La démarche de recherche en sciences sociales. UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La démarche de recherche en sciences sociales. UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre"

Transcription

1 La démarche de recherche en sciences sociales UE 3.4 S4 Présentation CI Promotion septembre

2 Objectifs du cours Comprendre les étapes essentielles de la démarche en sciences sociales. Etre en mesure d utiliser ce cours pour répondre à l évaluation de l UE Les étapes concernant le TFE seront reprises de façon détaillée le 13 mai

3 Principe d un problème de recherche Définir un objet de recherche puis construire une problématique. Recueillir des données. Traiter et interpréter les résultats. Ces principes vont se décomposer en 3 phases représentées par en 7 étapes. 3

4 Phase de rupture Il n y a pas de posture de recherche sans cette rupture! Rupture avec les opinions, les fausses évidences, les préjugés -> accepter la remise en cause. Les 3 phases de la démarche Phase de Construction Mettre à Distance ce Que l on pense Découvrir une autre Réalité : Etayer ses connaissances À partir du recueil de données documentaires et de terrain. Phase de constatation Dimension opératoire: vise à répondre à la question de recherche et à la problématique, à tester les hypothèses par une enquête et ses conclusions. 4

5 Lectures Question de départ Exploration Entretiens Phase de rupture Problématique Construction du modèle d analyse Observation/enquêtes Analyse des informations Conclusions Phase de construction Phase de constatation 5

6 Etape 1 : La question de départ «La meilleure façon d entamer un travail de recherche sociale consiste à s efforcer d énoncer le projet sous la forme d une question de départ. Par cette question, le chercheur tente d exprimer le plus exactement possible ce qu il cherche à savoir, à élucider, à mieux comprendre. La question de départ servira de premier fil conducteur à la recherche. QUIVY, VAN CAMPANHOUDT, Manuel de recherche en sciences sociales, Dunod, Paris,

7 ETAPE 2 EXPLORATION Recherche Bibliographique/ théorique +/-Recherche de terrain 7

8 Etape 2 : Le travail exploratoire Le travail exploratoire permet d obtenir une certaine qualité d information sur l objet étudié et trouver les meilleures manières de l aborder. Deux pistes pour ce travail : Les lectures sur le sujet d étude: documents, ouvrages, revues, études déjà effectuées, statistiques. Les entretiens exploratoires pour compléter si besoin les lectures: spécialistes de la question, personnes concernées, témoins privilégiés Ce travail permet parfois de modifier légèrement la question de départ 8

9 Etape 3 : La problématique C est l approche ou la perspective théorique qu on décide d adopter pour traiter (étudier) le problème posé par la question de départ 9

10 ETAPE 3 Construction de la PROBLEMATIQUE Liens entre les différentes Étapes de l exploration Choix d une approche théorique pour traiter le problème posé Formulation de la question de recherche = problématique + argumentation 10

11 Etape 3 : La problématique C est une phase complexe du processus de recherche. Deux exigences: C est un travail qui demande une connaissance précise des théories et concepts existants sur l objet d étude. C est un travail qui exige un positionnement du chercheur par rapport à ces théories. 11

12 Etape 3 : La problématique Cela demande à réfléchir à l angle par lequel on va aborder l élucidation de la question de départ. La problématique peut se concevoir en 3 temps (pour un débutant). 12

13 Etape 3 : La problématique : temps 1 Etayer si besoin les systèmes théoriques de l étape 2 l exploration. Puis faire les liens : quelles sont les convergences, les oppositions, les complémentarités entre ces différents systèmes théoriques +/- les recherches sur le terrain. 13

14 Etape3 La problématique : temps 1 Le chercheur doit aussi comparer ces données avec ses représentations initiales. Les convergences vont amener le chercheur à concevoir une approche plus ciblée. 14

15 Etape 3 La problématique: temps 2 Cela amène généralement à préciser la question de départ par exemple la contextualiser de façon précise, ou bien à mieux cibler les concepts Elle devient alors une question de recherche = problématique. 15

16 Etape 3 : La problématique C est un énoncé interrogatif clair, Qui précise les concepts clés, Qui spécifie la population cible, Qui suggère une investigation : un problème que l on veut étudier. 16

17 Etape 3 : La problématique: temps 3 L argumentation : Le chercheur doit expliciter sa problématique Il explique pourquoi il choisit cette question de recherche quels liens fait-il avec sa question de départ, avec son questionnement? 17

18 La problématique: temps 3 Il explique donc clairement son objet de recherche: En quoi le sujet de la recherche est pertinent? Quels sont les théories existantes qui vont permettre d élucider ce problème? 18

19 Entre problématique et modèle d analyse A ce niveau, une rupture doit se produire. Il s agit d une rupture avec les observations premières : «La première expérience, ou pour parler plus exactement, l observation première est toujours un premier obstacle pour la pensée scientifique. En effet cette observation première se présente comme un luxe d images, elle est pittoresque, concrète, naturelle, facile. Il n y a qu à la décrire et à s émerveiller» Gaston Bachelard 19

20 Entre problématique et modèle d analyse L observation scientifique doit être construite au dépens, des représentations communes, de nos perceptions subjectives, des idées reçues, des impressions premières, des préjugés, des illusions Toute cette première phase concernant «la construction de l objet de recherche» doit permettre cette rupture. Après l explicitation de la problématique, l objet de recherche est construit. 20

21 ETAPE 4 CONSTRUCTION DU MODELE D ANALYSE 1/le cadre conceptuel : mots clés 2/formulation d hypothèse(s) 3/choix des indicateurs 4/choix de la méthode d enquête 5/choix du mode de raisonnement 21

22 Etape 4 : La construction du modèle d analyse : Temps 1 Le cadre conceptuel L auteur sélectionne et expose clairement les concepts majeurs retenus, en lien avec la problématique 22

23 Etape 4 : La construction du modèle d analyse : Temps 1 La maîtrise des concepts va permettre de mettre en avant les éléments qui vont permettre la démonstration. Le modèle d analyse permet la construction des outils de recueil de données et leur interprétation 23

24 Etape 4 : La construction du modèle d analyse : Temps 2 C est la construction des hypothèses (s il y a lieu dans le modèle empirico-inductif). L hypothèse est une proposition provisoire qui peut mettre en lien deux concepts ou bien un concept avec un phénomène particulier. La vérification des hypothèses se fait toujours dans le domaine empirique (qui s appuient sur l expérience/l observation) Elle sera infirmée, confirmée ou nuancée. 24

25 Etape4 : La construction du modèle d analyse : Temps 3 C est la phase de l opérationnalisation. Les concepts et l hypothèse vont donner lieu à des indicateurs qui pourront permettre l observation dans le réel. 25

26 Etape4 La construction du modèle d analyse Temps 3 Un exemple: Objet de recherche / problématique: recherche de la corrélation entre la cohésion sociale et le taux de suicide. Deux concepts dans le cadre conceptuel: cohésion sociale / le suicide comme fait social. Ce sont les deux variables essentiels du modèle d analyse, l une ayant une influence sur l autre. Hypothèse: le taux de suicide d une société est lié au degré de cohésion de cette société: moins la cohésion sociale est forte, plus le taux de suicide doit être élevé. 26

27 Etape4 La construction du modèle d analyse Temps 3 Exemple, suite: Comment rendre cette hypothèse observable? Il va falloir des «indicateurs» empiriques Les différentes dimensions de la cohésion sociale: familiale, religieuse. Au niveau religieux: importance de l emprise de la religion dans la vie quotidienne, pratiques des rites en commun Taux de suicide comme donnée statistique au regard de ces différentes dimensions. Ces indicateurs vont permettre de mesurer la relation entre les deux variables : «cohésion sociale» / «taux de suicide». 27

28 Etape4 La construction du modèle d analyse Temps 4 Le choix de la méthode d enquête Le chercheur va mentionner s il est dans une méthodologie qualitative (comprendre les données) ou quantitative (quantifier les données pour obtenir un résultat). 28

29 Etape 4 La construction du modèle d analyse Temps 5 Il va également expliquer le mode de raisonnement qu il va utiliser dans son analyse ultérieure: Un mode causal et comparatif: mise en relation d un phénomène social avec un autre. Le mode herméneutique s attache à mettre en relation le phénomène étudié avec une théorie générale qui permet d en comprendre le sens : comparaison d un cas singulier avec une théorie déjà validée. 29

30 ETAPE 5 Enquête /observation Elaboration d un outil de recueil de données Faire une démarche d enquête L observation Les entretiens Les questionnaires 30

31 Etape 5 Le recueil des données Il faut en premier lieu réfléchir au rassemblement des données pertinentes, celles qui vont permettre de confirmer ou infirmer les hypothèses. Il faut délimiter l étendue des données. A cette étape, il faut répondre à trois questions: Observer quoi? Sur qui? Comment? 31

32 Etape 5 Le recueil des données Observer quoi? A cette étape, le chercheur reprend les variables et surtout les indicateurs qui vont lui servir de support à son observation. 32

33 Etape 5 Le recueil des données Sur qui? Cela peut amener à concevoir un échantillon de population sur lequel portera l investigation. Cet échantillon doit être explicité. 33

34 Etape 5 Le recueil des données Comment? Le chercheur doit concevoir son instrument de recueil de données. En sciences sociales, trois outils essentiels: Le questionnaire / statistique L entretien (appelé parfois entrevue ou interview) L observation (directe, armée, participante ). Le choix de l outil doit être justifié et argumenté. 34

35 Etape 6 : L analyse des données Cette étape va permettre au chercheur de traiter l information qu il a recueillie. Il va devoir comparer les résultats observés aux résultats attendus ou supposés. Cette étape comprend trois opérations. 35

36 Etape 6 L analyse des données Temps 1 Cela exige des qualités d ordre, de méthode. Il faudra d abord reconnaître les thèmes émergeants, les données pertinentes: celles qui répondent à son questionnement, ses hypothèses, Puis, les classer, les catégoriser Ex: celles qui permettent de mesurer la corrélation entre les deux variables cohésion sociale / taux de suicide. 36

37 Etape 6 L analyse des données Temps 1 Présentation des données avec mise en évidences des variables de façon organisée. Les indicateurs retenus peuvent servir de trame à la description. 37

38 Etape 6 L analyse des données Temps 2 et 3 Le deuxième temps consiste à mesurer les relations entre les variables. Le temps 3 consiste à comparer les relations observées aux relations théoriquement attendues. Il va falloir ensuite mesurer l écart entre les deux: c est ce qui va permettre de confirmer ou infirmer l hypothèse. Puis rechercher la signification de ces écarts. 38

39 ETAPE 7 CONCLUSIONS Vérification des hypothèses: infirmées ou confirmées Solution à un problème... Nouvelle compréhension... Emergence d une autre question de recherche... 39

40 Etape 7 : La conclusion de la recherche «Toute démarche scientifique vise, sinon la vérité absolue, du moins à des conclusions valides» Il faut alors se poser ces questions: «Les conclusions sont-elles justifiées? Peut-on admettre que ces conclusions sont prouvées par les résultats obtenus?... Il s agit de montrer la validité de la recherche. 40

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

LES APPROCHES QUALITATIVES

LES APPROCHES QUALITATIVES LES APPROCHES QUALITATIVES L objectif est d interviewer et d analyser les personnes prises séparément ou en groupe afin de dégager des hypothèses explicatives. Ces dernières seront ensuite vérifiées a

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

L ÉCRITURE ARGUMENTATIVE AU BAC PRO ET EN BTS : QU EN DISENT LES ÉLÈVES?

L ÉCRITURE ARGUMENTATIVE AU BAC PRO ET EN BTS : QU EN DISENT LES ÉLÈVES? Recherches n 61, Écrire, 2014 L ÉCRITURE ARGUMENTATIVE AU BAC PRO ET EN BTS : QU EN DISENT LES ÉLÈVES? Franck Luczak, LP A. Savary, Arras Isabelle Delcambre Université de Lille 3 Le LP, les élèves et les

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Les études marketing. Yohan Bernard. Chapitre 2. Marketing (LA2 AGE)

Les études marketing. Yohan Bernard. Chapitre 2. Marketing (LA2 AGE) Les études marketing Chapitre 2 Yohan Bernard Le rôle d une étude marketing Outil d aide à la décision Obtenir Analyser des données Interpréter Les finalités de l étude marketing Exemples en grande consommation

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Formation continue des enseignants en France et en Ukraine : essai de comparaison

Formation continue des enseignants en France et en Ukraine : essai de comparaison Formation continue des enseignants en France et en Ukraine : essai de comparaison Marina Vasylenko La formation continue des enseignants (formation en cours d emploi) dépend de nombreux facteurs comme

Plus en détail

«La formation des dirigeants de PME : enquêtes et expériences françaises récentes»

«La formation des dirigeants de PME : enquêtes et expériences françaises récentes» Note «La formation des dirigeants de PME : enquêtes et expériences françaises récentes» Pierre-Laurent Bescos Revue internationale P.M.E. : économie et gestion de la petite et moyenne entreprise, vol.

Plus en détail

Mise en œuvre de modules transversaux dans les formations en travail social :

Mise en œuvre de modules transversaux dans les formations en travail social : Mise en œuvre de modules transversaux dans les formations en travail social : quels impacts sur le processus de construction des compétences et de l identité professionnelle des apprenants? Claire JONDEAU

Plus en détail

Sous-épreuve E 11 Étude d un produit de communication visuelle coef. type

Sous-épreuve E 11 Étude d un produit de communication visuelle coef. type E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Sous-épreuve E 11 Étude d un produit de communication visuelle partir d un dossier ressource et de ses connaissances professionnelles, le candidat analyse À un document

Plus en détail

Les grands domaines des mathématiques

Les grands domaines des mathématiques Les grands domaines des mathématiques La classification de Bossut, 1784 «Les mathématiques ont pour objet de mesurer, ou plutôt de comparer les grandeurs ; par exemple les distances, les surfaces, les

Plus en détail

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE A l occasion de son 40 ème anniversaire dans le domaine du soin en addictologie, le Centre ADAJE a mis au point deux formations liées à l approche culturelle. En effet,

Plus en détail

Innovation Process Présentation de la recherche

Innovation Process Présentation de la recherche Innovation Process Présentation de la recherche Présentation du projet Innovation Process Qui fait partie du projet? : Une équipe pluridisciplinaire (sociologie, gestion, psychologie) de l Ulg, active

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

Expérimenter des outils simples d évaluation

Expérimenter des outils simples d évaluation Expérimenter des outils simples d évaluation Radix 26 septembre 2007 Eric Zellweger et Yann Boggio 1 Plan de la présentation L évaluation c est Dessiner une évaluation Quelques outils 5 min 10 min 15 min

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OUTILS

METHODOLOGIE ET OUTILS METHODOLOGIE ET OUTILS OUTIL POUR ORGANISER UNE FORMATION EN CHANTIER CHANTIE ECOLE Contexte Les formations courtes (2 à 5 jours) sont adaptées à un public en emploi. Elles conviennent aux indépendants

Plus en détail

L utilisation de l interdisciplinarité dans le secondaire. Veille et analyses L essentiel sur. IFĖ-ENS de Lyon. Catherine Reverdy

L utilisation de l interdisciplinarité dans le secondaire. Veille et analyses L essentiel sur. IFĖ-ENS de Lyon. Catherine Reverdy L utilisation de l interdisciplinarité dans le secondaire Catherine Reverdy IFĖ-ENS de Lyon Veille et analyses L essentiel sur Janvier 2016 La problématique de l interdisciplinarité telle que présentée

Plus en détail

L ÉVALUATION EN QUESTION

L ÉVALUATION EN QUESTION L ÉVALUATION EN QUESTION Maître de conférences, HDR, en sciences de l éducation Directrice du service de formation à distance, Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines Aix-Marseille Université

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL

LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL Fiche n 4 LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL La réforme du lycée est entrée en vigueur à la rentrée 2010 avec la nouvelle classe de Seconde. Des ressources pour faire la

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

Réaliser une enquête par questionnaire

Réaliser une enquête par questionnaire Réaliser une enquête par questionnaire 1/ La préparation du questionnaire (extrait de Antoine J., Le sondage, outil du marketing) «Un bon questionnaire est en général le résultat de plusieurs «moutures»

Plus en détail

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir.

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir. LA PROBLEMATIQUE En ce qui concerne le rôle du leader d une équipe et leurs rapports de travail qui se déroulent dans une entreprise, on peut envisager s ils pouvaient apparaître des différents problèmes

Plus en détail

Chapitre 2. Test de comparaison d une moyenne à une valeur théorique. Test bilatéral pour une population de loi normale et d écart-type connu

Chapitre 2. Test de comparaison d une moyenne à une valeur théorique. Test bilatéral pour une population de loi normale et d écart-type connu Chapitre 2 Test de comparaison d une moyenne à une valeur théorique I Test bilatéral pour une population de loi normale et d écart-type connu 24 Exemple 1 Score d Achenbach : mesure les problèmes comportementaux

Plus en détail

Maîtriser les techniques du consultant

Maîtriser les techniques du consultant Maîtriser les techniques du consultant > Développer son réseau relationnel > Respect mutuel et management > PNL et conseil > Parcours coach professionnel > Les fondamentaux de la gestion de projet 16 >

Plus en détail

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Doctorat HEC Formation à la pédagogie d adultes Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Septembre 2006 2 1. Présentation générale 1.1. Principes de base d une formation des doctorants à la pédagogie d

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX

PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX I Présentation du logiciel : Le logiciel de traitement d enquêtes Sphinx permet de gérer les enquêtes et les données, quelque soit leur nature : quantitative

Plus en détail

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Cécile Delesalle (Vérès Consultants) et Gérard Marquié (Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire).

Plus en détail

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information Knowledge Conseil en Système d Information La Localisation d Expertise Introduction AVRIL 2003 1 La localisation d expertise Le défi à relever Imaginons qu un collaborateur souhaite comprendre le concept

Plus en détail

SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION

SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION DU PAS-DE-CALAIS 2007-2012 2012 0 SCHEMA DEPARTEMENTAL ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION DU PAS-DE-CALAIS Préambule 4 Préambule Le présent document constitue le troisième

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Droit Economie Gestion (DEG) Mention «Marketing» Spécialité «Marketing stratégique et opérationnel» à finalité recherche

Plus en détail

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX La logique managériale - 1- MF MOULY CLAUX 1 Sommaire I Les spécificités de la démarche managériale A Définition du manager B Différences entre entrepreneur et manager Capacités requises de l entrepreneur

Plus en détail

ELA BORATION D'UNE SOLUTION DOMOTIQUE POUR LE MAINTIEN A DOMICILE

ELA BORATION D'UNE SOLUTION DOMOTIQUE POUR LE MAINTIEN A DOMICILE ELA BORATION D'UNE SOLUTION DOMOTIQUE POUR LE MAINTIEN A DOMICILE Madame Michèle CONTE (EGERIS) 19, av. Jean Jaurès 75019 Paris La présente intervention retrace les conclusions partielles d'une étude qui

Plus en détail

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous?

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous? MODULES DE PERFECTIONNEMENT DE FORMATEURS Chaque thématique est indépendante l une de l autre Ce programme a pour objectifs : d élargir son champ de conscience dans le domaine de la formation des adultes

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC DIRECTION DE LA FORMATION, DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC Présentation : Monsieur KASSI N GUESSAN N Jacques DIRECTEUR DE LA FORMATION,

Plus en détail

Bernard Dantier (4 mai 2004)

Bernard Dantier (4 mai 2004) Bernard Dantier (4 mai 2004) (docteur en sociologie de l École des Hautes Études en Sciences Sociales, enseignant au Centre Universitaire de Formation et de Recherches de Nîmes) Textes de méthodologie

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

Taux de Rendement Interne (TRI)

Taux de Rendement Interne (TRI) PRINCIPAUX CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROJETS 4 Principes fondamentaux Définition Il s agit du taux d actualisation qui rend nulle la VAN de base (voir calculs pages 145 et 146), ou par extension, la VANR.

Plus en détail

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Fribourg, le 8 avril 2014 WWW.OBSERVATOIREAMAROK.CH Mathias Rossi

Plus en détail

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand

Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Dispositif C : Actions d'intermédiation avec les employeurs du secteur marchand ou non marchand Objectif spécifique 3.9.1.2 Mobiliser des employeurs et des entreprises dans les parcours d insertion La

Plus en détail

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION.

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION. Ce document est la propriété de la Banque Carrefour de la sécurité sociale. La publication de ce document ne préjudicie nullement aux droits de la Banque Carrefour de la sécurité sociale à l'égard de ce

Plus en détail

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria»

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Journée d'information portant sur la thématique "Consommons Algérien" Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Présentation : M. Kamal KHEFFACHE,

Plus en détail

Chapitre 6 : Tests d hypothèses

Chapitre 6 : Tests d hypothèses U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 2008-2009 Chapitre 6 : Tests d hypothèses Les statistiques peuvent être une aide à la décision permettant de choisir entre deux hypothèses. Par exemple,

Plus en détail

Méthode de la dissertation en Histoire

Méthode de la dissertation en Histoire Méthode de la dissertation en Histoire I. Lire et comprendre le sujet 1. Comprendre le libellé et le sens du sujet Avant tout autre chose, il s agit de comprendre parfaitement le sujet. Il faut déterminer

Plus en détail

Module Stratégie d'organisation et processus d'entreprise (GO2) Techniques de l entretien

Module Stratégie d'organisation et processus d'entreprise (GO2) Techniques de l entretien Module Stratégie d'organisation et processus d'entreprise (GO2) Techniques de l entretien (guide pour l exercice 2 «entretien de terrain») Master SIC Paris 1 Panthéon Sorbonne Version 2014 : Rafael Gutierrez

Plus en détail

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet

Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Examen professionnel de courtière / courtier en immeubles Guide pour l établissement du travail de projet Basé sur les directives concernant l examen professionnel de courtière / courtier en immeubles

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «SCHEMAS INTERCOMMUNAL D ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes Eyrieux aux Serres L

Plus en détail

Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un

Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un Introduction Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un investisseur. Mais l environnement des «pays émergents» crée des risques particuliers : il n est pas indifférent de travailler

Plus en détail

Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF

Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF Recommandations de Niveau 3 du CESR sur la Déclaration des transactions de la Directive MIF Mai 2007 Cette traduction française, effectuée par les services de l'amf, est un outil de travail mis à la disposition

Plus en détail

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Le technicien électromécanicien et le technicien d usinage : propositions pour la construction d une grille de compétences Ce projet a été financé avec

Plus en détail

Sommaire. Une littérature de jeunesse à partager avec les très jeunes enfants (0/3 ans)

Sommaire. Une littérature de jeunesse à partager avec les très jeunes enfants (0/3 ans) FORMATIONS Dans une optique d ouverture culturelle et de plaisir, L.I.R.E. à Paris propose aux tout-petits accompagnés de leurs parents ou de professionnels référents, un éveil aux livres. L association

Plus en détail

XVIIe Congrès de l AISLF, Tours, France, 5-9 juillet 2004. CR 24 Petites sociétés et construction du savoir. Compte-rendu

XVIIe Congrès de l AISLF, Tours, France, 5-9 juillet 2004. CR 24 Petites sociétés et construction du savoir. Compte-rendu XVIIe Congrès de l AISLF, Tours, France, 5-9 juillet 2004 CR 24 Petites sociétés et construction du savoir Compte-rendu Dans le cadre du XVIIe Congrès de l AISLF (Tours, les 5-9 juillet 2004) le CR 24

Plus en détail

Normes sociales, droit du travail et Mondialisation Confrontations et mutations

Normes sociales, droit du travail et Mondialisation Confrontations et mutations Normes sociales, droit du travail et Mondialisation Confrontations et mutations Dalloz, collection A droit ouvert, Paris, septembre 2006 Marie-Ange Moreau Introduction Chapitre préliminaire : Les caractéristiques

Plus en détail

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants

Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Rapport synthèse des questionnaires T1 et T2 Sessions EFSHV Phase I Quelques faits saillants Ce rapport présente les principaux résultats des questionnaires administrés aux participants 1 ayant suivi les

Plus en détail

Ouvrage co-signé par Isabelle Mounier-Kuhn et Jerry Knock, deux associés du cabinet Oasys.

Ouvrage co-signé par Isabelle Mounier-Kuhn et Jerry Knock, deux associés du cabinet Oasys. Positionnement professionnel et réseaux Une dynamique vertueuse pour réussir sa carrière Ouvrage co-signé par Isabelle Mounier-Kuhn et Jerry Knock, deux associés du cabinet Oasys. PREFACE DE RICHARD DESCOINGS

Plus en détail

La participation citoyenne en aménagement du territoire

La participation citoyenne en aménagement du territoire La participation citoyenne en aménagement du territoire Conceptualisation d un cadre de référence de mise en œuvre de la Convention d Aarhus pour la planification directrice Les dispositions concernant

Plus en détail

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016

Les prochaines formations de l École de la médiation. Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Les prochaines formations de l École de la médiation Gérer un projet de médiation (2j) 15 et 16 septembre 2016 Réaliser des médiations pour tous les publics (2j) 26 et 27 septembre 2016 Modèles d apprentissage

Plus en détail

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert Mise en route PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Découvrir l autisme Classe : CE-CM Niveau : cycles 2 & 3 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Descriptif du projet coopératif

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence?

Introduction. Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence? Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence? Je reprends ce que disait Coluche : «Il nous vendait de l intelligence et n avait pas un échantillon sur lui!».

Plus en détail

L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME TERRITORIAL UNE MUTATION RADICALE

L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME TERRITORIAL UNE MUTATION RADICALE SENS ET COHÉRENCES HUMAINES L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE Roger NIFLE Panneau d'information - Accueil du site - Télécharger le texte au format PDF - Adobe Acrobat Reader CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME

Plus en détail

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h

Conseiller, Consultant, Responsable Formation. 180 h 192 h h h 420 h 372 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : Formation dispensée en : Sciences Humaines et Sociales Education et Formation Conseiller, Consultant, Responsable Formation

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

UNE ACTION «MATHS À MODELER» AU CIES DE GRENOBLE

UNE ACTION «MATHS À MODELER» AU CIES DE GRENOBLE N 267 DUCHENE Eric UNE ACTION «MATHS À MODELER» AU CIES DE GRENOBLE L atelier de monitorat «maths à modeler» s inscrit dans la perspective plus vaste des travaux de l Equipe Recherche Technologie éducation

Plus en détail

La contribution des matières obligatoires du Programme de formation de l école québécoise à la lutte contre l homophobie et l intimidation

La contribution des matières obligatoires du Programme de formation de l école québécoise à la lutte contre l homophobie et l intimidation La contribution des matières obligatoires du Programme de formation de l école québécoise à la lutte contre l homophobie et l intimidation Exemples des programmes Éducation physique et à la santé et Éthique

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

Comment évaluer ses actions de communication?

Comment évaluer ses actions de communication? Fiche conseil réalisée à partir du séminaire Arces-CELSA Evaluez l efficacité de vos actions, animé par Assaël ADARY, fondateur et co-président d Occurrence, cabinet spécialisé dans l évaluation des actions.

Plus en détail

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Diavasis, du grec ancien, désigne «le passeur» celui qui ouvre un nouveau chemin et élargit

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur Appel à projet 2016 1. Un contrat de ville nouvelle génération La loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014 a fixé les principes suivants pour le nouveau contrat de ville

Plus en détail

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître?

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître? ENSIIE Logistique DM Cas Viviana Wilson JOUËT 3ème année Option NTOE Ce devoir a pour sujet la modernisation de certains composants du système d informations de l entreprise de cosmétiques Viviana, notamment

Plus en détail

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire?

Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Les contrôles : quand, comment, quelles conséquences pour le bénéficiaire? Octobre - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de

Plus en détail

Forum de la micro-entreprise «Femme, crée ton emploi»

Forum de la micro-entreprise «Femme, crée ton emploi» Forum de la micro-entreprise «Femme, crée ton emploi» M O B I L I S AT I O N D E L A S S E M B L E E D E P O LY N E S I E F R A N C A I S E 3 E M E T E M P S F O R T E N F A V E U R D E L A P R O M O T

Plus en détail

Démarche d investigation

Démarche d investigation SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE Séance N 1/5 Durée : 1h 30 minutes Cycle II - Niveau CP CE1 Découvrir le monde du vivant Les animaux de la litière Progressivité apprentissages au cours cycles CYCLE

Plus en détail

III - INTRODUCTION AUX TESTS STATISTIQUES

III - INTRODUCTION AUX TESTS STATISTIQUES III - INTRODUCTION AUX TESTS STATISTIQUES J-P. Croisille Université de Lorraine UEL - Année 2012/2013 1-PRINCIPE DES TESTS D HYPOTHESE HYPOTHESE NEUTRE ET HYPOTHESE ALTERNATIVE: Une hypothèse est une affirmation

Plus en détail

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté.

Extraire d un document papier les informations utiles. Effectuer un calcul. Proposer une méthode, un calcul, un outil adapté. TOUR DE L ILE. Niveau et objectifs pédagogiques : classe de 5 ème (possible dès la 6 ème ) L élève extrait des informations de plusieurs documents, engage une démarche en plusieurs étapes, effectue des

Plus en détail

L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire

L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire L éducation thérapeutique, pour une meilleure gestion du diabète en milieu scolaire Valérie HAMEL infirmière clinicienne, Maître en sciences infirmières de l Université du Québec à Rimouski Graduée Master

Plus en détail

Mémoire. Rapports d activité et de projet tutoré

Mémoire. Rapports d activité et de projet tutoré Licence professionnelle Gestion Comptable et financière des PME- PMI Comptabilité Financière et Audit C.F.A. Mémoire Rapports d activité et de projet tutoré 1 Sommaire Le mémoire p.3 La réalisation du

Plus en détail

Services d'intégration socioprofessionnelle

Services d'intégration socioprofessionnelle Définition du domaine d'examen Services d'intégration socioprofessionnelle ISP-1029-1 Stage d'acquisition de compétences socioprofessionnelles Définition du domaine d'examen Services d'intégration socioprofessionnelle

Plus en détail

Contexte et enjeux pour les CECAM

Contexte et enjeux pour les CECAM Enjeux et impacts de la microfinance rurale à Madagascar : Etude d impact du réseau des Caisses d épargne et de crédit mutuel de Madagascar (CECAM) (2003-2007) BIM n - 24 octobre 2006 Emmanuelle BOUQUET

Plus en détail

C o r e S t r a t e g i e s

C o r e S t r a t e g i e s Ville d Ottawa Examen de la réglementation et des services de taxi et de limousine Expérience client 14 octobre 2015 C o r e S t r a t e g i e s Table des matières Examen de la réglementation et des services

Plus en détail

mondiale des sciences de l él

mondiale des sciences de l él Quelle place et quel rôle pour les sciences dans la formation des élèves? Représentations d enseignants du primaire au Maroc au regard de la hiérarchisation des matières et de l interdisciplinarité XIV

Plus en détail

LES METADONNEES DU RECORDS MANAGEMENT

LES METADONNEES DU RECORDS MANAGEMENT LES METADONNEES DU RECORDS MANAGEMENT Présentation Groupe PIN, 4 mai 2004 Intervention de Geneviève Drouhet HISTORIQUE n Après la parution de la norme ISO 15489 sur le R.M le TC 46 /SC11 décide de poursuivre

Plus en détail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail LE STRESS DANS LE MONDE DU TRAVAIL Laura Cipriani TABLE DES MATIÈRES Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail L évaluation

Plus en détail

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE CO-181 QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE FAVE P. IGN, RAMONVILLE SAINT-AGNE, FRANCE 1. OBJECTIFS ET CONTEXTE 1.1. Contexte Le service IGN Espace, rattaché

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Avec l aimable autorisation de la revue Environnement & Technique : www.pro-environnement.com

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés relatives à la gestion de l organisation Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Les difficultés relatives à la gestion de l organisation citées par les enseignants

Plus en détail

Les symboles architecturaux des pays du monde

Les symboles architecturaux des pays du monde HISTOIRE DES ARTS 3ème 2010 2011 Les symboles architecturaux des pays du monde Yo'Art L'Opéra de Sydney Nom :... Prénom :... Classe :... Collège Georges Seurat 75, Rue des Fauvelles 92400 Courbevoie Ce

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DU CALCUL MENTAL

ENSEIGNEMENT DU CALCUL MENTAL ENSEIGNEMENT DU CALCUL MENTAL Quelles pratiques, quels contenus, quels supports?... Quels enjeux?... Gérard NEUVILLE - CPC Ussel MISE EN SITUATION POUR COMPRENDRE DE QUOI ON PARLE. 48 x 250 =? 28056 :

Plus en détail

ECVET : Projet de spécifications techniques

ECVET : Projet de spécifications techniques European Workshop On ECVET: the Launch of the Consultation 2 October 2006, Espoo ECVET : Projet de spécifications techniques LES CREDITS D APPRENTISSAGE EUROPEENS POUR LA FORMATION ET L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS

Plus en détail

LA SECTION EUROPÉENNE ESPAGNOL DU LYCÉE VAN GOGH D AUBERGENVILLE : BILAN ET PERSPECTIVES

LA SECTION EUROPÉENNE ESPAGNOL DU LYCÉE VAN GOGH D AUBERGENVILLE : BILAN ET PERSPECTIVES LA SECTION EUROPÉENNE ESPAGNOL DU LYCÉE VAN GOGH D AUBERGENVILLE : BILAN ET PERSPECTIVES LE FONCTIONNEMENT DE LA SECTION AU LYCÉE VAN GOGH La classe de seconde Un recrutement en fonction de la motivation

Plus en détail

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques)

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) Aurélien CEDEYN aurelien.cedeyn@ens-lyon.fr Michaël MRISSA michael.mrissa@liris.cnrs.fr LIP Laboratoire de l Informatique du Parallélisme 20 octobre 2008

Plus en détail

Guide de la rénovation thermique

Guide de la rénovation thermique Guide de la rénovation thermique et de la performance énergétique A B C D E F Dépensez moins Polluez moins Vivre mieux Les réponses aux questions que vous vous posez pour la rénovation de votre logement

Plus en détail

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Version brève du rapport comparatif national Mars 2014, version 1.0 Résumé du rapport comparatif national, mesure 2012 Sommaire 1. Contexte... 3

Plus en détail

Scénario d usage, timing 1

Scénario d usage, timing 1 Scénario d usage, timing 1 La séance va sûrement durer plus d une heure (environs 1h15-1h30 suivant les réactions de la classe). J espère malgré tout arriver à la phase 8. Phase Description de la phase

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance :

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : DOSSIER DE PRESSE 29 janvier 2016 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : Depuis 10 ans, les parents confient davantage la garde de leurs jeunes enfants aux professionnels

Plus en détail

Didacticiel - Etudes de cas

Didacticiel - Etudes de cas Objectif Le travail du statisticien consiste souvent à calculer des statistiques descriptives comparatives à partir de tris à plat ou tris croisés. L intérêt de ces approches assez frustres est que la

Plus en détail

Le Viaduc de Millau **********************************************************************************************

Le Viaduc de Millau ********************************************************************************************** Le Viaduc de Millau ********************* GROUPE 1 - ELEVE N 1 : CEDRIC BONNET - ELEVE N 2 : GABRIEL GOUTIER - ELEVE N 3 : GUILLAUME PEYROT AUTOUR DU SUJET : NOUS EN VISAGEONS DE REALISER UN SITE INTERNET

Plus en détail

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA FORMATION A L audit Qualité interne PARTIE I: Introduction à l audit Qualité 1- évolutions des normes pour l audit 2-Concepts et Définitions

Plus en détail