Marseille, France 12 mars 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Marseille, France 12 mars 2012"

Transcription

1 Discours prononcé par Irina Bokova, Directrice générale de l UNESCO, à l occasion de l événement parallèle organisé lors du 6 e Forum mondial de l eau sur le thème Ressources en eau et égalité des sexes : quel est le lien? Marseille, France 12 mars 2012 Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs les intervenants, Je tiens à vous remercier d assister à cet événement parallèle qui explore le lien entre ressources en eau et égalité des sexes. La semaine dernière, le 8 mars, nous avons célébré la Journée internationale de la femme, axée plus particulièrement sur l autonomisation des femmes rurales. Le 6 e Forum mondial de l eau est une excellente occasion d évoquer la situation des filles et de femmes partout dans le monde en matière d eau. La 4 e édition du Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau, que nous lançons aujourd hui met en lumière les défis auxquels les femmes sont confrontées et leur rôle vital. Notre principal message est un appel en faveur d un nouveau leadership dans le domaine de l eau douce. Ce leadership doit rassembler tous les acteurs impliqués dans l utilisation et la gestion de l eau. Il doit fédérer l ensemble des secteurs et activités en un tout cohérent. Il doit associer le local au national et relier le régional au mondial. Il doit aussi reconnaître, intégrer et renforcer le rôle des femmes. DG/2012/041 Original anglais

2 Un tel leadership est nécessaire pour gérer l eau douce de manière plus durable et en tirer le meilleur parti dans l intérêt de tous. Pour aller de l avant, il faut analyser la situation actuelle. Cette analyse, c est la 4 e édition du Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau qui la fournit. Hébergé par l UNESCO, le Programme mondial pour l évaluation des ressources en eau a réuni des membres et partenaires d ONU-Eau pour brosser un excellent tableau de la situation, de l utilisation et de la gestion des ressources en eau douce de la planète. Le rapport souligne les problèmes auxquels se heurtent différentes régions et examine les pressions qu exercent l incertitude et le risque à l échelle mondiale. Qu elles découlent des besoins croissant de l agriculture, de la production alimentaire et de la consommation d énergie ou des faiblesses de la gestion de l eau, ces pressions ne cessent d augmenter. Sans une bonne planification et une bonne adaptation, des centaines de millions de personnes seront confrontées aux problèmes de la faim et de la maladie, de la pénurie d énergie et de la pauvreté dus à la rareté de l eau, à la pollution et aux inondations. Il est quasiment certain que ce sont les femmes et les filles qui supporteront ce fardeau. C est pourquoi il est particulièrement important que l égalité entre les sexes soit prise en considération tout au long de ce rapport qui comprend également un chapitre spécifique sur l eau et l égalité des sexes. Il ressort du rapport que, partout dans le monde, les femmes ne cessent de rencontrer des obstacles pour exercer leurs droits d accès à une eau salubre. J aimerais souligner cinq points à retenir. DG/2012/041 page 2

3 Le premier concerne les disparités entre les sexes qui existent dans le domaine de l eau. Elles tiennent à la répartition des tâches dans la société, de nombreuses responsabilités relatives à l eau incombant aux femmes tandis que les hommes sont investis de la plupart des droits et pouvoirs en la matière. Prenons la question de la santé pour illustrer ce propos. Chaque jour, 884 millions de personnes sont privées du droit à une eau propre tandis que plus de 2,6 milliards d êtres humains n ont toujours pas accès à des installations sanitaires adéquates. Ces réalités, qui tendent à perpétuer les inégalités et comptent parmi les principales causes de pauvreté et de malnutrition, ont un retentissement disproportionné sur les femmes. Mon second point concerne le rôle des femmes. La plupart des analyses sont axées sur le rôle des femmes des pays en développement dans l approvisionnement en eau. C est effectivement une réalité dans de nombreux pays. Près d un tiers de la population mondiale souffre, sous une forme ou une autre, d une pénurie matérielle ou économique d eau. Le problème est plus grave encore pour les membres les plus pauvres et les plus marginalisés de la société. Il ressort d études menées dans 45 pays en développement que ce sont essentiellement les femmes qui se chargent d aller chercher l eau potable des familles et des communautés. Le Rapport sur la mise en valeur des ressources en eau dans le monde place cette question dans un contexte plus large. Il ne faut pas se préoccuper uniquement du fardeau que représente la corvée d eau sur le plan physique. DG/2012/041 page 3

4 Il faut comprendre que les femmes occupent une place plus large dans le partage, l attribution et la distribution des ressources en eau. Il faut renforcer leur rôle dans la gouvernance de l eau c est-à-dire dans les processus et institutions politiques, sociaux et économiques qui gouvernent son utilisation, sa mise en valeur et sa gestion. Un troisième point concerne le rôle des femmes en tant qu agricultrices. Il est indispensable de reconnaître la contribution capitale des femmes à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Elles participent à toutes les étapes de la chaîne alimentaire depuis les s les et les moissons jusqu au stockage et à la préparation des aliments à consommer. Toutes les études soulignent l autonomisation des femmes dans l agriculture comme un moteur du développement durable. L Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agricutlrue estime que combler l écart entre les sexes en matière d apports agricoles pourrait sauver 100 à 150 millions de personnes de la faim. Le Rapport sur le développement dans le monde 2012 de la Banque mondiale postule que l égalité d accès des agricultrices aux ressources pourrait accroître la production agricole globale des pays en développement de 2,5 à 4 %. La propriété des terres est ici un point essentiel puisque 5 à 15 % seulement des femmes dans le monde possèdent les terres qu elles travaillent. En dépit de tout cela, les femmes sont souvent exclues de l équation. Il faut veiller à ce que les politiques nationales et internationales leur accorde l attention dont elles ont besoin pour renforcer la santé alimentaire depuis l irrigation jusqu à l accès à des intrants agricoles de qualité tels que les engrais. Un quatrième grand point du rapport concerne les catastrophes naturelles. DG/2012/041 page 4

5 Il faut des données plus détaillées, ventilées par sexe sur cette question, mais toutes les tendances vont dans le même sens. Les femmes souffrent de façon disproportionnée des risques naturels parce que l inégalité de leur statut socioéconomique les rend plus vulnérables que les hommes aux catastrophes liées au changement climatique comme les sécheresses et les inondations. Elles représentent aussi la majorité des personnes déplacées à l intérieur de leur propre pays en raison du changement climatique. Il convient de le reconnaître et de l intégrer à toutes les politiques de soutien à la réduction des risques de catastrophes et de mitigation de celles-ci. Mon dernier point réunit tous les précédents. Bien que les femmes jouent un rôle indispensable, leur participation à la planification et à la gestion des ressources en eau reste limitée. C est un message essentiel de la 4 e édition du Rapport sur la mise en valeur des ressources en eau dans le monde il faut tenir compte de la voix des femmes et des responsabilités qu elles exercent à tous les niveaux de la prise de décision. Les enjeux sont considérables. Ils concernent la capacité des femmes, et des hommes, du monde entier à exercer leurs droits. Ils portent également sur la nécessité de gérer durablement les ressources limitées de la planète. Ils sont au cœur de tous les efforts pour atteindre les objectifs de développement convenus sur le plan international, y compris les Objectifs du Millénaire pour le développement. Le Rapport sur la mise en valeur des ressources en eau fait apparaître de fortes disparités entre les sexes en matière d utilisation et de gestion ainsi que d allocation et de consommation de l eau. DG/2012/041 page 5

6 Il montre que dans la plupart des pays, les femmes sont des partenaires essentielles dans le secteur de l eau et de l assainissement. Il montre aussi que la gouvernance de l eau ne reflète pas ces réalités. Le rapport est un appel à l action. Il est présenté au public à point nommé, avant la Conférence des Nations Unies sur le développement durable. Rio + 20 doit être une réussite. Son succès doit partiellement tenir à l établissement d une feuille de route pour la gestion des ressources mondiales en eau douce qui inclut le rôle vital des femmes. Mesdames et Messieurs, L Égalité entre les sexes est une priorité globale de l UNESCO. Elle guide notre leadership de la campagne mondiale en faveur de l'éducation pour tous. Elle inspire les travaux entrepris par l UNESCO pour tirer le meilleur parti de la culture au service du développement et pour exploiter le pouvoir de la science dans l intérêt de toutes les sociétés. Nous œuvrons en étroite collaboration avec le Programme mondial pour l évaluation des ressources en eau afin de faire progresser ces travaux sur les dimensions sexospécifiques de la planification et de la gestion de l eau. Nous avons créé un Groupe consultatif sur l égalité des sexes pour intégrer des considérations en la matière dans cette 4 e édition du rapport. Tout cela n est qu un début. Il faut davantage d informations, y compris des indicateurs ventilés par sexe sur l utilisation et la gestion de l eau. Il faut renforcer le suivi et l analyse dans l optique de l égalité des sexes. DG/2012/041 page 6

7 Ces objectifs orienteront la cinquième édition du Rapport sur la mise en valeur des ressources en eau dans le monde. Le prix des disparités entre les sexes dans le domaine de l eau est inacceptable. Les inégalités érodent la dignité humaine. Elles nuisent à la santé des sociétés et réduisent les possibilités de croissance durable. Soutenir la participation pleine et active des femmes dans les processus de décision est une politique intelligente. Je vous remercie de votre attention. DG/2012/041 page 7

La santé dans le programme de développement pour l après-2015

La santé dans le programme de développement pour l après-2015 SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/47 Point 14.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2013 La santé dans le programme de développement pour l après-2015 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle G.T. 1 : le Monde selon les Femmes Document issu de 3 sources : 1. Recommandations du groupe GESA de la CFD sur " l'accès et le contrôle des

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique Mai 2014 COFO/2014/5.4 F COMITÉ DES FORÊTS VINGT-DEUXIÈME SESSION Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS I. Historique 1. L Arrangement international

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise Point 3 (a) (i) de l ordre du jour provisoire E/CN.6/2010/1 pour la cinquantequatrième session de la Commission de la condition de la femme, du 1 er au 12 mars 2010 : Révision de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME 2 novembre 2000 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Troisième réunion thématique ad hoc Rio de Janeiro, 14-15 décembre 2000 Point 4.1 de l ordre du jour provisoire Le point sur l évaluation sur cinq ans

Plus en détail

Quelques points pour le lancement le 20 juin 2012 du premier programme de recherche tripartite consacré à la lutte contre la désertification en

Quelques points pour le lancement le 20 juin 2012 du premier programme de recherche tripartite consacré à la lutte contre la désertification en Quelques points pour le lancement le 20 juin 2012 du premier programme de recherche tripartite consacré à la lutte contre la désertification en Afrique, au cours de la Conférence des Nations Unies sur

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

POSITION POLITIQUE DU CAE 2016 LE RÔLE DE L ARCHITECTURE DANS LA CONSTRUCTION ÉCO-ÉNERGÉTIQUE

POSITION POLITIQUE DU CAE 2016 LE RÔLE DE L ARCHITECTURE DANS LA CONSTRUCTION ÉCO-ÉNERGÉTIQUE POLITIQUE ARCHITECTS COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DES ARCHITECTES D EUROPE Points clés L architecture d un bâtiment a un impact majeur sur sa performance énergétique. La configuration spatiale et matérielle

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

Vers l établissement d un socle de protection sociale

Vers l établissement d un socle de protection sociale Vers l établissement d un socle de protection sociale Andreas Bodemer et Ellen Ehmke Dans le monde entier, 75 pour cent de la population n a aucun accès, ou bien un accès insuffisant, à une offre de sécurité

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/17/4 Conseil des droits de l homme Dix-septième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

NE PAS PUBLIER AVANT LE 28 MARS 2012 À 12 HEURES UK/11 HEURES AM GMT

NE PAS PUBLIER AVANT LE 28 MARS 2012 À 12 HEURES UK/11 HEURES AM GMT Pour obtenir une interview ou plus d information, veuillez contacter : Neil Sorensen au 33 641 668 648 ou neil_sorensen@yahoo.com Michelle Geis au +1 301 280 5712 ou mgeis@burnesscommunications.com NE

Plus en détail

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 SOMMAIRE Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 2 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET NETS A SEDHIOU Dans

Plus en détail

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien.

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. L eau 4 une ressource indispensable à ne pas gaspiller «La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. Comment

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative au développement de la pratique sportive pour les personnes en situation de handicaps

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative au développement de la pratique sportive pour les personnes en situation de handicaps Position du think tank Sport et Citoyenneté relative au développement de la pratique sportive pour les personnes en situation de handicaps 1 Octobre 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux

Plus en détail

Conduire le développement durable

Conduire le développement durable DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 Conduire le développement durable Rôle de la science, de la technologie et de l innovation 1. Introduction Les Objectifs du millénaire pour le développement

Plus en détail

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement Gouvernements organisateurs (1) Ministere de l'energie et de l'eau, Mali (2) Gouvernement de la Tunisie 1. Introduction

Plus en détail

Note Conceptuelle et Programme

Note Conceptuelle et Programme PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : LES OPTIONS JURIDIQUES ET POLITIQUES Atelier de Formation pour l Afrique Centrale 11-13 mars 2015 Yaoundé, Cameroun Note Conceptuelle et Programme 1.

Plus en détail

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique

International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique International Pharmaceutical Federation Fédération internationale pharmaceutique PO Box 84200, 2508 AE La Haye, Pays-Bas DECLARATION DE LA FIP SUR LA POLITIQUE AMELIORER L ACCES AUX MEDICAMENTS DANS LES

Plus en détail

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille)

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille) Réponses de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l Homme Algérie au rapport du secrétaire général de l Assemblée générale des Nations Unies concernant «le suivi

Plus en détail

WP Board No. 1006/06. 9 août 2006 Original : anglais. Comité exécutif/ Conseil international du Café 25 29 septembre 2006 Londres, Angleterre

WP Board No. 1006/06. 9 août 2006 Original : anglais. Comité exécutif/ Conseil international du Café 25 29 septembre 2006 Londres, Angleterre International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café WP Board No. 1006/06 9 août 2006 Original : anglais F Comité

Plus en détail

L agriculture familiale :

L agriculture familiale : MADAGASCAR Année Internationale de l Agriculture Familiale (AIAF) 2014 et Journée Mondiale de l Alimentation (JMA) 2014 L agriculture familiale : une chance pour la planète et pour Madagascar Sécurité

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT

FONDAMENTAUX DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT UNITED NATIONS NATIONS UNIES AFRICAN INSTITUTE FOR ECONOMIC DEVELOPMENT AND PLANNING INSTITUT AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE PLANIFICATION (IDEP) FONDAMENTAUX DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Que nous travaillions la main dans la main et œuvrions ensemble pour réaliser le développement de

Que nous travaillions la main dans la main et œuvrions ensemble pour réaliser le développement de Discours de Monsieur Hu Jintao, président de la Republique populaire de Chine, à la cérémonie d ouverture du sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine BEIJING, 4 novembre (XINHUA) Le

Plus en détail

Une mission humanitaire à Madagascar

Une mission humanitaire à Madagascar Une mission humanitaire à Madagascar Interview d un jeune étudiant parti en mission à Madagascar A l occasion de la course contre la faim, nous avons correspondu avec un jeune homme de 23 ans qui a accepté

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

L Empreinte de l eau, source de gouvernance

L Empreinte de l eau, source de gouvernance Mémoire L Empreinte de l eau, source de gouvernance Présenté à l Office de consultation publique de Montréal par Aqua Climax inc. 29 août 2013 Mémoire rédigé par : Bastien Guérard Aqua Climax info@aquaclimax.com

Plus en détail

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UN LEVIER POUR LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RURAUX Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L exemple de la Cuma Ecovaloris et de l association

Plus en détail

Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada

Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada Susie Miller, Directrice Generale Agriculture et Agroalimentaire Canada Winnipeg (Manitoba) Le 2 juin 2009 1 Contenu

Plus en détail

MÉMOIRE. présenté par. la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions. concernant

MÉMOIRE. présenté par. la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions. concernant MÉMOIRE au Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord de la Chambre des communes présenté par la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions concernant

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

Communication on progress

Communication on progress Communication on progress Rapport annuel 2015/2016 INTERPACK SAS La Bruyères aux Assemblées 518 route de Blangy 14130 Le Torquesne France Mai 2016 Au Torquesne Le 03 Mai 2016 À l attention du Global

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Ce rapport présente les principaux résultats des questionnaires administrés aux participants 1 ayant suivi les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Les TIC pour les Femmes Rurales en Afrique. Présentation pour la Relance du Projet Dimitra Phase 2 Bruxelles, 20-24 octobre 2002

Les TIC pour les Femmes Rurales en Afrique. Présentation pour la Relance du Projet Dimitra Phase 2 Bruxelles, 20-24 octobre 2002 Les TIC pour les Femmes Rurales en Afrique Présentation pour la Relance du Projet Dimitra Phase 2 Bruxelles, 20-24 octobre 2002 Natasha Primo Women snet Schéma de la Présentation Les TIC, c est quoi? Pourquoi

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

(19 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21)

(19 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21) Document de réflexion (19 octobre 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21) FAO, Rome (Italie), 13-15 novembre 2013 Contexte La Conférence internationale

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

Rapport narratif du Projet n 2015SO2-CHM-0261 Développement et alimentation des CHM régionaux (deux Régions Pilotes)

Rapport narratif du Projet n 2015SO2-CHM-0261 Développement et alimentation des CHM régionaux (deux Régions Pilotes) Royaume du Maroc Ministère délégué chargé de l Environnement Institut Royal des Science Naturelles de Belgique Rapport narratif du Projet n 2015SO2-CHM-0261 Développement et alimentation des CHM régionaux

Plus en détail

Positionnement des villes CH

Positionnement des villes CH Positionnement des villes CH De l échange d expériences à la plate-forme urbaine Situation de départ Thèses sur l avenir des villes Mesures pour une politique de développement urbain Une contribution des

Plus en détail

Le dispositif «Classe d eau»

Le dispositif «Classe d eau» Le dispositif «Classe d eau» Ce dispositif a été créé en 1987 suite à plusieurs constats : Pollution de la terre et de l eau L eau, un bien précieux à protéger Besoin d éduquer les nouvelles générations

Plus en détail

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti S Conférence régionale sur le développement de la microfinance pour l activité économique Ministère de l Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) Diagramme du Système :

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL

SEMINAIRE INTERNATIONAL SOUS LE HAUT PATRONAGE DU MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE LA PROTECTION DE LA NATURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE DU CAMEROUN (MINEPDED) SEMINAIRE INTERNATIONAL THEME «Évolution des systèmes d évaluation

Plus en détail

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES Délai de réponse : 1 ère tranche : 19 novembre 2009 2 ème tranche : 4 décembre 2009

Plus en détail

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie Août 2011 FC 140/10 F COMITÉ FINANCIER Cent quarantième session Rome, 10-14 octobre 2011 Dotation en effectifs des services de trésorerie Pour toute question concernant le contenu de ce document, veuillez

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 9.11.2015 C(2015) 7674 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 9.11.2015 relative au programme d action annuel 2015 en faveur de la Tanzanie, à financer sur les ressources

Plus en détail

Radio communautaire Fakara Jginda"

Radio communautaire Fakara Jginda Radio communautaire Fakara Jginda" par Groupe 4- Supervision: Hubert Ouaga Équipe: - Amadou Bokoye - André Bihindi - Dembélé Bakary (rapporteur) - Hadiza Yayé - Gaya Yacouba - Nadège Boko (rapporteur)

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE D'EGALITE DES CHANCES

POLITIQUE EN MATIERE D'EGALITE DES CHANCES B POLITIQUE EN MATIERE D'EGALITE DES CHANCES Domino UK Limited est un employeur souscrivant au principe de l'égalité des chances. Notre politique a pour but de veiller à ce que tous les postulants à un

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GIRE : DEFINITION ET PRINCIPES

INTRODUCTION A LA GIRE : DEFINITION ET PRINCIPES SESSION DE FORMATION «EXPERTISE HYDROLOGIQUE ET GESTION INTEGREE DE L'EAU AUX ECHELLES NATIONALE ET REGIONALE» Ouagadougou, du 26 au 30 mars 2007 INTRODUCTION A LA GIRE : DEFINITION ET PRINCIPES Dr. Harouna

Plus en détail

Nourrir Les Hommes. Introduction

Nourrir Les Hommes. Introduction Nourrir les Hommes Nourrir Les Hommes Introduction Mieux nourrir la population mondiale est un objectif premier du développement durable. Il est toujours d actualité puisque 850 millions d êtres humains

Plus en détail

Agribusiness. La BERD et l appui à la chaîne de valeur dans l'industrie agro-alimentaire. Juin 2015

Agribusiness. La BERD et l appui à la chaîne de valeur dans l'industrie agro-alimentaire. Juin 2015 Agribusiness La BERD et l appui à la chaîne de valeur dans l'industrie agro-alimentaire Juin 2015 Sommaire 1. L Agribusiness au sein de la BERD 2. Agribusiness: Études de cas 3. Notre valeur ajoutée 2

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

COLLOQUE AGRICULTURES FAMILIALES ET DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES LA-BAS ET ICI. Dossier de présentation. 27 novembre 2015 LEMPDES

COLLOQUE AGRICULTURES FAMILIALES ET DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES LA-BAS ET ICI. Dossier de présentation. 27 novembre 2015 LEMPDES COLLOQUE AGRICULTURES FAMILIALES ET DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES LA-BAS ET ICI 27 novembre 2015 LEMPDES Dossier de présentation ORGANISE PAR : AVEC LE SOUTIEN DE : CERAPCOOP Centre de Ressources et d

Plus en détail

Art. 1 Modifications La loi instituant une assurance en cas de maternité et d adoption, du 21 avril 2005, est modifiée comme suit :

Art. 1 Modifications La loi instituant une assurance en cas de maternité et d adoption, du 21 avril 2005, est modifiée comme suit : Secrétariat du Grand Conseil Projet présenté par les députés : Initiateurs Date de dépôt : Date de dépôt PL Numéro d objet Projet de loi Modifiant la loi instituant une assurance en cas de maternité et

Plus en détail

Plan stratégique du Bureau de la recherche Adam Dodek, Vice-doyen à la recherche & Professeur agrégé

Plan stratégique du Bureau de la recherche Adam Dodek, Vice-doyen à la recherche & Professeur agrégé Faculté de droit Faculty of Law (Common Law) Fauteux Hall 57 Louis Pasteur Pvt Ottawa, ON K1N 6N5 Plan stratégique du Bureau de la recherche Résumé Les principaux objectifs du Bureau de la recherche au

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Les métiers: femmes et hommes au travail

Les métiers: femmes et hommes au travail Mathématiques DEGRÉ 6 DURÉE: 45 minutes 66 Féminin, masculin: être humain-e Les métiers: femmes et hommes au travail Démarche Cette activité nécessite un rappel de ce que sont les pourcentages. La fiche

Plus en détail

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES S. Schiavo-Campo CONFERENCE MINPLAN/USAID NOVOTEL, BUJUMBURA 24 MAI 2006 1 LE BUDGET (ET TOUTE QUESTION LIEE AU BUDGET) EST UN SOMNIFERE TRES EFFICACE PEUT-ETRE, MAIS

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER Besoins Les infirmières d aujourd hui doivent planifier longtemps à l avance la nouvelle génération de chefs de file de la profession. C est d autant plus important

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/TRANS/WP.24/2015/8 Conseil économique et social Distr. générale 18 septembre 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe

Plus en détail

VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012

VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012 Observatoire VEILLE DOCUMENTAIRE FEVRIER 2012 ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L échelle des salaires est plus resserrée dans le secteur de l économie sociale Pour les 2,3 millions de salariés travaillant

Plus en détail

Fondation Grameen Crédit Agricole Agribusiness Forum, Dakar 28 novembre 2012 Jean-Luc Perron, Délégué Général

Fondation Grameen Crédit Agricole Agribusiness Forum, Dakar 28 novembre 2012 Jean-Luc Perron, Délégué Général Fondation Grameen Crédit Agricole Agribusiness Forum, Dakar 28 novembre 2012 Jean-Luc Perron, Délégué Général 2 Grameen Crédit Agricole Microfinance Foundation Fondation Grameen Crédit Agricole : une alliance

Plus en détail

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat Réunion du Groupe consultatif Montréal, Canada - 12-13 juin 2000 CG/2 L Alliance pour l avenir des villes Projet de texte soumis à la discussion et au débat L ALLIANCE POUR L AVENIR DES VILLES L Alliance

Plus en détail

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC Résolution PC/7/2010/1 Proposition de mesures pour l état de préparation

Plus en détail

Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale. La communauté internationale pour l excellence en sécurité sociale

Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale. La communauté internationale pour l excellence en sécurité sociale Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale La communauté internationale pour l excellence en sécurité sociale Devenez membre de l Association internationale de la sécurité sociale

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR L ALLOCUTION NOTES D ALLOCUTION CHEF CARL SIDNEY, AU NOM DE LA GRANDE CHEF MASSIE

DOCUMENT D INFORMATION POUR L ALLOCUTION NOTES D ALLOCUTION CHEF CARL SIDNEY, AU NOM DE LA GRANDE CHEF MASSIE NOTES D ALLOCUTION CHEF CARL SIDNEY, AU NOM DE LA GRANDE CHEF MASSIE TABLE RONDE DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE LE 27 AVRIL 2016 11 h À 5 h FAIRMOUNT WATERFRONT, 900, CANADA PLACE WAY VANCOUVER (COLOMBIE-BRITANNIQUE)

Plus en détail

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion Fédération canadienne de l agriculture Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion OBJECTIF Agriculture et Agroalimentaire Canada a entrepris une étude pour comprendre les impacts

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.22/2006/7 16 février 2006 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Présentation des terres collectives Définition Importance

Présentation des terres collectives Définition Importance Ministère de l Intérieur Secrétariat Général Direction des Affaires Rurales Division des Systèmes d Information et de la Communication Service de l Information Géographique FIG 2011 Ahmed JKAOUA Présentation

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/L.79*

Assemblée générale. Nations Unies A/65/L.79* Nations Unies A/65/L.79* Assemblée générale Distr. limitée 17 juin 2011 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Point 33 de l ordre du jour Prévention des conflits armés Allemagne, Australie,

Plus en détail

Randstad Award 2015 Synthèse des résultats

Randstad Award 2015 Synthèse des résultats Randstad Award 2015 Synthèse des résultats Le trio de tête est constitué de trois fleurons français, chacun leader mondial dans son secteur. On peut voir dans ce résultat une forme de fierté exprimée par

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999)

MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999) MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999) Avis à toute personne qui utilise le bromure de méthyle Les Parties au Protocole de Montréal relatif à des substances

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)] Nations Unies A/RES/67/192 Assemblée générale Distr. générale 3 avril 2013 Soixante-septième session Point 103 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Cogestion de la peche crevettiere et protection de la biodiversite a madagascar

Cogestion de la peche crevettiere et protection de la biodiversite a madagascar Cogestion de la peche crevettiere et protection de la biodiversite a madagascar Dominique ROJAT Agence Française de Développement 5, rue Roland Barthes - 75598 PARIS Cedex 12 - France Tél ~ 33 1 53 44

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l assainissement

Plus en détail

SESSION 1:ENJEUX ET OPPORTUNITÉS AGRICOLES EN AFRIQUE DE L OUEST

SESSION 1:ENJEUX ET OPPORTUNITÉS AGRICOLES EN AFRIQUE DE L OUEST Afrique Nourricière SESSION 1:ENJEUX ET OPPORTUNITÉS AGRICOLES EN AFRIQUE DE L OUEST La vision des OP ouest-africaines : situation actuelle, défis, contraintes et potentiel de l agriculture africaine Juin

Plus en détail

Le territoire des îles Wallis et Futuna

Le territoire des îles Wallis et Futuna Le territoire des îles Wallis et Futuna présente le Colloque UNE AGRICULTURE DURABLE AU SERVICE DE LA POPULATION À Wallis et Futuna Le colloque Une agriculture durable au service de la population (ADSP)

Plus en détail

Comment rédiger une proposition de financement

Comment rédiger une proposition de financement Comment rédiger une proposition de financement (Comment élaborer un projet qui sera une réussite) 19 avril 2010 Vous avez une idée de projet Tracez les grandes lignes du projet, clarifiez-le dans votre

Plus en détail

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants:

Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants: MESURES QUI DOIVENT ETRE PRISES AU NIVEAU JURIDIQUE POUR ASSURER LE FINANCEMENT DES PROJETS D'INFRASTRUCTURE ET PAR CONSEQUENT LE SUCCES DU SYSTEME DE CONCESSION. Le premier point que je veux souligner

Plus en détail

SEANCE DU 10 JUIN 2004 DECISION N 2

SEANCE DU 10 JUIN 2004 DECISION N 2 Annexe 4.1. Décision n o 2004-02 de la séance du 10 juin 2004 SEANCE DU 10 JUIN 2004 Référence : CP2 DECISION N 2 Lors de sa séance du 10 juin 2004, le Haut Conseil du commissariat aux comptes a délibéré,

Plus en détail

Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * *

Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * * Publicis Groupe Pacte Mondial Communication on Progress 2009 Année 2008 * * * Je renouvelle l engagement pris par Publicis Groupe en 2003, visant à appliquer et respecter les 10 principes du Pacte Mondial,

Plus en détail

Global Retail CIO Survey 2010

Global Retail CIO Survey 2010 10 2010 : Adapter la supply chain au service du consommateur Les Sponsors Recherche conduite par 10 Aperçu général Aldata et IBM vous présentent la deuxième édition de leur étude sur la grande distribution

Plus en détail

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école Dossier Projet Electrification de l école d Issaogo La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école d Issaogo au Burkina Fasso, projet porté par les élèves et professeurs du

Plus en détail

Résultats 2015 - Perspectives 2016

Résultats 2015 - Perspectives 2016 Résultats 2015 - Perspectives 2016 1. 2015 : année de la reprise 2015 est l année de la reprise pour le marché du meuble après trois exercices de recul consécutifs (-3,0% en 2012, -2,9% en 2013 et -1,5%

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES Bilan synthèse : Pays GABON Plan : Introduction I- Situation du pays II- Nouvelles orientations III-

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CTI(2)/L.1 Conseil économique et social Distr. : Limitée 11 avril 2011 Français Original : Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité du commerce

Plus en détail

L importance de l apprentissage

L importance de l apprentissage le 23 mars 2004 «Le savoir est la voie vers le progrès économique et les possibilités individuelles, et l éducation est le pont pour y accéder.» Le ministre des Finances, Ralph Goodale Le discours du budget

Plus en détail

LA RECONVERSION DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU ENTRE RAISONS ET DÉRAISON

LA RECONVERSION DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU ENTRE RAISONS ET DÉRAISON LA RECONVERSION DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU ENTRE RAISONS ET DÉRAISON Sophie Javerlhiac-Bodin Membre du Comité scientifique de «Sport et Citoyenneté» Sociologue Maitre de Conférences sophie.bodin@univ-rennes2.fr

Plus en détail