Technique : Quelles évolutions en assainissement non collectif? Le dimensionnement des installations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Technique : Quelles évolutions en assainissement non collectif? Le dimensionnement des installations"

Transcription

1 Technique : Quelles évolutions en assainissement non collectif? Le dimensionnement des installations

2 1. Historique Avant 2009 Arrêté du 7 septembre 2009 Réflexion Arrêté du 12 mars 2012

3 Avant 2009 C est l arrêté du 6 mai 1996 Filières traditionnelles définies suivant le nombre de pièces principales avec un volume minimum pour la fosse de 3m3 jusqu à 5 PP Le nombre de PP = Nombre de chambres + 2 Définition qui existait dans : -le DTU de 1992 annexe 5 Glossaire - le document inter agence N 86 - Les documents des adhérents de l IFAA Historique

4 Historique Arrêté du 7 septembre Introduction des filières agrées - Pas de relation entre l Equivalent Habitant (E.H) et l habitation

5 Historique Réflexions entre l arrêté du 7 septembre 2009 et la sortie de l arrêté du 12 Mars 2012 Différentes relations entre PP et EH 14 Equivalents-habitants Astee FNCCR Synaba (="methode OIEau") ANSatese Astee sans minimum FNCCR avec coeff securité Moyenne Pièces principales

6 2. Quelle règles de dimensionnement? Arrêté du 12 mars 2012 (Art. 5) : «4 Le dimensionnement de l installation exprimé en nombre d équivalents-habitants est égal au nombre de pièces principales au sens de l article R du code de la construction et de l habitation, à l exception des cas suivants, pour lesquels une étude particulière doit être réalisée pour justifier les bases de dimensionnement : les établissements recevant du public, pour lesquels le dimensionnement est réalisé sur la base de la capacité d accueil ; les maisons d habitation individuelles pour lesquelles le nombre de pièces principales est disproportionné par rapport au nombre d occupants.» PP = EH

7 3. Qu est ce qu une pièce principale? Selon le Code de la construction (Art. R111-1 et R111-10) : Un logement ou habitation comprend, d'une part, des pièces principales destinées au séjour ou au sommeil, éventuellement des chambres isolées et, d'autre part, des pièces de service, telles que cuisines, salles d'eau, cabinets d'aisance, buanderies, débarras, séchoirs, ainsi que, le cas échéant, des dégagements et des dépendances.

8 3. Qu est ce qu une pièce principale? Selon des arrêtés, décrets et des usages professionnels : Le flou s installe! Décret n du 31 janvier 2005 (Normes dimensionnelles), Annexe 2 de l arrêté du 17 octobre 2011 abrogeant et remplaçant l arrêté du 10 juin 1996 (Norme minimale d habitabilité), Positionnement d organisme professionnel (assureur).

9 4. Conséquences possibles sur le terrain oqu est ce qu une pièce destinée au séjour? o1 séjour = 1 PP? 1 grand séjour = 2 PP? o1 bureau = 1 chambre = 1 PP? o Mezzanine? onotion de 7 m 2? Ouvrant, hauteur sous plafond 2,30 m

10 5. Cas de la construction de maison d habitation individuelle La réalité terrain de la construction neuve : osurface, onombre de PP, o Evolution des comportements (Salon séjour), o

11 4. Conséquences possibles sur le terrain Position IFAA : oune pièce destinée au séjour : o1 pièce à 40 m 2 = 1 PP, o1 pièce > à 40 m 2 = 2 PP (Capacité d accueil réception), o1 bureau à 9 m 2 = 1 chambre potentielle = 1 PP, omezzanine avec lit d appoint = 0 PP (Surcharge occasionnelle acceptée par le produit).

12 5. Cas de la construction de maison d habitation individuelle Position IFAA : oapplication de la règle PP = EH de 1 à 10 pièces principales, ocapacité de traitement minimale = 4 EH oréalité terrain : 2 chambres = 4 personnes, orègles de dimensionnement des filières traditionnelles.

13 6. Autres cas de construction neuve Position IFAA : omaisons disproportionnées par rapport au nombre d occupants = au-delà de 10 pièces principales : omaximum donné par le propriétaire dans son cahier des charges (occupants permanents, occasionnels, nombres, périodicités, durées...), ocapacité de traitement minimale : 10 EH.

14 6. Autres cas de construction neuve Position IFAA : oetablissement recevant du public (ERP): odimensionnement est réalisé sur la capacité d accueil (nombre maximum, périodicités, durées...), ovaleurs guides issues de la circulaire du 22 mai 1997.

15

16 7. Cas des constructions existantes Arrêté «contrôle» du 27 avril 2012 (Annexe 2) : Concernant les installations significativement sous-dimensionnées, le contrôleur s attache à vérifier l adéquation entre la capacité de traitement de l installation et le flux de pollution à traiter : le sousdimensionnement est significatif si la capacité de l installation est inférieure au flux de pollution à traiter dans un rapport de 1 à 2.

17 7. Cas des constructions existantes Position IFAA : Dans le cadre du diagnostic : Nb d occupants permanents Capacité de traitement (EH) Nb de PP

18 8. Conclusion o Des règles claires, o Véhiculées par tous.

19 Atelier technique Quelles évolutions? Les agréments : Bilan, extrapolation, pistes d amélioration

20 Contenu 1. L agrément en chiffre 2. Bilan Pistes d amélioration 4. Conclusion

21 1. L agrément en chiffres 94 agréments délivrés depuis le 9 juillet 2010, 55 guides de l usager publiés 35 sociétés concernées, Capacité de traitement de 2 à 20 EH, 5 familles identifiées

22 35 30 Nombre d agrément Nombre d Equivalent Habitant (E.H.)

23 1. L agrément en chiffres 11filtres compacts (2 à 20 EH) 4filtres plantés (5 EH) 13micro-stations à culture libre (4 à 20 EH) 15micro-stations à culture fixée (4 à 11 EH) 1technologie mixte (5 EH)

24 1.2 Filtres compacts

25 1.3. Filtres plantés

26 Micro-stations à culture libre

27 Micro-stations SBR

28 1.5. Micro-stations à culture fixée

29

30 Arrêté du 7 septembre Bilan er agrément publié le 9 juillet 2010 Novembre 2011mise en application du Protocole général pour la reconnaissance de gamme ( ) capacité inférieure ou égale à 20 EH

31 2. Bilan

32 2. Bilan L avis d agrément ministériel reste un document : attendu par les acteurs terrain de l ANC respecté sur l ensemble du territoire qui définit les filières installées.

33 2. Bilan Ne fait pas de filtre technique entre les produits marqués CE. Freine l innovation et l optimisation des produits. Disparitésconstatées dans le traitement des demandes d agréments. Diffusion massive d informations confidentielles.

34 2. Bilan Couts induits énormes pour les industriels: pour l agrément d un produit (référence) / modèle gamme (extrapolation) couts internes (ingénieur, etc.) Pour une gamme de 10 produits: x =

35 2. Bilan Gestion des avis d agrément Inadapté au vu du nombre d agrément «Coquilles» à la publication des avis Manque de lisibilité («bis», modifié ou abrogé) Délais de publication qui dérapent Document difficilement exploitable par les acteurs de l ANC sur le terrain

36 3. Perspectives L IFAA souhaite aider les pouvoirs publiques en proposant : Le renforcement de la procédure en place et la mise en place d un comité de suivi des dossiers et avis d agrément L intensification les contrôles La modification du mode de gestion des avis d agrément

37 3.1. Renforcer la procédure Disposer d une procédure complète, écrite et officielle sur la base : De l arrêté prescriptions techniques, De la normenf EN A1, De critères complémentaires (volume minimum, service proposé, SAV, contrat entretien, ) Pour pouvoir analyser techniquementune gamme au cas par cas (adaptée à chaque produit)

38 3.2. Comité de suivi Mise en place d un comité d évaluation et de suivi des dossiers et avis afin : D avoir une vision globale et transparente Limiter les disparités entre dossiers Suivre la vie du dossier (modification, suivi in situ)

39 3.3. Renforcer les contrôles Renforcer les contrôles en amont sur la production Conformité du CPU à la norme NF EN A1 Suivi du CPU par un organisme tiers Pour faciliter la vérification en aval sur le terrain Le SPANC vérifie l essentiel Rassurer l usager et les pouvoirs publics

40 L IFAA propose : 3.4. Gestion des agréments De donner à chaque fabricant un numéro d identifiant unique regroupant l ensemble des agréments obtenus Liste consultation sur internet d organismes officiels Marquage des produits sous ce numéro Limiter au strict minimum la publication des informations via les avis d agrément

41 4. Conclusion Enormément de demande d agrément sur des technologies très variées Procédure imparfaite avec des perspectives d amélioration, Mise en place de groupe de travail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME Pour tous renseignements

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION Installations de gaz Règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz > Arrêté du 2 août 1977 modifié > Normes NF DTU 61.1 - NF DTU 24.1 > Cahier des charges

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Réunion d informations. Communauté de Communes du Val de Saire

Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Réunion d informations. Communauté de Communes du Val de Saire Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Réunion d informations Communauté de Communes du Val de Saire Sommaire LE SPANC - Qu est ce que l Assainissement Non Collectif (ANC)? - Le SPANC -

Plus en détail

CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982

CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982 CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982 relative à la sécurité des personnes en cas de travaux de réhabilitation ou d amélioration des bâtiments d habitation existants LE MINISTRE D ETAT, MINISTRE DE L INTERIEUR

Plus en détail

Les Services d'assainissement Non Collectif (ANC)

Les Services d'assainissement Non Collectif (ANC) Les Services d'assainissement Non Collectif () 69 La Compétence L article L 2224-8 du Code Général des Collectivités Territoriales (modifié par la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 art. 159 et 161) précise

Plus en détail

VADEMECUM INCENDIE. Références réglementaires

VADEMECUM INCENDIE. Références réglementaires VADEMECUM INCENDIE Ce document a pour objet d aider les directrices et directeurs d école à mettre en œuvre les obligations qui sont les leurs en matière de sécurité incendie. Références réglementaires

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales.

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales. DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANCEAGRIMER MEP/SMEF/ Délégation nationale de VOLX. BP 8 25 Rue Maréchal Foch 04130 VOLX Dossier suivi par : Denis Cartier-Millon Tel. : 04.92.79. 34.55 E-mail : denis.cartier-millon@franceagrimer.fr

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2965 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 160 24 août 2007 S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES

Plus en détail

Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise

Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise Rapport annuel sur le prix et la qualité du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de la Région Saint Jeannaise Exercice 2012 Table des Matières Introduction...3 I.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI La présente application informatique a été élaborée par l Ademe (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie www.ademe.fr ) pour répondre à la mission confiée

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE

PRESENTATION GENERALE Feurs, le 14 septembre 2010 Rémi PERNATON (Responsable Technique) INEED / ROVALTAIN / TGV ; 1 rue Marc Seguin BP 11168 Alixan ; 26958 Valence cedex 9 Tél : 04 75 58 59 50 contact@ceribois.com PRESENTATION

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004

NOTE DE SERVICE DGER/POFEGTP/N2004-2016 Date : 16 FEVRIER 2004 1 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-Direction de la Politique des Formations de l Enseignement

Plus en détail

Guide d exigences de sécurité des téléprocédures types

Guide d exigences de sécurité des téléprocédures types M i n i s t è r e d u B u d g e t e t d e l a R é f o r m e d e l E t a t D G M E / S D A E P R E M I E R M I N I S T R E S G D N - D C S S I =========== Guide d exigences de sécurité des téléprocédures

Plus en détail

Avis Technique 14/11-1675

Avis Technique 14/11-1675 Avis Technique 14/11-1675 Kit isolé de traversée d'étage ou de paroi Conduit de fumée Chimney Abgasanlagen Système isolé pour traversée de paroi horizontale et verticale Titulaire : ISOTIP-JONCOUX 79,

Plus en détail

Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix

Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix Appel à candidatures visant à la cession de l immeuble situé au 34 Rue Winston Churchill à Roubaix Dossier de consultation Cahier n 1 Règlement de consultation Date et heure limites de remise des dossiers

Plus en détail

Améliorer la Qualité de l Air dans les Logements

Améliorer la Qualité de l Air dans les Logements En la Qualité de l Air Le rôle essentiel du Plombier-Chauffagiste Mars 2010 Avec le soutien de : AD Consultant En la Qualité de l Air Le rôle essentiel du Plombier-Chauffagiste Pour garantir la qualité

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 216 28 décembre 2008. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 216 28 décembre 2008. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3199 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 216 28 décembre 2008 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 19 décembre

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

SERVICE ACCESSIBILITE UNIVERSELLE

SERVICE ACCESSIBILITE UNIVERSELLE SERVICE ACCESSIBILITE UNIVERSELLE Responsable : Nicolas MERILLE Conseillère technique : Stéphanie BAUNEZ Secrétaire : Martine GABRILLARGUES Fax : 01.40.78.69.56 Destinataire : Mme Lyliane RICHARD e-mail

Plus en détail

VINCENT AURIOL (13E) GRDF

VINCENT AURIOL (13E) GRDF VINCENT AURIOL (13E) GRDF GRDF propose le toit de l un de ses bâtiments techniques dans le 13ème arrondissement, offrant une surface enherbée de 800m² avec une profondeur de terre intéressante. Un projet

Plus en détail

Les commissions d accessibilité dans les Yvelines

Les commissions d accessibilité dans les Yvelines Les commissions d accessibilité dans les Yvelines Cycle d information et d échanges sur l accessibilité Le Chesnay 13 Mars 2012 Présentation : Cédric LOESCHER Préfecture (SIDPC), Chef du BPRSP Introduction

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION RECOMMANDATIONS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION Décision de la Commission Régionale

Plus en détail

Diagnostic territorial

Diagnostic territorial Diagnostic territorial Quelles évolutions en Petite Camargue Héraultaise? Synthèse du tableau de bord Décembre 2008 Quelle méthodologie m pour l analyse l du territoire? Une grille pour l analyse des territoires

Plus en détail

KEEZAM LE STATUT DES ANIMATEURS ET DIRECTEURS EN ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS. LE CONTRAT D ENGAGEMENT ÉDUCATIF (CEE).

KEEZAM LE STATUT DES ANIMATEURS ET DIRECTEURS EN ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS. LE CONTRAT D ENGAGEMENT ÉDUCATIF (CEE). KEEZAM Simplifie l organisation des séjours enfants et ados. www.keezam.fr Fiche Animateurs Nombre de pages : 5 LE STATUT DES ANIMATEURS ET DIRECTEURS EN ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS. LE CONTRAT D ENGAGEMENT

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE Etablissements Recevant du Public (ERP) APPLIQUEE AUX PATINOIRES

LA REGLEMENTATION INCENDIE Etablissements Recevant du Public (ERP) APPLIQUEE AUX PATINOIRES Syndicat National des Patinoires Congrès CLERMONT FERRAND 11-13 mai 2015 LA REGLEMENTATION INCENDIE Etablissements Recevant du Public (ERP) APPLIQUEE AUX PATINOIRES Jean-Pierre RIPOLL Pilote d opération,

Plus en détail

DIPLOME D ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. REGLEMENT DES STAGES (ancien régime)

DIPLOME D ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. REGLEMENT DES STAGES (ancien régime) DIPLOME D ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE REGLEMENT DES STAGES (ancien régime) I - Extrait de l Arrêté du 5 septembre 1989 modifié relatif aux études préparatoires et au Diplôme d Etat de masseur-kinésithérapeute

Plus en détail

Nouveaux regards sur la ville : Solutions techniques innovantes. Les filières compactes de l assainissement autonome

Nouveaux regards sur la ville : Solutions techniques innovantes. Les filières compactes de l assainissement autonome Nouveaux regards sur la ville : Solutions techniques innovantes Les filières compactes de l assainissement autonome 1. Contexte réglementaire Arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

Commission Consultative Départementale de Sécurité et d Accessibilité. Sous-Commission Départementale

Commission Consultative Départementale de Sécurité et d Accessibilité. Sous-Commission Départementale Commission Consultative Départementale de Sécurité et d Accessibilité Sous-Commission Départementale d Accessibilité Organisation des commissions Commission Consultative Départementale de Sécurité et d

Plus en détail

ADEREE PROGRAMME DU CODE D EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ADEREE PROGRAMME DU CODE D EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ADEREE PROGRAMME DU CODE D EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Recrutement de l ingénieur Génie Civil -Expert bâtiments du Programme Durée une année renouvelable selon le besoin TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Relevé des déductions ------

Relevé des déductions ------ Cahier des charges du mode EDI du téléservice SIMPL-TVA Relevé des déductions ------ Version 1.1 10 Février 2016 SUIVI DES VERSIONS Date N Version Motif de Mise à Jour 24/07/2015 1.0 Création 10/02/2016

Plus en détail

Notice à l'attention des candidats à la mission d'organisme Unique (OU) Dossier de candidature

Notice à l'attention des candidats à la mission d'organisme Unique (OU) Dossier de candidature PRÉFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Toulouse, le 20 février 2012 Service Biodiversité et Ressources Naturelles Notice à l'attention

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D'EVALUATION. Entreprise : Marché/produit :

QUESTIONNAIRE D'EVALUATION. Entreprise : Marché/produit : QUESTIONNAIRE D'EVALUATION Entreprise : Marché/produit : Ce questionnaire constitue la base de la première étape de l'examen d'aptitude de votre entreprise à devenir fournisseur de Gaz réseau Distribution

Plus en détail

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation SOMMAIRE 7 Avant-propos 9 Le domaine d application du guide 11 Choix des produits 11 1. Marquage CE des dispositifs d épuration (mise sur le marché européen des produits) 13 2. Documents complémentaires

Plus en détail

Les objectifs généraux de la formation

Les objectifs généraux de la formation Les objectifs généraux de la formation Au niveau du projet de formation Repérer si les facteurs clefs de succès d un dispositif e-learning sont réunis dans un cahier des charges ou une proposition Déterminer

Plus en détail

BENEFICIER DE CONSEILS ET ACCOMPAGNEMENTS PERSONNALISES

BENEFICIER DE CONSEILS ET ACCOMPAGNEMENTS PERSONNALISES BENEFICIER DE CONSEILS ET ACCOMPAGNEMENTS PERSONNALISES Environnement / Sécurité 86 - Evaluation des Risques Professionnels Diagnostic de l entreprise sur la conformité à la réglementation dans le domaine

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNEES : L association.., Située, Variante 1 : Représentée par M.., Agissant en qualité de Président de l association, Variante 2 :

ENTRE LES SOUSSIGNEES : L association.., Située, Variante 1 : Représentée par M.., Agissant en qualité de Président de l association, Variante 2 : FORFAIT ANNUEL EN JOURS REPRESENTANTS SECTION SYNDICALE ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE FIXANT LES CONDITIONS DE RECOURS AU FORFAIT EN JOURS SUR L ANNEE (Conclusion avec un ou plusieurs Représentants de

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE SPECIALISATION : CONSEILLER EN ENVIRONNEMENT

DOSSIER PEDAGOGIQUE SPECIALISATION : CONSEILLER EN ENVIRONNEMENT MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION SPECIALISATION :

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Objectifs : Aider les préventionnistes. Les Responsables prévention des SDIS. Références : Contenu : 1. Historique du contrôle technique

Objectifs : Aider les préventionnistes. Les Responsables prévention des SDIS. Références : Contenu : 1. Historique du contrôle technique FICHE PRATIQUE Définitions Organisme d inspection de type A : L organisme d inspection doit être indépendant des parties engagées. L organisme d inspection et son personnel responsable des inspections

Plus en détail

Informatisation du Dossier Médical

Informatisation du Dossier Médical Santé Publique Informatique Médicale Informatisation du Dossier Médical Philippe MASSARI Médecin des Hôpitaux Responsable de l'unité d'informatique Médicale - CHU de ROUEN Courriel : Philippe.Massari@chu-rouen.fr

Plus en détail

COMPOSITION DU DOSSIER

COMPOSITION DU DOSSIER NOUVELLE-CALEDONIE PROVINCE NORD DIRECTION DE L'AMENAGEMENT SERVICE HABITAT ET AMENAGEMENT DE L'ESPACE B.P. 41 - KONE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE Je soussigné Profession. (Nom, Prénom) Adresse du demandeur

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64.

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64. LIVRET D ACCUEIL Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie C.S.A.P.A L ASTROLABE 74, rue de Brest B.P. 97237 29 672 MORLAIX CEDEX Tel : 02.98.62.64.02 Fax : 02.98.62.64.77 Mail

Plus en détail

Paris, le 14 janvier 2015

Paris, le 14 janvier 2015 Paris, le 14 janvier 2015 Division des personnels Affaire suivie par Anne VIGNAU Chef de la division des personnels adjointe ce.dp@ac-paris.fr 01 44 62 45 03 Le recteur de l académie, chancelier des universités

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «SCHEMAS INTERCOMMUNAL D ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes Eyrieux aux Serres L

Plus en détail

EXEMPLE DE RESOLUTION POUR L ASSEMBLEE GENERALE

EXEMPLE DE RESOLUTION POUR L ASSEMBLEE GENERALE EXEMPLE DE RESOLUTION POUR L ASSEMBLEE GENERALE Après examen de la proposition de SFR d équiper à ses frais la copropriété d un réseau de fibres optiques FTTH permettant la fourniture, sans aucune obligation,

Plus en détail

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Développer les compétences pour mieux gérer l eau Novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE LES JOURNEES DE L OIEau EN 2011 «Les Journées de l OIEau» visent à apporter un éclairage

Plus en détail

CONFERENCE SUR L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Le 9 avril 2013

CONFERENCE SUR L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Le 9 avril 2013 CONFERENCE SUR L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Rappel de l ordre du jour : Le 9 avril 2013 1) La réglementation en matière d assainissement non collectif et le rôle du SPANC 2) Les modalités des aides de

Plus en détail

NOROIT : La première entreprise s installe sur le nouveau Village d Artisans-TPE de Loire-Atlantique

NOROIT : La première entreprise s installe sur le nouveau Village d Artisans-TPE de Loire-Atlantique Communiqué de presse 26 mai 2010 NOROIT : La première entreprise s installe sur le nouveau Village d Artisans-TPE de Loire-Atlantique Présenté à l occasion de son inauguration en septembre 2009, le premier

Plus en détail

Enjeux Cadre. Règlementation de la mise en accessibilité des ERP existants. Journée technique (CoTITA Méditerranée) Cété Méditerranée 11 juin 2013

Enjeux Cadre. Règlementation de la mise en accessibilité des ERP existants. Journée technique (CoTITA Méditerranée) Cété Méditerranée 11 juin 2013 Règlementation de la mise en accessibilité des ERP existants Journée technique (CoTITA Méditerranée) Cété Méditerranée 11 juin 2013 Enjeux Cadre Cété de Lyon, Pôle de compétence et d'innovation «accessibilité»

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement)

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) 1 L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) L agrément d association de protection de l environnement permet d être appelé

Plus en détail

PREAMBULE A LA CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE, DECLARATIONS D ENGAGEMENT

PREAMBULE A LA CHARTE DES STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE, DECLARATIONS D ENGAGEMENT Le Ministre de l Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement Le Ministre de l Education nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche Le Ministre délégué à l Emploi, au Travail et à l Insertion

Plus en détail

Les Vitrines de France

Les Vitrines de France FNCV Fédération Nationale des Centres-Villes Les Vitrines de France Paris, le 26 mai 2014 Ordre du jour 9h30 10h00 10h30 Café de bienvenue Module Introduction Présentation Module n 1 : Tendance commerce

Plus en détail

Exemple du service Hydraulique Assainissement de la Communauté d Agglomération de l Albigeois

Exemple du service Hydraulique Assainissement de la Communauté d Agglomération de l Albigeois Semaine de l eau Albi Fonlabour - Jeudi 7 février 2013 Exemple du service Hydraulique Assainissement de la Communauté d Agglomération de l Albigeois Présentation : Valérie VITHE Directrice Hydraulique

Plus en détail

L habilitation électrique

L habilitation électrique Centre de Gestion du Haut Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 Fax : 03 89 20 36 29 cdg68@calixo.net www.cdg68.fr Circulaire n 36/2012 Cl. C 44 Colmar,

Plus en détail

AR INSTALLATIONS ELECTRIQUES: Approche de l analyse de risques et régularisation des anciennes installations électriques

AR INSTALLATIONS ELECTRIQUES: Approche de l analyse de risques et régularisation des anciennes installations électriques AR INSTALLATIONS ELECTRIQUES: Approche de l analyse de risques et régularisation des anciennes installations électriques Introduction Ce guide a été élaboré après concertation au sein d un groupe de travail

Plus en détail

MARCHÉ DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES. Mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour la réalisation d Agendas

MARCHÉ DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES. Mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour la réalisation d Agendas MARCHÉ DE SERVICES CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES Conformément aux dispositions du décret n 2005-1742 du 30/12/05 pris en application de l Ordonnance N 2005-649 du 06/06/05 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

La ventilation lorsqu on rénove son bâti. CHAMBERY 2 octobre 2012 julien.boxberger@allieair.fr

La ventilation lorsqu on rénove son bâti. CHAMBERY 2 octobre 2012 julien.boxberger@allieair.fr La ventilation lorsqu on rénove son bâti CHAMBERY 2 octobre 2012 julien.boxberger@allieair.fr Sommaire Contextes et enjeux Choix possibles et impacts Le Guide sur la rénovation (ADEME) 1 Parc ventilation

Plus en détail

Particularité de la zone : le bâti dispersé

Particularité de la zone : le bâti dispersé PROJET de ligne à très haute tension COTENTIN MAINE Les distances aux lignes DÉBAT PUBLIC octobre 2005 février 2006 1 Particularité de la zone : le bâti dispersé Un engagement : ne pas surplomber et limiter

Plus en détail

La prévention des incendies dans les petits hôtels

La prévention des incendies dans les petits hôtels La prévention des incendies dans les petits hôtels (5 ème catégorie) Guide pratique Guide pratique la prévention des incendies dans les petits hôtels La réglementation en matière de sécurité est un thème

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION D'ASSURANCE DEMANDE DE TARIFICATION DO/CNR

QUESTIONNAIRE PROPOSITION D'ASSURANCE DEMANDE DE TARIFICATION DO/CNR QUESTIONNAIRE PROPOSITION D'ASSURANCE DEMANDE DE TARIFICATION DO/CNR I - SOUSCRIPTEUR 1) Nom ou raison sociale et adresse précise : 2) Agissant en qualité de : "Vendeur d'immeubles à construire" (art.

Plus en détail

Chapitre Q La norme NF C 15-100 dans l habitat

Chapitre Q La norme NF C 15-100 dans l habitat Chapitre Q La norme NF C 5-00 dans l habitat Sommaire L essentiel de la norme NF C 5-00 dans l habitat. Les dernières interprétations de la norme Q. Les principales évolutions Q. L'équipement minimal Q

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

Note FPS décembre 2011

Note FPS décembre 2011 Note FPS décembre 2011 Projet de décret relatif à la signalétique commune aux produits relevant d une consigne de tri La Loi Grenelle 2 établit qu : «au plus tard le 1er janvier 2012, tout produit recyclable

Plus en détail

CIRCULAIRE DGER/SDI/C2010-2018 Date: 02 novembre 2010

CIRCULAIRE DGER/SDI/C2010-2018 Date: 02 novembre 2010 MINISTERE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Service de l enseignement supérieur, de la recherche et de l innovation Sous-direction

Plus en détail

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE Direction de l'évaluation des dispositifs médicaux Département Surveillance du Marché Unité évaluation et contrôle du marché des dispositifs médicaux Dossier suivi par Pascal Di Donato Email: pascal.di-donato@afssaps.sante.fr

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L'ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE

DIAGNOSTIC DE L'ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE DIAGNOSTIC DE L'ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE Décret no 2008-384 du 22 avril 2008 relatif à l état de l installation intérieure d électricité dans les immeubles à usage d habitation.

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois 5 à 7 de l éco-construction Pierre LERICHE et Jean-Louis ANDRE Aubenas le 25/09/2014 Présentation de CERIBOIS Performances énergétique

Plus en détail

Epuration Assainissement autonome

Epuration Assainissement autonome Epuration Assainissement autonome P20.1/2 Réglementation P20.3/4 Différentes filières de traitement P21 Fosses toutes eaux P22 Fosse toutes eaux polyéthylène P23 Micro station 20.0 Epuration Aspect réglementaire

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL

Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL 1 EVALUATIONS : LE CADRE LEGISLATIF et REGLEMENTAIRE La loi du 2 janvier 2002 dispose

Plus en détail

ACCORD DU 13 JUIN 2012

ACCORD DU 13 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3212 Accords nationaux ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Personnels intérimaires

Plus en détail

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Le technicien électromécanicien et le technicien d usinage : propositions pour la construction d une grille de compétences Ce projet a été financé avec

Plus en détail

La méthode CQHE Concept Qualité Habitat Energie

La méthode CQHE Concept Qualité Habitat Energie Appel à idées Mai 2007 La méthode CQHE Concept Qualité Habitat Energie Remise des propositions : 06 juillet 2007 Technologie et construction Energie dans le bâtiment : PREBAT Appel à idées PREBAT Comité

Plus en détail

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général.

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. Salon des mandataires 13-14 février 2014 LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LE SURENDETTEMENT EN WALLONIE. QUELLE PLACE POUR LES POUVOIRS LOCAUX? Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. 1

Plus en détail

2 La liste des catégories d activités au sens de l annexe I du présent arrêté que l opérateur compte exercer ;

2 La liste des catégories d activités au sens de l annexe I du présent arrêté que l opérateur compte exercer ; Le ministre de l écologie, de l énergie, du développement durable et de l aménagement du territoire Titre abrégé : Texte intégral Document 1 / 1 Version originale du 18/07/2008 Introduit par : A. 30/06/2008

Plus en détail

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 Ce texte réforme de façon considérable les lois du 14 décembre 1964 et du 3 janvier 1968 en matière de protection des majeurs

Plus en détail

auditelec Le confort pour moins d énergie Un service

auditelec Le confort pour moins d énergie Un service auditelec Le confort pour moins d énergie Un service qu Qu est-ce auditelec? Auditelec se présente comme une analyse de la consommation d énergie de votre logement et fournit les mesures à prendre afin

Plus en détail

1. OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE -*-*-*-*-*-*-*-*-*- Sur la proposition de monsieur Pierre Bilodeau, il est résolu à la majorité :

1. OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE -*-*-*-*-*-*-*-*-*- Sur la proposition de monsieur Pierre Bilodeau, il est résolu à la majorité : SÉANCE SPÉCIALE du Conseil de la Municipalité de Lacolle tenue le 19 janvier 2016 PROCÈS-VERBAL de la séance spéciale du conseil de la Municipalité de Lacolle tenue à la salle du Conseil de l Hôtel de

Plus en détail

Agenda d Accessibilité Programmée

Agenda d Accessibilité Programmée Agenda d Accessibilité Programmée Réglementation applicable aux ERP existants Sonia Pignal Sonia.Pignal@cerema.fr Application au cadre bâti Hiérarchie des textes La loi fixe les grands principes, l esprit

Plus en détail

LA MISE EN ACCESSIBILITEE DE VOTRE CABINET

LA MISE EN ACCESSIBILITEE DE VOTRE CABINET LA MISE EN ACCESSIBILITEE DE VOTRE CABINET Votre cabinet dentaire est considéré comme : Etablissement Recevant du Public : ERP de 5 catégorie. La Loi du 11 février 2005, modifiant le code de la construction

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT

Plus en détail

ÉTAT DE L INSTALLATION INTÉRIEURE D ÉLECTRICITÉ

ÉTAT DE L INSTALLATION INTÉRIEURE D ÉLECTRICITÉ V2 08/2011 ÉTAT DE L INSTALLATION INTÉRIEURE D ÉLECTRICITÉ Bien immobilier 58, rue Bacquenois 51100 REIMS N dossier : 150913200000004 Propriétaire Ville de REIMS 1-3 place Max Rousseaux 51100 REIMS Syndic

Plus en détail

en France, qui peut en faire quoi?

en France, qui peut en faire quoi? Données de Santé : en France, qui peut en faire quoi? n 1 PLAN 1/ Les données de santé Qu est est-ce que c est c? 2/ Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 3/ L utilisation L des données

Plus en détail

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Rapport pour le conseil régional MARS 2016 Présenté par Valerie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE NOUVEAU

Plus en détail

Fédérer vos équipes pour positiver le changement

Fédérer vos équipes pour positiver le changement Fédérer vos équipes pour positiver le changement Cohésion et performance opérationnelle Le paramètre essentiel pour qu un changement devienne avant tout une opportunité pour l entreprise est la création

Plus en détail

AVIS «JONKER A WUNNEN»

AVIS «JONKER A WUNNEN» ENTENTE DES GESTIONNAIRES DES MAISONS DES JEUNES 87, route de Thionville L-2611 LUXEMBOURG www.egmj.lu AVIS «JONKER A WUNNEN» EN MARS 2015 I. INTRODUCTION Dans le cadre du dialogue structuré, l EGMJ fut

Plus en détail

Réglementation, facteurs de risque, obligations employeur, droit des salariés. Janvier 2016

Réglementation, facteurs de risque, obligations employeur, droit des salariés. Janvier 2016 Le dispositif ispositifpénibilité pénibilité Réglementation, facteurs de risque, obligations employeur, droit des salariés Janvier 2016 Le contexte réglementaire Loi et champs d application Contexte réglementaire

Plus en détail

Domaines et critères d'évaluation

Domaines et critères d'évaluation Académie de ----------------------- Métiers de la Mode Vêtement E1 ÉPREUVE TECHNIQUE DE CONCEPTION SOUS ÉPREUVE E11 : Développement de produit esthétique, fonctionnel et technique FICHE D'ÉVALUATION Candidat

Plus en détail

Les économies d énergie dans la Plasturgie

Les économies d énergie dans la Plasturgie Les économies d énergie dans la Plasturgie Bonnes pratiques et retour d expériences 10 décembre 2010 Sommaire Contexte : pourquoi réaliser des économies d énergies Historique des actions fédérales Ratios

Plus en détail

d assistant de service social

d assistant de service social Institut Régional du du Travail Travail Social Social Champagne-Ardenne Champagne-Ardenne acteur de la solidarité et de la citoyenneté Champagne-Ardenne Diplôme d Etat d assistant de service social g g

Plus en détail