DANS LA ROME DES CÉSARS GILLES CHAILLET

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DANS LA ROME DES CÉSARS GILLES CHAILLET"

Transcription

1 PREV EW> DANS LA ROME DES CÉSARS GILLES CHAILLET

2 PREVIEW> DANS LA ROME DES CÉSARS de GILLES CHAILLET Peu de villes, comme Rome, sont à tel point le reflet de la civilisation qui les a vues naître, s épanouir et arriver à maturité. Ses rues, ses places, ses monuments gardent encore aujourd hui les vestiges du faste d un temps où les Romains étaient les maîtres du monde. Une époque où Rome était devenue le paradigme de la ville idéale, admirée, imitée, mais jamais égalée. ROME, VILLE L EMPIRE Le mythe des origines Selon une tradition légendaire, l histoire de la ville de Rome prendrait racine dans la guerre de Troie, ce qui donnerait à ses habitants un arbre généalogique aussi ancien que celui des Grecs. Lors de l incendie de Troie par les Grecs, le prince Énée parvient à s enfuir de la ville, accompagné de son père Anchise, de son fils Ascagne-Iule et d un certain nombre de ses compatriotes. Après avoir pérégriné dans tout le bassin méditerranéen, les Troyens fugitifs arrivent au Latium et font alliance avec le roi de l endroit, Latinus. Cette alliance est scellée par l union d Énée et de la princesse Lavinia, qui donne son nom à la première cité fondée par les Troyens sur le sol italien, Lavinium. Trente ans plus tard, Ascagne, fils d Énée, fonde à son tour une autre ville dans le Latium, Albe-la-Longue, et ses descendants règnent sur cette région pendant quatre siècles. Au VIII e siècle av. J.-C., deux frères ennemis, Numitor et Amulius, se disputent le trône. Amulius chasse Numitor, s empare du pouvoir et, lorsque sa nièce Rhéa Silva, enceinte par les œuvres du dieu Mars, met au monde des jumeaux, il ordonne que les nourrissons Romulus et Remus soient abandonnés dans le lit du fleuve Tibre. Mais, attirée par les vagissements des bébés, une louve les recueille et les nourrit dans la grotte du Lupercal, au pied du Palatin. Parvenus à l âge adulte, Romulus et Remus reviennent à Albe, rétablissent sur le trône leur grand-père Numitor et s en vont fonder une ville en 753 av. J.-C. La légende veut qu ils choisissent pour ce faire le site où la louve les avait nourris. Afin de déterminer l emplacement précis de leur fondation, les jumeaux prennent l avis des dieux par les auspices, mais ils finissent par se quereller pour savoir à qui reviendra l honneur de tracer l enceinte de la nouvelle cité. Considérant que les auspices sont en sa faveur, Romulus détermine le «pomoerium» ou enceinte sacrée : à l aide d une charrue tirée par une vache et un taureau blanc, il trace un sillon en soulevant l attelage à l emplacement des futures portes. Furieux de cette initiative, Remus saute par-dessus le fossé du pomoerium, et, pour punition de cette provocation sacrilège, est tué par son frère. Romulus reste donc seul maître du site de Rome. Il décide alors que la nouvelle ville sera un «asyle», c est-à-dire un refuge pour tous les exilés ou les malfaiteurs chassés de leur patrie. Les premiers habitants auraient donc été des délinquants. Or, l avenir de Rome est tributaire de la naissance d enfants qui assumeront l héritage des fondateurs. Aussi, les compagnons de Romulus enlèvent les filles de leurs voisins Sabins pour en faire leurs épouses, ce qui provoque une guerre entre Romains et Sabins. Le conflit se termine grâce à l intervention des femmes sabines qui s interposent entre leurs pères et leurs maris. Désormais, Romulus partage le pouvoir avec le roi sabin Titus Tatius. Après lui, trois rois latino-sabins se seraient succédés sur le trône de Rome : Numa Pompilius, qui aurait organisé la vie religieuse instituant le culte et fondant les collèges des sacerdoces, et réformé le calendrier en divisant l année en douze mois ; Tullus Hostilius, qui aurait détruit la ville rivale, Albe-la-Longue, ce qui permit d étendre la domination de Rome ; et Ancus Martius, qui aurait entrepris la construction du premier pont sur le Tibre et fondé la colonie d Ostie dans son embouchure, procurant ainsi un débouché maritime à Rome. À la fin du VII e siècle, un émigré appelé Lucumon, originaire de la ville étrusque de Tarquinia, s installe à Rome et est élu roi sous le nom de Tarquin l Ancien, mettant ainsi fin à la royauté latino-sabine et inaugurant une lignée de rois étrusques sous le règne desquels Rome ne cessera de prospérer. 64>

3 IMPÉRIALE INTERVIEW RÉALISÉE PAR RICARDO ALVAREZ Une légende aux fondements historiques avérés S il est vrai que le mythe tient une large place dans les récits consacrés à la fondation de la ville de Rome, ces histoires traduisent d une manière plus ou moins codée des réalités confirmées par des découvertes archéologiques. Au milieu du II e millénaire av. J.-C., grosso modo au moment où la légende situe l occupation du Latium par Énée, des peuples indoeuropéens arrivent en Italie et s installent dans les monts Albains et sur les collines de la future Rome au pied desquelles se trouvent à l époque encore des marécages. Il y aurait eu trois villages sur le Palatin, puis trois sur l Esquilin et enfin un sur le Coelius. Au VII e siècle, ces villages s unissent pour former une coalition. Ce n est pas encore une cité à proprement parler, mais les villages entretiennent entre eux des liens religieux, consacrés par un sacrifice offert en l honneur des Montes. Cette Ligue septimontiale laisse de côté le Capitole, le Quirinal et le Viminal, des Colles occupés sans doute par un autre groupement, les Sabins. Aux VII e -VI e siècles, la péninsule italienne est occupée en partie par un peuple non indo-européen, les Étrusques. Les villages des ligues latines et sabine se trouvent sur le Tibre, tête de pont à proximité de deux grandes villes étrusques, Véies et Fidènes, ce qui donne au site de la future Rome un intérêt stratégique incontestable. C est probablement au VII e siècle que les Étrusques investissent ce site et réunissent les villages des deux ligues en fondant une ville. Ils placent cette cité sous la direction d un lucumon, c est-à-dire un chef, ce que les Romains auraient interprété plus tard comme un nom propre, celui du premier roi étrusque. La ville de Rome est donc une fondation étrusque intégrant des peuples sabino-latins déjà installés sur le site. Les Romains n ont d ailleurs jamais nié la domination étrusque ; ils l ont simplement fait entrer dans le cadre d une ville déjà fondée et constituée, affirmant ainsi leur prééminence vis-à-vis de leurs dominateurs. La royauté La tradition parle de trois rois étrusques : Tarquin l Ancien ( ), Servius Tullius ( ) et Tarquin le Superbe ( ). Pendant les années de leur règne, Rome cesse d être un simple centre agricole et pastoral et devient une ville commerciale et artisanale puissante aux dimensions imposantes, dépassant en extension les principales villes du Latium et de l Étrurie : elle est renforcée par une solide enceinte de murs et s embellit de temples et d édifices publics. 65>

4 PREVIEW> Le cadre primitif de cette Rome royale est constitué par les Gentes, ou clans de tous ceux qui se rattachent à un même ancêtre et ont en commun le sang, le nom, la religion, ainsi que l assistance des clientèles qui dépendent d eux. La société est divisée en deux strates : patriciens, membres des familles les plus riches, et plébéiens qui constituent les couches les plus humbles de la population. Le roi cumule les fonctions judiciaires, religieuses, politiques et militaires, mais une certaine autorité est laissée à deux organes consultatifs : le sénat, formé des chefs des familles les plus importantes, et les comices curiates ou assemblée générale des citoyens ; ces derniers, contrôlés par les patriciens, étaient subdivisés en trente curies regroupées en trois tribus. Postérieurement, Servius Tullius tentera de limiter le pouvoir des patriciens et de favoriser l ascension sociale des nouveaux riches en instituant des comices centuriates, fondées sur la division en centuries selon le cens. La République La royauté étrusque se termine tragiquement, avec le tyran Tarquin le Superbe. Un de ses neveux, en violant Lucrèce, épouse du noble Collatinus, provoque la révolte des Romains : dirigés par Brutus, ils renversent la monarchie et installent une nouvelle forme de gouvernement, la République, en 509 av. J.-C. Le premier siècle de la République romaine est marqué par l affrontement de deux groupes des habitants de Rome : les patriciens et les plébéiens. À l époque, Rome n était pas une cité pourvue d institutions communes à tous ses habitants. Les patriciens détenaient le monopole des magistratures, des pouvoirs militaires, des actes religieux et du sénat ; face à eux se trouvait la plèbe, qui était inorganisée et ne possédait aucun droit. Petit à petit, la plèbe prend conscience de sa capacité politique et des instruments dont elle dispose pour s affirmer. Les patriciens refusant de partager leurs privilèges, les plébéiens se retirent sur le mont Aventin en 494 ou 493 et menacent de se séparer définitivement des patriciens pour fonder leur propre ville. Le consul Ménénius Agrippa les convainc de renoncer à leur projet. En échange, ils obtiennent la création des «tribuns de la plèbe», représentants et défenseurs des plébéiens qui pourront exprimer leur volonté en votant des LA SOCIÉTÉ EST DIVISÉE EN DEUX STRATES : PATRICIENS, MEMBRES DES FAMILLES LES PLUS RICHES, ET PLÉBÉIENS QUI CONSTITUENT LES COUCHES LES PLUS HUMBLES DE LA POPULATION. «plébiscites». Les revendications des plébéiens ne s arrêtent pas là. Les lois étant secrètes et connues uniquement des pontifes et des magistrats patriciens, ils réclament la publication d un code de lois écrites, la loi des Douze Tables. Progressivement, les plébéiens obtiennent également l accès aux charges politiques. Ainsi, Rome progresse d un pouvoir royal unique à un État républicain bâti sur des charges partagées. Par leurs luttes, les plébéiens sont progressivement intégrés dans la cité. Cependant, seule une minorité bénéficie de cette ouverture politique. Le clivage originel patriciens-plébéiens disparaît, mais une nouvelle fissure fait son apparition entre ceux qui détiennent pouvoir et richesse (patriciens et plébéiens aisés) et le reste du peuple romain. À peine consolidée, la jeune république doit aussitôt se défendre contre les attaques de ses voisins et se découvre très vite une vocation expansionniste qui l amènera, en l espace de deux siècles, à dominer toute la péninsule. L ascension politique et militaire de Rome est double. Elle s affirme d abord dans le Latium, puis dans toute la péninsule, contre les Étrusques au nord, contre les Sabelles, les Ombriens, les Samnites, les Campaniens et les villes grecques du sud. Au moment de la chute de la royauté, Rome se trouve à la tête d une ligue de peuples latins. Ces peuples sont environnés d ennemis : les Volsques, établis dans les monts Albains ; les Eques, installés dans la région de Tibur et de Prénestre, et les Sabins, occupant le nord du Latium. Des conflits provoqués par l occupation d un terrain ou par des razzias menées sur les troupeaux ou les biens d un voisin ne cessent de se produire, jusqu à ce que, vers 430, les Latins et les Romains parviennent à contrôler les Volsques et les Eques. Un autre problème de voisinage se pose à Rome par la présence des Étrusques au nord du Tibre, et plus précisément par l existence des villes de Fidènes et de Véies, qui contrôlent le passage du fleuve et contrarient le commerce romain. Rome détruit Fidènes et 425 et, après un difficile siège de dix ans, anéantit Véies en 396, obtenant ainsi le monopole du trafic sur le Tibre. Une fois les adversaires du Nord éliminés, Rome se tourne vers le Sud, où se trouvent les Samnites, puissant peuple du sud des Apennins. Entre 343 et 290, elle livre trois guerres contre les Samnites, qui aboutissent à la formation d un État fédéral romain-latin, contrôlant un vaste territoire où prospèrent de nombreuses colonies. Les victoires sur les Samnites ouvrent la voie vers le Sud de l Italie, la Grande 66>

5 Grèce, qui est absorbée en 272 dans les possessions romaines. Après la prise en 265 de la dernière ville étrusque encore libre, Volsinies, Rome est maîtresse de la péninsule, de l Arno et du Rubicon au nord au détroit de Messine au sud. Souveraine de l Italie, Rome veut maintenant devenir une puissance méditerranéenne. Or la colonie phénicienne de Carthage, fondée à la fin du IX e siècle av. J.-C., contrôle les routes maritimes vers l ouest et détient le monopole incontesté du commerce occidental. La rivalité entre les deux puissances débute en Sicile, où habitent des Grecs qui étaient depuis toujours les adversaires des Carthaginois et qui avaient passé des alliances avec leurs compatriotes du Sud de l Italie, désormais entrés dans l orbite de Rome. Cette situation conduit fatalement à l affrontement. Les guerres puniques dureront plusieurs dizaines d années et verront les Romains et les Carthaginois se battre tant sur mer que sur terre. Au cours de la première guerre punique ( ), sans doute la plus cruelle et la plus violente, a lieu la bataille navale de Myles (260) qui, avec celle des îles Égates en 241, permet aux Romains de conquérir successivement la Sicile, la Sardaigne et la Corse. La deuxième guerre punique ( ) est dominée par la personnalité exceptionnelle d Hannibal. Élevé depuis sa plus tendre enfance dans la haine des Romains, Hannibal attaque la ville espagnole de Sagonte, alliée de Rome, remonte de l Espagne vers la Gaule, franchit les Alpes, débarque à l improviste dans le nord de l Italie, remporte les victoires du Tessin, de Trébie, de Trasimène et, en progressant vers le sud de la péninsule, il pulvérise les forces romaines près de Cannes. Seule l intervention des Scipions, Publius Cornelius l Africain en particulier, détermine un renversement de la situation en faveur de Rome, qui bat Carthage lors de la bataille décisive de Zama en 202. Prétextant un conflit entre les Carthaginois et le roi numide Massinissa, Scipion Émilien, petit-fils du vainqueur de Zama, donne le signal de l ultime conflit. Après un siège atroce, Carthage est prise en 146, incendiée et rasée, et l Afrique devient une province romaine. Par la suite, les Romains se lanceront dans une série d offensives diplomatiques et militaires contre les autres royaumes orientaux (Macédoine, Syrie, Égypte) qui, de 201 à 133 av. J.-C., fera d eux les maîtres de toute la Méditerranée. LA CRISE DE LA RÉPUBLIQUE Rome domine désormais la Méditerranée, mais seule une petite partie de la population (les oligarques) tirent parti de cette situation. La conquête de nouveaux territoires suscite des problèmes agraires, au centre de conflits et de guerres civiles qui entraîneront l effondrement la République. Les terres appartenant à l État romain à la suite des guerres sont accaparées par la noblesse, tandis que les petits propriétaires terriens, retenus pendant de nombreuses années dans les zones des combats, n ont plus les moyens à leur retour au pays de remettre en état leurs terres laissées en friche. Leur situation s aggrave lorsqu ils doivent faire face à la concurrence des produits provenant des territoires conquis. Ils finissent par quitter leurs domaines pour s installer à Rome avec leur famille, grossissant une plèbe urbaine miséreuse. Afin de trouver une solution à cette situation fort préoccupante, le tribun de la plèbe Tiberius Graccus présente en 133 une loi agraire limitant la possession des terres à 125 hectares par citoyen ; ceux qui en détiendraient plus s en verraient dépossédés, et ce surplus serait redistribué 67>

6 PREVIEW> aux citoyens de la plèbe. La loi est votée, mais pendant l été 133 Tiberius et trois cents de ses partisans sont assassinés par les sénateurs. Le flambeau est repris par son frère cadet Caius, élu tribun de la plèbe en 123. Il fait voter une série de lois destinées à réformer les institutions romaines, devenues inadaptées à la taille de l Empire, mais les sénateurs, menacés dans leurs intérêts, s arrangent pour le faire abattre au cours d une émeute. Les lois des Gracques sont rapidement abandonnées, et la noblesse poursuit son enrichissement. Cependant, une nouvelle tendance politique apparaît dans les rangs de la noblesse, celle des Populares, partisans des réformes, face aux Optimates, le clan des sénateurs conservateurs attachés à leurs privilèges. En 112, Rome doit faire face au prince numide Jugurtha. Or, les différents généraux envoyés en Afrique le combattre font preuve d incapacité, lorsqu ils ne se font pas tout bonnement acheter par l ennemi. Les Populares et la plèbe trouvent dans la personne de Marius, militaire incorruptible se réclamant des Gracques, le personnage de la situation. Élu au consulat pour l année 107, il fait voter une réforme militaire révolutionnaire. Il supprime l obligation du cens minimum exigé pour servir dans la légion, ce qui permet aux prolétaires de Rome, jusqu alors écartés du service, de s enrôler. Il constitue ainsi une armée de métier formée par des hommes pour lesquels le service est le seul moyen de vivre. Entièrement dévoués à leurs chefs, ils joueront un rôle décisif dans l accession au pouvoir de Sylla, de Pompée et de César. En 88, Rome se trouve contrainte d entreprendre une expédition militaire contre Mithridate, roi du Pont, qui essaye d affermir sa domination en Orient et fait assassiner tous les commerçants italiens d Asie Mineure. Pour mener cette guerre, le Sénat élit Sylla, adversaire acharné des Populares, mais ceux-ci, par plébiscite, font transférer le pouvoir entre les mains du vieux Marius. Sylla, qui se trouve déjà à Capoue avec ses légions, revient à Rome et pénètre dans la ville à la tête de ses légionnaires. Pour la première fois, un général se permet de bafouer les lois les plus saintes de la cité, suivi sans hésitation par une armée dévouée à son chef. Ensuite il repart pour l Orient, où il va mener ses opérations de 87 à 83. Les partisans de Marius, sous l impulsion du consul Cinna, profiteront de cette absence pour reprendre le pouvoir et massacrer leurs adversaires. Ils monopolisent tous les pouvoirs pendant ces cinq années. Le retour de Sylla en Italie après avoir remporté la guerre contre Mithridate provoque une guerre civile entre les deux camps qui durera près de deux ans. En 82, Sylla met le siège devant Rome et entre pour la deuxième fois dans la cité avec ses troupes. Maître de la situation, il se fait plébisciter comme dictateur pour une durée illimitée, et profite de son pouvoir pour modifier profondément les institutions romaines, en diminuant les pouvoirs du Sénat et des tribuns de la plèbe. Les triumvirats Dans cette situation de crise du régime républicain et d échec des institutions, les forces militaires et les hommes qui les commandent acquièrent un pouvoir grandissant : Pompée, vainqueur de Sertorius, général romain qui avait installé un État indépendant en Espagne, de Mithridate, roi du Pont, et de Tigrane, roi d Arménie ; Crassus, qui était venu à bout de la révolte des gladiateurs menée par le Thrace Spartacus ; et César, d origine patricienne et grand orateur. En 60, les trois hommes constituent un triumvirat afin de s emparer des postes clés de la République et de lutter contre l oligarchie des Optimates. En 59, César obtient un imperium pour cinq ans en Gaule Cisalpine et Transalpine, ce qui lui permet de mener pendant six ans une guerre brillante contre les régions gauloises encore indépendantes. Crassus, qui s est lancé dans une expédition punitive contre les Parthes, meurt dans la défaite de Carrhes où sont anéanties sept légions. Pompée reste seul maître à la capitale et il obtient d être nommé consul unique, ce qui fait de lui une sorte de prince qui dirige Rome de 52 à 49. Pour réduire César, dont la renommée monte d un cran après sa victoire sur Vercingétorix, Pompée fait voter en janvier 49 un sénatus-consulte ordonnant à César de licencier ses troupes et de rentrer à Rome. Loin d obéir, César fait franchir à ses hommes le Rubicon, petit fleuve qui marque la frontière symbolique de l Italie, et livre bataille à Pompée et à ses partisans. Pompée se replie sur la Macédoine, où César le poursuit et le vainc définitivement lors la bataille de Pharsale. Débarrassé de son adversaire, César s emploie à s assurer la domination du monde méditerranéen. Il se fait attribuer tous les pouvoirs. En 48, il reçoit le titre de dictateur constituant pour un an ; en 47, il est élu consul pour cinq ans et, l année suivante, il cumule la dictature et le consulat pour dix ans. Alors qu il vient d être nommé dictateur à vie, il est assassiné aux Ides de Mars 44 (15 mars) par une coalition de républicains désireux de défendre la liberté romaine contre celui qui est devenu un véritable roi. 68>

7 En octobre 43, après des semaines de grande confusion, un nouveau triumvirat prend le pouvoir, formé par Octave, fils adoptif de César, Marc-Antoine, ami du dictateur assassiné, et Lépide, chef de la cavalerie. Les trois hommes fixent les zones d influence de chacun : Octave prend en charge les provinces d Occident, Lépide l Afrique et Marc- Antoine l Orient ; ce dernier s installe en Égypte et devient l amant de la reine Cléopâtre. En 36, Lépide est frappé d une mesure d exil pour avoir prêté main forte au gouverneur de Sicile qui s était constitué un véritable empire maritime et se livrait à des raids de piraterie. Une rivalité s installe entre Octave et Marc-Antoine, chacun rêvant d éliminer l autre pour devenir le seul maître des Romains. En 31, Octave déclare la guerre à la reine d Égypte. Le 2 septembre, les flottes des deux belligérants s affrontent dans le golfe d Ambracie, en Grèce. Le combat, tout d abord incertain, tourne en faveur d Octave. Marc-Antoine capitule et se donne la mort, ainsi que Cléopâtre, à Alexandrie. L empire est désormais entre les mains d un seul homme. L EMPIRE Après sa victoire, et faisant preuve d une habilité extrême, Octave va transformer les institutions romaines pour mettre en place ce que l on appelle le Principat, puis l Empire à partir du II e siècle. Cet homme à la santé fragile gouvernera pendant plus de quarante ans et imposera par la persuasion plus que par la contrainte un nouveau système politique. Il maintient les institutions républicaines (Sénat, magistratures, comices) mais leur enlève une partie de leurs prérogatives. Le prince cumule les fonctions de chef de l exécutif, des armées, des provinces, de la religion, ainsi que celles de tribun de la plèbe, de censeur, de juge suprême et de législateur. Il ne s agit pas à proprement parler d un système monarchique traditionnel, fondé sur le pouvoir arbitraire d un seul homme mais, tout en conservant l appareil républicain, il confisque progressivement tous les pouvoirs. APRÈS SA VICTOIRE, ET FAISANT PREUVE D UNE HABILITÉ EXTRÊME, OCTAVE VA TRANSFORMER LES INSTITUTIONS ROMAINES POUR METTRE EN PLACE CE QUE L ON APPELLE LE PRINCIPAT, PUIS L EMPIRE À PARTIR DU II E SIÈCLE. Ce régime hybride créé par Octave (auquel les sénateurs décernent le surnom d «Auguste») va se maintenir pendant cinq siècles, avec des transformations successives apportées par chaque empereur qui lui succèdera. À la mort d Octave Auguste en août 14, le Sénat nomme prince, Tibère, le successeur qu Auguste s est choisi (il était mort sans descendance directe). Tibère a cinquante-six ans ; il a donc été nourri dans son enfance des principes républicains, ce qui le fait se sentir mal à l aise dans ce nouveau rôle de prince. Les cinq premières années de son règne se passent dans un calme relatif. Mais la mort en 19 de son neveu et héritier Germanicus, qu on l accuse d avoir assassiné, le poussent à quitter Rome pour Capri, laissant l exercice du pouvoir à son ami Séjan. Lorsque son successeur, Caligula, arrive au pouvoir, il jouit d une popularité extraordinaire. Cependant, sept mois après sa nomination, une maladie lui laisse l esprit dérangé : il se transforme en un véritable monstre et finit assassiné en 41 par une conjuration de sénateurs et d officiers de la garde prétorienne. À sa mort, son oncle Claude accède au pouvoir. Il s agit d un bon empereur, qui sait maintenir la tranquillité publique et entreprendre de grandes constructions nécessaires comme celle du nouveau port d Ostie. Mais il est victime de son goût des femmes. Sa quatrième épouse, Messaline, le ridiculise en menant une vie sentimentale agitée et la suivante, Agrippine, finira par l empoisonner après lui avoir fait adopter son fils Néron comme successeur. Néron arrive au pouvoir à dix-sept ans. Il règne dans un premier temps sous la direction de sa mère Agrippine, puis il la fait assassiner et donne libre cours à ses bas instincts. En 68, le peuple se révolte devant ces excès et Néron, déclaré «ennemi public», est contraint de se suicider. Quatre empereurs vont se succéder alors dans le temps record d à peine un an : Galba, Othon, Vitellius et Vespasien, qui fonde une nouvelle dynastie, celle des Flaviens. Vespasien, premier parmi les princes du I er siècle, est un homme d autorité et de bon sens. Il essaye de régler une fois pour toutes le problème de la succession impériale en instituant l hérédité dynastique, mais sans y réussir, car son 69>

8 PREVIEW> fils aîné, Titus, meurt prématurément après deux ans de règne et son cadet, Domitien, personnage brutal et mégalomane à la manière de Néron, est assassiné en 96. Le IIe siècle est marqué par la dynastie des Antonins, d origine espagnole ou gauloise. Nerva (96-98), Trajan (98-117), Hadrien ( ), Antonin le Pieux ( ), Marc-Aurèle ( ) et Commode ( ) se transmettent le pouvoir par adoption, convaincus que seul ce système permet à chaque empereur de choisir pour lui succéder la personne la plus digne de cette charge. Sous les Antonins, Rome traverse une période de tranquillité et de prospérité. Les empereurs gouvernent avec modération, et entretiennent d excellents rapports avec les sénateurs. L Empire connaît un vrai «âge d or». Mais ce n est qu une accalmie passagère avant l orage. À la mort de Commode, assassiné en 92, Rome s enfonce une fois de plus dans des luttes internes. Les différentes légions s opposent pour imposer leur candidat au trône. Il faut plus de quatre ans pour que l un de ces nombreux prétendants y parvienne : Septime Sévère. Né en Afrique, Septime Sévère a pour femme la fille d un grand prêtre syrien. Le nouvel empereur et sa femme vont apporter à Rome une conception orientaliste du pouvoir. Ils introduisent dans le culte officiel leurs pratiques orientales, installant par la même occasion un véritable despotisme impérial. Le Sénat perd la plupart de ses pouvoirs, tandis que l armée gagne en privilèges. Septime Sévère fait doubler sa garde prétorienne et augmente le nombre des légions, instaurant une véritable dictature militaire. L accroissement des forces militaires entraîne de nouvelles dépenses, doublant la pression fiscale sur les citoyens. 70>

o Thermes de Caracalla

o Thermes de Caracalla Jour 2 : Cœur historique Rome antique o Thermes de Caracalla Combien de personnes pouvaient accueillir les thermes? Sous quel empereur se fait l inauguration du monument? En quelle année? De construction

Plus en détail

Document 4 page 49. - Comment s'appelle le territoire de la cité d'athènes? - De quoi se compose son territoire?

Document 4 page 49. - Comment s'appelle le territoire de la cité d'athènes? - De quoi se compose son territoire? Document 4 page 49. - Comment s'appelle le territoire de la cité d'athènes? - De quoi se compose son territoire? - Comment s'appelle le territoire de la cité d'athènes? Il s'agit de l'attique. - De quoi

Plus en détail

leçon n 5 : " Rome, des origines à la fin de la république : fondation, organisation politique, conquêtes".

leçon n 5 :  Rome, des origines à la fin de la république : fondation, organisation politique, conquêtes. leçon n 5 : " Rome, des origines à la fin de la république : fondation, organisation politique, conquêtes". Introduction : La ville de Rome fut fondée au VIIème siècle A.J.C. Petite ville étrusque au début,

Plus en détail

LA CITÉ DES ATHÉNIENS

LA CITÉ DES ATHÉNIENS Leçon 2: Athéna et Héraclès vers 450 av. J.-C. Vase à figures rouges LA CITÉ DES ATHÉNIENS MES OBJECTIFS POUR CETTE LEÇON: Je connais Un homme et son époque : Périclès (Ve siècle av. J.-C.) la localisation

Plus en détail

La cité des Athéniens au Ve siècle avant J.-C.

La cité des Athéniens au Ve siècle avant J.-C. La cité des Athéniens au Ve siècle avant J.-C. Au Ve siècle avant J.-C., la cité d'athènes est l'une des plus puissantes du monde grec. Suite aux victoires qu'elle remporte sur les Perses durant les guerres

Plus en détail

LES JEUX TRADITIONNELS

LES JEUX TRADITIONNELS LES JEUX TRADITIONNELS Dossier EPS Commission UGSEL de la Mayenne 1 er degré 2009 Sommaire La thèque mini handball p 3 1) Travail en ateliers p 4 Atelier 1 : Lancer avec précision sur des cibles verticales

Plus en détail

Examen : Bac Pro. Epreuve : Histoire I. ANALYSE DU SUJET II. REPONSES AUX QUESTIONS. Consultez aussi le sujet de l épreuve sur France-examen.

Examen : Bac Pro. Epreuve : Histoire I. ANALYSE DU SUJET II. REPONSES AUX QUESTIONS. Consultez aussi le sujet de l épreuve sur France-examen. I. ANALYSE DU SUJET Le sujet proposé correspond à la première partie du programme, «L'évolution des rapports de puissance dans le monde depuis le milieu du XIX e siècle». Les documents comme les réponses

Plus en détail

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL Réaffirmant notre attachement à la troisième République du Mali ; Réaffirmant également notre

Plus en détail

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon. A l occasion de la cérémonie en mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon. A l occasion de la cérémonie en mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001 Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion de la cérémonie en mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001 Monument des Droits de L Homme Parc de la Tête d Or, Lyon

Plus en détail

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE.

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. Jean Claude BOUAL Secrétaire général adjoint EGALE Les deux concepts de laïcité et de service public ont été forgés à la même époque, la fin du 19ème siècle et

Plus en détail

OBSEQUES de Marcel DEBOUDT

OBSEQUES de Marcel DEBOUDT OBSEQUES de Marcel DEBOUDT Lundi 7 septembre 2009 Au moment où nous sommes rassemblés, une dernière fois, autour de Marcel, sa famille, ses amis, celles et ceux qui l ont connu, je suis certain d une chose

Plus en détail

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : rappels sur la démographie Démographie : étude des populations et de leurs dynamiques (à partir de caractéristiques

Plus en détail

Rome : des origines à la fin de la République

Rome : des origines à la fin de la République HISTOIRE PARTIE 3 - Thème 1 Rome : des origines à la fin de la République I - PROGRAMME ET ÉCLAIRAGE SUR LE CHAPITRE ❶ Le programme (extrait du texte officiel) VI. L Empire : l empereur, la ville, la romanisation

Plus en détail

VIVE LE MARXISME-LÉNINISME-MAOÏSME! VIVE LA GUERRE POPULAIRE!

VIVE LE MARXISME-LÉNINISME-MAOÏSME! VIVE LA GUERRE POPULAIRE! VIVE LE MARXISME-LÉNINISME-MAOÏSME! VIVE LA GUERRE POPULAIRE! Young Lords Party Position sur les femmes 1973 Les femmes portoricaines, les femmes noires, et en général les femmes du Tiers monde (les femmes

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

Une mission humanitaire à Madagascar

Une mission humanitaire à Madagascar Une mission humanitaire à Madagascar Interview d un jeune étudiant parti en mission à Madagascar A l occasion de la course contre la faim, nous avons correspondu avec un jeune homme de 23 ans qui a accepté

Plus en détail

Règlement Football Les lois du jeu 2013/2014

Règlement Football Les lois du jeu 2013/2014 Règlement Football Les lois du jeu 2013/2014 Loi n 1 : Le terrain de jeu Le terrain de jeu doit être rectangulaire. Les deux lignes de démarcation les plus longues sont appelées lignes de touche (elles

Plus en détail

Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili

Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili Constitution tunisienne La loi constitutionnelle n 2002-51 du 1 er juin 2002 ajoute notamment à l article 5 de la Constitution

Plus en détail

Séquence 4 : «De Massalia à Massilia : la ville romaine»

Séquence 4 : «De Massalia à Massilia : la ville romaine» Le navire romain de la Bourse, fin du II ème siècle après J.-C., Musée d'histoire de Marseille, photo W. Govaert Séquence 4 : «De Massalia à Massilia : la ville romaine» Massalia est conquise par Trébonius,

Plus en détail

L'EUROPE DANS LE MONDE AU XVIIIème SIECLE

L'EUROPE DANS LE MONDE AU XVIIIème SIECLE CHAPITRE 1 : Histoire L'EUROPE DANS LE MONDE AU XVIIIème SIECLE Introduction : Vue du port de La Rochelle, prise de la petite Rive : Huile sur toile de Joseph Vernet, 165x263cm, 1762, Musée national de

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES Bilan synthèse : Pays GABON Plan : Introduction I- Situation du pays II- Nouvelles orientations III-

Plus en détail

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE III (HISTOIRE) : ROME CHAP II : L EMPIRE ROMAIN FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON Comment les empereurs ont-ils assuré-ils la stabilité et la paix de l Empire romain? Comment le modèle romain s

Plus en détail

Le canal de Suez, manifestation de la puissance technologique et géopolitique de l Europe industrielle

Le canal de Suez, manifestation de la puissance technologique et géopolitique de l Europe industrielle Le canal de Suez, manifestation de la puissance technologique et géopolitique de l Europe industrielle (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT) Le canal de Suez : historique Le canal de Suez

Plus en détail

Etre citoyen à Athènes au V ème siècle av.j.c.

Etre citoyen à Athènes au V ème siècle av.j.c. Etre citoyen à Athènes au V ème siècle av.j.c. Etre citoyen, c est avoir un statut juridique. C est être majeur et avoir la nationalité du pays concerné. Ce statut lui donne des droits, mais aussi des

Plus en détail

LES CONFLITS DU PROCHE ET MOYEN-ORIENT (1)

LES CONFLITS DU PROCHE ET MOYEN-ORIENT (1) LES CONFLITS DU PROCHE ET MOYEN-ORIENT (1) Des ressources rares et disputées * une eau rare dans une région aride * Israël (contrôle des eaux du Jourdain) vs Syrie (perte du plateau du Golan) et Jordanie

Plus en détail

L essentiel de cette étude se fera à l aide du fichier pluridisciplinaire de la transat Jacques Vabre.

L essentiel de cette étude se fera à l aide du fichier pluridisciplinaire de la transat Jacques Vabre. Produire en France Quatre types d espaces d activités : une zone industrialoportuaire, un centre tertiaire, un espace agricole et une zone de tourisme. Dans le cadre de l approche du développement durable

Plus en détail

Les partis. retour. Quote-Part du vote 2003. Sièges 1999. Sièges 2003. du vote 1999 31,2 % 42 37,9 % 52

Les partis. retour. Quote-Part du vote 2003. Sièges 1999. Sièges 2003. du vote 1999 31,2 % 42 37,9 % 52 Les partis Parti Partit dels Socialistes de Catalunya PSC-PSOE (division catalane des socialistes espagnols (PSOE), social-démocrate) Convergència i Unió CiU (convergence et union, alliance des partis

Plus en détail

Rapport de la Médiatrice 2006. Bureau international du Travail Genève

Rapport de la Médiatrice 2006. Bureau international du Travail Genève Rapport de la Médiatrice 2006 Bureau international du Travail Genève Rapport de la médiatrice (1 er janvier 31 décembre 2006) L actuelle médiatrice a d abord été nommée à titre intérimaire (pour la période

Plus en détail

GEOGRAPHIE Thème 1, question 2, cours 2 La place et le rôle des régions en France et dans un autre pays européen (les Länder en Allemagne).

GEOGRAPHIE Thème 1, question 2, cours 2 La place et le rôle des régions en France et dans un autre pays européen (les Länder en Allemagne). GEOGRAPHIE Thème 1, question 2, cours 2 La place et le rôle des régions en France et dans un autre pays européen (les Länder en Allemagne). I. La place des régions en France et en Allemagne 1. Un système

Plus en détail

I- L Europe et le monde au XVIIIe siècle

I- L Europe et le monde au XVIIIe siècle Nouveaux programmes de Quatrième Histoire I- L Europe et le monde au XVIIIe siècle Thème 4 : Les difficultés de la monarchie sous Louis XVI Laurence PIERRE Collège Jean Lartaut, Jarnac Thème 4 : Les difficultés

Plus en détail

CÉDRIC FERRIER. L INDE DES GUPTA (IV e -VI e SIÈCLE)

CÉDRIC FERRIER. L INDE DES GUPTA (IV e -VI e SIÈCLE) CÉDRIC FERRIER L INDE DES GUPTA (IV e -VI e SIÈCLE) PARIS LES BELLES LETTRES 2015 Introduction L Inde ancienne a connu plusieurs empires mais un seul symbolise ont dominé l Inde du Nord des rives de l

Plus en détail

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille)

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille) Réponses de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l Homme Algérie au rapport du secrétaire général de l Assemblée générale des Nations Unies concernant «le suivi

Plus en détail

LES DIFFICULTES DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (1774-1792)

LES DIFFICULTES DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (1774-1792) CHAPITRE 8 : Histoire LES DIFFICULTES DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (1774-1792) Introduction : Dans la seconde moitié du XVIII ème siècle, la monarchie française connaît des difficultés face à la crise

Plus en détail

Contenu d entraînement 5

Contenu d entraînement 5 Entraînement technico-tactique : 2. Jeux variés sur surface moyenne 1. Jeu 7:7 (8:8) pour améliorer le mouvement et le jeu de position 2 équipes de 7 joueurs et 4 remiseurs neutres dans les carrés. Surfaces

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

2ème partie: L Allemagne nazie

2ème partie: L Allemagne nazie 2ème partie: L Allemagne nazie 1.De la République de Weimar à la dictature nazie: A.la République de Weimar: A. p 64 et doc 3 p 65 La République de Weimar: Que peut faire le Parlement au chancelier (=1er

Plus en détail

Le conflit israélo-arabe (de 1948 à nos jours)

Le conflit israélo-arabe (de 1948 à nos jours) ( Di Lella-Marconi- Moualkia) Le conflit israélo-arabe (de 1948 à nos jours) La première guerre israélo-arabe (1948) Depuis la fin du XIXe siècle, un mouvement appelé "sionisme" milite pour la création

Plus en détail

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Cette nouvelle édition de CAP MATHS CP reste fidèle aux choix de la première édition. Ses fondements reposent toujours : Sur les recommandations des

Plus en détail

ORDONNANCE RELATIVE AU TRAITEMENT DES MINISTRES ORDONNÉS DE L ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC 2011

ORDONNANCE RELATIVE AU TRAITEMENT DES MINISTRES ORDONNÉS DE L ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC 2011 ORDONNANCE RELATIVE AU TRAITEMENT DES MINISTRES ORDONNÉS DE L ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC 2011 SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1.1.00 ENTRÉE EN VIGUEUR, DURÉE ET INTERPRÉTATION 1.1.01 La présente ordonnance

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

Note au moins 7 différences ci-dessous :

Note au moins 7 différences ci-dessous : Thème 1 : L Europe et le monde au XVIIIe siècle Chapitre n 1 : L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle Livret de travail de : Nom :.. Prénom :. Classe : 4 e Notes : Devoirs :. /3 Soin :. /2 Livret

Plus en détail

La presse. Le pouvoir de la presse

La presse. Le pouvoir de la presse La presse Le pouvoir de la presse Monsieur Smith au Sénat de Frank Capra est avant tout un film qui dénonce le pouvoir de la presse et de ceux qui la contrôlent. Mêlant hommes d affaires véreux, corruption

Plus en détail

Un gladiateur professionnel des jeux. Un légionnaire romain. Une matrone romaine. Un homme libre habitant Rome. du cirque à Rome

Un gladiateur professionnel des jeux. Un légionnaire romain. Une matrone romaine. Un homme libre habitant Rome. du cirque à Rome Un légionnaire romain Un homme libre habitant Rome Un prisonnier de guerre devenu gladiateur à Lugdunum Un homme libre habitant Massilia (Marseille) Un esclave appartenant à un homme libre de Lugdunum

Plus en détail

Table des matières. 1. Introduction Pourquoi organiser des élections dans les écoles? 2. Les étapes. 3. Documents utiles

Table des matières. 1. Introduction Pourquoi organiser des élections dans les écoles? 2. Les étapes. 3. Documents utiles Des fausses élections dans ton école : L avenir nous appartient! 1 Table des matières 1. Introduction Pourquoi organiser des élections dans les écoles? a. Si tu ne t'occupes pas de la politique, la politique

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Installation d un moulin multifonctionnel dans le village de Monzonblena» Village de Monzonblena Carte du Mali Localisation: Début du projet : Mi-novembre 2008 Durée du projet : Objectif

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

ECN 1350, 2.1 Économies d échelle militaires

ECN 1350, 2.1 Économies d échelle militaires I ECN 1350, 2.1 Économies d échelle militaires Dans une bataille, si l armée la plus grande subit moins de pertes que l armée la plus petite, toutes choses étant égales par ailleurs, il y a des économies

Plus en détail

Exemple historique qui illustre notre méthode : Charles De Gaulle.

Exemple historique qui illustre notre méthode : Charles De Gaulle. Exemple historique qui illustre notre méthode : Charles De Gaulle. Nous allons maintenant dresser les thèmes progressés, selon le principe des directions primaires : 4 mn =un an. 1heure = 15 ans, nous

Plus en détail

N 21 Juin 2014. «La maison louée pour servir de centre» «Avec une petite cabane en bois»

N 21 Juin 2014. «La maison louée pour servir de centre» «Avec une petite cabane en bois» APAEA JJOURNAL DES ACTIIVIITES DU CENTRE SOCIIAL APAEA MADAGASCAR N 21 Juin 2014 LES ACTIVITES DU CENTRE SOCIAL APAEA PENDANT SES QUINZE ANNEES D EXISTENCE Dans un an c'est-à-dire en 2015, les activités

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 Avant de traiter de la mise en œuvre d une politique de stationnement, il s

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE LA JUSTICE LOI TYPE SUR L ENTRAIDE EN MATIÈRE PÉNALE

RÉUNION DES MINISTRES DE LA JUSTICE LOI TYPE SUR L ENTRAIDE EN MATIÈRE PÉNALE RÉUNION DES MINISTRES DE LA JUSTICE DES AMÉRIQUES Troisième Réunion des autorités centrales et d autres experts sur l entraide en matière pénale et l extradition 12-14 septembre 2007 Bogota, Colombie.

Plus en détail

L agriculture familiale :

L agriculture familiale : MADAGASCAR Année Internationale de l Agriculture Familiale (AIAF) 2014 et Journée Mondiale de l Alimentation (JMA) 2014 L agriculture familiale : une chance pour la planète et pour Madagascar Sécurité

Plus en détail

Chronique de l Abbaye de Tamié Janvier 2015

Chronique de l Abbaye de Tamié Janvier 2015 Chronique de l Abbaye de Tamié Janvier 2015 Jeudi 1 : 30 cm de neige agrémentent le premier jour de l année, au moins pour ceux qui ont un toit et qui peuvent se chauffer. Samedi 3 : Anna Majewska nous

Plus en détail

Productivité Portrait de la situation au Canada et implications pour le cadre stratégique.

Productivité Portrait de la situation au Canada et implications pour le cadre stratégique. Productivité Portrait de la situation au et implications pour le cadre stratégique. Direction des politiques économique et fiscale Novembre 2010 Aperçu de la présentation Tendances récentes et contexte

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. La crise religieuse du XVIe siècle

Histoire. Chapitre n. La crise religieuse du XVIe siècle Histoire Chapitre n. La crise religieuse du XVIe siècle Ce tableau comporte plusieurs allusions aux bouleversements religieux qui marquent le XVIe siècle. Un crucifix Et cette tâche? Un livre de chants

Plus en détail

Un Projet: Le Vieux- Port de Montréal, le reflet des désirs des citoyens

Un Projet: Le Vieux- Port de Montréal, le reflet des désirs des citoyens Un Projet: Le Vieux- Port de Montréal, le reflet des désirs des citoyens Situation des ports dans le monde D autres facteurs ont joué un rôle derterminant dans le déménagement des activités portuaires

Plus en détail

ontribution méthodologique à l évaluation économique d itinéraires techniques sur

ontribution méthodologique à l évaluation économique d itinéraires techniques sur C Ludovic Temple C i r a d Département des productions fruitières et horticoles TA 50/PS4, bld. De la Lironde, 34398 Montpellier Cedex 5 ontribution méthodologique à l évaluation économique d itinéraires

Plus en détail

LES EXPERTS JUDICIAIRES

LES EXPERTS JUDICIAIRES LES EXPERTS JUDICIAIRES Art. 1 Seules les personnes physiques peuvent être agréées en qualité d expert judiciaire par l Institut des Experts Judiciaires (IEJ). Art. 2 Seules les personnes physiques qui

Plus en détail

CONTRACEPTION IST RELATIONS FILLES-GARÇONS

CONTRACEPTION IST RELATIONS FILLES-GARÇONS CONTRACEPTION IST RELATIONS FILLES-GARÇONS ObjectifS DU JEU Objectif général : le jeu «RELATIONS ET PRÉVENTIONS» permet d aborder sous forme ludique trois thèmes de santé : - La contraception - Les Infections

Plus en détail

Belote Contrée - Le réglement officiel...

Belote Contrée - Le réglement officiel... Belote Contrée - Le réglement officiel... Des mêmes auteurs REGLES ELEMENTAIRES DU JEU DE BELOTE TRADITIONNELLE A 4 JOUEURS Le jeu est composé de 32 cartes de 4 couleurs (Pique, Trèfle, Cœur, Carreau),

Plus en détail

CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français

CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français Le Point de contact national (PCN) pour la mise en œuvre des Principes directeurs de l OCDE

Plus en détail

1 Remesr danr l ordre chronologiqte les étapes de l ensre-guerre en Allemagne. 2 Place les bonnes légendes en dessous des photos suivantes.

1 Remesr danr l ordre chronologiqte les étapes de l ensre-guerre en Allemagne. 2 Place les bonnes légendes en dessous des photos suivantes. Séance 1 : Les débuts du conflit. 1 Remesr danr l ordre chronologiqte les étapes de l ensre-guerre en Allemagne. Le traité de Versailles signé en 1919 considère l Allemagne comme le principal responsable

Plus en détail

Marie Desmares. Iconographie du template L arrivée de Christophe Colomb www.fr.academic.ru Christophe Colomb par Ghirlandaio www.larousse.

Marie Desmares. Iconographie du template L arrivée de Christophe Colomb www.fr.academic.ru Christophe Colomb par Ghirlandaio www.larousse. Iconographie du template L arrivée de Christophe Colomb www.fr.academic.ru Christophe Colomb par Ghirlandaio www.larousse.fr Poursuivons l étude du tableau d Holbein Les ambassadeurs Jean de Dinteville

Plus en détail

MODELE DE REGLEMENT PARTICULIER POUR UNE EPREUVE INTERNATIONALE PAR ETAPES

MODELE DE REGLEMENT PARTICULIER POUR UNE EPREUVE INTERNATIONALE PAR ETAPES MODELE DE REGLEMENT PARTICULIER POUR UNE EPREUVE INTERNATIONALE PAR ETAPES Article 1 Organisation L épreuve (nom de l épreuve) est organisée par (nom adresse - code société de l entité organisatrice) sous

Plus en détail

LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE. 1987-2003 : vers l allègement du contrôle par la puissance publique

LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE. 1987-2003 : vers l allègement du contrôle par la puissance publique XXème COLLOQUE DE L ADDES 10 mars 2009 LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE Odile de Laurens, responsable de l Observatoire de la Fondation de France. Janvier 2009 La lecture des différents

Plus en détail

Site-Mémorial du Camp des Milles

Site-Mémorial du Camp des Milles Site-Mémorial du Camp des Milles Un parcours spécifique pour les 9-12 ans «Comprendre pour agir» Le service éducatif de la Fondation du Camp des Milles Mémoire et Éducation, propose un contenu muséographique

Plus en détail

Du 30 avril au 5 mai 2012. Accompagnateur sprirituel : Mgr Denis Lecompte, prélat de sa Sainteté.

Du 30 avril au 5 mai 2012. Accompagnateur sprirituel : Mgr Denis Lecompte, prélat de sa Sainteté. PELERINAGE A ROME Du 30 avril au 5 mai 2012 «Au cœur de l Eglise, Célébrons le 50 ème anniversaire de Vatican II» Accompagnateur sprirituel : Mgr Denis Lecompte, prélat de sa Sainteté. Auprès des apôtres

Plus en détail

PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011

PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011 PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011 INTRODUCTION (2 heures) PARTIE 1 1914/1945 : GUERRES-DEMOCRATIE-TOTALITARISMES (20 heures + 3) Hist 1. La 1 ère Guerre Mondiale et ses conséquences

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur Appel à projet 2016 1. Un contrat de ville nouvelle génération La loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014 a fixé les principes suivants pour le nouveau contrat de ville

Plus en détail

Observations Séminaires Paris-Bucarest (septembre 2003-janvier 2004) Questionnement et perspectives d études

Observations Séminaires Paris-Bucarest (septembre 2003-janvier 2004) Questionnement et perspectives d études Observations Séminaires Paris-Bucarest (septembre 2003-janvier 2004) Questionnement et perspectives d études Angélina Etiemble Sociologue et ethnologue Nous pouvons résumer la teneur des échanges du séminaire

Plus en détail

Entente mutuelle. Chapitre 12

Entente mutuelle. Chapitre 12 Chapitre 12 Entente mutuelle S adapter l un à l autre Dans bien des familles on ne trouve pas cette politesse chrétienne, cette vraie courtoisie, cette déférence et ce respect mutuels qui contribuent à

Plus en détail

Dossier de presse. Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais

Dossier de presse. Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais Dossier de presse Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais Contacts presse : Direction régionale des affaires culturelles - Laurent Barrois - 03 28 36 62 35 / 06 87 39 95 56 laurent.barrois@culture.gouv.fr

Plus en détail

Adapter la stratégie de développement durable du gouvernement québécois à la réalité montréalaise

Adapter la stratégie de développement durable du gouvernement québécois à la réalité montréalaise Adapter la stratégie de développement durable du gouvernement québécois à la réalité montréalaise Mémoire soumis par le Et présenté à la Commission des transports et de l environnement À l égard du projet

Plus en détail

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=-

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- I BASES REGLEMENTAIRES Le plan de cohésion sociale (programmes 15 et 16) et la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion

Plus en détail

Athlétisme Canada Politique du Programme d aide aux athlètes (PAA) 2015-2016 Profil paralympique

Athlétisme Canada Politique du Programme d aide aux athlètes (PAA) 2015-2016 Profil paralympique Athlétisme Canada Politique du Programme d aide aux athlètes (PAA) 2015-2016 Profil paralympique 1. Description générale du programme et objectif Le programme d aide aux athlètes (PAA) est un programme

Plus en détail

Si vous êtes mariés, vous pouvez opter entre la séparation de fait, la séparation de corps ou le divorce.

Si vous êtes mariés, vous pouvez opter entre la séparation de fait, la séparation de corps ou le divorce. LA RUPTURE À L AMIABLE La RUPTURE à l amiable Décider de mettre fin à une union n est jamais facile. Souvent, le choix final ne s impose qu après une longue période de déchirement, de remise en question

Plus en détail

Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Les difficultés relatives à la gestion de l organisation citées par les enseignants

Plus en détail

Annexe 1 - Mode de détermination des bases et des taux d imposition

Annexe 1 - Mode de détermination des bases et des taux d imposition Annexe 1 - Mode de détermination des bases et des taux d imposition A- Détermination des bases d imposition Pour plus de détails, voir «l Inventaire général des impôts locaux» et «Le guide budgétaire communal,

Plus en détail

Article. Un recensement de la population fondé sur l utilisation d un registre de données administratives. par Carlos Ballano

Article. Un recensement de la population fondé sur l utilisation d un registre de données administratives. par Carlos Ballano Composante du produit n o 11-522-X au catalogue de Statistique Canada La série des symposiums internationaux de Statistique Canada : recueil Article Symposium 2008 : Collecte des données : défis, réalisations

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR Les ateliers d Éducaloi Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR conflit, notre 3e secondaire Guide de l'enseignant La présentation de l atelier Ce qu il faut savoir En résumé : La voie des tribunaux

Plus en détail

Ce texte découle d une présentation réalisée lors

Ce texte découle d une présentation réalisée lors Pour en savoir plus FINANCEMENT PUBLIC ET ÉCONOMIE SOCIALE. L EXPÉRIENCE D INVESTISSEMENT QUÉBEC Claude Carbonneau Vice-président aux coopératives et aux autres entreprises de l économie sociale Investissement

Plus en détail

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1 GRECE Les dépenses de protection sociale en Grèce représentent 24,5% du PIB. Le système grec est de logique bismarckienne, mais évolue depuis 1980 avec la mise en place d un service national de santé,

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL L'an deux mille quinze, le 27 novembre à 19h00, le Conseil Municipal, dûment convoqué le 20 novembre 2015, s'est réuni en session ordinaire sous la présidence de Monsieur

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 21 JANVIER RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 21 JANVIER RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2010/E1/014 ASSEMBLEE DE CORSE 1 ERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010 21 JANVIER RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : CONVENTION DE PARTENARIAT

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail

Le dossier coup de gueule. «J en ai pour 2 minutes!» Le Mag n 31 - Décembre 2005 25

Le dossier coup de gueule. «J en ai pour 2 minutes!» Le Mag n 31 - Décembre 2005 25 Le dossier coup de gueule «J en ai pour 2 minutes!» Le Mag n 31 - Décembre 2005 25 Nous voici donc entrés s dans le monde maléfique du «J en ai pour 2 minutes»,, monde secret connu de nombreuses personnes,

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

MÉDITATION. Lire à l envers Mon culte personnel était monotone et frustrant, jusqu à ce que. Gina Wahlen

MÉDITATION. Lire à l envers Mon culte personnel était monotone et frustrant, jusqu à ce que. Gina Wahlen MÉDITATION Lire à l envers Mon culte personnel était monotone et frustrant, jusqu à ce que Gina Wahlen Il n est pas toujours facile de chercher un bon plan de culte personnel. Chaque année, on publie d

Plus en détail

REGLEMENT SPECIFIQUE FUTSAL

REGLEMENT SPECIFIQUE FUTSAL REGLEMENT SPECIFIQUE FUTSAL TERRAIN DE JEU Terrain de Hand-ball (intérieur ou extérieur). Longueur 38 mètres minimum/ 42 mètres maximum. Largeur 18 mètres minimum/ 22 mètres maximum. Ballon spécifique

Plus en détail

PLAN DE PARTENARIAT. 35 e COLLOQUE ANNUEL DE L ASSOCIATION DES ARCHE OLOGUES DU QUE BEC. 28 AVRIL AU 1 er MAI 2016 VILLE DE MONTMAGNY

PLAN DE PARTENARIAT. 35 e COLLOQUE ANNUEL DE L ASSOCIATION DES ARCHE OLOGUES DU QUE BEC. 28 AVRIL AU 1 er MAI 2016 VILLE DE MONTMAGNY PLAN DE PARTENARIAT 35 e COLLOQUE ANNUEL DE L ASSOCIATION DES ARCHE OLOGUES DU QUE BEC 28 AVRIL AU 1 er MAI 2016 VILLE DE MONTMAGNY MISE EN CONTEXTE Animée par les forces vives de professionnels et d étudiants

Plus en détail

L histoire de Monet Auteur inconnu

L histoire de Monet Auteur inconnu Compréhension de lecture Andrée Otte L histoire de Monet Auteur inconnu Claude Monet est né à Paris le 14 novembre 1840. Il est le fils aîné d un épicier. Très tôt, Monet décide de devenir peintre mais

Plus en détail

L Union européenne face à ses (urgents) défis. Le projet européen en danger? Vincent Dujardin

L Union européenne face à ses (urgents) défis. Le projet européen en danger? Vincent Dujardin L Union européenne face à ses (urgents) défis. Le projet européen en danger? Vincent Dujardin Charleroi 7 avril 2016 Les défis de l Union en 2016? Ukraine et referendum néerlandais Grèce/ solidarité-subsidiarité/

Plus en détail

Pour un tout-petit être accueilli par quelqu un d autre que son papa et sa maman est une grande aventure.

Pour un tout-petit être accueilli par quelqu un d autre que son papa et sa maman est une grande aventure. Pour un tout-petit être accueilli par quelqu un d autre que son papa et sa maman est une grande aventure. C est faire l expérience quelques fois d une première séparation, c est faire connaissance avec

Plus en détail

FICHE D INFORMATION REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO. Le système statistique national

FICHE D INFORMATION REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO. Le système statistique national FICHE D INFORMATION REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Cadre institutionnel Nature et composition du système Le système statistique national A l image du pays tout entier, le système statistique national

Plus en détail

La légende de Romulus et Rémus

La légende de Romulus et Rémus La légende de Romulus et Rémus Selon la légende, la ville de Rome a été fondée le 21 avril 753 av. J.-C. par deux jumeaux, Romulus et Remus. Le dieu Mars et Rhéa Silvia sont leurs parents. Afin d éviter

Plus en détail

Naissance et développement du royaume de France

Naissance et développement du royaume de France Naissance et développement du royaume de France 476 1000 MOYEN AGE Mérovingiens Carolingiens Capétiens 481-511 768-814 987-996 Valois (Capétiens indirects) 476 Chute de l Empire Romain en Occident 496

Plus en détail

POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE?

POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE? PAGE 1 POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE? Le particulier, séduit par l idée, le savoir-faire et le sérieux d une entreprise, ne trouve généralement pas un cadre structuré assurant, d une part,

Plus en détail