Etude de cas : Société Ouest Plastique : le lancement du Pélican Bleu

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de cas : Société Ouest Plastique : le lancement du Pélican Bleu"

Transcription

1 Etude de cas : Société Ouest Plastique : le lancement du Pélican Bleu

2 Page 1

3 Fiche d identité Raison sociale : Ouest Plastique Siège social : Nantes (44) Forme juridique : Société Anonyme au capital initial de 5000 (3 associés) Forme économique : Composé d un établissement Secteur : «Transformation de matière plastique» Métier : moulage de matières plastiques DAS : DAS1 : Sous-traitant des pièces plastiques par moulage à vide DAS2 : Embarcation de loisir par moulage : coque en plastique du bateau Produits : Pièces plastiques, petites embarcations de loisir en cours de lancement (Le pélican Marché : Le tourisme fluvial Taille : Chiffre d affaires : au N Résultat : -25 au N Objectifs : Diversifié sa clientèle en développement un nouveau produit (Le pélican bleu) Vocation : Faire prospérer l entreprise sur le long terme. Page 2

4 INTRODUCTION Créée il y a 2 ans dans l agglomération nantaise par trois jeunes techniciens, la société O Plastique est spécialisée dans l industrie du moulage des matières plastiques. Ouest Plastique sous-traitant de pièces plastiques par moulage à vide. L industrie du moulage est un milieu très concurrentiel. Pour remédier à ces contraintes diversifier sa clientèle les dirigeants ont pour projet de lancer un nouveau produit. Ce produit e innovation sur le marché du tourisme fluvial. Il s agit d une petite embarcation de loisir fabriqué thermoplastique qui se nomme le Pélican Bleu. Dans l objectif de conseiller les dirigeants à prendre une décision, je pose les problémati suivantes : Faut-il engager l entreprise dans la fabrication des prototypes du Pélican Bleu? Quelles sont les précautions à prendre pour minimiser les risques? Le changement de stratégie est-il opportun pour la société Ouest Plastique? Pour répondre à ces problématiques nous traiterons les points suivants : La première partie sera consacrée à l analyse de la situation actuelle de l entreprise, dans le secteur de la sous-traitance. Dans un second temps, nous verrons les raisons du changement d stratégie, les objectifs des dirigeants pour sortir de la sous-traitance. Par la suite, nous analyse nouveau secteur et le nouveau métier afin de connaître les clés du succès et les risques probab Calcul de la rentabilité pour le lancement du nouveau produit lors de la première année. Enfin n terminerons par les facteurs à bien maitriser pour assurer la réussite du lancement du pélican B Page 3

5 1) Analyse de la situation actuelle de l entreprise On peut constater que, sur une année, le chiffre d affaires a augmenté de 124%, que les pe ont diminué de 99%. Mais l activité n est pas rentable pour le moment. Il se peut que pour l ann N+1 le résultat soir positif l entreprise n aura pas les achats d équipements à rembourser. N-1 N Evolution en % Chiffre d'affaires % Résultat % Dettes fournisseurs équipements ,20% Dettes fournisseurs de matières % Analyse SWOT dans le secteur de la sous-traitance : Forces : Le premier fort de cette entreprise est le savoir-faire et l expérience de ses dirigeants da domaine de l industrie des matières plastiques. Cela leur permet d établir le processus de production le mieux adapter pour les produits de sous-traitance. Le fait que leur projet de création d entreprise a été accompagné par un conseiller de la Boutique de Gestion de Nant est un point rassurant pour les dirigeants. Ils peuvent appliquer les conseils qu ils reçoivent le bon fonctionnement de l entreprise. L entretien des relations industrielles est essentiel dans pour acquérir de nouveaux clien avoir une bonne entente avec ses fournisseurs. La force la plus importance de cette société est la motivation et l enthousiasme que port ses dirigeants pour le bien être de leur entreprise. Points d améliorations : Les difficultés de prévoir à l avance les contrats ne permettent pas à l entreprise d antici sa production. On peut faire face à des moments où la charge est largement inférieure à la cap et d autres moments où la capacité n est pas suffisante. Dans ce cas il faut faire appel au recrutement d intérimaires. Une trésorerie irrégulière et un résultat négatif sont deux indicateurs montrant la mauva marche de l entreprise. Un faible investissement initial est contraignant pour l avenir de l entreprise. Elle ne pas investir dans autant que ses concurrents. Il faut savoir qu une entreprise sur 3 déposes le bilan de 3 ans. Dans ce secteur même les clients peuvent être des concurrents potentiels. En effet, s ils décident de ne plus sous-traité mais de fabriquer eux même certaines pièces plastiques. Ouest location perd son client. Page 4

6 Contraintes : La concurrence forte impose des marges très faibles. Le marché est très fluctuant, les dema des clients ne sont pas régulières. Le besoin d investir souvent dans de nouveaux équipements. L entreprise à peu d économies d échelles, lorsqu elle sa production augmente, son coût de production ne diminue pas beaucoup. Opportunités : Une opportunité d acquérir des équipements facilement disponibles sur le marché. 2) La stratégie de l entreprise L activité de sous-traitance n est pas fiable sur le long terme. Elle a beaucoup d inconvénien (voir analyse SWOT). On peut même dire qu elle est dangereuse. Les dirigeants vont diversifie clients. Plus on élargie notre clientèle moins on est affecté lorsque un client dépose le bilan. La création d un produit innovant permettra à l entreprise de ne plus dépendre de ces clients et de fluctuations de la production. De plus le secteur des embarcations de loisir en agglomération nantaise est en développem s agit d une niche peu exploité par les entreprises de l industrie du plastique. Si le lancement d produit est un succès il permettra d éviter la faille et d arrêter l activité de sous-traitance. L entreprise a comportement stratégique offensif dans un marché qui lui est favorable c est peu concurrentiel (DAS2). Pour eux s implanter sur le marché au mois de juin aura un impac leur quantité vendue. Tandis qu elle a un comportement stratégique défensif concernant le secteur de la soustraitance où elle s y focalise(das1). Page 5

7 La segmentation stratégique : Vocation Métiers 3) Analyse du nouveau secteur et risques probables Nous allons employer la même méthode que pour le secteur de la sous-traitance (SWOT). Forces : Les fournisseurs accordent un crédit à l entreprise. L expérience d un dirigeant dans ce secteur est un point positif. Le processus du moulage à vide maitrisé par l entreprise est adapté gros moulage tel que le Pélican bleu. C est un produit innovant, attrayant, solide, design et qui demande peu d entretien. De plus il s ouvre à une plus large clientèle car il n est nécessaire d a permis bateau pour le conduire. Points d améliorations: Il n y aucune trésorerie pour l investissement du prototype. De plus il n y a pas de certitude succès du projet. Pour avoir plus de certitude sur l avenir du projet, réaliser une étude de marc marché serais judicieux afin de connaître les besoins des clients. Cela donnera une idée sur la c à prévoir. L entreprise réalisera de faibles marges. Page 6

8 Contraintes: Si les prototypes ne sont pas prêts au mois de juillet, il y aura l arrivée de concurrents av même idée ou un produit similaire. Opportunités : Le Domaine des loisirs nautiques est en développement en agglomération nantaise. Il devra avoir de nombreux clients potentiels Les risques : Les dirigeants vont s appuyer sur les ressources financières du fournisseur. Pour l instant ne disposent d aucune trésorerie. L activité de sous-traitance devra permettre à Ouest Plastiqu survivre jusqu au lancement du Pélican Bleu. Si le projet ne fonctionne pas, l entreprise ne pour rembourser les dettes avec ses fournisseurs et dans ce cas elle devra déposer le bilan. Ouest Plastique compte sur le Pélican Bleu pour relancer son activité. Les dirigeant se fient sur les estimations des distributeurs d embarcations de loisir concernant les prévisions de ventes. Ainsi, le Pélican Bleu pourrait ne pas plaire aux clients aut que prévu. Dans ce cas Ouest Plastique pourrait se retrouver avec un surplus de production. Un projet similaire sera peut-être développé par une autre entreprise. Néanmoins, on ne pas si cette concurrence est déjà avancée sur le projet ou non. Il nous manque des information permettront d évaluer la concurrence de l entreprise vise à vis de la société Ouest Plastique. 4) Rentabilité du projet Si les prototypes sont mis au point début juin : Quantité vendue (en Chiffre Coûts variables Marge sur coûts Frais prototypes Résultats unités) d affaires variables On remarque que c est à partir de 200 unités vendues que l entreprise sera rentable. Le de rentabilité est donc compris entre 100 et 200 unités. Page 7

9 D après les estimations de ventes, il y a 90 % de chance que, pour le mois de juin, la qua vendue soit supérieure ou égale à 200. Selon les estimations qui ont été faites pour le mois de juin, 200 serais la quantité vendu que la société devrai vendre avec une marge de Dans ce cas, l activité est rentable. Si les prototypes sont mis au point au début juillet : Quantité vendue (en Chiffre Coûts variables Marge sur coûts Frais prototypes Résultats unités) d affaires variables On remarque qu il faut vendre environ 150 unités pour que l entreprise soit rentable. Le s de rentabilité est compris entre 100 et 150 unités. D après les estimations de ventes, il y a 40 % de chance que, pour le mois de juillet, la quantité vendue soit supérieure ou égale à 150. Selon les estimations qui ont été faites pour le mois de juillet, 100 serais le nombre d un que la société devrai vendre avec une marge de L investissement de n est pas couvert par la marge. Donc l activité n est p 5) Les conditions du succès Je conseille à entreprise Ouest PLastique de réaliser une étude de marché afin d avoir une prévision des ventes fiable. Cela leur permettra également de connaître les besoins en matière première et les attendes des consommateurs vis a vis de ce produit. Cette étude de marché aura pour but de récolter des informations sur ses concurrents. Par l suite, si l étude révèle que le concurrent ne souhaite plus s implanter sur le marché, l entrepris pourra adopté un autre comportement. Par exemple elle pourra attendre une année supplémen pour entrer sur le marché. Dans ce cas elle y sera beaucoup mieux préparée. L entreprise devra également faire connaître sa nouvelle d activité aux distributeurs qui seront susceptibles d acheter des Pélican Bleu. L entreprise devra également tester ses produits pour tous les problèmes qui pourraient survenir ( pannes). Page 8

10 Et la dernière recommandation que nous pourrions faire à cette entrepris est de continuer parallèlement son activité de sous-traitance pour pallier à l éventuelle risque d échec du produ le nouveau marché. Conclusion La société Ouest Plastique qui souhaitait réorienté sa stratégie, a trouvé une alternative avec le lancement de ce nouveau projet et nous a confié cette étude pour démontrer la viabilité de ce dernier. Cette entreprise éprouve de grosses difficultés de trésorerie et souhaite plus que tout palier au inconvénients de la sous-traitance en se réorientant dans un nouvelle activité. On s est alors po question de savoir s il était mieux pour elle de garder son activité d origine et de voir si son rés allait être positif ou bien de choisir la deuxième alternative c est à dire de s implanter sur le ma des embarcations de loisir. Après avoir réaliser cette étude nous pouvons lui conseiller de se lancer dans cette activité de embarcations de loisirs. Malgré les risques que cela engendre, l entreprise doit trouver une alternative à sa situation et cela parait être un projet viable. L entreprise à une chance sur deu débuter en juin et si tel est le cas elle a 9 chances sur 10 de dégager des bénéfices. Page 9

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 5 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS...

Plus en détail

Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire

Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire Partie I : La démarche prévisionnelle et la mise en œuvre du contrôle budgétaire La démarche prévisionnelle a pour objet de préparer l entreprise à optimiser ses atouts et à affronter les difficultés qu

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

LE MANAGEMENT DES ACHATS

LE MANAGEMENT DES ACHATS LE MANAGEMENT DES ACHATS Isabelle Soubré EDC 2 ème Semestre 2008 1 PREMIERE PARTIE : LA FONCTION ACHAT I LA FONCTION ACHAT ET SON ROLE STRATEGIQUE 1 La création de la fonction Achat 2 Le rôle stratégique

Plus en détail

NANTES METROPOLE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU PATRIMOINE IMMOBILIER ECONOMIQUE COMMUNAUTAIRE RAPPORT DE PRESENTATION

NANTES METROPOLE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU PATRIMOINE IMMOBILIER ECONOMIQUE COMMUNAUTAIRE RAPPORT DE PRESENTATION 1 NANTES METROPOLE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU PATRIMOINE IMMOBILIER ECONOMIQUE COMMUNAUTAIRE RAPPORT DE PRESENTATION CARACTERISTIQUES DU SERVICE DELEGUE 2 PREAMBULE Nantes Métropole a confié la gestion

Plus en détail

Notions de base en matière d exportation et de développement export

Notions de base en matière d exportation et de développement export Notions de base en matière d exportation et de développement export 1 Le marché international est en constante mutation mais certains produits français arrivent à rester sur la scène internationale. Pour

Plus en détail

Optical Moon. Chez nous, même la lune arrive à trouver le prix qui lui convient. Domptail Julien 3A2B3

Optical Moon. Chez nous, même la lune arrive à trouver le prix qui lui convient. Domptail Julien 3A2B3 Optical Moon Chez nous, même la lune arrive à trouver le prix qui lui convient. Domptail Julien 3A2B3 1 Sens Teste et réglage des lunettes depuis internet Livraison a domicile forte présence sur les réseaux

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 23 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

...2. Sainte-Foy, le 22 février 2002

...2. Sainte-Foy, le 22 février 2002 Sainte-Foy, le 22 février 2002 Objet : Crédit d impôt pour l intégration de solutions de commerce électronique admissibles Discours sur le budget 2000-2001 Article 1029.8.21.32 de la Loi sur les impôts

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. Conseil, formateur et coach, c est la chance que j ai eu de pouvoir accumuler des expériences et outils méthodologiques d un début de carrière riche

Plus en détail

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Avec l aimable autorisation de la revue Environnement & Technique : www.pro-environnement.com

Plus en détail

Introduction. Tennis Progressif

Introduction. Tennis Progressif Introduction Qu est-ce que le tennis progressif? Le tennis progressif permet d initier au tennis les joueurs de 5 à 10 ans de façon amusante et interactive en leur permettant d obtenir rapidement du succès.

Plus en détail

Quelle régulation pour le partage d infrastructure

Quelle régulation pour le partage d infrastructure 7 e réunion annuelle Fratel Quelle régulation pour le partage d infrastructure Christian Hocepied Commission : position tout en nuances Dégroupage de la boucle locale cuivre: favorisé puis rendu obligatoire

Plus en détail

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES?

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? Synthèse En France, la compétitivité des PME, reconnues comme essentielles à la prospérité du pays,

Plus en détail

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de consommation. La distribution couvre l ensemble

Plus en détail

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Nestlé, Vevey Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises EE TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Les fonds communs de placement : la protection des épargnants au Québec

Les fonds communs de placement : la protection des épargnants au Québec Les fonds communs de placement : la protection des épargnants au Québec MÉMOIRE Présenté à la Commission des finances publiques 30 janvier 2007 Monsieur le président de la Commission des finances publiques,

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME INTRODUCTION L autopartage dans la sphère privée est la mise en commun d un ou plusieurs véhicules, utilisés par des amis, des voisins ou des proches pour des

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA THÈSE DE DOCTORAT

RÉSUMÉ DE LA THÈSE DE DOCTORAT UNIVERSITÉ DE SCIENCES AGRICOLES ET DE MÉDECINE VÉTÉRINAIRE,,ION IONESCU DE LA BRAD DE IAŞI FACULTÉ D AGRICULTURE DOMAINE DE DOCTORAT: AGRONOMIE SPÉCIALISATION: MANAGEMENT ET MERCATIQUE EN AGRICULTURE

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches?

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches? ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE Quelles démarches? DÉFINITION Une étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché.

Plus en détail

POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE?

POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE? PAGE 1 POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE? Le particulier, séduit par l idée, le savoir-faire et le sérieux d une entreprise, ne trouve généralement pas un cadre structuré assurant, d une part,

Plus en détail

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients Complément d information exclusif pour le site Internet de Expansion PME Montérégie Est 17 août 2015 Le meilleur moyen

Plus en détail

DECRET N 2006-346 portant liste des documents et renseignements à fournir par les candidats à un appel d offres

DECRET N 2006-346 portant liste des documents et renseignements à fournir par les candidats à un appel d offres MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU BUDGET ------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------- DECRET N 2006-346 portant liste des documents et renseignements à fournir

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation»

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» RECOMMANDATIONS SUR LA REDACTION DU DOCUMENT Le présent document a pour but d aider et d accompagner

Plus en détail

LA RELÈVE. ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait

LA RELÈVE. ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait LA RELÈVE ENTREPRENEURIALE DANS LES PME LAVALLOISES, ça se fait SOMMAIRE de l Étude réalisée par ROLANDE PINARD, SOCIOLOGUE Mars 2008 RÉDACTRICE Rolande Pinard Ph. D. en sociologie PARTENAIRES IMPLIQUÉS

Plus en détail

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître?

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître? ENSIIE Logistique DM Cas Viviana Wilson JOUËT 3ème année Option NTOE Ce devoir a pour sujet la modernisation de certains composants du système d informations de l entreprise de cosmétiques Viviana, notamment

Plus en détail

Domaine Transition industrielle et énergétique. APPEL à MANIFESTATION d INTERÊT SOLAIRE A HAUT RENDEMENT. Date limite de dépôt : le 15 février 2016

Domaine Transition industrielle et énergétique. APPEL à MANIFESTATION d INTERÊT SOLAIRE A HAUT RENDEMENT. Date limite de dépôt : le 15 février 2016 Domaine Transition industrielle et énergétique APPEL à MANIFESTATION d INTERÊT SOLAIRE A HAUT RENDEMENT Date limite de dépôt : le 15 février 2016 1- CONTEXTE La région Languedoc-Roussillon dispose de spécificités

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

INVESTIR DANS LE STOCK

INVESTIR DANS LE STOCK INVESTIR DANS LE STOCK Il est une cause entendue par tous les décideurs formés au politiquement correct de la gestion, qu il vaut mieux détenir de la trésorerie que des stocks. Le bon sens commun fait

Plus en détail

La base de loisirs BL de l UCPA

La base de loisirs BL de l UCPA Étude de cas n 1 La base de loisirs BL de l UCPA 1. Présenter le schéma de gestion du pôle LSP et de la base de loisir BL. En quoi vous paraît-il cohérent avec le plan stratégique de l UCPA? La structure

Plus en détail

Animateur/Coordinateur de réseaux

Animateur/Coordinateur de réseaux CAHIER DES CHARGES Animateur/Coordinateur de réseaux Dossier suivi par : Annabelle Antal Adresses de retour de la proposition avant le vendredi 8 mars 2013 à 16 heures - Envoi par courrier : Centre INRA

Plus en détail

Diagnostic stratégique de l entreprise IKEA

Diagnostic stratégique de l entreprise IKEA Diagnostic stratégique de l entreprise IKEA 1 Objectifs / Méthodologie Objectif : Identifier les raisons de succès de l entreprise, ses particularités vis-à-vis des offres semblables et similaires Présenter

Plus en détail

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007)

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Page 1 de 6 Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Réponse de l Union des consommateurs (UC) à la demande de renseignements

Plus en détail

Préparons ensemble la formalisation de votre projet

Préparons ensemble la formalisation de votre projet feuille de route Préparons ensemble la formalisation de votre projet Conseils - Modalités d immatriculation - Tableaux financiers 2 Nos conseils pour présenter votre projet La fiche d identité du créateur

Plus en détail

Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un

Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un Introduction Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un investisseur. Mais l environnement des «pays émergents» crée des risques particuliers : il n est pas indifférent de travailler

Plus en détail

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Intervenants Michael Fontaine Expert-comptable Nadine Fain Expert-comptable Christian Gulino Expert-comptable Contenu de l atelier Toute société

Plus en détail

Étude de faisabilité Prototype de formation en rédaction technique

Étude de faisabilité Prototype de formation en rédaction technique Étude de faisabilité Prototype de formation en rédaction technique Intitulé de la formation : «Améliorez vos écrits techniques» Niveau : débutant, intermédiaire Public cible Cette formation s adresse à

Plus en détail

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria»

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Journée d'information portant sur la thématique "Consommons Algérien" Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Présentation : M. Kamal KHEFFACHE,

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE des 7 et 8 juillet 2014. Table ronde 4 Accélérer le retour de la croissance par l investissement

CONFÉRENCE SOCIALE des 7 et 8 juillet 2014. Table ronde 4 Accélérer le retour de la croissance par l investissement CONFÉRENCE SOCIALE des 7 et 8 juillet 2014 Table ronde 4 Accélérer le retour de la croissance par l investissement Contexte Pour 2014, l INSEE table sur une croissance de 0,7% en France. Trop faible pour

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS SYNTHESE DES REPONSES A LA CONSULTATION DU 7 SEPTEMBRE 2010 CONCERNANT L INTERPRETATION POSSIBLE ET L IMPACT DE LA DISPOSITION SELON LAQUELLE

Plus en détail

Code ILU Questions fréquentes

Code ILU Questions fréquentes Code ILU Questions fréquentes 1) Notre société possède déjà un code BIC pour le trafic maritime. Avons-nous également besoin d un code ILU? Conformément à la norme ISO 6346, le code BIC sert à marquer

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

Informer et accompagner les professionnels de l éducation CYCLES 2 3 4 MATHÉMATIQUES ORGANISATION ET GESTION DE DONNÉES, FONCTIONS

Informer et accompagner les professionnels de l éducation CYCLES 2 3 4 MATHÉMATIQUES ORGANISATION ET GESTION DE DONNÉES, FONCTIONS Informer et accompagner les professionnels de l éducation CYCLES 2 3 MATHÉMATIQUES ORGANISATION ET GESTION DE DONNÉES, FONCTIONS Comprendre et utiliser des notions élémentaires de probabilités Questions

Plus en détail

C o r e S t r a t e g i e s

C o r e S t r a t e g i e s Ville d Ottawa Examen de la réglementation et des services de taxi et de limousine Expérience client 14 octobre 2015 C o r e S t r a t e g i e s Table des matières Examen de la réglementation et des services

Plus en détail

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Etude réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Novembre 2009 Table des matières 2 Page 1. Descriptif

Plus en détail

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée FCPI Dividendes Plus n 2 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Souscription limitée 50 % de réduction ISF ou 18 % de réduction d impôt sur le revenu en contrepartie d un risque de perte en capital

Plus en détail

LE BUSINESS PLAN. Business Plan : Outil de développement

LE BUSINESS PLAN. Business Plan : Outil de développement LE BUSINESS PLAN Business Plan : Outil de développement Les étapes clés de la construction d un business plan Comment mettre en avant les différentes phases de votre projet Intervenants Thierry POLACK

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.22/2006/7 16 février 2006 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Comité National du 13/06/2012. Projet d'évolution de l organisation de la Direction des Achats et des Partenaires Stratégiques (DAPS)

Comité National du 13/06/2012. Projet d'évolution de l organisation de la Direction des Achats et des Partenaires Stratégiques (DAPS) Comité National du 13/06/2012 Projet d'évolution de l organisation de la Direction des Achats et des Partenaires Stratégiques (DAPS) 1. Objectif Chaque année, les achats du CEA représentent de l ordre

Plus en détail

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI)

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) Le régime qui complète le portefeuille d épargne de votre client Document du conseiller Investissement LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) Le compte d épargne

Plus en détail

Environnement économique de l entreprise. Séance 2. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr

Environnement économique de l entreprise. Séance 2. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Environnement économique de l entreprise Séance 2 Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Les délocalisations Quelques chiffres Salaire brut horaire moyen dans le textile Moyenne UE: 14 $ US : 20 $ Turquie:

Plus en détail

www.sgbv.dz SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS

www.sgbv.dz SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS www.sgbv.dz 3 Introduction 5 Définition de la PME / PMI 5 Avantages d un marché boursier dédié aux PME 7 Organisation de la cote officielle 9 Conditions d admission

Plus en détail

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Provence-Alpes-Côte d Azur et évalue leur impact sur la performance

Plus en détail

Le budget facile pour les managers

Le budget facile pour les managers PHILIPPE HONORAT Le budget facile pour les managers Démarche, indicateurs, tableaux de bord 2 e édition revue et corrigé, 2005, 2009 ISBN : 978-2-212-54242-4 Chapitre 2 La finance, mère de la gestion Résumé

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

Ce texte découle d une présentation réalisée lors

Ce texte découle d une présentation réalisée lors Pour en savoir plus FINANCEMENT PUBLIC ET ÉCONOMIE SOCIALE. L EXPÉRIENCE D INVESTISSEMENT QUÉBEC Claude Carbonneau Vice-président aux coopératives et aux autres entreprises de l économie sociale Investissement

Plus en détail

Succès de la petite entreprise au Québec

Succès de la petite entreprise au Québec Succès de la petite entreprise au Québec De quelle façon de meilleures connaissances financières peuvent mener à une prospérité à long terme Le succès des petites entreprises est possible au Québec Démarrer

Plus en détail

VÉRIFICATION DES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE D ADAPTATION ÉCONOMIQUE, INDUSTRIELLE ET COMMUNAUTAIRE POUR LE SECTEUR DU BOIS D ŒUVRE (INAEICB)

VÉRIFICATION DES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE D ADAPTATION ÉCONOMIQUE, INDUSTRIELLE ET COMMUNAUTAIRE POUR LE SECTEUR DU BOIS D ŒUVRE (INAEICB) VÉRIFICATION DES BÉNÉFICIAIRES INITIATIVE D ADAPTATION ÉCONOMIQUE, INDUSTRIELLE ET COMMUNAUTAIRE POUR LE SECTEUR DU BOIS D ŒUVRE (INAEICB) Rapport de vérification Préparé par CONSEILS ET VÉRIFICATION CANADA

Plus en détail

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion Fédération canadienne de l agriculture Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion OBJECTIF Agriculture et Agroalimentaire Canada a entrepris une étude pour comprendre les impacts

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Maintenance Utilités et Services communs TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

1. L appui du Québec aux PME pour faciliter leur internationalisation

1. L appui du Québec aux PME pour faciliter leur internationalisation Rencontre du International Trade and Investment Center du Conference Board du Canada L'appui du Québec à l internationalisation des entreprises François Bouilhac Sous-ministre adjoint aux Affaires économiques

Plus en détail

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Tout chef d entreprise responsable se doit d établir et d assurer un plan de prévoyance

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 PROJET DE QUESTIONNAIRE ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 Vu l avis favorable du Conseil national de l information statistique, cette enquête, reconnue d intérêt général. Visa n xxxxxxxxx

Plus en détail

Progresser de 12% dans ce contexte économique nous semble dès lors un résultat correct.

Progresser de 12% dans ce contexte économique nous semble dès lors un résultat correct. RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE BUSINESS SOLUTIONS BUILDERS INTERNATIONAL SA (EN ABRÉGÉ BSB INTERNATIONAL OU BSB) SUR LES COMPTES CONSOLIDÉS À L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 17 MAI

Plus en détail

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LE MARCHE GLOBAL»

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LE MARCHE GLOBAL» OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LE MARCHE GLOBAL» MODE D UTILISATION : - Cet outil est utilisé pour les entretiens «Du projet au business plan» et de l atelier «Etude de marché» - Dans le cadre de l atelier,

Plus en détail

Taux de Rendement Interne (TRI)

Taux de Rendement Interne (TRI) PRINCIPAUX CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROJETS 4 Principes fondamentaux Définition Il s agit du taux d actualisation qui rend nulle la VAN de base (voir calculs pages 145 et 146), ou par extension, la VANR.

Plus en détail

Universal Auto Distributors Holding UADH en bourse. Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.

Universal Auto Distributors Holding UADH en bourse. Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com. Holding UADH en bourse Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.tn 1000 TND* 2014prov 2015p 2016p 2017p 2018p 2019p Chiffres clés consolidés (1000 TND) Cours

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle Leçon n 6 : l imputation rationnelle PLAN DE LA LEÇON : 1! L imputation rationnelle des charges fixes : principes et fondements... 1! 1.1! Fondements théoriques et techniques de l imputation rationnelle...

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

Les modes de paiement

Les modes de paiement Les modes de paiement EFTG :Mme OUAHMED & Mme TOUILEB Page 1 I. Les modes de paiement du commerce international : Dans une opération de commerce international, l exportateur s engage à exporter des biens

Plus en détail

Trophée de l innovation

Trophée de l innovation Trophée de l innovation Dossier de candidature 2016 Dossier à retourner dûment rempli à la Chambre de commerce et d industrie de Nouvelle-Calédonie jusqu au mercredi 6 juillet 2016. Les dossiers devront

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) 1. MANAGEMENT Animer et gérer les ressources

Plus en détail

EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE. Les assises du décolletage première édition 4 février 2011

EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE. Les assises du décolletage première édition 4 février 2011 EXPANSION 2020 SYNTHÈSE PRESSE Les assises du décolletage première édition 4 février 2011 Une ambition à 10 ans Le décolletage est l industrie d usinage de pièces de haute précision. Celles-ci sont des

Plus en détail

ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES

ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES ANALYSER LA RENTABILITE DES COURS DE LANGUES I. Problématique : Qu'il s'agisse de centres culturels français (CCF) ou d'alliances françaises (AF) tous les établissements culturels à l'étranger doivent

Plus en détail

Politique d utilisation des biens de l école Polyvalente des Îles

Politique d utilisation des biens de l école Polyvalente des Îles École Polyvalente des Îles 030, chemin de la Martinique L Étang-du-Nord (Québec) G4T 3R7 Tél. : (418) 986-5511 Téléc. : (418) 986-6791 Courriel : mireillercyr@csdesiles.qc.ca Site Internet : www.csdesiles.qc.ca

Plus en détail

Annexe au communiqué de presse du 30 septembre 2015 portant sur le «Global Competitiveness Report 2015-2016 du World Economic Forum

Annexe au communiqué de presse du 30 septembre 2015 portant sur le «Global Competitiveness Report 2015-2016 du World Economic Forum Annexe au communiqué de presse du 30 septembre 2015 portant sur le «Global Competitiveness Report 2015-2016 du World Economic Forum Coup de projecteur sur la compétitivité du Luxembourg L étude GCR 2015-2016

Plus en détail

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE

INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE INFORMATISER SA BIBLIOTHÈQUE Préambule Visant à améliorer tant qualitativement que quantitativement le fonctionnement de la bibliothèque ainsi que le service rendu à l usager, l informatisation est une

Plus en détail

DES CYBERCATALOGUES AUX PLACES DE MARCHÉ POUR L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION

DES CYBERCATALOGUES AUX PLACES DE MARCHÉ POUR L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION DES CYBERCATALOGUES AUX PLACES DE MARCHÉ POUR L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION Max-Henri Pollak Directeur des achats, Spie Batignolles Présentation de Spie Batignolles Activités En 1999, le groupe Spie a

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

La Commission des Titres d Ingénieur a adopté la présente décision :

La Commission des Titres d Ingénieur a adopté la présente décision : Décision n 2015/06-06 relative à l accréditation de l École catholique d arts et métiers de Lyon (ECAM Lyon) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Dossier A : renouvellement, à compter du 1er

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt L Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ci-après l Autorité),

Plus en détail

-REMISE EN ÉTAT VO- LE DILEMME

-REMISE EN ÉTAT VO- LE DILEMME CHAPITRE 9 -REMISE EN ÉTAT VO- LE DILEMME Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Préparer vos véhicules après leur vente vous coûte de l argent Calculez exactement combien L importance d une constante

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR. Avenir de la décharge du chemin Brady. de collecte et de recyclage. des déchets domestiques. Service des eaux et des déchets

PLAN DIRECTEUR. Avenir de la décharge du chemin Brady. de collecte et de recyclage. des déchets domestiques. Service des eaux et des déchets Avenir de la décharge du chemin Brady Service des eaux et des déchets Introduction Nous sommes en train d'élaborer le plan directeur de collecte et de recyclage que nous entendons présenter au Conseil

Plus en détail

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants:

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants: MESURES QUI DOIVENT ETRE PRISES AU NIVEAU JURIDIQUE POUR ASSURER LE FINANCEMENT DES PROJETS D'INFRASTRUCTURE ET PAR CONSEQUENT LE SUCCES DU SYSTEME DE CONCESSION. Le premier point que je veux souligner

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

Règlement de la médiathèque

Règlement de la médiathèque Université du Québec à Trois-Rivières Règlement de la médiathèque (Annexe 337-CX-1115, 27 mai 1991) Tiré à part de la Gazette officielle Vol. 19 No 2 OBJECTIF Par l'application de ce règlement, le Service

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie

Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Ressources humaines, gestion du personnel, de l emploi et de la paie Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail