Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke."

Transcription

1 Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS,

2 Plan de la présentation Problématique 1. Étude longitudinale 2. Modèle multidimensionnel et explicatif du décrochage d scolaire, 3. Sous groupes d éd élèves à risque de décrochage d scolaire 4. Évaluation des élèves à risque 5. Programme d engagement d à la persévérance rance scolaire 5.1 Trait d Union d Conclusion 2

3 Prédiction des élèves à risque de décrochage scolaire Critères pour qu un facteur ait une très bonne valeur de prédiction: présence de façon stable sur une longue période de temps Facteurs de risque permettent d identifier très tôt des jeunes à risque Réaction différentes aux facteurs de risque Certains facteurs de risque présentent une plus grande puissance de prédiction Laurier Fortin, Ph.D. Université de Sherbrooke; 3

4 Le cumul des facteurs de risque Offre la meilleure représentation ou prédiction possible. 1 facteur de risque, peu de probabilité de développer des problèmes ultérieurs. Si 3 ou 4 facteurs de risque sont présents, le risque augmente considérablement (Rutter, 1985; Loeber, 1998). Laurier Fortin, Ph.D. Université de Sherbrooke; Pierre Potvin, Ph.D. UQTR 4

5 Principales difficultés à prédire le risque de décrochage scolaire Souvent, ces facteurs ne constituent qu un pourcentage de la variance expliquée. Il y a des jeunes qui étaient en difficultés scolaires et sociales pendant l enfance mais qui ne décrocheront pas. Certains n étaient pas en difficultés pendant leur enfance mais le deviendront à l adolescence. Les enfants résilients réussissent à bien s'adapter malgré les événements stressants et les conditions d adversité de l'environnement. Risque élevé d identifier des faux positifs et des faux négatifs. Laurier Fortin, Ph.D. Université de Sherbrooke; Pierre Potvin, Ph.D. UQTR 5

6 1. Étude longitudinale (Fortin, Marcotte, Potvin, Royer, ) 6

7 Étude longitudinale sur les difficultés d adaptation sociales et scolaires ( ) (Fortin, Potvin, Marcotte et Royer) Les participants 808 élèves inscrits en première secondaire, en septembre 1996 à Sherbrooke, Trois-Rivières et Québec Évalués chaque année depuis l âge 12 ans jusqu à 23 ans Évalués de 1996 à mesures personnelles 3 mesures familiales 1 mesure sociale 3 mesures scolaires 132 décrocheurs après 9 ans, dont 31 sont retournés aux études L. Fortin, Ph.D. professeur, Université de Sherbrooke Chaire de recherche de la CSRS, novembre,

8 2. Modèle multidimensionnel et explicatif du décrochage d scolaire (Fortin et al. soumis) 8

9 Interactions parents-adolescent Communication parents-adolescent Soutien affectif parental.67***.97***.59*** Dépression et difficultés familiales Relation parents-adolescent.67**.70*** Dépression Conflits familiaux Ordre et organisation Engagement en classe Environnement de classe Notes en maths Notes en français Notes en anglais.82***.79***.84***.66***.77***.90*** Interactions à l école Climat de classe Réussite scolaire.79***.86***.90***.70* Cohésion familiale Coopération en classe Attitudes de l enseignant Problèmes de comportement *p<.05 **p<.001 ***p<.000

10 Modèle Multidimensionnel et explicatif du décrochage scolaire : Fortin et al. (2010) Université de Sherbrooke ans 19 ans Faible statut socioéconomique.14** Relations parents-adolescent détériorées.53***.52***.14*.17** Interactions à l école négatives.52*** Faible réussite scolaire -.26***.71*** Genre (garçon) -.17** R 2 = 58.71% DÉCROCHAGE.15* Dépression et difficultés familiales.48*** Climat de classe négatif *p<.05 **p<.001 ***p<.001

11 3. Sous-groupes d élèves à risque de décrochage d scolaire Référence : Fortin, L., Marcotte, D., Potvin, P., Royer, É. et Joly, J. (2006). Typology of Students at Risk of Dropping Out of School: Description by Personal, Family and School Factors, European Journal of Psychology of Education, XXI(4),

12 Sous-groupes d élèves à risque de décrochage d scolaire (analyses de clustering) Conduites antisociales cachées 1449 élèves à risque: (n=73; 5%) Peu intéressés et peu motivés par l école 1449 élèves à risque: (n=150; 10.4%) Problèmes de comportement 1449 élèves à risque: (n=856; 59.1%) Dépressifs 1449 élèves à risque: (n=285; 19.7 %) 5. Atypiques 1449 élèves à risque: (n=85; 5.9 %) L. Fortin, Ph.D. professeur, Université de Sherbrooke Chaire de recherche de la CSRS

13 Groupe 1 : Le type conduites antisociales cachées élèves à risque: (n=73; 5 %) Personnel La performance scolaire est bonne mais légèrement sous la moyenne Perceptions positives des enseignants qui les décrivent comme ne présentant pas de problème de comportement. Conduites antisociales cachées. Haut niveau de dépression (limite du seuil clinique). Familial Ils vivent plusieurs problèmes familiaux. Peu de cohésion familiale. Peu d expression familiale. Peu d organisation familiale. Peu de soutien affectif. Peu de contrôle parental. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 13

14 Groupe 2 : Le type peu motivé /peu intéressé 1449 élèves à risque: (n=150; 10.4 %) Personnel Leur performance scolaire est très bonne. Perceptions positives des enseignants qui les décrivent comme ne présentant pas de problème. Niveau de dépression légèrement plus élevé que le groupe contrôle. Peu motivés en classe et, de façon générale, ils s ennuient à l école. Le groupe qui se rapproche le plus du groupe contrôle et est le moins à risque. Familial Ces élèves proviennent de familles qui présentent un bon fonctionnement, mais les parents leur offrent peu de soutien affectif. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 14

15 Groupe 3 : Le type problèmes de comportement 1449 élèves à risque: (n=187; 58.1 %) Personnel Leur performance scolaire est très faible. Les enseignants les décrivent comme présentant beaucoup de problèmes de comportement. Beaucoup de problèmes de délinquance. Niveau assez élevé de dépression. Familial Ils vivent plusieurs problèmes familiaux. Peu de cohésion familiale. Peu d expression familiale. Peu d organisation familiale. Peu de soutien affectif. Peu de contrôle parental. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 15

16 Groupe 4 : Le type dépressif 1449 élèves à risque: (n=42; 13%) Personnel Leur performance scolaire est très bonne (dans la moyenne). Les élèves que les enseignants perçoivent le plus positivement et décrivent comme présentant le moins de problèmes de comportement. Très haut niveau de dépression (au-delà du seuil clinique) (41% rapportent penser au suicide). Familial C est le groupe qui présente le plus de problèmes au niveau : de la cohésion familiale; de l expression familiale; du soutien affectif; de l organisation familiale; du contrôle familial. Classe Ils perçoivent peu d ordre et peu d organisation en classe. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 16

17 1.4 Points communs entre les sous-groupes : Comparés aux non décrocheurs du même groupe: Notes scolaires plus faibles, difficultés scolaires et retard. Attitudes de l enseignant plus négatives. Habiletés scolaires plus lacunaires dès le début du secondaire pour certains sousgroupes. Peu d engagement dans les études. Attitudes négatives envers l école. Au plan familial Moins d encadrement, moins de support et de soutien. Moins de cohésion et plus de conflits. Troubles concomitants P.C, délinquance, troubles de l attention, dépression, Anxiété. Cumul de facteurs de risque dès le début du secondaire. 17 Laurier Fortin, 2010, professeur, Université de Sherbrooke

18 Pourquoi étudier les sous-groupes d élèves? Reconnaître les différences individuelles et appliquer des programmes différenciés selon les besoins des types d élèves. 18

19 4. Développement du logiciel de dépistage du décrochage scolaire (LDDS) Étude longitudinale (Fortin et al., ) 808 élèves inscrits en première secondaire, en septembre 1996 Sherbrooke, Trois-Rivières, Québec 7 mesures personnelles, 3 familiales, 1 sociale et 3 scolaires 136 décrocheurs Soutien à la réussite scolaire (Fortin et al., ) 4 Commissions scolaires (Estrie) 16 écoles secondaires N= 6188 élèves évalués -3 mesures personnelles, -1 familiale, -3 scolaires Laurier Fortin, 2010, professeur, Université de Sherbrooke 19

20 Laurier Fortin Ph. D., Université de Sherbrooke Pierre Potvin Ph. D., Université du Québec à Trois-Rivières Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), éditeur GRICS, conception du site Web

21 La trousse de prévention du décrochage scolaire : Y a une place pour toi! 2004, Pierre Potvin, Laurier Fortin, Diane Marcotte, Égide Royer, Rollande Deslandes 2007, Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), éditeur, 2 e édition Télécharger gratuitement :www.ctreq.qc.ca 21

22 Interactions parentsadolescent Communication parents-adolescent Soutien affectif parental Modèle théorique explicatif en lien avec le LDDS et la typologie Fortin et al. (ne pas reproduire) Niveau socioéconomique Relation parentsadolescent Coopération en classe Attitudes de l enseignant Interactions à l école Problèmes de comportement Q4 Types Conduites antisociales cachées et Problèmes de comportement Q5 Type peu intéressé / peu motivé Réussite scolaire sexe 19 ans DÉCROCHAGE Q6 Type dépressif Dépression Conflits familiaux Cohésion familiale Fortin et al., 2009 Dépression et difficultés familiales Climat de classe Notes en maths Notes en français Notes en anglais Q1 Identification de l élève à risque de décrochage Ordre et Engagement Environnement organisation en classe de classe 22 Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région de Sherbrooke sur la réussite et la persévérance des élèves, février 2009

23 Taux d élèves selon le type, par école NAR CAC PI/PM PC Dép Aty Écoles N ,0 2,1 3,9 22,7 7,5 1, ,6 3,3 9,0 35,7 8,1 2, ,4 1,5 3,3 23,6 12,4 4, ,8 0,9 3,1 9,2 4,9 3, ,4 2,2 1,8 21,4 5,0 1, ,1 1,8 3,0 23,9 8,0 2,2 Total 60,6 2,1 4,0 23,7 7,4 2,2 N NAR = non à risque; CAC = Conduites antisociales cachées; PI/PM = Peu intéressé/ peu motivé; PC = Problèmes de comportement; Dép = Dépressif; Aty = Atypique Laurier Fortin, 2010, professeur, Université de Sherbrooke 23

24 5. Volet Trait d Union d : développement, d composantes, formation et supervision 24

25 5.1 Volet Trait d Union: d le développement d Recherche collaborative. Adaptation d un programme américain qui a démontré son efficacité (Check & Connect). Évaluation des élèves et pré-expérimentation dans les écoles secondaires en Bonification du programme selon les résultats de la pré-expérimentation dans les écoles et les recommandations du milieu. Poursuite de l implantation en L. Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS, mars

26 5.2 Volet Trait d Union: d la philosophie Le suivi s appuie sur une relation significative et éducative entre l accompagnateur et l élève. Intervention proactive et positive: promotion de la réussite scolaire, des facteurs de protection et la résolution des problèmes; pas de méthode coercitive centrée sur les comportements indésirables de l élève. Intervention multidimensionnelle: cible principalement le jeune, mais comprend aussi des interventions auprès de la famille, de l enseignant et de l école. Ressources complémentaires de l école et de la communauté mises à contribution dans le but de soutenir l engagement et la réussite scolaire. M. Bernard, CSRS L. Fortin, Ph. D., Marie-France Bradley, pséd, US Chaire de recherche de la CSRS, mars

27 5.3 Les composantes de Trait d Uniond Composante Trait : Vérification des indicateurs d engagement et de réussite scolaire. Composante Union : Composante Union : Rencontre de l élève sur une base régulière. L. Fortin, Ph. D.,; Chaire de recherche de la CSRS, mars 2010

28 5.4 La composante Trait Objectif : Évaluer systématiquement le niveau d engagement des élèves et l intensité des indicateurs de désengagement scolaire. Les indicateurs Retards (motivés ou non) Absences (motivées ou non) Références pour comportement (local d encadrement) Retenues Suspensions internes et externes Échecs scolaires L. Fortin, Ph. D. professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS, mars 2010

29 5.5 La composante Union Objectifs : Rencontrer l élève sur une base régulière (une fois par cycle minimum). Offrir du soutien et un encadrement éducatif. Trouver avec l élève des stratégies positives favorisant la réussite et l engagement scolaire. Effectuer quelques communications avec le parent. L. Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS, mars

30 4.5 La pyramide de l accompagnement l Trait d Uniond Fortin, Girard, Bradley, Plante, Thibaudeau et Vincent Chaire de recherche de la CSRS, mars 2010

31 Conditions essentielles pour l implantation efficace d un programme Favoriser l appropriation du programme par le milieu. S assurer de disposer des ressources nécessaires (humaines, financières, matérielles). Nommer un responsable porteur du dossier à l interne. Proposer une stratégie de formation et de supervision des acteurs clés. Sensibiliser à la question de la fidélité d implantation. Laurier Fortin, 2009, professeur, Université de Sherbrooke 31

32 Conclusion Le décrochage scolaire est une problématique complexe et multidimensionnelle, et les efforts de prévention doivent cibler avant tout les facteurs les plus puissants : personnels, familiaux et scolaires. Pour comprendre et identifier les élèves à risque et leurs besoins, il faut une évaluation rigoureuse de l ensemble des contextes; une analyse des résultats à partir d un modèle explicatif du décrochage; la planification de programmes de prévention différents selon les types et les besoins des jeunes. Pour plus d efficacité dans la lutte au décrochage, il faut mobiliser le milieu coordonner les actions et les diverses mesures; s appuyer davantage sur les résultats de recherche et les programmes probants; accompagner les milieux en difficulté; former les intervenants; un engagement et une gestion efficace de la part de la direction. L. Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke, Chaire de recherche de la CSRS,

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Évaluation des types d élèves à risque de décrochage scolaire

Évaluation des types d élèves à risque de décrochage scolaire Évaluation des types d élèves à risque de décrochage scolaire 9e colloque des psychoéducateurs en milieu scolaire UQTR novembre 2006 Pierre Potvin Ph.D. ps.éd. Laurier Fortin Ph.D. U Sherbrooke France

Plus en détail

Trousse de prévention du décrochage scolaire

Trousse de prévention du décrochage scolaire Trousse de prévention du décrochage scolaire Printemps 2004 Transfert de connaissances Connaissances théoriques Étude longitudinale (Fortin, Potvin,Royer, Marcotte) Publications, communications, mémoires

Plus en détail

COMITÉ DE PILOTAGE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Responsables du comité

COMITÉ DE PILOTAGE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Responsables du comité DIRECTION SCIENTIFIQUE Laurier FORTIN, professeur titulaire, Faculté d éducation, membre du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l enfance (GRISE) et titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE DEUXIÈME ÉDITION

GUIDE DE PRÉVENTION DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE DEUXIÈME ÉDITION GUIDE DE PRÉVENTION DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE DEUXIÈME ÉDITION Pierre Potvin Ph. D., Université du Québec à Trois-Rivières (Chercheur au CRIRES) Laurier Fortin Ph. D., Université de Sherbrooke (Chercheur

Plus en détail

Laurier Fortin Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau

Laurier Fortin Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau TM FORMATION PRATIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Intervenir auprès des élèves à risque de décrochage scolaire au secondaire en classe ordinaire

Intervenir auprès des élèves à risque de décrochage scolaire au secondaire en classe ordinaire Intervenir auprès des élèves à risque de décrochage scolaire au secondaire en classe ordinaire Alors qu un élève sur trois quitte l école avant d avoir obtenu son diplôme, les acteurs du milieu de l éducation

Plus en détail

Des outils de soutien à l intervention auprès de jeunes en difficulté

Des outils de soutien à l intervention auprès de jeunes en difficulté Des outils de soutien à l intervention auprès de jeunes en difficulté Pierre Potvin Ph.D. Département de psychoéducation Université du Québec à Trois-Rivières Congrès conjoint Centres Jeunesse - CLSC L

Plus en détail

PROJET DE MENTORAT RAPPORT SYNTHÈSE 2010-2013 ÉVALUATION

PROJET DE MENTORAT RAPPORT SYNTHÈSE 2010-2013 ÉVALUATION ÉVALUATION PIERRE POTVIN PH.D. PS.ÉD. UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES CENTRE DE TRANSFERT POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE DU QUÉBEC CTREQ École secondaire Cavelier-De LaSalle 9199, rue Centrale LaSalle

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION POUR LES ÉLÈVES À RISQUE AU PRIMAIRE

GUIDE DE PRÉVENTION POUR LES ÉLÈVES À RISQUE AU PRIMAIRE GUIDE DE PRÉVENTION POUR LES ÉLÈVES À RISQUE AU PRIMAIRE Pierre Potvin Ph.D. ps.éd. Département de psychoéducation UQTR Jean-René Lapointe M.A. en éducation UQTR 2010 Centre de transfert pour la réussite

Plus en détail

Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet

Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet seaux é r, t e n r, Inte e n o h p ité en é c l a c Té i f f e quelle : x u a i té? c n a so s a l r n pou o i t n e v é pr Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet Ulrich

Plus en détail

SYNTHÈSE DES CONNAISSANCES CONCERNANT L INTERVENTION AUPRÈS DES ÉLÈVES À RISQUE DE DÉCROCHAGE SCOLAIRE À L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE EN CLASSE ORDINAIRE

SYNTHÈSE DES CONNAISSANCES CONCERNANT L INTERVENTION AUPRÈS DES ÉLÈVES À RISQUE DE DÉCROCHAGE SCOLAIRE À L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE EN CLASSE ORDINAIRE SYNTHÈSE DES CONNAISSANCES CONCERNANT L INTERVENTION AUPRÈS DES ÉLÈVES À RISQUE DE DÉCROCHAGE SCOLAIRE À L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE EN CLASSE ORDINAIRE Anne Lessard, Ph.D. Amanda Lopez Martine Poirier,

Plus en détail

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS RÉSUMÉ Ce rapport donne une vue d'ensemble de la violence

Plus en détail

La prévention du décrochage scolaire d élèves du primaire présentant des facteurs de risque familiaux

La prévention du décrochage scolaire d élèves du primaire présentant des facteurs de risque familiaux Joëlle Duval, M.A. Doctorante en psychopédagogie La prévention du décrochage scolaire d élèves du primaire présentant des facteurs de risque familiaux 3 e rencontre scientifique de la Chaire VISAJ 12 avril

Plus en détail

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D.

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. La prévention, un travail d éd équipe : Le programme PEC, une intervention multimodale auprès s d adolescents d en difficulté de comportement et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. Université du Québec

Plus en détail

GUIDE POUR SOUTENIR UNE TRANSITION SCOLAIRE DE QUALITÉ VERS ÉCOLE SECONDAIRE

GUIDE POUR SOUTENIR UNE TRANSITION SCOLAIRE DE QUALITÉ VERS ÉCOLE SECONDAIRE GUIDE POUR SOUTENIR UNE TRANSITION SCOLAIRE DE QUALITÉ VERS LE SECONDAIRE ÉCOLE PRIMAIRE ÉCOLE SECONDAIRE Le contenu de la présente publication a été établi par le Ministère de l Éducation, du Loisir et

Plus en détail

La MRC du Val-Saint-François

La MRC du Val-Saint-François Portrait de l éducation en Estrie 2012-2013 La MRC du Val-Saint-François Remerciements La Table estrienne de concertation interordres en éducation (TECIÉ) remercie tous les partenaires qui ont contribué

Plus en détail

LES CARRIÈRES SCOLAIRES DES JEUNES ISSUS DE L IMMIGRATION À L IMMIGR MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LES CARRIÈRES SCOLAIRES DES JEUNES ISSUS DE L IMMIGRATION À L IMMIGR MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LES CARRIÈRES SCOLAIRES DES JEUNES ISSUS DE L IMMIGRATION À MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Marie Mc Andrew, titulaire Chaire de recherche du Canada sur l Éducation et les rapports ethniques Faculté des

Plus en détail

L intervention multidimensionnelle auprès des élèves présentant un TDAH: impact, conditions d efficacité et défis

L intervention multidimensionnelle auprès des élèves présentant un TDAH: impact, conditions d efficacité et défis L intervention multidimensionnelle auprès des élèves présentant un TDAH: impact, conditions d efficacité et défis Line Massé, Ph.D. Département de psychoéducation, UQTR Catherine Lanaris, Ph.D. Département

Plus en détail

Le CLIPP, le transfert de connaissances et l innovation sociale

Le CLIPP, le transfert de connaissances et l innovation sociale Le CLIPP, le transfert de connaissances et l innovation sociale Gilles Dupuis, Ph.D. PDG du CLIPP Professeur titulaire, département de psychologie, UQAM 2 Plan de la présentation Les OLTIS et l espace

Plus en détail

Coordination et rédaction : Julie Auclair 1

Coordination et rédaction : Julie Auclair 1 Réalisé par ÉCOBES Recherche et transfert du Cégep de Jonquière, en collaboration avec la Direction de la recherche institutionnelle de l Université du Québec, grâce au soutien financier du ministère de

Plus en détail

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean Rencontre régionale de mobilisation, Comité mauricien sur la persévérance et la réussite scolaires, Cap-de-la-Madeleine, 11 novembre 2009 Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple

Plus en détail

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite Élèves sur le chemin de la réussite PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Mieux comprendre notre réalité pour mieux agir auprès de nos jeunes Portrait du territoire de domaine-du-roy SOYONS COMPLICES DE LA RÉUSSITE

Plus en détail

Violence en milieu scolaire: quelques outils de soutien à l intervention

Violence en milieu scolaire: quelques outils de soutien à l intervention Deuxième conférence mondiale sur la violence à l école Recherches, pratiques exemplaires et formation des maîtres Centre des Congrès de Québec Mai, 2003 Violence en milieu scolaire: quelques outils de

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

Mot d'expert. D ailleurs le coaching accompagne, avant tout une

Mot d'expert. D ailleurs le coaching accompagne, avant tout une Le Cabinet «Coach In School» est un cabinet spécialisé en coaching scolaire et des jeunes, crée par des personnes ayant une longue expérience dans le domaine de la formation, de l enseignement, et du coaching.

Plus en détail

Robert Peterson, Direction de santé publique de Lanaudière, 2013 1. Plan de la présentation

Robert Peterson, Direction de santé publique de Lanaudière, 2013 1. Plan de la présentation Plan de la présentation Les meilleures pratiques en prévention des toxicomanies et leurs conditions d efficacité Robert Peterson Geneviève Gagnon Direction de santé publique de Lanaudière 17 mai 2013 1.

Plus en détail

CONTRER LE DÉCROCHAGE À LA FIN DU SECONDAIRE

CONTRER LE DÉCROCHAGE À LA FIN DU SECONDAIRE CONTRER LE DÉCROCHAGE À LA FIN DU SECONDAIRE Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Direction : Liette Picard (Direction des services éducatifs complémentaires et de l intervention en milieu défavorisé)

Plus en détail

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés XXXIXe Colloque Trois-Rivières, 2011 Robert J. Vallerand, Ph.D., FRSC Ariane St-Louis, M.A. Laboratoire de Recherche sur le Comportement

Plus en détail

Attachement et services de garde,

Attachement et services de garde, Attachement et services de garde, l accompagnement des moments de réunion parent-enfant dans un contexte de défavorisation et de vulnérabilité Diane Dubeau, Ph.D. Université du Québec en Outaouais Catherine

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

1. Pourquoi s intéresser à la persévérance? 1 1.1. Situation des carrefours jeunesse-emploi 1 1.2. Situation pour l ensemble du Québec 2 1.2.1.

1. Pourquoi s intéresser à la persévérance? 1 1.1. Situation des carrefours jeunesse-emploi 1 1.2. Situation pour l ensemble du Québec 2 1.2.1. 1. Pourquoi s intéresser à la persévérance? 1 1.1. Situation des carrefours jeunesse-emploi 1 1.2. Situation pour l ensemble du Québec 2 1.2.1. Objectif à atteindre en matière de persévérance au Québec

Plus en détail

des résultats tangibles pour l innovation rapport annuel

des résultats tangibles pour l innovation rapport annuel des résultats tangibles pour l innovation rapport annuel 2007 2008 Stimuler et contribuer à concrétiser l innovation dans le domaine de la réussite éducative, grâce au transfert de la recherche, à l appui

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

ACFAS 2015. Intervention Saguenay Lac-St-Jean

ACFAS 2015. Intervention Saguenay Lac-St-Jean ACFAS 2015 Projet interordres sur l accès et la persévérance aux études supérieures des étudiants de première génération Intervention Saguenay Lac-St-Jean Suivi individualisé des ÉPG selon leur choix

Plus en détail

L'ancrage territorial de la mobilisation pour soutenir la persévérance scolaire : regards croisés France-Québec

L'ancrage territorial de la mobilisation pour soutenir la persévérance scolaire : regards croisés France-Québec L'ancrage territorial de la mobilisation pour soutenir la persévérance scolaire : regards croisés France- Michel Perron, Ph. D. Professeur à l Université du à Chicoutimi (UQAC) et titulaire de la Chaire

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Le développement d. du primaire Ginette Dionne. Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005

Le développement d. du primaire Ginette Dionne. Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005 Le développement d précoce du langage : ce que deux études populationnelles au Québec nous révèlent quant aux causes et aux conséquences sur le comportement, les habiletés s sociales et la réussite scolaire

Plus en détail

Texte 5 Projets d aide à l apprentissage

Texte 5 Projets d aide à l apprentissage Texte 5 Projets d aide à l apprentissage Ce document présente succinctement les différents projets d aide en apprentissage mis en œuvre au cours de l année 2001-2002. Il offre un aperçu de la diversité

Plus en détail

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain.

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain. Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses Benoit Galand Université catholique de Louvain Plan Qu est-ce que le harcèlement à l'école? Quelles sont les

Plus en détail

L IMPACT DES MESURES DE SOUTIEN SUR LA RÉUSSITE SCOLAIRE DES ÉTUDIANTS DYSLEXIQUES DU COLLÉGIAL

L IMPACT DES MESURES DE SOUTIEN SUR LA RÉUSSITE SCOLAIRE DES ÉTUDIANTS DYSLEXIQUES DU COLLÉGIAL Copie de conservation et de diffusion, disponible en format numérique sur le serveur WEB du CDC. URL = http://www.cdc.qc.ca/parea/788483-mimouni-et-al-soutien-dyslexiques-collegial-montmorency-article-parea-3.pdf

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir. Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX comprendre pour agir Docteur Patrick LÉGERON LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1 LA RÉALITÉ ET LES ENJEUX 2 LES MODÈLES THÉORIQUES 3 - LES DÉMARCHES DIAGNOSTIQUES 4 LES ACTIONS DE PRÉVENTION

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337 www.centrecyber-aide.com LE CENTRE CYBER-AIDE Le CENTRE CYBER-AIDE

Plus en détail

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé La stabilisation d un jeune par le logement supervisé Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes Itinérance

Plus en détail

40 ANS À RECONSTRUIRE DES VIES!

40 ANS À RECONSTRUIRE DES VIES! 40 ANS À RECONSTRUIRE DES VIES! RECONSTRUIRE DES VIES Les Auberges du cœur ont vu le jour il y a plus de 40 ans et depuis elles contribuent à reconstruire des vies. Au cours des années, elles ont accueilli

Plus en détail

Promotion de la santé et réussite scolaire au primaire. Cahier du participant

Promotion de la santé et réussite scolaire au primaire. Cahier du participant Promotion de la santé et réussite scolaire au primaire Cahier du participant Activité de formation à l intention des partenaires des milieux scolaire, communautaire et de la santé Octobre 2002 Une réalisation

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

2.01 Alternative Suspension 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C.

2.01 Alternative Suspension 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. 03/01/2009 2.01 Alternative Suspension 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Marie-Ève Masson, Alternative Suspension Québec, Montréal Présenté Jeudi 30 octobre 2008 13h30-14h45, 1 03/01/2009 YMCA

Plus en détail

MEILLEURES PRATIQUES DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SPA :

MEILLEURES PRATIQUES DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SPA : MEILLEURES PRATIQUES DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SPA : Qu est-ce que ça veut dire au juste? Hélène Gagnon, Ph. D., Conseillère scientifique Institut national de santé publique du Québec Sébastien Tessier,

Plus en détail

Parcours de vie et parcours scolaire des jeunes de moins de 18 ans fréquentant un Centre d éducation des adultes

Parcours de vie et parcours scolaire des jeunes de moins de 18 ans fréquentant un Centre d éducation des adultes Parcours de vie et parcours scolaire des jeunes de moins de 18 ans fréquentant un Centre d éducation des adultes Présentation d un projet de recherche en cours de réalisation Par Danielle Maltais, Ph.D.

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE LA COMMUNICATION ET DE PRÉVENTION DES PROBLÈMES DU LANGAGE CHEZ LES ENFANTS DE 0 À 5 ANS MISE À JOUR OCTOBRE 2011

PROGRAMME DE PROMOTION DE LA COMMUNICATION ET DE PRÉVENTION DES PROBLÈMES DU LANGAGE CHEZ LES ENFANTS DE 0 À 5 ANS MISE À JOUR OCTOBRE 2011 PROGRAMME DE PROMOTION DE LA COMMUNICATION ET DE PRÉVENTION DES PROBLÈMES DU LANGAGE CHEZ LES ENFANTS DE 0 À 5 ANS MISE À JOUR OCTOBRE 2011 Édition produite par : L Agence de la santé et des services sociaux

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

GUIDE D INTERVENTION ET D ACTIVITÉS POUR PRÉVENIR L ABANDON SCOLAIRE : LES PETITS PAS. Pierre Potvin Ph.D. ps.éd

GUIDE D INTERVENTION ET D ACTIVITÉS POUR PRÉVENIR L ABANDON SCOLAIRE : LES PETITS PAS. Pierre Potvin Ph.D. ps.éd GUIDE D INTERVENTION ET D ACTIVITÉS POUR PRÉVENIR L ABANDON SCOLAIRE : LES PETITS PAS Pierre Potvin Ph.D. ps.éd Professeur titulaire, associé Département de psychoéducation Université du Québec à Trois-Rivières

Plus en détail

Des ateliers qui aident avec les mains et le cœur

Des ateliers qui aident avec les mains et le cœur Atelier Action Jeunesse T-R. Inc. 3275, Rue Girard Trois-Rivières (Québec) G8t 5a8 Téléphone : (819) 375 1099, Télécopieur : (819) 375 8856 Courriel : aaj@infoteck.qc.ca Des ateliers qui aident avec les

Plus en détail

Philosophie de gestion des ressources humaines

Philosophie de gestion des ressources humaines Philosophie de gestion des ressources humaines En collaboration avec la Direction des services à la clientèle et la Direction des ressources humaines Consultation faite auprès du Comité PDRH et du Comité

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

Le développement des enfants en service de garde éducatif. État des connaissances

Le développement des enfants en service de garde éducatif. État des connaissances Le développement des enfants en service de garde éducatif. État des connaissances Dix ans après la politique familiale, quelle est la place des CPE dans la société QUÉBÉCOISE? Jeudi le 10 mai 2007, 75

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

Les défis grandissants pour la recherche et l intervention en santé et sécurité au travail Gatineau, 19 et 20 juin 2012

Les défis grandissants pour la recherche et l intervention en santé et sécurité au travail Gatineau, 19 et 20 juin 2012 Présentation dans le cadre du colloque sur Les défis grandissants pour la recherche et l intervention en santé et sécurité au travail Gatineau, 19 et 20 juin 2012 Université de Montréal Nathalie Cadieux

Plus en détail

La collaboration parent-école au primaire : le point de vue des parents

La collaboration parent-école au primaire : le point de vue des parents La collaboration parent-école au primaire : le point de vue des parents Par Virginie Nanhou, Hélène Desrosiers et Luc Belleau 1 L ÉLDEQ 1998-2010 en bref Ce fascicule s appuie sur les données de l Étude

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Le projet Un bon départ

Le projet Un bon départ Le projet Un bon départ Une expérience pratique de dépistage dans les milieux préscolaires Caroline Girard, intervenante responsable du projet Communication présentée dans le cadre du 36e congrès annuel

Plus en détail

Quand vient le temps de choisir leur profession, 85 % des jeunes consultent leurs parents. GUIDE FUTÉ POUR PARENTS ENGAGÉS

Quand vient le temps de choisir leur profession, 85 % des jeunes consultent leurs parents. GUIDE FUTÉ POUR PARENTS ENGAGÉS Quand vient le temps de choisir leur profession, 85 % des jeunes consultent leurs parents. GUIDE FUTÉ POUR PARENTS ENGAGÉS COMMENT L AIDER À FAIRE SON CHOIX? Votre jeune doit faire un choix de programme

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement»

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement» GUIDE DE PRATIQUE «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans présentant un retard global de développement» Ce GUIDE DE PRATIQUE (GP) «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans

Plus en détail

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 Projet INSPIRAtion Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 L autisme est un trouble vastement incompris au Québec, entre autres à cause d un manque d expertise dans la province. Parallèlement, le nombre

Plus en détail

Prévenir la délinquance sexuelle juvénile en intervenant auprès des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques

Prévenir la délinquance sexuelle juvénile en intervenant auprès des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques Prévenir la délinquance sexuelle juvénile en intervenant auprès des enfants manifestant des comportements sexuels problématiques Annick St-Amand Professeure régulière, UQTR Centre de recherche JEFAR, U.

Plus en détail

L alliance thérapeutique suite à l application des mesures disciplinaires

L alliance thérapeutique suite à l application des mesures disciplinaires L alliance thérapeutique suite à l application des mesures disciplinaires Vanessa Gatti, B.sc Candidate à la maîtrise Dirigée par Louis-Georges Cournoyer, Ph. D. École de criminologie, Université de Montréal

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant Ellen Moss Nos projets d études Suivi de 20 ans auprès de 200 familles Mesures des caractéristiques familiales, du développement

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la conciliation travail-famille. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi n

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec le citoyen sur le deuxième plan d action gouvernemental pour l égalité entre

Plus en détail

Rencontre avec. Égide ROYER Psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l éducation de l Université Laval

Rencontre avec. Égide ROYER Psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l éducation de l Université Laval Rencontre avec Égide ROYER Psychologue et professeur titulaire en adaptation scolaire à la Faculté des sciences de l éducation de l Université Laval Entrevue réalisée par Nadia DESBIENS Université de Montréal

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Effet de l'exposition au tabagisme intra-utérin sur l engagement scolaire des adolescents

Effet de l'exposition au tabagisme intra-utérin sur l engagement scolaire des adolescents Effet de l'exposition au tabagisme intra-utérin sur l engagement scolaire des adolescents Vachon, P., Veillette, S., Auclair, J., Perron, M., Arbour, N., Laberge, L., Mathieu, J., Leonard, G., Pike, B.G.,

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Comment soutenir les efforts d un patient dans son projet de réinsertion

Comment soutenir les efforts d un patient dans son projet de réinsertion V o l e t r é a d a p t a t i o n e t r é i n s e r t i o n Comment soutenir les efforts d un patient dans son projet de réinsertion Serge Carrier, ps.éd. Jacques Grégoire, éd.spéc. XVII colloque de l

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Formation et perfectionnement Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait de

Plus en détail

Des plans personnalisés de renforcement du comportement 10

Des plans personnalisés de renforcement du comportement 10 Des plans personnalisés de renforcement du comportement 10 «un plan de renforcement du comportement est un document qui a pour but de modifier le comportement des adultes en espérant que si le comportement

Plus en détail

Formation à destination des personnels Et gestionnaires d E.H.P.A.D. PLOUGASTEL-DAOULAS 10 ET 11 JUIN 2013

Formation à destination des personnels Et gestionnaires d E.H.P.A.D. PLOUGASTEL-DAOULAS 10 ET 11 JUIN 2013 Formation à destination des personnels Et gestionnaires d E.H.P.A.D. PLOUGASTEL-DAOULAS 10 ET 11 JUIN 2013 Carpe Diem : un regard différent, une approche différente Janvier 2013 Nicole POIRIER / Eric PIRIOU

Plus en détail

de référen ce Pour agir efficacement sur les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative

de référen ce Pour agir efficacement sur les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative D O CU M E NT de référen ce Pour agir efficacement sur les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative GRAND SOUTIEN Mot de la directrice générale Fruit d un travail acharné et

Plus en détail

Les pratiques de conciliation travail et vie personnelle :

Les pratiques de conciliation travail et vie personnelle : Colloque en assurance collective Les pratiques de conciliation travail et vie personnelle : un outil pour atténuer la détresse psychologique Maude Boulet, Ph.D. Analyste en statistique du travail Institut

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail