TRAIT D UNION. Engagés dans un monde en mutation! SERVICE AUX ADHERENTS. L agenda de la CFDT Rhône-Alpes. Juin 2014 Année 6 / Numéro 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAIT D UNION. Engagés dans un monde en mutation! SERVICE AUX ADHERENTS. L agenda de la CFDT Rhône-Alpes. Juin 2014 Année 6 / Numéro 2"

Transcription

1 TRAIT D UNION Juin 2014 Année 6 / Engagés dans un monde en mutation! Le monde change, le travail évolue. Une seule alternative : le syndicalisme d engagement! L arrivée du numérique, des biotechnologies, nanotechnologies, de la robotisation auront des effets importants sur le contenu du travail, les relations professionnelles, les métiers et les systèmes de production. Toute notre société sera stimulée par l arrivée de ces nouvelles technologies ; et nous ne mesurons pas encore toutes les conséquences sur notre quotidien et la société. Trop rarement, nous nous sommes interrogés sur ces évolutions. Le bureau régional de la CFDT Rhône-Alpes a donc décidé de poser ces questions lors de la prochaine université d été organisée les 1,2 et 3 juillet prochain. Les membres des exécutifs de syndicats sont invités à participer à ces échanges et ces réflexions. De nombreux intervenants, universitaires, chefs d entreprises, militants syndicaux nous présenteront leurs travaux, leur regard et leurs réflexions sur ces évolutions. Ces moments seront aussi l occasion d interroger la place de la démocratie, des citoyens et de celle des organisations syndicales. Elisabeth Le Gac Secrétaire Générale de l URI CFDT RHONE-ALPES Le monde change, il faut agir pour développer l emploi de qualité et de réguler socialement ses évolutions, la CFDT participe par son approche au renforcement de la démocratie sociale. Par sa signature des différents Accords Nationaux Interprofessionnels, la CFDT a impulsé des changements permettant de renforcer la place et le rôle des syndicats dans les entreprises. Une des traductions directes est la Base de Données Unique (BDU). Elle doit permettre, grâce à l obtention d informations sur l entreprise, de réinterroger la stratégie de l entreprise en accédant à une vision plus globale. Nous savons que ces changements ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre (les relations sociales sur le terrain sont parfois dures et éprouvantes), la CFDT Rhône-Alpes propose l accompagnement des équipes syndicales CFDT sur ces questions économiques, d emploi et de stratégie. La CFDT a une force, celui de son réseau. Participons à son émulation et à son dynamisme : ensemble, soyons au service de l action collective. Le monde change, la CFDT s engage, s implique pour influer sur les évolutions : «Agir pour ne pas subir», c est tout le sens donné dans la nouvelle résolution confédérale du congrès de Marseille : «un nouveau modèle de développement au service de tous les salariés». Le congrès à Marseille a été une réussite tant sur la forme que sur le fond. Une belle organisation, des débats contradictoires riches et argumentés, des syndicats qui dans leur propre délégation font vivre la démocratie, échangent pour une prise de position, de jeunes syndicalistes présents, assidus et participatifs La résolution débattue a été adoptée à plus de 87 %. Elle propose pour les 4 prochaines années de gagner de nouveaux droits avec des avancées sociales garantissant ce nouveau modèle de développement plus respectueux des femmes et des hommes et de la planète. Ce syndicalisme d engagement est exigeant. Il nous oblige à ne rien lâcher sur nos objectifs, nos convictions et nos valeurs. Alors face à ce monde en mutation, restons engagés. L agenda de la CFDT Rhône-Alpes SERVICE AUX ADHERENTS Bureau National Juin Aménagement des territoires intelligents Juin Université syndicale d été 1-3 Juillet Mandatés Services de Santé au Travail 2 Septembre Réponses à la carte Formation Tréso syndicat 2-3 Septembre Comité National des cadres Septembre Bureau Régional 22 Septembre Rencontre responsables de développement syndicat 26 Septembre Campagne syndicalisation TPE 29 Sept 4 Octobre

2 Dans ce numéro (Cliquez pour accéder à l article) Actions Bureau Régional 2014 Page 2 Intervention d Elisabeth Le Gac lors du 48ème Congrès Page 3-4 Retour sur la conférence économique et sociale Page 4 L action du 15 mai dans les Fonctions Publiques Page 5 Le numérique! Avec quels emplois? Page 5 Intervention de Pierrick Aillard lors du CNC de Mai Page 7-8 Journée égalité professionnelle et mixité : 16 Mai Page 8 Université syndicale d été Page 9-10 Pauvreté en Rhône-Alpes, comprendre pour agir Page Bulletin d adhésion C2R Page 12 Action bureau régional pour 2014 Le Bureau Régional s est réuni le 19 mai A l ordre du jour : actualité revendicative, politique de développement, approbation des comptes 2013, congrès confédéral, et quelques points divers. Sur l actualité revendicative, le BR a décrit un contexte de méfiance vis-à-vis du politique, une situation économique difficile, la mobilisation des équipes CFDT sur la déclinaison des accords nationaux, la rencontre des agents de la fonction publique. Les modalités de préparation de la conférence économique et sociale régionale du 11 Juin ont été précisés. Plusieurs autres points ont été traités : les rythmes scolaires, le 1 er mai, l économie sociale et solidaire et le travail social. Le Bureau Régional a pris des décisions : le lancement d une réflexion sur la métropolisation et l aménagement du territoire ; une déclinaison de nos positionnements dans les territoires sur les rythmes scolaires en fonction des situations, la communication de nos positions sur l Europe. Sur le développement, nos résultats 2013 sur le développement sont moins bons que prévus : une stagnation en 2013 est observée. Suite à un échange sur les pratiques gagnantes, plusieurs orientations sont prises pour 2014 : Un objectif de 5% de progression annuelle Une orientation de nos moyens vers les collectifs de proximité La construction d un réseau de militants en capacité d accompagner les collectifs dans leur politique de développement Une amélioration de l accueil des nouveaux adhérents En 2014, des réunions décentralisées aborderont ces aspects. Ainsi nous espérons améliorer nos résultats sur la fidélisation et la syndicalisation. A été abordé aussi le service à l adhérent qui s avère être un levier pour renforcer notre proximité. L eadhésion s avère être aussi une réponse adaptée face aux difficultés de syndicalisation des salariés éloignés du syndicalisme. Ce Bureau Régional de mai a étudié les comptes et résultats comptables En présence de l expert-comptable et du Commissaire aux comptes qui a jugé les comptes réguliers et sincères, le Bureau régional a décidé d approuver à l unanimité les comptes Les comptes de la CFDT Rhône-Alpes ainsi que leurs annexes seront donc publiés au Journal Officiel, comme le prévoit la loi. Le Bureau Régional a ensuite discuté de l intervention de l Union Régionale au congrès confédéral. Des points d étapes concernant la préparation de l université syndicale d été et du diagnostic de la formation syndicale ont conclu cette session du 19 Mai. Trait D union Page 2

3 Intervention d Elisabeth Le Gac Au congrès de Marseille Cohérence, complémentarité, mutualisation et proximité Les conditions de réussite de l action interprofessionnelle L URI Rhône-alpes représentée par Elisabeth est intervenue le premier jour pour revenir sur la situation de notre pays mais aussi pour présenter les actions engagées en Rhône-Alpes ainsi qu au niveau de la confédération. Un bilan positif a été tiré des expérimentations et des actions engagées en région et par la confédération. Voici son intervention. Même regard de notre bureau régional sur les actions menées par la confédération entre autres ces 4 dernières années considérées comme allant dans le bon sens. Nous portons un regard positif sur l ensemble de la mandature où des évolutions importantes ont été engagées tant pour et avec les salariés qu en interne à notre organisation. Concernant les évolutions qui changent la vie des salariés : Les derniers accords de 2013 resituent le salarié au cœur des décisions, apportent des droits nouveaux, permettent de lutter contre les inégalités et contre la précarité. Bonjour, Le contexte de notre action est difficile, nous le repérons tous les jours au contact des salariés, des agents des fonctions publiques, des demandeurs d emploi et des retraités. Mal être au travail, intensification du travail, peur de perdre son emploi, difficulté à comprendre le monde que nous vivons, difficulté à repérer les projets d avenir tant ceux de sa propre entreprise ou administration que les projets pour la France et pour l Europe. Tout ceci se traduit par des replis, de l inquiétude, de la défiance pour le monde politique et les institutions, le syndicalisme est également impacté! Les discours populistes surfent sur ces réalités. Les tentations de se tourner vers les organisations ou partis qui n ont qu un discours contestataire sont fortes.! Les réponses apportées par les partis républicains sont jugées inefficaces pour l immédiat, le présent et les options politiques du côté de l extrême droite sont inacceptables! Nous le savons bien à la CFDT. Les communications confédérales à ce propos ont été très appréciées. Oui nous vivons une situation difficile, nous vivons un changement du monde et comme nous le disions déjà en 2006, des opportunités existent. Redonner confiance et espoir en l avenir, démontrer notre utilité est primordial, et nous sommes attendus pour améliorer la vie quotidienne des salariés! Nous l avons compris, la CFDT ne peut pas tout faire toute seule! Alors, il faut impliquer l ensemble des acteurs et des décideurs qui s engage avec nous, pour apporter les changements nécessaires. En ça, notre bureau régional a compris le pacte de responsabilité et la force que nous aurons pour rappeler les engagements! Toutes ces avancées sont importantes et nous devons autant les valoriser que les décliner dans les entreprises. Ceci entraine des évolutions nécessaires dans les pratiques syndicales. Les structures fédératives doivent pouvoir faciliter ces déclinaisons. C est en ce sens que la CFDT Rhône-Alpes a mis en place le dispositif «offensive emploi» pour aider les équipes à agir sur les questions économiques et sociales dans les entreprises, tant en situation d urgence qu en anticipation. Le Kit SPP mis en place par la confédération est un outil qui démontre sa pertinence. Si la situation économique nous a poussés à investir fortement la thématique économique l emploi et la formation professionnelle, nous ne devons rien lâcher non plus, sur les questions du travail. Les impulsions confédérales «aller à la rencontre des salariés» vont dans le bon sens et doivent être largement démultipliées. Nous devons agir en équilibre tant pour l emploi, pour la sécurisation des parcours professionnels que pour le travail. Concernant l évolution interne, je vais aborder le service aux adhérents : L URI Rhône-Alpes s est impliquée pour expérimenter ce service. Quelle meilleure idée que de vouloir mettre au service de nos adhérents les connaissances et les compétences CFDT repérées dans les syndicats et au sein de notre réseau militant! Car en effet, des connaissances et des compétences à la CFDT, nous en avons! Revenir au sommaire Trait D union Page 3

4 Une bonne idée que de vouloir apporter à nos adhérents la force de notre réseau CFDT! Aux adhérents CFDT, y compris et surtout pour ceux qui sont isolés. De nombreux adhérents Rhônalpins l ont utilisé. Les syndicats à Tours avaient à juste titre souhaité être acteurs. C est ce que nous avons construit en région. Les syndicats dans la grande majorité ont compris cette importance et cette opportunité de reprendre le lien, parfois distendu avec leurs adhérents, voire leurs sections syndicales, et de jouer leur rôle en transformant les questionnements individuels en actions collectives. Alors, le bureau régional de la CFDT RA valide largement l expérimentation. Des évolutions sont encore nécessaires mais le sens est bien là : rendre un service de qualité à nos adhérents! Ceci contribue aussi à retisser les liens sociaux nécessaires dans cette période de changements. Pour conclure La CFDT a un atout, c est sa cohésion interne. Cohésion synonyme d efficacité! Nous la faisons vivre avec les débats et échanges nécessaires pour faire vivre la démocratie. Et depuis quelques années, nous relevons qu en plus de la cohésion, il y a aussi plus de cohérence, de complémentarité et de mutualisation entre le «pro» et «l interpro». C est essentiel pour agir dans les territoires. Le croisement entre «le pro» et l interpro» est une force moteur! C est aussi avec cette approche de plus en plus développée que nous réussirons tous. Merci pour votre écoute! Conférence régionale économique et sociale De premières avancées obtenues par la CFDT! 11 Juin 2014 La CFDT a souhaité mettre au cœur des réflexions, l emploi et la sécurisation des parcours professionnels. Les évolutions depuis l ANI formation professionnelle de décembre 2013 suivie de la loi du 5 mars 2014 nécessitent que les différents décideurs s organisent avec efficacité. Et ces nouvelles dispositions constituent un levier intéressant pour agir efficacement et de façon décentralisée. Cette année encore, les 7 organisations syndicales (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, UNSA, FSU), ont fait à nouveau une intervention commune. Celle-ci a contextualisé l action que nous devons mener. Puis, nous avons exigé un travail de fond sur l organisation de la formation professionnelle en région (ingénierie) sur l organisation du dialogue social. Nous avons proposé 5 ateliers : Le premier traite de la démocratie sociale et des conditions préalables à son exercice. Le deuxième aborde la question des indicateurs de la politique publique en matière d'emploi et de formation. Le troisième porte sur la mise en place des nouveaux dispositifs accompagnant l'évolution professionnelle des jeunes, des salariés et demandeurs d'emploi. Un quatrième atelier est demandé sur la coordination des acteurs, des structures sur la formation. Enfin le dernier concerne les propositions syndicales issues du plan d'investissement proposé par la CES. Les organisations patronales ont, quant à elles, souligné les problèmes d apprentissage, valorisé la région pour le travail d aide et de soutien aux PME. Même si elles demandent un SAV (Simplification, Accessibilité, Visibilité). Le Conseil Régional et l Etat ont entendu les exigences de la CFDT. Il s engage à réunir des groupes de travail associant les organisations syndicales durant l été, et réfléchir, entre autres, à l organisation de la formation professionnelle. C est une première victoire, mais l essai reste à transformer. Le Bureau Régional, associé à la démarche, participera prochainement aux ateliers, dont l objectif est de faciliter et simplifier l accès à la formation professionnelle de tous les salariés, des demandeurs d'emploi et à faciliter une sécurisation des parcours professionnel! Revenir au sommaire Trait D union Page 4

5 L action du 15 mai dans les Fonctions Publiques La CFDT demande une revalorisation des salaires! Les agents des fonctions publiques se sont mobilisés dans le cadre de la journée d action du 15 mai dernier, à l appel de l ensemble des organisations syndicales (à l exception de FO, qui n a rejoint le mouvement qu au dernier moment et sur des mots d ordre différents de ceux de l intersyndicale). L annonce par le 1 er ministre de la poursuite du gel du point d indice des fonctionnaires jusqu en 2017 est inacceptable pour la CFDT. En effet, le salaire est assis sur un nombre de points («point d indice») avec une valeur de ce point qui est la même depuis juillet Cette annonce est en réalité un triple signe : La sanctuarisation de nouvelles baisses de pouvoir d achat et des salaires : le cumul du gel du point d indice depuis 5 ans, des effets de l inflation et de l augmentation depuis 2010 du taux de cotisations sociales provoque la baisse déjà constatée du salaire net moyen ; L absence de reconnaissance et de respect envers les agents déjà victimes de fortes dégradations de leurs conditions de travail et d une intensification de leurs charges de travail souvent à la limite du supportable du fait des politiques récurrentes et purement comptables de suppression d emplois ; Et la déconsidération du travail et des missions d intérêt général rendues par les fonctionnaires, alors que, en temps de difficultés sociales particulièrement, les missions de service public deviennent encore plus indispensables notamment pour les plus fragiles de nos concitoyens. Après le développement des ordinateurs, des portables, des Smartphones, puis des Cloud, voilà l ère des objets connectés Le numérique se développe, il devient omniprésent, et il semble qu on ne soit qu au début de son déploiement Prochainement, il sera possible de capter ce qui se passe dans le cerveau Pour se déployer le numérique a besoin d infrastructures haut dédit (ADSL) ou très haut débit (Fibre ou satellite) mais aussi de terminaux (tablettes, ordi, Smartphones, objets intelligents connectés), de services numériques, de plates formes en lien avec les clients ou utilisateurs, de créateurs et gestionnaires de logiciels et de logistique et centre de fabrication. Tout n est pas virtuel, et quand on fait un achat par Internet, il faut qu il soit livré, de même les équipements devront toujours être fabriqués, installés et maintenus en état de marche! Revenir au sommaire L absence de négociation salariale depuis de trop nombreuses années et l évolution du SMIC moins lente que celle du point d indice ont considérablement dégradé la situation. Au travers de l action du 15 mai, la CFDT entendait continuer sa lutte contre les idées reçues, à commencer par celle qui voudrait faire passer les fonctionnaires pour des privilégiés : le salaire mensuel de départ d un enseignant après 5 ans d études est de 1800, le supplément familial de traitement pour le 1 er enfant est de 2,29 par mois, l indemnité de travail de nuit (de 21 heures à 6 heures du matin) est de 9,60, les carrières sont souvent ralenties voire bloquées avec le ralentissement des promotions, pour gagner 27 brut de plus, il faut 18 ans à un agent de catégorie C à l échelon le plus bas, un agent sur 5 touche une rémunération proche du SMIC, etc... Face à ce désastre, le gouvernement a décidé, seul, de quelques mesures d urgence en attribuant aux plus bas salaires quelques points d indice supplémentaires pour ne pas stagner en-dessous du SMIC. Le conseiller d Etat Bernard Pêcheur a rendu fin 2013 au 1 er ministre son rapport sur l avenir de la fonction publique. Il dit clairement que l absence de mesures générales sur le pouvoir d achat n est pas tenable, et que la politique salariale ne peut se limiter à des mesures catégorielles ou à de l indemnitaire. A cet égard, la part des primes dans la rémunération, notamment dans certains secteurs de la fonction publique d Etat, est trop élevée, sans que ne s ouvre de négociation sur l intégration de ces primes dans les salaires. Au-delà de la stricte revendication sur les salaires, c est la problématique de la place, de la considération et de la qualité des services publics qui est posée. Dans toutes les villes préfectures de nos départements de Rhône -Alpes, la CFDT a porté ses valeurs le 15 mai, avec une grande visibilité. Le message d une ouverture rapide de discussions notamment salariales- a été fort. La mobilisation sur cet objectif doit se poursuivre. Le numérique! Mais avec quels emplois? Le numérique va faire évoluer les activités économiques et professionnelles, et donc l emploi. La question est de savoir pour quels emplois il faut se former, et quels emplois sont menacés de disparition. Nous sommes dans un monde en mutation de la même façon qu au 19 ème siècle la vapeur, puis l électricité ont fait évoluer l économie avec des périodes de doute quant à l emploi, puis de fort développement. Qu en sera-t-il avec le numérique? La Région est en train de négocier un Contrat de Plan Etat Région sur lequel la Cfdt va donner un avis, il ne s agit pas seulement d équiper la Région de fibre optique. Actuellement, la Cfdt Rhône-Alpes recueille les évolutions en cours, les attentes et les craintes des salariés. Des militants se tiennent à la disposition des syndicats et UD, pour animer un débat sur le sujet d ici à fin août, la Cfdt devant rendre un avis début septembre. N hésitez pas à les solliciter. Trait D union Page 5

6

7 CNC de Mai 2014 : l Union Régionale met l accent sur la réduction des inégalités Le Conseil National Confédéral est une instance décisionnelle de la CFDT qui réunit le BN et des délégations régionales (URI) et fédérales (fédérations). Le CNC de Mai 2014 a abordé plusieurs points : l actualité revendicative, les élections européennes, le congrès confédéral... Pierrick Aillard au titre de l URI Rhône-Alpes est intervenu pou présenter l activité revendicative régionale. Voici son intervention. Bien que modérée, l augmentation du nombre de demandeurs d emploi se poursuit en Région Rhône-Alpes, dans un contexte conjoncturel ou globalement, l activité dans les secteurs de l industrie et des services se maintient. Le recul du nombre de dépôt de bilan s accélère, mais ne se traduit pas encore par une augmentation du nombre d offre d emploi collectées par pôle emploi. Ce panorama global masque des situations sectorielles ou territoriales plus préoccupantes, mobilisant les équipes syndicales pour défendre l emploi et répondre aux attentes des salariés impactés. Les ressources de l interprofessionnel sont aujourd hui repérées par les syndicats pour leur réactivité dans les situations critiques mais aussi dans leur capacité à accompagner les équipes d entreprises pour peser sur les choix stratégiques et opérationnels, par exemple sur l utilisation du Crédit d Impôt Compétitivité Emploi ou la mise en place de la Base de Donnée Unique. Ces ressources sont repérées, connues, mais encore insuffisamment utilisées. En parallèle, la déclinaison des ANI sécurisation de l emploi et formation professionnelle mobilise la CFDT Rhône-Alpes dans le cadre du dialogue social territorial. Il s agit, par exemple concernant le Conseil en Evolution Professionnelle, de se positionner comme un acteur légitime politiquement à définir le cadre de sa mise en place et de garantir son accessibilité pour tous les salariés, articulé aux autres dispositifs existants tels que les Plateformes de Sécurisation des Parcours Professionnels. Il s agit également de renforcer l accompagnement des salariés dans le cadre d une Démarche de Validation des Acquis de l Expérience. C est le sens de la signature en Région d un protocole VAE qui permettra de valoriser ce dispositif auprès des populations ciblées, de renforcer l accompagnement personnalisé, d apporter une aide financière supplémentaire par le conseil régional. Enfin la conférence économique et sociale régionale, qui se déroulera début juin, aura pour objet la déclinaison des accords nationaux et régionaux. Ce travail d ingénierie des dispositifs publics est nécessaire pour rendre accessible, visible et concret à l ensemble des salariés les avancées qu à obtenue par la CFDT. Devant le nombre et la densité des accords à mettre en œuvre en proximité, la question du droit syndical interprofessionnel nécessite d être reposée. Cette priorité à l emploi, la CFDT Rhône-Alpes l a explicitement réaffirmée dans le cadre de son plan de travail 2014, comme elle l a fait de la nécessité de réduire les inégalités. Sur ce sujet aussi les politiques publiques méritent d être interrogées dans leur capacités, par exemple, à répondre à la transformation et l augmentation des situations de pauvreté. Comment ne pas s indigner d une spécificité rhône-alpine ou entre 2008 et 2010 le niveau de vie des 10% des plus pauvres a baissé de 2,2% lorsque celui des 10% les plus riches a progressé de 1,8%? Est-il socialement juste que les jeunes rhônalpins de ans en situation de pauvreté soient 2 fois plus souvent sans activité que l ensemble des jeunes de cette tranche d âge? Ces questions, abordées en Région dans le cadre des Assises Territoriales du Travail Social, renvoient directement à l efficacité des politiques sociales comme aux conditions d exercice du travail social. La CFDT en région, à l issue d un travail préparatoire avec les syndicats et fédérations concernées, a concrètement réaffirmé sa place de 1ere organisation syndicale du secteur. A cette occasion, prenant en compte un contexte budgétaire contraint, nous avons interrogé l empilement et la complexification des dispositifs, et mis en exergue la dégradation des conditions d accompagnement comme la perte de sens dont témoignent les professionnels. Ces constat renvoient directement à l architecture territoriale, support de l intervention sociale, et démontre l insuffisance du dernier acte de décentralisation. C est également à partir d une exigence d efficacité et de cohérence en particulier concernant les politiques sociales, de préservation des solidarités territoriales et de mise en place d espaces de démocratie sociale, que la CFDT Rhône-Alpes appréciera le déploiement des métropoles dont l une, celle de Lyon, constitue par fusion avec le département une spécificité locale. Organisée le 8 avril 2014, ces assises ont naturellement été intégrées dans la semaine nationale d action en direction des agents des fonctions publiques. Démultipliée sur les 8 départements de Rhône-Alpes, cette démarche a consisté à organiser des tournées de service et à rencontrer les agents à leur poste de travail. Equipés de «Une carte, une idée» et des tracts confédéraux, s appuyant sur des autorisations explicites ou tacite des directions, les militants ont investi au total une cinquantaine d établissements scolaires et hospitaliers, directions régionales ou départementales des services de l Etat, locaux municipaux, départementaux et préfectoraux. La constitution de sous-équipes de 2 ou 3 a donné l occasion de croiser les regards, pratiques, expérience et secteurs d origine différents, autant d opportunité d enrichissement mutuel. (Par exemple INTERCO-SGEN dans les écoles, SANTE-INTERCO à la DRJSCS ). Les échanges avec les agents puis le premier dépouillement des cartes idée est venu valider les thèmes de la campagne nationale et enrichir les cahiers revendicatifs locaux. Le questionnaire d évaluation à chaud remis aux militants a permis de mesurer la satisfaction et l intérêt que les militants ont portés à cette initiative en particulier celui de participer à une tournée dans des établissements différents. Pour les syndicats ce fut l occasion d initier une dynamique de campagne et de se rapprocher des sections et militants en dehors des principales implantations Revenir au sommaire Trait D union Page 7

8 et ainsi renforcer le sentiment d appartenance à un projet CFDT plus large (à cette occasion, je me permets de remercier tous les responsables confédéraux (Patrick Pierron), et fédéraux (Brigitte Jumel, Damien Leroux et Yves Letourneux). Le sentiment d appartenance à la CFDT, il en a également été question le 1 er Mai. Il faut admettre qu en raison des vacances scolaires et de l effet pont, ainsi que de la difficulté à obtenir des médias qu ils relaient des initiatives novatrices, nous avons peiné à mobiliser en dehors des militants CFDT. Qu ils aient pris la forme d une projection-échange à partir du film Ligérien sur les 50 ans, d un rassemblement festif, d un cortège urbain d un débat sur l avenir de l Europe, les territoires se sont mobilisés pour organiser un évènement CFDT pour le premier Mai. A cette occasion il nous parait important de signaler certaines expressions militantes souhaitant de nouveau des actions unitaires, même si de nombreux témoignages de satisfaction de militants montrent que la démarcation syndicale peut être assumée. L exemple Genevois, avec une journée Fête du travail qui rassemble chaque année la Société Civile dans toute sa diversité, pourrait constituer une piste de réflexion. L Europe enfin il en a été question lors de plusieurs soirées débats à destination des adhérents. Reconnaissons que selon les lieux, la mobilisation de notre réseau militant a été inégale. Dans les expressions, les militants semblent percevoir l intérêt protecteur de l Europe, argumentant que ce serait pire sans elle et attendent de la construction Européenne qu elle produise des résultats plus concrets. En effet de nombreux adhérents ont une autre ambition pour l Europe, et aspirent à ce que son projet au-delà d une construction économique, produise de réelles politiques de défense, sociales, industrielles, environnementales et fiscales. La défense de l Europe et l appel au vote pour le 25 mai doivent contenir des exemples plus concrets susceptibles d attirer l attention des salariés qui trouvent par ailleurs un discours plus conceptuel ou idéologique. Pour conclure avec deux points d actualité nous souhaitons relayer d une part les interrogations des Conseillers Prud hommes devant la cacophonie gouvernementale sur les élections CPH, mais aussi l impatience des militants CFDT devant l arrivée du Congrès de Marseille, Congrès fortement attendu si l on se réfère à l affluence aux différents débats organisés en proximité. Pour finir cette intervention au dernier CNC de la mandature nous vous souhaitons par avance, ainsi qu à l ensemble de la CFDT, un congrès engagé et constructif. Journée égalité professionnelle et mixité : 16 Mai Journée égalité professionnelle et mixité de la CFDT du 16 mai 2014 Une vingtaine de militant(e)s ont participé(e)s à la journée régionale sur l égalité professionnelle et la mixité de l organisation. Cécile Guillaume, sociologue, a planté le décor dès l ouverture. Les constats présentés par Cécile nous interpellent : Dans les secteurs majoritairement féminins, être un homme permet une meilleure évolution de carrière que les femmes Par contre, la venue des femmes dans les secteurs majoritairement masculins est souvent perçue comme une menace, ne facilitant pas la carrière des femmes alors qu elles permettent le plus souvent de réinterroger le travail. Nous voilà donc «victimes» des représentations sur les hommes et les femmes. Au-delà des difficultés rencontrées par les femmes en milieu professionnel. Cécile a également développé les problématiques rencontrées par les femmes au sein du syndicalisme, le présentant comme un des derniers bastions virils. Malgré l instauration des quotas dans la plupart de nos instances, la place des femmes demeure encore un combat. Les femmes sont encore sur-sélectionnées, surqualifiées mais aussi sur-jugées par leurs pairs, car elles se retrouvent à devoir prouver leurs compétences plus souvent mises à l épreuve que celles des hommes. Lors de cette journée, les militant(e)s ont pu à la fois travailler avec ARAVIS sur les problématiques d entreprises et d administrations en atelier, mais aussi avec Dominique MARCHAL, Déléguée Femme confédérale sur la mise en place du plan mixité. Nous aurons l occasion d approfondir ces questions dans les mois à venir, en proposant entre autre aux SSE de se former à la négociation éga-pro! Revenir au sommaire Trait D union Page 8

9

10

11

12 Pauvreté en Rhône-Alpes, comprendre pour agir Le Bureau Régional a décidé de faire de la lutte contre les inégalités une des trois priorités Bien que légèrement inférieur à la moyenne nationale, le taux de pauvreté en Région Rhône-Alpes (défini comme la part des individus vivant avec moins de 60 % du revenu médian national) atteint 12,3 %, soit 2 points de moins qu'en métropole et en France de province. Le tableau ci-dessous donne le détail du niveau de pauvreté par département en Rhône-Alpes en Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute- Savoie Rhône- Alpes France métropolitaine Taux de pauvreté à 60 % 11,0 14,8 15,4 11,3 14,4 13,1 10,3 9,6 12,4 14,3 Taux de pauvreté à 50 % 6,0 8,1 8,3 6,0 7,6 7,3 5,3 5,6 6,7 7,9 Taux de pauvreté à 40 % 3,1 3,5 3,5 2,4 3,1 2,9 2,3 2,8 2,9 3,2 Intensité de la pauvreté 19,4 18,9 18,7 18,3 18,0 19,5 17,6 21,0 19,0 19,5 Niveau de vie médian des personnes sous le seuil de pauvreté (en euros) Champ : ménages fiscaux (hors ménages en communauté et sans abri) dont le revenu déclaré est positif ou nul Source : Insee, Revenus disponibles localisés. Derrière ces chiffres, se cachent des réalités diverses. Des situations de pauvreté «relatives» concernent les individus ne pouvant pas disposer des biens auxquels ils devraient avoir «normalement» accès, ou de pauvreté «absolue», lorsqu un individu n est pas capable de subvenir à ses besoins primaires. Dans les 2 cas, et de nombreuses études le démontrent, l accès aux soins, au logement, à l énergie mais également à la culture, la formation, aux nouvelles technologies, voir à la justice est altéré. Si à l évidence, le sort des pauvres est différent de celui des exclus du XIXe siècle en raison des dispositifs d aide sociale, la fracture s accroit sur les 20 dernières années, entre ceux qui ont un emploi rémunérateur et ceux qui en sont exclus. Cela participe à une radicalisation de la pauvreté : Les carrières sont plus courtes (le premier emploi stable arrive plus tardivement et la sortie est de plus en plus prématurée) Une détérioration de la qualité des contrats de travail est relevée, en particulier pour les moins qualifiés, ceux ayant par ailleurs le moins accès à la formation Le travail ne protège plus de la pauvreté puisque personnes en Rhône-alpes se trouvent aujourd hui en situation de pauvreté laborieuse Alors que la pauvreté des personnes âgées a globalement poursuivi son recul ces 20 dernières années, les ruptures de parcours conduisent à un raccourcissement des carrières réelles. Cela fait émerger une nouvelle pauvreté. Les seniors, qui ne sont ni en emploi, ni dispensés de recherche d emploi, sont insuffisamment indemnisés et auront une retraite amputée. Les ménages doivent faire face à des dépenses incompressibles, qui sont en forte augmentation (logement, énergie, transport ) Le regard que la société porte sur les personnes en difficulté a considérablement évolué, entrainant des formes de discriminations. Enfin les moins de 25 ans, peu touchés par les dispositifs de lutte contre la pauvreté, restent à la charge de leur famille. Cela concourt à une forme de reproduction sociale. Autrement dit, 5 transformation majeures de la pauvreté se dégagent : Elle a rajeunit (en quarante ans le taux de pauvreté a doublé pour les moins de 25 ans et a été divisé par 2 pour les plus de 65 ans), Elle s est déplacée des familles nombreuses vers les familles monoparentales. Elle touche également les actifs (travailleurs pauvres), Elle est mieux prise en charge par la protection sociale et l Etat providence, Enfin elle s est urbanisée (les 100 plus grandes villes rassemblent en % de la population vivant en France et 33% des pauvres). Parmi l ensemble de ces éléments deux évolutions suscitent l indignation. D une part en ces années de crise, les inégalités de revenus se sont creusées en Rhône-Alpes comme dans le reste de la France. Entre 2008 et 2010, le niveau de vie des 10 % les plus pauvres a reculé de 2,2 %, tandis que celui des 10 % les plus riches a progressé de 1,8 %. Cet enrichissement des fractions les plus aisées distingue nettement Rhône-Alpes de l'ensemble de la France de province, où la hausse est nettement plus faible (+ 0,4 % seulement). Une distribution plus inégalitaire des salaires, l augmentation soutenue de la part allouée aux dividendes et certaines orientations de la politique fiscale l expliquent en partie. D autre part l augmentation et le nombre d enfants au sein d une famille à bas revenus ( en Rhône-Alpes) et le fait qu un enfant sur trois vive dans une famille percevant l Allocation Adulte Handicapé ou le Revenu de Solidarité Active. Les jeunes Rhônalpins de ans en situation de pauvreté sont 2 fois plus souvent sans activité que l ensemble des jeunes de cette tranche d âge. Revenir au sommaire Trait D union Page 12

13 Dans ce contexte comment s en tenir au statu quo ou prétendre que la défense des acquis contribuerait en elle même à faire reculer la pauvreté? La lutte contre les exclusions relève d abord d une approche transversale. Cela donne sens à l engagement de la CFDT pour améliorer la situation des jeunes (ANI jeunes), et agir pour la sécurisation de l emploi, la qualité de vie au travail, la formation professionnelle. En région la signature de l accord sur l accompagnement de la Validation des Acquis de l Expérience s inscrit dans cette dynamique avec comme objectif de valoriser ce dispositif auprès des populations ciblées, de renforcer l accompagnement personnalisé, d apporter une aide financière supplémentaire par le conseil régional. En parallèle et souvent avec d autres (ATD Quart monde, Secours Catholique, Secours Populaire, Mission Régionale d Information sur l Exclusion ), la CFDT s engage dans des démarches spécifiques pour lutter contre la pauvreté et soutenir la mise en œuvre des différents volets du plan pauvreté porté par François Chéreque au titre de l IGAS. A titre d exemple en région la CFDT Rhône-Alpes s est impliquée aux cotés de l Agence Nationale de Lutte contre l Illettrisme dans le cadre du projet Maëlle puis à l occasion de l année de Grande cause Nationale. In fine sur ce sujet c est bien dans les entreprises, à partir d une approche sur les compétences clefs, que les salariés pourront bénéficier de dispositifs de promotions professionnelles construits à partir des revendications des militants CFDT. Complémentarité Interpro/ Multipro Ces questions, abordées en Région dans le cadre des Assises Territoriales du Travail Social, renvoient directement à l efficacité des politiques publiques, comme aux conditions d exercice de ce travail social. La CFDT en région, à l issue d un travail préparatoire avec les syndicats et fédérations concernées, a concrètement réaffirmé sa place de 1 ère organisation syndicale dans ce secteur. A cette occasion, prenant en compte un contexte budgétaire contraint, nous avons interrogé l empilement et la complexification des dispositifs, et mis en exergue la dégradation des conditions d accompagnement comme la perte de sens dont témoignent les professionnels. Ces constats renvoient directement à l architecture territoriale, support de l intervention sociale, et démontre l insuffisance de la loi MAPAM (modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles). C est donc aussi et à partir d une exigence d efficacité et de cohérence, en particulier concernant les politiques sociales, de préservation des solidarités territoriales, de mise en place d espaces de démocratie sociale, que la CFDT Rhône-Alpes appréciera le déploiement des métropoles en région. L essor des riches : Thierry PECH dans Les inégalités en France, Alternatives économiques Hors-série n 56, septembre 2012 pp 30 à 31. La pauvreté qui se radicalise : Effet de la crise ou conséquence d une lente évolution? Bernard SCHRIKE dans Dossier annuel 2012 de la MRIE pp 25 à 27. La pauvreté est un miroir aux multiples reflets : Julien DAMON dans La revue CFDT N 1, septembre-octobre 2013, pp 8 à 15. Bonjour, Le C2R est une association de la CFDT Rhône-Alpes. Sa finalité est d ouvrir le champ de réflexion à partir d action concrètes et innovantes, toujours en lien avec les problématiques du travail. En adhérant à l association C2R, les syndicats, Unions de syndicats peuvent participer aux moments de restitution de ses travaux et bénéficier des services du C2R à un tarif préférentiel. Tout adhérent bénéficie aussi de l information «C2R News», comportant plusieurs rubriques comme : conseil de lecture, actualité du C2R, points d information sur le management, l organisation du travail, les travaux scientifiques En espérant que vous serez nombreux à nous rejoindre et nous soutenir, à participer activement à nos travaux, je vous adresse mes meilleures et plus sincères salutations Elisabeth Le Gac Présidente Syndicat :... Nom du responsable :... Coordonnées : Adresse :... Téléphone :... Mail :... (facultatif) Personne à inscrire dans le réseau «Échange de pratiques et/ou résolution de problème» :... Je souscris une adhésion au C2R pour l année 2014 et je joins la somme de : Autres : Signature et cachet Revenir au sommaire Trait D union Page 13

14

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com L essentiel Sommaire : Bulletin d information de l Union Départementale de la CGT Oise n 67 du0 décembre 0 Page : Edito Page et : Plan de Formation UD et UL Page à 7 : Descriptifs des Formations Page 8:

Plus en détail

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches?

Le Syndicat National de la Banque et du crédit. en partenariat avec le. l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Le Syndicat National de la Banque et du crédit en partenariat avec le des acquis Vdealidation l expérience (VAE) Pour qui? Quand? Quelles démarches? Sommaire Sommaire Qu est-ce que la VAE? Qu est-ce que

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt Chère Collègue, Cher Collègue, Vous allez prendre votre retraite à la rentrée prochaine. Une décision pas toujours facile à prendre mais l espoir d une nouvelle vie qui commence. Permettez-nous en tout

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN ACCORD SIGNE LE 12/09/2005 PAR LES SYNDICATS CFDT, CFTCAM CFTC, SNECA CGC, FNSF CGT, FO. ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN Entre les soussignés : La CAISSE

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

SECRETARIAT GENERAL CONGRES CFDT 2014

SECRETARIAT GENERAL CONGRES CFDT 2014 SECRETARIAT GENERAL CONGRES CFDT 2014 Intervention de la Fédération sur le rapport d activité Marseille, le 2 juin 2014 A la lecture du rapport, ces quatre années passées peuvent donner le tournis, tant

Plus en détail

Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc. Les points majeurs de la réforme de la formation professionnelle

Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc. Les points majeurs de la réforme de la formation professionnelle Présentation réforme FPC par Alain Hellard, Opcalia Martinique Explication de l ANI du 4/2/203 et ses implications Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc Les points majeurs de la réforme de

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA

et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA et vous Brochure d information à l usage des nouveaux bénéficiaires du RSA Le revenu de solidarité active est une mission majeure du Conseil général des Hauts-de-Seine Le RSA? Le RSA a été créé pour vous

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre Plan d urgence pour l emploi Propositions à débattre Avant propos : Ce document est un document de travail. Il vise à formuler un projet de plan d action structuré en faveur de la création d emplois. Il

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les directions juridiques pour développer de nouvelles compétences professionnelles

Plus en détail

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ!

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! 2 ÉLECTIONS TPE 2012 : un scrutin sur sigle aux enjeux forts Contexte et enjeux Les élections TPE sont la 3 ème étape de

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail