Autour des nombres et des polynômes de Bernoulli

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Autour des nombres et des polynômes de Bernoulli"

Transcription

1 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli Gaëtan Bisson d après un cours de Don Zagier Résué En athéatiques, les nobres de Bernoulli ont d abord été étudiés en cherchant à calculer les soes du type P kn où et n sont deux entiers positifs. Ils sont utilisés fréqueent en théorie des nobres ais apparaissent aussi dans bien d autres doaines des athéatiques. Don Zagier les a introduits dans le cours cours intitulé cours aux carrés qu il a donné à l École Norale Supérieure au preier seestre de l année scolaire pour ensuite parler des soes de Dedekind et de leurs lois de réciprocité. Table des atières Motivation 2 Définitions et propriétés éléentaires 3. Définitions Propriétés éléentaires Autres définitions La relation de distribution 7 2. Pour les polynôes de Bernoulli Pour les polynôes réduits de Bernoulli Applications diverses 9 3. Des soes de puissance d entiers Des nobres preiers Questions ouvertes De la fonction ζ de Rieann Forule d Euler MacLaurin Références 3 Index 4

2 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 2/4 Motivation Sur l espace R [[x]] des séries forelles à coefficients dans R, on a l opérateur qui à une série forelle P (x) associe la série forelle : P (x) = P (x + ) P (x) On appelle l opérateur de pseudo-dérivation en raison des nobreuses analogies qui le relient à l opérateur de dérivation (que nous noterons ou x si l on veut préciser la variable). Il est intéressant d étudier l opérateur ϕ obtenu en coposant à droite par l inverse (à droite) de. On obtient alors l opérateur qui à une série forelle P (x) associe la série forelle : Z «Z x+ ϕp (x) = P (x) = P Proposition.. L opérateur ϕ, restreint à R [x], est un isoorphise préservant le degré. Soit P (x) un polynôe de R[x] et donnons-nous Q (x) sa priitive sans tere constant; alors ϕp (x) = Q (x + ) Q(x). En écrivant P (x) = P n α kx k on a Q (x) = P n ϕp (x) = n x α k k+ xk+ et : α k (x + ) k+ x k+ k + À la vue de cette expression, il est clair que ϕ est un endoorphise de R [x]. Et il est aussi clair que le degré de ϕp (x) est celui de P (x); cela iplique que ϕ est un isoorphise. L iage directe de la base canonique (x n ) n N par ϕ se calcule sans peine : c est la base. (x+) n+ x n+ n+ n N Ce n est pas aussi évident de trouver son iage réciproque ; notons donc B n (x) l unique polynôe (de degré n) tel que ϕb n (x) = x n ie. (B n (x)) n N est la base réciproque de (x n ) n N par ϕ. Pour étudier ces polynôes, on peut introduire leur série génératrice S = P B n(x) n= t n. n! On a alors : x n ϕs = n! tn = e tx n= t e t etx. Or, il est clair qu un antécédant de e tx par ϕ est Ainsi, on peut définir des quantités B n (x) coe étant les coefficients du développeent en série de la fonction t t e t etx. On pourra ensuite vérifier que ces quantités ont bien les propriétés attendues; en particulier, qu il s agit bien de l iage réciproque de la base canonique de R[x] par ϕ.

3 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 3/4 Définitions et propriétés éléentaires. Définitions Définissons donc, coe suggéré plus haut, les polynôes de Bernoulli à partir de leur série génératrice : Définition... La suite des polynôes de Bernoulli, notée (B n (x)) n N, est l unique suite telle qu on ait le développeent en série : n= B n (x) t n = tetx n! e t Voici les preières valeurs des polynôes de Bernoulli que Lehonard Euler a obtenu en 738 [Eul38] : n B n (x) x 2 2 x 2 x x x2 + 2 x 4 x 4 2x 3 + x x x x3 6 x 6 x 6 3x x4 2 x Définissons aintenant les nobres de Bernoulli qui ne sont que les teres constants des polynôes de Bernoulli : Définition..2. On note B n = B n () le n-ièe nobre de Bernoulli. La suite des nobres de Bernoulli est donc l unique suite telle qu on ait le développeent en série : n= B n n! tn = t e t On peut calculer facileent les preières valeurs des nobres de Bernoulli : n B n L observation de ces valeurs otive cette proposition : Proposition..3. Pour n 2 et n ipair, B n = Cela ne fait que refléter le fait que la fonction t t + t est paire. On a en effet : e t 2 t e t + 2 t = 2 tet + e t Et le résultat découle du fait que t et + est ipaire : e t e t + e t = + t e t = e + e t e t

4 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 4/4 Cette proposition rend les polynôes de Bernoulli explicites lorsqu on connaît les nobres de Bernoulli : Proposition..4. On a la relation suivante : B n (x) = n CnB k k x n k Il suffit de développer par rapport à x la série qui définit les polynôes de Bernoulli :!! te tx e t = t (tx) j B k (tx) j = e t j! k! tk j! j= Et, par définition, B n (x) est le coefficient de t n dans cette série double : B n (x) = k+j=n B k k!j! xj = j= n CnB k k x n k En particulier, le n-ièe polynôe de Bernoulli est un polynôe de degré n. B n (x) n = 4 n = n = 3 x n = 5 n = 2.2 Propriétés éléentaires Les preiers polynôes de Bernoulli Tout d abord, voici une propriété de pseudo-dérivation des polynôes de Bernoulli : Proposition.2.. On a, pour n : On écrit sipleent : n= B n (x) = B n (x + ) B n (x) = nx n B n (x + ) B n (x) t n = tet(x+) n! e t tetx e t = text = n= La proposition découle de l identification des coefficients des séries. x n (n )! tn L application directe de cette forule est le théorèe 3.. ; ais il y a aussi ce résultat :

5 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 5/4 Corollaire.2.2. On a la forule de récurrence suivante : B n = n n + C k n+b k Pour cela, il suffit de spécialiser notre proposition en x = ; alors, on obtient B n+ () = B n+ () pour n. En utilisant alors la proposition..4, on a : n+ Cn+B k k = B n+, ou encore, n Cn+B k k = Et, en sortant le tere en B n de la soe, on a le corollaire. Notons que cette proposition nous peret d affirer, par récurrence, le fait que les nobres de Bernoulli sont rationnels et donc, par la proposition..4, que les polynôes de Bernoulli sont dans Q [x]. Proposition.2.3. On a la forule suivante : B n ( x) = ( ) n B n (x) Il suffit de faire la petite transforation suivante : B n ( x) t n = tet( x) n! e t = te tx e = B n (x) ( t) n t n! n= n= La proposition n est alors que l identification des coefficients des séries. En cobinant cette proposition avec la proposition.2., et en la spécialisant en x =, on retrouve la nullité des B n pour n 2 ipair. Déontrons encore deux égalités que nous utiliserons ensuite. Ce preier résultat a été obtenu en 882 par Paul Éile Appell [App82] : Proposition.2.4. On a, pour n : B n (x) = nb n (x) Pour cela, il suffit de dériver par rapport à x la série qui définit les polynôes de Bernoulli : xb n (x) t n te tx = x n! e t = t2 e tx e t = B n (x) (n )! tn n= n= La proposition n est alors que l identification des coefficients des séries. Proposition.2.5. On a, pour n : Z B n (t)dt = À l instar de la proposition précédente, on intègre pour x [; ] la série qui définit les polynôes de Bernoulli : n= R R Bn (x)dx t n = tetx dx n! e t = et e t = La proposition n est alors que l identification des coefficients des séries.

6 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 6/4.3 Autres définitions Certaines des propriétés que nous avons établies perettent de donner d autres définitions pour les nobres et les polynôes de Bernoulli. Bien évideent, ces définitions sont toutes équivalentes. On peut définir la suite des nobres de Bernoulli par récurrence en utilisant le corollaire.2.2 (toutefois, il est clair que cette fore ne se prête que peu aux calculs) : Définition.3.. La suite des nobres de Bernoulli, notée (B n) n N, est la suite dont le preier tere est B = et qui vérifie la relation de récurrence : B n = n n + C k n+b k La proposition.2.4 caractérise par récurrence les polynôes de Bernoulli à une constante près. De plus, cette constante peut être déterinée par la proposition.2.5 : Définition.3.2. La suite des polynôes de Bernoulli, notée (B n (x)) n N, est la suite dont le preier tere est B (x) = et qui vérifie la relation de récurrence : B n (x) = nb n (x) et Z B n (t)dt = Rearquons qu on aurait pu replacer la condition R Bn (t) dt = par la condition B n () = B n () pour n. La définition qui suit est ce qui a otivé la définition initiale. Elle ontre les qualités que, dans la section, nous souhaitions voir attribuées aux polynôes de Bernoulli. C est la définition qui est de loin la plus naturelle. Définition.3.3. Le n-ièe polynôe de Bernoulli, noté B n (x), est l unique polynôe qui vérifie : Z y+ y B n (x)dx = y n Le fait que les polynôes de Bernoulli satisfassent cette relation est une conséquence directe de la proposition.2.. L unicité de ces polynôes a été déontrée dans la preuve de la proposition.. Bien entendu, on pourrait, à partir de ces définitions, redéontrer les résultats que nous avons obtenus précédeent.

7 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 7/4 2 La relation de distribution 2. Pour les polynôes de Bernoulli Définition 2... On dit qu une fonction f de R dans R vérifie la relation de distribution pour l ordre n lorsque : «t + r f = f (t) n r= Ce résultat a été obtenu par Joseph Ludwig Raabe en 85 [Raa5] : Théorèe Le n-ièe polynôe de Bernoulli, B n, vérifie la relation de distribution pour l ordre n. Procédons par équivalences : n, r= n, r= «t + r B n = Bn (t) n «(x) n t + r B n = x n B n (t) En soant suivant les n, on a une égalité de séries équivalente à ce qui précède. On identifie la série qui définit B n (t) : r= r= t+r x xe e x = xext e x e xr e x = e x Et cette dernière égalité n est rien d autre que la soe d une série géoétrique. Cela prouve le théorèe. On peut aussi proposer une seconde déonstration tout aussi siple en partant de la définition.3.3 : Pour cela, il suffit de découper l intégrale de définition puis de faire un changeent de variable affine : n y n = n Z y = y n = Z y+ y y + n B n (x)dx = n B n t + k «dt Z y + k+ y + k Alors, l unicité des polynôes de Bernoulli peret de conclure. B n (x)dx

8 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 8/4 2.2 Pour les polynôes réduits de Bernoulli Pour de nobreuses applications [a], il est intéressant de considérer, non pas les polynôes de Bernoulli, ais des fonctions périodiques définies à partir de ces polynôes. Coe nous avons vu qu en conséquence de la proposition.2., pour tout n 2, B n () = B n (), il est naturel de poser la définition : Définition Les polynôes réduits de Bernoulli, notés B n, sont définis pour n par : B n (x) = B n (x od ) Pour n =, cette définition n est pas satisfaisante en = x od ; la bonne définition est alors : j (x od ) x / Z B (x) = 2 x Z Dans ce qui précède, on a bien sûr noté x od = x x. On note très souvent B (x) = ((x)). Ainsi, la proposition.2. spécialisée en x = donne la continuité des B n pour n. Avant de ontrer la relation de distribution, ontrons ce résultat qui, en plus de nous failiariser avec les polynôes réduits de Bernoulli, nous sera très utile ensuite : Proposition On a, pour n et x / Z : B n (x) = nb n (x) La proposition.2.4 nous donne le résultat sur ];[ et, par périodicité, il s étend sur R \ Z. Rearquons que ce résultat est vrai sur tout R lorsque n 3. Théorèe Le n-ièe polynôe réduit de Bernoulli, B n, vérifie la relation de distribution pour l ordre n. Montrons cela coe une conséquence du résultat pour les polynôes de Bernoulli. Il s agit de ontrer : r= «t + r B n = x { t+r r {...}} B n (x) = Bn (t) n Coe n la fonction B n est -périodique, o on peut faire la soation dans le second ebre pour x t t +r r {... } ; alors, la valeur de B n en ces x est exacteent B n (x) et le résultat découle alors du précédent. [a] Notaent, des applications en analyse, que ce soit de l analyse de Fourier (cf. calcul des valeurs de la fonction ζ de Rieann en les entiers pairs à la partie 3.4) ou pour la forule d Euler-MacLaurin (cf. partie 3.5).

9 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 9/4 3 Applications diverses Pour illustrer l iportance des nobres de Bernoulli, nous proposons quelques exeples qui ontrent leur présence dans des doaines très divers des athéatiques. 3. Des soes de puissance d entiers Coençons par la preière application historique : Théorèe 3.. (forule de Faulbaher). Si l on note Sn des preiers entiers (ie. Sn = P kn ), on a : la soe des puissance n-ièes S n = n + n Cn+B k k n+ k La proposition.2. nous donne une soe téléscopique : Sn = k n = B n+ (k + ) B n+ (k) n + = Bn+ () Bn+ () n + On applique alors la proposition..4 :! Sn = n+ Cn+B k k n+ k B n+ () n + Or on sait que B n+ = B n+ () ; cela donne la forule recherchée. 3.2 Des nobres preiers Ce résultat a été indépendaent obtenu en 84 par Karl Georg Christian von Staudt [vs4] et Thoas Clausen [Cla4] : Théorèe 3.2. (von Staudt Clausen). Notons P N l enseble des nobres preiers. On a n + A Z p p P,p n Pour la déonstration, nous aurons besoin de ceci : Définition Un nobre rationnel preier avec p. r s Q est dit p-entier si son dénoinateur est Nous pouvons supposer que n est pair ; p dénotera un nobre preier. Montrons par récurrence que pb n est p-entier. Ceci est clair pour n =. Si n 2, d après le théorèe 3.., on a : S p n = n Cn+ k n n + B kp n+ k = pb n + C k n p n k n k + pb k Z Il suffit donc de prouver que Cn k pn k pb n k+ k est p-entier pour k < n. Or, c est bien le cas de pb k par hypothèse de récurrence, ainsi que celui de pn k étant donné que n k+ n k+ pn k. Par ultiplicativité, on a bien le fait que pb n est p-entier. Montrons que si p n alors pb n = od p et que B n est p-entier sinon. Le théorèe 3.. donne, coe on sait que les pb k sont p-entiers, pb n = Sn p od p. Or, si g est un éléent priitif du groupe F p, on a : p Sn p = k n = k= p 2 g nk od p

10 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli /4 Ainsi, (g n )Sn p = g n(p ) = od p. Si p n, alors pb n = Sn p = P p k= = od p par le petit théorèe de Ferat, sinon, g n od p et ainsi pb n = Sn p od p =. Ce qui précède ontre que la quantité w = B n + P p n est q-entière quel que soit q p preier. En effet, si p P \ {q}, est q-entier. Soit q n et on a directeent le résultat ; soit p q n et alors on a pb n = od p ou encore B n = od, dans ce cas, le tere en p p s annule avec B n, et w est q-entier w est donc un nobre entier. Ce théorèe nous donne directeent : Corollaire Pour n pair, le dénoinateur de B n est le produit des nobres preiers p tels que p n. Il suffit d écrire : B n = w p C p = w Q Q p C\{q} Q p p C p p C p + P q C Où l on a noté C = {p P p n}. Coe le dénoinateur est non-nul odulo tout p C, cette écriture est la fraction réduite de B n. CQFD En particulier, pour n 3, le dénoinateur de B n est sans facteur carré et il est divisible par 6. Citons un résultat qui aéliore légèreent le théorèe précédent : Théorèe Le dénoinateur de Bn n tels que p n. Autreent dit, le dénoinateur de Bn n est Q p P,p n p+vp(n). 3.3 Questions ouvertes n est divisible que par les nobres preiers p Définition Un nobre preier, p, est dit irrégulier s il existe n {2... p 3} tel que p divise le nuérateur de B n et régulier sinon. En 95, Johan Jensen a déontré qu il y avait une infinité de nobres preiers irréguliers. On ne sait pas actuelleent s il existe une infinité de nobres preiers réguliers ; toutefois, il a été conjecturé : Conjecture La densité asyptotique dans P des nobres preiers réguliers est de e. Idée de la conjecture. Le théorèe nous donne coe ζ un équivalent de B 2n lorsque n tend vers l infini : B 2n ( ) n+ 2(2n)! (2π) 2n ` En particulier, B2n 2n tend vers l infini avec n. On peut donc penser que Bn n od p n {2...p 3} est asyptotiqueent équiréparti dans Z/pZ. La probabilité qu aucun éléent de cette faille ne soit est donc de qui, lorsque p tend vers l infini, tend vers e. p 3 2 ; ce p

11 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli /4 On relie autreent les nobres preiers aux nobres de Bernoulli : Conjecture (Agoh). p est preier si et seuleent si pb p = od p. Rearquons que le sens direct se déduit du théorèe 3.2. en le spécialisant en n = p. Seul le sens indirect pose problèe. Bernd Kellner, en 22 [Kel2], a ontré son équivalence avec : Conjecture (Giuja). p est preier si et seuleent si P p kp = od p. 3.4 De la fonction ζ de Rieann Définition On définit la fonction ζ de Rieann sur le dei-plan foré des nobres coplexes z ayant une partie réelle stricteent supérieure à par : ζ (z) = Les valeurs de la fonction ζ de Rieann en les entiers positifs pairs sont intieent liés aux nobres de Bernoulli ; coe l a ontré Leonhard Euler en 739 [Eul68] : Théorèe Pour p N, on a : ζ (2p) = k= k= k z k = ( ) p+ 2p (2π)2p 2 (2p)! B2p Posons, pour tout n, b B n (x) = B n ` x 2π de telle sorte que cette fonction est 2π-périodique. Montrons par récurrence sur n que son k-ièe coefficient de Fourier est : Tout d abord, on a facileent : c k = Z 2π bb (t)e ikt dt = 2π c n k = n! (2iπk) n Z Si n, on peut écrire : c n+ k = Z 2π bb n+ (t) e ikt dt = 2π x «e 2iπkx dx = 2 2iπk Z Et en faisant une intégration par partie, on trouve que : c n+ k = B n+ (x) e 2iπkx 2iπk Par récurrence, on a donc le résultat. Z B n+ (x)e 2iπkx dx (n + ) B n (x) e 2iπkx 2iπk dx = n + 2iπk cn k Si p, la fonction bb 2p est continue et de classe C par orceaux. Le théorèe de convergence norale affire alors que la série de Fourier converge noraleent sur R vers sa fonction ; en particulier, il y a convergence siple en x = : bb 2p () = c bb2p + k= `c2p k Ce qui se réécrit, connaissant les valeurs de c 2p k, en : D où le résultat. B 2p = b B 2p () = 2 ( ) p+ (2p)! + c2p k k= (2πk) 2p

12 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 2/4 3.5 Forule d Euler MacLaurin Ce résultat a été indépendaent obtenu vers 735 par Leonhard Euler et Colin MacLaurin [Mac42] : Théorèe 3.5. (forule d Euler Maclaurin). Soit (a, b) Z 2 et soit f une fonction de classe C k+ sur l intervalle [a;b]. On a : a<b b f (n) Z b a f (t)dt = k r= ( ) r+ B r+ (r + )! où R = ( )k (k + )! f (r) (b) f (r) (a) + R Z b a B k+ (t)f (k+) (t)dt Montrons le cas k =. Soit n Z. On peut écrire : Z n f (t)dt = t n + «n Z n f (t) t n + «f (t) dt n 2 n n 2 = Z n 2 (f (n) + f (n )) B (t) f (t) dt Et on obtient la forule d Euler Maclaurin pour k = en soant cette expression pour n {a +, a + 2,..., b}. Faisons une récurrence pour ontrer le résultat pour tout k N. Supposons-le donc vrai pour k. Alors, faisons une intégration par partie sur R en utilisant la proposition : Z b a n B k (t)f (k) (t) dt = B b k+ (t) k + f(k) (t) + k + a Z b a B k+ (t) f (k+) (t)dt Et il suffit d utiliser le fait que B k+ (t) = B k+ quel que soit t Z pour replacer ceci dans la forule de récurrence et en déduire le résultat. Et on a la ajoration suivante : R 2 (2π) k Z n f (k+) (x) dx Pour obtenir ce résultat, il suffit de ajorer B n. Cela peut se faire en utilisant ses coefficients de Fourier.

13 Autour des nobres et des polynôes de Bernoulli 3/4 Références [App82] Paul É. Appell : Sur une classe de polynôes. Annales Scientifiques de l École Norale Supérieure (2), 9:9 44, 882. [Cla4] Thoas Clausen : Lehrsatz aus einer Abhandlung über die Bernoullischen Zahlen. Astronoische Nachrichten, 7:35 352, 84. [Eul38] Leonhard Euler : Methodus generalis suandi progressiones. Coentarii acadeiae scientiaru Petropolitanae, 6:68 97, 738. [Eul68] Leonhard Euler : Rearques sur un beau rapport entre les series des puissances tant directes que réciproques. Méoires de l acadeie des sciences de Berlin, 7:83 6, 768. [Kel2] Bernd C. Kellner : Über irreguläre Paare höherer Ordnungen. Matheatischen Institut der Georg August Universität zu Göttingen, 22. Diploarbeit (http: //www.bernoulli.org/ bk/irrpairord.pdf). [Mac42] Colin MacLaurin : Treatise of Fluxions, page 672. Edinburgh, 742. [Raa5] Joseph L. Raabe : Zurückführung einiger Suen und bestiten Integrale auf die Jakob Bernoullische Function. Journal für die reine und angewandte Matheatik, 42: , 85. [vs4] Karl G. C. von Staudt : Beweis eines Lehrsatzes die Bernoullischen Zahlen betreffend. Journal für die reine und angewandte Matheatik, 2: , 84.

14 Index Agoh (Takashi) conjecture de, Appell (Paul Éile), 5 Bernoulli (Jakob) nobres de, 3, 6 polynôes de, 3, 6 polynôes réduits de, 8 Clausen (Thoas), 9 distribution relation de, 7 entier, voir p-entier Euler (Leonhard), 3,, 2 Euler MacLaurin forule de, 2 Faulbaher (Johann) forule de, 9 Guija (Giuseppe) conjecture de, irrégulier, voir nobre preier Jensen (Johan), Kellner (Bernd), MacLaurin (Colin), 2 nobre preier irrégulier, régulier, p-entier, 9 pseudo-dérivation (opérateur de), 2 Raabe (Joseph Ludwig), 7 régulier, voir nobre preier Rieann (Bernhard) fonction ζ de, von Staudt (Karl Georg Christian), 9 von Staudt Clausen théorèe de, 9 ζ fonction, voir Rieann (Bernhard) 4

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.alternativesjournal.ca/people-and-profiles/web-exclusive-ela-alumni-make-splash Une personne de 60 kg est à gauche d un canoë de 5 de long et ayant une asse de 90 kg. Il se déplace ensuite pour aller à droite du canoë. Dans les deux cas, il est à 60 c de l extréité du canoë. De cobien

Plus en détail

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008

Première S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n 1 2007 2008 Preière S2 Chapitre 20 : probabilités. Page n De tous teps, les hoes se sont intéressés aux jeux de hasard. La théorie des probabilités est une branche des athéatiques née de l'étude des jeux de hasard

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES

LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Une prédiction de certains écoloistes : Les poissons devraient avoir disparu en 048! LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS ET LES INCERTITUDES Les rèles suivantes s appliquent pour tous les calculs ipliquant des

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

2.1 Comment fonctionne un site?

2.1 Comment fonctionne un site? Coent fonctionne un site? Dans ce chapitre, nous allons étudier la liste des logiciels nécessaires à la création d un site ainsi que les principes de base indispensables à son bon fonctionneent. 2.1 Coent

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Équations générales des milieux continus

Équations générales des milieux continus Équations générales des ilieux continus Jean Garrigues 1 ai 212 ii Avant-propos L objectif de ce cours est d établir les équations générales régissant tous les ilieux continus, qu ils soient solides ou

Plus en détail

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs

Arrondissage des résultats de mesure. Nombre de chiffres significatifs BUREAU NATIONAL DE MÉTROLOGIE COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE LABORATOIRE NATIONAL HENRI BECQUEREL Note technique LNHB/04-13 Arrondissage des résultats de esure Nobre de chiffres significatifs M.M. Bé,

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU C60 GRAFCET 1- Structure générale Etape initiale : généraleent associée à une attente ou à une ise en réérence de la partie opérative Réceptivité : cobinaison d inorations reçues par la partie coande et

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération 2 e B et C 1 Position. Vitesse. Accélération 1 Mécanique : Cinéatique du point La écanique est le doaine de tout ce qui produit ou transet un ouveent, une force, une déforation : achines, oteurs, véhicules,

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

P (X) = (X a) 2 T (X)

P (X) = (X a) 2 T (X) Université Bordeaux I - année 00-0 MHT0 Structures Algébriques Correction du devoir maison Exercice. Soit P (X) Q[X]\Q.. Soit D(X) := pgcd(p (X), P (X)). a) Montrer que si deg D alors il existe α C tel

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 3: Solutions stationnaires de l équation de Schrödinger MCANIQU QUANTIQU Capitre : Solutions stationnaires de l équation de Scrödinger Pr. M. ABD-FDI Université Moaed V-V Agdal Faculté des Sciences Départeent de Pysique Année universitaire 7-8 8 Filières SM-SMI

Plus en détail

Exercices : VAR discrètes

Exercices : VAR discrètes Exercices : VAR discrètes Exercice 1: Une urne contient 2 boules blanches et 4 boules noires. On tire les boules une à une sans les remettre jusqu à ce qu il ne reste que des boules d une seule couleur

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Coefficients binomiaux

Coefficients binomiaux Probabilités L2 Exercices Chapitre 2 Coefficients binomiaux 1 ( ) On appelle chemin une suite de segments de longueur 1, dirigés soit vers le haut, soit vers la droite 1 Dénombrer tous les chemins allant

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES

ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES ÉTUDE BDC LES CINQ FACTEURS CLÉS ET LES CINQ PIÈGES À ÉVITER POUR RÉUSSIR EN AFFAIRES Seaine de la PME BDC 2014 Résué --------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Loi binomiale Lois normales

Loi binomiale Lois normales Loi binomiale Lois normales Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières Rappels sur la loi binomiale 2. Loi de Bernoulli............................................ 2.2 Schéma de Bernoulli

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES

CONDUCTIMÉTRIE 1. CONDUCTIVITÉ DE 3 ÉLECTROLYTES Travaux pratiques de chiie physique I Fournier Coralie, Chappuis Eilie Groupe E 5..29 CONDUCTIMÉTRIE. CONDUCTIITÉ DE ÉLECTROLYTES. But Déduire par conductiétrie si une solution d électrolytes suit la loi

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Chaînes de Markov au lycée

Chaînes de Markov au lycée Journées APMEP Metz Atelier P1-32 du dimanche 28 octobre 2012 Louis-Marie BONNEVAL Chaînes de Markov au lycée Andreï Markov (1856-1922) , série S Problème 1 Bonus et malus en assurance automobile Un contrat

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES

ETUDE DE L ATTENUATION DES ONDES ULTRASONORES. APPLICATION AU CONTROLE NON DESTRUCTIF DES N d ordre 006-ISA-009 Année 006 Thèse ETUDE DE ATTENUATION DES ONDES UTRASONORES. AIATION AU ONTROE NON DESTRUTIF DES SOUDURES EN AIER INOXYDABE AUSTENITIQUE présentée devant Institut National des Sciences

Plus en détail

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009 Université Joseph Fourier Premier semestre 9/ Licence première année - MATa - Groupe CHB- Contrôle Continu, le 9//9 Le contrôle dure heure. Questions de cours. ) Soit f :]a, b[ ]c, d[ unefonctionbijectiveetdérivabletelleque,pourtoutx

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Problème I : Microscope à force atomique

Problème I : Microscope à force atomique Problèe I : Microscope à force atoique Ces dernières années, de nouvelles techniques dites de "icroscopies à chap proche" se sont développées pour étudier les surfaces. Pari ces techniques, le icroscope

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE MASSE, OLUME ET QUANTITE DE MATIERE Exercices du Livre Microega Hatier (004 Correction L acide sulfurique 1. Calculons la asse olaire de l acide sulfurique : M(H SO 4 xm(h + M(S + 4xM(O M(H SO 4 x1,00

Plus en détail

Notes de cours de Probabilités Appliquées. Olivier François

Notes de cours de Probabilités Appliquées. Olivier François Notes de cours de Probabilités Appliquées Olivier François 2 Table des matières 1 Axiomes des probabilités 7 1.1 Introduction................................. 7 1.2 Définitions et notions élémentaires.....................

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail