CNPP Commission Environnement et Biologie Sub-aquatique Saison LA MER

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CNPP Commission Environnement et Biologie Sub-aquatique Saison LA MER"

Transcription

1 CNPP Saison LA MER

2 Sommaire I Introduction... 3 I-1 L'origine de la vie...3 I-2 La répartition de l'eau sur Terre...3 I-3 L'eau dans les éléments...4 II La vie marine... 4 II-1 Les facteurs qui influencent la vie marine...4 II-1-1 La température...4 II-1-2 La lumière...5 II-1-3 La salinité...5 II-1-4 Les mouvements océaniques...5 II-2 Répartition des êtres vivants...6 II 2-1 Le domaine benthique...6 II-2-2 Domaine pélagique...7 II-2-2 Domaine pélagique...8 II-3 La chaîne alimentaire...9 III Quelques notions de biologie...10 III-1 Les fonctions caractéristiques de la vie...10 III-2 Les relations entre les êtres vivants...10 La symbiose...10 Le parasitisme :...11 Le commensalisme :...11 III-3 Classification: l'arbre phylogénétique...12 IV Respect et protection du milieu marin...13 V Remerciements

3 I Introduction I-1 L'origine de la vie -4,5 milliards d'années... naissance du système solaire -4 milliards d'années... naissance des océans -3,5 milliards d'années... première forme de vie: les cyanobactéries -600 millions d'années... apparition des premières méduses -420 millions d'années... apparition des premiers poissons -410 millions d'années... apparition des premiers requins -380 millions d'années... apparition des coelacanthes -220 millions d'années... premiers mammifères -200 millions d'années... les premiers téléostéens (poissons actuels) -50 millions d'années... les plus anciens cétacés -34 millions d'années... apparition des premiers singes -4 millions d'années... naissance de l'australopithèque (le premier homme) I-2 La répartition de l'eau sur Terre Notre planète est aussi appelée "Planète bleue" car 71% de sa surface est occupé par l'eau (mers, océans, lacs, fleuves, baignoires ) 71% 9% 20% Terres habitables Terres inhabitées Océans 3% 97% Eau salée Eau douce Seulement 3% du volume total d'eau présent sur notre planète est de l'eau douce (glaciers, calotte polaire, nappes souterraine, cours d'eau, lacs et baignoires, normalement ) - 3

4 I-3 L'eau dans les éléments L'eau est présente en grande quantité dans tous les végétaux et organismes qui nous entourent: 65% d'eau dans l'homme 80% d'eau dans le poisson 95% d'eau dans la méduse 97% d'eau dans le melon 100% d'eau dans la baignoire (un peu moins quand l'homme est dedans) II La vie marine II-1 Les facteurs qui influencent la vie marine II-1-1 La température La vie marine dépend en grande partie de la température de l'eau. Ex. on a rarement vu de poisson clown en Bretagne La température peut varier de 2 C (dans l'antarctique) à 30 C (sous les tropiques). Sur un même lieu, elle évolue avec la profondeur en fonction de la saison. Ces différentes courbes vont expliquer: L'absence de certaines espèces à certaines périodes de la saison Les périodes de reproduction (sur nos côtes quand la température augmente et dans les mers chaudes quand les températures diminuent) La thermocline est une zone entre 10 et 20 m où la température chute de manière significative. En plongée, on peut la repérer car l'eau y paraît trouble. - 4

5 II-1-2 La lumière La luminosité est aussi un facteur important pour la vie marine. En fonction de la profondeur, on ne trouvera pas les mêmes espèces. Par exemple, les végétaux ont besoin de lumière, et ne pourront croître audelà de 30 m. II-1-3 La salinité La salinité varie de 20 g/l (Mer Baltique) à 40 g/l (Mer Rouge) Les sels sont en partie issus de l'érosion des roches. La présence de sel dans l'eau est indispensable à la croissance des végétaux. II-1-4 Les mouvements océaniques La houle et les vagues sont en partie dus à la rotation de la Terre et l'attraction de la lune. Dans l'eau, ces phénomènes se traduisent par des courants marins qui vont expliquer le comportement de certains organismes. Par exemple: Les végétaux se développent dans les zones abritées Pour se nourrir (en captant le maximum de matières en suspension), les gorgones se placent perpendiculairement au courant Dans les zones agitées, les éponges prendront des formes encroûtantes plutôt que des formes arborescentes. - 5

6 II-2 Répartition des êtres vivants En mer, il existe plusieurs domaines dans lesquels on trouvera des espèces différentes. La vie marine occupe 10% des océans. On la trouve surtout sur les cotes. II 2-1 Le domaine benthique (benthos = profondeur) - 6

7 - 7

8 II-2-2 Domaine pélagique (pelagos = haute mer) - 8

9 II-3 La chaîne alimentaire Chaque maillon de la chaîne est à la fois prédateur du maillon précédent et proie du maillon suivant. Exemple : les petits poissons sont à la fois prédateurs du zooplancton car ils s en nourrissent, mais aussi la proie des grands poissons (ou grands prédateurs) qui constituent le maillon suivant. La boucle du cycle se referme entre le dernier maillon (grand prédateur) et le premier maillon (phytoplancton) grâce aux bactéries qui décomposent la matière organique (cadavres) en matière minérale assimilable par les végétaux (phytoplancton). D une manière générale, les bactéries décomposent la totalité des cadavres issus de chaque maillon. Phytoplancton: Algues microscopiques qui vivent en suspension dans l'eau Zooplancton: Animaux microscopiques qui vivent en suspension dans l'eau - 9

10 III Quelques notions de biologie III-1 Les fonctions caractéristiques de la vie Un animal est reconnaissable par ces 3 fonctions : La respiration consommation d O 2 pour produire de l énergie et rejet de CO 2 dans le milieu lors de la respiration Il existe plusieurs dispositifs respiratoires selon les espèces Exemple : Les branchies chez les poissons, les poumons chez les mammifères. La reproduction Elle peut être sexuée (2 individus de sexe différent) ou asexuée L alimentation Les animaux marins peuvent être filtreurs, herbivores ou carnivores (charognards ou prédateurs). Les végétaux quant à eux se nourrissent par photosynthèse (eau+co 2 +énergie solaire=>matière végétale+o 2 ). III-2 Les relations entre les êtres vivants La symbiose Association à bénéfice réciproque (syn = ensemble, bios = vie) Exemples : L anémone et le poisson clown Le labre nettoyeur et les gros poissons La crevette pistolet et le gobie - 10

11 Le parasitisme : (para = à coté de, sitos = nourriture) Un animal se développe aux dépens d un autre Exemples : l anilocre sur les poissons le nudibranche sur une éponge le faux nettoyeur et les gros poissons Le commensalisme : (cum = ensemble, mensa = table à manger) Association à bénéfice unilatéral. Seul un des deux animaux profite de l autre mais sans lui nuire Exemples : La mandripora sur le laminaire Le rémora et la baleine - 11

12 III-3 Classification: l'arbre phylogénétique Chaque animal a été classé suivant ses caractéristiques. L arbre ci-dessous correspond à l arbre généalogique des différents embranchements rencontrés en plongée. Il recense et classe les différents organismes. A la base de celui-ci, on peut trouver les spongiaires qui sont les animaux les plus primitifs que nous pourrons observer en plongée. - 12

13 IV Respect et protection du milieu marin La chaîne alimentaire est fragile, la disparition de l un des maillons peut facilement perturber l écosystème marin. L homme, par la pollution industrielle et la pêche intensive, est souvent responsable de ces dérèglements. Une «Charte du plongeur responsable» tente de modifier le comportement des plongeurs en leur prodiguant des conseils souvent de bon sens. Certains animaux en voie de disparition ont été déclarés «espèces protégées». En voici une liste non exhaustive : Grand dauphin blanc et bleu Mérou brun Posidonie Oursin diadème Moule lithophage (extraite à la dynamite ou au marteau) La grande patelle (utilisée comme appât) La nacre La grande cigale La tortue V Remerciements Remerciements à : Chantal et l équipe Bio du HGC Christian Coudre et son site internet

LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME

LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME L'écologie (1) est la science qui étudie les interactions au sein des écosystèmes (2). Dans un écosystème, les relations trophiques (3) décrivent

Plus en détail

FAUNE ET FLORE Partie 2. Françoise KEMPENERS

FAUNE ET FLORE Partie 2. Françoise KEMPENERS FAUNE ET FLORE Partie 2 Françoise KEMPENERS La vie a 1 but: Transmettre les gênes pour perpétuer l espèce Pour cela, plusieurs stratégies: - Manger et ne pas être mangé - Assurer sa descendance Chaine

Plus en détail

LA CHAÎNE TROPHIQUE. Formation Biologie sous-marine 2011 Annick Lebreton. USCMB et ASER Subaquatique - Formation

LA CHAÎNE TROPHIQUE. Formation Biologie sous-marine 2011 Annick Lebreton. USCMB et ASER Subaquatique - Formation 1 LA CHAÎNE TROPHIQUE Formation Biologie sous-marine 2011 Annick Lebreton SOMMAIRE Réseau trophique et chaîne alimentaire Fonctionnement d un écosystème Les différentes catégories d organismes Compléments

Plus en détail

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien.

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. L eau 4 une ressource indispensable à ne pas gaspiller «La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. Comment

Plus en détail

Les régimes alimentaires des animaux.

Les régimes alimentaires des animaux. Les régimes alimentaires des animaux. Les animaux appartenant à une même espèce consomment un ensemble d aliments qui constitue leur régime alimentaire. Selon les espèces, les régimes sont très variables.

Plus en détail

FICHE D ACTIVITE. Thème. Les chaînes et les réseaux alimentaires. Niveau. Objectifs. Matériel. Déroulement. Prolongements

FICHE D ACTIVITE. Thème. Les chaînes et les réseaux alimentaires. Niveau. Objectifs. Matériel. Déroulement. Prolongements FICHE D ACTIVITE Thème Les chaînes et les réseaux alimentaires Niveau Cycle II ( CP, CE1) et Cycle III Objectifs Matériel Déroulement Prolongements Reconstituer des chaînes alimentaires. Etablir des relations

Plus en détail

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers L Homme a besoin de matière et d énergie. La croissance démographique place l humanité face à un enjeu majeur : trouver et exploiter des ressources

Plus en détail

L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT 1) Généralités : La grande quantité d'eau abritée par la Terre lui a valu le surnom de planète bleue. Notre planète vue d un satellite. Nasa. L eau présente sur Terre forme

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 1.Centrale hydraulique. Compléter le schéma. Voir livre p : 133 2. Quelle forme

Plus en détail

LES CELLULES. Un être vivant (végétal ou animal) naît, respire, rejette des déchets, se nourrit, grandit, se reproduit et meurt.

LES CELLULES. Un être vivant (végétal ou animal) naît, respire, rejette des déchets, se nourrit, grandit, se reproduit et meurt. I) L organisation du vivant : Un être vivant (végétal ou animal) naît, respire, rejette des déchets, se nourrit, grandit, se reproduit et meurt. Exemple : Une cellule, une bactérie, une algue, un champignon,

Plus en détail

Augmentation de la surface racinaire

Augmentation de la surface racinaire Introduction (10pts) Un être vivant, quel qu il soit, a besoin d énergie pour assurer son fonctionnement et son développement. Les végétaux terrestres utilisent la matière minérale dans leur environnement

Plus en détail

Les fonctions de nutrition

Les fonctions de nutrition Les fonctions de nutrition Auteur : Yves Kuster Formateur SVT ESPE de Bretagne Objectifs Ce cours en ligne vous apportera une information de base, richement illustrée, concernant les fonctions de nutrition.

Plus en détail

La paroi des procaryotes

La paroi des procaryotes Les procaryotes Les procaryotes appartiennent à deux domaines, les bactéries et les Archéobactéries, qui présentent de nombreuses caractéristiques structurales, physiologiques et biochimiques distinctes.

Plus en détail

Proposition Aqua Monde découverte régionale + Sélection de photos

Proposition Aqua Monde découverte régionale + Sélection de photos Proposition Aqua Monde découverte régionale + Sélection de photos Dour - Plonger en Belgique à la découverte du lagon bleu A la découverte de Dour, une ancienne carrière d extraction de chaux située dans

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

LES ESPECES PROTEGEES EN FRANCE ASCUL PLONGEE

LES ESPECES PROTEGEES EN FRANCE ASCUL PLONGEE LES ESPECES PROTEGEES EN FRANCE Code rural Arrêté du 26 nov 1992 Art. 1 er. Sont interdits sur tout le territoire métropolitain et en tous temps, dans les conditions fixées par les art. R211-2 à R211-15

Plus en détail

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT L'environnement de la planète Terre correspond à tous les éléments du Système Solaire dont elle fait partie. L'environnement de la Terre a pu être découvert

Plus en détail

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres L ARBRE EST UN ÊTRE VIVANT Arbres fiche n 03 Il respire, il transpire, il photosynthétise, il fait des réserves, il produit des défenses physiques et chimiques (antibiotiques) s il est agressé. Il grandit,

Plus en détail

MODULE 2 ALIMENTATION ET SANTE

MODULE 2 ALIMENTATION ET SANTE 2.1 APPREHENDER LES PRINCIPES DE BASE D UNE ALIMENTATION EQUILIBREE Facteurs de diversité des habitudes alimentaires : Les habitudes alimentaires de chacun varient en fonction du contexte. Elles sont liées

Plus en détail

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : rappels sur la démographie Démographie : étude des populations et de leurs dynamiques (à partir de caractéristiques

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants.

Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants. Chapitre 2 : Respiration et répartition des êtres vivants. Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants. Qu'est ce

Plus en détail

Une saine alimentation dans son assiette!

Une saine alimentation dans son assiette! Une saine alimentation dans son assiette! Pour grandir en forme et en santé, ton assiette doit être composée d aliments des 4 groupes alimentaires et en quantité suffisante. Pour débuter la journée du

Plus en détail

Démarche d investigation

Démarche d investigation SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE Séance N 1/5 Durée : 1h 30 minutes Cycle II - Niveau CP CE1 Découvrir le monde du vivant Les animaux de la litière Progressivité apprentissages au cours cycles CYCLE

Plus en détail

EVALUATION 5 e Sciences de la vie et de la Terre Mai 2009. Académie de Rouen

EVALUATION 5 e Sciences de la vie et de la Terre Mai 2009. Académie de Rouen EVALUATION 5 e Sciences de la vie et de la Terre Mai 2009 Académie de Rouen Collège : NOM : Prénom : Classe : Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. Les réponses sont à fournir sur le document.

Plus en détail

VOUS ÊTES EMPLOYEUR. À savoir

VOUS ÊTES EMPLOYEUR. À savoir VOUS ÊTES EMPLOYEUR 1 Embaucher une personne pour se faire aider à la maison, entretenir le jardin ou garder les enfants, c est devenir employeur; un employeur à la fois comme tous les autres, qui applique

Plus en détail

CHAPITRE 3 ANNEXE 3.1 : EVALUATION DE LA QUALITE DE L EAU DES COURS D EAU

CHAPITRE 3 ANNEXE 3.1 : EVALUATION DE LA QUALITE DE L EAU DES COURS D EAU CHAPITRE 3 ANNEXE 3.1 : EVALUATION DE LA QUALITE DE L EAU DES COURS D EAU Les cartes de qualité des cours d eau présentées dans l état des lieux ont été réalisées à partir de grilles de qualité permettant

Plus en détail

Caractérisation des bandes riveraines. Lac Labelle

Caractérisation des bandes riveraines. Lac Labelle Caractérisation des bandes riveraines Lac Labelle 31 mars 2014 Inventaire terrain : Arnaud Holleville, biol. M.Env. Rédaction : Ariane Tremblay-Daoust, biol. M.Sc. Révision : Arnaud Holleville, biol. M.Env.

Plus en détail

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME INTRODUCTION L autopartage dans la sphère privée est la mise en commun d un ou plusieurs véhicules, utilisés par des amis, des voisins ou des proches pour des

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/6 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

III-1. Ma journée commence

III-1. Ma journée commence III-1. Ma journée commence Avant de me lever, que peut-on faire? Boire un verre d eau, s étirer, faire quelques exercices de gymnastique au lit, lire. C est le moment de prendre ma tension ou ma température

Plus en détail

Le dispositif «Classe d eau»

Le dispositif «Classe d eau» Le dispositif «Classe d eau» Ce dispositif a été créé en 1987 suite à plusieurs constats : Pollution de la terre et de l eau L eau, un bien précieux à protéger Besoin d éduquer les nouvelles générations

Plus en détail

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation :

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation : L ECOLOGIE AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE Champ du programme : appréhender son espace de vie Domaine : design graphique Axe d étude : L écologie Classe : 2nde bac pro Compétences évaluées dans l investigation

Plus en détail

Un être vivant qui effectue des échanges gazeux avec le milieu aquatique prélève le dioxygène dissous dans l eau. La tortue plonge en apnée

Un être vivant qui effectue des échanges gazeux avec le milieu aquatique prélève le dioxygène dissous dans l eau. La tortue plonge en apnée Activités J ai découvert 1 et 2 La respiration : des échanges gazeux avec le milieu Au cours de la respiration, les animaux comme les végétaux prélèvent dans leur milieu de vie le dioxygène dont ils ont

Plus en détail

Tout (ou presque) ce qu il faut savoir sur le bio et ses principes

Tout (ou presque) ce qu il faut savoir sur le bio et ses principes Tout (ou presque) ce qu il faut savoir sur le bio et ses principes LE BIO EN QUELQUES MOTS L agriculture biologique est un mode d agriculture alternatif qui se veut respectueux des équilibres écologiques.

Plus en détail

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Cette fiche nécessite des travaux permanents. Elle est actualisée au fur et à mesure de leurs évolutions S agissant de la contamination de l animal à l homme, le

Plus en détail

Le réseau hydrographique

Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique de la MRC représente un milieu aquatique d environ 600 kilomètres de cours d eau et du double de rives. Le fleuve Saint-Laurent représente le grand collecteur

Plus en détail

fourniront ensuite les produits alimentaires de Terranova aux magasins et supermarchés.

fourniront ensuite les produits alimentaires de Terranova aux magasins et supermarchés. Cas pratique de synthèse 1 Organisation d une entreprise et placement des produits Ce cas pratique de synthèse vous propose différentes activités touchant à l organisation d une entreprise et à la commercialisation

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 SOMMAIRE Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 2 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET NETS A SEDHIOU Dans

Plus en détail

tous les cours d eau et les lacs 1) La ligne des hautes eaux (LHE) 2) Les caractéristiques de votre rive la ligne des hautes eaux

tous les cours d eau et les lacs 1) La ligne des hautes eaux (LHE) 2) Les caractéristiques de votre rive la ligne des hautes eaux Guide explicatif pour les riverains NOUVELLES DISPOSITIONS DU RÈGLEMENT SUR LA PROTECTION DES BERGES L objectif des nouvelles dispositions du règlement sur la protection des berges est de rétablir et de

Plus en détail

LA RESPIRATION EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES

LA RESPIRATION EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES LA RESPIRATION EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. La respiration humaine La respiration est un phénomène complexe. Il est cependant abordé dès le cours préparatoire de façon simplifiée. 1. Au CP Pour

Plus en détail

Plan annuel des Sciences Classe : EB1 2015-2016. Date / Durée Unité Chapitre Objectifs

Plan annuel des Sciences Classe : EB1 2015-2016. Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Septembre Chapitre 1: Où vivent les? Nommer quelques fleurs et du jardin. Nommer quelques fleurs de la prairie. Identifier l aspect sauvage du milieu. Relever la différence

Plus en détail

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31

Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN ou www.surftraining.com. 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 2012-2013 Biarritz Surftraining Sortie Scolaire Surf Training, représenté par Philippe BEUDIN info@surftraining.com ou www.surftraining.com 102 rue Pierre de Chevigné, 64 200 Biarritz 05 59 23 15 31 BIARRITZ

Plus en détail

Introduction Générale

Introduction Générale Introduction Générale Jean Magnan de Bornier L introduction générale du cours a pour but de préciser ce qu est la discipline "Economie" ; on utilisera comme synonymes de ce mot les termes "analyse économique",

Plus en détail

Requins: Pas seulement le grand requin blanc. Il existe environ 500 espèces différentes de requins. Dive for Sharks

Requins: Pas seulement le grand requin blanc. Il existe environ 500 espèces différentes de requins. Dive for Sharks Requins: Pas seulement le grand requin blanc Il existe environ 500 espèces différentes de requins Requins: Grands et petits Le requin-baleine est long de plus de 10 mètres - plus d'un bus! Le requin pygmée

Plus en détail

Pour les élèves de CE / CM : Comment vivent les poissons?

Pour les élèves de CE / CM : Comment vivent les poissons? Pour les élèves de CE / CM : Comment vivent les poissons? Projet de classe pour venir à l Aquarium : Tout le monde connait la poésie : «océan 00» de Claude Roy Si tu trouves sur la plage Un joli coquillage

Plus en détail

4 Journées d Introduction à l Agriculture biodynamique

4 Journées d Introduction à l Agriculture biodynamique 4 Journées d Introduction à l Agriculture biodynamique 4 février 2014 de 9 h à 18 h 22 et 23 avril 2014 de 9 h à 18 h L AUBIER, Hôtel-Restaurant et Ferme-Fromagerie 2037 Montézillon NE www.aubier.ch Visites

Plus en détail

Et si nous étions «source» d eau pour tous?

Et si nous étions «source» d eau pour tous? Et si nous étions «source» d eau pour tous? L eau du monde est en péril le thème de la prochaine édition du Salon Valériane est révélateur de l enjeu fondamental des ressources d eau dans le monde. Bien

Plus en détail

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire 21 Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire Fin 2014, 11,5 millions de personnes détiennent un contrat de retraite supplémentaire en cours de constitution auprès

Plus en détail

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école Dossier Projet Electrification de l école d Issaogo La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école d Issaogo au Burkina Fasso, projet porté par les élèves et professeurs du

Plus en détail

La baleine saute et plonge pour se débarrasser de ses parasites.

La baleine saute et plonge pour se débarrasser de ses parasites. Sommaire Page 2 : Où vit la baleine à bosse? Page 3: Que mange la baleine? Page 4: Comment communique-t-elle? Page 5: Les parades amoureuses. Page 6: Le baleineau. Page 7: Fiche d identité de la baleine

Plus en détail

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L usage

Plus en détail

Les cyanotoxines dans les poissons d'eau douce

Les cyanotoxines dans les poissons d'eau douce Les cyanotoxines dans les poissons d'eau douce Une nécessaire actualisation des connaissances pour optimiser les mesures de gestion Colloque GIS Cyano - 9 mars 2016 Guillaume LE MER Virginie HOSSEN Bureau

Plus en détail

Connaître son poids naturel et l accepter

Connaître son poids naturel et l accepter Connaître son poids naturel et l accepter Elodie Liénard, Psychologies.com Mieux vivre sa vie Et si notre poids était aussi génétiquement déterminé que l est notre taille? Et si notre organisme régulait

Plus en détail

AUJOURD HUI ON MANGE BIO

AUJOURD HUI ON MANGE BIO AUJOURD HUI ON MANGE BIO EDITO Tout le monde connaît l adage «bien manger c est le début du bonheur». En choisissant d introduire des aliments bio dans les menus proposés aux écoliers, les villes de Stains

Plus en détail

Point de vue de la GEFeL François Lafitte

Point de vue de la GEFeL François Lafitte Pertes/gaspillage alimentaires au sein de la filière F&L - Stades amonts Point de vue de la GEFeL François Lafitte De quoi parle-t-on quand on évoque les mots «gaspillage alimentaire»? Définition «gaspillage

Plus en détail

Modélisation des images. Tâches et contours

Modélisation des images. Tâches et contours Modélisation des images Tâches et contours Modèles d images Images vectorielles ou matrice de points Le terme image vectorielle est impropre Une image dite vectorielle n est en fait qu une image possédant

Plus en détail

Deux seules questions : quand et ou?

Deux seules questions : quand et ou? Deux seules questions : quand et ou? Pierre-Alain Cotnoir 5304J avenue du Parc Montréal (Québec) H2V 4G7 Mémoire présenté le 8 octobre 2015 dans le cadre de la consultation publique de la commission de

Plus en détail

Dans la zone chaude, les rayons du soleil frappent la terre perpendiculairement, il fait chaud toute l année.

Dans la zone chaude, les rayons du soleil frappent la terre perpendiculairement, il fait chaud toute l année. Sur notre planète, on peut définir 3 grandes zones climatiques : 1) la zone chaude qui se situe autour de l équateur, entre les tropiques du Cancer et du Capricorne. On l appelle aussi la zone intertropicale.

Plus en détail

UEL BIO36. Le Caryotype Humain. Plan «structure des génomes» (dc) Le Génome, C est : Introduction à la biologie moléculaire (pour non SV, non BIM)

UEL BIO36. Le Caryotype Humain. Plan «structure des génomes» (dc) Le Génome, C est : Introduction à la biologie moléculaire (pour non SV, non BIM) Plan «structure des génomes» (dc) UEL BIO36 Introduction à la biologie moléculaire (pour non SV, non BIM) Définition Le support physique Les chromosomes dans le noyau : nombre, morphologie, centromère,

Plus en détail

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface Action du vent Cette fiche donne des indications de base pour déterminer la stabilité des parties d ouvrages en phases transitoires et des équipements de chantier sous l action du vent. Dans tous les cas,

Plus en détail

Centre d Expertise du Soutien du Combattant et des Forces

Centre d Expertise du Soutien du Combattant et des Forces EN FRANCE UN CONTEXTE DE CHANGEMENTS IMPORTANTS FORMAT DES ARMEES FRANCAISE TERRE AIR 128 000 militaires 54 500 militaires MARINE 40 000 militaires REORGANISATION 3 commissariats 2010 Création du SCA PROJET

Plus en détail

BROCHURE IME ET CENTRES SPÉCIALISÉS 2014

BROCHURE IME ET CENTRES SPÉCIALISÉS 2014 École Nicolas Hulot - Parc animalier et botanique - Parcabout BROCHURE IME ET CENTRES SPÉCIALISÉS 2014 SÉJOURS & activités À la journée Les programmes pédagogiques sont conçus et adaptés aux spécificités

Plus en détail

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE Agence locale de l energie et du climat 6 r u e H a r o u n T a z i e f f 78114 Magny les Hameaux Tél. 01 34 52 26 34 pedagogie@energie-sqy.com www.energie-sqy.com EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE

Plus en détail

La Chaîne Critique. Résumé du livre 17/02/2010

La Chaîne Critique. Résumé du livre 17/02/2010 La Chaîne Critique Résumé du livre 17/02/2010 INTRODUCTION Pourquoi les projets sont-ils souvent en retard? Pourquoi certains n aboutissent-ils jamais? Comment réussir à terminer les projets en respectant

Plus en détail

Poissons du lac Tanganyika

Poissons du lac Tanganyika Voyages Bio Sous-Marine Avec le concours de Poissons du lac Tanganyika du 11 au 27 avril 2015 avec Patrick Louisy Neolamprologus brichardi, Neolamprologus tretocephalus, Neolamprologus leleupi P. Louisy

Plus en détail

UTILISATION DES AFFICHES «!LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, POURQUOI?!»

UTILISATION DES AFFICHES «!LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, POURQUOI?!» L ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE et L UTILISATION DES AFFICHES «!LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, POURQUOI?!» et «!LA BIODIVERSITÉ - TOUT EST VIVANT, TOUT EST LIÉ!» Michel Flambard / Philippe Delforge - Maîtres-ressources

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

BRUIT ET REGLEMENTATION

BRUIT ET REGLEMENTATION BRUIT ET REGLEMENTATION Jusqu à la publication de la loi n 92-1444 du 31 décembre 1992 (codifiée dans le code de l environnement), le bruit n était pas réglementé par un texte général mais par un ensemble

Plus en détail

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN

I)Les différentes étapes de la division cellulaire. 1) Les chromosomes Caryotype, chromosomes, chromatine, condensation et compaction de l ADN Mercredi 02/09/15 Thème 1a - TP 1 : Le déroulement de la division cellulaire (= mitose) Microscope optique, acquisition numérique d image, titres, légendes et intégration dans un autre logiciel / Racines

Plus en détail

LEÇON 2. 1. Pourquoi est-ce que je suis venu? -Pour vous donner le message le plus important dans le monde.

LEÇON 2. 1. Pourquoi est-ce que je suis venu? -Pour vous donner le message le plus important dans le monde. LEÇON 2 1. Pourquoi est-ce que je suis venu? -Pour vous donner le message le plus important dans le monde. 2. Quel message est le plus important message dans le monde? -Le message de Dieu. 3. Pourquoi

Plus en détail

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015»

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Juillet 2015 SOMMAIRE Contenu Introduction et méthodologie... 3 Evaluation de la saison en cours... 4 Eléments influençant les

Plus en détail

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire Direction départementale des territoires de Saôneet-Loire Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire «Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique

Plus en détail

S'informer sur les techniques d'amélioration des cultures

S'informer sur les techniques d'amélioration des cultures 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Mettre en évidence la présence de matière organique dans les organes de réserve de la plante et au niveau des feuilles. Déduire, dans le cas de la plante éclairée le

Plus en détail

Intérêt de la détection des adduits à l'adn comme BIOMARQUEUR D'EFFET précoce dans le développement de cancer

Intérêt de la détection des adduits à l'adn comme BIOMARQUEUR D'EFFET précoce dans le développement de cancer Intérêt de la détection des adduits à l'adn comme BIOMARQUEUR D'EFFET précoce dans le développement de cancer EXEMPLE DE SUIVI DE POLLUTION PAR L ERIKA Pr Annie Pfohl-Leszkowicz Ensat, Lab de génie chimique,

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

hydrosourcedavenir.com

hydrosourcedavenir.com hydrosourcedavenir.com L HYDROÉLECTRICITÉ AU QUÉBEC MY THES ET S 2011G1230F L HYDROÉLECTRICITÉ QUÉBÉCOISE, SOURCE D AVENIR L hydroélectricité est une importante source de gaz à effet de serre. Les émissions

Plus en détail

5)44 P.30 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT

5)44 P.30 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS 5)44 P.30 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT 15!,)4 $%,! 42!.3-)33)/. 4, 0(/.)15%,)'.%3 %4 0/34%3 $!"/.. 3 #!2!#4 2)34)15%3 $% 42!.3-)33)/.!00,)#!",%3!58

Plus en détail

2.3 Le framework OdefiX : Définir et explorer des modèles environnementaux

2.3 Le framework OdefiX : Définir et explorer des modèles environnementaux 2.3 Le framework OdefiX : Définir et explorer des modèles environnementaux Ce chapitre détaille le cadre proposé afin de développer divers systèmes d aide à la gestion de l eau et plus généralement d aide

Plus en détail

Nourrir Les Hommes. Introduction

Nourrir Les Hommes. Introduction Nourrir les Hommes Nourrir Les Hommes Introduction Mieux nourrir la population mondiale est un objectif premier du développement durable. Il est toujours d actualité puisque 850 millions d êtres humains

Plus en détail

Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires.

Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires. Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires. Tous les êtres vivants ont besoin d énergie pour vivre,

Plus en détail

Chapitre n 1-Chimie. L'air qui nous entoure.

Chapitre n 1-Chimie. L'air qui nous entoure. Chapitre n 1-Chimie L'air qui nous entoure. Activité n 1:De quoi est composé l'air que nous respirons? Est-il un corps pur? Activité informatique. >Objectif: Utiliser l'outil informatique pour trouver

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 59 HERBANEWS SOMMAIRE Le calcium Rôles et besoin en calcium dans notre organisme Les recommandations et les sources alimentaires de calcium Les alternatives

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Emploi de la substance / de la préparation Produit pour la protection

Plus en détail

une personne ne sachant pas nager tombe dans l eau puis coule par insuffisance technique après s être débattue dans une lutte intense pour la vie.

une personne ne sachant pas nager tombe dans l eau puis coule par insuffisance technique après s être débattue dans une lutte intense pour la vie. Page 1 sur 5 Société Internationale de Sauvetage du Léman Les dossiers techniques de la SISL La noyade Introduction En Suisse, en 2003, 89 personnes sont mortes des suites d une noyade. En France, chaque

Plus en détail

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007)

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Page 1 de 6 Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Réponse de l Union des consommateurs (UC) à la demande de renseignements

Plus en détail

Qu est-ce que l ostéoporose?

Qu est-ce que l ostéoporose? Qu est-ce que l ostéoporose? L ostéoporose est une maladie caractérisée par une diminution de la quantité de tissus osseux. Les os deviennent fragiles, poreux et se brisent facilement. L os est un tissu

Plus en détail

1 er réseau de magasins franchisés en France Dans la distribution de produits biologiques et naturels

1 er réseau de magasins franchisés en France Dans la distribution de produits biologiques et naturels 1 er réseau de magasins franchisés en France Dans la distribution de produits biologiques et naturels LA VIE CLAIRE appuie son activité sur un marché en pleine expansion. LA VIE CLAIRE : 60 ans d expérience

Plus en détail

LE SYNDROME DU BÉBÉ SECOUÉ

LE SYNDROME DU BÉBÉ SECOUÉ LE SYNDROME DU BÉBÉ SECOUÉ Qu est-ce que le syndrome du bébé secoué? Le syndrome du bébé secoué (SBS) est un terme diagnostique qui décrit l'ensemble des symptômes qui peuvent apparaître chez un enfant

Plus en détail

Exposé : LES BALEINES. Noé et Emile Le 13 mai 2011

Exposé : LES BALEINES. Noé et Emile Le 13 mai 2011 Exposé : LES BALEINES Noé et Emile Le 13 mai 2011 1- La baleine est un mammifère marin de grande taille classé dans l ordre des cétacés. Il existe 2 grandes espèces de baleines : les baleines à dents et

Plus en détail

Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus

Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus Communiqué de presse Bâle, 15 août 2014 Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus Avastin est le premier

Plus en détail

Le chameau et sa puce F et J Bour

Le chameau et sa puce F et J Bour Compréhension de lecture Andrée Otte Le chameau et sa puce F et J Bour C est un chameau grand comme tous les chameaux. Il court dans le désert en pensant à une source, à des feuilles plus douces que des

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

La vie, l amour et votre coeur

La vie, l amour et votre coeur Ce livret est destiné aux personnes qui veulent en apprendre davantage sur l activité sexuelle et les maladies du cœur. 2 Table des matières Page Ce que vous pourriez ressentir... 1 Parlez-en à votre partenaire...

Plus en détail

Charte Déontologique des prestataires TIC

Charte Déontologique des prestataires TIC (supervisée par le Comité de la ) Introduction Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates.

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Vaccinations Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Diphtérie Tétanos Polio Fièvre jaune Hépatite A Fièvre

Plus en détail