CH V : Généralités sur les suites réelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CH V : Généralités sur les suites réelles"

Transcription

1 CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout élément n N possède une image par u. Notation u : N R n u(n) On utilisera la notation pour représenter u(n), l image de l application u au point n. Pour cet élément, on préférera parler de valeur de la suite au rang n ou encore de terme général de la suite. Une telle application u sera généralement notée ( ) n N ou tout simplement ( ). On pourra aussi considérer des suites : définies seulement à partir du rang 1 u : N R n 1 n v : N R n ln(n) définies seulement à partir du rang : (ln(n 1)) n ( ) 1 définies seulement à partir du rang m (pour m N) : n (m 1) I.. Comment définir une suite? a) Par formule explicite n N, = 5n + 3 n N, =.7 n b) Par formule récurrente u0 = 3 n N, +1 = + 5 (cette suite est arithmétique, cf plus loin) u0 = n N, +1 = 7 (cette suite est géométrique, cf plus loin) u 0 = u 1 = ln(3) n N, + = (cette suite est dite récurrente linéaire d ordre, cf plus loin) u 0 = 8 u 1 = 10 n N, + = 7 ln(+1 ) (cette suite n est ni arithmétique, ni géométrique... ) c) Par restriction sur N d une fonction réelle f : R R x x e et n N, u x n = f(n) = n e n n m Évidemment, ce type de définition n est possible que si la fonction f est définie sur un ensemble qui inclut N. On obtient ainsi une formule explicite pour la suite. 1

2 I.3. Propriétés - vocabulaire I.3.a) Sens de variation Une suite est croissante si elle définit une fonction croissante. ( ) croissante ( m N, n N, (m n u m )) On utilise en fait la définition suivante qui tire partie des propriétés de N. Définition (Sens de variation des suites) Une suite ( ) est dite croissante si : n N, +1 Une suite ( ) est dite décroissante si : n N, +1 Dans le cas où ces inégalités sont strictes, on parlera de croissance stricte et de décroissance stricte. Une suite ( ) est dite (strictement) monotone si elle est : soit (strictement) croissante, soit (strictement) décroissante. Une suite à la fois croissante et décroissante est constante. ( ) constante a R, n N, = a n N, = u 0 n N, +1 = Une suite est dite stationnaire si elle est constante à partir d un certain rang. n 0 N, n N, (n n 0 = 0 ) De manière générale, on dit qu une propriété P(.) est vérifiée à partir d un certain rang si : n 0 N, n N, (n n 0 P(n)) Montrer que ces deux notions de croissance sont équivalentes. Méthodologie Pour montrer qu une suite est croissante, il faut démontrer que : n N, +1 Cherchons à simplifier cette inégalité. Soit n N. 1) En déplaçant de l autre côté de l inégalité : À retenir : pour étudier la monotonie d une suite ( ), on peut étudier le signe de la quantité +1. ) En divisant par : a. Si > 0 : b. Si < 0 : Dans le cas des suites de signe constant, on peut donc étudier la monotonie de ( ) en formant le quotient. Plus précisément : À retenir : pour étudier la monotonie d une suite ( ), Si ( ) est une suite strictement positive ( n N, > 0) ( ) croissante n N, ( ) décroissante n N, Si ( ) est une suite strictement négative ( n N, < 0) ( ) croissante n N, ( ) décroissante n N, (pour monotonie stricte : remplacer inégalités larges par des strictes)

3 Soit ( ) une suite telle qu il n existe aucun rang à partir duquel elle est de signe constant. Montrer que ( ) n est pas monotone. La forme de nous permet de décider quelle quantité considérer : si est définie «à l aide de sommes», on forme la quantité +1. si est définie «à l aide de quotients», on forme la quantité +1. Exemple Déterminer le sens de variation des suites ( ) et (v n ) définies par : a) n N, = n 1 k k=1 Soit n N. On a : +1 = 1 0. n + 1 Ainsi, la suite ( ) est croissante. (elle est même strictement croissante puisque b) n N, v n = n! n. 1 n + 1 > 0) Soit n N. Comme n! > 0 et n > 0, on a : v n > 0. La suite (v n ) est strictement positive. Or : v n+1 v n = = (n + 1)! n n + 1 n! = (n + 1) (n!) n n + 1 n! n + 1 n + 1 n + 1 n = n + 1 n > 1 Ainsi la suite (v n ) est strictement croissante. I.3.b) Bornes d une suite réelle Définition (Notion de majorant, minorant) Une suite ( ) est dite majorée si elle admet un majorant. M R, n N, M Une suite ( ) est dite minorée si elle admet un minorant. m R, n N, m Une suite à la fois majorée et minorée est dite bornée. ( ) est bornée (m, M) R, n N, m M Si une suite ( ) admet un majorant M, tout réel R M est aussi majorant de la suite puisqu on a alors : n N, M R. Ainsi, si la suite ( ) admet un majorant, elle en admet une infinité. Un majorant d une suite ( ) est un réel indépendant de la valeur de n. Par exemple, si on a ( ) telle que : n N, n, on ne peut pas en conclure que ( ) est majorée. (par exemple, on a : n N, n n mais la suite (n) n est pas majorée) Exemple Considérons la suite ( 1 ). n Elle est majorée par puisque : 1. n Elle est donc majorée par :,.1, e, 3, 7, Parmi ces majorants, il convient de distinguer «le meilleur» i.e. celui qui apporte le plus d information sur la suite. Il s agit ici de, le plus petit des majorants de la suite. 3

4 Définition (Notion de borne supérieure, inférieure) Toute suite réelle ( ) majorée admet une borne supérieure : par définition, c est le plus petit des majorants de la suite. On notera sup n N la borne supérieure de ( ). Toute suite réelle ( ) minorée admet une borne inférieure : par définition, c est le plus grand des minorants de la suite. On notera inf n N la borne inférieure de ( ). Par définition, la borne supérieure de ( ) (si elle existe!) est un majorant de ( ). On est donc dans l un des deux cas suivants : soit ( ) est majorée et, dans ce cas, elle admet une borne supérieure, soit ( ) n est pas majorée et, dans ce cas, elle n admet pas de borne supérieure. Il est à noter que la borne supérieure de ( ) (si elle existe!) n est pas forcément un élément de la suite. Par exemple, la suite ( ) de terme générale = 1 n admet pour borne supérieure sup =. Et n est jamais atteint ( n N, ). n N Si le «meilleur» des majorants est atteint, on parle de maximum. Définition (Notion de maximum, minimum) On dira qu une suite ( ) admet un maximum atteint au rang n 0 si : n 0, n N, 0 Un maximum atteint au rang n 0 sera noté : 0 = max n N. On dira qu une suite ( ) admet un minimum atteint au rang n 0 si : n 0, n N, 0 Un maximum atteint au rang n 0 sera noté : 0 = min n N. Les notions de maximum et de borne supérieure sont différentes. 1) Si une suite admet un maximum, alors elle admet aussi une borne supérieure qui est égale à ce maximum. ) Ainsi, si une suite n admet pas de borne supérieure, elle n admet pas non plus de maximum. (c est la contraposée du point précédent) 3) Une suite peut admettre une borne supérieure mais pas de maximum. Autrement dit, la borne supérieure d une suite n est pas forcément atteinte (i.e. n est pas forcément un élément de la suite). (considérer par exemple la suite ( 1 n )) ( a) La suite 1 1 ) est-elle majorée? Minorée? n + 1 Admet-elle une borne supérieure? Une borne inférieure? b) Répondre aux mêmes questions dans le cas de la suite Propriété (Caractérisation des suites bornées) ( ) est bornée M 0, n N, M ( n + 1 Autrement dit : ( ) est bornée ssi la suite ( ) possède un majorant. Démonstration. On procède par double implication. ( ) Si ( ) est bornée, il existe m 1 et M 1 tels que : n N, m 1 M 1. Notons M = max ( m 1, M 1 ). On a alors : n N, M ( ) Il suffit de remarquer que (propriété de la fonction valeur absolue) : M M M ). 4

5 I.3.c) Suites extraites Définition Soit ( ) est une suite. Soit ϕ : N N une application strictement croissante. La suite (u ϕ(n) ) est une sous-suite (ou suite extraite) de ( ). Exemple Considérons la suite ( ) de terme général = ( 1)n n + 1. Si on note v n = u n, alors (v n ) est une suite extraite de ( ) définie par : n N, v n = ( 1)n (n) + 1 = 1 n + 1. Si on note w n = u n+1, alors (v n ) est une suite extraite de ( ) définie par : n N, w n = ( 1)n+1 (n + 1) + 1 = 1 n +. La suite ( 3 ) n 3 est aussi une suite extraite de ( ). La suite (u ln(n) ) n 1 n est pas une suite extraite de ( ). On considère la suite (S n ) de terme général : S n = n k=1 ( 1) k+1. k a. Montrer que (S n ) et (S n+1 ) sont des suites extraites de la suite (S n ). Il suffit de remarquer que ϕ : n n et ψ : n n+1 sont des fonctions : de N dans N, strictement croissantes. b. Déterminer le sens de variation des suites (S n ) et (S n+1 ). Notons (v n ) la suite de terme général v n = S n. Alors : v n+1 v n = S (n+1) S n = S n+ S n =... (on agit de même pour (S n+1 )... ) II. Suites usuelles II.1. Suites arithmétiques Définition Une suite ( ) est dite arithmétique s il existe un réel r tel que : n N, +1 = + r Dans ce cas, le réel r est appelé raison de la suite. Théorème 1. (Caractérisation des suites arithmétiques) ( ) arithmétique r R, n N, = u 0 + n r Exemple La suite ( ) suivante est arithmétique. u0 = 3 n N, +1 = + 5 Elle a pour formule explicite : n N, = 5n + 3. Propriété (D autres caractérisations) 1. ( ) arithmétique n N, = ( ) arithmétique r R, n N, p N, = u p +(n p)r Démonstration. La caractérisation est relativement immédiate. La caractérisation 1 se démontre en formant la différence 1. 5

6 II.. Suites géométriques Définition Une suite ( ) est dite géométrique s il existe un réel q tel que : n N, +1 = q Dans ce cas, le réel q est appelé raison de la suite. Théorème. (Caractérisation) ( ) géométrique q R, n N, = u 0 q n Exemple La suite ( ) suivante est arithmétique. u0 = 3 n N, +1 = 5 Elle a pour formule explicite : n N, = 3 5 n. Propriété (D autres caractérisations) 1. ( ) géométrique n N, = ( ) géométrique q R, n N, p N, = u p q (n p) Démonstration. La caractérisation est relativement immédiate. La caractérisation 1 peut se faire par analogie avec la preuve dans le cas arithmétique : on forme (pour 1 0!). 1 (que dire d une suite géométrique ( ) qui admet un rang n 0 tq 0 = 0?) Sommes des premiers termes d une suite arithmétique / géométrique 1) Soit ( ) suite arithmétique de raison r. Alors : u k = n (u 0 + k r) = n = (n + 1) u 0 + r n(n + 1) ) Soit ( ) suite géométrique de raison q 1. Si q 1, on a : u k = n q k u 0 = u 0 n u 0 + r q k n = (n + 1) k (u 0 + n r ) = u 0 1 qn+1 1 q On rappelle que si m 0, n, on a : q k = qm q n+1 k=m 1 q Ce qu on peut montrer aussi en écrivant la somme en extension : k=m 3) Si q = 1, on a : q k = q m + q m q n = q m (1 + q q n m ) ( n m ) = q m q k = q m 1 qn m+1 = qm q n+1 1 q 1 q u k = n 1 k u 0 = n (somme d une suite arithmétique) Soit ( ) une suite arithmétique. u 0 = (n + 1) u 0 a. Montrer que : k 0, n, u k + k = u 0 +. b. En déduire que : n N, u k = (n + 1) u 0 +. c. Retrouver la valeur de n k à l aide de cette formule. 6

7 a. Que peut-on dire du sens de variation d une suite arithmétique? Soit ( ) suite arithmétique de raison r. Alors : +1 = r La suite ( ) est croissante si r 0, décroissante sinon. b. Que peut-on dire du sens de variation d une suite géométrique? Soit ( ) suite géométrique de raison q. Si u 0 = 0 ou q = 0, la suite est constante nulle. Elle est donc à la fois croissante et décroissante. On suppose maintenant u 0 0 et q 0. On a donc : n N, 0 (récurrence immédiate). 1) Traitons le cas u 0 > 0. si q > 0, on a alors : n N, > = q La suite ( ) est croissante si q, décroissante sinon. si q < 0, la suite change de signe d un rang à l autre. La suite ( ) n est donc ni croissante ni décroissante. ) Le cas u 0 < 0 est similaire. Il faut cependant faire attention. En effet, si la suite ( ) est négative on a : si q > 0, on a alors : n N, < 0. La suite ( ) est croissante si q, décroissante sinon. si q < 0, la suite change de signe d un rang à l autre. La suite ( ) n est donc ni croissante ni décroissante. Et si on prenait un peu de recul? Les suites arithmétiques et géométriques ont des constructions similaires : partant d un élément u 0 on itére n fois une opération scalaire pour obtenir la valeur de. Cette opération est : l ajout de la raison dans le cas d une suite arithmétique, la multiplication par la raison dans le cas d une suite géométrique. On peut obtenir les caractérisations précédentes (et démonstrations) des suites géométriques par traduction des propriétés des suites arithmétiques suivant le dictionnaire suivant : + / n.r q n = u n = +1 1 suites arithmétiques suites géométriques Soient ( ) une suite arithmétique et (v n ) une suite géométrique dont tous les termes sont strictement positifs. a. Que peut-on dire de la suite (v n ) de terme général v n = e un? Notons r la raison de ( ). On a alors : v n+1 = e +1 = e un+r = e r e un = e r v n La suite (v n ) est donc géométrique de raison e r. b. Que peut-on dire de la suite ( ) de terme général v n = ln( )? Notons q la raison de ( ). On traite le cas où u 0 > 0 et q > 0 (pour assurer : n N, > 0. On a alors : v n+1 = ln(+1 ) = ln(q ) = ln(q)+ln( ) = v n +ln(q) La suite (v n ) est donc arithmétique de raison ln(q). 7

8 II.3. Suites arithmético-géométriques II.3.a) Définition Définition Une suite ( ) est dite arithmético-géométrique s il existe a R\0, 1} et un réel b 0 tel que : n N, +1 = a + b On appelle équation de point fixe associée à la suite ( ) l équation (en la variable x) suivante : x = a x + b (si on note f : x a.x + b, cette équation se réécrit : f(x) = x, faisant ainsi de l élément x R un point fixe de f) II.3.b) Méthode d étude Considérons une suite arithmético-géométrique ( ). On va ramener l étude de ce type de suites à l étude des suites géométriques. 1) Résolution de l équation de point fixe x = a x + b b Cette équation admet pour unique solution λ = 1 a. ) Utilisation d une suite auxiliaire (v n ) (géométrique) On écrit : +1 = a + b (L 1 ) λ = a λ + b (L ) et donc +1 λ = a ( λ) (L 1 ) (L ) Notons alors (v n ) la suite de terme général v n = λ. De par l égalité précédente, on a : v n+1 = a v n. 3) Obtention de la formule explicite pour (v n ) La suite (v n ) est géométrique de raison a. Ainsi : n N, v n = a n v 0. 4) Conclusion : obtention de la formule explicite pour ( ) On a donc, pour tout n N : λ = a n (u 0 λ) On obtient donc une formule explicite pour ( ). n N, = a n (u 0 λ) + λ Le principe de la démonstration est de faire appraître comme somme d une partie géométrique (v n ) et d un élément (λ) : = v n + λ. Les suites arithmético-géométriques apparaissent ainsi comme des suites géométriques translatées de λ. On note que la partie géométrique dans la définition de ( ) (+1 = a +...) se retrouve dans la formule explicite ( = a n (u 0 λ)+...). Notons ( ) la suite définie par u 0 = 0 et : n N, +1 = 3 +. Donner une formule explicite de ( ) puis calculer u k. 1) L équation de point fixe associée à la suite ( ) est : x = 3 x +. Or : x = 3 x + x = Cette équation a donc pour unique solution : λ = 1. ) On écrit : +1 = 3 + (L 1 ) λ = 3 λ + (L ) et donc +1 λ = 3 ( λ) (L 1 ) (L ) Notons alors (v n ) la suite de terme général v n = λ. 3) La suite (v n ) est géométrique de raison 3. Ainsi : n N, v n = 3 n v 0 = 3 n (u 0 λ) = 3 n (0 ( 1)) = 3 n. 4) On a donc, pour tout n N : = v n + λ = 3 n 1. Enfin, u k = n (3 k 1) = n 3 k n 1 = 1 3n = (3 n+1 1) n 1 = 3 n+1 n 3 (n + 1) 8

9 II.4. Suites récurrentes linéaires d ordre II.4.a) Définition Définition Une suite ( ) est dite récurrente linéaire d ordre s il existe deux réels (non nuls) a et b tels que : n N, + = a +1 + b On appelle équation caractéristique associée à la suite ( ) l équation (en la variable x) x = ax + b. On peut la réécrire : II.4.b) Méthode d étude x ax b = 0 Cette méthode est basée sur le calcul des racines de l équation caractéristique. On a ainsi trois cas différents, en fonction du discriminant du polynôme caractéristique. Théorème 3. Soit ( ) une suite récurrente linéaire d ordre. Il existe donc a 0 et b 0 tels que : n N, + = a+1 + b. 1) Si = a + 4b > 0 Alors le polynôme admet deux racines réelles distinctes r 1 et r. La formule explicite de ( ) est donnée par : = λ r n 1 + µ r n où les réels λ et µ sont donnés par λ + µ = u 0 λ r 1 + µ r = u 1 ) Si = a + 4b = 0 Alors le polynôme admet une racine double r. La formule explicite de ( ) est donnée par : = λ r n + µ n r n où les réels λ et µ sont donnés par λ = u0 3) Si = a + 4b < 0 λr + µ r = u 1 Alors le polynôme n admet pas de racine réelle. Une formule explicite pour la suite ( ) existe bien mais ne sera pas donnée ici (Hors Programme). Démonstration. Hors programme et donc non développée ici. (suite de Fibonacci) On considère la suite donnée par : u 0 = 0 u 1 = 1 n N, + Donner une formule explicite de cette suite. = +1 + L équation caractéristique associée à la suite ( ) est : x = x + 1. Notons P le polynôme : P (X) = X X 1. Son discriminant est = ( 1) 4 ( 1) = = 5 > 0. Ce polynôme admet donc deux racines disctinctes : r 1 = 1 5 et r =

10 On en déduit la formule explicite de ( ) : n N, = λ r n 1 + µ r n où les valeurs λ et µ sont données par le système : 0 = λ + µ (valeur en n = 0) (S) 1 = λ r 1 + µ r (valeur en n = 1) Résolvons-le. 1 = (r1 r (S) ) µ r 1 (L 1 ) (L ) 1 = (r r 1 ) λ r (L 1 ) (L ) Notons enfin que : r r 1 = On en déduit que : λ = 1 et µ = Ainsi, pour tout n N, on a : ( = [( ) n ( = ) n ( 1 5 = ) n ] Dans cette résolution, on a conservé r 1 et r dans le système (S). Ce choix a été fait uniquement pour alléger les calculs qui suivent. Généralement, on utilise directement les valeurs de r 1 et r pour écrire et résoudre le système (S). ) n III. Retour sur le principe de récurrence III.1. Récurrence double III.1.a) Pour quels types d énoncés Ce principe de récurrence est adapté lorsque, pour démontrer une propriété à un certain rang, il est nécessaire de savoir que cette propriété est vérifiée aux deux rangs précédents. Il est donc classique d opérer par récurrence double pour prouver des propriétés sur des suites ( ) qui sont définies sous la forme : u0, u 1 donnés n N, + = f(+1, ) où f est une fonction à deux variables. III.1.b) Aspect théorique Théorème 4. Soit P une propriété définie sur N et telle que : 1. Initialisation : P(0) et P(1) sont vraies. Hérédité : n 0, (P(n) ET P(n + 1) P(n + )) Alors la propriété est vérifiée pour tout entier naturel. Autrement dit : n 0, P(n) On considère la suite ( ) définie par : u0 = 1, u 1 = 4 n N, + = +1 Montrer que : n N, est bien défini et tel que > 0. 10

11 III.1.c) Modèle de rédaction : illustration sur un exemple On considère la suite ( ) définie par : u0 = 1, u 1 = 5 n N, + = Montrer que : n N, = 8 n 7 3 n. (ou par la méthode d étude des suites récurrentes linéaires d ordre ) Démonstration. Montrons par récurrence double que : n N, P(n) où P(n) : = 8 n 7 3 n. 1. Initialisation D une part, = 8 7 = 1 et d autre part u 0 = 1. Donc P(0). D une part, = = 16 1 = 5 et d autre part u 1 = 5. Donc P(1).. Hérédité : soit n N. Supposons P(n) et P(n + 1) sont vérifiées. Démontrons P(n + ). (i.e. + = 8 n+ 7 3 n+ ) Par définition de la suite ( ), on a : + = = 5(8 n n+1 ) 6(8 n 7 3 n ) (par H.R.) = 8 n (5 6) 7 3 n (5 3 6) = 8 n n 9 = 8 n+ 7 3 n+ Donc P(n + ) est vérifiée. Par principe de récurrence, on a : n N, P(n). III.. Récurrences fortes III..a) Pour quels types d énoncé Ce principe de récurrence est adapté lorsque, pour démontrer une propriété à un certain rang, il est nécessaire de savoir que cette propriété est vérifiée à tous les rangs précédents. Il est donc classique d opérer par récurrence forte pour prouver des propriétés sur des suites ( ) qui sont définies sous la forme : u0 donné n N, +1 = f n (u 0, u 1,..., ) où f n est une fonction à n + 1 variables. III..b) Aspect théorique Théorème 5. Soit P une propriété définie sur N et telle que : 1. Initialisation : P(0) est vraie. Hérédité : n N, (P(0) ET P(1) ET P() ET... ET P(n) P(n + 1)) Alors la propriété est vérifiée pour tout entier naturel n 0. Autrement dit : Exemple n 0, P(n) 1) On considère la suite ( ) définie par : u 0 = n N, = n 1 Démontrer que : n, = n + 1. u k k

12 ) On considère la suite (v n ) définie par : v 0 = n N, v n = n 1 (k + 1)v k Démontrer que : n, v n = (n + 1)! On pourra se servir du fait que : (k + 1) = ((k + ) 1) 3) On considère la suite (w n ) définie par : w0 = 1 Montrer que : n N, w n n. n N, w n+1 = w 0 + w w n Ces exemples sont assez artificiels. On peut en effet les traiter par récurrence simple en remarquant que : 1) +1 = ( n + 1 ) v n+1 = (n + )v n, 3) w n+1 = w n. ), III..c) Modèle de rédaction : illustration sur un exemple Montrer que tout entier n est multiple d un nombre premier. Démonstration. Montrons par récurrence forte que : n, P(n) où P(n) : n est multiple d un nombre premier. 1. Initialisation est multiple d un nombre premier : lui-même. Ainsi, P() est vérifiée.. Hérédité : soit n. Supposons que la propriété est vérifiée jusqu au rang n (autrement dit, P() et P(3) et... et P(n) sont vraies). Démontrons P(n + 1) (i.e. n + 1 est multiple d un nombre premier) Deux cas se présentent. Si n + 1 est premier : Alors n + 1 est multiple de lui-même. Donc P(n + 1) est vérifiée dans ce cas. Si n + 1 n est pas premier : Alors, par définition, n+1 admet un diviseur d autre que 1 et lui-même. Ce diviseur est dans l ensemble, n. Or, par hypothèses de récurrence (c est P(d) qui nous sert ici), on sait que : d est multiple d un nombre premier p. Par suite, n + 1 est multiple de p. Donc P(n + 1) est aussi vérifiée dans ce cas. Ainsi P(n + 1) est vérifiée. Par principe de récurrence, on a : n N, P(n). 1

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement Chapitre 4 Quelques types de raisonnement 1. Aide à la rédaction d un raisonnement 1.1. Analyse du problème La première chose est de distinguer les hypothèses (= propositions vraies) de la question (=proposition

Plus en détail

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Université Bordeaux 1 INF569 Master d informatique Logique et Langages (2 - partie 2) Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Anne Dicky 7 novembre 2009 Table des matières 1 Exemples de points fixes

Plus en détail

Cours de Terminale S / Suites. E. Dostal

Cours de Terminale S / Suites. E. Dostal Cours de Terminale S / Suites E. Dostal juillet 204 Table des matières Suites 2. Notion de Suites......................................... 2.2 Suites arithmétiques et suites géométriques..........................

Plus en détail

LEÇON N 52 : 52.1 Suites monotones

LEÇON N 52 : 52.1 Suites monotones LEÇON N 52 : Suites monotones, suites adjacentes. Approximation d un nombre réel, développement décimal. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l utilisation d une calculatrice.

Plus en détail

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Le sujet comporte 8 pages numérotées de à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Donner les réponses à cet exercice dans le cadre prévu à la page 3 Un distributeur

Plus en détail

BORNE SUPERIEURE. P. Pansu 15 février 2005

BORNE SUPERIEURE. P. Pansu 15 février 2005 BORNE SUPERIEURE P. Pansu 15 février 2005 1 Motivation Grandeur et misère de Q. 1.1 Propriétés de l ordre dans Q L ordre est compatible avec les opérations d addition et de multiplication (par exemple,

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016)

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES Résumé de cours d algèbre linéaire L de B. Calmès, Université d Artois (version du er février 206). Applications linéaires Soient E et F des espaces vectoriels sur K...

Plus en détail

Suites numériques. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2007/2008

Suites numériques. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2007/2008 Suites numériques Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 007/008 Table des matières 1 Notion de suite numérique 1.1 Définition................................................. 1. Modes de génération d une

Plus en détail

Chapitre 16. 16.1 Une classe simple pour représenter des comptes bancaires

Chapitre 16. 16.1 Une classe simple pour représenter des comptes bancaires Chapitre 16 Héritage Ce chapitre du cours traite de concepts relatifs à la programmation objet (hiérarchie de classe, héritage, extension, masquage) et sera illustré par un exemple de représentation de

Plus en détail

COURS DE STATISTIQUE TD - FEUILLE N 3

COURS DE STATISTIQUE TD - FEUILLE N 3 Université Paris 1 Magistère d Economie - 1ère année COURS DE STATISTIQUE TD - FEUILLE N 3 Généralités Exercice 1 Le nombre mensuel d accidents sur un parcours routier peut être considéré comme la réalisation

Plus en détail

Terminale ES Chapitre III Suites numériques.

Terminale ES Chapitre III Suites numériques. Terminale ES Chapitre III Suites numériques. I- Généralités. 1) Vocabulaire. Voici une liste de nombres : 1 3 6 10 15 21 (termes) On peut les numéroter : n 0 n 1 n 2 n 3 n 4 n 5 (rangs) Ainsi, le terme

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme Espaces euclidiens 1 Bases orthonormées Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme d habitude : < x, y >, ou (x, y) ou < x y > On note < x, x >= x 2, x est

Plus en détail

Chapitre 6 : Tests d hypothèses

Chapitre 6 : Tests d hypothèses U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 2008-2009 Chapitre 6 : Tests d hypothèses Les statistiques peuvent être une aide à la décision permettant de choisir entre deux hypothèses. Par exemple,

Plus en détail

Exercices fondamentaux

Exercices fondamentaux Université de Nantes Département de Mathématiques DEUG MIAS - Module M2 Algèbre Année 2002/2003 Liste d exercices n 1 Exercices fondamentaux Espaces vectoriels, sous-espaces vectoriels 1. Montrer que l

Plus en détail

ROC (Restitution organisée des connaissances)

ROC (Restitution organisée des connaissances) TS 2015/2016 Les Suites ROC (Restitution organisée des connaissances) ROC N 1:Théorèmes de comparaison Théorèmes de comparaison Soit trois suites, et. L désigne un nombre réel. Si à partir d un certain

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques Chapitre 7 Généralités sur les fonctions numériques Étude d une fonction réelle d une variable réelle On munit le plan d un repère orthonormé O; i, j.. Fonction réelle d une variable réelle Définition

Plus en détail

Chapitre 2 : Etude de fonctions

Chapitre 2 : Etude de fonctions Chapitre : Etude de fonctions I. Fonctions carrées, racine carrée et inverse Propriété : La fonction carrée est définie sur. Elle est décroissante sur ; 0 et croissante sur 0; Démonstration : Sur ; 0 :

Plus en détail

SUITES NUMERIQUES. Une suite est un ensemble infini où chaque élément se voit attribuer un numéro

SUITES NUMERIQUES. Une suite est un ensemble infini où chaque élément se voit attribuer un numéro SUITES NUMERIQUES I. Présentation des suites numériques Une suite est un ensemble infini où chaque élément se voit attribuer un numéro Définition d'une suite. Une suite (u n ) est une fonction définie

Plus en détail

Polynômes et Fractions rationnelles

Polynômes et Fractions rationnelles 3. Polynômes CHAPITRE 3 Polynômes et Fractions rationnelles 3.. Polynômes On désigne par K l ensemble R ou l ensemble C. Les élements de K sont les scalaires. 3... Définitions. Définition 3.. Soient a

Plus en détail

Relations d ordre, relations d équivalence

Relations d ordre, relations d équivalence Université de Provence Mathématiques générales 2 Relations d ordre, relations d équivalence 1 Relations d ordre Exercice 1. Dans la droite réelle, déterminer les minorants, les bornes inférieures et les

Plus en détail

Suites numériques Généralités Exercices corrigés

Suites numériques Généralités Exercices corrigés Suites numériques Généralités Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : définition d une suite, notion de rang et termes d une suite Exercice 2 : calcul avec les termes d une suite

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Fiche BAC 01 Terminale S Raisonnement par récurrence Suites numériques Exercice n 1. [RÉSOLU] On considère la suite définie par : { u = 1 0 u n+1 = u n +2,n 0 1 ) A la calculatrice ou avec un tableur :

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat Université de Paris-Sud, année 2012/2013 Filière Math/Info-L2 Maths 209 Feuille d exercices de soutien 1 Congruences et arithmétique sur Z Exercice 1. a) Soit n un nombre entier. Combien de valeurs peut

Plus en détail

Modélisation des images. Tâches et contours

Modélisation des images. Tâches et contours Modélisation des images Tâches et contours Modèles d images Images vectorielles ou matrice de points Le terme image vectorielle est impropre Une image dite vectorielle n est en fait qu une image possédant

Plus en détail

Raisonnement par récurrence

Raisonnement par récurrence Raisonnement par récurrence V. Bansaye Niveau : Approfondir la Terminale S Diculté : Plutôt facile, un peu technique pour le second. Durée : 20 min pour le premier, une bonne demi heure pour le second.

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - notion de suite, représentation graphique, suites arithmétiques, suites géométriques : toutes sections - somme de termes, limite de suites arithmétique et

Plus en détail

Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. Déterminer la limite d une suite géométrique de raison strictement positive.

Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. Déterminer la limite d une suite géométrique de raison strictement positive. Chapitre 01 Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Suites géométriques. Reconnaître et exploiter une suite géométrique dans une situation donnée. Connaître la formule donnant 1 +

Plus en détail

5 Chapitre 5. Pseudo-primalité

5 Chapitre 5. Pseudo-primalité Chapitre 5 Chapitre 5. Pseudo-primalité Nous poursuivons l investigation autour de la réciproque du théorème de Fermat : après avoir vu le théorème de Lehmer dans le chapitre précédent, nous nous intéressons

Plus en détail

Suites : Calcul et comportement asymptotique.

Suites : Calcul et comportement asymptotique. 4 Chapitre 3 Suites : Calcul et comportement asymptotique. 3. Méthodes de définition. Comment définir une suite (u n ) n N de réels? Par l expression de son terme général, Par une formule de récurrence

Plus en détail

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers les solutions des exercices Lien vers le cours de ce chapitre Chapitre 1 Logique et ensembles 1.1 Rudiments de logique Logique, tables de vérité Exercice 1.1.1

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE Dans cette leçon, nous abordons un algorithme de résolution d'un problème de programmation linéaire : l'algorithme du simplexe. Nous le présentons d'abord

Plus en détail

Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés

Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : conjecture de la limite d une suite définie par une formule explicite

Plus en détail

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques 1. Approche 2. Formalisme général d un test statistique 3. P-value 4. Intervalle de confiance 5. Test bilatéral et test unilatéral 1 1. Approche Procédé

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN,

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Chapitre 4 - Quelques notions de mathématiques financières 1 Ce chapitre vise à présenter quelques

Plus en détail

Calcul des limites de Suites numériques

Calcul des limites de Suites numériques Fiche BAC 02 Calcul des ites de Suites numériques Exercice n 1 Calculer les ites des suites suivantes lorsqu'elles existent. Justifier votre réponse. Pour tout entier n : 1 ) u n =n 2 n+5 2 ) v n = 2n2

Plus en détail

Nombres et ensembles de nombres Exercices corrigés

Nombres et ensembles de nombres Exercices corrigés Nombres et ensembles de nombres Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : simplifications d écritures, ensembles de nombres (entiers naturels, entiers relatifs, nombres décimaux,

Plus en détail

RSA - bases mathématiques

RSA - bases mathématiques RSA - bases mathématiques Jang Schiltz Centre Universitaire de Luxembourg Séminaire de Mathématiques 162A, avenue de la Faïencerie L-1511 Luxembourg Luxembourg E-mail:schiltzj@cu.lu 1 Divisibilité Définition

Plus en détail

fonctions homographiques

fonctions homographiques fonctions homographiques Table des matières 1 aspect numérique et algébrique 3 1.1 activités.................................................. 3 1.1.1 activité 1 : différentes écritures.................................

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement.

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement. LA DÉRIVÉE SECONDE Sommaire 1. Courbure Concavité et convexité... 2 2. Détermination de la nature d'un point stationnaire à l'aide de la dérivée seconde... 6 3. Optima absolus... 8 La rubrique précédente

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Généralités sur les fonctions

Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Rappels et compléments 3 1.1 Fonctions affines............................................. 3 1.2 Fonctions

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie //0 Corrigé. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats Soit f la fonction dérivable, définie sur l intervalle ]0 ; + [ par f (x)=e x + x.. Étude d une fonction

Plus en détail

CHAPITRE V INEGALITES

CHAPITRE V INEGALITES CHAPITRE V INEGALITES COURS 1) Inégalités... p 1 ) Inéquations du premier degré à une inconnue. p ) Systèmes d inéquations... p 5 4) Encadrements.... p 6 EXERCICES.. p 10 COURS 1) Inégalités Rappelons

Plus en détail

Types de raisonnement

Types de raisonnement Types de raisonnement Christian Cyrille 19 août 013 "On résoud les problèmes qu on se pose et non les problèmes qui se posent" Henri Poincaré En sciences, deux façons de raisonner : - l induction - la

Plus en détail

3 = 2 3 1 2 2 3, A 4 =

3 = 2 3 1 2 2 3, A 4 = Soit A une matrice de M n (IK). Une décomposition LU de A est une égalité A = LU, où L est une matrice triangulaire inférieure (L pour Low ) à diagonale unité (tous les coefficients diagonaux valent 1),

Plus en détail

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire.

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire. T ES/L DEVOIR SURVEILLE 6 24 MAI 2013 Durée : 3h Calculatrice autorisée NOM : Prénom : «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse,

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques Généralités sur les fonctions numériques. Rappels sur les fonctions.. Généralités Définition : On appelle fonction f un procédé qui à tout nombre réel tente d'associer un unique nombre réel f(), appelé

Plus en détail

1 L algorithme du simplexe

1 L algorithme du simplexe 1 L algorithme du simplexe 1.1 Définition - Notations 1.1.1 Problème Le problème linéaire est le suivant: Trouver les x 1, x 2,...,x n qui optimisent la fonction économique: et vérifient les contraintes:

Plus en détail

Nombres complexes Partie réelle et partie imaginaire Exercices corrigés

Nombres complexes Partie réelle et partie imaginaire Exercices corrigés Nombres complexes Partie réelle et partie imaginaire Exercices corrigés Objectifs abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : donner la partie réelle et la partie

Plus en détail

Raisonnement par récurrence

Raisonnement par récurrence CHAPITRE 2 Raisonnement par récurrence On veut démontrer une propriété qu ont tous les entiers naturels n, par exemple : «la somme de tous les entiers de 0 à n est égale à n(n 1)/2». Comme on considère

Plus en détail

Chapitre 3 Étude de fonctions. Table des matières. Chapitre 3 Étude de fonctions TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 3 Étude de fonctions. Table des matières. Chapitre 3 Étude de fonctions TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 3 Étude de fonctions TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 3 Étude de fonctions Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1................................................

Plus en détail

Suites : Rappels, récurrence et limites

Suites : Rappels, récurrence et limites Suites : Rappels, récurrence et limites Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 015/01 Table des matières 1 Généralités sur les suites 1.1 Modes de génération d une suite....................................

Plus en détail

Corrigé de la Feuille 7. Fonctions trigonométriques et trigonométriques hyperboliques inverses.

Corrigé de la Feuille 7. Fonctions trigonométriques et trigonométriques hyperboliques inverses. Corrigé de la Feuille 7. Fonctions trigonométriques et trigonométriques hyperboliques inverses. Simplifier des expressions sin(arcsin(x)) : arcsin est la fonction réciproque de la fonction sin de l intervalle

Plus en détail

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite

I Exercices. 1 Définition de suites. 2 Sens de variation d une suite I Exercices 1 Définition de suites Pour toutes les suites (u n ) définies ci-dessous, on demande de calculer u 1, u, u 3 et u 6 1 u n = 7n n + { u0 = u n+1 = u n + 3 3 u n est le n ième nombre premier

Plus en détail

Devoir en temps libre

Devoir en temps libre Commentaires et erreurs fréquentes Deux circuits RLC Devoir en temps libre Si vous échelonnez P, la matrice obtenue n est plus P! Pour utiliser la formule de changement de base, il faut partir de la matrice

Plus en détail

b) Equation du second degré Lorsque l équation ax² + bx + c = 0 admet des solutions, celles-ci sont appelées racines du trinôme ax² + bx + c.

b) Equation du second degré Lorsque l équation ax² + bx + c = 0 admet des solutions, celles-ci sont appelées racines du trinôme ax² + bx + c. Chapitre I : Révisions I. Le second degré a) fonction trinôme La représentation graphique d une fonction f définie sur par f() = a² + b + c (a non nul) est une parabole. La fonction f est appelée fonction

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de et v n Déterminer si possible, ( +

Plus en détail

IFT3245. Simulation et modèles

IFT3245. Simulation et modèles IFT 3245 Simulation et modèles DIRO Université de Montréal Automne 2012 Lois non uniformes Supposons que nous disposons d un bon générateur fournissant des variables aléatoires i.i.d. U(0, 1), comme décrit

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2008

Corrigé : EM Lyon 2008 Exercice 1: I. Étude d une fonction Corrigé : EM Lyon 28 Option économique 1. Les fonctions t t et t ln(t) sont continues sur ];+ [ donc par produit et différence de fonctions continues, f est continue

Plus en détail

Mathématique -5SH - 3périodes/semaine.

Mathématique -5SH - 3périodes/semaine. Exemples : I. SUITES NUMÉRIQUES 1. Voici une suite de termes numériques : 3, 17, 87, 437, 2187, ou indice 0 1 2 3 4 5 termes Exemple 3 17 87 437 2187 p n-1 n A. DÉFINITION Intuitivement, une suite est

Plus en détail

Raisonnement. 1 Différents types de raisonnements. 1.1 Par disjonction des cas. 1.2 Par élimination des cas. 1.3 Par contraposée

Raisonnement. 1 Différents types de raisonnements. 1.1 Par disjonction des cas. 1.2 Par élimination des cas. 1.3 Par contraposée Raisonnement Le raisonnement mathématique le plus courant est l implication "directe", aussi appelé "raisonnement déductif". On suppose une propriété P vraie et on en déduit une propriété Q vraie, ce qu

Plus en détail

PARTIE NUMERIQUE. Brevet Blanc de Mathématiques 18/01/11. Exercice 1. 1) Ecrire les nombres A et B sous la forme de fractions irréductibles

PARTIE NUMERIQUE. Brevet Blanc de Mathématiques 18/01/11. Exercice 1. 1) Ecrire les nombres A et B sous la forme de fractions irréductibles Brevet Blanc de Mathématiques 18/01/11 PARTIE NUMERIQUE Exercice 1 1) Ecrire les nombres A et B sous la forme de fractions irréductibles A= 13 3 4 3 2 5 B=5+ 1+ 1 8 3 4 A= 13 3 4 3 5 2 A= 13 3 10 3 B=

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Denis Pasquignon Applications linéaires Résumé du cours : 1. Généralités On appelle application linéaire de E dans F une application f : E F telle que (x 1, x 2 ) E 2 λ K, f(x 1 + λx 2 ) = f(x 1 ) + λf(x

Plus en détail

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 5: Application - Forces Centrales SMPC Chapitre 5 : Application - Forces Centrales I Force Centrale I.)- Définition Un point matériel est soumis à une force

Plus en détail

Généralités sur les fonctions

Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Voir des propriétés sur la calculette et de les démontrer par des calculs : ensemble de définition solutions d'équations et d'inéquations croissance et décroissance symétries

Plus en détail

Comment calculer les puissances d un nombre? Christophe.Troestler@umh.ac.be http://www.umh.ac.be/math/an/

Comment calculer les puissances d un nombre? Christophe.Troestler@umh.ac.be http://www.umh.ac.be/math/an/ Comment calculer les puissances d un nombre? Christophe.Troestler@umh.ac.be http://www.umh.ac.be/math/an/ 1. Première idée x 0 = 1 x 1 = x x 2 = x x x 3 = x 2 x = x x x x 4 = x 3 x = x x x x Donc, pour

Plus en détail

Exercices : Étude de fonctions

Exercices : Étude de fonctions Exercices : Étude de fonctions Exercice : Calculer les limites suivantes :. lim + lnx+x x+e x.. lim 3. lim x4 e x +3x x x 4. lim 5. lim 6. lim e x (lnx) (e 3 ) x e 3x +x ( (lnx) 3 +x ) x 7. lim x e x +e

Plus en détail

Taux de Rendement Interne (TRI)

Taux de Rendement Interne (TRI) PRINCIPAUX CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROJETS 4 Principes fondamentaux Définition Il s agit du taux d actualisation qui rend nulle la VAN de base (voir calculs pages 145 et 146), ou par extension, la VANR.

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

1 Somme de sous-espaces vectoriels

1 Somme de sous-espaces vectoriels Compléments d algèbre linéaire 1 Somme de sous-espaces vectoriels 1.1 Somme de 2 sevs Soient E 1 et E 2 deux sous-espaces vectoriels de E. On appelle somme de E 1 et E 2 l ensemble noté E 1 + E 2 et défini

Plus en détail

Calcul mental. Je pense à un nombre, je lui ajoute 27, je trouve 60. Quel est ce nombre?

Calcul mental. Je pense à un nombre, je lui ajoute 27, je trouve 60. Quel est ce nombre? Calcul mental Le golf. Il s agit, à partir d un nombre donné, d atteindre un nombre cible, en respectant un certain nombre de contraintes : Nombre de départ : 12 Nombre cible : 53 Contraintes : ajouter

Plus en détail

III - INTRODUCTION AUX TESTS STATISTIQUES

III - INTRODUCTION AUX TESTS STATISTIQUES III - INTRODUCTION AUX TESTS STATISTIQUES J-P. Croisille Université de Lorraine UEL - Année 2012/2013 1-PRINCIPE DES TESTS D HYPOTHESE HYPOTHESE NEUTRE ET HYPOTHESE ALTERNATIVE: Une hypothèse est une affirmation

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Opticien lunetier session 2010

Brevet de technicien supérieur Opticien lunetier session 2010 Brevet de technicien supérieur Opticien lunetier session 2010 A. P. M. E. P. Exercice 1 11 points Les deux parties A et D peuvent être traitées indépendamment des parties B et C A. Ajustement affine Une

Plus en détail

Devoir 4 d informatique

Devoir 4 d informatique Devoir 4 d informatique Introduction et objectifs Dans une usine de fabrication d imprimantes, différents tests sont mis en place en fin de chaîne de montage pour valider l assemblage des machines Lors

Plus en détail

Polynômes à une indéterminée à coefficients dans IK. Table des matières

Polynômes à une indéterminée à coefficients dans IK. Table des matières Polynômes à une indéterminée à coefficients dans IK Rappels de Première année Table des matières 1 L algèbre IK[X] 2 1.1 Définition....................................... 2 1.2 Lois internes dans IK[X]..............................

Plus en détail

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS 1 Produit scalaire et norme 1.1 Produit scalaire Définition 1.1 Soit E un R-espace vectoriel. On appelle produit scalaire sur E toute forme bilinéaire symétrique définie positive

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Théories décidables. Chapitre 10

Théories décidables. Chapitre 10 Chapitre 10 Théories décidables 10.1 Généralités Nous nous limitons ici aux méthodes d élimination des quantificateurs, basées sur les deux lemmes qui suivent. Comme précedemment, on suppose donné un système

Plus en détail

Dérivation, accroissement et calcul marginal

Dérivation, accroissement et calcul marginal Dérivation, accroissement et calcul marginal MATHEMATIQUES APPLIQUEES Licence 1 Administration Economique et Sociale Sébastien Pommier 2007-2008 Un exemple introductif Introduction Un exemple 1/2 Une bille

Plus en détail

Suites : Résumé de cours et méthodes

Suites : Résumé de cours et méthodes Suites : Résumé de cours et méthodes Généralités ne suite numérique est une liste de nombres, rangés et numérotés : à l entier 0 correspond le nombre noté 0 à l entier correspond le nombre noté à l entier

Plus en détail

Scénario d usage, timing 1

Scénario d usage, timing 1 Scénario d usage, timing 1 La séance va sûrement durer plus d une heure (environs 1h15-1h30 suivant les réactions de la classe). J espère malgré tout arriver à la phase 8. Phase Description de la phase

Plus en détail

Factorisation LU. par Eric Brunelle

Factorisation LU. par Eric Brunelle Factorisation LU par Eric Brunelle 1 Introduction La factorisation LU d une matrice A n n est une astuce très importante dans le domaine de l analyse numérique. Sa base est très simple, mais ses applications

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

ARITHMETIQUE. Parmi toutes ces décompositions, seule la dernière est telle que r < 6 : c est la division euclidienne de 51 par 6.

ARITHMETIQUE. Parmi toutes ces décompositions, seule la dernière est telle que r < 6 : c est la division euclidienne de 51 par 6. ARITHMETIQUE. I) Multiples et diviseurs d un nombre entier naturel : 1) Rappel : Division euclidienne : Voici toutes les décompositions possibles de 51 sous la forme 6 q + r, où q et r sont des entiers

Plus en détail

Matrices symétriques réelles.

Matrices symétriques réelles. Université de Nice SL2M 2009-10 Algèbre 2 Matrices symétriques réelles. 4. Calcul matriciel 4.1. Application bilinéaire symétrique associée à une matrice symétrique. On considère une matrice symétrique

Plus en détail

INF121: Algorithmique et Programmation Fonctionnelle

INF121: Algorithmique et Programmation Fonctionnelle INF121: Algorithmique et Programmation Fonctionnelle Cours 4: Fonctions récursives Année 2013-2014 Les précédents épisodes de INF 121 Types de base : Type Opérations Constantes bool not, &&, true, false

Plus en détail

INF-550-3: NP-complétude et hypothèse de temps exponentiel

INF-550-3: NP-complétude et hypothèse de temps exponentiel Cours 3: NP-complétude et hypothèse de temps exponentiel Réduction polynomiale NP-complétude L hypothèse de temps exponentiel (ETH) Exploration arborescente 1-1 Complexité polynomiale On s intéresse à

Plus en détail

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES DU SECOND ORDRE (COURS)

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES DU SECOND ORDRE (COURS) Auteur : Alain Ladureau ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES DU SECOND ORDRE (COURS) TI-Nspire CAS 1. Objectifs Découvrir les équations différentielles du second ordre. Résoudre à la main et à l aide de la calculatrice

Plus en détail

CH III Matrices. 1 / 8

CH III Matrices. 1 / 8 CH III Matrices. 1 / 8 Objectifs : Définition, dimension et opérations de matrices. Matrice transposée. Multiplication de deux matrices. Application à la résolution de système linéaire. I. La notion de

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2006

Corrigé : EM Lyon 2006 Corrigé : EM Lyon 26 Option économique Exercice 1: 1. a) Comme A est une matrice triangulaire, on peut lire ses valeurs propres sur sa diagonale. Les valeurs propres de A sont et 1. b) Aadmet deux valeurspropresdistinctes

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

1 Notion de matrice. 2 Opérations sur les matrices. 1.1 Définitions et notations

1 Notion de matrice. 2 Opérations sur les matrices. 1.1 Définitions et notations ECS 3 2013 2014 Semaine de colle n o 16 du 13 au 17 janvier Toutes les définitions /énoncés du cours sont à connaître précisément Les démonstrations/exemples vus en classe peuvent être proposées comme

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPRTION DU BCCLURÉT MTHÉMTIQUES SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité 8 Janvier Durée de l épreuve : heures Coefficient : 5 ou 7 L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail