REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA JUSTICE, CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS CENTRE DE PROMOTION DE LA SOCIETE CIVILE CPSC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA JUSTICE, CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS CENTRE DE PROMOTION DE LA SOCIETE CIVILE CPSC"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA JUSTICE, CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS CENTRE DE PROMOTION DE LA SOCIETE CIVILE GUIDE DE L USAGER CPSC COMMENT CREER UNE ONG?

2 INTRODUCTION Le présent guide, qui a pour objectif de répondre aux préoccupations et interrogations des usagers du CPSC a été élaboré pour vulgariser la procédure de création et d enregistrement des ONG ou ASSOCIATIONS. Dans ce guide, l usager trouvera des informations sur : Les formalités à accomplir Les démarches à entreprendre et, Les pièces à fournir en vue de la création et de l enregistrement de l ONG ou ASSOCIATION. 2

3 PRESENTATION DU CPSC Dans le souci de disposer d un cadre de concertation permanent entre les Associations de Développement, les ONG et l Etat, l ex Ministère Chargé des Relations avec les Institutions, la Société Civile et les Béninois de l'extérieur (MCRI-SCBE) a été doté par décret N du 2 novembre 1999 d une structure autonome appelée Centre de Promotion des Associations et Organisations Non Gouvernementales (CPA&ONG). Ce Centre est la seule structure sous tutelle de l ex MCRI- SCBE chargée de l opérationnalisation de la politique de l Etat en direction des ONG et Associations de Développement alors que le Ministère a en charge toutes les composantes de la Société Civile. Mais avec le Décret n du 26 août 2005 portant attributions, organisation et fonctionnement de l ex Ministère Chargé des Relations avec les Institutions, la Société Civile et les Béninois de l Extérieur (MCRI-SCBE) il vu son champ d application élargi aux autres composantes de la société civile et devient Centre de Promotion de la Société Civile (CPSC). Cette volonté a été confirmée par le gouvernement du changement à travers le Décret n du 31 juillet 2006 portant attribution, organisations et fonctionnement du Ministère de la Justice Chargé des Relations avec les Institutions (MJCRI). Le CPSC a pour mission de «suivre, conseiller et mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière de promotion des Organisations de la Société Civile». Le CPSC dénommé, "Centre de Promotion de la Société Civile" est un Etablissement public à caractère social doté de la personnalité morale et de l autonomie financière. Il est placé sous la tutelle du Ministre chargé de la Société Civile. 3

4 Le CPSC est régi par ses statuts et les dispositions de la Loi n du 28 juillet 1994 portant création, organisation et fonctionnement des offices à caractères social, scientifique et culturel. Le CPSC a pour mission de promouvoir les Organisations de la Société Civile (OSC) en vue de leur participation efficace et efficiente au développement national". A ce titre, il est chargé de : 1. promouvoir la concertation entre les Organisations de la Société Civile ; 2. suivre les actions des Organisations de la Société Civile sur le terrain ; 3. harmoniser les interventions des Organisations de la Société Civile, des partenaires et de l Etat sur le terrain ; 4. promouvoir son auto développement ; 5. évaluer l'impact des actions des Organisations de la Société Civile sur la vie des populations ; 6. mettre en place les structures d information des Organisations de la Société Civile et médiatiser leurs actions ; 7. capitaliser les efforts accomplis et les acquis obtenus dans le cadre du renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile aussi bien au niveau de l'etat que des partenaires au développement ; 8. renforcer les capacités d'intervention des Organisations de la Société Civile afin de leur permettre de jouer pleinement et 4

5 efficacement leur rôle d'acteurs majeurs de développement, de consolidation de la démocratie et de la paix sociale. Dans le cadre de sa mission, il collabore étroitement avec les directions techniques nationales et départementales en charge de la société civile ainsi que toutes autres institutions dont les objectifs sont concordants avec ceux prévus dans les présents statuts. Le CPSC (ex CPA&ONG) a son siège à Cotonou situé dans la 1 ère VONS à gauche à partir de l Eglise Saint Michel dans le sens de CABOMA, 2 ème immeuble à gauche, 3 ème étage. LES FORMALITES A ACCOMPLIR POUR CREER UNE ONG OU UNE ASSOCIATION Qu est ce qu une une association? Selon article 1 er de la loi française du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association, l association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices. L association est un contrat de droit privé c'est-à-dire qui découle de la volonté des parties «de faire ou de ne pas faire» et qui crée à la charge de chacune d elle des droits et des devoirs Elle est régie, quant à sa validité, par les principes généraux du droit applicables aux contrats et obligations La loi de 1901 ne donne pas une définition spécifique de la notion d association de développement. Il convient de faire remarquer que les 5

6 associations de développement ont un champ d action géographiquement bien délimité et elles s intéressent à tous les secteurs de la vie de communauté concernée. Les associations de développement ne présentent aucune distinction par rapport aux associations loi 1901 et aux ONG. Qu est - ce qu une ONG? Est considérée comme ONG, une association nationale ou étrangère, à but non lucratif créée par initiative privée, regroupant des personnes physiques ou morales en vue d exercer une activité d intérêt général de solidarité ou de coopération volontaire pour le développement. (Article 1 er décret du 12 Juillet 2001 fixant les conditions d existence et les modalités de fonctionnement des ONG et leurs organisations faîtières). De ces dispositions du décret ci-dessus cité, il ressort qu aucune différence n est apparente entre l ONG et l association, l ONG étant nécessairement une association et par surcroît régie par la Loi associative de De plus, les caractéristiques fondamentales des deux concepts restent les mêmes et sont essentiellement liées : à la nécessaire présence de deux personnes au moins ; à la mise en commun des connaissances ou des activités ; au but non lucratif. L ONG se distingue des associations de développement qui travaillent pour leur propre région ou leur ethnie. Elle contribue directement ou indirectement à l amélioration durable, participative et 6

7 consciente des conditions de vie des communautés à la base. Elle a donc pour finalité la promotion humaine dans toutes ses dimensions. LES DEMARCHES A ENTREPRENDRE POUR CREER UNE ONG? L article 2 de la loi française du 1 er juillet 1901 précise que toute association de personnes peut se former librement sans autorisation ni déclaration préalable. Mais en se référant à la définition de l association, pour créer une ONG, il faut : Une volonté des parties de se retrouver en une assemblée générale constitutive ; Etudier au cours de cette assemblée les textes fondamentaux de l ONG que sont : les statuts et le règlement intérieur. Elire les membres de ou de(s) organe(s) dirigeant(s) de l ONG ; Etablir le procès verbal de l assemblée constitutive. Il faut noter que l association ou ONG ainsi créée n a pas la capacité juridique. L article 5 de la loi de 1901 indique que toute association qui voudra obtenir la capacité juridique devra être rendue publique par les soins de ses fondateurs. La déclaration se fait au Ministère de l Intérieur de la Sécurité et des Collectivités locales ou dans les Préfectures. PIECES A FOURNIR POUR L ENREGISTREMENT D UNE ONG A LA PREFECTURE Il s agit de : Une demande d enregistrement adressée au Préfet du Département où l ONG a son siège ; 7

8 Quatre (04) exemplaires des Statuts ; Quatre (04) exemplaires du règlement intérieur ; Quatre (04) exemplaires du procès verbal de l Assemblée Générale Constitutive de l Association ; Casiers judiciaires des principaux membres dirigeants à savoir : Le Président Le Vice-président (si le poste existe) Le Secrétaire Général Le Trésorier Général Un récépissé de déclaration d un montant de F à verser à la direction du Trésor Public ; Deux Chemises à sangle. LES AVANTAGES DE LA DECLARATION Au Bénin toute ONG ou association est soumise à une procédure de déclaration La déclaration aboutit généralement à l obtention d un récépissé et à la publication au journal officiel d un extrait contenant le titre, la date de déclaration, l objet et le siège de l ONG ou association. Elle confère à l ONG ou à l association le droit d ester en justice, d acquérir à titre onéreux, de posséder et d administrer en dehors des subventions. 8

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/16/023 DÉLIBÉRATION N 16/008 DU 2 FÉVRIER 2016 RELATIVE À LA CRÉATION D'UNE BANQUE DE DONNÉES "TAMPON" AUPRÈS DE LA

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION DES RESSOURCES ET DES COMPETENCES DE LA POLICE NATIONALE

MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION DES RESSOURCES ET DES COMPETENCES DE LA POLICE NATIONALE MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION DES RESSOURCES ET DES COMPETENCES DE LA POLICE NATIONALE ACCUEIL EN DETACHEMENT DANS LE CORPS DE CONCEPTION ET DE DIRECTION DE LA POLICE NATIONALE Bureau des commissaires

Plus en détail

STATUTS DU BRIDGE CLUB DU GRAND ANNECY

STATUTS DU BRIDGE CLUB DU GRAND ANNECY Article 1 - Dénomination STATUTS DU BRIDGE CLUB DU GRAND ANNECY La dénomination de l Association est le «Bridge Club du Grand Annecy» (BCGA) Article 2 - Objet L association a pour objet de développer la

Plus en détail

DECRET N 2006-346 portant liste des documents et renseignements à fournir par les candidats à un appel d offres

DECRET N 2006-346 portant liste des documents et renseignements à fournir par les candidats à un appel d offres MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU BUDGET ------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------- DECRET N 2006-346 portant liste des documents et renseignements à fournir

Plus en détail

ASSOCIATION USEFULL GAMING. 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS

ASSOCIATION USEFULL GAMING. 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS ASSOCIATION USEFULL GAMING 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS Genèse de la création de l association Souhaitant crée une structure a vocation esportive*, il a été décidé par les membres

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL MINISTERE DE LA PROMOTION DE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DES LOISIRS Union-Discipline-Travail --------------------- ------------- OFFICE IVOIRIEN DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana Loi n 95-028 portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS L Accord de subvention du Projet KEPEM (Knowledge and Effective

Plus en détail

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation)

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) STATUTS Art. 1 Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui

Plus en détail

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT L Ecole belge de Bujumbura (EBB) est une école (Asbl) privée située au centre de Bujumbura. Elle dispense un enseignement

Plus en détail

République Centrafricaine Ministère des Mines LES CONDITIONS D EXERCER UNE ACTIVITE MINIERE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

République Centrafricaine Ministère des Mines LES CONDITIONS D EXERCER UNE ACTIVITE MINIERE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE République Centrafricaine Ministère des Mines LES CONDITIONS D EXERCER UNE ACTIVITE MINIERE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE 0 1. CONDITIONS D OBTENTION DES DIFFERENTES AUTORISATIONS ET TITRES MINIERS Toute

Plus en détail

La Commission Tunisienne des Analyses Financières,

La Commission Tunisienne des Analyses Financières, DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2007-03 DU 22 MARS 2007, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AU MARCHE FINANCIER RELATIVES A LA DETECTION ET LA DECLARATION DES OPERATIONS OU TRANSACTIONS

Plus en détail

CONVENTION D AUDIT ENERGETIQUE SUR PLAN DANS LE SECTEUR RESIDENTIEL/TERTIAIRE

CONVENTION D AUDIT ENERGETIQUE SUR PLAN DANS LE SECTEUR RESIDENTIEL/TERTIAIRE Modèle de convention pour audit énergétique sur plan. NB : Chaque partie devra être développée et détaillée par le binôme auditeur. CONVENTION D AUDIT ENERGETIQUE SUR PLAN DANS LE SECTEUR RESIDENTIEL/TERTIAIRE

Plus en détail

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise Guide des négociateurs La protection sociale complémentaire en entreprise Complémentaire santé prévoyance - retraite 2 Préambule L offre

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté le 26 septembre 2000 par le conseil d administration (216 e assemblée - résolution n o 1784)

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/17/4 Conseil des droits de l homme Dix-septième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

Dossier de Presse. Mise en oeuvre de la gestion expérimentale du Registre du Commerce et des Sociétés par la CCI Martinique

Dossier de Presse. Mise en oeuvre de la gestion expérimentale du Registre du Commerce et des Sociétés par la CCI Martinique Dossier de Presse Mise en oeuvre de la gestion expérimentale du Registre du Commerce et des Sociétés par la CCI Martinique 16 décembre 2015 Siège de la CCI Martinique MISE EN OEUVRE DE LA GESTION EXPÉRIMENTALE

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES Bilan synthèse : Pays GABON Plan : Introduction I- Situation du pays II- Nouvelles orientations III-

Plus en détail

Règlement Intérieur du Conseil d Administration

Règlement Intérieur du Conseil d Administration Règlement Intérieur du Conseil d Administration Préambule Le Conseil d Administration de U10, lors de sa séance du 28 mars 2013, a modifié son Règlement Intérieur adopté en Conseil d Administration du

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 198 19 octobre 2015. S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 198 19 octobre 2015. S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4525 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 198 19 octobre 2015 S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE Règlement

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I

RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016. (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I RÈGLEMENT DE LA LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION DROIT 2015/2016 (Dispositions générales - Enseignement - Régime des examens) CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article I-1 : Obtention du grade de

Plus en détail

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique DIRECTION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L EMPLOI 8, rue de Cîteaux 75012 PARIS Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par

Plus en détail

Le Ministre de l intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales Le Ministre de l écologie et du développement durable

Le Ministre de l intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales Le Ministre de l écologie et du développement durable MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DE L ECOLOGIE DE LA SECURITE INTERIEURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES LIBERTES LOCALES Direction des libertés publiques Direction générale de l administration, et

Plus en détail

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée.

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. MENESR 22 Mai 2006 Document n 5 Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. Les réseaux thématiques

Plus en détail

Mise en place du réseau 12 novembre 2009.

Mise en place du réseau 12 novembre 2009. Mise en place du réseau 12 novembre 2009. Rappel du contexte. La période actuelle est marquée par un certain nombre d interrogations, voire d inquiétudes, sur la mise en place des politiques enfance/jeunesse

Plus en détail

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique Mai 2014 COFO/2014/5.4 F COMITÉ DES FORÊTS VINGT-DEUXIÈME SESSION Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS I. Historique 1. L Arrangement international

Plus en détail

Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone

Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone ACTIONS IN THE FIELD OF URBAN MOBILITY Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone Le réseau CIVITAS des villes francophones pour la mobilité durable Termes de référence du Réseau CIVINET Francophone

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

paragraphe 49 (juillet 2011), accessible [en anglais seulement] à l adresse http://www.fatfgafi.org/dataoecd/40/13/48426561.pdf.

paragraphe 49 (juillet 2011), accessible [en anglais seulement] à l adresse http://www.fatfgafi.org/dataoecd/40/13/48426561.pdf. Mémorandum d Alger sur les bonnes pratiques en matière de prévention des enlèvements contre rançon par des terroristes et d élimination des avantages qui en découlent Introduction Le recours aux enlèvements

Plus en détail

Rédacteur territorial Rédacteur principal

Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours externe, interne, 3 e voie et examens professionnels Bruno Rapatout Formateur au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT),

Plus en détail

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation.

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation. MESR 27 octobre 2006 Statuts-types de fondation de coopération scientifique «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation Article 1 er «Le réseau thématique de recherche avancée» 1

Plus en détail

Circulaire du 2 novembre 2010

Circulaire du 2 novembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTSF1024195C Circulaire du 2 novembre 2010 Relative aux modalités d accueil des élèves de l enseignement secondaire

Plus en détail

Directive LPers n 02.03 LPers art. 2 RLPers art. 3-155

Directive LPers n 02.03 LPers art. 2 RLPers art. 3-155 Directive LPers n 02.03 LPers art. 2 RLPers art. 3-155 Stages 1. Champ d application La présente directive s applique à l ensemble des services et offices de l Administration cantonale vaudoise, y compris

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC DIRECTION DE LA FORMATION, DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC Présentation : Monsieur KASSI N GUESSAN N Jacques DIRECTEUR DE LA FORMATION,

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 25 ET 26 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 25 ET 26 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2013/O1/070 ASSEMBLEE DE CORSE 1 ERE SESSION ORDINAIRE DE 2013 REUNION DES 25 ET 26 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF SUBVENTIONNEMENT

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL

SEMINAIRE INTERNATIONAL SOUS LE HAUT PATRONAGE DU MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE LA PROTECTION DE LA NATURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE DU CAMEROUN (MINEPDED) SEMINAIRE INTERNATIONAL THEME «Évolution des systèmes d évaluation

Plus en détail

Textes de référence : 212-38-2, 212-25, 212-28, 212-29 du règlement général de l AMF. Article 2 Contenu du prospectus... 2

Textes de référence : 212-38-2, 212-25, 212-28, 212-29 du règlement général de l AMF. Article 2 Contenu du prospectus... 2 Instruction AMF Prospectus établi pour l offre au public de certificats mutualistes des sociétés d assurance mutuelles agréées (SAM), des caisses d assurance et de réassurance mutuelles agricoles agréées

Plus en détail

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL Réaffirmant notre attachement à la troisième République du Mali ; Réaffirmant également notre

Plus en détail

PRESENTATION DU DISPOSITIF Période 2011-2012 (version décembre 2011)

PRESENTATION DU DISPOSITIF Période 2011-2012 (version décembre 2011) FONDS D AIDE AU FOOTBALL AMATEUR CHAPITRE «EQUIPEMENT» FINANCEMENT D INSTALLATIONS SPORTIVES DEDIEES A LA PRATIQUE DU FOOTBALL PRESENTATION DU DISPOSITIF Période 2011-2012 (version décembre 2011) 1 FONDS

Plus en détail

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE Ville de CHARENTON 1 SOMMAIRE I PREAMBULE... 3.4 II Les engagements de la ville de Charenton... 5 Respecter la vie démocratique... 5 Garantir aux associations une écoute et

Plus en détail

SUR rapport du Comité exécutif, il est, PROPOSÉ PAR: Aglaia Revelakis

SUR rapport du Comité exécutif, il est, PROPOSÉ PAR: Aglaia Revelakis PROVINCE DE QUEBEC VILLE DE LAVAL MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie n est offerte quant à l exactitude

Plus en détail

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 1 Sommaire Une réforme pour qui? Une réforme pour quoi? Objectifs et bénéfices attendus - Répondre plus rapidement

Plus en détail

Télétravail Proposition de groupe de travail sur le télétravail Section de l Ifen, version 16 septembre 2010

Télétravail Proposition de groupe de travail sur le télétravail Section de l Ifen, version 16 septembre 2010 Télétravail Proposition de groupe de travail sur le télétravail Section de l Ifen, version 16 septembre 2010 1/ Introduction : pourquoi s intéresser au télétravail? 2 / Définition du télétravail 3/ Etat

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 4EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013 25 ET 26 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 4EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013 25 ET 26 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2013/E4/133 ASSEMBLEE DE CORSE 4EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013 25 ET 26 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF ATTRIBUTION D UNE SUBVENTION

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS ANNEXE 2015-CA619-04.08.02-R6676 CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS Adopté le 7 décembre 2015. Table des matières 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs et portée... 1 2.1 Objectifs... 1 2.2 Portée...

Plus en détail

Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants

Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants DMAT TASK FORCE Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants Introduction En réponse aux turbulences de ces derniers mois sur les marchés financiers, le législateur a pris certaines mesures visant notamment

Plus en détail

LA PROCÉDURE PARTICIPATIVE

LA PROCÉDURE PARTICIPATIVE LA PROCÉDURE PARTICIPATIVE Il convient d attirer l attention sur cette procédure trop méconnue des avocats alors qu elle leur permet de jouer pleinement leur rôle, parce qu elle doit être choisie par les

Plus en détail

Le Volontariat national au Burkina Faso. Tous engagés, Tous à y gagner

Le Volontariat national au Burkina Faso. Tous engagés, Tous à y gagner Le Volontariat national au Burkina Faso Tous engagés, Tous à y gagner Plan de la présentation 1. Notre histoire 2. Notre mission et objectif 3. Notre statut 4. La loi sur le volontariat national au Burkina

Plus en détail

Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre]

Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre] RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre] NOR : [ ] La ministre de l

Plus en détail

GUIDE D AGREMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE (PSCE) & D OBTENTION DU CERTIFICAT DE CONFORMITE

GUIDE D AGREMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE (PSCE) & D OBTENTION DU CERTIFICAT DE CONFORMITE GUIDE D AGREMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE (PSCE) & D OBTENTION DU CERTIFICAT DE CONFORMITE AVRIL 2011 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 II. REFERENCES REGLEMENTAIRES... 4

Plus en détail

Comment rédiger une proposition de financement

Comment rédiger une proposition de financement Comment rédiger une proposition de financement (Comment élaborer un projet qui sera une réussite) 19 avril 2010 Vous avez une idée de projet Tracez les grandes lignes du projet, clarifiez-le dans votre

Plus en détail

L ADM DANS LE CONTEXTE DE LA DECENTRALISATION. MISE EN ŒUVRE DU PRECOL

L ADM DANS LE CONTEXTE DE LA DECENTRALISATION. MISE EN ŒUVRE DU PRECOL AGENCE DE DEVELOPPEMENT MUNICIPAL L ADM DANS LE CONTEXTE DE LA DECENTRALISATION. MISE EN ŒUVRE DU PRECOL 1 Rappel : Projets antérieurs au PAC 1972-1er Projet Urbain Objectif : produire 15 200 parcelles

Plus en détail

2-99-71 9 1420 (16 2000) 13-99 ( B.O.

2-99-71 9 1420 (16 2000) 13-99 ( B.O. Décret n 2-99-71 du 9 hija 1420 (16 mars 2000) pris pour l'application de la loi n 13-99 portant création de l'office marocain de la propriété industrielle et commerciale ( B.O. n 4778 du 16/03/2000).

Plus en détail

ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA COMMISSION D ENQUETE PARLEMENTAIRE

ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA COMMISSION D ENQUETE PARLEMENTAIRE CEREMONIE DE REMISE DU RAPPORT DE LA COMMISSION D ENQUETE PARLEMENTAIRE SUR LA FRAUDE FISCALE, L IMPUNITE FISCALE, LES RESTES A RECOUVRER DES REGIES DE RECETTES AINSI QUE LES CHEQUES REVENUS IMPAYES DU

Plus en détail

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE CONVENTION DE SUBVENTION DU CER ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

(CNAPS) CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI. Prestataires et clients de la sécurité privée. PourQuoi LE CNAPS?

(CNAPS) CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI. Prestataires et clients de la sécurité privée. PourQuoi LE CNAPS? CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI ENTRÉE EN SERVICE AU 1ER JANVIER 2012 (CNAPS) Prestataires et clients de la sécurité privée TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR

Plus en détail

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION.

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION. Ce document est la propriété de la Banque Carrefour de la sécurité sociale. La publication de ce document ne préjudicie nullement aux droits de la Banque Carrefour de la sécurité sociale à l'égard de ce

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-58 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-58 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-58 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

JORF n 0125 du 31 mai 2014. Texte n 14. ORDONNANCE Ordonnance n 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif NOR: FCPX1406454R

JORF n 0125 du 31 mai 2014. Texte n 14. ORDONNANCE Ordonnance n 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif NOR: FCPX1406454R Le 1 juin 2014 JORF n 0125 du 31 mai 2014 Texte n 14 ORDONNANCE Ordonnance n 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif NOR: FCPX1406454R Le Président de la République, Sur le rapport

Plus en détail

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel Texte approuvé

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Actualisé au 24/01/2011 DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Mode opératoire à l attention des maîtres d ouvrage Préambule L Assemblée régionale a validé lors

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43 29 Rajab 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43 15 Décret exécutif n 09-240 du 29 Rajab 1430 correspondant au portant statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps des psychologues

Plus en détail

PREAMBULE A LA CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE, DECLARATIONS D ENGAGEMENT

PREAMBULE A LA CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE, DECLARATIONS D ENGAGEMENT Le Ministre de l Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement Le Ministre de l Education nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche Le Ministre délégué à l Emploi, au Travail et à l Insertion

Plus en détail

STATUTS TITRE 1 FORME, OBJET, DENOMINATION, SIEGE, DUREE.

STATUTS TITRE 1 FORME, OBJET, DENOMINATION, SIEGE, DUREE. STATUTS ARTICLE 1 FORME. TITRE 1 FORME, OBJET, DENOMINATION, SIEGE, DUREE. Aux termes d un acte sous seing privé, fait à Rennes le 5 Mai 1985, il a été constitué une association régie par les dispositions

Plus en détail

Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée

Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée pour la clientèle résidentielle et non résidentielle

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

Contrat d accès au réseau de distribution d électricité (dénommé ci-après Contrat d accès )

Contrat d accès au réseau de distribution d électricité (dénommé ci-après Contrat d accès ) Contrat d accès au réseau de distribution d électricité (dénommé ci-après Contrat d accès ) Référence du contrat : Entre : Code EAN-GLN : Siège social : Numéro d entreprise : Numéro de TVA : Représenté

Plus en détail

CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE

CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE Être fonctionnaire La catégorie de fonctionnaire de l État regroupe tous les agents publics titulaires qui travaillent : pour l administration centrale (les ministères, dont

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47

CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47 CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47 Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) et ses acteurs sur le lot et Garonne (47), sont souvent mal identifiés par les entreprises

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMANDITES

POLITIQUE DE COMMANDITES POLITIQUE DE COMMANDITES Adoptée le 12 août 2015 Afin de simplifier le texte, l entité qui soumet la demande est identifiée dans ce document comme «demandeur», qu il s agisse d un organisme, d un événement

Plus en détail

Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012. Pourquoi réfléchir sur le tutoré?

Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012. Pourquoi réfléchir sur le tutoré? Pourquoi réfléchir sur le tutorat? Pourquoi réfléchir sur le tuteur? 16 février 2012 Pourquoi réfléchir sur le tutoré? Pourquoi réfléchir sur notre rôle? 1 Place et rôle du tuteur dans les dispositifs

Plus en détail

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER

Plus en détail

Le DPC, en bref. mars 13 n 2

Le DPC, en bref. mars 13 n 2 L OGDPC mars 13 Le DPC, en bref une obligation annuelle pour tous les professionnels de santé une démarche active tout au long de l exercice professionnel une formation professionnelle continue : l acquisition

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus 80 Appui à la mise en application du

Plus en détail

Périmètre : les associations au cœur de l ESS

Périmètre : les associations au cœur de l ESS La version définitive du projet de loi sur l Économie sociale et solidaire a été adoptée lundi 21 juillet 2014 par le Parlement. Fruit de près de deux ans de réflexion et de travaux auxquels Le Mouvement

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Téléconseiller(ère) Dossier de recevabilité VAE Candidat : Nom

Plus en détail

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse 5 juin 2015 Sommaire 1. Bilan 2014 1. Les missions permanentes 1. Assurance Banque Épargne Info Service 2.

Plus en détail

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 Adoption des Statuts par le Conseil d administration de France Bois Forêt (FBF) le 10.12.2015 et l Assemblée générale extraordinaire du 06.01.2016. Les

Plus en détail

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 CP 10-981 ANNEXE 1 A LA DELIBERATION 07/10/10 10:10:00 4 Université Paris 8 Extension de l IUT de Montreuil Convention de cofinancement n 10 ES 03 La Région Ile-de-France,

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

Plan stratégique du Bureau de la recherche Adam Dodek, Vice-doyen à la recherche & Professeur agrégé

Plan stratégique du Bureau de la recherche Adam Dodek, Vice-doyen à la recherche & Professeur agrégé Faculté de droit Faculty of Law (Common Law) Fauteux Hall 57 Louis Pasteur Pvt Ottawa, ON K1N 6N5 Plan stratégique du Bureau de la recherche Résumé Les principaux objectifs du Bureau de la recherche au

Plus en détail

DIPLOME D ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. REGLEMENT DES STAGES (ancien régime)

DIPLOME D ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. REGLEMENT DES STAGES (ancien régime) DIPLOME D ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE REGLEMENT DES STAGES (ancien régime) I - Extrait de l Arrêté du 5 septembre 1989 modifié relatif aux études préparatoires et au Diplôme d Etat de masseur-kinésithérapeute

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions à l intention des jeunes exposés à la délinquance Action de remobilisation pour prévenir le basculement dans la délinquance PARCOURS CITOYEN Nature du porteur

Plus en détail

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges»

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Gestion des compétences La démarche de Sonelgaz MOHAND

Plus en détail

Arrêté ministériel n 1250/CAB/MIN/S/ZKM/043/MC/2006 du 18 décembre 2006 portant création du Comité National d Éthique de la Santé, en sigle «CNES» 1

Arrêté ministériel n 1250/CAB/MIN/S/ZKM/043/MC/2006 du 18 décembre 2006 portant création du Comité National d Éthique de la Santé, en sigle «CNES» 1 Arrêté ministériel n 1250/CAB/MIN/S/ZKM/043/MC/2006 du 18 décembre 2006 portant création du Comité National d Éthique de la Santé, en sigle «CNES» 1 Le Ministre de la Santé Vu la Constitution de la République

Plus en détail