2 Borne inférieure, borne supérieure. L ensemble R. Arthur LANNUZEL. http ://mathutbmal.free.fr

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 Borne inférieure, borne supérieure. L ensemble R. Arthur LANNUZEL. http ://mathutbmal.free.fr"

Transcription

1 L ensemble R 1 Arthur LANNUZEL le 29 Novembre 2008 http ://mathutbmal.free.fr L ensemble R 1 Définition de R. R est l unique ensemble, à notation près (à isomorphisme de corps ordonné près), vérifiant les propriétés suivantes (axiomes) : i) (R, +,.) est un corps. ii) R est totalement ordonnée par la relation d ordre et : iii) R vérifie l axiome d Archimède : x y = x + z y + z (x y) (0 z) = x.z y.z x, y R, x > 0 = n N/y n.x. iv) Tout ensemble d éléments de R non-vide majoré (resp. minoré) admet une borne supérieure (resp. inférieure) (cf. paragraphe 2). Remarque 1.1 Pour une étude complète de R avec les preuves, voir : J.M. Arnaudies et H. Fraysse, Cours de Mathématiques, Tome 2, p 14-23, DUNOD 2 Borne inférieure, borne supérieure. Définition 2.1 Soit A R. On dit que : i) M R est majorant de A dans R ssi ii) m R est minorant de A dans R ssi a A, a M. a A, m a. iii) x A est le plus grand élément de A dans R ssi S il existe on le note x = max R A. a A, a x.

2 L ensemble R 2 iv) x A est le plus petit élément de A dans R ssi S il existe on le note x = min R A. a A, x a. v) s R est la borne supérieure de A dans R ssi Si elle existe on la note x = sup R A. s = min{majorants de A}. R vi) i R est la borne inférieure de A dans R ssi Si elle existe on la note x = inf R A. i = max{minorants de A}. R Exercice 2.2 Montrer, grâce aux trois premiers axiomes de la définition de R que, s ils existent, le plus grand élément, le plus petit élément, la borne supérieure et la borne inférieure d un ensemble A R sont uniques. Exemples 2.3 i) A = { 1 n, n N }. ii) A = N. 3 Valeur absolue. Définition 3.1 On appelle valeur absolue de x R, le réel x défini par { x si x 0 x := x si x < 0 ou x := max{x, x}. Propriétés x, y R. i) x 0. ii) ( x = 0) (x = 0). iii) x.y = x. y. iv) x + y x + y (inégalité triangulaire).

3 L ensemble R 3 Preuve. iv) x+y 2 = (x+y) 2 = x 2 +y 2 +2xy et ( x + y ) 2 = x 2 +y 2 +2 xy. Donc x+y 2 ( x + y ) 2, d où le résultat puisque tout est positif. CQFD Exercice 3.2 Montrer que x, y R, x y x y. 4 Partie entière. Définition 4.1 On appelle partie entière de x R, l entier E(x) défini par Exercice 4.2 Montrer que : 1) x Z, E(x) + E( x) = 0, 2) x R Z, E(x) + E( x) = 1, 3) x R, E( x x+1 ) + E( ) = E(x). 2 2 E(x) x < E(x) + 1 ou E(x) = max{n N/n x} 5 Equations du second degré. Soit a, b, c R, a > 0, et Alors, on montre facilement que x R, avec := b 2 4ac. Trois cas se présentent : T : R R x ax 2 + bx + c T (x) = a((x + b )2 4a 2 ) i) Si < 0 alors x R, T (x) 0 et du signe de a. ii) Si = 0 alors x R, T (x) = a(x + b )2, donc T (x) est du signe de a et admet une racine x 0 (i.e. T (x 0 ) = 0) et x 0 = b. De plus, dans ce cas, x 0 est une racine double (i.e. T (x 0 ) = 0 et T (x 0 ) = 0 où T désigne la dérivée de T ).

4 L ensemble R 4 iii) Si > 0 alors T (x 0 ) = 0 (x + b )2 = 4a 2 x + b = x = b+ ou x = b Donc T admet deux racines distinctes x 1 = b+ et x 2 = b. On vérifie facilement que ces racines sont simples (i.e. T (x 1 ) 0 et T (x 2 ) 0). De plus T (x) est du signe de a pourx ], min{x 1, x 2 }[ ] max{x 1, x 2 }, + [ et du signe opposé de a pour x ] min{x 1, x 2 }, max{x 1, x 2 }[. Exercice 5.1 Soit pour a R l application de R dans R donnée par T (x) = x 2 + 2x + a. Trouver les a R tels que T admette une racine strictement positive et une racine strictement négative. 6 L espace métrique (R,. ). Définition 6.1 (Espace métrique) Soit E un ensemble. On appelle distance sur E, une application d : E E R + telle que d est symétrique : x, y E, d(x, y) = d(y, x), d sépare les points : d(x, y) = 0 = x = y. d vérifie l inégalité triangulaire : x, y, z E, d(x, z) d(x, y) + d(y, z). L ensemble E muni d une distance est dit espace métrique. Remarque 6.2 1) (R,. ) = (R, d) avec d(x, y) = x y est un espace métrique. 2) (R 2, d 2 ) avec d 2 (X, Y ) = (x 1 y 1 ) 2 + (x 2 y 2 ) 2 (avec X = (x 1, x 2 ) et Y = (y 1, y 2 )) est un espce métrique. Définition 6.3 (boule ouverte) Soit (E, d) un espace métrique. On appelle boule ouverte de centre a E et de rayon r > 0 l ensemble : B(a, r) := {x E, d(x, a) < r}. On appelle boule fermée de centre a E et de rayon r > 0 l ensemble : B(a, r) := {x E, d(x, a) r}. Remarque 6.4 Dans (R,. ), les boules ouvertes et fermées sont respectivement les intervalles ouverts et fermés. Définition 6.5 (ouverts, fermés) Soit (E, d) un espace métrique. On dit que A E est ouvert ssi x A, ɛ > 0/B(x, ɛ) A. On dit que B E est fermé ssi C E B est ouvert.

5 L ensemble R 5 Exemples 6.6 1) et E sont ouvert et fermé dans (E, d). 2) Les boules fermées sont fermées dans (E, d). Propriétés Soit (E, d) un espace métrique. 1) Toute réunion d ouverts de E est un ouvert de E? 2) Toute intersection fini d ouverts de E est un ouvert de E. Exercice 6.7 1) Que se passe-t-il pour une intersection infinie d ouverts. 2) Que se passe-t-il avec les fermés? Définition 6.8 Soit (E, d) un espace métrique. Soit A E. 1) On appelle intérieur de A, noté A, le plus grand ouvert contenu dans A. 2) On appelle adhérence de A, noté A, le plus petit fermé contenant A. Intervalles. a, b R, a < b. On a 9 types d intervalles : [a, b], [a, b[, ]a, b], ]a, b[, ], b], ], b[, ]a, + [, [a, + [ et ], + [= R. Remarque 6.9 Soit I un intervalle de R. i) L intérieur de I est l intervalle obtenu en supprimant les extrémités éventuelles(ex. ]1, 2[, [1, + [=]1, + [). [1, 2]= ii) L adhérence de I est l intervalle obtenu en ajoutant les extrémités éventuelles(ex. ]1, 2[ = [1, 2], ]1, + [ = [1, + [). Sous-ensemble dense Définition 6.10 Soit (E, d) un espace métrique. F E est dit dense dans E ssi x E, ɛ > 0, F B(x, ɛ). Exercice 6.11 Q et R/Q sont denses dans R.

Chapitre II : L ensemble des nombres réels

Chapitre II : L ensemble des nombres réels 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre II : L ensemble des nombres réels 1 Quelques notions générales sur R

Plus en détail

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné Table des matières 4 Propriétés de R 4. L ensemble des réels est un corps ordonné....................... 4.. Propriétés d ordre de R............................. 4..2 Valeur absolue..................................

Plus en détail

Licence de Mathématiques SCL5MT01 Analyse fonctionnelle Automne 2006 Page web : http : //www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af.

Licence de Mathématiques SCL5MT01 Analyse fonctionnelle Automne 2006 Page web : http : //www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af. Université d Orléans Faculté des Sciences Département de Mathématiques Licence de Mathématiques SCL5MT01 Analyse fonctionnelle Automne 2006 Page web : http : //www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af.html

Plus en détail

L ensemble des nombres réels est muni de 2 opérations : l addition et la multiplication.

L ensemble des nombres réels est muni de 2 opérations : l addition et la multiplication. Chapitre 2 : Les nombres réels-résumé de cours 1. Opérations dans L ensemble des nombres réels est muni de 2 opérations : l addition et la multiplication. L addition dans vérifie : Elle est interne dans

Plus en détail

2 TABLE DES MATIÈRES. Lycée J-B. Say - Martin Del Hierro

2 TABLE DES MATIÈRES. Lycée J-B. Say - Martin Del Hierro Table des matières 9 Corps R des nombres réels 3 9.1 Propriété de la borne supérieure................................ 3 9.2 Droite numériue achevé..................................... 4 9.3 Relation d

Plus en détail

Nombres réels et inégalités

Nombres réels et inégalités Nombres réels et inégalités Lycée Berthollet, PCSI2 2016-17 I Nombres réels Il est demandé à la classe de définir les nombres réels. En général, il se dégage deux courants : Un réel positif peut être pensé

Plus en détail

ANNEXE 5 : Quelques notions de topologie

ANNEXE 5 : Quelques notions de topologie ANNEXE 5 : Quelques notions de topologie 1. Généralités. Définition. Topologie. Soit X un ensemble quelconque. Une topologie est une partie F(X) de P(X) (i.e. une famille de sous-ensembles de X) vérifiant

Plus en détail

L ensemble des nombres réels

L ensemble des nombres réels Université Pierre et Marie Curie 1M001 L ensemble des nombres réels 1 Entiers, rationnels et réels N = {0, 1,...} est l ensemble des entiers naturels. Z = {...,, 1, 0, 1,,...} est l ensemble des entiers

Plus en détail

1. Espaces métriques. 1 Distance, boules, ouverts, fermés...

1. Espaces métriques. 1 Distance, boules, ouverts, fermés... 1. Espaces métriques 1 Distance, boules, ouverts, fermés... Définition 1.1. Soit E un ensemble (non vide). On appelle distance sur E une application d de E E dans [0, + [ vérifiant les trois propriétés

Plus en détail

Complétude et dimension d un espace vectoriel normé. Introduction et rappels. Espaces métriques. Jean-Baptiste Campesato 10 février 2010

Complétude et dimension d un espace vectoriel normé. Introduction et rappels. Espaces métriques. Jean-Baptiste Campesato 10 février 2010 Complétude et dimension d un espace vectoriel normé Jean-Baptiste Campesato 10 février 2010 Le but de cet article est de présenter les liens entre la dimension d un espace vectoriel normé et de sa possible

Plus en détail

Espaces compacts. Chapitre 3

Espaces compacts. Chapitre 3 Chapitre 3 Espaces compacts Définition 17. Soit X un espace topologique. 1. Un recouvrement de X est une famille (A i ) i I de parties de X telle que X = i I A i. Si de plus I est un ensemble fini, on

Plus en détail

I ESPACES METRIQUES. d : E E R +

I ESPACES METRIQUES. d : E E R + I ESPACES METRIQUES 1. Espaces métriques 1.1 Définitions Soit E un ensemble non vide. On appelle distance sur E toute application vérifiant les propriétés suivantes : d : E E R + a) x, y E, d(x, y) = 0

Plus en détail

Chapitre 1 MAJORER, MINORER

Chapitre 1 MAJORER, MINORER Chapitre 1 MAJORER, MINORER 1. Les règles de base des inégalités 1.1. Axiomes de construction L ensemble des réels est muni d une relation notée qui vérifie les axiomes suivants : i) pour tout x R, x x

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot NOMBRES RÉELS 1 Approximations d un réel 1.1 Ensembles de nombres Notation 1.1 On note R l ensemble des nombres réels. On note Q l ensemble des nombres rationnels i.e. l ensemble des nombres de la forme

Plus en détail

Douala Mathematical Society : : Workbook-2c 2015 NOMBRES REELS 1) 1 1 4) )

Douala Mathematical Society :  : Workbook-2c 2015 NOMBRES REELS 1) 1 1 4) ) Douala Mathematical Society : www.doualamaths.net : Workbook-c 0 NOMBRES REELS EXERCICE 0 Calculer ) 7 8 ) 8 8 9 6 ) ) 8 8 6 ) 6 6) 7) 0 7 7 0 6 7 80 8) 6 0 6 0 7 9) 8 6 0 0) 7 9 ) 7 ) ) 7 7 ) ) 7 9 EXERCICE

Plus en détail

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon.

SUITES RÉELLES CHAPITRE 3. 1 Compléments sur les réels. 1.1 Rappels. Définition 3.1. Soient x et y deux réels. On note. x si x 0. x sinon. CHAPITRE 3 SUITES RÉELLES 1 Compléments sur les réels 1.1 Rappels 1.1.a Définition 3.1 Valeur absolue Soient x et y deux réels. On note x max(x, y) = y si x y sinon x et min(x, y) = y si x y sinon On étend

Plus en détail

métriques et introduction aux espaces topologiques

métriques et introduction aux espaces topologiques Chapitre 1 Généralités sur les espaces métriques et introduction aux espaces topologiques Les notations R, N, Z, Q, C sont comme d habitude. On utilisera les normes 1, 2, de R n. De même, on étudiera les

Plus en détail

Chapitre 3: Espaces topologiques

Chapitre 3: Espaces topologiques Chapitre 3: Espaces topologiques I. Définition et exemples. Dans le chapitre précédent, nous avons défini les ouverts puis nous avons également caractérisé les points adhérents, les points intérieurs,

Plus en détail

Limites à l infini d une fonction

Limites à l infini d une fonction 9 Limites à l infini d une fonction On garde les notations du chapitre précédent en supposant ici que a = ou a = + est adhérent à l ensemble I, ce qui signifie que : ou : m R, ], m[ I M R, ]M, + [ I ce

Plus en détail

Chapitre premier R, ordre, intervalles

Chapitre premier R, ordre, intervalles Chapitre premier R, ordre, intervalles 1.1 Définitions et rappels Définition 1.1.1. Un entier naturel est un nombre positif ou nul permettant de dénombrer des objets comptant chacun pour un. Un nombre

Plus en détail

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles

Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Propriétés fondamentales de R et suites numériques réelles Denis Vekemans Ordre total compatible En algèbre générale, un groupe ordonné est la donnée d une ensemble G, muni d une loi de composition interne

Plus en détail

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base.

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. 1 Axiome du choix Definition 1.1. Etant donnée une famille (A i ) i I de parties d un ensemble E (c est à dire une application de

Plus en détail

L ensemble R des nombres réels

L ensemble R des nombres réels L ensemble R des nombres réels Plan du chapitre 1 L ensemble des nombres réels page 11 Description géométrique des réels page 1 Inégalités dans R page 1 Distance entre deux réels Intervalles de R page

Plus en détail

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions

Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Introduction à R Suites numériques Cours d Analyse I : les réels et les fonctions Université Lyon 1 Institut Camille Jordan CNRS UMR 5208 FRANCE Automne 2014 - Licence L1 Introduction à R Suites numériques

Plus en détail

Bornes supérieures et inférieures

Bornes supérieures et inférieures Bornes supérieures et inférieures Exercice :. Montrer que pour tout n N, m N 0 < (m + n) 2 4 2. En déduire que A = { (m + n) 2, n N, m N } Admet une borne inférieure et une borne supérieure que l on déterminera.

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Corrigés d exercices pour le TD 5

Corrigés d exercices pour le TD 5 Corrigés d exercices pour le TD 5 Compacts? Les ensembles suivants sont-ils compacts? Justifier la réponse. 1. Z, dans l espace métrique R muni de la distance discrète. 2. {0, 1}, dans l espace métrique

Plus en détail

TD de topologie et calcul différentiel Corrigé de la Feuille 3: Topologie des espaces métriques

TD de topologie et calcul différentiel Corrigé de la Feuille 3: Topologie des espaces métriques LM360 Mathématiques 2008 TD de topologie et calcul différentiel Corrigé de la Feuille 3: Topologie des espaces métriques Groupe de TD 5 Rappelons que la distance usuelle du plan R 2 est la distance euclidienne

Plus en détail

Chapitre 2. Espaces métriques. 2.1 Distance

Chapitre 2. Espaces métriques. 2.1 Distance Chapitre 2 Espaces métriques 2.1 Distance On dispose sur R de la distance usuelle d : R R R + (x, y) d(x, y) = x y On l utilise pour définir la convergence des suites et la continuité des fonctions. Le

Plus en détail

Topologie et Calcul Différentiel. Math360

Topologie et Calcul Différentiel. Math360 Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Topologie et Calcul Différentiel Math360 par Jean SAINT RAYMOND 2 Version mise à jour le 28 Novembre 2005 Chapitre 1 : La droite réelle 1 LA DROITE

Plus en détail

Suites de nombres réels, première année de premier cycle universitaire

Suites de nombres réels, première année de premier cycle universitaire Suites de nombres réels, première année de premier cycle universitaire F.Gaudon 10 août 2005 Table des matières 1 Définitions 2 2 Opérations sur les suites convergentes ou divergentes 3 3 Suites extraites

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre V : Suites numériques 1 Un peu de topologie de R On a vu dans le chapitre

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY. U.F.R. Économie & Gestion

UNIVERSITÉ DE CERGY. U.F.R. Économie & Gestion Année 2012-2013 UNIVERSITÉ DE CERGY U.F.R. Économie & Gestion LICENCE d ÉCONOMIE et GESTION Première année - Semestre 1 MATH101 : Pratique des Fonctions numériques Enseignant responsable : J. Stéphan Documents

Plus en détail

Nombres réels et propriétés de R

Nombres réels et propriétés de R CHAPITRE 3 Nombres réels et propriétés de R Fractions : développements décimaux le point de vue «concret» (hérité de l enseignement primaire) Rationalité développement décimal périodique 23456 0 33567

Plus en détail

Université Paris Dauphine DUMI2E 2e année. Calcul différentiel et optimisation I. Sujets d examen François BOLLEY

Université Paris Dauphine DUMI2E 2e année. Calcul différentiel et optimisation I. Sujets d examen François BOLLEY Université Paris Dauphine DUMI2E 2e année Calcul différentiel et optimisation I Sujets d examen 2006-2007 François BOLLEY Université Paris Dauphine DUMI2E 2e année Calcul différentiel Contrôle continu

Plus en détail

Construction des nombres réels

Construction des nombres réels Construction des nombres réels Abdellah Bechata www.mathematiques.fr.st Table des matières Non complétude de Q Définition du corps des réels 3 3 La relation d ordre sur R 4 4 Complétude de R 9 5 Existence

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques 0 - - de terminale S Suites s LPO de Chirongui 20 mai 2016 1 - Introduction- Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel

Plus en détail

Première épreuve écrite

Première épreuve écrite CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES SESSION 25 Première épreuve écrite Notations et objet du problème On désigne par : N l ensemble des entiers naturels ; Z l anneau des entiers relatifs ; Q le corps des nombres

Plus en détail

Exercices - Topologie des espaces vectoriels normés : Normes

Exercices - Topologie des espaces vectoriels normés : Normes Normes Exercice 1 - Pour commencer... - L2/Math Spé - N : (x, y) 5x + 3y est-elle une norme sur R 2? Exercice 2 - Les classiques! - L2/Math Spé - On définit sur R 2 les 3 applications suivantes : N 1 ((x,

Plus en détail

Les nombres réels. 1 L ensemble des nombres rationnels Q Écriture décimale n est pas un nombre rationnel Mini-exercices...

Les nombres réels. 1 L ensemble des nombres rationnels Q Écriture décimale n est pas un nombre rationnel Mini-exercices... Exo7 Les nombres réels L ensemble des nombres rationnels Q. Écriture décimale.......................................................... n est pas un nombre rationnel................................................

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Amphi 2: Suites - Compacité - Connexité

Amphi 2: Suites - Compacité - Connexité Amphi 2: Suites - Compacité - Connexité Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suites Soit (X, d) un espace métrique. Soit x X, et soit (x n ) n N une suite

Plus en détail

1 Notions de logique mathématique.

1 Notions de logique mathématique. Université de Provence 2012 2013 Introduction à l Analyse Chapitre 3 - Logique et Suites. 1 Notions de logique mathématique. 1.1 Assertions, propositions logiques, tables de vérité. On rappelle la notion

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

Chap. E1 : fondement de l analyse : R et les suites réelles

Chap. E1 : fondement de l analyse : R et les suites réelles Chap. E1 : fondement de l analyse : R et les suites réelles Si les points d une droite sont répartis en deux classes, de telle manière que tous les points de la première classe soient placés à gauche de

Plus en détail

u n = u n 1 + u n 2, (1)

u n = u n 1 + u n 2, (1) Chapitre II Suites II.a. Introduction Définition 21 (suite) Une suite est une fonction (cf. déf. 35) u de N dans un ensemble E. Notation Pour mettre en évidence le fait que l ensemble de départ est N,

Plus en détail

ÉGALITÉS ET INÉGALITÉS

ÉGALITÉS ET INÉGALITÉS ÉGALITÉS ET INÉGALITÉS 1 Égalités Définition 1.1 Identité On appelle identité une égalité entre deux expressions qui est valable quelles que soient les valeurs des variables entrant en jeu dans ces expressions.

Plus en détail

Etude des extrema d une fonction

Etude des extrema d une fonction CHAPITRE 3 Etude des extrema d une fonction 1. Extrema : Rappels sur les fonctions d une variable Dans cette section on veut généraliser à plusieurs variable la discussion suivante concernant les fonctions

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

Espaces Métriques. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. Exercices... 2

Espaces Métriques. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. Exercices... 2 Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : OPTIMISATION

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : OPTIMISATION Chapitre 17 : FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : OPTIMISATION ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2013/2014 1 Recherche d extremums locaux sur un ouvert 2 1.1 Condition nécessaire du premier ordre.............................

Plus en détail

J.F.C. F.N.P.V. p. 1 EXTREMUM. Dans ce cas le minimum de f sur D est f(a), c est le plus petit élément de f(d) et on le note : Min

J.F.C. F.N.P.V. p. 1 EXTREMUM. Dans ce cas le minimum de f sur D est f(a), c est le plus petit élément de f(d) et on le note : Min 19-3- 2010 J.F.C. F.N.P.V. p. 1 V EXTREMUM 1. Les définitions de base Il convient d avoir une parfaite connaissance des définitions qui suivent Déf. 37 f est une application d une partie D de R n dans

Plus en détail

Chapitre 3. Suites récurrentes

Chapitre 3. Suites récurrentes Chapitre 3 Suites récurrentes 3.1 Suites numériques Définition 3.1 On appelle suite de terme général u n et on note (u n ) n 0 ou plus simplement u la liste ordonnée des nombres u 0, u 1, u 2, u 3,....

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

Chapitre 1 : Calcul dans R

Chapitre 1 : Calcul dans R Chapitre 1 : Calcul dans R PTSI B Lycée Eiffel 6 septembre 13 Le calcul que vous trouvez si mauvais est pourtant celui de toutes les passions. Des années entières de poursuite, pour la jouissance d un

Plus en détail

Chapitre I : LES SUITES

Chapitre I : LES SUITES Chapitre I : LES SUITES I- Généralités sur les suites 1) Définition et notations Définition 1 : 1) Définir une suite par une formule explicite, c est donner une relation entre le terme et l entier, pour

Plus en détail

Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay

Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay Math 104 ANALYSE (première partie) Université Paris Sud Orsay 2015 2016 Notes de cours de José Montesinos préparées à partir du précédent Polycopié de Math 104 de Thierry Ramond Table des matières 1 La

Plus en détail

Suites - Récurrence 10X. 2 quiselit:sommedes 2 pouriallantde1à10vaut:

Suites - Récurrence 10X. 2 quiselit:sommedes 2 pouriallantde1à10vaut: Suites - Récurrence 1. Définitions - Rappels 1.1.Modes de définition d une suite La suite 0 =0 1 = =4 3 =6 peut être définiededeuxmanières: Définition explicite : ½ = Définition récurrente : 0 =0 +1 =

Plus en détail

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Aix-Marseille Université 2012-2013 Analyse I PLANCHE 1 : LIMITES, CONTINUITÉ Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Exercice 1 Soit a, b R. Montrer les implications suivantes :

Plus en détail

Pour remettre un peu d ordre dans R

Pour remettre un peu d ordre dans R Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 016-017 1 1 Relation d ordre sur R 1.1 Vocabulaire Pour remettre un peu d ordre dans R Sur R, on dispose de la relation de comparaison. On dit que c est une

Plus en détail

Résumé de cours: Espaces vectoriels normés

Résumé de cours: Espaces vectoriels normés CPGE My Youssef, Rabat «Å ««É ««É ««««º««È ««ö ««««É ««Å ««««««Â«Å ««««««ã : 18 novembre 2009 Blague du jour Bientôt vous serez ingenieur, peut être ingeénieur informaticien. Vérifier sur la liste cidessous

Plus en détail

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil Cours d arithmétique Khaoula Ben Abdeljelil 2 Table des matières Table des matières............................... i 1 LES ENTIERS NATURELS 1 1.1 Les opérations élémentaires sur N.................... 1

Plus en détail

Exercices : Nombres entiers et Nombres réels

Exercices : Nombres entiers et Nombres réels Exercices : Nombres entiers et Nombres réels 1 Nombres entiers Exercice 1 1. Soient (a, b) R, soit n N. Montrer que n Cna k k b n k = (a + b) n (binôme de Newton). Montrer que: ( n + 1 n N, n! ) n Exercice

Plus en détail

Morphologie mathématique

Morphologie mathématique Morphologie mathématique Ensembles et Images Luc Brun (d après le cours de M. Coster) Morphologie mathématique p.1/42 lan Les opérateurs ensemblistes de base et les propriétés usuelles Egalité et inclusion

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble 2015-2016 MPSI2 du lycée Condorcet 1/22 ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES 1 Les ensembles 1.1 Définition d un ensemble Définition 1. Un ensemble est une collection d objets mathématiques. Les objets qui

Plus en détail

Chapitre VII : LES NOMBRES COMPLEXES

Chapitre VII : LES NOMBRES COMPLEXES I - Ecriture algébrique des nombres complexes 1) Définition Chapitre VII : LES NOMBRES COMPLEXES Définition 1 : On admet qu il existe un ensemble de nombres, noté C, vérifiant les propriétés suivantes

Plus en détail

Ensembles ordonnés, propriétés de R

Ensembles ordonnés, propriétés de R MPSI Lycée Rabelais Semaine du 4 janvier 008 Ensembles ordonnés, propriétés de R Ensembles ordonnés Exercice 1 : Soient (E, ), (F, ) deux ensembles ordonnés. Soit la relation binaire définie dans E F par

Plus en détail

Terminale S Suites numériques

Terminale S Suites numériques Terminale S Suites numériques Raisonnement par récurrence. Introduction En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier naturel n. Par exemple, la n(n + ) somme des entiers naturels

Plus en détail

Éléments de Topologie

Éléments de Topologie Chapitre 1 Éléments de Topologie 1.1 Rappel de quelques définitions Définition 1.1. Etant donné un ensemble Ω et un sous-ensemble T de P(Ω) [l ensemle de tous les sous-ensembles de Ω], on dit que T définit

Plus en détail

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations Chapitre 5 Lois de composition internes - Relations 1. Lois de composition internes 1.1. Définition et exemples Définition 5.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application

Plus en détail

Université du Maine. Licence 1. Analyse. Alexandre POPIER

Université du Maine. Licence 1. Analyse. Alexandre POPIER Université du Maine Licence Analyse Alexandre POPIER Année : 009-00 Table des matières Introduction Nombres réels et fonctions 3. Opérations sur les nombres réels....................... 4. Fonctions numériques.............................

Plus en détail

CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R

CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R CQ - CORPS COMMUTATIF TOTALEMENT ORDONNE AXIOMES DE DEFINITION DE R I. Anneaux ordonnés Soit A un anneau, et A + un sous-ensemble non vide de cet anneau. On note A l ensemble des opposés des éléments de

Plus en détail

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES Algèbre - chap 1 1/8 Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES 1. ELEMENTS DE LOGIQUE 1.1 Propositions Règles logiques Définition 1 : On appelle propriété ou assertion une affirmation

Plus en détail

1.2.1 Topologie produit

1.2.1 Topologie produit 1. Vocabulaire: Topologie 15 1.2.1 Topologie produit 1.2.32 DÉFINITION Soit {X i, i 2 I} une famille d ensembles. On définit l ensemble produit X = Y i2i X i comme l ensemble des applications x : I![ i2i

Plus en détail

Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach

Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach Alain Prouté Université Denis Diderot-Paris 7 Dernière révision de ce texte : 21 novembre 2012 Ce texte a été écrit pour le niveau Licence 2. Table des

Plus en détail

3.1. Le corps des nombres réels Borne supérieure, borne inférieure Généralités sur les suites

3.1. Le corps des nombres réels Borne supérieure, borne inférieure Généralités sur les suites 3. Nombres réels, suites numériques 3.1. Le corps des nombres réels 3.1.1. Le groupe (IR, +) 3.1.2. L anneau (IR, +, ) 3.1.3. Le corps (IR, +, ) 3.1.4. Nombres rationnels ou irrationnels 3.1.5. Relation

Plus en détail

Remarque : une fonction continue sur un intervalle possède une représentation graphique qui

Remarque : une fonction continue sur un intervalle possède une représentation graphique qui Chapitre 6 : CONTINUITE - DERIVATION 1. CONTINUITE 1. 1 Continuité en un point Définition Soit f une fonction numérique définie sur un intervalle I de R, et a un élément de I (distinct des bornes de I)

Plus en détail

Lycée la Folie Saint James. Fiche de cours : Généralités sur les suites

Lycée la Folie Saint James. Fiche de cours : Généralités sur les suites Lycée la Folie Saint James T ale S Fiche de cours : Généralités sur les suites Notion de suite. Définitions Une suite numérique réelle est une fonction u définie sur l ensemble N ou sur une partie de N

Plus en détail

D efinitions D edou Janvier 2012

D efinitions D edou Janvier 2012 s Dédou Janvier 2012 Définir un nombre La façon la plus simple de poser une définition consiste à associer un nom à une formule Je pose toto := 123456789123456789123456789. Ici le nom est toto et la formule

Plus en détail

Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites. Extrait du programme :

Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites. Extrait du programme : Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites Extrait du programme : 1 I Rappels sur les suites Il existe deux façons de définir une suite : 1 Formule explicite Il existe une fonction

Plus en détail

Corrigé de la feuille d exercices n o 1

Corrigé de la feuille d exercices n o 1 École Normale Supérieure FIMFA Année 2010-2011 Travaux dirigés de Topologie et Calcul différentiel François Béguin Corrigé de la feuille d exercices n o 1 1 - Espace topologique tel que les singletons

Plus en détail

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes.

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes. LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes Pré-requis : Nombres complexes : définition et propriétés ; Notions d anneaux, de corps ; Théorème de Liouville) 171 Équations du

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. f étant définie sur un intervalle de borne, f(x) = L si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les

GÉNÉRALITÉS. f étant définie sur un intervalle de borne, f(x) = L si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les 1 Limites GÉNÉRALITÉS Définitions Dans les énoncés suivants, L et a sont deux réels. f étant définie sur un intervalle de borne +, f(x) = L si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les valeurs

Plus en détail

(R, +, 0,, 1, ) est un corps commutatif ordonné tel que : (AxBS) toute partie non vide et majorée admet une borne supérieure.

(R, +, 0,, 1, ) est un corps commutatif ordonné tel que : (AxBS) toute partie non vide et majorée admet une borne supérieure. MT34 - R en exercices. (R, +, 0,, 1, ) est un corps commutatif ordonné tel que : (AxBS) toute partie non vide et majorée admet une borne supérieure. Les définitions nécessaires à la compréhension de cet

Plus en détail

Théorème de Tychonov

Théorème de Tychonov Théorème de Tychonov Frédéric Bayart Nous allons dans cet article démontrer le théorème de Tychonov : Un produit d espaces compacts est compact. Ce théorème est assez facile à démontrer dans un cas particulier

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Corrigé de la feuille d exercices n o 1

Corrigé de la feuille d exercices n o 1 École Normale Supérieure Année 2012-2013 T.D. de Topologie, Analyse et Calcul différentiel Corrigé de la feuille d exercices n o 1 1. Espaces l p, 1 p

Plus en détail

Limites et Continuité

Limites et Continuité Voisinages, Points adhèrents Limites Fonctions continues Les grands théorèmes sur les fonctions continues Département de Mathématiques, Faculté des Sciences de Fès. Octobre 2013 Voisinages, Points adhèrents

Plus en détail

CONCOURS 2014 DEUXIÈME ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière MP. (Durée de l épreuve : 4 heures) L usage d ordinateur ou de calculette est interdit.

CONCOURS 2014 DEUXIÈME ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière MP. (Durée de l épreuve : 4 heures) L usage d ordinateur ou de calculette est interdit. A 2014 MATH. II MP ÉCOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAÉRO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TÉLÉCOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIÈRE MP),

Plus en détail

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE MP MATHEMATIQUES 2 EXERCICE I

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE MP MATHEMATIQUES 2 EXERCICE I SESSION 2014 CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE MP MATHEMATIQUES 2 EXERCICE I I.1 I.1.a La matrice A est symétrique réelle et donc orthogonalement semblable à une matrice diagonales d après le

Plus en détail

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours Analyse re année IUT GEA Notes de cours Jean-Marie Favreau Année 200 20 Remarque : l introduction de ce cours, présentée en quelques minutes, de manière interactive, permet de placer quelques rappels simples,

Plus en détail

TD1. A. Leclaire, P. Roussillon ENS Paris-Saclay M1 Hadamard

TD1. A. Leclaire, P. Roussillon ENS Paris-Saclay M1 Hadamard Analyse A. Leclaire, P. Roussillon ENS Paris-Saclay M1 Hadamard 2017-2018 TD1 Exercice 1 Autour de la continuité Soient E, F, G trois espaces topologiques et f : E F, д : F G. 1) Démontrer que f est continue

Plus en détail

Ensembles, applications, relations

Ensembles, applications, relations Ensembles, applications, relations Notations : : «il existe» ; : «appartient à» ; : «contenu dans» : «quel que soit» ; : «n appartient pas à» ; : «n est pas contenu dans» : «contenu ou égal à» I) Ensembles

Plus en détail

Math IV, analyse (L2) Fiche 1

Math IV, analyse (L2) Fiche 1 UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD LYON Cours: O. Kravchenko Institut Camille Jordan Travaux dirigés: T. Altınel, T. Eisenkölbl & S. Richard Math IV, analyse (L) Fiche 5 février 8 Exercice (Ouvert / fermé, intérieur

Plus en détail

Espaces topologiques compacts

Espaces topologiques compacts Espaces topologiques compacts 1 Introduction La compacité est une notion qui, tout comme la complètude, nous permettra de nous assurer de l existence de certains objets mathématiques. Elle permettra ainsi

Plus en détail

Limites de suites et de fonctions

Limites de suites et de fonctions TS - Chap2 1 Limites de suites et de fonctions 1 Limite d une suite u est une suite notée aussi (u n ) ; u n est son terme général ou terme d indice n. 1.1 Limite finie Soit l un nombre réel. Dire que

Plus en détail

1 Quelques règles algébriques importantes Fractions Puissances Priorité des opérations... 2

1 Quelques règles algébriques importantes Fractions Puissances Priorité des opérations... 2 Table des matières 1 Quelques règles algébriques importantes 2 1.1 Fractions........................................ 2 1.2 Puissances....................................... 2 1. Priorité des opérations................................

Plus en détail

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION Ph DEPRESLE 30 septembre 05 Table des matières Dérivée en un point Continuité et dérivabilité 3 Fonction dérivée 4 Sens de variation d une fonction dérivable 3 5 Dérivées

Plus en détail

Géométrie euclidienne élémentaire. Euclide : axiomatisation de la géométrie

Géométrie euclidienne élémentaire. Euclide : axiomatisation de la géométrie Une approche déductive rigoureuse de la géométrie euclidienne élémentaire Jean-Pierre Demailly Institut Fourier, Université de Grenoble I, France 15 mars 2010 / Séminaire IREM - Repères / Luminy Euclide

Plus en détail