Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe"

Transcription

1 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe Raffaele Simone* & Anna Pompei * 1. 1PRELIMINAIRES 1 Dans cet article nous allons à la recherche de propriétés verbales dans les noms et les formes nominalisées du verbe (FNV). A la base de notre analyse est une hypothèse qui veut (a) que les verbes (V) et les noms (N) ne forment pas deux Classes de Mots disjointes mais qu ils sont reliés dans un continuum ayant à un extrême les V «purs» et à l autre les N «purs» ; et (b) qu entre N et V il y a une «mobilité» bidirectionnelle 2 qu on observe en plusieurs langues (Simone 2000, 2003 ; Gaeta 2003) et qui constitue un phénomène typologique important. La première partie de l hypothèse, qu a proposée Ross dans ses travaux bien connus (1973a, b), est à considérer comme presque universellement acquise en linguistique. Quant à la deuxième, la mobilité V N se manifeste de plusieurs manières au niveau empirique. Par ex., beaucoup de langues ont des formes «intermédiaires» entre N et V, dont la typologie et les formes superficielles varient d un cas à l autre. On a en fait des V avec des propriétés nominales (tels les infinitifs, les participes et les gérondifs en plusieurs langues 3 ) de même que des N avec des propriétés verbales (comme les N déverbaux ou les divers types de mas dar dans les langues sémitiques et d autres). (Les «propriétés» dont on parle ici peuvent être aussi bien sémantiques que grammaticales.) Ce phénomène est encore plus évident au niveau du discours où le passage d un V à un N (et vice-versa) est tout à fait fréquent et accepté. (On en reparlera.) Nous nous bornerons ici à examiner dans quelle mesure les traits verbaux * Département de Linguistique - Université Roma Tre, Rome. 1 Si les deux auteurs ont établi conjointement les lignes essentielles de ce travail, la rédaction en est entièrement due à Anna Pompei. Sur le sujet de cet article v. aussi Simone (sous presse a). 2 Contra l hypothèse des neurosciences, d après qui N et V ont des localisations corticales distinctes et séparées (par ex., Shapiro et al. 2006). 3 Cf. Simone (2005) sur les infinitifs ; Pompei (2003, 2004) sur les participes.

2 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 2 affectent les N et les FNV. Nous discuterons en outre si des traits verbaux se trouvent également dans des N sans aucune relation morphologique à un V. Notre démarche consistera donc à (a) proposer des traits propres à la verbalité (à l anglaise, verbiness) par rapport à la nominalité (nouniness); (b) déceler des traits de verbalité dans les FNV et dans les N; et finalement (c) montrer comment les FNV et les N pourvus des propriétés verbales se situent dans le continuum V N. Il est utile, finalement, de signaler que en parlant génériquement de N on fera référence à l ensemble union des N «purs» et des N déverbaux. Quand il le faudra, on marquera la différence par une terminologie spécifique. 2. TRAITS DE VERBALITE 2.1. V et N «purs». Comme toile de fond pour notre analyse nous allons rappeler quelques éléments de théorie des classes des N et des V. Là, nous emploierons les notions basiques de la Grammaire de Catégorie et Constructions (GCC), le modèle de «sens grammatical» à base pragmatico-discursive dont les assises sont illustrées dans plusieurs travaux d un des auteurs (Simone 2006a, b; sous presse a). Dans la GCC le «sens grammatical» se distribue en deux canaux : les Catégories et les Constructions. Nous n allons pas nous arrêter sur les premières, car ici ce n est que les catégories qui sont en cause. Il y a trois types de catégorie : (1) Types de catégories a. Catégories grammaticales au sens conventionnel de la linguistique (temps, mode, aspect, Aktionsart, etc.): leur facteur commun réside en ceci, qu elles codent la manière dont l évènement est représenté dans l énoncé. b. Catégories notionnelles, c est-à-dire les notions (Participation, Possession, Concomitance, Proximité, etc.) que chaque langue est censée être obligée à coder : ces catégories, codent la relation entre le locuteur et le contexte extralinguistique. c. Classes de Mots (ou catégories lexicales). En particulier, la GCC a des hypothèses pour ce qui concerne les Classes de Mots, la troisième forme des catégories. En GCC une Classe de Mots n est pas un magasin où sélectionner sic et simpliciter des éléments à combiner sur la chaîne syntagmatique. Au contraire, c est une manière particulière de coder (où, à l anglaise, to package) le sens sous forme de mot, en répondant ainsi à des

3 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 3 fonctions pragmatiques et discursives précises (Hopper & Thompson 1984; Simone 2000, sous presse a). En d autres termes, une Classe de Mots est un format prédéfini de sens (grammatical), ou pour le dire en d autres termes un faisceau de coefficients sémantiques préformés. Quant aux fonctions des diverses Classes de Mots, quoique la question soit plutôt litigieuse (cf., par ex., Lyons 1977, 1966; Croft 1984), on reconnaît que les Classes de Mots basiques (N, V, Adjectif) ont des fonctions lato sensu sémantico-pragmatiques différenciées et répondent aux exigences essentielles du langage. La liste n en est pas définie, mais un accord existe quand même (aussi chez les générativistes) sur certaines fonctions, 4 comme celles de référence, prédication et modification, dont la distribution sur les différentes Classes de Mots est inégale mais caractérisante. Depuis plusieurs points de vue on admet désormais que la distinction entre les N et les V deux classes qui assurent deux modelages du sens radicalement différents (Lyons 1966, 1977 ; Givón 1979 ; Hopper & Thompson 1984, 1985 ; Simone 2006b ; Lazard 2006) est à reconduire à l opposition sémiotique entre référence (ou désignation) et prédication. 5 Les mots qui désignent imposent à leur sens le format d une entité, d un objet qui a bien sûr la propriété de time-stability que prétend Givón (1979) mais plus encore le fait de pouvoir (a) opérer comme «thème» d une prédication, (b) s inscrire dans une chaîne anaphorique et (c) permettre une reprise pronominale. Les mots qui, par contre, assurent la prédication ont un format sémantique plus complexe : ils «disent» quelque chose au sujet d une autre chose, donc ils établissent des relations entre des référents ou ils indiquent des propriétés et, dans certaines de leurs sous-classes, ils imposent à leur sens le format d un procès. On suppose donc que la référence est propre en premier lieu aux N «purs», la prédication aux V «purs». 6 4 V. par ex. Seiler (1977), Lyons (1977: 429), Croft (1984, 1991: 67), Hopper & Thompson (1984, 1985), Wierzbicka (1986); pour la position générative, Barker & Dowty (1993), Baker (2003). 5 Cf. les remarques intéressantes de Sapir (1921 : 119) : «This distinction [scil. entre la chose dont on parle et ce que l on dit à son sujet] is of such fundamental importance that the vast majority of languages have emphasized it by creating some sort of formal barrier between the two terms of the proposition.» Voir aussi Givón (1979), Hopper & Thompson (1984), Seiler (2000), Simone (2000). 6 Il faut prévenir que dans cette étude on va parler de N «purs» et V «purs» dans un sens générique, c est-à-dire en supposant fictivement qu ils ne se présentent que sous une forme prototypique, avec leurs propriétés spécifiques au plus haut degré. Cela est loin d être vrai,

4 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe Degrés de nominalité et de verbalité. L idée d après laquelle quelques N et V peuvent être «purs» entraîne qu il soit possible situer les uns et les autres sur une échelle affichant divers degrés de nominalité et, respectivement, de verbalité. Il y a donc des N qui sont [+N] et, graduellement, des N qui sont de moins en moins nominaux [-N] ; ainsi de même pour les V. En se mouvant le long de cette échelle, les V adoptent des traits nominaux, dont surtout la Force Référentielle (FR). De l autre côté, au fur et à mesure qu ils se déplacent vers l extrémité opposée de l échelle, les N adoptent des traits verbaux, dont surtout la Force Prédicative (FPr), c est-à-dire la capacité de faire de base à une prédication Propriétés de la prédication. La FPr s associe à d ultérieures propriétés des V, comme les suivantes : (2) Propriétés associées à la FPr (a) temporalité (b)aspectualité (c) modalité (d)structure argumentale (e) diathèse (f) modification adverbiale On peut noter d emblée (a) que ces paramètres 7 ne se trouvent pas forcément tous simultanément dans un N, mais ils peuvent n y apparaître qu en des sélections caractéristiques, (b) et que certains traits verbaux semblent incompatibles avec certaines classes de N (par ex., la diathèse ne semble pas pouvoir se transférer sur les N «purs»). Une hypothèse que nous avançons d ores et déjà est que la hiérarchie de transfert des traits verbaux sur les FNV et les N dépend de façon cruciale du degré de FPr de celles-ci Opérations discursives. A une Classe de Mots ainsi définie peuvent d ailleurs s appliquer des Opérations Discursives (OD) qui en modifient certaines propriétés. Cette manipulation peut porter des résultats soit au niveau du système, en donnant lieu à des solutions stables, soit au niveau du discours, comme tout le monde peut remarquer. Des considérations plus nuancées sur ces questions se trouvent dans plusieurs travaux d un des auteurs (Simone 2006b, 2007). 7 Nous ne pouvons les discuter tous dans cet article. Pour d autres remarques, qu il nous soit permis de renvoyer à Simone (sous presse a).

5 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 5 où elle donne lieu à des solutions qui ne peuvent s employer que dans ce cas-là mais qui sont d autre part parfaitement viables et acceptées. (On en donnera des exemples tout de suite.) Une des OD les plus puissantes est le Forçage de Type (type coercion: Pustejovsky 1995), qui transfère une entrée lexicale d un type sémantique a un autre, au niveau du discours aussi qu au niveau du système. C est par le Forçage de Type par ex. que livre passe de (3) (où son sens est <objet physique>, donc il est un N «pur» doué de FR élevée 8 ) à (4) (où son sens est <message, information> et sa FR est réduite) ou que café passe de (5) à (6) : 9 (3) J ai brûlé ce livre (livre <objet physique>) (4) J ai lu ce livre (livre <message, information>) (5) J ai offert un café à ce monsieur-là (café <boisson>) (6) Le café veut aussi un croissant (café <dénomination provisoire de la personne qui a commandé un café ; synonyme discursif de ce monsieurlà>) La mobilité V N a un bien-fondé discursif et est favorisée par la disponibilité des OD, chacune desquelles a un effet spécifique. Dans le discours le locuteur peut shifter du format «entité» au format «procès» ou vice-versa. C est lui qui, sur la base de ses exigences, décide (a) le choix d un élément nominal ou verbal, (b) la transition d un choix nominal à un verbal, (c) le transfert d un trait verbal dans un N, etc. Les OD ont parmi leurs propriétés celle de «détacher» un ou plusieurs traits d une catégorie (par ex. un V) sur une autre (par ex. un N). Telle est la nominalisation (Simone, sous presse a), qui détache un coefficient de durativité sur les N : (7) Le dépannage a duré trois heures (> les trois heures du dépannage m ont fatigué) (8) Le voyage a duré trois jours (> les trois jours de voyage nous ont amusés) Cette potentialité se manifeste parfois en forme forte. Par ex., un N [+N] 8 La notion de Force Référentielle, centrale en GCC, est illustrée dans Simone (2006b, 2007). 9 On remarquera que le Forçage affectant livre a lieu au niveau du système, tandis que celui qui affecte café se manifeste au niveau du discours.

6 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 6 (donc, un N «pur», à FR élevée) peut prendre par Forçage de Type une propriété verbale : (9) Ce chat a duré trois jours (10) Ce livre a duré trois semaines (11) Cette plante a duré un an (12) Le prof a duré deux ans Dans (9)- (12) des N «purs» sont «forcés» à prendre des propriétés aspectuelles (donc verbales) comme la durée. Ce paramètre n apparaît pas dans la matrice lexicale de ces mots, mais il opère quand même dans leur sémantique. Certaines OD, malgré leur importance dans le système, n ont même pas un terme qui les désigne. C est le cas du phénomène qui fait que le N d agent en grec ancien puisse être modifié attributivement par un adverbe (Panagl 2006) : 10 (13) ho orthôs kubernē tēs (Plat., Rsp., 341 c ) le correctement pilote «le pilote pour de vrai» 3. TRAITS DE VERBALITE DANS LES FNV ET LES N 3.1. Typologie du codage des traits verbaux. Du point de vue typologique les paramètres pertinents au codage des traits verbaux sur les FNV et les N semblent être de deux types : (14) Paramètres de codage des traits verbaux type A type B marquage des traits verbaux couvert ouvert portée des traits verbaux nom prédication Le premier paramètre concerne la façon dont les traits verbaux sont 10 Ces cas vérifient de manière intéressante une intuition de Porzig (1942), selon laquelle quelques classes de nomina (les nomina actionis aussi bien que les nomina agentis) incorporent, en le «comprimant», le «sens d une clause» entière (Satzinhalt). Une intuition semblable est à la base d Alinei (1974) sur la structure du lexique (v. par ex. p. 179 sqq.). Ce fait peut aussi avoir une formulation diachronique, en supposant (d après Panagl 2006 : 48) que «Nomina agentis und Nomina actionis in einigen indogermanischen Sprachen noch syntaktische Spuren [ ] ihrer morphologischen Herkunft aufweisen».

7 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 7 codés : ils sont «ouverts» s ils ont une marque grammaticale, «couverts» s ils n en ont pas une. Le deuxième paramètre, par contre, regarde la portée de l information verbale, qui peut soit affecter la prédication entière (pas forcément celle de la principale) soit se borner au segment nominal. Les combinaisons de paramètres les plus intéressantes se trouvent dans le type A exemplifié par (9)- (13) et le type B, que l on trouve dans des langues comme le pitta pitta (Australie). Dans cette langue, les suffixes casuels codent aussi l information temporelle et présentent une forme pour le non-futur et une pour le futur (Blake 1987, cité d après Nordlinger & Sadler 2000) : (15) Affixes casuels-temporels des noms en pitta pitta Sujet Absolutif Objet Instrumental Non-futur Ø -lu -nha -lu Futur -ngu -ngu -ku -ngu En (16), l information temporelle associée au cas du sujet et réitérée dans son modificateur comme trait d accord projette ses effets sur la clause entière : (16) Ngamari-ngu karnta ngartu-nga kankari-marru-ngu mère-s.fut aller nard-but couteau-ayant-s.fut «La mère ira cueillir le nard avec son couteau» En plus des types A et B, les langues du monde présentent aussi les autres deux combinaisons possibles, c est-à-dire le marquage ouvert des traits verbaux qui n affectent que la forme nominale (v. par ex. (21)) et la portée d un trait verbal couvert sur la prédication (v. par ex. (17)). Dans une même langue on peut trouver plus d un type de combinaison des deux paramètres Temporalité. Voyons maintenant des illustrations des propriétés associées à la prédication, à partir des traits de temporalité, aspectualité et modalité (TAM). Pour ce qui est de la temporalité, il y a plusieurs langues où les FNV la marquent de manière ouverte. En turc, par ex., les formes non finies du V ont comme les formes finies des marques de temps : (17) Hasan Fatma-nın on-u öldür-eceğ-in-i düşün-üyor Hasan [Fatima-GEN 3-aACC tuer-fut-poss3-acc] penser-progr «Hasan pense que Fatima le tuera» L information temporelle peut être incorporée aussi dans les N déverbaux

8 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 8 sans un codage grammatical manifeste. Cela arrive, par ex., en cooccurrence avec des adverbes de temps, comme on peut le voir dans le passage latin suivant : (18) Discessu tum meo (Cic., Pis., 21) départ.abl alors de.moi.abl «avec mon départ qui eut lieu alors» Le même phénomène existe dans les langues romanes modernes (surtout à l oral), par ex. en français et en italien : (19) Avant son départ hier après-midi d Asmara, la capitale érythréenne (20) La costruzione oggi di un grande organo a quattro tastiere per la città di Roma «La construction aujourd hui d un grand orgue à quatre claviers pour la ville de Rome» 11 En italien on a aussi le cas quantitativement limité, car il n affecte qu un petit nombre de N appartenant à un domaine sémantique particulier d une temporalisation morphologique sur les N. Elle s obtient par le suffixe -nddérivant du gérondif latin, dont la valeur déontique initiale a diachroniquement glissé vers le codage du futur : (21) laureando, dottorando, maturando, esaminando «candidat à la licence, au doctorat, au baccalauréat, à un examen» L information temporelle, d ailleurs, peut aussi affecter un N «pur» grâce à une OD. Dans la liste suivante un adverbe en position d épithète s ajoute à des N «purs» du grec ancien (22)- (23), du latin (24)- (25) et de l italien (25) (26) : (22) ho nûn khrónos le maintenant temps «le temps présent» (23) a. hoi pálai ánthrōpoi les antan hommes «les hommes du passé» 11 L emploi de ces adverbes semble lié à des contraintes lexicales complexes et partiellement idiosyncrasiques (son départ hier/*son départ d hier vs *la réunion hier/la réunion d hier) qu il n est pas possible d examiner ici.

9 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 9 b. hoi nûn ánthrōpoi es maintenant hommes «les hommes d aujourd hui» (24) reliquis deinceps diebus (Caes., Gall., ) es autres depuis jours «les jours suivants» (25) neque ignari sumus ante malorum (Verg., En., 1.198) ni ignorant nous.sommes des avant maux «nous n ignorons pas nos maux précédents» (26) l allora giudice l alors juge «le juge d alors > la personne qui était alors juge» En plus des contraintes distributives, on peut avoir aussi des contraintes sur la sélection du N modifié par l adverbe. Ce fait ressort dans le latin quondam «jadis», qui, antéposé à certains N «de fonction» ou «d état», situe dans le passé le déroulement de la fonction envisagée : (27) Syriae quondam praetor (Curt., 5, 13, 10) Syrie.GEN jadis préteur.nom «celui qui était une fois le préteur de Syrie» (28) [Orsines] genus ducebat a Cyro, quondam rege Persarum (Curt., ) Orsines origine tirait de Cyrus.ABL jadis roi.abl Persans.GEN «[Orsines] tirait son origine de Cyrus, jadis roi des Persans» Ces cas sont évidemment très proches des combinaisons de ex- + N qu on trouve en français, italien et anglais. Aussi ce préfixe a des restrictions sur la base : il s affixe surtout aux N de fonction ou de relation non-consanguine (29), il est moins plausible avec d autres N (30) Plus en général, l emploi de ex- semble propre à ces N que Coseriu (1978) appelle nomina adjecta, qui désignent pour ainsi dire indirectement, car ils expriment un état provisoire, une charge, une fonction, une relation. Un concept semblable est celui des non rigid designators en sémantique formelle (Dowty et al : 134). Des contraintes lexicales de ce type peuvent être invoquées même en ce qui concerne l emploi d adjectifs comme futur en français (sa future épouse vs *son futur chapeau) ou de modificateurs comme to-be en anglais (his bride-to-be vs *his hat-to-be).

10 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 10 (29) ex-ministre ; ex-mari ; ex-pilote (30)? ex-chien Dans d autres langues des marques temporelles s affixent à des N «purs» sans limitation sémantique (Nordlinger & Sadler 2000 ; Sadler & Nordlinger 2001). C est les cas des langues tupi-guarani, comme en (31), où la temporalité codée par les affixes -kue- et -rã- n affecte que le N (Nordlinger & Sadler 2002: 6) : (31) a. o-va-ta che-roga-kue-pe 3SG-se.déplacer-FUT 1SG-maison-PASS-en «il déménagera dans mon ex-maison» b. a-va-vaekue hoga-rã-pe 1SG- se.déplacer-pass 3SG.maison-FUT-en «j ai déménagé dans sa future maison» 3.3. Aspectualité. Quant à l aspectualité, il est de plus en plus reconnu que ce trait n affecte pas moins les N que les V. 13 Ce phénomène se manifeste particulièrement dans les N désignant des procès qui ont, de la sorte, une structure événementielle analogue à celle des V (Simone 2000). C est la classe que la grammaire traditionnelle appelait nomina actionis et que Lyons (1977 : ) a rebaptisée plus correctement «N du deuxième ordre». Seiler (1977), pour sa part, a ajouté une distinction ultérieure en envisageant deux manières différentes de dénommer par les N, selon qu ils aient, oui ou non, ce que nous appelons «FPr», c est-à-dire la possibilité de contenir une prédication : on a alors une «dénomination étiquetante» (32), sans FPr, et une «dénomination descriptive» (33), pourvue de FPr : 14 (32) a. chat =?«animal qui...» 13 Ce phénomène étant notablement complexe et présentant une riche phénoménologie, nous n entrons pas dans les détails, pour lesquels on renvoie à des travaux dédiés (Rijkhoff 1991 ; Gross & Kiefer 1995 ; Simone 2000, 2003). 14 Cette distinction rappelle dans quelque mesure la vieille hypothèse de Bach (1968), d après laquelle tous les N, dans un SN, incorporent une relative sous-jacente (j ai parlé avec un anthropologue < j ai parlé avec un [qui est] anthropologue). En fait, comme on le vois sur la base des exemples cités dans le texte, ce principe ne vaut que pour la «dénomination descriptive». Dans l élaboration théorique de Gaston Gross, d ailleurs, les N peuvent être des prédicats (cf. Gross & Günthner sous presse).

11 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 11 b. pomme =?«fruit qui» (33) a. poète = «personne qui écrit des poèmes» b. voyageur = «personne qui voyage» c. chaise = «objet où l on s assoit» Les noms processuels, eux, s échelonnent le long d une gradation. Simone (2003) a reconnu trois types de N pourvus d aspectualité à la différence des N «purs», qui ne présentent pas cette propriété. Les traits pertinents qu il envisage sont la processualité [±processuel] et la télicité [±télique] : la combinaison de ces traits donne lieu aux distinctes catégories de N processuels: 15 (34) Types de N et aspectualité (d après Simone 2003) Classe de N N de procès indéfini (mas dar) N de procès défini N d une fois (ismu al-marrati) N «pur» Aspect [+processuel] [-télique] [+processuel] [+télique] [-processuel] [+télique] [-processuel] [-télique] Quelques remarques. Les N de procès indéfini font référence à des procès qui ne sont pas projetés vers un point final, vers un telos et qui sont donc [- télique, +processuel]. En italien (de même qu en espagnol, portugais, allemand, néerlandais : Simone 2005) un représentant éminent de cette classe est l infinitif «nominal», qui peut être précédé de tous les spécificateurs nominaux mais qui a une syntaxe largement verbale. 16 Ce type d infinitif est souvent employé au lieu d un N ayant la même racine et le même sens, précisément grâce à cette valeur aspectuelle ; on peut le voir dans l exemple en portugais qui suit : (35) Aí é que era um desfilar [disponible : desfile] de anedotas, de ditos, de perguntas, um estalar [disponible : estalo, estalido] de risadas (Machado de Assis, Braz Cubas). là est qu (il) était un défiler.inf de anecdotes, de bons.mots, de questions, un éclater.inf de coups.de.rire 15 Dans la classification de Lyons (1977) les N «purs» constituent en effet la classe des N «de premier ordre». Quant à la présence dans les N d une structure événementielle cf. aussi Rijkhoff (1991) ; Gross & Kiefer (1995) ; Pustejovsky (1995) ; Simone (2000). Pour la classification des N reliés à des V la proposition de Vendler (1967) est classique. 16 L anglais, l arabe, l hébreu et le turc présentent des homologues fonctionnels de l infinitif nominal.

12 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 12 «Il y avait là une cascade d anecdotes, de bons mots, de questions, des éclats de rire» Ce type d infinitif présente d ailleurs beaucoup de propriétés nominales. Mais aussi des N véritables répondent à cette même sémantique : poursuite, communication, oubli, etc. Les N de procès défini codifient des procès qui se bouclent à un certain point : lampée, promenade, balade, etc. (Il est bien clair que certains N peuvent faire partie aussi bien des Noms de Procès Indéfini que des Noms de Procès Défini.) La télicité caractérise aussi les «N d une fois», 17 dont la sémantique ne contient pas du tout la processualité. Ils sont du type de brasse, gorgée, etc. Des OD agissent aussi dans ce domaine. Par ex., des N d autre type peuvent être transposés à Noms d une Fois en entrant dans un syntagme avec un Nom-Support comme tête. 18 En français, le plus important de ces Noms-Support est coup : coup de fil, de verre, de folie, d audace, etc. Les N «purs», finalement, n ont pas en eux-mêmes de propriétés aspectuelles, car ils désignent des entités plutôt que des procès et qu ils sont de la sorte doués d une FR élevée. Ils peuvent pourtant on vient de le voir en (9)- (12) acquérir le trait de durée par un Forçage de Type Modalité. Pour ce qui est de la modalité, le grec ancien suffirait tout seul à montrer la manière dont cette propriété est codée dans les FNV et dans les formes nominales déverbales. En grec, en fait, les FNV (infinitifs et participes) peuvent présenter une nuance de modalité épistémique quand se présentent avec án : 19 (36) eû ísmen mē àn hêsson humâs bien nous.savons NEG PARTC moins vous.acc lupēroùs genoménous toîs xummákhois (Th ) odieux.acc être. AOR.ACC aux ennemis «Nous savons bien que vous n auriez pas été moins odieux que nous 17 Ce terme est calqué sur le ismu al-marrati de la tradition grammaticale arabe, qui a identifié cette catégorie avec une grande lucidité. 18 La notion de Nom-Support, parallèle de toute évidence à celle de Verbe-Support, n a pas encore suscité d attention malgré son importance criante. Une étude préliminaire dans Simone & Masini (sous presse b). 19 Les participes ne présentent la possibilité de cooccurrence avec án qu à partir du s. V av. J.-C., tandis que án plus infinitif est déjà chez Homère.

13 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 13 aux yeux des alliés» Dans ce cas une propriété verbale affectant la prédication entière est codée de manière couverte, même s il ne s agit pas de la prédication principale. Par contre, le suffixe dérivatif des adjectifs verbaux, dans ses diverses formes, peut coder la modalité de façon ouverte. 20 En particulier, les formations avec le suffixe -tós peuvent avoir une valeur de realis ou de possibilité (37); les formations en -téos une valeur de modalité déontique (38)- (39): (37) khutós (X., Mem., 163) «versé, répandu ; que l on peut verser, répandre» (38) ōphelētéa soi hē pólis estí; à.aider toi.dat la ville est? «Dois-tu aider la ville?» (39) hótan parêi tò praktéon (X., Ec., 12.14) lorsque est.là le.neut à.faire.neut «Lorsqu il y a des choses à faire» En (38) la modalité est ouverte et sa portée est la prédication entière, tandis qu en (39) la portée n est que sur le N (praktéon), formé par conversion de l adjectif verbal. Un phénomène semblable est constitué par des formations comme it. futuribile (fr. futurible), it. papabile (fr. papable), où le suffixe (< latin bilis) exprime justement la possibilité. En yate (langue macro-jê du Brésil de la région de Pernambuco) on trouve le cas très intéressant de N «purs» qui peuvent avoir, d une façon assez systématique, des marques de temps et en même temps de modalité épistémique (Lapenda 1968 : 77) : (40) (a) seti («maison»: prés./realis) (b) se ti-sê («ex-maison» : passé/realis) (c) se t-këa («maison possible» : prés./possible : quelque chose qui pourrait devenir une maison) (d) se ti-s-këa («pas maison» : passé/irrealis ; quelque chose qui aurait pu être ou devenir une maison). 20 La différence entre participe et adjectif verbal est très claire en grec ancien : les adjectifs verbaux sont formés par des suffixes qui ne s ajoutent pas au thème aspectuel du V (présent, aoriste, parfait), mais à la racine ; en outre, leur formation est idiosyncrasique. Cela signifie qu ils ne font pas vraiment partie du paradigme du V, à la différence des formes participiales. Leur processus de formation est donc dérivatif plutôt que flexionnel.

14 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe Structure argumentale. Plusieurs recherches 21 ont montré que certaines sous-classes de N peuvent avoir une structure argumentale de même que les V. Cela arrive avec les N à structure événementielle ( 3.3), car cette structure implique des actants. Le latin présente une vaste typologie de phénomènes à ce sujet, que Plaute offre avec une certaine fréquence (Panagl 2006) : (41) Quid tibi ergo meam me invito tactiost? (Plaut., Aul., 744) quoi à.toi donc la.mienne.acc moi non.voulant touchement.est «Comment as-tu pu contre ma volonté toucher à la mienne (scil. marmite)?» (42) Quid tibi, malum, med aut quid ego agam curatiost? (Plaut., Most., 34) Quoi à.toi mal moi ou ce.que je fais intérêt.est «Pourquoi t occupes-tu chose mauvaise de moi ou de ce que je fais?» Là, des N qui sont déverbaux à part entière (tactio «touchement» < tango «toucher», curatio «intérêt» < curo «s occuper (de)») gardent dans leur sémantique la composante verbale à tel point qu ils régissent un accusatif d objet direct (meam [aulam auri] «ma marmite» et, respectivement, med «moi»), exactement comme le feraient les V ; on peut dire qu ils ont un «régime verbal». Ce phénomène paraît de longue durée en latin, à en juger des manifestations qu on en rencontre jusqu à l époque tardive et sous des formes même plus drastiques (doctor «maître» < doceo «apprendre» ; Panagl 2006) : (43) pristinum doctor (Tert., ad. Prax. 1) vieux.neut.acc maître «maître de choses périmées» Ce comportement des N déverbaux est tout à fait exceptionnel, car ces N normalement régissent leurs arguments à travers des prépositions (on peut dire qu ils ont un «régime nominal»). En outre, ils n ont des arguments que s ils ont une structure événementielle (44). S ils expriment, par contre, le résultat du procès (Grimshaw 1990 : 49-54) et ils sont, par conséquent, des nomina rei, ils 21 Cf. par ex. Grimshaw (1990), Pustejovsky (1995), Simone (2000).

15 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 15 n ont pas d arguments (45), excepté les arguments dits «génériques» 22 (46): (44) La construction du pont par César dura deux mois (45) L ancienne construction (*du pont par César) est encore là (46) Cette construction en bois est magnifique La structure événementielle ne se borne pas aux N déverbaux. On peut trouver aussi des cas de rection argumentale en dépendance de N qui ne sont pas du tout dérivés d un V, comme en (47): 23 (47) J ai fait un voyage de Paris à Nice Il est plus difficile d expliquer d autres cas de structure argumentale caractérisant des N qui ne sont ni déverbaux ni de procès: (48) La lettre de Marie à son ami n a pas été envoyée Ici lettre doit être interprétée au sens de <message envoyé ou écrit par X à Y>. En d autres termes, dans la sémantique du mot une opération de Forçage a introduit une structure argumentale. 24 Il se sert donc d un dénombrement «prédicatif» à la Seiler. Les FNV, elles aussi, conservent en principe la même structure argumentale que les formes finies du V. Le plus souvent elles ont un «régime verbal». En grec ancien, par ex., le participe akoúsas régit l accusatif taûta, de même que n importe quelle forme finie du V akoúō («écouter») : (49) Akoúsas dè taûta ho Astuágēs Mē dous écouter.part.aor PARTC cela le.astiages Mèdes te hōṕlise pántas (Hdt., ) PARTC arma tous «Ayant écouté ces choses, Astiages arma tous les Mèdes» 22 Sur les arguments «génériques», qui peuvent s attacher à n importe quel type de N, v. Simone (2003). 23 Les N non déverbaux de procès peuvent être la base des V dénominatifs (voyage qui remonte au N latin via > voyager). A vrai dire les N de procès ne peuvent pas régir tous des arguments ; par ex. les «N d une fois» ( 3.3) ne régissent aucun argument (Simone 2003). 24 Dans les termes de Pustejovsky (1995 : 76-81), on dirait que le Forçage est possible par le biais de la présence des qualia dans le sens du N ; dans ce cas ce serait le quale agentif à être en cause.

16 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 16 Selon certaines positions théoriques, le type de régime verbal ou nominal serait suffisant à établir si une FNV peut encore être considérée une forme verbale ou si elle est devenue pleinement nominale. On peut comparer à ce propos les deux cas suivants de l italien : 25 (50) a. il presidente la commissione = V le président la commission b. il presidente della commissione = N le président de la commission «le président de la commission» Cette optique s avère trop tranchante quand on considère le cas espagnol (De Miguel 1995) où un infinitif qui serait nominal du point de vue distributionnel régit pourtant un objet direct : (51) el mirarle tan dulcemente la amada le regarder.le si doucement la aimée «le fait que son aimée le regardait si doucement» 3.6. Diathèse. La diathèse, étant strictement liée au nombre des arguments d un procès, peut se détacher d un V aux FNV et aux N ayant une structure d arguments. Ce fait ressort dans beaucoup de langues. En grec ancien les FNV (avec l article mais accompagnées d arguments) sont marquées différemment selon que leur diathèse soit active (52) ou moyenne-passive (53) : (52) autò [...] tò apothnē iskein oudeìs fobeîtai (Plat., Gorg., 522 e ) même le.neut mourir personne craint «Personne ne craint le fait de mourir en soi-même» (53) hína [...] apistôsi tôi emè tetimnêsthai hupò daimónōn (X., Apol., 14) pour.que doutent le.dat.neut moi. ACC être.honoré par divinités «afin qu ils ne croient pas que je suis honoré par les divinités» 25 D un point de vue théorique v. Chomsky (1980), Rouveret & Vergnaud (1980) et Vergnaud (1985), qui indiquent le régime verbal avec l expression «assigner un Cas» ; sur le statut catégoriel du participe en italien cf. Benincà & Cinque (1991 : ) ; sur l insuffisance de ce paramètre pour établir la verbalité ou la nominalité des participes, Pompei (2003, 2004).

17 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 17 En hébreu moderne, les FNV peuvent avoir une lecture réflexive ou réciproque (Siloni & Preminger, sous presse) : (54) hitnaškut bney ha- esre embrasser.recipr fils.plur les-adolescents «le baiser réciproque des adolescents» (55) hitraxcut-am laver.refl-ils.gen «le fait qu ils se lavent l un l autre» Un phénomène semblable, quoique peu fréquent, est possible avec l infinitif nominal en italien : (56) Il loro continuo baciarsi l un l altro le leur continu embrasser.inf.se l un l autre «leurs continus baisers réciproques» Dans pas mal de cas l interprétation active ou passive d un N déverbal dépend du nombre des places argumentales effectivement remplies. Par ex., l interprétation est passive en (57) (où il n y a qu un argument), active en (58) (où les arguments sont deux) (d après Grimshaw 1990 : 80-88) : (57) Jack s assassination [= Jack a été assassiné] (58) Jack s assassination of John [= John a assassiné Jack] Certaines nominalisations anglaises, par contre, n acceptent qu une lecture. Tout en étant synonyme d assassination, murder ne peut avoir qu une interprétation passive : (59) Jack s murder [= Jack a été assassiné] (60) *John s murder of Jack [= Jack a assassiné John] Par contre, les formes en -ing ayant régime nominal n admettent qu une interprétation active : (61) *The city s destroying [= The city was destroyed] (62) The destroying of the city [= Something/someone destroyed the city] Celui-là est l exemple qu emploie Grimshaw (1990 : 82-83) pour montrer qu en anglais les gerundive nominals n ont pas de forme passive ; il ne s agit pas, cependant, de l exemple

18 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 18 Dans les N à structure d arguments la diathèse peut être signalée même par l adjonction d une marque optionnelle, comme auto- dans le cas suivant de l italien : (63) L (auto)aggiornamento degli insegnanti [< aggiornarsi] «l auto-recyclage des instituteurs» (< les instituteurs se recyclent par eux-mêmes>) 3.7. Modification adverbiale. La modification adverbiale est un coefficient significatif de verbalité, car l adverbe doit trouver une prédication pour s appliquer. Là, l adverbe modifie par ex. les FNV. Le grec ancien illustre cette cooccurrence : en (64) un participe (ágōn «conduisant») et un infinitif (hépesthai «suivre») sont modifiés par kalôs («bien») : (64) empoieî gàr ho kalôs ágōn tò kalôs hépesthai détermine en.effet le. MASC bien conduisant le. NEUT bien suivre «Celui qui conduit bien, en effet, se fait bien suivre» Dans quelques langues, même des N déverbaux acceptent une modification adverbiale. Cela arrive en italien et français avec des nomina agentis : (65) spesso vincitore di premi letterari, lo scrittore ha appena pubblicato un romanzo «souvent gagneur de prix littéraires, l écrivain vient de publier un roman» (66) les têtes les plus fortes, les inventeurs les plus sagaces, les connaisseurs les plus exactement de la pensée (P. Valéry, Monsieur Teste, p. 17) (67) volontiers voyageur, il [le peintre Robert Rauschenberg] s inscrit à Paris à l Académie Julian (Libération 20 octobre 2006, p. 33) Ce phénomène s explique en supposant que l adverbe «voie» le coefficient verbal incorporé dans le N et s y attache. Il s agit évidemment le meilleur possible, car en anglais il y a aussi bien le N déverbal destruction (the destruction of the city) que la possibilité d utiliser la forme en ing avec une rection verbale (destroyng the city) et ces possibilités semblent les deux beaucoup plus plausibles. On peut trouver, toutefois, de meilleurs exemples, comme the burning of incense ou the shooting of Dan McGrew.

19 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 19 toujours de N à «dénomination descriptive». En anglais, la modification avec un adverbe de manière est propre aux N déverbaux de procès, mais non aux N de résultat (Fu et al : 555) : 27 (68) His transformation into a werewolf so rapidly was unnerving (69)? His metamorphosis into a werewolf so rapidly was unnerving (70) His explanation of the accident thoroughly did not help him (71) *His version of the accident thoroughly did not help him En grec ancien il y a même des occurrences d un adverbe avec des N «purs» : (72) tinōn sphódra gunaikôn (Plat., Leg., 639 b ) quelques.gen.plur fortement femmes.gen.plur «Des femmes qui sont vraiment telles» Le cas de (73) est semblable au précédent, mais il montre que l adverbe alēthôs («vraiment») est bien l équivalent de l adjectif correspondant (alēthinós «vrai»), une alternance employée ici comme variatio stylistique : (73) Ho alēthôs ouranòs kaì tò alēthinòn phôs kaì hē hōs alēthôs gê (Plat., Phédon, 109 e ) le vraiment ciel et la vraie lumière et la vraiment terre «le vrai ciel et la vraie lumière et la vraie terre» (72) et (73) se distinguent parce que les adverbes qui se trouvent entre l article et le N (la position des épithètes) dans ces cas ne sont pas des modificateurs prédicatifs mais ils ont plutôt une valeur «métalinguistique». 28 Ils expriment le degré de prise en charge par l énonciateur du contenu propositionnel (dans nos cas, de la vérité de la propriété d être femme (72) et d être ciel et terre (73)). Là, la modification adverbiale est donc possible grâce à une OD. 27 Il semble donc que la FPr c est-à-dire un facteur sémantique prenne le dessus sur les facteurs grammaticaux, en permettant la violation d une contrainte d îlot, c est-à-dire la possibilité que la portée du modificateur franchisse la frontière du mot en n affectant qu un morphème. 28 Dans la terminologie de Dik (1997), ils seraient des proposition satellites. Cf. Cuzzolin (1995 : ) sur ce type d adverbes en grec ancien.

20 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe DISCUSSION Les données présentées jusqu ici permettent d envisager quelques différences dans le codage des traits verbaux à l intérieur du continuum V N. Si l on considère la section du continuum qui va des FNV aux N «purs», on peut représenter ces différences de la façon suivante : (74) Traits verbaux dans le continuum V N V «purs» N «purs» FNV N de procès N de résultat N «purs» temporalité aspect + + OD modalité structure argumentale + + OD diathèse modification adverbiale + + OD En (74) le trait «temporalité» se réalise dans toute la série de formes considérées. La temporalisation par une marque couverte de même qu ouverte semble pouvoir affecter non seulement la prédication entière mais aussi les N. Là, on peut supposer qu il y a une prédication sous-jacente à la dénomination. On peut faire des considérations pareilles pour ce qui est d la modalité. L aspect, par contre, a moins d espace dans le continuum, car les traits aspectuels dans les N dépendent de la présence d une structure événementielle ; c est pourquoi ces traits n apparaissent pas dans les N déverbaux que quand ceux-là sont des N de procès. Dans le discours, pourtant, le trait aspectuel peut descendre le long du continuum jusqu à affecter les N «purs» par le biais d un Forçage de Type. On trouve les mêmes contraintes dans les autres traits verbaux, tous étroitement liés à la sémantique événementielle du N. Pour ce qui est de la structure argumentale, par ex., si l on doit admettre qu aussi des N qui ne sont pas déverbaux peuvent régir des arguments, en principe ils doivent être quand même des N de procès. Quand on trouve dans le discours des arguments régis par d autres types de N, cela signifie qu une OD est intervenue. La possibilité d une modification adverbiale suit le même parcours : avec les N «purs» on ne peut l avoir qu à travers une OD, qui étendrait la portée de l adverbe du niveau du N à celui de la prédication. Comme la diathèse comporte des arguments, elle ne s applique qu aux N de procès.

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE

L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE L orthographe est l une des plus grandes difficultés de la langue française. Voici un petit mémo de tous les accords principaux à savoir et à appliquer. I. ACCORD DE L ATTRIBUT

Plus en détail

Aide : publication de décisions VS

Aide : publication de décisions VS Aide : publication de décisions VS Table des Matières Introduction... 2 Recherche (Recherche dans le texte intégral)... 2 Filtres... 3 Collection d arrêts... 4 Date de la décision et date de publication...

Plus en détail

Sites web propriétaires

Sites web propriétaires Ce document est disponible à : C:\Users\pc_samba\Documents\Doc sites prop.docx Sommaire 1 Introduction... 3 2 Création du mini-site... 4 2.1 Autorisation de création... 4 2.2 Création de votre site Web...

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Le dictionnaire DEM dans NooJ

Le dictionnaire DEM dans NooJ 21 ème Traitement Automatique des Langues Naturelles, Marseille, 2014 Le dictionnaire DEM dans NooJ Max Silberztein ELLIADD, Université de Franche-Comté, 30 rue Mégevand, 25000 Besançon max.silberztein@univ-fcomte.fr

Plus en détail

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Robert David Professeur titulaire Faculté de théologie et de sciences des religions Université de Montréal

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

LIN3710 Devoir 2 La structure argumentale

LIN3710 Devoir 2 La structure argumentale LIN3710 Devoir 2 La structure argumentale Dû le 8 février 2012 Ce devoir a l air long, mais vos réponses ne devraient pas l être. Prenez du temps pour bien penser sur ces questions, et répondez-y de la

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal

Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal Eléments pour aborder le nom et le groupe nominal 1. Rappels des programmes 2008 Rappels des connaissances et compétences que les élèves doivent maîtriser Grammaire : Au cycle 2 : 1. identification du

Plus en détail

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005 05-00037 ISBN 2-550-44268-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2005 TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 1 Conséquences

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS En bref Les conjonctions de coordination relient des unités qui ont la même fonction. Les conjonctions de subordination relient une proposition subordonnée à une proposition

Plus en détail

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Maternelle Par le récit d événements du passé, par l observation du patrimoine familier (objets conservés dans la famille...), ils apprennent à distinguer

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme?

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Je m appelle Julie Remfort et je travaille au Ministère des Finances à Paris. Quel métier faites-vous

Plus en détail

[«Syntaxe de la phrase anglaise», Sandrine Oriez] [Presses universitaires de Rennes, 2009, www.pur-editions.fr] TABLE DES MATIÈRES

[«Syntaxe de la phrase anglaise», Sandrine Oriez] [Presses universitaires de Rennes, 2009, www.pur-editions.fr] TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE de Jean-Charles Khalifa.............................................. 9 INTRODUCTION................................................................11 PREMIÈRE PARTIE CATÉGORIES

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

être compris de notre entourage.

être compris de notre entourage. La Nature des Mots Puisque nous communiquons avec nos semblables à l aide du langage, nous utilisons des mots. Ceux-ci servent à exprimer nos idées de façon à être compris de notre entourage. Cependant,

Plus en détail

de lingüística aplicada a la comunica ción 63/2015 LA COMPLEXITE LINGUISTIQUE ET L ACQUISITION DU FRANÇAIS ET DE L ANGLAIS L2 Marie-Eve Michot

de lingüística aplicada a la comunica ción 63/2015 LA COMPLEXITE LINGUISTIQUE ET L ACQUISITION DU FRANÇAIS ET DE L ANGLAIS L2 Marie-Eve Michot claccírculoclac de lingüística aplicada a la comunica ción 63/2015 LA COMPLEXITE LINGUISTIQUE ET L ACQUISITION DU FRANÇAIS ET DE L ANGLAIS L2 Marie-Eve Michot Vrije Universiteit Brussel Marie-Eve Michot

Plus en détail

COMMENT CORRIGER UN TRAVAIL

COMMENT CORRIGER UN TRAVAIL COMMENT CORRIGER UN TRAVAIL La méthode de correction expliquée ici s applique à la correction des erreurs de français signalées dans un texte. L étudiant, à travers la correction de son travail, doit être

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL

1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL 1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL 2 L ELEAD propose aux étudiants de première et de terminale de mettre à profit

Plus en détail

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE Ouvrage rédigé sous la direction de Pierre-Yves Raccah, CNRS L Harmattan, collection Sémantique Les recherches sur lesquelles les textes présentés

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

UFR Langues et Civilisations Pays anglophones Année Universitaire 2011-2012

UFR Langues et Civilisations Pays anglophones Année Universitaire 2011-2012 2 ème année de Licence d Anglais UFR Langues et Civilisations UE L4IAU2 Corrigé du devoir N 2 Nom du correcteur : Hélène Margerie Nature du devoir : Analyse linguistique Nombre de devoirs corrigés : 8

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Université de Fribourg (Suisse) Faculté des Lettres Département des langues et littératures Domaine Anglais

Université de Fribourg (Suisse) Faculté des Lettres Département des langues et littératures Domaine Anglais Université de Fribourg (Suisse) Faculté des Lettres Département des langues et littératures Domaine Anglais Bachelor of Arts Langue et littérature anglaises Domaine secondaire (60 crédits ECTS) Plan d

Plus en détail

Les animaux. Les métiers

Les animaux. Les métiers Les animaux Les métiers Les moyens de transport Les fruits Je pratique mon truc de la catégorie: je retrouve les mots dans ma tête. Tu connais maintenant dans quelle catégorie est chacun des mots qu il

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples

Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples Guide de conception d une épreuve écrite sous la forme d un questionnaire à choix multiples Aspects pratiques Aspects pédagogiques Conseils de conception 1 Introduction Terminologie spécifique à l IEP

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

0.11 Directive du Décanat sur la promotion à une fonction académique supérieure

0.11 Directive du Décanat sur la promotion à une fonction académique supérieure Directive du Décanat 0.11 Directive du Décanat sur la promotion à une fonction académique supérieure Textes de référence : LUL art. 55, 64, 66 ; RALUL art. 40, 49 à 51, 58 ; RI art. 34 à 36 ; Directives

Plus en détail

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase

Reconnaître une phrase. Reconnaître les types de phrase Reconnaître une phrase Une phrase est une suite de mots qui a un sens. Pour avoir un sens, une phrase doit comporter : o un groupe nominal sujet (GNS) qui indique de qui ou de quoi on parle ; o un groupe

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

FRANÇAIS 3010W sample syllabus

FRANÇAIS 3010W sample syllabus FRANÇAIS 3010W sample syllabus 1 Semaine 1 2 Programme INTRODUCTION - Présentation du cours (voir description du cours sur BB) - Création de groupes de travail pour La Nouvelle Collective - Questionnaire

Plus en détail

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur Cette note vise à évaluer la diffusion de l œuvre de Paul Ricœur dans l univers des revues scientifiques.

Plus en détail

Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel

Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel www.uni-presse.fr/pro UNI-Presse 112 rue Réaumur, 75080 Paris Cedex 02 France Tél : 01 42 78 37 72 Fax : 01 42 78 06 57 E-mail : servicepro@uni-presse.fr

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité)

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité) L INTERROGATION DIRECTE 1) L interrogation totale. Elle porte sur l ensemble du contenu propositionnel de la phrase. Elle porte sur l action ou l état et elle appelle une réponse globale : oui, si ou non.

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

INTRODUCTION AU DATA MINING

INTRODUCTION AU DATA MINING INTRODUCTION AU DATA MINING 6 séances de 3 heures mai-juin 2006 EPF - 4 ème année - Option Ingénierie d Affaires et de Projets Bertrand LIAUDET Phase 4 : Modélisation non-supervisée - 5 : Règles d association

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Les cartes conceptuelles

Les cartes conceptuelles Les cartes conceptuelles Représentations spatiales des concepts Règle de base «le chercheur isole et choisit les concepts pertinents, les hiérarchise par niveaux ordonnés, puis il relie les concepts entre

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

MANUEL DE FORMATION DE CONVERSION EN BASES DE DONNÉES

MANUEL DE FORMATION DE CONVERSION EN BASES DE DONNÉES MANUEL DE FORMATION DE CONVERSION EN BASES DE DONNÉES VERSION 6.03 1, rue de la Martinerie 78610 LE PERRAY EN YVELINES SUPPORT TECHNIQUE Tél. : +33-(02).99.73.52.06 Adresse e-mail : support@euroid.fr Site

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Foire aux questions du Grand dictionnaire terminologique

Foire aux questions du Grand dictionnaire terminologique Foire aux questions du Grand dictionnaire terminologique Office québécois de la langue française Juin 2012 1 Brève description du GDT 1. Qu est-ce que le GDT? 2. Pourquoi ne puis-je obtenir une traduction

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOM råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOMN UC B3 - Langue Vivante Européenne Utilisateur indépendant - Niveau B1 du CECR A - Référentiel de formation UC B31 Langue Vivante

Plus en détail

Concevoir une base de données

Concevoir une base de données Concevoir une base de données http://vanconingsloo.be/les-cours/bureautique/access/concevoir-une-base-de-donnees En fonction de vos besoins, il existe deux façons de travailler. Si vous souhaitez créer

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE Bien qu elle ait été bannie pendant longtemps de la pédagogie des langues, la traduction est cependant une activité que nous pratiquons tous naturellement. On traduit

Plus en détail

Construction verbale fautive ; choix fautif de l auxiliaire verbal

Construction verbale fautive ; choix fautif de l auxiliaire verbal CHOIX SYNTAXE FAUTIF DE L AUXILIAIRE VERBAL 1 Problèmes fréquents Construction verbale fautive ; choix fautif de l auxiliaire verbal En cliquant sur le bouton «Rubrique grammaticale» dans notre site, vous

Plus en détail

1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse

1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse IN306 : Corrigé SID Christophe Garion 18 octobre 2010 Ce document est un corrigé succinct de l examen du module IN306. 1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse Une

Plus en détail

Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données

Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données Catherine Raux (interne Santé Publique) et Benoît Lepage (AHU), Service d Epidémiologie du CHU de Toulouse Version 1.1 Avril 2012

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L EXAMEN

PRÉSENTATION DE L EXAMEN PRÉSENTATION DE L EXAMEN UN NOUVEAU DELF POUR LES SYSTÈMES SCOLAIRES Le DELF scolaire est une version du DELF 1 er degré réservée aux publics en situation scolaire. Il est mis en place à l étranger dans

Plus en détail

SNS GREEK & LATIN Version 1.0 pour Windows Mode d emploi

SNS GREEK & LATIN Version 1.0 pour Windows Mode d emploi SNS GREEK & LATIN Version 1.0 pour Windows Mode d emploi 1) Démarrer l application : Cliquer sur l icône suivante, présente sur le bureau. S affiche alors l écran de démarrage. Vous pouvez soit attendre

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Alice G., Belge, née à Munich. J ai passé toute ma scolarité à l école européenne de Munich (à part la maternelle).

Plus en détail

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations.

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations. Voici, en résumé, quelques notions qui t aideront à mieux comprendre la conjugaison des verbes. Au cours de l année, nous étudierons de façon plus systématique chacun des temps de verbes. Le verbe est

Plus en détail

Analyse syntaxique et application aux langues naturelles. Grammaires Lexicales Fonctionnelles (LFG)

Analyse syntaxique et application aux langues naturelles. Grammaires Lexicales Fonctionnelles (LFG) Université de Nice Sophia Antipolis Master 2 Recherche PLMT Analyse syntaxique et application aux langues naturelles Grammaires Lexicales Fonctionnelles (LFG) Jacques Farré et Sylvain Schmitz Analyse syntaxique

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

Le modèle IS-LM en économie fermée

Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Modèle IS-LM : interaction entre le secteur réel et le secteur financier 2 courbes équilibre sur le marché des biens et services (IS)

Plus en détail

Leçon 5 ... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis. Tous connectés, de 9 à 99 ans.

Leçon 5 ... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis. Tous connectés, de 9 à 99 ans. 5... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Florence Levé Florence.Leve@u-picardie.fr Année 2015-2016 1/29 Introduction Les algorithmes vus précédemment peuvent mener à des automates relativement

Plus en détail

Les sujets inaccusatifs

Les sujets inaccusatifs 1. Les sujets inaccusatifs nous avons déjà vu que selon UTAH, un verbe dont le seul argument est un thème doit sélectionner cet argument, un peu comme un objet Sv ei v SV ei arriver Thème [V, un] ces verbes

Plus en détail

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage Master 1 T2M Instructions pour la rédaction des notes de stage I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et la

Plus en détail

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QU EN HOMOPHONES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes qu en quant quand qu en : que (e élidé devant une voyelle) suivie de en, pronom qui

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome)

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) Giulia BARRECA Université Paris Ouest Nanterre-Università Cattolica di Milano Oreste FLOQUET Sapienza, Università di Roma Plan Nouveau point d enquête IPFC

Plus en détail

Français - Grammaire

Français - Grammaire Français - Grammaire Leçon No 1 Les mots (C) Charles Marca Cours programme 3 e (Physique) Page 1 Objectifs pédagogiquesp Distinguer mots variables et mots invariables Je vous écris une suite de mots (C)

Plus en détail

La gestion des doublons

La gestion des doublons fims.informatique@skynet.be 01.10 10.02 N 3 La gestion des doublons Dans la plupart des bases de données, les doublons sont souvent inévitables. Il est parfois complexe de les gérer car les informations

Plus en détail