CHELEM Commerce International

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHELEM Commerce International"

Transcription

1 CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre

2 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur, produi, année) Données annuelles depuis1967 Valeurs en millions de dollars courans des Éas-Unis Couverure mondiale : 95 pays/zones (83 pays e 12 zones, plus un pose «non venilés» pour les pays non spécifiés); nomenclaure à 4 niveaux emboîés 3 nomenclaures secorielles : CHELEM (71 caégories), GTAP (43 caégories), CITI (147 caégories) Agrégaions secorielles muliples (filières de producion, sades de producion, niveaux echnologiques ) Indicaeurs muliples : soldes commerciaux, aux de couverure, avanages comparaifs révélés, cerains indicaeurs éan liés à CHELEM-PIB (populaion, PIB en valeur, en volume ou en PPA, aux de change) ou CHELEM-BAL (balance des paiemens) 2

3 Une base de données harmonisée Pour chaque flux du pays i vers le pays j, il peu y avoir : 1 déclaraion du pays exporaeur i ou du pays imporaeur j 2 déclaraions du pays exporaeur i e du pays imporaeur j : elles doiven alors êre harmonisées aucune déclaraion du ou Une base de données harmonisée de commerce bilaéral perme : des données cohérenes à la fois sur les produis e les pays une couverure mondiale avec le maximum de déail possible pour avoir des données de bonne qualié des données exhausives (les flux manquans son esimés) 3

4 Sources Source principale : base de données COMTRADE des Naions Unies FMI (Direcion of Trade Saisics) Aures sources inernaionales (OCDE, CNUCED, Banque mondiale) Sources naionales (Hong Kong pour ses réexporaions par pays d origine, Taïwan, Luxembourg de1993 à 1998 ) 4

5 Processus de consrucion 8 éapes: A. Premiers ess, agrégaions, ess de cohérence B. Réexporaions e réimporaions C. Données manquanes pour les pays déclaran habiuellemen D. Décafage : coûs de fre e d assurance reirés des imporaions caf E. Agrégaions géographiques F. Comparaison des flux miroir e correcions G. Harmonisaion H. Esimaion des pays issus de l ex-urss, de l ex-tchécoslovaquie, de l ex-yougoslavie, e de Belgique e du Luxembourg avan 1992 ou 1993, Bangladesh disingué du Paisan de 1967 à

6 A. Premiers ess, agrégaions, ess de cohérence Premiers ess : vérifier les formas, uniés, devise, nomenclaures géographiques e secorielles des données source (e faire les mises à jour nécessaires avec les nouveaux poses) Agrégaions : les produis son agrégés dans une nomenclaure CHELEM inermédiaire qui perme 3 agrégaions possibles en 71 caégories CHELEM, 43 caégories GTAP ou 147 caégories CTCI Tess de cohérence : - Pour des raisons de confidenialié, cerains pays ne déclaren pas leurs échanges de cerains produis, ou ne venilen pas cerains flux enre ous les pays parenaires. - Il y a donc une différence enre le «oal» déclaré des exporaions ou des imporaions avec un parenaire donné e la somme des flux déclarés par produis. - Si elle es posiive, cee différence es allouée au code produi «non venilés» (ou excepionnellemen au pérole bru pour les exporaeurs de pérole, par exemple). - Si elle es négaive, le code produi «non venilés» es mis à zéro pour ce parenaire. 6

7 B. Réexporaions e réimporaions (1) : définiions Réexporaions (définiion de COMTRADE) : marchandises d origine érangère exporées depuis une parie quelconque du errioire économique d un pays en l éa où elles se rouvaien au momen de leur imporaion (ou ayan subi une ransformaion qui n a pas changé leur origine) Réimporaions (définiion de COMTRADE) : biens domesiques se rouvan dans le même éa que lorsqu ils on éé exporés (ou ayan subi une ransformaion qui n a pas changé leur origine) qui son réadmis sur une parie quelconque du errioire économique de leur pays d origine Dans COMTRADE, les réexporaions e les réimporaions son incluses dans les exporaions e les imporaions Dans CHELEM, les réexporaions e les réimporaions son exclues des exporaions e des imporaions e des raiemens spéciaux son effecués pour Hong Kong (don les réexporaions aeignen 3 % du commerce inernaional) e Singapour (don les réexporaions, comme les réimporaions, approchen 1 % du commerce inernaional) 7

8 B. Réexporaions e réimporaions (2) : Hong Kong Exporaions de Hong Kong : les réexporaions son sousraies aux exporaions déclarées par Hong Kong à COMTRADE, comme pour les aures pays déclaran des réexporaions. Imporaions de Hong Kong : pour mesurer correcemen les imporaions domesiques de Hong Kong, les réexporaions par pays d origine e produi (source : Hong Kong Census and Saisics Deparmen) son sousraies, auan que possible, aux imporaions déclarées par Hong Kong à COMTRADE. Pour un produi donné, si les réexporaions venan d un parenaire donné de Hong Kong excèden les imporaions de Hong Kong venan de ce parenaire, les imporaions de Hong Kong de ce produi venan de ce parenaire son mises à zéro. Exporaions d aures pays vers Hong Kong à desinaion finale d aures pays : cerains pays, comme la Chine, les Éas-Unis, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, la Malaisie, la Thaïlande e l Inde, déclaren des monans d exporaions imporans vers Hong Kong, incluan des biens réexporés plus ard par Hong Kong vers d aures pays. Leurs exporaions ransian par Hong Kong son réaffecées à leurs vériables desinaions finales. 8

9 B. Réexporaions e réimporaions (3) : Singapour Pour Singapour, les réexporaions e les réimporaions, n éan pas déclarées dans COMTRADE, doiven êre esimées. Les réexporaions e réimporaions oales de 1970 à 1993 son publiées par le FMI. A parir de 1994, seules les réexporaions oales (RX) son disponibles sur Les réimporaions oales (RM) son donc esimées par le CEPII : RM = 0.8 * RX (en 1993, RM/RX=0.8). Réexporaions : les raios 1991 des réexporaions sur les exporaions déaillées par produi (source : Singapore Trade Saisics December 1991, au niveau CTCI) son mulipliés par les exporaions du produi du parenaire j e un muliplicaeur afin de garder le oal des réexporaions : RX j = 1991 RX Min ( X j, α. X j α. X ) avec α 1991 = j j RX X 1991 j 1991 j 9

10 B. Réexporaions e réimporaions (4) : Singapour Réimporaions : elles son calculées en foncion des réexporaions. Elles ne doiven pas excéder les imporaions, de même que les réexporaions ne doiven pas excéder les exporaions. RM j = Min ( RX RM M j, M j. M RX ) Les réexporaions e réimporaions calculées ainsi sousraies respecivemen aux exporaions e imporaions de Singapour déclarées dans COMTRADE pour esimer les exporaions e imporaions domesiques de Singapour. À parir de 1993, un raiemen spécial es appliqué aux composans élecroniques, au maériel informaique e aux produis raffinés du pérole (qui consiuen à eux rois la moiié des exporaions singapouriennes). 10

11 C. Données manquanes pour les pays déclaran habiuellemen (1) Quand un pays déclaran habiuellemen ne déclare pas ses exporaions e/ou imporaions l année n, elles doiven êre esimées. Si les données déaillées par produi ou par parenaire ne son pas disponibles, les principales méhodes son les calculs par srucure ou par inerpolaion e l uilisaion des saisiques miroir (déclarées par les pays parenaires). Les exporaions e imporaions oales peuven êre rouvées dans la publicaion du FMI Direcion of Trade Saisics (DOTS) ou dans le Bullein Mensuel de Saisiques (BMS) des Naions Unies (ou dans les saisiques de la CNUCED ou dans les saisiques naionales). Sinon, elles peuven êre esimées par endance (variaion des exporaions ou imporaions oales de la zone ou du coninen ou du monde). Par srucure : on applique la srucure croisée géographique e secorielle des exporaions (resp. imporaions) d une année disponible aux exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane. L année de référence doi êre aussi proche que possible de l année esimée. Si les exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane ne son pas connues, on applique la variaion des exporaions (resp. imporaions) oales de la zone ou du coninen (ou du monde). 11

12 C. Données manquanes pour les pays déclaran habiuellemen (2) Par inerpolaion : si on dispose de la venilaion croisée géographique e secorielle des exporaions (resp. imporaions) pour deux années disanes 0 e n mais pas pour les années inermédiaires, les données pour les années manquanes son calculées par inerpolaion. Deux cas son possibles : Les exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane son connues : X ij = X i 0.( n X ij. n 0 X 0 i + 0. n 0 X X n ij n i ) Les exporaions (resp. imporaions) oales de l année manquane ne son pas connues : n 0 0 X ij =. X ij +. X n 0 n 0 n ij 12

13 D. Décafage : coûs de fre e d assurance reirés des imporaions caf Les exporaions son habiuellemen déclarées fab (franco à bord) alors que les imporaions son déclarées caf (coûs d assurance e de fre jusqu à la fronière du pays imporaeur inclus), suivan les recommandaions des Naions Unies (voir la référence sur la dernière diapo). Afin d obenir des valeurs comparables (fab) d exporaions e d imporaions, le fre e l assurance son reirés des imporaions caf. Mcaf 1 Mfab ij ij = avec fre ij = aux IJK * (1 + ) * coef * ind 1 + fre 9 ij i, j,, : pays exporaeur, pays imporaeur, produi, année I : zone à laquelle le pays i apparien J : zone à laquelle le pays j apparien K : produi de référence pour aux IJK : aux de fre pour le produi de référence K de la zone I vers la zone J en /9 : muliplicaeur pour enir compe du coû addiionnel de l assurance, esimé à 1/9 du coû du fre coef : coefficien muliplicaif lian à K ind : indice d évoluion du fre pour le produi (selon le produi, il es calculé avec les indices d évoluion du fre des navires de ligne ou des péroliers, en vrac ou au voyage, e avec les indices de valeur uniaire; ainsi il ien compe de la disance e du raio valeur / poids) 13

14 E. Agrégaions géographiques Agrégaions géographiques : - Comme il es difficile d obenir des données de commerce inernaional perinenes exhausives déaillées par produis de chaque pays du monde vers chaque pays du monde pour chaque année, seuls 83 pays son gardés dans la base de données CHELEM Commerce Inernaional. Les aures pays son agrégés en 12 zones : aures en Amérique, Caucase, aures CEI, Serbie-Monénégro, Union sud-africaine, PMA en Afrique, aures Afrique, aures du Golfe, Moyen-Orien non OPEP, Cambodge e Laos, PMA en Asie/Océanie, aures Asie/Océanie. - Par ailleurs, ceraines agrégaions géographiques son nécessaires afin de garder des séries cohérenes : Les Éas-Unis incluen les îles Vierges américaines e Poro Rico; la France inclu les déparemens d oure-mer e Monaco... Le commerce inra à l inérieur de chacune de ces agrégaions es mis à zéro. - Ces agrégaions peuven êre effecuées avan e/ou après les comparaisons e correcions. 14

15 F. Comparaison des flux miroir e correcions (1) Les éapes A à D abouissen à deux ensembles de données, ous les deux fob : - les déclaraions d exporaions domesiques - les déclaraions d imporaions domesiques. Comparaison des flux miroir : ces flux miroir déclarés respecivemen par le pays exporaeur i ( X ij ) e le pays imporaeur j ( M ij ) pour le produi e l année son comparés, en proporion (i) du commerce inernaional oal W e (ii) du commerce oal du produi déclaré par ous les pays déclarans : (i) Q1 = X ij W M ij (ii) Q2 = X ij M ij ( X i + M j ' ' i' j' ) / 2 i' e j' décrivan les pays déclarans Les raios les plus imporans son analysés, puis ceraines déclaraions son corrigées avan l harmonisaion finale. Il peu y avoir des iéraions : comparaison, correcions, puis nouvelle comparaison, nouvelles correcions, ec. 15

16 F. Comparaison des flux miroir e correcions (2) Pour des raios Q1 e Q2 imporans, différenes correcions son possibles : Remplacemen des déclaraions manquanes par les déclaraions du parenaire. (Aenion, le pays qui déclare un monan plus élevé n es pas nécessairemen le meilleur déclaran. Par exemple, l Allemagne déclare la valeur oale des Airbus produis conjoinemen à chaque passage de la fronière française, pour les exporaions e les imporaions. CHELEM prend les déclaraions françaises basées sur la seule valeur ajouée. Les soldes déclarés par les deux pays son comparables.) Réaffecaion des produis «non venilés» aux produis correcs (connus par les déclaraions d une aure année ou par celles des pays parenaires). Réaffecaion des parenaires «non spécifiés» aux bons parenaires (connus par les déclaraions d une aure année ou par celles des pays parenaires). Sous-venilaion secorielle : par exemple enre véhicules e pièces déachées, le sousoal (véhicules + pièces) es conservé mais avec la sous-venilaion du parenaire. Sous-venilaion géographique : par exemple à l inérieur d un ensemble de pays européens pour les exporaions américaines. Le oal des exporaions d un produi déclarées par les Éas-Unis vers l Europe de l Oues es conservé mais avec la sousvenilaion géographique déclarée par les pays européens. 16

17 G. Harmonisaion (1) : les quare caégories Deux ensembles de marices son mainenan disponibles : les déclaraions des exporaeurs e celles des imporaeurs. Un flux donné du pays i vers le pays j peu êre déclaré soi par aucun des deux pays, soi par un seul (l exporaeur ou l imporaeur), soi par les deux, généralemen alors avec des monans différens. Dans ce dernier cas les données doiven êre harmonisées. S il n y a aucune déclaraion elles doiven êre esimées. Les pays son classés en quare caégories suivan la qualié de leurs déclaraions, puis les meilleurs déclarans on priorié sur les aures e différens processus d harmonisaion son effecués afin d obenir une valeur unique pour chaque flux élémenaire. Les quare caégories son les suivanes (voir le sie du CEPII pour plus de déail) : alpha 1 : pays bons déclarans (Amérique du Nord, Europe de l Oues, Turquie, Israël, Japon, 4 dragons asiaiques, Ausralie, Nouvelle-Zélande) : plus de 80 % du commerce inernaional alpha 2 : pays moins bons déclarans (ou déclaran avec reard), comme la Chine quand elle déclare, le Mexique, le Brésil, l Inde, la Russie, la Malaisie... bêa 1 : zones conenan d assez bons déclarans (Amérique e Asie/Océanie nda) bêa 2 : pays ou zones sans bons déclarans (ou don les bons déclarans ne représenen pas une par suffisane des exporaions e des imporaions) : Libye, Moyen-Orien, PMA en Afrique, PMA en Asie/Océanie, Cambodge e Laos... (e ex-urss ) 17

18 G. Harmonisaion (2) : les différens processus IMPORTATEURS Alpha 1 Alpha 2 Bêa 1 Bêa 2 Q11 Q12 Q21 Q22 Alpha 1 harm. RAS décl. X décl. X décl. X EXPORTATEURS Alpha 2 Q13 décl. M Q14 max (décl. M, décl. X) Q31 Q32 Q23 décl. X Q41 Q24 décl. X Q42 Bêa 1 décl. M décl. M esim. esim. Q33 Q34 Q43 Q44 Bêa 2 décl. M décl. M esim. esim. 18

19 G. Harmonisaion (3) : Q11 échanges enre bons déclarans (alpha 1) Pourquoi harmoniser? Les déclaraions des pays alpha 1 son fiables e régulières. Mais l exporaeur e l imporaeur ne déclaren pas la même valeur pour le même flux, même après avoir reiré le fre des imporaions cif e avoir fai ceraines correcions. Les deux valeurs déclarées son harmonisées avec la méhode ieraive RAS (voir Sone e alii (1963)). Marice iniiale e oaux objecifs : Tou d abord, la marice (décl. X + 2 décl. M)/3 es calculée au niveau agrégé (18 caégories de produis). Les imporaeurs connaissen mieux l origine des produis imporés que les exporaeurs la desinaion des produis exporés. Mais les exporaeurs en connaissen mieux les monans, donc on garde le oal géographique des déclaraions des exporaeurs pour chaque caégorie. Les oaux objecifs son calculés, pour chaque ligne (oal des exporaions d un produi d un pays alpha 1 vers le oal des pays alpha 1) e chaque colonne (oal des imporaions). Muliplicaions successives : puis des muliplicaions successives par le oal visé pour la ligne (resp. colonne) divisé par le oal calculé couran son effecuées sur les lignes e les colonnes en alernance jusqu à ce que la marice converge : quand le oal de chaque ligne e le oal de chaque colonne on moins de 0,1 % d écar avec les oaux objecifs correspondans, les muliplicaeurs emboîés des lignes e des colonnes de chaque caégorie agrégée son appliqués pour chaque caégorie de produis déaillée de CHELEM. 19

20 G. Harmonisaion (4) : Q14 échanges enre moins bons déclarans (alpha 2) Pour les échanges enre pays moins bons déclarans (en moyenne moins de 5 % du commerce inernaional depuis 1992), la méhode uilisée es rès simple : la valeur harmonisée es le maximum des valeurs déclarées par l exporaeur e l imporaeur : avec : X ij H = max( X ij ij, M ij : exporaions du produi du pays i vers le pays j déclarées par le pays i ) M ij H ij : exporaions du produi du pays i vers le pays j déclarées par le pays j : exporaions du produi du pays i vers le pays j harmonisées Pour les produis «non spécifiés» ( = nda), c es le conraire : H = min( X ij nda ij nda, M ij nda ) 20

21 G. Harmonisaion (5) : Q41 échanges enre zones avec peu de déclarans (bêa 1) Dans chaque zone bêa 1 il y a des pays bons déclarans, par exemple Cosa Rica, Guaemala, Jamaïque e Trinié pour les «Aures en Amérique». Chaque zone exporarice I (e chaque zone imporarice J) es divisée en deux paries : {i} e {j} pour les pays bons déclarans (ex : Cosa Rica + Guaemala + Jamaïque + Trinié) e {I-i} e {J-j} pour les aures pays. Pour chaque zone exporarice bêa 1 I, chaque zone imporarice bêa 1 J e chaque produi, le commerce harmonisé de la zone I vers la zone J pour le produi es calculé ainsi : H {i} {I-i} X ( max( X{ i}{ j}, M{ i}{ j} ) + X{ i}{ J j} + M{ I i}{ j} ) IJ = * max( X, ) ' ' IJ MIJ ( max( X, M ) + X + M ) { i}{ j} M M I X IJ ' { i}{ j} { i}{ j} { i}{ J j} { I i}{ j} : bons déclarans de la zone I : aures pays de la zone I : exporaions de produi de {i} vers {j} déclarées par {i} { }{ } : imporaions de produi de {j} venan de {I-i} déclarées par {j} I i j { : imporaions oales de {j} venan de {I-i} déclarées par {j} i}{ j} : exporaions oales de I vers J (source : DOTS du FMI ou BMS de l ONU ) 21

22 G. Harmonisaion (6) : Q42 e Q43 échanges enre zones bêa 1 e bêa 2 La venilaion par produis déclarée par les pays bons déclarans des zones bêa 1 es appliquée aux oaux bilaéraux rouvés dans les annuaires du FMI e de l ONU afin de calculer des données harmonisées. Pour les exporaions des zones bêa 1 I vers les zones bêa 2 J (Q42) : X H * IJ ij = X IJ X ij Pour les exporaions des zones bêa 2 I vers les zones bêa 1 J (Q43) : M H * i j IJ X ij X ij M Ij Ij = X IJ M Ij : bons déclarans de la zone I : bons déclarans de la zone J : exporaions de produi de i vers J déclarées par i : exporaions oales de i vers J déclarées par i : imporaions de produi de j venan de I déclarées par j X IJ : exporaions oales de I vers J (source : DOTS du FMI ou BMS de l ONU) 22

23 G. Harmonisaion (7) : Q44 échanges enre pays non déclarans (bêa 2) Pour chaque zone exporarice bêa 2 I, la venilaion par produis des imporaions de ous les pays imporaeurs sauf les bêa 2 (les pays alpha 1 e alpha 2 e les zones bêa 1) venan de la zone bêa 2 J es appliquée aux oaux bilaéraux rouvés dans les annuaires du FMI e de l ONU afin de calculer des données harmonisées. IJ M Ij j décrivan les pays alpha e les zonesbêa1 = X IJ M Ij j décrivan les pays alpha e les zonesbêa1 H * j : pays alpha 1 e alpha 2 e zones bêa 1 M Ij M Ij X IJ : imporaions de produi de j venan de I déclarées par j : imporaions oales de j venan de I déclarées par j : exporaions oales de I vers J (source : DOTS du FMI ou BMS de l ONU) 23

24 H. Esimaion des pays issus de l ex-urss, de l ex-yougoslavie, de l ex-tchécoslovaquie, e de la Belgique e du Luxembourg avan 1992 ou 1993 (1) Moivaion : Les pays issus de l ex-urss, de l ex-yougoslavie e de l ex-tchécoslovaquie n on éé reconnus par l ONU qu en 1992 (1993 pour les républiques chèque e slovaque). Pour conserver la même nomenclaure sur l ensemble de la période, les données concernan ces pays on dû êre esimées depuis 1967 jusqu en 1991 ou C es le même enjeu pour la Belgique e le Luxembourg de 1967 à La Belgique e le Luxembourg n on commencé à déclarer leurs échanges séparémen à l ONU qu en Comme le Luxembourg produi des saisiques d exporaions e d imporaions depuis 1993 e qu il les a envoyées au CEPII, les données pour la Belgique enre 1993 e 1998 on pu êre esimées en sousrayan les données du Luxembourg des données envoyées par l Union Économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) à l ONU. De même, les échanges du Bangladesh son déduis de ceux du Paisan de 1967 à Le commerce «inra» (enre pays issus de l ex-urss, ou de l ex-yougoslavie, avan 1992, ou enre pays issus de l ex-tchécoslovaquie, ou enre la Belgique e le Luxembourg, avan 1993, ou enre Bangladesh e Paisan avan 1972) es mis à zéro dans les esimaions. 24

25 H. Esimaion des pays issus de l ex-urss, de l ex-yougoslavie, de l ex-tchécoslovaquie, e de la Belgique e du Luxembourg avan 1992 ou 1993 (2) Calcul : pour les années manquanes, pour chaque zone I, parenaire J e produi, on applique la venilaion de la «zone» I en pays i issus de I de 1993 (ou 1992, ou 1972) : 1993 H H Ji H * e,, avec oujours ij = H IJ H Ji = H JI * H = II H H 1993 ij 1993 IJ I : ex-urss, ex-yougoslavie, ex-tchécoslovaquie, ex-paisan ou UEBL, sans les échanges inra i : Belgique e Luxembourg si I = UEBL, Rép. chèque e Rép. slovaque si I = ex-tchécoslovaquie, J : pays ou zone parenaire Si le parenaire J es l une des 4 aures zones, H 1993 = = 0 Si ou, on applique la venilaion pour = oal ou J = monde. IJ H JI Pour les rares cas resans, on applique la venilaion pour = oal e J = monde, ou bien le monan oal es affecé au pays principal de la zone (Russie, Serbie/Monénégro, République chèque, Belgique ou Paisan). JI H = H ij IJ H * H 1993 ij 1993 IJ 25

26 Bibliographie de SAINT VAULRY, A. (2008), Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII, documen de ravail du CEPII , Juin 2008 hp://www.cepii.fr/cepii/fr/bdd_modele/bdd.asp Unied Naions (2004), Saisiques du commerce inernaional de marchandises : Manuel des saisiciens, Naions Unies, Division saisique (UNSD), Séries F, N 87 (hp://unsas.un.org/unsd/rade/mehodology ims.hm e hp:/unsas.un.org/unsd/publicaion/seriesf/seriesf_87f.pdf) Sone, R., Baes, J., Bacharach, M. (1963), Inpu-Oupu Relaionships, , in Sone, R., A Programme for Growh, Vol. 3, Chapman & Hall, Londres 26

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY N 2008 09 Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N 2008-09 Juin Base de données CHELEM

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005 IB réel, RIB réel e gains commerciaux : Canada, 1981-005 Ulrich Kohli 1 Banque naionale suisse RÉSUMÉ Le produi inérieur bru réel (IB) ne rend pas compe des peres e des gains commerciaux qui découlen de

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada Congrès annuel de l Association des économistes québécois Glen Hodgson Premier vice-président et économiste en chef Conference Board

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Annexe technique. Base de données du tableau de bord de l ONUDI. Exportations. Valeur ajoutée dans le secteur manufacturier

Annexe technique. Base de données du tableau de bord de l ONUDI. Exportations. Valeur ajoutée dans le secteur manufacturier Annexe technique Base de données du tableau de bord de l ONUDI Exportations Source des données: Organisation des Nations Unies, base de données Commodity Trade Statistics (Comtrade). La classification

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED COM.AG/W/ll/Add.7 JL ocobre 1968 Disribuion spéciale Comié de l'agriculure Original: espagnol ESPAGNE Renseignemens concernan 1es TABACS

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 1 1) Hausse des exportations des biens en valeur de 10.3 % (5898.5 M.D contre 5349.3 M.D) 2) Progression des exportations des industries manufacturières

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Voyages internationaux : renseignements préliminaires

Voyages internationaux : renseignements préliminaires N o 66-001-P au catalogue Vol. 31, n o 2. Bulletin de service Voyages internationaux : renseignements préliminaires 2015. Tableaux statistiques Tableau 1 Voyages internationaux au Canada pourcentage pourcentage

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

III. Commerce des services commerciaux

III. Commerce des services commerciaux III. Commerce des services commerciaux Les exportations de services commerciaux ont augmenté de 11 pour cent. Faits saillants de l évolution en 211: vue d ensemble Données commerciales Liste des tableaux

Plus en détail

A. L économétrie, méthode privilégiée des travaux au service de l analyse économique du terrorisme

A. L économétrie, méthode privilégiée des travaux au service de l analyse économique du terrorisme Chapire VI : L impac du errorisme inernaional, les phénomènes de subsiuion e le réseau de ranspor aérien mondial : choix méhodologiques e leurs implicaions Dans ce sixième chapire, nous explicions nos

Plus en détail

Voyages internationaux : renseignements préliminaires

Voyages internationaux : renseignements préliminaires N o 66-001-P au catalogue Vol. 25, n o 5. Bulletin de service Voyages internationaux : renseignements préliminaires 2009. Tableaux statistiques Tableau 1 Voyages internationaux au Canada pourcentage pourcentage

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen de Travail ANALYSE ET PREVISION DES SERIES TEMPORELLES PAR LA METHODE DE BOX

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

La géographie du commerce mondial : 1967-2011

La géographie du commerce mondial : 1967-2011 N 2014-A-01 - Janvier Analyse La géographie du commerce mondial : 1967-2011 Les évolutions remarquables de la répartition de la richesse et des flux d échange mondiaux au cours des dernières décennies

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US)

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US) COMMERCE EXTÉRIEUR Le commerce extérieur de l espace Caraïbe 1 représente en 2001 plus de 297 milliards de dollars 2 en importations et plus de 290 milliards en exportations ce qui équivaut à un solde

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca L'inensié énergéique du seceur manufacurier de 1976 à 1996 Québec, Onario, Albera e Colombie-Briannique Par Jean-Thomas Bernard jber@ecn.ulaval.ca e Bruno Côé bruno.coe@finances.gouv.qc.ca Chaire en économique

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

SERIES CHRONOLOGIQUES

SERIES CHRONOLOGIQUES SERIES CHRONOLOGIQUES On appelle série chronologique ou chronique une série d'observaions échelonnées dans le emps. Les inervalles enre deux mesures peuven êre quelconques. En général, ils son de même

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail