TITRE DE LA COMMUNICATION :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TITRE DE LA COMMUNICATION :"

Transcription

1 Université Blaise Pascal ESPE Clermont - Auvergne Observatoire des représentations du développement durable TITRE DE LA COMMUNICATION : Le conte musical, trait d union entre transmission et héritage d un patrimoine local Auteurs : Marie-Noëlle BASMAISON et Maryvonne GIRARDIN Document de recherche n 7 Octobre

2 Préambule Samedi 11 août 2012, 12h30, nous sommes installés à une table dans un des restaurants les plus emblématiques du Cézallier : la Cabane, à St Alyre ès Montagne, une ferme au milieu de nulle part, au pied des éoliennes qui tranchent de leurs rotations régulières la chape de plomb qui recouvre ce jour l immensité des paysages sauvages de ce rugueux plateau volcanique, un endroit où on ne vient pas par hasard. D ailleurs, le restaurant, qui ne semble pas en être un au premier abord, dire que le cadre est champêtre est un euphémisme!, ne fonctionne que par le bouche à oreille, mais est toujours bondé, été comme hiver. Sans réservation, il n est pas la peine de passer le seuil. Nous étions en train de déguster un plat de savoureuses cuisses de grenouilles qui, si elles font la réputation de l établissement, n ont jamais dû, malheureusement, coasser sur le Cézallier, quand fait irruption dans la salle une bande de joyeux drilles, une douzaine de garçons et filles de 20 ans, pour ce qu on appelait dans nos campagnes il y a encore quelques années, «la tournée des conscrits». Nous sommes surpris, nous pensions que cette tradition-là s était perdue avec l exode rural. Mais là n était pas la plus grosse surprise, et c est surtout celle-là qui a fait sensation dans le restaurant rempli pour moitié de locaux et pour moitié de touristes bien informés, c est qu une jeune demoiselle, portant haut ses 20 printemps, ouvrait la marche en jouant de l accordéon, un Maugein, évidemment, il faut bien faire travailler le voisin corrézien dont la réputation a depuis longtemps dépassé les frontières. L assemblée s émerveillait de la virtuosité de la jeune artiste et l enthousiasme fut à son comble quand elle entreprit de jouer un «Brise-pieds» endiablé, dont ses compagnons s empressèrent de faire une démonstration au milieu des convives qui scandaient en tapant des mains, enchantés par ce spectacle improvisé. Puis tous ces jeunes gens se retrouvèrent au bar, à côté de notre table, pour se désaltérer. J en profitais pour interpeler la jeune accordéoniste. Et là, je regrettais amèrement de ne pas avoir sur moi mon dictaphone magique pour garder une trace de cet entretien aussi passionnant qu édifiant. La quasi-totalité des jeunes présents venaient de villages voisins, Mazoires ou Auzolle, communes désertées au cours des années, plus d école, plus de commerce Et pourtant l attachement de ces jeunes à leur territoire est touchant. Lise la musicienne a eu un parcours atypique : petite-fille d accordéoniste, elle avait décidé, depuis toute petite, que ce serait son instrument. Et son parcours a été semé d embûches : pourquoi une jeune fille comme elle 2

3 voulait-elle jouer de cet instrument «ringard» qu est l accordéon? Elle s est vu fermer les portes de prestigieuses écoles dont une particulièrement dont elle a cité le directeur «Moi vivant, aucun accordéon ne rentrera dans mon établissement!» Quel mépris pour cet instrument dit «populaire»! Mais elle s est entêtée, soutenu par le grand-père d Auzolle qui lui disait que son accordéon pouvait remplacer un orchestre complet, lui qui continue à animer, à lui tout seul, des petits bals sur tout le Cézallier. Elle a rencontré des gens de l AMTA, l Agence des Musiques des Territoires en Auvergne, qui l ont encouragée dans sa démarche. Elle est actuellement au conservatoire à Montpellier, elle donne des concerts d accordéon classique, et sitôt revenu le temps des vacances, elle rentre vite dans «son» Auvergne, sur «son» Cézallier, jouer avec «son» Maugein des airs traditionnels pour faire danser les gens. Le regard est brillant quand elle nous parle de son territoire. Elle nous dit avoir présenté, pour son cursus scolaire à Montpellier, un mémoire sur les musiques traditionnelles de son coin d Auvergne. Elle a promis de nous l envoyer par mail, vibrant témoignage de son attachement et de sa volonté à revenir pour animer ce pays qui lui est cher Nous avons discuté de l avenir du pays, elle nous a parlé de la fermeture du collège d Ardes, des fermetures de classes, voire même d école comme celle d Anzat le Luguet, qui était à l ordre du jour de la dernière carte scolaire. - Avec pour conséquences, pour les élèves restants, la perspective d une heure de trajet, matin et soir pour rallier l école la plus proche, sans parler des risques que représente, en hiver, la circulation sur les petites routes de montagne... - Elle nous a parlé aussi de la difficulté de rester au pays avec des exploitations agricoles qui ne suffisent plus pour nourrir plusieurs familles, comme c était le cas «avant», des gens qui s accrochent pourtant et qui veulent à tout prix trouver des solutions pour que vive ce territoire qui semble bien oublié des dieux et des hommes... 3

4 Introduction Cette rencontre fortuite venait à point nommé pour alimenter notre réflexion sur les conditions favorables pour qu un projet pédagogique d éducation au développement durable puisse aboutir à la construction d un rapport pérenne au patrimoine local proche. Si le Rapport de la Commission mondiale sur l environnement et le développement de l ONU, présidée par Madame Harlem Brundtland, paru en Avril 1987, fait aujourd hui référence quant à la définition qui en est donnée du développement durable : «Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.», le concept d «état d harmonie entre les êtres humains, et entre l homme et la nature» défini par la CMED en 1988, donne le ton d une visée anthropocentrée déclinée par Sébastien et Brodagh. (Sébastien et Brodagh, 2004) Dans notre première partie, en prenant comme base de départ de notre recherche le Développement territorial, nous avons fait le choix d une approche socio-centrée. Nous en avons étudié les enjeux en termes de croissance et de développement, mais aussi en termes d identité territoriale. Nous avons mesuré les enjeux culturels, par la lecture des textes fondateurs de l UNESCO et de l Agenda 21 de la culture, mais aussi celle d auteurs référencés ayant développé des argumentaires en faveur de la dimension sociale, comme Auclair, Jeudy, Béghain, Sébastien et Brodagh, Hawkes, Lucas, certains allant même jusqu à défendre la nécessité de concevoir un 4 ème pilier culturel pour donner une place de premier plan au lien social. Concevoir une action dans ce but, c est précisément un des objectifs de l AMTA qui propose dans son projet d aider les habitants à s ancrer dans le territoire, qu ils soient natifs ou primoarrivants. Avec les élus des territoires, ils ont monté un projet intitulé «Partageons le Cézallier» dont nous présentons les intentions. L idée de la création d un conte musical émane directement de ce projet. L objectif premier était de capter les enfants des écoles du territoire sur un projet multi-partenarial et fédérateur. Le conte, conçu comme une «rencontre entre nature intérieure et nature extérieure» (Bischoff, 2010) est un vecteur de transmission de choix. «Les contes ont ce pouvoir de 4

5 toucher en nous simultanément plusieurs registres, de réactiver notre inconscient, de stimuler la mémoire de nos oublis, de susciter un autre regard, une autre écoute, d être porteurs d énergie créatrice.» (Salomé, 2010) Le conte constitue aussi un lien particulier entre culture et éducation. Nous avons pu nous imprégner des travaux de Bruner, Dalongeville et Huber, Fabre ou encore Meirieu, sur la culture comme moyen d entrer dans l éducation, de l aborder sous l angle de la résolution de situations-problèmes ou encore sur la notion de transmission. Mérini et Bruxelle nous ont permis d envisager le partenariat comme une des conditions favorables à la consolidation de ce lien. Le milieu scolaire étant soumis à des contraintes normatives, nous avons été amenées à considérer quelle place était réservée à notre sujet d étude dans les Instructions officielles. Depuis 2004, l Éducation au développement durable figure dans les programmes officiels de l école, et malgré une généralisation très progressive, elle peine à prendre une place de choix dans les programmations des enseignants, qui visent davantage encore trop souvent des acquisitions de connaissances quand les didacticiens s accordent à privilégier les compétences. Les représentations sont encore trop parasitées par le flou des limites de l interdisciplinarité, de la transdisciplinarité, de la transversalité et de leur complexité. Nous avons étudié aussi les interrogations de Pellaud : «Éduquer au développement durable, les termes semblent à la mode, mais ont-ils encore du sens?» (Pellaud, 2011), et le développement des «quatre types de savoirs» (Giordan-Pellaud, 2001), savoir-être, savoirfaire, savoirs et méta-savoirs, autant de compétences que l on retrouve dans l EDD. Dans notre deuxième partie, notre méthodologie de recherche s est orientée sur le travail qui a été mené dans les écoles du Cézallier, avec le partenariat de l AMTA, du PNRVA, des Communautés de Communes d Ardes et du Cézallier (côté Cantal). Pour le recueil de données, nous avons fait le choix d entretiens semi-directifs, avec des critères tels que définis par Blanchet A., Ghiglione B. et al. (1987, pp84-85) (cité dans le cours de Carine Simar pour le DU FF EDD). Nous avons élaboré une grille d entretien (L.Festinger et D. Katz, 1959). Nous avons mené une dizaine d entretiens auprès des différents acteurs du territoire, enseignants, élèves, intervenants, permanent d Ardes Communauté, parents, élus 5

6 Après avoir retranscrit les entretiens, nous les avons passés au crible d une grille analytique que nous avons élaborée en tenant compte des conditions favorables dégagées dans notre cadre théorique. Pour information, nous avons mis en notes de bas de page toutes les correspondances entre notre cadre théorique et la grille-outil élaborée pour l analyse des données. L analyse quantitative des indicateurs retenus, puis la synthèse de ce travail nous permettrons d établir une conclusion quant à notre problématique et d envisager des points de vigilance que nous proposons de définir en vue de les communiquer aux acteurs du projet. Tableau de la classe de CE d Ardes sur Couze, dessin à main levée de Christian Laurent suite à la demande des enfants «Le Cézallier, qu est-ce que c est?» 6

7 PARTIE 1 De la culture et du patrimoine à l EDD 1-1 Culture, patrimoine et transmission Le développement territorial Croissance et développement Baudelle, Guy et Mérenne-Schoumaker (2011) s attachent à définir, dans un contexte européen, ce grand concept, largement mis en avant depuis les années Dans un premier temps, il est nécessaire de pointer la différence entre croissance et développement : La notion de croissance : En économie, la croissance est «l augmentation soutenue, durant une certaine durée, d un indicateur de dimension, généralement le PIB, Produit Intérieur brut, lui-même défini comme la somme des valeurs ajoutées produites par toutes les entreprises. La croissance est matérielle et quantitative. Elle traduit un fait simple : les besoins sont satisfaits par les biens». (cité par Arnaud Diemer, classe virtuelle du 6/10/2011 DU FF EDD-IUFM d Auvergne). La notion de développement : Le développement implique une transformation sociale et culturelle : l indicateur synthétique utilisé à l échelle internationale est l IDH, indice de développement humain introduit par le PNUD, Programme des Nations Unies pour le Développement dans son «Rapport mondial pour le développement humain», Celui-ci a été construit à partir de 3 indicateurs simples : l espérance de vie à la naissance (état de santé et nutritionnel), le taux d alphabétisation des adultes (niveau d éducation) et le PIB par habitant ajusté en fonction du pouvoir d achat (indicateur du niveau de vie). Théories et modèles de développement : Bajoit (2005) compare, dans sa grille des modèles du développement, les cinq grandes approches du développement qui se sont succédées depuis 1960, à savoir modernisation, révolution, compétition, démocratie et identité culturelle ainsi que leurs critères : cause, définition, que faire, qui, coopérer. Dans notre étude de cas, nous nous intéresserons plus spécifiquement au modèle de l identité culturelle. Bajoit le définit comme «un nouveau paradigme qui se fonde sur l idée qu une politique de développement ne peut être unilatéralement appliquée à tous les pays, «par le 7

8 haut» ; elle implique une relative autonomie locale et la mobilisation des différents acteurs du changement (société civile, investisseurs, État ). Ce qui la rapproche beaucoup des principes fondateurs du développement local et territorial dans les pays développés» Territoire et identité territoriale Le mot territoire induit différentes acceptions : «Aire d extension d un phénomène, espace d enjeux sociaux, portion de la surface terrestre délimitée par une collectivité humaine et aménagée en fonction des besoins de celle-ci, lieu de vie d un groupe social» et à différentes échelles (locale, mondiale ). L origine du mot est double, à la fois juridique et éthologique.. Il provient du latin territorium, dérivé de terra : morceau de terre approprié, en français : terroir-territoire. Celuici a pris un sens juridique dès l époque moderne avec les idées de domination liée au pouvoir du prince, d aire dominée par un contrôle des limites matérialisées par des frontières. Après les travaux des éthologues en 1920, qui étudient les animaux dans leur milieu naturel, territoire devient un espace dominé par une société animale. Puis le terme a été transféré à l anthropologie, la psychologie puis la sociologie et enfin à l étude des groupes sociologiques «normés» et aux travaux géographiques où «l on présuppose comme en éthologie qu il n existe pas de comportements sociaux sans territoire». (Baudelle, Guy et Mérenne-Schoumaker, 2011) Définition opératoire en géographie sociale : un territoire est un espace approprié par un groupe social avec un sentiment d appartenance ou conscience de son appropriation : souvent un espace aménagé par ce groupe ainsi qu un espace d identité. (Brunet, Ferras et Théry, 2009) Trois points de vue différents d analyse du territoire sont proposés par les géographes : o existentiel : une entité-identité traduite par son nom. Cette facette est «forgée par le groupe qui donne du territoire à l extérieur une vision globale, par ses revendications territoriales, par l affirmation d un sentiment d appartenance et par l unité de fonctionnement qu il lui confère». o physique ou configurations territoriales. «Un ensemble de lieux qui possèdent des propriété naturelles et matérielles». Le Cézallier répond à cette 1 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateur D1-i1 8

9 définition. Ce sont les géographes qui ont nommé ce territoire selon ses caractéristiques physiques. Cependant ; l entité Cézallier n a pas de résonnance au sein de la population. o organisationnel par l identification d acteurs et leurs rôles spécifiques, les échanges d informations et processus décisionnels qui permettent la compréhension du fonctionnement de celui-ci. Cependant la notion d évolution des territoires permet d aborder les dynamiques territoriales. (Le Berre, 1995, cité par Baudelle, Guy et Mérenne-Schoumaker, 2011, p.17) Concernant la notion d espace d identité évoquée par Brunet, Ferras et Théry, 2009, cidessus, nous nous attacherons à observer dans notre étude de cas de voir si des caractéristiques de l espace local ont été spontanément intégrées par les enfants dans leur histoire. 2 Ce qui pourrait confirmer le point de vue existentiel de l analyse du territoire faite par les géographes Finalités et enjeux du développement territorial Des territoires attractifs et compétitifs : «L élément crucial pour toute politique de développement réside dans la construction d une vision partagée du futur, bien ancrée dans les spécificités et les vocations de l économie locale : un plan d action collective et de coopération entre public et privé, une démarche stratégique qui puisse maximiser les synergies locales et valoriser le rôle de chaque acteur». (Baudelle, Guy et Mérenne-Schoumaker, 2011) La valorisation des ressources territoriales : Le terme de ressources a évolué au cours du temps. Nous parlions tout d abord de ressources naturelles potentialités du milieu physique (sous-sol, sol, eau, flore, faune). En 1980, les ressources humaines ont caractérisé «la force de travail ou personnel d une entreprise». Utilisée depuis moins de dix ans, l expression ressources territoriales signifie «les potentialités d un milieu que les acteurs peuvent activer pour en faire des richesse». (Gumuchian et al., 2004) Les ressources territoriales comprennent les ressources matérielles mais aussi immatérielles. Ainsi, selon Benko et Lipietz, (1992) «Dans les régions qui gagnent, ces facteurs intangibles comme le savoir chercher, la capacité d innover, la sécurité et la «rassurance» la maîtrise 2 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateur D2-i2 9

10 des technologies, l ouverture à la nouveauté le cadre de vie, la capacité d accueil sont plus importants que les facteurs tangibles tels les ressources naturelles, les voies de communication, les terrains et les bâtiments disponibles, les aides financières et fiscales [ ]». «Les ressources territoriales sont le résultat d acquisitions progressives basées sur des coopérations, des complémentarités et des spécialisations». Le rôle majeur des acteurs du territoire : Les ressources résultant de savoirs et savoirs faire, le rôle des acteurs du territoire et les relations entre eux sont primordiaux pour le développement et conditionnent une vision partagée nécessaire à ce dernier. Les relations que les acteurs entretiennent entre eux ou les relations entre dirigeants et dirigés sont dénommées gouvernance. En termes de développement territorial, selon la DIACT (2008), trois thèmes sont plus spécifiquement concernés par cette problématique : - rapports entre pouvoirs locaux et société civile - conditions de partenariat entre privé et public - participation des citoyens à l action publique par l intermédiaire de la consultation ou concertation. Combinaison des finalités économiques, sociales et environnementales : Le développement territorial, relevant du développement durable, s articule autour des 3 dimensions : - économique en valorisant les spécificités du territoire mais en envisageant une meilleure répartition - environnementale en valorisant l environnement spécifique tout en le préservant et renouvelant les ressources naturelles et patrimoniales - sociale, en visant une meilleure prise en compte des besoins des populations et le développement d une cohésion sociale 10

11 Intervention sur les structures spatiales Développer un territoire, c est «chercher à modifier les structures spatiales pour en améliorer son fonctionnement». Six facteurs nouveaux pour un développement territorial (Mérenne-Schoumaker, 2007, cité par Baudelle, Guy et Mérenne-Schoumaker, 2011) : - L innovation - La formation : pas de développement territorial sans une population bien formée, à l école, dans les familles, association, tout au long de la vie. - L insertion dans les réseaux - L identité territoriale : un ensemble de valeurs partagées et ressources ainsi qu une fierté d être ensemble pour le faire ensemble. Elle se construit souvent sur des ressources territoriales banales «mais qui par leur combinaison et la volonté des partenaires deviennent spécifiques dans un cadre spatial bien déterminé» 3. Se pose cependant la question du territoire pertinent : une masse d acteurs critique ou une superficie suffisante. Notamment comment initier un changement quand les acteurs sont peu nombreux? Le développement implique un projet cohérent porté tout au long de l année, articulant différentes ressources et de multiples acteurs. Une autre vision de l identité territoriale (Baudelle, Guy et Mérenne-Schoumaker, 2011), «[ ] avec la puissance de la mondialisation, on observe un mouvement idéologique de recherche de ce qui fait communauté», le lien social territorial, autrefois imposé, prend une acception plus revendicative et dans certains cas va soutenir l orientation du développement territorial» (exemple de la Bretagne) - La gestion stratégique - La gouvernance Ces facteurs sont combinés dans deux macro-facteurs : les compétences et l intelligence territoriale. En conclusion, une proposition de définition pour développement territorial : «un processus volontariste cherchant à accroître la compétitivité des territoires en impliquant les acteurs dans le cadre d actions concertées, généralement transversales et souvent à forte dimension spatiale». 3 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateur D1-i1 11

12 Revenir vers les territoires Pour compléter cette approche territoriale, nous nous sommes intéressées aux propositions d Auclair (2011). Partant du postulat que la crise actuelle, aussi bien écologique qu économique, met en péril le concept même de développement durable, Auclair appuie son analyse sur une des typologies données par un certain nombre d économistes et de sociologues aux diverses approches, qui est caractérisée par une «rupture dite révolutionnaire», à laquelle adhèrent notamment les partisans de la décroissance. Sa réflexion s est portée sur trois volets : - Comment des questionnements sur l avenir de la société actuelle peuvent conduire à des réflexions d ordre culturel - Quelle évolution pour la culture, notamment en relation avec le développement des territoires - Quelle spécificité des projets culturels en vogue actuellement Sa première interrogation concerne l avenir de la société, de nos sociétés, dans le contexte de crise actuelle. Elle rappelle qu à l origine, la culture était exclue des textes fixant le cadre du développement durable, concentré sur des enjeux économiques prédominants et une focalisation sur les problèmes environnementaux qui conduisaient à un désintérêt pour le pilier social, qui s en trouvait de fait fragilisé. Mais la crise a eu comme effet positif de recentrer l intérêt des économistes, des philosophes et des sociologues sur la question sociale. «Nous ne devons plus continuer sur la route du développement. Il nous faut changer de voie, il nous faut un nouveau commencement.» (Morin, 2007, cité par Auclair, 2011) Cette remise en cause, vingt ans après la parution du rapport Brundtland, exacerbe le malaise existant entre les bonnes intentions, et la retenue évidente de nombreux pays à s approprier et à mettre en place les préceptes énoncés. Dans le sillage de l économiste Nicholas Geogescu- Roegen, qui dénonçait la notion de croissance dès 1971, les théoriciens de la décroissance, comme l économiste Serge Latouche ou le philosophe Dominique Bourg ont mis en garde contre des choix de gouvernance encore beaucoup trop axés sur une logique de «développement», terme ambigu cachant de nombreuses acceptions, souvent contradictoires. «Il nous faut renoncer à cette course folle vers une consommation toujours accrue [ ] Il s agit d une véritable décolonisation de notre imaginaire [ ].» (Latouche, 2004, cité par Auclair, 2011) Le rapport Stiglitz (2009) préconise l adoption d indicateurs prenant en compte le progrès social et le bien-être des individus, allant au-delà d indicateurs purement quantitatifs tels que 12

13 le PIB. Auclair cite plusieurs exemples d initiatives locales ayant pour objectif la mise en place de ces principes et valeurs. Elle décrit notamment les concepts, mis en place à certains endroits, baptisés Cittaslow et Slowfood, visant à redonner une certaine qualité de vie aux habitants en mettant en place une démarche de «mise en valeur de toutes les richesses du territoire, qu elles soient alimentaires, culturelles ou patrimoniales» et en cherchant à établir des relations plus conviviales entre tous les acteurs du territoire. «Le principe partagé par toutes ces expériences conduit à développer des projets en valorisant le niveau local et les notions de proximité, tout en évitant les pièges de l autarcie, de l enfermement et des tentations passéistes.» (Auclair, 2011) Theys a aussi développé l idée de la prise en compte de la dimension sociale de l approche territoriale, en faisant du territoire la «brique de base» du développement durable. (Theys, 2002) 4 Si le terme de diversité culturelle est associé à la diversité des productions, on assiste à un autre type de débat bien franco-français, sur les différences opposant culturel et socio-culturel. À ce débat vient s ajouter la difficulté d articuler les politiques culturelles publiques et les «industries culturelles». «Lorsque l on évoque «la culture» en France, on pense fréquemment aux politiques culturelles menées par le Ministère de la culture et par les collectivités locales. Or celles-ci se sont davantage centrées jusqu à présent sur le développement des pratiques artistiques et la protection des patrimoines, que sur la promotion de la culture au sens large.» (Auclair, 2011). Si d aucuns estiment que la culture en France est en crise, d autres au contraire défendent sa bonne santé, en s appuyant sur le foisonnement de projets mis en place sur l ensemble du territoire, avec des déclinaisons locales riches et variées. On constate l émergence de nouvelles pratiques qui veulent se démarquer de politiques centrées sur une logique unilatérale et descendante d offre artistique et culturelle. Au niveau des collectivités territoriales, dont beaucoup se sont engagées, suite à la loi de décentralisation, dans une promotion des actions culturelles, on assiste encore à une prédominance du volet économique, la culture étant conçue comme un vecteur de croissance 4 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateur D3-i3 13

14 économique (emplois culturels, industries créatives, tourisme culturel ). Le développement culturel est vu comme un moyen de favoriser l attractivité du territoire. On est passé d une vision d offre descendante à une démarche plus globale mais aussi plus territorialisée, avec des acteurs clairement identifiés, mais l action est encore timide et peu généralisée. 5 Des artistes et porteurs de projets culturels utilisent le territoire comme support de projets et donnent ainsi aux habitants la possibilité de participer, de s exprimer. Mais deux écueils se présentent : - Monter des spectacles ou des expositions, par opportunisme financier - «Donner à la population l occasion de s exprimer, ou recueillir la parole des habitants afin de travailler sur «ce matériau» pour créer un spectacle, est-ce suffisant pour parler de participation des habitants?» (Auclair, 2010) Ces deux cas de figure viennent s ajouter à nos conditions favorables ou défavorables. L interrogation d Auclair interpelle et pourrait même être considérée comme une QSV Enjeux culturels et rétrospective Textes de référence Trois documents ont permis de poser le cadre légitime de notre réflexion : La déclaration de Johannesburg de 2002, basée sur Diversité culturelle, DD et EDD UNESCO : «La richesse de notre diversité ( ) est notre force collective.» L humanité vit partout dans le monde, à l exception de l Antarctique, depuis des siècles. En travaillant et vivant ensemble, un groupe humain crée une culture qui lui est propre. Les cultures du monde forment une mosaïque riche et variée. Cette diversité culturelle multiplie les choix, nourrit un éventail de compétences, de valeurs humaines et de visions du monde et tire du passé la sagesse nécessaire pour éclairer l avenir. La diversité culturelle est le ressort central du développement durable des individus, des communautés et des pays. Une approche mondiale efficace du développement durable et de l EDD passe donc par le respect, la protection et le maintien de la diversité culturelle du monde, aujourd hui et demain. 5 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateur D1-i1 6 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateurs D3-i3 et D4-i4 14

15 DD et EDD ne signifie pas forcément le respect, la protection et le maintien de la diversité culturelle du monde parce que d un point de vue éducatif se pose la question de la transmission et de l appropriation. L Agenda 21 de la culture, approuvé le 8 mai 2004 à Barcelone Le pari est d obtenir des engagements de villes et de gouvernements locaux dans les domaines des droits de l'homme, de la diversité culturelle, du développement durable, de la démocratie participative et de la création de conditions pour la paix. C est le premier document à vocation mondiale dans lequel il est question de développement culturel. La convention UNESCO mentionne le lien entre culture et développement mais ne les associe pas vraiment. «Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) a adopté l Agenda 21 de la culture comme document de référence de ses programmes en culture et joue le rôle de coordinateur du processus postérieur à son approbation. La Commission de la culture de CGLU est le point de rencontre de villes, gouvernements locaux et réseaux qui situent la culture au cœur de leurs processus de développement.» (CGLU, 2004). En 2010, CGLU adopte une résolution faisant de la culture le 4 ème pilier du DD. la convention UNESCO de 2005, dont plusieurs objectifs concernent directement notre étude de cas, à savoir - protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles ; - créer les conditions permettant aux cultures de s épanouir et interagir librement de manière à s enrichir mutuellement ; - promouvoir le respect de la diversité des expressions culturelles et la prise de conscience de sa valeur aux niveaux local, national et international ; - réaffirmer l importance du lien entre culture et développement pour tous les pays, en particulier les pays en développement, et d encourager les actions menées aux plans national et international pour que soit reconnue la véritable valeur de ce lien ; - reconnaître la nature spécifique des activités, biens et services culturels en tant que porteurs d identité, de valeurs et de sens ; - réaffirmer le droit souverain des États de conserver, d adopter et de mettre en œuvre les politiques et mesures qu ils jugent appropriées pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles sur leur territoire. 15

16 Patrimoine et lien social, une approche historique Pour une approche historique, les propositions de Béghain (1998) nous ont paru intéressantes Il s attache à donner un cadre à la notion de patrimoine, en précisant des temps forts : -Fin XIXème : Nicolas François de Neufchâteau, à l époque Ministre de l intérieur du Directoire, est à l origine de l acte de fondation de la notion moderne du patrimoine «Trésor que l on reçoit et que l on transmet». Victor Hugo a écrit : «Il y a deux choses dans un édifice, son usage et sa beauté ; son usage appartient au propriétaire, sa beauté à tout le monde...» Béghain précise les étapes de la structuration, de la notion de l Abbé Grégoire à François Guizot (couvrant le XIXème). Fin XVIII, la problématique est essentiellement politique : que faire des biens de la Couronne, de l Église, des émigrés, confisqués à la Révolution. En 1794, des élus comme l Abbé Grégoire proposent l appropriation par l État de tous les biens de la royauté et du clergé. Cela donna lieu à certaines dérives (le mot «Vandalisme» a d ailleurs été créé pour la circonstance). Le régime de la Restauration s est montré particulièrement indifférent à la défense du patrimoine (attitude stigmatisée par Hugo et Montalembert). Début XIXème, Guizot, Ministre de l Instruction Publique de 1832 à 1837, déclare, en 1810, «La société, pour croire en elle-même, a besoin de n être pas né d hier.» Fin XIXème et début XIXème, les lois de 1887 et 1913 donnent un statut aux monuments et aux objets. Désormais édifices et biens religieux deviennent propriété publique. Maurice Barrès se fait «le Croisé des églises en France». Fin 1913, le patrimoine cesse d être un sujet de conflit politique, même si en 1919 reparaît un article polémique de Proust (paru dans le Figaro en 1904) sur «La mort des Cathédrales». Entre temps, l ennemi avait changé Dans un paragraphe qu il intitule de façon provocatrice «Les prédateurs modernes du patrimoine», Béghain donne sa vision du développement du concept tout au long du XXème siècle, en rappelant les quelques dérapages des années 60-80, mais en expliquant que le débat s est déplacé : d idéologique, il se pose désormais plus en termes économiques et sociaux. On doit au Ministère Léotard la loi de programmation en faveur des monuments historiques, renforcée par le Ministère Lang en

17 «Le patrimoine n est plus seulement conçu comme une valeur idéologique, mais comme un enjeu de développement économique et d aménagement du territoire.» (Béghain, 1998) Par la suite, le champ d application s est étendu aux objets les plus divers, le concept est devenu «Nomade» (Choay, 1999). Au-delà de la protection des bâtiments, la notion de patrimoine a pris une dimension plus ethnologique et s est étendu à toutes sortes de réalités matérielles ou immatérielles : - Savoir-faire - Traditions populaires - Pratiques sociales - Arts culinaires - Création : cinéma, musique, littérature, danse - Environnement : notion de patrimoine naturel «Le patrimoine est une valeur sûre pour affronter un présent déconcertant et un avenir incertain.» (Béghain, 1998) Un des principaux objectifs de la valorisation du patrimoine est de nous prémunir contre la perte de mémoire et la dilution de notre identité, tout en résistant à l uniformisation des comportements et la mondialisation des échanges. Il faut cependant veiller au risque que, derrière la protection du patrimoine, se cachent quelques idéologies partisanes et rétrogrades. Il faut également surmonter la tentation d instrumentalisation, idée que l on retrouve comme condition défavorable 7 dans notre grille analytique, et refuser qu elle devienne un lieu de repli identitaire extrême et l outil de nouvelles exclusions. L enjeu est de faire de la défense du patrimoine une cause d intérêt général commune. Proust (1904) : «La demeure est assez grande pour que nous puissions tous y trouver place.». Pour conclure cette partie historique, Béghain lance une amorce de débat polémique, rappelant que la question du patrimoine est une QSV : «On serait donc tenté de conclure que le patrimoine, comme le Loto, le Tour de France ou l Abbé Pierre malgré quelques errements récents- est devenu, pour les tribus 7 Cf. grille d analyse p.76 - Indicateur DF2-i2 17

18 gauloises, toujours prêtes à s entre-déchirer, un terrain d entente, et un sujet de fierté, une cause nationale, un instrument de lien social.» (Béghain, 1998) Dimension sociale du développement durable Pour Sébastien et Brodagh (2004), la définition du concept d «état d harmonie entre les êtres humains, et entre l homme et la nature» (CMED, 1988), émanant du rapport Brundtland, permettrait d envisager une forme de cohésion sociale c est d ailleurs le nom qui a été attribué depuis au Ministère du Temps libre, de la Jeunesse et des Sports, ce qui mérite réflexion - mais le concept s égare dans les méandres des propositions de mise en place du développement durable, des considérations environnementales au souci de croissance économique. «La sphère sociale du développement durable se retrouve alors «prise en tenaille» entre l approche écocentrée (se donnant pour objectif la protection de tous les êtres vivants) et l approche anthropocentrée (visant exclusivement le bien-être de l homme.» (Sébastien- Brodagh, 2004) On peut se demander comment retrouver cette harmonie sociale et environnementale au niveau d un territoire. Sébastien et Brodagh proposent la théorie d un «Acteur en 4 dimensions». Cette théorie prend en compte en premier lieu ce qu ils appellent les «acteurs faibles», ceux qui n ont pas une position de force dans les négociations et les prises de décision. Pour ceux-là, Sébastien et Brodagh précisent que «Seule la démarche participative se traduit par une implication des acteurs dans la durée tout au long de l élaboration d un projet commun, dont ils ont eux-mêmes la responsabilité», énoncé qui rejoint nos conditions favorables à la réussite du projet. 8 En second lieu, ils avancent un concept d «acteurs absents» du territoire, en établissant un parallèle avec le concept de biodiversité, qui énonce trois composantes indissociables : - Une composante écologique partant du principe que chaque écosystème actuel est un héritage produit de l évolution - Une composante éthique et philosophique énonçant que chaque génération a le devoir de transmettre cet héritage à la suivante - Une composante économique tentant de qualifier en termes financiers les usages actuels et potentiels de cet héritage (Lévêque, 1994). 8 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateurs D3-i3 et D5-i5 18

19 Ainsi, tout projet d aménagement du territoire, même s il est négocié, ne doit pas se faire au détriment de cet héritage. L approche de l acteur en 4 dimensions serait donc une approche «socio-centrée», que Sébastien et Brodagh résument par le schéma suivant : L acteur social, qui peut être individuel ou collectif, se définit par le rapport social qu il a à son territoire. Ce rapport se présente comme une «coopération conflictuelle d acteurs qui coopèrent à une production mais qui entrent inévitablement en conflit en raison de leurs positions inégales dans la coopération ou, ce qui revient au même, de leur emprise inégale sur les enjeux de leur coopération» (Quivy & Van Campenhoudt, 1995). L évaluation d un acteur à coopérer ou à entrer en conflit peut se faire à l aide d indicateurs. On pourrait mesurer ce rapport social sur un graphe, avec un indice de coopération et de conflit calculé pour chaque acteur, ce qui permettrait, à terme, d établir des comparaisons entre les acteurs. Le rôle des acteurs, et notamment celui des acteurs faibles, est aussi une des conditions favorables, ou défavorables c est selon, que nous avons mis en évidence dans notre étude de cas. 9 Sébastien et Brodagh rappellent que l homme moderne, défini par le biais de l acteur social, n est considéré seulement que social et que moderne. 9 Cf. grille d analyse p.72 - Indicateurs D1-i1 et p.75 DF2-i2 19

20 C est occulter deux composantes qui lui sont intimement associées : la nature (le vivant, le milieu naturel), et la «tradition» (générations futures et passées) (Micoud, 2000). C est la prise en compte de ces deux valeurs qui aboutit à ce qu ils appellent «le rapport patrimonial», au travers duquel le concept d acteur en 4D prend tout son sens, dans ses relations aux autres (rapport social), mais aussi aux éléments du territoire (rapport patrimonial) qu ils soient naturels ou culturels. Leur démonstration se conclut par la proposition d une «empreinte territoriale» que nous résumerons en leur empruntant le schéma ci-dessous, obtenu par croisement des analyses des entretiens, des comptes rendus de réunion et autres supports d information qu ils ont mené sur le terrain et qui leur ont permis de quantifier de façon sommative chacun des indicateurs: Même si leurs hypothèses de départ s appuyaient sur des éléments environnementaux, on se rend compte que la démonstration de Sébastien et Brodagh peut s appliquer à tout élément du patrimoine, qu il soit naturel ou culturel. L originalité de leur démarche réside dans la combinaison rapport social - rapport patrimonial de l acteur dans un objectif d «harmonie entre les êtres vivants et entre l homme et la nature». (CMED, 1988). 20

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

Agenda 21 de la culture du Québec

Agenda 21 de la culture du Québec Agenda 21 de la culture du Québec Table des matières 2 Contexte 4 Introduction 8 Principes pour guider l action 10 Objectifs 11 Partie 1 : L action culturelle dans une perspective de durabilité 12 Partie

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015]

EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015] EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015] DEUXIÈME CONCOURS INTERNATIONAL D IDÉES POUR LE DÉVELOPPEMENT DU PROGRAMME CULTUREL DU PAVILLON

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Extraits Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Ma première année à la tête de la Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) m a permis de mesurer

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES PRÉAMBULE La Conférence générale de l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture,

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial Note conceptuelle Forum Social Mondial 2015 - Tables rondes Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le Département Cantal : Votre nouveau bureau

DOSSIER DE PRESSE. Le Département Cantal : Votre nouveau bureau DOSSIER DE PRESSE Le Département Cantal : Votre nouveau bureau Sommaire Contexte de notre action : CyberCantal Télécentres p. 4 Qu'est ce qu'un télécentre? p. 7 Les objectifs pour le Département du Cantal

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Schéma d'orientation pédagogique de la musique avril 2008 FICHE PÉDAGOGIQUE A3 LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Sommaire Introduction I Différents profils d élèves pour différentes situations

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés!

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés! Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres déjà plantés! Objectif atteint : 50 millions d arbres plantés dans 27 pays La Fondation Yves Rocher, née il y a 25 ans d une volonté

Plus en détail