L ECONOMIE DE LA SANTE: FACTEUR DE DEVELOPPEMENT DE LA SANTE. Pr LAMRI Larbi Economiste de la santé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ECONOMIE DE LA SANTE: FACTEUR DE DEVELOPPEMENT DE LA SANTE. Pr LAMRI Larbi Economiste de la santé"

Transcription

1 L ECONOMIE DE LA SANTE: FACTEUR DE DEVELOPPEMENT DE LA SANTE Pr LAMRI Larbi Economiste de la santé

2 HISTORIQUE NEE APRES LA 2 ème GUERRE MONDIALE LA FIN DE LA GUERRE ( ): EVOLUTION MAJEURE DE LA PROTECTION SOCIALE DANS LES PAYS OCCIDENTAUX (Santé et Sécurité Sociale) AG ONU Paris 1948, article 22: Droit à la Sécurité Sociale Création et généralisation de la sécurité sociale: pays développés Développement sans précédent des systèmes de santé occidentaux Dépense Nationale de Santé (DNS) augmentait plus vite que le PIB (richesse)

3 HISTORIQUE Uncertainty and the Welfare Economics of Medical Care», article publié dans l American Economic Review en 1963 par Kenneth J. Arrow (prix nobel d économie) = acte fondateur, naissance de la discipline : ECONOMIE DE LA SANTE Marché des soins médicaux -- Dysfonctionnements liés à l imperfection et à l asymétrie de l information avec une prise en charge inadéquate des risques

4 ECONOMIE DE LA SANTE Discipline récente - Importance accrue suite aux crises économiques et aux déficits des systèmes de sécurité sociale - Propose des solutions aux problèmes économiques financiers de la santé Définition - Besoins sanitaires illimités et ressources limitées - Manière de répartir les ressources rares entre des buts compétitifs

5 ECONOMIE DE LA SANTE Un seul objectif: Utilisation optimale des ressources disponibles Affecter les ressources disponibles vers les activités à meilleure efficacité (rendement) Faire le + - avec le

6 MATRICE DECISIONNELLE COUT EFFICACITE RESULTAT Mauvais Passable Très mauvais Solution optimale

7 RELATIONS : ECONOMIE/SANTE RELATIONS ETROITES ENTRE ECONOMIE ET SANTE: CERCLE VICIEUX Faible niveau sanitaire de la population Faible niveau de production, de revenus Faible niveau de vie/consommation de services de santé

8 RELATIONS : ECONOMIE/SANTE RELATIONS ETROITES ENTRE ECONOMIE ET SANTE: CERCLE VERTUEUX Etat de santé satisfaisant de la population Appréciable niveau de production et de productivité Niveau élevé de consommation de services de santé et d autres de bien être

9 RELATIONS : ECONOMIE/SANTE AUTRES RELATIONS Economie moribonde -->limite les moyens à la santé - Chômage important - Recettes fiscales moindres, budget santé insuffisant - Déficits des organismes de la sécurité sociale - Rationnement des médicaments et équipements - Dévaluation monétaire (augmentation des coûts des inputs importés -médicaments et équipements médicaux)

10 RELATIONS : ECONOMIE/SANTE AUTRES RELATIONS Economie forte ---> donne les moyens à la santé - Forte croissance permet d augmenter le budget santé - La croissance économique stimule un bon état de santé - La croissance crée de l emploi qui implique à son tour une augmentation des ressources de la sécurité sociale - Une forte croissance économique renforce la parité de la monnaie locale ce qui implique une réduction des coûts des inputs importés (médicaments, équipements)

11 RELATIONS : ECONOMIE/SANTE AUTRES RELATIONS (santé= machine économique) Santé = secteur d emploi (7% de l emploi global) - personnel médical - personnel paramédical - autres (administratifs, techniques) Débouché pour les industries pharmaceutiques et des équipements bio-médicaux (exemple: tout hôpital français est équipé à 80% de matériel français) Marché / produits (literie, draperie, alimentation..)

12 ECONOMIE DE LA SANTE AGENTS DU MODELE ECONOMIQUE DE LA SANTE? Les prestataires publics de soins Les prestataires privés de soins Les patients L Etat Les assurances «Entreprises médicaments et équipements médicaux»

13 ECONOMIE DE LA SANTE MODELE ECONOMIQUE DE LA SANTE PATIENTS PRESTATAIRES PUBLICS ETAT PRESTATAIRES PRIVES ASSURANCE MALADIE

14 ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE: étude de La production de soins (offre) - Qui produit? - Qu est-ce qu on produit? - Comment on produit (combinaison de facteurs de production)? - A quel coût on produit? - Quelles sont les fonctions de production?

15 ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE: étude de La consommation de soins (demande) - Quels sont les besoins de santé? - Quelle est la demande de santé? - Quels sont les facteurs déterminants de la demande de santé?

16 ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE: étude Du financement de la santé (financement) - Quel niveau de financement de la santé (part du PIB)? - Quelles sont les sources de financement (Etat, Assurancemaladie, ménages, extérieur)? - Comment sont utilisées les ressources de la santé? - Comment est organisée la couverture du risque maladie? - Quels sont les critères d évaluation d un système de financement de la santé? - Quels sont les mécanismes de rémunération?

17 ECONOMIE DE LA SANTE Discipline récente - Importance accrue suite aux crises économiques et aux déficits des systèmes de sécurité sociale - Propose des solutions aux problèmes économiques et financiers de la santé Définition - Besoins sanitaires illimités/ressources limitées - Manière de répartir des ressources rares entre des buts compétitifs

18 Ce n est pas : ECONOMIE DE LA SANTE Faire des économies Diminuer les dépenses Contrôler les agents économiques de la santé C est plutôt : Rechercher la meilleure utilisation des ressources Atteindre les objectifs du développement humain

19 Santé? Bien/service? Bien social/service social? Santé: Consommation particulière # d une consommation d un bien ou d un service économique anodin

20 Bien ou service de santé: Consommation particulière Maladie/Consommation de soins Non désirée Incertitude de l avènement Forte amplitude du coût Externalité négative (obligation de consommation) Asymétrie de l information Domination du producteur sur le consommateur DOUBLE SOLIDARITE Bien portants/mal portants Revenus élevés/bas revenus (impôts, cotisations sociales) Consommation d un bien ou service économique quelconque Désirée Programmée Amplitude peu importante Externalité négative peu opératoire Information symétrique Expression du choix du consommateur : Consommateur «ROI» SOLIDARITE PEU OPERATOIRE

21 LE FINANCEMENT DE LA SANTE FINANCEMENT DE LA SANTE: Préoccupation majeure de tous les pays STRATEGIES DIFFERENTES MAIS UN SEUL OBJECTIF: mobilisation de ressources pour satisfaire efficacement et en toute équité les besoins sanitaires des usagers PROBLEME???: LA SANTE ne produit pas de revenus, elle consomme des fonds qui proviennent des secteurs économiques (sphère économique)

22 LE FINANCEMENT DE LA SANTE RELATIONS ECONOMIE-SANTE Prélèvements fiscaux ETAT Transferts sociaux, budgets (redistribution) CHAMP ECONOMIQUE (PIB) SECTEURS SOCIAUX (Santé) Prélèvements sociaux ASSURANCE MALADIE Remboursements directs/tiers payant

23 ECONOMIE DE LA SANTE Application aux domaines médical et socio-sanitaire des concepts et des méthodes de l'économie Evalue les coûts et leur incidence sur l'économie générale, sur le budget de la nation et des ménages, sur la gestion des entreprises et sur la politique sociale Analyse l'offre et la demande de soins, le marché des biens et des services médicaux, le fonctionnement et le financement du système de santé.

24 ECONOMIE DE LA SANTE Questionnement des économistes sur la problématique exprimée dans la confrontation entre : Ressources limitées/besoins illimités Recherche pour résoudre la confrontation entre des ressources contraintes et des besoins illimités.

25 DEVELOPPEMENT DE L ES Depuis les années 60, l ES a connu un développement considérable fondé sur: --- Disponibilité des données - Croissance soutenue des dépenses de santé - Vieillissement de la population - Maladies chroniques - Progrès techniques, technologies coûteuses --- Développement de l approche théorique (concepts et méthodes)

26 DEVELOPPEMENT DE L ES L ES s est développée autour de composantes: -- L analyse du comportement des acteurs (behavorial science) et la recherche d instruments d analyse et d action adaptés aux caractéristiques économiques du bien santé -- L adoption progressive de la rationalité économique dans le monde médical. Passer de la croyance "la santé n a pas de prix«à celle de «la santé à un coût» Arrow : «un temps viendra où l éthique médicale devra être considérée à la lumière sévère de l économie».

27 ARBITRAGES Les arbitrages se font/se feront autour d enjeux: -- Quelle est l efficacité de la dépense de santé? -- Comment évaluer la performance du système de santé, sur quelles bases, sur quels critères? -- Comment orienter le système de santé? Comment le piloter (management)? -- La dépense publique: Questions d équité, de justice sociale -- La santé est en compétition avec d autres secteurs sociaux: Quelle part du PIB à affecter à la santé?

28 SANTE Demande/Besoin : 2 concepts différents Etat de santé constaté/etat de santé souhaité Demande santé: Dépend de l offre Utilité/Qualité des soins difficilement appréciées par l usager (n a pas les connaissances médicales) Pouvoir discrétionnaire des médecins: Très important et risque de demande induite.

29 SANTE -- Demande de santé/besoin de santé : une particularité - Caractère instable, irrégulier, imprévisible - Demande de santé # demande de soins - Impact de la consommation de soins sur l état de santé? - Quels référentiels pour l état de santé? Problème d appréciation, ce qui est évident pour le praticien risque de ne pas l être pour le patient! - Une moyenne peut-elle être une norme?

30 SANTE La consommation de soins médicaux est un important facteur d amélioration de la santé mais pas unique Contribution des déterminants de la santé: -- Environnement physique et social -- Facteurs psychologiques -- Patrimoine génétique

31 LE CALCUL ECONOMIQUE APPLIQUE A LA SANTE L évaluation économique des programmes de santé -- Analyses: coût-efficacité, coût-avantage -- RCB (Rationalisation des choix budgétaires) Ils rapprochent les coûts à leurs conséquences: Outils d aide à la décision, éclairage des choix entre plusieurs programmes, alternatives Coûts monétarisés, Conséquences non monétarisées (années de vie épargnées, AVCI, QALY )

32 SHEMAS THERAPEUTIQUES (standards) -Usage concret (RMO : Références Médicales Opposables) - Usage dans l industrie pharmaceutique (Pharmaco- Economie : orientation de recherche, d inscription pour le remboursement ) - Démontrer l Amélioration du Service Médical Rendu (AMSR) pour l inscription et le remboursement

33 SANTE: incertitudes multiples Assurance maladie et incertitude L Incertitude, la méconnaissance du futur favorisent la disposition à payer pour réduire cette incertitude L Assurance- Maladie : -- La sélection des risques (sélection adverse), -- le risque moral (aléa moral): tendance à consommer de façon exagérée parce que c est gratuit

34 L APPROCHE PHARMACO- ECONOMIQUE Branche (sous-branche?) de l économie de la santé S intéresse particulièrement aux produits pharmaceutiques C est l étude des coûts/prix des médicaments reliée aux résultats médicaux

35 Qu est-ce la Pharmaco-économie? C est une analyse et un outil scientifique utilisés pour identifier, mesurer et comparer les coûts et les effets de l utilisation d un produit et des services pharmaceutiques PERSPECTIVE : Effets sur l économie, effets sur la population ETAPES : Identifier, mesurer et comparer

36 Economie de la santé / Pharmaco-économie Pharmaco-Economie : branche de l Economie de la Santé Etude médico-économique: de relier le coût de différentes interventions médicales à leurs résultats médicaux Etude pharmaco-économique: de relier le coût de différents médicaments à leurs résultats médicaux (avec une analyse prospective des coûts induits (indirects) par la non médication -- coût du traitement des complications du diabète, -- réduction des capacités du travail/productivité, -- risque de déficit de la sécurité sociale -- autres

37 LE MEDICAMENT? Une question médico-économique préoccupante pour les systèmes de santé 2 valeurs VALEUR THERAPEUTIQUE (Curative et préventive) VALEUR ECONOMIQUE (Coût)

38 STATUT DU MEDICAMENT BIEN DE SANTE BIEN INDUSTRIEL BIEN ECONOMIQUE / COMMERCIAL BIEN SOCIAL APPROCHES ET LOGIQUES DIVERGENTES

39 PRESCRIPTION-DEBOURS PRESCRIPTEUR = ORDONNATEUR DE DEPENSES ORDONNANCE =~ FACTURE FACTURE = CHEQUE 3 PAYEURS («DEBOURSEURS») «la poche qui se vide» *ORGANISMES D ASSURANCE MALADIE (CNAS, CASNOS, MUTUELLES, ASSURANCE COMPLEMENTAIRE) * ETAT * PATIENT (ménage/famille)

40 PRESCRIPTION-DEBOURS PRESCRIRE = ACTE MEDICO-ECONOMIQUE PRESCRIRE = ENGAGER DES DEPENSES QUELLES LIMITES?

41 PRESCRIPTION-DEBOURS Adaptation du prescripteur aux conditions, préférences du patient Prescrire = -----> Maximise le bien être du patient

42 PRESCRIPTION-DEBOURS Excès/Faiblesse de prescription Affectent le bien être du patient

43 PRESCRIPTION-DEBOURS Excès= Surcoût supporté par le patient/collectivité qui aurait pu servir à la prise en charge d autres patients Faiblesse = Coût moindre qui peut se traduire par une insuffisance de soins nécessaires (persistance de la maladie avec des surcoûts, décès)

44 PRESCRIPTION-DEBOURS BIEN PRESCRIRE: responsabilité médicale, morale, humaine et économique

45 MEDICAMENT: Politique pharmaceutique COMMENT DISPOSER DE MEDICAMENTS EFFICACES, SÛRS, DE FAIBLE COUT ET A LA PORTEE DE TOUTE LA POPULATION? SOLUTION: RÔLE DES POUVOIRS PUBLICS POLITIQUE PHARMACEUTIQUE

46 Analyse pharmaco-économique Analyse économique : Permet de faire un choix et/ou de prendre une décision (raisonnée, la meilleure possible) entre de multiples alternatives Les études économico-sanitaires se focalisent sur les dispositifs médicaux et les actions de soins (soins et prévention) Analyse pharmaco-économique: Se focalise sur les coûts et les prix des médicaments en rapport avec leur efficacité

47 EVALUATIONS MEDICO-ECONOMIQUES Raisons: Permet de faire le «choix optimum» pour la collectivité (charge financière globale), le citoyen (cotisant, impôt) et le patient (bonne médication au plus bas coût) Renforce la solidarité (biens portants/mal portants) Renforce la «transparence» et «l équité» Maîtrise du budget «santé»: analyse économique renforce la justice sociale

48 Analyse pharmaco-économique Intérêt des études pharmaco-économiques -Le gouvernement: il contribue au financement de la santé prend en charge les conséquences d une défectuosité médicamenteuse et s arroge le droit de n autoriser que ceux ayant prouvé leur efficacité (souci de protection de la population) -Demandeur : généralement l autorité en charge de la santé et qui délivre les AMM (ministère ou haute autorité de santé)

49 Analyse pharmaco-économique 3 types d analyse de coût A- Etude de minimisation des coûts (comparaison des coûts seulement, l efficacité étant la même pour les 2 produits) Efficacité identique= Un résultat non significatif Une supériorité non prouvée Une non infériorité non prouvée Une équivalence acceptée

50 Analyse pharmaco-économique B- Etude coût-efficacité Habituellement une découverte (innovation) coûte plus cher mais apporte plus d efficacité Problème? -Quelle efficacité? - Quels coûts? - Quels indicateurs de mesure du coût efficacité?

51 Analyse pharmaco-économique C- Analyse coût bénéfice Coûts et bénéfices ont une même unité de mesure: unité monétaire (on dit monétarisés) Le bon médicament, le bon programme, la meilleure action de santé étant celui ou celle qui coûte le moins cher (dont les effets en cas de non action sont coûteux) : Coûts engagés < Coûts gagnés

52 Analyse pharmaco-économique PERSPECTIVES : Problème: divergence des points de vue: - De la société - Du payeur (ou de l assureur) - Du patient - Du fournisseur de soins (hôpital public, clinique privée...) - Laboratoires pharmaceutiques

53 IDENTIFICATION DES EFFETS LIES A LA SANTE Effets économiques - Eviter les coûts indirects/induits (hospitalisations, absences de travail ) - Maintenir la productivité de l employé Effets cliniques Efficacité/efficience clinique Pourcentage de guérison Allègement /réduction des symptômes Diminution/augmentation de l incidence des morbidités Mortalité

54 ANALYSE PHARMACO-ECONOMIE ATTENTES DES DECIDEURS SUR LES BONS EFFETS DES MEDICAMENTS QU ILS VONT PAYER? «Montrez moi la valeur des médicaments que je dois payer!» Gary M. Oderda, Pharm.D., M.P.H. Professor, Department of Pharmacotherapy Director, Pharmacotherapy Outcomes Research Center College of Pharmacy University of Utah Salt Lake City, UT

55 LES SYSTEMES DE SANTE DANS LE MONDE PANORAMA DES SYSTEMES PAYS REPRESENTATIFS? Libéraux (USA, Suisse), (DNS:14-18% du PIB) Nationalisés (Grande Bretagne, Suède, Norvège, Danemark, Canada), (DNS: 6-7% du PIB) Intermédiaires (France, Allemagne, Japon, Italie, Pays Bas), (DNS: 10-14% du PIB)

56 TYPOLOGIE DES SYSTEMES CARACTERISTIQUES SYSTEMES DE SANTE/FINANCEMENT Nationalisés, publics Intermédiaires Libéraux Financement Mécanismes de rémunération.étatique, budgétisé, basé sur l impôt.capitation.dotation budgétaire Contractualisée Cotisations sociales assurance maladie obligatoire.budget global.tarif à l acte.forfait journalier Caisses d assurances privées, pauvres,hmo fonds fédéraux.paiement à l acte. Taux forfaitaire. Pré-paiement DNS/PIB 6-8 % 8-14% 12-18% Couverture/accès.Universelle Universelle.Assurés.Médicaid, Médicare

57 FINANCEMENT DES SYSTEMES DES SANTE DANS LE MONDE CARACTERISTIQUES SYSTEMES DE SANTE/FINANCEMENT Pays représentatifs Temps de réponse à la demande Nationalisés, publics Angleterre, pays scandinaves, Canada Délais longs, files d attente hospitalisations Usage des ressources Inefficacités allocative et opérationnelle Etat de santé de la population Bon mais files d attente Intermédiaires France, Japon, GB, Allemagne,Italie Rapide et efficacité correcte (équip?) Efficacité correcte Bon en général Libéraux USA, Suisse Rapide, efficace Rentabilité jugée élevée (niveau micro) Bon une partie des populations marginalisées

58 CARTOGRAPHIE FINANCIERE DU SYSTÈME DE SANTE ALGERIEN Ministère finances Entreprises Publiques et Privées autres institutions et établissements particuliers Agences de Financement externe (PNUD, FNUAP, OMS, UNICEF, Ambassades ) Ménages -Ministère de la Santé -Ministère de la Défense -Ministère de l Intérieur -Ministère de la Solidarité -Ministère de l Eduction -Ministère des Universités - Ministère Formation Prof. - Ministère de la Justice Sécurité Sociale -CNAS -CASNOS -Caisse sociale l Armée Caisses d Assurances Economiques + mutuelles (volet santé) Publiques Privées Ménages (Paiements directs) Etablissements hospitaliers et autres unités de soins du Ministère de la santé Etablissements hospitaliers et autres unités de soins des autres ministères Unités soins : éducation, université, formation Unités professionnelle soins Sécurité Sociale Cliniques et cabinets médicaux privés, Unités de transport Privées, Laboratoires, Pharmacies Structures étrangères soins /médicaments CMS entreprises Autres Etablissements Auxil. -IPA, PCH -INSP, INFPF, LNCPP, CNT, ANDS, ANS, CPV, AGreffes - A Infrastructure Equipement -ENMASS, ISFPs, EFPs, EFPs Mouvement associatif -Associations malades, aide mal. -Associations Médicales Sources financement Agents financement Prestataires soins + autres

59 CNS ALGERIE AGENTS DE FINANCEMENT 2001 % 2011 % 2012 % Evolution (%) 2011/2012 MATRICE FINANCIERE ETAT 57,4 24,5 376,2 44,3 404,8 44,3 7,6 SECURITE SOCIALE 72,5 30,9 186,0 21,9 195,0 21,3 4,8 MENAGES 94,9 40,5 214,2 25,2 226,2 24,7 5,6 MUTUELLES 2,0 0,8 6,0 0,7 7,0 0,7 16,7 ASSURANCES ECONOMIQUES - - 1,0 0,1 1,5 0,3 50,0 ENTREPRISES PUBLIQUES 2,0 0,8 5,0 0,6 8,0 0,8 60,0 ECONOM.(SGP) ENTREPRISES ECONOMIQUES PRIVEES 0,2 0,2 0,5 0,1 0,7 0,1 40,0 SECTEUR MEDICAL PRIVE 5,2 2,1 60,0 7,0 70,0 7,7 16,7 (INVESTISSEMENTS) COOPERATION INTERNATIONALE 0,3 0,2 0,8 0,1 0,9 0,1 12,5 TOTAL (DEPENSE NATIONALE DE SANTE MDA) 234, , , ,6

60 CONCLUSION Les augmentations des coûts de santé rendent les analyses de l Economie de la Santé et de la Pharmaco-économie très importantes Les analyses sont appliquées dans la quasitotalité des pays. Elles se répandent à travers le monde, encouragées par l OMS et la Banque Mondiale dans le but de maximiser l efficacité de la santé face aux contraintes économiques Leur expansion favorise la maîtrise des coûts, augmente l efficacité et elles deviennent donc un facteur de développement de la santé

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

Gestion marketing et financière

Gestion marketing et financière Gestion marketing et financière I. INTRODUCTION GÉNÉRALE REMARQUE IMPORTANTE POUR LA SUITE : Le bilan et le compte de résultat sont les documents de base de la comptabilité. Economie (grec : oikonomia)

Plus en détail

La réforme de la tarification hospitalière

La réforme de la tarification hospitalière Comment réguler les hôpitaux? La réforme de la tarification hospitalière Brigitte Dormont Jeco 2010, Lyon, 10 novembre, 9h-10h30 Pourquoi faut-il réguler l hôpital? Ce n est pas lié au statut des établissements

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC : UNE NOUVELLE DISCIPLINE LE CONTEXTE : Le management public est avant tout un objet d'études : la

Plus en détail

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES S. Schiavo-Campo CONFERENCE MINPLAN/USAID NOVOTEL, BUJUMBURA 24 MAI 2006 1 LE BUDGET (ET TOUTE QUESTION LIEE AU BUDGET) EST UN SOMNIFERE TRES EFFICACE PEUT-ETRE, MAIS

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne

ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne Productivité et prospérité à l âge de l information Kaïs Dachraoui, Tarek M. Harchaoui et Faouzi Tarkhani ÀLA FIN DES ANNÉES 90, l économie canadienne a connu une performance remarquable. Après 1995, la

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

Poids économique de la thrombose au cours du cancer

Poids économique de la thrombose au cours du cancer Poids économique de la thrombose au cours du cancer Isabelle Borget Etudes et Recherches en Economie de la Santé, Service de Biostatistique et d Epidémiologie Institut Gustave Roussy PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Productivité Portrait de la situation au Canada et implications pour le cadre stratégique.

Productivité Portrait de la situation au Canada et implications pour le cadre stratégique. Productivité Portrait de la situation au et implications pour le cadre stratégique. Direction des politiques économique et fiscale Novembre 2010 Aperçu de la présentation Tendances récentes et contexte

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

ANI : Généralisation de la complémentaire santé Nouveaux contrats responsables

ANI : Généralisation de la complémentaire santé Nouveaux contrats responsables ANI : Généralisation de la complémentaire santé Nouveaux contrats responsables Quels impacts sur le marché de l assurance santé? Quelle place pour les services dans les contrats santé? Quelles offres de

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise Guide des négociateurs La protection sociale complémentaire en entreprise Complémentaire santé prévoyance - retraite 2 Préambule L offre

Plus en détail

Les activités seront calibrées en tenant compte des ressources à mobiliser et de l impact escompté.

Les activités seront calibrées en tenant compte des ressources à mobiliser et de l impact escompté. TERMES DE REFERENCE Recrutement d un(e) consultant national(e) pour la l assistance de la Cour des Comptes dans la finalisation et la mise en œuvre de sa stratégie de 1- Informations générales: Type de

Plus en détail

Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie

Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie L exemple d EPODE Ensemble Prévenons l Obésité des Enfants* Sandrine Raffin, Présidente de LinkUp Ref. N Henley,S Raffin, EPODE (

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Thierry Debeneix Epargne salariale, Epargne retraite et Fonds supplémentaires

Plus en détail

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Diavasis, du grec ancien, désigne «le passeur» celui qui ouvre un nouveau chemin et élargit

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

Guide d exigences de sécurité des téléprocédures types

Guide d exigences de sécurité des téléprocédures types M i n i s t è r e d u B u d g e t e t d e l a R é f o r m e d e l E t a t D G M E / S D A E P R E M I E R M I N I S T R E S G D N - D C S S I =========== Guide d exigences de sécurité des téléprocédures

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

une rationalisation d ampleur inédite

une rationalisation d ampleur inédite Conférence de presse 20 octobre 2015 Dossier de presse Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : une rationalisation d ampleur inédite Didier Gosuin Ministre bruxellois de l Economie

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

Formation BTS Comptabilité et Gestion

Formation BTS Comptabilité et Gestion Formation BTS Comptabilité et Gestion épreuve 1 - Culture générale et expression Culture générale et expression Guide pédagogique Présentation de la matière Conseils pour travailler la matière avec Comptalia

Plus en détail

CHROMA SANTÉ Une protection santé complète au prix juste!

CHROMA SANTÉ Une protection santé complète au prix juste! Prévoyance, Retraite, Santé, Action Sociale des Industries Graphiques CHROMA SANTÉ Une protection santé complète au prix juste! Tarifs mutualistes destinés aux salariés et retraités des Industries Graphiques

Plus en détail

les risques d investissements touristiques

les risques d investissements touristiques les risques d investissements touristiques Introduction Plan Première partie: Définitions d investissement Les intervenants au niveau des investissements touristiques au Maroc. La charte d investissement.

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

L entreprise PME: quelques repères. Zohra GALLARD

L entreprise PME: quelques repères. Zohra GALLARD L entreprise PME: quelques repères Zohra GALLARD Nombre d entreprises en France : 2,6 Millions ( hors agriculture, services financiers et administration ) source INSEE 2006 Dont : 5 000 entreprises de

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 1- Le Marché 27/09/2014 Année scolaire 2014-2015 Mr Larbi TAMNINE Important: Pour les remarques

Plus en détail

INTRODUCTION GÉNÉRALE

INTRODUCTION GÉNÉRALE INTRODUCTION GÉNÉRALE La notion de microfinance recouvre une grande diversité de réalité ; aussi, aucune définition n a permis jusqu ici de donner une représentation de cette réalité complexe. En effet,

Plus en détail

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques)

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) Aurélien CEDEYN aurelien.cedeyn@ens-lyon.fr Michaël MRISSA michael.mrissa@liris.cnrs.fr LIP Laboratoire de l Informatique du Parallélisme 20 octobre 2008

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) 1. MANAGEMENT Animer et gérer les ressources

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE FINANCE SPECIALITE CHARGE DE CLIENTELE PARCOURS CHARGE DE CLIENTELE EXPERT FORMATION CONTINUE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE FINANCE SPECIALITE CHARGE DE CLIENTELE PARCOURS CHARGE DE CLIENTELE EXPERT FORMATION CONTINUE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE FINANCE SPECIALITE CHARGE DE CLIENTELE PARCOURS CHARGE DE CLIENTELE EXPERT FORMATION CONTINUE RESPONSABLE VINCENT VIE PROFESSEUR ASSOCIE Approche micro ECTS : 1/2

Plus en détail

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire?

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Octobre - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de

Plus en détail

Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale. La communauté internationale pour l excellence en sécurité sociale

Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale. La communauté internationale pour l excellence en sécurité sociale Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale La communauté internationale pour l excellence en sécurité sociale Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE BRIVE Direction des Achats, de la Logistique et des Infrastructures (DALI)

CENTRE HOSPITALIER DE BRIVE Direction des Achats, de la Logistique et des Infrastructures (DALI) CENTRE HOSPITALIER DE BRIVE Direction des Achats, de la Logistique et des Infrastructures (DALI) SOMMAIRE I- Présentation du CH Brive II- Présentation de la Direction des Achats, de la Logistique et des

Plus en détail

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée FCPI Dividendes Plus n 2 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Souscription limitée 50 % de réduction ISF ou 18 % de réduction d impôt sur le revenu en contrepartie d un risque de perte en capital

Plus en détail

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats APPEL A PARTENARIATS C.C.A.S. (Centre Communal d Action Sociale) d Anvin Règlement de l appel à partenariats Pouvoir responsable de l appel à partenariats : C.C.A.S. de Anvin, Mairie 258 rue d Hesdin 62134

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

Les Vitrines de France

Les Vitrines de France FNCV Fédération Nationale des Centres-Villes Les Vitrines de France Paris, le 26 mai 2014 Ordre du jour 9h30 10h00 10h30 Café de bienvenue Module Introduction Présentation Module n 1 : Tendance commerce

Plus en détail

Système de financement des hôpitaux en Belgique

Système de financement des hôpitaux en Belgique 1 Système de financement des hôpitaux en Belgique 2 Principales étapes historiques 1964 : Golden Sixties programmation, agrément, financement 1974 : Crise pétrolière critères de programmation et prix prévisionnel

Plus en détail

LE MANAGEMENT DES ACHATS

LE MANAGEMENT DES ACHATS LE MANAGEMENT DES ACHATS Isabelle Soubré EDC 2 ème Semestre 2008 1 PREMIERE PARTIE : LA FONCTION ACHAT I LA FONCTION ACHAT ET SON ROLE STRATEGIQUE 1 La création de la fonction Achat 2 Le rôle stratégique

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Favoriser la professionnalisation des intervenants à domicile auprès de personnes en HANDEO 38 EN QUELQUES MOTS Les missions principales du Pôle Ressources Local : o Centre

Plus en détail

L Agence de la Biomédecine

L Agence de la Biomédecine L Agence de la Biomédecine Organisation, missions et AMP Françoise MERLET Agence de la biomédecine francoise.merlet@biomedecine.fr Loi de bioéthique du 06 août 2004 l Agence de la biomédecine Une nouvelle

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

Le DPC, en bref. mars 13 n 2

Le DPC, en bref. mars 13 n 2 L OGDPC mars 13 Le DPC, en bref une obligation annuelle pour tous les professionnels de santé une démarche active tout au long de l exercice professionnel une formation professionnelle continue : l acquisition

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN Avril 2014 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC, bras financier de la CEDEAO, est une institution financière internationale appartenant aux 15

Plus en détail

Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA

Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA Ancrage définitif du taux spécial pour les prestations d hébergement dans la loi sur la TVA Résumé de la position d hotelleriesuisse hotelleriesuisse demande d ancrer définitivement dans la loi le taux

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

La base de loisirs BL de l UCPA

La base de loisirs BL de l UCPA Étude de cas n 1 La base de loisirs BL de l UCPA 1. Présenter le schéma de gestion du pôle LSP et de la base de loisir BL. En quoi vous paraît-il cohérent avec le plan stratégique de l UCPA? La structure

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

Complémentaire Santé obligatoire et responsable

Complémentaire Santé obligatoire et responsable Complémentaire Santé obligatoire et responsable Le groupe Lourmel vous accompagne dans le choix de votre contrat au prix juste! Prévoyance, Retraite, Santé, Action Sociale des Industries Graphiques Votre

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir.

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir. LA PROBLEMATIQUE En ce qui concerne le rôle du leader d une équipe et leurs rapports de travail qui se déroulent dans une entreprise, on peut envisager s ils pouvaient apparaître des différents problèmes

Plus en détail

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place

Plus en détail

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Aujourd hui, la notion de communication est devenue nécessaire, caractérisée par publicité. Il faut COM-MU-NI-QUER. Les attentes de

Plus en détail

Succès de la petite entreprise au Québec

Succès de la petite entreprise au Québec Succès de la petite entreprise au Québec De quelle façon de meilleures connaissances financières peuvent mener à une prospérité à long terme Le succès des petites entreprises est possible au Québec Démarrer

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Tout chef d entreprise responsable se doit d établir et d assurer un plan de prévoyance

Plus en détail

Activités de contrôle qualité : retour d expérience d un aéroport. Martine ROMAND-PARMENTIER

Activités de contrôle qualité : retour d expérience d un aéroport. Martine ROMAND-PARMENTIER Activités de contrôle qualité : retour d expérience d un aéroport Martine ROMAND-PARMENTIER Aéroports de Paris Etablissement créé en 1945, transformé en Société Anonyme en 2005, introduit en bourse en

Plus en détail

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises A Abattement : L abattement correspond à une diminution forfaitaire de la matière imposable. La fraction représentative de cet abattement est ainsi exclue du calcul de l impôt. L exemple peut être donné

Plus en détail

Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire

Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire La démarche prévisionnelle a pour objet de préparer l entreprise à optimiser ses atouts et à affronter les difficultés qu

Plus en détail

Sensibilisation et formation - 12-13-2010 Maison de l'europe de Caen Basse-Normandie - http://www.maisoneurope-caen.org

Sensibilisation et formation - 12-13-2010 Maison de l'europe de Caen Basse-Normandie - http://www.maisoneurope-caen.org [tab:visites d'étude] Que peut m'apporter l'europe? Qui décide dans l'union Européenne? Comment fonctionnent les instances européennes? Et si on allait voir sur place? La Maison de l'europe Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Mention complémentaire services financiers SAVOIRS ASSOCIÉS S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE - RELATION CLIENTÈLE

Mention complémentaire services financiers SAVOIRS ASSOCIÉS S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE - RELATION CLIENTÈLE SAVOIRS ASSOCIÉS S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE - RELATION CLIENTÈLE S.2 : SERVICES FINANCIERS S.3 : ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET JURIDIQUE DES SERVICES 21 S.1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE RELATION

Plus en détail

Démarche qualité en EHPAD. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18)

Démarche qualité en EHPAD. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) Démarche qualité en EHPAD Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) LA QUALITE Aptitude à satisfaire les besoins exprimés ou implicites des utilisateurs La qualité des soins OMS Garantir à chaque patient

Plus en détail

Un engagement durable!

Un engagement durable! Congrès FEHAP 2014 - Deauville La FEHAP et la RSE Un engagement durable! La RSE en quelques mots La RSE (Responsabilité sociale et environnementale) est l application des principes du Développement Durable

Plus en détail

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants:

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants: MESURES QUI DOIVENT ETRE PRISES AU NIVEAU JURIDIQUE POUR ASSURER LE FINANCEMENT DES PROJETS D'INFRASTRUCTURE ET PAR CONSEQUENT LE SUCCES DU SYSTEME DE CONCESSION. Le premier point que je veux souligner

Plus en détail

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Tout savoir sur la série STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STMG La série Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) est centrée sur

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales.

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales. DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANCEAGRIMER MEP/SMEF/ Délégation nationale de VOLX. BP 8 25 Rue Maréchal Foch 04130 VOLX Dossier suivi par : Denis Cartier-Millon Tel. : 04.92.79. 34.55 E-mail : denis.cartier-millon@franceagrimer.fr

Plus en détail

Détail du programme par Unité d Enseignement

Détail du programme par Unité d Enseignement Détail du programme par Unité d Enseignement UE 1 - INTRODUCTION AU DROIT : 150 heures / 12 ECTS Semestre 1 : 6 ECTS 1. Introduction générale au droit 1.1 Prolégomènes 1.2 Les sources du droit 1.3 La preuve

Plus en détail

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation»

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» RECOMMANDATIONS SUR LA REDACTION DU DOCUMENT Le présent document a pour but d aider et d accompagner

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER OUI! ET C EST À CAUSE DE LA CERTIFICATION Je déclare avoir un lien d intérêt avec le sujet traité : Je suis expert-visiteur

Plus en détail

L importance de l apprentissage

L importance de l apprentissage le 23 mars 2004 «Le savoir est la voie vers le progrès économique et les possibilités individuelles, et l éducation est le pont pour y accéder.» Le ministre des Finances, Ralph Goodale Le discours du budget

Plus en détail

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 www.tourisme.gov.ma 2D DAMA avec bande.indd 1 22/01/2016 14:31:09 Le tourisme est un important vecteur de développement économique,

Plus en détail

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 LEVEE D EMBARGO : MARDI 06 OCTOBRE A 10H CONTACTS BVA Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles - BVA Opinion +33 1 71 16 90 88 anne-laure.gallay@bva.fr Domitille

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Mécanicien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Mécanicien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Mécanicien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS Le comité stratégique du Plan Bâtiment du Grenelle a réuni les organisations représentant les entreprises du bâtiment, les architectes, les bureaux d études et les grandes écoles du bâtiment, afin de renforcer

Plus en détail

AD printemps 2015. 3. Evolution des conditions cadres du marché du lait

AD printemps 2015. 3. Evolution des conditions cadres du marché du lait AD printemps 2015 3. Evolution des conditions cadres du marché du lait Conditions cadres du marché du lait Thèmes 1. FROMARTE en chiffres 2. Situation du marché / bilan du libre-échange du fromage 2007-2014

Plus en détail

Conférence Citoyenne Ondes, santé, société

Conférence Citoyenne Ondes, santé, société 0 Conférence Citoyenne Ondes, santé, société Philippe Distler, Directeur Général de l ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes) Dimanche 26 avril 2009 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Activités informatiques

Activités informatiques Développement d un Système d Informations Statistiques sur les Entreprises (SISE) en Tunisie Documentation technique finale Activités informatiques Contrat de Jumelage n TU/07/AA/OT/02 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Le management de programmes

Le management de programmes www.apmginternational.com Le management de programmes Réussir une transformation majeure pour réaliser des bénéfices d importance stratégique Jean-Baptiste AVRILLIER Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

formation en médiationm

formation en médiationm http://www.mediations.ch/ formations-gpm@mediations.ch MINISTERE DE LA JUSTICE CENTRE DE RECHERCHE JURIDIQUE ET JUDICIAIRE COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES PRATIQUES DE MEDIATIONS Les défis d de la formation

Plus en détail

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Normes RSE dans l espace francophone Marrakech 13-14-15/12/05 1 Les normes marocaines Sommaire Bases de la norme Marocaine

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9 Résumé Lux-Development (LuxDev) est le bras opératif de l aide bilatérale de Luxembourg. En 2009, LuxDev a déboursé et géré plus de 70 millions dans les dix pays partenaires du Luxembourg pour l aide bilatéral.

Plus en détail

L attente qui tue. Un système qui a atteint ses limites. Présentation dans le cadre de suisse. Le 11 juin 2010, Berne, Suisse. La Presse, 6 mars 2010

L attente qui tue. Un système qui a atteint ses limites. Présentation dans le cadre de suisse. Le 11 juin 2010, Berne, Suisse. La Presse, 6 mars 2010 Le système de santé québécois Un système qui a atteint ses limites Présentation dans le cadre de l Assemblée e générale g de santésuisse suisse Le 11 juin 2010, Berne, Suisse L attente qui tue La Presse,

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec Consultation générale de la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale «Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité» Livre blanc du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille)

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille) Réponses de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l Homme Algérie au rapport du secrétaire général de l Assemblée générale des Nations Unies concernant «le suivi

Plus en détail