Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités"

Transcription

1 Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations de X. Proposition 14. Muni de la loi de composition des applications, S n est un groupe. Définition. S n, est appelé le groupe symétrique ou groupe des permutations de X. Démonstration. Soient f, g S n. Alors la composée g f est une application de X dans lui-même, et est une bijection en tant que composée de deux applications bijectives. Donc g f est une permutation de X. Par conséquent, la loi S n S n S n, f, g f g est une loi de composition interne dans S n. L élément neutre de S n est l application identité Id X : X X (Id X x x pour tout x X). En effet, pour tout f S n et pour tout x X, on a f Id X x f x Id X f x, d où f Id X Id X f. Enfin, comme f est bijective, son application inverse existe, c est aussi une permutation de X. Notation. Si S n, on peut représenter par un tableau : 1 2 n. L élément neutre Id est représenté par, et l inverse n de par. Bien qu il s agit de la composition, on parle souvent du «produit de par», et l on écrit aussi au lieu de, qui signifie «effectuer d abord la permutation, puis la permutation». Proposition 15. Soit n. Alors S n, est un groupe fini d ordre n!. Si n 3, S n est un groupe non commutatif. Démonstration. Une permutation de S n est entièrement déterminée par les images de 1,..., n, qui sont des éléments distincts de 1,..., n. Pour compter le nombre d éléments de S n, observons que pour l image de 1, il y a n choix, pour l image de 2, il y a n 1 choix (car 2 1 ), pour l image de 3, il y a n 2 choix (car 3 1, 2 ), et ainsi de suite, enfin pour l image de n, il y a 1 choix (car n 1,..., n 1 ). Donc au total, il y a n! n n permutations de 1,..., n, c est l ordre du groupe S n. Soit n 3. Pour montrer que S n est non commutatif, il suffit d exhiber deux éléments, S n, tels que. Prenons par exemple : n et n. 12

2 CHAPITRE II. GROUPE SYMÉTRIQUE 13 Alors : n n. 2 Cycles Définition. Si 1 k n, on appelle cycle de longueur k ou k-cycle, une permutation de S n telle que i 1 i 2, i 2 i 3,..., i k 1 i k, i k i 1, et i k 1 i k 1, i k 2 i k 2,..., i n i n, où i 1, i 2,..., i n sont les éléments distincts de l ensemble 1,..., n, c est-à-dire de la forme i 1 i 2 i k 1 i k i k 1 i n i 2 i 3 i k i 1 i k 1 i n. Il y a n k éléments fixes i k 1,..., i n. On notera ce k-cycle plus simplement par i 1, i 2,..., i k. (a) Dans S 6, la permutation est un 3 cycle. On le note 2, 5, 3 (ou 5, 3, 2 ou 3, 2, 5 ). (b) Dans S 6, la permutation n est pas un cycle. (c) Dans S 8 le 5 cycle 1, 8, 5, 3, 7 correspond à la permutation Remarques. (a) Un k cycle de S n vérifie k Id, et k est le plus petit entier positif vérifiant cette équation. Ainsi, un k cycle est un élément du groupe S n d ordre k. (b) L unique 1 cycle est l identité. (c) L inverse du k cycle i 1, i 2,..., i k est i k, i k 1,..., i 1 Définitions. (a) Un 2 cycle est appelé transposition : elle échange deux éléments et laisse fixe tous les autres. Une transposition est donc de la forme 1 2 i j n 1 2 j i n i, j, où i, j 1,..., n, avec i j. (b) Un n cycle dans S n est appelé permutation circulaire. (a) Le nombre de k cycles dans S n est n n 1 n k 1 n! k k n k! k 1!Cn. k En particulier, dans S n, il y a Cn 2 n n 1 2 transpositions et n 1! permutations circulaires. (b) Le groupe S 1 est composé de l identité : S 1 Id. (c) Le groupe S 2 Id, 1, 2 : il est commutatif, cyclique et isomorphe à 2. (d) Le groupe S 3 est composé de l identité, trois transpositions 1, 2, 2, 3 et 1, 3, et deux permutations circulaires 1, 2, 3 et 1, 3, 2. (e) Le groupe S 4 contient 24 4! éléments : à part l identité, il y a 6 transpositions, 6 permutations circulaires, 8 3 cycles, et 6 autres éléments qui ne sont pas des cycles.

3 CHAPITRE II. GROUPE SYMÉTRIQUE 14 Définition. Deux cycles i 1,..., i k et j 1,..., j l de S n sont dits disjoints si (a) Dans S 6, les cycles 1, 3 et 2, 4, 5 sont disjoints. i 1,..., i k j 1,..., j l. (b) Dans S 7, les cycles 2, 6, 8, 5 et 4, 5 ne sont pas disjoints. Théorème 16 (Propriétés du groupe symétrique). Dans le groupe S n : (a) Deux cycles disjoints commutent. (b) Toute permutation est produit de cycles deux à deux disjoints : α 1 α r. Cette décomposition est unique à ordre près. (c) L ordre de la permutation α 1 α r décomposée en produit de cycles deux à deux disjoints est égal au ppcm des longueurs des α i. (d) Toute permutation est produit de transpositions. Démonstration. (a) Soient α i 1,..., i k et β j 1,..., j l deux cycles disjoints. On va montrer que pour tout m 1,..., n, β α m α β m. On distingue trois possibilités : (i) m i 1,..., i k. Alors α m i 1,..., i k, donc m j 1,..., j l et α m j 1,..., j l. Donc β α m α m α β m. (ii) m j 1,..., j l. En échangeant les rôles de α et β, on se ramène au premier cas. (iii) m i 1,..., i k, j 1,..., j l. Alors α m m et β m m, donc β α m m α β m. (b) Soit Id. Il existe i 1 1,..., n tel que i 1 i 1. Pour j 2, on pose i j i j 1. Soit k 2 le plus petit entier tel que i k 1 i k i 1, i 2,..., i k. On doit avoir i k i 1, car sinon i k i j, où 2 j k, mais alors on aurait i k i j 1 i j et i j 1 i k, ce qui contredit l injectivité de. On obtient alors un cycle α 1 i 1,..., i k de longueur k. Le restriction de à 1,..., n i 1,..., i k est une permutation. Par récurrence sur n, on peut écrire cette restriction comme le produit de cycles deux à deux disjoints α 2 α r. Ces cycles sont aussi deux à deux disjoints avec α 1. (c) Soient Id et α 1 α r sa décomposition en cycles disjoints. Pour tout entier k, on a k α k 1 α k r car les cycles commutent. Puisque les cycles α i sont deux à deux disjoints, on a k Id si et seulement si α k 1 Id, α k 2 Id,..., et α k r Id. Si est d ordre m, on a que o β i m pour tout i 1,..., r, et donc le ppcm des o α i divise m. Réciproquement, si s est le ppcm des o α i, on a que s α s 1 α s r Id, donc m divise s, d où m s. (d) D après le (b), il suffit de démontrer le résultat pour les cycles. Or, on voit que : i 1,..., i k i 1, i k i 1, i k 1 i 1, i 2. (1) Remarque. L écriture d une permutation en produit de transpositions n est pas unique : par exemple, 1, 2, 3 1, 3 1, 2 1, 2 2, 3 2, 3 1, 3. De plus, si n 3, et i, j 2,..., n, i j, alors on peut toujours remplacer la transposition i, j par le produit 1, i 1, j 1, i.

4 CHAPITRE II. GROUPE SYMÉTRIQUE 15 3 Signature d une permutation Si le nombre de transpositions dans la décomposition d une permutation est variable, en revanche la parité de ce nombre est invariante. Soit α 1 α r S n une permutation décomposée en produit de cycles deux à deux disjoints. Nous regardons ce qui se passe lorsqu on multiplie par une transposition i, j, avec i j. Il y a deux cas possibles : (i) i et j apparaissent au même cycle α s i 1 i,..., i l j,..., i k. Alors produit de k i, j i, j α 1 α r α 1 α s 1 i, j α s α r α 1 α s 1 i, j i,..., j,..., i k α r α 1 α s 1 i, i 2,..., i l 1 j, i l 1,..., i k α r. produit de l 2 transpositions produit de k l transpositions (ii) i et j apparaissent dans des cycles différents α s i i 1,..., i k et α t j j 1,..., j l. Alors produit de k produit de l i, j i, j α 1 α r i, j α s α t 1 m r m s,t α m i, i 2,..., i k, j, j 2,..., j l produit de k l 1 m m s,t r α m. Dans les deux cas, la forme finale est un produit de cycles disjoints. En écrivant chacun des cycles comme produit de transpositions, on voit qu entre et i, j, le nombre de transpositions décroît de 1 dans le premier cas, et augmente de 1 dans le second cas. Donc multiplication par une transposition change la parité du nombre de transpositions. En particulier, on ne pourra pas écrire une transposition à la fois comme produit d un nombre pair et impair de transpositions. Ceci justifie la définition suivante : Définitions. Une permutation S n est dite paire (resp. impaire) lorsqu elle s écrit comme produit d un nombre pair (resp. impair) de transpositions. L application ε : S n 1, 1 qui à une permutation associe sa parité s appelle signature de la permutation (si est paire, ε 1, si est impaire, ε 1). La signature de est parfois notée ε ou sgn. Théorème 17. (a) La signature d un k cycle est égale à 1 k 1. (b) La signature ε : S n 1, 1, est un morphisme de groupes, surjectif si n 2. Démonstration. (a) Suit directement de l équation (1). (b) Si l on a deux permutations, S n, on compare la signature de, et dans les quatre cas possibles ( paire ou impaire ; et paire ou impaire). Si n 2, alors Id, 1, 2 S n, et ε Id 1, ε 1, 2 1, donc Im 1, 1. (a) L identité est une permutation paire ; une transposition est une permutation impaire ; un k cycle est une permutation paire si et seulement si k est impair. (b) Pour toute permutation S n, 1 ε 1 ε ε 1, donc comme ε prend ses valeurs dans 1, 1, on a ε ε 1.

5 CHAPITRE II. GROUPE SYMÉTRIQUE 16 (c) Dans S 6, si , 6 2, 5, 3, ε ε 1, 6 ε 2, 5, Remarque. Voici une deuxième définition de la signautre d une permutation. Soit une permutation de S n. Puisque est une bijection, si 1 i j n, on aura ou bien i j ou j i. Dans le second cas, on dit que i et j présentent une inversion pour. Soit ι le nombre total d inversions pour présentées par les éléments de 1,..., n. Le nombre ε 1 ι est appelé signature de. On peut montrer que cette définition coïncide avec la définition précédente de signature. Exemple. Soit , 6 2, 5, 3 dans S 6. L élément 1 présente une inversion avec 2, 3, 4, 5, 6. L élément 2 présente une inversion avec 3, 4, 5, 6. L élément 3 présente une inversion avec 6. L élément 4 présente une inversion avec 5 et 6. L élément 5 présente une inversion avec 6. Le nombre total d inversions est ι 13, est impaire. Définitions. Soit n 2. Soit A n Ker ε le sous-groupe de S n de permutations paires. A n s appelle le groupe alterné. Il est d indice 2 dans S n (les deux classes modulo A n sont A n qui est l ensemble des permutations paires, et 1, 2 A n, qui est l ensemble des permutations impaires). Par le Théorème de Lagrange (Théorème 11), on a A n S n 2 n! 2. 4 Le théorème de Cayley Le théorème suivant permet de représenter tout groupe fini comme un sous-groupe d un groupe symétrique. Théorème 18 (de Cayley (1878)). Tout groupe fini d ordre n est isomorphe à un sous-groupe du groupe symétrique S n. g : G G Démonstration. Soient G un groupe fini d ordre n, et g G. Alors l application est une x gx bijection d application inverse 1 g g 1 (en effet, pour tout x G, g g 1 x g g 1 x gg 1 x x, et de la même manière, g 1 g x x). Il suit que g est une permutation de G, et numérotant les n éléments de G par 1, 2,..., n, c est un élément de S n. : G S n L application est un morphisme de groupes injectif. En effet, pour tout g, h G et tout g g x G, on a gh x g hx g h x, donc gh g h. Ensuite, est injectif, car si g Ker, alors g Id G, donc g x gx x pour tout x G, en particulier ge e, d où g e. Ainsi, G est isomorphe à G qui est un sous-groupe de S n par la Proposition 8(d). Remarque. Soit n. Puisque S n n a qu un nombre fini de sous-groupes, il isomorphisme près, il n y a qu un nombre fini de groupes d ordre n.

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE FRANÇOIS MAUCOURANT 1. Signature d une permutation Définition 1.1. Soit σ S n une permutations, k le nombre de σ-orbites. On définit la signature

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Théorème de Cayley Le (ou plutôt un des nombreux) théorème(s) de Cayley assure que tout groupe G s identifie de façon naturelle à un sous-groupe du groupe

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015. Test 1

Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015. Test 1 Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015 Test 1 Exercice 1. (1) Donner la liste des sous-groupes de Z/24Z. Justifier. (2) Est-ce que Z/24Z a un sous-groupe

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement Cours d algèbre M1 Mathématiques et applications M1 Mathématiques et enseignement 2012/2013 Table des matières Chapitre I. Quelques rappels sur les groupes 1 Chapitre II. Action d un groupe sur un ensemble

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

TD: Ensembles, applications, dénombrement

TD: Ensembles, applications, dénombrement Université de Provence Année 011/1 Licence Math Info ème année S3 Fondements de l Informatique 1 Ensembles et fonctions TD: Ensembles, applications, dénombrement 1. On suppose que l ensemble de tous les

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures Université P. et M. Curie (Paris VI) Master de sciences et technologies ère année - applications Spécialité : Mathématiques Fondamentales code UE : MMAT4020 Mention : Mathématiques et MO : (2 ECTS) code

Plus en détail

Table des matières. Applications linéaires.

Table des matières. Applications linéaires. Table des matières Introduction...2 I- s et exemples...3 1-...3 2- Exemples...4 II- Noyaux et images...5 1- Rappels : images directes et images réciproques...5 a- s...5 b- Quelques exemples...5 2- Ker

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Espaces vectoriels Bernard Ycart Vous devez vous habituer à penser en termes de «vecteurs» dans un sens très général : polynômes, matrices, suites, fonctions,

Plus en détail

Cours d algebre pour la licence et le Capes

Cours d algebre pour la licence et le Capes Cours d algebre pour la licence et le Capes Jean-Étienne ROMBALDI 6 juillet 007 ii Table des matières Avant-propos Notation v vii 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 11 Quelques notions

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Marches, permutations et arbres binaires aléatoires

Marches, permutations et arbres binaires aléatoires Marches, permutations et arbres binaires aléatoires Épreuve pratique d algorithmique et de programmation Concours commun des Écoles Normales Supérieures Durée de l épreuve: 4 heures Cœfficient: 4 Juillet

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr Géométrie Cours de Licence Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1 Version du 19 janvier 2004 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr 2 Table des matières Table des matières 4 Introduction 5 1 Rappels d algébre

Plus en détail

Résumé de cours: Espaces vectoriels (Généralités) 1 Vocabulaire : 1.3 Régles de calcul : 1.1 Loi de composition interne :

Résumé de cours: Espaces vectoriels (Généralités) 1 Vocabulaire : 1.3 Régles de calcul : 1.1 Loi de composition interne : Résumé de cours : Espaces vectoriels Partie I : Généralités. : Source disponible sur : c Dans tout le chapitre K désigne un sous corps de C, et en général sauf mention du contraire, Q ou R ou bien C et

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Cahier de textes Mathématiques

Cahier de textes Mathématiques Cahier de textes Mathématiques Mercredi 6 janvier : cours 2h Début du chapitre 12 - Convergence de suites réelles : 12.1 Convergence de suites : suites convergentes, limites de suites convergentes, unicité

Plus en détail

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS Dans les exercices suivants (G,.) est un groupe dont l élément neutre est noté e. 1. Soient x, y, z trois éléments de G tels que x 3 = y 2, y 3 = z 2, z 3 = x 2. (a)

Plus en détail

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence Sommaire 1. Arithmétique 2 1.1. Division euclidienne......................... 2 1.2. Congruences.............................

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE POITIERS

UNIVERSITÉ DE POITIERS UNIVERSITÉ DE POITIERS Faculté des Sciences Fondamentales et Appliquées Mathématiques PREMIÈRE ANNEE DE LA LICENCE DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES UE L «algèbre linéaire» Plan du cours Exercices Enoncés des

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n o 2 Théorie des ensembles, applications Exercices à savoir faire Théorie des ensembles Exercice 1 Soit F l ensemble des femmes. Qu

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Serge Cohen, Monique Pontier, Pascal J. Thomas Septembre 2004 1 Généralités : ensembles et parties d un ensemble Définition 1.1 On appelle ensemble une

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNEE 2009 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte : 1 page de garde, 2 pages

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Introduction à la Cryptologie

Introduction à la Cryptologie Introduction à la Cryptologie Chapitre 11 : Classification et construction des corps finis Michael Eisermann (Institut Fourier, UJF Grenoble) Année 2008-2009 IF / IMAG, Master 1, S1-S2 document mis à jour

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 14 Espaces vectoriels de dimension finie Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 14.1 Espaces vectoriels de dimension finie 14.1.1 Bases et dimension Ò Ø ÓÒ ½ º½ Espace vectoriel de dimension

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes de Hamming et les codes cycliques - Chapitre 6 (suite et fin)- Les codes de Hamming Principe La distance minimale d un code linéaire L est le plus petit nombre

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que Test n 5 (1 octobre 1 Question 1. Soit n N \ {}. Prouvez par récurrence que ( n x 1 x ( x n x (x n x n. Voir Test 5, 17 octobre 11, question. Question. (a On dit que A R n n est une matrice antisymétrique

Plus en détail

Langage mathématique

Langage mathématique Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 1 e année Langage mathématique Eric Dumas, Emmanuel Peyre et Bernard Ycart

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6 Table des matières -1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes.......................................... 5 2 Anneaux.......................................... 5 3 Corps...........................................

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Sous-groupes normaux. Table des matières. 1 Relations R H et H R 2. 2 Théorème de Lagrange 3. 3 Sous-groupes normaux 5

Sous-groupes normaux. Table des matières. 1 Relations R H et H R 2. 2 Théorème de Lagrange 3. 3 Sous-groupes normaux 5 Sous-groupes normaux Table des matières 1 Relations R H et H R 2 2 Théorème de Lagrange 3 3 Sous-groupes normaux 5 1 La normalité est l'une des notions les plus importantes en Théorie des groupes. 1 Relations

Plus en détail

ALGÈBRE GÉNÉRALE JEAN-PAUL CALVI

ALGÈBRE GÉNÉRALE JEAN-PAUL CALVI ALGÈBRE GÉNÉRALE JEAN-PAUL CALVI Le premier chapitre de ce cours est une introduction à la théorie élémentaires des groupes. Il part de la définition pour arriver jusqu au (premier) théorème d isomorphisme.

Plus en détail

λ i f( x i ) (doncf(cl( x i ))=cl(f( x i )))

λ i f( x i ) (doncf(cl( x i ))=cl(f( x i ))) A) APPLICATIONS LINÉAIRES REM : dans ce cours,e,f etgdésignent desk-espaces vectoriels. I) GÉNÉRALITÉS. 1) Définition. DEF : Soit f une application de E dans F ; on dit que f est K-linéaire (ou que c est

Plus en détail

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann Mathématiques MPSI Pierron Théo ENS Ker Lann 2 Table des matières I Algèbre 1 1 Ensembles 3 1.1 Vocabulaire général........................ 3 1.2 Opérations sur les parties d un ensemble............ 4

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

L équation. y = y x. Pierre Abbrugiati

L équation. y = y x. Pierre Abbrugiati { x L équation y = y x x < y Pierre Arugiati I Tale des matières 1 Introduction 1 1.1 Lemmes préliminaires........................ 1 2 Résolution dans N 2 3 3 Résolution dans Z 2 5 4 Résolutions dans Q

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

GROUPES ET REPRÉSENTATIONS. David Renard Centre de Mathématiques Laurent Schwartz, Ecole Polytechnique

GROUPES ET REPRÉSENTATIONS. David Renard Centre de Mathématiques Laurent Schwartz, Ecole Polytechnique GROUPES ET REPRÉSENTATIONS David Renard Centre de Mathématiques Laurent Schwartz, Ecole Polytechnique David Renard, Centre de Mathématiques, Laurent Schwartz,, Ecole Polytechnique 21 juillet 2009 GROUPES

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Ensembles et applications. Motivations. Exo7

Ensembles et applications. Motivations. Exo7 o7 nsembles et applications Vidéo partie 1. nsembles Vidéo partie 2. Applications Vidéo partie 3. Injection, surjection, bijection Vidéo partie 4. nsembles finis Vidéo partie 5. Relation d'équivalence

Plus en détail

Congruences et théorème chinois des restes

Congruences et théorème chinois des restes Congruences et théorème chinois des restes Michel Van Caneghem Février 2003 Turing : des codes secrets aux machines universelles #2 c 2003 MVC Les congruences Développé au début du 19ème siècle par Carl

Plus en détail