Chapitre trois : les fonctions de l entreprise

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre trois : les fonctions de l entreprise"

Transcription

1 Chapitre trois : les fonctions de l entreprise Ici les fonctions désignent les différents services (organes) qui composent l entreprise. C est le français Henri Fayol qui le premier a formalisé les fonctions de l entreprise au début du XXème siècle. Il y a huit grandes fonctions.

2 Les huit fonctions La fonction «direction et administration» La fonction «production» La fonction «comptabilité et finances» La fonction «ressources humaines» La fonction «logistique» La fonction «recherche et développement» La fonction «achat» La fonction «marketing et vente»»

3 La fonction «direction et Il s agit pour elle de administration» Prévoir : planifier le développement futur. Organiser l entreprise, notamment en fonctions. Commander : indiquer aux organes les tâches à accomplir Coordonner : s assurer que l ensemble fonctionne en harmonie. Contrôler : vérifier que tout se passe conformément aux objectifs.

4 La fonction «production» Longtemps considérée comme la seule fonction de l entreprise. A partir des années 1950, la fonction «ventes et marketing» devient très importante aussi. La fonction «production» englobe l ensemble des activités qui transforment des matières premières et composants en produits vendus aux clients.

5 La fonction «production» (2) On décompose la fonction production en Conception du produit. Préparation/organisation de la fabrication. Fabrication du produit Suivi de la production (contrôle qualité et maintenance).

6 La fonction «production» (3) Jusqu aux années 1970, la gestion de production fonctionnait selon une anticipation de la demande (logique de flux poussés par le marché). Il s agit de produire en fonction des prévisions, et de tout faire pour écouler cette production.

7 La fonction «production» (4) A partir des années 1970, on a une logique de flux tirés par le marché. La production n est lancée que lorsque la commande est lancée (par exemple pour les voitures). On cherche à minimiser les stocks. Cette logique de flux tirés par le marché a été initiée par Toyota avec le «just in time» : la philosophie est the right material, at the right time, at the right place, and in the exact amount

8 La fonction «production» (5) Pour mettre en place cette logique de flux tirés par le marché, on utilise des machines programmables plus rapidement pour passer d une série de produits à une autre. la différenciation retardée. Les produits sont conçus afin d utiliser beaucoup de pièces communes. La modification du produit (pour le rendre particulier) est donc retardée au maximum. Exemple : châssis de voiture commun pour différents modèles.

9 La fonction «comptabilité et finances» Elle a pour mission de recenser les flux financiers Les flux de composants et produits afin de donner des informations sur la situation financière de l entreprise et faciliter la prise de décision.

10 La fonction «comptabilité et finances» (2) Le bilan est une photographie du patrimoine de l entreprise. Actif : ce que possède l entreprise. Passif : les obligations financières de l entreprise

11 La fonction «comptabilité et finances» (3) Le compte de résultats retrace les revenus (crédits) et dépenses (débits) de l année.

12 La fonction «ressources humaines» Aussi appelée fonction «personnel». Quatre tâches : Recrutement du personnel. Rémunération du personnel. Gestion des compétences par la formation Amélioration des conditions de travail. Dans un monde changeant et stressant, les deux dernières tâches ont vu leur importance augmenter.

13 La fonction «logistique» Elle a pour mission d optimiser l ensemble des flux physiques et informationnels de l entreprise : en amont de l entreprise : flux en provenance des fournisseurs. au sein de l entreprise : gestion des stocks, manutention des composants, gestion des flux informationnels en aval de l entreprise : stockage des produits, transport vers les distributeurs et vers les clients. Elle est encore plus importante avec la logique de flux tirés par le marché.

14 La fonction «recherche et développement» Elle regroupe l ensemble des processus qui, partant de la recherche fondamentale ou d une invention, assurent sa faisabilité industrielle. Il s agit donc de l ensemble des étapes permettant de passer du laboratoire de recherche à la production industrielle.

15 La fonction «recherche et développement» (2) L objectif de la recherche fondamentale est de faire progresser les connaissances. Elle est principalement financée par l Etat (CNRS, Universités). Exemple : développement du laser dans les années 1950 par les scientifiques.

16 La fonction «recherche et développement» (3) L objectif de la recherche appliquée est de découvrir des applications aux nouvelles connaissances. Elle est réalisée par l Etat et les services de recherche des grandes entreprises. Exemple : en 1965 on se sert d un laser en laboratoire pour réaliser un perçage de 4,7 mm de diamètre et de 2 mm de profondeur dans du diamant.

17 La fonction «recherche et développement» (4) L objectif de la recherche expérimentale est de développer des produits commercialisables. Elle existe dans les entreprises de toute taille. Dans les années 1970, Sony et Philips travaillent séparément puis ensembles pour développer des platines CD utilisant des faisceaux lasers pour lire les informations.

18 La fonction «recherche et développement» (5) L existence de liens entre organisme publics de recherche et entreprises est primordial pour faciliter la recherche et développement dans les entreprises. En France, en 2008 les recherches en RD totales représentaient 2% du PIB (Allemagne: 2.5%, USA: 2.7%).

19 La fonction «recherche et développement» (6) LA RD permet à l entreprise de créer des nouveaux produits qui lui permettent de se différencier de ses concurrents et donc d améliorer sa compétivité hors prix. d améliorer les technologies de production, la productivité de l entreprise et donc au final sa compétitivité prix.

20 La fonction «recherche et développement» (7) La compétitivité prix consiste à agir sur le prix pour gagner des parts de marchés. La compétitivité hors prix consiste à agir sur la qualité, l innovation, les services autour du produit (conseils, garanties, après vente), pour gagner des parts de marchés.

21 La fonction «achat» Elle est chargée de procurer les matières premières et composants nécessaires à la production. Pour cela, Il faut identifier les fournisseurs. Etablir un cahier des charges (délais, qualité, condition de garantie) Surveiller la qualité des produits livrés. Cela engendre des coûts de transaction.

22 La fonction «achat» Afin de pouvoir réagir plus vite aux attentes des clients, les entreprises mettent en place des systèmes d échange d informations avec leurs fournisseurs (-> réseaux d entreprises).

23 La fonction «Marketing et vente»» Elle a pris une grande importance après 1950 (société de consommation). Elle regroupe La mercatique (marketing). Marketing stratégique : que veulent les clients? Que font les concurrents? -> études Marketing opérationnel : «4P» : on décide du Produit, du Prix, de la distribution («Place»), de la communication(«promotion»). La gestion de la force de vente (les commerciaux).

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing D où vient le marketing? T.1 La poêle TEFAL est une poêle qui n attache pas Les piles DURACEL durent plus longtemps EAYSYJET propose des vols aériens à prix bas DARTY offre un excellent

Plus en détail

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de consommation. La distribution couvre l ensemble

Plus en détail

Les métiers en évolution positive

Les métiers en évolution positive Annexe 1 Fiches Métiers Les métiers en évolution positive - 33 - Technicien études en télécommunication Technicien études en télécommunication De niveau Bac+2 à Ingénieur (double compétence voix et réseau).

Plus en détail

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage.

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Sage 100 Gestion de production i7 Nouvelle charte graphique L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Intuisage L IntuiSage est une interface d accueil

Plus en détail

Développement professionnel. Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle

Développement professionnel. Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle Développement professionnel Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle Situation initiale (1) «Ancienne organisation» de la formation professionnelle supérieure en marketing, vente, communication

Plus en détail

Produits de contrôle des émissions. Conception l Fabrication l Fourniture

Produits de contrôle des émissions. Conception l Fabrication l Fourniture Produits de contrôle des émissions Conception l Fabrication l Fourniture TM Klarius fabrique une gamme complète de solutions de contrôle des émissions homologuées pour égaler ou dépasser la performance

Plus en détail

Notions de base en matière d exportation et de développement export

Notions de base en matière d exportation et de développement export Notions de base en matière d exportation et de développement export 1 Le marché international est en constante mutation mais certains produits français arrivent à rester sur la scène internationale. Pour

Plus en détail

Comité National du 13/06/2012. Projet d'évolution de l organisation de la Direction des Achats et des Partenaires Stratégiques (DAPS)

Comité National du 13/06/2012. Projet d'évolution de l organisation de la Direction des Achats et des Partenaires Stratégiques (DAPS) Comité National du 13/06/2012 Projet d'évolution de l organisation de la Direction des Achats et des Partenaires Stratégiques (DAPS) 1. Objectif Chaque année, les achats du CEA représentent de l ordre

Plus en détail

Organisation administrative du travail (OAT) AKTOUF, O. Le management entre tradition et renouvellement, p. 42-56.

Organisation administrative du travail (OAT) AKTOUF, O. Le management entre tradition et renouvellement, p. 42-56. Henri Fayol (1845-1925) Administration industrielle et générale (1916) Organisation administrative du travail (OAT) 1 Renée Bédard 2012 Références AKTOUF, O. Le management entre tradition et renouvellement,

Plus en détail

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001

Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 Atelier d échanges CCI N 2 Mise en place d un système de management de l énergie ISO50001 02/02/2016 Gilles LAURENT 06 21 83 16 58 Le management selon le système ISO 50001 Présentation de la norme Date

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Date d'approbation Date modification POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Date d'approbation Date modification TABLE DES MATIÈRES 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs... 1 3.0 Valeurs organisationnelles...

Plus en détail

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges»

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Gestion des compétences La démarche de Sonelgaz MOHAND

Plus en détail

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques)

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) Aurélien CEDEYN aurelien.cedeyn@ens-lyon.fr Michaël MRISSA michael.mrissa@liris.cnrs.fr LIP Laboratoire de l Informatique du Parallélisme 20 octobre 2008

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE des 7 et 8 juillet 2014. Table ronde 4 Accélérer le retour de la croissance par l investissement

CONFÉRENCE SOCIALE des 7 et 8 juillet 2014. Table ronde 4 Accélérer le retour de la croissance par l investissement CONFÉRENCE SOCIALE des 7 et 8 juillet 2014 Table ronde 4 Accélérer le retour de la croissance par l investissement Contexte Pour 2014, l INSEE table sur une croissance de 0,7% en France. Trop faible pour

Plus en détail

Introduction : 1. Définition:

Introduction : 1. Définition: Introduction 1) définition 2) historique du juste à temps II-principe et fonctionnement III-les conditions du JAT IV-objectifs V-avantages et limites VI-la méthode de 5 «S» VII-la méthode kanban 1-système

Plus en détail

LE MANAGEMENT DES ACHATS

LE MANAGEMENT DES ACHATS LE MANAGEMENT DES ACHATS Isabelle Soubré EDC 2 ème Semestre 2008 1 PREMIERE PARTIE : LA FONCTION ACHAT I LA FONCTION ACHAT ET SON ROLE STRATEGIQUE 1 La création de la fonction Achat 2 Le rôle stratégique

Plus en détail

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Diavasis, du grec ancien, désigne «le passeur» celui qui ouvre un nouveau chemin et élargit

Plus en détail

Culture d entreprise Formation & Accompagnement PROCESSUS

Culture d entreprise Formation & Accompagnement PROCESSUS PROCESSUS (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg PROCESSUS Page 1 sur 5 QU EST-CE QU UN PROCESSUS? «Processus» en latin signifie «Action de s avancer». Dans le cadre

Plus en détail

Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie

Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

ARENA : Simuler et valider l usine du futur

ARENA : Simuler et valider l usine du futur : Simuler et valider l usine du futur Arena, logiciel de Rockwell Automation est un outil clé dans la simulation des flux de production : valider l adéquation produits/process de vos ateliers, optimiser

Plus en détail

www.pauwelsconsulting.com SCIENCES DE LA VIE

www.pauwelsconsulting.com SCIENCES DE LA VIE SCIENCES DE LA VIE COMMENT POUVONS-NOUS VOUS AIDER? Depuis plus de dix ans, Pauwels Consulting est devenu un conseiller de confiance pour de nombreuses entreprises spécialisées en pharmacie, biotechnologie,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTICIPATION AU SUDOC

CONVENTION DE PARTICIPATION AU SUDOC CONVENTION DE PARTICIPATION AU SUDOC POUR LE PRET ENTRE BIBLIOTHEQUES N Entre les soussignés L Agence bibliographique de l enseignement supérieur, établissement public national à caractère administratif

Plus en détail

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître?

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître? ENSIIE Logistique DM Cas Viviana Wilson JOUËT 3ème année Option NTOE Ce devoir a pour sujet la modernisation de certains composants du système d informations de l entreprise de cosmétiques Viviana, notamment

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001 MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001 PLAN Analyser la situation initiale par rapport à l ISO 9001. Définir l objet de l organisme (finalité, clients internes et externes, attentes?) :

Plus en détail

Responsable du Département Parc automobile des véhicules de -3,5T

Responsable du Département Parc automobile des véhicules de -3,5T FIICHE DE FONCTIION Intitulé du poste Implantation géographique Responsable du Département Parc automobile des véhicules de -3,5T Toulon Draguignan Statut Catégorie Grade Cadre d emploi Délégation Générale

Plus en détail

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives La présente fiche résulte du groupe de travail mis en place à l Afssaps

Plus en détail

investir et s implanter en russie

investir et s implanter en russie investir et s implanter en russie tous les risques sont évidents quand vous savez ce que vous cherchez Maîtriser les risques en comprenant les us et coutumes des marchés locaux Les investissements sont

Plus en détail

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes industries

Sage 100. Solutions de gestion pour l industrie. Pour les Petites et Moyennes industries Sage 100 Solutions de gestion pour l industrie Pour les Petites et Moyennes industries Entrez dans le monde Sage Avec plus de 500 000 utilisateurs, 20 millions de bulletins de paie édités chaque année,

Plus en détail

besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise et pour un niveau de service déterminé... La logistique fait

besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise et pour un niveau de service déterminé... La logistique fait DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise et pour un niveau

Plus en détail

Comparaison des programmes de RSE et d éthique des entreprises publiques québécoises

Comparaison des programmes de RSE et d éthique des entreprises publiques québécoises Comparaison des programmes de RSE et d éthique des entreprises publiques québécoises Claudine M. Desjardins Sous la direction de Luc Bernier et Yves Boisvert Centre de recherche sur la gouvernance (CERGO)

Plus en détail

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES Délai de réponse : 1 ère tranche : 19 novembre 2009 2 ème tranche : 4 décembre 2009

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3

Plus en détail

CENTRE D INSTRUCTION NAVAL DE SAINT-MANDRIER CHEF D EQUIPE D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE TELECOMMUNICATIONS

CENTRE D INSTRUCTION NAVAL DE SAINT-MANDRIER CHEF D EQUIPE D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE TELECOMMUNICATIONS CENTRE D INSTRUCTION NAVAL DE SAINT-MANDRIER CHEF D EQUIPE D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE TELECOMMUNICATIONS NIVEAU III METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES REFERENTIEL D ACTIVITE

Plus en détail

Le Baccalauréat STI2D

Le Baccalauréat STI2D Le Baccalauréat STI2D (Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable) Baccalauréat STI2D La structure L approche technologique Matériaux et structures L approche MEI caractérise la

Plus en détail

BORDEAUX Conseil 41 Rue Morton 33200 BORDEAUX E-mail : contact@bordeauxconseil.com

BORDEAUX Conseil 41 Rue Morton 33200 BORDEAUX E-mail : contact@bordeauxconseil.com La communication interne de l entreprise Sommaire 1/ Introduction Sources 2/ L impératif de cohérence 3/ Les circuits de communication interne 4/ Les objectifs de la communication interne 5/ Les processus

Plus en détail

Fiche de TD n 1 Diagramme de cas d utilisation

Fiche de TD n 1 Diagramme de cas d utilisation 1 / 5 Fiche de TD n 1 Diagramme de cas d utilisation Questions de cours : 1) Indiquez les étapes de développement d un logiciel dans un cycle de vie en cascade. Expliquez-les. 2) Quelle est l importance,

Plus en détail

www.plastoyo.com plastoyo@gmail.com tél: 06 75 94 40 37 Questionnaire d évaluation pour régleur

www.plastoyo.com plastoyo@gmail.com tél: 06 75 94 40 37 Questionnaire d évaluation pour régleur Questionnaire d évaluation pour régleur Dans le processus d injection quelle est la cause principale à l origine des défauts sur les pièces moulées? Réponse : A partir des éléments qui composent le processus,

Plus en détail

Processus de vente. Déroulement et documents. Contenu

Processus de vente. Déroulement et documents. Contenu Déroulement et documents Le processus de vente est un déroulement clé dans une opération. Il est divisé en différentes étapes, qui seront accompagnées de divers documents. Contenu Vue d'ensemble du processus

Plus en détail

Dépasser le Toyota Production System VOTRE LOGO

Dépasser le Toyota Production System VOTRE LOGO Dépasser le Toyota Production System VOTRE LOGO Le système de production Toyota (TPS) a été décrit par Toyota dans plusieurs publications à partir de 1977. Rappels et remise à niveau sont aujourd hui nécessaires.

Plus en détail

Conférence de presse Ecole Centrale de Nantes Audencia Nantes

Conférence de presse Ecole Centrale de Nantes Audencia Nantes Conférence de presse Nantes Paris, le 25 avril 2013 Photo de l arrêt du Tramway à Nantes qui porte le nom des deux écoles Dossier de presse 25 avril 2013 L École Centrale de Nantes et Nantes se rapprochent

Plus en détail

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX La logique managériale - 1- MF MOULY CLAUX 1 Sommaire I Les spécificités de la démarche managériale A Définition du manager B Différences entre entrepreneur et manager Capacités requises de l entrepreneur

Plus en détail

Sommaire. Mettre en place le contrôle interne. Une mesure nécessaire? Qu est-ce que le contrôle interne? Qu est-ce que le contrôle interne?

Sommaire. Mettre en place le contrôle interne. Une mesure nécessaire? Qu est-ce que le contrôle interne? Qu est-ce que le contrôle interne? Samedi 2 octobre 2010 Sommaire Mettre en place le contrôle interne Une mesure nécessaire? Définition du contrôle interne Les composantes du contrôle interne L environnement de contrôle Identifier les risques

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

Proposition technique et financière Etude de faisabilité de la Mutuelle des Artisans de la Confédération des Garagistes de Côte d Ivoire (CGCI)

Proposition technique et financière Etude de faisabilité de la Mutuelle des Artisans de la Confédération des Garagistes de Côte d Ivoire (CGCI) 2012 Proposition technique et financière Etude de faisabilité de la Mutuelle des Artisans de la Confédération des Garagistes de Côte d Ivoire (CGCI) DSSM Abidjan 09/07/2012 PLAN DE TRAVAIL ORGANISATION

Plus en détail

ZA4877. Flash Eurobarometer 215 (Innobarometer 2007) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French)

ZA4877. Flash Eurobarometer 215 (Innobarometer 2007) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) ZA4877 Flash Eurobarometer 215 (Innobarometer 2007) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) FLASH INNOBAROMETER 2007, FINAL QUESTIONNAIRE INFORMATION SUR LA SOCIETE D1. Laissez-moi commencer

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OUTILS

METHODOLOGIE ET OUTILS METHODOLOGIE ET OUTILS OUTIL POUR ORGANISER UNE FORMATION EN CHANTIER CHANTIE ECOLE Contexte Les formations courtes (2 à 5 jours) sont adaptées à un public en emploi. Elles conviennent aux indépendants

Plus en détail

QUATRIEME LECON ANALYSE DES POSITIONNEMENTS DES CONCURRENTS LES GROUPES STRATEGIQUES

QUATRIEME LECON ANALYSE DES POSITIONNEMENTS DES CONCURRENTS LES GROUPES STRATEGIQUES QUATRIEME LECON ANALYSE DES POSITIONNEMENTS DES CONCURRENTS LES GROUPES STRATEGIQUES A. Introduction Les entreprises engagées dans une industrie ne sont pas toutes en concurrence directe les unes avec

Plus en détail

Direction de Programme @ctes

Direction de Programme @ctes Le programme @ctes (Aide au Contrôle de légalité dématerialisé) Ministère de l intérieur Direction de Programme @ctes 1 Sensibilisation à la sécurité des systèmes d information @ctes et le RGS 2 Qu est-ce

Plus en détail

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Tout savoir sur la série STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STMG La série Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) est centrée sur

Plus en détail

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT L Ecole belge de Bujumbura (EBB) est une école (Asbl) privée située au centre de Bujumbura. Elle dispense un enseignement

Plus en détail

Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * *

Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * * Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * * Je renouvelle l engagement pris par Publicis Groupe en 2003, visant à appliquer et respecter les 10 principes du Pacte Mondial,

Plus en détail

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. Conseil, formateur et coach, c est la chance que j ai eu de pouvoir accumuler des expériences et outils méthodologiques d un début de carrière riche

Plus en détail

L approche par capitaux pour mesurer le développement durable au Québec

L approche par capitaux pour mesurer le développement durable au Québec L approche par capitaux pour mesurer le développement durable au Québec Présentation à la Journée d économie appliquée - 2012 Université Laval Québec, 10 février 2012 Sophie Brehain Plan de la présentation

Plus en détail

Technologie de maintenance industrielle.

Technologie de maintenance industrielle. Technologie de maintenance industrielle ELC.22 Objectifs du programme Les unités de production et les équipements industriels modernes sont des systèmes de plus en plus complexes et automatisés. Ces systèmes

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN118 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus 80 Appui à la mise en application du

Plus en détail

La Gestion Optimale des Stocks

La Gestion Optimale des Stocks La Gestion Optimale des Stocks Cible : - Tous collaborateurs chargés de la gestion des stocks, de l approvisionnement ou de la logistique ; - Toutes personnes intéressées par ce thème. Objectifs de la

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

Sommaire. 1. Communiqué de presse. NTN et SNR unissent leurs forces pour devenir un leader mondial des roulements. 2. Documentation supplémentaire

Sommaire. 1. Communiqué de presse. NTN et SNR unissent leurs forces pour devenir un leader mondial des roulements. 2. Documentation supplémentaire Sommaire 1. Communiqué de presse NTN et SNR unissent leurs forces pour devenir un leader mondial des roulements. 2. Documentation supplémentaire - Complémentarité de NTN et de SNR en termes de gamme de

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

Active Ways Consulting. Catalogue de Formations

Active Ways Consulting. Catalogue de Formations Active Ways Consulting Catalogue de Formations 1 SOMMAIRE Domaines Page N 1- Management des Entreprises et des Organisations 2 2- Comptabilité Contrôle et Audit..3 3- Banque et Finance..4 4- Communication......

Plus en détail

2. INDUSTRIE 2.10. INFORMATIQUE 2.10.2. ASSISTANT/ASSISTANTE DE MAINTENANCE P.C. RESEAUX

2. INDUSTRIE 2.10. INFORMATIQUE 2.10.2. ASSISTANT/ASSISTANTE DE MAINTENANCE P.C. RESEAUX CCPQ Rue A. Lavallée, 1 1080 Bruxelles Tél. : 02 690 85 28 Fax : 02 690 85 78 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be 2. INDUSTRIE 2.10. INFORMATIQUE 2.10.2. ASSISTANT/ASSISTANTE DE MAINTENANCE P.C.

Plus en détail

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation.

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation. MESR 27 octobre 2006 Statuts-types de fondation de coopération scientifique «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation Article 1 er «Le réseau thématique de recherche avancée» 1

Plus en détail

LEAN FLOW TECHNOLOGY

LEAN FLOW TECHNOLOGY LEAN FLOW TECHNOLOGY - MODULE LFT104 - APPROVISIONNEMENT DU MATÉRIEL LEAN FLOW TECHNOLOGY APPROVISIONNEMENT DU MATÉRIEL SOMMAIRE Taux de Rotation de Stock. Kanban. Calcul Kanban Simple Carte. Intervalle

Plus en détail

NOTRE STRATÉGIE POUR MODERNISER LA DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS (2012-2017)

NOTRE STRATÉGIE POUR MODERNISER LA DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS (2012-2017) NOTRE STRATÉGIE POUR MODERNISER LA DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS (2012-2017) VISION : UNE ADMINISTRATION FISCALE MODERNE. VALEURS FONDAMENTALES : Intégrité Honnêteté Équité Disponibilité Compétence Professionnalisme

Plus en détail

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) 1. MANAGEMENT Animer et gérer les ressources

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES?

METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES? METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES? La démarche de contrôle interne est permanente Toute démarche de contrôle interne doit être initiée

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC DIRECTION DE LA FORMATION, DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC Présentation : Monsieur KASSI N GUESSAN N Jacques DIRECTEUR DE LA FORMATION,

Plus en détail

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises A Abattement : L abattement correspond à une diminution forfaitaire de la matière imposable. La fraction représentative de cet abattement est ainsi exclue du calcul de l impôt. L exemple peut être donné

Plus en détail

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION.

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION. Ce document est la propriété de la Banque Carrefour de la sécurité sociale. La publication de ce document ne préjudicie nullement aux droits de la Banque Carrefour de la sécurité sociale à l'égard de ce

Plus en détail

1.1 Dans un 1 temps, les gains de productivité proviennent de l augmentation de l intensité du travail et de la standard

1.1 Dans un 1 temps, les gains de productivité proviennent de l augmentation de l intensité du travail et de la standard 1.1 Dans un 1 temps, les gains de productivité proviennent de l augmentation de l intensité du travail et de la standardisation des produits par webmaster - Vendredi, décembre 17, 2010 http://ses-noailles.fr/2010/12/p1ch211/

Plus en détail

Ensemble de politiques sur la gestion de l information

Ensemble de politiques sur la gestion de l information Ensemble de politiques sur la gestion de l information TABLE DES MATIÈRES 1. Avant-propos... 1 1.1. Application...1 1.2. Structure de l Ensemble de politiques... 1 1.3. Principes directeurs... 2 1.4. Exceptions...2

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 PROJET DE QUESTIONNAIRE ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 Vu l avis favorable du Conseil national de l information statistique, cette enquête, reconnue d intérêt général. Visa n xxxxxxxxx

Plus en détail

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information SPI réalise les opérations de conditionnement industriel et de différenciation retardée (ou Co-packing) pour le compte d industriels

Plus en détail

Les étapes du projet pour la mise en place d une solution de gestion d entrepôt «WMS»

Les étapes du projet pour la mise en place d une solution de gestion d entrepôt «WMS» 1/6 Les étapes du projet pour la mise en place d une solution de gestion d entrepôt «WMS» Auteur :Elie KHOURI (CC3i) Date :18/11/2008 17:15 2/6 1 Introduction Ce document présente les étapes d un projet

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA THÈSE DE DOCTORAT

RÉSUMÉ DE LA THÈSE DE DOCTORAT UNIVERSITÉ DE SCIENCES AGRICOLES ET DE MÉDECINE VÉTÉRINAIRE,,ION IONESCU DE LA BRAD DE IAŞI FACULTÉ D AGRICULTURE DOMAINE DE DOCTORAT: AGRONOMIE SPÉCIALISATION: MANAGEMENT ET MERCATIQUE EN AGRICULTURE

Plus en détail

Convention de partenariat entre. L ARMEE DE TERRE Commandement militaire de l Ile-de-France L ACADEMIE DE VERSAILLES

Convention de partenariat entre. L ARMEE DE TERRE Commandement militaire de l Ile-de-France L ACADEMIE DE VERSAILLES Convention de partenariat entre L ARMEE DE TERRE Commandement militaire de l Ile-de-France et L ACADEMIE DE VERSAILLES entre les soussignés : ACADEMIE DE VERSAILLES Rectorat Boulevard de Lesseps 78017

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise Guide des négociateurs La protection sociale complémentaire en entreprise Complémentaire santé prévoyance - retraite 2 Préambule L offre

Plus en détail

Charte RSE. Axys Consultants. Les axes clés

Charte RSE. Axys Consultants. Les axes clés Charte RSE Axys Consultants Axys consultants a pris des engagements en matière de responsabilité sociale et environnementale. Le respect de ces engagements s inscrit dans une démarche, basée sur le volontariat,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Vu le rapport du 17 septembre 1999, par lequel monsieur le président :

Vu le rapport du 17 septembre 1999, par lequel monsieur le président : N 1999-4509 - ressources humaines - Constitution du service informatique communautaire - Création d'emplois - Direction générale des services - Direction des systèmes d'information et de télécommunications

Plus en détail

ARTS, LETTRES, LANGUES

ARTS, LETTRES, LANGUES Niveau : MASTER année Domaine : Mention : ARTS, LETTRES, LANGUES INFORMATION,, CULTURE Parcours : Ingénierie des métiers de la culture : Spectacle vivant et Muséologie, Patrimoine M1 60 ES Volume horaire

Plus en détail

Chargé(e) de communication interne

Chargé(e) de communication interne Published on Orientation Auvergne (http://www.orientation.auvergne.fr) Accueil > Chargé(e) de communication interne Chargé(e) de communication interne Au sein d'une entreprise, il est la courroie de transmission

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos... 5. Domaine d application du guide... 7

SOMMAIRE. Avant-propos... 5. Domaine d application du guide... 7 SOMMAIRE Avant-propos...................................... 5 Domaine d application du guide...................... 7 Définitions Terminologie du volet roulant...9 La typologie des volets roulants....11

Plus en détail

Historique et géographie des solutions techniques Identifier les éléments qui déterminent le coût 1 d un objet technique.

Historique et géographie des solutions techniques Identifier les éléments qui déterminent le coût 1 d un objet technique. Centre d intérêt n 1 4 -Ci1/ Historique et géographie des solutions techniques 4Ci1- Comment le contexte historique et géographique influe-t-il sur la conception? Contraintes économiques : coût global

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail