L âme humaine, qui est l âme intellective, inclut également l âme sensitive et l âme végétative : chaque niveau supérieur inclut les niveaux inférieurs, qui caractérisent le vivant dont il est question. Les êtres vivants qui possèdent une âme sensitive auront une organisation corporelle adéquate à celle-ci, à savoir d avoir des organes sensoriels. L intellect, par contre, requiert pour pouvoir agir, une haute complexification des organes du corps puisqu il doit pouvoir capter le sensible qui est abstrait, mais il ne requiert aucun organe spécifique. Il nous reste à analyser la deuxième condition de la supériorité de l intelligence, la première venant d être vue. Après cette incursion dans la physiologie aristotélicienne, Thomas revient à analyser les facultés inférieures de l intelligence qui en découle directement. «La seconde condition de la supériorité de l intelligence tient aux facultés inférieures dont l intelligence a besoin pour agir ; ceux dont l imagination, la cogitative, la mémoire sont meilleurs sont aussi les mieux doués sous le rapport de l intelligence.» 40 L intelligence a besoin des sens internes pour fonctionner 41, à l image de ce qui a été vu ci-dessus. Ainsi, si ces sens sont meilleurs chez un humain que chez un autre, puisqu ils fournissent à l intellect ce sur quoi il va baser son acte, le résultat en sera que ceux dont ces sens sont plus efficaces seront mieux doués en intelligence. Il faut bien garder à notre esprit, en guise de sobre conclusion, que la question qui était posée par Thomas était celle de l inégalité des intelligences humaines. Il l a traitée selon les principes les plus généraux et les plus essentiels : tout est dans la correspondance nécessaire entre l esprit et la matière dont il est la forme. En partant de principes généraux de l intelligence, Thomas a voulu montrer ici que oui, du point de vue de celui qui comprend, ce dernier peut connaître une même chose mieux qu un autre : l intellect semble pouvoir être travaillé, aiguisé d une part, mais il fait également les frais d une disposition entravante du corps qui, a fortiori, ne peut être surmontée par tous. D un côté nous avons une inégalité dans la connaissance des choses, mais cela ne signifie pas nécessairement qu il en va de même dans les intellects. On le comprend pour le corps : il a besoin de conditions dans lesquelles il peut s exercer mieux. Dans l intellectmême, pour lui-même, étant immatériel, il ne peut pourtant pas y avoir d inégalité. 40. d Aquin, op. cit., p «Les sens internes», in ibid., pp

12 En effet, du point de vue de la chose comprise, celle-ci est connue dans sa totalité en tant que telle, ou bien elle n est pas connue : il est impossible qu il y ait un entre-deux d adéquation, d égalité. Comme le disait Augustin auquel Thomas concède l argument, il est impossible de mieux comprendre une même chose mieux qu un autre, si «mieux comprendre» s applique à cette chose qui est comprise. 11

13 Références Aristote, De l âme, trad. et annot. par Richard Bodéüs, Paris : Flammarion, De l âme, éd. établie, trad. et annot. par Pierre Thillet, Paris : Gallimard, Augustin, Les révisions, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Bibliothèque Augustinienne 12, Paris : Desclée De Brouwer et Cie., Mélanges doctrinaux, éd. établie, trad. et annot. par Gustave Bardy, Jérôme-André Beckaert et Joseph Boutet, Bibliothèque Augustinienne 10, Paris : Desclée De Brouwer et Cie., d Aquin, Thomas, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, Nicolas, Marie-Joseph, «Introduction», in d Aquin, Thomas, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, p «Vocabulaire de la Somme théologique, tome I», in d Aquin, Thomas, Somme théologique, vol. 1, trad. par Aimon-Marie Roguet, 4 vol., Paris : Les Éditions du Cerf, 1984, pp

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

Rapport de Conception Préliminaire MESSAGERIE

Rapport de Conception Préliminaire MESSAGERIE Rapport de Conception Préliminaire MESSAGERIE Conception préliminaire du logiciel demandé en projet, illustré par les diagrammes des cas d utilisation, des classes du domaine et de séquence. Maxime SUARD,

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE Table des matières Introduction! L écriture à travers le curriculum! Motiver les élèves à écrire! Le processus d écriture! L enseignement de l écriture! Comment utiliser cet ouvrage! Déterminer les objectifs

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale COURS 470 Série 04 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale COURS 470 Série 07 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Page 1/11. Préambule. Table des matières

Page 1/11. Préambule. Table des matières Page 1/11 Table des matières Préambule... 1 1- Le principe de «NuaFil»... 2 2 - Accueil de votre gestion de profil... 2 2-1 - La recherche de profils... 3 2-2- La liste de vos profils... 3 3 - Le référencement

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L Audit Global Partagé et le BIC (Bilan Initial de Copropriété) : une démarche et une méthode innovantes au service de la rénovation des copropriétés À la

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE :

LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE : LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION NOM : PRENOM : DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE : Observations : Attention : toutes les consignes peuvent être adaptées dans leur formulation, pour permettre au sujet qui

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

L entretien de réprimande Définition, But et objectif

L entretien de réprimande Définition, But et objectif L entretien de réprimande ème année SIGF 4 Réalisé par : HASSOU Salma LACHGAR Amina Année universitaire : 2012/2013 INTRODUCTION Vous est-il déjà arrivé de faire prendre conscience à l un de vos proches

Plus en détail

Partie 1 Présentation des concours

Partie 1 Présentation des concours Partie 1 Présentation des concours Décrypter l épreuve d anglais Tremplin 1 Passerelle 1 SKEMA 1 Mieux comprendre les écoles Qui passe Tremplin 1, Passerelle 1 et SKEMA 1? Tous les étudiants titulaires

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Patrice Stern Patricia Tutoy LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Cinquième édition Éditions d Organisation, 1995, 1997, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2899-X COMMENT CHOISIR UN CONSULTANT?

Plus en détail

La gestion des doublons

La gestion des doublons fims.informatique@skynet.be 01.10 10.02 N 3 La gestion des doublons Dans la plupart des bases de données, les doublons sont souvent inévitables. Il est parfois complexe de les gérer car les informations

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

Mise en place des sprints

Mise en place des sprints 101 Chapitre 4 Mise en place des sprints 1. Introduction Mise en place des sprints Afin de parvenir à une mise en place efficace de ses sprints, l équipe doit prendre en compte divers facteurs, qui vont

Plus en détail

DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE

DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE OPUSCULE 30 (1254-1256) DE SAINT THOMAS D'AQUIN Editions Louis Vivès, 1857 Édition numérique, http://docteurangelique.free.fr, Les œuvres complètes de saint Thomas

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Français, langue d enseignement LA CONDUITE D ABORD

Français, langue d enseignement LA CONDUITE D ABORD Français, langue d enseignement FRA - 5143-3 LA CONDUITE D ABORD Compréhension en lecture Dominante argumentative Prétest Version B Consignes - Vous devez répondre à ce prétest comme s il s agissait de

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire La partie classique est la base du jeu de dames pour les débutants. La stratégie est la suivante : jouer de telle manière qu en fin de partie, l

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Analyse de la promotion des comptes Facebook

Analyse de la promotion des comptes Facebook Page 1 sur 9 Les SCD : fiers d être sur Facebook? D e plus en plus de SCD s interrogent sur la pertinence de leur présence sur Facebook. Mais ceux qui y sont déjà, le mettent-ils en valeur? Font-ils une

Plus en détail

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Audit Committee Institute Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Le comité d audit joue un rôle de plus en plus important dans l orientation et l exécution des travaux de l audit

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Remarques sur la présentation de M. Mehl

Remarques sur la présentation de M. Mehl International Web Meeting Remarques sur la présentation de M. Mehl Murakami Katsuzo Après avoir résumé brièvement la présentation de M. Mehl, je poserai deux questions. Ⅰ.La métaphysique en mal de monde

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal La meilleure méthode pour mettre au point une méthode étant de la tester sur le plus grand nombre possible de cas concrets, voici

Plus en détail

140. Modélisation des données Historisation

140. Modélisation des données Historisation Modélisation de logiciels de gestion 140. Modélisation des données Historisation 1 Préambule Dans les chapitres précédents, nous avons appris à concevoir des modèles de données relativement élaborés en

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

SUGARCRM MODULE RAPPORTS

SUGARCRM MODULE RAPPORTS SUGARCRM MODULE RAPPORTS Référence document : SYNOLIA_Support_SugarCRM_Module_Rapports_v1.0.docx Version document : 1.0 Date version : 2 octobre 2012 Etat du document : En cours de rédaction Emetteur/Rédacteur

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STI2D La série STI2D s inscrit de manière affirmée dans la voie technologique

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation

Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation N.B. La présente grille peut être utilisée avant, pendant et après la rédaction du mémoire : - avant pour se donner une représentation

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

Investissements déraisonnables

Investissements déraisonnables Chapitre 47 Investissements déraisonnables Il y a quelques semaines, alors que j assistais au camp-meeting de San Jose [1905], certains de nos frères me présentèrent ce qu ils considéraient comme une occasion

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

=FONCTION(DONNEE1;DONNEE2;DONNEE3;.)

=FONCTION(DONNEE1;DONNEE2;DONNEE3;.) EXCEL 2010 Page 1/9 Les formules 03 EXCEL LES FONCTIONS Pour toutes les formules, on va utiliser ce que l'on appelle des «fonctions». Ce sont des mots écrits en majuscule dans les formules et qui sont

Plus en détail

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA)

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Version 1.0 Juin 08 Document adopté par le Conseil Enseignement,

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Fiche de lecture de : Kotler & Dubois, Marketing Management

Fiche de lecture de : Kotler & Dubois, Marketing Management Fiche de lecture de : Kotler & Dubois, Marketing Management Résumé de la fiche de lecture Marketing management, rédigé par Philip Kotler (professeur de marketing à la Northwestern University) et par Bernard

Plus en détail

Leçon N 2C Fonctions de calcul

Leçon N 2C Fonctions de calcul Leçon N 2C Fonctions de calcul Cette deuxième leçon concerne les fonctions de calcul dans les tableurs. 1 Structure des formules de calcul Que vous utilisiez EXCEL ou que vous utilisiez CALC, la méthode

Plus en détail

Le livre de travail peut être élaboré sur Word et être complété par des photos et des graphiques

Le livre de travail peut être élaboré sur Word et être complété par des photos et des graphiques Employé/employée de commerce CFC Branche logistique et transports internationaux Le livre de travail Le livre de travail est un classeur avec les registres suivants (proposition): 1. Base de la logistique

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?»

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» VOLUME 11, NO 1 AUTOMNE 2012 Cégep de Rimouski Développement pédagogique Annexe 2 du Pédagotrucs no 40 Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» Voici un guide qui t aidera

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Alexandre Vial 0 janvier 2009 Les intérêts cumulés Je place 00 e à 4% par an pendant un an. Donc au bout d un an, j ai 00 + 00. 4 = 00 00( + 4 ) =04 e. 00 Cependant,

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Le but de ton photorécit (page-couverture de la mini-revue) : te présenter et présenter ton activité de façon brève et intéressante.

Le but de ton photorécit (page-couverture de la mini-revue) : te présenter et présenter ton activité de façon brève et intéressante. Suggestions pour créer sa mini-revue Kanata : je suis ici Auteure : Janine Tougas Illustrations : Alexis Flower SEPT ASTUCES POUR RÉUSSIR TON PHOTORÉCIT Le but de ton photorécit (page-couverture de la

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail