CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015"

Transcription

1

2 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

3 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES?

4 SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS - Ses missions - L admission - Son fonctionnement III QUESTIONNEMENT - Ce que l on constate - Ce que l on perçoit - Les interrogations - Des éléments de réponse

5 PARCOURS PATIENT : EGALITE DE CHANCE? ANALYSE DU SSR DE PONT SAINT ESPRIT I PARCOURS DE SOINS Loi du 18 août 2004 : le parcours de soins a pour objectif de faire bénéficier à chaque usager d un service médical coordonné, d une gestion rigoureuse du dossier médical et d une présentation généralisée Les ARS : un parcours se définit comme la trajectoire globale des patients et usagers dans leur territoire de santé, avec une attention particulière portée à l individu et à ses choix. Il nécessite l action coordonnée des acteurs de la prévention, du sanitaire, du médico-social et du social. Les objectifs finaux de l approche «parcours» peuvent être résumés dans la phrase suivante : faire qu une population reçoive les bons soins par les bons professionnels, dans les bonnes structures, au bon moment, le tout au meilleur coût.

6 Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades. Article L : toute personne prend avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Article L : aucune personne ne peut faire l objet de discrimination dans l accès aux soins. Article L : la personne malade a droit au respect desa dignité. Article L : toute personne prise en charge par un professionnel, un établissement, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations le concernant.

7 Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l avoir informé des conséquences de ses choix. Aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne. Lorsque la personne est hors d état d exprimer sa volonté, aucune intervention ou investigation ne peut être réalisée, sauf urgence ou impossibilité, sans que la personne de confiance ou la famille, ou à défaut, un de ses proches, ait été consulté.

8 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS Présentation: 30 lits de SSR SSR Gériatrique SSR Polyvalent dont 2 lits SP 5 lits de MEDECINE dont 4 lits SP Soins de Suite et de Réadaptation - Accueil des patients admis par les services MCO Médecine - Accueil des patients venant du domicile adressés par les médecins traitants.

9 Les missions L activité de SSR a pour objet de prévenir ou de réduire les conséquences fonctionnelles, physiques, cognitives, psychologies ou sociales des déficiences et des limitations de capacité des patients et de promouvoir leur réadaptation et leur réinsertion. SSR POLYVALENT : accueille tout type de patient au terme d un séjour hospitalier pour une affection aigue médicale ou chirurgicale. SSR GERIATRIQUE : prise en charge des patients âgés et des pathologies qui leur sont propres.

10 Les Soins Palliatifs Ce sont des soins actifs, évolutifs, délivrés dans une approche globale de la personne atteinte d une maladie grave, évolutive ou terminale. Ils sont pratiqués par une équipe pluridisciplinaire. Ils visent à soulager la douleur, apaiser la souffrance psychologique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir l entourage. Les patients accueillis nous sont adressés par les services MCO, SSR, HAD ou viennent du domicile. Le rapprochement familial est un critère important de l admission.

11 Les admissions L ARS dans le parcours de soins, définit deux types d hospitalisation : - Hospitalisation pertinente : les objectifs de la prise en charge du patient sont en adéquation avec les moyens du service. - Hospitalisation justifiée : c est l urgence de la situation qui dicte l hospitalisation. Le patient peut être accueilli dans un service surdoté ou sous doté par rapport aux besoins du patient.

12 Analyse des dossiers d admission Les dossiers sont transmis par un outil informatique appelé * TRAJECTOIRE pour la région Languedoc-Roussillon et la région Rhône-Alpes, * ROR pour la région Provence Alpes Côte d Azur. Pour les dossiers adressés par les médecins traitants: courrier fixant les objectifs de la prise en charge, renseignements médicaux et traitements.

13 Les critères d admission - Pour être dans la définition du parcours et notre rôle d hôpital de proximité, - En priorité les patients habitant dans un rayon de 20 km, - Les objectifs de la PEC doivent correspondre à une hospitalisation pertinente, - La répartition entre les secteurs du service (SSR Polyvalent, gériatrique et SP), - La notion du prendre soin. Les patients à des degrés divers, ont besoin et bénéficient d une prise en charge pluridisciplinaire. On a besoin d accueillir et de se laisser accueillir pour que les orientations prises soient acceptées, comprises. Ce travail demande de l investissement au-delà du soin technique. On doit équilibrer cette charge de travail pour protéger l équipe soignante et donc le patient.

14 L admission - Après étude du dossier, en tenant compte de nos critères, un accord médical est donné, - La date de l admission est donnée en tenant compte de la gestion des lits, - Les admissions sont toutes programmées.

15 La prise en charge dans le service En SSR : la prise en charge du patient est pluridisciplinaire, adaptée à ses besoins. La mission de réadaptation, de réinsertion demande un travail en équipe. Une réunion hebdomadaire permet de suivre la prise en charge, de travailler sur le devenir. Deux grandes orientations : - Retour à domicile plus ou moins encadré par des aides, - Orientation vers des structures EHPAD avec un accompagnement du patient, de l entourage dans ce temps de rupture, Nous essayons que l entrée en EHPAD ne se fasse pas automatiquement. C est à la commission d admission en EHPAD de décider de la date. Elle est indépendante du service. Les patients de SSR ne sont pas prioritaires,

16 La prise en charge dans le service En Soins Palliatifs : l accompagnement du patient et de son entourage, demande un travail d équipe important. Ce travail est soutenu par une réunion hebdomadaire avec l EMSP. Conclusion Dans le service comprenant des lits SSR et de SP, la prise en charge du patient est élargie à la personne dans sa dimension physique, psychique, sociale. C est la dimension du prendre soin qui est au cœur de notre travail.

17 III QUESTIONNEMENT Ce que l on constate dans le service Les demandes d admission dépassent largement la capacité du service ce qui entrainent des refus et des difficultés de répondre aux demandes du patient dans le temps voulu par le service demandeur Avec le risque d une orientation vers des services SSR non de proximité préjudiciable aux patients La fragmentation de la prise en charge du patient en MCO, empêche la synthèse des problèmes des patients et donc des difficultés à voir la pertinence de l admission et d évaluer la prise en charge du patient. Ce qui peut entraîner des refus

18 III QUESTIONNEMENT Les admissions programmées, qui sont des hospitalisations pertinentes rendent très difficile des hospitalisations justifiée Les demandes d hospitalisation en MCO doublées des objectifs économiques font que la libéralisation des lits est une nécessité impérative, Cela entraîne des dysfonctionnement importants, avec une mauvaise organisation de la sortie, La lenteur administrative pour mettre en place des aides au domicile du patient retarde des sorties (Plan APA) La difficulté à trouver des structures en aval lorsque cela est nécessaire, augmente le temps d hospitalisation Comment respecter le choix du patient?

19 III QUESTIONNEMENT De ces constatations, on peut ressortir quelques questions : Comment défendre les droits des patients qui sont individuels dans un parcours de soins à visé collective et ayant un but économique? Comment défendre le patient hospitalisé ne rentrant pas dans la définition des admissions pertinentes? Le passage à la T2A va-t-il améliorer la prise en charge des admissions justifiées? Le passage à la T2A va-t-il permettre de renforcer les moyens de la prise en charge? Où est la place de l hospitalité dans le parcours de soins?

20 Quelques éléments de réponse pour la première question : - Le corps médical doit trouver un peu de liberté, de temps pour défendre la relation patient/médecin qui est au cœur du prendre soins, malgré les contraintes économiques et normatives du système hospitalier, - Les médecins, les soignants doivent se questionner continuellement sur les objectifs de nos décisions, de nos soins, - La communication entre médecins/soignants dans le respect du malade et de son entourage, doit aider à trouver le sens, la direction dans la prise en charge, - Les médecins doivent faire remonter à l administration, aux tutelles, les difficultés rencontrées, - Les médecins doivent dialoguer entre eux, entre service dans les situations difficiles, pour trouver la solution la plus adaptée.

21 Quelques éléments de réponse pour la deuxième question : - Les médecins doivent dialoguer entre eux, entre service dans le cas de difficultés, pour trouver la solution la plus adaptée. - Les médecins doivent faire respecter l accès aux soins, accepter les hospitalisations justifiées - Faire remonter à l administration, aux tutelles, les difficultés rencontrées. Il faut dialoguer pour défendre le droit du patient.

22 Le parcours patient peut être un élément d égalité des chances dans la prise en charge des patients. Les contraintes économiques, normatives du système hospitalier que l on doit prendre en compte entrainent des dysfonctionnements et la perte partielle de l égalité. Les soignants doivent être des veilleurs de ces pertes de chance. Ce travail peut être source d épuisement et de satisfaction,

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault LA FIN DE VIE Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault Mardi 02 février 2016 1 La Législation La demande sociétale actuelle des Français est de voir

Plus en détail

Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU)

Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU) SIGLE Pôle Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU) 10 ème Journée Départementale de la Gérontologie 14 novembre 2014 Feytiat (87) Philippe VERGER Directeur de la politique gérontologique CHU de

Plus en détail

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE

DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE association pour le droit de mourir dans la dignité Les DROITS RELATIFS À LA PERSONNE MALADE ET À LA PERSONNE EN FIN DE VIE LE BUT DE CETTE PLAQUETTE EST DE VOUS FAIRE CONNAÎTRE VOS DROITS. À lire attentivement

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS. I f s i c h u 0 9 / 1 2 /

SOINS PALLIATIFS. I f s i c h u 0 9 / 1 2 / SOINS PALLIATIFS Expériences de soignants en usp I f s i c h u 0 9 / 1 2 / 2 0 1 4 L Unité de Soins Palliatifs : un mouroir? DEFINITION DES SOINS PALLIATIFS SOINS ACTIFS Délivrés dans une approche globale

Plus en détail

Présentation Générale de la loi du 4 mars 2002

Présentation Générale de la loi du 4 mars 2002 Présentation Générale de la loi du 4 mars 2002 Pr Jean Louis Senon Dr Nathalie Papet Faculté de Médecine Poitiers Pr Senon Faculté de Médecine Une loi Etape ou circonstance? Loi publiée au JO le 5 mars

Plus en détail

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile 15 décembre 2016 Santélys Association Association loi 1901 reconnue d utilité publique créée en 1900 Santé

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile HOSPITALISATION A DOMICILE (H.A.D.) Soins palliatifs à domicile Hospitalisation à domicile Dates clés 1945 : Naissance du concept d HAD aux USA 1957: Création du 1 er Ets d HAD en France 1973 : Création

Plus en détail

Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005

Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005 25 septembre 2014 Droit des patients en fin de vie : Loi du 22 avril 2005 Mme C. DUBREUCQ, Directrice HAD Santélys Droit des patients en fin de vie : la Loi du 22 avril 2005 1 Contexte Médiatique et émotionnel

Plus en détail

INAUGURATION. Mardi 3 Mai 2016 à 18h00 Passerelle 3 e étage Hôpital du Pays d Autan

INAUGURATION. Mardi 3 Mai 2016 à 18h00 Passerelle 3 e étage Hôpital du Pays d Autan DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION UNITE DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS «TOURNESOLS» Mardi 3 Mai 2016 à 18h00 Passerelle 3 e étage Hôpital du Pays d Autan CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL CASTRES - MAZAMET

Plus en détail

PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES?

PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES? PERSONNE DE CONFIANCE, PERSONNE À PRÉVENIR, PERSONNE RÉFÉRENTE QUELLES DIFFÉRENCES? 2 3 La personne de confiance, la personne à prévenir et la personne référente interviennent de différentes manières dans

Plus en détail

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Le mot du Directeur La présentation du service Les droits des usagers Le fonctionnement du service Les personnes à contacter

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Les hôpitaux de jour au Centre Hospitalier de CERNAY

Les hôpitaux de jour au Centre Hospitalier de CERNAY Les hôpitaux de jour au Centre Hospitalier de CERNAY Autorisations En mars 2006 Création d un hôpital de jour de médecine gériatrique de 10 places En novembre 2011 : Restructuration de l hôpital de jour

Plus en détail

Parcours de soins de la personne âgée

Parcours de soins de la personne âgée Parcours de soins de la personne âgée Filière Gérontologique Territoriale Vichy Dr Régine MOUSSIER- DUBOST Pôle Réadaptation & Gériatrie Centre Hospitalier Jacques LACARIN SGCA 31 mai 2013 Un territoire

Plus en détail

ZOOM SUR VOS DROITS!

ZOOM SUR VOS DROITS! ZOOM SUR VOS DROITS! 1 Dans le cadre de cette année 2011 dédiée aux usagers et à leurs droits, la FEHAP, fédération présente sur l ensemble du champ de la protection sociale, a élaboré en collaboration

Plus en détail

Guide pour l élaboration du dossier de demande de lits identifiés en soins palliatifs

Guide pour l élaboration du dossier de demande de lits identifiés en soins palliatifs DHOS Comité de suivi Guide pour l élaboration du dossier de demande de lits identifiés en soins palliatifs mars 2004 Introduction : Les lits identifiés s inscrivent dans le schéma général de l offre de

Plus en détail

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique :

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : La structure d HAD du Centre Hospitalier Gérard Marchant (15

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS Vous avez dit Soins Palliatifs Définitions Thérèse VANIER en 1976 «C est tout ce qui reste à faire quand il n y a plus

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

Législation sur les droits des personnes en fin de vie

Législation sur les droits des personnes en fin de vie Législation sur les droits des personnes en fin de vie Après la loi du 2 février 2016 AP-HP / 2016 La loi définit la fin de vie comme la situation dans laquelle se trouve une personne «en phase avancée

Plus en détail

EQUIPE MOBILE REEDUCATION READAPTATION REINSERTION. Assemblée générale SYNAPS-CL 74 09/06/16

EQUIPE MOBILE REEDUCATION READAPTATION REINSERTION. Assemblée générale SYNAPS-CL 74 09/06/16 EQUIPE MOBILE REEDUCATION READAPTATION REINSERTION (EM3R) 1 Assemblée générale SYNAPS-CL 74 09/06/16 A L ORIGINE : LE PLAN AVC La prise en charge des AVC en aigu (UNV, thrombolyse, éducation thérapeutique)

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

Loi Léonetti en 2015: bilan et devenir. Quelle place pour les bénévoles d accompagnement?

Loi Léonetti en 2015: bilan et devenir. Quelle place pour les bénévoles d accompagnement? Loi Léonetti en 2015: bilan et devenir Quelle place pour les bénévoles d accompagnement? Pourquoi parler aujourd hui de la loi Léonetti? Votée en 2005, adoptée à l unanimité Après plusieurs «affaires»

Plus en détail

Loi n du 4 Mars 2002

Loi n du 4 Mars 2002 Loi n 2002-203 du 4 Mars 2002 Soumis par Administrator 14-10-2006 Dernière mise à jour : 15-10-2006 Loi du 4 Mars 2002 relative aux droits des patients... Principales dispositions de la LOI n 2002-203

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

PLÉNIÈRE LE RESPECT DES DROITS DU PATIENT DANS SON PARCOURS DE SOINS

PLÉNIÈRE LE RESPECT DES DROITS DU PATIENT DANS SON PARCOURS DE SOINS PLÉNIÈRE LE RESPECT DES DROITS DU PATIENT DANS SON PARCOURS DE SOINS Plénière Le respect des droits du patient dans son parcours de soins Le droit à la protection de la santé est reconnu par le Préambule

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition :

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition : R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION I. L'hôpital public : Définition : Établissement public de santé, investi d une mission de service public hospitalier reposant sur 3 grand principes : égalité

Plus en détail

et à la PERSONNE en fin de vie

et à la PERSONNE en fin de vie association pour le droit de mourir dans la dignité les DROITS RELATIFS à la PERSONNE MALADE et à la PERSONNE en fin de vie A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation Les accueillants

Plus en détail

à la PERSONNE association pour le droit de mourir dans la dignité

à la PERSONNE association pour le droit de mourir dans la dignité LE BUT DE CETTE PLAQUETTE EST DE VOUS FAIRE CONNAITRE VOS DROITS Les articles cités sont ceux du Code de la santé publique A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation les DROITS

Plus en détail

Education thérapeutique & Soins Palliatifs moyens et pratiques

Education thérapeutique & Soins Palliatifs moyens et pratiques Dr Sabiha AHMINE Hôpital gériatrique P Garraud 9 ème journée Mondiale des soins Palliatifs Lyon Octobre 2014 Education thérapeutique & Soins Palliatifs moyens et pratiques Introduction «Guérir, veut dire

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 LES SOINS PALLIATIFS Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 Un peu d histoire En Occident, l accompagnement du mourant est longtemps resté une pratique familiale et/ou une pratique religieuse. Quant à

Plus en détail

PLAN. I. Présentation de l EPSM Morbihan et de son secteur médico-social

PLAN. I. Présentation de l EPSM Morbihan et de son secteur médico-social Pôle Médico-Social Ivan LECOURT Directeur du Pôle Médico-Social, EPSM Morbihan Maryse MORICE Cadre Supérieur de Santé Coordonnateur MAS-FAM, EPSM Morbihan PLAN I. Présentation de l EPSM Morbihan et de

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie.

La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie. La loi d avril 2005 : droits des patients et fin de vie. Dr Bernard DEVALOIS Unité de Soins Palliatifs CH Puteaux (92) Président de la SFAP bd@sfap.org Les P tits Déj du Pallium Septembre 2006 La loi Léonetti

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014

PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE. Janvier 2014 PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE INITIÉE EN PAYS DE LA LOIRE Janvier 2014 Sommaire 1. Le territoire de La Mayenne retenu pour le prototype 2. Le schéma global du prototype «Parcours des aînés» 3. La coordination

Plus en détail

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 Article 69 I. Le code de la santé publique est ainsi modifié : 1 La première

Plus en détail

FRONTIERE HDJ GERIATRIQUE SSR / ACCUEIL DE JOUR

FRONTIERE HDJ GERIATRIQUE SSR / ACCUEIL DE JOUR FRONTIERE HDJ GERIATRIQUE SSR / ACCUEIL DE JOUR LA FRONTIERE Limite d un territoire qui en détermine l étendue D où la nécessaire délimitation de l hôpital de jour SSR gériatrique pour en cerner les contours

Plus en détail

Difficultés de prise en charge au domicile

Difficultés de prise en charge au domicile Difficultés de prise en charge au domicile Intervention du CLIC d Asnières-sur-Seine Centre Local d Information et de Coordination gérontologique Le 4 juin 2015 Au titre de la loi 2002-2 du 2 janvier 2002,

Plus en détail

Loi Leonetti - Droits des patients et rôle des professionnels de santé

Loi Leonetti - Droits des patients et rôle des professionnels de santé Loi Leonetti - Droits des patients et rôle des professionnels de santé Dr Bernard Paternostre Service d Accompagnement et de Soins Palliatifs CHU de Bordeaux LOI du 22 avril 2005 relative aux droits des

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Déploiement des 8 équipes mobiles AVC / neurologie en Ile de France

Déploiement des 8 équipes mobiles AVC / neurologie en Ile de France Déploiement des 8 équipes mobiles AVC / neurologie en Ile de France Laurence JOSSE Cadre supérieur de rééducation C2R Hôpitaux universitaires St Louis, Lariboisière F. Widal Financement et constitution

Plus en détail

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE Comment améliorer les tensions dans les structures d urgence Dr Bénédicte Le Bihan- Dr Michel Thicoipe Le réseau territorial des urgences de Gironde : un axe

Plus en détail

CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées. Préambule : Article 1 - Principes éthiques, finalités et objectifs du réseau :

CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées. Préambule : Article 1 - Principes éthiques, finalités et objectifs du réseau : CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées Préambule : Un réseau de santé a pour objet de favoriser l accès aux soins, la coordination, la continuité ou l interdisciplinarité des prises

Plus en détail

Un médecin coordonnateur en EHPAD pour vous qui est ce?

Un médecin coordonnateur en EHPAD pour vous qui est ce? JOURNEE DU 23 SEPTEMBRE 2015 CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL AMCOOR HAUTE BRETAGNE LIVRE BLANC DU MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD Vingt médecins coordonnateurs se sont réunis le 23 septembre à Saint Jacut

Plus en détail

PRESENTATION D'HOPITAL A DOMICILE 35. Notre statut : Notre activité :

PRESENTATION D'HOPITAL A DOMICILE 35. Notre statut : Notre activité : SOMMAIRE PRESENTATION D'HOPITAL A DOMICILE 35...3 Notre statut :...3 Notre activité :...3 Notre territoire d intervention :...4 Notre organisation :...4 Nos engagements de qualité et de sécurité...6 HAD

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Yvelines. Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien

Yvelines. Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien Yvelines Dr Bart THIELEMANS responsable de service gynéco-obstétricien Une offre de soins spécifique en Ile de France depuis plus que 30 ans une hospitalisation en moyen séjour (SSR) pour les femmes enceintes

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations?

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Clémence Bouffay, IDE coordination et Matthias Schell médecin coordinateur ESPPéRA, Lyon Équipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques,

Plus en détail

Sixième table De concertation tactique

Sixième table De concertation tactique Sixième table De concertation tactique Janvier 2014 Territoire du Clic de Sully sur Loire, Gien et Montargis Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire, Agé-Clic et Orpadam Clic Rappel de

Plus en détail

11 ème Journée Départementale de la Gérontologie

11 ème Journée Départementale de la Gérontologie SIGLE Pôle 11 ème Journée Départementale de la Gérontologie Unité d Hébergement Temporaire d Urgence Médico-Sociale (UHTU MS) 7 octobre 2015 Salle Paul Eluard Rilhac-Rancon 11 ème Journée Départementale

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS

LES SOINS PALLIATIFS LES SOINS PALLIATIFS LOI N 99-477 DU 9 JUIN 1999 VISANT A GARANTIR LE DROIT D ACCES AUX SOINS PALLIATIFS LOI N 2002-303 DU 4 MARS 2002 RELATIVE AUX DROITS DES MALADES ET A LA QUALITE DU SYSTEME DE SANTE

Plus en détail

LOI n du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie (1)

LOI n du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie (1) LOI n 2016-87 du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie (1) Article 1 I. L article L. 1110-5 du code de la santé publique est ainsi modifié : 1 Le

Plus en détail

La filière gériatrique et les réseaux de soins

La filière gériatrique et les réseaux de soins DU de Médecine des Personnes Agées 2011 La filière gériatrique et les réseaux de soins Pr. François PUISIEUX Pôle de Gérontologie, CHRU de LILLE La filière gériatrique Objet de la filière gériatrique :

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT)

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT) DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE EME NORD Médecin référent : Dr Pinganaud A adresser au : Cadre de santé : Mme Perroy Service de court séjour gériatrique

Plus en détail

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1

Référentiel Régional de Prise en Charge. Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL. Juin Version 1 Référentiel Régional de Prise en Charge Soins de Support CHAPITRE III SUPPORT SOCIAL Juin 2009 Version 1 Animateurs Groupe de Travail «Soins de Support» Sous groupe Support Social Sous groupe Support Psychologique

Plus en détail

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1

Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 Hélène JEUDY cadre de santé hôpital de Morez 1 64 lits d EHPAD sur 2 services GMP : 740 1 médecin coordonnateur 40 % 1 cadre de santé 100 % Lamartine, rez de chaussée : 29 lits Service Lamartine : 1 IDE

Plus en détail

Les pouvoirs du Défenseur des droits Pouvoir de recommandation et d intervention en équité Pouvoir d injonction Pouvoir d enquête et d audition Présen

Les pouvoirs du Défenseur des droits Pouvoir de recommandation et d intervention en équité Pouvoir d injonction Pouvoir d enquête et d audition Présen Le Défenseur des droits Le Défenseur des droits regroupe quatre institutions : Le Médiateur de la République La Défenseure des enfants La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l Egalité

Plus en détail

L'offre de soins «Soins Palliatifs et Douleurs» Dr Patrick LEPAULT ARS Mars 2016

L'offre de soins «Soins Palliatifs et Douleurs» Dr Patrick LEPAULT ARS Mars 2016 Diplôme Universitaire De Soins Palliatifs et d Accompagnement ANNÉE UNIVERSITAIRE 2015 2016 L'offre de soins «Soins Palliatifs et Douleurs» Dr Patrick LEPAULT ARS Mars 2016 CirculaireDHOS/O 2/DGS/SD 5

Plus en détail

- REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

- REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT - REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Références : Article L.311-7 du code de l Action Sociale et des Familles Décret n 2003-1095 du 14 novembre 2003 Articles 1 et suivants de la Charte des Droits et libertés

Plus en détail

Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL

Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL Colloque du 24 novembre 2015 Personnes âgées vieillissantes CHAL Pôle de gériatrie. CHAL. colloque 24 novembre 2015 1 Evaluer cliniquement les patients dans les EHPAD : élaboration d un diagnostic grâce

Plus en détail

Évolutions dans l organisation des Soins Palliatifs

Évolutions dans l organisation des Soins Palliatifs Évolutions dans l organisation des Soins Palliatifs Socle juridique de l organisation des SP Textes de référence : Circulaire «Laroque» de 1986 Donne une assise juridique à l organisation des SP en France

Plus en détail

Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques

Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques Dr Catherine FERNANDEZ Unité Mobile de Gériatrie Pôle de gériatrie Strasbourg 3 juin 2010 Plan Genèse et fonctionnement des unités mobiles

Plus en détail

Livret d accueil Vos droits et devoirs INFORMATIONS MÉDICALES ET PARTICIPATION AUX DÉCISIONS THÉRAPEUTIQUES LE CONSENTEMENT éclairé (Article L 111-2,3,4 CSP) Vous avez le droit à une information claire

Plus en détail

Le service social des Hôpitaux de Chartres Interventions en faveur des patients atteints de cancer

Le service social des Hôpitaux de Chartres Interventions en faveur des patients atteints de cancer Le service social des Hôpitaux de Chartres Interventions en faveur des patients atteints de cancer Soirée Onco28 23 septembre 2014 Cyrille Hallier, Assistant Social 1 Missions (1/3) 13 Assistants sociaux

Plus en détail

Un aperçu historique des soins palliatifs en France et enjeux pour aujourd hui

Un aperçu historique des soins palliatifs en France et enjeux pour aujourd hui Diplôme Universitaire de soins palliatifs CEM/FLM, Lille le 24 janvier 2013 Un aperçu historique des soins palliatifs en France et enjeux pour aujourd hui Pr Jacquemin Dominique Centre d éthique médicale

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

«Avec le trio, «La jungle» administrative.»

«Avec le trio, «La jungle» administrative.» «Avec le trio, «La jungle» administrative.» Docteur Cid Ould-Ouali Madame Cécilia Mairot 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Lors

Plus en détail

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR???

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? Dr Amblard-Manhès «Centre médical LES SAPINS» CEYRAT Soins de suite et de réadaptation, orientation cancérologie, POURQUOI FAIRE? Améliorer la qualité de

Plus en détail

Soins Palliatifs - Valorisation - Pertinence des séjours. Amina Ettorchi Tardy Médecin DIM CH de Blaye

Soins Palliatifs - Valorisation - Pertinence des séjours. Amina Ettorchi Tardy Médecin DIM CH de Blaye Soins Palliatifs - Valorisation - Pertinence des séjours Amina Ettorchi Tardy Médecin DIM CH de Blaye CRIMA Périgueux 28 avril 2011 2 Plan Cadre réglementaire Tarification à l activité et soins palliatifs

Plus en détail

Le parcours du patient confronté au cloisonnement

Le parcours du patient confronté au cloisonnement Le parcours du patient confronté au cloisonnement Alain Derniaux Gap le 28 septembre 2012 CMCL Préalables et lapalissades La maladie et la mort sont universelles Les clivages d âge, de circonstances, d

Plus en détail

Le service d accueil des Urgences (SAU) :

Le service d accueil des Urgences (SAU) : Le service d accueil des Urgences (SAU) : L exemple du SAU du GHI Le Raincy-Montfermeil 7/5/2015 1 Les ressources sanitaires du territoire SAU Service d Accueil des Urgences REMARQUE : Il existe 1 SAU

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE. EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 1 version courte Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Charte du patient hospitalisé

Charte du patient hospitalisé Charte du patient hospitalisé Dr E.Thomas, AHU médecine m légale, l sociale et pénitentiaire mail : thomas.e@chu chu-nice.fr Introduction Objectifs Droits essentiels des malades Obligations des établissements,

Plus en détail

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE : le projet en quelques mots La CTA : Coordination Territoriale d Appui Les dispositifs supplémentaires Pilulier électronique Activité Physique Adaptée Interventions d

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 486 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 17 mars 2015 PROPOSITION DE LOI créant de nouveaux droits en faveur

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI TEXTE ÉLABORÉ PAR LA COMMISSION MIXTE PARITAIRE N 307 N 3402 S É N A T ASSEMBLÉE NATIONALE

PROPOSITION DE LOI TEXTE ÉLABORÉ PAR LA COMMISSION MIXTE PARITAIRE N 307 N 3402 S É N A T ASSEMBLÉE NATIONALE N 3402 N 307 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 janvier 2016 Enregistré

Plus en détail

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Les Soins Palliatifs Et la personne âgée Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Introduction: -Pour la personne malade âgée en fin de vie, la mort reste une épreuve de séparation difficile -Si la mort

Plus en détail

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I.1- Descriptif du service Le SSIAD a ouvert ses portes en 1992. La création du service découle d un projet gérontologique

Plus en détail

Charte de la personne dans son parcours personnalisé et des professionnels l accompagnant

Charte de la personne dans son parcours personnalisé et des professionnels l accompagnant Charte de la personne dans son parcours personnalisé et des professionnels l accompagnant présentation de M. RUSCH - réunion de la Commission spécialisée «droits des usagers» de la Conférence nationale

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

Livret d accueil de l usager

Livret d accueil de l usager Livret d accueil de l usager Service de Soins Infirmiers A Domicile E.H.P.A.D La Sofiéta 2424, Bd Edouard VII 06230 Villefranche-sur-Mer Téléphone : 04.93.01.66.24 ssiad@ehpadvillef.com Livret d accueil

Plus en détail

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Démarche éthique en (aux) urgences Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Le dilemme de l urgentiste.. Urgences vitales. Urgences «palliatives». Accompagnement de fin de vie. Prise de décision

Plus en détail