Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe"

Transcription

1 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe Raffaele Simone* & Anna Pompei * 1. 1PRELIMINAIRES 1 Dans cet article nous allons à la recherche de propriétés verbales dans les noms et les formes nominalisées du verbe (FNV). A la base de notre analyse est une hypothèse qui veut (a) que les verbes (V) et les noms (N) ne forment pas deux Classes de Mots disjointes mais qu ils sont reliés dans un continuum ayant à un extrême les V «purs» et à l autre les N «purs» ; et (b) qu entre N et V il y a une «mobilité» bidirectionnelle 2 qu on observe en plusieurs langues (Simone 2000, 2003 ; Gaeta 2003) et qui constitue un phénomène typologique important. La première partie de l hypothèse, qu a proposée Ross dans ses travaux bien connus (1973a, b), est à considérer comme presque universellement acquise en linguistique. Quant à la deuxième, la mobilité V N se manifeste de plusieurs manières au niveau empirique. Par ex., beaucoup de langues ont des formes «intermédiaires» entre N et V, dont la typologie et les formes superficielles varient d un cas à l autre. On a en fait des V avec des propriétés nominales (tels les infinitifs, les participes et les gérondifs en plusieurs langues 3 ) de même que des N avec des propriétés verbales (comme les N déverbaux ou les divers types de mas dar dans les langues sémitiques et d autres). (Les «propriétés» dont on parle ici peuvent être aussi bien sémantiques que grammaticales.) Ce phénomène est encore plus évident au niveau du discours où le passage d un V à un N (et vice-versa) est tout à fait fréquent et accepté. (On en reparlera.) Nous nous bornerons ici à examiner dans quelle mesure les traits verbaux * Département de Linguistique - Université Roma Tre, Rome. 1 Si les deux auteurs ont établi conjointement les lignes essentielles de ce travail, la rédaction en est entièrement due à Anna Pompei. Sur le sujet de cet article v. aussi Simone (sous presse a). 2 Contra l hypothèse des neurosciences, d après qui N et V ont des localisations corticales distinctes et séparées (par ex., Shapiro et al. 2006). 3 Cf. Simone (2005) sur les infinitifs ; Pompei (2003, 2004) sur les participes.

2 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 2 affectent les N et les FNV. Nous discuterons en outre si des traits verbaux se trouvent également dans des N sans aucune relation morphologique à un V. Notre démarche consistera donc à (a) proposer des traits propres à la verbalité (à l anglaise, verbiness) par rapport à la nominalité (nouniness); (b) déceler des traits de verbalité dans les FNV et dans les N; et finalement (c) montrer comment les FNV et les N pourvus des propriétés verbales se situent dans le continuum V N. Il est utile, finalement, de signaler que en parlant génériquement de N on fera référence à l ensemble union des N «purs» et des N déverbaux. Quand il le faudra, on marquera la différence par une terminologie spécifique. 2. TRAITS DE VERBALITE 2.1. V et N «purs». Comme toile de fond pour notre analyse nous allons rappeler quelques éléments de théorie des classes des N et des V. Là, nous emploierons les notions basiques de la Grammaire de Catégorie et Constructions (GCC), le modèle de «sens grammatical» à base pragmatico-discursive dont les assises sont illustrées dans plusieurs travaux d un des auteurs (Simone 2006a, b; sous presse a). Dans la GCC le «sens grammatical» se distribue en deux canaux : les Catégories et les Constructions. Nous n allons pas nous arrêter sur les premières, car ici ce n est que les catégories qui sont en cause. Il y a trois types de catégorie : (1) Types de catégories a. Catégories grammaticales au sens conventionnel de la linguistique (temps, mode, aspect, Aktionsart, etc.): leur facteur commun réside en ceci, qu elles codent la manière dont l évènement est représenté dans l énoncé. b. Catégories notionnelles, c est-à-dire les notions (Participation, Possession, Concomitance, Proximité, etc.) que chaque langue est censée être obligée à coder : ces catégories, codent la relation entre le locuteur et le contexte extralinguistique. c. Classes de Mots (ou catégories lexicales). En particulier, la GCC a des hypothèses pour ce qui concerne les Classes de Mots, la troisième forme des catégories. En GCC une Classe de Mots n est pas un magasin où sélectionner sic et simpliciter des éléments à combiner sur la chaîne syntagmatique. Au contraire, c est une manière particulière de coder (où, à l anglaise, to package) le sens sous forme de mot, en répondant ainsi à des

3 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 3 fonctions pragmatiques et discursives précises (Hopper & Thompson 1984; Simone 2000, sous presse a). En d autres termes, une Classe de Mots est un format prédéfini de sens (grammatical), ou pour le dire en d autres termes un faisceau de coefficients sémantiques préformés. Quant aux fonctions des diverses Classes de Mots, quoique la question soit plutôt litigieuse (cf., par ex., Lyons 1977, 1966; Croft 1984), on reconnaît que les Classes de Mots basiques (N, V, Adjectif) ont des fonctions lato sensu sémantico-pragmatiques différenciées et répondent aux exigences essentielles du langage. La liste n en est pas définie, mais un accord existe quand même (aussi chez les générativistes) sur certaines fonctions, 4 comme celles de référence, prédication et modification, dont la distribution sur les différentes Classes de Mots est inégale mais caractérisante. Depuis plusieurs points de vue on admet désormais que la distinction entre les N et les V deux classes qui assurent deux modelages du sens radicalement différents (Lyons 1966, 1977 ; Givón 1979 ; Hopper & Thompson 1984, 1985 ; Simone 2006b ; Lazard 2006) est à reconduire à l opposition sémiotique entre référence (ou désignation) et prédication. 5 Les mots qui désignent imposent à leur sens le format d une entité, d un objet qui a bien sûr la propriété de time-stability que prétend Givón (1979) mais plus encore le fait de pouvoir (a) opérer comme «thème» d une prédication, (b) s inscrire dans une chaîne anaphorique et (c) permettre une reprise pronominale. Les mots qui, par contre, assurent la prédication ont un format sémantique plus complexe : ils «disent» quelque chose au sujet d une autre chose, donc ils établissent des relations entre des référents ou ils indiquent des propriétés et, dans certaines de leurs sous-classes, ils imposent à leur sens le format d un procès. On suppose donc que la référence est propre en premier lieu aux N «purs», la prédication aux V «purs». 6 4 V. par ex. Seiler (1977), Lyons (1977: 429), Croft (1984, 1991: 67), Hopper & Thompson (1984, 1985), Wierzbicka (1986); pour la position générative, Barker & Dowty (1993), Baker (2003). 5 Cf. les remarques intéressantes de Sapir (1921 : 119) : «This distinction [scil. entre la chose dont on parle et ce que l on dit à son sujet] is of such fundamental importance that the vast majority of languages have emphasized it by creating some sort of formal barrier between the two terms of the proposition.» Voir aussi Givón (1979), Hopper & Thompson (1984), Seiler (2000), Simone (2000). 6 Il faut prévenir que dans cette étude on va parler de N «purs» et V «purs» dans un sens générique, c est-à-dire en supposant fictivement qu ils ne se présentent que sous une forme prototypique, avec leurs propriétés spécifiques au plus haut degré. Cela est loin d être vrai,

4 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe Degrés de nominalité et de verbalité. L idée d après laquelle quelques N et V peuvent être «purs» entraîne qu il soit possible situer les uns et les autres sur une échelle affichant divers degrés de nominalité et, respectivement, de verbalité. Il y a donc des N qui sont [+N] et, graduellement, des N qui sont de moins en moins nominaux [-N] ; ainsi de même pour les V. En se mouvant le long de cette échelle, les V adoptent des traits nominaux, dont surtout la Force Référentielle (FR). De l autre côté, au fur et à mesure qu ils se déplacent vers l extrémité opposée de l échelle, les N adoptent des traits verbaux, dont surtout la Force Prédicative (FPr), c est-à-dire la capacité de faire de base à une prédication Propriétés de la prédication. La FPr s associe à d ultérieures propriétés des V, comme les suivantes : (2) Propriétés associées à la FPr (a) temporalité (b)aspectualité (c) modalité (d)structure argumentale (e) diathèse (f) modification adverbiale On peut noter d emblée (a) que ces paramètres 7 ne se trouvent pas forcément tous simultanément dans un N, mais ils peuvent n y apparaître qu en des sélections caractéristiques, (b) et que certains traits verbaux semblent incompatibles avec certaines classes de N (par ex., la diathèse ne semble pas pouvoir se transférer sur les N «purs»). Une hypothèse que nous avançons d ores et déjà est que la hiérarchie de transfert des traits verbaux sur les FNV et les N dépend de façon cruciale du degré de FPr de celles-ci Opérations discursives. A une Classe de Mots ainsi définie peuvent d ailleurs s appliquer des Opérations Discursives (OD) qui en modifient certaines propriétés. Cette manipulation peut porter des résultats soit au niveau du système, en donnant lieu à des solutions stables, soit au niveau du discours, comme tout le monde peut remarquer. Des considérations plus nuancées sur ces questions se trouvent dans plusieurs travaux d un des auteurs (Simone 2006b, 2007). 7 Nous ne pouvons les discuter tous dans cet article. Pour d autres remarques, qu il nous soit permis de renvoyer à Simone (sous presse a).

5 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 5 où elle donne lieu à des solutions qui ne peuvent s employer que dans ce cas-là mais qui sont d autre part parfaitement viables et acceptées. (On en donnera des exemples tout de suite.) Une des OD les plus puissantes est le Forçage de Type (type coercion: Pustejovsky 1995), qui transfère une entrée lexicale d un type sémantique a un autre, au niveau du discours aussi qu au niveau du système. C est par le Forçage de Type par ex. que livre passe de (3) (où son sens est <objet physique>, donc il est un N «pur» doué de FR élevée 8 ) à (4) (où son sens est <message, information> et sa FR est réduite) ou que café passe de (5) à (6) : 9 (3) J ai brûlé ce livre (livre <objet physique>) (4) J ai lu ce livre (livre <message, information>) (5) J ai offert un café à ce monsieur-là (café <boisson>) (6) Le café veut aussi un croissant (café <dénomination provisoire de la personne qui a commandé un café ; synonyme discursif de ce monsieurlà>) La mobilité V N a un bien-fondé discursif et est favorisée par la disponibilité des OD, chacune desquelles a un effet spécifique. Dans le discours le locuteur peut shifter du format «entité» au format «procès» ou vice-versa. C est lui qui, sur la base de ses exigences, décide (a) le choix d un élément nominal ou verbal, (b) la transition d un choix nominal à un verbal, (c) le transfert d un trait verbal dans un N, etc. Les OD ont parmi leurs propriétés celle de «détacher» un ou plusieurs traits d une catégorie (par ex. un V) sur une autre (par ex. un N). Telle est la nominalisation (Simone, sous presse a), qui détache un coefficient de durativité sur les N : (7) Le dépannage a duré trois heures (> les trois heures du dépannage m ont fatigué) (8) Le voyage a duré trois jours (> les trois jours de voyage nous ont amusés) Cette potentialité se manifeste parfois en forme forte. Par ex., un N [+N] 8 La notion de Force Référentielle, centrale en GCC, est illustrée dans Simone (2006b, 2007). 9 On remarquera que le Forçage affectant livre a lieu au niveau du système, tandis que celui qui affecte café se manifeste au niveau du discours.

6 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 6 (donc, un N «pur», à FR élevée) peut prendre par Forçage de Type une propriété verbale : (9) Ce chat a duré trois jours (10) Ce livre a duré trois semaines (11) Cette plante a duré un an (12) Le prof a duré deux ans Dans (9)- (12) des N «purs» sont «forcés» à prendre des propriétés aspectuelles (donc verbales) comme la durée. Ce paramètre n apparaît pas dans la matrice lexicale de ces mots, mais il opère quand même dans leur sémantique. Certaines OD, malgré leur importance dans le système, n ont même pas un terme qui les désigne. C est le cas du phénomène qui fait que le N d agent en grec ancien puisse être modifié attributivement par un adverbe (Panagl 2006) : 10 (13) ho orthôs kubernē tēs (Plat., Rsp., 341 c ) le correctement pilote «le pilote pour de vrai» 3. TRAITS DE VERBALITE DANS LES FNV ET LES N 3.1. Typologie du codage des traits verbaux. Du point de vue typologique les paramètres pertinents au codage des traits verbaux sur les FNV et les N semblent être de deux types : (14) Paramètres de codage des traits verbaux type A type B marquage des traits verbaux couvert ouvert portée des traits verbaux nom prédication Le premier paramètre concerne la façon dont les traits verbaux sont 10 Ces cas vérifient de manière intéressante une intuition de Porzig (1942), selon laquelle quelques classes de nomina (les nomina actionis aussi bien que les nomina agentis) incorporent, en le «comprimant», le «sens d une clause» entière (Satzinhalt). Une intuition semblable est à la base d Alinei (1974) sur la structure du lexique (v. par ex. p. 179 sqq.). Ce fait peut aussi avoir une formulation diachronique, en supposant (d après Panagl 2006 : 48) que «Nomina agentis und Nomina actionis in einigen indogermanischen Sprachen noch syntaktische Spuren [ ] ihrer morphologischen Herkunft aufweisen».

7 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 7 codés : ils sont «ouverts» s ils ont une marque grammaticale, «couverts» s ils n en ont pas une. Le deuxième paramètre, par contre, regarde la portée de l information verbale, qui peut soit affecter la prédication entière (pas forcément celle de la principale) soit se borner au segment nominal. Les combinaisons de paramètres les plus intéressantes se trouvent dans le type A exemplifié par (9)- (13) et le type B, que l on trouve dans des langues comme le pitta pitta (Australie). Dans cette langue, les suffixes casuels codent aussi l information temporelle et présentent une forme pour le non-futur et une pour le futur (Blake 1987, cité d après Nordlinger & Sadler 2000) : (15) Affixes casuels-temporels des noms en pitta pitta Sujet Absolutif Objet Instrumental Non-futur Ø -lu -nha -lu Futur -ngu -ngu -ku -ngu En (16), l information temporelle associée au cas du sujet et réitérée dans son modificateur comme trait d accord projette ses effets sur la clause entière : (16) Ngamari-ngu karnta ngartu-nga kankari-marru-ngu mère-s.fut aller nard-but couteau-ayant-s.fut «La mère ira cueillir le nard avec son couteau» En plus des types A et B, les langues du monde présentent aussi les autres deux combinaisons possibles, c est-à-dire le marquage ouvert des traits verbaux qui n affectent que la forme nominale (v. par ex. (21)) et la portée d un trait verbal couvert sur la prédication (v. par ex. (17)). Dans une même langue on peut trouver plus d un type de combinaison des deux paramètres Temporalité. Voyons maintenant des illustrations des propriétés associées à la prédication, à partir des traits de temporalité, aspectualité et modalité (TAM). Pour ce qui est de la temporalité, il y a plusieurs langues où les FNV la marquent de manière ouverte. En turc, par ex., les formes non finies du V ont comme les formes finies des marques de temps : (17) Hasan Fatma-nın on-u öldür-eceğ-in-i düşün-üyor Hasan [Fatima-GEN 3-aACC tuer-fut-poss3-acc] penser-progr «Hasan pense que Fatima le tuera» L information temporelle peut être incorporée aussi dans les N déverbaux

8 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 8 sans un codage grammatical manifeste. Cela arrive, par ex., en cooccurrence avec des adverbes de temps, comme on peut le voir dans le passage latin suivant : (18) Discessu tum meo (Cic., Pis., 21) départ.abl alors de.moi.abl «avec mon départ qui eut lieu alors» Le même phénomène existe dans les langues romanes modernes (surtout à l oral), par ex. en français et en italien : (19) Avant son départ hier après-midi d Asmara, la capitale érythréenne (20) La costruzione oggi di un grande organo a quattro tastiere per la città di Roma «La construction aujourd hui d un grand orgue à quatre claviers pour la ville de Rome» 11 En italien on a aussi le cas quantitativement limité, car il n affecte qu un petit nombre de N appartenant à un domaine sémantique particulier d une temporalisation morphologique sur les N. Elle s obtient par le suffixe -nddérivant du gérondif latin, dont la valeur déontique initiale a diachroniquement glissé vers le codage du futur : (21) laureando, dottorando, maturando, esaminando «candidat à la licence, au doctorat, au baccalauréat, à un examen» L information temporelle, d ailleurs, peut aussi affecter un N «pur» grâce à une OD. Dans la liste suivante un adverbe en position d épithète s ajoute à des N «purs» du grec ancien (22)- (23), du latin (24)- (25) et de l italien (25) (26) : (22) ho nûn khrónos le maintenant temps «le temps présent» (23) a. hoi pálai ánthrōpoi les antan hommes «les hommes du passé» 11 L emploi de ces adverbes semble lié à des contraintes lexicales complexes et partiellement idiosyncrasiques (son départ hier/*son départ d hier vs *la réunion hier/la réunion d hier) qu il n est pas possible d examiner ici.

9 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 9 b. hoi nûn ánthrōpoi es maintenant hommes «les hommes d aujourd hui» (24) reliquis deinceps diebus (Caes., Gall., ) es autres depuis jours «les jours suivants» (25) neque ignari sumus ante malorum (Verg., En., 1.198) ni ignorant nous.sommes des avant maux «nous n ignorons pas nos maux précédents» (26) l allora giudice l alors juge «le juge d alors > la personne qui était alors juge» En plus des contraintes distributives, on peut avoir aussi des contraintes sur la sélection du N modifié par l adverbe. Ce fait ressort dans le latin quondam «jadis», qui, antéposé à certains N «de fonction» ou «d état», situe dans le passé le déroulement de la fonction envisagée : (27) Syriae quondam praetor (Curt., 5, 13, 10) Syrie.GEN jadis préteur.nom «celui qui était une fois le préteur de Syrie» (28) [Orsines] genus ducebat a Cyro, quondam rege Persarum (Curt., ) Orsines origine tirait de Cyrus.ABL jadis roi.abl Persans.GEN «[Orsines] tirait son origine de Cyrus, jadis roi des Persans» Ces cas sont évidemment très proches des combinaisons de ex- + N qu on trouve en français, italien et anglais. Aussi ce préfixe a des restrictions sur la base : il s affixe surtout aux N de fonction ou de relation non-consanguine (29), il est moins plausible avec d autres N (30) Plus en général, l emploi de ex- semble propre à ces N que Coseriu (1978) appelle nomina adjecta, qui désignent pour ainsi dire indirectement, car ils expriment un état provisoire, une charge, une fonction, une relation. Un concept semblable est celui des non rigid designators en sémantique formelle (Dowty et al : 134). Des contraintes lexicales de ce type peuvent être invoquées même en ce qui concerne l emploi d adjectifs comme futur en français (sa future épouse vs *son futur chapeau) ou de modificateurs comme to-be en anglais (his bride-to-be vs *his hat-to-be).

10 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 10 (29) ex-ministre ; ex-mari ; ex-pilote (30)? ex-chien Dans d autres langues des marques temporelles s affixent à des N «purs» sans limitation sémantique (Nordlinger & Sadler 2000 ; Sadler & Nordlinger 2001). C est les cas des langues tupi-guarani, comme en (31), où la temporalité codée par les affixes -kue- et -rã- n affecte que le N (Nordlinger & Sadler 2002: 6) : (31) a. o-va-ta che-roga-kue-pe 3SG-se.déplacer-FUT 1SG-maison-PASS-en «il déménagera dans mon ex-maison» b. a-va-vaekue hoga-rã-pe 1SG- se.déplacer-pass 3SG.maison-FUT-en «j ai déménagé dans sa future maison» 3.3. Aspectualité. Quant à l aspectualité, il est de plus en plus reconnu que ce trait n affecte pas moins les N que les V. 13 Ce phénomène se manifeste particulièrement dans les N désignant des procès qui ont, de la sorte, une structure événementielle analogue à celle des V (Simone 2000). C est la classe que la grammaire traditionnelle appelait nomina actionis et que Lyons (1977 : ) a rebaptisée plus correctement «N du deuxième ordre». Seiler (1977), pour sa part, a ajouté une distinction ultérieure en envisageant deux manières différentes de dénommer par les N, selon qu ils aient, oui ou non, ce que nous appelons «FPr», c est-à-dire la possibilité de contenir une prédication : on a alors une «dénomination étiquetante» (32), sans FPr, et une «dénomination descriptive» (33), pourvue de FPr : 14 (32) a. chat =?«animal qui...» 13 Ce phénomène étant notablement complexe et présentant une riche phénoménologie, nous n entrons pas dans les détails, pour lesquels on renvoie à des travaux dédiés (Rijkhoff 1991 ; Gross & Kiefer 1995 ; Simone 2000, 2003). 14 Cette distinction rappelle dans quelque mesure la vieille hypothèse de Bach (1968), d après laquelle tous les N, dans un SN, incorporent une relative sous-jacente (j ai parlé avec un anthropologue < j ai parlé avec un [qui est] anthropologue). En fait, comme on le vois sur la base des exemples cités dans le texte, ce principe ne vaut que pour la «dénomination descriptive». Dans l élaboration théorique de Gaston Gross, d ailleurs, les N peuvent être des prédicats (cf. Gross & Günthner sous presse).

11 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 11 b. pomme =?«fruit qui» (33) a. poète = «personne qui écrit des poèmes» b. voyageur = «personne qui voyage» c. chaise = «objet où l on s assoit» Les noms processuels, eux, s échelonnent le long d une gradation. Simone (2003) a reconnu trois types de N pourvus d aspectualité à la différence des N «purs», qui ne présentent pas cette propriété. Les traits pertinents qu il envisage sont la processualité [±processuel] et la télicité [±télique] : la combinaison de ces traits donne lieu aux distinctes catégories de N processuels: 15 (34) Types de N et aspectualité (d après Simone 2003) Classe de N N de procès indéfini (mas dar) N de procès défini N d une fois (ismu al-marrati) N «pur» Aspect [+processuel] [-télique] [+processuel] [+télique] [-processuel] [+télique] [-processuel] [-télique] Quelques remarques. Les N de procès indéfini font référence à des procès qui ne sont pas projetés vers un point final, vers un telos et qui sont donc [- télique, +processuel]. En italien (de même qu en espagnol, portugais, allemand, néerlandais : Simone 2005) un représentant éminent de cette classe est l infinitif «nominal», qui peut être précédé de tous les spécificateurs nominaux mais qui a une syntaxe largement verbale. 16 Ce type d infinitif est souvent employé au lieu d un N ayant la même racine et le même sens, précisément grâce à cette valeur aspectuelle ; on peut le voir dans l exemple en portugais qui suit : (35) Aí é que era um desfilar [disponible : desfile] de anedotas, de ditos, de perguntas, um estalar [disponible : estalo, estalido] de risadas (Machado de Assis, Braz Cubas). là est qu (il) était un défiler.inf de anecdotes, de bons.mots, de questions, un éclater.inf de coups.de.rire 15 Dans la classification de Lyons (1977) les N «purs» constituent en effet la classe des N «de premier ordre». Quant à la présence dans les N d une structure événementielle cf. aussi Rijkhoff (1991) ; Gross & Kiefer (1995) ; Pustejovsky (1995) ; Simone (2000). Pour la classification des N reliés à des V la proposition de Vendler (1967) est classique. 16 L anglais, l arabe, l hébreu et le turc présentent des homologues fonctionnels de l infinitif nominal.

12 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 12 «Il y avait là une cascade d anecdotes, de bons mots, de questions, des éclats de rire» Ce type d infinitif présente d ailleurs beaucoup de propriétés nominales. Mais aussi des N véritables répondent à cette même sémantique : poursuite, communication, oubli, etc. Les N de procès défini codifient des procès qui se bouclent à un certain point : lampée, promenade, balade, etc. (Il est bien clair que certains N peuvent faire partie aussi bien des Noms de Procès Indéfini que des Noms de Procès Défini.) La télicité caractérise aussi les «N d une fois», 17 dont la sémantique ne contient pas du tout la processualité. Ils sont du type de brasse, gorgée, etc. Des OD agissent aussi dans ce domaine. Par ex., des N d autre type peuvent être transposés à Noms d une Fois en entrant dans un syntagme avec un Nom-Support comme tête. 18 En français, le plus important de ces Noms-Support est coup : coup de fil, de verre, de folie, d audace, etc. Les N «purs», finalement, n ont pas en eux-mêmes de propriétés aspectuelles, car ils désignent des entités plutôt que des procès et qu ils sont de la sorte doués d une FR élevée. Ils peuvent pourtant on vient de le voir en (9)- (12) acquérir le trait de durée par un Forçage de Type Modalité. Pour ce qui est de la modalité, le grec ancien suffirait tout seul à montrer la manière dont cette propriété est codée dans les FNV et dans les formes nominales déverbales. En grec, en fait, les FNV (infinitifs et participes) peuvent présenter une nuance de modalité épistémique quand se présentent avec án : 19 (36) eû ísmen mē àn hêsson humâs bien nous.savons NEG PARTC moins vous.acc lupēroùs genoménous toîs xummákhois (Th ) odieux.acc être. AOR.ACC aux ennemis «Nous savons bien que vous n auriez pas été moins odieux que nous 17 Ce terme est calqué sur le ismu al-marrati de la tradition grammaticale arabe, qui a identifié cette catégorie avec une grande lucidité. 18 La notion de Nom-Support, parallèle de toute évidence à celle de Verbe-Support, n a pas encore suscité d attention malgré son importance criante. Une étude préliminaire dans Simone & Masini (sous presse b). 19 Les participes ne présentent la possibilité de cooccurrence avec án qu à partir du s. V av. J.-C., tandis que án plus infinitif est déjà chez Homère.

13 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 13 aux yeux des alliés» Dans ce cas une propriété verbale affectant la prédication entière est codée de manière couverte, même s il ne s agit pas de la prédication principale. Par contre, le suffixe dérivatif des adjectifs verbaux, dans ses diverses formes, peut coder la modalité de façon ouverte. 20 En particulier, les formations avec le suffixe -tós peuvent avoir une valeur de realis ou de possibilité (37); les formations en -téos une valeur de modalité déontique (38)- (39): (37) khutós (X., Mem., 163) «versé, répandu ; que l on peut verser, répandre» (38) ōphelētéa soi hē pólis estí; à.aider toi.dat la ville est? «Dois-tu aider la ville?» (39) hótan parêi tò praktéon (X., Ec., 12.14) lorsque est.là le.neut à.faire.neut «Lorsqu il y a des choses à faire» En (38) la modalité est ouverte et sa portée est la prédication entière, tandis qu en (39) la portée n est que sur le N (praktéon), formé par conversion de l adjectif verbal. Un phénomène semblable est constitué par des formations comme it. futuribile (fr. futurible), it. papabile (fr. papable), où le suffixe (< latin bilis) exprime justement la possibilité. En yate (langue macro-jê du Brésil de la région de Pernambuco) on trouve le cas très intéressant de N «purs» qui peuvent avoir, d une façon assez systématique, des marques de temps et en même temps de modalité épistémique (Lapenda 1968 : 77) : (40) (a) seti («maison»: prés./realis) (b) se ti-sê («ex-maison» : passé/realis) (c) se t-këa («maison possible» : prés./possible : quelque chose qui pourrait devenir une maison) (d) se ti-s-këa («pas maison» : passé/irrealis ; quelque chose qui aurait pu être ou devenir une maison). 20 La différence entre participe et adjectif verbal est très claire en grec ancien : les adjectifs verbaux sont formés par des suffixes qui ne s ajoutent pas au thème aspectuel du V (présent, aoriste, parfait), mais à la racine ; en outre, leur formation est idiosyncrasique. Cela signifie qu ils ne font pas vraiment partie du paradigme du V, à la différence des formes participiales. Leur processus de formation est donc dérivatif plutôt que flexionnel.

14 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe Structure argumentale. Plusieurs recherches 21 ont montré que certaines sous-classes de N peuvent avoir une structure argumentale de même que les V. Cela arrive avec les N à structure événementielle ( 3.3), car cette structure implique des actants. Le latin présente une vaste typologie de phénomènes à ce sujet, que Plaute offre avec une certaine fréquence (Panagl 2006) : (41) Quid tibi ergo meam me invito tactiost? (Plaut., Aul., 744) quoi à.toi donc la.mienne.acc moi non.voulant touchement.est «Comment as-tu pu contre ma volonté toucher à la mienne (scil. marmite)?» (42) Quid tibi, malum, med aut quid ego agam curatiost? (Plaut., Most., 34) Quoi à.toi mal moi ou ce.que je fais intérêt.est «Pourquoi t occupes-tu chose mauvaise de moi ou de ce que je fais?» Là, des N qui sont déverbaux à part entière (tactio «touchement» < tango «toucher», curatio «intérêt» < curo «s occuper (de)») gardent dans leur sémantique la composante verbale à tel point qu ils régissent un accusatif d objet direct (meam [aulam auri] «ma marmite» et, respectivement, med «moi»), exactement comme le feraient les V ; on peut dire qu ils ont un «régime verbal». Ce phénomène paraît de longue durée en latin, à en juger des manifestations qu on en rencontre jusqu à l époque tardive et sous des formes même plus drastiques (doctor «maître» < doceo «apprendre» ; Panagl 2006) : (43) pristinum doctor (Tert., ad. Prax. 1) vieux.neut.acc maître «maître de choses périmées» Ce comportement des N déverbaux est tout à fait exceptionnel, car ces N normalement régissent leurs arguments à travers des prépositions (on peut dire qu ils ont un «régime nominal»). En outre, ils n ont des arguments que s ils ont une structure événementielle (44). S ils expriment, par contre, le résultat du procès (Grimshaw 1990 : 49-54) et ils sont, par conséquent, des nomina rei, ils 21 Cf. par ex. Grimshaw (1990), Pustejovsky (1995), Simone (2000).

15 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 15 n ont pas d arguments (45), excepté les arguments dits «génériques» 22 (46): (44) La construction du pont par César dura deux mois (45) L ancienne construction (*du pont par César) est encore là (46) Cette construction en bois est magnifique La structure événementielle ne se borne pas aux N déverbaux. On peut trouver aussi des cas de rection argumentale en dépendance de N qui ne sont pas du tout dérivés d un V, comme en (47): 23 (47) J ai fait un voyage de Paris à Nice Il est plus difficile d expliquer d autres cas de structure argumentale caractérisant des N qui ne sont ni déverbaux ni de procès: (48) La lettre de Marie à son ami n a pas été envoyée Ici lettre doit être interprétée au sens de <message envoyé ou écrit par X à Y>. En d autres termes, dans la sémantique du mot une opération de Forçage a introduit une structure argumentale. 24 Il se sert donc d un dénombrement «prédicatif» à la Seiler. Les FNV, elles aussi, conservent en principe la même structure argumentale que les formes finies du V. Le plus souvent elles ont un «régime verbal». En grec ancien, par ex., le participe akoúsas régit l accusatif taûta, de même que n importe quelle forme finie du V akoúō («écouter») : (49) Akoúsas dè taûta ho Astuágēs Mē dous écouter.part.aor PARTC cela le.astiages Mèdes te hōṕlise pántas (Hdt., ) PARTC arma tous «Ayant écouté ces choses, Astiages arma tous les Mèdes» 22 Sur les arguments «génériques», qui peuvent s attacher à n importe quel type de N, v. Simone (2003). 23 Les N non déverbaux de procès peuvent être la base des V dénominatifs (voyage qui remonte au N latin via > voyager). A vrai dire les N de procès ne peuvent pas régir tous des arguments ; par ex. les «N d une fois» ( 3.3) ne régissent aucun argument (Simone 2003). 24 Dans les termes de Pustejovsky (1995 : 76-81), on dirait que le Forçage est possible par le biais de la présence des qualia dans le sens du N ; dans ce cas ce serait le quale agentif à être en cause.

16 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 16 Selon certaines positions théoriques, le type de régime verbal ou nominal serait suffisant à établir si une FNV peut encore être considérée une forme verbale ou si elle est devenue pleinement nominale. On peut comparer à ce propos les deux cas suivants de l italien : 25 (50) a. il presidente la commissione = V le président la commission b. il presidente della commissione = N le président de la commission «le président de la commission» Cette optique s avère trop tranchante quand on considère le cas espagnol (De Miguel 1995) où un infinitif qui serait nominal du point de vue distributionnel régit pourtant un objet direct : (51) el mirarle tan dulcemente la amada le regarder.le si doucement la aimée «le fait que son aimée le regardait si doucement» 3.6. Diathèse. La diathèse, étant strictement liée au nombre des arguments d un procès, peut se détacher d un V aux FNV et aux N ayant une structure d arguments. Ce fait ressort dans beaucoup de langues. En grec ancien les FNV (avec l article mais accompagnées d arguments) sont marquées différemment selon que leur diathèse soit active (52) ou moyenne-passive (53) : (52) autò [...] tò apothnē iskein oudeìs fobeîtai (Plat., Gorg., 522 e ) même le.neut mourir personne craint «Personne ne craint le fait de mourir en soi-même» (53) hína [...] apistôsi tôi emè tetimnêsthai hupò daimónōn (X., Apol., 14) pour.que doutent le.dat.neut moi. ACC être.honoré par divinités «afin qu ils ne croient pas que je suis honoré par les divinités» 25 D un point de vue théorique v. Chomsky (1980), Rouveret & Vergnaud (1980) et Vergnaud (1985), qui indiquent le régime verbal avec l expression «assigner un Cas» ; sur le statut catégoriel du participe en italien cf. Benincà & Cinque (1991 : ) ; sur l insuffisance de ce paramètre pour établir la verbalité ou la nominalité des participes, Pompei (2003, 2004).

17 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 17 En hébreu moderne, les FNV peuvent avoir une lecture réflexive ou réciproque (Siloni & Preminger, sous presse) : (54) hitnaškut bney ha- esre embrasser.recipr fils.plur les-adolescents «le baiser réciproque des adolescents» (55) hitraxcut-am laver.refl-ils.gen «le fait qu ils se lavent l un l autre» Un phénomène semblable, quoique peu fréquent, est possible avec l infinitif nominal en italien : (56) Il loro continuo baciarsi l un l altro le leur continu embrasser.inf.se l un l autre «leurs continus baisers réciproques» Dans pas mal de cas l interprétation active ou passive d un N déverbal dépend du nombre des places argumentales effectivement remplies. Par ex., l interprétation est passive en (57) (où il n y a qu un argument), active en (58) (où les arguments sont deux) (d après Grimshaw 1990 : 80-88) : (57) Jack s assassination [= Jack a été assassiné] (58) Jack s assassination of John [= John a assassiné Jack] Certaines nominalisations anglaises, par contre, n acceptent qu une lecture. Tout en étant synonyme d assassination, murder ne peut avoir qu une interprétation passive : (59) Jack s murder [= Jack a été assassiné] (60) *John s murder of Jack [= Jack a assassiné John] Par contre, les formes en -ing ayant régime nominal n admettent qu une interprétation active : (61) *The city s destroying [= The city was destroyed] (62) The destroying of the city [= Something/someone destroyed the city] Celui-là est l exemple qu emploie Grimshaw (1990 : 82-83) pour montrer qu en anglais les gerundive nominals n ont pas de forme passive ; il ne s agit pas, cependant, de l exemple

18 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 18 Dans les N à structure d arguments la diathèse peut être signalée même par l adjonction d une marque optionnelle, comme auto- dans le cas suivant de l italien : (63) L (auto)aggiornamento degli insegnanti [< aggiornarsi] «l auto-recyclage des instituteurs» (< les instituteurs se recyclent par eux-mêmes>) 3.7. Modification adverbiale. La modification adverbiale est un coefficient significatif de verbalité, car l adverbe doit trouver une prédication pour s appliquer. Là, l adverbe modifie par ex. les FNV. Le grec ancien illustre cette cooccurrence : en (64) un participe (ágōn «conduisant») et un infinitif (hépesthai «suivre») sont modifiés par kalôs («bien») : (64) empoieî gàr ho kalôs ágōn tò kalôs hépesthai détermine en.effet le. MASC bien conduisant le. NEUT bien suivre «Celui qui conduit bien, en effet, se fait bien suivre» Dans quelques langues, même des N déverbaux acceptent une modification adverbiale. Cela arrive en italien et français avec des nomina agentis : (65) spesso vincitore di premi letterari, lo scrittore ha appena pubblicato un romanzo «souvent gagneur de prix littéraires, l écrivain vient de publier un roman» (66) les têtes les plus fortes, les inventeurs les plus sagaces, les connaisseurs les plus exactement de la pensée (P. Valéry, Monsieur Teste, p. 17) (67) volontiers voyageur, il [le peintre Robert Rauschenberg] s inscrit à Paris à l Académie Julian (Libération 20 octobre 2006, p. 33) Ce phénomène s explique en supposant que l adverbe «voie» le coefficient verbal incorporé dans le N et s y attache. Il s agit évidemment le meilleur possible, car en anglais il y a aussi bien le N déverbal destruction (the destruction of the city) que la possibilité d utiliser la forme en ing avec une rection verbale (destroyng the city) et ces possibilités semblent les deux beaucoup plus plausibles. On peut trouver, toutefois, de meilleurs exemples, comme the burning of incense ou the shooting of Dan McGrew.

19 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe 19 toujours de N à «dénomination descriptive». En anglais, la modification avec un adverbe de manière est propre aux N déverbaux de procès, mais non aux N de résultat (Fu et al : 555) : 27 (68) His transformation into a werewolf so rapidly was unnerving (69)? His metamorphosis into a werewolf so rapidly was unnerving (70) His explanation of the accident thoroughly did not help him (71) *His version of the accident thoroughly did not help him En grec ancien il y a même des occurrences d un adverbe avec des N «purs» : (72) tinōn sphódra gunaikôn (Plat., Leg., 639 b ) quelques.gen.plur fortement femmes.gen.plur «Des femmes qui sont vraiment telles» Le cas de (73) est semblable au précédent, mais il montre que l adverbe alēthôs («vraiment») est bien l équivalent de l adjectif correspondant (alēthinós «vrai»), une alternance employée ici comme variatio stylistique : (73) Ho alēthôs ouranòs kaì tò alēthinòn phôs kaì hē hōs alēthôs gê (Plat., Phédon, 109 e ) le vraiment ciel et la vraie lumière et la vraiment terre «le vrai ciel et la vraie lumière et la vraie terre» (72) et (73) se distinguent parce que les adverbes qui se trouvent entre l article et le N (la position des épithètes) dans ces cas ne sont pas des modificateurs prédicatifs mais ils ont plutôt une valeur «métalinguistique». 28 Ils expriment le degré de prise en charge par l énonciateur du contenu propositionnel (dans nos cas, de la vérité de la propriété d être femme (72) et d être ciel et terre (73)). Là, la modification adverbiale est donc possible grâce à une OD. 27 Il semble donc que la FPr c est-à-dire un facteur sémantique prenne le dessus sur les facteurs grammaticaux, en permettant la violation d une contrainte d îlot, c est-à-dire la possibilité que la portée du modificateur franchisse la frontière du mot en n affectant qu un morphème. 28 Dans la terminologie de Dik (1997), ils seraient des proposition satellites. Cf. Cuzzolin (1995 : ) sur ce type d adverbes en grec ancien.

20 Traits verbaux dans les noms et les formes nominalisées du verbe DISCUSSION Les données présentées jusqu ici permettent d envisager quelques différences dans le codage des traits verbaux à l intérieur du continuum V N. Si l on considère la section du continuum qui va des FNV aux N «purs», on peut représenter ces différences de la façon suivante : (74) Traits verbaux dans le continuum V N V «purs» N «purs» FNV N de procès N de résultat N «purs» temporalité aspect + + OD modalité structure argumentale + + OD diathèse modification adverbiale + + OD En (74) le trait «temporalité» se réalise dans toute la série de formes considérées. La temporalisation par une marque couverte de même qu ouverte semble pouvoir affecter non seulement la prédication entière mais aussi les N. Là, on peut supposer qu il y a une prédication sous-jacente à la dénomination. On peut faire des considérations pareilles pour ce qui est d la modalité. L aspect, par contre, a moins d espace dans le continuum, car les traits aspectuels dans les N dépendent de la présence d une structure événementielle ; c est pourquoi ces traits n apparaissent pas dans les N déverbaux que quand ceux-là sont des N de procès. Dans le discours, pourtant, le trait aspectuel peut descendre le long du continuum jusqu à affecter les N «purs» par le biais d un Forçage de Type. On trouve les mêmes contraintes dans les autres traits verbaux, tous étroitement liés à la sémantique événementielle du N. Pour ce qui est de la structure argumentale, par ex., si l on doit admettre qu aussi des N qui ne sont pas déverbaux peuvent régir des arguments, en principe ils doivent être quand même des N de procès. Quand on trouve dans le discours des arguments régis par d autres types de N, cela signifie qu une OD est intervenue. La possibilité d une modification adverbiale suit le même parcours : avec les N «purs» on ne peut l avoir qu à travers une OD, qui étendrait la portée de l adverbe du niveau du N à celui de la prédication. Comme la diathèse comporte des arguments, elle ne s applique qu aux N de procès.

Introduction. Bernard Caron. To cite this version: HAL Id: halshs-00644330 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644330

Introduction. Bernard Caron. To cite this version: HAL Id: halshs-00644330 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644330 Introduction Bernard Caron To cite this version: Bernard Caron. Introduction. Bernard Caron. Subordination, dépendance et parataxe dans les langues africaines, Peeters, Louvain, pp.9-13, 2008, Afrique

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS

LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS LES CONJONCTIONS ET LES PRÉPOSITIONS En bref Les conjonctions de coordination relient des unités qui ont la même fonction. Les conjonctions de subordination relient une proposition subordonnée à une proposition

Plus en détail

Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques

Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques Phraséologie et traduction spécialisée: vers un modèle adapté d analyse des unités phraséologiques Christian Vicente Université de Haute-Alsace (France), christian.vicente@uha.fr Citation: Vicente, Christian

Plus en détail

Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation

Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation Les entités syntagmatiques du lexique et leur modélisation Alain Polguère OLST Université de Montréal Séminaire ATILF, Nancy, 17 octobre 2008 Structure de la présentation 1. Contexte de recherche 2. Entités

Plus en détail

1 On peut consulter et interroger ce corpus sur le site de l équipe DELIC : http://www.up.univmrs.fr/delic/crfp.

1 On peut consulter et interroger ce corpus sur le site de l équipe DELIC : http://www.up.univmrs.fr/delic/crfp. Ce que les corpus nous apprennent sur la langue Bilger Mireille (Université de Perpignan) - bilger@univ-perp.fr Cappeau Paul (Université de Poitiers) - Paul.Cappeau@univ-poitiers.fr La description syntaxique

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

Homophones grammaticaux de catégories différentes. près prêt

Homophones grammaticaux de catégories différentes. près prêt GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES PRÈS HOMOPHONES PRÊT 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes près prêt près : adverbe. Il indique la proximité dans l espace ou dans le temps. Il a le

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum :

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum : Dev4Plan1 Le Plan De Leçon 1. Information : Course : Français Cadre Niveau : Septième Année Unité : Mes Relations Interpersonnelles Thème du Leçon : Les Adjectifs Descriptifs Date : Temps : 55 minutes

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Grammaires d unification

Grammaires d unification Cours sur le traitement automatique des langues (IV) Violaine Prince Université de Montpellier 2 LIRMM-CNRS Grammaires d unification Grammaire catégorielle Grammaire syntagmatique généralisée (GPSG) Les

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOM råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOMN UC B3 - Langue Vivante Européenne Utilisateur indépendant - Niveau B1 du CECR A - Référentiel de formation UC B31 Langue Vivante

Plus en détail

Utilisation des auxiliaires avoir et être

Utilisation des auxiliaires avoir et être AVOIR MATÉRIEL ET ÊTRE POUR ALLOPHONES 1 Groupe verbal Utilisation des auxiliaires avoir et être 1 DIFFÉRENTS CONTEXTES D EMPLOI DU VERBE AVOIR Être dans un certain état physique, moral ou intellectuel.

Plus en détail

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations U Université dumaine Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations Carole Lailler 1 L interrogation : une modalité

Plus en détail

LC2 Formes et relations grammaticales

LC2 Formes et relations grammaticales LC2 Formes et relations grammaticales Léa Nash (Pr, Sciences du Langage, Paris 8) architecture générale de LC2 : 3 cours : un cours-«noyau» en syntaxe formelle (30 heures), deux cours-«interfaces» (environ

Plus en détail

LA CONJONCTION MÊME SI N EXISTE PAS!

LA CONJONCTION MÊME SI N EXISTE PAS! LA CONJONCTION MÊME SI N EXISTE PAS! Mireille Piot To cite this version: Mireille Piot. LA CONJONCTION MÊME SI N EXISTE PAS!. Christian Leclère, Eric Laporte, Mireille Piot et Max Silberztein éds. Benjamins,

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

1 ère A N N E E Licence LEA anglais-allemand

1 ère A N N E E Licence LEA anglais-allemand 1 ère A N N E E Licence LEA anglais-allemand DESCRIPTIF ET PROGRAMMES La Licence se compose de 18 Unités d Enseignement UE) réparties en 6 semestres de 3 UE chacun : 1 ère année : semestres 1 et 2-2 e

Plus en détail

André Winther Université de Rouen

André Winther Université de Rouen Drôle : un drôle d adjectif André Winther Université de Rouen Bernard Gardin et moi étions, en 1971, les «jeunes» - les assistants fraîchement nommés - de ce qui était à l époque l Institut de Linguistique

Plus en détail

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile.

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile. fiche D AUTOCORRECTION 3.4 Les accords sont corrects dans chaque groupe du nom. On met souvent sur le dos de l inattention les erreurs d orthographe grammaticale. Bien accorder les mots exige de l observation

Plus en détail

UML (Diagramme de classes) Unified Modeling Language

UML (Diagramme de classes) Unified Modeling Language UML (Diagramme de classes) Unified Modeling Language Sommaire Introduction Objectifs Diagramme de classes Classe (Nom, attribut, opération) Visibilité et portée des constituants d une classe Association

Plus en détail

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité)

Est-ce qu il ne vient pas? (forme à la limite de l acceptabilité) L INTERROGATION DIRECTE 1) L interrogation totale. Elle porte sur l ensemble du contenu propositionnel de la phrase. Elle porte sur l action ou l état et elle appelle une réponse globale : oui, si ou non.

Plus en détail

Club langue française Quiz. Par Julien COUDERC et Maxence CORDIEZ

Club langue française Quiz. Par Julien COUDERC et Maxence CORDIEZ Club langue française Quiz Par Julien COUDERC et Maxence CORDIEZ Question 1 Quelle est l'orthographe correcte? 1. J'ai vécu des amours passionnés. 2. J'ai vécu des amoures passionés. 3. J'ai vécu des amours

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce Orthographe Majuscules/minuscules Un Américain, un Français Le gouvernement américain, le gouvernement français La langue française, le français Sa/ça Se/ce Emploi des prépositions Avec les noms de lieu

Plus en détail

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Université Paris-Descartes M2 RECHERCHE PSYCHOLOGIE COGNITIVE NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Ouvrage recommandé : Fiori N. (2006). Les Neurosciences Cognitives. Armand Colin,

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

DIFFÉRENCE ENTRE UN COMPLÉMENT D OBJET DIRECT ET UN COMPLÉMENT D OBJET INDIRECT ACCORD DES PARTICIPES PASSÉS MARCEL PÈREZ 2001

DIFFÉRENCE ENTRE UN COMPLÉMENT D OBJET DIRECT ET UN COMPLÉMENT D OBJET INDIRECT ACCORD DES PARTICIPES PASSÉS MARCEL PÈREZ 2001 ET UN COMPLÉMENT D OBJET INDIRECT A. Soulignez les compléments d objets directs d' un seul trait, et les compléments d objets indirects de deux traits : B. Réfléchissez : pourquoi pensez-vous que vous

Plus en détail

! Text Encoding Initiative

! Text Encoding Initiative Format XML: suite! le contenu d un élément est la concaténation de! texte! et d éléments (imbrication)! => structure arborescente! pas de chevauchement de balises! => exemple : une analyse syntagmatique

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

FRENCH 3900- Language (Advanced Level III)

FRENCH 3900- Language (Advanced Level III) Professeur : Ivan Chow (ichow3@uwo.ca) Consultation : Par rendez-vous enligne ou par courriel Description générale du cours : FRENCH 3900- Language (Advanced Level III) grammaticale fournie dans & al.

Plus en détail

MOYENS ET METHODES PEDAGOGIQUES MIS EN OEUVRE POUR REALISER CE PROGRAMME

MOYENS ET METHODES PEDAGOGIQUES MIS EN OEUVRE POUR REALISER CE PROGRAMME ANGLAIS DE LA COMMUNICATION ET DES AFFAIRES- NIVEAU FAUX-DEBUTANT AVEC CERTIFICATION TOEIC 148 H sur 4 semaines, 35H/semaine ( face à face et d'exercices d'application par jour) Vous trouverez, ci-après,

Plus en détail

L emploi du participe présent en fonction. L emploi du participe présent en fonction. d attribut libre et la question de la

L emploi du participe présent en fonction. L emploi du participe présent en fonction. d attribut libre et la question de la L emploi du participe présent en fonction L emploi du participe présent en fonction d attribut libre et la question de la d attribut libre et la question de la concurrence avec le gérondif concurrence

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

«LIRE», février 2015, classe de CP-CE1 de Mme Mardon, école Moselly à TOUL (54)

«LIRE», février 2015, classe de CP-CE1 de Mme Mardon, école Moselly à TOUL (54) «LIRE», février 2015, classe de CP-CE1 de Mme Mardon, école Moselly à TOUL (54) Remarque : Bien que le verbe «lire» soit situé au CE2 dans la progression Vocanet, il nous a semblé important de traiter

Plus en détail

Si clauses: si + present, future

Si clauses: si + present, future Si clauses Type 1: si + present, future Type 2: si + imperfect, conditional Type 3: si + pluperfect, past conditional Practice of all three Help: formation of the future tense formation of the imperfect

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Résolution d anaphores et traitement des pronoms en traduction automatique à base de règles

Résolution d anaphores et traitement des pronoms en traduction automatique à base de règles Résolution d anaphores et traitement des pronoms en traduction automatique à base de règles Sharid Loáiciga Laboratoire d Analyse et de Technologie du Langage CUI - Université de Genève Battelle - bâtiment

Plus en détail

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QU EN HOMOPHONES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes qu en quant quand qu en : que (e élidé devant une voyelle) suivie de en, pronom qui

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

Développer des compétences par le biais de tâches

Développer des compétences par le biais de tâches Stage de Michelle Soumier et Marylène Lebel des 02 et 03 mars 2006 Développer des compétences par le biais de tâches Le Plan de rénovation des Langues prévoit une mise en place du cadre Européen Commun

Plus en détail

SEQUENCE I : les Récits d'aventures

SEQUENCE I : les Récits d'aventures Cette séquence inaugurale sur les récits d aventures, a été réalisée par Mme Barbara LEPEU, Certifiée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 5 ème du Collège Giono à Orange. Elle précède une lecture en

Plus en détail

ANGLAIS PROFESSIONNEL DE L ENTREPRISE

ANGLAIS PROFESSIONNEL DE L ENTREPRISE P R O G R A M M E DE F O R M A T I O N P R O F E S S I O N N E L L E ANGLAIS PROFESSIONNEL DE L ENTREPRISE NIVEAU ELEMENTAIRE (A1) PUBLIC VISE PREREQUIS DUREE Tout public désirant apprendre les bases d

Plus en détail

Polysémie verbale et construction syntaxique : étude sur le verbe jouer

Polysémie verbale et construction syntaxique : étude sur le verbe jouer TALN 2003, Batz-sur-Mer, 11-14 juin 2003 Polysémie verbale et construction syntaxique : étude sur le verbe jouer Guillaume Jacquet LaTTICe - CNRS UMR 8094 Langues, Textes, Traitements Informatiques et

Plus en détail

L ÉTUDE DES PARTICULES À L ORAL DANS DIFFÉRENTS CONTEXTES À PARTIR DE LA BANQUE DE DONNÉES DE CORPUS DE LANGUE PARLÉE EN INTERACTION CLAPI *

L ÉTUDE DES PARTICULES À L ORAL DANS DIFFÉRENTS CONTEXTES À PARTIR DE LA BANQUE DE DONNÉES DE CORPUS DE LANGUE PARLÉE EN INTERACTION CLAPI * L ÉTUDE DES PARTICULES À L ORAL DANS DIFFÉRENTS CONTEXTES À PARTIR DE LA BANQUE DE DONNÉES DE CORPUS DE LANGUE PARLÉE EN INTERACTION CLAPI * Michel Bert, Sylvie Bruxelles, Carole Etienne, Lorenza Mondada,

Plus en détail

Qu est-ce qu un emprunt linguistique?

Qu est-ce qu un emprunt linguistique? EOLE - Quelle langue parlons nous donc? Annexe documentaire 18 Qu est-ce qu un emprunt linguistique? Un emprunt est un mot ou une expression qu un locuteur ou une communauté emprunte à une autre langue,

Plus en détail

Aide : publication de décisions VS

Aide : publication de décisions VS Aide : publication de décisions VS Table des Matières Introduction... 2 Recherche (Recherche dans le texte intégral)... 2 Filtres... 3 Collection d arrêts... 4 Date de la décision et date de publication...

Plus en détail

Modélisation des processus métiers et standardisation

Modélisation des processus métiers et standardisation Modélisation des processus métiers et standardisation Octobre 2004 Table des matières Introduction... 3 Processus métier : un même mot, plusieurs domaines d application... 4 Les critères pour un standard

Plus en détail

LE DISCOURS RAPPORTÉ

LE DISCOURS RAPPORTÉ LE DISCOURS RAPPORTÉ Le discours rapporté Le discours rapporté direct et indirect On parle de discours rapporté quand une personne rapporte les paroles d une autre personne ou bien ses propres paroles.

Plus en détail

N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes. ni n y ou où

N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes. ni n y ou où GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES NI HOMOPHONES N Y OU OÙ 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes ni n y ou où NI N Y ni : conjonction de coordination. ni est le pendant négatif de ou

Plus en détail

1. Productions orales en continu après travail individuel

1. Productions orales en continu après travail individuel Tâches de production orale 2 niveau A2/B1 (Les tâches sont réalisables aussi bien au niveau A2 qu au niveau B1 suivant la complexité des énoncés et des interactions que les élèves sont capables de produire)

Plus en détail

La construction discursive de la signification : le point de vue argumentatif

La construction discursive de la signification : le point de vue argumentatif La construction discursive de la signification : le point de vue argumentatif Enseignant-chercheur Département d études françaises, Université de Turku Résumé : Le discours joue un rôle central dans les

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Un dictionnaire électronique pour apprenant de l'arabe (langue seconde) basé sur corpus

Un dictionnaire électronique pour apprenant de l'arabe (langue seconde) basé sur corpus JEP-TALN 2004, Traitement Automatique de l Arabe, Fès, 20 avril 2004 Un dictionnaire électronique pour apprenant de l'arabe (langue seconde) basé sur corpus ZAAFRANI Riadh Faculté des Sciences Juridiques,

Plus en détail

Recherche d information en langue arabe : influence des paramètres linguistiques et de pondération de LSA

Recherche d information en langue arabe : influence des paramètres linguistiques et de pondération de LSA RÉCITAL 2005, Dourdan, 6-10 juin 2005 Recherche d information en langue arabe : influence des paramètres linguistiques et de pondération de LSA Siham Boulaknadel (1,2), Fadoua Ataa-Allah (2) (1) LINA FRE

Plus en détail

7 e Journée scientifique REALITER «Multilinguisme et pratiques terminologiques» Québec, 1 er juin 2011

7 e Journée scientifique REALITER «Multilinguisme et pratiques terminologiques» Québec, 1 er juin 2011 7 e Journée scientifique REALITER «Multilinguisme et pratiques terminologiques» Québec, 1 er juin 2011 Le développement cohérent des terminologies néolatines Denis Godbout Office québécois de la langue

Plus en détail

Propositions en vue de la définition d'une conception terminologique en Suisse romande

Propositions en vue de la définition d'une conception terminologique en Suisse romande 06-1003 AVRIL 2006 Français Propositions en vue de la définition d'une conception terminologique en Suisse romande Virginie Conti Jean-François de Pietro Cette publication de l IRDP est un document de

Plus en détail

Les tournures explicatives dans le discours professionnel

Les tournures explicatives dans le discours professionnel Les tournures explicatives dans le discours professionnel Olga Freidson Université d Etat d Economie et de Finances de Saint-Pétersbourg, Russie olga-freidson@mail.ru Résumé : Cet article est consacré

Plus en détail

Exercices «Programmation récursive» Deuxième saison UPMC Cycle L Revision: 1.21

Exercices «Programmation récursive» Deuxième saison UPMC Cycle L Revision: 1.21 Exercices «Programmation récursive» Deuxième saison UPMC Cycle L Revision: 1.21 Anne Brygoo, Maryse Pelletier, Christian Queinnec, Michèle Soria Université Paris 6 Pierre et Marie Curie septembre 2005

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S

ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S ANALYSE SÉMANTICO-DISCURSIVE DES COLLOCATIONS LEXICALES EN CORPUS SPÉCIALISÉ : LA BASE CONNAISSANCE-S Estelle Dubreil et Béatrice Daille LINA FRE CNRS 2729 Université de Nantes France Résumé : L association

Plus en détail

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s)

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s) GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUELQUE HOMOPHONES QUELQUE(S) QUEL(S) QUE/QUELLE(S) QUE QUEL(S)/QUELLE(S) QU ELLE(S) 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes quelque quelque(s) quel(s)

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs L analyse d entretiens de recherche qualitatifs Annie Gendron, M.Ps. Candidate au doctorat en psychologie, UQTR Natacha Brunelle, Ph.D. Professeure au département de psychoéducation, UQTR 19 mars 2010

Plus en détail

Le toefl. Qu'est ce que le test TOEFL? Qui organise le test TOEFL? Que mesure t'on avec le test TOEFL?

Le toefl. Qu'est ce que le test TOEFL? Qui organise le test TOEFL? Que mesure t'on avec le test TOEFL? Le toefl Qu'est ce que le test TOEFL? TOEFL signifie "Test of english as a foreign language", littéralement "Test d'anglais comme langue étrangère". Ce test est donc destiné à évaluer le niveau d'anglais

Plus en détail

Modélisation des données

Modélisation des données Modélisation des données Le modèle Entité/Association Le MCD ou modèle Entité/Association est un modèle chargé de représenter sous forme graphique les informations manipulées par le système (l entreprise)

Plus en détail

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille.

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Symposium sur les Créneaux d'excellence québécois et les Pôles de compétitivité français Québec Mercredi

Plus en détail

La salle de classe en ligne de l Apprentissage en ligne :

La salle de classe en ligne de l Apprentissage en ligne : La salle de classe en ligne de l Apprentissage en ligne : 5 les cinq meilleurs outils pour l engagement des apprenantes et apprenants L importance de motiver les étudiantes et étudiants envers leurs cours

Plus en détail

A N G L A I S I N T E N S I F + T O E I C M O D U L E 1 : ANGLA I S I N T E N SI F M O D U L E 2 : PREPA R A T I O N O P E R A T I O N N E L L E A U

A N G L A I S I N T E N S I F + T O E I C M O D U L E 1 : ANGLA I S I N T E N SI F M O D U L E 2 : PREPA R A T I O N O P E R A T I O N N E L L E A U A N G L A I S I N T E N S I F + T O E I C DUREE TOTALE : 120 HEURES, DONT 80 HEURES EN COURS DE GROUPES ET 40 HEURES EN FOAD M O D U L E 1 : ANGLA I S I N T E N SI F COURS DE GROUPE (4 A 6 PERSONNES PAR

Plus en détail

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association Conception des bases de données : Modèle Entité-Association La modélisation d un problème, c est-à-dire le passage du monde réel à sa représentation informatique, se définit en plusieurs étapes pour parvenir

Plus en détail

Distinction des questions et des consignes

Distinction des questions et des consignes ET ŒIL DES CONSIGNES (OUTILS D EXPLORATION ET D INTÉGRATION DE LA LECTURE) 1 Questions et consignes Distinction des questions et des consignes Théorie Comment différencier les questions et les consignes

Plus en détail

Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014

Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014 Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014 www.tropes.fr www.owledge.org www.lerass.com 2 Différentes approches pour l analyse de textes

Plus en détail

Test Francophone de Langue Française (TFLF)

Test Francophone de Langue Française (TFLF) Test Francophone de Langue Française (TFLF) Certificat de compétences linguistiques Institut Supérieur des Langues Vivantes (ISLV) Université de Liège Livret du candidat : Niveau : B1 du Cadre européen

Plus en détail

Thèmes et situations : Produits et services. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Produits et services. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Produits et services Fiche pédagogique

Plus en détail

Tableau des contenus

Tableau des contenus Tableau des contenus Dossier 1 L image dans les relations amicales, sociales, professionnelles et amoureuses Dossier 2 Présenter quelqu un Je séduis. Parler de son rapport à l image. Caractériser des personnes

Plus en détail

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel.

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel. page: pror3 1. dont, où, lequel 2. ce dont, ce + preposition + quoi A relative pronoun introduces a clause that explains or describes a previously mentioned noun. In instances where the relative pronoun

Plus en détail

I. Présentation générale des épreuves écrites

I. Présentation générale des épreuves écrites I. Présentation générale des épreuves écrites A. Les banques d épreuves La Banque Commune d Épreuves Écrites (BCE) gérée par la Direction des Admissions et Concours de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

Etudier la traduction et l interprétation. à l Université de Genève

Etudier la traduction et l interprétation. à l Université de Genève Etudier la traduction et l interprétation à l Université de Genève 1 Bienvenue à la faculté de traduction et d interprétation La Faculté de traduction et d interprétation (FTI) est, dans son champ d activités,

Plus en détail

Deux perspectives sur la relation entre forme et sens. La perspective onomasiologique. forme1, forme2, forme3... pomme de terre, patate, truffe...

Deux perspectives sur la relation entre forme et sens. La perspective onomasiologique. forme1, forme2, forme3... pomme de terre, patate, truffe... La lexicographie Deux perspectives sur la relation entre forme et sens La perspective onomasiologique concept pomme de terre forme1, forme2, forme3... pomme de terre, patate, truffe... La perspective sémasiologique

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

ATTENTION, les codes de cours pour Erasmus ne sont pas encore disponibles. Cette liste peut encore changer! Bloc Cours ECTS Période Bloc 1 1) UE

ATTENTION, les codes de cours pour Erasmus ne sont pas encore disponibles. Cette liste peut encore changer! Bloc Cours ECTS Période Bloc 1 1) UE ATTENTION, les codes de cours pour Erasmus ne sont pas encore disponibles. Cette liste peut encore changer! Bloc Cours ECTS Période Bloc 1 1) UE Droit & Economie (5 ECTS) 2ème quadri Bloc 1 Fondements

Plus en détail

CHAPITRE 1 STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS

CHAPITRE 1 STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 15 CHAPITRE 1 STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS Les référentiels par langue élaborés dans le cadre du Conseil de l Europe sont avant tout, comme Un niveau-seuil

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Typage sémantique de verbes avec LVF, pour la résolution d anaphores

Typage sémantique de verbes avec LVF, pour la résolution d anaphores 21 ème Traitement Automatique des Langues Naturelles, Marseille, 2014 Typage sémantique de verbes avec LVF, pour la résolution d anaphores Elisabeth Godbert Aix-Marseille Université, LIF-CNRS UMR 7279,

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail