La Banque nationale doit contrôler le franc en se fixant un objectif de taux de change

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Banque nationale doit contrôler le franc en se fixant un objectif de taux de change"

Transcription

1 CON FERENCE D E P R E S S E D U 6 F E V R I E R Daniel Lampart, premier secrétaire et économiste en chef de l USS La Banque nationale doit contrôler le franc en se fixant un objectif de taux de change Position et revendications des syndicats Les chapitres ci-après contiennent une analyse de la surévaluation du franc, de la marge de manœuvre de la Banque nationale suisse (BNS) et des effets de la situation actuelle sur l économie réelle. Il en découle la position et les revendications suivantes : Les problèmes de taux de change ne peuvent être résolus qu avec la politique monétaire. La politique monétaire doit veiller à ce que le cours du franc soit supportable pour l économie réelle. Le cours correct est supérieur à 1,30 franc pour un 1 euro. Vu la persistance des risques conjoncturels et l inflation quasi nulle dans la zone euro, l économie suisse en a particulièrement besoin. Ici, l instrument le plus efficace est un cours plancher explicite ou un cours explicitement visé, si nécessaire complété par des intérêts négatifs ou, si besoin est, des restrictions au marché du franc. Pas de baisse des salaires : étant donné la faible part (20 %) des coûts totaux représentés par les salaires (moyenne dans l industrie), les baisser ne permet guère d économiser réellement des coûts. D un autre côté, les baisses de salaire aggraveraient les problèmes de toute l économie parce qu elles entraîneraient un repli de la demande aussi pour l économie intérieure (commerce de détail, construction et autres), et parce que l économie d exportation va avoir encore plus de difficulté à trouver du personnel spécialisé. Les entreprises qui ont des problèmes de coûts devront alors s attaquer à leurs coûts de matériel, d intérêt et autres. Mettre en œuvre systématiquement la protection des salaires prévue par la loi : en Suisse, on doit verser des salaires suisses. C est ce que demandent entre autres les mesures d accompagnement. Il est illégal de dégrader la situation des frontaliers et frontalières. Et il en va de même du report du risque entrepreneurial sur le personnel (salaires en euros, etc.). L USS s engage, entre autres dans les commissions tripartites, pour le contrôle des salaires et la lutte contre les abus. Chômage partiel en cas de commandes lacunaires : pour faire obstacle au chômage, les entreprises doivent introduire le chômage partiel si les commandes leur font défaut.

2 2 Assurance contre les risques de change via l assurance contre les risques à l exportation : de nombreuses entreprises n ont pas pu s assurer ou ne l ont pu que difficilement contre les risques de change. Ici, l assurance contre les risques à l exportation doit pouvoir leur offrir des solutions. Les tiroirs du département de M. Schneider-Ammann contiennent des propositions immédiatement réalisables. Renoncement des pouvoirs publics à des programmes d austérité : les mesures d économie prévues renforcent les risques de récession. Dans leur grande majorité, elles sont inutiles, car elles se basent sur des budgets trop pessimistes. De plus, la Confédération et les cantons profitent de taux d intérêt nuls ou négatifs qui rendent ces programmes a fortiori superflus. Préserver et simplifier l accès au marché de l Union européenne avec les Accords bilatéraux. Ceux-ci sont plus importants que jamais pour la sécurité des salaires et de l emploi. En plus, on peut faciliter la vente des produits suisses en supprimant les obstacles que représentent certaines formalités et dispositions douanières. Une surévaluation du franc dangereusement forte Depuis que la BNS a aboli le cours plancher de 1,20 franc pour 1 euro, le franc est hors contrôle. Il fluctue désormais autour de 1,05 franc pour 1 euro. Or, son cours correct devrait être supérieur à 1,30 franc pour 1 euro (graphique 1). Avec un tel cours, il serait surévalué de nettement plus que 20 % (graphique 2). Graphique 1 : cours franc/euro Parité de pouvoir d achat 2013 (estimations avec plusieurs données/méthodes 1 ) tiefer Valeur Wert basse hoher Valeur Wert élevée Valeur Mittelwert moyenne Tous Alle les Güter biens Biens Handelbare commercialisables Güter Prix Konsumentenpreise à la consommation Salaires Nominallöhne nominaux 1 «Tous les biens» : selon la comparaison internationale des prix de l Office fédéral de la statistique (OFS) ; «biens commercialisables» : a) biens d investissements ainsi que b) biens de consommation commercialisables selon la comparaison internationale des prix de l OFS ; «prix à la consommation» : a) variations de la valeur moyenne à long terme de la valeur externe réelle selon la BNS, ainsi que b) prix des biens de consommation selon la comparaison internationale des prix de l OFS ; «salaires nominaux» : variation de la valeur moyenne à long terme des coûts salariaux unitaires par rapport aux voisins allemand, français, italien et autrichien.

3 3 Graphique 2 : Surévaluation estimée du franc par rapport à l euro (en %) 25% 20% 15% 10% 5% 0% % Si la surévaluation du franc persiste, la BNS aura alors très fortement dégradé la situation pour l économie réelle par son renoncement au taux plancher. De fait, les conditions actuelles sont à de nombreux égards plus difficiles que lors de l introduction du cours plancher en septembre 2011, bien que les perspectives conjoncturelles sont aujourd hui un peu meilleures qu en Une surévaluation plus forte qu en 2010/2011 : la forte appréciation du franc à partir de 2010 partait d un cours «équitable» de 1,50 franc/1 euro et a duré plus d un an et demi environ. Avec le cours plancher de 1,20 franc/1 euro, le franc devrait avoir été surévalué d environ 10 %. Le 15 janvier, il s est par contre apprécié en un jour de 15 % supplémentaires, sa surévaluation devant désormais être de près de 25 % (graphique 2). À cause de l inflation zéro dans la zone euro, il faut plus s attendre, en Suisse, à une correction de la surévaluation via des baisses des prix et des coûts : aujourd hui, l inflation est proche de zéro dans la zone euro (sans le pétrole et les denrées alimentaires). Lors de la forte appréciation du franc en 2010/2011, elle était par contre de 1,6 à 2,7 % (graphique 3). Grâce à une inflation zéro, on a pu réduire à l époque en Suisse les différences de prix et de coûts par rapport à la zone euro causées par cette appréciation. Vu l inflation actuellement très basse dans la zone euro, on peut par contre supprimer les différences de prix et de coûts presque uniquement en baissant les prix et les coûts en Suisse. Plus d incertitudes et de volatilité : le cours plancher a stabilisé le franc. Depuis septembre 2011, les entreprises ont au moins pu partir de l hypothèse, malgré la surévaluation, que le cours de 1,20 franc pour 1 euro serait maintenu. Aujourd hui, outre la surévaluation, l incertitude règne. Les variations (volatilité) du cours du franc sont beaucoup plus fortes qu avec le taux plancher.

4 4 Inflation négative, pression sur les salaires et chômage menacent La forte surévaluation du franc devrait avoir d importantes conséquences négatives pour l économie réelle. Les premières entreprises ont déjà décidé des licenciements et des baisses de salaire. Si le cours du franc reste à 1 franc pour 1 euro durant l année, nous prévoyons, avec nos modèles, une stagnation du PIB et un taux de chômage de 3,7 % en L inflation sera négative. Avec un prix du pétrole de 50 dollars le baril, elle serait de -1,5 à -2 %. Le tableau ci-dessous montre les estimations modélisées de l USS des effets d une appréciation du franc de 1,20 à 1,10 franc, respectivement 1 franc pour 1 euro. Incidence sur l économie réelle du relèvement du taux plancher (estimations modélisées) Appréciation de la valeur extérieure nominale 8 % (1,1 Fr./1 euro) 17 % (1 Fr./1 euro) PIB -0,9 % -1,8 % Indice suisse des prix à la consommation -0,3 % -0,7 % Emploi -0,4 % -0,8 % Taux de chômage +0,2 point de %. +0,5 point de %. Ces estimations modélisées offrent des points de repère sur l ordre de grandeur des effets. Elles se basent sur des situations et des formes de réaction connues ces 25 dernières années. Mais l évolution effective peut leur être différente. Par exemple, si les entreprises partent de l hypothèse que le cours du franc va à nouveau sensiblement s affaiblir d ici peu, elles resteront plus disposées à conserver leur personnel. Une évolution moins bonne serait possible si le franc surévalué se situait à un niveau jugé critique par beaucoup d entreprises. Les effets seraient alors plus marqués. On ne peut savoir quand ce sera le cas qu à partir des d informations de celles-ci 2. Les baisses de salaires proposées ici ou là sont une erreur, tant économiquement que politiquement. La part des frais de personnel au chiffre d affaires sont en moyenne d environ 20 % dans l industrie, alors que les dépenses de matériel représentent environ 50 % 3. Pour compenser la surévaluation du franc, il faudrait par conséquent beaucoup baisser les salaires. C est impensable. Aujourd hui déjà, l industrie a du mal de trouver de la main-d œuvre bien qualifiée et de la garder. Les baisses de salaire empoisonneraient toute l économie. Les détaillants pourraient moins vendre et les carnets de commandes de la construction aussi se dégraderaient. Dans le pire des cas, à cause des tendances déflationnistes, une crise de l immobilier se déclencherait même. Les problèmes causés par la surévaluation du franc se trouvent encore renforcés par la politique financière. La politique d austérité surtout celles des cantons et de la Confédération prive l économie d un volume de pouvoir d achat correspondant à environ 0,7 % du PIB, comme le montrent les statistiques des budgets et plans financiers de l Administration fédérale des finances. Le gel des embauches dans les pouvoirs publics demandé par economiesuisse et d autres acteurs aggraverait encore plus le problème. 2 3 Les études disponibles à ce jour ne traitent pas ces questions. Mais elles montrent qu une grande partie des entreprises de l industrie ne pourront compenser qu à moitié environ cette pression via des importations plus avantageuses (cf. Bannert, M., D. Drechsel, H. Mikosch et S. Sarferaz (2015 : «How are firms affected by exchange rate shocks? - Evidence from survey based impulse responses», KOF Working Paper Series, N 371). OFS, Résultats comptables des entreprises suisses.

5 5 Graphique 3 : Impulsion fiscale : effets de la politique financière sur le PIB (variation du solde budgétaire, valeur négative = demande publique de biens inférieure) 0.1% 0.0% -0.1% -0.2% -0.3% -0.4% -0.5% -0.6% -0.7% -0.8% Total Staat : total État Conféd. Bund Cantons Kantone La BNS doit agir : le mandat clair de la loi sur la Banque nationale La BNS doit remplir un mandat de politique monétaire clair. Selon l article 5 de la loi sur la banque nationale (LNB) : elle «conduit la politique monétaire dans l intérêt général du pays. Elle assure la stabilité des prix. Ce faisant, elle tient compte de l évolution de la conjoncture.» Assurer la stabilité des prix, cela signifie combattre tant la déflation que l inflation. La lutte contre la baisse des salaires en fait aussi partie. En même temps, la BNS a un objectif conjoncturel. Or, avec l abolition du taux plancher, il n est plus rempli. Les prix baissent, les salaires sont sous pression et le chômage augmente. Selon son mandat, la BNS doit intervenir et combattre la surévaluation du franc. Si le cours de ce dernier par rapport à l euro se stabilise aux alentours de la parité, les risques de déflation devraient, à cause des trois différences citées en introduction, être même plus grands qu en 2010/2011. La défense d un taux plancher aurait été possible : brève analyse On ne sait toujours pas tout à fait clairement aujourd hui pourquoi la BNS a abandonné le taux plancher. La BNS peut a priori toujours combattre une appréciation du franc parce qu elle peut «produire» à elle seule sans fin des francs et les mettre sur le marché. De ce fait, elle est plus puissante et plus forte que tous les autres acteurs du marché. Fondamentalement, des taux plancher sont aussi appliqués dans d autres pays au moyen d interventions directes (achats de monnaies étrangères). Cela peut, dans le cas d une pression à l appréciation, avoir effectivement pour effet que davantage de francs soient vendus contre des euros et que les réserves en devises étrangères augmentent. Mais ce n est a priori pas problématique, tant que ces réserves en devises étrangères sont liquides, respectivement peuvent être revendues ultérieurement. Du point de vue économique, une «croissance du bilan» de la BNS ne devrait pas inquiéter.

6 6 Mais, même si l on pense que les réserves de la BNS en devises étrangères ne devraient plus augmenter fortement, cela ne signifie de loin pas que le taux plancher doit être abandonné. En effet, la BNS aurait eu d autres instruments à sa disposition. Elle peut par exemple rendre le franc inintéressant avec des taux d intérêt négatifs. Malheureusement, fin 2014, elle n a fait qu annoncer l introduction un mois plus tard d un taux négatif de (seulement) -0,25 %. Elle peut aussi apporter des restrictions au marché des devises et des capitaux, si nécessaire avec l aide du Conseil fédéral ou du Parlement. Les activités de politique monétaire de la BNS sont très opaques. Mais si la BNS a dû davantage intervenir, c est sans doute pour une part considérable à cause du très faible différentiel de taux par rapport à l euro apparu dès l automne (voir aussi l évaluation économique en annexe). De fait, comme la Banque centrale européenne (BCE) a baissé ses taux, ceux-ci se sont rapprochés toujours plus des taux suisses (graphique 4). La différence de taux, relativement grande lors de l introduction du taux plancher, a diminué pour presque disparaître. Un investisseur qui a changé alors des euros en francs, a alors obtenu pratiquement les mêmes rendements. En ce domaine, francs ou euros, c était toujours plus du pareil au même. C est pourquoi, pour à nouveau maintenir les investisseurs plus éloignés du franc, un différentiel de taux plus grand aurait, pour ainsi dire, été nécessaire. Étant donné les taux d intérêt très bas dans la zone euro, ce n est possible qu avec des taux d intérêt négatifs. Pourquoi la BNS n a-t-elle pas introduit des taux assez négatifs pour alléger la défense du taux plancher? C est toujours le secret de son directoire. Graphique 4 : Taux d intérêt à court terme franc et euro Francs: taux libor à 3 mois Euros: taux libor à 3 mois

7 7 Taux plancher : la normalité en politique monétaire suisse L histoire de la politique monétaire montre que les taux plancher sont la règle et non l exception. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, le franc a été la plupart du temps lié à d autres monnaies sous une forme ou une autre, explicitement ou implicitement. Ces phases se caractérisent par une évolution relativement équilibrée des cours de change. Les phases pendant lesquelles la BNS n a pas piloté le franc avec des buts de change sont par contre des périodes de fortes variations des cours de change. Après la disparition du système de Bretton-Woods dans les années 1970, il n y eut plus d objectif pour le cours du franc. Par la suite, notre monnaie s est fortement appréciée. Afin de reprendre le contrôle sur cette évolution indésirable, la BNS introduisit en 1978 un taux plancher par rapport au Deutschemark de 80 centimes pour 1 Deutschemark. Ce faisant, elle indiquait clairement aux investisseurs et aux spéculateurs où se situaient les limites. Ce taux plancher n a jamais été abandonné jusqu à l introduction de l euro en La limite était ferment fixée sur le marché des devises et on n est pratiquement jamais passé au-dessous (graphique 5). Après l introduction de l euro, la BNS a fixé les limites de 1,50 franc, respectivement 1,45 franc sur le marché en baissant ses taux d intérêt lorsque le franc risquait de passer sous ces limites. Mais elle a renoncé à ce pilotage au moyen de cours planchers explicites ou implicites, qui fut un succès, contribuant ainsi à l appréciation du franc qui s en est suivie. Le 12 décembre 2009, elle a fait savoir qu elle ne combattrait plus qu une appréciation du franc qui serait «excessive», après qu il ait été clairement dit qu elle combattrait elle-même l appréciation. Simultanément, elle signalait qu elle ne maintiendrait «pas ( ) indéfiniment» sa «politique monétaire expansionniste». Le 18 mars 2010, elle disait que l économie devait se préparer à ce que le taux de change soit, dans un moment futur, de nouveau soumis aux forces du marché. Peu après ces déclarations, les limites convenues du taux de change de 1,50 franc, respectivement 1,45 franc pour 1 euro volaient en éclats. Les spéculateurs étaient en effet précisément invités à tester ce que la BNS pensait réellement avec ses affirmations, malgré ses anciennes interventions. Les interventions sur le marché des devises qui ont suivi n ont eu que des effets limités, car le cours de change visé n était pas clair. Ce n est qu avec l introduction du nouveau taux plancher de 1,20 franc/1 euro que le calme s est rétabli. La spéculation sur les devises était devenue inintéressante et le franc est resté stable. En abolissant cette limite, on a déclenché une évolution incontrôlée. Les marchés des devises ont besoin d être clairement guidés, car ils peuvent s éloigner pendant longtemps des cours supportables pour l économie réelle.

8 8 Graphique 5 : Cours du franc et taux plancher Cours D-Mark-Kurs Cours Euro-Kurs euro Plancher Grenze ,45 Fr./Euro Fr./1 euro Untergrenze Plancher ct./1 Rp./D-Mark Grenze Plancher ,50 Fr./Euro Fr./1 euro Untergrenze Plancher 1, Fr./1 Fr./Euro euro Les petites économies ouvertes se protègent contre les chocs des taux de change Presque toutes les petites économies ouvertes protègent leur économie réelle des grandes fluctuations des taux de change 4, que ce soit parce qu elles ont introduit l euro (Belgique, Pays-Bas, etc.) ou lié leur monnaie à une (p. ex. Danemark) ou plusieurs (p. ex. Singapour) monnaies importantes. Au plan international, la Norvège et la Suède sont pratiquement les seuls pays avec la Suisse a avoir une monnaie librement négociable. Mais il s agit des monnaies relativement insignifiantes dans le commerce international des devises. Contrairement au franc, ce ne sont pas des monnaies de placement ou des monnaies refuge classiques (parts de marché : couronne norvégienne, 1,4 % ; couronne suédoise, 1,8 % ; franc suisse : 5,2 %) 5. En outre, ces pays ont, avec 40 % une part d exportation au PIB plus faible que la Suisse (env. 70 %). 4 5 https://www.imf.org/external/np/mfd/er/2008/eng/0408.htm.

9 9 Annexe : Différence de taux franc/euro et réserves en devises de la BNS Dependent Variable: D(WAEHR_RESERVEN_FC) Method: Least Squares Date: 01/23/15 Time: 08:56 Sample: 2011M M12 Included observations: 39 Variable Coefficient Std. Error t-statistic Prob. C LIBOR_EUR_3MT-LIBOR_CHF_3MT D(LRATE_ITA_10Y(-1)-LRATE_EUR_10Y(-1)) LRATE_ITA_10Y(-1)-LRATE_EUR_10Y(-1) R-squared Mean dependent var Adjusted R-squared S.D. dependent var S.E. of regression Akaike info criterion Sum squared resid 1.02E+10 Schwarz criterion Log likelihood Hannan-Quinn criter F-statistic Durbin-Watson stat Prob(F-statistic) D(WAEHR_RESERVEN FC) : variation des réserves en devises étrangères par rapport au mois précédent LIBOR_EUR_3MT : taux libor à 3 mois en euros LIBOR_CHF_3MT : taux libor à 3 mois en francs LRATE_ITA_10Y : rendements des emprunts d État italiens à 10 ans LRATE_EUR_10Y : rendements d un emprunt obligataire en euros à 10 ans LRATE_ITA_10Y-LRATE_EUR_10Y : indicateur de stress dans le système de l euro

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois S I X M OI S APRES L AB A N D ON D U CO U R S P L A N CH E R, UN BI L AN DE L USS Berne, le 14 juillet 2015 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS et économiste en chef Il faut un objectif de cours,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5

C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5 C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS Revendications salariales des syndicats de l USS Bonne situation des affaires dans de nombreuses

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Un chèque pour les primes des caisses-maladie et un programme d investissement contre la destruction des emplois par l État

Un chèque pour les primes des caisses-maladie et un programme d investissement contre la destruction des emplois par l État CONFÉRENCE DE PRESSE DU 9 JUIN 2009 Berne, le 9 juin 2009 Un chèque pour les primes des caisses-maladie et un programme d investissement contre la destruction des emplois par l État Daniel Lampart, économiste

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante

en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE MONETAIRE en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante 23 OCTOBRE 2011 La force du franc pose d importants problèmes aux entreprises

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS 1920 MARTIGNY 1951 SION 3963 CRANS-MONTANA 1870 MONTHEY 3960 SIERRE 1205 GENÈVE www.fidag-sa.ch TABLE DES MATIERES 1. Droit de la révision comptable... 3 2. Droit

Plus en détail

Correction Exam Final Macro du 14/05/2013

Correction Exam Final Macro du 14/05/2013 Correction Exam Final Macro du 14/05/2013 Sumudu Kankanamge : sumudu.kankanamge@univ-tlse1.fr Remarque Un mot sur la correction : comme il s agit d un devoir de Macroéconomie, je pense que c est important

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a Monsieur PERRACHON Liquidateur de la Société d'aménagement du Morbihan 10, rue Saint-Tropez Boite postale 55 56002 VANNES CEDEX Par lettre du 17 septembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes)

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE: Une calculette non-programmable et non graphique. REMARQUE IMPORTANTE :

Plus en détail

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse Fiche d information 1 : intérêts négatifs et contrôle des flux de capitaux L essentiel en bref : Plus de trois quarts du volume de francs

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Résumé Les coûts

Plus en détail

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession www.elections.ch FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE CONJONCTURELLE faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession Quel est le rôle de l Etat en phase de ralentissement conjoncturel? Lorsque

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt 1 Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt Bilan du concept de politique monétaire de la BNS Jean-Pierre Roth Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Université de

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

SITUATION ET PRÉVISIONS CHIMIE/INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

SITUATION ET PRÉVISIONS CHIMIE/INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE SITUATION ET PRÉVISIONS CHIMIE/INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE Juillet 2013 Traduction de l étude «Lage und Prognosen Chemie/ Pharma» réalisée par BAKBASEL Traduction faite par Anne Fritsch, Verbanet, et Virginie

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

L'entreprise et la conjoncture économique générale

L'entreprise et la conjoncture économique générale L'entreprise et la conjoncture économique générale PF Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - La conjoncture économique 9 A. Définir la conjoncture économique...9 II - Les incidences de la politique

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail