Le journal de la Fondation Officielle de la jeunesse. Sexualité : élargissons le sujet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le journal de la Fondation Officielle de la jeunesse. Sexualité : élargissons le sujet"

Transcription

1 TRAIT D UNION 3-7 Le journal de la Fondation Officielle de la jeunesse 8-21 Ça bouge dans les foyers Dossier Interview Reportage 28 Agenda / Les formations décembre 2012 Sexualité : élargissons le sujet L a sexualité c est chaud! ça décape, ça déconcerte, ça met sans dessus dessous ou sens dessus dessous, c est selon! Edito Sommaire Le sujet crée la polémique. Les divergences existantes entre partisans et non partisans du changement contribuent à alimenter le débat sur cette sexualité qui nous intéresse tant. Une réforme? Mais bas les masques! Alors parlons-en! La peur colonise nos esprits et paralyse notre action éducative. Face aux interpellations de la sexualité, on préfère au mieux se retenir, s abstenir et au pire interdire. On oscille entre «qui ne dit mot consent» et «couvrez moi cette réalité que je ne saurais voir». La démarche novatrice au sein de la FOJ est précisément d en parler et de petit à petit prendre du terrain sur le déni ou le dépit. Admettre que la sexualité est constitutive de l identité et participe à la construction de la personnalité dès le plus jeune âge est une évidence. C est pourquoi travailler sur nos attitudes et contre attitudes déployées sous l influence de notre éducation stéréotypée mérite que l on s y attarde. En cela, l étendue de la formation

2 EDITO proposée par la FOJ et dispensée par Réjean Tremblay vise incontestablement une transformation. Cette formation entend bel et bien instruire et nous donner les moyens d une éducation progressiste en matière d éducation à la sexualité. D ailleurs qu est-ce que l éducation si ce n est «amener à son plein développement»? Un sujet de taille, certes, qui désormais exige un périple introspectif et nuancé pour être à même d accueillir positivement la dimension de la sexualité dans l éducation. Un programme dissident me direz vous certainement et ceci en raison de son caractère global considérant la sexualité comme un langage, à savoir : Sexualité dans l éducation = L éducation au plaisir Préconisée par Réjean Tremblay et avalisée par la direction, L éducation au plaisir propose un enseignement multidimensionnel et intégratif. Elle interroge tour à tour tous les aspects de la sexualité au travers du prisme culturel, psychologique, sociologique, biologique, clinique, historique et statistique. Ainsi, fort de cette formation qui invite à une lecture transversale et anthropologique de la sexualité, nous devrions pouvoir prétendre être plus éclairés tout comme plus à l aise pour traiter et intervenir lors de situations qui manifestement relèvent de la sexualité. Pour rappel, ce processus est légitimé car il s inscrit dans les directives de l OMS qui prônent les droits de l homme. La sexualité est à ce titre un droit. Nous ne pouvons l ignorer. Il s agit donc de l inclure dans la vie de la FOJ. La charte éthique et juridique «accompagnement à la vie affective sexuelle et relationnelle» de la FOJ en témoigne. La sexualité est une force agissante incontournable, il est grand temps de lui donner le droit de cité et d adopter un regard qui incite à «ne pas juger, ne pas déplorer, ne pas condamner» mais à promouvoir, soutenir et accompagner. Cela dit, pour les grands fervents défenseurs de l amour, rien ne vient enlever au mystère du phénomène amoureux. Il demeure intact et plus que jamais vivant. : «L amour est le roman du cœur, le plaisir en est l histoire» Beaumarchais ( ) Sylvie Perez Rudaz, éducatrice responsable de l atelier l Eventail aux Ecureuils Doret et Guéry Retrouvez le dossier sur le thème de la SEXUALITE page 8 à Trait d union

3 Un été parti en fumée Le séjour à l alpage de l Hongrin a tourné court, Laetitia Buchet, éducatrice revient sur cet événement ÇA BOUGE DANS LES FOYERS Comme chaque année, nous devions passer un mois dans un alpage. Notre destination était le barrage de l Hongrin situé dans le canton de Vaud au dessous du col des Mosses. Nous sommes partis avec cinq jeunes. Deux d entre eux étaient nouveaux au foyer et nous n avions pas encore eu le temps de créer un lien. Eux-mêmes n ont pas eu véritablement de temps pour s adapter à leur nouveau cadre de vie. Un des deux nous interpellait particulièrement. Ce jeune était provocateur et montrait une certaine opposition face aux éducateurs. Dès le départ à l alpage, il était très agité. Nous avons essayé à maintes reprises de discuter avec lui afin de le rendre attentif à son comportement. Il nous a d ailleurs expliqué que nous devions nous adapter à lui et non l inverse. Il était en permanence dans cet état d esprit. De retour à l alpage après une activité piscine, il s est montré menaçant envers les éducateurs. Il exigeait son natel qui lui avait été confisqué. Face à cette frustration, il a explosé de colère. D un coup, il a lancé des verres en direction des pieds des éducateurs qui lui demandaient d aller se calmer. Il répondait : «vous ne savez pas de quoi je suis capable». Les évènements violents se sont enchainés. Il a cassé toutes les fenêtres de la maison avant d y mettre le feu. Après un séjour à la Clairière, ce jeune a pu réintégrer un foyer éducatif au sein de la FOJ. Dans une démarche éducative, il est important de redonner une chance et de poursuivre notre but pour une meilleure intégration dans la société. Un départ précipité à l alpage a sans doute joué sur l état du jeune en question. L environnement était propice au développement de certaines angoisses. Par contre, un tel déchainement de violence pose la question de la prise en charge uniquement éducative de certaines situations. Trouver un équilibre entre éducation et psychiatrie n est pas chose aisée. En tant qu éducateurs nous avons tendance à privilégier l aspect éducatif et à penser que tout est surmontable. Pourtant Ritaline, Seroquel, Risperdal, sont des termes de plus en plus présents dans les foyers éducatifs. Le nombre de jeunes sous traitement médical dans les foyers a considérablement augmenté ces dernières années. Nous sommes très vite passés de l exception à la règle. En tant que travailleurs sociaux nous n avons pas été forcément préparés à prendre en charge en si grand nombre des jeunes ayant des troubles psychiatriques. Nos approches n ont pas évolué aussi vite que l arrivée de ces troubles et la plupart d entre nous se sent démunie face au nombre croissant des enfants présentant des symptômes d ordre psychiatrique. Dans notre formation, nous abordons la psychologie de l enfant et de manière succincte les maladies mentales. Les maladies psychiques telles que schizophrénie, bipolarité, troubles alimen- 3 - Trait d union

4 ÇA BOUGE DANS LES FOYERS taires, maniaco-dépression et j en passe nous sont effectivement familières. Cependant, quand nous sommes face à des jeunes pouvant présenter une de ces pathologies, il nous est très difficile de les reconnaitre comme nécessitant une intervention médicale. La présence d adolescents psychotiques au sein des foyers demande un travail d équipe plus important que d ordinaire. C est pourquoi des réflexions, des supervisions, des formations sont envisagées et à envisager. Après un séjour à la clairière, ce jeune a pu réintégrer un foyer éducatif au sein de la FOJ. Dans une démarche éducative, il est important de redonner une chance et de poursuivre notre but pour une meilleure intégration dans la société. Si on se situe par rapport à la question de la loi et de l autorité avec ce type de jeune, cela ne nous demande pas de nous servir d une théorie vécue comme vérité mais cela suppose de donner dans la mesure du possible une réponse singulière pour la personne à laquelle nous avons affaire. Laetitia Buchet, éducatrice au foyer les Franchises Coin lecture Psychanalyste formé à l ethnologie, Pierre Kammerer articule la question des soins et des besoins psychiques des adolescents violents avec celle des interdits humanisants indispensables pour leur socialisation. Il insiste sur la nécessité de mettre à leur disposition un cadre de vie qui contienne leurs angoisses et les dispense progressivement du passage à l acte. Adolescents dans la violence Pierre Kammerer aux éditions Gallimard Offrir des réponses adaptées à ces besoins psychiques mal satisfaits exige, selon P. Kammerer, des institutions d accueil capables de fournir aux adolescents un cadre de vie qui contienne leurs angoisses et les dispense progressivement du passage à l acte. Pour être structurant, ce cadre éducatif et relationnel doit à la fois poser des interdits socialisants, permettre l élaboration de ce qui n avait pu être dit auparavant et la construction d une personnalité mieux à même de gérer leur culpabilité. Cet ouvrage fourmille d exemples cliniques et de pistes de réflexion, pratiques pour l organisation au quotidien de la vie en collectivité de ces jeunes (reprise des passages à l acte, départ d un éducateur, festivités, sexualité...). Il intéressera en particulier les travailleurs sociaux en contact avec ce type de public. 4 - Trait d union

5 Cric crac, conteurs sans frontière Conteurs sans frontière propose aux enfants des Lupins, des Tournesols et de Piccolo des moments d émerveillement grâce aux contées. ÇA BOUGE DANS LES FOYERS Le charme du merveilleux se caractérise souvent par l inattendu et quelquefois par le mystère. Il suffit parfois de peu pour qu une étincelle brille dans les yeux d enfants. Juste un lieu habituel revisité pour l occasion, quelques bougies, une musique envoûtante et une conteuse mystérieuse qui arrive à la lueur d une lanterne joyeuse. Ainsi, le charme des veillées d autrefois peut opérer dans le coeur des enfants! Un vrai rituel comme dans notre enfance qui s articule toujours après les dîners. En pyjamas, avec doudous, les enfants s installent sur de moelleux coussins entourant ainsi en demi cercle leur conteuse, proches les uns des autres, appuyés pour certains contre leurs éducateurs. Une atmosphère particulière se crée où chacun peut recevoir ce dont il a besoin sur le moment et partager ce qu il a envie dans un esprit de communauté. Depuis l automne 2011, la fondation Conteurs sans frontière propose aux enfants des Lupins, des Tournesols et de Piccolo des moments d émerveillement grâce aux contées. Ce mot n est pas répertorié dans le Larousse, probablement parce qu à l époque raconter une histoire était si spontané et si naturel que ce n était pas en soi un acte suffisamment éloquent pour le répertorier! Et pour compliquer le tout dans l univers des conteurs c est le terme «conteries...» au sens du spectacle qui est utilisé. Or les actions de la fondation Conteurs sans frontières ne sont absolument pas des représentations mais plutôt du réconfort et un apprentissage de la vie sous d autres horizons. Dès lors la fondation Conteurs sans frontières a dû imaginer une nouvelle appellation «contée». Sa définition se résume à «un temps d émerveillement pour écouter des histoires universelles». LA PAROLE à Stephanie Zaugg Poulie, présidente de Conteurs sans Frontières Martine Miquel, responsable pédagogique Pourquoi avoir pris contact avec Piccolo? Stéphanie Zaugg, présidente de conteurs sans frontière Au début, c est l expérience pédagogique avec des enfants ayant subi un handicap physique grave qui m a motivée à offrir des outils simples et des moyens de soupapes afin de leur permettre d aller de l avant envers et contre tout. En fait, une problématique, qu elle soit psychique ou physique, a de terribles impacts à plus ou moins longs termes. Au fond quelque soit le handicap, mon souhait est de parvenir à ce que les enfants ne les ressentent plus comme des obstacles définitifs à leur bonheur mais plutôt comme un apprentissage que la vie leur a imposé. Même si c est injuste et qu il y a bien souvent matière à révolte, l essentiel pour moi réside dans le fait d aider ces enfants à renouer avec le meilleur de la vie. Pour ce faire, la fondation Conteurs sans frontières contribue avec les superbes équipes des institutions à renforcer leur cadre de références positives. En les aidant à s arrimer face aux tempêtes qu ils traversent, nous leur permettons de poser un premier pas afin qu ils prennent confiance et qu ils aient ainsi l envie de poser un second pas. Aller de l avant c est avant tout avoir confiance, car la vie est complexe et elle est, de loin pas, un conte merveilleux. Toutefois nous sommes convaincus que nous pouvons embellir leurs existences. d où le slogan de Conteurs sans frontière est : émerveiller pour un autre regard. Quel est l objectif de la fondation Au delà du réconfort qu il nous tient à coeur d offrir, l enjeu majeur de la fondation Conteurs sans frontières réside dans la prévention des traumatismes psychiques et physiques auprès des enfants. Nous espérons qu à travers les contées, nous puissions 5 - Trait d union

6 ÇA BOUGE DANS LES FOYERS tant mettre en garde les enfants de certains dangers que de leur proposer des solutions grâce aux valeurs transmises par leurs héros. Voir la vie différemment sous un autre angle a souvent contribué à surmonter de lourdes épreuves. D où le slogan de Conteurs sans frontière : émerveiller pour un autre regard. A Piccolo vous offrez des contées pour les bébés, quel en est le sens? Dès ses premiers jours un bébé a droit, et ce d autant plus s il a vécu des traumatismes, à sa bulle d enfance innocente. Plus vite un enfant pourra nourrir son affect d imaginaire plus son équilibre émotionnel sera préservé. Ainsi il pourra se développer plus harmonieusement, deviendra autonome et sera apte non seulement à recevoir de l affection mais à en donner! Les comptines sont simplifiées et adaptées selon les âges pour devenir un élément du premier éveil au langage, essentiel au développement de l inter réaction vitale à l apprentissage cognitif. D ailleurs on remarque combien les bébés imitent très vite la conteuse. Ce moment privilégié les invite à partager une atmosphère chaleureuse en mettant en valeur ce besoin inné d amour. Comment se déroulent les contées? Recréer l atmosphère du cocon est essentiel pour nous, car l ambiance d un lieu contribue fabuleusement à réconforter et enchanter les enfants. Le rituel de sa préparation est également une fête entre nos conteurs et les éducateurs. A chaque fois, c est un privilège de se retrouver pour créer un espace d émerveillement. Un temps magique où personne n est sollicité où il suffit juste de laisser les chagrins à la porte et où les enfants comme les éducateurs peuvent se laisser charmer par les contes. Entre nous soit dit, chaque institution a son âme et son caractère auquel nous nous attachons. La particularité des contées se profile principalement dans l aptitude à s adapter aux bénéficiaires. Pour les plus jeunes (0 à 3 ans), nous concoctons un choix de 3 à 5 comptines d une durée de 10 minutes tantôt avec des marionnettes à doigts tantôt avec des peluches. Dès 3 à 5 ans, nous pouvons déjà leur raconter des histoires, souvent 2 ou 3, de 5 à 7 minutes chacune. De 8 à 12 ans, nous diffusons 3 contes de 10 minutes et pour les adolescents de 13 à 17 ans, l ensemble des contes durent entre 35 à 45 minutes. Selon les types d institutions nous varions nos protocoles selon leurs actualités ou leurs besoins. Pour ce faire, nous prenons toujours contact avec un éducateur responsable qui nous renseignera sur le nombre et l âge des enfants présents. C est ainsi qu avant chaque contée nous percevons le «paysage émotionnel» du groupe d autant plus plus précieux dans le cas de foyer d accueil d urgence. Dans le cas de nouveaux arrivants dans un groupe établi, les conteuses choisissent de préférence des contes traditionnels pour établir une relation de confiance avec le groupe tout en les fédérant entre eux. Vous avez assisté à des conteries à Piccolo, qu avez-vous ressenti? Avant tout, un joyeux bonheur règne à mon arrivée et traduit une grande implication de la part des éducateurs de rendre ces moments chaleureux. J ai relevé une belle capacité à faire comprendre aux enfants que tout peut être un cadeau mais qu aussi dans la vie rien n est dû! A cet égard, je profite de remercier chaleureusement Laurent et son équipe qui déploient des trésors de créativité pour transformer merveilleusement la salle de colloque. Ils ont également instauré un adorable rituel pour pouvoir assister à la contée. Comme si l on souhaitait en augmenter la valeur, les éducateurs encouragent les enfants à récolter durant la journée un marron, un caillou ou un dessin qu ils déposeront dans une petite caisse à l entrée magique de la salle afin de contribuer symboliquement à leur participation. Ce qui me touche également infiniment, c est d observer la complicité qui s est établie au fil des mois entre les conteuses et les éducateurs. Comment choisissez-vous les conteuses? La sélection se déroule une fois par année. La candidate doit être au bénéfice d une expérience sociale ou pédagogique et pratiquer régulièrement le conte depuis au moins 3 ans. L harmonie est sa base et elle doit faire preuve d empathie, d aptitude à l improvisation sans compter une douce créativité. Sa personnalité compte donc tout autant que son expérience. Dans le cadre du protocole établi qui décrit l ensemble des phase d une contée, je veille personnellement à ce qu aucune décharge émotionnelle ne soit possible de la part d une conteuse. Nous choisissons ensemble les contes appropriés selon les institutions, les saisons et les envies des bénéficiaires. Avec authenticité de coeur, la conteuse se met toujours au service des enfants à travers l art du conte sans jamais entrer en interaction directe avec eux. L idée étant qu elle ne sollicite ni n attend jamais de réactions au premier degré puisqu elle ne se substitue pas aux parents ou aux éducateurs. Tant qu un conteur se situe dans une histoire tout lui est possible mais dès que le conte prend fin, le conteur s évapore avec. L exigence est ainsi placée pour lui permettre d offrir une plus grande dimension au merveilleux. Une des originalité des conteurs sans frontières se caractérise à travers le port d un tablier qui symbolise leur appartenance à la tradition universelle de l oralité diffusée au pied des arbres. 6 - Trait d union

7 Quels sont vos rêves pour la suite? Le premier rêve serait d éviter à de nombreux enfants de subir de graves séquelles par manque d information. Pour ce faire, je rêve d une mise en oeuvre de campagnes de prévention des traumatismes psychiques et physiques auprès des enfants en collaborant avec d autres ONG. La fondation Conteurs sans frontières a entre autres, pour objectif de mettre à disposition son expérience et ses compétences au service de l urgence. Que ce soit dans des unités locales, dans des camps de réfugiés ou dans des camps de secours, une des qualités majeures du conte est d arriver en très peu de temps à rassembler de nombreuses personnes de tous les horizons, cultures & âges en leur offrant l attention et le réconfort dont ils ont besoin. Le facteur temps est déterminant dans l impact des séquelles à plus ou moins long terme. Par son essence même, le conte véhicule une symbolique éprouvée depuis la nuit des temps et permet, avec beaucoup de simplicité, de dénouer naturellement de nombreux enjeux psychologiques ou tout au moins d en être un vecteur de soutien. Sur un plan plus proche, un de mes rêves serait de réunir, à l occasion de journées découvertes, des enfants d institutions différentes de Suisse romande autour du conte. Dépasser le quotidien en le revisitant à plusieurs, cette sortie commune permettrait aux enfants de s approprier un lieu et d en raconter eux-mêmes l histoire. A terme l objectif serait donc de créer avec les enfants le conte en y incluant leurs découvertes tout au long de la journée. Ainsi les enfants apprendraient par l interaction à composer entre eux avec la conteuse et indirectement à devenir plus le héros de leur vie que sa victime. «Cric, crac, cette histoire est finie» Interview réalisée par Martine Miquel www. conteurs-sans-frontieres. org/contesaz/contes/ 7 - Trait d union

8 La charte pour l accompagnement à la vie affective, sexuelle et relationnelle Issue de la volonté de Olivier Baud, secrétaire général de la FOJ d intégrer la vie affective et sexuelle comme un axe important de l éducation, le processus d élaboration de la charte initié par Bernard Hofstetter, ancien directeur et Christine Damina, responsable pédagogique est détaillé ici DOSSIER SEXUALITE DROITS DE L HOMME VIE AFFECTIVE RESPECT CADRE ETHIQUE DEONTOLOGIE RELATION INTEGRATION BESOINS SOUTIEN TRAVAIL AVEC LES PARENTS INTEGRITE ORIENTATION SEXUELLE PLAISIR INTIMITE REPRODUCTION 8 - Trait d union

9 L élaboration de la Charte pour l accompagnement à la vie affective, sexuelle et relationnelle s inscrit pour la FOJ qui a la volonté d intégrer la vie affective et sexuelle comme un axe important de l éducation. Aujourd hui elle n est plus considérée comme un tabou dans les différentes institutions de la Fondation. Nous souhaitons aborder cette réalité sous l angle de l éducation et non plus sous celui de la prévention liée aux risques, aux maladies et aux craintes dans le vécu de la sexualité. L évoquer ainsi parait simple mais nous savons tous que cela nous a demandé et nous demande encore un changement fondamental de paradigme et de posture. La formation sur la Vie affective et sexuelle de Réjean Tremblay a commencé ce long chemin. C était une «prise de risques» mais les bénéfices attendus étaient une compétence pour chaque professionnel à s engager dans l accompagnement de l enfant et de l adolescent dans le développement global de sa personnalité. Ce n est qu à «ce prix» qu il était envisageable de soutenir l intégration dans les institutions et dans la pratique éducative de la sexualité dans ses dimensions de pulsion de vie et de plaisir. C est dans le prolongement de cette démarche que cette charte s inscrit, le point d orgue qui revendique formellement et de façon visible pour tous, l engagement et la volonté, de la FOJ évoqué ci-dessus. C est en partenariat avec différents organismes et offices (Cap Loisirs, Service Santé Jeunesse), sur la base d une charte pour le monde du handicap que nous avons, dans un bel esprit de collaboration, adapté ce document à des réalités institutionnelles plus élargies. Elle propose de ce fait, un tronc commun aux institutions signataires et des annexes afin que chacun puisse y inscrire ses spécificités et construire ses conditions d application. Les signataires s engagent à différentes actions éducatives. Il n est pas nécessaire de les lister toutes, mais il est important de mettre en exergue que cela libère l action éducative de craintes pour permettre un accompagnement chaleureux et permissif de la vie affective et sexuelle. Quelques phrases clés exemplifient ces engagements : Inscrire le respect de la vie affective et sexuelle dans le projet de l institution. Les règles en lien à ce domaine doivent être revisitées. Définir un cadre éthique visant à respecter ces droits et veiller à la sécurité, à l intimité, au bien être, à l intégrité et au respect de chaque personne. Fournir les moyens nécessaires aux personnes d obtenir des réponses à leurs préoccupations. Cette liste n est pas exhaustive mais elle donne la coloration du pari et de l engagement de chaque institution et professionnel dans cet acte éducatif formulé par cette charte. Elle n est pas hors la loi car elle prend appui sur des textes évoquant la vie affective et sexuelle comme un droit : Textes internationaux et juridiques, des références institutionnelles spécifiques ; des déclarations des droits sexuels de l IPPF ; la dimension éthique et déontologique professionnelle. A nouveau, ces derniers ne seront pas déclinés dans cette présentation, par contre quelques images pour vous dessiner les contours et surtout les postulats de ces écrits : Définition de la sexualité de l OMS «La sexualité est un aspect central de la personne humaine tout au long de la vie et comprend le sexe biologique, l identité et les rôles sexuels, l orientation sexuelle, l érotisme, le plaisir, l intimité et la reproduction». Déclaration des droits sexuels de l IPPF «La sexualité fait partie intégrante de l être humain. Pour cette raison, il est nécessaire de créer un environnement permettant à chacun de jouir de tous les droits sexuels dans le cadre d un processus de développement. Avenir social ; Code de déontologie des professionnels du travail social «Tous les être humains ont droit à la satisfaction de leurs besoins existentiels, au respect de leur intégrité personnelle et à leur intégration dans un environnement social. Parallèlement, les êtres humains sont tenus de se soutenir afin de concrétiser ces droits. Ethique : Dans le domaine de l amour et de la sexualité, le concept de sphère d intimité concrétise le droit à la sphère privée et offre un champ de liberté et de responsabilité qui interpelle chacun des acteurs impliqués dans cette démarche d ouverture. A leur lecture, il apparait très clairement que c est de ne pas les respecter, dans le cadre institutionnel que nous risquons de devenir «hors la Loi». Ils légitiment auprès de tous, l accompagnement des personnes dans leur globalité. La FOJ a été la seule signataire de cette charte par décision de la Commission administrative, le 6 juin C est l aboutissement d un long processus, mais d autres sont en cours. La volonté et l engagement de la Commission administrative les légitiment. Il nous reste à construire : Constitution d un comité éthique Mises en place de supervisions, soutien et conseil thérapeutique (mois de décembre 2012). Travail avec les parents Démarche en lien avec l environnement : Recherche fondamentale appliquée, consolidation du projet, recherche de financement des actions. Nous sommes en route depuis quelques années dans cette magnifique aventure exigeante et passionnante, d autres challenges nous attendent mais la journée du 16 décembre 2011 nous a démontrée que les prises de risques et les challenges pouvaient aboutir à de magnifiques espaces d échanges, de rencontres, et de créativité. Christine Damina, responsable pédagogique 9 - Trait d union

10 La sexualité, parlons-en Le groupe pilote ainsi créé, ose oeuvrer et propose des pistes de travail élaborés ici par Sylvie Perez Rudaz Que propose le groupe pilote? Ambassadeurs de la première volée de formation longue à l animation de groupe sur le thème de la sexualité 1 au sein de la FOJ, nous souhaitons oser œuvrer et proposer un premier programme à titre d expérience. A cet effet et après quelques remaniements logistiques, nous organisons une série de sept séances consécutives courant printemps 2013 auprès d un groupe d adolescents. Le thème abordé pour cette expérience pilote sera : «plaisir dans la rencontre amoureuse». Toutefois, considérons que ceci n est qu un extrait car généralement le but poursuivi est de pouvoir mener six à sept thèmes de six séances chacun avec un seul et même groupe. A l évidence un accompagnement de proximité au long cours qui mobilise tous les partenaires. 1 Diplôme en deux années avec la collaboration de l Université de Toulouse DOSSIER A l Abordage! Le groupe pilote, qui est-il? Le groupe pilote est constitué de dix personnes ressortissantes du groupe de formation cité en marge. (La 1 ère année de formation arrivée à son terme, une 2 ème année de formation en vue de l obtention du certificat est prévue durant ). Du groupe élargi (en deuxième ligne), quatre éducateurs volontaires (provenant de foyers différents) ont été détachés en groupe restreint (deux animateurs de séance et deux observateurs) afin de mener la première expérience d action-recherche de ce type à la FOJ. Ces deux instances se consultent régulièrement afin d adapter et modéliser la marche à suivre. Réjean Tremblay nous supervise dans cette démarche. Le groupe pilote, que fait-il? Il a pour mission d étendre sa pratique au service des usagers de la FOJ selon une méthodologie participative rigoureuse. Il souhaite dispenser un enseignement qui tend à encourager l éducation à la sexualité et au plaisir. La déclinaison des six séances entend s inspirer du modèle d intervention de Réjean Tremblay. A savoir : Introduction précise d une thématique en relation avec la sexualité, laquelle sera traitée graduellement selon un niveau d implication qui va en s accroissant. (notamment au moyen de questionnaires anonymes puis de discussions puis de jeux de rôle pour terminer enfin par un travail corporel). Enseignement livré dans un esprit de mutualité qui fait appel à une attitude pédagogique dont les axiomes sont chaleur et permissivité. Constitution d une pile de données exemples, illustrations, témoignages, récits, références bibliographiques. Choix de cadres théoriques comme supports didactiques et explicatifs (notamment le tableau des cinq sens ou encore des schémas et matrices aidant au repérage et décryptage des mécanismes sociaux relationnels). Exercice d un jeu quasi théâtral (capacité d animer des séances avec aisance, maniement averti des concepts, passage en revue de tout et son contraire, éloge de la lenteur dans la diction et dans le déroulement de la séance, répartition et distribution précises des rôles). Tout doit être savamment étayé et orchestré de façon à ce que nous puissions donner accès à une représentation dynamique et non invalidante de la sexualité. Et bien sûr sans oublier comme le dit Réjean Tremblay, je cite : «un peu de poésie dans ce monde de brut»! Le groupe pilote, à qui s adresse t il? Pour tous les usagers de la FOJ sans distinction (enfants, pré ados et ados). L enseignement est adapté à chaque groupe d âge. Les groupes comptent généralement 8 participants d horizons différents. La mixité est de rigueur. Les séances se déroulent dans un espace neutre hors murs. (à définir). Un premier sondage auprès des jeunes résidants dans nos foyers respectifs atteste d un intérêt significatif en terme participatif (nous avons pour ainsi dire déjà les 8 premiers candidats). Gageons que cette composante essentielle puisse contribuer au plein essor de notre démarche. Précisons que les jeunes qui se prêteront à ladite démarche ont connaissance qu ils auront à évaluer nos interventions. Nous comptons sur leur pertinence pour nous améliorer. Le groupe pilote, que prétend-il? 10 - Trait d union

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Répartition de l ensemble des structures présentes

Répartition de l ensemble des structures présentes Bilan Demi-journée de réflexion et d échanges de pratiques «Sexualité et Handicap» Date Mardi 30 Juin 2009 Lieu Heure Nombre de participants 43 Type de structures présentes Professionnels CoDES 13 présents

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Manque de sommeil chez les jeunes

Manque de sommeil chez les jeunes Nicolas Kurek 1 Février 2016 Manque de sommeil chez les jeunes Dangers, conséquences et prévention Nicolas Kurek 2 Février 2016 Table des matières: P.3 Introduction, Idée P.4 But P.6 Planning P.7 Moyens

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie!

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! Dossier de Presse Septembre 2015 1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! 2015 Création de la FEDERATION DE COACHING DE VIE! Vivre l accompagnement Coaching de Vie FCV Fédération de Coaching

Plus en détail

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de.

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de. 1 Soirées Thema Compte-rendu de la soirée Thema du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap» 2 Les soirées Thema c est quoi? Ces soirées sont des séances-débats

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Illustration : Olivier Prime Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-073858-8 Avant- propos Dunod - Toute reproduction non

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Impacts psychosociaux du dispositif Sac Ados

Impacts psychosociaux du dispositif Sac Ados Impacts psychosociaux du dispositif Sac Ados Aide au départ en autonomie des 16-25 ans Présentation des premiers résultats d étude Bilan Vacances Ouvertes en Aquitaine 19 janvier 2015 Sac Ados Pourquoi

Plus en détail

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg PROJET : ATELIERS «LECTURE PARENT-ENFANT» Les ateliers «Lecture parent-enfant» sont des ateliers de formation et de prévention. Les parents y acquièrent

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3 Enquête sur la France des classes Vague 3 Tome 2 : Focus sur l école FD/JF/FG/MCP N 112507 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jérôme Fourquet / Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Préface : Etat d Esprit

Préface : Etat d Esprit Préface : Etat d Esprit Kinésithérapeute, mon Diplôme d Etat «en poche», j ai envisagé ma pratique thérapeutique dans le souhait d une harmonie. Une curiosité spontanée m a fait rechercher et découvrir

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise Point fort Travail social en entreprise 1. Introduction C est un plaisir pour moi de présenter à Actualité sociale la notion, les tâches et le contenu du service social d entreprise, car je suis convaincu

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

INTER-ENTREPRISES 2014

INTER-ENTREPRISES 2014 Votre prochaine formation MANAGEMENT COMMUNICATION ORALE EFFICACITÉ RELATIONNELLE COMMERCIAL RELATION CLIENT TÉLÉMARKETING... AGENDA FORMATION INTER-ENTREPRISES paris - Lyon MANAGEMENT A travailler, même

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Comment devenir coach

Comment devenir coach Alain Cardon Comment devenir coach Fondamentaux, outils et techniques, 2008 ISBN : 978-2-212-54122-9 Introduction Depuis maintenant quinze ans, le coaching s insère dans toutes les dimensions de nos vies

Plus en détail

Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres

Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres Formation de développement personnel Nos formateurs Composé de professionnels artistiques, d enseignants et

Plus en détail

ASBL «inventons» Projet pédagogique. ASBL «Inventons», Rue de l abreuvoir, 10, 4280 Moxhe, 019/302.904, 0479/384388 www.inventons.

ASBL «inventons» Projet pédagogique. ASBL «Inventons», Rue de l abreuvoir, 10, 4280 Moxhe, 019/302.904, 0479/384388 www.inventons. ASBL «inventons» Projet pédagogique Table des matières 1. Constat... 3 2. Objectifs... 3 3. Public cible... 4 4. Ce que l ASBL «Inventons» propose :... 4 a. Le stage à visée thérapeutique... 4 Inscription...

Plus en détail