CHELEM Commerce International

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHELEM Commerce International"

Transcription

1 CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre

2 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur, produi, année) Données annuelles depuis1967 Valeurs en millions de dollars courans des Éas-Unis Couverure mondiale : 95 pays/zones (83 pays e 12 zones, plus un pose «non venilés» pour les pays non spécifiés); nomenclaure à 4 niveaux emboîés 3 nomenclaures secorielles : CHELEM (71 caégories), GTAP (43 caégories), CITI (147 caégories) Agrégaions secorielles muliples (filières de producion, sades de producion, niveaux echnologiques ) Indicaeurs muliples : soldes commerciaux, aux de couverure, avanages comparaifs révélés, cerains indicaeurs éan liés à CHELEM-PIB (populaion, PIB en valeur, en volume ou en PPA, aux de change) ou CHELEM-BAL (balance des paiemens) 2

3 Une base de données harmonisée Pour chaque flux du pays i vers le pays j, il peu y avoir : 1 déclaraion du pays exporaeur i ou du pays imporaeur j 2 déclaraions du pays exporaeur i e du pays imporaeur j : elles doiven alors êre harmonisées aucune déclaraion du ou Une base de données harmonisée de commerce bilaéral perme : des données cohérenes à la fois sur les produis e les pays une couverure mondiale avec le maximum de déail possible pour avoir des données de bonne qualié des données exhausives (les flux manquans son esimés) 3

4 Sources Source principale : base de données COMTRADE des Naions Unies FMI (Direcion of Trade Saisics) Aures sources inernaionales (OCDE, CNUCED, Banque mondiale) Sources naionales (Hong Kong pour ses réexporaions par pays d origine, Taïwan, Luxembourg de1993 à 1998 ) 4

5 Processus de consrucion 8 éapes: A. Premiers ess, agrégaions, ess de cohérence B. Réexporaions e réimporaions C. Données manquanes pour les pays déclaran habiuellemen D. Décafage : coûs de fre e d assurance reirés des imporaions caf E. Agrégaions géographiques F. Comparaison des flux miroir e correcions G. Harmonisaion H. Esimaion des pays issus de l ex-urss, de l ex-tchécoslovaquie, de l ex-yougoslavie, e de Belgique e du Luxembourg avan 1992 ou 1993, Bangladesh disingué du Paisan de 1967 à

6 A. Premiers ess, agrégaions, ess de cohérence Premiers ess : vérifier les formas, uniés, devise, nomenclaures géographiques e secorielles des données source (e faire les mises à jour nécessaires avec les nouveaux poses) Agrégaions : les produis son agrégés dans une nomenclaure CHELEM inermédiaire qui perme 3 agrégaions possibles en 71 caégories CHELEM, 43 caégories GTAP ou 147 caégories CTCI Tess de cohérence : - Pour des raisons de confidenialié, cerains pays ne déclaren pas leurs échanges de cerains produis, ou ne venilen pas cerains flux enre ous les pays parenaires. - Il y a donc une différence enre le «oal» déclaré des exporaions ou des imporaions avec un parenaire donné e la somme des flux déclarés par produis. - Si elle es posiive, cee différence es allouée au code produi «non venilés» (ou excepionnellemen au pérole bru pour les exporaeurs de pérole, par exemple). - Si elle es négaive, le code produi «non venilés» es mis à zéro pour ce parenaire. 6

7 B. Réexporaions e réimporaions (1) : définiions Réexporaions (définiion de COMTRADE) : marchandises d origine érangère exporées depuis une parie quelconque du errioire économique d un pays en l éa où elles se rouvaien au momen de leur imporaion (ou ayan subi une ransformaion qui n a pas changé leur origine) Réimporaions (définiion de COMTRADE) : biens domesiques se rouvan dans le même éa que lorsqu ils on éé exporés (ou ayan subi une ransformaion qui n a pas changé leur origine) qui son réadmis sur une parie quelconque du errioire économique de leur pays d origine Dans COMTRADE, les réexporaions e les réimporaions son incluses dans les exporaions e les imporaions Dans CHELEM, les réexporaions e les réimporaions son exclues des exporaions e des imporaions e des raiemens spéciaux son effecués pour Hong Kong (don les réexporaions aeignen 3 % du commerce inernaional) e Singapour (don les réexporaions, comme les réimporaions, approchen 1 % du commerce inernaional) 7

8 B. Réexporaions e réimporaions (2) : Hong Kong Exporaions de Hong Kong : les réexporaions son sousraies aux exporaions déclarées par Hong Kong à COMTRADE, comme pour les aures pays déclaran des réexporaions. Imporaions de Hong Kong : pour mesurer correcemen les imporaions domesiques de Hong Kong, les réexporaions par pays d origine e produi (source : Hong Kong Census and Saisics Deparmen) son sousraies, auan que possible, aux imporaions déclarées par Hong Kong à COMTRADE. Pour un produi donné, si les réexporaions venan d un parenaire donné de Hong Kong excèden les imporaions de Hong Kong venan de ce parenaire, les imporaions de Hong Kong de ce produi venan de ce parenaire son mises à zéro. Exporaions d aures pays vers Hong Kong à desinaion finale d aures pays : cerains pays, comme la Chine, les Éas-Unis, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, la Malaisie, la Thaïlande e l Inde, déclaren des monans d exporaions imporans vers Hong Kong, incluan des biens réexporés plus ard par Hong Kong vers d aures pays. Leurs exporaions ransian par Hong Kong son réaffecées à leurs vériables desinaions finales. 8

9 B. Réexporaions e réimporaions (3) : Singapour Pour Singapour, les réexporaions e les réimporaions, n éan pas déclarées dans COMTRADE, doiven êre esimées. Les réexporaions e réimporaions oales de 1970 à 1993 son publiées par le FMI. A parir de 1994, seules les réexporaions oales (RX) son disponibles sur Les réimporaions oales (RM) son donc esimées par le CEPII : RM = 0.8 * RX (en 1993, RM/RX=0.8). Réexporaions : les raios 1991 des réexporaions sur les exporaions déaillées par produi (source : Singapore Trade Saisics December 1991, au niveau CTCI) son mulipliés par les exporaions du produi du parenaire j e un muliplicaeur afin de garder le oal des réexporaions : RX j = 1991 RX Min ( X j, α. X j α. X ) avec α 1991 = j j RX X 1991 j 1991 j 9

10 B. Réexporaions e réimporaions (4) : Singapour Réimporaions : elles son calculées en foncion des réexporaions. Elles ne doiven pas excéder les imporaions, de même que les réexporaions ne doiven pas excéder les exporaions. RM j = Min ( RX RM M j, M j. M RX ) Les réexporaions e réimporaions calculées ainsi sousraies respecivemen aux exporaions e imporaions de Singapour déclarées dans COMTRADE pour esimer les exporaions e imporaions domesiques de Singapour. À parir de 1993, un raiemen spécial es appliqué aux composans élecroniques, au maériel informaique e aux produis raffinés du pérole (qui consiuen à eux rois la moiié des exporaions singapouriennes). 10

11 C. Données manquanes pour les pays déclaran habiuellemen (1) Quand un pays déclaran habiuellemen ne déclare pas ses exporaions e/ou imporaions l année n, elles doiven êre esimées. Si les données déaillées par produi ou par parenaire ne son pas disponibles, les principales méhodes son les calculs par srucure ou par inerpolaion e l uilisaion des saisiques miroir (déclarées par les pays parenaires). Les exporaions e imporaions oales peuven êre rouvées dans la publicaion du FMI Direcion of Trade Saisics (DOTS) ou dans le Bullein Mensuel de Saisiques (BMS) des Naions Unies (ou dans les saisiques de la CNUCED ou dans les saisiques naionales). Sinon, elles peuven êre esimées par endance (variaion des exporaions ou imporaions oales de la zone ou du coninen ou du monde). Par srucure : on applique la srucure croisée géographique e secorielle des exporaions (resp. imporaions) d une année disponible aux exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane. L année de référence doi êre aussi proche que possible de l année esimée. Si les exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane ne son pas connues, on applique la variaion des exporaions (resp. imporaions) oales de la zone ou du coninen (ou du monde). 11

12 C. Données manquanes pour les pays déclaran habiuellemen (2) Par inerpolaion : si on dispose de la venilaion croisée géographique e secorielle des exporaions (resp. imporaions) pour deux années disanes 0 e n mais pas pour les années inermédiaires, les données pour les années manquanes son calculées par inerpolaion. Deux cas son possibles : Les exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane son connues : X ij = X i 0.( n X ij. n 0 X 0 i + 0. n 0 X X n ij n i ) Les exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane ne son pas connues : n 0 0 X ij =. X ij +. X n 0 n 0 n ij 12

13 D. Décafage : coûs de fre e d assurance reirés des imporaions caf Les exporaions son habiuellemen déclarées fab (franco à bord) alors que les imporaions son déclarées caf (coûs d assurance e de fre jusqu à la fronière du pays imporaeur inclus), suivan les recommandaions des Naions Unies (voir la référence sur la dernière diapo). Afin d obenir des valeurs comparables (fab) d exporaions e d imporaions, le fre e l assurance son reirés des imporaions caf. Mcaf 1 Mfab ij ij = avec fre ij = aux IJK * (1 + ) * coef * ind 1 + fre 9 ij i, j,, : pays exporaeur, pays imporaeur, produi, année I : zone à laquelle le pays i apparien J : zone à laquelle le pays j apparien K : produi de référence pour aux IJK : aux de fre pour le produi de référence K de la zone I vers la zone J en /9 : muliplicaeur pour enir compe du coû addiionnel de l assurance, esimé à 1/9 du coû du fre coef : coefficien muliplicaif lian à K ind : indice d évoluion du fre pour le produi (selon le produi, il es calculé avec les indices d évoluion du fre des navires de ligne ou des péroliers, en vrac ou au voyage, e avec les indices de valeur uniaire; ainsi il ien compe de la disance e du raio valeur / poids) 13

14 E. Agrégaions géographiques Agrégaions géographiques : - Comme il es difficile d obenir des données de commerce inernaional perinenes exhausives déaillées par produis de chaque pays du monde vers chaque pays du monde pour chaque année, seuls 83 pays son gardés dans la base de données CHELEM Commerce Inernaional. Les aures pays son agrégés en 12 zones : aures en Amérique, Caucase, aures CEI, Serbie-Monénégro, Union sud-africaine, PMA en Afrique, aures Afrique, aures du Golfe, Moyen-Orien non OPEP, Cambodge e Laos, PMA en Asie/Océanie, aures Asie/Océanie. - Par ailleurs, ceraines agrégaions géographiques son nécessaires afin de garder des séries cohérenes : Les Éas-Unis incluen les îles Vierges américaines e Poro Rico; la France inclu les déparemens d oure-mer e Monaco... Le commerce inra à l inérieur de chacune de ces agrégaions es mis à zéro. - Ces agrégaions peuven êre effecuées avan e/ou après les comparaisons e correcions. 14

15 F. Comparaison des flux miroir e correcions (1) Les éapes A à D abouissen à deux ensembles de données, ous les deux fob : - les déclaraions d exporaions domesiques - les déclaraions d imporaions domesiques. Comparaison des flux miroir : ces flux miroir déclarés respecivemen par le pays exporaeur i ( X ij ) e le pays imporaeur j ( M ij ) pour le produi e l année son comparés, en proporion (i) du commerce inernaional oal W e (ii) du commerce oal du produi déclaré par ous les pays déclarans : (i) Q1 = X ij W M ij (ii) Q2 = X ij M ij ( X i + M j ' ' i' j' ) / 2 i' e j' décrivan les pays déclarans Les raios les plus imporans son analysés, puis ceraines déclaraions son corrigées avan l harmonisaion finale. Il peu y avoir des iéraions : comparaison, correcions, puis nouvelle comparaison, nouvelles correcions, ec. 15

16 F. Comparaison des flux miroir e correcions (2) Pour des raios Q1 e Q2 imporans, différenes correcions son possibles : Remplacemen des déclaraions manquanes par les déclaraions du parenaire. (Aenion, le pays qui déclare un monan plus élevé n es pas nécessairemen le meilleur déclaran. Par exemple, l Allemagne déclare la valeur oale des Airbus produis conjoinemen à chaque passage de la fronière française, pour les exporaions e les imporaions. CHELEM prend les déclaraions françaises basées sur la seule valeur ajouée. Les soldes déclarés par les deux pays son comparables.) Réaffecaion des produis «non venilés» aux produis correcs (connus par les déclaraions d une aure année ou par celles des pays parenaires). Réaffecaion des parenaires «non spécifiés» aux bons parenaires (connus par les déclaraions d une aure année ou par celles des pays parenaires). Sous-venilaion secorielle : par exemple enre véhicules e pièces déachées, le sousoal (véhicules + pièces) es conservé mais avec la sous-venilaion du parenaire. Sous-venilaion géographique : par exemple à l inérieur d un ensemble de pays européens pour les exporaions américaines. Le oal des exporaions d un produi déclarées par les Éas-Unis vers l Europe de l Oues es conservé mais avec la sousvenilaion géographique déclarée par les pays européens. 16

17 G. Harmonisaion (1) : les quare caégories Deux ensembles de marices son mainenan disponibles : les déclaraions des exporaeurs e celles des imporaeurs. Un flux donné du pays i vers le pays j peu êre déclaré soi par aucun des deux pays, soi par un seul (l exporaeur ou l imporaeur), soi par les deux, généralemen alors avec des monans différens. Dans ce dernier cas les données doiven êre harmonisées. S il n y a aucune déclaraion elles doiven êre esimées. Les pays son classés en quare caégories suivan la qualié de leurs déclaraions, puis les meilleurs déclarans on priorié sur les aures e différens processus d harmonisaion son effecués afin d obenir une valeur unique pour chaque flux élémenaire. Les quare caégories son les suivanes (voir le sie du CEPII pour plus de déail) : alpha 1 : pays bons déclarans (Amérique du Nord, Europe de l Oues, Turquie, Israël, Japon, 4 dragons asiaiques, Ausralie, Nouvelle-Zélande) : plus de 80 % du commerce inernaional alpha 2 : pays moins bons déclarans (ou déclaran avec reard), comme la Chine quand elle déclare, le Mexique, le Brésil, l Inde, la Russie, la Malaisie... bêa 1 : zones conenan d assez bons déclarans (Amérique e Asie/Océanie nda) bêa 2 : pays ou zones sans bons déclarans (ou don les bons déclarans ne représenen pas une par suffisane des exporaions e des imporaions) : Libye, Moyen-Orien, PMA en Afrique, PMA en Asie/Océanie, Cambodge e Laos... (e ex-urss ) 17

18 G. Harmonisaion (2) : les différens processus IMPORTATEURS Alpha 1 Alpha 2 Bêa 1 Bêa 2 Q11 Q12 Q21 Q22 Alpha 1 harm. RAS décl. X décl. X décl. X EXPORTATEURS Alpha 2 Q13 décl. M Q14 max (décl. M, décl. X) Q31 Q32 Q23 décl. X Q41 Q24 décl. X Q42 Bêa 1 décl. M décl. M esim. esim. Q33 Q34 Q43 Q44 Bêa 2 décl. M décl. M esim. esim. 18

19 G. Harmonisaion (3) : Q11 échanges enre bons déclarans (alpha 1) Pourquoi harmoniser? Les déclaraions des pays alpha 1 son fiables e régulières. Mais l exporaeur e l imporaeur ne déclaren pas la même valeur pour le même flux, même après avoir reiré le fre des imporaions cif e avoir fai ceraines correcions. Les deux valeurs déclarées son harmonisées avec la méhode ieraive RAS (voir Sone e alii (1963)). Marice iniiale e oaux objecifs : Tou d abord, la marice (décl. X + 2 décl. M)/3 es calculée au niveau agrégé (18 caégories de produis). Les imporaeurs connaissen mieux l origine des produis imporés que les exporaeurs la desinaion des produis exporés. Mais les exporaeurs en connaissen mieux les monans, donc on garde le oal géographique des déclaraions des exporaeurs pour chaque caégorie. Les oaux objecifs son calculés, pour chaque ligne (oal des exporaions d un produi d un pays alpha 1 vers le oal des pays alpha 1) e chaque colonne (oal des imporaions). Muliplicaions successives : puis des muliplicaions successives par le oal visé pour la ligne (resp. colonne) divisé par le oal calculé couran son effecuées sur les lignes e les colonnes en alernance jusqu à ce que la marice converge : quand le oal de chaque ligne e le oal de chaque colonne on moins de 0,1 % d écar avec les oaux objecifs correspondans, les muliplicaeurs emboîés des lignes e des colonnes de chaque caégorie agrégée son appliqués pour chaque caégorie de produis déaillée de CHELEM. 19

20 G. Harmonisaion (4) : Q14 échanges enre moins bons déclarans (alpha 2) Pour les échanges enre pays moins bons déclarans (en moyenne moins de 5 % du commerce inernaional depuis 1992), la méhode uilisée es rès simple : la valeur harmonisée es le maximum des valeurs déclarées par l exporaeur e l imporaeur : avec : X ij H = max( X ij ij, M ij : exporaions du produi du pays i vers le pays j déclarées par le pays i ) M ij H ij : exporaions du produi du pays i vers le pays j déclarées par le pays j : exporaions du produi du pays i vers le pays j harmonisées Pour les produis «non spécifiés» ( = nda), c es le conraire : H = min( X ij nda ij nda, M ij nda ) 20

21 G. Harmonisaion (5) : Q41 échanges enre zones avec peu de déclarans (bêa 1) Dans chaque zone bêa 1 il y a des pays bons déclarans, par exemple Cosa Rica, Guaemala, Jamaïque e Trinié pour les «Aures en Amérique». Chaque zone exporarice I (e chaque zone imporarice J) es divisée en deux paries : {i} e {j} pour les pays bons déclarans (ex : Cosa Rica + Guaemala + Jamaïque + Trinié) e {I-i} e {J-j} pour les aures pays. Pour chaque zone exporarice bêa 1 I, chaque zone imporarice bêa 1 J e chaque produi, le commerce harmonisé de la zone I vers la zone J pour le produi es calculé ainsi : H {i} {I-i} X ( max( X{ i}{ j}, M{ i}{ j} ) + X{ i}{ J j} + M{ I i}{ j} ) IJ = * max( X, ) ' ' IJ MIJ ( max( X, M ) + X + M ) { i}{ j} M M I X IJ ' { i}{ j} { i}{ j} { i}{ J j} { I i}{ j} : bons déclarans de la zone I : aures pays de la zone I : exporaions de produi de {i} vers {j} déclarées par {i} { }{ } : imporaions de produi de {j} venan de {I-i} déclarées par {j} I i j { : imporaions oales de {j} venan de {I-i} déclarées par {j} i}{ j} : exporaions oales de I vers J (source : DOTS du FMI ou BMS de l ONU ) 21

22 G. Harmonisaion (6) : Q42 e Q43 échanges enre zones bêa 1 e bêa 2 La venilaion par produis déclarée par les pays bons déclarans des zones bêa 1 es appliquée aux oaux bilaéraux rouvés dans les annuaires du FMI e de l ONU afin de calculer des données harmonisées. Pour les exporaions des zones bêa 1 I vers les zones bêa 2 J (Q42) : X H * IJ ij = X IJ X ij Pour les exporaions des zones bêa 2 I vers les zones bêa 1 J (Q43) : M H * i j IJ X ij X ij M Ij Ij = X IJ M Ij : bons déclarans de la zone I : bons déclarans de la zone J : exporaions de produi de i vers J déclarées par i : exporaions oales de i vers J déclarées par i : imporaions de produi de j venan de I déclarées par j X IJ : exporaions oales de I vers J (source : DOTS du FMI ou BMS de l ONU) 22

23 G. Harmonisaion (7) : Q44 échanges enre pays non déclarans (bêa 2) Pour chaque zone exporarice bêa 2 I, la venilaion par produis des imporaions de ous les pays imporaeurs sauf les bêa 2 (les pays alpha 1 e alpha 2 e les zones bêa 1) venan de la zone bêa 2 J es appliquée aux oaux bilaéraux rouvés dans les annuaires du FMI e de l ONU afin de calculer des données harmonisées. IJ M Ij j décrivan les pays alpha e les zonesbêa1 = X IJ M Ij j décrivan les pays alpha e les zonesbêa1 H * j : pays alpha 1 e alpha 2 e zones bêa 1 M Ij M Ij X IJ : imporaions de produi de j venan de I déclarées par j : imporaions oales de j venan de I déclarées par j : exporaions oales de I vers J (source : DOTS du FMI ou BMS de l ONU) 23

24 H. Esimaion des pays issus de l ex-urss, de l ex-yougoslavie, de l ex-tchécoslovaquie, e de la Belgique e du Luxembourg avan 1992 ou 1993 (1) Moivaion : Les pays issus de l ex-urss, de l ex-yougoslavie e de l ex-tchécoslovaquie n on éé reconnus par l ONU qu en 1992 (1993 pour les républiques chèque e slovaque). Pour conserver la même nomenclaure sur l ensemble de la période, les données concernan ces pays on dû êre esimées depuis 1967 jusqu en 1991 ou C es le même enjeu pour la Belgique e le Luxembourg de 1967 à La Belgique e le Luxembourg n on commencé à déclarer leurs échanges séparémen à l ONU qu en Comme le Luxembourg produi des saisiques d exporaions e d imporaions depuis 1993 e qu il les a envoyées au CEPII, les données pour la Belgique enre 1993 e 1998 on pu êre esimées en sousrayan les données du Luxembourg des données envoyées par l Union Économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) à l ONU. De même, les échanges du Bangladesh son déduis de ceux du Paisan de 1967 à Le commerce «inra» (enre pays issus de l ex-urss, ou de l ex-yougoslavie, avan 1992, ou enre pays issus de l ex-tchécoslovaquie, ou enre la Belgique e le Luxembourg, avan 1993, ou enre Bangladesh e Paisan avan 1972) es mis à zéro dans les esimaions. 24

25 H. Esimaion des pays issus de l ex-urss, de l ex-yougoslavie, de l ex-tchécoslovaquie, e de la Belgique e du Luxembourg avan 1992 ou 1993 (2) Calcul : pour les années manquanes, pour chaque zone I, parenaire J e produi, on applique la venilaion de la «zone» I en pays i issus de I de 1993 (ou 1992, ou 1972) : 1993 H H Ji H * e,, avec oujours ij = H IJ H Ji = H JI * H = II H H 1993 ij 1993 IJ I : ex-urss, ex-yougoslavie, ex-tchécoslovaquie, ex-paisan ou UEBL, sans les échanges inra i : Belgique e Luxembourg si I = UEBL, Rép. chèque e Rép. slovaque si I = ex-tchécoslovaquie, J : pays ou zone parenaire Si le parenaire J es l une des 4 aures zones, H 1993 = = 0 Si ou, on applique la venilaion pour = oal ou J = monde. IJ H JI Pour les rares cas resans, on applique la venilaion pour = oal e J = monde, ou bien le monan oal es affecé au pays principal de la zone (Russie, Serbie/Monénégro, République chèque, Belgique ou Paisan). JI H = H ij IJ H * H 1993 ij 1993 IJ 25

26 Bibliographie de SAINT VAULRY, A. (2008), Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII, documen de ravail du CEPII , Juin 2008 hp:// Unied Naions (2004), Saisiques du commerce inernaional de marchandises : Manuel des saisiciens, Naions Unies, Division saisique (UNSD), Séries F, N 87 (hp://unsas.un.org/unsd/rade/mehodology ims.hm e hp:/unsas.un.org/unsd/publicaion/seriesf/seriesf_87f.pdf) Sone, R., Baes, J., Bacharach, M. (1963), Inpu-Oupu Relaionships, , in Sone, R., A Programme for Growh, Vol. 3, Chapman & Hall, Londres 26

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY N 2008 09 Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N 2008-09 Juin Base de données CHELEM

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

III. Commerce des services commerciaux

III. Commerce des services commerciaux III. Commerce des services commerciaux Les exportations de services commerciaux ont augmenté de 11 pour cent. Faits saillants de l évolution en 211: vue d ensemble Données commerciales Liste des tableaux

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Annexe technique. Base de données du tableau de bord de l ONUDI. Exportations. Valeur ajoutée dans le secteur manufacturier

Annexe technique. Base de données du tableau de bord de l ONUDI. Exportations. Valeur ajoutée dans le secteur manufacturier Annexe technique Base de données du tableau de bord de l ONUDI Exportations Source des données: Organisation des Nations Unies, base de données Commodity Trade Statistics (Comtrade). La classification

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada Congrès annuel de l Association des économistes québécois Glen Hodgson Premier vice-président et économiste en chef Conference Board

Plus en détail

Le projet SIMSTAT discussion. Charlotte EMLINGER 21 mai 2014

Le projet SIMSTAT discussion. Charlotte EMLINGER 21 mai 2014 Le projet SIMSTAT discussion Charlotte EMLINGER 21 mai 2014 Le projet SIMSTAT Objectifs : Améliorer la cohérence des statistiques de commerce intra-européen Réduire les charges administratives pour les

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

Voyages internationaux : renseignements préliminaires

Voyages internationaux : renseignements préliminaires N o 66-001-P au catalogue Vol. 31, n o 2. Bulletin de service Voyages internationaux : renseignements préliminaires 2015. Tableaux statistiques Tableau 1 Voyages internationaux au Canada pourcentage pourcentage

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

Qu est ce qu un un pays émergent?

Qu est ce qu un un pays émergent? Séminaire de l IDDRI : Pays émergents et aide publique au développement Qu est ce qu un un pays émergent? Michel Fouquin Iddri 10 Avril 2007 Questions de définitiond Du concept de Tiers-Monde (Sauvy) après

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Synthèse des premières données export 2013 Avec au global 62 776 hl AOP vins secs et VDN

Synthèse des premières données export 2013 Avec au global 62 776 hl AOP vins secs et VDN Synthèse des premières données export 2013 Au niveau national et à fin 2013, les exportations d AOP sont stables tant en volume qu en valeur et dans un contexte régional où les volumes globaux de vin AOP

Plus en détail

Voyages internationaux : renseignements préliminaires

Voyages internationaux : renseignements préliminaires N o 66-001-P au catalogue Vol. 25, n o 5. Bulletin de service Voyages internationaux : renseignements préliminaires 2009. Tableaux statistiques Tableau 1 Voyages internationaux au Canada pourcentage pourcentage

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal

La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal Portraits démographiques La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal Division des affaires économiques et institutionnelles Mars 2010 République populaire de Chine Algérie Maroc

Plus en détail

II. Commerce des marchandises

II. Commerce des marchandises II. Commerce des marchandises En 2012, le commerce mondial des marchandises a augmenté de 2 pour cent en volume dans le contexte d une faible demande mondiale et d une baisse des prix. Cela est beaucoup

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Leçon 3 : les FRACTURES NORD-SUD ont-elles été réduites ou aggravées par la mondialisation? A) Que signifie la fracture entre le Nord et le Sud?

Leçon 3 : les FRACTURES NORD-SUD ont-elles été réduites ou aggravées par la mondialisation? A) Que signifie la fracture entre le Nord et le Sud? Leçon 3 : les FRACTURES NORD-SUD ont-elles été réduites ou aggravées par la mondialisation? LES NOUVELLES FRONTIERES ECONOMIQUES ( site les dessous des cartes) A) Que signifie la fracture entre le Nord

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie?

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie? Sourcing en Asie Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie de Saint-Etienne / Montbrison Tél : 04.77.43.04.50

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

LES MODALITES DE CALCUL DE L ALLOCATION CHOMAGE EN EUROPE Comparaisons européennes

LES MODALITES DE CALCUL DE L ALLOCATION CHOMAGE EN EUROPE Comparaisons européennes LES MODALITES DE CALCUL DE L ALLOCATION CHOMAGE EN EUROPE Comparaisons européennes Groupe paritaire politique 30 avril 2015 Avril 2015 - L ASSURANCE CHÔMAGE - Page 1 Modalités de calcul de l allocation

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US)

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US) COMMERCE EXTÉRIEUR Le commerce extérieur de l espace Caraïbe 1 représente en 2001 plus de 297 milliards de dollars 2 en importations et plus de 290 milliards en exportations ce qui équivaut à un solde

Plus en détail

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis).

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis). ESTP TP1 nnée 2008-2009 PPLICTION 1 : POUTRES DROITES ISOSTTIQUES EXERCICE 1 On considère un pon en béon, de longueur 15 m, don la secion es une dalle en béon armé de largeur 5m e d épaisseur 0,9 m. Le

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

Démographie. Part du PIB mondial, 2012

Démographie. Part du PIB mondial, 2012 142/2014-19 septembre 2014 L'UE dans le monde L'UE dans le monde en treize thèmes statistiques Le G20 rassemble les principales économies développées et émergentes dans le monde. Il comprend l'ue, quatre

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Conversion Analogique Numérique

Conversion Analogique Numérique Sysèmes Numériques CAN Classe : TSTI2D S.I.N Conversion Analogique Numérique Pourquoi converir? De nos jours, nous uilisons énormémen d'appareils numériques pour la facilié de sockage e de raiemen. Les

Plus en détail

Enquête sur les coûts de transport et d'assurance liés à l'acheminement des marchandises réalisée en 2015

Enquête sur les coûts de transport et d'assurance liés à l'acheminement des marchandises réalisée en 2015 http://lekiosque.finances.gouv.fr Etudes et éclairages Janvier 2016 Les entreprises de taille intermédiaire réalisent un tiers des exportations françaises Enquête sur les coûts de transport et d'assurance

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Indicateurs du milieu éducatif

Indicateurs du milieu éducatif Indicaeurs du milieu éducaif 1. Inroducion : n marge de la conférence T éducaion our ous (FA) de Jomien (1990), un groue consulaif a mis en lace des direcives echniques afin de recueillir, analyser les

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

1. Contexte. Le Partenariat vise à :

1. Contexte. Le Partenariat vise à : Atelier régional conjoint CEA-UIT-CNUCED sur la mesure de la société de l information en Afrique Du 7 au 9 mars 2007 à Addis Abéba, Ethiopie Centre de Conférence des Nations Unies (CCNU) Organisé par la

Plus en détail

La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales

La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales La Banque de France est un des principaux membres du Système européen de banques centrales (SEBC). En tant

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

ICC 110 5. 28 février 2013 Original: français. Conseil international du Café 110 e Session 4 8 Mars 2013 Londres, Royaume Uni

ICC 110 5. 28 février 2013 Original: français. Conseil international du Café 110 e Session 4 8 Mars 2013 Londres, Royaume Uni ICC 110 5 28 février 2013 Original: français F Conseil international du Café 110 e Session 4 8 Mars 2013 Londres, Royaume Uni Les échanges mondiaux du café soluble Contexte Conformément aux objectifs de

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE 09 Janvier 2014 FRÉQUENTATION TOURISTIQUE En janvier 2014, le nombre de touristes visitant la Polynésie française connaît une forte hausse (+ 11,2 %) par rapport à janvier 2013. Cette hausse s explique

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Exportations de marchandises par région et par produit, 2013 (milliards de $EU) Augmentation

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour

30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité. Groupe Carrefour ! Université d Automne 2003! Enseignants de Sciences Economiques et Sociales - Entreprises 30 ans de présence de Carrefour au Brésil: le cas des filières qualité Groupe Carrefour 1 30 ans de présence au

Plus en détail

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur 632.14 du 12 octobre 2011 (Etat le 1 er janvier 2012) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 15, al. 1, de la loi du 9 octobre 1986 sur le tarif des douanes

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A HONG KONG SERVICE ÉCONOMIQUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A HONG KONG SERVICE ÉCONOMIQUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A HONG KONG SERVICE ÉCONOMIQUE Rédigé par : Antoine Aubel Revu par : Yann Pouëzat Hong Kong, le 11 juin 2015 NOTE Objet : Le rôle de Hong Kong dans le commerce international

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Fidélité Type 3 Carte de points et cartes cadeaux avec

Fidélité Type 3 Carte de points et cartes cadeaux avec Fidélité Type 3 Carte de points et cartes cadeaux avec Le but de cette fonction est de permettre à un commerçant d offrir à ses clients des cartes de points, leur permettant d accumuler des points et de

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen du Code régissant

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

Conjoncture française

Conjoncture française Conjoncure française La fore hausse des imporaions manufacurières depuis 2014 reflèe la composiion de la demande, sauf dans les maériels de ranspor Depuis 2014, les imporaions françaises son dynamiques,

Plus en détail