Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke."

Transcription

1 Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS,

2 Plan de la présentation Problématique 1. Étude longitudinale 2. Modèle multidimensionnel et explicatif du décrochage d scolaire, 3. Sous groupes d éd élèves à risque de décrochage d scolaire 4. Évaluation des élèves à risque 5. Programme d engagement d à la persévérance rance scolaire 5.1 Trait d Union d Conclusion 2

3 Prédiction des élèves à risque de décrochage scolaire Critères pour qu un facteur ait une très bonne valeur de prédiction: présence de façon stable sur une longue période de temps Facteurs de risque permettent d identifier très tôt des jeunes à risque Réaction différentes aux facteurs de risque Certains facteurs de risque présentent une plus grande puissance de prédiction Laurier Fortin, Ph.D. Université de Sherbrooke; 3

4 Le cumul des facteurs de risque Offre la meilleure représentation ou prédiction possible. 1 facteur de risque, peu de probabilité de développer des problèmes ultérieurs. Si 3 ou 4 facteurs de risque sont présents, le risque augmente considérablement (Rutter, 1985; Loeber, 1998). Laurier Fortin, Ph.D. Université de Sherbrooke; Pierre Potvin, Ph.D. UQTR 4

5 Principales difficultés à prédire le risque de décrochage scolaire Souvent, ces facteurs ne constituent qu un pourcentage de la variance expliquée. Il y a des jeunes qui étaient en difficultés scolaires et sociales pendant l enfance mais qui ne décrocheront pas. Certains n étaient pas en difficultés pendant leur enfance mais le deviendront à l adolescence. Les enfants résilients réussissent à bien s'adapter malgré les événements stressants et les conditions d adversité de l'environnement. Risque élevé d identifier des faux positifs et des faux négatifs. Laurier Fortin, Ph.D. Université de Sherbrooke; Pierre Potvin, Ph.D. UQTR 5

6 1. Étude longitudinale (Fortin, Marcotte, Potvin, Royer, ) 6

7 Étude longitudinale sur les difficultés d adaptation sociales et scolaires ( ) (Fortin, Potvin, Marcotte et Royer) Les participants 808 élèves inscrits en première secondaire, en septembre 1996 à Sherbrooke, Trois-Rivières et Québec Évalués chaque année depuis l âge 12 ans jusqu à 23 ans Évalués de 1996 à mesures personnelles 3 mesures familiales 1 mesure sociale 3 mesures scolaires 132 décrocheurs après 9 ans, dont 31 sont retournés aux études L. Fortin, Ph.D. professeur, Université de Sherbrooke Chaire de recherche de la CSRS, novembre,

8 2. Modèle multidimensionnel et explicatif du décrochage d scolaire (Fortin et al. soumis) 8

9 Interactions parents-adolescent Communication parents-adolescent Soutien affectif parental.67***.97***.59*** Dépression et difficultés familiales Relation parents-adolescent.67**.70*** Dépression Conflits familiaux Ordre et organisation Engagement en classe Environnement de classe Notes en maths Notes en français Notes en anglais.82***.79***.84***.66***.77***.90*** Interactions à l école Climat de classe Réussite scolaire.79***.86***.90***.70* Cohésion familiale Coopération en classe Attitudes de l enseignant Problèmes de comportement *p<.05 **p<.001 ***p<.000

10 Modèle Multidimensionnel et explicatif du décrochage scolaire : Fortin et al. (2010) Université de Sherbrooke ans 19 ans Faible statut socioéconomique.14** Relations parents-adolescent détériorées.53***.52***.14*.17** Interactions à l école négatives.52*** Faible réussite scolaire -.26***.71*** Genre (garçon) -.17** R 2 = 58.71% DÉCROCHAGE.15* Dépression et difficultés familiales.48*** Climat de classe négatif *p<.05 **p<.001 ***p<.001

11 3. Sous-groupes d élèves à risque de décrochage d scolaire Référence : Fortin, L., Marcotte, D., Potvin, P., Royer, É. et Joly, J. (2006). Typology of Students at Risk of Dropping Out of School: Description by Personal, Family and School Factors, European Journal of Psychology of Education, XXI(4),

12 Sous-groupes d élèves à risque de décrochage d scolaire (analyses de clustering) Conduites antisociales cachées 1449 élèves à risque: (n=73; 5%) Peu intéressés et peu motivés par l école 1449 élèves à risque: (n=150; 10.4%) Problèmes de comportement 1449 élèves à risque: (n=856; 59.1%) Dépressifs 1449 élèves à risque: (n=285; 19.7 %) 5. Atypiques 1449 élèves à risque: (n=85; 5.9 %) L. Fortin, Ph.D. professeur, Université de Sherbrooke Chaire de recherche de la CSRS

13 Groupe 1 : Le type conduites antisociales cachées élèves à risque: (n=73; 5 %) Personnel La performance scolaire est bonne mais légèrement sous la moyenne Perceptions positives des enseignants qui les décrivent comme ne présentant pas de problème de comportement. Conduites antisociales cachées. Haut niveau de dépression (limite du seuil clinique). Familial Ils vivent plusieurs problèmes familiaux. Peu de cohésion familiale. Peu d expression familiale. Peu d organisation familiale. Peu de soutien affectif. Peu de contrôle parental. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 13

14 Groupe 2 : Le type peu motivé /peu intéressé 1449 élèves à risque: (n=150; 10.4 %) Personnel Leur performance scolaire est très bonne. Perceptions positives des enseignants qui les décrivent comme ne présentant pas de problème. Niveau de dépression légèrement plus élevé que le groupe contrôle. Peu motivés en classe et, de façon générale, ils s ennuient à l école. Le groupe qui se rapproche le plus du groupe contrôle et est le moins à risque. Familial Ces élèves proviennent de familles qui présentent un bon fonctionnement, mais les parents leur offrent peu de soutien affectif. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 14

15 Groupe 3 : Le type problèmes de comportement 1449 élèves à risque: (n=187; 58.1 %) Personnel Leur performance scolaire est très faible. Les enseignants les décrivent comme présentant beaucoup de problèmes de comportement. Beaucoup de problèmes de délinquance. Niveau assez élevé de dépression. Familial Ils vivent plusieurs problèmes familiaux. Peu de cohésion familiale. Peu d expression familiale. Peu d organisation familiale. Peu de soutien affectif. Peu de contrôle parental. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 15

16 Groupe 4 : Le type dépressif 1449 élèves à risque: (n=42; 13%) Personnel Leur performance scolaire est très bonne (dans la moyenne). Les élèves que les enseignants perçoivent le plus positivement et décrivent comme présentant le moins de problèmes de comportement. Très haut niveau de dépression (au-delà du seuil clinique) (41% rapportent penser au suicide). Familial C est le groupe qui présente le plus de problèmes au niveau : de la cohésion familiale; de l expression familiale; du soutien affectif; de l organisation familiale; du contrôle familial. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 16

17 1.4 Points communs entre les sous-groupes : Comparés aux non décrocheurs du même groupe: Notes scolaires plus faibles, difficultés scolaires et retard. Attitudes de l enseignant plus négatives. Habiletés scolaires plus lacunaires dès le début du secondaire pour certains sousgroupes. Peu d engagement dans les études. Attitudes négatives envers l école. Au plan familial Moins d encadrement, moins de support et de soutien. Moins de cohésion et plus de conflits. Troubles concomitants P.C, délinquance, troubles de l attention, dépression, Anxiété. Cumul de facteurs de risque dès le début du secondaire. 17 Laurier Fortin, 2010, professeur, Université de Sherbrooke

18 Pourquoi étudier les sous-groupes d élèves? Reconnaître les différences individuelles et appliquer des programmes différenciés selon les besoins des types d élèves. 18

19 4. Développement du logiciel de dépistage du décrochage scolaire (LDDS) Étude longitudinale (Fortin et al., ) 808 élèves inscrits en première secondaire, en septembre 1996 Sherbrooke, Trois-Rivières, Québec 7 mesures personnelles, 3 familiales, 1 sociale et 3 scolaires 136 décrocheurs Soutien à la réussite scolaire (Fortin et al., ) 4 Commissions scolaires (Estrie) 16 écoles secondaires N= 6188 élèves évalués -3 mesures personnelles, -1 familiale, -3 scolaires Laurier Fortin, 2010, professeur, Université de Sherbrooke 19

20 Laurier Fortin Ph. D., Université de Sherbrooke Pierre Potvin Ph. D., Université du Québec à Trois-Rivières Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), éditeur GRICS, conception du site Web

21 La trousse de prévention du décrochage scolaire : Y a une place pour toi! 2004, Pierre Potvin, Laurier Fortin, Diane Marcotte, Égide Royer, Rollande Deslandes 2007, Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), éditeur, 2 e édition Télécharger gratuitement :www.ctreq.qc.ca 21

22 Interactions parentsadolescent Communication parents-adolescent Soutien affectif parental Modèle théorique explicatif en lien avec le LDDS et la typologie Fortin et al. (ne pas reproduire) Niveau socioéconomique Relation parentsadolescent Coopération en classe Attitudes de l enseignant Interactions à l école Problèmes de comportement Q4 Types Conduites antisociales cachées et Problèmes de comportement Q5 Type peu intéressé / peu motivé Réussite scolaire sexe 19 ans DÉCROCHAGE Q6 Type dépressif Dépression Conflits familiaux Cohésion familiale Fortin et al., 2009 Dépression et difficultés familiales Climat de classe Notes en maths Notes en français Notes en anglais Q1 Identification de l élève à risque de décrochage Ordre et Engagement Environnement organisation en classe de classe 22 Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région de Sherbrooke sur la réussite et la persévérance des élèves, février 2009

23 Taux d élèves selon le type, par école NAR CAC PI/PM PC Dép Aty Écoles N ,0 2,1 3,9 22,7 7,5 1, ,6 3,3 9,0 35,7 8,1 2, ,4 1,5 3,3 23,6 12,4 4, ,8 0,9 3,1 9,2 4,9 3, ,4 2,2 1,8 21,4 5,0 1, ,1 1,8 3,0 23,9 8,0 2,2 Total 60,6 2,1 4,0 23,7 7,4 2,2 N NAR = non à risque; CAC = Conduites antisociales cachées; PI/PM = Peu intéressé/ peu motivé; PC = Problèmes de comportement; Dép = Dépressif; Aty = Atypique Laurier Fortin, 2010, professeur, Université de Sherbrooke 23

24 5. Volet Trait d Union d : développement, d composantes, formation et supervision 24

25 5.1 Volet Trait d Union: d le développement d Recherche collaborative. Adaptation d un programme américain qui a démontré son efficacité (Check & Connect). Évaluation des élèves et pré-expérimentation dans les écoles secondaires en Bonification du programme selon les résultats de la pré-expérimentation dans les écoles et les recommandations du milieu. Poursuite de l implantation en L. Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS, mars

26 5.2 Volet Trait d Union: d la philosophie Le suivi s appuie sur une relation significative et éducative entre l accompagnateur et l élève. Intervention proactive et positive: promotion de la réussite scolaire, des facteurs de protection et la résolution des problèmes; pas de méthode coercitive centrée sur les comportements indésirables de l élève. Intervention multidimensionnelle: cible principalement le jeune, mais comprend aussi des interventions auprès de la famille, de l enseignant et de l école. Ressources complémentaires de l école et de la communauté mises à contribution dans le but de soutenir l engagement et la réussite scolaire. M. Bernard, CSRS L. Fortin, Ph. D., Marie-France Bradley, pséd, US Chaire de recherche de la CSRS, mars

27 5.3 Les composantes de Trait d Uniond Composante Trait : Vérification des indicateurs d engagement et de réussite scolaire. Composante Union : Composante Union : Rencontre de l élève sur une base régulière. L. Fortin, Ph. D.,; Chaire de recherche de la CSRS, mars 2010

28 5.4 La composante Trait Objectif : Évaluer systématiquement le niveau d engagement des élèves et l intensité des indicateurs de désengagement scolaire. Les indicateurs Retards (motivés ou non) Absences (motivées ou non) Références pour comportement (local d encadrement) Retenues Suspensions internes et externes Échecs scolaires L. Fortin, Ph. D. professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS, mars 2010

29 5.5 La composante Union Objectifs : Rencontrer l élève sur une base régulière (une fois par cycle minimum). Offrir du soutien et un encadrement éducatif. Trouver avec l élève des stratégies positives favorisant la réussite et l engagement scolaire. Effectuer quelques communications avec le parent. L. Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS, mars

30 4.5 La pyramide de l accompagnement l Trait d Uniond Fortin, Girard, Bradley, Plante, Thibaudeau et Vincent Chaire de recherche de la CSRS, mars 2010

31 Conditions essentielles pour l implantation efficace d un programme Favoriser l appropriation du programme par le milieu. S assurer de disposer des ressources nécessaires (humaines, financières, matérielles). Nommer un responsable porteur du dossier à l interne. Proposer une stratégie de formation et de supervision des acteurs clés. Sensibiliser à la question de la fidélité d implantation. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 31

32 Conclusion Le décrochage scolaire est une problématique complexe et multidimensionnelle, et les efforts de prévention doivent cibler avant tout les facteurs les plus puissants : personnels, familiaux et scolaires. Pour comprendre et identifier les élèves à risque et leurs besoins, il faut une évaluation rigoureuse de l ensemble des contextes; une analyse des résultats à partir d un modèle explicatif du décrochage; la planification de programmes de prévention différents selon les types et les besoins des jeunes. Pour plus d efficacité dans la lutte au décrochage, il faut mobiliser le milieu coordonner les actions et les diverses mesures; s appuyer davantage sur les résultats de recherche et les programmes probants; accompagner les milieux en difficulté; former les intervenants; un engagement et une gestion efficace de la part de la direction. L. Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS,

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

COMITÉ DE PILOTAGE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Responsables du comité

COMITÉ DE PILOTAGE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Responsables du comité DIRECTION SCIENTIFIQUE Laurier FORTIN, professeur titulaire, Faculté d éducation, membre du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l enfance (GRISE) et titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE DEUXIÈME ÉDITION

GUIDE DE PRÉVENTION DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE DEUXIÈME ÉDITION GUIDE DE PRÉVENTION DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE DEUXIÈME ÉDITION Pierre Potvin Ph. D., Université du Québec à Trois-Rivières (Chercheur au CRIRES) Laurier Fortin Ph. D., Université de Sherbrooke (Chercheur

Plus en détail

CONTRER LE DÉCROCHAGE À LA FIN DU SECONDAIRE

CONTRER LE DÉCROCHAGE À LA FIN DU SECONDAIRE CONTRER LE DÉCROCHAGE À LA FIN DU SECONDAIRE Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Direction : Liette Picard (Direction des services éducatifs complémentaires et de l intervention en milieu défavorisé)

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Promotion de la santé et réussite scolaire au primaire. Cahier du participant

Promotion de la santé et réussite scolaire au primaire. Cahier du participant Promotion de la santé et réussite scolaire au primaire Cahier du participant Activité de formation à l intention des partenaires des milieux scolaire, communautaire et de la santé Octobre 2002 Une réalisation

Plus en détail

GUIDE D INTERVENTION ET D ACTIVITÉS POUR PRÉVENIR L ABANDON SCOLAIRE : LES PETITS PAS. Pierre Potvin Ph.D. ps.éd

GUIDE D INTERVENTION ET D ACTIVITÉS POUR PRÉVENIR L ABANDON SCOLAIRE : LES PETITS PAS. Pierre Potvin Ph.D. ps.éd GUIDE D INTERVENTION ET D ACTIVITÉS POUR PRÉVENIR L ABANDON SCOLAIRE : LES PETITS PAS Pierre Potvin Ph.D. ps.éd Professeur titulaire, associé Département de psychoéducation Université du Québec à Trois-Rivières

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant Ellen Moss Nos projets d études Suivi de 20 ans auprès de 200 familles Mesures des caractéristiques familiales, du développement

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire PRÉSENTATION DU PROGRAMME Le cœur à l école PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire Le programme Le coeur à l école s adresse aux parents d enfants

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Rencontre avec. Égide ROYER Psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l éducation de l Université Laval

Rencontre avec. Égide ROYER Psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l éducation de l Université Laval Rencontre avec Égide ROYER Psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l éducation de l Université Laval Entrevue réalisée par Nadia DESBIENS Université de Montréal

Plus en détail

Les troubles d apprentissage au secondaire: apprendre, se comprendre, se faire comprendre!

Les troubles d apprentissage au secondaire: apprendre, se comprendre, se faire comprendre! Les troubles d apprentissage au secondaire: apprendre, se comprendre, se faire comprendre! N A D I A R O U S S E A U, P H. D. C H A I R E D E R E C H E R C H E N O R M A N D - M A U R I C E E T Q I S A

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Le retour au travail après une absence prolongée en

Le retour au travail après une absence prolongée en Le retour au travail après une absence prolongée en raison de trouble mental transitoire: des pistes d'encadrement de la démarche. Marie-José Durand, PhD, Professeure titulaire, Directrice du CAPRIT Les

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS Pierre KEABLE Centre jeunesse de Montréal - Institut Universitaire pierre.keable@cjm-iu.qc.ca INTRODUCTION C est avec grand plaisir que

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Résumé Ce texte a pour but, dans un premier temps, de présenter un modèle de la

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Le mot de la présidence

Le mot de la présidence RaPPort annuel Cap sur le renouvellement et le Développement Le mot de la présidence On dira de l année 2009-2010 qu elle a été celle du renouvellement du CTREQ, une année charnière liée en partie au remplacement

Plus en détail

FICHES PRATIQUES. Les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative

FICHES PRATIQUES. Les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative FICHES PRATIQUES 1 Les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative Facteurs familiaux Fiche 1 Valorisation de l éducation et encadrement parental enfance et adolescence Facteurs

Plus en détail

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe FORMATION 1999-2002 Post-doctorat, Law and Mental Health Program, Centre for Addiction and Mental Health et Université de Toronto. 1999 Ph.D. Psychologie - Recherche

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la pratique professionnelle des psychologues scolaires au Canada

Lignes directrices relatives à la pratique professionnelle des psychologues scolaires au Canada Société canadienne de psychologie Lignes directrices relatives à la pratique professionnelle des psychologues scolaires au Canada Section des psychologues en éducation de la SCP 2007 Section des psychologues

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

LE JEU CHEZ LES JEUNES

LE JEU CHEZ LES JEUNES LE JEU CHEZ LES JEUNES NOTRE POLITIQUE : 19 ANS ET PLUS Le jeu est une option de divertissement pour les adultes. Dans cette perspective, Loto Atlantique s engage à continuer de soutenir les initiatives

Plus en détail

École St-Julien. Projet éducatif Plan de réussite 2014-2015 Format abrégé

École St-Julien. Projet éducatif Plan de réussite 2014-2015 Format abrégé École St-Julien Projet éducatif Plan de réussite 2014-2015 Format abrégé L école et son milieu École primaire implantée dans un quartier d Alma en zone rurale. 170 élèves répartis entre 7 classes. Service

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : (4107-8207)

Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : (4107-8207) Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : BACCALAURÉAT EN ENSEIGNEMENT DE L ÉDUCATION PHYSIQUE ET À LA SAN TÉ (7208) CERTIFICAT OU MINEURE

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

RECENSION DES ÉCRITS SUR LA RELATION ENSEIGNANT-ÉLÈVE. Par Laurier Fortin, Ph.D. Amélie Plante, ps. éd. Marie-France Bradley, ps. éd.

RECENSION DES ÉCRITS SUR LA RELATION ENSEIGNANT-ÉLÈVE. Par Laurier Fortin, Ph.D. Amélie Plante, ps. éd. Marie-France Bradley, ps. éd. RECENSION DES ÉCRITS SUR LA RELATION ENSEIGNANT-ÉLÈVE Par Laurier Fortin, Ph.D. Amélie Plante, ps. éd. Marie-France Bradley, ps. éd. Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke

Plus en détail

L INTÉGRATION DE PAIRS AIDANTS DANS DES ÉQUIPES DE SUIVI ET DE SOUTIEN DANS LA COMMUNAUTÉ: POINTS DE VUE DE DIVERS ACTEURS

L INTÉGRATION DE PAIRS AIDANTS DANS DES ÉQUIPES DE SUIVI ET DE SOUTIEN DANS LA COMMUNAUTÉ: POINTS DE VUE DE DIVERS ACTEURS L INTÉGRATION DE PAIRS AIDANTS DANS DES ÉQUIPES DE SUIVI ET DE SOUTIEN DANS LA COMMUNAUTÉ: POINTS DE VUE DE DIVERS ACTEURS Synthèse des résultats de l étude Hélène Provencher, PhD, Université Laval, Québec

Plus en détail

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015

Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Annexe A Plan pluriannuel du Conseil scolaire Viamonde : 2012-2015 Afin de jouer son rôle de chef de file dans le développement et la croissance des diverses communautés de langue française sur son territoire

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach de ht nive service de l entreprise du Coach Atelier 1: Devenez un As de la Communication progresser en communication et toute personne en situation de difficultés relationnelles Maîtriser les fondamentx

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta 12 février 9 h à 17 h Hôtel Delta Trois-Rivières Alzheimer Pourquoi et comment accompagner Programme officiel Joignez-vous à des experts québécois et français et découvrez l approche Carpe Diem à travers

Plus en détail

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé SP 7.4 LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé Martine Mayrand Leclerc, inf., MGSS/MHA, Ph.D. Robert

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves POLITIQUE DE L'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS POLITIQUE

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR Le programme ordinateur consiste à utiliser l ordinateur comme outil d apprentissage lors des interventions en soutien scolaire réalisées

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents»

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents» Formation Coaching Préparation Mentale athlètes haut-niveau Enseignement de la PNL Annecy Genève Aix-les-Bains Chambéry Contact : +33677610793 s.thomas-conseil@orange.fr www.sebastien-thomas-conseil.com

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés Equity and Quality in Education. Supporting Disadvantaged Students and Schools Summary in French Accédez au texte intégral: 10.1787/9789264130852-en Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Un réseau d entraide dans mon syndicat. Un facteur de. Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc.

Un réseau d entraide dans mon syndicat. Un facteur de. Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. Un réseau d entraide dans mon syndicat Un facteur de protection Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. Hôtel Delta Trois-Rivières 25 octobre 2010 1 Un réseau d entraide dans mon syndicat

Plus en détail

Rendez-vous. Programme. 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES

Rendez-vous. Programme. 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES Rendez-vous Programme 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES Rendez-vous Les partenaires du DAFA et le Conseil québécois du loisir sont heureux de vous accueillir à ce

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Les offres de services spécialisés

Les offres de services spécialisés Les offres de services spécialisés Le contexte et les enjeux, incluant les offres de services spécialisés aux familles et aux proches, aux partenaires ainsi que notre engagement dans la collectivité. PAVILLON

Plus en détail

CARNET DU SAVOIR. Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde

CARNET DU SAVOIR. Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde CARNET DU SAVOIR Comprendre le parcours scolaire des élèves dont l anglais est la langue seconde 2 octobre 2008 Pour maintenir une main-d œuvre viable au sein d une population vieillissante, le Canada

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

Rapport de données sur les élèves des programmes à double reconnaissance de crédit - Année scolaire 2012-2013

Rapport de données sur les élèves des programmes à double reconnaissance de crédit - Année scolaire 2012-2013 Rapport de données sur les élèves des programmes à double reconnaissance de crédit - 2012-2013 Renseignements généraux Les programmes à double reconnaissance de crédit, introduits dans le cadre de la stratégie

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 Dans le but d alléger le texte et d en faciliter la lecture, le masculin a été utilisé comme genre neutre pour désigner aussi bien

Plus en détail

Plan Réussir Pour la réussite et la persévérance scolaires

Plan Réussir Pour la réussite et la persévérance scolaires Plan Réussir Pour la réussite et la persévérance scolaires Table des matières 1. Introduction...1 2. Mise en contexte...2 3. Élaboration du plan Réussir...3 3.1 Plan stratégique...3 3.2 Parc immobilier...3

Plus en détail

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Réussir son projet Centre d Appels Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Introduction Aujourd hui, les entreprises se focalisent sur une approche transactionnelle

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap)

Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap) Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap) Qu est ce que le Programme Santé Cap? Le Programme interuniversitaire de formation en recherche

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

La simulation clinique haute fidélité en soins infirmiers

La simulation clinique haute fidélité en soins infirmiers Atelier pédagogique Colloque annuel 2011 de l AEESICQ, 2 juin 2011, Trois-Rivières La simulation clinique haute fidélité en soins infirmiers Ivan L. Simoneau, inf., Ph.D. Isabelle Ledoux, M.Sc. inf. Claude

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB)

Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB) Conduire une automobile pour une personne ayant une déficience visuelle, c est possible avec système télescopique bioptique (STB) Louise Grégoire C., Institut Nazareth et Louis-Braille Annie Paquet, Institut

Plus en détail

Les pratiques du bilan au secondaire

Les pratiques du bilan au secondaire Les pratiques du bilan au secondaire 6 e Colloque sur l approche orientante de l Association québécoise d information scolaire et professionnelle (AQISEP) Hôtel Hilton Québec mars 2007 L approche orientante

Plus en détail

DEC-BAC Dossier sur les nouveaux modèles de formation développés au Collège Édouard-Montpetit en collaboration avec ses partenaires universitaires

DEC-BAC Dossier sur les nouveaux modèles de formation développés au Collège Édouard-Montpetit en collaboration avec ses partenaires universitaires DEC-BAC Dossier sur les nouveaux modèles de formation développés au Collège Édouard-Montpetit en collaboration avec ses partenaires universitaires Tél : (450) 679-2631, poste 2415 1 Mise à jour : 2 septembre

Plus en détail