LES OUTILS POUR LE DIAGNOSTIC DE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES OUTILS POUR LE DIAGNOSTIC DE"

Transcription

1 LES OUTILS POUR LE DIAGNOSTIC DE TERRITOIRE Licence Professionnelle «Coordination de projet d animation et de développement social et socioculturel» /2016 Gilles Droniou Chargé de recherches, JEUDEVI

2 3 TEMPS 3 OUTILS Nous allons nous voir à 3 moments d ici décembre: Septembre (16 toute la journée, 18 matinée): découverte des outils pour le diagnostic, échanges sur la mise en œuvre, première élaboration des outils Novembre (4 après-midi): échanges sur les premières expériences en situation de stage, élaboration des outils Décembre (11 toute la journée): analyse des résultats + journée du 10 décembre sur Excel! Entre les séances, échanges par mail! Du 18 novembre au 20 janvier, je suis à l IUT tous les mercredis Nous allons travailler sur 3 outils: Recherche, analyse, mise en forme de données (essentiellement des données quanti) L entretien Le questionnaire

3 APPROCHE DE LA POPULATION ET DU TERRITOIRE PAR L OUTIL STATISTIQUE

4 UNE ENTRÉE «TERRITOIRE»

5 ÉCHELLE NATIONALE (1) La statistique publique: L INSEE Services statistiques ministériels Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville: DARES Ministère de la santé et des sports: DREES Ministère de la culture et de la communication: DEPS Ministère de l éducation nationale: DEPP Autres services statistiques INED CEREQ (Centre d Études et de REcherches sur les Qualifications)

6 ÉCHELLE NATIONALE (2) Les Observatoires nationaux OFDT Observatoire des inégalités Observatoire national de la pauvreté et de l exclusion sociale Observatoire de l enfance Observatoire National de la Délinquance Observatoire des Politiques Culturelles etc. Autres organismes CAF, CPAM etc.

7 ÉCHELLE COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Collectivités territoriales Région Département, CDAS EPCI, Communautés de communes Commune, CCAS + Projets locaux (PLU, PLH, SCOT) Services ministériels déconcentrés Ministère des affaires sociales et de la santé, Agence Régionale de la Santé, DDCS Ministère de la culture et de la communication: DRAC Ministère de l éducation nationale: rectorat, inspection académique INSEE Site statistiques locales Tableau de bord des pays Données urbaines infra-communales par quartier Autres organismes Gref (GIP Relation Emploi Formation) CAF département Observatoires locaux. Exemple de Rennes et Rennes Métropole : AUDIAR (Agence d urbanisme et de développement intercommunal de l agglomération rennaise) et l APRAS (Association pour la Promotion de l Action et de l Animation Sociale): le tableau de bord social Rapports d activités, ABS, diagnostics jeunesse, etc. Bailleurs sociaux

8 UNE ENTRÉE «THÉMATIQUE»

9 QUE REGARDER SUR UN TERRITOIRE? - DÉMOGRAPHIE Pyramide des âges Structure par classe d âge Solde naturel Structure par sexe Structure des familles Migrations d un territoire à un autre (solde migratoire) Population étrangère Population étudiante

10 QUE REGARDER SUR UN TERRITOIRE? ENFANCE ET ÉDUCATION Accueil petite enfance Allocation CAF Niveau de formation Effectif établissements scolaires Protection de l enfance Taux de formation Niveau de diplôme Taux de retard

11 QUE REGARDER SUR UN TERRITOIRE? ACTION SOCIALE, PERSONNES ÂGÉES, HANDICAP Minima sociaux Aides financières CDAS CCAS Allocation Adulte Handicapé Accueil personnes en situation de handicap Démographie personnes âgées Accueil personnes âgées Logements adaptés Allocations personnes âgées

12 QUE REGARDER SUR UN TERRITOIRE? ACTIVITÉ, EMPLOI, INSERTION Activité catégories d'emploi chômage CSP Mission locale Taux d emploi

13 QUE REGARDER SUR UN TERRITOIRE? REVENU, PAUVRETÉ, ENDETTEMENT Niveau de revenu / niveau de vie Inégalité de niveaux de vie Pauvreté Endettement Foyers fiscaux imposés

14 QUE REGARDER SUR UN TERRITOIRE? - SANTÉ Offres de soin Niveaux de consommation Conduite à risque Taux de mortalité Évolution des produits

15 QUE REGARDER SUR UN TERRITOIRE? LOGEMENT ET CADRE DE VIE Parc de logement - Evolution Logement social Aides au logement Accueil FJT, CHRS Privé-public Part propriétaire-locataire

16 OÙ TROUVER DES DONNÉES STATISTIQUES DE CADRAGE AU NIVEAU NATIONAL? Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) Site statistiques locales Tableaux de bord des pays INED (Institut National des Études Démographiques) Observatoire de l enfance Ministère de la santé et des sports (DREES) Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville (DARES)

17 OÙ TROUVER DES DONNÉES STATISTIQUES DE CADRAGE AU NIVEAU NATIONAL? Ministère à la jeunesse (ex-haut Commissariat à la jeunesse Observatoire de la vie étudiante (OVE) Observatoire national de la pauvreté et de l exclusion sociale Haut Commissariat à la jeunesse Le mouvement associatif Association pour le développement de l économie sociale (ADDES) Institut de veille sanitaire

18 OÙ TROUVER DES DONNÉES STATISTIQUES DE CADRAGE AU NIVEAU NATIONAL? OFDT (Observatoire français des drogues et toxicomanie) MIDELCA (anciennement MILDT) Ministère de la culture (Département des études de la prospective et des statistiques DEPS) Pratiques culturelles

19 OÙ TROUVER DES DONNÉES STATISTIQUES AU NIVEAU LOCAL? Enfance: Conseil Général DAS (direction action sociale), CDAS Commune, CCAS CAF (schéma directeur action sociale CAF35) MDPH Ministère de la santé et des sports: DREES Jeunesse Les centres régionaux de l information jeunesse (CRIJ) Éducation: Rectorat (académie) Inspection académique Office des sports Agence régionale de la Santé

20 OÙ TROUVER DES DONNÉES STATISTIQUES AU NIVEAU LOCAL? GREF (portail d information sur la formation professionnelle et l emploi; tableau de bord emploiformation pays) Service déconcentré du ministère du travail: Direcct et les «unités territoriales» Mission locale OFDT (Données locales) Observatoire régional de santé

21 LE QUESTIONNAIRE ET L ENTRETIEN Opposition et complémentarité

22 LES DIFFÉRENTES TECHNIQUES D ENQUÊTES Opposition entre les techniques compréhensives (ou qualitatives, Weber) et les techniques explicatives (ou quantitatives, Durkheim). Les premières recherchant le sens que donnent les acteurs sociaux à leurs actions, les secondes cherchant les variables déterminantes. Opposition ou complémentarité? Dans le cas du questionnaire, produire des chiffres explicatifs (De Singly) au contraire des chiffres descriptifs comme ceux des recensements ou des sondages qui recherchent des chiffres qui indiquent une majorité. Déterminer des données rendant compte d une situation sociale et mettre en valeur des facteurs explicatifs (Le Suicide de Durkheim).

23 LA POPULATION ET L ÉCHANTILLON Différence entre population et échantillon. Méthodes échantillonnage (questionnaire) : La méthode des quotas L échantillon stratifié La méthode d étude des publics (ou échantillon à l aveuglette ou accidentel) Combinaison de méthodes? Une enquête faiblement ou fortement multidimensionnelle? Quelle est la représentativité de notre échantillon? Chercher une diversité sans se disperser! plutôt qu une représentativité Quelle est la bonne taille de notre échantillon? Un équilibre entre exhaustivité et redondance des réponses (entretien)

24 L ENTRETIEN La base du diagnostic?

25 HISTOIRE ET PARCOURS Un outil au croisement de la psychopathologie, de la sociologie et de l anthropologie Un parcours pour l enquêteur: trouver et aller vers les personnes à interroger Une rencontre : l enquêteur et l enquêté s exposent dans cette interaction + un travail d objectivation de la part de l enquêté

26 POURQUOI ET QUAND UTILISER L ENTRETIEN? «L entretien s impose chaque fois que l on ignore le monde de référence ou que le n on ne veut pas décider a priori du système de cohérence interne des informations recherchées» (Blanchet, Gotman) 3 moments où nous pouvons utiliser l entretien: L entretien exploratoire L entretien comme principale source d informations L entretien complémentaire L entretien s impose aussi, au détriment du questionnaire, dans le cas de population faible numériquement L entretien est l outil «idéal» pour défricher le terrain?

27 LA GRILLE D ENTRETIEN Le guide d entretien est généralement organisé par les hypothèses structurant l enquête. Entretien faiblement (une consigne et quelques questions) ou fortement structuré: l entretien exploratoire et les entretiens approfondis L entretien fortement structuré est constitué de thèmes, de questions, et de relances (ou des mots-clés) En résumé, pour votre grille d entretien : Définir les parties ; création de 2-3 questions pour chaque partie (15-20 questions au maximum) Penser aux relances. Penser aussi à la stratégie d intervention ; comment va se dérouler l entretien. Importance du choix des questions et des relances. Structurer le discours mais ne pas l orienter (différence avec le questionnaire). Penser à l ordre logique des questions. Tester sa grille d entretien si possible

28 L ENTRETIEN Prévoir lors de la prise de rendez-vous le cadre spatiotemporel de l entretien Pendant l entretien, ne pas être trop rigide, savoir s adapter à la situation et à l interlocuteur Toutefois penser à cadrer l entretien; ce n est pas une discussion entre amis Les stratégies d intervention: La contradiction (valable uniquement si porteur d une parole publique) La consigne ou question externe («trop de questions tue la question») La relance ; une paraphrase, un mot

29 L ANALYSE ET LA GRILLE D ANALYSE Différence entre analyse de discours et analyse de contenu; la première suppose une retranscription totale dans les moindres détails Différence entre résumé et analyse de contenu Le premier est une simplification d un texte avec un caractère nonsélectif L analyse de contenu se base sur des hypothèses (ce que je recherche) Les thèmes et sous-thèmes de la grille d analyse se fait en lien avec les hypothèses et la grille d entretien Séparer les éléments factuels (âge, genre, profession ) des éléments de significations

30 BIBLIOGRAPHIE Blanchet Alain, Gotman Anne, L enquête et ses méthodes : L entretien, Armand Colin, 128, 2 e édition, 2007 (1992) Kaufmann Jean-Claude, L entretien Compréhensif, Paris, Nathan Université (Armand Colin), 128, 1996 Duchesne Sophie, Haegel Florence, L enquête et ses méthodes : L Entretien Collectif, Armand Colin, 128, 2008 (2004)

31 LE QUESTIONNAIRE «N ayez pas peur, tout va bien se passer!»

32 LA CONSTRUCTION DU QUESTIONNAIRE Déterminer les indicateurs, les thèmes, qui vont être testés (en lien avec les hypothèses, ex : l âge, le sexe, la CSP ). Que veut-on savoir? Quelles vont être les thématiques de notre questionnaire? Les questions: Différence entre questions de fait et questions d opinion : privilégier les questions de fait? Différence entre questions fermées et questions ouvertes Item sans opinion. Intérêt des questions à réponses multiples permettant d éviter le problème du conformisme. Privilégier certaines introductions de question. Éviter des questions avec des négations Éviter les termes comme interdire ou autoriser. Équilibrer les réponses positives et négatives. Penser à l ordre du questionnaire. Entre certains thèmes, possibilité de faire des phrases de transition. Éviter qu il y ait trop de filtres. Anonymat.

33 LA PASSATION DU QUESTIONNAIRE Test du questionnaire Passation des questionnaires Passation en face à face? Passation par des réseaux? Dépôt des questionnaires?? Dans le cas d une passation en face à face Bien connaître les textes du questionnaire. Bien identifier les filtres. Poser les questions telles qu elles sont écrites, sans les changer. Ne pas les interpréter. Attention au rythme, au ton de l enquêteur. S il y a des guillemets, le préciser lors de l énoncé de la question.

34 LES LOGICIELS INFORMATIQUES Sphinx et ModaLisa

35 L ANALYSE DES RÉSULTATS

36 LES TRIS À PLATS Identifier les chiffres les plus importants et les pratiques marginales Pour la construction et la présentation des tableaux Donner un titre assez clair Intitulez les colonnes avec des noms assez clairs Avoir une ligne total ; si besoin, préciser pourquoi le total n est pas égal à 100% Arrondir tous les pourcentages de la même manière

37 LES TRIS CROISÉS Tris croisés = en quoi une variable, un déterminant social, va jouer sur une autre variable. On essaye de déterminer la dépendance statistique entre 2 variables. On croise donc une variable indépendante (âge, sexe, le milieu social, etc.) qui, selon nos hypothèses va jouer, va être un facteur influent la situation et une variable dépendante sensée subir l action de la première. Sur la construction d un tableau de tris croisés : La variable indépendante doit être mise en ligne et la variable dépendante en colonne. Les pourcentages doivent être mis en lignes donc en fonction de la variable indépendante. Indiquer une ligne Total. Indiquer le nombre sur lequel sont calculés les pourcentages. Sous le tableau ou en note de bas de page, mettre une phrase de commentaire pour dire comment on lit ce tableau (par exemple, sur 100 personnes ayant telle particularité, X ont telle opinion).

38 ANALYSE DES TRIS CROISÉS Première lecture en colonne. On souligne les chiffres les plus importants mais aussi les moins importants. Le nombre en soi importe peu. C est sa comparaison que nous allons faire avec les autres qui nous importe pour le moment. Deuxième lecture ligne par ligne mais toujours en comparant les lignes du tableau. Cela permet d observer s il y a des pratiques minoritaires ou, au contraire, si les avis sont assez semblables d une catégorie à une autre (pour la variable indépendante). La règle d équivalence ou d écart peut significatif. Rédiger deux ou trois phrases résumant les grandes lignes du tableau. Attention dans tous les commentaires à ne pas faire de généralités. Préciser toujours comment l échantillon a été construit et donc en quoi il est représentatif de la population totale. Il faut tenir compte aussi du contexte dans lequel l enquête a été réalisée. Ce contexte peut jouer dans les résultats. Toutes ces précisions sont donc à indiquer dans le rapport.

39 LES TESTS STATISTIQUES Le khi deux permet de mesurer la dépendance entre deux variables. Le résultat du khi deux est toujours positif ou nul. S il est égal à 0, cela signifie que les variables sont indépendantes. Pour déterminer si le résultat du khi deux est significatif et s il y a un lien de dépendance entre les deux variables dans la population, il faut déterminer le nombre de degrés de liberté, noté v (prononcé nu), et la valeur critique. Pour calculer le nombre de degré de liberté, il faut utiliser la formule suivante : v= (nombre de modalités de la variable A 1) * (nombre de modalités de la variable B 1). Se reporter ensuite au tableau de la valeur critique On peut aussi utiliser le coefficient de contingence pour non pas mesurer la dépendance entre deux variables mais leur lien. Le coefficient de contingence de Cramer. La valeur 0 indique un lien statistique nul ou inexistant entre deux variables. La valeur 1 indique que le lien statistique est parfait. On interprète le coefficient de contingence de la manière suivante, Valeur de C près de : 0 Lien statistique nul 0.25 Lien statistique faible 0.5 Lien statistique moyen 0.75 Lien statistique fort 1 Lien statistique très fort

40 BIBLIOGRAPHIE POUR L ENQUÊTE PAR QUESTIONNAIRES François De Singly, L enquête et ses méthodes : Le questionnaire, Paris : Nathan Université (Coll. «128»), 1992 Gilles Grenon et Suzanne Viau, Méthodes quantitatives en sciences humaines, Volume 1 : de l échantillon vers la population, 2 e édition, Paris : Gaëtan Morin, 1999 William Fox, Statistiques sociales, Bruxelles : De Boeck Université, 1999

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE LES OUTILS D ENQUÊTE: LE QUESTIONNAIRE ET L ENTRETIEN DUT 1A - Méthodo Gilles Droniou droniou@jeudevi.org Chargé de recherches, JEUDEVI www.jeudevi.org 2015/2016 DATES À RETENIR, ET AUTRES JOYEUSETÉS Achetez

Plus en détail

COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE?

COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE? COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE? CERTIFICATION SEPTEMBRE 2014 ETUDE EN LIGNE N 1917 1 Sommaire : Introduction... 3 Synthèse... 6 Question 4/16... 7 Avez-vous une connexion Internet à votre

Plus en détail

Les études marketing. Yohan Bernard. Chapitre 2. Marketing (LA2 AGE)

Les études marketing. Yohan Bernard. Chapitre 2. Marketing (LA2 AGE) Les études marketing Chapitre 2 Yohan Bernard Le rôle d une étude marketing Outil d aide à la décision Obtenir Analyser des données Interpréter Les finalités de l étude marketing Exemples en grande consommation

Plus en détail

SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION

SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION DU PAS-DE-CALAIS 2007-2012 2012 0 SCHEMA DEPARTEMENTAL ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION DU PAS-DE-CALAIS Préambule 4 Préambule Le présent document constitue le troisième

Plus en détail

Connaissance du cadre d intervention

Connaissance du cadre d intervention MECS du Breuil Priieuré du Breuiill 55200 COMMERCY Grille d auto-évaluation pour Educateur Spécialisé en formation dans le cadre d un stage à responsabilité à la MECS du Breuil Le cadre législatif et réglementaire

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «SCHEMAS INTERCOMMUNAL D ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes Eyrieux aux Serres L

Plus en détail

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN Proposées par UDAPEI du BAS-RHIN Union départementale des associations de parents, de personnes handicapées

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX

PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX I Présentation du logiciel : Le logiciel de traitement d enquêtes Sphinx permet de gérer les enquêtes et les données, quelque soit leur nature : quantitative

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 3 e vague Juin 2010

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 3 e vague Juin 2010 Observatoire de l Auto-Entrepreneur 3 e vague Juin 2010 Contexte Après plus d un an et demi du lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus de 500 000 personnes s'y sont inscrites. Ce succès quantitatif

Plus en détail

LES APPROCHES QUALITATIVES

LES APPROCHES QUALITATIVES LES APPROCHES QUALITATIVES L objectif est d interviewer et d analyser les personnes prises séparément ou en groupe afin de dégager des hypothèses explicatives. Ces dernières seront ensuite vérifiées a

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales

Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Le développement de la fonction emploi-rh de proximité au sein des CAPEB départementales Les missions de la CAPEB (régionale et départementale) Le positionnement de la fonction emploi-rh Le référentiel

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'IDENTIFICATION DES ACTEURS DE LA COOPERATION ET DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE REGION LIMOUSIN

QUESTIONNAIRE D'IDENTIFICATION DES ACTEURS DE LA COOPERATION ET DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE REGION LIMOUSIN QUESTIONNAIRE D'IDENTIFICATION DES ACTEURS DE LA COOPERATION ET DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE REGION LIMOUSIN 1. IDENTIFICATION ET COORDONNEES DE VOTRE ORGANISME LOCAL 1.1. Sigle de votre organisme :

Plus en détail

Emploi. aux Baignots. Un chantier qualification deuxième chance. www.dax.fr. Dossier de Presse

Emploi. aux Baignots. Un chantier qualification deuxième chance. www.dax.fr. Dossier de Presse Emploi Un chantier qualification deuxième chance aux Baignots Dossier de Presse www.dax.fr Dans un contexte économique difficile, la Ville de Dax mène depuis 2008 le déploiement d un projet global visant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE RÉFÉRENTIEL EN SANTÉ MENTALE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DE LA MONTÉRÉGIE Présentation faite au Congrès du CQJDC Québec 24 avril 2014 Anne-Marie

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Octobre 2015 Sommaire 1. Le programme Adultes-Relais...3 Présentation du programme adultes-relais pour l année 2014... 4 Les domaines

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Droit Economie Gestion (DEG) Mention «Marketing» Spécialité «Marketing stratégique et opérationnel» à finalité recherche

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

Projet Educatif Territorial. Dossier de presse

Projet Educatif Territorial. Dossier de presse Projet Educatif Territorial Dossier de presse Vendredi 18 mars 2016 14h École élémentaire Victor Hugo Contact : Véronique Marizier-Bouhelier Directrice de la Communication et des Relations publiques Tél

Plus en détail

Portrait des enfants en Belgique

Portrait des enfants en Belgique UNIVERSITE DE LIEGE INSTITUT DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Service de Sociologie générale Panel Démographie familiale Portrait des enfants en Belgique Analyse des données des questionnaires adulte

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur Appel à projet 2016 1. Un contrat de ville nouvelle génération La loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014 a fixé les principes suivants pour le nouveau contrat de ville

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires

Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page partenaires QUESTIONS REPONSES J habite dans une Ville ou un Pays d art et d histoire : Comment savoir si ma commune fait partie du territoire VPah? Consultez le site internet du Pays Loire Val d Aubois à la page

Plus en détail

GUIDE. Bilan d'activité des Club ados. (Alsh 12 17 ans) Ce guide est le résultat d'un travail collectif de responsables jeunesse,

GUIDE. Bilan d'activité des Club ados. (Alsh 12 17 ans) Ce guide est le résultat d'un travail collectif de responsables jeunesse, GUIDE Bilan d'activité des Club ados (Alsh 12 17 ans) Ce guide est le résultat d'un travail collectif de responsables jeunesse, directeurs de structures, coordinateurs, réunis sous la responsabilité du

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DELEGATION A LA POLITIQUE DE LA VILLE ET A L INTEGRATION 2012 DPVI 152 - Subventions à 5 associations (15.385 euros) menant des actions au titre de la Politique de la Ville sur le Quartier de la Goutte

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ Mélissa MARTINEZ Samia SENOUCI TIC Master 2 CPE Ali HAMMOUDA 17 décembre 2013 PLAN Introduction 1. Les outils non informatisés : a) Les outils d information b) Les outils de communication 2. Les outils

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales 1 / Historique de la démarche, contexte et motivations Le but Première

Plus en détail

Filière administrative

Filière administrative Filière administrative LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Notice d information Mise à jour le : 11/04/2016 de Rédacteur Territorial Textes de référence : - Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012 portant statut

Plus en détail

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=-

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- I BASES REGLEMENTAIRES Le plan de cohésion sociale (programmes 15 et 16) et la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance :

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : DOSSIER DE PRESSE 29 janvier 2016 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : Depuis 10 ans, les parents confient davantage la garde de leurs jeunes enfants aux professionnels

Plus en détail

Abattement TFPB en ZUS

Abattement TFPB en ZUS Abattement Septembre 2015 TFPB en QPV USH - Service Politiques urbaines et sociales Abattement TFPB en ZUS cadre réglementaire : article 62 de la loi de finances 2015 Application d un abattement de 0 %

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

Le Viaduc de Millau **********************************************************************************************

Le Viaduc de Millau ********************************************************************************************** Le Viaduc de Millau ********************* GROUPE 1 - ELEVE N 1 : CEDRIC BONNET - ELEVE N 2 : GABRIEL GOUTIER - ELEVE N 3 : GUILLAUME PEYROT AUTOUR DU SUJET : NOUS EN VISAGEONS DE REALISER UN SITE INTERNET

Plus en détail

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012 Le Recensement de 2011 et l Enquête nationale auprès des ménages de Statistique Canada État actuel des connaissances à l intention des utilisateurs du Québec Institut de la statistique du Québec Direction

Plus en détail

Sensibilisation et formation - 12-13-2010 Maison de l'europe de Caen Basse-Normandie - http://www.maisoneurope-caen.org

Sensibilisation et formation - 12-13-2010 Maison de l'europe de Caen Basse-Normandie - http://www.maisoneurope-caen.org [tab:visites d'étude] Que peut m'apporter l'europe? Qui décide dans l'union Européenne? Comment fonctionnent les instances européennes? Et si on allait voir sur place? La Maison de l'europe Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert Mise en route PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Découvrir l autisme Classe : CE-CM Niveau : cycles 2 & 3 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Descriptif du projet coopératif

Plus en détail

MASTER SCIENCES DE L'ÉDUCATION - SPÉCIALITÉ : EDUCATION ET FORMATION

MASTER SCIENCES DE L'ÉDUCATION - SPÉCIALITÉ : EDUCATION ET FORMATION MASTER SCIENCES DE L'ÉDUCATION - SPÉCIALITÉ : EDUCATION ET FORMATION RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences humaines et sociales Mention : SCIENCES DE L'EDUCATION Spécialité

Plus en détail

Pierre Montfraix Chargé de mission orientation

Pierre Montfraix Chargé de mission orientation 1 Programme Les contraintes de la Terminale Quelle est l offre de formation en post-bac? La procédure «Admission-postbac.fr» Des informations pratiques sur la préparation de la vie étudiante 2 3 Les grandes

Plus en détail

Bref sur l enquête. Le devenir des diplômés d une licence en formation initiale - Promotion 2009- Juin 2012. Martine CASSETTE Directrice de l OFIP

Bref sur l enquête. Le devenir des diplômés d une licence en formation initiale - Promotion 2009- Juin 2012. Martine CASSETTE Directrice de l OFIP 87 Le devenir des diplômés d une licence en formation initiale - Promotion 2009- Dans l offre de formation antérieure au LMD, plus de 90 % des diplômés de licence poursuivaient des études, notamment en

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais. pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes)

Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais. pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes) Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes) Valérie OLIVIER DRJSCS Contexte du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux Cnis Groupe de travail de la Cnerp sur la collaboration Insee Collectivités locales dans la constitution des RIL «Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants

Plus en détail

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE Préambule Visant à améliorer tant qualitativement que quantitativement le fonctionnement de la bibliothèque ainsi que le service rendu à l usager, l informatisation est une

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

La base de loisirs BL de l UCPA

La base de loisirs BL de l UCPA Étude de cas n 1 La base de loisirs BL de l UCPA 1. Présenter le schéma de gestion du pôle LSP et de la base de loisir BL. En quoi vous paraît-il cohérent avec le plan stratégique de l UCPA? La structure

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 PROJET DE QUESTIONNAIRE ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 Vu l avis favorable du Conseil national de l information statistique, cette enquête, reconnue d intérêt général. Visa n xxxxxxxxx

Plus en détail

La politique Habitat/Logement de la CIDERAL

La politique Habitat/Logement de la CIDERAL La politique Habitat/Logement de la CIDERAL Séminaire Communauté de communes de Loudéac Communauté de communes du Pays de Châteaulin et du Porzay 14 septembre 2012 Guy Le Helloco, président de la CIDERAL

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de procédé de fabrication», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de procédé de fabrication» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Technicien territorial

Technicien territorial Pôle métiers et emplois territoriaux Service concours et emplois Références : BJ Contact : 02.96.58.64.21 concours@cdg22.fr Fonctions Les techniciens territoriaux constituent un cadre d emplois technique

Plus en détail

FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S Suite à la réforme du 14 mars 2007

FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S Suite à la réforme du 14 mars 2007 ACTION ET FORMATION POUR L AIDE AU MAINTIEN A DOMICILE 97, rue Pelleport - 75 020 PARIS - Tél. : 01.40.31.11.96 Fax : 01.40.31.12.00. - e-mail : secretariat@afpam.fr FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL. Mise à jour août 2010 1

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL. Mise à jour août 2010 1 CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL Mise à jour août 2010 1 I ) STRUCTURE ET MISSIONS DU CADRE D EMPLOIS Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d emplois administratif de catégorie B au sens de

Plus en détail

Ecole de la Deuxième Chance Marseille

Ecole de la Deuxième Chance Marseille Ecole de la Deuxième Chance Marseille FONCTIONNEMENT TYPE DES ANTENNES DE l E2C MARSEILLE Juillet 2014 1 1. Un fonctionnement déjà éprouvé Dans le cadre de sa mission assurer, par l éducation et la formation,

Plus en détail

Formation continue des enseignants en France et en Ukraine : essai de comparaison

Formation continue des enseignants en France et en Ukraine : essai de comparaison Formation continue des enseignants en France et en Ukraine : essai de comparaison Marina Vasylenko La formation continue des enseignants (formation en cours d emploi) dépend de nombreux facteurs comme

Plus en détail

ARTS, LETTRES, LANGUES

ARTS, LETTRES, LANGUES Niveau : MASTER année Domaine : Mention : ARTS, LETTRES, LANGUES INFORMATION,, CULTURE Parcours : Ingénierie des métiers de la culture : Spectacle vivant et Muséologie, Patrimoine M1 60 ES Volume horaire

Plus en détail

Règlement d'admission

Règlement d'admission Règlement d'admission concernant la formation d'éducateur spécialisé 1. Définition de la profession et du contexte de l intervention des éducateurs spécialisés Selon l arrêté du 20 Juin 2007 relatif au

Plus en détail

Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie

Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

professionnels dans leur recherche de poursuites d études»

professionnels dans leur recherche de poursuites d études» A propos de la Journée de l Après Bac «Accompagner les bacheliers professionnels dans leur recherche de poursuites d études» Décembre 2013 Le Baccalauréat professionnel : un diplôme en constante évolution

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Tout savoir sur la série STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STMG La série Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) est centrée sur

Plus en détail

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER Besoins Les infirmières d aujourd hui doivent planifier longtemps à l avance la nouvelle génération de chefs de file de la profession. C est d autant plus important

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN PROSPECTIVE MAROC 2030 LA FEMME MAROCAINE SOUS LE REGARD DE SON ENVIRONNEMENT SOCIAL ENQUETE

ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN PROSPECTIVE MAROC 2030 LA FEMME MAROCAINE SOUS LE REGARD DE SON ENVIRONNEMENT SOCIAL ENQUETE ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN PROSPECTIVE MAROC 2030 LA FEMME MAROCAINE SOUS LE REGARD DE SON ENVIRONNEMENT SOCIAL ENQUETE PRINCIPAUX RESULTATS SEPTEMBRE 2006 PROTOCOLE DE L ENQUETE Les aspects

Plus en détail

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : Formation dispensée en : Sciences Humaines et Sociales Education et Formation Conseiller, Consultant, Responsable Formation

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des emplois et des compétences de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI La présente application informatique a été élaborée par l Ademe (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie www.ademe.fr ) pour répondre à la mission confiée

Plus en détail

BILAN DU PROJET PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILLEURS MIGRANTS VERS UN MIEUX VIEILLIR PAGE 1

BILAN DU PROJET PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILLEURS MIGRANTS VERS UN MIEUX VIEILLIR PAGE 1 BILAN DU PROJET PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILLEURS MIGRANTS VERS UN MIEUX VIEILLIR PAGE 1 PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILL Identification des besoins en matière d accès aux droits sociaux, aux

Plus en détail

Diagnostic territorial

Diagnostic territorial Diagnostic territorial Quelles évolutions en Petite Camargue Héraultaise? Synthèse du tableau de bord Décembre 2008 Quelle méthodologie m pour l analyse l du territoire? Une grille pour l analyse des territoires

Plus en détail

JOURNEE TECHNIQUE SUR LES PRECURSEURS CHIMIQUES LE 02/02/2006. Intervenants : MRS MANZONI et ROLAND de la MNCPC* Journée organisée par le GP Sup**

JOURNEE TECHNIQUE SUR LES PRECURSEURS CHIMIQUES LE 02/02/2006. Intervenants : MRS MANZONI et ROLAND de la MNCPC* Journée organisée par le GP Sup** JOURNEE TECHNIQUE SUR LES PRECURSEURS CHIMIQUES LE 02/02/2006 Intervenants : MRS MANZONI et ROLAND de la MNCPC* Retour d expérience de : R. BONNIOL (Ingénieur H et S Montpellier) concernant l utilisation

Plus en détail

MASTER MENTION HISTOIRE, GÉOGRAPHIE ET AMÉNAGEMENT SPÉCIALITÉ TERRITOIRES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

MASTER MENTION HISTOIRE, GÉOGRAPHIE ET AMÉNAGEMENT SPÉCIALITÉ TERRITOIRES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE MASTER MENTION HISTOIRE, GÉOGRAPHIE ET AMÉNAGEMENT SPÉCIALITÉ TERRITOIRES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences humaines et sociales Mention

Plus en détail

Accord du 22 octobre 2008 en faveur de l égalité hommes/femmes dans la branche du commerce des articles de sports et équipements de loisirs

Accord du 22 octobre 2008 en faveur de l égalité hommes/femmes dans la branche du commerce des articles de sports et équipements de loisirs Accord du 22 octobre 2008 en faveur de l égalité hommes/femmes dans la branche du commerce des articles de sports et équipements de loisirs Article 1 : Objet de l accord Dans le cadre de la loi du 9 mai

Plus en détail

«GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS»

«GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS» «GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS» POLITIQUES D ALPHABÉTISATION ET DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME EN COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Politiques d alphabétisation Catherine STERCQ

Plus en détail

SAVS : Projet d établissement SAVS

SAVS : Projet d établissement SAVS SAVS : Projet d établissement Les autorisations Autorisation du 14 septembre 2001 : Ce service s adresse aux seules personnes fréquentant le centre Ad appro ; il est destiné au soutien pour une vie à domicile

Plus en détail

FINANCEMENT PARTICIPATIF : SUBVENTIONS D INVESTISSEMENT L HABITAT SAINT-CYR, HABITAT REGROUPÉ RENNAIS INNOVANT

FINANCEMENT PARTICIPATIF : SUBVENTIONS D INVESTISSEMENT L HABITAT SAINT-CYR, HABITAT REGROUPÉ RENNAIS INNOVANT FINANCEMENT PARTICIPATIF : SUBVENTIONS D INVESTISSEMENT L HABITAT SAINT-CYR, HABITAT REGROUPÉ RENNAIS INNOVANT L habitat regroupé Saint-Cyr pour personnes en situation de handicap moteur ou de handicap

Plus en détail

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL Réaffirmant notre attachement à la troisième République du Mali ; Réaffirmant également notre

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

d assistant de service social

d assistant de service social Institut Régional du du Travail Travail Social Social Champagne-Ardenne Champagne-Ardenne acteur de la solidarité et de la citoyenneté Champagne-Ardenne Diplôme d Etat d assistant de service social g g

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème. à usage des parents. Pourquoi un stage?

Petit guide du stage de 3 ème. à usage des parents. Pourquoi un stage? 1 Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de

Plus en détail

Préparation au Bachelor- Toulouse

Préparation au Bachelor- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation au Bachelor- Toulouse SOMMAIRE : I. Concours BACHELOR, pourquoi une

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

Télétravail Proposition de groupe de travail sur le télétravail Section de l Ifen, version 16 septembre 2010

Télétravail Proposition de groupe de travail sur le télétravail Section de l Ifen, version 16 septembre 2010 Télétravail Proposition de groupe de travail sur le télétravail Section de l Ifen, version 16 septembre 2010 1/ Introduction : pourquoi s intéresser au télétravail? 2 / Définition du télétravail 3/ Etat

Plus en détail