Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles."

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE DU CA Objet: Considérations sur la corrélation entre le projet SOLVABILITÉ II et l'extension de l'approche "LAMFALUSSY" à la réglementation des assurances Document de discussion pour la réunion du sous-comité solvabilité du CA du 22 octobre 2002 Bien qu'aucune décision définitive n'ait été prise quant à la "forme" définitive de SOLVABILITÉ II, l'orientation des discussions à ce jour tend à indiquer qu'une approche réglementaire plus souple, autorisant des prises de décision plus rapides et une meilleure convergence prudentielle, est probablement souhaitable. Cela ne va pas sans implications sur le cadre réglementaire et prudentiel. Une réflexion institutionnelle majeure sur la structure réglementaire et prudentielle qui doit régir les services financiers dans l'ue est actuellement en cours. L'application de l'approche "Lamfalussy" au cadre réglementaire et prudentiel communautaire de l'assurance est imminente. Il est estimé que les modifications proposées permettront la mise en place d'une structure réglementaire et prudentielle plus efficace, qui favorisera la mise en œuvre des propositions qui seront formulées au terme du projet Solvabilité II. Question: Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie, B-1049 Brussel Belgium. Telephone: Office: C107 1/62. Telephone: direct line Fax:

2 1. Introduction 1.1 L'exercice Solvabilité II est un projet majeur aux objectifs ambitieux. Il suppose un réexamen général de l'approche en matière d'évaluation réglementaire et prudentielle de la position financière globale d'une entreprise d'assurance. Bien qu'aucune décision définitive n'ait été prise quant à la "forme" ultime de SOLVABILITÉ II, l'orientation des discussions tend à indiquer qu'une approche réglementaire plus souple, autorisant des prises de décisions plus rapides et une meilleure convergence prudentielle, sera probablement souhaitable. 1.2 Deux exemples permettent d'illustrer cette affirmation. En premier lieu, il y a accord général pour rechercher un système de marge de solvabilité qui traduirait mieux les risques véritablement encourus par une entreprise. Or, cela pourrait exiger une réglementation plus détaillée impossible à adopter au niveau primaire, c'est-à-dire par directive ou règlement, et qui devrait plutôt être mise en œuvre au moyen de la législation secondaire, c'est-à-dire dans le cadre de la comitologie. En second lieu, un autre des objectifs poursuivis est de parvenir à une plus grande harmonisation au niveau des dispositions techniques. Compte tenu de l'éventail complexe des activités d'assurance, il est peu probable que l'on puisse progresser uniquement au moyen d'instruments législatifs. Dans ce domaine, une plus grande convergence prudentielle pourrait être obtenue par la formulation de lignes directrices communes, de communications interprétatives, de normes prudentielles, etc. 1.3 Un réexamen ambitieux du cadre réglementaire et prudentiel de l'ue pour les services financiers est actuellement en cours. Il apparaît utile que les membres du groupe de travail Solvabilité soient tenus au courant des discussions dans ce domaine en liaison avec l'évolution probable du projet Solvabilité II. 1.4 En conséquence, le présent document donne un aperçu des principales caractéristiques des modifications envisagées. L'objectif n'est ni de débattre du détail de ces modifications, ni de soupeser leurs mérites: ce travail d'analyse est actuellement effectué dans d'autres enceintes. 2. Cadre institutionnel et calendrier 2.1 Le débat institutionnel a été d'évidence relancé par l'adoption formelle, lors du Conseil européen de Stockholm de mars 2001, de l'approche dite "Lamfalussy" en matière de réglementation et de surveillance des marchés européens de valeurs mobilières. Cette approche a été décrite de manière assez détaillée dans le rapport 1 du comité des Sages, présidé par le Baron Alexandre Lamfalussy, sur la régulation des marchés européens des valeurs mobilières

3 2.2 À l'origine, le Parlement avait exprimé des réserves. Après une déclaration formelle 2 de M. Prodi, président de la Commission, et à la lumière d'une lettre précédente 3 du commissaire Bolkestein à la commission économique et monétaire du Parlement, il a été possible de s'entendre sur une solution de compromis honorable. Concrètement, l'approche en matière de valeurs mobilières a été rendue applicable grâce à l'adoption par le Parlement européen de la résolution Von Wogau 4, le 5 février dernier. 2.3 Lors de sa réunion informelle d'oviedo du 13 avril, le Conseil ECOFIN a estimé que l'ue devait mettre en place des structures de réglementation et de surveillance financières lui permettant d'affronter un environnement financier en évolution constante. À cette fin, le Conseil ECOFIN a invité le CEF et la Commission à préparer des rapports 5. Il a en particulier invité la Commission à présenter un rapport sur "les mesures nécessaires qu'il convient de prendre pour faciliter la mise en œuvre et l'application cohérente de la réglementation, ainsi que des pratiques de surveillance", conformément aux recommandations du rapport du CEF (Van Dijkhuizen) sur l'intégration financière 6. En réponse, la Commission a élaboré un rapport provisoire Le Conseil ECOFIN a déjà entériné le principe d'une extension de l'approche Lamfalussy au secteur de l'assurance. Il a en conséquence invité le CEF, avec le soutien de la Commission, à préparer la nouvelle approche à l'égard de tous les secteurs financiers. Le CEF est actuellement en train d'élaborer son rapport final, qui se nourrira de l'apport de trois groupes de travail: sous-groupe 1, présidé par M. J. P. Jouyet, sur le GPSF et la stabilité financière; sous-groupe 2, présidé par M. C. Koch-Weser, sur les comités (réglementation) de niveau II; sous-groupe 3, présidé par M. H. Brouwer, sur les comités (surveillance) de niveau III Lettre du commissaire Bolkestein à Mme Randzio-Plath, 2 octobre &LANGUE=EN&LEVEL=TOC2&GCSELECTCHAP=3 Mandat du 7 mai du Conseil ECOFIN au CEF en vue des travaux futurs concernant la stabilité, la surveillance et l'intégration financières. Rapport du CEF sur l'intégration financière, élaboré par le groupe de travail ad hoc du CEF sur l'intégration financière de l'ue, présidé par Kees Van Dijkhuizen (EFC/ECFIN/194/02, Bruxelles, le ) Application et mise en œuvre de la réglementation sur les services financiers, RAPPORT INTERMÉDIAIRE DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPÉENNE EN RÉPONSE AU MANDAT ECOFIN DU 7 MAI 2002 (SN 2315/02)

4 2.5 Le rapport final du CFE sera présenté au Conseil ECOFIN le 8 octobre. Une période de consultations s'ouvrira ensuite (Parlement européen, Commission, professionnels du secteur, consommateurs). Le rapport définitif sera à nouveau examiné par le Conseil ECOFIN et formellement approuvé dans les conclusions du Conseil européen de Copenhague, en décembre. Dès qu'il sera disponible, la DG Marché intérieur/unité C2 distribuera ce rapport définitif aux membres du groupe de travail Solvabilité. 2.6 Un projet de rapport sur la surveillance prudentielle dans l'union européenne est également en cours d'élaboration au Parlement européen (rapport Van Den Burg). Il devrait être soumis au vote du Parlement le 4 ou le 5 novembre. 3. L'approche Lamfalussy 3.1 L'objectif de l'approche Lamfalussy dans le domaine des valeurs mobilières était d'assurer la mise en place d'un cadre réglementaire et prudentiel efficace au niveau de l'ue, en vue d'assurer une adoption rapide et souple de la législation ainsi qu'une meilleure convergence des pratiques prudentielles induisant une plus grande cohérence dans la mise en œuvre. Cela devrait permettre de remédier aux déficiences du cadre actuel telles qu'identifiées dans le plan d'action sur les services financiers. Le bénéfice économique attendu de ces réformes était la mise en place d'un marché des valeurs mobilières de l'ue véritablement intégré et efficace, susceptible de stimuler la croissance, l'emploi et la productivité. 3.2 Le comité "Lamfalussy" a recommandé une approche de la réglementation des marchés de titres de l'ue comportant quatre niveaux. Leurs caractéristiques fondamentales sont décrites ci-dessous 8 : Niveau 1 Après une procédure de consultation complète, la Commission adopte une proposition de directive ou de règlement contenant les principes cadres essentiels. Dès que le Parlement et le Conseil sont parvenus à un accord sur les principes cadres et l'étendue des compétences d'exécution conférées par la proposition, les mesures d'exécution détaillées sont élaborées au niveau 2. 8 Dans le secteur des valeurs mobilières, le comité européen des valeurs mobilières (CEVM) correspond au comité de niveau 2 et le comité européen des régulateurs des marchés des valeurs mobilières (CERVM) à celui de niveau 3. Tous deux ont été institués par des décisions de la Commission. -4-

5 Niveau 2 Après consultation d'un "comité de niveau 2", la Commission demande l'avis du "comité de niveau 3" sur les détails techniques de la mise en œuvre. Le comité de niveau 3 prépare cet avis en consultation avec les participants au marché, les utilisateurs finaux et les consommateurs puis le transmet à la Commission. Celle-ci élabore alors une proposition formelle et la transmet au comité de niveau 2, lequel doit se prononcer sur la proposition dans les trois mois. La Commission adopte ensuite la mesure. Tout au long des procédures de niveau 2, le Parlement européen est tenu pleinement informé et le plus grand compte est tenu de son avis. Niveau 3 Le comité de niveau 3 travaille à l'élaboration de recommandations sur des interprétations communes, de lignes directrices cohérentes et de standards communs. Par ailleurs, il organise des évaluations réciproques et compare les pratiques réglementaires pour assurer une application et une mise en œuvre cohérentes. Niveau 4 La Commission vérifie le respect de la législation communautaire par les États membres et peut engager une action contre les États membres soupçonnés de ne pas respecter le droit communautaire. 3.3 Un processus de prise de décision rapide associé à une consultation large et transparente de toutes les parties intéressées sont les éléments clés de cette approche. Tant les auteurs du rapport Lamfalussy que le Parlement, dans les solutions de compromis auxquelles ils sont parvenus dans le domaine des valeurs mobilières, ont vigoureusement souligné la nécessité d'organiser une consultation large et transparente de toutes les parties intéressées. D'où le rôle important qui a été conféré à Internet, considéré comme un instrument efficace de diffusion de l'information et de consultation élargie. Cette option devra se retrouver dans les futures méthodes de travail des comités de niveaux 2 et Extension de l'approche Lamfalussy à l'assurance 4.1 Pour appliquer l'approche "Lamfalussy" à l'assurance, la solution évidente consiste à faire du comité des assurances (CA) et de la Conférence des autorités de contrôle des assurances de l'union européenne (la Conférence) respectivement les comités de réglementation (niveau 2) et de surveillance (niveau 3). Cela correspondrait bien à leurs rôles et compétences actuels. 4.2 Lors d'une réunion spéciale organisée le 5 juin, la Conférence a confirmé qu'elle était prête à assumer le rôle de comité de surveillance de niveau 3. Lors d'une réunion le 6 juin, les associations européennes représentatives du secteur des services financiers ont été consultées. -5-

6 4.3 Le rapport intermédiaire de la Commission envisage d'appliquer l'approche "Lamfalussy" à l'assurance comme suit 9 : "Le comité des assurances pourrait servir de base au Comité de réglementation des retraites et de l'assurance (CRRA). Il serait présidé par la Commission et composé de membres provenant des ministères des finances des États membres. Le président du comité de surveillance (CASAR - voir ci-dessous) aurait statut d'observateur. Le comité serait compétent pour les questions relatives aux fonds de retraite professionnelle et à l'assurance et serait institué par une décision de la Commission 10. Le Comité des autorités de surveillance de l'assurance et des fonds de retraite (CASAR) serait créé à partir de la Conférence des autorités de contrôle qui existe actuellement et présidé par une autorité de surveillance nationale du secteur de l'assurance ou des fonds de retraite professionnelle, ses membres étant constitués par les autorités de surveillance de l'assurance et des fonds de retraite professionnelle. La Commission aurait statut d'observateur. Le CASAR aurait une indépendance comparable à celle dont jouit le CERVM et disposerait notamment d'un secrétariat autonome. Le CASAR serait institué par une décision de la Commission. Un panel représentatif du secteur serait placé sous l'égide du CASAR pour fournir des orientations générales stratégiques et pour veiller à ce que les préoccupations du secteur soient dûment prises en compte." 4.4 Pour mémoire, on notera que la proposition de directive sur les institutions de retraite professionnelle 11 prévoit que les questions intéressant les retraites seront traitées par un comité "assurance et retraites" élargi. Bien entendu, il conviendra de prendre en compte, dans la mesure du nécessaire, les spécificités particulières aux divers types d'institutions de retraite professionnelle. 4.5 L'application de l'approche Lamfalussy se ferait conformément au schéma figurant en annexe. 4.6 Il est clair que certaines questions de détail restent à régler. L'objectif n'est pas d'en discuter ici, mais simplement de faire en sorte que les évolutions probables du cadre réglementaire et prudentiel de l'ue soient connues. Il est également évident que l'exercice quotidien de la surveillance continuera à relever de la compétence exclusive des États membres Application et mise en œuvre de la réglementation sur les services financiers, RAPPORT INTERMÉDIAIRE DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPÉENNE EN RÉPONSE AU MANDAT DU CONSEIL ECOFIN DU 7 MAI 2002 (SN 2315/02), annexe IV, points 5-7. Le comité des assurances ayant été créé par une directive, sa transformation en comité de niveau II conformément au modèle "Lamfalussy" exigerait une modification de la directive actuelle (91/675/CEE). Voir considérant 37 et article 21, paragraphe 2, de la proposition modifiée. -6-

7 4.7 Comme indiqué à la section 1 ci-dessus, il est clair que le succès du projet solvabilité 2 serait grandement facilité par l'entrée en fonctionnement des comités de niveau 2 et de niveau 3. De plus, on observe un intérêt croissant pour une plus grande convergence internationale au niveau de la coopération entre autorités de réglementation, des normes prudentielles et des pratiques actuarielles 12. Dans ces conditions, un examen par les comités de niveaux 2 et 3 des bonnes pratiques et des normes internationales que sont susceptibles d'élaborer des organismes comme l'iais et l'aai pourrait être une solution permettant de promouvoir concrètement la convergence au niveau international. 5. Conclusions 5.1 Il est estimé que les modifications proposées permettraient de mettre en place une structure réglementaire et prudentielle plus efficace qui favoriserait la mise en œuvre des propositions qui seront adoptées au terme du projet Solvabilité II. Question: Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. 12 Voir le deuxième document préparé pour la réunion: "travaux actuels et futurs en matière de solvabilité au niveau de l'iais et de la profession des actuaires, dans une perspective Solvabilité 2". -7-

8 Proposition d'application de l'approche Lamfalussy à l'assurance NIVEAU 1 Annexe La Commission adopte une proposition formelle de directive/règlement au terme d'un processus de consultation complet Parlement européen Conseil Accord sur les principes cadres et la définition des compétences d'exécution dans la directive/règlement NIVEAU 2 La Commission, après consultation du Comité de réglementation des assurances, demande l'avis du Comité de surveillance des assurances sur les mesures techniques de mise en œuvre Le Comité de surveillance des assurances prépare l'avis en consultation avec les participants au marché, les utilisateurs finaux et les consommateurs et le présente à la Commission La Commission examine l'avis et présente une proposition au Comité de réglementation des assurances Le Comité de réglementation des assurances se prononce sur la proposition dans les trois mois La Commission adopte la mesure Le Parlement européen est tenu pleinement informé et peut adopter une résolution si les mesures outrepassent les limites des compétences d'exécution NIVEAU 3 Le Comité de surveillance des assurances élabore des recommandations interprétatives communes, des lignes directrices cohérentes et des standards communs (dans les domaines non couverts par la législation UE), organise des évaluations réciproques et compare les pratiques réglementaires pour assurer une application et une mise en œuvre cohérentes NIVEAU 4 La Commission vérifie le respect de la législation UE par les États membres La Commission peut ouvrir une procédure à l'encontre d'un État membre soupçonné de ne pas respecter le droit communautaire 8

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2013 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2013 C(2013) 9098 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2013 complétant la directive 2011/61/UE du Parlement européen et du Conseil en ce

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Solvabilité II: Débat d'orientation Conception d'un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l'ue

Solvabilité II: Débat d'orientation Conception d'un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l'ue MARKT/2503/03 FR Orig. EN Solvabilité II: Débat d'orientation Conception d'un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l'ue (Recommandations des services de la Commission) Commission européenne,

Plus en détail

Ouverture et transparence des travaux du Conseil

Ouverture et transparence des travaux du Conseil SECRETARIAT GÉNÉRAL DU CONSEIL DE L'UE ~FICHE D'INFORMATION~ Ouverture et transparence des travaux du Conseil Bruxelles, décembre 2005 TRA/00 Depuis plusieurs années, les activités du Conseil ont gagné

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 24.2.2009 C 45/1 I (Résolutions, recommandations et avis) AVIS BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 7 novembre 2008 sur une proposition de décision de la Commission instituant

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012 E 7418 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

Plus en détail

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164 DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 modifiant la directive 91/440/CEE du Conseil relative au développement

Plus en détail

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ D'ORIENTATION ET DE SUIVI DU PLAN D'ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT UE AFRIQUE SUR LE COTON

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ D'ORIENTATION ET DE SUIVI DU PLAN D'ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT UE AFRIQUE SUR LE COTON Bruxelles, le 08 septembre 2004 ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ D'ORIENTATION ET DE SUIVI DU PLAN D'ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT UE AFRIQUE SUR LE COTON I- Introduction 1. Le Forum

Plus en détail

EUROMED JUSTICE II. AGENDA 30 juin 2008. 09h30 10h00 Message d'ouverture, Marcus CORNARO, Directeur, EuropeAid Direction A

EUROMED JUSTICE II. AGENDA 30 juin 2008. 09h30 10h00 Message d'ouverture, Marcus CORNARO, Directeur, EuropeAid Direction A Projet financé par l Union européenne EUROMED JUSTICE II CONFÉRENCE D'OUVERTURE Centre Albert Borschette Salle de réunion AB 3B 36, rue Froissart 1049 Bruxelles Le 30 juin 2008, de 09h00 à 17h00 AGENDA

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS 1. Rappels : Objectif et organisation du projet L objectif du projet Solvabilité 2 est d effectuer une révision de l ensemble des règles

Plus en détail

COM(2014) 81 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 3 mars 2014 Le 3 mars 2014

COM(2014) 81 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 3 mars 2014 Le 3 mars 2014 COM(2014) 81 final ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 3 mars 2014

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009 E 4817 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 octobre 2009 le 15 octobre

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 28.9.2010

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 28.9.2010 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 28.9.2010 C(2010) 6418 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 28.9.2010 sur la reconnaissance du cadre juridique et du dispositif de surveillance du Japon comme étant équivalents

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l'application : Santé et sécurité du travail Direction des services des ressources humaines Adoption : 23 mars 1998 (98-03-23-05) Entrée

Plus en détail

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL 1.6.2011 Journal officiel de l Union européenne C 162/1 IV (Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL Résolution du Conseil et des représentants

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

European Council conclusions on completing EMU 1

European Council conclusions on completing EMU 1 EUROPEA COU CIL Brussels, 14 December 2012 European Council conclusions on completing EMU 1 adopted on 14 December 2012 Feuille de route pour l'achèvement de l'uem 1. Compte tenu des défis fondamentaux

Plus en détail

Orientations sur l'approche par transparence

Orientations sur l'approche par transparence EIOPA-BoS-14/171 FR Orientations sur l'approche par transparence EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 21.3.2011 COM(2011) 137 final 2008/0090 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL modifiant le règlement (CE) n 1049/2001 relatif à l'accès

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur

COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2509/03 FR Orig. EN Bruxelles, le 3 mars 2003 MARKT/F3/UL D(2003) NOTE DES SERVICES DE LA COMMISSION Objet: I Conception

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL. relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL. relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 98 final 2015/0051 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres FR FR

Plus en détail

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining)

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Description de projet Mise à jour le 18 mai 2006 Coordinatrice: Equipe de projet: Laura Muresan, EAQUALS / PROSPER-ASE, Roumanie Frank Heyworth,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

29.10.2013 Journal officiel de l Union européenne L 287/5

29.10.2013 Journal officiel de l Union européenne L 287/5 29.10.2013 Journal officiel de l Union européenne L 287/5 RÈGLEMENT (UE) N o 1022/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 octobre 2013 modifiant le règlement (UE) n o 1093/2010 instituant une Autorité

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Orientations relatives aux limites des contrats

Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA-BoS-14/165 FR Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

STABILITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

STABILITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONSEIL EUROPEEN, 13-14 MARS 2008 SECRETARIAT DU CONSEIL DE L'UE ~FICHE D'INFORMATION N 5~ STABILITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Le Conseil européen discutera de la situation économique et de l'avancement des

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

ANNEXE. de la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

ANNEXE. de la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Strasbourg, le 16.12.2014 COM(2014) 910 final ANNEX 1 ANNEXE de la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services L'égalité de traitement en dehors du travail : l'accès aux biens et aux services Rossen Grozev Commission européenne Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017 Septembre 2013 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP)

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) (Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) Exposé écrit présenté par le Secrétaire général de l ONU au Tribunal international

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07

008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES 008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07 Bruxelles, le 22.2.2007 COM(2007)80 final 2004/0048 (COD) AVIS DE LA COMMISSION conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2

PROJET EUROMED JUSTICE III. Droit pénal et droit pénitentiaire. Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Projet financé par l Union européenne PROJET EUROMED JUSTICE III Droit pénal et droit pénitentiaire Deuxième réunion du GT 3 GT 3.2 Groupe de travail sur le droit pénal en vue de préparer un instrument

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE Conseil de l'union européenne 10879/15 (OR. en) PRESSE 50 PR CO 42 RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL 3403 e session du Conseil Affaires économiques et financières Bruxelles, le 14 juillet 2015 Président

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018 Octobre 2014 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) -coopération 25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 1 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de la Cour peut avoir sur la capacité de la Cour à mener à bien

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

et de conduire la recherche;

et de conduire la recherche; WHA18.44 Création d'un Centre international de Recherche sur le Cancer La Dix -Huitième Assemblée mondiale de la Santé, Attendu que l'article 18 de la Constitution prévoit, notamment, que l'une des attributions

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail